Version classiqueVersion mobile

Fonder les savoirs, fonder les pouvoirs, XVe-XVIIIe siècle

 | 
Dominique de Courcelles

Le marquis de Montesclaros et Pedro de Oña, Poète de l’Académie antarctique : un cas de mécénat dans la vice-royauté du Pérou au début du XVIIe siècle

Sonia V. Rose

Texte intégral

  • 1 Werner L. Gundesheimer, « Patronage in the Renaissance: an exploratory approach », dans Patronage i (...)

1Le fait que la base du patronage (politique, artistique, religieux) soit une société dans laquelle les hommes sont différents par leur richesse, leur occupation et leur statut, amène Werner Gundersheimer, dans son article d’introduction au volume Patronage in the Renaissance, à se demander si la société de la Renaissance aurait pu exister sans le patronage. Le patronage, qu’on peut définir comme le soutien, la protection ou l’encouragement donnés par un patron (individuel ou collectif) a une personne ou à une institution, fut de toute évidence un des phénomènes sociaux dominants de l’Europe préindustrielle1.

  • 2 Henri-Jean Martin, Livres, pouvoir et société à Paris au XVIIe siècle, Genève, Droz, 1969, p. 430.

« ... Une seule solution », nous dit Henri-Jean Martin, « pour l’homme de lettres qui ne dispose pas, grâce à sa famille, de revenus suffisants : devenir le fidèle de quelque grand seigneur, entrer dans sa clientèle, se faire son poète — mais aussi, selon l’occasion, son pamphlétaire ou son historien — obtenir un titre de secrétaire ou de maître d’hôtel lui permettant de figurer dans les comptes ; s’introduire à la cour à la suite de celui-ci, et se tisser un réseau d’utiles relations, garantes contre un retour de mauvais sort »2.

  • 3 Roger Chartier, « Patronage et mécénat », dans Culture écrite et société : l’ordre des livres (XIV- (...)
  • 4 Ibid.

2Roger Chartier, pour sa part, dans un chapitre consacré au patronage et au mécénat3, signale cette nécessité qu’éprouvaient, entre autres, les écrivains, d’entrer dans une clientèle, de participer à une cour, et met l’accent sur l’importance, pour tous ceux qui écrivent et publient, d’offrir un livre au prince : « En acceptant ou en refusant la dédicace, le souverain se trouve en position de donner légitimité ou, à l’inverse, de disqualifier une œuvre... »4. Le mécénat implique donc une reconnaissance mutuelle (entre l’artiste et son mécène) de la grandeur de chacun. D’une part, il sert à légitimer le pouvoir ou la richesse du dédicataire ; d’autre part, celui-ci reconnaît les qualités de l’artiste et accepte de le protéger.

3Dans le rapport entre pouvoir et savoir, la relation entre le mécène et son protégé semble être déterminante. Cette relation le fut-elle encore plus dans une société coloniale, ou du moins fut-elle différente ? Pouvons nous parler d’une spécificité américaine du phénomène ? Si celle-ci existe, en quoi consiste-t-elle ?

  • 5 W. L. Gundersheimer, « Patronage... », p. 19.
  • 6 Les ouvrages de Felipe Barreda y Laos, La Vida intelectual en el virreinato del Perú, Lima, Univers (...)

4Il est vrai que la discussion sur les patrons et les clients (ou les mécènes et les artistes) tend a être centrée sur la relation binaire entre deux personnes, et à perdre de vue l’ensemble des attitudes mentales et des réseaux sociaux sur lesquels elle repose et sans lesquels elle ne pourrait pas exister5. Néanmoins, une étude d’ensemble n’est pas envisageable pour le cas du Pérou, en raison de l’état embryonnaire de la recherche dans le domaine de l’histoire culturelle6.

  • 7 La vice-royauté de la Nouvelle-Castille (appelée aussi Pérou), créée par la Couronne en 1542, compr (...)

5Dans les pages qui suivent et qui font partie d’une recherche de plus grande envergure sur la fonction de l’Académie antarctique dans la formation de la République des lettres dans la vice-royauté du Pérou (fin XVIe-début XVIIe siècle)7, nous proposerons quelques réflexions sur les rapports entre lettrés et mécènes dans ce contexte. Dans ce but, nous examinerons un cas précis : les relations du marquis de Montesclaros, vice-roi du Pérou avec Pedro de Oña, membre de l’Académie antarctique.

  • 8 En ce qui concerne la situation de la vice-royauté du Pérou en général, il est peut-être bon de rap (...)

6Avant de traiter notre sujet, nous voudrions fournir quelques données concernant le milieu culturel de la ville de Lima à l’époque et présenter — quoique brièvement — l’Académie antarctique8.

  • 9 Le Colegio del Príncipe, collège jesuite pour l’education de l’élite indigène, ne sera fondé qu’en (...)
  • 10 Cf. Guillermo Lohmann Villena, « Annus mirabilis », étude préliminaire à son édition de Diego de Ag (...)
  • 11 La recherche, commencée par les travaux d’Irving A. Leonard (cf. entre autres « Don Quixote and the (...)

7Capitale de la vice-royauté, centre économique et politique, Lima était le siège de la cour et du vice-roi, de l’Audiencia et des autorités civiles ; de l’archevêché, des autorités ecclésiastiques et de l’Inquisition. En 1551 fut fondée l’université de San Marcos, dont les constitutions ont pour modèle celles de Salamanque ; la première grammaire et le premier catéchisme en quechua, rédigés par le dominicain Domingo de Santo Tomás, furent publiés à Valladolid en 1560 ; en 1568 arrivèrent les Jésuites, qui fondèrent le Colegio Máximo de San Pablo (1568) et le Real Colegio de San Martín (1582)9 ; l’imprimerie fut établie dans leur couvent en 1583, pendant le troisième concile de Lima, par l’Italien Antonio Ricardo, venu de Nouvelle-Espagne. En 1591 commença à fonctionner le Seminario Conciliar Santo Toribio ; et, en 1592, le Colegio Real Mayor de San Felipe y San Marcos (dirigé par le recteur de l’université). Outre les lettrés et fonctionnaires qui entourent le vice-roi, on trouve dans cette ville l’entourage de l’archevêque et les membres des ordres religieux, dont beaucoup se consacrent à l’éducation et à l’évangélisation des indigènes. Pour avoir une idée de l’atmosphère de Lima, il suffit de faire mention du cas du licencié Diego López de Zúñiga, magistrat du tribunal de Lima (1575-1586), dont la bibliothèque comptait trois mille volumes10. Même s’il s’agit d’un cas exceptionnel, les études sur le commerce des livres permettent d’observer que les lettrés de la vice-royauté étaient en synchronie avec ceux de la métropole11.

  • 12 Alberto Tauro a souligné son aspect insaisissable dans le titre de l’ouvrage qu’il lui consacra (Es (...)
  • 13 Pour un aperçu général et une étude bibliographique de sources primaires, cf. Sonia V. Rose, « The (...)

8C’est dans cette atmosphère que l’Académie antarctique est née. Quoique nous n’ayons pas de données sur le fonctionnement exact de l’Académie12, ce manque ne paraît pas excessivement grave : ce qui importe est la présence d’un groupe consacré (quoique partiellement) aux lettres, avec des intérêts communs, en liaison avec d’autres groupes de lettrés, des vice-rois, et des hauts-fonctionnaires dont ils espéraient un mécénat. Ce groupe très mobile circule dans la vice-royauté du Pérou, maintient un contact avec la Nouvelle-Espagne et continue à opérer dans la sphère culturelle de la Péninsule13.

9Sa période d’activité s’étend des deux dernières décennies du XVIe siècle jusqu’aux deux premières du XVIIe siècle, c’est-à-dire la période de transition entre le moment de la stabilisation politique du territoire et l’organisation administrative de la vice-royauté sous le gouvernement de Francisco de Toledo (1569-1581) et celui du prince d’Esquilache (1615-1621), quand les structures du pouvoir royal sont amplement consolidées et une culture de cour — croyons nous — commence à se développer.

10Le projet de l’Académie visait à une translatio studii dans le Nouveau Monde. Si les humanistes tentèrent de reconstruire l’édifice de la sagesse antique dont ils constataient la ruine à la fin du Moyen Age, l’Académie, elle, se propose de transférer l’édifice de la culture greco-latine actualisée par l’humanisme de la Renaissance pour l’implanter dans une région lointaine et perçue comme barbare.

  • 14 « ...se platica poco [...] de la verdadera Poesía y artificioso metrificar, que de hacer coplas a b (...)

11La barbarie, contrairement à ce qu’on pourrait penser, ne fait pas référence aux indigènes, mais aux péninsulaires émigrés, dont la plupart sont des esprits rustiques, comme le signale Pedro Mexía de Fernangil, animateur de l’Académie, dans le prologue à la première partie de son Parnaso antártico (Séville, Rodríguez Gamarra, 1608). La critique ne se borne pas seulement aux rustiques, mais embrasse tous les lettrés qui, victimes de leur cupidité, délaissent la formation de l’esprit et s’abêtissent peu à peu. Les membres de l’Académie cherchent à se détacher du mercantilisme dominant dans lequel ils se trouvent immergés et critiquent le désir de profit des lettrés ; ils se moquent également des efforts poétiques des conquérants et des colons : « ... dans ces lieux on parle peu de la véritable poésie et de l’art de la métrique, car quant à faire des strophes à tort et à travers, il n’y a personne qui ne s’y exerce »14.

  • 15 « Discurso | En loor de la Poesía, dirigido al Autor, i compues-lto por una señora principal d’este (...)

12D’après le « Discours à la louange de la poésie » (écrit par une poétesse anonyme, membre de l’Académie)15, dont la valeur programmatique est évidente, c’est précisément cette poésie savante qu’ils cultivent, c’est-à-dire la poésie pétrarquisante introduite en Espagne par Garcilaso de la Vega et Boscán.

13Le nom de l’Académie lui-même montre une double appartenance : la filiation classique et péninsulaire mais aussi l’enracinement dans un territoire où l’on crée. A travers leurs œuvres, les membres de l’Académie réclament de la métropole une reconnaissance de leur travail intellectuelle aux Indes, tout en essayant de démontrer que le Nouveau Monde est source de richesses non seulement matérielles mais aussi intellectuelles. L’Académie fut essentiellement un vecteur, un axe qui servit comme instrument de médiation de la culture humaniste et de l’italianisme dans la vice-royauté.

  • 16 Les travaux les plus complets restent ceux de José Toribio Medina, Historia de la literatura coloni (...)
  • 17 Primera parte | de Arauco | Domado, | compuesto por el licen-|ciado Pedro de Oña, Natural delos Inf (...)
  • 18 La lre partie fut éditée à Madrid, par Pierres Cossin, en 1569 ; la 2e (avec la lre), en 1578 par l (...)

14Pedro de Oña est un des auteurs les plus étudiés parmi ceux de l’Académie (même si, malgré une abondante bibliographie, il est encore peu connu)16. L’attention que lui ont prêté les historiens et les critiques chiliens a eu souvent pour but de mettre en évidence, précisément, sa qualité de poète national. De fait, sa plus grande œuvre, l’Arauco domado17, a toujours été considérée sous deux angles qui lui ôtent sa qualité : ce fut, d’une part, le poème épique qui ne parvint pas à égaler celui qu’il prétendait dépasser, l’Araucana18 d’Alonso de Ercilla ; ce fut, d’autre part, une œuvre de commande.

  • 19 Criollo (« créole ») : enfant ou descendant de péninsulaires, né aux Indes occidentales.

15La figure du criollo19 Pedro de Oña, poète de cour par excellence, nous semble essentielle pour aborder la question du mécénat au Pérou : depuis ses modestes origines jusqu’au moment où nous perdons sa trace, ce fut son habileté à obtenir la protection des grands qui lui permit de mener une vie séculière exclusivement consacrée aux lettres, état que rechercheront ses compagnons de l’Académie et auquel ils ne parviendront jamais. Né autour de 1570 au royaume du Chili, perpétuel théâtre de la guerre contre les Araucans, il était le fils d’un capitaine de Burgos et de son épouse. A la mort de son père, tué par les Araucans, en 1590 il part sans ressources pour Lima, où il obtient, au Colegio Mayor de San Felipe y San Marcos, une bourse, accordée aux fils de conquistadores qui se retrouvaient dans une situation économique pressante. Oña sera l’un des seize premiers diplômés du collège, qui avait été fondé, à l’initiative du vice-roi Francisco de Toledo, par le vice-roi Garda Hurtado de Mendoza, quatrième marquis de Cañete et huitième vice-roi du Pérou (1589-1595). C’est sous la protection de celui-ci qu’Oña commencera sa carrière.

  • 20 Pour l’Arauco domado, cf. entre autres Salvador Dinamarca, Estudio del « Arauco domado » de Pedro d (...)
  • 21 J. T. Medina, « Proceso de Pedro de Oña con motivo de la publicación del Arauco domado », dans Bibl (...)

16Diplômé ès arts de l’université de San Marcos, il participe à Quito à l’étouffement de la rébellion contre les alcabalas. C’est à son retour, mais dans des circonstances mal connues, que le vice-roi Mendoza, mécontent de la description qu’avait faite de lui Alonso de Ercilla dans l’Araucana, charge Oña de composer un poème épique dans lequel il chantera ses exploits. Ainsi naît l’Arauco domado dont l’édition, déjà citée, paraît à Lima en 159620. La récompense ne se fait pas attendre et Oña est nommé corregidor de Jaén de Bracamoros, dans la riche région agricole de Cajamarca, au nord du Pérou, le 5 mai 1596. Malgré le procès qui entraîne ensuite le retrait de la circulation de la première édition21, Oña semble gagner sans difficultés la protection du vice-roi suivant, don Luis de Velasco (1596-1603), lequel lui octroie en 1604 le titre de gentilhombre de la compañía de lanzas del virrey, une fonction de cour, mais militaire. On peut en dire autant de sa relation avec don Gaspar de Zúñiga y Acevedo, comte de Monterrey (1604-1606), qui remplace Velasco, et qui lui concède le poste d’auditor general au royaume du Chili. Cependant, peu de temps après la mort du comte, Oña revient à la capitale, et nous l’y trouvons en 1607, acquittant des dettes. Il est donc à Lima lorsque fait son entrée dans la capitale le nouveau vice-roi, le marquis de Montesclaros.

  • 22 Les années de gouvernement de Montesclaros ont été étudiées par Lewis Hanke et Celso Rodríguez dans(...)

17Juan de Mendoza y Luna (Guadalajara, 1571-Madrid, 1628), troisième marquis de Montesclaros, marquis de Castil Bayuela, chevalier de l’ordre de Saint-Jacques et membre d’une des familles les plus illustres de la Péninsule, les Mendoza, fut le dixième vice-roi de la Nouvelle-Espagne (1603-1607) et le onzième de la Nouvelle-Castille, qu’il gouverna de 1607 à 1615. De retour en Espagne, il fit partie du Consejo de Estado y Guerra (1617) puis devint président du Consejo de Aragón22.

  • 23 Aurelio Miró Quesada Sosa, El Primer virrey poeta en América, don Juan de Mendoza y Luna, marqués d (...)
  • 24 Ibid., p. 13.
  • 25 Cité ibid.
  • 26 A. Miró Quesada, El Primer virrey..., p. 13.
  • 27 L. Hanke et C. Rodríguez, Los Virreyes..., p. 87.

18Considéré par l’histoire comme un bon gouvernant, il fut qualifié de « vice-roi poète »23. Malgré les louanges que lui adressèrent les esprit de son temps, Montesclaros (dont nous ne connaissons que des écrits isolés) fut un homme aux dons poétiques modestes, comme le reconnaît Miró Quesada24 en le qualifiant de « versificateur moyen » et comme le confirme Leonard en parlant de « réussites littéraires extrêmement modestes »25. Cependant, son goût pour les lettres, avant tout en qualité de mécène des arts, semble établi : Miró Quesada remarque qu’il eut « une singulière résonance en son temps, et un rôle éminemment directif pendant toute une étape de l’histoire des lettres péruviennes »26 ; Hanke, pour sa part, le déclare « enthousiaste patron des lettres »27. En effet, même si elle est peu attestée et mal étudiée, la relation qu’il entretint avec l’université de San Marcos, avec le théâtre, avec l’Académie antarctique (surtout avec Diego de Hojeda, auteur de La Christiada, et avec Juan de Miramontes y Zuázola, auteur des Armas antárticas) et avec une série de fonctionnaires éminents est connue ; parmi ces derniers, fit partie de son cercle le juriste Juan de Solórzano Pereira, auteur de la Disputatio de Indiarum jure... (Madrid, F. Martínez 1629 et 1639) et de la Política indiana (Madrid, D. Díaz de la Carrera, 1648).

19Passé le tumulte de la conquête puis celui des guerres civiles du Pérou (1537-1554), l’époque de Montesclaros, tributaire de l’organisation imposée par le vice-roi Francisco de Toledo, fut une époque de consolidation et de stabilisation, marquée, cependant, par la guerre de l’Arauco (le Chili), jamais apaisée, et par la réelle et constante menace des pirates, en particulier celle du Fiollandais Spielberg. Ce fut aussi la période où se développa un mouvement mystique autour de celle qui allait devenir sainte Rose de Lima (1586-1617) ; celle de la campagne d’extirpation des idolâtries menée par les Jésuites à partir de 1610 ; et celle de la publication de la première partie des Commentaires royaux de l’Inca Garcilaso de la Vega (Lisbonne, Pedro Crasbeek, 1609).

  • 28 Pour la relation de mécénat entre Montesclaros et d’autres poètes et lettrés, cf. A. Miró Quesada, (...)

20Les témoignages de la renommée de Montesclaros vont de l’éloge que fit de lui Cervantes dans le « Canto de Calíope », dans son roman pastoral La Galatea (1585), à celui que l’on doit à la plume de Rodrigo de Valdés, dans son Poema hispano-latino (1687), en passant par ceux de Bernardo de Balbuena, de Ruiz de Alarcón et de Lope de Vega dans La Arcadia (1598)28.

21Sa relation avec Pedro de Oña date de 1607, c’est-à-dire de l’entrée triomphale de Montesclaros à Los Reyes, pour laquelle le poète compose sa « Canción real panegyrica en la venida de su excellencia a estos reynos », onze strophes en hendécasyllabes, qui sera publiée en 1609, à Lima chez Francisco del Canto. L’élogieuse composition, truffée de jeux de mots autour des noms du vice-roi (« luna », « montes », « claros ») lui valut un corregimiento dans la province de Yauyos (non loin de la capitale), entre juillet 1608 et octobre 1610.

  • 29 Cf. ibid., p. 93.

22Il est probable que Montesclaros a lu l’Arauco domado ; du moins Lope de Vega en connaissait-il la première édition, puisqu’il loue Oña dans La Dragontea (1598), l’appelant « ce célèbre poète des Indes » (aquel famoso indiano)29. En 1607, la renommée littéraire d’Oña semble être bien établie. Rappelons que l’Arauco domado est le dixième livre à sortir des imprimeries de Lima (installées en 1583), et le premier qui ne soit pas un ouvrage pratique. Malgré les problèmes de diffusion déjà cités, l’œuvre plaça son auteur au centre de la vie culturelle de la capitale. Le paratexte s’ouvre sur le privilège octroyé à Oña pour dix ans par le marquis de Cañete (15 janvier 1596), avec l’approbation du maestro Esteban de Avila de la compagnie de Jésus (10 janvier 1596) et l’avis du licenciado Don Juan de Villela, alors alcalde del crimen — haute charge s’il en est — de l’Audience de Lima (10 janvier 1596), qui deviendrait président du Conseil des Indes en 1623 et consejero de estado en 1626. L’œuvre présente un paratexte respectable : sans compter les approbations déjà mentionnées, l’épître dédicatoire et un prologue au lecteur, il contient six sonnets et trois canciones, composés par des poètes locaux.

  • 30 « Soneto I del Licen[cia]do Pedro I De Oña al author ; entendido | por el nombre de Delio », dans l (...)
  • 31 « Soneto | del Licenciado | Pedro De Oña en nombre de la Anltártica Academia, de la ciudad | de Lim (...)

23La carrière d’Oña semble continuer à se développer à Lima. En 1602 paraîtra un sonnet de lui dans le paratexte des Constituciones y ordenanças de la Universidad, y studio general de la ciudad de Los Reyes del Piru... (éditées à Lima par Antonio Ricardo) ; il s’y déclare « le plus petit des fils » de l’université (el menor hijo della). Cette même année, voit le jour à Lima l’érudite Miscelánea austral de Diego de Dávalos y Figueroa, membre de l’Académie antarctique, éditée conjointement avec sa Defensa de damas (Ricardo, 1602 et 1603). Le paratexte de ces deux œuvres (dix-huit compositions poétiques dans la première, sept dans la seconde), qui prétend témoigner de l’existence des poètes au Pérou et faire montre de leur érudition, inclut deux sonnets d’Oña qui font l’éloge de l’auteur30. Le rôle prépondérant de celui-ci dans l’Académie antarctique se trouve par ailleurs explicité dans le sonnet qu’il publie « au nom de l’Académie antarctique, de la ville de Lima, au Pérou »31 dans les préliminaires de la Primera parte del Parnaso antartico (déjà citée), traduction des Héroïdes et de l’Invective contre Ibis d’Ovide, faite par Diego Mexía de Fernangil, membre de l’Académie antarctique, et parue à Seville en 1608.

  • 32 Temblor de | Lima año de 1609. | Governando el Marques | de Montes Claros, Virrey Excellentissimo. (...)

24Une nouvelle œuvre témoigne de la protection qu’Oña continue à recevoir du marquis de Montesclaros. En 1609 paraît à Lima (imprimée par Francisco del Canto) El Temblor de Lima de 160932, œuvre dialoguée (83 octavas reales) et centrée sur le grave tremblement de terre qui ravagea la région à cette date et que subit Oña alors qu’il était à Los Reyes. L’œuvre fut écrite immédiatement après les faits ; et c’est le peu de temps qui sépare ces faits de leur narration, comme le signale l’auteur dans le Prologue au lecteur, qui fait la grande valeur de celle-ci.

25Sur un ton réaliste, Oña fait raconter cette catastrophe et ses conséquences par l’un de ses personnages à un ami. L’œuvre fut dédiée non pas au marquis de Montesclaros, mais à son fils « don Joan de Mendoça, y Luna Marques de Castil de Bayuela su Primogenito successor ». Dans l’épître dédicatoire, son auteur dit vouloir offrir deux choses au lecteur : il lui révèle, d’une part, l’ambivalence de la nature des Indes, dont les montagnes peuvent produire d’énormes quantités d’argent, mais aussi des séismes qui ravagent la région ; d’autre part, il cherche à montrer « un vivant exemple de l’heureuse action que mène le marquis dans le gouvernement de ces provinces » (un exemplar bivo del feliz progresso, que el Marques lleva en el gobierno destas provincias) pour qu’il serve de modèle à son fils. A l’épouvante suscitée par le séisme, succède en effet l’action de Montesclaros, sa tâche de réparation matérielle des immenses dommages et son rôle de soutien spirituel aux âmes abattues des victimes. Nous le voyons, ainsi, visitant lui-même les mines de mercure de Huancavelica et celles d’argent de Castrovirreina, pour évaluer les dommages mais surtout pour remédier à la situation des Indiens. Bâti autour du topos des armes et des lettres, l’éloge de Montesclaros, habilement entrelacé de récits de son action, est centré sur la construction de l’image du vice-roi en tant que prince sage, juste, magnanime et pieux.

  • 33 A. Miró Quesada, El Primer virrey…, p. 119.
  • 34 Nous n’avons pas pu consulter l’ouvrage, nous empruntons la référence bibliographique à José Toribi (...)

26Oña consacrera encore une dernière œuvre à Montesclaros, à l'occasion de la mort, le 3 octobre 1611, de la reine Marguerite d’Autriche, épouse de Philippe III. Montesclaros avait assisté au mariage simultané de la reine et de la princesse Isabel Clara Eugenia à Valence en 1599, au début de sa carrière politique. Le marquis, profondément touché selon Miró Quesada33, autorisa le Cabildo à célébrer les honneurs funèbres en grande pompe. Les obsèques eurent lieu, après quatre mois de préparation, en novembre 1612. L’augustin Martín de León fut chargé de préserver le souvenir de l’occasion dans une Relacion delas exequias q. el ex.mo s.r D. Juan de Mendoça | y luna Marques de Montesclaros, Virrei del Piru hizo| en la muerte dela Reina Nuestra S. Doña | Margarita..., éditée à Lima, par Pedro de Merchán y Calderón, en 1612 (ou 1613 selon le colophon)34. Un sonnet de Bernardino de Montoya dédié à Don Juan Hurtado de Mendoza y Luna, duque del infantado, inaugure les préliminaires, deux canciones, six sonnets et quelques décimas précèdent le sermon funèbre du frère Pedro Ramírez, qui est suivi d’une série de textes poétiques. Le marquis, animateur de la célébration poétique, aurait été lui-même, selon Miró Quesada, l’auteur d’un de sonnets anonymes, åuvres à caractère purement laudatif, les relations prétendent, comme il est bien connu, être en elles-mêmes un monument qui témoigne de l’adhésion de la ville au pouvoir métropolitain et qui permet la légitimation de la hiérarchie en place. La présence des compositions d’Oña dans ce monument collectif qu’est la Relación montre sa position privilégiée en tant que poète de la cour vice-royale : tout au début, après le sonnet dédié au duque del infantado, apparaissent la « Cancion real de el Licenciado Pedro de Oña por el assumpto de este libro, y su Auctor », dediée au marquis de Montesclaros, et un sonnet d’Oña au frère Martín de León.

27Le marquis de Montesclaros parti, Oña sut s’attirer les bonnes grâces du nouveau vice-roi, autre célèbre mécène des arts, Don Francisco de Borja y Aragon, prince d’Esquilache (1615-1621), qui le fit corregidor de Vilcabamba, dans la province andine d’Apurίmac (1615-1617).

  • 35 Pour l’Ignacio de Cantabria, cf. le prologue de Mario Ferreccio Podestà et l’étude préliminaire de (...)
  • 36 Cf. Luis Martin, The Intelectual conquest of Peru: the Jesuit college of San Pablo, 1568-1767, New (...)
  • 37 Il s’agit de la « Cancion real, | del Licenciado Pe-|dro de Oña, en que se recoge[n] las ex-|celenc (...)

28Aux Jésuites, Oña dédiera la première et la deuxième partie de El Ignacio de Cantabria (deux éditions : une à Madrid, en 1636 et l’autre à Seville, chez Lyra, en 1639), dont une des approbations est due à Calderón de la Barca35. Les relations d’Oña avec les Jésuites, probablement très ancienne, n’ont pas été étudiées36. Ses relations avec les ordres religieux ne se limitaient par non plus aux Jésuites : nous trouvons une composition poétique d’Oña dans l’ouvrage de Diego de Córdoba y Salinas, Vida, virtudes y milagros del nuevo apóstol del Pirú, el venerable p. f. Francisco Solano (Lima, Jerónimo de Contreras, 1630)37.

  • 38 Pour le Vasauro, cf. l’Introduction de Rodolfo Oroz à son édition de l’ouvrage (Santiago, Prensas d (...)
  • 39 « El Vasauro | Poéma heroico, por el Licen[cia]do | Pedro de Oña, naturál de Chile | Dirigido al Co (...)

29En 1630, il obtient le corregimiento de Calca, à Cuzco, probablement comme avance ou encouragement de Luis Jerónimo Fernández de Cabrera, quatrième comte de Chinchón et quatorzième vice-roi du Pérou, pour la composition de El Vasauro38. Ce poème épique en onze chants achevé autour de 1635 mais qui restera inédit jusqu’au XXe siècle39, raconte les événements survenus depuis la guerre dynastique qui donna à Isabelle le trône de Castille, jusqu’à la prise de Grenade ; parmi ces événements, se distinguent les actions d’Andrés de Cabrera, ancêtre du comte de Chinchón, dont la famille avait commandé la composition du poème.

30Dans les pages qui précèdent, nous avons tenté d’examiner le rapport entre un noble, représentant suprême du pouvoir politique péninsulaire aux Indes, et un poète créole qui est parvenu a faire une carrière sous la protection de plusieurs patrons.

31Se pencher sur l’action de patronage exercée par les vice-rois à l’époque coloniale est, comme nous espérons l’avoir montré, un filon riche et fructueux pour étudier les modalités du transfert de la culture humaniste au Nouveau Monde et la fondation d’un savoir.

32Les traditions familiales de mécénat, comme dans le cas des Mendoza (dont quatre furent vice-rois), méritent d’être suivies sur leur versant américain, sans oublier pour autant la fonction des secrétaires, des fonctionnaires, et celle de l’élite indigène.

33Quant à la question de la spécificité (s’il y en a une) du mécénat aux Indes, on ne pourra y répondre qu’après plusieurs années de travail collectif dans le cadre des études sur la cour vice-royale (qui sont dans un état embryonnaire). Pour conclure, donc, nous ne pouvons offrir qu’une observation qui est, en réalité, un point de départ : le système administratif des vice-royautés impliqua la présence permanente d’une cour (présidée par un vice-roi et son entourage, qu’accompagne le plus souvent son épouse avec son propre entourage), mais il impliqua aussi son renouvellement (en principe, tous les six ans) avec le départ du vice-roi. Cette mobilité constante aura pour conséquence la présence (quoique brève) aux Indes de grands esprits de l’époque et elle forcera les lettrés créoles à refaire et à renouveler leurs alliances avec le pouvoir. Cette mobilité constante sera déterminante pour la formation d’une République des lettres outre-mer.

Notes

1 Werner L. Gundesheimer, « Patronage in the Renaissance: an exploratory approach », dans Patronage in the Renaissance, éd. Guy Fitch Lytle et Stephen Orgel, Princeton, Princeton University Press, 1981, p. 3.

2 Henri-Jean Martin, Livres, pouvoir et société à Paris au XVIIe siècle, Genève, Droz, 1969, p. 430.

3 Roger Chartier, « Patronage et mécénat », dans Culture écrite et société : l’ordre des livres (XIV-XVIII siècle), Paris, A. Michel, p. 95.

4 Ibid.

5 W. L. Gundersheimer, « Patronage... », p. 19.

6 Les ouvrages de Felipe Barreda y Laos, La Vida intelectual en el virreinato del Perú, Lima, Universidad Nacional Mayor de San Marcos, 1964 (1re éd. 1909) et celui de Vicente Gregorio Quesada, La Vida intelectual en América durante los siglos XVI, XVII y XVIII, Buenos Aires, La Cultura Argentina, 1917(lre éd. 1910), sont assez datés.

7 La vice-royauté de la Nouvelle-Castille (appelée aussi Pérou), créée par la Couronne en 1542, comprenait toute l’Amérique du Sud de langue espagnole explorée jusqu’à ce moment-là, exception faite du Venezuela.

8 En ce qui concerne la situation de la vice-royauté du Pérou en général, il est peut-être bon de rappeler que la chute de l’empire inca eut lieu en 1532 ; Cuzco, ancienne capitale, fut prise en 1533, et en 1535 Pizarro fonda, à quelques kilomètres de l’océan Pacifique, sa nouvelle capitale, Los Reyes (également connue dès l’époque coloniale comme « Lima »).

9 Le Colegio del Príncipe, collège jesuite pour l’education de l’élite indigène, ne sera fondé qu’en 1620 à Lima.

10 Cf. Guillermo Lohmann Villena, « Annus mirabilis », étude préliminaire à son édition de Diego de Aguilar y de Córdoba, El Marañón, Madrid, CSIC, 1990, p. LV.

11 La recherche, commencée par les travaux d’Irving A. Leonard (cf. entre autres « Don Quixote and the book trade in Lima, 1606 », dans Hispanic American Historical Review, t. 8, 1940, p. 285-304; « Best-sellers of the Lima book trade, 1583 », dans Hispanic American Historical Review, t. 22, 1942, p. 5-33) et de G. Lohmann Villena (cf. « Libros, libreros y bibliotecas en la época virreinal », dans Fénix, t. 21, 1971, p. 17-24) est actuellement continuée par Pedro Guibovich (cf. « Libros para ser vendidos en el virreinato del Perú a fines del siglo XVI », dans Boletín del Instituto Riva-Agüero, t. 13, 1984-1985, p. 85-114) et Teodoro Hampe Martínez (cf. entre autres Bibliotecas privadas en el mundo colonial Francfort, Vervuert, 1992).

12 Alberto Tauro a souligné son aspect insaisissable dans le titre de l’ouvrage qu’il lui consacra (Esquividad y gloria de la Academia Antártica, Lima, Ed. Huascarán, 1948).

13 Pour un aperçu général et une étude bibliographique de sources primaires, cf. Sonia V. Rose, « The Academia Antártica and the early vice-regal culture », dans Documentary sources for Andean art, history and archeology, projet conjoint de la National Gallery of Art de Washington D. C. et du Getty Institute, sous la direction de Joanne Pillsbury.

14 « ...se platica poco [...] de la verdadera Poesía y artificioso metrificar, que de hacer coplas a bulto antes no hay quien no lo profese. »

15 « Discurso | En loor de la Poesía, dirigido al Autor, i compues-lto por una señora principal d’este Reino, mui verlsada en la lengua Toscana, i Portuguesa... », publié dans les préliminaires de la première partie du Parnaso antártico de Mexía de Fernangil, Séville, Rodríguez Gamarra, 1608, fol. 9-26.

16 Les travaux les plus complets restent ceux de José Toribio Medina, Historia de la literatura colonial, Santiago, Imprenta Elzeveriana, 1898, 3 vol. (pour Oña, cf. t. II, chap. VI-IX) et de Enrique Matta Vial, El Licenciado Pedro de Oña, estudio biográfico crítico, Santiago de Chile, Imprenta Universitaria, 1924. Voir aussi Hugo Gunckel, « Los ‘Confines de Engol’, Pedro de Oña y sus coetáneos », dans Boletín de la Universidad de Chile, t. 48, 1964, p. 63-69.

17 Primera parte | de Arauco | Domado, | compuesto por el licen-|ciado Pedro de Oña, Natural delos Infantes de | Engól en Chile, Collegial del Real Co-|legio mayor de Sant Felipe, y S. | Marcos, fundado en la Ciud-|dad de Lima. Dirigido a Don Hurtado de Men-|doça, Primogenito de don Garcia Hurtado de Mendoça, Marques | de Cañete, Señor de las Villas de Argete, y su Partido Visorrey | de los Reynos del Piru, Tierra Firme, y Chile. Y de la Mar-|quesa doña Teresa de Castro, y de la Cueva. | Hijo, Nieto, y Biznieto de Virreyes. Con previlegio, | impresso en la ciudad de los | Reyes, por Antonio Ricardo de Turin, Primero | Impressor en estos Reynos. | Año de 1596.

18 La lre partie fut éditée à Madrid, par Pierres Cossin, en 1569 ; la 2e (avec la lre), en 1578 par le même éditeur ; la 3e à Madrid, par Pedro Madrigal, en 1589. La lre édition des trois parties réunis en un volume fut celle de Madrid, par Pedro Madrigal, en 1590.

19 Criollo (« créole ») : enfant ou descendant de péninsulaires, né aux Indes occidentales.

20 Pour l’Arauco domado, cf. entre autres Salvador Dinamarca, Estudio del « Arauco domado » de Pedro de Oña, New York, Hispanic Institute, 1952 ; Julio Durán-Cerda, « Arauco domado, poema manierista », dans Revista iberoamericana, t. 44, n° 104-105, 1978 (Homenaje a Irving A. Leonard), p. 515-525 ; Elide Pittarello, « Arauco domado de Pedro de Oña o la vía erótica de la conquista », dans Dispositio, t. 14, n° 36-38, 1989, p. 247-270.

21 J. T. Medina, « Proceso de Pedro de Oña con motivo de la publicación del Arauco domado », dans Biblioteca hispano-chilena, 1523-1817, Santiago, en Casa del Autor, 1897, p. 47-74.

22 Les années de gouvernement de Montesclaros ont été étudiées par Lewis Hanke et Celso Rodríguez dans Los Virreyes españoles en América durante el gobierno de la Casa de Austria : Perú, Madrid, Atlas, 1978 (Biblioteca de autores españoles, 281), t. II, p. 87 et suiv., et, plus récemment, par Pilar Lataza Vassallo, La Administración virreinal en el Perú : el gobierno del marqués de Montesclaros (1607-1615), Madrid, C. E. Ramón Areces, 1997. Le mécénat de la famille Mendoza a été abordé par Helen Nader, Los Mendoza y el Renacimiento español Guadalajara, Diputación Provincial, 1981, dans un ouvrage que nous n’avons pas pu consulter.

23 Aurelio Miró Quesada Sosa, El Primer virrey poeta en América, don Juan de Mendoza y Luna, marqués de Montesclaros, Madrid, Gredos, 1962.

24 Ibid., p. 13.

25 Cité ibid.

26 A. Miró Quesada, El Primer virrey..., p. 13.

27 L. Hanke et C. Rodríguez, Los Virreyes..., p. 87.

28 Pour la relation de mécénat entre Montesclaros et d’autres poètes et lettrés, cf. A. Miró Quesada, El Primer virrey....

29 Cf. ibid., p. 93.

30 « Soneto I del Licen[cia]do Pedro I De Oña al author ; entendido | por el nombre de Delio », dans la Miscelánea, et « Soneto I del Licen[ciado] Pedro I de Oña al autor, por la | defensa de Damas ».

31 « Soneto | del Licenciado | Pedro De Oña en nombre de la Anltártica Academia, de la ciudad | de Lima, en el Piru. »

32 Temblor de | Lima año de 1609. | Governando el Marques | de Montes Claros, Virrey Excellentissimo. | Y una Cancion Real Panegyrica en la | venida de su excellenda a | estos Reynos. | Dirigido a don Joan de Mendo|ça, y Luna Marques de Castil de Bayuela su Primo|genito successor... Por Francisco del Canto, 1609. Nous avons consulté l’édition en fac-similé de José Toribio Medina, Temblor de Lima de 1609, Santiago, Imprenta Elzeviriana, 1909.

33 A. Miró Quesada, El Primer virrey…, p. 119.

34 Nous n’avons pas pu consulter l’ouvrage, nous empruntons la référence bibliographique à José Toribio Medina, La Imprenta en Lima, Lima, Biblioteca Nacional de Perú, 1962, et nous suivons, pour le contenu, A. Miró Quesada, El primer virrey..., p. 117-123.

35 Pour l’Ignacio de Cantabria, cf. le prologue de Mario Ferreccio Podestà et l’étude préliminaire de Mario Rodríguez Fernández à leur édition critique (Concepción, Universidad de Concepción, 1992, p. 9-36 et p. 36-51).

36 Cf. Luis Martin, The Intelectual conquest of Peru: the Jesuit college of San Pablo, 1568-1767, New York, Fordham University Press, 1968.

37 Il s’agit de la « Cancion real, | del Licenciado Pe-|dro de Oña, en que se recoge[n] las ex-|celencias del Santo, derramadas por | este docto libro. Introduze el Poeta | al Rio Lima, hablando con el Tibre I de Roma ; para el intento de | todo lo aqui escrito ». La composition apparaît également dans la 2e éd. de l’ouvrage, à Madrid, en 1648.

38 Pour le Vasauro, cf. l’Introduction de Rodolfo Oroz à son édition de l’ouvrage (Santiago, Prensas de la Universidad de Chile, 1941, p. xi-xciii) et A. Carrique de Kábala, « El Vasauro : imágenes clásicas en metáforas manieristas », dans Flor al viento dedicada : estudios sobre el barroco hispanoamericano, Salta, Universidad Nacional de Salta, 1984, p. 53-85.

39 « El Vasauro | Poéma heroico, por el Licen[cia]do | Pedro de Oña, naturál de Chile | Dirigido al Conde quarto de | Chinchon, Virrey Eccelentiss[im]o, | del Pirú etc[eter]a | en el Cuzco — 13. de Abril — 1635 », manuscrit de la Biblioteca Nacional de Chile, édité par Rodolfo Oroz (voir la note precedente).

© Publications de l’École nationale des chartes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search