Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ouvrages miscellanées et théories de la connaissance à la Renaissance

 | 
Dominique de Courcelles

La compilation du savoir chez Ambroise Paré et dans le Dictionnaire universel d’Antoine Furetière

Harriet Stone

Texte intégral

  • 1 Ambroise Paré, Les Œuvres de M. Ambroise Paré... Avec les figures & portraicts tant de l’anatomie (...)

1Célèbre humaniste, Ambroise Paré a largement contribué au progrès de la science de la chirurgie à la Renaissance. En homme de son temps, il croyait fermement en l’existence des sorciers et ses explications des phénomènes naturels témoignent souvent d’un théocentrisme également typique de son époque. Dieu guérit les malades ; Dieu envoie les mauvais anges. Il n’empêche que Paré se consacre à la science, exposant l'occulte en y substituant un savoir-faire, une pratique médicale bien raisonnée. Un des grands intérêts des textes de Paré n’est pas tant le contenu médical que la représentation de son savoir en une série de textes écrits. Il a notamment fourni un exemple frappant du classement des faits, de la logique taxinomique. L’expérience du chirurgien se traduit dans ses Œuvres complètes en une grande table épistémologique des désordres et des cures1. Or, l’idée de la traduction n’est pas neutre, car l’histoire du savoir promulgué par Paré passe aussi bien du français au latin et du latin à l’anglais que de la théorie à la pratique, de l’innovation à la norme et de l’écrivain au lecteur.

  • 2 Jean Céard, La nature et les prodiges : l’insolite au XVIe siècle (Genève : Droz 1996), p. 293.
  • 3 Malgaigne, éd., O.C. 3, Préface, p. xx-xxi.
  • 4 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots français tant vieu (...)
  • 5 Janet Doe, A Bibliography, 1545-1940, of the Works of Ambroise Paré, 1510-1590, Premier Chirurgien (...)

2Les Œuvres complètes de Paré qui parurent en 1575 sont une collection de textes sur l’anatomie et les interventions chirurgicales, avec des sections consacrées à la tête, aux muscles et aux os, aux tumeurs, aux plaies, aux ulcères, aux fractures, aux humeurs, à une série de maladies, à la procréation, aux monstres, à la peste et j’en passe. L’histoire des treize éditions et des traductions éventuelles de ce texte témoigne non seulement du succès de l'œuvre de Paré et de son l'intérêt pour l’histoire de la médecine mais aussi de ce qu’on peut appeler un savoir par compilation, c’est-à-dire un savoir dont les bases sont l’accumulation progressive des connaissances. On y constate une très longue histoire d’érudition, car Paré a enrichi ses écrits de textes anciens — à tel point que certains l’accusent du plagiat. Céard fait observer que « [l]es ouvrages auxquels Paré a fait des emprunts, parfois aussi considérables qu’inavoués, sont d’une surprenante diversité »2. Malgaigne, le grand éditeur des Œuvres complètes du dix-neuvième siècle, lui-même chirurgien, établit une « liste des auteurs cités par A. Paré »3. Malgaigne classifie les 2,168 références de Paré selon cinq catégories : Écriture Sainte, auteurs juifs et pères de l’Église ; Auteurs anciens, Auteurs arabes ; Auteurs arabistes ou du moyen âge ; Auteurs de la Renaissance. Parmi les 270 auteurs et sources indiqués, on repère Aristote, Averroès, Bodin, Cardan, Galien, Hippocrate, Paracelse, Vésale4. On constate d’ailleurs que les éditions successives des Œuvres complètes comportent des remaniements de texte ainsi que de nouvelles gravures sur bois — autant de signes d’un savoir qui s’affirme par l'acte même de la multiplication, de la réunion dans un seul volume d’une matière dont l’ampleur ne cesse de croître5.

  • 6 Adriaan van de Spiegel, Anatomica, operum omnium (Amsterdam: Johannem Blaev, 1545), 2 tomes.
  • 7 Andreas Vesalius, Andreae Vesalii de humani corporis fabrica (Basileae : 1543).

3La traduction anglaise de 1634, publiée presque soixante ans après la parution de la première édition des Œuvres complètes en France, témoigne de l’influence soutenue de Paré. Or, la réédition de la traduction en 1649 présente un modèle important de la formation du savoir du fait qu’elle lie le texte de Paré à celui de Spiegel sur l’angiologie (étude des veines, des artères et des nerfs)6. Intitulé The Workes of that famous chirurgion Ambrose Parey, Translated out of the Latine and compared with the French by Thomas Johnson. Whereunto are added three tractates out of Adrianas Spigelius of the Veines, Arteries, & Nerves, with large Figures (London : Cotes et William Dugard, 1649), ce texte comprend la traduction anglaise de trois traités de Spiegel basés sur l’œuvre célèbre de Vésale, anatomiste flamand7. Ainsi cette édition présente le vaste savoir encyclopédique rédigé par Paré (1575) augmenté par le travail de Spiegel (1545) qui remanie le célèbre travail de Vésale (1543), le tout diffusé en Angleterre grâce à une traduction de près de huit cents pages. On y découvre la valeur « universelle » de tout savoir scientifique qui se traduit d’une culture à l’autre, comme d’une époque à l’autre, et qui s’enrichit progressivement de textes ultérieurs.

4Au dix-septième siècle, les médecins anglais lisent donc Paré. On peut se demander comment les idées que rassemble Pare dans ses Œuvres complètes sont assimilées en France à cette époque. Le savoir qu’organise Paré au seizième siècle, un savoir médical à la fois synthétique et innovateur, constitue-t-il autant d’idées reçues en France au dix-septième ? Une première réponse à ces questions pourrait se trouver non pas dans des textes produits par des savants en médecine, mais dans le Dictionnaire universel (1690) de Furetière qui donne des définitions du français courant tel qu’il traduit les mœurs et les croyances du peuple. Furetière y fait référence à vingt reprises à Ambroise Paré ; celui-ci lui sert d’expert (avec bien d’autres auteurs) pour expliquer les bases de la médecine moderne. Les vingt références à Paré ne constituent pas, néanmoins, le plus grand intérêt du texte de Furetière pour une analyse des formes du savoir et de la construction de sens et de connaissances.

5En passant de Paré à Furetière, on passe, bien entendu, d’un texte médical à un dictionnaire, comme d’un système de classement à un autre. Or, c’est justement cette différence relative à l’organisation du savoir et non au contenu médical qui attire notre attention. Il ne s’agit nullement d’une transmission directe de Paré à Furetière, mais plutôt d’une interrogation de la méthode que chacun développe pour expliciter le mal, la maladie et les remèdes. Si ces auteurs contribuent à une élaboration d’une théorie du savoir, c’est dans la mesure où ils offrent une compilation d’un nombre important de faits venant de sources diverses. Chacun présente une table compréhensive de données concernant l’occulte et la médecine (découvertes, croyances, traditions, innovations) et nous permet ainsi de délimiter certaines grandes trames épistémologiques d’une période de l'histoire qui s’étend du début du seizième à la fin du dix-septième siècle. Ainsi il ne s’agit pas de l'originalité de Paré, de ses découvertes chirurgicales, mais plutôt du contexte qu’il développe pour ces découvertes, c’est-à-dire du système classificatoire dont il se sert pour donner un ordre aux choses, pour identifier des faits anciens et nouveaux. Dans son dictionnaire, Furetière élabore un système encore plus précis, passant d’un seul mot/concept à un autre. Témoignant d’un savoir médical acquis, des idées qui, souvent, ne sont pas attribuées à un savant en particulier et qui sont donc bien intégrées dans les mentalités, il nous permet de suivre comment certaines préoccupations, et précisément celle de l’équilibre toujours fragile entre l'occulte et la science, s’expriment à plus d’un siècle de différence.

  • 8 On reconnaît ici l’argument célèbre de Michel Foucault, Les mots et les choses : une archéologie d (...)

6Paré et Furetière ne sont pas des auteurs choisis au hasard. D’une part, Paré développe une procédure de classement qui précède le Discours de la méthode de Descartes, d’autre part Furetière développe un ordre du discours qui lui est ultérieur. Or, Descartes est au centre de mon analyse bien qu’il en soit absent. Car c’est lui, dans son élaboration de la méthode scientifique, qui formule le projet de réunir toutes les connaissances en une seule table, de réaliser un savoir complet au moyen d’une nouvelle insistance sur la façon dont l'homme ordonne ce qu’il découvre dans la nature. L’établissement de cette table ne dépend plus du modèle des harmonies de la Renaissance, mais plutôt de la représentation, à savoir de la capacité de l’homme à se représenter les choses du monde et à établir des rapports entre elles8. Ainsi, l’idée de la représentation prise dans le sens essentiel des choses telles qu’elles sont saisies par l’esprit et non pas telles qu’elles existent dans la nature se trouve à la base de mon analyse. L’intérêt des œuvres de Paré et de Furetière dépend de la façon dont elles permettent une maîtrise des formes du classement. Je propose de les juger ici selon trois critères. Premièrement, la grille qu’on établit pour classer des choses est-elle porteuse de sens ou plutôt une forme de pensée neutre ? Deuxièmement, le classement de données est-il exhaustif ? Troisièmement, les catégories dont on se sert pour ordonner des choses sont-elles ambiguës ? En comparant Paré et Furetière, on s’interrogera sur l'évolution du savoir, en cherchant notamment à déterminer si l’on va dans le sens d’un perfectionnement logique, d’une structure analytique suffisante pour expliquer toutes les données, voire la réalisation du savoir uni et unique dont parle Descartes.

PARÉ ET FURETIÈRE

7Le savoir ne fait pas que s’accumuler. L’histoire des carrières de Paré et de Furetière sert à nous rappeler que tout savoir établi n’est pas seulement le produit de la science ; il reflète les valeurs de la société et ne peut pas se réaliser ou se faire comprendre en dehors d’elles.

  • 9 Pour la biographie de Paré, voir l’introduction de Malgaigne, éd., O.C. 1.
  • 10 Doe, op. cit., p. 95-96, note la qualité exécrable de la traduction latine de 1582 faite des Œuvre (...)

8Écrivant en français plutôt qu’en latin et dans un domaine, celui de la médecine, dont il n’a obtenu le diplôme de la Confrérie de Saint-Côme, transformée en Collège des chirurgiens de Paris, qu’en 1554 à la suite de succès médicaux en exerçant le métier de chirurgien du roi, Paré possède une formation dont les bases sont plus pratiques qu’académiques. L’examen qui lui permet d’obtenir son diplôme est truqué : il consiste en une thèse dont Paré reçoit le sujet à l’avance. D’une part l’examen s’effectue en français parce que Paré ignore le latin, d’autre part son admission est garantie. En 1574, certains membres puissants de la faculté de médecine s’opposeront vigoureusement à la vente des Œuvres complètes parce que Paré traite de la philosophie et de la médecine, des sujets que les professeurs se réservent. L’opposition de la faculté est vouée à l’échec, vu la protection du roi, mais ne se termine pas sans un procès et la Responce de M. Ambroise Paré [...] aux calomnies d’aucuns medecins, et chirurgiens, touchant ses œuvres (1575)9. Si c’est l’incapacité de Paré à communiquer en latin qui en est l’origine, l’ironie de l’histoire est que c’est l’éventuelle traduction latine de 1582, une traduction fort défectueuse à cause des paraphrases, des insertions, des modifications et des omissions, qui sera traduite en anglais par Johnson et qui assurera l’influence de Paré en Angleterre10. Le savoir ainsi transmis marque un certain progrès ; néanmoins le nombre d’erreurs et de variantes dans des éditions successives complique, pour le moins, la transmission d’idées.

  • 11 Voir Alain Rey, éd., Introduction, Le Dictionnaire d’Antoine Furetière (Paris : Robert, 1978).

9Furetière, dont le dictionnaire vise des précisions sur « toutes les sciences et les arts », en offre une table importante. Comme c’est le cas pour Paré, le français de Furetière menace le pouvoir. Or, pour lui le débat n’est pas entre le latin et le français mais entre le français « universel » parlé par tous et celui cultivé par l’élite. Expulsé de l’Académie française en raison de ses théories lexicographiques, Furetière persiste à composer son dictionnaire à partir d’un langage qui n’appartient à aucun groupe, ni à l’Académie, ni même au roi. L’Académie porte plainte contre Furetière ; cependant Louis XIV reçoit plus favorablement le dictionnaire de Furetière que celui de l’Académie11.

10Le trajet que nous faisons du texte original de Paré au Dictionnaire universel de Furetière trace, certes, l’élaboration d’un vaste savoir, mais il retrace aussi les forces qui transforment le savoir en savoir-faire, la théorie en pratique sociale, en l’occurrence : la politique, en ce qui concerne la protection accordée par les rois et l’autorité des facultés et des académies ; la jurisprudence, en ce qui concerne l’opposition de la faculté de médecine et son invocation d’une ancienne loi de 1537 interdisant la publication de tout livre qui n’obtient pas le privilège de cette faculté, ainsi que le procès contre Furetière mené par l’Académie française ; le commerce qui bénéficie des éditions multiples du texte de Paré comme de celui de Furetière, tout en gardant l’empreinte parfois trop forte des éditeurs et des traducteurs ; sans oublier l’art de la chirurgie tel que l’exerce et le présente Paré et tel que le décrit Furetière.

LES TABLES CONSTRUITES ET TRADUITES DE PARÉ

  • 12 Céard, op. cit., p. 308-309, explique que Paré, à la différence de ses prédécesseurs Belon et Rond (...)
  • 13 Céard, ibid., p. 305-306, note que Paré classe des monstres « selon l’ordre des causes » supernatu (...)
  • 14 Paré, « Des monstres et prodiges », O.C. 3, p. 15-16.
  • 15 Cf. Céard, op. cit., p. 306-307 : « Au total, le thème dominant reste la gloire de Dieu. A qui s’é (...)

11Paré précise et célèbre dans ses écrits ce qu’il sait observer, expérimenter, faire — et pas seulement théoriser. Il s’engage à écrire un compendium de la chirurgie, basé sur ses propres expériences, pour aider les autres chirurgiens, pour qu’ils perfectionnent leur art de soigner les malades. Pour Paré la technique, la maîtrise professionnelle, se développe dans l’expérience et se perfectionne au moyen d’un classement systématique des causes et des faits. L’accumulation des données signifie, reste cohérente, parce qu’elle a lieu à l’intérieur d’un système taxinomique bien élaboré. Les livres divers de Paré recueillis dans les Œuvres complètes montrent comment le chirurgien améliore son art en se concentrant sur différents aspects du corps, de la maladie, des opérations chirurgicales. Le tout s’explique par l’idée de la perfection de la nature, un ordre menacé par le mal, la maladie, le monstrueux que l’art du chirurgien vise à éliminer. La chirurgie démystifie la nature ; elle refuse le secret, la magie. Tout se découvre dans des textes qui n’évoquent l’occulte que pour le démasquer, y substituant une pratique — remèdes pharmaceutiques ; gestes visant la modification des matériels, objets et organes — dont on se sert pour connaître et guérir le corps. Paré ne s’intéresse pas à la taxinomie comme fin en soi ; au contraire, au lieu de construire une table complète de toutes les choses du monde, il se concentre plutôt, comme le note Céard, sur l’exceptionnel, le monstrueux, le rare12. Le cas bien connu de l’hermaphrodite est exemplaire parce qu’il reflète l’architecture précise du chirurgien, son élaboration de la variété des monstres13. Paré détermine quatre sortes d’hermaphrodites : 1-2) le mâle et la femelle, c’est-à-dire ceux qui, ayant les deux organes sexuels mais dont un seul est parfaitement formé, sont capables de procréer soit comme un homme, soit comme une femme ; 3) celui qui n’est ni homme, ni femme faute d’avoir des organes sexuels imparfaits des deux sexes et donc d’être incapable de procréer ; enfin 4) celui qui a les organes sexuels des deux sexes bien formés et qui peut alors choisir sa sexualité14. La même analyse méticuleuse s’observe dans l’organisation de l’ensemble des Œuvres complètes. La division du sujet en livres, des livres en parties et des parties en opérations ou objets précis dont Paré décrit la forme, les proportions, les variations et la mécanique produit un vaste tableau d’expériences que le lecteur peut reconstruire et appliquer. Bien que Paré ne réalise pas une taxinomie complète, une table de toutes les choses de la nature, son analyse systématique des parties du corps, des maladies et des solutions chirurgicales sont autant d’opérations qui restaurent l’harmonie et la perfection divine. C’est là, dans ce parfait accord entre le microcosme et le macrocosme, qu’on découvre le « tout » du savoir, la table exhaustive des connaissances15.

12Cependant, l’édition anglaise de 1649 a ceci de particulier : dans sa préface, Johnson, le traducteur, explique que c’est lui qui a choisi d’associer les traités de Spiegel au texte de Paré. L’éditeur, ayant pris la décision de publier le Paré avec une autre traduction, confère au traducteur la responsabilité de la sélectionner. Comme le texte de Paré mesure environ sept cents pages, l’éditeur ne manquait certainement pas de matériel. Sa décision d’en faire une compilation témoigne ainsi de la présence sur le marché d’un lectorat suffisant de chirurgiens anglais ayant besoin de traductions pour apprendre à mieux exercer leur profession. L’éditeur réagit en homme d’affaires, déléguant à Johnson le pouvoir académique de sélectionner le sujet. Celui-ci décrit comment il arrive au texte de Spiegel. Il explique que l’anatomie se divise en quatre domaines : la splanchnologie (description des viscères) ; l’ostéologie (description des os) ; la myologie (histoire anatomique des muscles) et l’angiologie (description des veines, des artères et des nerfs). Comment choisir ? Johnson estime que la splanchnologie est plus nécessaire à la médecine qu’à la chirurgie. Les trois autres disciplines — l’ostéologie, la myologie et l’angiologie — sont en revanche essentielles à la chirurgie. Le traducteur rejette l’ostéologie parce que, selon lui, la seule description des os ne suffit pas ; le médecin a besoin de les manier. Johnson élimine la myologie en raison d’une traduction récente consacrée à ce sujet. Il ne reste que l’angiologie. Or, ce qui nous parle du savoir ici ne sont pas les seules données que présente Spiegel. Les quatre catégories de l’anatomie qu’énumère Johnson, division classique, définissent un tout, un système cohérent. Paré parle aussi des veines, des artères et des nerfs — dans son anatomie et notamment quand il décrit la ligature, les amputations, la tête et le cœur — mais il n’a pas consacré de livre à ce sujet. Par conséquent, son système ne correspond pas exactement à celui de Johnson. D’après Johnson il ne s’agit pas de rejeter l’analyse de Paré en faveur de celle de Spiegel, mais plutôt de la compléter. Néanmoins, la pratique du traducteur, sa propre taxinomie, suggère comment, en changeant de catégories, on change forcément l’idée d’un savoir « adéquat ».

  • 16 Malgaigne, éd., O.C. 1, cclxv-cclxvi, fait observer : « Paré lui-même a hautement reconnu ce qu’il (...)

13Le lecteur doit réintégrer les données de Paré dans les données de Spiegel et vice versa. Mais on peut aller plus loin. Toute taxinomie comprend déjà un savoir, un ordre des choses, qui limite le savoir qu’elle prétend classer. Pourquoi Paré n’a-t-il pas dressé une table complète des veines, des artères et des nerfs ? Il a lu le travail de Vésale quand ce texte a été traduit du latin ; il le cite même. On veut bien croire que Paré estimait que son anatomie dépassait en quelque sorte celle de Vésale et qu'il concevait différemment l’ordre et la valeur de sa propre représentation. Malgaigne partage cette idée16. Plus important est le fait de reconnaître que les catégories de recherche qu’on établit reflètent déjà une certaine sélection des données. Pourquoi Johnson n’a-t-il pas relié le texte de Paré à un texte sur le cœur, par exemple ? Certes, sa décision tient compte de la disponibilité de textes sur le marché, comme des données scientifiques déjà classées. Or, si Paré néglige certains aspects de l’angiologie, il en précise d’autres dans un tout autre contexte. Le contexte est alors déterminant ; les mêmes données n’ont pas le même sens, la même valeur, quand elles sont classées de façon différente. Parfois d’ailleurs des choses s’excluent de la table qu’on construit en raison d’une idée d’ensemble qui les marginalise ; parfois on ne les remarque même pas, car on cherche autre chose. Il n’empêche que ces éléments, comme le livre absent sur le cœur, signifient et donc témoignent de l’imperfection de toute table qui les exclue. Le petit schéma de Johnson est ainsi un modèle de classification. Il dépeint la taxinomie comme une pratique qui n’est jamais neutre, jamais purement objective, ceci du fait que les catégories qu’on emploie comprennent en elles un savoir (une sélection) déjà assimilé qui, lui, influe sur les nouvelles expériences qu’on cherche à analyser. La taxinomie n’est pas stable. Ceci est une leçon que Furetière ne fait que renforcer.

LE SYSTÈME TAXINOMIQUE DE FURETIÈRE

  • 17 Toute citation de Furetière vient du cédérom Dictionnaire de Furetière, Marsenne : Édition Redon, (...)

14Dans le Dictionnaire universel apparaît une série de définitions concernant l’occulte et la science en général, et la médecine en particulier. On y voit la magie, le monstre, l’occulte, la sorcellerie, de même que l’anatomie, le cancer, la chirurgie, la dissection, la fièvre, l’humeur, la maladie, le sang et la science, pour ne citer que les articles les plus évidents. Je propose de me servir d’une série de définitions de ce groupe, créant ainsi un système de renvois, un réseau d’articles, donc de connaissances, qui se complètent en s’associant17. Les identités produites par les renvois nous permettront d’examiner comment le savoir médical, et plus précisément l’effort pour normaliser et neutraliser le mal, se transmet au dix-septième siècle au moyen d’une taxinomie élaborée.

  • 18 Cf. mon analyse de l’ordre classique dans Harriet Stone, The Classical Model: Literature and Knowl (...)

15 Androgyne et hermaphrodite ont des définitions presque identiques qui mettent l’accent sur la double sexualité, la co-présence des attributs masculins et féminins. L’androgyne est un « [h]ermaphrodite qui a les deux natures, qui est masle & femelle tout ensemble ». L’hermaphrodite est « [c]eluy qui a les deux sexes, ou deux natures d’homme & de femme. Les Grecs l’appellent androgyne ». Seul l’article hermaphrodite, pourtant, comprend une référence à la monstruosité : « Les Hermaphrodites sont des monstres ». Les deux articles expliquent la sexualité de l’hermaphrodite par l’opposition masculin/féminin. Appartenant aux deux catégories, l’hermaphrodite ne peut être que monstrueux. De même que le monstrueux menace l’ordre naturel, ce qu’on ne peut pas classer dans une catégorie ou l’autre menace l’ordre épistémologique. Or, la définition de classe précise qu’on range des personnes ou des choses « selon leur mérite, ou leur valeur, ou leur nature ». L’identité de la chose reste indissociable d’un système de valeurs : « Homère, Virgile, & Corneille sont des Poètes de la première classe. Lucain, Claudian sont d’une classe au-dessous ». Quelles en sont les conséquences épistémologiques ? La valeur n’assure pas la science ; la nature reste obscure : « on ne sait en quelle classe ranger les Hermaphrodites, on ne sait s’ils sont masles ou femelles ». Tandis que Paré distingue clairement une classe hermaphrodite homme et une classe hermaphrodite femme, ainsi que deux autres classes composites, Furetière insiste plutôt sur l’insuffisance de la taxinomie, l’incapacité de la science à cerner la monstruosité. Créant une première opposition entre l’homme et la femme, Furetière, contrairement à Paré, n’arrive pas à ranger l’hermaphrodite qui, faute de correspondre simultanément à deux groupes opposés, n’a pas d’identité stable. Le doute n’est pas du côté de l’hermaphrodite dont les définitions de Furetière affirment l’existence, mais plutôt du côté de la logique taxinomique. Furetière parle avec assurance de la science de la classification : « cet Auteur traitte des corps naturels, & pour plus grande facilité il les a rangés en plusieurs classes, en metaux, mineraux, vegetaux, &c ». Néanmoins, la classe que précise cet article du dictionnaire — celle de la classe elle-même — reste imprécise, inefficace. L’hermaphrodite s’installe dans l’entre-deux des définitions, dans le flou des mots qui échappent à la maîtrise de la science18. Une science qui crée des classes simples pour expliquer des causes ou des effets complexes, ou bien qui développe des catégories composites pour expliquer des phénomènes singuliers, qui crée, pour ainsi dire, une logique trop rigide ou trop floue, risque de fausser le savoir qu’elle prétend délimiter.

  • 19 On constate encore un exemple des difficultés de la classification dans le fait que dans cet artic (...)

16Le rapport entre l’occulte et la médecine témoigne du même problème. Tout tourne autour d’une opposition entre art et science. D’après la définition pour le mot art, « [l]a Medecine est une Science & la Chirurgie est un Art ». Un art est une pratique provenant d’« un amas de préceptes, de regles, d’inventions & d’experiences, qui étant observées, font reüssir aux choses qu’on entreprent, & les rendent utiles & agreables ». Le principe de la science, en revanche, « consiste en démonstrations ». La chirurgie est une application de la logique que fonde la science de la médecine19. Celle-ci « s’arreste seulement à la théorie », tandis que l’art de la chirurgie consiste à réduire les connaissances de la médecine en pratique, c’est-à-dire en opérations concrètes et efficaces pour guérir le corps atteint d’une maladie. Rien n’est plus clair... à moins qu’on ne consulte le mot magie.

17La magie est une science, tandis que la magie blanche et la magie noire sont des arts. La magie, la science, est une collection de « secrets pour faire des choses qui sont produites extraordinairement par des causes naturelles ». Les arts magiques, en revanche, produisent des effets merveilleux en invoquant soit les bons anges (magie blanche) soit le Diable (magie noire). Ainsi au sein de la série de définitions des magies, au pluriel, on note une première opposition entre l’activité purement spéculative de la magie et sa pratique. Dans un deuxième temps Furetière oppose les effets produits par les causes naturelles aux effets produits par l’invocation bénigne ou maligne des forces diaboliques des bons ou des mauvais anges. Aux mystères de la nature que cherche à comprendre et à reproduire la philosophie naturelle — la « [s]cience qui apprend à faire des choses surprenantes & merveilleuses » — s’oppose l’art de produire « les mêmes effets » par une pratique occulte et condamnable.

18Pourtant le concept du même relie cette série de définitions. La magie est une science qui « apprend à faire », qui rend possible la production de choses « surprenantes et merveilleuses ». La magie blanche et la magie noire sont des arts qui « font les mêmes effets ». Quelle est précisément la différence entre la science et l’art ? Entre l’« apprendre à faire » de la science et le « faire » de l’art existe-t-il une différence radicale, absolue ? Il est intéressant de noter que dans cette définition Furetière détourne les critères qu’il établit pour définir la science et met l’accent sur le faire et non sur la démonstration, la théorie. La magie blanche et la magie noire ont des agents, des enchanteurs qui invoquent les bons anges ou les démons. La magie n’a pas d’agent ; elle n’a qu’un auteur qui les décrit : « Jean Baptiste Porta, a escrit de la Magie naturelle, des secrets pour faire des choses qui sont produites extraordinairement par des causes naturelles ». Mais si la science « apprend à faire » des opérations mystérieuses, c’est qu’elles ne se produisent pas toujours dans la nature ; il faut maîtriser les « causes naturelles » pour produire les actes exceptionnels tant recherchés. On dépasse forcément la pure spéculation et on entre dans l’application, la pratique de la magie blanche ou noire ou encore l’alchimie. Ces arts prouvent ou, plus souvent, lancent un défi à la magie (la science). Ainsi on peut constater que la pratique finit par influencer la théorie.

19Dans la définition du terme occulte, on ne trouve aucune référence à l’ordre social, à une logique quelconque qui rende compréhensible le fait que des individus marginalisés par la société soient identifiés comme responsables des malheurs tels que la peste, les mauvaises récoltes et d’autres sortes de contagion mortelle : « Les sciences occultes sont la plûpart vaines, ou deffenduës comme la Cabale, la Magie ». Si certaines des sciences occultes sont vaines, d’autres sont-elles alors valables ? L’équivoque « la plûpart » ne s’explique pas, sinon par la phrase qui paraît plus loin dans la définition indiquant l’erreur des « mauvais philosophes qui ne sçavent point descouvrir la cause d’un effet, d’une maladie ». Ceux-ci « disent que cela vient d’une vertu occulte, d’une propriété occulte, d’une cause occulte ». Dans ce contexte occulte signifie obscur, ce qu’ignore la médecine. Si le bon philosophe reconnaît bien la cause de la maladie, le mauvais philosophe l’ignore, lui attribuant une cause mystérieuse, éventuellement liée aux doctrines et aux pratiques secrètes des sorciers. La science est censée éliminer les ignorances, transformer le caché, le secret de la nature en savoir acquis. L’occulte cède le pas à la raison, à la science. Que faire alors si la raison ignore toujours les causes qui transforment une femme en sorcière ? Quelle sera la pratique de la science ainsi fondée ?

20A l’article opération, se trouve une série de définitions intéressantes pour nos propos. La première se réfère à l’opération médicale de traiter le malade : « Terme de Medecine. C’est un pensement qui se fait avec la main conduitte adroitement par la connoissance de l’Anatomie ». Il s’ensuit une référence à l’opération chirurgicale : « Le trepan est une belle operation de Chirurgie. L’operation Cesarienne est la taille d’une femme enceinte, à qui on tire l’enfant par le costé ». Ainsi opération ne se limite pas à l’intervention chirurgicale ; c’est tout acte qui vise la guérison du malade. Pourtant, la seconde définition pour le terme opération combine une référence à l’art de la médecine et une référence aux mystères de la vie, à ce qui reste caché et inconnu :

OPERATION, se dit aussi de l’action des remedes. Cette Medecine a fait doucement son operation, a bien fait vuider de la bile, bien faire des selles. La nature est merveilleuse en ses operations secrettes.

21Bien que la médecine « [fasse] doucement son operation », bien que la purgation soit efficace, l’efficacité médicale n’élimine pas, au contraire elle ne fait que souligner, selon cette définition, le caractère impénétrable de la nature qu’on ne peut pas purger de ses secrets. Ceci est l’inverse de l’opération décrite par l’article du terme occulte, qui annonce, comme on vient de le voir, la réduction des mystères proportionnellement aux découvertes scientifiques. Or, la juxtaposition opération/secret dans cette définition suggère plutôt que bien des causes et bien des effets dépassent les capacités des théoriciens à la faculté comme celles des médecins au chevet des malades ; le savoir reste occulté. Ceci est vrai même si on considère que les drogues dont se servent les médecins se composent d’éléments naturels ; la phrase finale de cette définition met l’accent sur ce qui dépasse la raison.

22Le secret de la nature est qu’elle ne se donne jamais entièrement à la logique des hommes. Le secret de Furetière est que la structure méticuleuse de son dictionnaire, ce grand tableau qu’il élabore au moyen des définitions alphabétiques, n’élimine pas pour autant une lecture approfondie des réseaux entre définitions. Cette lecture rend plus équivoque un certain nombre d’identités. L’acte de lire et de relier des définitions, cette opération analytique, ne permet toujours pas au lecteur de compléter la table, de réaliser un savoir complet. Il ne s’agit pas seulement d’un manque en science, des choses qu’on ignore toujours, mais il s’agit également d’une insuffisance méthodologique, propre à la taxinomie. Un terme peut avoir plusieurs sens sans être pour autant ambigu. La médecine signifie et la science et l’art de guérir les malades ; elle se réfère et à la pratique en général et au remède particulier de la purgation. Le contexte rend clair le sens. En revanche, un terme peut provoquer une confusion s’il appartient simultanément à deux catégories différentes. C’est le cas d'hermaphrodite et aussi celui de science qui dans un premier temps s’oppose à l’art et dans un deuxième est un art, « l’application qu’on a eue à approfondir la connoissance d’une matiere, de la reduire en regle & en methode pour la perfectionner ». L’art peut déterminer la science. L’exemple frappant de ce phénomène est la taxinomie elle-même. La méthode, la science, qui organise la table en catégories et qui délimite ainsi un certain savoir, une association entre éléments, est délimitée à son tour par la pratique taxinomique. Car l’art d’identifier des choses dans leur état essentiel et de les ranger en catégories produit un système de renvois qui indiquent les limites du savoir que chaque classe ou catégorie établit indépendamment. De même que Spiegel, dans son angiologie, conçoit autrement l’anatomie de Paré, les définitions successives de Furetière se complètent et se complexifient.

CONCLUSION

23Le nom opération du Dictionnaire universel comprend une dernière définition qui fournit un modèle pour la classification en visant directement la logique :

OPÉRATION, en termes de Logique, se dit des diverses actions de l’esprit. Il y a trois operations de l’entendement qui sont l’objet de la Logique ; l'appréhension, ou la premiere idée & conception, le discernement, ou le jugement qu’on en fait, & le raisonnement ou les consequences qu’on en tire. Il y en a qui y adjoustent la methode, c’est-à-dire, les regles de définir, de diviser, & d’argumenter.

24La méthode de Furetière consiste à élaborer une logique, une table d’identiés qui, pour la plupart, correspondent aux idées de Paré. C’est une façon de concevoir et d’analyser l’inconnu pour mieux régler l’expérience. Le dictionnaire indique les normes qui, en réduisant les mystères de la vie, renforcent la capacité de l’homme à prévoir et contrôler la nature. Le chirurgien vainc le mal en l’exposant, en ouvrant le corps pour en exciser l’excès ou en réparer la carence. Parallèlement, le linguiste expose les normes du français en arrachant à l’Académie française le pouvoir de jouer le rôle d’arbitre des goûts comme des sens. Mais l’acte même de dresser une table épistémologique n’est pas sûr. Le lecteur qui s’engage à lire les Œuvres complètes de Paré et le Dictionnaire universel de Furetière et qui établit des liens entre les parties diverses de ces textes saisit plus que l’ordre explicite, plus que les identités mises en place par les auteurs. La méthode qu’ils emploient est, certes, efficace. On comprend qu'hermaphrodite se trouve dans la classe des « monstres » chez Paré et se range sous la lettre « h » dans le Dictionnaire universel ; on constate d’ailleurs que les textes qui se trouvent sous ces rubriques expliquent ce que c’est que ce monstre/malade. Cependant, l’acte de lire, qui est forcément un acte de lire inter- et intratextuellement, à savoir un double acte de compilation qui vise des textes anciens tels qu’ils sont intégrés dans les réseaux de connaissances que tissent Paré et Furetière, devient à son tour le matériel d’un savoir d’autant plus grand qu’il résiste au classement rigide qui lui sert de cadre. L’hermaphrodite glisse entre les catégories ; l’occulte — pas seulement les sciences occultes mais aussi tout ce qui reste secret, caché — va et vient dans la table épistémologique qui s’étend de Paré à Furetière ; et le lecteur bascule entre le mystère et la science, l’ignorance et la certitude.

25Ainsi, ce ne serait pas par hasard qu’au dix-huitième siècle les encyclopédistes précisent pour la médecine à quel point la variété des effets ne fait qu’accentuer la variété des causes qu’on ne peut jamais intégrer conformément dans une table :

  • 20 Denis Diderot, « Médecine », Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des m (...)

Mais qui peut assurer un médecin, de quelque profondeur de jugement qu’il soit doué, qu’un effet est l’entiere opération de telle & telle cause ? Pour en venir-là, il faudroit distinguer & parer une infinité de circonstances, pour la plûpart si déliées, qu’elles échappent à toute la sagacité de l’observateur. D’ailleurs, telle est la variété prodigieuse des maladies, tel est le nombre des symptomes dans chacune d’elles, que la courte durée de la vie, la foiblesse de notre esprit & de nos sens, les difficultés que nous avons à surmonter les erreurs dont nous sommes capables, & les distractions auxquelles nous sommes exposés, ne permet jamais de rassembler assez de faits pour fonder une théorie générale, un systeme qui s’étende à tout20.

26Paré, qui « pare », c’est-à-dire, met en ordre, bien des éléments de la chirurgie et de la médecine depuis l’antiquité, finit au siècle des lumières par se faire « parer [d’]une infinité de circonstances » qui échappent à l’observateur ainsi qu’à la table qu’il construit pour les cerner.

Notes

1 Ambroise Paré, Les Œuvres de M. Ambroise Paré... Avec les figures & portraicts tant de l’anatomie que des instruments de chirurgie, & de plusieurs monstres (Paris : Gabriel Buon, 1575). Parmi les rééditions les plus importantes, on trouve Ambroise Paré, Œuvres complètes [..], éd. J.-F. Malgaigne (Paris : Baillière, 1840-1841 ; rééd. Genève : Slatkine, 1970, 3 tomes). je cite désormais et Paré et Malgaigne, son éditeur, dans l’édition Skatkine en notant O.C. 1 ou O.C. 3.

2 Jean Céard, La nature et les prodiges : l’insolite au XVIe siècle (Genève : Droz 1996), p. 293.

3 Malgaigne, éd., O.C. 3, Préface, p. xx-xxi.

4 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots français tant vieux que modernes, & les termes de toutes les sciences et les arts [...] recueilli et compilé par feu Messire Antoine Furetière, Abbé de Chalivoy, de l’Académie française (La Haye : Arnout et Reinier Leers, 1690), 3 tomes, cite tous ces auteurs aussi bien que Paré.

5 Janet Doe, A Bibliography, 1545-1940, of the Works of Ambroise Paré, 1510-1590, Premier Chirurgien & Conseiller du Roi (Amsterdam : Gérard Th. Van Heusden, 1937 ; rééd. 1976), p. 89-94. Doe note qu’on peut discerner l’essor et le déclin de l’influence de Paré en suivant l'histoire des éditions successives de ses Œuvres complètes. C’est une analyse qui dépend autant des conditions matérielles du texte imprimé que du contenu. Or la quatrième édition de 1585 marque le plus grand succès de Paré. Elle comprend un certain nombre de remaniements apportés au texte par Paré lui-même (c’est la dernière édition qu’il rédige), ainsi que les textes sur les momies et la licorne et l’« Apologie et le traicté contenant les voyages » dans lequel Paré décrit les diverses campagnes de guerre au cours desquelles il a perfectionné l’art et la science de sa chirurgie. C’est une très belle édition qui fait contraste à la dernière, la treizième de 1685, dont la qualité inférieure de la typographie, des images et du papier est notable. Doe prétend que le déclin de l'édition marque le déclin de la chirurgie jusqu’à la fin du dix-huitième siècle.

6 Adriaan van de Spiegel, Anatomica, operum omnium (Amsterdam: Johannem Blaev, 1545), 2 tomes.

7 Andreas Vesalius, Andreae Vesalii de humani corporis fabrica (Basileae : 1543).

8 On reconnaît ici l’argument célèbre de Michel Foucault, Les mots et les choses : une archéologie des sciences humaines (Paris : Gallimard, 1966).

9 Pour la biographie de Paré, voir l’introduction de Malgaigne, éd., O.C. 1.

10 Doe, op. cit., p. 95-96, note la qualité exécrable de la traduction latine de 1582 faite des Œuvres de 1579 et elle précise que seuls les textes rajoutés par Paré dans l’édition de 1585 seront traduits du français en anglais à partir de 1634 ; le traducteur de ces textes n’est pas Johnson mais George Baker.

11 Voir Alain Rey, éd., Introduction, Le Dictionnaire d’Antoine Furetière (Paris : Robert, 1978).

12 Céard, op. cit., p. 308-309, explique que Paré, à la différence de ses prédécesseurs Belon et Rondelet, ne s’intéresse pas à la classification des animaux normaux.

13 Céard, ibid., p. 305-306, note que Paré classe des monstres « selon l’ordre des causes » supernaturelles, naturelles et artificielles.

14 Paré, « Des monstres et prodiges », O.C. 3, p. 15-16.

15 Cf. Céard, op. cit., p. 306-307 : « Au total, le thème dominant reste la gloire de Dieu. A qui s’étonnerait de voir que les effets de l’imagination, d’une chute ou d’une maladie puissent tourner à la gloire de Dieu, il suffira de rappeler l’excellence du corps humain : la fragile délicatesse de son agencement et de ses opérations est une invite permanente à respecter et à honorer ce “petit monde” qui manifeste la grandeur de son Créateur. [...] Comme la nature est la servante de Dieu, le chirurgien est le serviteur — le premier serviteur — de la nature ».

16 Malgaigne, éd., O.C. 1, cclxv-cclxvi, fait observer : « Paré lui-même a hautement reconnu ce qu’il devait à Vésale, et chacun d’eux, roi dans son domaine, n’a fait que d’assez malheureuses excursions sur le terrain de l’autre. Toutefois, il est nécessaire de dire que l’anatomie de Paré jouit long-temps d’une grande réputation, et qu’elle demeura jusque bien avant dans le XVIIe siècle le manuel des chirurgiens ».

17 Toute citation de Furetière vient du cédérom Dictionnaire de Furetière, Marsenne : Édition Redon, 1998.

18 Cf. mon analyse de l’ordre classique dans Harriet Stone, The Classical Model: Literature and Knowledge in Seventeenth-Century France (Ithaca, NY: Corneli University Press, 1996), p. 186-195.

19 On constate encore un exemple des difficultés de la classification dans le fait que dans cet article Furetière oppose la médecine en tant que science, l’ensemble de théories qu’élaborent les académiciens, à la pratique chirurgicale, à l’intervention manuelle, tandis que dans la traduction de Johnson citée ci-dessus la médecine en tant qu’art (« Physick »), à savoir soins médicaux non chirurgicaux prodigués par des médecins, s’oppose à l’art de la chirurgie. A l’article médecine, pourtant, Furetière précise et l’art et la science de la médecine.

20 Denis Diderot, « Médecine », Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers [...] (Neufchastel : Samuel Faulche, 1765), t. 10, p. 265 ; c’est moi qui souligne.

Auteur

Washington University in St. Louis.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540