Version classiqueVersion mobile

Fonder les savoirs, fonder les pouvoirs, XVe-XVIIIe siècle

 | 
Dominique de Courcelles

La Silva de varia lección de l’humaniste sévillan Pedro Mexía ou l’échec du principe de varietas

Dominique de Courcelles

Texte intégral

  • 1 Mon analyse et mes traductions sont faites à partir de l’édition d’Antonio Castro, Madrid, Editoria (...)

1Entre 1540 et 1551 paraît à Séville et dans d’autres villes d’Espagne, avec des ajouts successifs, la Silva de varia lección (« Silve ou Forêt de leçon variée ») écrite à Séville et dédiée à Charles Quint par le célèbre humaniste sévillan Pedro Mexía1. Ce livre connaît un immense succès ; il a vingt-neuf éditions en castillan aux XVIe et XVIIe siècles, il est traduit en langue italienne dès 1544 et en langue française en 1552 ; il connaît plusieurs éditions successives dans ces langues et dans d’autres langues européennes, et les différents éditeurs n’hésitent pas à ajouter au texte original des suites.

  • 2 Francisco Pacheco, Libro de descripción de verdaderos retratos de ilustres y memorables varones, 15 (...)

2Pedro Mexía, né en 1497 aux environs de Séville, a été formé dans cette ville aux lettres et aux armes comme tout enfant de famille noble. Il étudie le droit à l’université de Salamanque de 1516 à 1526 puis semble avoir exercé pendant quelques années une fonction dans l’administration impériale. De santé fragile, il se retire à Séville. Il est sans aucun doute redevable de sa science et de sa réputation de grand lecteur de livres à deux Sévillans qui sont ses amis, le savant évêque d’Escalas, Baltasar del Rio, « qui développa les belles lettres (buenas letras) à Séville et qui lui fit connaître quelques livres extraordinaires », et le très érudit Fernando Colón, fils du découvreur de l’Amérique, amoureux des livres et du savoir et possesseur à Séville d’une bibliothèque qui aurait, selon la tradition, renfermé plus de vingt mille volumes2. Lorsque la Silva paraît en 1540, Fernando Colón vient de mourir.

3En 1540 Pedro Mexía (1497-1551) est cosmographe de la Casa de contratación de Indias de Séville depuis 1537, alcalde de la Santa Hermandad depuis 1538, caballero veinticuatro de l’administration municipale sévillane. De son vivant la Silva de varia lección est neuf fois rééditée (quatre fois à Séville). En 1545, Mexía publie à Séville, en s’inspirant de Suétone, la Historia imperial y cesárea, compilation des biographies des empereurs romains depuis Jules César jusqu’à Maximilien Ier d’Autriche, grand-père de Charles Quint, et véritable préambule à l’histoire du règne de Charles Quint. Grâce à l’appui du confesseur impérial, le célèbre dominicain Domingo de Soto, qui fait apprécier à la fois la Silva et la Historia imperial y cesárea à Charles Quint, Mexía est nommé chroniqueur impérial en lengua romance en 1548, pour écrire muy grande historia, c’est-à-dire la totalité d’une histoire impériale et royale. Ainsi la Silva est entrée, comme première œuvre de Mexía, dans une stratégie réussie d’approche du pouvoir souverain. Mais Mexía, à cette date, choisit, contre l’usage, de ne pas vivre à la cour.

  • 3 Ibid (éd. de 1985), p. 309.

4Les contemporains de Pedro Mexía ont retenu de lui non pas son travail d’historiographe impérial mais « l’usage des mathématiques et de l’astrologie, en quoi il était assurément le plus compétent, puisque, en raison de son excellence, il fut dénommé l’Astrologue, comme Aristote fut dénommé le Philosophe »3. Mexía a correspondu avec Juan Ginés de Sepúlveda et Juan Luis Vives ; trois lettres d’Erasme adressées à lui et à son frère Cristóbal en 1530 ont été conservées.

  • 4 Rodrigo Caro, Varones ilustres en letras, naturales de Sevilla, 1686 ; Bibl. Colombine de Séville, (...)

5Alonso Morgado dans son Historia de Sevilla de 1587 estime que l’œuvre littéraire de Mexía exprime son christianisme et son orthodoxie et, un siècle plus tard, l’historien Rodrigo Caro rappelle : « A cette époque le consultaient tous les pilotes et hommes de mer qui, en raison de la récente découverte des Indes occidentales, s’efforçaient de vaincre l’immense Océan qui, si longtemps, les avait gardées cachées et ignorées de tous ; et il leur enseignait très bien la cosmographie et l’hydrographie, afin qu’en de si difficiles voyages ils ne se perdissent pas »4. Mais contre Pedro Mexía, comme 1 ont rappelé les hispanistes Marcel Bataillon ou Augustin Redondo, s’élèvent à partir des années 1550 les voix des amis d’Érasme et des réfugiés espagnols qui l’accusent d’avoir trahi la cause de l’Évangile à Séville. Il semble bien qu’au milieu du XVIe siècle Mexía ait clairement choisi le parti de l’Église romaine et de Charles Quint, monarque alors définitivement espagnol et découragé par les indociles princes allemands.

I. — LA « SILVA DE VARIA LECCIÓN » : LE DÉTOURNEMENT D’UN GENRE LITTÉRAIRE

6Mexía s’est expliqué sur le choix du genre littéraire de la Silva dans les deux pièces préliminaires de son œuvre. Dans le prólogo adressé à Charles Quint, il explique qu’il a entièrement composé la Silva de varia lección à partir de « grands et approuvés auteurs, de la même façon que celui qui réunit les plants de très bons arbres pour son verger ou jardin [...]. J’ai ainsi pris cette manière d’écrire à l’imitation des grands auteurs anciens qui ont écrit des livres de cette manière ». Dans le prohemio y prefación de la obra, il précise que la Silva est écrite par « discours et chapitres de divers thèmes, sans poursuivre ni observer un ordre entre eux » : « C’est pourquoi je lui ai donné pour nom Silva, parce que, dans les forêts et les bois, les plantes et les arbres se trouvent sans ordre ni règle... »

  • 5 Historia de Sevilla, Séville, Andrea Pescioni et Juan de León, 1587, p. 10.

7Précisément, Séville est à la même époque renommée pour les jardins et les forêts plantées d’arbres fruitiers et d’essences rares qui l’entourent. A proximité de la porte de Goles, Fernando Colón a fait construire un palais entouré de vergers et de jardins ; il crée le premier jardin botanique où s’acclimatent les plantes venues des Indes occidentales. Sur la rive du Guadalquivir, la chartreuse de Santa Maria de las Cuevas laisse aux étrangers, tel l’ambassadeur de Venise, un souvenir inoubliable. Ses vergers bordés de cyprès sont plantés de palmiers et d’arbres divers, en particulier d’« orangers dont les fruits sont considérés comme excellents ». « En regardant vers la campagne, les lointains sont un régal pour la vue, tous plantés de vergers et de bosquets, ou plutôt, de très grandes forêts d’arbres fruitiers [...] ; vers l’intérieur la ville montre toutes ses tours et bâtiments principaux, dont les plus hauts rivalisent avec les palmiers très anciens », écrit encore l’historien Alonso Morgado5.

8La Silva, comme les vergers et les forêts qui entourent Séville et sont chers aux Sévillans, marque donc le rapport privilégié entre les « grands et approuvés auteurs », le sens des propositions retenues par Mexía et l’effet esthétique sur le lecteur.

  • 6 Je renvoie ici aux analyses de Perrine Galand, dans sa trad. d’Ange Politien, Les Silves, Paris, Le (...)

9Mais le nom de Silva qui désigne ici le premier recueil de miscellanea en langue castillane renvoie à un genre poétique célèbre. Lucain et Stace avaient déjà donné le nom de Silva à leurs recueils de poèmes. Politien (1454-1494), pour sa première année d’enseignement au Studio, c’est-à-dire au collège universitaire de Florence, avant d’écrire ses propres Silves poétiques, a choisi d’étudier les Silves de Stace. Intéressé par la signification du terme silva, Politien retient des commentaires de Varron et de Quintilien les notions de « confusion », d’« inachèvement », fondant son interprétation sur une fausse étymologie du terme qu’il fait venir, à la suite de Quintilien, du grec hylè, « matériau d’un ouvrage ». A ces deux notions s’ajoute celle d’« improvisation » introduite par Stace lui-même. Politien remarque que la silva se distingue chez les Romains du nemus sacré, « multitude d’arbres ordonnés », en ce qu’elle est « inculte et diffuse ». Le terme diffusa suggère la notion de varietas, le caractère multiforme des Silves, ce que choisit de retenir Mexía dans le titre même de son ouvrage. Les Silves de Politien ne sont pas l’expression d’une lyrique personnelle, mais elles constituent de véritables praelectiones qui devaient être lues en introduction à ses cours universitaires et sont destinées à octroyer à leur auteur la consécration et la gloire et également à lui permettre de communiquer avec les autres humanistes dans une langue d’élite. Les praelectiones sont avant tout des poèmes d’une extrême complexité, d’une extrême érudition. Il s’agit d’une poésie de la variété et de l’ambiguïté, offrant de nombreuses possibilités de lecture, également d’une poésie du symbole et de l’emblème, obéissant à un code. Les Silves de Politien ont valeur de modèle et d’incitation aux études humanistes, mais leur érudition, leur habileté technique et leur rhétorique sophistiquée disent l’évidente volonté de l’auteur de présenter le savoir sur un mode ésotérique6. Mexía cite à plusieurs reprises Politien. Parce que l’Espagne est à l’école de l’humanisme italien depuis le début du XVe siècle, il ne fait aucun doute que les textes majeurs des humanistes italiens puis des presses italiennes sont connus des hommes cultivés du début du XVIe siècle à Séville.

10Aristote dans la Poétique, dont l’édition princeps est parue en 1508 chez Alde Manuce à Venise, a bien expliqué que la tâche du poète n’est jamais de dire le réel, mais comme le réel, à savoir le possible selon le vraisemblable ou le nécessaire ; la poésie expose une vérité universelle, elle est philosophique, parce qu’elle dit les choses telles qu’elles auraient dû être, telles quelles pourraient être.

11Mexía place en exergue du texte en prose de la Silva un poème latin de sa composition intitulé de façon énigmatique Franciscus Leardus ad Latinum lectorem, destiné à la fois à prouver son habileté dans le maniement de la langue latine et du genre poétique et à affirmer son choix délibéré d’une écriture en langue vernaculaire et en prose pour le profit du plus grand nombre de lecteurs.

Desine mirari materna hoc edere lingua,
Petrum Mexiam, candide lector, opus.
Ille quidem poterat Latiis componere verbis,
Ut qui inter doctos est numerandus eques.
Sed voluit librum multis prodesse, vel illis,
Qui innumeri capiunt verba latina minus.
Hos reor atque alios nunquam legisse pigebit,
Utrique invenient plurima digna legi.

12Le désir d’utilité sociale fait passer de la poésie latine à la prose castillane. Les plurima digna legi sont sous le signe de la référence et du réel de la lingua materna.

13Ainsi il apparaît que le titre Silva de varia lección constitue un avertissement préalable au lecteur, annonçant la complexité de l’oeuvre et son inscription dans une tradition humaniste savante, celle des Silves ; mais la Silva sévillane se démarque immédiatement de cette tradition par la volonté de son auteur, puisqu’elle est forêt singulière, silva et non silvas, écrite en prose et non en vers, en langue castillane de varia lección et non en latin. La variété s’allie à l’originalité formelle :

« Cette manière d’écrire est nouvelle en notre langue castillane et je crois que je suis le premier qui ait porté en elle cette invention [...]. J’ai voulu donner ma peine pour ceux qui ne comprennent pas les livres en latin, et je veux que ceux-là surtout me remercient de ce travail, puisqu’ils sont les plus nombreux et ceux qui ont habituellement le plus grand besoin et désir de savoir ces choses » (Prohemio).

14La Silva de varia lección n’a pas d’équivalent, surtout en langue castillane. Sa distance à l’égard des Silves poétiques, alors qu'elle en garde les notions majeures, marque bien qu'elle revendique d’être dans le domaine du signifier quelque chose, dans l’exigence de la signification. Le choix de la variété s’annoncerait-il à la fois comme un choix littéraire, rhétorique, et comme une vision philosophique du monde ?

II. — SÉVILLE CENTRE DU MONDE, FONDEMENT DE L’ESPAGNE

15Voyons maintenant de plus près les deux pièces préliminaires de la Silva de varia lección. La première est intitulée Prólogo dirigido a la Sacra, Cessárea, Catholica Magestad del emperador y rey nuestro señor Carlos quinto deste nombre. L’auteur se désigne lui-même comme « magnifique chevalier, des environs de Séville ». La seconde est intitulée Prohemio y prefación de la obra et interpelle un « chrétien et ami lecteur », « naturel ou originaire des environs de Séville ». Et l’on sait bien que les praelectiones, dont les fameuses Silves de Politien respectent les conventions, comportent deux parties habituelles, la louange et l’exhortation.

  • 7 Mexía se compare à l’architecte romain Vitruve (Ier siècle av. J.-C.) offrant le De architectura à (...)

16Offrant son livre à l’empereur Charles Quint, Pedro Mexía réclame la puissante attention du prince pour son œuvre. Il compare son geste à celui de célèbres théoriciens et praticiens latins et grecs de l’architecture, de la pêche, du langage, de l’agriculture, qui ont contribué à l’édification réelle, tant dans l’ordre des choses que dans l’ordre des mots, des états et de la gloire de princes puissants7. La Silva, par homonymie, invention langagière, perception de la ressemblance, de la métaphore, indiquerait donc comment bâtir des monuments, pratiquer la pêche, manier les mots, labourer la terre. Le geste de son auteur s’inscrit dans l’histoire glorieuse d’un prince puissant et, de fait, la louange de Charles Quint, avec l’allusion à des événements politiques et religieux récents, occupe tout le prologue. Mais ce sont l’hispanité de Charles Quint, roi d’Espagne à la mort de son grand-père Ferdinand d’Aragon en 1516, puis élu empereur en 1519, et sa catholicité qui intéressent ici l’auteur sévillan, et non pas son rôle, d’ailleurs malheureux, en Allemagne. Charles ne s’est définitivement installé en Espagne qu’en 1522, après la défaite de la révolution des Comunidades. L’unification, à la fois politique et religieuse, de l’Espagne par Charles Quint a coûté beaucoup d’efforts et de luttes. Mexía conclut le prologue en déclarant :

« Ma volonté n’a pas été autre que de servir Votre Majesté et rendre compte à Dieu de la part de talent qu’il m’a fait la grâce de me donner, en communiquant ce que j’ai appris par mes lectures à ceux de ma patrie et nation. Si vous prenez cela en considération, je me considèrerai suffisamment payé de toute ma peine. »

  • 8 Le Tesoro de la lengua castellana o española de Don Sebastián de Covarrubias Orozco (1539-1613), pa (...)

17Son désir, de tradition humaniste, est de transmettre, aux Sévillans, ceux de sa « patrie », c’est-à-dire de la terre d’où il est né, puis par extension aux Espagnols, ceux de sa « nation », c’est-à-dire de la nation espagnole8, la culture grecque et latine en langue castillane, revêtue de l’approbation et de l’autorité de l’empereur et roi d’Espagne, premier lecteur. La louange au prince n’a pas d’autre fonction. Telle est la Silva de l’auteur sévillan, une communication de lecture, une communication de sens, destinée par homologie à affermir l’Espagne et à glorifier son prince, capable de conjurer les drames qui ont jadis appauvri et divisé l’Espagne.

18Rappelons ici que Séville, au temps de Pedro Mexía, porte du Nouveau Monde, est aussi et surtout pour les Sévillans le centre du monde, comme l’expriment bien les ouvrages des différents historiens de la ville : « ... car, en vérité, alors que l’Andalousie et la Lusitanie étaient traditionnellement l’extrémité et la fin de toute terre, une fois les Indes découvertes, Séville en est désormais le milieu... », écrit Tomás de Mercado en 1569.

  • 9 Vicente Lleó Cañal, Nueva Roma : mitología y humanismo en el Renacimiento sevillano, Sevilla, 1979.

19Lorsque paraît la Silva de varia lección, les lettrés sévillans rêvent de faire de leur ville une nouvelle Rome. Ils ont la conviction à la fois politique et philosophique que l’empereur roi d’Espagne, à partir de Séville et de l’Espagne, peut restaurer l’antique Empire romain et l’unité de la foi chrétienne. En 1526, lorsque Charles Quint épouse à Séville sa cousine Isabelle de Portugal, les différentes cérémonies, processions, décorations de la ville, etc., concourent à exprimer ces convictions. Entre 1528 et 1540, la municipalité de Séville, dont fait partie Mexía, se construit un palais « à la romaine », véritable temple de la justice en lequel éléments païens et chrétiens se juxtaposent et que les Sévillans n’hésitent pas à comparer au Sénat de Rome. La cathédrale gothique, commencée au siècle précédent, a été inaugurée en 1507 : les travaux de décoration, ses édifices annexes, en font une œuvre de la Renaissance. Les plus belles maisons sont ornées de statues rapportées d’Italie, leurs toits sont couverts d’allégories mythologiques. D’une façon générale, Séville cherche à donner d’elle-même l’image d’une cité antique, romaine et chrétienne, restaurée. Les fontaines publiques se couvrent de pyramides, d’obélisques, de gueules de lions, de grotesques. Tout ce qui reste de la trame et de la physionomie médiévales et musulmanes de la ville est caché. Séville peut prétendre fonder une Espagne moderne9.

20Dans l’avant-propos, ce sont bel et bien les naturales y vezinos de Séville, c’est-à-dire ceux qui sont originaires de Séville ou des alentours, qui constituent ce que l’on pourrait appeler le bon lectorat de l’œuvre de Pedro Mexía, 1’« avisé et bienveillant lecteur ». C’est à leur intention qu’il indique quelles sont les références majeures de la Silva. La valeur de vérité de la Silva est sous le signe de la référence aux auteurs et du réel de leurs écrits : « Dans les langues grecque et latine, de très grands auteurs écrivirent ainsi, comme Athénée, Cecilius Calactinus, Aulu-Gelle, Macrobe et, à notre époque, Pietro Crinito, Ludovico Celio, Niccolò Leonico. »

  • 10 Il lui arrive de mentionner avec admiration le célèbre érudit et chroniqueur impérial en langue lat (...)

21Les auteurs antiques cités sont des Grecs et des Latins, philosophes, rhéteurs, grammairiens, philologues ; parmi eux, Aulu-Gelle (125-175), auteur des Noctes Atticae, et Macrobe (fin IV-début Ve siècle), auteur des Commentarii in Ciceronis Somnium Scipionis et des Saturnalia, oeuvre destinée à vulgariser les matières les plus diverses, sont fréquemment évoqués par Pedro Mexía dans la Silva. Les trois contemporains sont des Italiens, auteurs de recueils en prose de miscellanea directement inspirés des Grecs et des Latins : Pietro Riccio ou Crinito (Florence, vers 1465-début du XVIe siècle) a été le disciple de Politien et l’éditeur de ses oeuvres, titulaire d’une chaire d’éloquence à Ferrare ; son œuvre miscellanea intitulée Commentarii de honesta disciplina (Florence, 1504) est une source majeure de la Silva. Luigi Ricchieri ou Ludovico Celio Rhodigino (Rovigo, vers 1450-1525) a étudié la philosophie à Ferrare et le droit à Padoue ; son œuvre Antiquarum lectionum libri XXX (Venise, 1516 ; Paris, 1517) de caractère encyclopédique, également source importante de la Silva, mentionne de nombreux écrivains antiques. Niccolò Leonico Torneo (Venise 1457-Padoue 1533), d’une famille originaire de Grèce, a étudié à Venise et à Padoue ; enseignant la médecine et la philosophie, il passe pour être le fondateur du courant averroïste à Padoue. Il est l’auteur d’une œuvre miscellanea à laquelle se réfère abondamment Mexía, De varia disciplina libri tres (Florence, 1524). On remarquera l’emploi dans les titres de ces ouvrages contemporains des termes disciplina, qui évoque l’idée de formation intellectuelle proprement dite, et lectio, la « leçon » dans laquelle un professeur aborde par la lecture d’un auteur la présentation du savoir. On remarquera également que Mexía ne cite aucun auteur espagnol dans ses préliminaires et revendique à plusieurs reprises l’originalité et la nouveauté de son écriture en langue castillane10 :

« Parce que la langue castillane n’est inférieure à aucune autre, je ne sais pas pourquoi nous n’oserions pas porter en elle les inventions qu’il y a dans les autres ni traiter de grandes matières, comme le font en leurs langues les Italiens et les autres nations, puisqu’il ne manque pas en Espagne d’esprits aiguisés et élevés (agudos y altos ingenios). »

22L’Espagne est désormais le lieu des « inventions » et des « grandes matières » des Grecs et des Latins et des Italiens. En établissant le lien entre les « inventions » portées dans la Silva et les « esprits aiguisés et élevés » de l’Espagne, dont Séville assurément ne manque pas, Mexía suggérerait-il qu’il y a un certain ésotérisme dans son propos ? A-t-il une ambition philosophique ? Ses ennemis lui reprocheront précisément de se prétendre philosophe. Mexía déclare avoir pour seule perspective le « bien public ». La notion de « bien public » indique qu’il fait une grande part dans la culture à la philosophie qui contient les notions de justice, de morale, de devoir social et politique. Il exhorte donc son lecteur, Sévillan comme nous l’avons vu, à considérer la peine qu’il a prise en écrivant la Silva, à lui pardonner ses inadvertances, à tirer le plus grand profit de « la vérité de l’histoire et des choses qui sont traitées ».

23A la vérité universelle de la poésie Aristote opposait la vérité particulière de l’histoire, qui est la peinture des choses telles qu’elles se sont passées. L’histoire apparaît dans la Silva comme matière à l’élaboration littéraire de l’ouvrage et à la formation des esprits, elle présente un intérêt rhétorique pour le philosophe Pedro Mexía. La Silva, éloignée mais non séparée des Silves poétiques, juxtaposant de courts récits d’histoire, assume ainsi cette double vérité, universelle et particulière, les faisant communiquer l’une et l’autre, l’une en l’autre. Destinée aux Sévillans, la Silva leur assigne ainsi l’art de connaître la vérité et de la mettre en pratique politique et sociale. Tel est le bel usage de la Silva. On ne trouve pas ici de distinction entre histoire humaine, histoire naturelle et histoire divine comme chez Jean Bodin.

III. — LA « SILVA DE VARIA LECCIÓN » : UNE ONTOLOGIE DU MULTIPLE

  • 11 Il ne faut pas oublier que diverses œuvres de Sénèque ont été traduites en langue vulgaire par Alon (...)

24Apte à « fortifier les princes et soulever les esprits en leur faveur », la Silva de varia lección est une œuvre indéniablement sérieuse, puisqu’elle est fondée sur des livres de « grande autorité et raison ». Mais, d’emblée, Mexía n’hésite pas à affirmer qu’il y a un usage de la Silva caractérisé par le plaisir : c’est une œuvre attrayante dont les propos ne s’allongent pas, « parce que la variété et la brièveté sont habituellement agréables »11.

25La Silva de varia lección se développe en quatre parties et cent quarante-sept courts chapitres, fruit original de savantes combinaisons de l’auteur. Si le lecteur peut avoir au premier abord une impression de confusion, une lecture minutieuse montre que l’enchaînement des passages n’est pas dû au hasard mais suit une progression complexe. La Silva de varia lección a pour objet des discours thématiques (propositos) et ces dicours traitent généralement des questions d’origine et de fondation. Il s’agit de récits géographiques ou politiques, de récits de principes, de questions bien définies qui impliquent des faits, des personnes, des temps, en un mot des « cas » dans toute leur complexité, notamment juridique.

26Une étude détaillée du plan de chaque partie serait trop longue pour être insérée ici. La première partie en quarante-six chapitres est consacrée aux événements primordiaux de l’histoire du monde, aux âges de l’homme et à l’éducation, à l’histoire des langues, à l’art de la parole et de la communication : ici il est question de l’origine du signe de la croix, de l’origine de la guerre, de la fondation et de l’histoire de Constantinople, des origines de Mahomet et de l’islam, de l’origine et de l’histoire de l’empire turc, également des premiers papes, de la fondation et de l’histoire de Rome, etc. La deuxième partie en quarante-cinq chapitres est consacrée aux lignages, aux puissances de la nature et des hommes, aux combats entre les êtres ; de nombreuses histoires portent sur le mariage, les rapports entre hommes et femmes : ici il est question du premier homme qui dompta un lion, de la fondation de l’ordre du Temple, de l’imagination comme la principale et la plus forte puissance intérieure de l’homme, de l’origine et de l’histoire de Pilate, de l’invention des cloches, du déluge, de l’histoire de Tamerlan et de la fondation de son empire, de la date de naissance du Christ, des propriétés des astres, etc. La troisième partie en trente-six chapitres qui, selon Mexía, doit être particulièrement utile aux princes et chefs de guerre, reprend les grands thèmes humanistes de la mémoire, de l’imagination, des facultés et des grandes réalisations humaines : ici il est question de l’origine des lettres et des bibliothèques, de la cause des amitiés et des haines, des origines des doctrines, de l’origine du vin, de la naissance et de l’histoire de Jacques d’Aragon, de l’origine de l’année, de la fondation des sept merveilles du monde, etc. La quatrième et dernière partie en vingt-deux chapitres s’intéresse au principe et à l’origine des choses et des êtres et à la puissance ou à l'autorité qui en découlent, qu’il s’agisse de l’usage des anneaux, de la noblesse, de la traduction biblique des Septante et des textes fondateurs des religions, de la vie humaine, de la sagesse et des sept sages de Grèce, du temps favorable aux entreprises, de la fondation et de l’histoire de Jérusalem, de l’histoire de Florence, de l’origine et de l’histoire des vents.

27« La vérité de l’histoire et des choses qui sont traitées » apparaît essentiellement composée. La Silva propose une ontologie du divers et du multiple, la variété doit être au principe même de la formation au savoir hérité des Grecs et des Latins du monarque espagnol et des esprits aiguisés et élevés d’Espagne. Mais le lectorat de Mexía est en fait un lectorat d’élite, sévillan. Séville apparaît comme le principe régulateur de la Silva de varia lección, cet art politique et langagier, offert à l’empereur. Au centre du monde, en langue castillane, le lecteur sévillan, sujet de Charles Quint, s’apprête à organiser l’univers social et politique, l’univers mental de la monarchie espagnole et de ses États, à composer ses représentations, à atteindre à une connaissance débarrassée de toute idéologie. L’homme de bien sévillan est par excellence citoyen espagnol. La varia lección désigne une sagesse qui privilégie le mixte et peut-être le contradictoire, en n’ouvrant sur aucune unité supérieure. Elle fait éclater les systèmes en les juxtaposant. Mexía se fait par la Silva l’interprète et le témoin des valeurs philosophiques et politiques de l’Antiquité et de l’humanisme que Séville, porte du Nouveau Monde et nouvelle Rome, propose au monarque espagnol pour fonder définitivement sa puissance et contribuer à l’amélioration du lien social. On remarquera l’importance des récits consacrés à l’histoire des pouvoirs. Par Séville la gloire de Rome rejaillit sur l’empereur, en langue castillane, et elle rejaillit sur Séville, point de convergence des savoirs de l’Ancien Monde et du Nouveau Monde où, depuis six mille ans, affirme Mexía, on s’adonne aux lettres, à la poésie et au droit. Charles, empereur et roi d’Espagne, est le premier souverain de toutes les Espagnes. C’est l’ardeur civique de Mexía, liée à ses connaissances philologiques et historiques, qui explique qu’après avoir écrit la Silva il s’attache à rédiger une Historia imperial y cesárea.

ÉPILOGUE

28Au début de la décennie 1540 où Pedro Mexía compose la Silva de varia lección, tout est encore ouvert aux multiples possibles des savoirs, des hommes et du monde, à Séville et en Espagne. Charles Quint s’est éloigné de l’Allemagne ; sa puissance espagnole paraît sans entrave. A Séville la circulation des hommes et des livres, la liberté d’expression, l’absence presque totale de censure favorisent la créativité. Des écoles poétiques, des académies littéraires et scientifiques se développent. Mais à la fin de la décennie l’ombre inquiétante d’un avenir politique et religieux incertain se profile.

29Composant les derniers chapitres de la Silva alors qu’il est malade et redoute de mourir sans les avoir terminés, Pedro Mexía peut-il comprendre que Séville, où la répression la plus dure s’exerce contre ceux qui ont été jugés « protestants », où les peurs politiques et religieuses commencent à dominer la vie sociale, ne pourra pas tenir le rôle qu’il lui avait désigné ? L’Espagne se ferme peu à peu aux idées de l’humanisme et de la Renaissance, l’Inquisition s’apprête à dominer durablement le pays, Séville s’avance vers sa ruine. Mexía observe, d’après Machiavel, l’échec de la conjuration florentine des Pazzi qui pourtant voulaient être utiles à leur patrie et la mort brutale du grand chef de guerre et stratège italien que Machiavel considère comme l’un des modèles les plus parfaits du Prince, Castruccio Castracani. Quelle peut être Futilité politique et sociale de la Silva de varia lección quand l’histoire prouve que les savoirs sont voués à l’écoulement et à la disparition ?

30L’art de Mexía culmine dans le dernier chapitre de la Silva sur les vents. Avec un ésotérisme désormais voulu, il cherche à protéger le trésor d’une culture universelle et le principe de variété qu’il sent menacés. Il y a là le dernier défi intellectuel, l’ultime volupté verbale de celui qui est cosmographe, qui connaît l’origine des vents et leur fin qui rejoint leur origine, comme le montre bien la description qu’il donne de l’image des vents du monde. Mexía mourant s’éprouve exposé au souffle des vents et à la mobilité du monde, il rend compte de la finitude radicale du monde et de l’homme et de l’irréversibilité de la temporalité. Séville, milieu du monde, ne fondera pas l’Espagne moderne sur le principe de varia lección. La variété, la différence ont été rejetées par l’empereur. A défaut et comme ultime ressource, Pedro Mexía inscrit dans la Silva le doute tragique, déjà inscrit dans la sagesse antique : pour l’homme il n’est rien de sûr, tout fluctue, tout s’écoule.

31La Silva de varia lección entre en littérature. Alors qu'elle découvrait la varietas créatrice d’un monde meilleur, divers et universel, contradictoire, multiple, elle est essentiellement reconnue comme fiction. Elle poursuit durant quelques siècles en Espagne et dans les mondes ancien et nouveau sa vie de littérature, pour le plus grand plaisir des curieux, et non plus seulement des esprits aiguisés et élevés de Séville. Ses pages de titre portent toujours : « en laquelle se traitent beaucoup de choses, très plaisantes et très curieuses ». Mêlant poésie, philosophie, histoire, rhétorique proprement dite, délibération politique, elle devient une fin en soi comme agrément et non comme science.

Notes

1 Mon analyse et mes traductions sont faites à partir de l’édition d’Antonio Castro, Madrid, Editorial Cátedra, 1989, 2 vol. 

2 Francisco Pacheco, Libro de descripción de verdaderos retratos de ilustres y memorables varones, 1599. Édition récente par Pedro M. Piñero Ramírez et Rogelio Reyes Cano, Séville, Diputación Provincial, 1985, p. 309. La notice concernant Pedro Mexía se trouve p. 307-313.

3 Ibid (éd. de 1985), p. 309.

4 Rodrigo Caro, Varones ilustres en letras, naturales de Sevilla, 1686 ; Bibl. Colombine de Séville, ms. 84-7-17, fol. 22-22v. Éd. moderne par Santiago Montoto, Séville, Real Academia Sevillana de Buenas Letras, 1915, p. 33.

5 Historia de Sevilla, Séville, Andrea Pescioni et Juan de León, 1587, p. 10.

6 Je renvoie ici aux analyses de Perrine Galand, dans sa trad. d’Ange Politien, Les Silves, Paris, Les Belles Lettres, 1987, p. 9-23.

7 Mexía se compare à l’architecte romain Vitruve (Ier siècle av. J.-C.) offrant le De architectura à l’empereur Auguste, au poète grec Opianus (IIe siècle) offrant son poème didactique Halieutica ou Sur la pêche à l’empereur Marc Aurèle, d’origine espagnole, et à son fils Commode, au rhéteur grec et sophiste Julius Pollux (135-188) offrant son Onomasticon à Commode devenu empereur, enfin au rhéteur et orateur grec Diophane de Mitylène (IIe siècle av. J.-C.) offrant un livre sur l’art de l’agriculture à Déiotarus (v. 115-40 av. J.-C.), tétrarque de Galatie, allié des Romains qui lui ont reconnu le titre de roi. Cette dernière mention est erronée pour des raisons chronologiques et de contenu de l’ouvrage cité.

8 Le Tesoro de la lengua castellana o española de Don Sebastián de Covarrubias Orozco (1539-1613), paru en 1610 à Madrid chez l’imprimeur Luis Sánchez, donne les définitions suivantes : « Nación. Del nombre latino natio, nis, vale reino o provincia extendida, como la nación española » ; « Patria. La tierra donde uno ha nacido. Es nombre latino patria ».

9 Vicente Lleó Cañal, Nueva Roma : mitología y humanismo en el Renacimiento sevillano, Sevilla, 1979.

10 Il lui arrive de mentionner avec admiration le célèbre érudit et chroniqueur impérial en langue latine, Juan Ginés de Sepúlveda (vers 1490-1573), né à Cordoue, adversaire de Las Casas à propos de la question de la conquête de l’Amérique et des Indiens, ou l’humaniste Juan Luis Vives (1492-1540), né à Valence, également écrivain en langue latine pour son De tradendis disciplinis, qui estime que l’historien ne doit pas porter de jugement sur les faits qu’il relate. En revanche il ne parle guère du Castillan franciscain Antonio de Guevara qui a lui-même écrit en langue castillane. Guevara (vers 1480-1545), chroniqueur impérial comme le sera Mexía après lui, est l’auteur d’un Relox de principes, paru en 1529, et d’Epístolas familiares parues en 1539 et souvent fondées sur les mêmes sources que la Silva, mais sa perspective, qui est délibérément celle d’un prédicateur et d’un moraliste chrétien, ne saurait être comparée à celle de Mexía. Ce n’est qu’après la mort de Mexía entre 1550 et 1555 que Francisco Thámara, professeur d’humanités à Cadix, traduit ou adapte trois ouvrages qui tracent, comme a voulu le faire l’humaniste sévillan, de larges avenues dans l’immensité du savoir : le De inventoribus rerum de Polydore Virgile (1470-1555), secrétaire du duc d’Urbin et chambellan du pape Alexandre VI, dont s’est largement inspiré Mexía, s’attache aux origines de toutes choses dans les domaines les plus variés, de la technique à la religion ; le Chronicon allemand de Johann Carion, à partir de la traduction latine de Hermann Bonn, est un manuel d'histoire universelle ; le Livre des mœurs de toutes les nations de Joannes Boemus, humaniste compilateur, est à l’origine d’une géographie humaine.

11 Il ne faut pas oublier que diverses œuvres de Sénèque ont été traduites en langue vulgaire par Alonso de Cartagena et Pedro Díaz de Toledo à l’époque de Jean II, et plusieurs fois imprimées avant 1540, et que de nombreuses œuvres apocryphes de cet auteur circulent en Espagne. Plutarque également est particulièrement apprécié.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search