Version classiqueVersion mobile

Fonder les savoirs, fonder les pouvoirs, XVe-XVIIIe siècle

 | 
Dominique de Courcelles

La révision des savoirs et la question de la différence sexuelle

Gisèle Mathieu-Castellani

Texte intégral

1Dans la construction du savoir, continuité et ruptures composent une dialectique subtile ; pour envisager ce que Dominique de Courcelles a heureusement appelé la « fondation des savoirs » aux XVe, XVIe et XVIIe siècles, il serait aussi vain de céder au mythe de l’initium en effaçant les traces des acquis et des traditions, que de réduire les nouveautés au seul aggiornamento, à une simple toilette des héritages. La notion de « Renaissance » (renascentes litterae) — même si, on l’a souvent remarqué, l’appellation est impropre : ne peut renaître que ce qui est mort, et les lettres ne sont certes pas mortes durant les siècles de l’aussi mal nommé Moyen Age ! — implique du reste à la fois par son sème principal une inauguration, et par son préfixe un recommencement. Comme si, par un geste d’effacement de la littérature nationale des siècles antérieurs, et de réanimation des littératures antiques classiques, l’humaniste souhaitait déclarer, dans son « insolente ardeur d’exclure » comme disait Nerval, sa véritable filiation, préférant les vénérables ancêtres au père indigne...

  • 1 Qui a comme on sait des objets fort divers : examen critique des manuscrits pour l’établissement d (...)

2Les érudits et les savants de la Renaissance, tout en opérant un retour aux cultures antiques, élaborent en effet les grands principes de la culture humaniste des temps modernes en fondant leur réflexion sur une intense activité critique1 : ils imposent ainsi un réexamen des modalités de la connaissance, et une révision des savoirs qui ne se confond pas avec un retour aux savoirs anciens, même si elle prend appui sur eux. Le vaste chantier qui s’ouvre alors en Europe opère, on le sait, mainte transformation dans le champ des représentations : la question de la différence sexuelle n’est cependant pas, au premier regard, au centre des nouveaux discours humanistes ; néanmoins, même si elle apparaît d’abord comme subsidiaire, et encore tributaire des traditions antiques et médiévales, elle se trouvera bientôt posée en termes nouveaux, et contribuera à ébranler les cadres épistémologiques (théologiques et cosmologiques), dans lesquels elle a été si longtemps pensée.

  • 2 « Il y eut plus de femmes cultivées au XVIe siècle qu’à nulle autre époque antérieure [...]. Si on (...)
  • 3 « La Renaissance provoqua une révolution quantitative dans le domaine de l’instruction, car la dif (...)

3La Renaissance européenne, accordant un accès plus aisé au monde de la culture à quelques classes privilégiées, aristocratiques ou bourgeoises, fut, nous dit-on, l’époque de la promotion de la femme2. A l’espèce de « révolution quantitative » qui se marque dans le développement de l’instruction3 correspond une acculturation des dames de l’aristocratie et de certains milieux bourgeois humanistes, comme ceux de l’imprimerie, et cette nouvelle « culture féminine » fait l’objet d’un vif débat qui oppose les « ténébreux mysogynes » raillés par Pontus de Tyard et les défenseurs de l’honneur des dames, comme François Billon.

4La science et la doctrine sont-elles accessibles à « l’âme » des femmes ? On dirait qu’elles suscitent surtout l’ironie masculine :

  • 4 Michel de Montaigne, Essais, III, III, De trois commerces, éd. Villey-Saulnier, Paris, PUF, 1965, (...)

« [Les savants] en ont en ce temps entonné si fort les cabinets et oreilles des dames que, si elles n’en ont retenu la substance, au moins elles en ont la mine : à toute sorte de propos et matière, pour basse et populaire qu'elle soit, elles se servent d’une façon de parler et d’écrire nouvelle et savante [...] et allèguent Platon et saint Thomas aux choses auxquelles le premier rencontré servirait aussi bien de témoin. La doctrine qui ne leur a pu arriver en l’âme, leur est demeurée en la langue4.

5Le bénéfice des bonnes lettres si heureusement restituées doit-il échapper au sexe féminin ? Embrassant avec ardeur « la cause des femmes », Hélisenne de Crenne s’en prend dans sa Quatrième épître invective à Élenot, « lequel excité de présomption téméraire, assiduellement contemnait les dames qui au solacieux exercice littéraire se veulent occuper » :

  • 5 Les Epistres familières et invectives (1539), éd. J. Nash, Paris, Champion, 1996, p. 150.

« Et parlant en général tu dis que femmes sont de rudes et obnubilés esprits : par quoi tu conclus que autre occupation ne doivent avoir que le filer : Ce m’est une chose admirable de ta promptitude, en cette détermination. J’ai certaine évidence par cela (que si en ta faculté était) tu prohiberais le bénéfice littéraire au sexe féminin : l’impropérant de n’être capable des bonnes lettres »5.

6De ces résistances masculines témoigne par exemple le dialogue du sot abbé avec dame Ysabeau, cité ici dans la traduction que donne Marot d’un colloque d’Érasme, qui résume plaisamment les arguments pro et contra :

YSABEAU
Mais bien je vous demanderai
Pourquoi mes livres fâchent tant
A votre vue.

L’ABBÉ
Pour autant
Que la quenouille, et le fuseau,
Sont armes de femmes.

YSABEAU
Tout beau :
La femme ne doit-elle point
Gouverner sa maison à point,
Instruire ses enfants ?

L’ABBÉ
Si fait.

YSABEAU
Et pensez-vous qu’un tel effet
Se puisse mener sans prudence ?

L’ABBÉ
Nenni vraiment, comme je pense.

  • 6 Clément Marot, Colloque de l’abbé et de la femme sçavante, dans id., Œuvres poétiques, éd. G. Defa (...)

YSABEAU
Afin qu’averti en soyez,
Les livres que vous me voyez
Me font telle chose connaître6...

7Il est surtout significatif que dans son Oraison funèbre de Marguerite de Navarre (1550), Charles de Sainte-Marthe se sente tenu de justifier la culture et l’érudition de la reine, et son goût pour les lettres :

  • 7 Charles de Sainte-Marthe, Oraison funèbre de Marguerite de Navarre, dans Marguerite de Navarre, L’ (...)

« Il y en a qui diront que cela est aliène de l’office et état de la femme, et pour cette cause ils blâmeront ce que nous tournons à grand honneur et estimons fort en Marguerite, mais nous avons notre réponse prête. Car autrefois il y en eut d’autres, qui ont été aveuglés de pareille cécité et sont tombés en même fosse d’erreur et de témérité, voulant par un édit censorien défendre aux femmes l’étude de Philosophie.
Mais, quoi que ne puissant nier qu’il y a certaines choses propres aux hommes, comme de conduire une armée, gouverner une République, orer en public, et d’autres qui appartiennent aux femmes, comme de garder la maison [...], toutefois personne aussi ne niera [...] qu’il y a pareillement d’autres choses qui sont communes tant à la femme qu’à l’homme [...]. S’il en est ainsi, pourquoi ne sera-t-il donc permis aux femmes de puiser en la commune fontaine, qui sont les livres... ? »7

8Encore ce qui est tolérable de la part d’une reine ou d’une grande dame est-il communément refusé à la bourgeoise, et même à la demoiselle de moyenne condition, comme le rappelle vigoureusement Agrippa d’Aubigné à ses filles, en homme soucieux de préserver la paix des ménages et les prérogatives de l’époux :

  • 8 Agrippa d’Aubigné, « A mes filles touchant les femmes doctes de notre siècle », dans id., Œuvres, (...)

« Je viens à vous dire mon avis de l’utilité que peuvent recevoir les femmes par l’excellence d’un tel savoir : c’est que je l’ai vu presque toujours inutile aux Damoiselles de moyenne condition, comme vous, car les moins heureuses en ont plutôt abusé qu’usé : les autres ont trouvé ce labeur inutile, essayant ce que l’on dit communément, que quand le rossignol a des petits, qu’il ne chante plus. Je dirai encore qu’une élévation d’esprit démesurée hausse le cœur aussi, de quoi j’ai vu arriver deux maux, le mépris du ménage et de la pauvreté, celui d’un mari qui n’en sait pas tant, et de la dissension. Je conclus ainsi, que je ne voudrais aucunement inciter au labeur des lettres autres que les Princesses qui sont par leur condition obligées au soin, à la connaissance, à la suffisance, aux gestions et autorités des hommes, c’est là où le savoir peut réussir comme à la reine Elisabeth »8.

  • 9 M. de Montaigne, Essais, III, III, p. 823.

9Montaigne, souhaitant réduire l’accès des dames bien nées aux seules sciences moralement utiles ou agréablement futiles, l’histoire, la philosophie morale, la poésie, « art folâtre et subtil, déguisé, parlier, tout en plaisir, tout en montre, comme elles »9, partage l’élitisme de ses contemporains :

  • 10 Ibid., I, XXVI, De l’institution des enfants, p. 149.

« Madame, c’est un grand ornement que la science, et un outil de merveilleux service, notamment aux personnes élevées en tel degré de fortune, comme vous êtes. A la vérité, elle n’a point son vrai usage en mains viles et basses »10.

  • 11 Au livre V de la République, souvent allégué par les avocats de la cause des femmes, Socrate souti (...)
  • 12 Dans le De institutione foeminae christianae (première traduction française par P. de Changy en 15 (...)

10La question de l’éducation des femmes, si souvent soulevée depuis Platon11, bien posée par l’humaniste Juan Luis Vives12, « s’il est expédient à femmes savoir lettres et les érudier et instruire en lettres et sciences », devenue l’objet de mainte réflexion critique, de Christine de Pizan à Hélisenne de Crenne, François Billon, ou Marie de Gournay, est évidemment liée à celle de leur rôle dans la société. Montaigne doit d’ailleurs bien convenir que l’éducation et les rôles assignés par l’instance sociale font toute la différence entre mâles et femelles :

  • 13 M. de Montaigne, Essais, III, V, Sur des vers de Virgile, p. 897.

« ... je dis que les mâles et femelles sont jetés en même moule : sauf l’institution et l’usage, la différence n’y est pas grande. Platon appelle indifféremment les uns et les autres à la société de tous études, exercices, charges, vacations guerrières et paisibles, en sa république ; et le philosophe Antisthène ôtait toute distinction entre leur vertu et la nôtre »13.

  • 14 Épître aux Éphésiens 5, 22 ; I Timothée 2, 11-12 ; Colossiens 3, 18 ; I Corinthiens 11, 3.

11Mais la question de la différence sexuelle, avant d’être posée en termes de société, de droit, de psychologie, de morale, ou d’« institution », incite d’abord les humanistes de la Renaissance à un réexamen (parfois critique) des Écritures, et notamment de saint Paul, qui théorise la soumission de la femme14. Le débat sur la dignité de la femme fait écho aux thèmes apologétiques de la dignitas hominis, et il engage alors des « disputes » théologiques et métaphysiques ; il interroge aussi par là l’épistémè humaniste et ses postulats, car son cadre épistémologique est alors celui de l’anthropologie et de la cosmologie de la Renaissance.

I. — LE CADRE APOLOGÉTIQUE

12L’anthropologie s’inscrit alors dans une vision théologique, et plus précisément apologétique ; au nombre de ces grands débats idéologiques qui agitent le monde des humanistes européens, la question de la dignitas ou de la miseria hominis est centrée sur la place de la créature dans l’ordre de l’univers, sur sa situation dans l’échelle des êtres, tandis que la dialectique chrétienne, tenant les deux bouts de la chaîne, tente de concilier les contraires en rapportant la misère au péché et à l’absence de grâce, la grandeur à la qualité de la créature, faite à l’image de Dieu, res supra fidem selon Pic de La Mirandole. Mais l’homme reste-t-il encore au centre du monde, sur la planète Terre seule habitée, à l’heure où les découvertes scientifiques ébranlent les postulats métaphysiques ? L’éminente dignité du fils d’Adam n’apparaît plus toujours aussi assurée.

  • 15 Voir l’article récent de Margarete Zimmermann, « Querelle des Femmes, querelles du livre », dans D (...)
  • 16 François Billon, Le fort inexpugnable de l’honneur du sexe femenin (1555), réimpr. dir. M. A. Scre (...)

13L’épineuse question de la condition féminine semble se poser dans le cadre d’une autre dispute, la « querelle des Femmes », qui met en œuvre une autre problématique15. Quand se ranime ce que François Billón, le champion de l’honneur des dames, appelle « cette vieille et odieuse Guerre des deux sexes », elle paraît se borner à opposer défenseurs et adversaires de l’excellence du sexe féminin, dont Le Fort inexpugnable de l’honneur du sexe fémenin16,é, critiquant la misogynie de Rabelais (entre autres), reproduit les propos et les opinions, tout en soutenant avec une ardeur belliqueuse le parti des dames :

« Plusieurs maintenant piqués de l’aiguillon d’Envie, au mépris des personnes et choses qui leur ont au besoin donné plus grand secours : plus tôt, je crois, d’eux-mêmes iraient semer sots propos en chacun lieu, qu’ils ne trouvassent les moyens de mettre en évidence, tant par paroles de langue trop effrénée, que par élégants traits d’Écriture, leur félonne conception sur quelque cas imaginée. Ce que souvent ils font de la très noble, gracieuse et plus que nécessaire Condition des Femmes : Abusant ainsi de l’honorable humilité d’elles, quand ils s’efforcent d’imprimer au cerveau d’autrui, la fragilité de tout leur Sexe être telle, que capacité de Science et vertu ne s’y puisse trouver, ni pareillement aucune excellence de Noblesse : et que cette Féminine Condition, au regard de la masculine, est Variable, Indiscrète, Obstinée, Incorrigible, Pusillanime, et (qui plus est) Imparfaite par erreur de Nature, voire et contre ce que devrait icelle nature. »

14Les avocats qui soutiennent la cause de la dignité ou de l’indignité du sexe féminin, de sa supériorité ou de son infériorité, inscrivent toutefois obliquement leur plaidoirie ou leur réquisitoire dans le cadre théologique ; il est significatif que la référence la plus communément alléguée, de Marguerite de Navarre à Marie de Gournay, soit celle des Épîtres de Paul, où la soumission de la femme à son chef est dite analogue à celle de l’Église au Christ (I Cor. 11. 3). C’est bien à la lumière d’une controverse théologique que s’éclaire la discussion sur le deuxième sexe :

  • 17 Ibid., fol. 2.

« Sans qu’ils puissent croire ou confesser, qu’au contraire de cette ingrate opinion, ou (pour mieux dire) Frénésie, il n’y a rien au monde plus proche de vérité, que le grand Formateur de l’univers, Père et bon Pasteur de l’un et l’autre Sexe, par son Amour, Sapience et Puissance, créa l’Homme semblable à soi Mâle et Femelle : la différence de quoi n’est connue sinon ès parties corporelles, esquelles était requise la nécessaire diversité pour l’usage de la génération : donnant à l’un et à l’autre semblable et même force d’Ame, de sorte qu’entre icelles Ames n’y a différence de Sexe. La Femme a le pareil entendement de l’Homme, la même raison, la formelle parole, aspirant tous deux également à une félicité... »17.

15De même, dans les Dialogues de Tahureau (1565), l’échange entre le Cosmophile et le Démocritic à propos du sexe féminin et de ses capacités ne peut éviter la référence théologique :

« le cosmophile. Il semblerait presque à t’ouïr parler que Dieu faillit, quand il créa la femmes, qui serait aller tout au contraire de la vérité, car selon Dieu, si la femme n’est plus parfaite que l’homme, pour le moins elle le doit égaler.

  • 18 Jacques Tahureau, Les Dialogues, éd. F. Conscience, Paris, A. Lemerre, 1870, p. 10.

le démocritic. Puisque tu es entré sus les termes de la Théologie, encore que je ne m’y sois pas beaucoup rompu la tête, si est-ce que je te prouverai bien par icelle la femme être plus imparfaite que l’homme »18.

16Voici encore que dans une de ses Lettres familières, Étienne Pasquier porte ironiquement attention au débat sur les origines ; il rapporte une « bouffonnerie » entendue dans un salon, « deux narrations fabuleuses » de l’origine simiesque de la femme, ou de l’homme : la première faite par un hardi gentilhomme qui, s’appuyant sur « un vieil Thalmudiste », prétend que « comme l’homme est mitoyen entre les dieux et la femme, aussi semble la femme l’être entre l’homme et les pygmées et singes » ; la deuxième apportée en réponse par une sage demoiselle, qui, s’appuyant à son tour sur le témoignage « d’un autre Rabbi », assure que « l’homme, ayant été enté sur l’arbre des singes, en a toujours retenu la nature » ; renvoyant dos à dos les adversaires, Pasquier situe le débat dans sa vraie dimension, sa dimension théologique, et il allègue la caution du sage Salomon, « quand en peu de paroles il nous enseigna que sous cette grande voûte du ciel tout était plein de vanité » :

« Laissons cet mot de singerie à ceux qui, par occasion, sous deux narrations fabuleuses, voulurent représenter l’infirmité qui héberge en nous, et demeurons aux termes du grand Salomon. Qu’est-ce, je vous prie, que ce bas monde ? Une mélange générale de vanité ; j’ajouterais volontiers avec celui qui fit l’épitaphe d’Adam de Saint-Victor, qu’entre toutes les vanités il n’y en a point de plus grande que celle de l’homme :

  • 19 Étienne Pasquier, Lettres familières, éd. D. Thickett, Genève, Droz, 1974, p. 263.

Omnia vana,
Inter vana nihil vanius est homine »19.

  • 20 Ibid., 259.
  • 21 Marguerite de Navarre, L’Heptaméron, éd. M. François, Paris, Garnier, 1966. L’indication des pages (...)

« Sous l’écorce d’une fable, nous découvrons la vérité »20 : l’anecdote et son commentaire attestent pour Pasquier que « les propos [...] sur les singularités tant du corps que de l’esprit, qui se trouvent ordinairement aux dames » ne trouvent leur « vérité » qu’à la lumière du postulat théologique de la vanité.
De la même manière, lorsque les devisants de Y Heptaméron21 disputent des « qualités respectives » de l’homme et de la femme, ils s’accordent pour reconnaître une même ordure au cœur des deux sexes ; la différence des sexes alors s’efface devant leur commune inanité :
« Le vice est commun aux femmes et aux hommes » (N. 38, p. 272).
« Sans faire tort à nul, pour bien louer à la vérité l’homme et la femme, l’on ne peut faillir de dire que le meilleur n’en vaut rien » (N. 45, p. 307).
« ...car, pour faire conclusion du cœur de l’homme et de la femme, le meilleur des deux n’en vaut rien » (N. 21, p. 175).
« Et les hommes et les femmes sont communs aux vices et aux vertus » (N. 36, p. 263).

  • 22 A. Fouque, « Il y a deux sexes », dans Lectures de la différence sexuelle, Éd. des Femmes, 1994, p (...)

17Une lecture rapide de la Genèse, qui sera contestée dès le début du XVIe siècle, laisse entendre que, si la femme est née d’une côte de l’homme, c’est qu'elle n’est qu’une infime partie d’Adam, sa mauvaise part : Antoinette Fouque est fondée à s’étonner que, encore aujourd’hui, cette « genèse à l’envers [...] n’étonne toujours pas grand-monde »22 ! Sauf Corneille Agrippa, qui prétend au contraire trouver dans les Écritures les plus sûrs indices — géographiques, linguistiques — de l’excellence du sexe féminin :

  • 23 H. Corneille Agrippa, De la supériorité des femmes, texte traduit du latin, présenté et annoté par (...)

« Si nous fouillons (comme on dit) les Écritures et si, ce faisant, nous commençons, ainsi que le bon sens nous y convie, par le début de la Genèse, nous nous heurtons d’emblée à un obstacle majeur : rien ne nous y est en effet révélé de la dignité de la femme, et de sa prééminence sur l’homme dans l’ordre primitif de la création. Rien vraiment ? Vérifions »23.

18Cependant au-delà des échos que suscite la « querelle des Femmes » et du choc des polémiques, la représentation du féminin qui est alors mise en question met en question aussi la vision du monde humaniste, et son système d’analogies différentielles.

II. — LE CADRE COSMOLOGIQUE

19A la Renaissance il est en effet impossible de répondre à la question du statut et de la qualité du sexe féminin sans prendre en compte le cadre conceptuel qui organise la vision du monde : un double système de ressemblances et de différences règle la position du microcosme par rapport au macrocosme, dont il est le reflet dégradé, et, à l’intérieur du microcosme, la position de l’homme par rapport à la femme.

20Car la question de la différence sexuelle s’inscrit très précisément à l’intérieur du système qui organise le monde, ses quatre éléments (Eau, Terre, Feu, Air), et ses quatre propriétés fondamentales (humide, sec, chaud, froid), selon un schéma de similitude différentielle, où chaque élément a deux propriétés fondamentales : la Terre, froideur et sécheresse ; l’Eau, froideur et humidité ; le Feu, chaleur et sécheresse ; l’Air, chaleur et humidité.

21La ressemblance règle la différence : froide comme l’eau, la terre est sèche comme le feu ; l’air, chaud comme le feu, est humide comme l’eau ; l’eau, froide comme la terre, est humide comme l’air ; le feu, chaud comme l’air, est sec comme la terre... Et c’est encore l’analogie qui permet de penser, sur le même modèle, aussi bien le cycle des saisons que le rôle des humeurs entrant en composition dans le corps, ou la nature des maladies.

  • 24 Plutarque, dans la première de ses Questions romaines, rappelle que les éléments ou premiers princ (...)

22La différence des sexes est l’exact reflet de cette structure : l’Homme est un composé de sec et de chaud, comme le feu, la flamme ; la femme un composé de froid et d’humide, comme l’eau, la mer24. Le principe masculin, le feu, le principe féminin, l’eau, s’opposent ainsi dans le commerce amoureux :

  • 25 A. d’Aubigné, L’Hécatombe à Diane, sonnet LXXXVIII.

Tu es l’astre du froid et des humidités
Et les eaux de la mer te suivent de nature,
De là sort ton dédain, ta glace, ta froidure,
Et les flots de mes pleurs suivent tes volontés,
Dont je suis ébahi, qui fait que cette flamme
Qui n’a autre vigueur que des feux de mon âme,
N’a pu être amortie au milieu de tant d’eaux25.

  • 26 Le pape Jean-Paul II, dans une Lettre aux femmes rendue publique le 10 juillet 1995, souligne la c (...)

23L’ordre du monde se fonde, certes, sur la complémentarité des éléments, puisque la vie est produite par l’alliance de l’humide et du chaud, soit d'un principe féminin et d’un principe masculin, tandis que la mort associe du sec et du froid, soit un principe masculin et un principe féminin. Mais si reconnaître la complémentarité n’est pas admettre l’égalité, bien au contraire26, un principe hiérarchique perturbe en outre l’apparent équilibre élémentaire.

  • 27 C’est ainsi que dans l’église de mon village, en Corse, les femmes se placent à gauche, les hommes (...)

24La complémentarité, en effet, devient subtilement facteur d’inégalité, dans la mesure où le système de la différence sexuelle intègre de surcroît un ensemble de notions conventionnellement marquées, et porteuses de valeurs symboliques : le haut et le bas, la droite et la gauche, l’extérieur et l’intérieur. Le haut, la droite, l’extériorité définissent la « nature » de l’homme ; le bas, la gauche, l’intériorité, celle de la femme. Au Moyen Age, la femme enceinte qui « porte » son fœtus en bas, à gauche, est censée devoir enfanter une fille, le garçon se portant en haut, à droite ; Barthélemy l’Anglais (XIIIe siècle) assure que la matrice a deux chambrettes : « la dextre en quoi le fils est conçu, et la senestre en quoi la fille est conçue, et si un enfant est conçu entre ces deux chambrettes, il a nature d’homme et de femme. » Même si un Laurent Joubert compte au nombre des Erreurs populaires (1578-1587) une telle... conception, le côté droit et le côté gauche restent encore dans l’imaginaire collectif associés respectivement au masculin et au féminin27. Ambroise Paré, dans ses Monstres et prodiges (1573), rappelle encore que, selon l’enseignement d’Aristote, le véritable hermaphrodite a deux tétins dissemblables, le gauche tétin de femme, le droit tétin d’homme ; et que la femme a à l’intérieur tous les organes que l’homme porte à l’extérieur.

  • 28 La nature de la femme est adaptée aux travaux et aux soins de l’intérieur, celle de l’homme à ceux (...)
  • 29 Pontus de Tyard, Solitaire premier (1552), éd. Baridon, Genève, Droz, 1950, Dédicace, p. XXIV et X (...)

25L’opposition de l’intérieur et de l’extérieur ne rend pas compte seulement de la différence biologique ; elle fonde aussi la répartition des rôles en désignant les espaces que l’instance sociale réserve à chaque sexe, comme le posait déjà l’Économique de Xenophon (VII, 22, 30, 35)28 : l’espace féminin du dedans, la maison, le foyer, le « ménage », qu’emblématise la quenouille, l’espace masculin du dehors, la société, la politique, les affaires. Défenseur du sexe féminin sottement méprisé par « les ténébreux Misogynes », « aux fronts armés de sourcils non piteux », Pontus de Tyard, sous l’habit du Solitaire, fustige les « Thucydides de ce temps », qui « confinent le nom et la louange [des dames] autant loin de toutes oreilles, comme leur odieuse et inique impériosité resserre les personnes à l’obscur des domestiques murailles, et dedans le clos des chambres solitaires »29. Lorsque Desmarets de Saint-Sorlin, au siècle classique, s’en prend vertement au « siècle de Ronsard, dans lequel les Dames faisaient les savantes », il « théorise » aussi la séparation des pouvoirs à l’intérieur du couple dans les Préceptes de mariage de saint Grégoire de Nazianze :

  • 30 Desmarets de Saint-Sorlin, « Préceptes... », dans id., Œuvres chrestiennes, Paris, 1641, p. 99.

Que l’époux au dehors poursuive ses affaires
Avec ses soins prudents ;
Et l’épouse occupée aux emplois ordinaires
Ait le soin du dedans30.

26La hiérarchie qui situe dans l’échelle des êtres la femme en bas, l’homme en haut, est « prouvée » par l’exemple si souvent allégué, comme chez Ambroise Paré, de la métamorphose sexuelle : la femme étant un être imparfait, inachevé, « pas toute », comme disait spirituellement Lacan, elle peut bénéficier à titre exceptionnel d’une métamorphose en homme, si ses organes intérieurs (pareils aux organes extérieurs masculins) parviennent à s’extérioriser ; le cas bien connu de Marie Germain, « lequel tous les habitants de là [Vitry-le-François] ont connu et vu fille, jusques à l’âge de vingt-deux ans, nommée Marie », et qui suscite un commentaire amusé chez Montaigne :

  • 31 M. de Montaigne, Essais..., I, XXI, p. 99.

« Faisant, dit-il, quelque effort en sautant, ses membres virils se produisirent : et est encore en usage, entre filles de là, une chanson, par laquelle elles s’entravertissent de ne point faire de grandes enjambées, de peur de devenir garçons, comme Marie Germain »31,

27a évidemment retenu l’attention de Paré :

« Or ayant atteint l’âge susdit [15 ans], comme il était aux champs, et poursuivait assez vivement ses pourceaux qui allaient dedans un blé, trouvant un fossé le voulut affranchir : et l’ayant sauté, à l’instant se viennent à lui développer les génitoires et la verge virile, s’étant rompus les ligaments par lesquels auparavant étaient tenus clos et enserrés (ce qui ne lui advint sans douleur) et s’en retourna larmoyant en la maison de sa mère, disant que ses tripes lui étaient sorties hors du ventre : laquelle fut fort étonnée de ce spectacle. »

28La doxa présente bien volontiers cette métamorphose qui illustre à merveille son postulat de l’imperfection féminine, tout en répétant qu’on n'a jamais vu un homme devenir femme, « dégénérer » en femme, car la nature vise toujours au plus parfait, comme le rappelle fermement Paré, assurant à la suite d'Aristote que « Nature ne tend jamais à engendrer femelle ains toujours un mâle, comme le plus parfait » :

  • 32 A. Paré, Des monstres et prodiges, Paris, 1575, chap. VII, p. 118.

« La raison pourquoi les femmes se peuvent dégénérer en hommes, c’est que les femmes ont autant de cache dedans le corps, que les hommes découvrent dehors : reste seulement qu’elles n’ont pas tant de chaleur, ni suffisance pour pousser dehors ce que par la froidure de leur température est tenu comme lié en dedans. Parquoi si avec le temps, l’humidité de l’enfance qui empêchait la chaleur de faire son plein devoir étant pour la plupart exhalée, la chaleur est rendue plus robuste, âcre et active, ce n’est chose incrédible qu’icelle, principalement aidée de quelque mouvement violent, ne puisse pousser dehors ce qui était caché dedans. Or comme telle métamorphose a lieu en nature par les raisons et exemples allégués : aussi nous ne trouvons jamais en histoire véritable que d’homme aucun soit devenu femme, pour ce que Nature tend toujours à ce qui est le plus parfait, et non au contraire faire que ce qui est parfait devienne imparfait »32.

  • 33 F. Billon, Le Fort inexpugnable..., fol. 5.

29François Billon, posant que « l'Homme sans la Femme ne serait et n’est que demi fait »33, n’oublie certes pas de répondre aux contempteurs du sexe féminin qui prétendent que la femme n’est pas « parfaite » et reste « quelque étrange Monstre » :

  • 34 Ibid., fol. 6v.

« Tout ainsi, qu’un Rocher ne fut onc plus parfaitement Rocher qu’un autre quant à son essence, aussi soutenir ne se peut, qu’un Homme soit plus parfaitement Homme qu’un autre, et par conséquent, que le Male (quant à sa materielle substance) soit plus parfait que la Femelle : pour autant que tous deux sont respectivement compris sous espèce d’Homme. De sorte que tout ce que l'on peut penser de différence de l’un à l’autre, est chose Accidentale, et non Essentialle. Et pour cette cause la Femme se trouve autant parfaite par nature que l’Homme »34.

  • 35 Voir M.-C. Pouchelle, « L’hybride », dans Nouvelle revue de psychanalyse, n° 7, printemps 1973, p. (...)

30Mais pour n’être pas tout à fait isolée, sa voix dans le concert reste couverte par celle des Autorités : si pour Aristote la femme est un mal nécessaire (nécessaire pour la génération), saint Thomas d’Aquin précise à son tour dans sa Somme naturelle, quelque dix-sept siècles plus tard, que cette nécessité ne fut pas commandée in adjuditorium viri, car pour aider l'homme (vir) rien ne vaut un homme, sed in adjuditorium generationis, et que la reproduction d’ailleurs n’est pas 1’opus vitae nobilius..., quod est intellegere35.

31L’ensemble de postulats qui organise la vision du monde et de l’homme situe la question de l’égalité, de l’infériorité ou de la supériorité du sexe féminin dans le cadre épistémologique et idéologique de la cosmologie, gouvernée par le principe d’analogie. Aussi la différence sexuelle, question subsidiaire pour l’anthropologie et l’apologétique, lorsqu’elle est pensée dans le système de la cosmologie, semble-t-elle d’abord ne pouvoir se détacher de ces cadres autoritaires pour être envisagée dans sa véritable dimension. Néanmoins, à partir de Corneille Agrippa et de quelques autres, un nouveau discours ébranle les cadres traditionnels, pour tenter de faire entendre une argumentation raisonnée : la délibération sur le statut du sexe féminin et sa place dans le monde, dans l’histoire et la société, qui s’illustre par la vivacité des propos et la vigueur des controverses, convoque à la barre du tribunal où se jugeront les capacités de l’autre sexe tout un cortège d’arguments, de lieux communs et d’exemples où se combinent bribes de savoir, anciennes superstitions, et acquis récents, opinions nouvelles.

III. — LE NOUVEAU DISCOURS ET SES MODALITÉS

  • 36 Autres traductions au XVIe siècle : François Habert, Le Jardin de félicité, avec la louange et hau (...)
  • 37 Marie de Romieu, Premières œuvres poétiques (1581), éd. Winandy, Genève, Droz, 1972. Le Brief disc (...)
  • 38 L Oratio de Pic constitue la préface des thèses présentées en 1486, et a été publiée séparément en (...)

32Les thèses féministes qui, depuis le Livre de la cité des Dames (1405) de la pionnière Christine de Pizan, accompagnent à la Renaissance la « promotion » sociale de la femme, disent à la fois les transformations qui affectent les anciens modèles et les résistances des mentalités. Leurs thèmes et leurs arguments ont leur principale source dans le traité de Henri Corneille Agrippa, De nobilitate et praecellentia foemini sexus, écrit en 1509, publié en 1529 et traduit pour la première fois en français, sous le titre De la noblesse et preexcellence du sexe foeminin, en 153736. Les Épîtres invectives d’Hélisenne de Crenne, Le Fort inexpugnable de l’honneur du sexe fémenin, qui entend « abattre le grand Voele de l’opinion du commun », le poème de Marie de Romieu, Brief discours, Que l’excellence de la femme surpasse celle del’homme37, prennent souvent, il est vrai, la forme d’un simple complément ou d’une correction apportés au discours apologétique, et notamment au De hominis dignitate de Pic de La Mirandole38. Mais ces discours, et davantage encore celui de Marie de Gournay, l’Égalité des hommes et des femmes, vont souvent au-delà de la correction, du complément ou de la copie ; développant de nouveaux arguments, ils s’efforcent toutefois de plaider la cause des femmes en respectant les codes de l’écriture humaniste.

33S'il convient de prêter attention à l’Égalité des hommes et des femmes de Marie de Gournay, la fille d’alliance de Montaigne, c’est d’abord que ce discours, publié en 1622, conserve la mémoire de la production antérieure, dont il résume à peu près la topique et la rhétorique. C’est aussi que, si Marie de Gournay n’est évidemment ni le premier auteur ni le seul à revendiquer pour « la moitié du monde » une juste reconnaissance de ses droits, elle a le singulier mérite de situer le débat dans sa juste dimension, celui de la condition des femmes dans la société, les institutions, l’histoire, et que son discours, moins polémique et moins touffu que Le Fort de François Billon, où retentit le bruit des règlements de compte et des conflits personnels, ne plaide point, comme celui-ci ou le De nobilitate de Corneille Agrippa, la cause douteuse de la supériorité et de la prééminence d’un sexe sur l’autre, mais celle de la stricte égalité :

« La plupart de ceux qui prennent la cause des femmes, contre cette orgueilleuse préférence que les hommes s’attribuent, leur rendent le change entier : renvoyant la préférence vers elles. Moi qui fuis toutes extrémités, je me contente de les égaler aux hommes... »

  • 39 P. de Ronsard, Œuvres complètes, éd. Laumonier, t. XVI, Paris, Nizet, 1983, p. 9 (préface de 1572) (...)
  • 40 Distinguant deux types de preuves, l’enthymème et l'exemple, et deux types d’exemples, historiques (...)

34Voici donc que Corneille Agrippa, François Billon, Hélisenne de Crenne, Marie de Romieu, Marie de Gournay, tentent alors de « prouver » soit l’excellence du sexe féminin, soit l’égalité des hommes et des femmes ; traditionnel dans ses formes et ses procédures, ce nouveau discours n en ébranle pas moins — ou ébranle d’autant mieux — la représentation conventionnelle des sexes. Les défenseurs de l’excellence du sexe féminin, hommes ou femmes, sont tenus d’apporter, comme en tout discours délibératif, deux types d’arguments, que la tradition appelle des « preuves », des pisteis, pour reprendre le terme de la rhétorique d’Aristote, c’est-à-dire de quoi persuader en proposant du vraisemblable/crédible. D’un côté, l'autorité des bons et anciens auteurs, de Platon à la sainte Écriture, auxquels on pourra adjoindre des cautions reconnues par la doxa, même si, plus modernes, elles ne sont pas « d’âge compétent » : car l’autorité a deux sources pour le savoir humaniste, l’ancienneté de la créance et la commune opinion39. D’un autre côté, des exemples, le type de « preuves » caractéristique du délibératif, selon Aristote40.

  • 41 F. Billon, Le Fort inexpugnable..., fol. 2.

35Puisque le discours doit apporter des « preuves », chaque orateur est d’abord tenu d’alléguer des autorités, manifestant ainsi son savoir et sa culture, sa connaissance de la tradition. Corneille Agrippa, François Billon, Marie de Gournay ne manquent pas de s’appuyer sur l'Écriture, puisque c’est là le point de résistance : il leur faut montrer en effet que seule une lecture rapide et superficielle de la Genèse et des textes sacrés laisse conclure à l’infériorité du sexe féminin. C’est l’occasion d’assurer que l’homo créé par Dieu n’est point vir, mais mâle et femelle : « Le grand Formateur de l'univers [...] créa l’Homme semblable à soi Mâle et Femelle »41.

  • 42 Pour une représentation médiévale d’un Christ « maternel », voir Caroline Walter Bynum, Jesus as m (...)

36Et, tout aussi hardiment, de poser la bisexualité de Dieu42, ou plutôt de rejeter toute représentation sexualisée de Dieu :

  • 43 Marie de Gournay, Égalité des hommes et des femmes (lre éd. 1622), dans Fragments d’un discours fé (...)

« Que si quelqu’un au reste est si fade, d’imaginer masculin ou féminin en Dieu, bien que son nom semble sonner le masculin [...], celui-ci montre à plein jour, qu’il est aussi mauvais Philosophe que Théologien »43.

37Le second type de « preuves », apporté dans le délibératif par les exemples, fait intervenir la rhétorique de la liste. La culture humaniste aime les sommes, les compilations, les énumérations, le catalogue : pour montrer que l’orateur connaît les textes de référence, et sait pratiquer la bonne et due écriture, il doit à la fois devenir la mémoire des bons et anciens auteurs, qu’il citera ou alléguera abondamment, et ajouter à la collection quelques pièces nouvelles. La liste des excellentes femmes répond à ce double dessein, « autoriser » le discours d’éloge en « démontrant » par des exemples « historiques » (ou historico-légendaires) les multiples capacités féminines, « autoriser » l’orateur en « démontrant » sa culture et sa connaissance des bonnes lettres.

38Et comme plusieurs domaines et activités apparaissent et sont perçus par la doxa comme réservés aux hommes, non seulement de fait mais de droit, c’est évidemment en ces territoires qu’il faudra marquer la présence féminine, et sa légitimité. La topique est donc déterminée : la politique, la souveraineté, la guerre, la philosophie, la poésie, l’éloquence, le sacerdoce —

  • 44 Ibid., p. 123.

« Au reste, toutes les Nations concédaient la prêtrise aux femmes, indifféremment avec les hommes ; et les Chrétiens sont au moins forcés de consentir qu’elles soient capables d’appliquer le Sacrement de Baptême ; mais quelle faculté de distribuer les autres leur peut être justement déniée, si celle de distribuer celui-là leur est justement accordée ? »44 —,

39la prophétie, tels sont les « bastions » masculins, pour reprendre le mot de Marie de Romieu, que les femmes illustres ont su, une fois, conquérir, et dont il serait injuste de leur dénier la possession.

40L’histoire — la tradition rhétorique du genre délibératif— détermine les formes et les modalités de l’oratio ; l’historicité — la situation du débat — apporte la topique, et l’intertextualité antique et contemporaine fournit les « exemples » et les cautions.

41Il conviendrait donc de réévaluer l’apport de ces textes souvent encore considérés comme faiblement argumentés, et dont pourtant la démarche audacieuse et ferme peut nous séduire et nous étonner, et d’apprécier le nouvel éclairage qu’apportent une topique et une rhétorique déterminées lorsqu’elles se présentent dans une autre organisation théorique. La controverse sur la dignité ou la misère de l’homme, qui oppose à la Renaissance les humanistes chrétiens héritiers de Pic de La Mirandole, exaltant la prééminence de la créature admirable au sein de la création, aux humanistes, chrétiens ou non chrétiens, qui proposent une image de l’homme humilié propre à le « néantiser », provoque ainsi une réflexion sur le deuxième sexe, inférieur, supérieur ou égal à l’autre ; dans l’effort nécessaire pour le situer à sa juste place alors que la vision du monde médiévale et renaissante impose un cadre rigide d’oppositions rigoureuses commandées par la hiérarchie du principe mâle d’activité, le discours féministe essaie d’assurer le principe d’une égalité « essentielle » ; traditionnel dans ses formes et ses modalités, il cherche d’abord à convaincre sans s’écarter des usages humanistes, et il trouve ses cautions dans le trésor de la littérature antique. Mais l’Égalité de Marie de Gournay se dégage alors des cadres apologétique et cosmologique pour envisager la condition des femmes dans son histoire et dans sa dimension morale, sociale, juridique et politique, contribuant ainsi à ébranler l’édifice épistémologique et idéologique.

42« Fondation des savoirs, fondation des pouvoirs » : on pourrait dire, par manière de boutade, que l’une est intimement liée à l’autre, que le savoir est réservé au pouvoir, comme le disent d’une seule voix Montaigne et Aubigné. Et il est vrai que même l’acceptation d’une égalité « essentielle » (la différence des mâles et des femelles étant « accidentale », et non « essentiale », comme disait Billon) ne conduit pas à accorder sur-le-champ au sexe féminin une place égale dans le domaine du pouvoir : nos débats actuels sur la parité l’attestent suffisamment !

43Plus sérieusement, la question de la différence sexuelle montre que la fondation des savoirs procède par un double mouvement d’intégration et d’exclusion, de reprise et de mise à l’écart : l’humaniste relit à la lumière des textes antiques réexaminés (et critiqués) les problèmes que lui posent son temps et la société dans laquelle il vit et pense. C’est dans le frottement des deux histoires, l’une comprise à la lumière de l’autre, que s’accomplit le geste de renouvellement, et d’« invention ». L’humaniste ne pouvait faire l’économie de sa propre position historique, pas plus que l’historien moderne des mentalités ne peut faire l’économie de son propre outillage mental, qui lui permet de reconstruire — non sans altération — celui des siècles passés.

  • 45 Amyot, Aux lecteurs, en préface à la traduction des Vies parallèles de Plutarque, Paris, Club fran (...)

44Mais si l’histoire est, selon la superbe formule d’Amyot, « le trésor de la vie humaine », arrêtant « le flux de notre mémoire », il faut en effet la saisir « dans la longue suite du temps »45 : et si l’historien est « comme un greffier, tenant registre des arrêts de la cour et justice divine », il a mission de préserver les archives de nos pensées et de nos comportements, de nos manières de faire et de dire. Sans négliger les changements et les points de rupture, sans omettre de prendre en compte les permanences et les continuités, qui semblent résister à la pression de l’histoire.

45C’est pourquoi, en envisageant la problématique de la différence sexuelle, on aimerait mettre au jour sa longue histoire, en soulignant à la fois les périodes décisives où s’écrit une page nouvelle — et c’est assurément à l’âge de la Renaissance —, et les phénomènes de continuité et de discontinuité qui marquent nécessairement la construction du savoir.

Notes

1 Qui a comme on sait des objets fort divers : examen critique des manuscrits pour l’établissement des textes, commentaires grammaticaux et littéraires, critique de la doxa et des opinions, des mœurs et coutumes, etc.

2 « Il y eut plus de femmes cultivées au XVIe siècle qu’à nulle autre époque antérieure [...]. Si on nous décrit, au début du XVIe siècle, un pays où l’on donne la même instruction aux enfants des deux sexes, ce pays est imaginaire et s’appelle « Utopie ». Mais la preuve était déjà faite que des femmes d’élite, dont on avait orné l’esprit dans le milieu familial, pouvaient être aussi instruites et posséder autant de sens artistique que les hommes. [...] Divers témoignages nous assurent qu’une élite féminine avait maintenant accès à la culture. » Jean Delumeau, La Civilisation de la Renaissance, Paris, Arthaud, 1967, p. 430, 435 et suiv. Pour des exemples précis, voir Évelyne Berriot-Salvadore, Les Femmes dans la société française de la Renaissance, Genève, Droz, 1990.

3 « La Renaissance provoqua une révolution quantitative dans le domaine de l’instruction, car la diffusion d’un enseignement, qu’on qualifierait aujourd’hui de secondaire, s’accrut alors considérablement. Mais ce furent les classes aisées — une noblesse qui se renouvelait par le bas et une bourgeoisie sans cesse plus importante — qui profitèrent surtout de cette distribution élargie du savoir. » J. Delumeau, La Civilisation..., p. 430.

4 Michel de Montaigne, Essais, III, III, De trois commerces, éd. Villey-Saulnier, Paris, PUF, 1965, p. 822. Je modernise l’orthographe, comme pour toutes les autres citations.

5 Les Epistres familières et invectives (1539), éd. J. Nash, Paris, Champion, 1996, p. 150.

6 Clément Marot, Colloque de l’abbé et de la femme sçavante, dans id., Œuvres poétiques, éd. G. Defaux, Paris, Garnier, t. II, 1993, p. 518-519.

7 Charles de Sainte-Marthe, Oraison funèbre de Marguerite de Navarre, dans Marguerite de Navarre, L’Heptaméron, éd. Le Roux de Lincy et Montaiglon, Paris, Eudes, t. I, 1880, p. 76-77.

8 Agrippa d’Aubigné, « A mes filles touchant les femmes doctes de notre siècle », dans id., Œuvres, éd. H. Weber, Paris, Gallimard, 1969 (Bibl. de la Pléiade), p. 854.

9 M. de Montaigne, Essais, III, III, p. 823.

10 Ibid., I, XXVI, De l’institution des enfants, p. 149.

11 Au livre V de la République, souvent allégué par les avocats de la cause des femmes, Socrate soutient la nécessité de donner aux femmes les mêmes fonctions et la même éducation qu’aux hommes (451 d et suiv.).

12 Dans le De institutione foeminae christianae (première traduction française par P. de Changy en 1542, puis traductions de Grévin en 1558 et de L. Turquet de Mayerne en 1580).

13 M. de Montaigne, Essais, III, V, Sur des vers de Virgile, p. 897.

14 Épître aux Éphésiens 5, 22 ; I Timothée 2, 11-12 ; Colossiens 3, 18 ; I Corinthiens 11, 3.

15 Voir l’article récent de Margarete Zimmermann, « Querelle des Femmes, querelles du livre », dans Des femmes et des livres : France et Espagnes, XIV-XVIIe siècle, éd. D. de Courcelles et C. Val Julián, Paris, École des chartes, 1999, p. 79-94.

16 François Billon, Le fort inexpugnable de l’honneur du sexe femenin (1555), réimpr. dir. M. A. Screech, S. R. Publishers/Johnson Reprint Corporation/Mouton, 1970.

17 Ibid., fol. 2.

18 Jacques Tahureau, Les Dialogues, éd. F. Conscience, Paris, A. Lemerre, 1870, p. 10.

19 Étienne Pasquier, Lettres familières, éd. D. Thickett, Genève, Droz, 1974, p. 263.

20 Ibid., 259.

21 Marguerite de Navarre, L’Heptaméron, éd. M. François, Paris, Garnier, 1966. L’indication des pages renvoie à cette édition.

22 A. Fouque, « Il y a deux sexes », dans Lectures de la différence sexuelle, Éd. des Femmes, 1994, p. 293.

23 H. Corneille Agrippa, De la supériorité des femmes, texte traduit du latin, présenté et annoté par B. Dubourg, Paris, Devry, 1986, p. 37.

24 Plutarque, dans la première de ses Questions romaines, rappelle que les éléments ou premiers principes sont le feu, masculin, et l’eau, féminine.

25 A. d’Aubigné, L’Hécatombe à Diane, sonnet LXXXVIII.

26 Le pape Jean-Paul II, dans une Lettre aux femmes rendue publique le 10 juillet 1995, souligne la complémentarité entre l’homme et la femme, et affirme qu’ils jouissent d’une égale dignité et des mêmes droits, mais que leurs « fonctions » ne doivent pas être identiques : vouloir que la femme fasse tout ce que fait l’homme est aller contre la volonté divine, qui, par exemple, interdit à la femme le sacerdoce ; on sait du reste que les Églises protestantes sont sur ces points beaucoup plus égalitaires, et depuis longtemps. On constate encore aujourd’hui que l’intégration de la femme dans la vie politique, sociale, économique, serait éventuellement mieux acceptée que l’égalité « essentielle ». Comme le disait à peu près Sacha Guitry : « Je serais tout prêt à admettre la supériorité des femmes, si seulement elles voulaient bien ne pas se croire nos égales ! »

27 C’est ainsi que dans l’église de mon village, en Corse, les femmes se placent à gauche, les hommes (qui restent d’ailleurs plus volontiers à l’extérieur, devant la porte) à droite. Le curé (polonais) trouve cette division excellente.

28 La nature de la femme est adaptée aux travaux et aux soins de l’intérieur, celle de l’homme à ceux de l’extérieur (22) ; il est plus convenable que la femme reste à la maison (30) ; elle doit rester à la maison et surveiller les domestiques (35). L’Économique a été traduit par É. de La Boétie, La Mesnagerie de Xénophon, et publié en 1571 par les soins de Montaigne. Voir l’article de J. O’Brien dans La Boétie (colloque, Duke University, mars 1999), publication en cours par les soins de Marcel Tetel.

29 Pontus de Tyard, Solitaire premier (1552), éd. Baridon, Genève, Droz, 1950, Dédicace, p. XXIV et XXI.

30 Desmarets de Saint-Sorlin, « Préceptes... », dans id., Œuvres chrestiennes, Paris, 1641, p. 99.

31 M. de Montaigne, Essais..., I, XXI, p. 99.

32 A. Paré, Des monstres et prodiges, Paris, 1575, chap. VII, p. 118.

33 F. Billon, Le Fort inexpugnable..., fol. 5.

34 Ibid., fol. 6v.

35 Voir M.-C. Pouchelle, « L’hybride », dans Nouvelle revue de psychanalyse, n° 7, printemps 1973, p. 51.

36 Autres traductions au XVIe siècle : François Habert, Le Jardin de félicité, avec la louange et haultesse du sexe fœminin en ryme françoyse, divisée par chapitres, extraicte de Hernicus Cornelius Agrippa par le Banny de Liesse, 1541 ; et Loys Vivant, Traité de l’excellence de la femme, faict fançois du latin de Henri Corneille Agrippe, 1578. Édition et traductions récentes : H. Corneille Agrippa, De la supériorité des femmes, trad. B. Dubourg, citée ; et De nobilitate et praecellentia foemini sexus, éd. et trad. R. Antonioli, Ch. Bené, O. Sauvage, M. Reulos, Genève, Droz, 1990.

37 Marie de Romieu, Premières œuvres poétiques (1581), éd. Winandy, Genève, Droz, 1972. Le Brief discours met en vers la déclamation XXIIII de Charles Estienne, « Pour les femmes » (Paradoxes, 1553), laquelle de son côté transposait en français le Paradosso XXV d’Ortensio Landi, « Che la donna è di maggior eccellentia, che l’huomo » (Paradossi, 1543) ; dans la section d’Addenda on trouvera les paradoxes italien et français (p. 133-150).

38 L Oratio de Pic constitue la préface des thèses présentées en 1486, et a été publiée séparément en 1530.

39 P. de Ronsard, Œuvres complètes, éd. Laumonier, t. XVI, Paris, Nizet, 1983, p. 9 (préface de 1572) et p. 339 (préface de 1587).

40 Distinguant deux types de preuves, l’enthymème et l'exemple, et deux types d’exemples, historiques ou inventés, il considère que les exemples sont particulièrement à leur place dans le délibératif, puisque la harangue ne peut se nourrir que d’exemples du passé (Rhétorique, livre III, 1418 a).

41 F. Billon, Le Fort inexpugnable..., fol. 2.

42 Pour une représentation médiévale d’un Christ « maternel », voir Caroline Walter Bynum, Jesus as mother, studies in the spirituality of the high Middle Ages, University of California Press, 1984, qui étudie les textes cisterciens du XIIe siècle (p. 110 et suiv.).

43 Marie de Gournay, Égalité des hommes et des femmes (lre éd. 1622), dans Fragments d’un discours féminin (qui donne le texte de 1641), éd. E. Dozon-Jones, Paris, J. Corti, 1988, p. 126.

44 Ibid., p. 123.

45 Amyot, Aux lecteurs, en préface à la traduction des Vies parallèles de Plutarque, Paris, Club français du livre, 1953, non pag. La formule « elle arrête le flux de notre mémoire », attribuée par lui à Platon, renvoie à l’étymologie du mot historia dans le Cratyle (437 b) : « Le mot historia signifie par lui-même l’arrêt de l’écoulement (rhous) » ; cependant historia ne signifie pas exactement histoire, mais enquête, exploration, et plus précisément ici, connaissance.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search