Version classiqueVersion mobile

Ouvrages miscellanées et théories de la connaissance à la Renaissance

 | 
Dominique de Courcelles

Les Miscellanées de Pietro Crinito : une philologie de l’engagement et du lyrisme

Perrine Galand-Hallyn

Texte intégral

1. — LES TROIS MISCELLANÉES DE PIETRO CRINITO

  • 1 Le 9 janvier 1476, selon le registre des baptêmes de Florence cité par C. Angeleri, introduction à (...)
  • 2 Bib. Laurenziana Pl. 90, VIII. Voir Angeleri p. 8 et n. 9.

1Pietro del Riccio Baldi, dit Petrus Crinitus ou Crinito, naquit à Florence en 1474 ou 14761. Très vite passionné par la philologie (en 1489 il annote déjà un manuscrit de Sidoine Apollinaire2), Crinito suit les cours du célèbre humaniste Ange Politien au Studio de Florence. Il deviendra son plus cher disciple, puis son héritier spirituel, car c’est à lui que reviendra l’honneur de publier, avec l’aide d’Alessandro Sarti, en 1498, les Opera posthumes de Politien. Dans le sillage de l’humaniste, il fréquente le cénacle intellectuel médicéen, participe aux débats spirituels qui opposent Pic de La Mirandole, Savonarole et d’autres dans la Bibliothèque San Marco, fréquente l’Accademia Platonica à Fiesole. Après la mort de Politien survenue en 1494, suivie de peu par l’invasion des troupes de Charles VIII et la domination de Savonarole, Crinito, qui ne sera jamais nommé au Studio, partage son existence entre des séjours à Florence (où il donne des cours privés chez lui ou publics dans des couvents ou des sacristies) et de nombreux voyages dans les grandes cités humanistes. Il passe par Bologne, Padoue, Ferrare, se rend à Naples où il se lie avec Giovanni Pontano et Bernardino Carafa, à qui il dédiera en 1504 son De honesta disciplina et certains poèmes. En 1503, il rencontre à Rome les membres de la célèbre Académie de Pomponio Leto, Tommaso Fosco, Manilio Rallo, Lucio Fosforo Fazzini. A Venise enfin, il cotoie Ermolao Barbaro et Bartolomeo Sodini. Lorsqu’il revient à Florence, Crinito fréquente les Orti Oricellari, les jardins de Bernardo Rucellai, dont les réunions prolongent celles de l’ancienne académie néoplatonicienne. Il meurt prématurément, sans doute de maladie, en 1507.

  • 3 Voir Angeleri, p. 16 et p. 46-49.
  • 4 A partir du f. Dii v°, une erreur de numérotation des chapitres, avec la répétition du n° LI, inte (...)
  • 5 Angeleri signale une édition s.l. s.d., suggérant Florence, Giunta, 1520 ?, ce qui paraît bien tar (...)
  • 6 Pour la situation de ce recueil dans l’histoire de l’ode néo-latine, voir l'ample panorama donné p (...)
  • 7 Et non en 1510 comme l’indique Angeleri dans son édition (p. 46). Voir B. Moreau, Inventaire chron (...)
  • 8 Édition omise par Angeleri.

2L’essentiel de son œuvre éditée — si l’on excepte quelques lettres et deux ou trois commentaires d’auteurs antiques3 — consiste en trois recueils de miscellanea d’ordre divers : le premier, et en général le plus connu d’entre eux, est le De honesta disciplina, paru pour la première fois en 1504 à Florence chez Giunta, composé de vingt-cinq livres enfermant chacun plus d’une dizaine de petits chapitres consacrés à des questions d’érudition variée (philologie, histoire, religion), à la manière des Nuits-Attiques d Aulu-Gelle et des Miscellanea de Politien lui-même ; le second recueil, intitulé De poetis latinis, édité en premier lieu à Florence, chez Giunta, en 1505, constitue (quoiqu’il eût été précédé par les Scriptorum illustrium latinae linguae libri XVIII de Sicco Polentone, composes entre 1415 et 1438) le premier vrai manuel « moderne » d’histoire de la poésie latine antique. L’ouvrage est réparti en cinq livres correspondant aux grandes périodes historiques de l’Antiquité romaine. Ces livres regroupent au total 94 chapitres4 dont chacun est consacré à un auteur. Crinito y discute des éléments biographiques, de l’attribution des œuvres ; il y formule aussi des jugements esthétiques souvent appuyés par des citations. On ignore la date exacte de première parution du troisième recueil, intitulé Poematum libri duo, dont la première édition connue est publiée à Paris, chez Bade, en 15085. Il s’agit, cette fois, non plus d’une œuvre didactique, mais de poésies de circonstances aux thèmes et à l’intertexte très variés, dessinant, comme nombre de ce type d’ouvrages à partir de la fin du Quattrocento, sur fond des événements historiques contemporains, la vie de Crinito, ses amours réelles ou supposées, ses amitiés, ses intérêts littéraires et religieux, sa maladie ultime. Une des originalités du recueil tient à sa métrique : Crinito n’y use que de mètres lyriques, empruntés à Horace et Boèce, dont il varie avec soin les combinaisons, parfois rares6. Les trois œuvres, immédiatement repérées par l’imprimeur parisien Josse Bade, toujours désireux de diffuser en France des échantillons féconds de l’Humanisme italien, furent republiées ensemble une première fois en 15087, puis ce recueil de recueils fut systématiquement réédité au long du XVIe siècle : chez Bade en 1510, 1513, 1518, 15208, 1525, à Bâle chez Petrus en 1532, à Lyon chez Gryphe en 1543, 1554, 1561, 1585, à Genève, 1598, à Paris chez J. Chouët, 1598.

  • 9 Il est évident qu’une telle étude comparative excède le cadre d’un simple article. Je me bornerai (...)

3Même si l’assemblage en un même volume de ces diverses miscellanées est dû à Josse Bade et non à Crinito lui-même, il fait ressortir les points communs, les préoccupations et les échos qui les lient, dessine, en assemblant des facettes complémentaires, un portrait de leur auteur et souligne même les affinités « poétiques » que comportent ces trois types d’écrits en apparence bien distincts. Ce sont ces affinités que je voudrais analyser aujourd’hui, pour montrer que, dans le cas de Crinito, les miscellanea d’érudition d’une part, assument le rôle d’œuvres engagées et militantes, idéologiquement parlant, et, d’autre part, grâce aux mises en scènes ou aux interventions de l’auteur qui les parsèment, et à une certaine esthétique de la variation thématique, reçoivent une coloration toute personnelle9. On verra ainsi que la littérature didactique et fragmentaire des miscellanées s’apparente à bien des égards aux genres plus « lyriques », alors si en vogue, articulés autour de la peinture confidentielle d’un éthos auctorial, tels que la poésie de circonstance, la lettre, le journal intime et, à la fin du siècle, l’essai.

2. — CRINITO HÉRITIER DE POLITIEN. SILVES EN PROSE ET EN VERS

  • 10 C. Dionisotti, « Calderini, Poliziano e altri », Italia Medioevale e Umanistica, XI, 1968 et A. Gr (...)
  • 11 Crinito avait eu connaissance des manuscrits de la seconde Centurie, qui fut publiée par V. Branca (...)
  • 12 F. Beroaldo, Annotationes centum, Bologna, 1488, f. a ii v°, et D. Calderini, Ex tertio libro obse (...)

4Sans doute faut-il, au préalable, retracer brièvement la courte tradition dans laquelle s’insèrent le De honesta disciplina et, par dérivation, le De poetis latinis de Crinito. Comme l’ont montré Carlo Dionisotti et Anthony Grafton10, le panorama de la philologie humaniste subit, au milieu des années 1470, d’importants changements, quand on passa du commentaire linéaire exhaustif au commentaire sélectif, fondé sur des « annotations » ou des « observations » diverses, portant sur des passages choisis d’une seule œuvre, ou même, à l’imitation des Nuits-Attiques d’Aulu-Gelle, sur les aspects obscurs ou curieux d’œuvres différentes. Domizio Calderini et Filippo Beroaldo l’Ancien avaient inauguré le genre, c’est Politien qui le perfectionna et le décrivit dans le paratexte de ses Miscellanea, dont seule la première Centurie fut publiée de son vivant (1489)11. Béroaldo avait mis l’accent sur le caractère volontairement désordonné (nullo servatum rerum ordine) et improvisé (tumultuario sermone dictantes et perinde ut cuiuslibet loci veniebat in mentem) de ces « récoltes » de remarques, que Calderini, dans ses Observationes, nommait sylvae12.

  • 13 On notera que Calderini avait été le premier à éditer un commentaire (linéaire) des Silves de Stac (...)
  • 14 Pour un résumé de cette querelle voir Poétiques de la Renaissance. Le modèle italien, le monde fra (...)

5Politien récupéra à son compte cette esthétique en l’intégrant dans une poétique généralisée de la « silve » qu’il tirait, comme j’ai essayé de le montrer ailleurs, des théories de Quintilien et de la pratique de Stace13. Le terme sylva recouvre en effet non un genre ou une thématique, mais un mode d’écriture particulier, en prose ou en vers, suscité par l’impulsion des circonstances et des affects que le kairos génère chez l’auteur. Cette impulsion, qualifiée de calor par Quintilien et Stace, libère les richesses intellectuelles latentes, accumulées et mémorisées au fil des lectures et des exercices, et permet l’improvisation savante d’un discours très varié et naturel, même après sa révision par fauteur, et source d’un plaisir tout spécifique pour le producteur comme pour le lecteur. Érigée en doctrine, l’écriture de la silve offrait ainsi un contrepoint plus humain, à la fois psychologique et érudit, aux théories néo-platoniciennes du furor. En outre, dans le débat sur l’imitation qui l’opposait à ses contemporains — ce qui allait devenir la fameuse querelle du cicéronianisme — elle lui permettait d’illustrer pleinement ses revendications d’un style individualisé et affranchi des modèles canoniques14. C’est pourquoi l'humaniste appli qua indifféremment cette esthétique de la spontanéité savante à maints domaines de son œuvre : cours, commentaires, lettres, poèmes.

6De toute évidence, les trois recueils de Crinito s’intègrent en droite ligne dans la poétique de la docta varietas « spontanée » inaugurée par Politien. Dans sa préface du De honesta disciplina, adressée au Napolitain Bernardino Caraffa, il affirme :

  • 15 Cf. Salluste, De conjuratione Catilinae, IV, 2 : statui res gestas populi Romani carptim perscribe (...)

... j’ai appliqué une diligence particulière à cette tâche, et mon seul but pour ainsi dire a été de relever immédiatement (comme à l’ordinaire), puis de sélectionner et de rassembler les informations susceptibles à la fois d’attester le caractère moral de l’érudition et d’être utiles surtout aux meilleurs talents... Il m’a plu de mettre dans cet ouvrage tout particulièrement une certaine variété des sujets et comme une silve d’observations, pour être sûr que les esprits des lecteurs, dans une récolte si variée et si multiple, ne puissent manquer de trouver au moins un élément qui puisse instruire ou stimuler leur talent.
... diligentiam... adhibuimus haud mediocrem in hoc opere. Neque aliud a me propemodum quaesitum est quam ut ea subinde (ut fit) adnotarem carptimque15 colligerem quae et honestatem eruditionis probarent ac meliora praesertim ingenia iuvarent... Libuit autem hoc potissimum opere quamdam rerum varietatem et quasi silvam observationum admittere, ne legentium animi in tam varia multiplicique lectione aliquid saltem non inveniant quod ingenium suum instruere aut excitare possit.

  • 16 Voir la lettre dédicace à Piero de Medicis, dans son Liber epistolarum, Opera omnia, Venise, Aide, (...)
  • 17 Le chapitre XXII, 1, « Copiose expositum de asaroticis pauimentis ac lithostratis seu tessellatis (...)

7On retrouve ici les deux phases caractéristiques de la silve selon Quintilien (X, 3, 17) : dans un premier temps l’auteur, au hasard de ses lectures, jette des notes par écrit, puis sélectionne et rassemble ses annotations, tout en préservant leur disparate. La variété des sujets, pour Crinito comme jadis pour Politien16, garantit en effet l’intérêt d’un public divers, à l’humeur changeante17. Crinito diffère seulement de son maître en ce qu’il manifeste moins d’intérêt pour la philologie pure : son intérêt se porte plutôt sur les institutions, le droit, l’histoire, l’histoire naturelle. L’humaniste se réclame d’Aulu-Gelle (comme Politien), d’Aurélius Victor, de Macrobe et de Valère Maxime. De même, dans sa préface au De poetis latinis, Crinito précise (il se démarque ainsi de Sicco Polentone) que son labeur n’a pas consisté en un relevé exhaustif des données, mais au contraire en une sélection :

Mon dessein n’était pas d’embrasser toutes les informations que nous transmettent sans nulle limite les auteurs de commentaires. J’en ai omis volontairement un grand nombre, afin qu’on ne puisse prétendre que j’aie consacré plus de labeur et de zèle à accumuler les poètes que de sagesse et de jugement à les choisir.
Neque mihi consilium fuit ea omnia complecti quae infinitissime auctorum commentariis traduntur. Multa de industria praetermisi, ne quis forte diceret plus laboris atque studii a me impensum in congerendis Poetis quam prudentiae ac iudicii in eligendis.

  • 18 Cf. la description de la villa de Fiesole dans la silve Rusticus, 558-570 (et, plus largement, l’u (...)

8Les Poematum libri duo ne sont pas préfacés par Crinito, mais obéissent de toute évidence à la même esthétique du kairos et de la variété. Le poème I, 9, qui décrit l’extraordinaire poikilia de la faune et de la flore des Jardins Rucellai, est manifestement calqué sur les passages des Silves de Politien lui-même où se trouvaient décrits les villas de Laurent de Médicis ou, plus largement, des paysages exubérants et métaphoriques de cette écriture de l’instant et de la diversité18.

  • 19 Voir F. Gilbert, « Bernardo Rucellai... », art. cit., p. 119 et n. Francesco da Diacceto, disciple (...)
  • 20 Voir Branca, chap. 12. 4, p. 238 et s. et la belle étude de Th. Green, The Light in Troy. Imitatio (...)
  • 21 Un relevé exhaustif de la dette de Crinito envers Politien reste à faire. Je me bornerai à signale (...)
  • 22 Éd. cit., p. 18-24.
  • 23 Cf. les chapitres traitant d’auteurs littéraires dans le D.H.D., I, 16 ; V, 1 ; XV, 4 ; XVII, 3 ; (...)
  • 24 A. Poliziano, Oratio super Fabio Quintiliano et Statii Sylvis Epistolae, dans Prosatori Latini del (...)
  • 25 Voir Angelen, éd. cit., p. 37-40.

9Pietro Crinito semble être le seul, même parmi les premiers membres du cercle Rucellai qui cultivent la nostalgie du règne médicéen, à composer alors ce type d’œuvres19. Sans nul doute, l’humaniste est d’abord animé par une pieuse reconnaissance à l’égard de son maître. En 1498, c’est lui (avec l’aide d’Alessandro Sarti) qui s’était chargé de la tâche de rassembler et d’éditer à Venise les membra disiecta de l’œuvre de Politien, dont les archives avaient été pillées et morcelées aussitôt après sa mort. En un sens, Crinito était voué par un sort ironique à se faire à son tour ce « ramasseur de morceaux », cet Esculape remembrant Hippolyte que Politien avait posé comme symbole « héroïque » de sa propre activité de philologue, au premier chapitre de la seconde Centurie des Miscellanea20. De fait, un grand nombre de chapitres du De honesta disciplina et plusieurs pièces des Poemata préservent le souvenir de Politien lui-même et de son œuvre21, dont certains aspects sont ici prolongés ou même défendus contre ses détracteurs. Le De poetis latinis apparaît aussi, à cet égard, comme le souligne Angeleri22, étroitement apparenté au De honesta disciplina, dont les chapitres philologiques ou littéraires, du reste, constituent une sorte d’esquisse23 : on y retrouve le goût « politianesque » de la sélection des sujets, cet intérêt pour les auteurs mineurs et aussi pour les auteurs tardifs, dont Politien avait fait son cheval de bataille, par exemple dans sa Praelectio sur Quintilien et Stace24 — on notera toutefois que Crinito se passionne également pour les poètes archaïques, déjà souvent évoqués dans le De honesta disciplina25,, ce qui n’était pas le cas de Politien —, le recours aux sources plus rares et savantes (outre Aulu-Gelle, Suétone et Varron, déjà utilisés par Polentone, les grammairiens, les auteurs chrétiens, tous les textes utiles sont mis à profit par Crinito et cités avec précision et clarté), enfin le besoin de s’appuyer sur les textes eux-mêmes pour procurer un jugement personnel sur les auteurs retenus.

3. — UNE PHILOLOGIE DE L’ENGAGEMENT POLITIQUE

  • 26 P. Godman, « Florentine Humanism... », art. cit., p. 73.
  • 27 Ibid, p. 80-81 et 73-74. Cf. Branca, Poliziano..., o.c., « Marginalia », 4. « La morte e la disper (...)
  • 28 R. Mouren, art. cit., passe en revue les fonctions philologique, didactique, pédagogique et polémi (...)
  • 29 Ibid., p. 22-27.
  • 30 A. Tournon, Montaigne, la glose et l’essai, Presses universitaires de Lyon, 1983, p. 148-149.

10Cependant, en adoptant le genre de la « collection » pour présenter ses activités en matière de philologie, d’histoire littéraire et de poésie, Crinito ne sacrifiait pas à la seule reconnaissance, ou à un désir d’imitatio-aemulatio. En effet, se présenter comme l’héritier de Politien n’était pas un geste anodin, en un temps où ses ennemis dominaient, où les valeurs du premier monde médicéen s’étaient effondrées, sous l’influence de Savonarole, puis du gouvernement populaire qui lui avait succédé. Comme l’a souligné P. Godman, même les Jardins Rucellai comptaient parmi leurs membres d’anciens ennemis du maître de Crinito, tels que Lascaris, Fonzio, Scala26. Crinito, du reste, après avoir édité les Opera de Politien, ne put jamais faire carrière au Studio de Florence et il dut attendre prudemment que dix ans se soient écoulés après la mort de son maître pour publier le De honesta disciplina, trop plein de rappels nostalgiques de l’âge d’or médicéen27. Le choix du genre des miscellanées est donc à entendre d’abord comme un hommage provocateur rendu à la science et à l’originalité de Politien, en un temps où les valeurs humanistes défendues par le Florentin n’avaient plus cours. Les mélanges en acquièrent du coup une dimension rhétorique, militante et même politique qui n’apparaissait absolument pas chez Politien, et qu’on ne rencontre guère d’ordinaire dans ce type d’ouvrages d’érudition28. La critique a bien sûr souligné le rôle de manifeste que peuvent jouer les miscellanea en général, qui permettent aux auteurs de défendre leurs thèses érudites, tandis que les polémiques intellectuelles s’y expriment non sans violence29. Mais, le plus souvent, les auteurs de ces livres restent en dehors de l’actualité politique. A. Tournon évoquant, dans Montaigne, la glose et l’essai, le cas plus tardif des Adversaria de Turnèbe (1564), montre même, à partir de sa dédicace à Michel de L’Hospital, que la structure fragmentaire de l’ouvrage peut, dans certains cas, illustrer une « crise intellectuelle », une sorte de fuite devant les malheurs du temps30. Turnèbe en effet présente ainsi son entreprise :

  • 31 Texte cité et traduit par A. Tournon, ibid., p. 148.

Comme mon esprit devant les malheurs de l’époque et la ruine de notre pays, répugnait aux occupations sérieuses, je me suis mis à errer çà et là ou plutôt à voleter parmi des œuvres plus attrayantes ; et lorsque j’avais en mains tel ou tel livre, je consignais par écrit, hâtivement, tout ce qui me venait à l’esprit en cette occasion ; parfois, ramassant mes souvenirs, j’amassais en un chapitre ce que j’avais lu en divers auteurs ;... parfois je corrigeais d’après mes conjectures, m’accordant en cela une assez large liberté : car j’estimais être en droit de montrer quelque audace à supprimer les erreurs, à une époque où, je le savais, on pouvait impunément massacrer les hommes. Parfois... j’écrivais au hasard, pêle-mêle, et je laissais tout cela moisir dans la poussière.31

  • 32 Chez Politien lui-même, la critique a relevé ce que l’écriture de la fragmentation pouvait avoir d (...)

11Chez Turnèbe, le labeur philologique qui consiste à « supprimer les erreurs » apparaît comme une sorte de métaphore à distance de la résistance politique, mais n’implique pas un engagement réel. Quant à la variété désordonnée de son recueil, elle symbolise à la fois le chaos contemporain et l’agitation de l’esprit de l’auteur. Il n’en va pas tout à fait de même chez Crinito, dont l’écriture fragmentée, tout en reflétant certainement l’éclatement du premier humanisme florentin32, relève pourtant d’une littérature socialement et politiquement engagée.

  • 33 Selon R. M. Comanducci, « Gli Orti Oricellari », art. cit., Rucellai avait acheté la première part (...)

12Les hommages que Crinito rend à Politien sont en effet à la fois le signe d’une reconnaissance personnelle et le symbole d’une idéologie de groupe. L’humaniste appartient, comme je l’ai dit, à 1’« Académie » des Jardins Rucellai, les Orti Oricellari, dont il me faut rappeler en quelques mots l’origine et les activités. Bernardo Rucellai était le beau-frère de Laurent le Magnifique. Quoique très bien intégré dans le cercle médicéen, il faisait partie de ces familles bourgeoises que les Médicis avaient su annexer par des alliances matrimoniales afin de mieux les maintenir sous leur domination, et il en gardait une secrète rancœur. A la mort de Laurent, en 1492, il soutint d’abord son fils, Piero de Médicis, puis, voyant que celui-ci, persistant dans les méthodes paternelles, se refusait à laisser jouer un rôle politique aux aristocrates florentin, Bernardo Rucellai devint l’un de ses opposants acharnés, s’alliant à une branche rivale de la famille médicéenne. En août 1494, les Français, conduits par le roi Charles VIII envahirent l'Italie, et Piero, très maladroitement, pactisa avec eux, ce qui entraîna, début novembre, sa chute et son exil, tandis que l’armée française s’installait à Florence pour un mois. Bernardo fit alors partie du comité des Vingt chargés en décembre de réorganiser le gouvernement. Rapidement cependant, il se retira de nouveau, désapprouvant le régime plus ou moins démocratique mis en place par Savonarole, qui prônait l’abolition de la tyrannie et une liberté toute républicaine. Savonarole, malgré tout son succès, ne maîtrisait ni la politique extérieure, ni les problèmes économiques de la cité. Peu à peu des troubles éclatèrent. Bernardo Rucellai et les Médicis de la branche cadette essayèrent de remettre en place un régime d’oligarchie aristocratique, tout en empêchant le retour de Piero de Médicis. Savonarole fut finalement brûlé en mai 1498. En 1502, Rucellai et ses amis obtinrent une réforme constitutionnelle en faveur d’un gouvernement restreint, dominé par un Gonfaloniere élu à vie. Mais l’aristocrate Piero Soderini qui fut élu en septembre s’allia au Grand Conseil populaire, et Rucellai, déçu par cette trahison, se confina dans une opposition larvée. Il se retira avec ses proches, dont Crinito, dans la résidence au somptueux jardins qu’il possédait de longue date Via della Scala33.

  • 34 Ibid., p. 307.
  • 35 Le poème est reproduit dans l’article de R. M. Comanducci, en appendice.
  • 36 R. Comanducci, art. cit., p. 344 et s.

13Ces jardins, on l’a remarqué, étaient les seuls à être désignés par les contemporains, en raison de leur foisonnement et de leur variété, sous l’appellation de « Selva de ’Rucellai » et non « orto » ou « giardino »34. Crinito les évoque à plusieurs reprises dans le De honesta disciplina, tout en louant parfois Bernardo (voir surtout II, 14 ; V, 14 ; VIII, 5 ; X, 10 ; XI, 12) et il les décrit dans une pièce des Poemata (I, 9), dont j’ai déjà indiqué la parenté avec les Silves de Politien, adressée au poète Fausto Andrelini35. L’humaniste y énumère les arbres variés (peuplier, pin, chêne, liège, etc.) et les nombreux animaux domestiques qui peuplent la « silve » (oiseaux, daims, lièvre, lapin, faon, hérisson). Il mentionne également quelques divinités sylvestres, en lesquelles les historiens pensent reconnaître les collections de statues que les jardins abritaient très probablement. La disposition à l’antique de la « Selva de’Rucellai », inspirée à la fois de ses lectures latines et de villas contemporaines admirées au cours de ses voyages, a été longuement étudiée par Rita Maria Comanducci. R. Comanducci souligne que, comme dans la villa tusculane de Cicéron, le décor mis en place par Bernardo Rucellai, loin de jouer un rôle purement esthétique, fonctionnait comme un authentique lieu de mémoire, favorisant la méditation historico-politique fondée sur le passé à laquelle s’adonnaient ses visiteurs36. C’est ce lieu de mémoire que le De honesta disciplina et les poèmes de Crinito mentionnent, et c’est à ce milieu que la préface du De Poetis rattache le recueil. Et l’on voit bien que le genre même de la miscellanée reproduit à sa manière les structures de la Selva, offrant à l’improviste aux détours des sentiers ses curiosités, ses niches et ses buissons tout habités de la mythologie et de la sagesse antiques.

  • 37 F. Gilbert, « Bernardo Rucellai... », art. cit., p. 126-131.
  • 38 Ibid., p. 108-110.
  • 39 Ibid., p. 108.
  • 40 Ibid., p. 128-129.
  • 41 Ibid., p. 127.

14Une lecture attentive des trois recueils montre qu’une idéologie cohérente se profile à travers cette écriture « à sauts et à gambades ». Felix Gilbert, en un temps où, après l’enthousiasme initial engendré par les travaux de Burckhardt, l’on contestait l’impact de l’humanisme sur la sphère intellectuelle, a montré au contraire que l’originalité de l’Académie Rucellai, où se formera, dans la seconde décennie du siècle, la pensée de Machiavel, résidait dans le lien très concret qui unissait alors, pour la première fois, débats érudits et réalisme politique37. Pour Gilbert, la position de retraite adoptée par Rucellai et ses amis pendant le gourvernement de Savonarole, puis de Soderini, ne saurait être assimilée à un vrai retour à la vie contemplative, à un simple otium lettré. Pour ce groupe dissident, la seule politique envisageable consistait à boycotter les régimes en place, tout en conspirant discrétement avec les descendants des Médicis alors en exil, dans l’espoir de rétablir, quand la possibilité s’en présenterait, le régime de leur vœux38. Le groupe Rucellai aspirait en effet à une oligarchie mâtinée de monarchie, conduite par un représentant aux pouvoirs limités, un primus inter pares. Ces aristocrates florentins rejetaient en effet aussi bien la tyrannie d’un seul homme, que toute forme populaire de gouvernement39. On comprend dès lors que le prolongement, dans l’Académie Rucellai, des valeurs et des goûts de l’époque médicéenne (l’intérêt pour le néo-platonisme, les études philologiques et antiquaires) ne correspondait pas seulement à une inclination intellectuelle ou une fidélité affective, mais avait bel et bien valeur de propagande. Les hôtes des Orti Oricellari s’étaient attachés à élaborer toute une doctrine philosophique et politique, une « politica storica », fondée sur la culture humaniste, mais directement destinée à convaincre leur concitoyens de mettre en place une nouvelle constitution. Selon Gilbert, la modification profonde du paysage politique depuis Savonarole avait rendu nécessaire une justification méthodique et rhétorique de cette constitution, car les partis en présences n’étaient plus de simples groupements rivaux d’aristocrates, mais bien des classes sociales aux intérêts fondamentalement divergents40. Les aristocrates, conscients de ne pouvoir établir par la force le régime auquel ils aspiraient, et redoutant qu’une alliance avec des forces extérieures n’aboutisse à l’établissement d’une tyrannie sur laquelle ils n’auraient pas de prise, avaient donc choisi un moyen détourné : étudier et démontrer à leur contemporains, à travers les exemples transmis par l’histoire antique, la voie politique idéale. A cet égard, les dissidents des Jardins Rucellai, pour Gilbert, se démarquent notablement de l’Humanisme civique du Quattrocento, dont les principaux acteurs eurent rarement l’occasion d’expérimenter concrètement eux-mêmes le résultat de leurs méditations philosophiques et politiques41.

15Les miscellanées de Crinito illustrent ce militantisme intellectuel qui aboutit finalement, en 1512, cinq ans après la mort de l’humaniste, à l’éviction de Soderini par Rucellai et ses deux fils, et au rétablissement des Médicis. Le De poetis latinis, plus littéraire, centré sur les biographies des poètes, occupe, cependant, une place un peu à part, et il faudrait étudier en détail la façon dont Crinito sélectionne et oriente les informations qu’il communique sur les auteurs antiques, mais l’on y retrouve, dans les préfaces de chaque chapitre ou, de manière plus implicite, dans plusieurs rubriques, les préoccupations des deux autres recueils.

16La préface du De honesta disciplina, adressée au Napolitain Bernardino Caraffa que Crinito loue pour sa constance et sa défense des belles lettres même pendant la guerre, suggère que, toute action directe étant impossible, le Florentin a opté pour un engagement intellectuel marquant sa solidarité à son ami :

J’ai suivi la tactique de ceux qui, ne pouvant militer autrement, du moins se sont efforcés de bien penser et d’écrire avec soin pour témoigner quelque reconnaissance.
Secutus eorum rationem qui cum suffragari aliter nequeant, bene saltem sentiendo atque scribendo studiose adnituntur ut gratiam aliquam referant.

17Le chapitre I, 1 du même ouvrage annonce d’emblée la fonction exemplaire et toute pratique des études historiques :

Personne ne doute que la vie même des mortels ne soit rendue beaucoup plus sage et plus riche grâce à l’observation des événements et de l’histoire, mais les informations les plus appréciables sont celles qui sont utiles à la pratique même et aux modes de vie, comme les exemples tirés de l’Antiquité qui rendent les hommes aussitôt plus sages, de sorte que celui qui est très versé en matière d’Antiquité, est également à même de comprendre le présent et, le plus souvent, de prévoir le futur.
Nemini dubium est vitam ipsam mortalium fieri multo prudentiorem et cultiorem ex rerum historiarumque observatione, sed ea praecipue sont pluris aestimenda quae ad usum magis ipsum et vitae rationes conducunt, sicuti exempla antiquitatis sunt ex quibus ita homines subinde fiunt prudentiores, ut qui optime antiquitatem calleat, is aeque et praesentia intelligit et futura plerumque prospicit.

18L’humaniste va ainsi enchevêtrer, dans ses recueils, des exempla directs, tirés de l’actualité immédiate, ou indirects, empruntés au passé. Crinito explore systématiquement les grands thèmes chers au milieu Rucellai.

  • 42 Voir Gilbert, ibid., p. 103-104, qui renvoie à A. Warburg, « Les dernières volontés de Francesco S (...)
  • 43 Gilbert, art. cit., p. 120.

19 La fortune. C’est ainsi qu’on retrouve par exemple la réflexion sur le thème, si cher à l’Humanisme, des liens entre virtù et fortuna. Les Rucellai y avaient puisé les symboles ornant leur blason, que l’on pouvait contempler dans leur palais de la Via della Vigna Nuova, construit par Alberti pour le père de Bernardo, Giovanni. On y voyait un bateau dont le mât était formé par une femme nue qui tenait de la main gauche la vergue, de la droite la partie basse de la voile gonflée par le vent. Inspiré par un échange de lettres avec Ficin, cet emblème symbolisait la nécessité d’une soumission et d’un ajustement prudent à la fortune, à mi-chemin entre confiance médiévale et désir humaniste de croire en l’autonomie humaine. Dans une gravure contemporaine, une variante de cette image représentait Bernardo à la place du mât et sa femme Nannina, sœur du Magnifique, tenant la barre, et signifiait ainsi que les Rucellai avaient trouvé cet ajustement en acceptant l’alliance avec les Médicis42. Chez Crinito, le thème de la fortune est également omniprésent. L’humaniste, comme les autres membres de son cercle43, déplore sans se lasser les terribles mutations subies par sa patrie depuis l’année 1494, qui vit la mort de Politien et de ses amis, et l’invasion des Français. Les chapitres I, 7 ; II, 2 ; IX, 6 ; XI, 2 ; XIII, 2 ; XV, 9 du De honesta disciplina, les préfaces des cinq livres du De poetis (surtout II et V), les pièces I, 4 ; I, 6 ; I, 8 ; I, 121, 13 ; I, 16 ; 1, 20 ; I, 22 ; II, 1 ; II, 2 ; II, 3 ; II, 9 ; II, 12 ; II, 13 ressassent les calamités qui ont accablé le siècle. Même l’étude des curiosités antiques ramène souvent l’humaniste au temps présent, comme aux chapitres III, 10 du De honesta disciplina où il passe d’une analyse de l’anthropophagisme écossais à l’invasion de Charles VIII, ou XIII, 2, où l’évocation des luttes civiles chez Pétrone débouche de même sur celle des guerres d’Italie. Le poème I, 17 raconte une chute dans le Pô, dont Crinito sortit miraculeusement indemne. Par ailleurs, le Florentin s’intéresse aux pratiques de la divination chez les anciens, à l’astronomie (D.H.D., XII, 2 ; XX, 1 ; XXIII, 4 ; XIII, 12), à la figure de Némésis (D.H.D., XIX, 6) et il consacre quatre chapitres au phénomène de la foudre, image du destin, et à ses interprétations antiques (II, 5 ; II, 10 ; VIII, 12 ; XI, 1). Cependant, tout en évoquant la force inéluctable de la fortune, Crinito souligne les possibilités d’adaptations de l’homme, comme en XI, 11, où il raconte comment Proculus et Regillus surent utiliser des épisodes dérisoires de leur vie pour se faire nommer empereurs, ou en XXIII, 1, où il rappelle, d’après Plutarque, qu’Auguste se souhaitait à lui-même la « fortune » de César, « rerum omnium maximarum victrix », c’est-à-dire en fait l’art de manipuler l’humanité. Dans plusieurs de ses Poemata (I, 5 ; I, 6 ; I, 8 ; I, 9 ; I, 18 ; II, 9 ; II, 21 ; II, 33 ; II, 34), Crinito affirme également, en termes stoïco-épicuriens, la toute-puissance de Fortune et sa volonté de s’incliner, momentanément au moins, devant les aléas de l’existence, en se consacrant aux belles-lettres et à la piété.

  • 44 IV, 14 contient la fameuse anecdote où les Gaulois répondirent à Alexandre qu’ils ne redoutaient q (...)

20 La critique de la tyrannie. Comme corollaire de ces déplorations des vicissitudes du temps présent, on trouve partout dans les miscellanées de Crinito la condamnation des régimes tyranniques, parfois associée à une très vive critique des envahisseurs français et des Florentins qui, à la suite de Piero de Médicis, avaient pactisé avec eux. Dans le De honesta disciplina, de nombreux exempla, aisément trouvés chez les historiens moralistes de l’Antiquité, fustigent la cruauté des tyrans, tout en soulignant leur situation précaire (IV, 1 ; VI, 2 ; VI, 5 ; VI, 13 ; X, 8 ; XI, 9 ; XII, 10 et XII, 11 ; XIII, 4 ; XIV, 4 ; XXI, 2 ; XXIII, 5 ; XXIII, 8). Un thème récurrent, dont il faudrait approfondir toutes les autres implications, peut aussi être rattaché à la critique de la tyrannie : le rappel des persécutions et du courage des chrétiens martyrs (I, 13 ; II, 15 ; V, 10 ; VII, 4 ; IX, 8 ; IX, 9 ; X, 1 ; XIII, 8 ; XVII, 2 ; XXIII, 10). A propos des invasions, le chapitre XII, 5 met en scène César franchissant le Rubicon ; le chapitre II, 7 rappelle la punition des habitants du Bruttium, qui s’étaient rendus à Hannibal ; deux chapitres (IV, 4 et IV, 14) célèbrent au contraire le courage de ceux qui surent s’opposer à une autre figure de conquérant tyrannique, Alexandre le Grand44. En VI, 2, Crinito raconte, d’après Procope de Césarée (VIe s.), comment Bélisaire défendit Rome contre l’envahisseur Totyla ; en VII, 3, il rapporte l’héroïsme d’Octavius contre le tyran Antiochos. Le chapitre XII, 3 tranche sur les autres en ce qu’il décrit un événement contemporain, le comportement héroïque de Pietro Caponio, un magistrat florentin ennemi des Médicis, qui avait osé déchirer sous les yeux de Charles VIII les documents où le roi avait consigné les conditions qu’il imposait à la cité. En XIV, 10 et XV, 4, Crinito reproche à son époque son peu d’intérêt pour les bonnes lettres. Les Poemata consacrent de même un grand nombre de pièces à la critique des tyrans et à l’invasion française : la pièce I, 12, adressée à Fausto Andrelini, exprime l’amertume du poète à l’arrivée des « barbares » dans Florence ; l’épigramme I, 13 dépeint la lutte entre un Toscan et un Gaulois ; I, 16 célèbre la bataille du Taro où les Français furent défaits par les Mantouans (juillet 1495). I, 20 raconte comment Ludovico Sforza fut trahi par ses mercenaires suisses, achetés par les Français ; en I, 22, Crinito cherche à consoler Bernardino Caraffa, dédicataire du De honesta disciplina, du chagrin que lui inspire la défaite de Naples (février 1495). Le livre II comporte également plusieurs poèmes déplorant les guerres d’Italie (II, 1 ; II, 9), célébrant la résistance (II, 3) ou flétrissant la tyrannie (II, 4 ; II, 7). Dans le De poetis latinis, Crinito ne manque pas de rappeler, dans les divers paratextes qui séparent les cinq livres, que l’épanouissement des lettres est toujours lié à l’état de paix et au type de régime en vigueur. Il semble souligner particulièrement l’héroïsme de certains auteurs connus pour leur opposition à divers tyrans, comme Décius Labérius (XXI), auteur de mimes, raillant Jules César qui voulait l'humilier ; Catulle (XXVII) fustigeant le même César dans ses épigrammes ; Ovide (LVI), dont Politien avait déploré l’exil dans un poème indigné, que Crinito cite ici en entier. L’humaniste n’oublie pas, bien sûr, les poètes révoltés de l’époque néronienne, Sénèque (LIV), Perse le satirique (LVI) et bien sûr Lucain (LVIII), dont Crinito dépeint la mort héroïque.

  • 45 Imperante enim Caesare Augusto tam prospere tamque feliciter humano generi consultum videri potest (...)
  • 46 Sur Cosimo Pazzi, voir E. Picot, Les Italiens en France au XVIe siècle, Bordeaux, 1918, reprint Ve (...)

21 L’éloge de Laurent de Médicis. Cependant, en contrepoint au thème des malheurs présents et de la tyrannie, l’humaniste exalte certaines figures idéales de monarques éclairés, pacifistes et libéraux. Dans le De honesta disciplina, plusieurs grands sont célébrés pour leur vertu ou leur amour des lettres (V, 6 : éloge de Trajan ; XIII, 5 : éloge de L. Metellus ; XIV, 11 : urbanité de Geta ; XV, 5 : humour d’Hadrien ; XVIII, 9 : noblesse d’Alphonse d’Aragon ; XXII, 7 : clémence d’Antonin). De même, dans le De poetis latinis, la figure d’Auguste (louée dans la préface du livre III), symbolise naturellement cette monarchie tempérée prônée par le cercle Rucellai45. Cependant, c’est surtout autour de la personne de Laurent de Médicis et de son âge d’or que se cristallise la projection d’un régime idéal. On retrouve, là encore, un topos propre à l’Académie Rucellai. Comme Giovanni Corsi, Francesco da Diacceto ou même Rucellai, Crinito associe au règne du Magnifique la liberté ainsi que la floraison des lettres. Le chapitre XV, 9 du De honesta disciplina, en particulier, où l’humaniste déplore la perte de Politien, Pic et Barbaro et peint la fin d’une ère privilégiée, comporte un portrait très flatteur de Laurent, « homme d’une très grande sagesse et d’un esprit remarquable..., qui gouvernait la république florentine avec autant d’habileté que de chance », vir summa sapientia et egregio animo..., qui Florentinam rempublicam non minore tum consilio quam fortuna gubernabat, et raconte comment le prince mit généreusement à la disposition de Barbaro sa luxueuse villa de Poggio a Caiano avec sa riche bibliothèque. Parmi les toutes premières pièces des Poemata figure une longue ode, adressée à Pic de la Mirandole, qui déplore la mort du Magnifique, maintes fois sauveur de sa patrie et protecteur des Muses, et prédit les malheurs à venir pour Florence. Dans la dédicace du De poetis adressée à Cosimo Pazzi, évêque d’Arezzo, pourtant issu d’une famille traditionnellement hostile aux Médicis46, mais parent par alliance de Laurent, Crinito rend également hommage au prince. Après avoir constaté qu’en ces temps malheureux nulle récompense ni considération ne sont plus accordées désormais aux lettrés épris de probité, l’humaniste regrette le mécénat du Magnifique :

Laurentius Medices avunculus tuus cum illi relatum foret in civitate sua non nullos esse qui praeclaro ingenio ac excellenti eruditione praestarent, primum laetitia incredibili affectus est, deinde multum his pollicendo, clareque et munifice agendo effecit, ut et bene meriti viderentur de suis studiis [...] Haud enim satis dignum existimavit vir consilio et prudentia clarus in civitate sua eos homines haberi sine ulla mercede, qui assiduam operam singularemque industriam ponerent in tam praeclaro opere indagandae atque illustrandae antiquitatis.
Quant on rapporta à Laurent de Médicis, ton oncle maternel, que se trouvaient dans sa cité des hommes qu’un remarquable talent et une éminente érudition rendaient supérieurs, tout d’abord il fut envahi par une incroyable joie, puis, multipliant les promesses à leur égard et se comportant avec une visible générosité, il fit en sorte que l’on vît qu’ils avaient bien mérité [de leur patrie] par leurs études [...] C’est que cet homme, connu pour son jugement et sa sagesse, n’estimait pas suffisamment digne que dans sa cité vivent sans nulle récompense des hommes qui consacraient des efforts assidus et une application particulière à la si noble tâche qui consiste à explorer et illustrer l’antiquité.

  • 47 Voir par exemple A. Chastel, Art et Humanisme à Florence au temps de Laurent le Magnifique, Paris, (...)
  • 48 Gilbert, art. cit., p. 106-107; 121.
  • 49 Ibid., p. 122.
  • 50 Ibid., 122-124.
  • 51 Voir par exemple la discussion entre Pic et Savonarole relatée dans le D.H.R., III, 2 et Angeleri, (...)

22On sait que le mythe de l’âge d’or médicéen a été en partie fabriqué par Bernardo Rucellai et son groupe47. Pourtant, comme le remarque Gilbert, Rucellai avait probablement mal vécu les années passées dans la familiarité du Magnifique, qu’il considérait au fond comme un tyran, tout en lui faisant bonne figure, en tâchant, fidèle à sa devise, de s’adapter souplement à la fortune, comme on l’a vu. Après sa mort, il s’était rapidement opposé à l’absolutisme instauré par Piero de Médicis, qu’il avait contribué à faire exiler48. L’éloge du Magnifique n’allait donc nullement de soi, et certains contemporains de Rucellai le perçurent parfaitement49. Néanmoins, malgré ses défauts qui s’estompaient avec le temps, le règne de Laurent, période de prospérité et de culture, pouvait apparaître comme un exemple historique assez proche et utilisable de cette oligarchie monarchique que les Rucellai souhaitaient réinstaurer à Florence, après l’avoir débarrassée de son gouvernement populaire50. On peut également supposer, d’après les souvenirs relatés dans le De honesta disciplina ou dans les Poemata, que Crinito lui-même, qui n’avait pas les mêmes raisons que Rucellai de se défier du Magnifique, lui gardait une reconnaissance émue pour avoir favorisé ses débuts, l’avoir admis dans son entourage qui était aussi celui de son maître bien-aimé, en lui permettant d’assister, et même de participer à des débats opposants d’illustres personnages tels que Politien, Pic ou Savonarole lui-même51.

4. — UNE PHILOLOGIE DU LYRISME

  • 52 La glose..., p. 150 et s.

23Les miscellanées de Pietro Crinito, comme on le voit, ne se bornent donc pas à transmettre à leur lecteur les mille et unes curiosités glanées au hasard des lectures savantes de l’humaniste. Elles constituent une variation obstinée et lancinante sur la hantise des malheurs présents et la nécessité d’y remédier par une stratégie à la fois philosophique et politique dont le secret se trouve dans le dialogue avec les auteurs du temps passé, historiens ou poètes. La structure morcelée du De honesta disciplina, le plan didactique du De poetis ainsi que leur dimension érudite bien réelle ôtaient toutefois à ces ouvrages tout caractère de manifeste trop explicite. Cependant la nature conative, rhétorique, de ces ouvrages est trahie par la présence très perceptible d’un « lyrisme » personnel, qui, combiné avec les ressemblances thématiques évoquées, les apparente au recueil des Poemata. On a, bien sûr, déjà observé que les miscellanées érudits, dès leurs premières apparitions, ne s’interdisent pas le ton de la conversation, greffent des observations personnelles sur les commentaires érudits, amorçant, comme les épîtres, une sorte de conversation fictive. Je renvoie ici aux analyses d’A. Tournon52, qui montre comment de véritables « discussions philosophiques » s’installent entre les notes de P. Vettori (Diversae lectiones, 1553), alors que même les Officina de Ravisius Textor (1520) laissaient déjà quelque place à des confidences personnelles sur le caractère de l’auteur, ou à des digressions galantes. Mais, pour Tournon, « il n’est pas fréquent que la glose s’affranchisse ainsi de ses servitudes dans les ouvrages conçus... à des fins strictement didactiques » (p. 153) ou bien il n’y a pas de cohérence entre la glose amplifiée en discours et l’objet de référence des mélanges (p. 157). Chez Crinito, précisément, on va le voir, cette cohérence existe, et l’érudition joue le rôle de preuve au sein d’un discours argumentatif certes fragmenté, mais constant.

  • 53 Cité par P. Laurens, art. cit., p. 355.

24Chez Politien, la « conversation » dramatisée demeure limitée au domaine de l’érudition. Les Miscellanea apparaissent d’abord comme le lieu d’une affirmation des principes philologiques ou poétiques novateurs de leur auteur, et aussi comme le champ clos où Politien peut se livrer à son aise à une véritable polémique avec son défunt prédécesseur et rival Calderini. Malgré quelques éléments ponctuels de mise en scène — le Florentin raconte ses trouvailles (II, 31)53, rappelle des questions qu on lui a posées (Misc. II, 7), fait allusion à certains de ses cours (II, 48), mentionne ici ou là le nom de quelques amis — ses miscellanées ne sont guère narratives. Il en va bien autrement du De honesta disciplina de Crinito, et même du De poetis dont les ajouts paratextuels réguliers permettent à leur auteur de prendre la parole. L’humaniste cultive une rhétorique de la présence fondée sur divers procédés. Le plus souvent la « leçon » érudite est introduite sous forme d’un souvenir personnel. Crinito se remémore des conversations qui ont eu lieu entre ses amis (Politien, on l’a vu, est très présent), ou bien des débats auxquels il a lui-même participé (II, 2 ; II, 9 ; II, 13 ; II, 14 ; III, 2 ; III, 15 ; V, 1 ; V, 14 ; VIII, 3 ; XX, 8 ; XX, 10 ; XXV, 7). Le cadre varie, entre la Bibliotheca Marciana et les Orti Oricellari. Il livre aussi des anecdotes contemporaines (V, 3 : un orateur qui oublie son discours ; XII, 3 : l’héroïsme de Caponio). L’utilisation du dialogue, direct ou indirect, la mention des mimiques des auditeurs, animent ces scènes (en particulier III, 2). Parfois Crinito renvoie à sa correspondance ou à d’autres de ses œuvres (XVI, 5 ; XIX, 6 ; XXIII, 6 ; XXIV, 6 ; XXIV, 7). Souvent aussi l’humaniste livre ses commentaires personnels sur la situation ou la matière traitée. On a vu qu’il avait à cœur, en particulier, de défendre Politien contre ses détracteurs. Il expose ses goûts littéraires (VIII, 1), raconte ses découvertes de manuscrits (VIII, 8), s’apitoie sur tel personnage historique (IX, 6), propose des énigmes à résoudre (XX, 8). Chacune des variae lectiones ou presque est présentée, selon une formule quasi topique, comme le fruit d’un choix délibéré, parmi les informations glanées au hasard, qui vient servir le propos d’ensemble défini dans la dédicace : mettre à la disposition du lecteur non une érudition abstraite et spéculative, mais des informations utiles sur le plan moral et civique : neque difficiles quaestiones aut nimis anxias tractavimus, sed civiles inprimis et honestas, « je n’ai point traité des questions difficiles ou trop angoissantes, mais de préférence civiles et honnêtes ». Ce souci de la communication, de l’échange, de la polyphonie, constamment dramatisé dans le De honesta disciplina, reparaît dans les apartés du De poetis, ainsi que dans les nombreuses citations des auteurs antiques que l’humaniste y procure, et aussi dans les odes, dont la plupart sont adressées à des dédicataires, pour l’essentiel les amis rencontrés par Crinito lors de ses voyages. On note, à cet égard, que l’humaniste, en ces temps de discorde, semble avoir voulu renouer des liens avec des personnalités littéraires auxquelles l’orgueilleux Politien s’était plutôt opposé, comme Manille, Bartolomeo Scala, le Napolitain Pontano, ou certains membres de l’Académie romaine de Pomponio Leto. Par ailleurs, la fragmentation même des textes, liée à l’écriture du kairos dont j’ai parlé au début, garantit le caractère spontané et concret du discours informant, ainsi que l’ancrage des trois miscellanées dans le réel spatio-temporel.

CONCLUSION

  • 54 Je renvoie évidemment en priorité au livre de M. Jeanneret, Des mets et des mots. Banquets et prop (...)
  • 55 Cf. Quintilien, Inst. Or., I, 10, 10.

25Sans doute ce dialogisme intense et vivant n’avait-il pas échappé à l’éditeur Josse Bade, qui en fait le thème publicitaire de sa préface à l’édition de 1508, adressée au mécène néo-platonicien Germain de Ganay. Assurément le thème du livre-banquet est très banal, depuis Platon, Macrobe ou d’autres54. Bade, citant Cicéron (De Offi, II, 64) qui affirmait qu’il « est très beau que les maisons des hommes illustres s’ouvrent à des hôtes illustres », valde decorum patere domos hominum illustrium illustribus hospitibus, remercie Ganay, qui avait financé la publication de l’ouvrage, d’accueillir chez lui la troupe joyeuse des auteurs antiques rassemblés par Crinito, prête à faire retentir de ses échos savants la salle à manger du mécène. L’éditeur célèbre ainsi non seulement la polyphonie érudite des miscellanées florentines, mais aussi le dialogue qui s’engage, avec cette édition de plus, entre la France humaniste débutante et l’Italie. Dans le huitain, toujours de la main de Bade, qui clôt le volume, les trois œuvres publiées sont étroitement associées, en même temps que la science et la poésie apparaissent intimement liées, puisque Crinito y est, non sans quelque pédanterie, comparé à l’aède Iolpas le Chevelu (Crinitus), qui, au chant I de l’Enéide (740 et s.), révèle aux Troyens attablés les charmes de la poésie didactique55.

  • 56 Cf. par exemple Tournon, p. 295.

26L’exemple des trois miscellanées de Crinito nous montre que, contrairement à ce que l’on a pu écrire, l’Humanisme n’avait pas attendu la fin du XVIe siècle pour découvrir sa fragilité, exprimer son angoisse de l’émiettement, de l’effondrement, vivre et représenter une crise dont seraient finalement issus, entre autres œuvres, les Essais de Montaigne56. Les œuvres fragmentées de l’élève de Politien, découvertes par les Français au tout début de leur apprentissage, suffisaient amplement à leur montrer la fragilité de la construction humaniste qu’avaient pourtant si bien édifiée les érudits de l’âge d’or médicéen. Crinito prouvait que le « genre » des miscellanea, constructif et destructeur, pouvait recéler, bien au-delà de l’érudition, une méditation incertaine sur la vie et la fortune. Nous ne sommes donc pas étonnés de constater que les œuvres du Florentin faisaient partie des lectures de Montaigne.

Notes

1 Le 9 janvier 1476, selon le registre des baptêmes de Florence cité par C. Angeleri, introduction à Pietro Crinito, De honesta disciplina, a cura di C. A., Roma, Fratelli Bocca Editori, 1955, p. 7 et n. Le Dizionario Biografico degli Italiani (vol. 38, 1990, notice de R. Ricciardi, p. 265-268) donne comme date de naissance le 22 mai 1474. La critique s’est peu intéressée à Crinito jusqu’à présent (voit la bibliographie déjà ancienne donnée par Angeleri). Il figure dans les registres bio-bliographiques usuels : Contemporaries of Erasmus. A Biographical Register of the Renaissance and Reformation, Toronto-Buffalo-London, vol. I, p. 358-359; M. E. Cosenza, Biographical and Bibliographical Dictionary of the Italian Humanists and the World of Classical Scholarship in Italy, 1300-1800, Boston, 1962, vol. II, p. 1146-1149 ; L’Europe des Humanistes (XIVe-XVIIe siècles), éd. J.-F. Maillard et alii, rééd. 1998, p. 146 ; Letteratura italiana. Gli autori, Dizionario bio-bibliografico e Indici, vol. primo, A-G, Torino, 1990, p. 621-622. Voir aussi les études de C. Angeleri, « Il Poliziano e il Crinito », Poliziano e il suo tempo, Atti del IV Convegno di Studi sul Rinascimento, Firenze, 1954, p. 119-130 ; C. Maddison, Apollo and the Nine. A History of the Ode, London, Routledge and Kegan Paul, 1960, p. 85-96; R. Fabbri, « P. Crinito e il Virgilio Aldino del 1501 », Materiali e Discussioni per l’analisi dei testi classici, 17, 1986, p. 151-160; P. Godman, « Florentine Humanism between Poliziano and Machiavelli », Rinascimento, seconda serie, vol. XXXV, 1995, p. 6-24 (l’article est centré sur la figure de Marcello Virgilio, successeur de Politien au Studio et supérieur de Machiavel à la chancellerie de Florence ; sur Crinito voir p. 73-74 ; 80-81 ; 91-94 ; 98 ; 101 ; 107 ; 117) ; P. Galand-Hallyn, « L’ode latine comme genre « tempéré » : le lyrisme familial de Macrin dans les Hymnes de 1537 », Humanística Lovaniensia, L, 2001, p. 221-265 (sur Crinito, p. 226-227). Sur le cadre et le milieu de Crinito et en particulier sur les Orti Oricellari, voir L. Passerini, Gli Orti Oricellari, Memorie Storiche, Firenze, 1854, p. 17 et « Degli Orti Oricellari », Curiosità storico-artistiche Florentine, Firenze, 1866 (conclusions discutées par R. M. Comanducci, v. infra) ; A. Della Torre, Storia dell'Accademia Platonica, Firenze, 1902 ; D. Cantimori, « Rhetoric and Politics in Italian Humanism », Journal of the Warburg Institute, I, 1937-1938, p. 83-102 ; F. Gilbert, « Bernardo Rucellai and the Orti Oricellari : A Study on the Origin of Modem Political Thought », The Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, vol. XII, 1949, p. 101-131 (Kraus reprint LTD, Vaduz, 1965 ; article repris dans History, Choice and Commitment, Cambridge (Mass.), London, 1977 ; il s’agit d’un article important qui insiste sur la première période des Jardins Rucellai (c. 1500-1506), antérieure à la fréquentation des lieux par Machiavel) et ID. Niccolò Machiavelli e la vita culturale del suo tempo, Bologna, Il Mulino, 1969, p. 182 et s. ; R. von Albertini, Firenze dalla Repubblica al Principato, Storia e coscienza politica, Torino, Einaudi, 1970, p. 67-84 ; R. M. Comanducci, « Gli orti Oricellari », Interpres, XV, 1995-1996, p. 302-358.

2 Bib. Laurenziana Pl. 90, VIII. Voir Angeleri p. 8 et n. 9.

3 Voir Angeleri, p. 16 et p. 46-49.

4 A partir du f. Dii v°, une erreur de numérotation des chapitres, avec la répétition du n° LI, intervient dans l’édition parisienne de 1508.

5 Angeleri signale une édition s.l. s.d., suggérant Florence, Giunta, 1520 ?, ce qui paraît bien tardif pour l'editio princeps. G. Tournoy-Thoen, dans son édition des Publi Fausti Andrelini Amores sive Livia, Brussel, Verhandeíingen van de Koninklijke Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België, Klasse der Letteren, Jaargang 44, nr 100, 1982, p. XXXI et p. 108, n. 1, à propos des liens entre Crinito et Fausto Andrelini, fait état d’une édition de 1505 chez Giunta. A. Mastrogianni prépare actuellement une édition avec traduction allemenade des Poemata, à paraître dans les Hamburger Beitrage zur Neulateinischen Philologie (LIT Verlag Publishers).

6 Pour la situation de ce recueil dans l’histoire de l’ode néo-latine, voir l'ample panorama donné par C. Maddison, Apollo and the Nine, o.c., p. 85-96 (avec une brève description de certains mètres), et P. Galand-Hallyn, « L’ode latine comme genre “tempéré” », art. cit., p. 226-227.

7 Et non en 1510 comme l’indique Angeleri dans son édition (p. 46). Voir B. Moreau, Inventaire chronologique des éditions parisiennes du XVIe siècle, Paris, 1972.

8 Édition omise par Angeleri.

9 Il est évident qu’une telle étude comparative excède le cadre d’un simple article. Je me bornerai donc ici à esquisser de grandes lignes d’analyses, qui réclameraient un approfondissment.

10 C. Dionisotti, « Calderini, Poliziano e altri », Italia Medioevale e Umanistica, XI, 1968 et A. Grafton, Josef Scaliger, A Study in the History of Classical scholarship, I, Textual Criticism and Exegesis, Oxford, Clarendon, Press, 1983 (chap. I, « Angelo Poliziano and Philology »).

11 Crinito avait eu connaissance des manuscrits de la seconde Centurie, qui fut publiée par V. Branca et M. Pastore Stocchi à Florence en 1972 (editio minor 1978 : voir la riche introduction). Voir à ce sujet V. Branca, Poliziano e l'umanesimo della parola, Torino, Einaudi, 1983, chap. 12. (avec en appendice deux lettres à Sarti où Crinito mentionne la deuxième Centurie).

12 F. Beroaldo, Annotationes centum, Bologna, 1488, f. a ii v°, et D. Calderini, Ex tertio libro observationum, dans Lampas, siue fax artium liberalium, hoc est thesaurus criticus, éd. J. Gruter, I (Frankfurt, 1602), p. 316, cités par A. Grafton, o.c., n. 34 et 33, p. 233.

13 On notera que Calderini avait été le premier à éditer un commentaire (linéaire) des Silves de Stace (Rome, 1475), dans lequel il glosait les sens du terme sylva. A propos de l’écriture de la silve, j’ai résumé diverses analyses antérieures dans « Quelques coïncidences (paradoxales ?) entre l'Épître aux Pisons d’Horace et la poétique de la silve (au début du XVIe siècle en France) », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, LX, 1998, n° 3, p. 609-639. Voir aussi mon analyse du discours préfaciel des éditions de « silves » au XVIe siècle en France, dans l’article suivant (en collaboration avec F. Hallyn) : « » Recueillir des brouillars » : éthique de la silve et poétique du manuscrit trouvé », Actes du colloque international sur La Constitution et la diffusion du corpus poétique au XVIe siècle, Bibliothèque municipale de Valenciennes, 20-21 mai 1999, sous la dir. de J.-E. Girot, à paraître à Genève, chez Droz. Voir aussi les travaux de A. Bettinzoli sur le sujet, notamment A proposito delle Sylvae di Angelo Poliziano : questioni di poetica, Venezia, Memorie dell’Istituto Veneto, Classe di Scienze Morali, Lettere ed Arti, vol. XLIII, fasc. I, 1990 (repris dans Daedaleum iter. Studi sulla poesía e la poetica di Angelo Poliziano, Firenze, Olchki, 1995, chap. III), où Bettinzoli souligne la diffusion de cette esthétique du calor aux divers écrits de Politien. P. Laurens aborde brièvement la « poétique » des Miscellanea de Politien, sans noter le lien avec l’esthétique de Stace et de Quintilien, avant de passer en revue les préfaces de plusieurs imitateurs de Politien au XVIe et au XVIIe siècle, dans « La Poétique du Philologue : les Miscellanea de Politien dans la lumière du premier centenaire », Euphrosyne, nova serie, vol. XXIII, 1995, p. 349-367. Voir également R. Mouren, « La varietas des philologues au XVIe siècle : entre varia lectio et variae lectiones », La varietas à la Renaissance, études réunies par D. de Courcelles, Paris, École des Chartes [Études et rencontres de l’École des Chartes n° 9], 2001, p. 5-31.

14 Pour un résumé de cette querelle voir Poétiques de la Renaissance. Le modèle italien, le monde franco-bourguignon et leur héritage en France au XVIe siècle, sous la dir. de P. Galand-Hallyn et F. Hallyn, Genève, Droz [Travaux d’Humanisme et Renaissance n° 348], Troisième partie, chap. VI : « Les voies de Limitation », p. 438 et s. (F. Bausi, P. Galand-Hallyn et L. Deitz).

15 Cf. Salluste, De conjuratione Catilinae, IV, 2 : statui res gestas populi Romani carptim perscribere.

16 Voir la lettre dédicace à Piero de Medicis, dans son Liber epistolarum, Opera omnia, Venise, Aide, 1498.

17 Le chapitre XXII, 1, « Copiose expositum de asaroticis pauimentis ac lithostratis seu tessellatis tum de opere vermiculato ac de cerostrati nonnihil », apparaît très programmatique de cette esthétique. Il est en effet consacré aux arts de la mosaïque, de la marqueterie et à d’autres techniques du même ordre. Crinito s’y inspire probablement des annotations que Politien avaient consacrées, dans son Commentaire aux Silves de Stace, à I, 3, 56, à l’expression asarota, désignant la mosaïque dite « non balayée », qui reproduisait avec réalisme les déchets des banquets (voir l’édition moderne de L. Cesarini Martinelli, Firenze, Sansoni, 1978, p. 284-285). Crinito y loue ces techniques ornementales fondées sur l’élégant assemblage de fragments, et il fait le lien, après Politien, entre ces arts et l’écriture, à partir d’une citation de Lucilius (fr. 85 Marx, chez Cicéron, De or., III, 171) assimilant un style bien composé, « lexim bene compositam » à une mosaïque ou une marqueterie. Il renvoie à des monuments ou des œuvres d’art visibles à son époque, évoquant en particulier avec admiration le pavement multicolore du Baptistère de Florence.

18 Cf. la description de la villa de Fiesole dans la silve Rusticus, 558-570 (et, plus largement, l’univers bucolico-géorgique dépeint dans le poème) ; la villa de Poggio a Caiano dans la silve Ambra, 597-621 ; le paysage métaphore du style de Virgile (d’après Macrobe) dans la silve Manto, 351-373. Le poème I, 9 de Crinito est reproduit dans l’article cité de R. M. Comanducci. La pièce de Crinito, toutefois, n’est pas écrite en hexamètres, comme celles de Politien, mais en mètres lyriques : une alternance de sénaires et de quaternaires iambiques, sur le modèle des Épodes I-X d’Horace.

19 Voir F. Gilbert, « Bernardo Rucellai... », art. cit., p. 119 et n. Francesco da Diacceto, disciple de Ficin, achevait dans ces mêmes années un De pulchro ; Giovanni Corsi travaillait à une biographie de Ficin et à l’édition du De Prudentia de Pontano ; Bernardo Rucellai terminait un ouvrage sur les monuments antiques de Rome et préparait son histoire des invasions françaises en Italie, un De bello Italico qui sera loué par Érasme comme l’œuvre d’un nouveau Salluste (Érasme, Opera omnia, Leyden, 1703-1706, IV, 363E, Apophtegmata, cité par F. Gilbert, art. cit., p. 102, n. 3).

20 Voir Branca, chap. 12. 4, p. 238 et s. et la belle étude de Th. Green, The Light in Troy. Imitation and Discovery in Renaissance Poetry, New Haven-London, Yale U.P., 1982, p. 147 et s. (« Poliziano: The Past Dismembered »).

21 Un relevé exhaustif de la dette de Crinito envers Politien reste à faire. Je me bornerai à signaler ici certains chapitres du D.H.D., où Crinito rappelle une conversation ou Politien a pris part, ou bien une opinion qu’il a émise, ou bien encore prend sa défense : II, 2 ; II, 9 ; II, 13 ; III, 12 ; III, 15 ; IX, 13, XI, 12 ; XV, 3 ; XV, 9 (déploration de la triple mort de Barbaro, Pic, Politien) ; XVII, 4, etc. Dans d’autres cas, Crinito reprend des points d’érudition déjà abordés par son maître lui-même, dans ses Miscellanea ou dans ses Silvae, ou analogues à ses préoccupations : voir par exemple les chap. II, 6, sur l’étrange trépas de Sophocle, qui mourut de rire : cf. la silve Nutricia de Politien, vv. 667-669, sur les morts étranges des tragiques grecs ; II, 8, sur l’« invention » du marbre, qui rappelle le chapitre de Politien sur la découverte de la pourpre (Miscellanea, I, 12 ; cf. Rusticus, v. 298) ; III, 6, sur la mélancolie liée au génie : cf. Politien, chap. 90 des Miscellanea, I ; XI, 12, sur le verbe sororiare, où Crinito suit et défend Politien qui avait déjà traité le sujet dans les Miscellanea, II, 25 et avait fait l’objet de critiques ; XIX, 6 où Crinito étudie la déesse Némésis, déjà savamment mise en scène par Politien au début de sa silve Manto. Dans les Poemata, plusieurs pièces célèbrent Politien et son milieu : la déploration du Magnifique (I, 4), dont la mort avait été pleurée par Politien lui-même dans une ode ; la monodie en hommage à Politien (I, 7) ; l’ode sapphique en l’honneur d’Horace, qui rappelle également celle que Politien avait consacrée au poète antique (I, 23) ; la déploration de Pic de la Mirandole (II, 13), la propension à parsemer le recueil de pièces traduites du grec, notamment de l'Anthologie (I, 14 ; I, 19 ; I, 21 ; II, 16 ; II, 18 ; II, 27 ; II, 30 ; II, 32).

22 Éd. cit., p. 18-24.

23 Cf. les chapitres traitant d’auteurs littéraires dans le D.H.D., I, 16 ; V, 1 ; XV, 4 ; XVII, 3 ; XVII, 4 ; XVII, 6 ; XVIII, 2 ; XVIII, 6 ; XX, 10 ; XXIII, 7 ; XXIV, 4.

24 A. Poliziano, Oratio super Fabio Quintiliano et Statii Sylvis Epistolae, dans Prosatori Latini del Quattrocento, a cura di E. Garin, Milano-Napoli, Ricciardo Ricciardi editore, 1952, p. 870-885.

25 Voir Angelen, éd. cit., p. 37-40.

26 P. Godman, « Florentine Humanism... », art. cit., p. 73.

27 Ibid, p. 80-81 et 73-74. Cf. Branca, Poliziano..., o.c., « Marginalia », 4. « La morte e la dispersione dei libri », p. 327 et s.

28 R. Mouren, art. cit., passe en revue les fonctions philologique, didactique, pédagogique et polémique de ces recueils de variae lectiones.

29 Ibid., p. 22-27.

30 A. Tournon, Montaigne, la glose et l’essai, Presses universitaires de Lyon, 1983, p. 148-149.

31 Texte cité et traduit par A. Tournon, ibid., p. 148.

32 Chez Politien lui-même, la critique a relevé ce que l’écriture de la fragmentation pouvait avoir d’ambigu, tandis que le poète humaniste est pris entre une angoisse existentielle (et peut-être politique) qui lui fait redouter et dépeindre toute forme de dislocation, et la foi en la philologie créatrice qui lui permet de ressusciter les textes du passé et aussi de composer lui-même une poétique novatrice. Voir les analyses d’E. Bigi, La cultura del Poliziano e altri studi umanistici, Pisa, Nistri-Lischi, 1967, en particulier le chapitre « La lírica latina del Poliziano ».

33 Selon R. M. Comanducci, « Gli Orti Oricellari », art. cit., Rucellai avait acheté la première partie du terrain en 1483, puis la seconde en 1490 (p. 302).

34 Ibid., p. 307.

35 Le poème est reproduit dans l’article de R. M. Comanducci, en appendice.

36 R. Comanducci, art. cit., p. 344 et s.

37 F. Gilbert, « Bernardo Rucellai... », art. cit., p. 126-131.

38 Ibid., p. 108-110.

39 Ibid., p. 108.

40 Ibid., p. 128-129.

41 Ibid., p. 127.

42 Voir Gilbert, ibid., p. 103-104, qui renvoie à A. Warburg, « Les dernières volontés de Francesco Sassetti », à consulter aujourd’hui dans Essais Florentins, trad. française S. Muller, Paris, Klincksieck, 1990, p. 181-183.

43 Gilbert, art. cit., p. 120.

44 IV, 14 contient la fameuse anecdote où les Gaulois répondirent à Alexandre qu’ils ne redoutaient qu’une chose : que le ciel leur tombe sur la tête !

45 Imperante enim Caesare Augusto tam prospere tamque feliciter humano generi consultum videri potest, ut nemini dubium sit optimis auspiciis etque consiliis per ea tempora administratum fuisse imperium, et omnes artes in summa dignitate Romae claruisse, « Sous le règne de César Auguste, on peut voir qu’on prit tant soin de la prospérité et du bonheur du genre humain, que personne ne peut douter que l’empire fut administré durant cette période sous les auspices et les desseins les meilleurs, et que tous les arts, pour la plus grande dignité de Rome, furent illustrés ».

46 Sur Cosimo Pazzi, voir E. Picot, Les Italiens en France au XVIe siècle, Bordeaux, 1918, reprint Vecchiarelli éditore, 1995, p. 110.

47 Voir par exemple A. Chastel, Art et Humanisme à Florence au temps de Laurent le Magnifique, Paris, P.U.F., 1961, p. 25-26.

48 Gilbert, art. cit., p. 106-107; 121.

49 Ibid., p. 122.

50 Ibid., 122-124.

51 Voir par exemple la discussion entre Pic et Savonarole relatée dans le D.H.R., III, 2 et Angeleri, éd. cit., p. 8-9.

52 La glose..., p. 150 et s.

53 Cité par P. Laurens, art. cit., p. 355.

54 Je renvoie évidemment en priorité au livre de M. Jeanneret, Des mets et des mots. Banquets et propos de table à la Renaissance, Paris, Corti, 1987.

55 Cf. Quintilien, Inst. Or., I, 10, 10.

56 Cf. par exemple Tournon, p. 295.

Auteur

Université de Paris IV-Sorbonne/E.P.H.E.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search