Version classiqueVersion mobile

Fonder les savoirs, fonder les pouvoirs, XVe-XVIIIe siècle

 | 
Dominique de Courcelles

Machiavel et le récit de la fondation de Rome

Marie-Dominique Couzinet

Texte intégral

  • 1 Sur cette question, voir le recueil de textes de Gennaro Sasso intitulé Machiavelli e gli antichi (...)

1Le thème soumis à notre réflexion par Dominique de Courcelles et les objets particuliers sur lesquels elle nous a proposé de centrer notre attention m’ont conduite à aborder la question de 1’« appropriation » ou de la « réappropriation des savoirs et des pouvoirs », chez Machiavel, à partir d’un exemple précis : celui du récit de la fondation de Rome, tel qu’il apparaît dans Le Prince et surtout dans les Discours sur la première décade de Tite-Live. Le récit de la fondation de Rome apparaît en effet surtout dans les Discours. Il met en jeu la question plus large du rapport de Machiavel à l’Antiquité en général et à l’histoire romaine en particulier1 et en partage les aspects problématiques, tout en présentant pour sa part des problèmes spécifiques que je tenterai d’énoncer brièvement pour commencer.

I

  • 2 Niccolò Machiavelli, Discorsi, Proemio I, dans id., Il Principe e altre opere politiche, Milan, Ga (...)
  • 3 Le Prince, chap. XII, XIV, XXVI.

2Dans l’avant-propos au livre I des Discours, Machiavel définit son entreprise comme consistant à « trouver de nouvelles manières [d’agir] et de nouvelles institutions » (trovare modi e ordini nuovi). Cette déclaration pose d’emblée deux problèmes. Le premier vient de ce que Machiavel compare la difficulté de son entreprise à celle de « chercher des mers et des terres inconnues » (cercare acque e terre incognite)2. On est donc dans une problématique de la recherche, et non dans une problématique du fondement. On pourrait en dire autant du Prince, où les nouvelles institutions (ordini) civiles et surtout militaires prônées par Machiavel3 ont pour objet la conquête et la conservation du pouvoir d’un seul, le prince, loin de l’interrogation sur les fondements d’un État politique d’ailleurs encore en cours de constitution conceptuelle.

  • 4 Sur cette question, voir W. L. G. Randles, « Le Nouveau Monde, l’Autre Monde et la pluralité des m (...)

3Or, on le sait, il y a des limites à la notion de découverte en géographie. La découverte du « Nouveau Monde » n’a été que rarement pensée comme telle ; elle fut d’abord comprise comme la simple confirmation de l’existence de 1’« autre monde », le monde austral, siège des Antipodes4. La recherche machiavélienne en politique obéit à la même logique de la découverte qui consiste à ramener l’inconnu au connu. D’où le second problème : l’imitation de l’Antiquité et en particulier de l’histoire romaine que Machiavel propose comme instrument de cette découverte rend problématique la notion même de nouveauté.

4La référence à l’histoire repose sur l’idée selon laquelle tout ce qui se trouve sur la terre et sous le ciel — et donc aussi les hommes — est soumis à des processus constants, ce qui autorise à faire de l’histoire — l’histoire des actions humaines en l’occurrence — l’objet d’une imitation :

  • 5 «... come se il cielo, il sole, li elementi, li uomini, fussino variati di moto, di ordine e di po (...)

« Cette imitation leur paraît [aux hommes] non seulement difficile, mais même impossible ; comme si le ciel, le soleil, les éléments et les hommes eussent changé d’ordre, de mouvement et de puissance, et fussent différents de ce qu’ils étaient dans les temps anciens »5.

  • 6 Voir id., Discorsi, I, II-VI. Sur le modèle polybien, voir G. Sasso, « Machiavelli e la teoría del (...)
  • 7 On retrouvera cette idée chez Montaigne : « Les astres ont fatalement destiné l’état de Rome pour (...)

5Les vicissitudes des régimes politiques s’inscrivent dans le cycle universel, le privilège de Rome venant de la constitution progressive d’un régime mixte qui équilibre les oppositions entre les différentes forces de la société, selon un modèle que Machiavel trouve chez Polybe. Ce processus représente pour lui la « perfection » d’un État stable parce qu’intégrant les forces antagonistes qui concourent à sa survie et à son expansion6. Par ailleurs, l’histoire de Rome semble constituer pour Machiavel un véritable laboratoire de tout ce qui est possible en politique7.

6On se trouve alors confronté à un problème plus spécifique au récit de la fondation de Rome : celui du statut de l’originaire, dans une vision de l’histoire constituée par le cycle et par la constance des processus : —1o Si le modèle romain est celui d’un processus rationnel considéré dans la totalité de son développement, que devient la question de la première phase du processus ? Machiavel s’interroge-t-il sur le commencement ? Faute de poser la question philosophique du fondement, pose-t-il la question historique de la fondation ? — 2° Si l’histoire de Rome est exemplaire parce que pouvant être imitée, en vertu de la constance qui caractérise les êtres et les choses soumis au temps et aux astres, la fondation de Rome peut-elle, elle aussi, acquérir le statut d’exemple, autrement dit, se répéter ? Car en se répétant, elle contredit son concept : qu’est-ce qu’une fondation que l’on peut reproduire ? On tentera de montrer comment, dans son traitement du récit de la fondation de Rome, Machiavel apporte des réponses à ces différentes questions, en se limitant à une étude du Prince et des Discours.

7Ces deux textes ont été rédigés par Machiavel pendant son exil, en 1513 (dans sa totalité pour le Prince, en partie seulement pour les Discours), à la suite de la chute de la république de Florence, au gouvernement de laquelle il avait participé comme secrétaire de la seconde chancellerie. Dans Le Prince, Machiavel prétend faire bénéficier le nouveau prince de Florence, Laurent de Médicis le jeune, sous une forme concentrée — en vingt-six courts chapitres —, de :

  • 8 « La cognitione delle azioni delli uomini grandi, imparata da me con una lunga esperienza delle co (...)

« tout ce qu’[il a] mis tant d’années, au prix de tant de fatigues et de périls, à connaître et comprendre : la connaissance des actions des grands hommes, que [lui] ont enseigné une longue expérience des choses modernes et une lecture continuelle des anciennes »8.

8Un double savoir, livresque et pratique, est donc mis par Machiavel au service du prince nouveau.

  • 9 « ... quanto io so e quanto io ho imparato per una lunga pratica e continua lezione delle cose del (...)
  • 10 Delio Cantimori, introduction aux Discorsi, dans N. Machiavelli, Il Principe e altre opere politic (...)
  • 11 « ... non quelli che sono principi, ma quelli che per le infinite buone parti loro meriterebbono d (...)

9Dans les Discours, qui se présentent (de façon problématique) comme un commentaire en trois livres de la première décade de l’Histoire romaine de Tite-Live, Machiavel définit son savoir comme « tout ce que je sais et tout ce que j’ai appris par une longue pratique et une lecture continuelle des choses du monde »9. On retrouve donc, dans une perspective élargie, les mêmes formes de savoir que dans Le Prince : savoir livresque et pratique. Mais ici, « l’accent est mis sur l’origine, l’organisation et la décadence d’un État dont la forme privilégiée semble être la forme républicaine »10. Machiavel ne dédie plus les Discours « à des princes, mais à des hommes qui, par leurs qualités, mériteraient de l’être [...], ceux qui savent, et non ceux qui, sans savoir, peuvent régner »11 ; ceux qui, plus tard, comploteront contre les Médicis. Dans les deux cas, Machiavel se réapproprie un savoir historique et pratique au service d’une réflexion théorique sur le pouvoir politique.

  • 12 G. Sasso, « Machiavelli e Romolo », dans id., Machiavelli e gli antichi..., 1.1, p. 119-166, à la (...)

10Dans le cadre de ce travail, je m’en tiendrai donc à un point particulier de la référence à l’histoire de Rome, celui du récit de sa fondation. Le corpus de textes sur lequel je travaillerai sera restreint ; il réduit la fondation au fondateur, Romulus. Gennaro Sasso en fait l’inventaire dans une étude qu’il a consacrée à « Machiavel et Romulus », dans son recueil Machiavelli e gli antichi. Ces références, peu nombreuses, sont toujours, dit Sasso12, situées à des « points névralgiques de la construction théorique » de Machiavel. Romulus n’est cité qu’une seule fois dans Le Prince (au chapitre VI, consacré aux « principats nouveaux acquis par les armes propres et la vertu »), et une dizaine de fois dans les Discours : livre I, chapitres I, II, IX surtout, mais aussi X, XVIII, XIX et XXVI ; livre II, chapitre XL, et livre III, chapitre I. Il apparaîtra dans la suite pourquoi la question de la fondation de Rome coïncide avec les références à Romulus et non à Énée, aussi mentionné par Tite-Live.

II

  • 13 « Quali siano stati universalmente i principii di qualunque città e quale fusse quello di Roma. » (...)

11La question des commencements de Rome est assez centrale dans les Discours pour faire l’objet du premier chapitre, intitulé par Machiavel : « Quels ont été généralement les commencements des cités et quel fut celui de Rome »13. Son importance vient de ce que, de l’aveu même de Machiavel, le commencement de Rome est à l’origine de sa supériorité sur les autres cités antiques. Il formule ce privilège de la façon suivante :

  • 14 «Coloro che leggeranno quale principio fusse quello della città di Roma, e da quali latori di legg (...)

« Ceux qui liront quel fut le commencement de la cité de Rome, comment il fut ordonné et par quels législateurs, ne s’étonneront pas que tant de valeur (virtù) se soit maintenue dans cette cité pendant plusieurs siècles, et qu’en soit née la puissance à laquelle parvint cette république »14.

12Il y a donc un caractère séminal du commencement de Rome, qui lui a fait conserver virtù et puissance, et par lequel cette cité se distingue des autres.

  • 15 «... tutte le città sono edifícate o dagli uomini natii del luogo dove le si edificano o dai fores (...)
  • 16 « Conveniva che Romolo non capessi in Alba, fussi stato esposto al nascere, a volere che diventass (...)

13Machiavel précise l’objet de cette supériorité en relisant « l’édification de Rome » (la edificazione di Roma) à travers des catégories qu’il a préalablement appliquées aux autres cités : « Toutes les cités sont édifiées ou par des hommes natifs du lieu où elles sont édifiées, ou par des étrangers »15. Or Rome échappe à cette catégorisation, dans la mesure où elle correspond aux deux cas, selon que l’on considère Énée, donc un étranger, comme son premier fondateur, ou selon que l’on considère que c’est Romulus, natif du lieu. Au chapitre VI du Prince, Machiavel va jusqu’à faire de Romulus un Albain : « Il convenait que Romulus ne trouvât pas de place à Albe, qu’il eût été exposé à sa naissance, si l’on voulait qu’il devînt roi de Rome et fondateur de cette patrie »16.

  • 17 « ... ed in qualunque modo la vedrà avere principio libero sanza dependere da alcuno. » N. Machiav (...)

14En fin de compte, la distinction entre fondateur autochtone et étranger est secondaire ; dans le chapitre I des Discours, Machiavel substitue à cette distinction géographique une distinction politique, valable dans le cas d’Énée comme dans celui de Romulus : « Et de quelque manière [que cela se soit passe], on verra qu'elle [Rome] eut un commencement libre, sans dépendre de personne »17.

  • 18 «Ma quando quegli che sono constretti abbandonare la loro patria non sono molti, non sono si peric (...)

15Cette liberté est la liberté de la cité, mais aussi celle du fondateur dont la virtù se manifeste « par le choix du site » (nella elezione del sito) et « par l’ordonnance des lois » (nella ordinazione delle leggi). A partir de là, Énée n’apparaît plus qu’une fois dans les Discours18.

  • 19 «... gli uomini non operono mai nulla bene se non per necessita; ma dove la elezione abonda, e che (...)
  • 20 G. Sasso, «Machiavelli e Romolo»..., p. 121.

16Au chapitre III du premier livre des Discours, Machiavel a formulé la thèse selon laquelle les hommes ne font le bien que par nécessité, alors qu’ils font le mal là où ils en ont la licence. Le mal est synonyme de « confusion » et de « désordre »19. Il apparaît ici que le mal a aussi une dimension historique, celle de la corruption. Dans la suite du texte, Machiavel place en effet Romulus à la tête d’une série de législateurs qui ont su mettre la nécessité des lois au-dessus de la nécessité du site20, en installant Rome dans un environnement naturel favorable et dans ce sens libérateur, et en exerçant sur les citoyens une contrainte juridique capable de mettre en échec le processus de corruption à l’œuvre dans les États politiques comme dans tous les corps composés, autrement que par la contrainte géographique du site, qui a le défaut d’être aussi limitative du point de vue politique :

  • 21 «Vedrà ancora [...] a quante necessitadi le leggi fatte da Romolo, Numa e gli altri la costringess (...)

« Et l’on verra encore [...] à quelle nécessité les lois faites par Romulus, Numa et les autres la contraignirent, à tel point que la fertilité du site, la commodité de la mer, les victoires fréquentes, la grandeur de son empire, ne purent, pendant plusieurs siècles, la corrompre, et qu’elles la gardèrent pleine d’une virtù qui jamais n’orna aucune autre cité ou république »21.

17Cependant, la liberté de Rome en ses commencements — définie comme le fait de ne dépendre de personne —, ne lui est pas propre : elle partage ce caractère avec d’autres États politiques qui peuvent être aussi bien des républiques que des principats. Machiavel examine ceux-ci au chapitre II, et il distingue Rome de Sparte et d’Athènes en ce que son « ordonnance » n’est pas issue de l’esprit d’un législateur unique, mais du « hasard » et des « accidents » se succédant dans le temps, ce qui accrédite l’idée d’une ordonnance initiale défectueuse :

  • 22 «Ma vegnamo a Roma, la quale nonostante che non avesse un Licurgo che la ordinasse in modo nel pri (...)

« Mais venons-en à Rome. Bien qu’elle n’ait pas eu un Lycurgue qui l’ordonnât au début de manière quelle pût vivre longtemps libre, néanmoins, les accidents qui naquirent en elle furent si nombreux, du fait de la désunion qui régnait entre la plèbe et le sénat, que ce que n’avait pas fait un législateur, le hasard le fit. Car, si le sort ne donna pas à Rome la première de ces fortunes [à savoir le législateur originel], il lui donna la seconde ; parce que si ses premières ordonnances furent défectueuses, néanmoins, elles ne dévièrent pas du droit chemin susceptible de les conduire à la perfection. Parce que Romulus et tous les autres rois firent beaucoup de bonnes lois, et conformes au vivre libre. Mais parce que leur but était de fonder une royauté et non une république, lorsque cette cité fut libre, il y manquait beaucoup de choses qu’il était nécessaire d’instaurer en faveur de la liberté et que celles-ci n’avaient pas instaurées »22.

18En fin de compte, si Rome réalise sa perfection selon un processus inscrit dans le temps, c’est parce que sa fondation a été défectueuse. La supériorité de Rome vient paradoxalement de l’imperfection même de son commencement, voué à ne s’accomplir qu’après coup, sous la forme d’un régime mixte réalisé par la création des tribuns du peuple, après le renversement des Tarquins. Dans le cas de Rome, le commencement n’est pas décisif ; il n’instaure pas deux temps différents : celui d’avant l’ordonnancement et celui d’après : le temps de l’institution issue de la raison d’un législateur unique. L’action législatrice de Romulus est incomplète, et de ce fait relativement inassignable, dans la mesure où il inaugure, en particulier avec Numa, une lignée de rois législateurs dont l’existence semble seule devoir conférer un sens, a posteriori, à son action.

  • 23 « E perché io parlo de’ corpi misti, come sono le republiche e le sètte... » Ibid., III, I, p. 341

19Ce qui n’est pas attribuable à la virtù d’un seul l’est alors à la succession harmonieuse des gouvernants, amorcée par des institutions monarchiques contenant néanmoins les conditions d’établissement de la liberté républicaine. On peut ajouter que le résultat final (le gouvernement mixte), du fait de sa forme complexe et de sa moindre rationalité, est aussi peut-être plus adapté au monde de la corruption soumis au changement, auquel appartiennent les corps mixtes que sont les États politiques23. La république romaine, qui inclut toutes les parties de la société dans l’exercice du pouvoir, n’a pas besoin de désarmer le peuple. De ce fait, elle peut ou non varier, s’agrandir, changer ; bref, s’adapter aux variations des temps et de la fortune.

  • 24 Ibid., p. 59.

20Mais dans la mesure où, contrairement à Lycurgue et à Solon, Romulus n’a pas tiré de son esprit une législation constituée et où il a agi pour la postérité, n’a-t-il pas été victime d’une sorte de ruse de l’histoire qui caractérise le processus romain au-dessus des « fins » des gouvernants (une « ruse de la raison » avant la lettre) ? Ceci semble particulièrement clair dans le passage précédemment cité, où Machiavel précise que la « fin » des premiers rois de Rome était « de fonder un royaume et non une république ». Il a peut-être trouvé cette suggestion chez Tite-Live, là où, dans le premier livre de l’Histoire romaine (I, XVII), celui-ci décrit la succession de Romulus dans ces termes : « Personne ne mettait en question le régime monarchique. Car on n’avait pas encore goûté la douceur de la liberté »24. Ce qui apparaît comme une ruse de l’histoire n’est en fait que le regard rétrospectif et surplombant de l’historien.

21Il semble donc clair que Machiavel pense la fondation de Rome, au moins sous certains aspects de sa dimension historique. Si la liberté de Rome en ses commencements n’est pas un caractère qui la distingue des autres cités, c’est dans sa réalisation qu'elle diffère : à la volonté du législateur s’est ajouté le hasard (il caso), qui inscrit la fondation de Rome dans un processus historique lent. La question est alors de savoir comment la fondation de Rome accède au statut de modèle et, en particulier, en quoi le personnage de Romulus constitue un exemple et de quel point de vue ; à quelles conditions la fondation de Rome peut devenir un instrument théorique de pédagogie politique.

III

22Si Machiavel semble ne pas penser la fondation de Rome, c’est peut-être parce que tel n’est pas son véritable objet : son objet est la fondation de la république romaine — d’où sa négligence apparente pour les origines de Rome, dont il croit devoir s’excuser, au début du chapitre IX du premier livre des Discours, un des plus importants pour le thème traité :

  • 25 «Ei parrà forse ad alcuno che io sia troppo trascorso dentro nella istoria romana, non avendo fatt (...)

« Certains seront peut-être d’avis que je suis passé trop rapidement sur l’histoire romaine, pour n'avoir encore fait aucune mention de ceux qui ont institué cette république, ni des ordonnances qui ont trait à la religion et à l’armée »25.

23Mais l'omission de Machiavel semble avoir une autre raison : c’est que la fondation de Rome par Romulus met un double homicide à l’origine du vivere civile (c’est à dire du vivre-libre, sous ses propres lois) : le double homicide par Romulus de son frère Remus, puis celui du roi des Sabins, son compagnon de règne. Machiavel justifie ce double homicide par sa finalité : il a été perpétré en vue du « bien commun » ; il est à l’origine d’un vivere civile. Un tel commencement entache l’origine de la liberté républicaine ; mais il est aussi, semble-t-il, la seule marque distinctive de Romulus par rapport à ses successeurs, celle par laquelle le fondateur se distingue de ceux qui le suivent.

24C’est ce qui ressort de la comparaison à laquelle se livre Machiavel entre les premiers rois de Rome, au chapitre XIX du premier livre des Discours, intitulé : « Après un excellent prince, on peut maintenir un prince faible ; mais après un faible, on ne peut, avec un faible, maintenir aucune royauté ». Rome a eu la « très grande fortune » d’avoir pour premier législateur un prince doué de vertus militaires comme Romulus, même si Numa Pompilius, qui lui a succédé, est le véritable instaurateur de ses institutions religieuses. Car la force, nécessaire au commencement, rend Romulus irremplaçable. En cela, il ne semble pas être supérieur à Numa, mais il occupe une place que celui-ci ne pouvait pas occuper, parce qu’il a mis en place les conditions de possibilité de l’exercice du pouvoir par un Numa ; Romulus n’a de sens qu’à l’intérieur de la séquence qu’il inaugure et qu’il faut envisager au moins jusqu’au quatrième roi (Romulus, Numa Pompilius, Tullus Hostilius, Ancus Martius), selon une alternance guerre-paix-guerre-paix/guerre :

  • 26 « Dico pertanto con questi esempli che dopo uno eccellente principe si può mantenere uno principe (...)

« Je dis par ces exemples qu’après un excellent prince, on peut maintenir un prince faible, mais après un faible, on ne peut maintenir aucune royauté avec un autre faible, à moins qu’il soit comme le roi de France, tel que ses anciennes institutions le maintiennent. Sont faibles les princes qui ne sont pas sur le pied de guerre »26.

  • 27 Sur ce point, voir Le Prince, chap. VIII et en particulier p. 57, où Machiavel refuse d’attribuer (...)

25Mais cela signifie-t-il qu’un prince « excellent » est un prince fort, à l'exclusion de toutes les autres qualités ? Et dans ce cas, y a-t-il encore une virtù spécifique du législateur-fondateur, et par conséquent un caractère particulier à celui qui inaugure une série de gouvernants, que l’on puisse distinguer de la vertu militaire en ce qu'elle n’exclut pas les scélératesses27 ? La suite du chapitre XIX apporte des éléments de réponse :

  • 28 «Da questo piglino esempio tutti i principi che tengono stato: ché chi somiglierà a Numa lo terrà (...)

« Que tous les princes qui possèdent un état en prennent exemple [sur la succession des trois premiers rois de Rome] : celui qui se rendra semblable à Numa le gardera ou non selon que les temps ou la fortune tourneront ou non en sa faveur ; mais celui qui se rendra semblable à Romulus et sera comme lui armé de prudence et d’armes, le tiendra de toutes façons, s’il ne lui est pas enlevé par une force obstinée et excessive »28.

26L’excellence de Romulus ne consiste pas seulement dans la force, mais dans la prudence qui lui fait instaurer « beaucoup de bonnes lois, et conformes au vivre libre », comme Machiavel l’écrivait au chapitre II. Mais Machiavel ajoute un élément de plus au chapitre I du livre II des Discours. A la question posée par le titre : « Quelle fut la raison majeure de l’empire qu acquirent les Romains, la virtù ou la fortune ? » il répond, contre Plutarque et même contre Tite-Live :

  • 29 «Perché se non si è trovata mai republica che abbi fatti i profitti che Roma, è nato che non si è (...)

« S’il ne s’est jamais trouvé aucune république qui ait fait les profits qu’a faits Rome, c’est qu’il ne s’est jamais trouvé de république qui ait été ordonnée pour pouvoir acquérir comme Rome. Parce que la virtù de ses armées lui a fait acquérir l’empire, et que sa façon de procéder et sa manière propre, trouvée par son premier législateur, lui a fait maintenir son acquis »29.

  • 30 «E che Romolo fusse di quelli che nella morte del fratello e del compagno meritasse scusa, e che q (...)
  • 31 «Se [Cleomene] per essere solo ammazzò gli Efori, e se Romolo per le medesime cagioni ammazzò il f (...)

27En quoi consiste la « façon de procéder » de Romulus et sa « manière propre », c’est ce que peut indiquer un passage du chapitre IX, dans lequel Machiavel excuse le double meurtre commis par Romulus, du fait que ce dernier agissait pour le bien commun et non en vue de ses intérêts personnels30 — par bien commun il entend ici l’institution du Sénat comme instance consultative. Enfin, on ajoutera un facteur extrinsèque : le fait qu’aux origines, le faible degré de corruption de la cité a permis à Romulus de faire un bon usage de son autorité, une fois perpétré le meurtre de son frère31.

28C’est dans le passage, central pour nous, où Machiavel fait état, même si c’est brièvement, du double crime de Romulus, qu’il pose le problème du statut théorique du récit de la fondation de Rome. Ce récit a un statut particulier, en décalage apparent avec ce que le titre du chapitre annonce. Le titre du chapitre IX est en effet le suivant : « Qu’il est nécessaire d’être seul pour réordonner une république, ou la réformer tout à fait en dehors de ses ordonnances antiques ». « Réordonner » ou « réformer » ne font pas référence à l’ordonnance initiale instaurée par le fondateur. Et pourtant, c’est là que Machiavel retrace brièvement la carrière de Romulus, en s’inspirant de Tite-Live et sans doute de Plutarque, qu’il reprend la critique formulée contre les crimes de Romulus par Augustin et Cicéron, et qu’il fait également référence à d’autres « fondateurs de royaumes ou de républiques » comme Moïse, Lycurgue et Solon.

29Pour Machiavel, faire le récit de la fondation de Rome revient à énoncer les conditions de possibilité de la fondation ou de la refondation de tout État politique, par création ex novo ou par changement de régime, ces conditions se réduisant en réalité à une : être seul, autrement dit, être un prince, et en l’occurrence, un prince nouveau. Le récit de la fondation de Rome inscrit donc dans l’histoire une question qui est au centre de la réflexion de Machiavel dans Le Prince et dans plusieurs chapitres du premier livre des Discours : il s’agit de la question du prince nouveau et des techniques qu’il doit mettre en œuvre pour conquérir et pour conserver le pouvoir, ici envisagées dans le cas où le prince crée un vivere civile.

30Là réside, semble-t-il, la raison véritable du lien inévitable, à Rome, entre la cruauté des commencements et le processus qui mène à la liberté : il faut être seul au départ ; seul pour fonder comme pour refonder un pouvoir. Or, la solitude suppose l’élimination des rivaux. C’est parce qu’il faut être seul pour instaurer un ordre politique que la liberté a le crime pour origine.

31Mais si la fondation a valeur exemplaire, c’est qu’elle doit contenir quelque chose de bon. Si Romulus a valeur exemplaire tout en étant un criminel, c’est du fait du caractère rare et pour cette raison exceptionnel de la rencontre en lui, dès l’origine, entre le crime et le souci du bien commun, ici défini, on l’a vu, comme l’institution de la liberté. Machiavel s’en explique au chapitre XVIII du premier livre des Discours, à propos des princes nouveaux. Nous devons faire l’hypothèse que la leçon vaut, en retour, pour Romulus :

  • 32 Ibid.

« Et parce que réordonner une cité à la vie politique présuppose un homme bon, et que devenir par la violence prince d’une république présuppose un homme méchant, pour cette raison, il arrivera très rarement qu’un bon, par de mauvais moyens, encore que sa fin soit bonne, veuille devenir prince ; ou qu’un méchant, devenu prince, veuille bien agir, et qu’il lui vienne jamais à l’esprit de bien user d’une autorité qu’il aura mal acquise »32.

32On comprend alors que, dans le chapitre VI du Prince, Romulus soit compté par Machiavel au nombre des héros fondateurs, définis comme « les plus excellents hommes ».

  • 33 «E chi considerrà bene l’autorità che Romolo si riserbò, vedrà non se ne essere riserbata alcun’al (...)

33Dès lors, il y a un double visage de Romulus : comme premier roi de Rome, fondateur de la monarchie, et comme emblème de toute réforme de l’État. D’où, selon la remarque de Gennaro Sasso, un portrait de Romulus plus proche du roi de France que de la brute que l’on trouve chez Tite-Live, créant le Sénat et le consultant, comme on l’a vu, et limitant son pouvoir au commandement de l’armée en guerre et à la convocation du sénat (chapitre IX)33. Dans ce sens, Romulus reste définitivement supérieur à Numa.

  • 34 N. Machiavelli, Discorsi, III, 1, p. 341.
  • 35 Sur ce point, voir Federico Chabod, Scritti su Machiavelli, Turin, Einaudi, rééd. 1993, p. 218-219 (...)
  • 36 Marcus Furius Camillus, dans Tite-Live, Histoire romaine, V, 49, 7-8.

34Quant à la fondation elle-même, elle doit pouvoir être répétée, au nom de la même idée selon laquelle « tous les commencements des religions (sette), des républiques et des royautés comportent quelque chose de bon »34. Machiavel fait la théorie de cette répétition au chapitre I du livre III des Discours, intitule : « Si l'on veut qu’une religion (setta) ou qu’une république vive longtemps, il est nécessaire de la ramener souvent vers son principe ». Il pense cette renovatio sur le modèle de la réforme religieuse des ordres monastiques, avec la création des ordres mendiants35. Cette reproduction périodique suppose l’idée selon laquelle la durée amène la corruption de toutes choses. A Rome, elle a été opérée par l’avènement de Camille, que Tite-Live désignait déjà comme un « deuxième Romulus »36.

35Ces retours périodiques aux origines consistent à réveiller, chez les citoyens, la peur inaugurale et la violence des commencements :

  • 37 «Perché dall’una all’altra di simili esecuzioni non vorrebbe passare il più dieci anni, perché pas (...)

« De l’une à l’autre de telles exécutions, il ne faut pas laisser passer plus de dix ans, car une fois ce temps passé, les hommes commencent à changer de coutumes et à transgresser les lois ; et si rien n’arrive pour ramener la peine à leur mémoire et renouveler la peur dans leurs esprits, les délinquants se multiplient au point qu’on ne peut plus les punir sans danger »37.

36Machiavel prend pour exemple la terreur que les Médicis semaient tous les cinq ans parmi les citoyens de Florence, celle-là même qu’ils avaient suscitée lors de leur prise de pouvoir.

  • 38 Jean Bodin, Les Six livres de la république (1593), Paris, Fayard, 1986, t. I, p. 112.

37En politique, le retour aux origines ne consiste pas, comme dans la religion, à retourner à la simplicité et à la pauvreté, mais à la peur et à la violence, voire au crime. Comme l’écrira plus tard Bodin au chapitre VI du premier livre de la République : « la raison et lumière naturelle nous conduit à cela, de croire que la force et la violence a donné source et origine aux Républiques »38. Chez Machiavel, les origines de Rome sont à cet égard les seules à pouvoir prétendre à un statut exemplaire.

  • 39 Leo Strauss, Pensées sur Machiavel (1958), trad. franç., Paris, Payot, 1982, p. 96.
  • 40 «Da tutte le soprascritte cose nasce la difficoltà o impossibilità, che è nelle città corrotte, a (...)

38Comme le remarque Leo Strauss, « traiter des nouveaux princes revient donc à traiter des origines ou fondations de tout État ou de tout ordre social ou encore de la nature de la société »39. On devrait alors pouvoir lire Le Prince comme un livre sur les origines de l’État. Mais la réappropriation par Machiavel de l’histoire romaine n’y rend plus justice au développement spécifique de l’histoire romaine, qui tendait à garantir le privilège du régime républicain. C’est que, comme Machiavel en fait le constat au chapitre XVIII du premier livre des Discours, dans un état d’extrême corruption, il est presque impossible d’établir et de maintenir une république, si l’on ne la « réduit pas plus vers l’état royal que vers le populaire »40 — du moins Le Prince contient-il l’exigence, notamment au chapitre IX consacré aux « principats civils », d’établir une forme dite « civile » de principat, dans laquelle le prince gouverne avec et pour le peuple.

Notes

1 Sur cette question, voir le recueil de textes de Gennaro Sasso intitulé Machiavelli e gli antichi e altri saggi, Milan-Naples, Ricciardi, 1987, 3 vol. Sur le problème de la fondation, voir Fonder une cité : ce que disent les langues anciennes et les textes grecs ou latins sur la fondation des cités, éd. François Létoublon, Grenoble, Université des langues et lettres de Grenoble, 1987.

2 Niccolò Machiavelli, Discorsi, Proemio I, dans id., Il Principe e altre opere politiche, Milan, Garzanti, 1994, p. 103. Toutes les traductions sont de nous, sauf pour le Prince, trad. Yves Lévy (Paris, Garnier-Flammarion, 1992) modifiée.

3 Le Prince, chap. XII, XIV, XXVI.

4 Sur cette question, voir W. L. G. Randles, « Le Nouveau Monde, l’Autre Monde et la pluralité des mondes », dans Congreso internacional de historia dos descobrimentos : actas, t. IV, Lisbonne, 1961, p. 347-382 ; Jean-Marc Besse, Les Grandeurs de la terre : essai sur les transformations du savoir géographique au seizième siècle, thèse de doctorat, université Paris-I, 1999, dactylogr., vol. I, t. I, chap. II, en particulier « La nouveauté du nouveau monde », p. 86-94.

5 «... come se il cielo, il sole, li elementi, li uomini, fussino variati di moto, di ordine e di potenza da quello che gli erono antiquamente.» N. Machiavelli, Discorsi, Proemio I, p. 104.

6 Voir id., Discorsi, I, II-VI. Sur le modèle polybien, voir G. Sasso, « Machiavelli e la teoría delanacyclosis » et « Machiavelli e Polibio : costituzione, potenza, conquista », dans id., Machiavelli e gli antichi..., t. I, p. 3-65 ; 67-118.

7 On retrouvera cette idée chez Montaigne : « Les astres ont fatalement destiné l’état de Rome pour exemplaire de ce qu’ils peuvent en ce genre. Il comprend en soi toutes les formes et aventures qui touchent un état : tout ce que l’ordre y peut et le trouble, et l’heur et le malheur. Qui se doit désespérer de sa condition, voyant les secousses et mouvements dequoi celui-là fut agité et qu’il supporta ? » Michel de Montaigne, Essais, III, IX, éd. Villey-Saulnier, rééd. Paris, PUF, 1988, t. III, p. 960. Peut-on pour autant aller jusqu’à dire que « de même que cette histoire assume, justement, le rôle de critère absolu, de même ses phases, et les événements qui la constituent, se disposent selon un développement rationnel nécessaire : elles deviennent, ou tendent à devenir, les moments du déploiement rationnel de la réalité » ? C’est ainsi que G. Sasso décrit « la signification ‘idéale’et constructive qu’a l’histoire de Rome dans la pensée de Machiavel », dans id., Niccolo Machiavelli, t. I : Il Pensiero politico, Bologne, Il Mulino, 1980 ; éd. de 1993, p. 619.

8 « La cognitione delle azioni delli uomini grandi, imparata da me con una lunga esperienza delle cose moderne e una continua lezione delle antiche. » N. Machiavelli, Il Principe, éd. Giorgio Inglese, Turin, Einaudi, 1995, p. 4.

9 « ... quanto io so e quanto io ho imparato per una lunga pratica e continua lezione delle cose del mondo. » N. Machiavelli, Discorsi, épître dédicatoire, p. 101.

10 Delio Cantimori, introduction aux Discorsi, dans N. Machiavelli, Il Principe e altre opere politiche, Milan, Garzanti, 1981, p. VIII.

11 « ... non quelli che sono principi, ma quelli che per le infinite buone parti loro meriterebbono di essere [...] ; e così quelli che sanno, non quelli che, sanza sapere, possono governare un regno. » N. Machiavelli, Discorsi, épître dédicatoire, p. 102.

12 G. Sasso, « Machiavelli e Romolo », dans id., Machiavelli e gli antichi..., 1.1, p. 119-166, à la p. 119.

13 « Quali siano stati universalmente i principii di qualunque città e quale fusse quello di Roma. » N. Machiavelli, Discorsi, p. 105.

14 «Coloro che leggeranno quale principio fusse quello della città di Roma, e da quali latori di leggi e come ordinato, non si maraviglieranno che tanta virtù si sia per più secoli mantenuta in quella città ; e che dipoi ne sia nato quello imperio al quale quella republica aggiunse.» Ibid.

15 «... tutte le città sono edifícate o dagli uomini natii del luogo dove le si edificano o dai forestieri.» Ibid.

16 « Conveniva che Romolo non capessi in Alba, fussi stato esposto al nascere, a volere che diventassi re di Roma e fondatore di quella patria. » N. Machiavelli, Il Principe, éd. G. Inglese, p. 34. Pour la traduction de « capessi » par « trovasse posto », G. Inglese renvoie à l’emploi du mot par Boccace (voir sa note dans l’éd. citée, p. 34, n. [12] 1).

17 « ... ed in qualunque modo la vedrà avere principio libero sanza dependere da alcuno. » N. Machiavelli, Discorsi, p. 108.

18 «Ma quando quegli che sono constretti abbandonare la loro patria non sono molti, non sono si pericolosi come quelli popoli di chi si è ragionato; perché non possono usare tanta violenza, ma conviene loro con arte occupare qualche luogo, e occupatolo mantenervisi per via d’amici e di confederati; come si vede che fece Enea, Didone, i Massiliesi e simili, i quali tutti, per consentimento de’vicini, dov’e’posono poterono mantenervisi.» Ibid., II, VIII, p. 267-268.

19 «... gli uomini non operono mai nulla bene se non per necessita; ma dove la elezione abonda, e che vi si può usare licenza, si riempie subito ogni cosa di confusione e di disordine. Pero si dice che la fame e la povertà fa gli uomini industriosi, e le leggi gli fanno buoni. E dove una cosa per se medesima sanza la legge opera bene, non è necessaria la legge ; ma quando quella buona consuetudine manca è subito la legge necessaria.» Ibid., I, III, p. 115.

20 G. Sasso, «Machiavelli e Romolo»..., p. 121.

21 «Vedrà ancora [...] a quante necessitadi le leggi fatte da Romolo, Numa e gli altri la costringessero, talmente che la fertilità del sito, la commodità del mare, le spesse vittorie, la grandezza dello imperio, non la poterono per molti secoli corrompere, e la mantennero piena di tanta virtù, di quanta mai fusse alcun’altra città o republica ornata.» N. Machiavelli, Discorsi, p. 108.

22 «Ma vegnamo a Roma, la quale nonostante che non avesse un Licurgo che la ordinasse in modo nel principio che la potesse vivere a lungo tempo libera, nondimeno furo tanti gli accidenti che in quella nacquero, per la disunione che era entra la Plebe e il Senato, che quello che non aveva fatto uno ordinatore lo fece il caso. Perché se Roma non sorti la prima fortuna, sorti la seconda: perché i primi ordini suoi se furono difettivi, nondimeno non deviarono dalla diritta via che li potesse condurre alla perfezione. Perché Romolo e tutti gli altri Re fecero moite e buone leggi, conformi ancora al vivere libero; ma perché il fine loro fu fondare un regno e non una republica, quando quella città rimase libera vi mancavano molte cose che era necessario ordinare in favore della liberta, le quali non erano state da quelli re ordinate.» Ibid., p. 113.

23 « E perché io parlo de’ corpi misti, come sono le republiche e le sètte... » Ibid., III, I, p. 341.

24 Ibid., p. 59.

25 «Ei parrà forse ad alcuno che io sia troppo trascorso dentro nella istoria romana, non avendo fatto alcuna menzione ancora degli ordinatori di quella republica né di quelli ordini che alla religione o alla milizia riguardassero.» Ibid., p. 131.

26 « Dico pertanto con questi esempli che dopo uno eccellente principe si può mantenere uno principe debole, ma dopo un debole non si può con un altro debole mantenere alcun regno, se già e’ non fusse come quello di Francia, che gli ordini suoi antichi lo mantenessero : e quelli principi sono deboli che non stanno in su la guerra. » Ibid., p. 161. On remarque que Machiavel a reproduit une partie du passage pour former le titre du chapitre.

27 Sur ce point, voir Le Prince, chap. VIII et en particulier p. 57, où Machiavel refuse d’attribuer à la virtù comme à la fortune des actions qui permettent de placer Agathocle au rang des « excellents capitaines », mais non des « hommes excellents ».

28 «Da questo piglino esempio tutti i principi che tengono stato: ché chi somiglierà a Numa lo terrà secondo che i tempi o la fortuna gli girerà sotto; ma chi somiglierà Romolo, e fia come esso armato di prudenza e d’armi, lo terrà in ogni modo, se da una ostinata ed eccessiva forza non gli è tolto.» N. Machiavelli, Discorsi, I, XIX, p. 161.

29 «Perché se non si è trovata mai republica che abbi fatti i profitti che Roma, è nato che non si è trovato mai republica che sia stata ordinata a potere acquistare come Roma. Perché la virtù degli eserciti gli fecero acquistare lo imperio: e l’ordine dei procedere ed il modo suo proprio e trovato dal suo primo latore delle leggi, gli fece mantenere lo acquistato ». N. Machiavelli, Discorsi, p. 245.

30 «E che Romolo fusse di quelli che nella morte del fratello e del compagno meritasse scusa, e che quello che fece fusse per il bene comune e non per ambizione propria, lo dimostra lo avere quello subito ordinato uno Senato con il quale si consigliasse e secondo la opinione del quale deliberasse.» Ibid., I, IX, p. 133.

31 «Se [Cleomene] per essere solo ammazzò gli Efori, e se Romolo per le medesime cagioni ammazzò il fratello et Tito Tazio Sabino, e dipoi usarono bene quella loro autorità, nondimeno si debbe awertire che l'uno e l’altro di costoro non avevano il suggeto di quella corruzione macchiato della quale in questo capitolo ragioniamo, e però poterono volere, e volendo, colorire il disegno loro.» Ibid., I, XVIII, p. 159.

32 Ibid.

33 «E chi considerrà bene l’autorità che Romolo si riserbò, vedrà non se ne essere riserbata alcun’altra che comandare agli eserciti quando si era deliberata la guerra, e di ragunare il Senato.» Ibid., p. 133 ; cf. G. Sasso, « Machiavelli e Romolo »..., p. 153.

34 N. Machiavelli, Discorsi, III, 1, p. 341.

35 Sur ce point, voir Federico Chabod, Scritti su Machiavelli, Turin, Einaudi, rééd. 1993, p. 218-219 (cité par Sasso).

36 Marcus Furius Camillus, dans Tite-Live, Histoire romaine, V, 49, 7-8.

37 «Perché dall’una all’altra di simili esecuzioni non vorrebbe passare il più dieci anni, perché passato questo tempo, gli uomini cominciano a variare con i costumi e trapassare le leggi: e se non nasce cosa per la quale si riduca loro a memoria la pena, e rinnuovisi negli animi loro la paura, concorrono tosto tanti delinquenti che non si possono più punire sanza pericolo.» N. Machiavelli, Discorsi, p. 343.

38 Jean Bodin, Les Six livres de la république (1593), Paris, Fayard, 1986, t. I, p. 112.

39 Leo Strauss, Pensées sur Machiavel (1958), trad. franç., Paris, Payot, 1982, p. 96.

40 «Da tutte le soprascritte cose nasce la difficoltà o impossibilità, che è nelle città corrotte, a mantenervi una republica o a crearvela di nuovo. E quando pure la vi si avesse a creare o a mantenere, sarebbe necessario ridurla più verso lo stato regio che verso lo stato popolare, accioché quegli uomini i quali dalle leggi per la loro insolenzia non possono essere corretti, fussero da una podestà quasi regia in qualche modo frenati.» N. Machiavelli, Discorsi, I, XVIII, p. 159.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search