Version classiqueVersion mobile

Ouvrages miscellanées et théories de la connaissance à la Renaissance

 | 
Dominique de Courcelles

Le mélange des savoirs : pour la connaissance du monde et la connaissance de soi au milieu du XVIe siècle dans la Silva de varia lección du Sévillan Pedro Mexía

Dominique de Courcelles

Texte intégral

  • 1 Francisco Pacheco, Libro de descripción de verdaderos retratos de ilustres y memorables varones, 15 (...)
  • 2 Rodrigo Caro, Varones ilustres en letras, naturales de Sevilla, 1686. Manuscrit de la Bibliothèque (...)

1La Silva de varia lección du Sévillan Pedro Mexía, ouvrage célèbre en France sous l’appellation des Diverses Leçons de Pierre Messie gentilhomme de Séville, est incontestablement l’un des livres les plus remarquables du XVIe siècle. C’est le premier ouvrage miscellanea en langue vernaculaire castillane. Son auteur, le magnífico caballero Pedro Mexía, né en 1497, est lui-même un homme célèbre dans sa ville de Séville et dans l’Espagne de son temps. Aucun historien ou laudateur de la ville de Séville ne saurait oublier de le mentionner. En juillet 1540 lorsque paraît la première version de la Silva en trois parties et 117 chapitres à Séville chez l’imprimeur Domingo de Robertis, Pedro Mexía est alcalde, c’est-à-dire juge, de la Santa Hermandad, membre du conseil municipal de Séville, cosmographe de la Casa de Contratación de Séville, qui est à la fois maison de commerce entre l’ancien monde et le nouveau monde, bureau de douane, arsenal, école de cartographie et de navigation. Pedro Mexía s’est retiré à Séville après avoir étudié le droit à l’université de Salamanque et sans doute exercé pendant quelques années une charge dans l’administration impériale. Il est fier de sa « patrie » et « nation » sévillane et espagnole, fier de la noblesse de sa famille et de sa pureté de sang, fier de sa connaissance de la langue latine et des auteurs classiques, très attaché à la foi catholique. Ses compatriotes lui vouent généralement une grande admiration. Ils retiennent de lui qu’il est « admirable en l’art des mathématiques et de l’astrologie » et ils le dénomment « l’astrologue », « de la même façon qu’Aristote était dénommé le philosophe »1. Ils vantent également son immense savoir cosmographique, hydrographique et historique qu’il met au service des gens de mer de Séville2. Mexía apparaît ainsi d’emblée lié aux théories de la connaissance de son époque. Cependant quelques Espagnols exilés l’accusent d’avoir contribué à l’arrestation et à la condamnation pour luthéranisme d’un savant chanoine de la cathédrale de Séville, Juan Gil, d’être superstitieux et intolérant, sans aucune compétence scientifique.

2Dès décembre 1540 la Silva de varia lección est réimprimée à Séville chez Juan Cromberger avec dix nouveaux chapitres. Pedro Mexía travaille à son livre jusqu’à ses derniers jours et y ajoute une quatrième partie en vingt-deux chapitres, la plus courte, qui est publiée après les trois premières, séparée, dans la neuvième édition de Juan de Villaquirán à Valladolid au début de janvier 1551. Il y a alors en tout 149 chapitres dans l’ouvrage. Mexía meurt quelques jours plus tard, le 17 janvier 1551. Le livre traduit et adapté en français par Claude Gruget paraît en 1552 chez Estienne Groulleau à Paris avec le titre Les Diverses leçons de Pierre Messie. A partir de 1577 il est publié avec des « suites » jointes au texte de Pierre Messie, intitulées « Diverses leçons d’Antoine du Verdier, sieur de Vauprivas, Suyvans celles de Pierre Messie ». Il y a 37 rééditions de la traduction française de Claude Gruget de 1552 à 1654. Le Sire de Gouberville lit et fait connaître en son manoir normand les Diverses leçons de Pierre Messie.

3En un peu plus d’un siècle, la Silva de varia lección connaît au moins 32 éditions en langue castillane (29 complètes jusqu’en 1673), et au moins 75 en langues étrangères, parmi lesquelles 30 en italien, 31 en français, 5 en anglais, 5 en hollandais, 4 en allemand. On peut comparer ce succès à celui d’autres ouvrages de la même époque : les livres de Antonio de Guevara, la Célestine ou le Lazarillo de Tormes. En 1576 la Silva fait partie d’une vente de livres à Mexico. Montaigne lit-il la Silva de varia lección sous sa forme castillane ou comme Selva di varia lettione selon la traduction italienne de Mambrino Roseo da Fabriano parue à Venise chez Michele Tramezzino en 1544 ou comme les Diverses leçons de Pierre Messie ? En quelle édition et en quelle année ? Autant de questions difficiles à résoudre.

  • 3 Toutes les citations de la Silva de varia lección sont traduites à partir de l’édition de Antonio C (...)

4En 1540, dans les préliminaires de la première édition de l’ouvrage, Pedro Mexía a pris soin de bien définir ce qu’il entendait lui-même par miscellanea et pourquoi il avait choisi d’inscrire son ouvrage dans ce genre. Dans le cours de l’ouvrage, il est revenu à maintes reprises sur sa conception de l’œuvre et sur sa manière de suivre les auteurs anciens et modernes qui avaient adopté le genre. Après avoir défini son livre comme à la fois utile et agréable dans la dédicace qu’il en fait à Charles Quint, Mexía explique dans son adresse au lecteur comment il a procédé et quelles sont ses intentions précises : « Ce que j’écris ici, je l’ai pris chez de très grands et approuvés auteurs, comme fait celui qui choisit de très bons arbres pour les planter dans son verger ou son jardin... Et comme en cette entreprise, ainsi qu’en toute autre chose, les esprits des hommes sont si variés et comme chacun prend un chemin différent, moi-même suivant le mien, j’ai choisi et il m’a semblé bon d’écrire ce livre de la sorte, par discours et chapitres sur divers sujets, sans m’y étendre ni instaurer d’ordre entre eux ; c’est pourquoi j’ai nommé mon livre Sylve, puisque, dans les forêts et dans les bois, les plantes et les arbres se présentent sans ordre ni règle. Et même si cette manière d’écrire est nouvelle dans notre langue castillane et que je crois être le premier à l’avoir inventée en celle-ci, en revanche, de nombreux grands auteurs écrivirent ainsi dans les langues grecque et latine : ce fut le cas d’Athénée, de Vindicius Cecilius, d’Aulu-Gelle, de Macrobe et, à notre époque, de Pietro Riccio Crinito, de Luigi Ricchieri Rhodiginus, de Nicolao Leonico Torneo et de quelques autres » (adresse au lecteur)3.

  • 4 Une traduction castillane de cet ouvrage, effectuée par Cristóbal de las Casas, paraît à Séville en (...)

5L’auteur Pedro Mexía indique ainsi dans son texte même quelles sont ses sources majeures, comment il a travaillé personnellement à une sorte de mise en abîme de la connaissance. Athénée (IIe -IIIe s.) est un philosophe et rhéteur grec, né en Egypte, renommé par son Banquet des Sophistes. Vindicius Cecilius est peut-être Cecilius Calactinus, rhéteur et grammairien grec, esclave d’origine juive, affranchi par un romain nommé Cecilius. Aulu-Gelle (125-175) est un célèbre écrivain et grammairien romain, auteur des Nuits attiques en vingt livres dans lesquels il traite de matières très diverses ; il est cité 44 fois par Mexía. Macrobe (fin IVe-début Ve s.) est un philosophe néoplatonicien, philologue et politique du Bas Empire, auteur du Songe de Scipion et des Saturnales destinés à vulgariser les matières les plus diverses ; il est cité 20 fois par Mexía. Petrus Crinitus ou Pietro Riccio est un écrivain italien né à Florence vers 1465 et mort au début du XVIe s. Disciple de Politien, il écrit les Commentarii de honesta disciplina, publiés à Florence en 1504. Ludovicus Celius ou Luigi Ricchieri, dit Rhodiginus, (1450-1525) est un philologue italien, protégé par François Ier, auteur d’une œuvre encyclopédique, les Antiquarum lectionum libri XXX parus à Venise en 1516 et à Paris en 1517. Nicolao Leonico ou Nicolas Thomaeus (1456-1531), d’origine grecque, occupe en 1497 la chaire de philosophie de l’université de Padoue et est l’auteur du De varia disciplina libri tres paru à Florence en 1524. D’autres textes non mentionnés ici par Mexía marquent les grandes orientations de la Silva : l'Histoire naturelle de Pline, le Polyhistor ou Collectanea rerum mirabilium de Caius Julius Solinus ou Solin, géographe latin du IIIe s.4, les Factorum et dictorum memorabilium libri novem de Valère Maxime (Ier s.), également le De nuptiis Philologiae et Mercurii libri IX de Marcianus Capella (Ve s.), la Officina vel potius naturae historia de Jean Teissier sieur de Ravisi, ou Ravisius Textor, parue en 1522, et les Geniales dies de 1522 de Alexandre d’Alexandre. Sans oublier les Apophtegmes d’Érasme, qu’il est périlleux de citer en Espagne après 1525, et les Epístolas familiares de Antonio de Guevara de 1539.

  • 5 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 1, p. 164-165.

6« En ce qui concerne la vérité des histoires et des choses qui s’y traitent, il est certain que je ne dis ni n’écris rien que je n’ai lu en livre de grande autorité, comme je l’affirmerai à maintes reprises. Aussi sera-t-il juste, avant de condamner ce qui est lu, de considérer d’abord l’autorité et la raison qui s’y exposent » (adresse au lecteur)5.

7Toutes les éditions anciennes de la Silva, à partir de 1543 et jusqu’en 1673, excepté celle de 1570, donnent en conclusion du livre une longue liste de plus de 230 auteurs et œuvres, par ordre alphabétique, avec la mention préliminaire suivante :

8« Les auteurs et livres qui dans le cours de cette Silva sont mentionnés, sont les suivants, sans les dits et sentences qui sont puisés chez autres philosophes et sages ici cités ; et ils sont classés par ordre alphabétique ; et toutes les autorités (auctoridades) sont données et rapportées en langue vulgaire castillane, afin que celui qui ne sait pas le latin ne considère pas que l’auteur a voulu lui en rendre la lecture fatigante et afin que celui qui le sait puisse les retrouver dans les textes originaux grâce à l’indication précise des lieux où elles se trouvent ».

9A la fin de la liste on trouve :

10« Sans les autres philosophes et sages dont les dits et sentences se trouvent rapportés par d’autres auteurs, comme Heraclius, Thalès, Socrate, etc. et beaucoup d’autres ».

11Mexía indique ainsi clairement que les autorités mentionnées dans la première liste ont été utilisées par lui comme sources directes ou de première main pour la composition de sa Sylve, et que toutes les autres références sont indirectes. Mexía fait ainsi preuve d’une grande rigueur ; tout au long de la Silva il indique fréquemment le livre et le chapitre de l’ouvrage où se trouve le passage cité, ses citations sont très fidèles, il n’hésite pas à dire éventuellement en quoi il met en doute ce qu’il rapporte.

12Par exemple :

  • 6 Il s’agit de Flavio Biondo, historien et philosophe italien (1388-1463), découvreur du dialogue cic (...)
  • 7 Il s’agit ici de Raffaele Maffei (1451-1522), érudit italien né à Volterra, frère dominicain, auteu (...)
  • 8 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 1, p. 235-236.

13« Les premiers qui utilisèrent la poudre à canon, selon ce qu’en ont dit Blondo6 et Raphaël Volaterano7, furent les Vénitiens contre les Génois, en l’an du Seigneur 1380. Mais, à mon avis, cette invention est certainement beaucoup plus ancienne, parce que, dans la chronique du roi Alphonse XI de Castille, qui a remporté le siège d’Algésiras, il est écrit qu’en 1343 les Maures encerclés utilisaient contre ses troupes ce type d’armes pour tirer depuis la ville » (Silva, I, 8)8.

  • 9 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 1, p. 762.

14« Ce que j’ai dit on le trouve aussi rapporté par Pietro Crinito... » (Silva, II, 34)9.

  • 10 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 2, p. 306.

15« Macrobe donne encore d’autres raisons en ce qui concerne les nombres, conformément à la doctrine des Égyptiens, qui ne me paraissent pas importantes » (Silva, IV, 1, à propos du pouvoir des anneaux d’après les Saturnales de Macrobe)10.

16Ailleurs, Mexía accorde à son expérience personnelle une valeur cognitive comparable à celle des autorités classiques :

  • 11 Le pape Pie II est l’humaniste Eneas Silvius Piccolomini, qui fut pape de 1458 à 1464. Il anima une (...)
  • 12 Antonius Sabelicus ou Marcantonio Coccio ou Marco Antonio Sabelico (1436-1506) est un historien et (...)
  • 13 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 2, p. 158.

17« Ceci est écrit et tenu pour très certain, comme je l’ai rapporté, par le pape Pie, deuxième de ce nom11, dans sa Cosmographie, dans le passage relatif à la description de l’Europe, et par Antonius Sabelicus12 dans le troisième livre de sa dixième Ennéade. Après cette histoire je veux en raconter une autre qui, bien qu’elle n’ait jamais été écrite par personne, contrairement à la précédente, est connue par moi comme une histoire certaine et véritable » (Silva, III, 23)13.

18Il s’agit d’une histoire édifiante, tendant à prouver qu’il ne faut jamais désespérer de la miséricorde divine et qu’on n’est jamais sûr d’aller en enfer et d’être damné.

19L’Inquisition a examiné l’ouvrage. Dans le colophon de l’édition de 1543, il est noté que le livre a été imprimé à Séville chez Jacome Cromberger « con licencia y facultad de los muy reverendos señores el señor licenciado Del Corro, inquisidor apostólico, y el señor licenciado Temiño, provisor general y canónigo desta dicha ciudad, aviendo sido examinado por comissión y mandado » ; dans celui de 1550 que le livre a été imprimé à Valladolid chez Juan de Villaquirán « con licencia y facultad de los muy reverendos señores el señor licenciado Del Corro, inquisidor apostólico, y el señor licenciado Temiño, provisor general y canónigo de Sevilla, aviendo sido examinado por su comissión y mandado ».

  • 14 Maria Pilar Cuartero Sancho dans Fuentes clásicas de la literatura paremiológica española del siglo (...)

20Mexía réunit dans sa liste, une fois corrigées les erreurs et répétitions, un total de 278 auteurs14.

21Antiquité : 136 auteurs : 1 636 citations.

225 auteurs sont expressément cités par Mexía comme n’ayant pas été consultés directement par lui, mais connus par d’autres auteurs.

23Moyen Age : 35 auteurs : 126 citations.

24Oubliées par Mexía : 2 chroniques et les Décrétales de Grégoire IX.

25XVe et XVIe siècles : 50 auteurs : 176 citations.

262 manquent : Ambrogio Calepino et Hernando del Pulgar, sans aucun doute lus par Mexía.

27Les auteurs les plus cités par Mexía sont : Pline l’Ancien : 250 ; la Bible : 176 (36 références générales, 86 pour l’AT, 54 pour le NT), Aristote : 98 ; Plutarque : 64 ; Flavius Josèphe : 56 ; Eusèbe de Césarée : 54 ; saint Augustin : 52 ; Cicéron : 46 ; Aulu-Gelle : 44 ; Solin : 34 ; Lactance : 30 ; Diodore de Sicile : 28 ; Orose : 28 ; Strabon : 27 ; Claudius Elianus : 26 ; Ovide : 26 ; Suétone : 23 ; saint Isidore de Séville : 23 ; saint Jérôme : 21 ; Macrobe : 20 ; Tite Live : 19 ; Virgile : 18 ; Platon : 17 ; Sénèque : 17 ; saint Albert le Grand : 17 ; Bartolomeo de Sacchi : 17 ; Ptolémée : 16 ; Valère Maxime : 16 ; Hérodote : 14 ; Juvénal : 14 ; Théophraste : 14 ; Varron : 14 ; Vitruve : 14 ; Marcantonio Coccio : 13 ; Quinte Curce : 12 ; Justin : 12 ; Diogène Laerce : 11 ; Horace : 11 ; Pomponius Mela : 11 ; Avicenne : 11 ; Bède le Vénérable : 11 ; Érasme : 11 ; Rafaele Maffei : 11 ; Tacite : 10 ; Alexandre d’Alexandre : 10 ; saint Antonin de Florence : 10. Soient 46 auteurs et 1 477 citations. La plupart de ces auteurs sont cités à partir de ce qu’en disent les grands ouvrages miscellanea évoqués plus haut et auxquels Mexía se réfère dans ses preliminares.

28L’héritage antique apparaît bien pour un auteur comme Mexía comme une poussière de petits faits, d’événements, d’anecdotes, de récits, c’est-à-dire d’éléments divers, puisés dans les auteurs anciens et plus souvent encore dans les recueils plus récents qui les ont collectés. La composition de l’ouvrage miscellanée ressortit alors à des principes structurants qui lui sont propres. Mexía s’en est expliqué dans l’épilogue de la deuxième édition de la Silva en décembre 1540 par Juan Cromberger :

29« Sont si variés les jugements et avis des hommes que ce qui déplaît aux uns contente les autres. Et il est vrai que certains des chapitres de ce livre que je tenais pour inférieurs et jugeais peu substantiels ont plu... les auteurs antiques que j’ai imités lorsque j’ai inventé d’écrire ma sylve ont fait la même chose : parmi les chapitres consacrées à des choses importantes et profondes ils ont inséré des chapitres qui traitent de choses légères et peu consistantes, qui paraissent indignes d’eux... ceci, afin que l’esprit ne se fatigue pas en étant toujours occupé à des choses graves ».

30La variété et la brièveté, concourant à l’alternance savamment ordonnée des sujets graves et des sujets légers, sont en effet les deux principes majeurs de l’ouvrage miscellanée de Pedro Mexía.

  • 15 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 1, p. 632.
  • 16 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 1, p. 655.

31« Je ne veux pas donner davantage d’exemples, parce que, si j’avais dû écrire tous ceux qui ont été écrits, j’aurais beaucoup fatigué le lecteur. Et pour cela, prenant le plus notable qu’il me semblait, j’ai toujours choisi la brièveté, afin que la variété ait plus de place dans mon travail » (Silva, II, 15)15. « Je raconterai peu de choses, afin de suivre ma coutume, qui est de pratiquer la brièveté » (Silva, II, 19)16.

32Par ailleurs Mexía tient à souligner le rôle actif, la responsabilité de jugement du lecteur : « Le lecteur jugera ce qui lui en semble de ce qui ne laisse pas d'être chose curieuse » (Épilogue de l’édition de décembre 1540). Car le propre rôle de l’auteur Mexía consiste bien à offrir au prince et à tout lecteur de quoi réfléchir et juger par lui-même. C’est pourquoi, tout naturellement, la Silva est un ouvrage miscellanée en langue vernaculaire castillane. La langue maternelle, populaire, nationale, s’approprie donc les grands sujets — materias grandes — des auteurs antiques et modernes en langue latine. De ce fait elle est à la fois discours « scientifique » et discours « littéraire », pour reprendre les catégories de Foucault. Les textes anciens ou modernes en langue latine qui y sont présents fondent l'autorité de la Silva en langue vernaculaire sur l’assignation à un nom propre : Pline, Aulu-Gelle, Macrobe, Athénée, Crinito, Rhodiginus, Thomeo, etc., cependant que la fonction-auteur se concentre autour du nom de Pedro Mexía, célèbre en sa ville de Séville, cosmographe du roi et dénommé « astrologue » par ses contemporains, c’est-à-dire l’homme de l’interprétation des signes, de la classification et reconfiguration d’un savoir qu’il a thésaurisé et mémorisé dans l’écriture d’un discours qui veut être outil de réflexion et de compréhension du monde, de la place de l’homme dans le monde et des rapports des hommes entre eux dans la langue de l’Espagne.

  • 17 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 2, p. 388.

33Depuis la fin du XVe s. l'Arte de la lengua castellana de Antonio de Nebrija (1492) ou le Diálogo de la lengua de Juan de Valdés (1535) ont affirmé la dignité et la grandeur de la langue castillane qui peut traiter de materias grandes, « comme les Italiens et d’autres nations le font dans leurs langues... car les esprits aigus et élevés ne font pas défaut en Espagne ». A la dignité et à la grandeur de la langue répond la grandeur des thèmes traités et la finesse et la grandeur des esprits espagnols. Les lecteurs en langue castillane ont désormais en partage le savoir « varié », ressortissant à une théorie de la connaissance, grâce au travail de l’auteur de la Sylve : « Mon désir et mon projet est de communiquer à ma patrie et langue castillane beaucoup des secrets et doctrines de la latine et de ceux que la langue latine a pris dans la langue grecque » (Silva, IV, 10)17.

34L’écriture castillane de l’ouvrage miscellanée se situe alors dans un rapport ontologique entre langue, savoir et peuple. Mexía ne laïcise-t-il pas ici un modèle commun, vulgaire, populaire, public du Verbe ? Mexía unifie le public des lecteurs, l’empereur et roi d’Espagne, les Sévillans et tous les Espagnols, aux côtés de l’auteur, lui-même, Pedro Mexía, diffuseur de « la vérité des histoires et des choses qui s’y traitent », en vue du bien commun, — el público provecho. L’auteur de miscellanea en langue vulgaire n’hésite pas à déclarer dans les préliminaires de son livre qu’il a la conviction que son expérience et ses lectures peuvent, d’une part, être utiles à chacun, de quelque condition ou âge qu’il soit, et, d’autre part, contribuer à l’amélioration du lien social dans ce monde multiple qu’est Séville mais également l’Espagne de son temps.

  • 18 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 1, p. 163-164.

35« C’est pourquoi, en recourant autant à la langue que j’ai apprise de mes pères qu’à celle que m’enseignèrent mes précepteurs, j’ai voulu offrir ces nuits de veilles à ceux qui ne comprennent pas les livres latins, et je souhaite que ces derniers me soient principalement reconnaissants de ce travail, car ils sont les plus nombreux et ceux qui ont communément le plus de besoin et de désir de savoir ces choses. Pour ma part, je me suis assurément efforcé de traiter soit de sujets qui ne seraient pas très ordinaires et pas très répandus chez le commun des hommes, soit de sujets qui, en eux-mêmes, seraient grands et profitables, du moins à mon sens » (adresse au lecteur)18.

36Le cours de l’histoire personnelle et les pratiques culturelles et sociales se joignent. Certes, il y a autant de chemins de sens qu’il y a d’intelligences humaines, mais les lieux communs donnés dans la Sylve résument l’espoir que la parole puisse créer ou recréer une communauté par la communion des esprits. Les différents lieux résonnent entre eux, déploient des réseaux d’alliances au sein de la Sylve dont ils font un livre varié, c’est-à-dire éclaté en son unité même, où il convient de croire qu’ils trouvent leur sens ultime. Prédominants, les savoirs antiques sont mobiles, synoptiques, indéfiniment perfectibles puisqu’ils sont placés « sans ordre ni règle », donc toujours juxtaposables, renouvelables. Les contiguïtés apparaissent signifiantes, la proximité physique des auteurs cités trace des itinéraires intellectuels, le rangement matériel des auteurs se concilie avec le découpage des savoirs par Pedro Mexía :

  • 19 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 1, p. 164.

37« Combien de zèle et d’effort m’auront coûté l’écriture et la mise en ordre de cette œuvre, combien de livres il m’aura fallu lire pour cet ouvrage, je m’en remets pour juger de cela à l’appréciation du lecteur avisé et bienveillant, parce que ce n’est pas à moi de le mettre en avant » (adresse au lecteur)19.

38La première partie en quarante-six chapitres est consacrée aux grands événements de l’histoire du monde, aux âges de l’homme et à l’éducation, à l’histoire des langues, à l’art de la parole et de la communication. La deuxième partie en quarante-cinq chapitres est consacrée aux lignages, aux puissances de la nature et des hommes, aux combats entre les êtres ; sont évoquées les questions du mariage, des rapports entre hommes et femmes. La troisième partie en trente-six chapitres qui, selon l’auteur, est particulièrement utile aux princes et aux chefs de guerre, reprend les grands thèmes humanistes de la mémoire, de l’imagination, des facultés humaines et des grandes réalisations de l'histoire. La quatrième et dernière partie en vingt-deux chapitres, écrite peu avant la mort de l’auteur, s’intéresse très particulièrement aux principe et à l’origine des choses et des êtres et à la puissance ou à l’autorité qui en découlent, qu’il s’agisse de l’usage des anneaux, de la noblesse, de la traduction de la Septante, de la vie humaine, de la sagesse, du temps favorable aux entreprises, de Jérusalem, etc. Croire, connaître, savoir sont en fin de compte mal distingués. Dans l'édition française de 1552 est insérée entre la troisième partie et la quatrième partie de Mexía une nouvelle partie en quatorze chapitres, correspondant à la partie ajoutée par le traducteur italien en 1544. La quatrième partie de Mexía devient alors dans l’édition française la cinquième partie de l’ouvrage, comme cela est le cas dans l’édition italienne de 1544. Cette quatrième partie traite essentiellement de la connaissance des choses et de leur interprétation par rapport à l’avenir.

  • 20 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 2, p. 30-31.

39Nous avons évoqué plus haut les sources utilisées par Mexía, qui sont principalement des sources grecques et latines. Mais d’autres références se juxtaposent ou se superposent, très déterminantes : de l’Ancien Testament Mexía cite beaucoup les livres de Moïse et d’Esdras, qui étaient chers à Christophe Colomb, découvreur du nouveau monde. Il n’ignore pas l’œuvre de Francisco Jiménez de Cisneros, archevêque de Tolède et inquisiteur général de Castille, fondateur de l’université humaniste d’Alcalá, et il admet, sans la citer, les principes de la Bible polyglotte d’Alcalá. Il se réfère volontiers à Castiglione, sans le citer, et, surtout, il admire Machiavel qui n’a pas encore été condamné par le pape, et il fait de certains textes de l’œuvre machiavélienne les arbres majeurs de la Silva. Bien qu’il ait lu et sincèrement admiré Érasme, avec qui il a même correspondu, Mexía, dans les dernières versions de la Silva qu’il pu retoucher lui-même en 1550-1551, supprime toutes les références explicites à Érasme, dont les œuvres ne seront condamnées en bloc que dans l'Índice de libros prohibidos de Fernando de Valdés en 1559, mais qui, depuis la conférence de Valladolid convoquée en 1527 par Charles Quint et relative à son orthodoxie, a vu son autorité décroître dans la péninsule ibérique. Il est nécessairement informé des plus importants apports de la bibliographie de son époque, dans la mesure où son ami Fernando Colón, fils du découvreur de l’Amérique, fait acquérir pour sa bibliothèque des livres dans toute l'Europe, et où la ville de Séville est une ville d’imprimeurs. Fernando n’est-il pas lui-même « homme savant et épris de lecture variée » ? Sa bibliothèque est « un lieu de réunion et d’aboutissement des livres de vérité et d’autorité » qui sont « les fruits des esprits les plus élevés » ; Fernando « avait le dessein de trouver tous les livres qui pouvaient exister dans le monde » (Silva, III, 3)20. Ainsi à partir de l’ensemble des savoirs et de la raison de l’ancien monde, à partir des nouvelles découvertes géographiques, astronomiques, médicales et physiologiques, zoologiques, botaniques et minéralogiques, physiques, dans la ville où convergent les informations sur le nouveau monde et où se développe l’imprimerie, l’auteur de la Sylve cherche à parvenir à une forme de maîtrise synoptique des choses les plus curieuses qu’il a pu recueillir au milieu des flots agités de la textualité. Bien que l’inquiétude demeure de dévoiler les secrets que la nature cachait jusqu’à présent et d’expliquer les phénomènes les plus cachés de l’univers. Mexía contribue alors à sa mesure à séparer le domaine religieux du monde naturel qui reste soumis aux capacités de connaissance de l’homme et se libère peu à peu de toute interprétation surnaturelle.

40Les notices sur les sciences naturelles — les animaux, les plantes, les minéraux — sont nombreuses et importantes. De même la physiologie et la médecine occupent une grande place dans l’œuvre. Pour les questions d’astronomie et de géographie bien présentes dans la Silva — il ne faut pas oublier que Mexía est cosmographe de la Casa de Contratación de Indias de Séville —, Mexía a recours à Aristote, ainsi qu’à Strabon, Ptolémée, Pomponius Mela, le pape Pie II, également Ptolémée, Philostrate, Alexandre d’Aphrodise, Marsile Ficin, etc. et beaucoup d’autres moins notoires. Ces sciences sont alors mal distinguées de l’astrologie, de la magie et des sciences occultes, auxquelles Mexía comme tous ses contemporains s’intéresse.

  • 21 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 2, p. 432-433.

41« Personne ne doit demander aux astrologues l’avenir. Ainsi disait le philosophe Favorinus. A moi, assurément, ce conseil me paraît sage et avisé, et j’estime que tous devraient le suivre et ne pas chercher à connaître l’avenir, puisque le Christ a dit : Il ne vous appartient pas de connaître les jours ni les heures à venir » (Silva, IV, 14 : de l’astronomie)21.

42Les derniers chapitres de la Silva composés par Pedro Mexía, alors qu’il est malade et redoute de mourir sans les avoir achevés, comme nous l’apprennent ses biographes, paraissent indiquer qu’il a transformé le rêve, qui était celui de son ami Fernando Colón, de thésauriser tous les livres de la terre, et le sien propre, de résumer tous les acquis du savoir. La Silva n’est plus seulement le lieu de l’accumulation et de la continuité, de la culture générale ; elle devient celui de la rupture de la tradition ; la maîtrise requiert la dé-maîtrise. Ayant constaté l’écoulement du temps et l’indéfini recommencement des cycles des années où toute fin rejoint l’origine, Mexía observe, d’après Machiavel, l’échec de la conjuration florentine des Pazzi, qui pourtant voulaient être utiles à leur patrie, et la mort brutale du grand chef de guerre et stratège italien que Machiavel considère comme l’un des modèles les plus parfaits du Prince, Castruccio Castracani. Cet homme au comportement exemplaire aurait pu être seigneur de Florence et conquérir une bonne partie de l’Italie, mais il est mort en pleine gloire après avoir traversé un fleuve glacé. Que peut-il rester de la Silva de varia lección, ouvrage miscellanée qui représente la tentative de bibliothèque idéale sous la forme matérielle d’un livre en quatre volumes, la tentative de maîtrise du savoir, quand tous les savoirs et toutes les puissances sont voués à l’écoulement et à la disparition ?

  • 22 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 2, p. 523.

43Il reste, dit le cosmographe de Séville, les vents « très profitables et nécessaires », principes de fluidité et de mouvement, les vents qui meuvent naturellement les navires des découvreurs du nouveau monde et des marchands de la modernité. Le dernier chapitre de la Silva décrit donc, à l’intention des navigateurs comme à celle des ignorants, les origines et les caractéristiques des vents. Il constitue la signature intellectuelle et sociale de l’auteur cosmographe qui connaît l’origine des vents et leur fin qui rejoint leur origine, comme le prouve bien la description qu’il donne de l’image des vents du monde. Mais l’image annoncée ne figure pas dans le livre de Pedro Mexía, car il meurt avant d’avoir pu la réaliser. C’est le livre d’un autre cosmographe célèbre, Pedro de Medina, intitulé la Suma de Cosmographia, qui, en 1561, contient une figure très semblable à celle que décrit Pedro Mexía. Ainsi reprenant les certitudes majeures des poètes Homère, Virgile, Ovide, mais aussi du philosophe Sénèque, de Pline et de Vitruve, s’éprouvant lui-même en son identité de cosmographe exposé au souffle des vents et à la mobilité du monde et en son identité d’« astrologue » interprète des choses du monde, Pedro Mexía rend compte, à la fin de son ouvrage miscellanée, le premier en langue castillane, et à la fin de sa vie, de la finitude radicale, du mouvement et de la fluidité du monde et de l’homme et de l’irréversibilité de la temporalité. Mais il suggère également que cette temporalité est orientée vers un jugement dernier et la fin du temps et du monde, car, dans le même dernier chapitre, il rappelle au détour d’une phrase que l’évangéliste Matthieu a annoncé en ces termes l’avènement du Fils de Dieu, la fin du monde : « Alors il enverra ses anges avec la grande trompette et, des quatre vents et parties de la Terre, ils rassembleront ses élus »22.

44Au terme de l’immense compilation des savoirs destinée à tous, l’extraordinaire Sylve s’achève donc de façon inattendue, nouvelle, subversive, sur le mouvement, le souffle, la précarité, et désigne son auteur cosmographe et astrologue comme tout être humain qui lui-même passe et disparaît, entraîné par le mouvement et les vents du monde. L’une des leçons majeures de l’ouvrage miscellanée en langue vernaculaire, comme de toute compilation et aussi de toute vie humaine, est que les efforts de maîtrise de l’accumulation, les tentatives pour résumer et structurer le savoir, c’est-à-dire l’art de la plantation de la sylve, sont en fin de compte soumis à des accidents imprévisibles, toujours prématurés, telle la mort du brillant capitaine italien cher à Machiavel ; il ne faut pas faire trop confiance aux savoirs et aux puissances des hommes ; il ne faut pas trop chercher à connaître les secrets du monde ; de tous les arbres solidement plantés, de toutes ces autorités de la raison qui prétendent révéler le caché, il ne reste que du vent. Ce que Pedro Mexía n’a pas eu la capacité de développer — à savoir cet individualisme provocant dans l’Espagne du XVIe siècle —, d’autres pourront le reprendre et le porter à son accomplissement.

  • 23 La réflexion de Pedro Mexia se fonde ici sur ce qu’il désigne comme les doctrines des sept sages de (...)
  • 24 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 2, p. 397-398.

45« Se connaître soi-même : vraiment c’est une excellente règle ; parce que si les hommes s’observaient et s’étudiaient, si chacun connaissait sa condition et son état et sa vocation, et vivait et se comportait en conformité avec son être propre, ils ne convoiteraient pas ni ne rechercheraient ce qu’ils ne doivent ni ne peuvent obtenir, et ainsi il n’y aurait pas les excès et les désordres qu’il y a en toutes choses23 » (Silva, IV, 10)24.

46Mais l’Espagne se ferme peu à peu aux idées de l’humanisme et de la Renaissance, l’Inquisition s’apprête à dominer durablement le pays et à étouffer les libertés de l’interprétation des signes. Les dernières années de Pedro Mexía à Séville sont assombries par les menaces, le soupçon généralisé, l’intolérance meurtrière. Le nom propre du catholique et noble auteur Pedro Mexía, à la fois acteur social et savant reconnu, demeure un critère de validation de la vérité de la compilatrice sylve et garantit l’existence et la conservation de la matérialité du livre, cependant que l’auteur lui-même, au seuil de la mort et de son livre, voué à la fluidité et à la mort, à l’instabilité, à la vanité des vents, c’est-à-dire à tout ce qu’il est en son particulier, s’apprête à disparaître derrière l’être universel. Il peut alors commencer à travailler sans souci des dogmes ni de l’orthodoxie par émergence et sortie de la sylve encyclopédique du savoir, c’est-à-dire de tous les lieux communs du savoir, à une audacieuse et incessante invention, peut-être celle de soi comme d’un Quichotte sage et fou, fou et sage. La théorie de la connaissance proposée par Pedro Mexía est peut-être, surtout, en fin de compte, en fin de la Silva, une théorie de la connaissance de soi-même.

Notes

1 Francisco Pacheco, Libro de descripción de verdaderos retratos de ilustres y memorables varones, 1599. Édition par Pedro M. Piñero Ramírez et Rogelio Reyes Cano, Séville, Diputación Provincial, 1985, p. 309. La notice concernant Pedro Mexía figure p. 307-313.

2 Rodrigo Caro, Varones ilustres en letras, naturales de Sevilla, 1686. Manuscrit de la Bibliothèque Colombine de Séville, cote 84-7-17, p. 22 r et v. Édition par Santiago Montoto, Séville, Real Academia Sevillana de Buenas Letras, 1915, p. 33.

3 Toutes les citations de la Silva de varia lección sont traduites à partir de l’édition de Antonio Castro Díaz, Madrid, Ed. Cátedra, 1989-1990, 2 vol. Il s’agit là de la plus récente édition de la Silva, en attendant celle d’Isaías Lerner à paraître aux Éditions Castalia à Madrid, avec une mise au point sur l’histoire du texte. Castro a édité le texte de la neuvième édition de Valladolid de 1550-1551, le dernier corrigé par son auteur, qui contient 149 chapitres. Le titre se présente ainsi : Silva de varia lección, compuesta por el magnifico cavallero Pero Mexía. Nuevamente agora, en el año de mil y quinientos y cinquenta y uno, añadida en ella la quarta parte, por el mismo autor. En la qual se tractan muchas cosas y muy agradables y curiosas. Con previlegio. Selon le colophon, l'impression des trois premières parties fut achevée le 14 décembre 1550 ; celle de la quatrième partie fut achevée le 2 janvier 1551. Pedro Mexia mourut le 17 janvier 1551. Prohemio y prefación de la obra, t. 1, p. 161-162.

4 Une traduction castillane de cet ouvrage, effectuée par Cristóbal de las Casas, paraît à Séville en 1573.

5 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 1, p. 164-165.

6 Il s’agit de Flavio Biondo, historien et philosophe italien (1388-1463), découvreur du dialogue cicéronien De claris oratoribus, secrétaire de plusieurs papes et premier archéologue qui se serait occupé des antiquités italiennes, auteur entre autres ouvrages d’un Historiarum ab inclinatione romani imperii libri XXXI, paru à Venise en 1483.

7 Il s’agit ici de Raffaele Maffei (1451-1522), érudit italien né à Volterra, frère dominicain, auteur du Factorum dictorumque memorabilium libri IX.

8 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 1, p. 235-236.

9 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 1, p. 762.

10 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 2, p. 306.

11 Le pape Pie II est l’humaniste Eneas Silvius Piccolomini, qui fut pape de 1458 à 1464. Il anima une ligue de princes chrétiens et une croisade contre les Turcs. Parmi ses œuvres, Mexia cite à plusieurs reprises la Cosmographia et la Historia bohemica.

12 Antonius Sabelicus ou Marcantonio Coccio ou Marco Antonio Sabelico (1436-1506) est un historien et humaniste italien, disciple de Julius Pomponius Leto. C’est à Venise qu il écrit la majeure partie de son Historia de Venecia ou Rerum venetarum ab urbe condita libri XXXIII. Il est également l’auteur de l’ouvrage mentionné ici Enneades sive rhapsodia historiarum, Epistulae familiares necnon orationes et poemata, etc. Mexía cite expressément la Historia de Venecia et les Enneades et se réfère treize fois à Sabelico.

13 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 2, p. 158.

14 Maria Pilar Cuartero Sancho dans Fuentes clásicas de la literatura paremiológica española del siglo XVI, Zaragoza, Institución Fernando el Católico, 1981, chap. 1 : « Fuentes de la Silva de varia lección de Pero Mexía », p. 19-74, a recensé dans la Silva l’utilisation de 252 auteurs pour un total de 1 980 citations. 221 auteurs cités dans la liste de Pedro Mexía sont communs avec la liste de Cuartero et 57 non. Cuartero mentionne 31 auteurs qui ne figurent pas dans la liste de Mexía, parce qu’ils sont cités de seconde main par lui, et, excepté 5 d’entre eux, tous appartiennent à l’Antiquité, cependant que Mexía inclue dans sa liste 57 auteurs que Cuartero n’enregistre pas. Sur les 252 auteurs repérés par Maria Pilar Cuartero Sancho 162 appartiennent à l’Antiquité et font l’objet de 1 672 citations, 38 appartiennent au Moyen Age et font l’objet de 130 citations, parmi lesquels 6 sont des auteurs arabes et un est juif, 52 auteurs appartiennent aux XVe et XVIe siècles et font l’objet de 178 citations.

15 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 1, p. 632.

16 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 1, p. 655.

17 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 2, p. 388.

18 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 1, p. 163-164.

19 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 1, p. 164.

20 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 2, p. 30-31.

21 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 2, p. 432-433.

22 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 2, p. 523.

23 La réflexion de Pedro Mexia se fonde ici sur ce qu’il désigne comme les doctrines des sept sages de la Grèce, d’après le Songe de Scipion par Macrobe.

24 Éd. de Antonio Castro, ouvr. cit., t. 2, p. 397-398.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search