Version classiqueVersion mobile

Ouvrages miscellanées et théories de la connaissance à la Renaissance

 | 
Dominique de Courcelles

Le livre Des Inventeurs de Polydore Vergile

Frank Lestringant

Texte intégral

1Dans le De brevitate vitae, Sénèque dénonce une mode aussi futile que funeste, à savoir la recherche d’une érudition inutile, cette maladie venue des Grecs. Une étrange perte de temps résulte d’un vain savoir, destiné uniquement à la parade et à remédier aux pannes de la conversation. De cette condamnation il résulte que la mode des « inventeurs » est ancienne, et que la Renaissance, en ce domaine comme en d’autres, renoue avec une longue tradition. Qu’on en juge plutôt :

  • 1 Sénèque, De brevitate vitae, XIII, 3-9, Éditions Arléa, 1995, p. 125-126.

Voici que les Romains sont gagnés à leur tour par cet inepte désir de connaissances superflues. Ces jours derniers, j’ai entendu un exposé sur ce que chacun des généraux romains avait été le premier à faire : Duilius fut le premier à remporter une victoire navale ; Curius Dentatus le premier à promener des éléphants dans son triomphe. Du moins ces recherches, si elles ne conduisent pas à la gloire véritable, se réfèrent à des exemples tirés de l’histoire nationale ; ces connaissances ne servent à rien, mais elles peuvent nous intéresser par le vain éclat de ces exploits. Soyons indulgents aussi pour ceux qui cherchent à savoir qui fut le premier à persuader les Romains de monter à bord d’un navire (c’était Claudius surnommé Caudex [...]). Qu’il soit intéressant de savoir que Valerius Corvinus ait le premier soumis Messana [...] et que peu à peu le peuple, en changeant une lettre, l’ait appelé Messala, je veux bien le concéder. Trouverastu opportun qu’on se soucie de savoir que Sylla fut le premier à avoir lâché les lions dans l’arène, alors qu’auparavant ils étaient attachés, et que le roi Bocchus ait envoyé des archers pour les tuer ? Cela encore, admettons-le. Mais savoir que Pompée fut le premier à avoir donné en spectacle un combat de cirque opposant dix-huit éléphants à des condamnés, cela peut-il avoir quelque conséquence heureuse ? [...] Car en admettant qu’ils racontent de bonne foi toutes ces histoires et s’en portent garants, de qui enfin diminueront-elles les égarements ? [...] Notre grand Fabianus avouait se demander parfois s’il ne vaudrait pas mieux ne s’adonner à aucune étude qu’à des inepties pareilles1.

  • 2 Ibid., XIV, 1.

2Le philosophe conclut avec sévérité : « Seuls mettent à profit un loisir ceux qui se vouent à la sagesse ; seuls ils vivent »2.

3Or cette liste d’inventions contestables fait irrésistiblement penser à tel chapitre des Essais où Montaigne dresse un catalogue de chars étrangement attelés, dont les anciennes chroniques nous ont laissé le souvenir :

  • 3 Montaigne, Essais, III, 6, éd. P. Villey, Paris, P.U.F., 1965, p. 901.

Si j’en avoy la memoire suffisamment informée, je ne pleinderois mon temps à dire icy l’infinie varieté que les histoires nous presentent de l’usage des coches au service de la guerre, divers selon les nations, selon les siecles, de grand effect, ce me semble, et necessité [...].
Marc Antoine fut le premier qui se fit mener à Romme, et une garse menestriere quand et luy, par des lyons attelez à un coche. Heliogabalus en fit dépuis autant, se disant Cibelé, la mere des dieux, et aussi par des tigres, contrefaisant le Dieu Bacchus3.

  • 4 Ibid., p. 902.

4Viennent ensuite, dans le chapitre « Des Coches », amenés par la mention des fauves réduits sous le joug, les jeux du cirque, à savoir l’exemple même dont Sénèque s’était servi pour ridiculiser le vain savoir des « inventeurs ». Mais Montaigne ne se scandalise pas outre mesure de « l’estrangeté de ces inventions »4. Bien au contraire, et tout en condamnant la folle dépense, il ne peut s’empêcher d’admirer le spectacle :

  • 5 Ibid., p. 905.

C’estoit pourtant une belle chose, d’aller faire apporter et planter en la place aus arenes une grande quantité de gros arbres, tous branchus et tous verts, representans une grande forest ombrageuse, despartie en belle symmetrie, et, le premier jour, jetter là dedans mille austruches, mille cerfs, mille sangliers et mille dains, les abandonnant à piller au peuple ; le lendemain, faire assomer en sa presence cent gros lions, cent leopards, et trois cens ours, et, pour le troisiesme jour, faire combatte à outrance trois cens pairs de gladiateurs, comme fit l’Empereur Probus5.

  • 6 Juste Lipse, Iusti Lipsi De Amphitheatro Liber. In quo forma ipsa Loci expressa, et ratio spectand (...)

5Chez Montaigne, comme chez Juste Lipse, l’auteur du De Amphitheatro dont ce passage s’inspire directement6, l’admiration est le maître mot. C’est elle qui excuse la vaine recherche dont se plaignait Sénèque :

  • 7 Montaigne, Essais, III, 6, p. 907.

S’il y a quelque chose qui soit excusable en tels excez, c’est où l’invention et la nouveauté fournit d’admiration, non pas la despence7.

  • 8 Juste Lipse, op. cit., c. I, p. 11.

6Futiles, Juste Lipse et Montaigne ? Ineptes, leur goût du catalogue et leur recherche passionnée des faits émerveillables des anciens ? En réalité, l’admiration est inséparable ici et là d’une méditation sur l’Histoire. La vue d’un amphithéâtre en ruine est une bonne entrée en matière pour méditer sur le théâtre du monde, lieu commun qui jouit d’une vogue extraordinaire au déclin du XVIe siècle. De fait, le traité dialogué de Juste Lipse, qui est une visite guidée du Colisée, agrémentée de citations d’auteurs anciens dont la leçon est rectifiée au besoin, commence par une déploration sur les ruines de Rome, bientôt retournée en exercice d’admiration. Nicolas Florentius, en effet, invite son interlocuteur, au lieu de se lamenter, à voir dans ces vestiges la présence toujours vivante de la Rome antique : « Scilicet haec ipsa ruta et caesa spirant etiam Romam veterem, et velut scintillas emittunt prisci splendoris »8. De sorte qu’au cours de cette promenade archéologique la mélancolie initiale progressivement fait place à l’enthousiasme.

  • 9 Montaigne, Essais, II, 24, p. 686-687.
  • 10 Montaigne, Essais, III, 6, ad loc.
  • 11 Ibid., p. 910.

7Pour Montaigne non plus l’Antiquité n’est pas morte. Elle respire encore dans les livres, et aussi dans les cités du Nouveau Monde tout récemment pillées et abattues par les conquistadors. Mais le rapport de la mélancolie à l’admiration suit un chemin inverse : l’admiration pour les Anciens est première. Leur supériorité, dont témoignent les historiens et les poètes, relève de l’évidence. Montaigne l’a dit ailleurs, par exemple au chapitre « De la grandeur romaine »9, mais il le répète ici. C’est peu dire que Montaigne adhère sans réserve au propos implicite de Juste Lipse : « En ces vanitez mesme nous descouvrons combien ces siecles estoyent fertiles d’autres espris que ne sont les nostres »10. L’admiration pour les anciens conduit à la dépréciation des modernes, et plus loin à une franche indignation à leur encontre. Les modernes non seulement sont incapables de rivaliser en ingéniosité avec les Grecs et les Romains, mais ils ont exterminé et détruit des peuples en qui revivaient la générosité et la grandeur de ces derniers. D’où l’exclamation fameuse qui fait se rencontrer l’Antiquité et le Nouveau Monde, le lointain dans le temps et le lointain dans l’espace : « Que n’est tombée soubs Alexandre ou soubs ces anciens Grecs et Romains une si noble conqueste, et une si grande mutation et alteration de tant d’empires et de peuples soubs des mains qui eussent doucement poly et defriché ce qu’il y avoit de sauvage, et eussent conforté et promeu les bonnes semences que nature y avoit produit »11.

  • 12 Juste Lipse, op. cit., gravure dépliante après la p. 61 : « AMPHITHEATRI INTERIOR FACIES QUALEM EA (...)

8Montaigne a vu le Colisée lors de son voyage en Italie, mais il n’en dit mot dans Des Coches. Très probablement, quand il compose ce chapitre, il a sous les yeux les planches gravées qui ornent le petit traité de Juste Lipse, et qui représentent avec un grand luxe de détails l’amphithéâtre de Titus dans sa splendeur ancienne, quand autour de l’autel de Jupiter se déroulaient combats de gladiateurs et joutes équestres, et sous son apparence actuelle de ruine hérissée d’arbustes et tournoyée d’oiseaux12. Toutefois sa pensée n’est pas conduite par le spectacle subsistant des ruines de Rome. Le Journal de voyage insiste au contraire sur le néant actuel de Rome et semble répondre par avance à l’émerveillement archéologique de Juste Lipse :

  • 13 Montaigne, Journal de voyage, éd. Fausta Garavini, Paris, Gallimard, « Folio », 1983, p. 200.

Il disait qu’on ne voyait rien de Rome que le ciel sous lequel elle avait été assise et le plan de son gîte ; que cette science qu’il en avait était une science abstraite et contemplative, de laquelle il n’y avait rien qui tombât sous les sens ; que ceux qui disaient qu’on y voyait au moins les ruines de Rome en disaient trop ; car les ruines d’une si épouvantable machine rapporteraient plus d’honneur et de révérence à sa mémoire ; ce n’était rien que son sépulcre13.

9Non, ce qui guide Montaigne et nourrit sa rêverie, c’est une liste, un défilé de fantômes, une accumulation litanique de spectacles aussi insolites qu’éphémères, et dont ne nous parvient plus que la rumeur embellie par les poètes anciens. Il est vrai que cette variation sur le Ubi sunt ? n’a d’abord rien d’attristé ou de mélancolique. Montaigne s’émerveille comme un enfant. Mais la surenchère répétitive ouvre sur un abîme. Le chapitre des Coches fait suivre le double défilé d’attelages et de jeux du cirque d’une méditation sur le branle de l’Histoire et l’instabilité des empires. Au terme du dénombrement se révèle dans son effroyable étendue la ruine du Nouveau Monde, symbolisée dans les dernières lignes du chapitre par la chute de 1’Inca Atahualpa de sa chaise à porteurs, au soir funeste de Cajamarca, le 16 novembre 1532. Le plaisir enfantin de la liste, ou du moins ce qui peut nous paraître tel, débouche sur une méditation vertigineuse, où se jouent le sort des peuples et le destin du monde. L’accumulation, la surenchère ludique, la course d’étonnement en étonnement, le côté « livre des records » de cet étalage d’érudition qui remplit les deux tiers du chapitre, aboutissent à une vision des plus sombres, qu’ils ont insensiblement préparée et nourrie, tout en la repoussant, de la même façon que les quatre premiers actes d’une tragédie repoussent et préparent tout à la fois la catastrophe inéluctable.

10Pour peu que l’on envisage sa fortune et sa réception, le Livre des inventeurs de Polydore Vergile, ou, sous son titre latin, le De inventoribus rerum, réserve la même surprise et prépare le même contraste. Rien de plus inepte, en apparence, que cette distribution des prix, où les diverses nations anciennes et modernes reçoivent leur récompense. Exemples : les Éthiopiens ont inventé la religion selon Diodore, Abel et Caïn furent les premiers qui sacrifièrent au vrai Dieu, Noé inventa la navigation et planta le premier la vigne, etc. Rabelais, dans le Pantagruel et le Quart Livre, Cervantès dans la deuxième partie du Don Quichotte, ont ironisé sur ces vaines recherches.

  • 14 Rabelais, Pantagruel, I, in Œuvres complètes, éd. Mireille Huchon, Paris, Gallimard, « Bibliothèqu (...)
  • 15 Jean Céard, « Inventions et inventeurs selon Polydore Vergile », in M. T. Jones-Davies éd., Invent (...)
  • 16 Voir Mireille Huchon, notice sur Pantagruel, ch. I, op. cit., p. 1239-1240.
  • 17 Charles Perrat, « Le Polydore Virgile de Rabelais », Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, t. X (...)
  • 18 Jean Céard, art. cit., ad loc.

11Rabelais tout d’abord : le premier chapitre de Pantagruel, qui expose la généalogie du héros, dote un certain nombre des ancêtres familiaux d’inventions toutes plus saugrenues les unes que les autres. Ainsi Eryx fut inventeur du jeu des gobelets, Etion eut le premier la vérole « pour n’avoir beu frayz en esté », Gabbara « premier inventa de boire d’autant », Gemmagog « fut inventeur des souliers à poulaine », Morguan « premier de ce monde joua aux dez avecques ses bezicles », Happemousche « premier inventa de fumer les langues de beuf à la cheminée, car au paravant le monde les saloit comme on faict les jambons », Galehault « fut inventeur des flacons »14. Comme l’a noté Jean Céard, la topique des inventeurs se combine chez Rabelais à une pensée généalogique de l’histoire héritée de la Bible, mais également présente dans les chroniques nationales et les romans de chevalerie15. Dans le Pantagruel, toutefois, cette association n’est pas originelle. Elle a été introduite à l’occasion de la réédition augmentée et corrigée de 153316. Rabelais a découvert après coup l’affinité structurelle entre deux listes, qui sont deux pensées du temps fondées sur une linéarité sans césure, la succession ininterrompue des générations fournissant à l’histoire sa colonne vertébrale ou si l’on préfère son tronc ou sa tige. Dès lors il lui était loisible de réunir les deux catalogues, mariant à la succession dynastique l’histoire, évidemment parodique, des progrès de l’ingéniosité humaine. A la fin du Tiers Livre, l’éloge de l’herbe Pantagruélion, ainsi nommée « car Pantagruel feut d’icelle inventeur », non « quant à la plante, mais quant à un certain usaige », se rattache lui aussi au genre illustré par Polydore Vergile. Le Quart Livre, avec l’épisode de Messere Gaster, « premier maistre es ars du monde », offre toute une série d’allusions précises au traité Des inventeurs17. Ce chapitre peut être lu « comme une méditation sur l’idée d’invention »18. Mais Gaster est en même temps la négation vivante du traité Des inventeurs, puisqu’à lui seul il invente tout, ne laissant à personne, ni homme ni bête, la moindre initiative. Ce maître « imperieux, rigoureux, rond, dur, difficile, infectible » est l’inventeur universel qui ne souffre ni débat ni concurrence :

  • 19 Rabelais, Quart Livre, ch. LVII, OC, p. 673.

Aussi pour recompense il faict ce bien au monde, qu’il luy invente toutes ars, toutes machines, tous mestiers, tous engins, et subtilitez. Mesme es animans brutaulx il apprent ars desniées de Nature19.

  • 20 Cervantès, Don Quichotte, II, XXII, in Œuvres romanesques complètes, éd. Jean Canavaggio, Claude A (...)
  • 21 Ibid. : « Virgile a oublié de nous apprendre qui au monde eut le premier catarrhe, et qui le premi (...)
  • 22 Ibid., p. 1065.

12A l’autre bout du siècle, Cervantès ne ménage pas les sarcasmes à l’encontre de Polydore Vergile. Au cousin du licencié qui les conduit, lui et son maître, vers la grotte de Montesinos et qui se vante, chemin faisant, d’avoir écrit un très utile Supplément à Polydore Virgile, Sancho Pança est bien aise d’apprendre qu’Adam a inventé l’usage de se gratter la tête et que Lucifer, quand il fut précipité en Enfer, fut le premier voltigeur20. Le détournement burlesque fait se rencontrer Cervantès et Rabelais sur la question, si controversée au XVIe siècle, de l’origine de la syphilis et de celle, qui est son corollaire et demeurera longtemps sans réponse, de sa thérapie21. Don Quichotte retrouve pour conclure le ton réprobateur de Sénèque : « Tu en as dit plus, Sancho, que tu n’en sais, car il y en qui s’échinent à savoir et à vérifier des choses dont la connaissance, vérification faite, n’a pas une once d’importance pour l’entendement ni la mémoire »22.

13Rien de plus inepte en apparence, mais rien de plus grave, en vérité, que ce tableau d’honneur où se dessine une hiérarchie des arts et des peuples. Le fait est que la recherche des « premiers inventeurs » se déroule tout entière, au fil du XVIe siècle, entre écriture de l’Histoire et polémique religieuse.

1. — UNE BIBLIOTHÈQUE PORTATIVE

  • 23 Jean Céard, art. cit., p. 110.
  • 24 Romano Ruggeri, Un amico di Erasmo : Polidoro Virgili, Urbino, Quattro Venti, 1992, p. 14.
  • 25 Brian P. Copenhaver, « The Historiography of Discovery in the Renaissance : the Sources and Compos (...)

14Ce petit livre eut une vogue extraordinaire tout au long du XVIe siècle : pas moins de trois traductions en français, par Guillaume Michel en 1521, par un anonyme en 1544 et par François de Belleforest en 157623 ; dans toute l’Europe plus de cent éditions et une trentaine de traductions en italien, espagnol, anglais, allemand, russe et polonais24. Son auteur, Polydore Vergile, était un humaniste italien originaire d’Urbino et installé pendant plus d’un demi-siècle en Angleterre, où il était venu lever le denier de saint Pierre et où il demeura malgré le schisme anglican et la Réforme introduite sous la minorité d’Edouard VI. L’œuvre de Polydore Vergile a fort à voir avec le genre des Miscellanées : avant le De inventoribus, dont la première édition, en trois livres, remonte à 1499, il avait publié en 1496 une édition corrigée et augmentée des Cornucopiae de Niccolo Perotti, puis en 1498 un Proverbiorum libellus, concurrent des Adages d’Érasme. Le De inventoribus relevait de la catégorie de 1’« heurématographie » ou « heurématologie », en vogue depuis l’Antiquité grecque, cultivée pendant tout le Moyen Age, mais à laquelle les innovations technologiques des XIVe et XVe siècles, du canon à l’imprimerie et de l’horloge à la boussole, venaient de donner un regain d’actualité25.

  • 26 Jean Céard, art. cit., p. 113.
  • 27 Ibid.

15Comme le rappelle Jean Céard, « la méthode de l’auteur consiste, sur chaque “invention”, à réunir les textes anciens, souvent divergents, qui lui assignent une origine, à les confronter et à arrêter un choix quand c’est possible »26. De la sorte, le De inventoribus énumère les mythes civilisateurs de l’Europe, en proposant un ou plusieurs héros, demi-dieux ou prophètes, pour chaque invention : la religion, le mariage, les livres, l’art de la mémoire, la guerre, les trêves, le feu, la forge des métaux, l’agriculture, l’architecture, le commerce, etc. En fin de parcours, un chapitre est consacré aux inventions dont les auteurs nous sont inconnus. « Par là l’ouvrage est une sorte de thesaurus », remarque encore Jean Céard. « Cet aspect est certainement l’une des raisons de son succès à la Renaissance : il tenait lieu, sur le sujet, d’une bibliothèque, d’autant que Vergile reproduit les textes, en désigne les auteurs et souvent donne les références des passages cités avec une précision suffisante pour qu’il soit possible de les retrouver aisément »27.

  • 28 Brian P. Copenhaver, art. cit., p. 202.
  • 29 Ibid., p. 206-207.

16Cette bibliothèque portative, où les poètes côtoyaient les historiens et les pères de l’Église, où l’on trouvait, par ordre de fréquence décroissante, Pline, Cicéron, Diodore, Flavius Josèphe, Eusèbe, Hérodote, Strabon, Virgile, Tite-Live, Plutarque, Macrobe, Quintilien, Lactance, Ovide, Servius et saint Jérôme28, dispensait de la consultation de plus amples ouvrages. Elle fournissait à l’écrivain pressé les ornements et les exemples nécessaires à l’enrichissement de son propos. D’une grande diversité, les matières n’étaient pas pour autant livrées dans le désordre : on observe par exemple que le Ier livre, dont l’organisation reflète très directement celle d’un opuscule de Zachario Giglio publié en 1496, le De origine et laudibus artium, obéit au programme des sept arts libéraux, trivium et quadrivium29. Quant aux cinq derniers livres, consacrés à la religion chrétienne, ils développent un programme méthodique d’explication généalogique, à partir des ouvrages de Zabarella et Platina : après l’organisation de l’Église depuis le temps des apôtres, viennent les fondements des pratiques liturgiques, l’origine et le développement de la vie monastique, depuis le monachisme primitif, libre et volontaire, jusqu’aux « sectes » des Bohémiens chiromanciens et des Mahométans, l’histoire, enfin, des schismes et des conciles.

17Au-delà de ces ressources topiques, le De inventoribus orientait le lecteur-écrivain dans les deux directions complémentaires de la mythologie comparée et de la controverse religieuse. Ce sont ces deux aspects que je me propose d’examiner tour à tour.

2. — MYTHOLOGIES DES INVENTEURS

  • 30 André Thevet, The New found Worlde, or Antarctike [...] travailed and written in the French tong b (...)

18Dans la dédicace à Sir Henry Sidney de The New found Worlde, traduction publiée en 1568 des Singularitez de la France Antarctique d’André Thevet, Thomas Hacket évoque la figure tutélaire des grands inventeurs, ces héros civilisateurs qui auraient en divers temps dessillé l’humanité aveugle et tâtonnant dans les ténèbres. Ce topos des « inventeurs des choses qui ont être » tend à justifier la mainmise des conquérants sur un monde dont les premiers occupants ont encore tout à apprendre des techniques et de la civilité30.

19Hacket passe en revue l’établissement progressif du calendrier, depuis les anciens Égyptiens jusqu’à Jules César, via Numa et Romulus, l’imposition de lois civiles à l’Égypte par Isis, l’enseignement de l’agriculture aux Siciliens par Cérès, les débuts de la navigation sous l’action de Minos, de Neptune ou de son père Saturne, ou encore du roi Erichthas, tous monarques païens auxquels il convient de préférer Noé, le patriarche de la Bible. C’est là le résumé fidèle du Livre des Inventeurs dont Hacket mentionne du reste l’auteur à propos de l’invention du calendrier.

  • 31 Thomas Hacket, épître dédicatoire d’André Thevet, loc. cit., f. *iij v° : « Thus (right honorable) (...)

20La liste des inventions les plus notables et de leurs illustres auteurs aboutit à un éloge de la navigation des Modernes et à l’invite expresse à planter des colonies outre-mer. Déplorant les délices de Capoue où se complaisent ses contemporains, « almoste abhorring to heare the name of travell or payne », Thomas Hacket les exhorte à suivre l’exemple d’Alexandre, fervent lecteur d’Homère et des exploits d’Achille, si l’on en croit Plutarque. En donnant au public anglais le livre de cet honorable voyageur « Andrewe Thevit »31, Hacket lui offre du même coup l’occasion d’exécuter cette haute entreprise.

21En résumant Polydore Vergile au seuil d’une description qui procède de la même philosophie des origines, Hacket a assez bien pénétré l’enjeu idéologique du livre d’André Thevet. Ce qu’il perçoit, de Polydore Vergile à ce dernier, ce n’est pas la filiation directe, qui est effective, mais une communauté de préoccupations, une démarche analogue qui recourt à la comparaison des traditions culturelles entre les divers peuples pour tenter de dégager un modèle général et asseoir sur celui-là la supériorité de l’Europe chrétienne.

  • 32 Je résume ici un propos développé dans mon Atelier du cosmographe, Paris, Albin Michel, 1991, ch. (...)

22L’archéologie de l’Europe par Amérique interposée est destinée à mettre en valeur, moins un progrès continu de l’une à l’autre, qu’une rupture fondamentale entre deux âges que tout sépare : celui d’avant et celui d’après la Révélation. Les Tupi n’ont pas eu jusqu’à présent accès à l’ère du Rachat. Leur séparation d’avec la Vérité s’exprime de manière très concrète par leur dénuement et leur barbarie manifestes. La nudité et le cannibalisme en sont les signes tangibles, mais aussi la méconnaissance des techniques élémentaires telles que le labourage avec la charrue, la fonte du fer et la forge des métaux, l’art équestre, les armes à feu32. Le catalogue des inventeurs irait donc au secours d’une pensée hiérarchique, rehaussant d’autant le privilège dévolu à la Chrétienté sur le reste du monde.

  • 33 Sur le dessein de Polydore Vergile, voir Denys Hay, Polydore Vergil, Renaissance Historian and Man (...)

23Mais on s’aperçoit bientôt que le dessein de Thevet se révèle plus complexe et plus riche que ne le laissait pressentir le résumé liminaire de Hacket. La fable des inventeurs illustres sert moins ici à creuser un écart et à légitimer une domination qu’à rattacher la branche américaine de l’humanité au tronc commun de l’histoire universelle. L’entreprise témoigne d’une ambiguïté foncière, puisque si l’Amérique est justifiée par la référence aux Anciens, le Brésil en retour explique à l’Europe ses propres origines. C’est en cela que le traité d’ethnographie américaine apparaît simultanément comme un manuel d’archéologie européenne. Nos premiers pères allaient nus, se combattaient à coups d’ongles et de dents, jusqu’à dévorer l’adversaire en cas de victoire, ignoraient l’art de la forge et les règles du mariage. Leurs huttes étaient de lattes tressées, à moins qu’ils ne préférassent l’abri des cavernes. Toutes ces propositions se rencontrent chez Polydore Vergile33. Or cette mythologie humaniste va à la rencontre des mythes fondateurs de la religion tupinamba, tels qu’ils sont rapportés par Thevet. La parenté est évidente : ici et là l’histoire de l’humanité se réduit à celle des grands initiateurs. Dès lors un transfert devient possible d’un continent à l’autre : Maire-Monan et Maire-Pochy, les héros civilisateurs tupi, répondent à Noé ou à Dédale, leurs homologues de par-deçà.

  • 34 Tous ces « inventeurs » sont mentionnés par Pline, Histoire naturelle, VII, 56.

24Pour le latin Pline l’Ancien, le catalogue des inventeurs, au livre VII de l'Histoire naturelle, avait pour fonction de procéder à une distribution géographique des mérites selon les différents peuples du bassin méditerranéen, qui, tous à quelque titre, pouvaient s’honorer d’avoir contribué au bonheur commun. Aux Phéniciens revenait l’honneur de la navigation suivant les astres, aux Egyptiens l’invention de l’alphabet et du tissage, aux Phrygiens celle du chariot à quatre roues. Le Crétois Dédale avait découvert l’art de « charpenterie », le Phénicien Cadmus le secret de l’extraction et de la fonte de l’or, le Thébain Tirésias la divination d’après le vol et le cri des oiseaux34.

  • 35 Denys Hay, op. cit., ch. III, p. 58.

25Avec Polydore Vergile, en cela tributaire du Contre Apion de Flavius Josèphe35, la vérité ultime de la Bible renvoie au néant de la fable les prétentions concurrentes des autres nations. Caïn invente le labourage bien avant la naissance de Cérès, de déesse ravalée au rang d’humble mortelle. Noé supplante Bacchus et Moïse n’attend pas Hercule pour innover dans l’art de la guerre. La voix des Patriarches et des Juges étouffe désormais le concert somme toute harmonieux des diverses revendications nationales. Au lieu d’opérer une synthèse entre des traditions complémentaires, l’évhémérisme d’après l’Évangile impose la solitude intransigeante d’une Vérité unique. D’où, comme l’a noté Jean Céard, le privilège qui revient aux Hébreux sur tous les autres peuples.

  • 36 André Thevet, Les Singularitez, op. cit., 1557, f. 113 v° ; rééd. 1997, p. 223. D’après Polydore V (...)
  • 37 Comme Guillaume de Saluste du Bartas le suggère dans L’Eden (Seconde Semaine, Premier Jour), v. 27 (...)
  • 38 Ce lapsus de Thevet (Les Singularitez, f. 113 v° ; rééd., p. 223), qui a écarté Caïn pour faire du (...)

26Dans son imitation de Polydore Vergile, Thevet hérite de ce principe d’exclusion. Lui faut-il rappeler les âges de l’humanité primitive ? Il réfute au nom de la Genèse la fable des poètes Virgile, « au premier de ses Géorgiques », et Ovide, qui ont supposé « que les hommes universellement en toute la terre ayent vescu de mesme les bestes brutes »36. L’Éden n’est pas l’Age d’or, et le travail d’un Adam jardinier éloigne dès l’origine l’humanité de la paresse où se vautre l’animal37. Évoquant ensuite le « labourage d’Abel », par confusion avec son frère Caïn, et dans le but, sans doute, de glorifier l’agriculture38, Thevet achève de ruiner les fictions du paganisme au profit du labeur originel : les sauvages du Brésil, qui cultivent manioc et maïs, se rattachent, en dépit de leur ignorance et de leur rudesse, à l’humanité travailleuse.

  • 39 A. Thevet, Les Singularitez, ch. 36, f. 68 r° ; rééd., p. 148.
  • 40 Ibid., ch. 35, f. 65 r°-v° ; rééd., p. 144.

27Le privilège détenu par la tradition judéo-chrétienne vis-à-vis de la mythologie païenne se retrouve face aux « beaux comptes » des Amérindiens touchant leurs origines. L’auteur des Singularitez se plaît à souligner le contraste : la « brutalité aveugle » des pauvres « Amériques » (le terme désigne ici les Tupinikin) se manifeste par exemple dans le crédit qu’ils accordent à leurs chamanes et à leurs vaines « sorceries » (sorcelleries)39. Pour conclure le chapitre qu’il consacre aux visions et persécutions du malin esprit, Thevet invite le lecteur à se tourner vers la Bible et à confondre dans la même réprobation l’idolâtrie des « anciens Gentils » et le respect superstitieux que les sauvages vouent à leurs « Pagès ou Charaïbes, qui vaut autant à dire comme Demi-dieux »40.

  • 41 Voir Suzanne Lussagnet éd., Le Brésil et les Brésiliens par André Thevet (Les Français en Amérique (...)
  • 42 A. Thevet, Les Singularitez, ch. 58. Cf. La Cosmographie universelle, Paris, P. L’Huillier et G. C (...)

28De la mythologie amérindienne des origines, il y a peu à retenir, sinon ce qui s’accorde avec la Révélation, à savoir la croyance en la vie éternelle et le souvenir d’un déluge universel d’eau et de feu, largement attesté dans toute l’aire brésilienne et amazonienne41. Quant aux mythes des inventeurs, tout au plus laissera-t-on aux Indiens ceux qui ont trait aux productions exotiques. Autant s’en remettre à leur « traditive » pour rendre compte de l'invention de la culture du manioc, pauvre ersatz du pain dont ils sont dépourvus, et c’est la part essentielle qui revient à Maire-Monan, le héros civilisateur des Tupi42. Partout ailleurs Polydore Vergile a le dernier mot, mobilisé à l’instant ultime pour clore le débat.

29Mais si la grille généalogique du traité Des inventeurs supplante la fruste mythologie des Tupinamba, elle ne l’intègre pas complètement. De moins en moins maîtrisés au fur et à mesure que l’œuvre brésilienne de Thevet s’amplifie, en passant par les étapes ultérieures de la Cosmographie universelle (1575) et de l'Histoire de deux voyages aux Indes Australes et Occidentales (circa 1588), les « beaux contes » des Tupinamba ne tardent guère à faire éclater la structure en parallèles que tracent les Singularitez.

  • 43 S. Lussagnet, op. cit., p. 39, 43-45 et 66-72 : extrait de Thevet, Cosmographie universelle, II, f (...)
  • 44 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1958, ch. XI : « La structure des myt (...)

30Dès 1575, au livre XXI de sa Cosmographie, Thevet compose ce que l’on pourrait appeler des Mythologiques du Brésil, au sens de Claude Lévi-Strauss, c’est-à-dire une suite polyphonique de mythes qui narrent la création du monde, les métamorphoses et la mort de Maire-Monan, le héros culturel, le déluge universel et les différents âges de l’humanité. Non content par exemple de rapporter le récit du déluge et des deux frères, il en juxtapose deux variantes distinctes, selon Alfred Métraux, ou deux étages successifs, comme le veut Claude Lévi-Strauss, qui est le dernier à avoir analysé ce mythe43. Il faut sans doute voir là le souci, qui est de règle dans l’art du « bricolage », de faire usage du moindre matériau, mais on peut aussi découvrir dans ce schéma itératif l’obscure prescience du principe qu’un mythe se définit par « l’ensemble de ses variantes »44.

  • 45 C. Lévi-Strauss, Histoire de lynx, op. cit., p. 65.

31Plus près de la parole indienne que nous ne le sommes, largement démuni de la raison critique qui pénètre et discerne, mais aussi découpe et censure, moins bien armé pour comprendre que les anthropologues des deux derniers siècles, mais tout simplement curieux d’entendre, Thevet nous a livré presque intacte « une véritable Genèse amérindienne »45. A ce sujet, Lévi-Strauss remarque :

  • 46 Ibid., p. 66.

Tout mythe a une structure qui commande l’attention et retentit sur la mémoire de l’auditeur. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les mythes peuvent se transmettre par la tradition orale. Ce qui vaut pour l’auditeur indigène et le rendra capable de répéter le mythe vaut, sans doute dans une moindre mesure, pour un auditeur aussi mal préparé que pouvait l’être au XVIe siècle un moine cordelier français : Thevet n’a pas choisi d’entendre et de retenir n’importe quoi46.

  • 47 A. Thevet, La Cosmographie universelle, II, f. 918 v° (cf. S. Lussagnet, p. 65).
  • 48 Ibid., f. 920 r° (cf. S. Lussagnet, p. 71).

32Le traité De inventoribus rerum est donc progressivement oublié au profit des redondances orales d’une cosmogonie indigène où se glisse encore, ici et là, une esquisse de comparaison. Les transformations de Maire-Monan rappellent à Thevet les enchantements de Circé47, et les héritiers de Maire-Ata, qui doivent subir une série d’épreuves pour prouver l’origine de leur sang, sont mis en parallèle avec les chevaliers « qui estoient feez pour la conqueste du Sainct Graal en la grand Bretaigne »48. De cadre structurant, la comparaison assimilatrice s’est retournée en un motif ornemental, formant de brèves incises dans la longue chaîne des avatars des héros civilisateurs.

  • 49 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Rhizome (Introduction), Paris, Éditions de Minuit, 1976.
  • 50 A. Thevet, Les Singularitez, ch. 58, f. 113 v° ; rééd., p. 223.
  • 51 Ibid., ch. 53, f. 101 v°, manchette ; rééd., p. 203.
  • 52 Ibid. Dans la Cosmographie universelle (XXI, 12, f. 937 v° ; cf. S. Lussagnet, p. 161), Thevet a s (...)

33Si l’on se reporte une dernière fois aux Singularitez, on découvre que le traité De inventoribus rerum joue chez Thevet un rôle plus ambigu qu’il n’a semblé de prime abord. Il arrive en effet que Polydore Vergile entretienne avec la « pensée sauvage » des Tupinamba une relation de type rhizomatique, si l’on veut bien reprendre ici la catégorie proposée par Gilles Deleuze et Félix Guattari49. A l’exception des chapitres sur la religion, où le rapport hiérarchique d’exclusion est clairement formulé, le privilège dévolu à la culture occidentale et chrétienne n’apparaît pas toujours avec une netteté aussi grande. Se dessine alors une liaison par imbrication réciproque entre la culture humaniste et la tradition indigène, transmise de bouche à oreille. En d’autres termes la mythologie indienne contamine de ses effets le discours du « singularisateur ». Dans le chapitre consacré à l’agriculture, le « labourage d’Abel », fruit d’une lecture distraite de la Bible, était corroboré par la culture du manioc et des fèves chez les Tupinamba. Le mythe d’origine des Indiens confirmait en ce cas l’autorité de l’Écriture aux dépens des fictions des poètes grecs et latins50. Le mythe de l’origine du feu, qui se rattache à l’« opinion des Sauvages touchant un deluge »51, entraîne quant à lui une confirmation d’une autre sorte. Diodore, dont l’avis est transmis à Thevet par Polydore Vergile, attribuait à Vulcain l’invention du feu. C’était affirmer du même coup que l’humanité n’avait pas toujours été détentrice de ce précieux outil de culture. Or les Indiens ne pensent pas différemment, « lesquels paravant l’invention du feu, mangeoient leurs viandes seichées à la fumée »52.

  • 53 Jean de Léry, Histoire d’un voyage faict en la terre du Bresil, Genève, Antoine Chuppin, 2nde éd., (...)
  • 54 Claude Lévi-Strauss, Le Cru et le Cuit (Mythologiques I), Paris, Plon, 1964, mythes M.7 à M.12.
  • 55 A. Thevet, Les Singularitez f. 101 v° ; rééd., p. 203.

34Le passage allait valoir à Thevet les cinglantes moqueries de Jean de Léry, invoquant « ceste maxime de Physique tournée en proverbe », qui veut qu’il n’y ait « point de feu sans fumée » ou, réciproquement, de fumée sans feu53. Mais la pensée sauvage inflige un démenti formel à la raison raisonnante de Léry et à la prétendue sagesse des nations. En effet, l’opposition du feu et de la fumée est moins absurde qu’il ne semble. L’anthropologie structurale nous a habitués à distinguer ces « catégories empiriques » du cru et du cuit, du fumé et du rôti, qui servent d’outils conceptuels à la pensée sauvage. En ce sens la « viande » (au sens général de nourriture) séchée à la fumée — ou bien au soleil, dans les variations Gé sur l’origine du feu54 — apparaît dans un rapport de contradiction avec l’aliment cuit au feu de bois : c’est là tout l’écart qui sépare la nature de la culture, et qu’a permis de franchir l’intervention du grand Caraïbe Maire Monan. A en croire Thevet, cette connaissance aurait été communiquée aux Indiens durant leur sommeil, « quelque temps apres un deluge, lequel ils maintiennent avoir esté autrefois »55.

  • 56 Claude Lévi-Strauss, Histoire de lynx, op. cit., ch. IV, p. 65-77.

35On ne saurait dire si Thevet, dans un passage comme celui-là, a adapté la réalité indienne à Polydore Vergile ou Polydore Vergile à l’impérieuse logique mythique des Amérindiens. C’est ce qui explique le crédit qu’un anthropologue comme Claude Lévi-Strauss peut aujourd’hui accorder à une telle œuvre dans la reconstitution du « grand mythe tupinamba ». En consignant, au livre XXI de sa Cosmographie universelle, l’histoire des Jumeaux Tamendonare et Aricoute, Thevet a enregistré, sans le savoir, un véritable « mythe à remonter le temps », qui, de dichotomie en dichotomie, organise progressivement, à partir de l’être unique originel, les rapports de l’homme à la nature56.

36En définitive, dans l’optique conquérante qui est la sienne, l’Anglais Thomas Hacket a tout à la fois radicalisé et appauvri la leçon des Singularitez, négligeant ce qui faisait la part novatrice de l’ouvrage : l’attention minutieuse prêtée à la pensée mythique des premiers occupants du Nouveau Monde et la fascination pour le jeu vertigineux et indéfiniment repris des ressemblances, par-delà l’intervalle des océans et des cultures.

3. — UN ARSENAL POUR LA RÉFORME

  • 57 Romano Ruggeri, op. rit., p. 13.
  • 58 Denys Hay, op. rit., p. 60-61.

37Encore le manuel de Polydore Virgile n’a-t-il pas la simplicité et le schématisme que nous lui avons supposés. Pour peu qu’on le replace dans la diachronie, ou tout simplement dans l’histoire de son temps, on s’aperçoit de son caractère problématique. Aux trois premiers livres du De inventoribus, publiés dès 1499, Polydore Vergile, vingt-deux ans plus tard, en ajoutait cinq autres, consacrés aux origines et aux institutions de l’Église chrétienne : à « l’exaltante épopée de l'homo faber » succédait l’itinéraire de l'homo religiosus, prétexte à un examen critique de la vie de l’Eglise depuis les origines jusqu’au XVIe siècle57. Comme l’a noté Denys Hay58, ce n’était pas modifier l’œuvre dans son principe. D’entrée de jeu, l’humaniste d’Urbino poursuivait, sur la voie ouverte par Flavius Josèphe en faveur de la culture juive et reprise, au bénéfice cette fois du peuple chrétien, par Eusèbe en sa Préparation évangélique, une entreprise apologétique fondée sur la comparaison des mythes. Le problème est que cette addition déséquilibrait l’ouvrage et lui donnait un sens imprévu.

  • 59 André Stegmann, « Le De inventoribus rei Christianae de Polydor Vergil ou l’érasmisme critique », (...)
  • 60 A. Stegmann, art. cit., p. 320.
  • 61 Sur la censure de Polydore Vergile, voir Leandro Perini, « Disavventure censorie di stampatori cin (...)
  • 62 Il faut donc corriger sur ce point André Stegmann, art. cit., p. 320, qui parle d’« une tardive mi (...)
  • 63 C’est l’édition de Paris, chez Robert Estienne, en 1528, qui était visée en particulier, « cum sim (...)
  • 64 Romano Ruggeri, op. cit., p. 23-24.

38En effet, traiter des « inventions » de l’Église depuis les premiers temps n’allait pas sans risque, d’autant que Vergile reprenait à son compte certaines des critiques d’Érasme. On a pu parler à ce propos d’un « érasmisme critique »59. L’édition augmentée du De inventoribus rerum qui paraît en 1521, l’année de la diète de Worms, fait la part belle à l’Église primitive, d’institution divine, avant de parcourir la longue série des « inventions » postérieures au temps des Apôtres, en matière ecclésiastique et liturgique, telles que la tonsure, le culte des images, les offrandes, les fêtes chômées, le célibat des prêtres, la messe, le jeûne, la pénitence, le deuil ostentatoire, et, bien sûr, question sensible entre toutes, les indulgences. C’étaient autant d’arguments apportés à la Réforme, qui dénonçait avec Luther et bientôt Calvin l’infidélité de l’Église de Rome envers le message évangélique. Or « l’esprit de retour à l’Église des origines inspire partout Vergile ; distinction entre l’Écriture et la Tradition, rappel du dogme fondamental, tombé en désuétude, du sens de la participation de tous au Corpus Christi, corps mystique de l’Église »60. Polydore Vergile fut donc recruté par les adversaires du catholicisme et dans le même temps mis à l'Index par les gardiens de l’orthodoxie religieuse61. Dès 154962, le De inventoribus rerum était condamné par la Faculté de théologie de l'Université de Paris, la vieille Sorbonne à laquelle, quelques années plus tôt, Rabelais s’en était pris63. Cependant Polydore Vergile louvoyait. On le voit approuver le schisme d’Henri VIII, puis la Réforme du jeune Édouard VI, son successeur. Mais il finit ses jours à Urbino le 18 avril 1555, muni des sacrements de l’Église catholique64.

  • 65 Jean Céard, art. cit., p. 109.

39Dans Les Singularitez de la France Antarctique, Thevet a puisé dans les trois premiers livres du traité de Polydore Vergile, et non dans les cinq autres ajoutés en 1521. Le comparatisme culturel qu’il met en place ne heurte aucun dogme, aucune certitude admise. Comme le rappelle Jean Céard, ce sont ces trois premiers livres qui ont été « de loin les plus lus »65. Mais les cinq suivants l’ont été également, et avec des yeux combien attentifs, par tous ceux qui voulaient remédier aux abus de l’Église, ou tout simplement s’informer de son histoire. Si Thevet semble avoir négligé ces cinq derniers livres dans sa relation du Brésil, ce sont eux qu’il privilégie dans l’éloge de « Polidore Virgile » que renferment Les Vrais Pourtraits et Vies des hommes illustres de 1584. Revenu à un catholicisme orthodoxe, après avoir été tenté par la Réforme au temps de son voyage au Brésil, Thevet n’hésite pas à parler emphatiquement de « notre Virgile ». Par une allusion sur son nom, il le déclare « doüé d’une telle infinité de dons, qu’il a falu, que sur son front il ait porté attaché le carquant, auquel ce nom de POLIDORE ait esté gravé ». Thevet le loue en particulier pour sa contribution aux lettres saintes :

  • 66 André Thevet, Les Vrais Pourtraits et Vies des hommes illustres, Paris, veuve Jacques Kervert et G (...)

S’adonna à traduire de Grec en Latin plusieurs traictez du Docteur à bouche d’or Sainct Jean Chrysostome. Sur l’oraison dominicale fit de belles et riches meditations, et trassa ces cinq livres des reigles, ordonnances et ceremonies tant de la religion Chrestienne que des autres peuples et nations, lesquels il a ajousté aux trois premiers qu’il avoit desja composez touchant les inventeurs des choses66.

  • 67 Ibid.

40On le voit, c’est le second volet du De inventoribus qui retient désormais l’attention de Thevet. L’éloge est à peine tempéré plus loin par une réserve, que l’auteur ne semble pas reprendre à son compte : « Par aucuns il est blasmé de ce qu’il a approuvé le mariage des Ecclesiastiques, et a condamné l’adoration des Saincts »67. Cette critique faite en passant n’entache nullement la réputation de Polidore, « personnage autant inventif que nul autre ». Sa mort édifiante clôt dignement une vie longue et bien remplie : « Il mourut plein de jours à Urbin lieu de sa naissance l’an de nostre Seigneur mil cinq cens cinquante cinq ».

  • 68 Brian P. Copenhaver, art. cit., p. 213.
  • 69 Ibid., p. 214 : « In sum, it would be unfair to make Polydore a villain in the drama of scientific (...)
  • 70 A. Stegmann, art. cit., p. 320.
  • 71 Belleforest écarte en revanche l’assimilation des moines mendiants, « Antonians et Ceretans » port (...)
  • 72 A. Stegmann, art. cit., ad loc.

41Polydore Vergile, sans doute, était un esprit prudent, comme après lui Thevet. En matière d’heurématographie profane, il n’a guère innové, plus timoré que son prédécesseur Giovanni Tortelli, qui accordait par exemple une large place à la médecine médiévale68. Il serait donc exagéré de prétendre que le De inventoribus, habile synthèse réduite pour l’essentiel aux sources classiques, marque une date dans l’histoire des sciences à la Renaissance69. Pour ce qui est de la critique des institutions ecclésiastiques, Polydore Vergile ne fait pas davantage figure de pionnier. André Stegmann, dont l’analyse, au demeurant, n’est pas exempte d’erreurs, observe qu’il prend volontiers ses distances par rapport à Érasme : « Il suit l’organisation matérielle de l’Église dans ses vicissitudes et ses nécessités, en nuançant beaucoup ce qui était ordinairement condamné comme abus : la Curie est nécessaire, les taxes apostoliques, la vente des indulgences ne sont coupables que dans leurs énormes excès »70. Sur la liturgie et son symbolisme, il serait plus proche de Josse Clichtove, le réformateur catholique. Quand François de Belleforest, catholique fervent et polygraphe inlassable, entreprend de le traduire à son tour, il ne s’inquiète nullement de ses attaques contre la vénalité de certains papes ; loin de les censurer, il les souligne au contraire71. Mais il est faux de conclure qu’en plein triomphe de l’humanisme militant, et aussi à l’heure des crises graves, « l’ouvrage marque un coup d’arrêt et peut paraître conservateur et rétrograde »72. Tous les contemporains n’en ont pas jugé ainsi. Les censeurs s’en inquiétèrent, d’autant qu’en face les novateurs s’en étaient aussitôt emparé.

42D’emblée, en effet, évangéliques et protestants discernèrent dans le De inventoribus une puissante charge critique contre l’Église établie. C’était l’acception mauvaise du mot « inventions » qui l’emportait dans cette lecture orientée assimilant les innovations à autant de perversions et de manquements à la fidélité et à la pureté originelles. En dévoilant l’origine historique des principaux rites et dogmes catholiques et en attribuant à chacun d’entre eux un « inventeur » particulier, l’historiographie protestante entendait prouver le caractère tout humain d’une religion étrangère dans son principe à l’institution évangélique. Des ouvrages comme ceux des Italiens Landi, Negri, Curione, tous mal sentants de la foi, recyclaient le De inventoribus dans le combat anticatholique. Cette lignée de détournements polémiques aboutit au cas, entre tous remarquable, de la Mappe-Monde nouvelle papistique, estampe anonyme de vastes dimensions publiée avec son livret explicatif à Genève en 1566-1567, produit italo-francogenevois de la propagande calviniste à son apogée.

  • 73 La Mappe-Monde Nouvelle Papistique ne subsiste aujourd’hui qu’en trois exemplaires, l’un conservé (...)
  • 74 Jean-Baptiste Trento, Histoire de la Mappe-Monde Papistique, en laquelle est declairé tout ce qui (...)

43Une courte décennie après les Singularitez de Thevet, le traité de Polydore Vergile trouve alors son usage le plus agressif et le plus directement polémique. Conçue à l’initiative de Jean-Baptiste Trento, réformé italien réfugié à Genève, la Mappe-Monde nouvelle papistique décrit en effet les territoires imaginaires de la papauté. Dans cette carte allégorique qui représente tout à la fois le monde et la ville de Rome à l’intérieur de la bouche du diable, on voit les réformateurs monter à l’assaut des murailles, la Bible et le glaive à la main73. Les prêtres théophages, qui peuplent la province de Messe, sont assimilés à des sauvages du Nouveau Monde, « nus de charité » et avides de chair humaine. Ils affirment la réalité de la transsubstantiation et dévorent à belles dents le corps de Jésus-Christ, un corps qu’ils découpent et distribuent jour après jour aux fidèles de toute la chrétienté. Ces « bouchers » sont « de ceste race cruelle des Caníbales du Bresil, lesquels mangent de la chair humaine ». Bien plus, le Brésil est plus peuplé de Cannibales que jamais ! Car « ces Canibales ont envoyé quelques trouppes de gens en ce pays, et ont laissé de leur race par tout le monde Papistique, tellement qu’il y a plus de Canibales à ceste heure, et sont plus cruels et barbares que ceux qui sont nez au Bresil »74. On peut voir là une allusion aux premières missions catholiques, et notamment jésuites, en ce pays.

44Dans l’Histoire de la Mappe-Monde Papistique ou commentaire de la carte, Polydore Vergile est l’une des sources les plus fréquemment alléguées. Il s’agit de montrer, à travers le livre Des Inventeurs, l’origine toute récente de l’Église papiste, une Église qui n’a décidément rien de commun avec celle de Jésus-Christ et des apôtres. Sur des chapitres aussi différents que le jeûne, les images, les ornements, les hôpitaux, l’encens, les bulles scellées de plomb, les sonneries de cloches, les psaumes chantés en faux-bourdon, l’habit de pourpre des cardinaux ou les particularités vestimentaires des divers ordres monastiques, « l’inventivité » est presque infinie, la faculté d’innovation sans limites. C’est de la sorte à une véritable enquête ethnographique que se livre Trento, jetant un regard éloigné sur le spectacle en vérité fort effrayant de l’Église dominante. Le Brésil de Trento, à la fois monstrueux et fascinant, c’est la Rome toute proche des papes, une altérité plus redoutable en vérité que celle d’indiens de caricature.

  • 75 J’ai développé cette perspective dans mon livre Une sainte horreur, ou le voyage en Eucharistie (X (...)

45Durant les guerres de Religion, catholiques et protestants s’accusent mutuellement de sauvagerie et de bestialité. Il ne fait pas de doute poulie catholique que le protestant ne soit un hérétique, un juif ou un barbare, dont les blasphèmes et la violence iconoclaste le révoltent. Réciproquement le protestant reconnaît dans le catholique un Cannibale et, qui plus est, un idolâtre et un mange-Dieu75. Telle est l’hypothèse que développe abondamment la Mappe-Monde Papistique. Mais ce n’est pas le caractère « primitif » qui est dénoncé chez l’autre. C’est exactement le contraire. Le Barbare n’est pas l’homme des origines, c’est celui, catholique ou cannibale, qui a tout oublié de son origine divine ; c’est l’homme qui, par perversion et par un coupable manque de mémoire, a renié Dieu, le premier Inventeur. C’est du reste sur ce premier Inventeur, créateur du ciel et de la terre, des poissons, des oiseaux, des animaux et de l’homme, que tous les autres inventeurs, de simples hommes quant à eux, ont pris ensuite leur patron et leur modèle. Le premier Inventeur est aussi le plus excellent : c’est l’inventeur de la religion, et tout spécialement de la religion chrétienne, qui a donné à l’humanité une seconde naissance et la vie éternelle.

  • 76 Jean Céard, art. cit., p. 121.

46Ainsi s’explique la « fascination des commencements » dont a parlé Jean Céard en conclusion de son article de 199476. Remonter la longue lignée des inventeurs, reparcourir en sens inverse la lente déclinaison des origines, des plus perverses aux plus nobles, des plus douteuses aux plus légitimes, c’est se rapprocher de cette origine absolue, quand l’homme fut créé bon et immortel. Polydore Vergile retrace quant à lui une généalogie, qui est aussi, inévitablement, une décadence. Décadence que tempère et renverse le retour au pur Évangile.

Notes

1 Sénèque, De brevitate vitae, XIII, 3-9, Éditions Arléa, 1995, p. 125-126.

2 Ibid., XIV, 1.

3 Montaigne, Essais, III, 6, éd. P. Villey, Paris, P.U.F., 1965, p. 901.

4 Ibid., p. 902.

5 Ibid., p. 905.

6 Juste Lipse, Iusti Lipsi De Amphitheatro Liber. In quo forma ipsa Loci expressa, et ratio spectandi. Cum aeneis figuris, Anvers, Ch. Plantin, 1584, caput primum : « Urbs diruta, non diruta : et splendidae eius ruinae ».

7 Montaigne, Essais, III, 6, p. 907.

8 Juste Lipse, op. cit., c. I, p. 11.

9 Montaigne, Essais, II, 24, p. 686-687.

10 Montaigne, Essais, III, 6, ad loc.

11 Ibid., p. 910.

12 Juste Lipse, op. cit., gravure dépliante après la p. 61 : « AMPHITHEATRI INTERIOR FACIES QUALEM EAM FUISSE CUM OMNIBUS MEMBRIS SUSPICAMUR » ; entre les p. 24 et 25 : « AMPHITHEATRUM TITI ».

13 Montaigne, Journal de voyage, éd. Fausta Garavini, Paris, Gallimard, « Folio », 1983, p. 200.

14 Rabelais, Pantagruel, I, in Œuvres complètes, éd. Mireille Huchon, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1994, p. 219-221.

15 Jean Céard, « Inventions et inventeurs selon Polydore Vergile », in M. T. Jones-Davies éd., Inventions et découvreurs au temps de la Renaissance, Paris, Klincksieck, 1994, p. 120.

16 Voir Mireille Huchon, notice sur Pantagruel, ch. I, op. cit., p. 1239-1240.

17 Charles Perrat, « Le Polydore Virgile de Rabelais », Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, t. XI, 1949, p. 167-204. Voir notamment p. 198-201.

18 Jean Céard, art. cit., ad loc.

19 Rabelais, Quart Livre, ch. LVII, OC, p. 673.

20 Cervantès, Don Quichotte, II, XXII, in Œuvres romanesques complètes, éd. Jean Canavaggio, Claude Allaigre et Michel Moner, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2001, t. I, p. 1064.

21 Ibid. : « Virgile a oublié de nous apprendre qui au monde eut le premier catarrhe, et qui le premier fut frotté de pommade pour guérir du mal français... »

22 Ibid., p. 1065.

23 Jean Céard, art. cit., p. 110.

24 Romano Ruggeri, Un amico di Erasmo : Polidoro Virgili, Urbino, Quattro Venti, 1992, p. 14.

25 Brian P. Copenhaver, « The Historiography of Discovery in the Renaissance : the Sources and Composition of Polydore Vergil’s De inventoribus rerum, I-III », The Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, vol. 41, 1978, p. 192-214, et notamment p. 193.

26 Jean Céard, art. cit., p. 113.

27 Ibid.

28 Brian P. Copenhaver, art. cit., p. 202.

29 Ibid., p. 206-207.

30 André Thevet, The New found Worlde, or Antarctike [...] travailed and written in the French tong by that excellent learned man, master Andrewe Thevet, Londres, Henry Bynneman, for Thomas Hacket, 1568, f. *ij r°. Il s’agit de la traduction anglaise d’un ouvrage publié onze ans plus tôt, Les Singularitez de la France Antarctique, Paris, les héritiers de M. de La Porte, 1557 ; réédition modernisée et annotée sous le titre : Le Brésil d’André Thevet, Paris, Chandeigne, 1997.

31 Thomas Hacket, épître dédicatoire d’André Thevet, loc. cit., f. *iij v° : « Thus (right honorable) we see, the valiant and curagious personages of the world have brought to passe many excellent enterprises, so that their name shall never dye, atcheved as well by sea as by lande, as this worthy traveller Andrewe Thevit, in this his Navigation of the New found World, which I have dedicated unto your honor, as a token of my good will... »

32 Je résume ici un propos développé dans mon Atelier du cosmographe, Paris, Albin Michel, 1991, ch. III, p. 91-101.

33 Sur le dessein de Polydore Vergile, voir Denys Hay, Polydore Vergil, Renaissance Historian and Man of Letters, Oxford, The Clarendon Press, 1952, ch. III : « De inventoribus rerum ».

34 Tous ces « inventeurs » sont mentionnés par Pline, Histoire naturelle, VII, 56.

35 Denys Hay, op. cit., ch. III, p. 58.

36 André Thevet, Les Singularitez, op. cit., 1557, f. 113 v° ; rééd. 1997, p. 223. D’après Polydore Vergile, Les inventeurs des choses qui ont estre, Paris, J. Longis et V. Sertenas, 1544, III, 2, f. 99. Cf. Virgile, Géorgiques, I, 147-149.

37 Comme Guillaume de Saluste du Bartas le suggère dans L’Eden (Seconde Semaine, Premier Jour), v. 271 sqq. Voir sur ce point ma communication : « L’Art imite la Nature/la Nature imite l’Art : Dieu, Du Bartas et l’Eden », in James Dauphiné éd., Du Bartas poète encyclopédique du XVIe siècle, Lyon, La Manufacture, 1988, p. 167-184.

38 Ce lapsus de Thevet (Les Singularitez, f. 113 v° ; rééd., p. 223), qui a écarté Caïn pour faire du berger Abel un laboureur, déclenchera les sarcasmes de Jean de Léry, Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil, 3e éd., Genève, Antoine Chuppin, 1585, Préface, f. qqq3.

39 A. Thevet, Les Singularitez, ch. 36, f. 68 r° ; rééd., p. 148.

40 Ibid., ch. 35, f. 65 r°-v° ; rééd., p. 144.

41 Voir Suzanne Lussagnet éd., Le Brésil et les Brésiliens par André Thevet (Les Français en Amérique pendant la seconde moitié du XVIe siècle, t. I), Paris, Presses universitaires de France, 1953, p. 39, note 2, et p. 45, note 1. L’opinion du Déluge est évoquée dans Les Singularitez, ch. 53, f. 101 v°-102 r°. On sait l’importance que les missionnaires attacheront à ce mythe, élément essentiel en faveur de la prisca theologia.

42 A. Thevet, Les Singularitez, ch. 58. Cf. La Cosmographie universelle, Paris, P. L’Huillier et G. Chaudière, 1575, t. II, livre XXI, ch. 6, f. 918 r° (cf. S. Lussagnet, op. cit., p. 61-62).

43 S. Lussagnet, op. cit., p. 39, 43-45 et 66-72 : extrait de Thevet, Cosmographie universelle, II, f. 919-920, repris par Pierre Clastres, Le grand parler. Mythes et chants sacrés des Indiens Guarani, Paris, Le Seuil, 1974, p. 95-99. Cf. Claude Lévi-Strauss, Histoire de lynx, Paris, Plon, 1991, p. 66.

44 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1958, ch. XI : « La structure des mythes », p. 252.

45 C. Lévi-Strauss, Histoire de lynx, op. cit., p. 65.

46 Ibid., p. 66.

47 A. Thevet, La Cosmographie universelle, II, f. 918 v° (cf. S. Lussagnet, p. 65).

48 Ibid., f. 920 r° (cf. S. Lussagnet, p. 71).

49 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Rhizome (Introduction), Paris, Éditions de Minuit, 1976.

50 A. Thevet, Les Singularitez, ch. 58, f. 113 v° ; rééd., p. 223.

51 Ibid., ch. 53, f. 101 v°, manchette ; rééd., p. 203.

52 Ibid. Dans la Cosmographie universelle (XXI, 12, f. 937 v° ; cf. S. Lussagnet, p. 161), Thevet a supprimé cette expression.

53 Jean de Léry, Histoire d’un voyage faict en la terre du Bresil, Genève, Antoine Chuppin, 2nde éd., 1580, ch. 18, p. 288. Cf. mon édition de l’Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil, Montpellier, Max Chaleil éditeur/Les Presses du Languedoc, 1992, p. 177-178.

54 Claude Lévi-Strauss, Le Cru et le Cuit (Mythologiques I), Paris, Plon, 1964, mythes M.7 à M.12.

55 A. Thevet, Les Singularitez f. 101 v° ; rééd., p. 203.

56 Claude Lévi-Strauss, Histoire de lynx, op. cit., ch. IV, p. 65-77.

57 Romano Ruggeri, op. rit., p. 13.

58 Denys Hay, op. rit., p. 60-61.

59 André Stegmann, « Le De inventoribus rei Christianae de Polydor Vergil ou l’érasmisme critique », Colloquia Erasmiana Turonensia, « Douzième Stage international d’études humanistes, Tours, 1969 », vol. I, Paris, Vrin, 1972, p. 313-322.

60 A. Stegmann, art. cit., p. 320.

61 Sur la censure de Polydore Vergile, voir Leandro Perini, « Disavventure censorie di stampatori cinquecenteschi », La Censura libraría nell’Europa del secolo XVI. Convegno Internazionale di Studi Cividale del Friuli, 9/10 novembre 1995, a cura di Ugo Rozzo, Udine, Forum, 1997, p. 207-218.

62 Il faut donc corriger sur ce point André Stegmann, art. cit., p. 320, qui parle d’« une tardive mise à l’Index (1576) à l’heure sombre des réactions brutales ».

63 C’est l’édition de Paris, chez Robert Estienne, en 1528, qui était visée en particulier, « cum similibus, Basileae, 1540, et ubicumque excusis ». — Voir J. M. De Bujanda, James K. Farge et Francis M. Higman, Index de l’Université de Paris (1544, 1545, 1547, 1549, 1551, 1556), Sherbrooke (Québec) et Genève, Éditions de l’Université de Sherbrooke et Librairie Droz, 1985, n° 243, p. 249-250. Toutefois, les Index de Louvain 1546, 1550 et 1558, de Venise 1549, Venise et Milan 1554, ne mentionnent plus Polydore Vergile. Voir J. M. De Bujanda, éd., Index des livres interdits, t. II et III, Sherbrooke et Genève, 1986 et 1987.

64 Romano Ruggeri, op. cit., p. 23-24.

65 Jean Céard, art. cit., p. 109.

66 André Thevet, Les Vrais Pourtraits et Vies des hommes illustres, Paris, veuve Jacques Kervert et Guillaume Chaudière, 1584, livre VI, ch. 114, f. 563 v°.

67 Ibid.

68 Brian P. Copenhaver, art. cit., p. 213.

69 Ibid., p. 214 : « In sum, it would be unfair to make Polydore a villain in the drama of scientific revolution but uncritical to call his De inventoribus any kind of a milestone in the history of Renaissance science ».

70 A. Stegmann, art. cit., p. 320.

71 Belleforest écarte en revanche l’assimilation des moines mendiants, « Antonians et Ceretans » porteurs de rogatons, aux « Egyptiens » et romanichels qui lisent dans les lignes de la main et volent le pauvre monde. Voir Polydore Vergile, Les Memoires et Histoire de l’origine, invention et autheurs des choses, Paris, R. Le Mangnier, 1576, VII, 7, p. 773.

72 A. Stegmann, art. cit., ad loc.

73 La Mappe-Monde Nouvelle Papistique ne subsiste aujourd’hui qu’en trois exemplaires, l’un conservé à la British Library, sous la cote : C.160.C.7 ; les deux autres au Musée-château de Sondershausen en Allemagne et à la Bibliothèque de l’Université de Wroclaw en Pologne. Les deux exemplaires présents à Berlin avant guerre paraissent avoir été perdus. — Voir Dror Wahrman, « From Imaginary Drama to Dramatized Imagery. The Mappe-Monde Nouvelle Papistique, 1566-1567 », Journal of the Warburg and Courtauld Institute, vol. 54, 1991, p. 186-205 et pl. 51-59 ; F. Lestringant, « Une cartographie iconoclaste : la “Mappe-Monde Nouvelle Papistique” de Pierre Eskrich et Jean-Baptiste Trento », in Monique Pelletier éd., Géographie du monde au Moyen Age et à la Renaissance, Paris, Éditions du CTHS, 1990, p. 99-120 ; du même, « L'Histoire de la Mappe-Monde Papistique », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, juillet-octobre 1998, p. 699-730.

74 Jean-Baptiste Trento, Histoire de la Mappe-Monde Papistique, en laquelle est declairé tout ce qui est contenu et pourtraict en la grande Table, ou Carte de la Mappe-Monde : Composée par M. Frangidelphe Escorche-Messes, « Imprimée en la ville de Luce Nouvelle [= Genève], Par Brifaud Chasse-diables [= François Perrin] », 1567, p. 150. — Alors que la Mappe-Monde Nouvelle Papistique ne subsiste qu’en trois exemplaires, il existe des dizaines d’exemplaires de l'Histoire conservés dans les principales bibliothèques d’Europe et d’Amérique du Nord.

75 J’ai développé cette perspective dans mon livre Une sainte horreur, ou le voyage en Eucharistie (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Presses universitaires de France, 1996.

76 Jean Céard, art. cit., p. 121.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search