Version classiqueVersion mobile

Ouvrages miscellanées et théories de la connaissance à la Renaissance

 | 
Dominique de Courcelles

Mélanges et littérature mêlée : de La Dorotea de Lope de Vega (1632) au Para Todos de Juan Pérez de Montalbán (1632)

Claudia Demattè

Texte intégral

1. — LE PARA TODOS DE JUAN PÉREZ DE MONTALBÁN (1632)

  • 1 Lope de Vega, La Dorotea, p. 346.

«Así son muchos, que cuanto hallan en Estobeo, la Poliantea y Conrado Gisnerio y otros librotes de lugares comunes, todo lo echan abajo, venga o no venga a propósito».
La Dorotea1

  • 2 Para Todos, f. 159v.

«El amontonar libros, más es codicia de tenerlos que deseo de estudiarlos, porque no cabe en la limitada capacidad de un hombre, y así más le distraen que le aprovechan las diferencias de volúmenes».
Para Todos2

  • 3 Moll, « Diez Años... », p. 98.
  • 4 Ibid.
  • 5 A ce propos on observera la condamnation de l’éditeur Alonso Pérez, père de Montalbán, pour avoir c (...)
  • 6 IVI, p. 99.
  • 7 Un cas significatif est représenté par Montalbán lui-même, qui souligne dans le Para Todos son irri (...)
  • 8 On notera que cette œuvre interpole une comédie de Montalbán, No hay vida como la honra.

1Le 6 mars 1625, la Junta de Reformación, créée quelques années auparavant par Felipe IV, décida d’ordonner au Conseil de Castille d’interdire l’édition des « libros de comedias, nouelas ni otros deste género »3. Cette décision fut ratifiée par le Conseil qui suspendit la concession des licences pendant les dix années qui suivirent. Le panorama littéraire de cette décennie a été bien illustré par les études de Jaime Moll : contrairement à ce qui s’était passé précédemment, la fermeture des théâtres et donc des représentations théâtrales ne fut pas approuvée, mais la publication des comédies, des novelas et œuvres similaires fut interdite « por el que blandamente hacen a las costumbres de la jubentud »4. On observera que l’interdiction concernait la concession de nouvelles licences, tandis que les œuvres qui étaient déjà autorisées avant la date fatidique continuaient à être publiées. La réaction des éditeurs et des auteurs ne tarda pas à se manifester : les premiers profitèrent de la situation politico-administrative de l’Espagne du XVIIe siècle, caractérisée par une diversité législative dans les différents royaumes de la couronne espagnole, en falsifiant les frontispices et en attribuant leurs propres publications à d’autres Conseils comme par exemple la Couronne d’Aragone, opération toutefois non exempte de risques5. Les auteurs castillans se trouvèrent, quant à eux, contraints de devoir affronter également une autre interdiction, datée de 1610, qui interdisait aux « súbditos naturales y vassallos destos Reynos »6 de publier leurs propres œuvres en dehors des frontières de la Castille. Cette situation fut aggravée par le fait que des copies d’œuvres théâtrales et en prose commencèrent à circuler sans l’autorisation de leurs auteurs, qui dénoncent ces épisodes dans les pages de leurs propres œuvres7. Aux ingenios il ne restait qu’à tourner l’obstacle en cherchant une autre manière non seulement de publier leurs œuvres, mais surtout de les composer : devant l’impossibilité d’éditer de façon autonome comédies et novelas, en redécouvrant ainsi une inclination naturelle pour la varietas, les auteurs furent amenés à expérimenter les multiples combinaisons accordées par le genre de la miscellanée. Entre 1625 et 1634 les publications se succédèrent : Castillo Solórzano en composa au moins trois : Las tardes entretenidas (1625), Las jornadas alegres (1626), La huerta de Valencia (1629) ; S. J. Polo de Medina, Las academias del jardín (1630)8 ; Pedro Castro y Anaya, Las Auroras de Diana (1631) ; Jacinto Malvenda, Bureo de las musas del Turia (1631). Deux œuvres de Tirso de Molina ouvrent et ferment la décennie : Cigarrales de Toledo (1624) et Deleitar aprovechando (1635).

  • 9 C’est la définition proposée par Willard F. King dans son volume consacré au thème en question inti (...)
  • 10 Celle-ci est traitée par Giuseppe Grilli dans la partie de notre relation qui le concerne.

2Ces textes, malgré leur indiscutable hétérogénéité, peuvent être attribués à deux typologies de littérature mélangée bien définies, les novelas académicas et les colecciones de cuentos enmarcados9. Font exception deux œuvres qui partagent non seulement la date de la publication en 1632 mais qui lient également leurs auteurs : Lope de Vega et Juan Pérez de Montalbán. L’originalité de la proposition littéraire de La Dorotea a été amplement soulignée par la critique10.

  • 11 Para Todos. Exemplos morales, humanos y divinos en que se tratan diversas ciencias, materias, y fac (...)
  • 12 A. Restori, « Il Para Todos... », p. 1. Au contraire Fernández de Navarrete conteste au Para todos (...)
  • 13 Au sujet de cette polémique on peut consulter les analyses de A. G. Amezúa y Mayo et de R. A. del P (...)
  • 14 Pour une bibliographie de cette œuvre on peut consulter les travaux de Parker, Dixon, Restori et Pr (...)

3Juan Pérez de Montalbán, disciple préféré du Fénix de los Ingenios, publie le Para todos l’année même où est publiée La Dorotea11. Ce « voluminoso zibaldone di notizie teologiche e bibliche, filosofiche e fisiconaturali, frammezzate di poesie, di novelle, di commedie, di autos sacramentad, di elenchi di scrittori e persone notevoli », comme le définit Antonio Restori12, suscita immédiatement une polémique littéraire qui vit au premier rang, parmi les détracteurs les plus farouches, Francisco de Quevedo avec sa Perinola13, et devint rapidement un phénomène éditorial, si l’on en juge par le nombre de rééditions dont il profita au dix-septième et au siècle suivant14.

4La première donnée qui frappe l’attention du lecteur est sans aucun doute l’originalité du titre, Para todos (Pour tous), justifié par l’auteur lui-même dans le prologue Al que ha de leer :

  • 15 f. VIv. Dans le Prólogo Largo au Premier Tome de ses comédies qui seront publiées en 1635 au terme (...)

Llamo este libro Para todos, porque es un aparato de varias materias, donde el Filósofo, el Cortesano, el Humanista, el Poeta, el Predicador, el Teólogo, el Soldado, el Deuoto, el Iurisconsulto, el Matemático, el Médico, el Soltero, el Casado, el Religioso, el Ministro, el Plebeyo, el Señor, el Oficial, y el Entretenido, hallarán juntamente vtilidad y gusto, erudición y diuertimiento, dotrina y desahogo, recreo y ensenança, moralidad y aliuio, ciencia y descanso, prouecho y passatiempo, alabanças y reprehensiones, y vltimamente, exemplos y donaires, que sin ofender las costumbres deleiten el ánimo, y sazonen el entendimiento. Y también lo llamo Para todos, porque también hablo en él de todos los embidiosos, soberuios, presumidos, maldicientes, mentirosos, embusteros, murmuradores, desleales, descorteses, ignorantes, vanos, y mal intencionados15.

  • 16 Précisément 294 ff.
  • 17 « Repártole en días, por tener occasion de hablar de cada vno, y diríjole a diferentes personas, po (...)
  • 18 Par rapport à l’influence de Boccace sur la littérature espagnole du point de vue qui nous intéress (...)
  • 19 La Introducción a la semana est présentée au contraire par un narrateur extra et hétérodiegétique, (...)
  • 20 On observera que, constamment, l’importance du destinataire est soulignée à plusieurs niveaux : en (...)
  • 21 Ces deux dernières parties ont été publiées récemment par Maria Grazia Profeti (cf. « Juan Pérez de (...)

5Cela n’est rien en comparaison de la complexité de la structure que Montalbán développe dans presque trois cents folios16 et à laquelle il fait seulement allusion dans le prologue cité17 : il présente un récit encadré, selon le modèle du Décaméron de Boccace18, intitulé Introducción de la semana où il raconte les vicissitudes amoureuses de don Pedro et de don Francisco, qui se termineront par un mariage avec leurs respectives bienaimées, doña Maria et doña Ana de Mendoza. On propose à la joyeuse compagnie, réunie pour fêter les doubles noces, de présenter à tour de rôle chaque jour de la semaine des sujets de conversation pour distraire les invités. L’œuvre est donc successivement subdivisée en sept jours, chacun d’eux est précédé par une lettre dédiée à un personnage illustre et présenté par un chevalier invité qui assume de cette façon le rôle de narrateur intra et hétérodiégétique19. L’unité de la journée résulte totalement indépendante du cadre et présente un schéma fixe : on illustre d’abord le jour de la création du monde selon la Genèse ; puis la planète correspondant au jour (par exemple Mars le mardi, Vénus le vendredi) ; ensuite l’orateur donne un discours sur un sujet sérieux — théologique ou philosophique — ; enfin on arrive à l’apogée de l’amusement, en accentuant le second terme du célèbre lemme « enseñar deleitando », étant donné que dans le zibaldone on propose le texte de quatre comédies, deux autos sacramentels représentés pour l’amusement de la joyeuse troupe, et la lecture de trois nouvelles, réparties en plusieurs jours20. A la fin de la semaine et avant que la compagnie ne se sépare, deux chevaliers, Montano et Celio, proposent de commenter les ingenios de Madrid et de fournir une liste des dramaturges qui exercent leur art en Castille21.

6La première réflexion qui vient à l’esprit, à la lumière de la structure qu’on vient d’exposer, c’est que le Para Todos ait été pensé pour servir de « récipient » aux nouvelles et aux comédies interpolées éludant de cette façon la défense explicite de les publier. Bien que cet élément ne soit pas négligeable, le résultat auquel Montalbán arrive est bien différent de celui des traditionnels recueils de récits encadrés. A mon avis dans le Para Todos nous nous trouvons devant une expérimentation du genre de la littérature mélangée où la matière — narrative, poétique et dramatique — est mise au service de l’érudition. Montalbán lui-même déclare explicitement être conscient de la tradition littéraire à laquelle il doit payer un tribut :

  • 22 L’espace paratextuel externe (licence, privilège, taxe,...) ansi que la dédicace et le prologue ne (...)

el tratar de varias materias, es imitación de los antiguos, que escriuieron deste género infinitos libros, y de la misma naturaleza (f. VIv-VIIr)22.

  • 23 A ce propos on prendra comme référence la communication du professeur Dominique de Courcelles prése (...)
  • 24 Jean Teissier, seigneur de Ravisi, o Ravisius Textor.
  • 25 Je signale quelques exemples significatifs : « según Virgilio, Lactancio, S. Fulgencio, Hesiodo, Na (...)

7Montalbán ne se limite pas à établir une relation avec l’hypotexte antique — Pline, Aristote, Virgile, Ovide — mais il insiste constamment sur l’importance des polyantées du XVIe siècle, surtout la Silva de varia lección23 (1542) de Pedro Mexía et la Officina vel potius naturae historia (1522) de Ravisio Textor24, ainsi que sur les œuvres de ses contemporains, comme par exemple Tirso de Molina avec ces Cigarrales de Toledo, sans jamais oublier de citer parmi les auctoritates son illustre maître Lope de Vega25.

8Pour observer la relation entre un genre codifié, celui des polyantées, et la réécriture que Montalbán propose, je limiterai ici l’analyse au cinquième jour du Para Todos, bien que ce que je ferai remarquer soit ponctuellement confirmé par l’analyse macrostructurale de l’œuvre.

  • 26 On observera que Montano est le nom de plume de Montalbán. La cinquième journée est dédié à Fray Di (...)
  • 27 f. 149v.
  • 28 ff. 149r-151v.
  • 29 ff. 151v-155v.
  • 30 ff. 155v-173r.
  • 31 Respectivement : « de la santidad del Predicador ; de la ciencia del Predicador, de la discreción y (...)
  • 32 On remarquera que la liste commence par Tertuliano, même si il est précisé immédiatement que « impo (...)

9Le cinquième jour, jeudi, Montano26, en présence d’un public hétérogène « así Seculares, como Eclesiásticos »27, fait d’abord un discours en relation avec le jour de la Création où Dieu donna la vie aux poissons et aux oiseaux28, et dédie ensuite un bref discours à Jupiter29, tandis qu’il attribue la plus grande partie de son entretien au « Discurso del Predicador »30 divisé en huit parties31. Dans une de celles-ci, dédiée aux livres dont a besoin le prédicateur, Montalbán indique des livres de saints ad infinitum32, s’étend sur la relation servile de toutes les auctoritates citées dans les dix tomes dont est composée la Bibliothèque de Margarino de la Bigne, et enfin il arrive à admettre que :

aunque es verdad, que los libros de los Padres y Doctores arriba referidos, eran suficientes para hacer vn Sermón perfeto, con todo para su mayor adorno, necesita de otros Autores, por razón de las diuersas materias que se ofrece cada día tratar en los Sermones ; y assí de las letras humanas, que son criadas de las diuinas, se puede seruir el Predicador como la vse con templança, moderación y prudencia (f. 169v).

10Je voudrais en particulier m’arrêter sur un passage qui est emblématique d’un effet de mise en abyme auquel Montalbán a recours à maintes reprises :

Para saber curiosidades y nouedades antiguas, todos los que contiene el Tesauro Crítico, Celio Rodiginio, Rafael Volaterraneo, Pedro Mexía, y el Doctor don Tomás Tamayo de Vargas natural de Madrid, y eminentíssimo Varón en todo.
Para apoyar pensamientos curiosos y sutiles, las emblemas de Alciato, y los dos Orozcos.
Para hablar de qualquier materia con lugares de todos Autores, la
Poliantea, aunque es menester que se lea con gran cuidado, porque tiene muchos falsos, mal traídos, y que no tienen fundamento ninguno (f. 170r).

  • 33 J’indique entre guillemets ce mot parce que je l’utilise dans le sens large du terme, en me référan (...)
  • 34 Même s’il paraît que ce texte fut imprimé à Madrid en 1624, il en reste seulement quelques copies m (...)
  • 35 La première édition en contenait cent-quatorze mais le volume augmenta progressivement jusqu’à arri (...)
  • 36 Le père, Sebastián de Horozco (1510-1580), publia les Refranes glosados.
  • 37 Linda Bisello, Medicina della memoria, p. 26-27 : « Tanto i dizionari quanto le poliantheae esprimo (...)

11L’auteur vient de nous révéler comment a été créé et comment fonctionne le Para Todos : nous avons la sensation de nous trouver devant la « bibliothèque »33 d’un écrivain du dix-septième siècle qui s’apprête à composer son œuvre, quel que soit le genre littéraire à laquelle elle appartient. Nous reconnaissons à première vue Pedro Mexía, déjà cité, tandis que d’autres polianteae : le Tesauro Crítico ; Celio Rodiginio, alias Ludovico Ricchieri, avec sa Lectionum antiquarum libri XXX (1516) ; Raffaele Maffei appelé Volaterraneo (1451-1522), dont la réputation est liée aux Comentarii Urbani, un exemple particulièrement éclatant de l’encyclopédisme humaniste ; don Tomás Tamayo de Vargas (1588-1641), historien officiel de Castille, qui écrivit la Junta de libros la mayor que España ha visto en su lengua dans la première moitié du dix-septième siècle34 ; Andrea Alciato (1492-1550) qui publie en 1531 son recueil d’emblèmes, Emblemata35. Montalbán fait ensuite allusion à « los dos Orozcos », probablement Juan de Horozco y Covarrubias, archevêque de Ségovie, qui composa un des livres les plus importants d’emblèmes dont le titre est Emblemas morales (1589), et son frère Sebastián de Covarrubias Horozco qui publia un volume avec le même titre en 161036. Enfin il cite la Polianthea de l’humaniste italien Domenico Nani Mirabelli, publiée en 1503, qui jouit d’un long succés au XVIIe siècle, à tel point que l’édition locupletissima fut publiée à Lyon en 1669 en vingt-trois volumes37.

12La « bibliothèque » fait en quelque sorte partie de l’œuvre elle-même : nous avons à notre disposition les volumes et les auctoritates qui peuvent nous fournir les informations désirées sans avoir besoin de recherche particulière ou d’interprétation ponctuelle. Montalbán cite dans le texte ses sources et en même temps il présente au lecteur des marginalia dans lesquels il résume les auteurs et les œuvres, le plus souvent avec le titre, la référence du tome et de la page. Tandis que jusqu’alors une place de premier ordre était offerte à l’érudition, nous nous aperçevons qu’en réalité l’érudition est devenue le texte, mettant au second plan la narration littéraire. Le contenu — le discours — se transforme donc en « récipient » — le texte — : l’encyclopédisme qui filtre traditionnellement dans les œuvres miscellanées à travers un jeu infra et intertextuel, et je pense évidemment en premier lieu à La Dorotea, est ici amplifié à tel point qu’il domine le texte lui-même. L’espace littéraire — comédie, auto, novela — devient alors une sorte de gymnase où exercer sa propre érudition. Nous ne sommes donc pas surpris lorsque, dans une des trois nouvelles interpolées par Montalbán dans la quatrième journée intitulée « El palacio encantado », des éléments chevaleresques et bizantins se mélangent avec la session d’une curieuse Académie, formée seulement de dames de la noblesse, où chaque prétendant doit démontrer sa propre habilité dans l’art oratoire.

13Du reste Montalbán lui-même nous met en garde quand, avant de conclure, il affirme que :

para que cada vno tome de los otros lo que faltare, y reconozca ser su talento limitado, su poder breve, y su caudal corto, pues necesita de las plumas y escritos de sus mayores (f. 295v).

  • 38 F. de Quevedo, Perinola, p. 465-466.
  • 39 Miguel de Cervantes, Don Quijote de la Mancha, ed. de Martín de Riquer, Planeta, Barcelona, 1994, p (...)

14La définition que Francisco de Quevedo donne du jeune Montalbán comme « retacillo de Lope de Vega, que de cercenaduras de sus comedias se sustentaba »38 est peut-être excessive et sans pitié, mais il est néanmoins vrai que devant la parfaite combinaison et compénétration de littérature et d’érudition de La Dorotea, le Para Todos de Montalbán semble un de ces « libros, al parecer, llenos de viento y de borra » qui intriguent don Quichote dans une de ses dernières aventures39.

  • 40 On parle de hinchazón et non de amplificatio pour l’intégration non résolue des différentes parties (...)

15Une fois terminée la partie de « hinchazón »40 érudit, Montano s’apprête à conclure la cinquième journée par la représentation de deux autos sacramentels. Il fait préparer dans une galerie spacieuse un « teatro portatil » où :

conociendo Montano por las señas exteriores, que era este Auto el de Polifemo, para hazerle más gustoso en su inteligencia, y dar a entender el acierto del Poeta en su alegría quiso declarar primero su Fábula (f. 173v).

  • 41 La « célébration » de Escanderbech répond au principe de l’exaltation d’un héroe exotique, comme ch (...)

16Le même sort est réservé à la présentation du deuxième auto, dédié au vaillant Escanderbech41, et Montano présente

un proemio a su narración, para los que no tenían noticia della agradeciessen la propiedad de la alegoría (f. 184r).

  • 42 Comme par exemple au début de la première journée : « preuiniendo primero a todos los presentes, de (...)

17L’attention de Montalbán pour son public interne et externe à l’ouvrage, est un élément constant durant toute l’œuvre et nous indique clairement l’importance que l’auteur attribuait à la juste compréhension du Para todos42, c’est à dire comme littérature mélangée destinée à la formation des savoirs. En ce sens le Para todos s’inscrit parfaitement dans le genre des miscellanées en se caractérisant par la totale indépendance de chaque unité narrative, tant au niveau des journées qu’au niveau du discours — philosophique ou moral, théâtral ou narratif —, mais tout en combinant les sujets, alternant des thèmes sérieux avec d’autres plus plaisants, pour toucher le public le plus hétérogène par la varietas proposée dans cette polyantée du dix-septième siècle « para todos ».

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Amezúa y Mayo A. G., « Dos estudios sobre el doctor Juan Pérez de Montalbán. I. Juan Pérez de Montalbán novelista. II. Las polémicas literarias sobre el Para Todos de Juan Pérez de Montalbán », Estudios dedicados a Menéndez Pidal Madrid, 1951, II, p. 409-43 ; rist. Opúsculos literarios, vol. II, p. 49-94.

Bacon G. W., « The Life and Dramatic Works of Dr Juan Pérez de Montalbán », Revue Hispanique, 26, 1912, p. 1-474.

Bisello Linda, Medicina della memoria: aforística ed esemplarità nella scrittura barocca, Firenze, Olschki Editore, 1998.

Bourland Carolina B., « Boccaccio and the Decameron in Castilian and Catalan Literature », Revue Hispanique, 12 (1905), p. 1-232.

Idem, The Short Story in Spain in the XVIIth century with a Bibliography of the Novela fron 1576 to 1700, Northampton, Mass., 1927.

Dixon V., «Juan Pérez de Montalván Para Todos», Hispanic Review, XXXII (1964), p. 36-59.

Fernández de Navarrete E., « El bosquejo histórico sobre la novela española », B.A.E. XXXIII, Madrid, 1854.

Glaser E., «Quevedo vs. Pérez de Montalbán: the Auto del Polifemo and the Odyssean tradition in Golden Age Spain», Hispanic Review, XXVIII (1960), p. 103-120.

King Willard F., Prosa novelística y academias literarias en el s. XVII, Madrid, Anejo X del Boletín de la Real Academia Española, 1963, p. 135-39.

Idem, «The Academias and the XVIIth Century Spanish Literature», P.M.L.A., LXXV (1960), p. 367-376.

Molina Tirso de, Cigarrales de Toledo, ed. Luis Vázquez Fernández, Madrid, Castalia, 1996.

Moll Jaime, «Diez años sin licencias para imprimir comedias y novelas en los reinos de Castilla: 1625-1634», B.R.A.E., LIV (1974), p. 97-103.

Idem, «Porqué Lope escribió La Dorotea-», 1616, 11 (1979), p. 7-11. Parker Jack Horace, Juan Pérez de Montalván, Boston, Twayne Publishers, 1975.

Idem, «Lope de Vega and Juan Pérez de Montalbán: their literary relations», Hispanic Studies in honour of I. González Llubera, Dolphin Book, Oxford, 1959.

Juan Pérez de Montalbán, Obra completa no dramática, ed. J.E. Laplana Gil, Fundación Antonio de Castro, Colección Biblioteca Castro, Madrid, 1999.

Idem, Sucesos y prodigios de amor, ed. L. Giuliani, Montesinos, Barcelona, 1992.

Idem, Orfeo, ed. F. Pedraza Jiménez, Ara Iovis, Aranjuez, 1991.

Idem (ed.), Fama postuma a la vida y muerte del doctor frey Lope Félix de Vega Carpio y elogios panegíricos a la inmortalidad de su nombre, ed. Enrico Di Pastena, Pisa, Edizioni E.T.S., 2001.

Profeti Maria Grazia, Montalbán: un commediografo dell’età di Lope, Pisa, Università di Pisa, Cursi, 1970.

Idem, Per una bibliografía di Juan Pérez de Montalbân, Verona, Università di Padova, 1976.

Idem, Per una bibliografía di Juan Pérez de Montalbán. Addenda e corrigenda, Verona, Università di Padova, 1982.

Idem, «Juan Pérez de Montalbán, Indice de los ingenios de Madrid», Anales del Instituto de Estudios Madrileños, XVIII, 1981, p. 535-588.

Piero R. A. del, «La respuesta de Pérez de Montalbán a la Perinola de Quevedo», P.M.L.A., LXXVI (1961), p. 40-47.

Quevedo Francisco de, Perinola, in Obras de F. de Quevedo y Villegas, ed. A. Fernández-Guerra y Orbe, II, BAE, t. XLVIII, Madrid, 1951, p. 463-479.

Rallo Gruss Asunción, «Las misceláneas: conformación y desarrollo de un género renacentista», Edad de Oro, III (1984), p. 159-180.

Restori Antonio, «Il Para Todos di Giovanni Perez de Montalbán», La bibliofilia, XXIX (1927), p. 1-19.

Rodríguez Cepeda E. y F. Vivar, «Quevedo en el espectro de El diablo cojudo de Luis Vélez (la clave del Para todos de Pérez de Montalbán)», Edad de Oro, XVII, 1998, p. 169-176.

Vega García-Luengos Germán, Maria Grazia Profeti, Para una bibliografía de Juan Pérez de Montalbán. Nueva adiciones, Verona, Università degli Studi di Verona, 1993.

Vivar Francisco, «El poder y la competencia en la disputa literaria: la Perinola frente al Para Todos», Hispanic Review, 68-3 (2000), p. 279-293.

Notes

1 Lope de Vega, La Dorotea, p. 346.

2 Para Todos, f. 159v.

3 Moll, « Diez Años... », p. 98.

4 Ibid.

5 A ce propos on observera la condamnation de l’éditeur Alonso Pérez, père de Montalbán, pour avoir contrefait l’édition zaragozana en 1626 de le Buscón de Quevedo (Moll, « Diez Años... », p. 100).

6 IVI, p. 99.

7 Un cas significatif est représenté par Montalbán lui-même, qui souligne dans le Para Todos son irritation par rapport à cette “piraterie” du texte : c’est pourquoi il affirme dans le prologue que « las [comedias] que se han impresso hasta aquí sin mi orden, son falsas, mentirosas, supuestas, y adulteradas, porque como los que las hurtan, no tienen bastante espacio para trasladarlas, y quien las imprime las compra de los que las hurtan, salen con mil desatinos, errores, y barbaridades, sin atender al agrauio que se haze a los ingenios, y por otra quitándoles la acción que tienen a sus cosas propias, daño que no solamente nos viene de otros Reynos, sino de Cadiz y de Seuilla » (f. VIIr).

8 On notera que cette œuvre interpole une comédie de Montalbán, No hay vida como la honra.

9 C’est la définition proposée par Willard F. King dans son volume consacré au thème en question intitulé Prosa novelística y academias literarias en el s. XVII. Montalbán lui-même s’était spécialisé dans le genre de la miscellanée avec Los sucesos y prodigios de amor (1624), recueil de huit novelas cortesanas.

10 Celle-ci est traitée par Giuseppe Grilli dans la partie de notre relation qui le concerne.

11 Para Todos. Exemplos morales, humanos y divinos en que se tratan diversas ciencias, materias, y facultades. Repartidos en los siete días de la semana. Le privilège du Para Todos est du 3 février, tandis que celui de La Dorotea est daté du 10 juillet. Les citations sont tirées de l’édition de Madrid en 1635 faite par le père de Montalbán, Alonso Pérez, qui à son tour est éditeur de La Dorotea.

12 A. Restori, « Il Para Todos... », p. 1. Au contraire Fernández de Navarrete conteste au Para todos que « este método de escribir libros (...) verdadera pepitoria de todo género de asuntos, era hallazgo para los que no podían resistir a la tentación de ser autores, careciendo de talento y erudición para escribir una obra continuada sobre cualquier material ; pero que tomando especies de acá y allá y amontonándolas sin orden ni discreción, tenían pronto emborronadas cuatrocientas o quinientas páginas » (p. XCV).

13 Au sujet de cette polémique on peut consulter les analyses de A. G. Amezúa y Mayo et de R. A. del Piero.

14 Pour une bibliographie de cette œuvre on peut consulter les travaux de Parker, Dixon, Restori et Profeti. On notera qu’il y eut même une promesse de la part de Montalbán d’une deuxième partie de son œuvre, soit dans le Para todos soit dans le Prólogo Largo du Premier Tome de ses comédies (« Después deste te prometo la segunda parte del Para todos, que aunque me pudieran desanimar tantas sátiras, objecciones, calumnias, y Apologías, me templaron la mohína para proseguir el assunto los aplausos de los Entendidos, los agradecimientos de los Señores, los parabienes de los Religiosos, los elogios de los Desapasionados ») et dans la Fama Postuma (« pienso darte muy presto estampada La segunda parte del Para todos, que si te he de decir lo que siento, más me inclina la imprenta que el teatro », p. 15) ; ses projets furent tragiquement interrompus par sa mort prématurée en 1638 aprés de nombreuses crises de folie qui l’avaient contraint à se retirer dans un asile de Madrid (cf. Parker). Quelques œuvres qui parurent dans les années suivantes furent les témoins directs du succès de cet ouvrage : le Para algunos de Matías de los Reyes (Madrid, 1640), le Para sí de Juan Fernández y Peralta (Zaragoza, 1661) et la Plaza Universal de ciencias de Suárez de Figueroa.

15 f. VIv. Dans le Prólogo Largo au Premier Tome de ses comédies qui seront publiées en 1635 au terme de l’interdiction, il commente également l'origine du titre : « Algunos melindrosos se han enfadado del título Para todos, y a mi parecer sin razón porque supuesto que trata de todas las materias que professan todos, Para todos se deue llamar, y no de otra manera : porque dezirle Para muchos, es bueno, pero no lo es mas, Para algunos es algo, pero no lo es mucho, y para ninguno, ni es mucho, ni poco, porque no es nada. Lo cierto es, que no se pudrieron tanto de la nouedad del nombre, como del acierto del libro que siempre fue delito en todas edades el crecer, para los que se quedan atrás : triste de aquel que escriuiere con tan poco ruydo, que nadie le haga pesadumbre, que viuir sin emulaciones, no es felicidad, sino desprecio ».

16 Précisément 294 ff.

17 « Repártole en días, por tener occasion de hablar de cada vno, y diríjole a diferentes personas, porque para muchos enemigos bien son menester muchos valedores » (f. VIv).

18 Par rapport à l’influence de Boccace sur la littérature espagnole du point de vue qui nous intéresse, on peut consulter les travaux de Carolina Bourland.

19 La Introducción a la semana est présentée au contraire par un narrateur extra et hétérodiegétique, Montalbán lui même, qui signe régulièrement chaque lettre dédicatoire.

20 On observera que, constamment, l’importance du destinataire est soulignée à plusieurs niveaux : en premier lieu on met en évidence la présence du destinataire implicite, les invités aux noces ; successivement celle du destinataire interne à qui Montalbán s’adresse dans ses dédicaces ; enfin le public externe, rendu explicite par le lemme qui domine le prologue : « Al que ha de leer ».

21 Ces deux dernières parties ont été publiées récemment par Maria Grazia Profeti (cf. « Juan Pérez de Montalbán, Indice de los ingenios de Madrid »).

22 L’espace paratextuel externe (licence, privilège, taxe,...) ansi que la dédicace et le prologue ne sont pas numérotés. J’indique ces folios avec des chifres romains suivis de l’indication recto/verso (r/v).

23 A ce propos on prendra comme référence la communication du professeur Dominique de Courcelles présentée dans ce même congrès.

24 Jean Teissier, seigneur de Ravisi, o Ravisius Textor.

25 Je signale quelques exemples significatifs : « según Virgilio, Lactancio, S. Fulgencio, Hesiodo, Natal Conde, Ouidio, San Agustín, Horacio, Lope de Vega, y el Comendador Griego sobre Iuan de Mena » (f. 116r) ; « según Ouidio, y Lope de Vega » (f. 154r).

26 On observera que Montano est le nom de plume de Montalbán. La cinquième journée est dédié à Fray Diego Niseno « Provincial dignísimo del Religioso Monasterio del gran Basilio desta Corte », auteur de nombreuses vies de saints, du Político del Cielo (1637-38), et compilateur de l’oraison funèbre de Montalbán en 1639.

27 f. 149v.

28 ff. 149r-151v.

29 ff. 151v-155v.

30 ff. 155v-173r.

31 Respectivement : « de la santidad del Predicador ; de la ciencia del Predicador, de la discreción y prudencia ; de la lección y elección de los libros, estilo y genio de sus Autores ; Elección de los autores de la biblioteca ; de otros libros que necesita el Predicador ; de los sentidos de la sagrada escritura ; veinte advertimientos generales del Predicador ».

32 On remarquera que la liste commence par Tertuliano, même si il est précisé immédiatement que « importará que se lea este Autor con mucha atención y cuidado, porque se descuidó en algunas cosas y el quinto tomo [del Apologético] está lleno de errores contra la Fe, y sus escritos computados por apócrifos » (f. 160r).

33 J’indique entre guillemets ce mot parce que je l’utilise dans le sens large du terme, en me référant non seulement à la présence physique des volumes mais aussi au savoir encyclopédique de l’auteur lui-même.

34 Même s’il paraît que ce texte fut imprimé à Madrid en 1624, il en reste seulement quelques copies manuscrites.

35 La première édition en contenait cent-quatorze mais le volume augmenta progressivement jusqu’à arriver aux deux-cent-onze emblèmes de l’édition de 1551 publiée peu après la mort de l’auteur (cfr. Alciato, Emblemas, ed. S. Sebastián, Akal, Madrid, 1985).

36 Le père, Sebastián de Horozco (1510-1580), publia les Refranes glosados.

37 Linda Bisello, Medicina della memoria, p. 26-27 : « Tanto i dizionari quanto le poliantheae esprimono un bisogno di ordine che passa attraverso l’attività definitoria della lingua, di modo che all’ordinato repertorio del florilegio o del lessico si possa attingere a seconda delle occorrenze ».

38 F. de Quevedo, Perinola, p. 465-466.

39 Miguel de Cervantes, Don Quijote de la Mancha, ed. de Martín de Riquer, Planeta, Barcelona, 1994, p. 1072. Toutefois je ne suis pas d’accord avec Willard F. King quand il soutient que Montalbán composa le Para todos parce que « no poseía una concepción definida sobre los elementos que podía abarcar la novela » (Prosa novelística..., p. 214).

40 On parle de hinchazón et non de amplificatio pour l’intégration non résolue des différentes parties de l’œuvre.

41 La « célébration » de Escanderbech répond au principe de l’exaltation d’un héroe exotique, comme chez Diego Duque ou chez Mexía, chez le Viaje de Turquía ou chez Torquemada.

42 Comme par exemple au début de la première journée : « preuiniendo primero a todos los presentes, del silencio, y asistencia que auian de tener, menos a las damas, que por serlo se les dio licencia para poder, quando quisiessen, trocar la Academia por el campo, y los discursos por las flores, particularmente quando los assumptos no fuessen de gusto para ellas, ó por muy sutiles, ó por muy agenos de su profesión » (f. 24v).

Auteur

Università di Trento.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search