Version classiqueVersion mobile

Ouvrages miscellanées et théories de la connaissance à la Renaissance

 | 
Dominique de Courcelles

La miscellanée : histoire d’un genre

Jean-Marc Mandosio

Texte intégral

1Je vais tenter ici de retracer l’histoire du genre de la « miscellanée ». Mais s’agit-il d’un genre à proprement parler ? La réponse à cette question varie selon qu’on prend le terme de « miscellanée » au sens étroit ou au sens large. Au sens large, ce n’est pas un genre, dans la mesure où cette notion (qui signifie « mélange ») peut s’appliquer à toutes sortes d’écrits relevant de genres très différents : miscellanée de textes médicaux, littéraires, religieux, juridiques, etc. Mais en un sens plus spécifique, ce terme renvoie à un genre littéraire aujourd’hui disparu.

  • 1 Dans un article intitulé « Encyclopédies en latin et encyclopédies en langue vulgaire (XIIIe-XVIII(...)

2L’étude de ce genre, considéré dans son développement historique, se heurte toutefois à une difficulté qui pose un problème de méthode. En effet, comme je vais le montrer, ce genre était bel et bien constitué comme tel dès l’Antiquité, mais il n’a pris le nom de « miscellanée » que beaucoup plus tard, à la Renaissance. On peut donc se demander s’il est légitime d’appliquer rétrospectivement cette catégorie à des productions antérieures à son invention ; mais c’est précisément parce qu’elle a été inventée pour s’appliquer à ce type d’écrits, qui lui préexistaient, qu’elle est pertinente pour définir le genre des écrits en question. Il est donc légitime d’y recourir, pour ainsi dire par anticipation. Une difficulté du même ordre caractérise l’histoire du genre de l’« encyclopédie », que j’ai déjà étudié par ailleurs1, et qui est en quelque sorte le frère ennemi de la miscellanée, puisque l’absence de structure de la seconde constitue l’antithèse parfaite de la forte structuration de la première.

3Je vais distinguer, dans l’exposé qui va suivre, trois grandes étapes : la miscellanée antique, qui ne porte pas encore de nom caractéristique ; la miscellanée humaniste, qui associe le nom et la chose ; l’évolution de la signification du terme après la Renaissance. Nous verrons que, même dans son acception la plus spécifique, le genre de la miscellanée conserve des frontières un peu incertaines ; il sera donc souvent fait allusion à des genres voisins. J’espère que ce panorama sémantique pourra être de quelque utilité.

1. — LA MISCELLANÉE ANTIQUE

  • 2 Je cite le texte d’après l’édition de René Marache (Aulu-Gelle, Les Nuits attiques, t. I, Paris, L (...)
  • 3 « Facta igitur est in his quoque commentariis eadem rerum disparilitas quæ fuit in illis annotatio (...)
  • 4 « [...] ad hoc ut liberis quoque meis [...] remissiones essent » (ibid., Prœfatio, 1).
  • 5 « Usi autem sumus ordine rerum fortuito » (ibid., Prœfatio, 2).

4C’est dans le prologue des Nuits attiques d’Aulu-Gelle (IIe siècle ap. J.-C.) que le genre de la miscellanée est défini pour la première fois2. L’auteur décrit son ouvrage comme un recueil de « commentaires » composés à partir d’annotations diverses, caractérisé par l’allure disparate de l’ensemble3. Il déclare l’avoir composé « pour la récréation de ses enfants »4, et avoir suivi en le composant un « ordre fortuit »5. Il nous explique la façon dont il a procédé :

  • 6 « Nam proinde ut librum quemque in manus ceperam seu græcum seu latinum vel quid memoratu dignum a (...)

« Lorsqu’il me passait par les mains un livre grec ou latin, ou que j’entendais quelque remarque digne que l’on s’en souvînt, je notais ce qui me plaisait, quel qu’en fût le genre, indistinctement et sans ordre, et je le mettais de côté pour servir d’auxiliaire de la mémoire, en guise, pour ainsi dire, de provision littéraire, afin que, si le besoin se présentait de rappeler un fait ou un propos et que par hasard je les avais soudain oubliés, sans avoir sous la main les livres d’où je les avais extraits, je pusse aisément les retrouver et m’en servir »6.

  • 7 « [...] breviter et indigeste et incondite eruditionibus lectionibusque variis » (ibid Prœfatio, 3 (...)

5Ainsi, appliquant la méthode dite des « lieux communs » consistant à composer un répertoire de faits et dits remarquables, Aulu-Gelle a compilé ses commentaires « brièvement, sans ordre et sans apprêt, à partir de doctrines et de lectures variées »7.

6Nous avons donc ici les caractéristiques principales de la miscellanée : absence d’ordre et variété des sujets traités, qui doivent être singuliers ou remarquables pour être retenus. Une miscellanée se distingue d’une encyclopédie ou d’un traité en ce qu’elle ne suit pas un ordre méthodique d’exposition mais se présente comme un recueil de notes éparses, d’essais plus ou moins longs sur des thèmes divers. Il faut toutefois remarquer que cette affectation de désordre peut être elle-même le résultat d’une savante composition, qui mime l’absence de composition. Ce genre d’ouvrage se propose en effet d’instruire le lecteur en lui offrant une sorte de promenade « récréative », éliminant le côté laborieux que pourrait présenter l’exécution d’un plan ordonné.

  • 8 Naturalis historia, Prœfatio, 24.
  • 9 « [...] plerique alii utriusque linguæ scriptores in id genus libri » (Noctes atticœ, Prœfatio, 4)
  • 10 « Nam quia variam et miscellam et quasi confusaneam doctrinam conquisiverant, eo titulos quoque ad (...)
  • 11 Pour l’ensemble des sources auxquelles se réfère Aulu-Gelle dans cette énumération, voir Paul Faid (...)
  • 12 Institutiones oratoriœ, X, 3, 17.
  • 13 Marache traduit ce titre, de façon inappropriée, par « Encyclopédie » (Les Nuits attiques, t. I, o (...)
  • 14 C’est le titre d’un célèbre recueil de questions sur divers sujets (médecine, mécanique...), peut- (...)
  • 15 « Namque alii Musarum inscripserunt, alii Silvarum, ille Пέπλον, hic ’Aμαλθείας χέρας, alius Κηρία (...)

7Après avoir ainsi défini son entreprise, Aulu-Gelle procède à une énumération, en partie inspirée du prologue de l'Histoire naturelle de Pline l’Ancien8, des titres que les auteurs ont donné avant lui aux ouvrages du même genre. Cette énumération est d’un grand intérêt pour nous, parce qu’elle indique, d’une part, qu’il s’agit véritablement d’un genre littéraire, et d’autre part que ce genre n’a pas de nom précis. Aulu-Gelle affirme en effet que « beaucoup d’autres auteurs des deux langues » (grecs et latins) qui ont composé « des livres de ce genre »9 ont « emmagasiné une connaissance variée, mélangée (miscella) et pour ainsi dire confuse », et qu’ils se sont ingéniés à inventer pour qualifier ces œuvres « des titres très recherchés », appropriés à leur contenu10. Voici ces titres11 : les Muses ; les Silves (définies par Quintilien comme un recueil de choses variées)12, le terme signifiant « forêts » ; Péplum, autrement dit le manteau brodé ; la Corne d’Amalthée, c’est-à-dire la corne d’abondance ; les Rayons de miel ; les Prairies ; Mes lectures ; Lectures antiques (titre qui sera repris à la Renaissance par Cælius Rhodiginus) ; Florilège ; Trouvailles ; les Lampes (titre faisant référence aux veilles de l’auteur) ; les Tapisseries (titre que Clément d’Alexandrie réemploiera plus tard) ; les Pandectes ou « divisions universelles »13 (avant d’être le titre du célèbre recueil juridique écrit à l’instigation de l’empereur Justinien, c’était celui d’un ouvrage écrit par un certain Tullius Tiron, affranchi de Cicéron) ; Hélicon, c’est-à-dire les circonvolutions (l’Hélicon est la montagne aux cent détours) ; les Problèmes14 ; les Manuels, c’est-à-dire les livres portatifs (comme le Manuel d’Épictète) — mais le mot signifie aussi « poignard », d’où un autre titre, cité aussitôt après par Aulu-Gelle : le Coutelas portatif (poignard qu’on porte à la ceinture) — ; les Mémoires (cf. les Mémorables de Xénophon) ; les Réalités ; les Suppléments ou Hors-d’œuvre ; les Leçons (Didascalica : au XIIe siècle, Hugues de Saint-Victor intitulera, en souvenir d’Aulu-Gelle, son grand ouvrage pédagogique Didascalicon de studio legendi) ; Histoire naturelle (de Pline l’Ancien) ; Histoire universelle ; le Pré (œuvre perdue de Suétone) ; le Verger ; les Lieux communs ; Conjectures ; Épîtres morales (ce sont les Lettres à Lucilius de Sénèque) ; Questions épistolaires (le titre de cette œuvre perdue de Varron sera repris à la Renaissance par Celio Calcagnini) ; Questions mêlées15.

  • 16 « [...] quædam alia inscripta nimis lepida multasque prorsum concinnitates redolentia » (ibid., Pr (...)
  • 17 « Nos vero [...] incuriose et inmeditate ac prope etiam subrustice ex ipso loco ac tempore hiberna (...)

8Par opposition aux auteurs qui ont donné à leurs ouvrages des titres « trop élégants et qui sentent l’affectation »16, Aulu-Gelle précise qu’il a intitulé, « sans recherche particulière, de façon non méditée et même presque rustique », son livre Nuits attiques en référence aux « veillées d’hiver » qu’il a passées dans cette région de la Grèce17.

9Cela fait donc trente et un titres différents cités par Aulu-Gelle (en comptant celui de son propre livre), qui permettent de reconstituer le champ sémantique du genre auquel appartiennent les Nuits attiques. Si nous mettons de côté les titres extravagants ou atypiques (mais qui ne sont pas pour autant dénués de sens : le Coutelas portatif, par exemple, évoque l’idée d’un découpage d’extraits à partir d’une masse de lectures), nous pouvons distinguer, en gros, quatre catégories : les titres qui insistent sur la variété du contenu et sur son agrément (Silves, Prairies, Pré, Florilège, Péplum, Tapisseries..) ; ceux qui insistent sur sa richesse (la Corne d’Amalthée, les Rayons de miel le Verger — qui fournit des fruits) ; ceux qui font allusion aux travaux de l’auteur (Lampes, Nuits, Lectures, Trouvailles..) ; enfin, plus prosaïquement, ceux qui spécifient le contenu des ouvrages (Lectures, Problèmes, Conjectures, Histoires, Leçons, Lieux communs, Épîtres, Questions).

  • 18 Si le mot miscellanea est absent de la liste des titres recensés par Aulu-Gelle, il emploie en rev (...)

10C’est bien l’idée de « mélange » (souvent — mais pas toujours — associée à la métaphore de la cueillette, de la récolte) qui constitue le facteur commun à tous ces titres, par ailleurs très hétéroclites18. On notera également qu’Aulu-Gelle a inclus dans sa liste quelques ouvrages qui ne correspondent pas tout à fait à la définition qu’il a lui-même donnée du genre : l'Histoire naturelle de Pline, par exemple, n’est pas un ouvrage composé selon un « ordre fortuit ».

  • 19 « [...] illi omnes, et eorum maxime Græci, multa et varia lectitantes, in quas res cumque incidera (...)
  • 20 « [...] eaque sola accepi quæ [...] ingenia prompta expeditaque ad honestæ eruditionis cupidinem u (...)
  • 21 Aulu-Gelle rappelle (ibid) qu’Héraclite disait que 1’« accumulation de connaissances ne profite pa (...)
  • 22 « [...] erunt autem in his commentariis pauca quædam scrupulosa et anxia » (ibid., Præfatio, 13).
  • 23 « Et satis hoc blandum est, non esse hæc neque in scholis decantata neque in commentariis protrita (...)
  • 24 « [...] nova sibi ignotaque [...] » (ibid, Prœfatio, 16).

11Aulu-Gelle précise ensuite que ses prédécesseurs (« surtout les Grecs ») ont ramassé une grande quantité d’informations sans faire preuve de discernement, privilégiant la quantité au détriment de la qualité, ce qui entraîne pour le lecteur fatigue et ennui19. Il se vante quant à lui de n’avoir recueilli que des informations plaisantes, qui contribuent à l’« érudition honnête » et à une connaissance « rapide et facile » des « arts utiles »20. La polymathie, accumulation de connaissances associée à la lourdeur, est ici opposée à la légèreté d’un esprit aiguisé21. Dans cette perspective, Aulu-Gelle n’hésite pas à consigner des remarques « minutieuses et subtiles »22, même sur des questions très techniques, comme le droit ou la géométrie, en évitant par-dessus tout les sujets « rabâchés dans les écoles » et « ressassés dans les commentaires » de ses prédécesseurs23 : le lecteur est censé éprouver le plaisir d’apprendre des choses « nouvelles et inconnues »24. Paradoxalement, bien qu’une miscellanée ne comporte par définition que des réflexions sur des choses déjà dites et écrites ailleurs, sa poétique est celle de la nouveauté et de la surprise (provoquée, précisément, par le caractère inattendu des références et par l’absence d’ordre dans l’exposition).

12Je pense avoir montré, par tout ce qui précède, qu’on ne peut pas mettre n’importe quoi sous la rubrique « miscellanée » ; les ouvrages que l’on classe sous ce genre doivent correspondre aux critères définis par Aulu-Gelle : absence d’ordre, variété des sujets traités, caractère philologique ou érudit des informations fournies.

13Dans la continuité des Nuits attiques, qui rapportent parfois des propos de table, nous trouvons au IIIe siècle les Dipnosophistes d’Athénée, recueil de propos érudits et plaisants tenus au cours d’un banquet. Dans le même registre, il y avait déjà eu, peu de temps auparavant, les Propos de table de Plutarque, et Macrobe écrira plus tard (vers 400) ses Saturnalia sur le même modèle. Les Tapisseries de Clément d’Alexandrie (IIe siècle), déjà mentionnées, sont en revanche une apologie du christianisme présentée sous la forme de remarques variées, qui se présentent comme une tenture bigarrée. Plutarque lui-même avait écrit toute une série d’opuscules sur les sujets les plus divers, réunis par la suite sous le titre d’Œuvres morales ou Œuvres mêlées, qui seront considérés comme autant de chapitres disparates d’une vaste miscellanée.

2. — LA MISCELLANÉE HUMANISTE

  • 25 Voir dans ce même volume l’article de Frédéric Tinguely sur les « mélanges géographiques ».

14On trouve au Moyen Age des exemples de miscellanées où c’est moins l’érudition qui constitue l’intérêt de la compilation que le caractère rare, merveilleux ou singulier des informations rapportées, sur le modèle du Polyhistor de Solin (IIIe siècle), compilation d’histoire naturelle essentiellement tirée de Pline, également intitulée Collectanea rerum memorabilium (« Recueil de faits mémorables »). Les deux recueils médiévaux les plus célèbres à avoir été écrits dans cette veine sont sans doute le Policraticus, sive de nugis curialium et vestigiis philosophorum de Jean de Salisbury (ca 1115-1180), recueil de « divertissements de cour » associés à la sagesse des philosophes antiques, et les Otia imperialia (« Loisirs impériaux ») de Gervais de Tilbury (XIIe-XIIIe siècle), collection d’anecdotes et de légendes dédiée à l’empereur Othon IV. Certes, l’ouvrage suit un plan précis et ne constitue donc pas une miscellanée à proprement parler, si ce n’est que l’auteur, afin de donner à son livre le caractère le plus distrayant possible, l’a farci de digressions sur tous les sujets imaginables. Tel est également le cas de nombreux récits de voyages, qui sont à la limite du genre de la miscellanée25.

  • 26 Sur l’histoire des problemata, voir Ann Blair, « The problemata as a natural philosophical genre » (...)
  • 27 En revanche, la structure interne des « questions » scolastiques suit un ordre rigoureux et immuab (...)
  • 28 Questions inouyes ou récréations des sçavans, qui contiennent beaucoup de choses concernantes la t (...)

15D’un caractère nettement moins récréatif, les recueils de quæstiones universitaires (surtout les quæstiones quodlibetales, qui traitent des sujets les plus variés) peuvent se rattacher au genre antique des problemata26, dès lors qu’il s’agit de répondre ponctuellement à des questions sans s’assujettir à la composition d’un traité en bonne et due forme27. Sauf dans le cas, donc, de la summa, « somme » de questions constituant un traité exhaustif sur un sujet donné, le genre de la quœstio peut être considéré comme une variante de la miscellanée. Il se poursuit à la Renaissance et sera illustré par Marin Mersenne au XVIIe siècle avec ses Questions inouïes ou récréations des savants, dont le titre suffit à indiquer le programme28.

  • 29 « Quali proportione quibusque collectionibus Plutarchus ratiocinatum esse Pythagoram philosophum d (...)
  • 30 « [...] quodque est circumspecte et anxie considerandum an pro utilitatibus amicorum delinquendum (...)
  • 31 « Quis modus fuerit, quis ordo disciplinæ pythagoricæ, quantumque temporis imperatum observatumque (...)
  • 32 « Quæsitum esse in philosophia, quidnam foret in recepto mandato rectius, idne omnino facere quod (...)
  • 33 « Quibus verbis M[arcus] Varro indutias definierit » (ibid., I, 25, tit.).
  • 34 « [...] superesse proprie quid sit » (ibid., I, 22, tit.).
  • 35 « Quod geometræ dicant ἐπίπεδον, quid στερεóν, quid ϰύβον, quid γραμμήν, quibusque ista omnia lati (...)

16On trouvait déjà dans les Nuits attiques des séries de questions, même si celles-ci n’étaient pas toujours explicitement formulées sous une forme interrogative. Prenons par exemple, parmi les titres des chapitres du livre I : « De quel rapport et de quel raisonnement le philosophe Pythagore s’est servi, au dire de Plutarque, pour calculer et établir la taille qu’avait Hercule quand il vivait parmi les hommes »29 ; « Qu’il faut examiner avec circonspection et scrupule s’il y a lieu parfois de commettre une faute dans l’intérêt de ses amis »30 ; « Quelle était la méthode, quels étaient les degrés de l’enseignement pythagoricien, et combien de temps la règle prescrivait d’apprendre en se taisant »31 ; « Que les philosophes se demandent s’il vaut mieux, dans le cas d’une mission reçue, faire tout ce qui nous a été mandé, ou parfois aussi agir à l’encontre, si l’on espère que ce sera plus profitable à celui qui a donné la mission ; et les avis sur la question exposés contradictoirement »32, etc. Même lorsque Aulu-Gelle se livre à l’exégèse de mots rares ou techniques, d’expressions archaïques, ses « commentaires » sont souvent des réponses à des questions : par exemple, « En quels termes Marcus Varron définit indutiœ »33 ; « Ce qu’est proprement superesse »34 ; « Ce que les géomètres appellent epipedon, stereon, cubos, gramme, et de quels noms latins on désigne tout cela »35, etc.

  • 36 Je cite cet ouvrage d’après l’édition des œuvres complètes d’Ange Politien publiée à Bâle en 1533 (...)
  • 37 « [...] delectatus arbitror novitate ipsa rerum et varietate non illepida lectionis [...] » (Misce (...)
  • 38 « At inordinatam istam et confusaneam quasi sylvam aut farraginem perhiberi, quia non tractim et c (...)
  • 39 « [...] in queis Græcum tamen Helianum, Latinum sequimur Gellium, quorum utriusque libri varietate (...)

17C’est son caractère de répertoire de citations antiques et de mots rares qui a suscité l’intérêt des humanistes italiens pour l’ouvrage d’Aulu-Gelle. En 1432, Guarino de Vérone (1374-1460) révise le texte à partir de plusieurs manuscrits. Et c’est sur le modèle des Nuits attiques qu’Ange Politien (1454-1494) compose sa Miscellaneorum centuria prima, qu’il fait paraître en 148936. Comme Aulu-Gelle, Politien insiste sur la nouveauté des sujets dont il traite et sur la variété des sources dont il s’est servi37. Il déclare que son ouvrage est « pour ainsi dire une forêt sans ordre et confuse ou un fourbis, parce qu’il n’a pas été écrit lentement et de façon suivie mais par sauts et d’une manière décousue », si bien qu’il n’a pas pu trouver de meilleur titre que celui de Miscellanées pour le qualifier38. Politien prend pour exemples les Histoires variées d’Élien, les Nuits attiques d’Aulu-Gelle, les Tapisseries de Clément d’Alexandrie, mais aussi — avec ce goût de la référence inattendue et recherchée qui le caractérise — les Tapisseries d’Aristoxène de Tarente, ouvrage perdu mentionné par Porphyre dans son livre sur les Harmoniques de Ptolémée39.

  • 40 L’expression employée par Politien — « inordinatam istam et confusaneam quasi sylvam » — est un dé (...)
  • 41 « Denique si varietas ipsa, fastidii expultrix et lectionis irritatrix, in Miscellaneis culpabitur (...)
  • 42 C’est ce que fera, par exemple, Conrad Gesner dans la préface de ses Pandectæ (ouvrage dont il ser (...)
  • 43 L’idée selon laquelle la nature se présente sous des dehors variés ne relève pas d’une théorie phi (...)

18A l’imitation d’Aulu-Gelle, Politien décrit son ouvrage en se servant de termes habituellement considérés comme péjoratifs : une forêt sans ordre et confuse40, un fourbis... Mais il revendique ces défauts apparents pour en faire des qualités : la variété mise en œuvre dans les Miscellanea est un avantage, car elle « chasse l’ennui et excite à la lecture » ; et si quelqu’un voulait remettre en cause le caractère désordonné de l’ouvrage, il devrait plutôt s’en prendre à la nature, car Politien n’a fait qu’imiter l’allure disparate de cette dernière41. Il est intéressant de voir que la nature, utilisée par maints auteurs comme un modèle structurant (l’ordre d’exposition choisi étant justifié par le fait qu’il imite celui de l’univers)42, sert ici, en quelque sorte, de modèle destructurant : imiter la nature, pour Politien, c’est écrire de façon anarchique. En revanche, lorsqu’il écrit, peu de temps après, son Panepistemon (publié en 1492), qui est l’ouvrage le plus structuré qui soit puisqu’il se présente comme une « anatomie » des connaissances humaines, dont il détaille les divers membres avec toutes leurs articulations, ce n’est pas le désordre apparent de la nature qu’il prend pour modèle, mais l’ordre que l’humanité impose aux choses en « inventant » la philosophie43. L’esthétique du désordre et de la variété imitant la nature, qui apparaissait déjà dans certains titres d’ouvrages antiques cités par Aulu-Gelle (Silves, Prairies, Pré, etc.), est explicitement reprise par Politien dans la comparaison des Miscellanea avec une forêt, et nous la retrouverons plus loin chez quelques auteurs du XVIe siècle.

  • 44 Une deuxième centurie de Miscellanea, restée inachevée à la mort de Politien et longtemps considér (...)
  • 45 « Quæ sint crepidæ apud Catullum carpatinæ [...] » (Miscellaneorum centuria prima, II, tit.).
  • 46 « Quibus verbis Horatius camelopardalim significaverit, quæque sit ejus animantis facies, quibusqu (...)
  • 47 « Cur errantium siderum vocabula diebus tributa [...] » (ibid., VIII, tit.).

19Les Miscellanea de Politien se présentent comme une « centurie », série de cent chapitres consacrés à l’élucidation de mots rares, latins ou grecs44. Il s’agit à chaque fois de la réponse à une question ou de la résolution d’une énigme mettant à l’épreuve la faculté de divination et la virtuosité philologique du « grammairien ». Par exemple : « Ce que sont les crepidœ carpatinœ dont parle Catulle »45 ; « Comment Horace a défini le camelopardalis, quelle est la figure de cet animal, quels sont les noms par lesquels on le désigne, et à quelle époque il a été vu pour la première fois en Italie »46 ; « Pourquoi les noms des planètes ont été attribués aux jours [de la semaine] »47, etc. L’entreprise de Politien, en s’inscrivant dans le droit fil de celle d’Aulu-Gelle, retourne aux sources d’un genre déjà pourvu d’une longue tradition, mais il lui donne un nom qui fera fortune : celui de « miscellanée ».

  • 48 Voir également, écrit dans une perspective légèrement différente, l’article de Raphaële Mouren : « (...)

20En son sens le plus strict, la miscellanée humaniste est un recueil de quæstiones lexicographiques, l’accès aux realia étant toujours filtré, comme chez Aulu-Gelle, par la référence aux autorités antiques, qui fournissent le prétexte de l’investigation48. Mais alors que les Nuits attiques avaient une finalité avant tout récréative et visaient à instruire en amusant, les notes recueillies dans la miscellanée humaniste ont pour objectif d’éclairer la lecture de certains passages difficiles des anciens (Catulle, Horace, etc.), même si la dimension récréative et ludique n’est pas absente. Par son pointillisme, la miscellanée humaniste s’apparente à un recueil de gloses ; mais, à la différence d’un commentaire proprement dit, les lemmes ne portent pas sur un texte singulier pris dans son ensemble (comme c’est le cas des gloses de Politien sur Quintilien, Stace, etc.), mais sur des passages disparates tirés de textes très divers.

  • 49 Voir ci-dessus, note 3.

21La distinction, toutefois, entre le commentaire et la miscellanée n’est pas toujours aisée, étant donné que le commentaire n’est rien d’autre, en son sens premier, qu'un recueil de notes49. Ainsi, l’année même de la publication des Miscellanea, en 1489, paraît à Venise un recueil de « commentaires sur la langue latine » dû à la plume d’un autre humaniste, Niccolò Perotti (1429-1480) ; l’ouvrage se présente comme un commentaire inachevé des épigrammes de Martial, mais il est si proche des miscellanées de Politien que ce dernier dut se défendre contre une accusation de plagiat, qui se révéla d’ailleurs injustifiée. Le titre du recueil, Cornu copiœ (« Corne d’abondance ») sive commentaria linguæ latinœ, évoque l’un des titres cités par Aulu-Gelle — la Corne d’Amalthée.

  • 50 L’ouvrage a été augmenté après la mort de l’auteur par son neveu, Camillo Ricchieri, en collaborat (...)
  • 51 Lodovici Cœlii Rhodigini lectionum antiquarum libri XXX, recogniti ab auctore, atque ita locupleta (...)
  • 52 « [...] in corporis unam velut molem aggestis primum linguæ utriusque floribus, mox advocato ad pa (...)
  • 53 « Qui poetarum interpretationem suscipit, eum non solum (quod dicitur) ad Aristophanis lucernam, s (...)

22Quelques années plus tard, en 1516, Ludovicus Cælius Rhodiginus (Lodovico Ricchieri, 1450-1525) publie chez Alde, à Venise, ses Lectiones antiquæ (« Lectures antiques »), toujours sur le modèle d’Aulu-Gelle, chez qui il a trouvé le titre de l’ouvrage. Le titre de la deuxième édition (en trente livres, la première n’en comportant que seize)50, parue en 1542 à Bâle chez Froben, proclame que ces trente livres pourraient être aussi bien appelés « corne d’abondance » (allusion évidente à Perotti) ou « trésor des deux langues » grecque et latine, parce qu’ils donnent « toutes sortes d’explications tant sur les choses que sur les mots abstrus et rares » ; ne reculant pas devant l’hyperbole publicitaire, les éditeurs ajoutent que « toute une vie d’homme entièrement consacrée à transpirer sur les livres suffirait à peine » pour recueillir l’ensemble des explications apportées par l’auteur : aussi les Lectiones antiquæ remplacent-elles avantageusement « une énorme bibliothèque ou un grand nombre de commentaires »51. La préface de l’ouvrage précise que l’auteur a « empilé en un seul corps, pourrait-on dire, les fleurs des deux langues », mettant à contribution les œuvres de Platon, d’Aristote et des autres philosophes païens, ainsi que celles des théologiens, des juristes, des médecins et des mathématiciens, pour expliquer les difficultés de la langue latine52. Cælius Rhodiginus emprunte le thème de la miscellanée nourrie par une érudition encyclopédique à la Miscellaneorum centuria prima de Politien. Dans un célèbre passage, l’humaniste florentin expliquait que « celui qui assume la charge de commenter les poètes ne doit pas seulement travailler à la lumière de la lampe d’Aristophane [la littérature], mais aussi à celle de Cléanthe [la philosophie] », et qu’il doit aussi se plonger dans les ouvrages des juristes, des médecins, des dialecticiens, des philologues et de « tous ceux qui composent ce cercle de connaissances que nous appelons “encyclie” »53. A la différence, toutefois, d’une encyclopédie, la miscellanée n’a pas pour but d’exposer de façon systématique l’ensemble des connaissances, mais d’en recueillir les « fleurs », comme dit Cælius Rhodiginus, pour pouvoir mieux lire les classiques.

  • 54 Sur la manière d’utiliser les Pandectæ en relation avec les indications fournies dans la Bibliothe (...)
  • 55 « Græci philologiam vocant, quod varietate lectionis circa nomenclaturas præcipue delectat studium (...)
  • 56 « Alii in unum librum argumenta varia conjecere, ut quæque animo prius se offerebant, non alia met (...)
  • 57 Cette liste est reproduite ici en annexe, avec le paragraphe introductif d’où est extraite la cita (...)

23Les ambiguïtés de la notion de miscellanée apparaissent clairement chez le bibliographe Conrad Gesner (Konrad Gessner, 1515-1565), qui lui consacre une rubrique dans ses Pandectæ ou « divisions universelles », vaste catalogue bibliographique ordonné selon un plan encyclopédique, publié à Zurich chez Christoph Froschauer en 1548 pour servir de complément à la Bibliotheca universalis (1545) du même auteur54. Pour Gesner, la miscellanée relève de la philologie, qu’il définit — en se référant, sans plus de précision, aux « Grecs » — comme « la variété des leçons [ou des lectures] concernant les nomenclatures » ; ce genre d’étude, dit-il, « se promène dans les divers prés des auteurs, à l’instar de l’abeille qui va de fleur en fleur »55. Nous avons déjà rencontré plus haut cette métaphore du pré et des fleurs, que Gesner applique à la philologie dans son ensemble. Au sein de cette discipline, il distingue, d’une part, les auteurs qui ont écrit sur les nomenclatures de façon méthodique (per classes) ou qui se sont concentrés sur un domaine précis, et ceux qui ont « jeté pêlemêle dans un seul livre des arguments divers, au fur et à mesure qu’ils se présentaient, sans autre méthode ni ordre rationnel »56. Ces lucubrationes (c’est-à-dire le « fruit des veilles », commentaires, recueils d’extraits divers) constituent la catégorie des varia et miscellanea. La liste des ouvrages répertoriés par Gesner fournit une bonne idée de ce que les érudits de son temps pouvaient ranger sous cette catégorie des recueils de « choses diverses et mélangées »57.

  • 58 Auxquelles il faut ajouter les trois ouvrages grecs que Gesner, comme nous le verrons plus loin, a (...)
  • 59 Il s’agit du De mirabilibus auscultationibus (ou auditionibus), traduit en latin au XIIe siècle pa (...)
  • 60 Cet ouvrage, d’après les critères mêmes adoptés par Gesner, ne devrait pas figurer ici, car il s’a (...)

24Gesner énumère en premier lieu [1-7] les écrits de ce genre composés par les Grecs. Ces sept références58 comprennent d’abord les Histoires variées d’Élien [1], les Dipnosophistes d’Athénée [2] (ouvrage, précise Gesner dans la Bibliotheca universalis, que de nombreux auteurs ont pillé), les Tapisseries de Clément d’Alexandrie [3] et les Histoires variées de Jean Tzetzès [4] (cet auteur du XIIe siècle est le seul Byzantin cité dans cette section) ; puis, de façon plus inattendue, un recueil de « récits merveilleux » (Mirabiles narrationes) faussement attribué à Aristote59 [5], portant sur des choses « rares, étonnantes et plaisantes à lire sur différents sujets, tels que les animaux, les métaux, les plantes, les histoires » (la description un peu plus étoffée fournie dans la Bibliotheca universalis indique que cet ouvrage « ne traite que de choses particulières, et cela sans aucun ordre ») ; viennent ensuite l’Onomasticon de Julius Pollux [6]60 et les Propos de table de Plutarque [7]. Gesner ajoute que ces « grammairiens et philologues grecs » ont fourni beaucoup d’exemples aux auteurs plus récents, ses contemporains, tels Cælius Rhodiginus, Niccolò Leoniceno, etc., qui les ont adaptés en latin. Il est assez déroutant pour nous aujourd’hui de voir Aristote, qui fait un peu figure d’intrus dans cette liste, classé parmi les grammairiens et philologues, mais cela indique quel genre d’usage les érudits de la Renaissance pouvaient faire de certains textes d’histoire naturelle.

25Après les Grecs, donc, les Latins [8-36], dont la liste est beaucoup plus fournie. Gesner cite pêle-mêle, sans tenir compte de la chronologie, mais en suivant d’abord à peu près l’ordre alphabétique [8-22], plus de trente références. En ce qui concerne les œuvres antiques, il n’y a guère que les Nuits attiques d’Aulu-Gelle [10] et les Saturnales de Macrobe [18] qui soient ici à leur place. Gesner, en effet, a classé par distraction trois ouvrages grecs parmi les latins : le livre de Scammon (ou Scamon) sur les inventions [28], cité par Aulu-Gelle et par Suidas ; un « livre grec contenant des prophéties, des proverbes variés et des épîtres » qui gît, inédit, « dans une certaine bibliothèque d’Italie » [31] ; et les Conférences de Maxime de Tyr [23] (IIe siècle ap. J.-C.), qui portent effectivement sur les sujets les plus divers. Outre la malencontreuse latinisation de ces Grecs, les Variœ de Cassiodore [17] (VIe siècle) ont été intégrées dans cette liste, de l’aveu même de Gesner, au seul vu de leur titre — qui s’est révélé trompeur, car cet ouvrage est un simple recueil de textes juridiques (et plus précisément d’édits de Théodoric).

  • 61 Voir sur ce point les exemples cités dans « La bibliographie de l’histoire chez Conrad Gesner », o (...)

26La seule œuvre latine médiévale (datant du XIIe siècle, comme les Histoires variées de Tzetzès) que cite Gesner est le Policraticus de Jean de Salisbury, évêque de Chartres (d’où l’appellation Joannes Carnotensis) [26]. Il ne faut pas s’étonner de voir la littérature du Moyen Age si peu représentée, car Gesner n’en a qu’une connaissance approximative61.

  • 62 La seconde référence [35] aux Antiquæ lectiones concerne un court chapitre (XXI, 44) dans lequel C (...)
  • 63 Voir dans ce même volume les articles de Frank Lestringant (« Le livre Des Inventeurs de Polydore (...)

27On ne sera pas surpris de constater que la Renaissance est la période la mieux représentée. Gesner ne pouvait pas manquer de mentionner la Miscellaneorum centuria de Politien (en y ajoutant les commentaires de Josse Bade et de Giorgio Merula) [9] et les Antiquæ lectiones de Cælius Rhodiginus [11, 35]62. La liste comprend également les Geniales dies (1522) d’Alessandro Alessandri [8] ; les Miscellanea (1543) de Cyprianus Vomelius [12] ; les Adages (1508) d’Érasme [13, 24], qui, par leurs « prolixes digressions » et la diversité des connaissances qu’ils abordent, constituent une véritable « corne d’abondance, une Iliade de richesses » ; les Lectiones succisivœ (1539), autrement dit les « lectures occasionnelles », de Franciscus Floridus [14], recueil rempli « d’une érudition multiple et variée » ; les Annotations sur les Pandectes (1508), le De asse (1515) et le De philologia (1532) de Guillaume Budé [15, 29] ; la Sylva seu miscellanea observationum linguæ latinœ, « Forêt ou mélange d’observations sur la langue latine » de Gulielmus Insulanus (Wilhelm von Grevenbroich) [16] ; le De varia historia (1531) de Niccolò Leoniceno (1428-1524) [19] ; le De inventoribus rerum (1499) de Polydore Vergile [20, 27] (Gesner ne s’est pas aperçu qu’il l’a cité deux fois !) ; le De honesta disciplina (1504) de Pietro Crinito, élève de Politien [21]63, que Gesner qualifie d’« ouvrage varié, mélangé (miscellaneum) et plein de philologie » ; le De intitulationibus de Lodovico Pontico Virunio (1467 ?-1520) [22] ; une Miscellanea ex diversis historiographis, oratoribus et poetis, recueil anonyme d’extraits d’auteurs variés publié à Paris en 1519 [23] ; les « opuscules sur des sujets divers » de Joachim Sterck von Ringelbergh [30] (ce personnage, dont il sera question plus loin, a écrit tous ses livres, dit Gesner, « sans méthode », c’est-à-dire sans composer des « traités exacts », bien ordonnés) ; plus étrangement, le De rebus œgyptiis de Celio Calcagnini (1479-1541) [32] et l’Hypnerotomachia Poliphili de Francesco Colonna [33], parue anonymement en 1499 (les deux ouvrages ont en commun de comporter des hiéroglyphes, et le Songe de Poliphile est là parce que, dit Gesner, on y trouve de tout — remarque qui peut également s’appliquer au livre de Calcagnini), et enfin le De triplici vita de Marsile Ficin [34], dont la présence dans cette liste est peut-être due au fait qu’il s’agissait au départ de trois livres différents (De studiosorum sanitate tuenda, De vita producenda, De vita cœlitus comparanda), plus tard réunis par l’auteur pour en former un seul.

  • 64 « Facetias et apophthegmata in ethicis cum urbanitate reperies » (Pandectarum [...] libri XXI, I, (...)
  • 65 « Qui de naturis rerum scripserunt nonnulli, quanquam in eodem volumine, de metallis, lapidibus, a (...)
  • 66 Gesner ne les énumère pas ici exhaustivement, parce qu’une autre section du livre I des Pandectœ ( (...)
  • 67 Sur les différentes sortes de dictionnaires figurant dans les Pandectœ de Gesner, voir Jean-Marc M (...)
  • 68 Sur cette distinction, voir Jean-Marc Mandosio, « La bibliographie de l’histoire chez Conrad Gesne (...)

28En complément de cette liste, Gesner signale qu’il a traité à part (dans le livre XVI, portant sur la philosophie morale) les recueils de facéties et d’apophtegmes64, et que les ouvrages d’histoire naturelle qui, quoique traitant à la fois « des métaux, des pierres, des animaux et des plantes » (comme les Mirabiles narrationes pseudo-aristotéliciennes [5]), suivent « un certain ordre » d’exposition, sont répertoriés dans le livre XIV, consacré, précisément, à l’histoire naturelle65. Relèvent en revanche pleinement de la catégorie des varia et miscellanea, d’une part, les recueils d’épîtres où l’on traite de toutes sortes de sujets [36] (comme celles d’Enea Silvio Piccolomini — le pape Pie II —, de Leonardo Bruni ou de Celio Calcagnini)66, et d’autre part les dictionnaires [37], pourvu toutefois qu’ils ne suivent pas un « ordre des matières » précis mais seulement, comme le dictionnaire de Suidas, l’ordre alphabétique, ou (ce qui revient au même pour Gesner) qu’ils ne comportent pas le moindre classement, comme le Cornu copiœ de Perotti ou les Commentarii linguæ grœcœ de Budé67 : en effet, on peut y trouver non seulement des informations grammaticales, mais aussi « de nombreuses histoires, vraies et poétiques »68, des informations concernant la théologie, la philosophie, etc.

  • 69 Pandectarum [...] libri XXI, I, 13 (De variis), 2 (De indicibus librorum) ; 3 (Problemata, quæstio (...)
  • 70 Sur ce type d’ouvrages, voir Ann Moss, Les Recueils de lieux communs, méthode pour apprendre à pen (...)
  • 71 Pandectarum [...] libri XXI, I, 13, 7 (De bibliothecis, id est catalogis scriptorum) ; 8 (De mirab (...)

29La miscellanée apparaît donc dans ce répertoire bibliographique que sont les Pandecta comme une catégorie un peu floue. Aussitôt après les recueils de « choses diverses et mélangées », Gesner recense les index, puis les problemata, quæstiones et disputationes (rapprochement logique, comme nous l’avons vu plus haut), et les recueils de lieux communs69, qui nous éloignent de la miscellanée dans la mesure où ils mettent en œuvre une structuration plus ou moins rigoureuse des connaissances emmagasinées70. Les catalogues de bibliothèques et les recueils de « merveilles » (dont fait partie l’ouvrage pseudo-aristotélicien cité plus haut [5]) achèvent la section consacrée aux varia71.

  • 72 Claudie Balavoine, « Bouquets de fleurs et colliers de perles : les recueils de formes brèves au X (...)
  • 73 Ibid., p. 63.
  • 74 Ibid., p. 63 et 64.
  • 75 « Puisque les écoliers apprenaient à classer leurs notes de lecture juxta locorum et/ou litterarum (...)
  • 76 Ibid.
  • 77 Ibid., p. 65. Voir Alexandre Vanautgaerden, « La lettre d’Érasme sur les index des Adages d’Érasme (...)
  • 78 Voir Francine Wild, Naissance du genre des Ana (1574-1712), Paris, Champion, 2001.

30Dans sa liste d’« auteurs qui ont écrit sur des choses variées et mélangées », Gesner cite élogieusement les Adages d’Érasme [13, 24]. Cette œuvre, dont la première édition date de 1500, relève en effet d’un genre (le recueil de proverbes ou, comme le disent certains pédants, « compilation parémiologique ») qui se confond presque avec celui dont nous traitons, comme l’a montré Claudie Balavoine dans un article intitulé « Bouquets de fleurs et colliers de perles »72 — titre qui s’inscrit lui-même dans le champ sémantique de la miscellanée. Elle rappelle qu’Érasme refusait de classer les adages qu’il avait recueillis, parce que « cet ordo confusior [...] favorise [...] les effets de surprise et de rupture : aucune préconnaissance du contenu [...] ne risque de désamorcer la plaisanterie, aucune redite ne menace le plaisir d’une lecture continue »73. Comme chez Aulu-Gelle ou chez Politien, le choix d’une disposition apparemment aléatoire n’est pas un défaut, mais une qualité : par ce refus de l’ordre utilitaire propre à « la catégorie subalterne des instrumenta » et des « ouvrages scolaires »74, les Adages s’affichent comme une œuvre littéraire à part entière75. C’est précisément l’« incommodité de ces collections érasmiennes » qui, empêchant qu’on les utilise comme un outil de référence (à l’instar des répertoires de lieux communs), « garantit leur finalité esthétique. [...] Elles supposent non qu’on s’y réfère, mais qu’on les lise »76. C’est donc bien l’« esthétique de la docta varietas » qui est ici en jeu ; si ce n’est que, contrairement à ce qu’affirme Claudie Balavoine, les Adages comportent dès l’édition de 1508 un index, réalisé par Érasme lui-même. On ne peut donc pas dire, comme elle le fait, qu’en réduisant, dans des éditions ultérieures, le désordre voulu par Érasme à l’ordre alphabétique du dictionnaire ou de l’index, on fera perdre aux Adages « leur statut d’œuvre “littéraire” » pour les ravaler au rang de recueils didactiques77. Les « ana » (Scaligerana, Menagiana, etc.), recueils de bons mots d’un ou de plusieurs auteurs qui seront très en vogue au XVIIe siècle78, s’inscrivent eux aussi dans la tradition de la miscellanée en cultivant l’absence d’ordre.

  • 79 Je cite ce texte d’après l’édition des Opera de Ringelbergh publiée à Lyon, chez Sébastien Gryphe, (...)
  • 80 « In hunc libellum res varias congessimus, titulumque fecimus Chaos, quod olim erat quædam rerum o (...)
  • 81 « Speramus tamen Chaos nostrum neque inutile neque injucundum fore, quanquam ea luce quam requirit (...)
  • 82 Sur l’esthétique du chaos à la Renaissance, voir Jean-Marc Mandosio, « Il concetto di caos nel Rin (...)

31L’esthétique de la discontinuité et du mélange est revendiquée de façon excentrique dans un ouvrage très étrange intitulé Chaos, paru en 1529 et mentionné par Gesner [30]79. Son auteur, Joachim Sterck von Ringelbergh (1499-1536), a composé, en réalité, une encyclopédie (de facture d’ailleurs assez traditionnelle), mais en a mélangé les chapitres pour que le livre se présente comme un « chaos », c’est-à-dire, selon la description poétique qu’en avait donnée Ovide au début des Métamorphoses, « une masse informe et confuse, [...] un amas au sein duquel les semences des choses mal assemblées se faisaient la guerre »80. L’auteur justifie son choix, très éloigné de la « manière d’écrire ordinaire », par le fait que « les petites fleurs de formes et de couleurs diverses, dispersées sans loi dans la campagne, ont beaucoup de grâce, et [que] leur variété distrait agréablement les yeux des spectateurs »81. Nous retrouvons une fois de plus cette métaphore florale qui anime la poétique de la miscellanée depuis la préface des Miscellanea de Politien, lointain écho des Nuits attiques d’Aulu-Gelle ; mais chez Ringelbergh le joli désordre champêtre se confond, comme dans une anamorphose, avec la vision beaucoup moins plaisante de la guerre que se livrent « les semences des choses » au sein du chaos. Comble du maniérisme (ou de l’inconséquence) : l’auteur se contente de juxtaposer les deux descriptions, sans en fournir la moindre explication82.

  • 83 Voir dans ce même volume l’article de Dominique de Courcelles, « Le mélange des savoirs ».
  • 84 Voir Perrine Galand-Hallyn, « Quelques coïncidences (paradoxales ?) entre l'Épître aux Pisons d’Ho (...)
  • 85 Iole Di Gregorio, « La Selva di varia ricreatione et son contexte », trad. Brigitte Pasquet ; ce t (...)

32Certaines miscellanées de la Renaissance portent le nom de « silves » (nous avons déjà rencontré plus haut ce terme dans la liste fournie par Aulu-Gelle et dans la préface des Miscellanea de Politien), comme la Sylva seu miscellanea observationum linguæ latinœ de Wilhelm von Grevenbroich, citée par Gesner [16], ou la Silva de varia lección (1540), « Forêt de lectures diverses » de Pedro Mexía (1497-1551)83. Même en tant que genre poétique84, la silve est proche de la miscellanée puisqu’il s’agit généralement d’un recueil de pièces variées. Il existe également des « silves » musicales, par exemple la Selva di varia ricreatione (1590) du compositeur italien Orazio Vecchi, recueil de « musiques destinées au divertissement de cour » regroupant « trente-sept titres qui vont des intonations à deux, trois, quatre voix à celles à dix voix, et couvrent une gamme expressive et stylistique très vaste passant du madrigal de cour aux formes poétiques et musicales plus influencées par l’art populaire. On y trouve également des musiques d’accompagnement à la danse et deux morceaux exclusivement instrumentaux. [...] Cette grande variété se manifeste d’une manière spontanée et sans aucun projet systématique, comme les arbres dans la forêt, selon les intentions de l’auteur [...] »85.

  • 86 Voir dans ce même volume l’article de Marie-Dominique Couzinet, « Les Essais de Montaigne et les m (...)
  • 87 Cette apparence peut être trompeuse, car le désordre ostentatoire n’exclut pas le soin apporté au (...)
  • 88 « Ainsi, lecteur, je suis moy-mesmes la matière de mon livre » (préface des Essais, Bordeaux, 1580 (...)

33On peut également considérer que le genre de l’« essai », tel que Montaigne l’a inauguré, et qui sera ensuite imité par Francis Bacon et par d’autres auteurs, est un avatar de la miscellanée, puisqu’il s’agit d’un recueil de réflexions et de commentaires sur des sujets divers, assemblés sans ordre apparent86. L’essai à la Montaigne comporte toutefois une dimension qui le distingue de la miscellanée traditionnelle : l’expression de la subjectivité. Certes, les miscellanées, lorsqu’elles se conforment aux prescriptions d’Aulu-Gelle et d’Ange Politien, se veulent très subjectives dans le traitement des thèmes, qui n’est assujetti qu’au bon plaisir de l’auteur, et dans le raffinement paradoxal d’une dispositio se présentant comme le pur fruit du hasard87 ; mais dans les Essais de Montaigne, c’est l’auteur lui-même qui constitue l'inventio, le sujet de son propre ouvrage88.

3. — L’ÉVOLUTION DE LA MISCELLANÉE APRÈS LA RENAISSANCE

34J’ai parlé jusqu’à présent de la miscellanée en tant que genre littéraire, en montrant que ce genre existait, tout en ayant des frontières incertaines, dès l’Antiquité, sans trouver de nom précis avant la Renaissance. Je vais maintenant indiquer rapidement comment le nom s’est maintenu en modifiant progressivement sa signification, pour finir par désigner tout autre chose que chez Politien et ses successeurs.

35Si nous ouvrons à la lettre « M » le Dictionnaire universel d’Antoine Furetière, publié en 1690 par les soins de Pierre Bayle, nous lisons que le mot miscellanée peut avoir deux sens différents : « Miscellanés, ou -nées, se dit de livres qui traitent de plusieurs matières de différentes sortes, et aussi de plusieurs livres de différentes sortes mis ensemble. » Nous lisons également, à l’article « Mélange », que ce terme « se dit aussi de plusieurs pièces et ouvrages qu’on a ramassés et joints ensemble. Il y a plusieurs livres et recueils qui portent le titre de Mélanges. Il y a des mélanges historiques, des mélanges satiriques, des mélanges de plusieurs pièces de vers. C’est ce qu’on appelle en latin miscellanea. » On voit que ce mot commence à désigner plus fréquemment des recueils d’ouvrages différents qu’un seul et même ouvrage portant sur différents sujets. Dès le début du XVIe siècle, des recueils d’extraits de divers auteurs s’intitulaient Miscellanea, comme par exemple la Miscellanea ex diversis historiographis, oratoribus et poetis publiée à Paris en 1519 (citée par Gesner [23]), qui est une anthologie à finalité pédagogique. On est ainsi presque naturellement passé de la collection de notes comprenant des citations glanées au fil des lectures à la simple compilation de textes.

  • 89 Voir également la définition fournie par l’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, de (...)
  • 90 Miscellanea curiosa, being a collection of some of the principal phaenomena in nature accounted fo (...)

36Un siècle après Furetière, voici ce que dit le Dictionnaire critique de la langue française publié en 1787 par Jean-François Féraud : « Miscellanée (s[ubstantif] m[asculin]). Latinisme, qui vieillit. On dit plutôt mélanges. Recueil de différents ouvrages de science, de littérature. » Le terme ne désigne plus du tout un ouvrage traitant de différents sujets, c’est-à-dire un genre littéraire, mais un « recueil de différents ouvrages », c’est-à-dire un genre éditorial89. Les dictionnaires reflètent en cela l’évolution des choses. Les Miscellanea curiosa, par exemple, parus en 1705 à Londres, se présentent comme « une collection de quelques-uns des principaux phénomènes naturels décrits par les plus grands philosophes de notre époque, avec plusieurs discours lus devant la Société royale pour l’avancement des connaissances physiques et mathématiques », et contiennent également « une collection de voyages curieux et d’histoire naturelle des pays [étrangers], tels qu’ils ont été transmis à la Société royale »90. Il s’agit donc bien d’un recueil de textes hétérogènes écrits par des auteurs différents. Une revue n’étant rien d’autre qu’un recueil de cette sorte paraissant périodiquement, il n’est pas étonnant de voir des revues s’intituler Mélanges ou Miscellanea, comme c’est le cas des Miscellanea medico-physica de l’Académie des curieux de nature, publiés en Allemagne à partir de 1670.

37Presque cent ans après le dictionnaire de Féraud, le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle (1874), de Pierre Larousse, parachève cette évolution : « Miscellanées. Recueil d’ouvrages sur des objets divers de science et de littérature, n’ayant aucun lien entre eux. On dit aujourd’hui mélanges ; on a dit aussi miscellanea. »

38Voilà donc comment nous sommes arrivés aux « mélanges » tels que nous les connaissons aujourd’hui, c’est-à-dire un recueil d’articles sur divers sujets d’ordre scientifique ou littéraire « n’ayant aucun lien entre eux ». Le terme s’est par la suite spécialisé, puisqu’il ne s’applique ni aux revues, ni aux ouvrages collectifs, ni aux actes de colloques, mais seulement aux recueils offerts à un professeur par ses élèves et amis : le Festschrift allemand, que les Italiens continuent d’appeler Miscellanea di studi. On aimerait que les auteurs des textes qui composent ce genre d’ouvrages — souvent, il faut bien le dire, ennuyeux — soient parfois visités par les mânes d’Aulu-Gelle et d’Ange Politien, et qu’ils aient un peu plus souvent à l’esprit quelques-uns des préceptes régissant l’ancien genre de la miscellanée, dont j’ai tenté ici de retracer l’histoire : chasser la lourdeur et la lassitude, éviter les sujets rabâchés er les banalités.

Annexes

ANNEXE : LES MISCELLANÉES DANS LES PANDECTÆ DE CONRAD GESNER91

Pandectarum sive partitionum universalium Conradi Gesneri Tigurini, medici et philosophia professoris, libri XXI. Tiguri excudebat Christophorus Froschoverus, anno MDXLVIII.

[Pandectarum libri primi de grammatica] Titulus XIII. De variis, cujus partes sunt 8.

Pars prima, de authoribus qui varia et miscellanea scripserunt, [f. 18v-19]

Authorum qui ad philologiæ album ascribendi nobis videntur, alii unum aliquod et certi generis argumentum suscepere, ut qui nomenclaturas rerum per classes enumerant, sive plurium uno in opere, sive unius tantum generis, quod usum communiorem, nec alicui studiorum professioni proprium habeat, ut Bayfius de re navali92 : de quibus partim in proximo jam titulo dictum est93 : partim alibi per occasionem dicetur. Alii in unum librum argumenta varia conjecere, ut quæque animo prius se offerebant, non alia methodi vel ordinis ullius ratione habita. Quod ipsi quoque tituli librorum aliquot profitentur, ut variæ historiæ, miscellanea. Hujusmodi igitur lucubrationes aliquot hic recenseantur, Græcorum primum, deinde Latinorum.

Qui apud Grœcos varia scripserint.

[1] Æliani varia historia græce et latine ex Conradi Clauseri nostri translatione, quæ nondum in luce prodiit.
Bibliotheca, f. 5v : « Æliani [...] varia historia nondum excusa extat græce in Italiæ bibliothecis. »

[2] Athenæi dipnosophistarum libros græcos castigavit et indicibus illustravit doctissimus vir Christianus Herlinus. Non pauca ex eo transtulit Stephanus Niger. Hieronymus Parisetus quoque bonam ejus partem vertisse dicitur. Audio in Italia totum esse translatum, sed nondum acce pisse publicum.
Bibliotheca, f. 98v-99v : Gesner donne la liste des précédentes éditions et cite des extraits de la préface de l’édition de Bâle, 1535, décrivant le contenu de l’ouvrage, avec la liste des personnages mis en scène par Athénée. Il ajoute : « Restant adhuc plurimi loci depravati aut mutili, quod in causa esse suspicor cur hactenus hos libros in latinœm linguæm traducere nemo conatus sit, quanquam enim Paulus Jovius in libello de piscibus romanis Sangæ romani poetæ familiaris sui mentionem faciat, cujus beneficio (ita enim ait) latinum Athenæum debeamus ; nihil tamen hujusmodi adhuc typis excusum vidimus. Permulti autem viri docti ex hoc veluti thesauro, ut Bedrotus scribit94, corollaria, rerum urbanarum commentarios, dialogos in Pausaniam, lectiones antiquas, varias historias, Ælianos suos, et quicquid fere speciosum titulorum extat, magna ex parte locupletaverunt. Stephanus Niger etiam opus suum de nimio vitæ luxu sive nimia opsoniorum appetentia totum ex hisce libris carptim collegit ; item Lazarus Bayfius in opere de vasculis aliquot hujus authoris locos interpretatur. »

[3] Stromatum Clementis fragmenta græca hodieque extant : et pauca quædam inde cum Heraclide Pontico nostro excusa sunt de furtis poetarum.
Bibliotheca, f. 177 : « Fl[avii] Clementis Alexandrini præsulis fragmenta stromatum extant in Italiæ bibliothecis (alias epitome, alias selecta ex libris stromatum, id est varietatum), ubi diversa dogmata græca, barbara latinœque commiscet, arguit hæreticos, historiam variam connectit. “Stromata Græcis stragula sunt, quæ solent e variis coloribus contexi, unde στρωματὴς ad eum contextus modum dicitur liber.” D[esiderius] Erasmus. »

[4] Jo[annis] Tzetzæ historia varia per chiliades divisa, græcis versibus politicis : impressa nuper Basileæ cum latinœ interpretatione ad verbum, Pauli Lacisii Veronensis e regione.
Bibliotheca, f. 460 : « Joannes Tzetzes grammaticus scripsit græce variam historiam, versibus iambichis, si bene memini, quæ adhuc extat manuscripta. »

[5] Aristotelis mirabiles narrationes, rara quædam mira et jucunda lectu in diversis rebus tradit, ut animalib[us], metallis, plantis, historiis.
Bibliotheca, f. 86 : « Liber de mirabilibus narrationibus quoque referri debet inter corollaria naturalis historiæ : multa enim variaque recenset de animalibus, elementis, plantis, metallis et hujusmodi mundi partibus seu naturæ operibus, quæ narratu jucunda admirationem auditoribus excitent : et eorum nonnulla in historia animalium iisdem fere verbis recensentur. Meretur autem postremum locum, cum et particularia solum tractet, æque sine ordine aliquo. Opus aliquot locis mutilum est et corruptum, nec satis bene translatus ad Latinos. “Librum de mirabilibus narrationibus res ipsa loquitur e diversis authoribus esse consarcinatum, nec præ se fert indolem aristotelicam.” D[esiderius] Erasmus Roterod[amus]. »

[6] Julii Pollucis onomasticon græce et latine, Rodol[pho] Gualthero nostro interprete : utrunque Basileæ impressum est, et græcum quidem cum indice græco copiosissimo, et altero latino.
Bibliotheca, f. 471r-v : Gesner donne la liste des précédentes éditions, cite un extrait de la préface de l’auteur et indique : « Libri sunt decem, rerum ac synonymorum ordinibus secundum genera instructi. [...] “Jul[ius] Pollux varietatem et copiam verborum suggeret, lectore tamen indiget doctissimo. Nam innuit magis peritis quam docet imperitos.” Jo[annes] Lod[ovicus] Vives95. »

[7] Plutarchi symposiaca, sive convivales quætiones : hactenus quod sciam nondum latinæ. Phil[ippus] Melanchthon tantum libri septimi caput 6 vertit. Convivales quæstiones forte in politicis quoque inter convi via nominabimus.
Bibliotheca,f. 565v-566 : « Index moralium Plutarchi operum quæ extant græce. [...] Conviviorum libri novem. » Gesner fait l’éloge de l’érudition de Plutarque et ajoute : « Apud Athenæum locus ei est inter multiscios illos dipnosophistas. »

Ex hisce et aliis apud Græcos grammaticis et philologis, multa recentiores et qui nostro seculo floruerunt, ut Cælius Rhodiginus, Leonicenus et alii quidam, in latinœ sua volumina derivarunt.

Qui apud Latinos varia scripserint.

[8] Alexandri ab Alexandro j[uris] c[onsulti] doctissimi genialium dierum libri 6 multa habent quibus grammatica, jurisprudentia et varii authores illustrantur. [...]96
Bibliotheca, f. 23v-24 : Gesner donne la liste des éditions, cite des extraits de la préface de l’auteur et son éloge par Gerardus Morrhius, et reproduit les titres des onze premiers chapitres du livre I.

[9] Angeli Politiani miscellaneorum centuria. In eadem Jodoci Badii scholia et Georgii Merulæ censuræ.
Bibliotheca, f. 44r-v : « Angelus Politianus vir undecunque doctissimus scripsit et varia et præclara volumina [...]. Centuria prima miscellaneorum sola habetur, quamvis in præfatione ad Laurentium Medicem ipse Politianus plures a se conscriptas significet. Hujus argumentum quale sit vel ex inscriptione apparet : dividitur enim in centum capita, quibus multa variaque apud varios latini græcique sermonis scriptores vocabula, res et loci absque certo ordine passim exponuntur aut emendantur. Opus plane jucundum et philologum [...]. » Gesner reproduit en guise d’échantillon — « gustus gratia » — les titres des cinq premiers chapitres.

[10] A[uli] Gellii noctium atticarum libri 20. In easdem Jacobi a Cruce annotationes : item Petri Mosellani excusæ Coloniæ tum in margine tum post capitis cujusque finem.
Bibliotheca, f. 111-112 : Gesner donne la liste des éditions, décrit l’ouvrage, cite un long extrait de l’épilogue du livre XX ainsi qu’un jugement assez sévère de Vivès sur Aulu-Gelle, et reproduit les titres des sept premiers chapitres du livre I.

[11] Cælii Rhodigini antiquarum lectionum volumen aut thesaurus verius, in libris 30 per Camillum Richerium a morte authoris locupletatum.
→ ; Bibliotheca, f. 487v : Gesner décrit l’édition de 1542 et ajoute ce jugement : « “Cœlii lectiones antiquæ interdum vetustate horrent, non tam rerum quam verborum.” Vives. »

[12] Cypriani Vomelii miscellanea.
Bibliotheca, f. 190 : « Cyprianus Vomelius scripsit [...] librum miscellaneorum. Argentorati 1545 in 8°. »

[13] Des[iderii] Erasmi chiliades, quamvis supra in proverbiis nominavimus97 : quoniam tamen prolixas sæpe digressiones et variarum rerum cognitionem complectuntur magis quam ulli aliorum qui proverbia scripsere libri, hic quoque præteriri non debuerunt.
→ ; Bibliotheca, f. 198v : Gesner cite les Adages d’après l’édition des Opera omnia de Bâle, 1540, t. II (« Adagiorum chiliades 4, quarum singulæ decem centuriis dividuntur ; quintæ chiliadis sesquicenturiam solum perfecit ; proverbiorum numerus colligitur 4 151 », etc.). Il cite un extrait de la préface de l’auteur, et ajoute : « Non aliter equidem judicare possum quam hoc opus adagiorum utriusque linguæ ingentem thesaurum esse, et commentariorum instar in plærosque veterum scriptorum obscuros locos. Non enim tritissima solum proverbia congessit, sed proverbiales quoque sententias et reconditos poetarum versus, quos ex reliqua turba quasi sepultos in ordinis sui dignitatem erutos collocavit. Hæc vero non parva hujus voluminis utilitas est, quod ex plurimus utriusque linguæ authoribus varia testimonia conferuntur, quæcunque ad eandem rem et simile argumentum quadrare videntur. In summa, amplissimus hic philologiæ campus est, eruditio multiplex, omnia grata, elegantia, aut ipse potius Gratiæ, Veneres, joci, facetiæ, sales, dicteria, gemmæ, lumina : denique ut proverbia in suo genere commendem, attica musa, copiæ cornu, Ilias bonorum. »

[14] Francisci Floridi lectionum succisivarum libri 3.
Bibliotheca, f. 248-249v : Gesner cite l’ouvrage d’après l’édition des Opera (Bâle, 1540). « Succisivarum lectionum libri 3 multa ac varia eruditione referti. » Il cite la préface de l’auteur, datée de Bologne, 1539, et reproduit l’intégralité de la table des matières de l’ouvrage.

[15] Gulielmi Budæi pandecta. Ejusdem opus de asse.
Bibliotheca, f. 287r-v : « Guilhelmus Budæus [...] ob incredibilem ipsius omnium sapientiarum notitiam clarescit indies utraque linguæ eruditissimus. »
— « Guil[helmi] Budæi annotationes in 24 pandectarum libros, postremus auctæ et recognitas ». Gesner donne la liste des éditions et ajoute : « Explicantur autem in istis annotationibus præter juris declarationem permulta ad græcam et latinœm philologiam ut jucunda ita necessaria cognitu. Vide præfationem in libros ejus de asse, quæ hic subjicitur. »
— « De asse et partibus ejus ». Gesner donne la liste des éditions et cite des extraits de la préface de l’auteur, datée de 1514, où il est aussi question des Annotations sur les Pandectes.

[16] Gulielmi Insulani miscellanea linguæ latinæ.
Bibliotheca, f. 290v : « Gulielmi Insulani Menapii Greviburgensis [...] sylva seu miscellanea observationum linguæ latinæ [...]. Liber impressus Basileæ apud Rob[ertum] Winter in 8° cum indice, chartis 13, et apud Scotum quendam in 8°. » Gesner cite un extrait de la préface de l’auteur.

[17] M[agni] Aurelii Cassiodori varia, liber hoc titulo.
Bibliotheca, f. 494 : « Audio etiam libros quosdam variarum (lectionum opinor) hujus authoris alicubi extare. Vide Beatum Rhenanum in præfatione in Procopium et alios historicos. »

[18] Macrobii Saturnalium vel conviviorum libri 7 multa habent philosophica, grammatica, medica, etc. Opus varium et collectum.
Bibliotheca, f. 489v-490 : « Macrobii Aurelii Theodosii [...] Saturnalium sive conviviorum libri septem. » Gesner donne la liste des éditions, cite divers jugements sur l’ouvrage (« “Macrobii Saturnalia multum habent bonarum ac variarum rerum.” Vives. “Integras sæpe paginas ex Gellio sumit suppresso ejus nomine.” Joan[nes] Camers in vita Solini. »), et ajoute : « Ex plurimis veterum, quorum scripta periere, testimonia passim adducit. » Il fournit la liste des personnages mis en scène par Macrobe et décrit le contenu du livre, concluant : « Græca philologia ubique miscetur latinæ, imo collectanea sunt ex variis utriusque linguæ authoribus, quorum etiam verbis ut apud ipsos erant transcriptis nonnunquam se uti in præfatione testatur : suum inter esse colligendi laborem et industriam digerendi. »

[19] Nicolai Leonici Thomæi de varia historia libri 3.
Bibliotheca, f. 521 : « Nicolai Leoniceni Thomæi [...] viri in philosophia et utraque linguæ doctissimi [...] de varia historia libri 3 in multa capita divisi, jucundissimi lectu, et ad utriusque linguæ ac historiarum multiplicem cognitionem apprime conducibiles [...]. » Gesner donne la liste des éditions.

[20] Polydorus Vergilius multijugæ lectionis ac eruditionis vir, de inventorib[us] rerum.
Bibliotheca, f. 568 : « [Polydori Vergilii] De rerum inventoribus libri 8, quarto jam per authorem recogniti et locupletati. Est et alia inscriptio : De inventoribus rerum libri 3, quibus adjecti sunt quinque, instituta omnia nostræ Christianæ religionis aliarumve gentium, ac eorum primordia docentes. » Gesner donne la liste des éditions et cite un extrait de la préface de l’auteur.

[21] Petri Criniti de honesta disciplina lib[ri] 25.
Bibliotheca, f. 548 : « Petri Criniti viri doctissimi [...] de honesta disciplina libri 25 divisi in multa non magna capita : opus varium, miscellaneum, et philologia plenum. » Gesner cite un extrait de la préface de l’auteur.

[22] De intitulationibus, Ponticus Virunius.
Bibliotheca, f. 568v-569 : « Ponticus Virmius (alias Virunius), patria (ut aiunt) Tarvisinus, eruditissimus philosophus, latinæ græcæque literaturas studiosus [...]. De intitulationibus, lib[er] 1. »

[23] Miscellanea ex diversis historiographis, etc., quibus varii hominum mores, exempla, proprietates nomenclaturæque rerum et locorum, etc., explicantur. Liber impressus Parisiis apud Gormontium in 4° nescio quo authore.

[24] De mixtis et variis proverbia synonyma, in altero indice chilia dum.
Bibliotheca, f. 198v : Gesner indique que, dans l’édition citée des Adages d’Érasme (voir ci-dessus, n° 13), « Præfiguntur autem duo indices locupletissimi, unus juxta literarum ordinem, alter in locos communes omnia totius voluminis proverbia digerens. Deinde præmittuntur quædam de parœmiis, earumque usu in genere. »

[25] Maximi Tyrii sermones 41 in argumenta diversa.
Bibliotheca, f. 509-510 : Gesner cite l’article du dictionnaire de Suidas sur Maxime de Tyr, où il est dit qu’il a écrit des « philosophicæ questiones ». « Has quæstiones sive sermones vel capita 41 græce vidi Venetiis in bibliotheca ss. Joan[nis] et Pauli. Joan[nes] Frobenius etiam latine excudit olim Basileæ in fol[io]. »

[26] Jo[annes] Carnotensis polycraticon libris 8 quod multa contineat sic inscriptum.
Bibliotheca, f. 399v-400v : Gesner reprend la notice du Catalogus ecclesiasticorum scriptorum de Jean Trithème (Cologne, 1531) : « Joannes Carnotensis episcopus, patria Salesberiensis <cl[aruit] 1140>, [...] scripsit multa præclara volumina, sed pauca eorum ad manus nostras pervenerunt. Legi opus insigne de nugis curialium et philosophorum, quod prænotare voluit Polycraticon, lib[ris] 8 », à laquelle il ajoute : « Polycraticus de nugis curialium et vestigiis philosophorum, libris 8. Opus impressum 1513, chartis 47, in 8°, apud Constantinum Fradin ; loci nomen non additur. Policratici titulum inditum reor propter argumenti varietatem, quod multa variaque contineat. » Gesner cite un extrait de la préface de l’auteur et reproduit l’intégralité de la table des matières de l’ouvrage.

[27] De rerum inventoribus libri 8 Polydori Vergilii.
Voir ci-dessus, n° 20.

[28] De inventis, Scamon author græcus, non extat.
Bibliotheca, f. 592 : « “Scamon scripsit de inventis.” Athenæus. »

[29] Gulielmi Budæi philologiæ libri 2.
Bibliotheca, f. 287v : « [Guilhelmi Budæi] De philologia libri duo [...] : in quibus multa quoque per digressiones jucunde narrantur, ut in secundo libro de venatione quædam. Volumen impressum Basileæ apud Walderum 1533 in 8°, chartis 16. »

Facetias et apophthegmata in ethicis cum urbanitate reperies.

[30] Varii argumenti libellos aliquot Joachimus Fortius Ringelbergius scripsit, ut chaos, experimenta, et librum de homine.
Bibliotheca, f. 375r-v : Gesner donne la liste des éditions des Lucubrationes variæ de l’auteur, et ajoute : « Omnia aut plæraque scripsit circa annum 1529, et omnia brevissime perstrinxit, non justis tractatibus nec methodo docuit. » Il énumère les ouvrages de l’auteur (en citant quelques extraits de ses préfaces), dont : « Chaos, liber per aliquot capita varii prorsus argumenti distinctus. Experimenta. Liber de homine. »

[31] Liber græcus continens prophetias, et parœmias diversas, et epistolas, in bibliotheca quadam Italiæ latitat.

[32] De rebus ægyptiis Cælii Calcag[nini] liber : insunt autem plu rima hieroglyphica.
Bibliotheca, f. 154 : Gesner cite l’ouvrage d’après l’édition des Opera (Bâle, 1544). « De rebus ægyptiacis commentario. »

[33] Hypnerotomachia Polyphili, liber italicus varii omnino argumenti.

[34] Marsilii Ficini de triplici vita libri 3 medica, physica et astrolo gica habent.
Bibliotheca, f. 499 : « [Marsilii Ficini] De triplici vita libri 3. Primum docet de studiosorum sanitate tuenda ; secundus, de vita producenda ; tertius, de vita cœlitus comparanda. [...] Libri de vita singuli per capita dividuntur, et multa in illis superstitiosa ex astrologiæ observatione traduntur. »

Qui de naturis rerum scripserunt nonnulli, quanquam in eodem volumine, de metallis, lapidibus, animalib[us] et plantis scripserunt, ordine tamen aliquo id faciunt, et omnia hæc ad physicam pertinent, ubi etiam memorabuntur.

[35] Dicta et facta quorundam scitu digna, quæ ex diverso, miscella velut opera sunt in unum congesta, Cælius 21, 44.
Voir ci-dessus, n° 11.

[36] Multorum epistolæ extant in quibus varia tractantur, ut Æneæ Sylvii, Leonardi Aretini, Cælii Calcagnini, etc. Sed epistolarum scriptores mox seorsim enumerabimus.
Bibliotheca, f. 8-9v : « Æneæ Sylvii familiarium epistolarum opus [...]. Singulis epistolis præfigit argumentum, ac in fronte libri argumenta singula per tabulam enumerantur. Sunt autem 431 epistolæ, quibus acta regum et principum describuntur ; aliæ familiares ex officio tantum amicitiæ, nonnullas commendatoriæ, et aliæ variæ, ut quæ gratias agunt, gratulantur, etc. » Gesner cite les arguments de toutes les lettres qui touchent à l’érudition (« Nos earum argumenta solum hic proponemus quæ maxime ad rem literariam facere videntur »).
Ibid., f. 479v-480: « [Leonardi Aretini] Epistolarum libri 8 impressi Basileæ ab Hen[rico] Petro 1535 in 8°, chartis 23. Inscribuntur autem epistolis singulis sua argumenta, et vel justi libelli (ut habet titulus) plæraque existimari possunt, multumque ejus temporis habent et factorum et consiliorum quæ notatu in primis digna, alias memoriæ mandata non reperiuntur. »
Ibid., f. 154: « [Cælii Calcagnini] Epistolicarum quæstionum et epistolarum familiarium lib[ri] 16. »

[37] Dictionaria etiam plæraque græca et latinœ, quæ literarum duntaxat, nullum autem rerum ordinem sequuntur (aut ne literarum quidem, ut Perotti cornucopiæ, Budæi commentarii linguæ græcæ) ad hunc titulum pertinent, cum et vocabula multis variisque scientiis propria in eis explicentur, et rerum interpretationes, definitiones et divisiones præsertim (demonstrationes fere nullæ) in quibusdam contineantur. In Suidæ et Phavorini lexicis, præter grammatica, historias multas, veras et poeticas, multa theologica, philosophica, etc., exponuntur. Sic apud Latinos Perottus in copiæ cornu, et alii quidam in suis dictionariis quæ titulo quinto enumeravimus98.
Bibliotheca, f. 522v-523 : A propos de Niccolò Perotti, Gesner reprend la notice du catalogue de Trithème99 (« Nicolaus Perotus Saxoferratensis [...] scripsit opus insigne duobus voluminibus divisum, in Marcum Valerium Martialem poetam, omnem latini sermonis elegantiam, rationem et enucleationem pulcherrime complectens, quod prænotavit Commentarium linguæ latinæ volumen, sive ut vulgo appellatur Cornucopias, lib[ri] 2 »), à laquelle il ajoute : « Cornucopiæ seu latinæ linguæ commentarii locupletissimi, cum duobus singularum dictionum indicibus, altero græco, altero latino, qui justi dictionarii vicem præstant. » Gesner donne la liste des éditions, cite l’épître dédicatoire de l’auteur, et commente : « Hæc pars quam habemus plena est philologiæ et eruditionis variæ, ex optimis quibusque veterum densissima testimonia citans, multiplici cum ad rerum, tum ad vocabulorum cognitionem usu ». Il cite ensuite la préface de Pyrrhus Perotti, neveu de l’auteur, qui a publié l’ouvrage, et finit sur ce jugement : « “Nic[olai] Perotti cornucopiæ si vacet legere, non pœnitebit collocatæ in eo operæ.” Vives. »
Ibid., f. 288r-v : « [Guilhelmi Budæi] Græcæ linguæ commentarii, cum indicibus vocum latino et græco [...]. » Gesner décrit longuement l’ouvrage, dont il donne la liste des éditions, et cite des extraits de la préface de l’auteur.
Ibid., f. 604v: « Suidas [...] græcum dictionarium scripsit, cui accessere varia aliorum lexica. Exponuntur autem in eo opere non dictiones solum, sed historiæ quoque plurimæ passim, ad verbum ex aliorum libris descriptæ ; vitæ clariorum virorum et authorum scripta perstringuntur », etc.
→ ; Ibid., f. 554r-v : sur Phavorinus, Gesner cite l’article du dictionnaire de Suidas (« Phavorinus Arelatensis [...] corpore hermaphroditus, plenus philosophia, sed rhetoricæ studiosior, in multitudine scribendi Plutarchi Chæronei æmulator. Composuit plurima philosophica et historica »), et ajoute : « Multa ex ejus scriptis passim recitantur apud Stobæum. »

Notes

1 Dans un article intitulé « Encyclopédies en latin et encyclopédies en langue vulgaire (XIIIe-XVIIIe siècle) », à paraître aux éditions Droz dans les actes du colloque Le Latin : langue du savoir, langue des savoirs, organisé à Paris en octobre 2000.

2 Je cite le texte d’après l’édition de René Marache (Aulu-Gelle, Les Nuits attiques, t. I, Paris, Les Belles Lettres, 1967, p. 1-6), sans toujours suivre à la lettre sa traduction.

3 « Facta igitur est in his quoque commentariis eadem rerum disparilitas quæ fuit in illis annotationibus pristinis quas [...] feceramus » (Noctes atticœ, Prœfatio, 3). Marache traduit commentarii par « essais » ; comme nous le verrons plus loin, les Essais de Montaigne se rattachent effectivement au genre défini par Aulu-Gelle. Marache précise que les termes commentationes ou commentarii « désignent l’ouvrage mis en œuvre comme fait de morceaux indépendants : essais, études, notes, cahiers, carnets, feuillets. Cela s’oppose aux notes primitives de lecture (annotationes), matière première inélaborée de l'ouvrage » (Les Nuits attiques, t. I, op. cit., p. 2). On pourrait se demander, puisque Aulu-Gelle utilise lui-même ce terme, si le « commentaire » ainsi défini n’est pas une catégorie plus adéquate que celle de la « miscellanée », du moins dans l’Antiquité, pour qualifier le genre qui nous occupe ; mais la notion de « commentaire », qui présente certes l’avantage de ne pas être anachronique, est si vaste et si vague (ouvrage réalisé à partir de notes...) qu’elle peut s’appliquer à des catégories d’ouvrages très différentes. Les Commentaires sur la guerre des Gaules de Jules César, par exemple, correspondent bien à la définition indiquée plus haut, mais n’ont par ailleurs aucun rapport avec le genre d’écrits dont parle Aulu-Gelle.

4 « [...] ad hoc ut liberis quoque meis [...] remissiones essent » (ibid., Prœfatio, 1).

5 « Usi autem sumus ordine rerum fortuito » (ibid., Prœfatio, 2).

6 « Nam proinde ut librum quemque in manus ceperam seu græcum seu latinum vel quid memoratu dignum audieram, ita quæ libitum erat, cujus generis cumque erant, indistincte atque promisce annotabam æque mihi ad subsidium memoriæ quasi quoddam litterarum penus recondebam, ut quando usus venisset aut rei aut verbi, cujus me repens forte oblivio tenuisset, et libri ex quibus ea sumpseram non adessent, facile inde nobis inventu atque depromptu foret » (ibid).

7 « [...] breviter et indigeste et incondite eruditionibus lectionibusque variis » (ibid Prœfatio, 3).

8 Naturalis historia, Prœfatio, 24.

9 « [...] plerique alii utriusque linguæ scriptores in id genus libri » (Noctes atticœ, Prœfatio, 4).

10 « Nam quia variam et miscellam et quasi confusaneam doctrinam conquisiverant, eo titulos quoque ad eam sententiam exquisitissimos indiderunt » (ibid., Prœfatio, 2).

11 Pour l’ensemble des sources auxquelles se réfère Aulu-Gelle dans cette énumération, voir Paul Faider, « Auli Gellii noctium atticarum prœfatio : texte revu, publié avec une traduction et un commentaire exégétique », Le Musée belge, XXXI (1927), p. 189-216, dont s’inspirent — sans le dire — les notes de Marache (Les Nuits attiques, t. I, op. cit., p. 2-3 et 227-228).

12 Institutiones oratoriœ, X, 3, 17.

13 Marache traduit ce titre, de façon inappropriée, par « Encyclopédie » (Les Nuits attiques, t. I, op. cit., p. 2).

14 C’est le titre d’un célèbre recueil de questions sur divers sujets (médecine, mécanique...), peut-être en partie écrites par Aristote mais, pour l’essentiel, pseudo-aristotéliciennes ; il y aura ensuite les Problèmes d’Alexandre d’Aphrodise, recueil de questions médicales.

15 « Namque alii Musarum inscripserunt, alii Silvarum, ille Пέπλον, hic ’Aμαλθείας χέρας, alius Κηρία, partim Λειμῶνας, quidam Lectionis suæ, alius Antiquarum lectionum atque alius ’Ανθηρῶν et item alius Εύρημάτων. Sunt etiam qui Λύχνους inscripserint, sunt item qui Στρωματεῖς, sunt adeo qui Пανδέχτaς et ‛Ελιχῶνα et Пροβλήματα et ’Εγχειρίδια et ПαραξιΦίδας. Est qui Memoriales titulum fecerit, est qui Пραγματιχἀ et Пάρεργα et Διδασχαλιχά, est item qui Historiæ naturalis, est Пαντοδαπῆς ἱστορίας, est præterea qui Pratum, est itidem qui Пάγχαρπον, est qui Τóπων scripserit. Sunt item multi qui Conjectanea, neque item non sunt qui indices libris suis fecerint aut Epistularum moralium aut Epistolicarum quæstionum aut confusarum » (Noctes atticœ, Prœfatio, 6-9).

16 « [...] quædam alia inscripta nimis lepida multasque prorsum concinnitates redolentia » (ibid., Prœfatio, 9).

17 « Nos vero [...] incuriose et inmeditate ac prope etiam subrustice ex ipso loco ac tempore hibernarum vigiliarum Atticas noctes inscripsimus » (ibid., Prœfatio, 10).

18 Si le mot miscellanea est absent de la liste des titres recensés par Aulu-Gelle, il emploie en revanche l’adjectif miscella (voir ci-dessus, note 10), ce qui n’échappera pas à Ange Politien (voir ci-dessous, note 40).

19 « [...] illi omnes, et eorum maxime Græci, multa et varia lectitantes, in quas res cumque inciderant, alba, ut dicitur, linea sine cura discriminis solam copiam sectati converrebant, quibus in legendis ante animus senio ac tædio languebit » (ibid., Prœfatio, 11).

20 « [...] eaque sola accepi quæ [...] ingenia prompta expeditaque ad honestæ eruditionis cupidinem utiliumque artium contemplationem celeri facilique compendio ducerent » (ibid., Præfatio, 12).

21 Aulu-Gelle rappelle (ibid) qu’Héraclite disait que 1’« accumulation de connaissances ne profite pas à l’esprit ».

22 « [...] erunt autem in his commentariis pauca quædam scrupulosa et anxia » (ibid., Præfatio, 13).

23 « Et satis hoc blandum est, non esse hæc neque in scholis decantata neque in commentariis protrita » (ibid., Prœfatio, 15).

24 « [...] nova sibi ignotaque [...] » (ibid, Prœfatio, 16).

25 Voir dans ce même volume l’article de Frédéric Tinguely sur les « mélanges géographiques ».

26 Sur l’histoire des problemata, voir Ann Blair, « The problemata as a natural philosophical genre », dans Natural particulars : nature and the disciplines in Renaissance Europe, Cambridge (Mass.), M.I.T. Press, 1999, p. 171-204.

27 En revanche, la structure interne des « questions » scolastiques suit un ordre rigoureux et immuable : énoncé de la thèse, arguments pour et contre, conclusion.

28 Questions inouyes ou récréations des sçavans, qui contiennent beaucoup de choses concernantes la théologie, la philosophie et les mathématiques, Paris, 1634.

29 « Quali proportione quibusque collectionibus Plutarchus ratiocinatum esse Pythagoram philosophum dixerit de comprehendenda corporis proceritate qua fuit Hercules, cum vitam inter homines viveret » (Noctes atticœ, I, 1, tit.).

30 « [...] quodque est circumspecte et anxie considerandum an pro utilitatibus amicorum delinquendum aliquando sit » (ibid., I, 3, tit.).

31 « Quis modus fuerit, quis ordo disciplinæ pythagoricæ, quantumque temporis imperatum observatumque sit discendi simul ac tacendi » (ibid., I, 9, tit.).

32 « Quæsitum esse in philosophia, quidnam foret in recepto mandato rectius, idne omnino facere quod mandatum est, an nonnumquam etiam contra, si id speres ei qui mandavit utilius fore ; superque ea quæstione expositæ diversæ sententiæ » (ibid.., I, 13, tit.).

33 « Quibus verbis M[arcus] Varro indutias definierit » (ibid., I, 25, tit.).

34 « [...] superesse proprie quid sit » (ibid., I, 22, tit.).

35 « Quod geometræ dicant ἐπίπεδον, quid στερεóν, quid ϰύβον, quid γραμμήν, quibusque ista omnia latinis vocabulis appellentur » (ibid., I, 20, tit.).

36 Je cite cet ouvrage d’après l’édition des œuvres complètes d’Ange Politien publiée à Bâle en 1533 par Nicolaus Episcopius le Jeune : Angelus Politianus, Opera omnia, t. I (Scripta in editione Basilensi anno 1553 collecta), Turin, Bottega d’Erasmo, 1971.

37 « [...] delectatus arbitror novitate ipsa rerum et varietate non illepida lectionis [...] » (Miscellaneorum centuria prima, Prœfatio, ibid., p. 213).

38 « At inordinatam istam et confusaneam quasi sylvam aut farraginem perhiberi, quia non tractim et continenter sed saltuatim scribimus et vellicatim, tantum abest uti doleamus, ut etiam titulum non sane alium quam Miscellaneorum exquisiverimus » (ibid).

39 « [...] in queis Græcum tamen Helianum, Latinum sequimur Gellium, quorum utriusque libri varietate sunt quam ordine blandiores. Quanquam me Clementis quidem Alexandrini pontificis apostolicique viri commentaria, quæ Στρωατεῖς, quasi stragula picta dixeris, inscribebantur, alium profecto nobis titulum, nisi varietatis istius insinuabant. Etenim de Aristoxeni taceo commentariis, quos pari ferme titulo citat eo volumine Porphyrius quod in Harmonica Ptolemæi composuit » (ibid). Politien qualifie de « commentaires » les ouvrages d’Aristoxène et de Clément ; sur le sens de ce mot, voir ci-dessus, note 3.

40 L’expression employée par Politien — « inordinatam istam et confusaneam quasi sylvam » — est un démarquage de celle d’Aulu-Gelle (voir ci-dessus, note 10) : « variam et miscellam et quasi confusaneam doctrinam ». La présence du mot miscella dans le syntagme même que détourne Politien montre bien que le choix du titre Miscellanea se situe consciemment dans la filiation directe d’Aulu-Gelle.

41 « Denique si varietas ipsa, fastidii expultrix et lectionis irritatrix, in Miscellaneis culpabitur, una opera reprehendi rerum quoque natura poterit, cujus me quidem profiteor tali disparilitate discipulum » (Miscellaneorum centuria prima, Prœfatio, op. cit., p. 213.). Une fois de plus, Politien reprend un terme — disparilitas — dont s’était déjà servi Aulu-Gelle pour qualifier son ouvrage (voir ci-dessus, note 3).

42 C’est ce que fera, par exemple, Conrad Gesner dans la préface de ses Pandectæ (ouvrage dont il sera question plus loin), en alléguant l’autorité du De mundo pseudoaristotélicien pour voir dans la structure du cosmos l’ordre par excellence (« tout ce qui est bien ordonné emprunte cette appellation même à l’ordre universel », De mundo, V, 8-9).

43 L’idée selon laquelle la nature se présente sous des dehors variés ne relève pas d’une théorie philosophique, mais bien plutôt d’une conception esthétique : Politien, en tant que poète — ou, ce qui revient au même, en tant que peintre (ut pictura poesis) —, considère avant tout l'aspect de la nature et non, comme le ferait un philosophe, ses lois fondamentales, sa structure cachée.

44 Une deuxième centurie de Miscellanea, restée inachevée à la mort de Politien et longtemps considérée comme perdue, a été retrouvée et publiée au XXe siècle : Angelo Poliziano, Miscellaneorum centuria secunda, Florence, Alinari, 1972.

45 « Quæ sint crepidæ apud Catullum carpatinæ [...] » (Miscellaneorum centuria prima, II, tit.).

46 « Quibus verbis Horatius camelopardalim significaverit, quæque sit ejus animantis facies, quibusque etiam nominibus censeatur, et quo primum tempore visa in Italia » (ibid., III, tit.).

47 « Cur errantium siderum vocabula diebus tributa [...] » (ibid., VIII, tit.).

48 Voir également, écrit dans une perspective légèrement différente, l’article de Raphaële Mouren : « La varietas des philologues au XVIe siècle : entre varia lectio et variœ lectiones », dans La Varietas à la Renaissance, Paris, École des Chartes, 2001, p. 5-31.

49 Voir ci-dessus, note 3.

50 L’ouvrage a été augmenté après la mort de l’auteur par son neveu, Camillo Ricchieri, en collaboration avec Giovanni Maria Goretti.

51 Lodovici Cœlii Rhodigini lectionum antiquarum libri XXX, recogniti ab auctore, atque ita locupletati ut tertia plus parte auctiores sint redditi : qui ob omnifariam abstrusarum et reconditiorum tam rerum quam vocum explicationem (quas vix unius hominis œtas libris perpetuo insudans observaret) merito cornucopiœ, seu thesaurus utriusque linguœ appellabuntur, quod in quocunque studiorum genere non minor ipsorum quam ingentis bibliothecœ aut complurium commentariorum possit esse usus.

52 « [...] in corporis unam velut molem aggestis primum linguæ utriusque floribus, mox advocato ad partes Platone item ac platonicis omnibus, necnon Aristotele ac hæreseos ejusdem viris aliis, sed et theologorum plerisque ac jureconsultorum, ut medicos taceam et mathesin professos. Ex qua velut lectionis farragine explicantur linguæ latinæ loca » (Lectionum antiquarum libri XXX, Ad lectores). Le terme farrago apparaissait déjà dans la préface des Miscellanea de Politien (voir ci-dessus, note 38).

53 « Qui poetarum interpretationem suscipit, eum non solum (quod dicitur) ad Aristophanis lucernam, sed etiam ad Cleanthis oportet lucubrasse. Nec prospiciendæ autem philosophorum modo familiæ, sed et jureconsultorum, et medicorum item, et dialecticorum, et quicunque doctrinæ illum orbem faciunt quæ vocamus encyclia, sed et philologorum quoque omnium » (Miscellaneorum centuria prima, IV, op. cit., p. 229).

54 Sur la manière d’utiliser les Pandectæ en relation avec les indications fournies dans la Bibliotheca universalis, voir Jean-Marc Mandosio, « La bibliographie de l’histoire chez Conrad Gesner », dans L’Histoire en marge de l’histoire à la Renaissance, Paris, Rue d’Ulm, 2002, p. 13-47. Voir également ci-dessous, note 91.

55 « Græci philologiam vocant, quod varietate lectionis circa nomenclaturas præcipue delectat studium, et pervagando diversa authorum prata, apiculæ instar flores tantum sectantis, cognitione magis atque voluptatem quam certum finem aut usum sibi proponit » (Pandectarum sive partitionum universalium [...] libri XXI, I [De grammatica], 12 [De nomenclaturis rerum variarum], 1 [De nomenclaturis rerum in genere]).

56 « Alii in unum librum argumenta varia conjecere, ut quæque animo prius se offerebant, non alia methodi vel ordinis ullius ratione habita » (ibid., I, 13 [De variis], 1 [De authoribus qui varia et miscellanea scripserunt]).

57 Cette liste est reproduite ici en annexe, avec le paragraphe introductif d’où est extraite la citation de la note précédente. Les chiffres entre crochets renvoient aux références fournies par Gesner, que j’ai numérotées pour plus de commodité. Les passages correspondants de la Bibliotheca universalis sont également cités dans l’annexe.

58 Auxquelles il faut ajouter les trois ouvrages grecs que Gesner, comme nous le verrons plus loin, a mis par erreur dans la liste des ouvrages latins : le De inventis de Scamon [28], les Conférences de Maxime de Tyr [25], et une miscellanée grecque manuscrite [31].

59 Il s’agit du De mirabilibus auscultationibus (ou auditionibus), traduit en latin au XIIe siècle par Barthélémy de Messine (voir Lynn Thorndike et Pearl Kibre, A catalogue of incipits of mediaeval scientific writings in Latin, Cambridge (Mass.), The Mediaeval Academy of America, 1963, col. 555).

60 Cet ouvrage, d’après les critères mêmes adoptés par Gesner, ne devrait pas figurer ici, car il s’agit d’un dictionnaire classé par matières.

61 Voir sur ce point les exemples cités dans « La bibliographie de l’histoire chez Conrad Gesner », op. cit., p. 25-27. Je profite de cette occasion pour rectifier quelques erreurs que j’avais moi-même commises — suivant en cela le mauvais démon de Gesner — dans cet article : p. 25, l’Ammonius qui a écrit le De regum procerumque Francorum n’est pas Abbon de Fleury mais Aimoin, qui avait dédié son ouvrage à Abbon ; quant à Radulphus Flaviacensis, ce n’est pas Raoul Tortarius mais vraisemblablement Raoul de Flay, auquel Gesner attribue par erreur, comme Trithème avant lui, deux ouvrages d’Hugues de Fleury (Hugo Floriacensis). Autre erreur, p. 40 : il ne faut pas lire, sous la référence n° 37, « Josepus, Genesius » mais « Josepus Genesius » ; la référence à Flavius Josèphe (p. 41) n’a donc pas lieu d’être. (Je remercie Patrick Gautier Dalché de m’avoir signalé les deux premières erreurs et Michel Cacouros de m’avoir signalé la troisième.)

62 La seconde référence [35] aux Antiquæ lectiones concerne un court chapitre (XXI, 44) dans lequel Cælius Rhodiginus ou ses continuateurs (voir ci-dessus, note 50) présente « les dits et faits de quelques personnages dignes d’être connus, réunis à partir de sources diverses comme dans une œuvre mêlée » ; une mini-miscellanée, en quelque sorte.

63 Voir dans ce même volume les articles de Frank Lestringant (« Le livre Des Inventeurs de Polydore Vergile ») et de Perrine Galand-Hallyn (« L’œuvre de Pietro Crinito, ou l’inventaire fragmenté d’un savoir et d’une vie »).

64 « Facetias et apophthegmata in ethicis cum urbanitate reperies » (Pandectarum [...] libri XXI, I, 13, 1 ; cf. Annexe, après la référence n° 29).

65 « Qui de naturis rerum scripserunt nonnulli, quanquam in eodem volumine, de metallis, lapidibus, animalib[us] et plantis scripserunt, ordine tamen aliquo id faciunt, et omnia hæc ad physicam pertinent, ubi etiam memorabuntur » (ibid., après la référence n° 34).

66 Gesner ne les énumère pas ici exhaustivement, parce qu’une autre section du livre I des Pandectœ (I, 18, De epistolis) est spécialement consacrée aux recueils épistolaires.

67 Sur les différentes sortes de dictionnaires figurant dans les Pandectœ de Gesner, voir Jean-Marc Mandosio, « Les lexiques bilingues philosophiques, scientifiques et notamment alchimiques à la Renaissance », dans Lexiques bilingues dans les domaines philosophique et scientifique (Moyen Age - Renaissance), Turnhout, Brepols, 2001, p. 175-226 (et plus précisément p. 185-190).

68 Sur cette distinction, voir Jean-Marc Mandosio, « La bibliographie de l’histoire chez Conrad Gesner », op. cit., p. 21.

69 Pandectarum [...] libri XXI, I, 13 (De variis), 2 (De indicibus librorum) ; 3 (Problemata, quæstiones, et disputationes) ; 4-6 (De locis communibus).

70 Sur ce type d’ouvrages, voir Ann Moss, Les Recueils de lieux communs, méthode pour apprendre à penser à la Renaissance [Printed commonplace-books and the structuring of Renaissance thought, Oxford, 1996], Genève, Droz, 2002.

71 Pandectarum [...] libri XXI, I, 13, 7 (De bibliothecis, id est catalogis scriptorum) ; 8 (De mirabilibus).

72 Claudie Balavoine, « Bouquets de fleurs et colliers de perles : les recueils de formes brèves au XVIIe siècle », dans Les Formes brèves de la prose et le discours discontinu (XVIe-XVIIe siècles), Paris, Vrin, 1984, p. 54-71.

73 Ibid., p. 63.

74 Ibid., p. 63 et 64.

75 « Puisque les écoliers apprenaient à classer leurs notes de lecture juxta locorum et/ou litterarum ordinem, il devenait impératif de prendre le contre-pied de ces techniques, si l’on voulait produire une œuvre littéraire » (ibid., p. 64).

76 Ibid.

77 Ibid., p. 65. Voir Alexandre Vanautgaerden, « La lettre d’Érasme sur les index des Adages d’Érasme : avec une édition et une traduction des trois versions de la lettre », Nugœ humanisticœ, II (2001), p. 35-46, qui précise : « Contrairement à l’idée communément admise, qui affirme qu’il n’y a pas d’organisation dans les Adages, je pense que cette organisation est absente de l’ouvrage si on le lit d’une façon cursive, ce que personne ne fait aujourd’hui ni ne faisait à l’époque de la Renaissance, mais se révèle si on envisage cette œuvre à partir de son index qui nous offre le classement des fiches (schedulœ) qu’utilisait Érasme » (ibid., p. 36).

78 Voir Francine Wild, Naissance du genre des Ana (1574-1712), Paris, Champion, 2001.

79 Je cite ce texte d’après l’édition des Opera de Ringelbergh publiée à Lyon, chez Sébastien Gryphe, en 1531.

80 « In hunc libellum res varias congessimus, titulumque fecimus Chaos, quod olim erat quædam rerum omnium sine ulla forma confusio. Quare si quis miretur hic varia connecti, neque ea cohærere, illi ante oculus versentur Ovidii versus : “Rudi indigestaque moles, / nec quicquam nisi pondus iners congestaque eodem / non bene junctarum discordia semina rerum” » (Chaos, Prœfatio, ibid., p. 571 ; cf. Ovide, Métamorphoses, I, v. 7-9).

81 « Speramus tamen Chaos nostrum neque inutile neque injucundum fore, quanquam ea luce quam requirit communis scribendi ratio caret. Diversæ etenim formæ colorisque flosculi sine lege per agrum sparsi nonnihil habere gratia solent, ac varietate quadam contuentium oculos detinere » (ibid).

82 Sur l’esthétique du chaos à la Renaissance, voir Jean-Marc Mandosio, « Il concetto di caos nel Rinascimento », dans Disarmonia, bruttezza e bizzarria nel Rinascimento, Florence, Franco Cesati, 1998, p. 405-441 (sur Ringelbergh : p. 413-414).

83 Voir dans ce même volume l’article de Dominique de Courcelles, « Le mélange des savoirs ».

84 Voir Perrine Galand-Hallyn, « Quelques coïncidences (paradoxales ?) entre l'Épître aux Pisons d’Horace et la poétique de la silve (au début du XVIe siècle en France) », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, LX (1998), p. 609-639.

85 Iole Di Gregorio, « La Selva di varia ricreatione et son contexte », trad. Brigitte Pasquet ; ce texte figure dans le livret du disque compact de l’ensemble The Consort of Musicke (dit. Anthony Rooley) comprenant onze morceaux extraits de la Selva di varia ricreatione (C.D. Ermitage E.R.M. 169-2, 1996 ; enregistré en 1982 et 1984).

86 Voir dans ce même volume l’article de Marie-Dominique Couzinet, « Les Essais de Montaigne et les miscellanées ».

87 Cette apparence peut être trompeuse, car le désordre ostentatoire n’exclut pas le soin apporté au rythme de la composition, et notamment à l’alternance des thèmes abordés et des autorités citées.

88 « Ainsi, lecteur, je suis moy-mesmes la matière de mon livre » (préface des Essais, Bordeaux, 1580).

89 Voir également la définition fournie par l’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t. X (1765) : « Mélange. On donne le titre de mélanges à un recueil d’ouvrages composés sur des sujets divers. » Partisan de la modernité, l’auteur de l’article n’a cure de mentionner le nom latin (miscellanea) ou francisé (miscellanée) des mélanges dont il parle.

90 Miscellanea curiosa, being a collection of some of the principal phaenomena in nature accounted for by the greatest philosophers of this age, together with several discourses read before the Royal Society for the advancement of physical and mathematical knowledge. Titre du tome III : Miscellanea curiosa, containing a collection of curious travels, voyages and natural histories of countries, as they have been delivered in to the Royal Society.

91 Pour faciliter la lecture, l’orthographe a été modernisée (i/j, u/v) et la ponctuation, généralement respectée, a été parfois modifiée ; des guillemets ont été ajoutés pour signaler les citations faites par Gesner. Les Pandectæ constituant le tome II de la Bibliotheca universalis (Zurich, Froschauer, 1545), cette dernière doit toujours être consultée pour compléter les références fournies par Gesner (sauf dans le cas des ouvrages anonymes, puisque la Bibliotheca ne recense que les noms d’auteurs) ; d’où les renvois à la Bibliotheca qui figurent dans cette annexe.

92 Lazare de Baïf, De re navali, Bâle, 1537 (cf. Bibliotheca universalis, f. 478).

93 Pandectarum [...] libri XXI, I, 12 (De nomenclaturis rerum variarum).

94 Jacobus Bedrotus, responsable avec Christianus Herlinus de l’édition de Bâle, 1535.

95 Ce jugement de Juan Luis Vivès est tiré, comme les autres citations de cet auteur qui émaillent la Bibliotheca, du De disciplinis, publié en 1531.

96 Ici figure un long développement de Gesner qui ne concerne pas le sujet du présent article (Fauteur explique pourquoi il a dépouillé les index de certains auteurs plutôt que d’autres dans ses Pandectæ).

97 Pandectarum [...] libri XXI, I, 11 (Proverbia).

98 Il s’agit en fait de la section 9 du livre I (Dictionaria), et non de la section 5, qui traite de l’orthographe.

99 Voir ci-dessus, référence n° 26.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search