Version classiqueVersion mobile

Ouvrages miscellanées et théories de la connaissance à la Renaissance

 | 
Dominique de Courcelles

La théorie cachée ou de la pratique vulgarisée dans le Compendio de i secreti rationali (1564) de Leonardo Fioravanti

Alfredo Perifano

Texte intégral

  • 1 Sur cette littérature voir l’étude riche et stimulante de William Eamon, Science and the secrets o (...)
  • 2 A titre d’exemple voir W. Eamon, La Scienza..., : « In quale modo [autori e editori] modificarono (...)
  • 3 Voir Armando Petrucci (éd.), Libri, editori e pubblico nell'Europa moderna. Guida storica e critic (...)
  • 4 Il mérite d’être souligné que les practica, séparées de leurs theoriae, connurent, dès le XIVe siè (...)

1Le Del compendio de i secreti rationali de Leonardo Fioravanti (Bologne 1518-1588 ?) fait partie de la riche et florissante production de livres de secrets qui connurent un succès éditorial considérable au cours du XVIe siècle1. Ce que l’on appelle « secrets » dans ces ouvrages est un ensemble de recettes relevant de plusieurs disciplines : médecine, pharmacopée, alchimie, cosmétique, parfumerie, métallurgie et autres. On a longtemps considéré les livres de secrets comme le fruit d’une médecine et, plus en général, d’un savoir populaire de bas niveau. Sans entrer dans le détail d’un débat assez complexe concernant l’acception de l’adjectif « populaire », il me semble important de souligner une ambiguïté de fond que l’on retrouve souvent dans l’utilisation de ce terme, notamment lorsqu’on parle de livres de secrets2. « Populaire » indique en effet d’une part l’importante diffusion de ce genre d’ouvrages, d’autre part la nature de leur contenu qui serait du ressort de connaissances propres aux couches inférieures de la société et distinctes de celles du savoir des artes et de l’érudition classique. En ce qui concerne leur diffusion, elle s’inscrit dans le cadre d’un phénomène complexe et articulé. Pour schématiser, on peut dire que, dès le début du XVIe siècle, on assiste à la diffusion de livres, ayant trait à différents sujets, adressés à un public cultivé de non-spécialistes, et dont la caractéristique est la facilité de lecture3. C’est dans ce genre de littérature d’agrément et de vulgarisation à la fois, que l’on peut situer les livres de secrets qui sont l’épiphénomène d’une sensibilité culturelle de plus large envergure, dont nous pouvons avoir un aperçu en feuilletant les catalogues des manuscrits de l’époque foisonnant de recueils de recettes ou de recettes isolées contenues dans des carnets de notes ou des correspondances privées. Paradoxalement, on pourrait en déduire que leur diffusion fut encore plus importante au niveau manuscrit qu’imprimé, ce qui nous autoriserait à penser que ces secrets, tout au moins pour certains d’entre eux, suscitaient l’intérêt d’une élite ayant des curiosités et des connaissances variées. En ce qui concerne leur contenu, je me bornerai à souligner que maintes recettes de nature médicale dites « populaires » trouvent leurs sources dans la médecine classique et médiévale, dépourvues, bien entendu, de leur appareil théorique, et que la plupart des ingrédients utilisés dans leur composition sont inclus dans les formulaires officiels4.

  • 5 Une ébauche de répertoire de traductions in Piero Camporesi, Camminare il mondo. Vita e avventure (...)

2Dans le cadre de cette littérature des secrets, le Del compendio de i secreti rationali de Leonardo Fioravanti occupe une place importante non seulement pour les nombreuses éditions et traductions qui attestent son succès5, mais surtout pour son approche méthodologique qui prend en compte les pratiques médicales les plus disparates, l’expérience, la science et la raison. Je m’attacherai à montrer dans quelle mesure, chez Fioravanti, ces quatre composantes contribuent à l’acquisition des connaissances nécessaires à exercer efficacement la profession de médecin et, par ricochet, la place qu’il leur octroie dans la composition de son Del compendio de i secreti rationali.

***

  • 6 Pour la biographie de Fioravanti restent fondamentales les études de Davide Giordano, Leonardo Fio (...)
  • 7 « Sono stati assai huomini et donne che hanno scritto libri di Secreti, i quali son stampati et po (...)

3Leonardo Fioravanti publia Del compendio de i secreti rationali, en 1564, à Venise6. Cet ouvrage est structuré en cinq livres qui traitent respectivement des secrets concernant la médecine, la chirurgie, l’alchimie, la cosmétique et divers arts et pratiques. Dans le Proemio, l’auteur tout en reconnaissant l’abondance, l’utilité et l’intérêt des livres de secrets, souligne leur caractère cryptique dû à la concision de la formulation et à l’absence de cadre théorique (« dichiaratione »). Par conséquent, dit-il, le lecteur ne peut en tirer aucun profit7. C’est pour remédier à cette « grande confusion » que Fioravanti s’attache à écrire son ouvrage. Pour ce faire, il va procéder de la façon suivante :

  • 8 « Et così ho pigliato tutti i libri che parlano di Secreti et fatto un Compendio di tutti quei che (...)

« Et j’ai donc pris tous les livres qui parlent des Secrets, et j’ai fait un Compendio de tous ceux qui à mon avis sont dignes d’être écrits, et que l’on puisse approuver par la raison et l’expérience »8

4Dans ce bref passage, nous pouvons remarquer que le Bolonais postule pour le Del Compendio..., conçu comme une sorte de florilège, une utilisation « critique » de ses sources qui sont certes traditionnelles, mais assimilées et présentées selon une ratio toute individuelle lui permettant une grande liberté dans la disposition du matériau sélectionné. Celle-ci ne relève pas de l’arbitraire, mais s’assied sur une approche méthodologique, conceptuelle et pratique à la fois, justifiant le choix effectué qui ne trouve plus sa légitimité dans l'auctoritas, mais dans le processus découlant de la relation entre la raison et l’expérience. En d’autres termes, ce n’est plus l’auctoritas en tant que telle qui cautionne la démarche nécessairement individuelle du Del Compendio..., mais bien la méthode adoptée. De ce point de vue, l'absence d'auctoritates dans le Del Compendio... relève moins du souci de respecter la dense brièveté propre à l’abrégé que du bienfondé du procédé de l’auteur. En effet, Fioravanti, tout en reconnaissant la validité d’un savoir accumulé dans le temps, revendique la primauté de sa démarche visant à souligner l’originalité des résultats obtenus et proposés aux lecteurs. Cette dimension d’originalité plus au moins sous-entendue dans l’édition de 1564 du Del Compendio ressort de façon bien plus marquée de l’édition de 1581 où Fioravanti supprime du passage précédemment cité, la partie évoquant ses devanciers :

  • 9 « Et COSÍ ho pigliato proposito di voler scrivere il presente volume et chiamarlo Compendio de’Sec (...)

« Et j’ai donc pris le propos de vouloir écrire le présent volume et de l’intituler Compendio de’Secreti Rationali, car il est tout plein de secrets très beaux que l’on peut approuver par la raison et l’expérience [...] »9

  • 10 Voir par exemple, les éloges de Delio Bellobuono, médecin napolitain, et du ferrarais Alfonso Baro (...)
  • 11 G. Gentili, « Leonardo Fioravanti... », p. 19.
  • 12 Parmi les détracteurs contemporains de Fioravanti, rappelons Crato von Kraftheim et Realdo Colombo (...)
  • 13 Ces lettres, qui datent de la fin de 1560, ont été éditées par P. Camporesi, Camminare il mondo... (...)
  • 14 Dello Specchio della scienza universale. Libri III. Venetia, Valgrisi, 1564 ; Del Compendio, 1564, (...)
  • 15 Voir G. Gentili, « Leonardo Fioravanti... », p. 29-33 ; W. Eamon, La Scienza..., p. 268-270 ; P. C (...)
  • 16 Édition consultée : Il Tesoro della vita humana dell’eccelente Dottore et Cavaliere M. Leonardo Fi (...)

5D’aucuns vont attribuer ce changement à une certaine mégalomanie évolutive de Fioravanti qui fit valoir tout au long de sa vie l’efficacité miraculeuse de ses remèdes et son excellence dans la profession. Sans nier cet aspect de son caractère, il me semble toutefois évident que l’on ne peut prêter uniquement à une facette de sa personnalité cette conscience d’une « originalité », indiscutablement bien ancrée dans son esprit, mais qu’il attribuait moins à son génie qu’à sa façon d’exercer la médecine. En ce sens, il n’hésita pas à reconnaître les qualités d’autres médecins qui pratiquaient comme lui10. D’ailleurs, comme le soulignait déjà Giuseppe Gentili11, il faudrait resituer dans le contexte historique de l’époque les affirmations de guérisons et d’inventions extraordinaires qui lui ont valu une solide réputation de charlatanisme auprès de certains de ses contemporains et de chercheurs modernes12. Certes, par exemple, ses lettres à Côme Ier de Médicis, vantant d’extravagantes découvertes militaires, ne parlent pas en sa faveur, de même que son opiniâtreté dans l’affirmation de leur validité13 : l’indifférence de Côme ne le découragea pas et il continua à souligner le caractère novateur de ces découvertes ainsi que leur faisabilité dans Dello Specchio della Scienza Universale et, avec une certaine fierté, dans le Proemio du Del Compendio14. Toutefois, on peut aisément constater que ce genre de hâbleries était assez répandu à l’époque dans différents milieux professionnels, et n’était pas étranger non plus à celui des médecins. Bien qu’accusé à deux reprises de charlatanisme, Fioravanti en sortit complètement blanchi15, continua à exercer sa profession tout en jouissant d’un prestige incontestable auprès de confrères de renom, comme en témoigne l’abondante correspondance qu’il entretint avec eux ainsi qu’avec d’autres personnages d’envergure de son époque ; correspondance qu’il ne se priva pas de publier dans ses ouvrages, notamment dans le Tesoro della vita humana16.

  • 17 Voir ci-dessous note 23.
  • 18 Que l’on pense, à titre d’exemple, à Cicéron : « Usus magister est optimus » (De oratore, I, 4, 15 (...)

6Son succès était dû, croyait-il, à sa méthode dont la fiabilité était démontrée par l’expérience dans la mesure où celle-ci était l'aboutissement de sa recherche et la preuve de l’efficacité de ses médicaments. En ce sens, l’affirmation de la validité de l’expérience dans le Del Compendio ne constitue pas une exception, mais se présente comme le véritable fil conducteur de la réflexion de Fioravanti, car on la retrouve dans l’ensemble de ses écrits : elle est un élément essentiel de sa conception de la médecine et, plus généralement, de la connaissance. En définissant l’expérience « la madre di tutte le cose »17, le Bolonais s’appuie sur la célèbre phrase attribuée à Alcman « πειρα TOC μαθεσιος αρχα — l’expérience est le commencement de la connaissance », et dont les avatars traversèrent les siècles18. Cependant, comme nous avons pu le constater précédemment, Fioravanti établit dans le Del compendio... — comme ailleurs du reste — une relation étroite entre la raison et l’expérience qui se traduit par une démarche visant à expliquer en quelque sorte la cause de l’efficacité de ses secrets :

  • 19 « il simile ho voluto fare io per dar luce di assai cose, le quali cose sono molto necessarie da s (...)
  • 20 « [...] assegnando le ragioni a detti secreti che ognuno che li leggerà sarà capacissimo ad intend (...)

« [J’ai écrit] en attribuant à ces secrets leurs raisons, de sorte que celui qui les lira sera aisément en mesure de les comprendre. Parce que j’écrirai les ingrédients de tous les Secrets, leurs vertus et qualités, la manière de faire les mélanges et autres choses semblables dont je parlerai de la meilleure façon possible. J’essaierai de procéder de manière telle que chacun en soit content et satisfait comme j’ai fait dans les autres trois ouvrages que j’ai écrits et publiés. Le premier a été le Capriccio medicinale, où j’ai traité la composition du monde, la connaissance des temps [variations météorologiques]19, l’invention de la médecine, la façon de garder la santé et retarder le vieillissement, l’alchimie de l’homme et des minéraux, la façon de faire plusieurs sortes d’onguents et d’autres types de médicaments, avec de nombreux capricci écrits à l’intention des enfants de l’art. Le deuxième livre écrit et publié a été le Discorso di Cirurgia, où j’ai traité l’invention de la Chirurgie, la façon de la pratiquer, la diète et la phlébotomie. Celles-ci sont toutes choses très utiles et nécessaires aux gens du monde. Le troisième livre que j’ai écrit a été le Specchio di scienza universale, où j’ai traité tous les Arts et leurs sciences, les Sciences, les Histoires, et diverses inventions que j’ai encore trouvées. »20

  • 21 De’Capricci medicinali dell’Eccellente medico e cirurgico Leonardo Fioravanti. Libri III. In Venet (...)
  • 22 L’idée de capriccio a été largement étudiée dans une perspective littéraire et artistique, voir à (...)

7Ainsi présenté, Del compendio... acquiert une valeur paradigmatique dans la mesure où Fioravanti relie la méthode qui y est exposée à l’ensemble de son œuvre. Ce faisant, il établit également les caractéristiques propres au Compendio en opposition au De’ Capricci medicinali ou au Delio Specchio della scienza universale21. Si l’originalité du premier se situe surtout dans la méthode employée, dans les deux autres, en revanche, elle semble relever moins de la compilation raisonnée que de « l’invention » individuelle, ce qui est tout particulièrement souligné par le mot capricci, qui indique une création étrange et originale à la fois22. En soulignant cette dimension de nouveauté, Fioravanti veut sans doute affirmer la valeur d’une démarche opposée à celle de la médecine classique telle qu'elle était pratiquée ou plutôt étudiée par ses contemporains, comme nous pouvons le constater en lisant le Ragionamento importantissimo dell’autore aletton contenu dans les Capricci medicinali :

  • 23 « Avendo io scritto la presente mia opera dell’arte della medicina e della cirurgia, accioché i Le (...)

« Ayant écrit cet ouvrage concernant l’art de la médecine et de la chirurgie, et afin que les lecteurs ne soient pas étonnés de ma nouvelle façon de traiter cette discipline, il m’a semblé devoir les avertir qu’en cela je n’ai suivi ni le style d’Hippocrate, ni celui de Galien, ni celui d’Avicenne, ni celui d’autres auteurs anciens ou modernes, mais seulement mon propre jugement et l’expérience, qu’on a l’habitude de définir comme la mère de toutes les choses. »23

  • 24 « Et chi vuole vedere s’egli è così, legga nel mio Specchio di scientia universale questi capitoli (...)
  • 25 « [...] et oltra di ciò passi [le lecteur] alla nostra cirurgia et leggala tutta. Percioché vi tro (...)
  • 26  »È ancora necessario vedere il nostro Reggimento della peste [...], et vi si vedono moite cose che (...)

8Il insiste ensuite sur les résultats novateurs exposés dans l’ensemble de son œuvre : le lecteur trouvera dans Dello Specchio della Scienza universale « l’invention de mes nouveaux remèdes »24, dans le Cirurgia « notre nouvelle chirurgie »25, dans le Reggimento della peste « plusieurs choses qui sont nouvelles pour tout le monde, et [notamment] pour les professeurs de médecine et de chirurgie »26. Et en revenant aux Capricci medicinali, il dit :

  • 27 [Dans cet ouvrage] io non mi son servito della dottrina d’altri, ma di quella del mio ingegno et g (...)

« [...] je ne me suis pas servi de la doctrine d’autrui mais de celle de mon intelligence et de mon jugement, née de la longue et constante expérience que j’ai faite dans cet art [la médecine]. Par conséquent, je peux vraiment dire, et sans point de prétention ni d’arrogance, que je suis le premier auteur de cette nouvelle médecine [...] »27

  • 28 Del Compendio..., « Libro primo — Che cosa sia medicina et chi prima hebbe cognition di quella. Ca (...)
  • 29 « La piu bella dote che l’huomo habbia ricevuto dal sommo Iddio creatore et redentor de l’Universo (...)

9Du point de vue de l’exposition, la formule « attribuer leurs raisons aux secrets » employée dans Del Compendio... se concrétise dans une brève présentation théorique de la discipline dont relèvent les recettes, complétée, en ce qui concerne la médecine et la chirurgie, par une description des différentes affections avant d’en donner les remèdes adéquats28. Cette opération de « mise en contexte » des secrets propre à la raison — qui permettrait, selon Fioravanti, la compréhension du plus grand nombre — explique sans doute l’adjectif de rationali présent dans le titre et attribué à secreti ; l’emploi de cet adjectif est unique à ma connaissance dans la foisonnante production de livres de secrets. La raison, en tant que disposition de l’esprit humain à la réflexion et à l’analyse, est, pour lui, le don le plus important que l’homme ait reçu de Dieu, car c’est elle qui lui donne accès aux sciences et aux arts29.

10Si l’expérience et la raison constituent de façon claire l’ossature de l'approche méthodologique de Fioravanti, il en va tout autrement pour la théorie. A la lecture de Del Compendio..., ainsi que de ses autres ouvrages, on peut constater que le Bolonais insiste principalement sur l’importance des connaissances pratiques. Fioravanti semble en effet reléguer au deuxième plan la théorie, pour souligner davantage la fonction formatrice de l’expérience. Un passage du Proemio est de ce point de vue saisissant :

  • 30 « Il sapere molto non consiste ne i grandi studii delle lettere, né manco nell’acuta et buona memo (...)

« Un grand savoir ne consiste ni dans les grandes études des lettres ni dans la mémoire bonne et perspicace non plus, mais uniquement dans la grande pratique et expérience des choses de ce monde. Pour ma part, j’avoue que je ne saurais rien malgré les études que j’ai faites tout au long de ma vie, s’il n’y avait pas eu l’expérience des choses, acquise en plusieurs et divers lieux du monde où j’ai été et pratiqué. C’est ainsi qu’en voyant diverses choses de plusieurs manières, je suis parvenu à la vraie connaissance de beaucoup de choses [...] »30

  • 31 « Et pero quegli che havranno desiderio di far tali opere si sforzino di fare come ho fatto io, af (...)
  • 32 Voir à titre d’exemple Della Física divisa in libri IV, di nuovo posti in luce. Per gli heredi di (...)
  • 33 Voir note précédente.
  • 34 Naturalis historia, VIII, 97-101.
  • 35 Il Reggimento della peste, Venetia, L. Avanzo, 1564, f. 122v.
  • 36 De’Capricci medicinali, cité par W. Eamon, p. 277-278.

11L’assertion du rôle fondateur de l’expérience dans l’acquisition du savoir est une constante de toute l’œuvre du Bolonais, pour qui elle est le moyen d’accéder à la vraie science31. Cette assertion se fait d’autant plus vigoureuse et ferme qu’elle est très souvent mise en opposition au savoir livresque et tout théorique, et par conséquent inutile et dangereux, des médecins de son époque32. Dans le cadre d’une polémique virulente que Fioravanti mena tout au long de sa vie contre ces médecins, il exalta les pratiques des barbiers, des vieilles femmes, bref, de tous ceux qui guérissaient les malades avec des remèdes ayant fait leurs preuves et souvent obtenus à partir des simples33. En outre, il est intéressant de remarquer que l’origine de la connaissance des vertus des plantes, transmise par la tradition, semble se situer, pour Fioravanti qui s’inspire de Pline34, dans une sorte d’instinct naturel commun à tous les êtres vivants, car il soutient qu’elle est propre même aux animaux qui savent se soigner avec les simples35. C’est justement en observant les animaux que, dit-il, les premiers docteurs apprirent la médecine36. Les gens simples, proches de la nature, auraient gardé ces connaissances pratiques, en les transmettant de génération en génération. En revanche les hommes prétentieux et imbus d’eux-mêmes, qu’il qualifie de « rationali », les auraient corrompues et par conséquent perdues. Très peu de ces derniers sont en mesure, pour lui, de comprendre ou plutôt d’apprendre cette vertu des simples et, cela va sans dire, il fait partie de ce cénacle d’élus.

  • 37 « [...] ché molti medici non vanno camminando il mondo, né interrogando gli uomini vecchi sopra ta (...)
  • 38 Voir à titre d’exemple La Cirurgia dell’Eccellente Dottor Leonardo Fioravanti Bolognese distinta i (...)
  • 39 « [...] parendomi che il proceder di vostra Eccellenza sia così buono, et le ragioni da lei assegn (...)
  • 40 Voir Métaphysique, I, 981a, 5-15.

12Cependant, ces connaissances empiriques qui emportent son admiration semblent relever moins de 1’« expérience » telle qu’il l’entend, que de la tradition médiévale du probatum est — c’est-à-dire du résultat positif, souvent répété, d’une action empirique connue. Certes, il en apprécie les acquis, toutefois ce qu’il nous dit de l’« expérience » nous fait comprendre qu’il lui octroya une valeur bien plus vaste et complexe. Qu’une différence entre « pratique » et « expérience » soit bien établie dans l’esprit de Fioravanti, nous pouvons le constater dans le dernier passage que je viens de citer où il évoque « la grande pratique et expérience des choses de ce monde ». Ces deux mots, pratique et expérience, ne sont pas ici synonymes. Le premier indique un savoir immuable et immobile, lié aux lieux et aux us et coutumes, exercé de façon mécanique et réitérée ; le second, l’acquisition progressive de connaissances, triées, expliquées et assimilées par la raison. Elle est le fruit d’une recherche itinérante marquée par l’observation et l’absence de préjugés. En ce sens, l’expérience est un élément constituant d’un savoir en devenir organisé par la raison ; la pratique fige, en revanche, un savoir donné. Dans Il Reggimento della peste, Fioravanti se demande pourquoi les médecins ne voyageraient pas davantage, afin d’augmenter leurs connaissances en se renseignant directement sur les lieux où la peste frappa. Ils pourraient ainsi interroger les hommes âgés sur les formes de prévention et les remèdes qu’ils ont adoptés pendant l’épidémie37. Dans cette perspective, le voyage se transforme alors en quête dans la mesure où le médecin doit à la fois retrouver (grâce à l’expérience) et reconnaître (grâce à la raison) un savoir qui n’est plus enseigné par la médecine officielle. Chez Fioravanti, les récits de voyages, d’aventures et de guérisons, dont il a été l’artisan ou le simple témoin, ont une fonction qui va au-delà de l’agrément littéraire ; ils représentent un élément structurant de l’expérience. Celle-ci est considérée comme une sorte de pierre angulaire de la science38. Cette dimension complexe et articulée de l’expérience exclut le Bolonais de la catégorie des simples praticiens et le situe, comme le reconnaît Dionigi Atanagi (1504-1573), parmi les professeurs très rationnels de l’art de la médecine39. Dans une perspective aristotélicienne, Dionigi Atanagi applique ainsi la différence que le Stagirite établissait entre l’expérience (c’est-à-dire la pratique) et l’art : la première est une connaissance des cas particuliers tandis que le second est la connaissance des universaux40.

  • 41 Voir note 30.

13Malgré leur différence de nature, l’expérience et la pratique du probatum est ont toutefois un point commun les unissant de manière solidaire : la praxis. Celle-ci explique sans doute la proximité conceptuelle, qui frôle parfois la synonymie, d’expérience et de pratique, notamment lorsque les impératifs de la polémique contre les médecins exigent des positions tranchées ne laissant aucune place ni à la nuance ni à l’approfondissement. A une théorie qu’il estime vide de contenus, Fioravanti oppose les résultats d’une pratique bien connue41.

14C’est dans ce cadre de dispute, qu’en exaltant l’expérience le Bolonais donne l’impression, comme je l’ai souligné précédemment, de reléguer la théorie au deuxième plan. En réalité, en dehors de ces exigences contingentes d’efficacité rhétorique, Fioravanti nuance et articule différemment ses propos. Il estime en effet que l’expérience ne peut à elle seule conduire à la vraie connaissance. Elle s’inscrit dans un schéma cognitif qui voit trois principes fondateurs : la science, l’expérience et la vérité, ce qu’il explique lui-même dans une lettre adressée à Bernardino Trevisano, lecteur de médecine à l’Université de Padoue, et publiée dans le Tesoro della vita humana :

  • 42 « Tre sono le cose, Ecc. Dottore, che rendono chiare e certe tutte le altre e agli huomini riporta (...)

« Il y a trois choses, exc. Docteur, qui rendent claires et certaines toutes les autres et donnent aux hommes honneur et gloire éternelle dans ce siècle comme dans le suivant. Ces choses sont : la science, l’expérience et la vérité. Et nous voyons que cela est le vrai : la science est la vraie lumière pour parvenir à l’expérience, et l’expérience est la vraie voie pour parvenir à la vérité ; parce que la science montre les choses, l’expérience les exécute et la vérité les confirme. »42

15Le même concept est différemment exprimé dans une autre lettre, adressée à Alfonso Barozzi, où, en évoquant Platon, il dit :

  • 43 « O figlioli miei, se voi desiderate sapere la verità delle cose, seguitate la esperienza. Percioc (...)

« Mes enfants, si vous souhaitez connaître la vérité des choses, suivez l’expérience, car on ne peut avoir plus grande satisfaction dans ce monde que dans l’assouvissement de savoir certain ce à quoi l’homme applique son intellect. Et Platon ne disait pas cela sans raison, car il savait bien que toutes les sciences du monde sont vaines sans l’expérience [...]43

  • 44 « E questi sono quelli che credono più alla teorica che alla pratica, ma nondimeno questi tali se (...)

16Comme nous pouvons le constater, Fioravanti instaure une véritable relation de réciprocité entre la science et l’expérience, car elles jouent deux rôles différents mais complémentaires dans l’acquisition de la vérité. En ce sens, le Bolonais d’une part bouleverse l’échelle conventionnelle des valeurs (c’est-à-dire la practica subordonnée à la theorica), d’autre part il remplace le couple verticalement hiérarchisé de theorica et practica, par celui horizontalement ordonné de science et expérience, chapeauté par la fonction régulatrice du giudizio. Si la science, encadrée par un jugement sûr et équilibré, permet une acquisition consciente et maîtrisée des savoirs, l’expérience constitue en quelque sorte le dernier rempart contre les dérapages d’une raison aveuglée par des fausses élucubrations purement théoriques44. Cette approche du Bolonais s’inscrit dans le cadre de ce courant philosophique de la Renaissance — hétérogène et varié — qui considère l’expérience comme un élément fondamental de contrôle des « excès » de la raison. La première doit en fait exercer une action visant à délimiter ou même nier les prétentions de la seconde.

17La vérité dont parle Fioravanti, acquise selon les modalités précédemment évoquées, n’est pas métaphysique mais factuelle. C’est cette vérité que Fioravanti propose à ses lecteurs de retrouver dans Del Compendio... où les secreti rationali se présentent comme la matérialisation des notions de la science et des acquis de l’expérience, triés et ordonnés par la raison qui doit cependant se plier à l’évidence des données soumises à son jugement.

Notes

1 Sur cette littérature voir l’étude riche et stimulante de William Eamon, Science and the secrets of nature. Books of Secrets in Medieval and Early Modem Culture, Princeton — New Jersey, Princeton University Presse, 1994. J’ai consulté la traduction italienne La scienza e i segreti della natura. I « libri di segreti » nella cultura medievale e moderna, Genova, E.C.I.G., 1999. Pour avoir un aperçu du succès des livres de secrets, notamment en Italie, voir la liste (non exhaustive) fournie par W. Eamon, p. 525-529 des éditions publiées en Italie de 1520 à 1643.

2 A titre d’exemple voir W. Eamon, La Scienza..., : « In quale modo [autori e editori] modificarono e adattarono tale materiale al loro presunto pubblico di lettori popolari », p. 148 ; « Complessivamente le sue opere [Ryff] furono pubblicate in oltre duecento edizioni nel XVI e XVII secolo. Come molti scrittori popolari [...] », p. 150 ; « Se gli scrittori di medicina popolare [...], p. 160. C’est moi qui souligne.

3 Voir Armando Petrucci (éd.), Libri, editori e pubblico nell'Europa moderna. Guida storica e critica, Bari, Laterza, 1989 (lre éd. 1977), tout particulièrement l’introduction de A. Petrucci p. IX-XXIII et l’article de Amedeo Quondam, « “Mercanzia d’onore”/“Mercanzia d’utile’”. Produzione libraria e lavoro intellettuale a Venezia nel Cinquecento », p. 51-104 ; Claudia di Filippo Bareggi, Il Mestiere di scrivere. Lavoro intellettuale e mercato librario a Venezia nel Cinquecento, Roma, Bulzoni, 1988, p. 282-314.

4 Il mérite d’être souligné que les practica, séparées de leurs theoriae, connurent, dès le XIVe siècle, une fortune considérable.

5 Une ébauche de répertoire de traductions in Piero Camporesi, Camminare il mondo. Vita e avventure di Leonardo Fioravanti medico del Cinquecento, Milano, Garzanti, 1997, p. 227-230.

6 Pour la biographie de Fioravanti restent fondamentales les études de Davide Giordano, Leonardo Fioravanti Bolognese, Bologna, Cappelli, 1920 et Giuseppe A. Gentili, « Leonardo Fioravanti Bolognese alla luce di ignorati documenti », in Rivista di Storia delle scienze, XLII, 1951, p. 16-40. Un développement de ces deux études intégrant de façon plus large les informations que Fioravanti donne de lui-même dans ses ouvrages in Piero Camporesi, La Miniera del mondo, Milano, Il Saggiatore, 1990, p. 5-86 et Camminare il mondo, op. cit. Voir également W. Eamon, La Scienza..., chap. 5, p. 253-290.

7 « Sono stati assai huomini et donne che hanno scritto libri di Secreti, i quali son stampati et posti in luce. Ne i quali vi sono di moite cose buone et vere, ma scritte in modo che, ancor che le genti li leggano, non restano pero satisfatti, perché sono scritti con tanta brevità et senza alcuna dichiaratione che non se ne cava frutto nissuno. » Del Compendio de i Secreti Rationali dell’Eccell. Medico et Cirurgico M. Leonardo Fioravanti Bolognese. Libri Cinque. In Venetia, appresso Vincenzo Valgrisi, 1564, Proemio, f. lv. En ce qui concerne les critères de transcription, j’ai respecté la graphie des textes cités en distinguant cependant le u du v, modernisé la ponctuation et placé les accents selon l’usage moderne ainsi que les apostrophes.

8 « Et così ho pigliato tutti i libri che parlano di Secreti et fatto un Compendio di tutti quei che a me pare che siano degni di essere scritti et che si possano approbare con la ragione et con l’isperienza. » Ibid.

9 « Et COSÍ ho pigliato proposito di voler scrivere il presente volume et chiamarlo Compendio de’Secreti Rationali, perché è tutto pieno di bellissimi secreti che si possono approbare con la ragione e con l’esperienza ; et così l’ho diviso in cinque Libri. » Del Compendio de i Secreti Rationali dell’Eccellentissimo Dottore et Cavaliero M. Leonardo Fioravanti Bolognese. Libri Cinque. In Venetia. Appresso gli Heredi di Melchior Sessa, 1581, Proemio, f. A1v.

10 Voir par exemple, les éloges de Delio Bellobuono, médecin napolitain, et du ferrarais Alfonso Barozzi in Il Tesoro della vita humana dell’eccelente Dottore et Cavaliere M. Leonardo Fioravanti Bolognese. Diviso in libri quattro, in Venetia, appresso gli heredi di Melchior Sessa, 1582.

11 G. Gentili, « Leonardo Fioravanti... », p. 19.

12 Parmi les détracteurs contemporains de Fioravanti, rappelons Crato von Kraftheim et Realdo Colombo, voir D. Giordano, Leonardo Fioravanti..., p. 49-50 ; G. Gentili, « Leonardo Fioravanti... », p. 19. Dans son étude de pionnier, D. Giordano, sans se priver de souligner les aspects fantaisistes de certains remèdes du Bolonais, nuançait fortement et réfutait en partie les accusations de charlatanisme adressées à Fioravanti par les historiens de la médecine.

13 Ces lettres, qui datent de la fin de 1560, ont été éditées par P. Camporesi, Camminare il mondo..., p. 279-286.

14 Dello Specchio della scienza universale. Libri III. Venetia, Valgrisi, 1564 ; Del Compendio, 1564, f. 2r.

15 Voir G. Gentili, « Leonardo Fioravanti... », p. 29-33 ; W. Eamon, La Scienza..., p. 268-270 ; P. Camporesi, Cumminare..., p. 233-234.

16 Édition consultée : Il Tesoro della vita humana dell’eccelente Dottore et Cavaliere M. Leonardo Fioravanti Bolognese. Diviso in libri quattro, in Venetia, appresso gli heredi di Melchior Sessa, 1570. Cette correspondance augmenta au fil des années, comme le montre l’édition de 1582 de Il Tesoro...

17 Voir ci-dessous note 23.

18 Que l’on pense, à titre d’exemple, à Cicéron : « Usus magister est optimus » (De oratore, I, 4, 15) ; ou, en époque médiévale, à Guillaume d’Ockham qui affirmait que l’expérience « est le principe des arts et des sciences », (In Sent., II, q. 15, H. ; Prol., q. 1, Z) ; ou plus tardivement à Léonard de Vinci pour qui « La sapienza è figliola della sperienza », in Mario de Micheli (éd.), Leonardo. L'uomo e la natura, Milano, Feltrinelli, 1984 (1re éd. 1954), p. 45.

19 « il simile ho voluto fare io per dar luce di assai cose, le quali cose sono molto necessarie da sapersi in tale professione, come saria il modo di far conoscere i tempi et gli effetti che fanno in varie e diverse stagioni [...] », Capricci medicinali dell’eccellente medico & cirurgico M. Leonardo Fioravanti, Venetia, appresso Lodovico Avanzo, 1573, Proemio p. 2.

20 « [...] assegnando le ragioni a detti secreti che ognuno che li leggerà sarà capacissimo ad intenderli. Perciocché io scriverò gli ingredienti di tutti i Secreti et le virtù et le qualità loro, col modo di fare le compositioni et altre cose simili, le quali tutte dichiarerò con quel miglior modo che sarà possibile, e cercherò di fare si che ognuno ne resti contento et satisfatto, si come ancora ho fatto de gli altri tre Libri scritti da me et posti in luce. Il primo de’quali è stato il Capriccio medicinale, nel quale ho trattato della composition del mondo, della cognition de’tempi, della inventione della medicina, del modo da conservarsi in sanità et tardare la vecchiezza, deU’alchimia dell’uomo et dell’alchimia minerale, et del modo di fare varie et diverse sorti di unguenti et altre sorti di medicamenti, con molti capricci scritti a i figlioli dell'arte. Il secondo Libro da me scritto et posto in luce è stato il Discorso di Cirurgia, nel quale ho trattato della inventione della Cirurgia, col modo di usarla, et della dieta, et della flobotomia, cose molto utili et necessarie alle genti del mondo. Il terzo libro scritto da me è stato lo Specchio di scienza universale, nel quale ho trattato di tutte l’Arti et sue Scientie, delle Scientie, d’Historie et diverse inventioni nuovamente trovate da me. » Del Compendio, éd. 1564, Proemio, f. 1r-2v.

21 De’Capricci medicinali dell’Eccellente medico e cirurgico Leonardo Fioravanti. Libri III. In Venetia, appresso Lodovico Avanzo, 1565 ; Dello specchio della scienza universale. Libri III, Venetia, Valgrisi, 1564.

22 L’idée de capriccio a été largement étudiée dans une perspective littéraire et artistique, voir à titre indicatif, Paolo Procaccioli — Angelo Romano (éd.), Cinquecento capriccioso e irregolare. Eresie letterarie nell'Italia del Classicismo, Manziana, Vecchiarelli Editore, 1999 ; Eugenio Battisti, L’Antirinascimento, Milano, Garzanti, 1989, 2 vol. , notamment I, p. 424-429 (ici p. 423 « [...] del concetto opposto a quello di classico : che è il capriccio »).

23 « Avendo io scritto la presente mia opera dell’arte della medicina e della cirurgia, accioché i Lettori non si meraviglino del nuovo modo tenuto da me in trattare questa facoltà, mi è paruto di doverli avvertire che io non ho seguito in ciò lo stile d Hippocrate, né di Galeno, né di Avicenna né di altri antichi o moderni autori, ma solamente il mio proprio giudizio et la esperienza, che si suol dire esser madre di tutte le cose. » Édition consultéé Capricci medicinali dell’eccellente medico & cirurgico M. Leonardo Fioravanti, Venetia, appresso Lodovico Avanzo, 1573, f. b2r.

24 « Et chi vuole vedere s’egli è così, legga nel mio Specchio di scientia universale questi capitoli [...], il ragionamento sopra la medecina et sua inventione et il danno et l’utile che portano i buoni et cattivi medici nella città dove abitano, con la inventione de miei nuovi rimedi [...]. » Ibid., f. b2v.

25 « [...] et oltra di ciò passi [le lecteur] alla nostra cirurgia et leggala tutta. Percioché vi troverà prima la cirurgia canonica d’Avicenna et d’altri autori et, appresso quella, vi trovarà la nostra nuova cirurgia, la quale è tutta viva et vera esperienza accompagnata con moite belle ragioni da noi assignate, in maniera che al parer mio non si può passar più avanti. » Ibid.

26  »È ancora necessario vedere il nostro Reggimento della peste [...], et vi si vedono moite cose che saranno nuove appresso il mondo et a professori della medicina et della cirurgia. » Ibid., f. b3r.

27 [Dans cet ouvrage] io non mi son servito della dottrina d’altri, ma di quella del mio ingegno et giudicio, nata dalla lunga et continua esperienza che io ho fatta in quella arte. Onde posso dir veramente, e senza punto di presontione et di arroganza, che io sia primo autore di questa nuova medicina [...] Ibid.

28 Del Compendio..., « Libro primo — Che cosa sia medicina et chi prima hebbe cognition di quella. Cap. 1 », f. 4r.-5r. ; « che cosa sia infermità et da che proceda. Cap. 2 », f. 5v.-6r. ; « Che cosa sia cirurgia et come si fa. Cap. 1 », f. 38r.-v. ; « dell’Alchimia et suoi secreti. Cap. 1 », f. 75r. ; « Discorso sopra la materia de’belletti con molti avvertimenti necesserii.[sic] Cap. 1 », f. 118r.-v. Ce type d’introduction est absente du cinquième livre à cause sans doute de son caractère « pluiridisciplinaire » et assez fragmentaire.

29 « La piu bella dote che l’huomo habbia ricevuto dal sommo Iddio creatore et redentor de l’Universo è stata la ragione, mediante la quale l’huomo può essere capace di tutte le scienze et arti liberali quanto mecanice. » Capricci medicinali dell’eccellente medico & cirurgico M. Leonardo Fioravanti, Venetia, appresso Lodovico Avanzo, 1573, Proemio, p. 1.

30 « Il sapere molto non consiste ne i grandi studii delle lettere, né manco nell’acuta et buona memoria, ma solamente nella gran pratica et esperienza delle cose del mondo. Io per me confesso che non saprei cosa nissuna con quanto studio ho mai fatto in tutto il tempo di mia vita, se non fosse stata l’esperienza delle cose, vista in varii et diversi luoghi del mondo dove io sono stato et praticato. Et così, dal vedere diverse cose di più maniere, son venuto in vera cognitione di moite cose [...] » Ibid., Proemio, f. 2v.

31 « Et pero quegli che havranno desiderio di far tali opere si sforzino di fare come ho fatto io, affaticarsi nella isperienza, mediante la quale haveranno la vera scienza, massime della medicina et Cirurgia, nelle quali bisogna avere grandissima awertenza. » Ibid., Proemio, f. 2v.

32 Voir à titre d’exemple Della Física divisa in libri IV, di nuovo posti in luce. Per gli heredi di M. Sessa, 1570 ; chap. Quali sono quelli che sanno più de gli altri : « Quei che sanno più degli altri sono quei che la loro scientia sanno mettere in esperienza. [...] Li medici studiaranno una bellissima theorica, trovaranno le cause della infermità, trovaran li rimedi da curarle, e poi quando saranno sopra un qualche caso difficile, non si saperanno risolvere in curarlo, perciocché la febbre li spaventarà, il dolore li stordirà e la inquitudine dell’infermo li farà stupire. Et poi verra una vecchiarella prattica, la quale con la regola di vivere e con servitiale li farà cessar la febre, con una untione li farà mancare il dolore e, con qualche fomentatione lo farà dormire. E in tal caso la vecchiarella saperà più del medico. Sarà un valente cirurgico, il quale curarà la ferita e li succederà dolore, alteratione, spasimo e aposteme, li farà untioni, cataplasmi, impiastri e fomentationi, né li potrà giovare cosa nessuna. Verrà un barbiere prattico e li toccarà la ferita con olio di solfo, la medicarà con olio di cera, la bagnarà con quinta essenza e lo sanarà. Vorrei sapere delli due quale ne sa più del curare [...]. » Ce passage que j’avais signalé dans ma thèse de doctorat L’alchimie à la cour de Come Ier de Médicis : culture scientifique et système politique, Université de Paris VIII — 1990, est publié par P. Camporesi, Camminare..., p. 297-298 à partir de l’édition de 1582.

33 Voir note précédente.

34 Naturalis historia, VIII, 97-101.

35 Il Reggimento della peste, Venetia, L. Avanzo, 1564, f. 122v.

36 De’Capricci medicinali, cité par W. Eamon, p. 277-278.

37 « [...] ché molti medici non vanno camminando il mondo, né interrogando gli uomini vecchi sopra tale infermità e suoi effetti, come dovrebbero fare per sapere quando son state le peste passate, in che modo e che con rimedii si son guarite le genti appestate e che rimedii hanno usati per difendersi dalla peste [...] », Il Reggimento della peste, Venetia, L. Avanzo, 1564, f. 19v.

38 Voir à titre d’exemple La Cirurgia dell’Eccellente Dottor Leonardo Fioravanti Bolognese distinta in libri III, Venetia, Appresso M. Bonibelli, 1595, f. 2v. : « [...] e per questo io a guisa di quei buoni peripatetici antichi sono andato cercando la verità della medicina e cirurgia per poter giovare al prossimo e insegnare a tutti. Ma questa è scientia alta e grande, la quale non si impara solamente studiando ne i libri, ma camminado il mondo e praticando e medicando. » Mais voir aussi le Del Compendio..., ici note 28.

39 « [...] parendomi che il proceder di vostra Eccellenza sia così buono, et le ragioni da lei assegnate così chiare che non vi si possa con fondamento oppore, [...] dove vostra Eccellenza con cosi brevi, facili, certi et sicurissimi modi ció opera [la médecine], non miga come semplice empirico ma come ragionevolissimo professore di tale arte. » Capricci medicinali, éd. 1573, Al Magnifico et Eccellentissimo S. mio osservandissimo, M. Leonardo Fioravanti, Físico et Cirurgico singolarissimo, [f. 1v.] ces pages ne sont pas numérotées.

40 Voir Métaphysique, I, 981a, 5-15.

41 Voir note 30.

42 « Tre sono le cose, Ecc. Dottore, che rendono chiare e certe tutte le altre e agli huomini riportano honore e gloria eterna in questo secolo e nell’altro. Le qual cose sono queste, cioè scientia, esperienza e verità. Et ció che sia il vero, noi vediamo che la scientia è il vero lume da camminare alla esperienza, e la esperienza è la vera strada da camminare alla verità, perciocché la scientia mostra le cose, l’esperienza le eseguisce e la verità le conferma. »

43 « O figlioli miei, se voi desiderate sapere la verità delle cose, seguitate la esperienza. Percioché al mondo non si può haver maggior contento quanto è il satiarsi di saper la certezza di quello a cui l’huomo applica l’intelletto. E non senza causa Platone dicea queste parole, perché ben conosceva lui che tutte le scientie del mondo erano vane senza la esperienza [...] », Al molto Magnifico et Ecce. Dottor delle arti e medicina M. Alfonso Barozzi ferrarese, Ibid.

44 « E questi sono quelli che credono più alla teorica che alla pratica, ma nondimeno questi tali se ingannano all’ingrosso ; perché dove si veda l’esperienza bisogna che la ragione ceda. » Il Reggimento della peste..., f. 123r.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search