Version classiqueVersion mobile

Ouvrages miscellanées et théories de la connaissance à la Renaissance

 | 
Dominique de Courcelles

Introduction

Dominique de Courcelles

Texte intégral

1La pratique des ouvrages dits de « mélanges » n’est pas propre à la Renaissance, mais elle se développe à cette époque en même temps que naît la philologie et qu’apparaissent, avec les nouvelles interprétations des textes canoniques — bibliques, philosophiques, théologiques, politiques, etc. — comme avec la découverte du nouveau monde, de nouvelles constructions de sens et de connaissance, la réorganisation des savoirs. Les miscellanées ressortissent ainsi à des théories de la connaissance. Le développement de l’imprimerie joue un grand rôle dans la diffusion de ce type d’ouvrages.

2Sans prétendre à l’exhaustivité sur cette question, la journée d’étude de l’École des chartes a eu pour finalité de montrer quelques enjeux d’ouvrages miscellanées majeurs de la Renaissance.

3Jean-Marc Mandosio a d’abord retracé l’histoire du genre de la miscellanée, en l’assortissant de la citation des miscellanées par Conrad Gesner en 1548. Le livre Des Inventeurs de Polydore Vergile constitue un bon exemple du genre, véritable bibliothèque portative, dont Frank Lestringant démontre comment il s’inscrit entre écriture de l’histoire et polémique religieuse. Perrine Galland-Hallyn dans son étude des miscellanées de Pietro Crinito s’est attachée à expliquer comment, dès le début du XVIe siècle, le genre pouvait recéler, bien au-delà de l’érudition, une méditation sur la vie et la fortune. Également, selon Dominique de Courcelles, la Silva de varia lección de 1540 de Pedro Mexía, traduite dans de nombreuses langues vernaculaires, lie par le mélange des savoirs la connaissance du monde et la connaissance de soi. Tom Conley établit le développement du rapport intime et équivoque entre images et écriture et montre qu’une œuvre miscellanée doit beaucoup à l’architecture tombale. Dans son analyse du Compendio de i secreti rationali de 1564 de Leonardo Fioravanti, Alfredo Perifano estime que les notions scientifiques les plus diverses et les acquis de l’expérience sont triés et ordonnés par la raison. Selon Frédéric Tinguely, les « mélanges géographiques », qui trouvent leurs limites face à l’inextricable enchevêtrement du réel, ne peuvent qu’exprimer un relativisme culturel. Santiago López-Rios montre comment le livre intitulé couramment Bestiario de don Juan de Austria, composé par Martín de Villaverde, est un ouvrage qui ressortit au genre des miscellanées vers 1570. Marie-Dominique Couzinet examine les rapports précis que les Essais de Montaigne entretiennent avec le genre des miscellanées et retrace l’histoire de la définition ou non des Essais comme « mélanges ». Sonia Rose montre comment, dans le Nouveau Monde, la célèbre Miscelánea Austral, de Diego Dávalos de Figueroa (Lima, 1602), vecteur de l’humanisme, articule le savoir universel et le savoir local. L’intervention de Claudia Demattè a porté sur deux exemples célèbres, parus la même année 1632, de littérature mêlée en langue espagnole : la Dorotea de Lope de Vega et le Para Todos de Juan Pérez de Montalbán. Enfin Harriet Stone propose une interprétation des mélanges dans son étude comparée de la compilation du savoir par Ambroise Paré et du Dictionnaire de Furetière.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search