Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre d'architecture, XVe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

Conclusion

Jean-Yves Mollier

Texte intégral

1Parvenu au terme de ce volume, le lecteur aura, nous l’espérons, une vision plus nette de ce que fut, dans sa longue genèse et les principales étapes de son développement, le livre d’architecture. Objet méconnu, ayant échappé à la tradition historiographique française, comme le rappelle Jean-Michel Leniaud dans l’introduction, cet imprimé a conquis très tôt son indépendance. Les premières éditions illustrées du De Architectura de Vitruve apparaissent en effet dès 1511 et des volumes pourvus d’iconographie ont même été repérés en territoires germaniques en 1457. Avec l’illustration, le livre d’architecture trouve donc sa première originalité puisqu’on n’imagine guère un livre relevant de cette discipline dépourvu de cette particularité. De taille en général plus volumineuse que les autres publications, il connaîtra lui aussi les avantages de la standardisation industrielle au XIXe siècle et sera alors décliné dans tous les formats. À cette époque, des éditeurs spécialisés ont d’ailleurs vu le jour, ce qui explique que la première partie de ce volume ait retenu le médiateur du livre auprès du public comme la figure centrale et le personnage sans lequel la discipline aurait éprouvé de graves difficultés pour faire apprécier ses réalisations par un public élargi.

  • 1 Jean-Yves Mollier, « Introduction à la 7e partie », Les Guides imprimés du XVIe au XXe siècle, dir (...)

2Mode éditoriale de 1770 à 1850, le récit illustré de voyages pittoresques – on songe aussitôt au baron Taylor et à Nodier pour la France –, connaît son apogée entre 1820 et 1835 puis décline après cette date, remplacé par les guides de voyages qui démarrent en trombe après 18301. Pour la période de référence, du dernier tiers du XVIIIe siècle au milieu du suivant, on a recensé 360 récits de voyages pour la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, ce qui traduit un engouement des lecteurs, une demande sociale par conséquent, mais également une offre de produits de la part des libraires qui ont cru à l’essor de ce type d’imprimé. Bénéficiant de l’abaissement des coûts de production qui résulte de l’introduction de la lithographie dans les imprimeries, le récit de voyages accroît ainsi son lectorat, autrefois aristocratique et désormais plus bourgeois. Le coût de ces livres exige d’ailleurs le recours à la souscription, à la publicité et ce sont très nettement les éditeurs de guides de voyages, l’Anglais John Murray, le père des « guides rouges » en Europe, le tout premier ou les Ostervald et les Didot qui prennent le dessus sur leurs confrères. Du coup, le livre de voyage échappe de plus en plus à la catégorie du livre d’architecture et les éditeurs qui veulent se maintenir sur ce marché doivent imaginer des ouvrages plus professionnels.

  • 2 J.-Y. Mollier, L’Argent et les lettres. Histoire du capitalisme d’édition. 1880-1920, Paris, Fayar (...)

3L’enquête systématique, menée par Béatrice Bouvier sur le livre d’architecture français au XIXe siècle, fait apparaître 150 noms d’éditeurs parisiens dont certains se spécialisèrent complètement dans ce genre. Les librairies Bance ou Morel sont bien connues, mais les grandes maisons, Didot ou Hetzel, auront leurs collections appropriées, ce qui signifie que le genre gagnait en importance et qu’aucun éditeur digne de ce nom ne pouvait l’ignorer complètement. Les exemples de la SA des Imprimeries-librairies réunies dont nous avions signalé l’importance il y a plus de quinze ans2 et de la maison Quantin illustrent ce phénomène, ces deux grosses entreprises intégrant l’imprimé d’architecture dans leurs catalogues au plus fort de leur rayonnement. Leur étude confirme également la nécessité pour celui qui publie de lier les activités d’éditeur et d’imprimeur, et même celle de lithographe, pour s’imposer face à une concurrence sévère. Compte tenu des particularités du volume d’architecture, de la place abondante laissée à l’illustration, de la taille des volumes et de leur prix, le maître imprimeur était plus à même que le simple éditeur de faire face aux sollicitations du milieu même si l’on ne peut généraliser complètement cette observation.

4La deuxième partie du livre s’intéresse à l’architecture dans le livre et tout naturellement fait une place aux contraintes techniques dans la reproduction des illustrations, du XVe au XXe siècle. Grâce à la mise au point des dépliants par les ingénieurs militaires, puis les éditeurs d’architecture après 1550, la faculté d’agrandir les dimensions des planches au-delà du format du livre était apparue. Elle devait faciliter la réduction des formats, de l’in-folio au duodecimo, ce qui est la tendance lourde de l’édition européenne du XVIIIe au XXe siècle, et autoriser ainsi l’illustration détaillée même dans les volumes portatifs. Parallèlement à cette évolution, les grands formats eurent les honneurs des lecteurs aristocratiques, pour qui l’architecture pouvait être un moyen ingénieux de glorifier le protecteur de l’auteur et son mécène. Dans le cas des bibles hébraïques confectionnées de la Renaissance aux Lumières, le souci pédagogique l’emportait au point de frôler un réalisme rétrospectif destiné à faire revivre les monuments du passé, le temple de Jérusalem tout particulièrement. Que les travaux archéologiques ultérieurs aient largement démontré l’aspect fantasmagorique de ces visions ne change rien au problème. Les architectes d’autrefois recomposaient le passé en fonction de leurs visions présentes et l’étude de leurs publications permet de retracer l’histoire des sensibilités architecturales au cours des siècles, ce qui n’est pas le moins important dans une perspective d’histoire des représentations ou, comme on disait il y a peu, des mentalités propres à un groupe socio-professionnel.

5Le XXe siècle devait connaître des évolutions remarquables dans la mesure où la place de l’illustration dans le livre allait grandissante depuis les années 1830 et où la photographie, après 1890 essentiellement, pénétrait largement l’espace du livre d’architecture. « Nicht mehr lesen, sehen ! », le cri de Johannes Molzahn, peintre, photographe, graphiste et typographe, inventeur du livre cinématographique, résume la philosophie des artistes de l’entre-deux-guerres. Le livre d’architecture s’intègre alors, en Allemagne, au courant du Bauhaus et c’est à lui qu’il revient d’annoncer les changements du monde moderne. Le Corbusier, contemporain des débats sur l’aménagement des maisons, le décor d’intérieur et le lien intime unissant architecture et art, ne pouvait rester étranger à ces réflexions. La Ville radieuse, publiée en 1935, proposait une première synthèse entre art et architecture mais c’est surtout après 1945 que le public découvrit à quel point, chez ce visionnaire, les deux domaines s’interpénétraient en permanence. Tout naturellement, ses livres devaient s’inspirer de cette conception et s’efforcer de traduire cette volonté de marier l’art et la vie, le rêve et la raison. D’autres influences avaient d’ailleurs concouru à la formation de son univers et, parmi les plus intéressantes, il faut citer celles qui venaient des États-Unis et que l’Exposition du Musée d’art moderne de New-York en 1932 popularisèrent. L’idée d’un style international – on eût dit mondial cinquante ans plus tard ! – semblait alors s’imposer même si la formule, et ce qu'elle sous-entendait, fut critiquée vertement. Pour ce qui concerne le livre d’architecture en tout cas, elle contribua à la diffusion massive du volume privilégiant la photographie, d’extérieur et d’intérieur, et c’est ce que les auteurs de cette section soulignent avec force.

6Le dernier éclairage proposé par ce livre concerne les bibliothèques d’architecture et leur évolution du XVIIIe au XXe siècle. En consultant le catalogue de la vente Soufflot, on discerne évidemment d’autres traces laissées par les sensibilités des Lumières. L’absence d’ouvrages de droit et de théologie correspond à ce que l’on savait des goûts du temps mais la présence massive de livres illustrés confirme l’orientation moderniste de l’architecte. Homme de son siècle, curieux d’innovations, de recherches, il lisait aussi bien les gazettes que L’Encyclopédie ou Buffon et se souciait surtout de faire évoluer son art sans s’enfermer dans une tradition trop étouffante. Par opposition à cette bibliothèque personnelle, celle de l’atelier Pontremoli, aux Beaux-Arts de Paris dans les années 1930, répond à d’autres besoins. Beaucoup plus fonctionnelle, résultant de dons et legs multiples, elle ne peut être comparée avec la collection d’un individu, d’autant qu'elle était gérée par les élèves, mais elle fournit, elle aussi, des renseignements très précieux sur la vocation d’une bibliothèque d’architecture. En comparant son contenu de 1930 avec celui des fonds répertoriés dans les mêmes locaux soixante ans plus tôt, on voit d’ailleurs la part du livre d’architecture croître et décliner celle du livre d’art proprement dit, preuve d’une professionnalisation évidente après 1880. On pénètre également dans cet espace du côté des lecteurs, anciens élèves et ingénieurs, ce qui est peut-être plus suggestif encore puisqu'il apparaît clairement que le nombre de lecteurs architectes n’a cessé de décroître avec les années.

7D’autres bibliothèques ici observées, celle de l’administration des cultes et celle de la commission des Monuments historiques, complètent le tableau proposé. La part du volume d’architecture était plutôt congrue dans la première, réservée à d’autres usages mais elle était forte, cela va de soi, dans la deuxième, constituée de près de 3000 ouvrages en 1895. Fonctionnelle, elle aussi, centrée sur le patrimoine français et peu ouverte sur l’extérieur, cela va sans dire, elle reflétait les ambitions de la commission sans pour autant ignorer les grands débats du temps. Par comparaison avec ces dépôts, les bibliothèques allemandes, autrichiennes et hongroises font apparaître un ancrage international plus fort. Abonnées pour la plupart aux revues d’architectures parisiennes – celle de César Daly est partout – et en contact avec la maison Morel, elles lisent les textes dans la langue originale plus qu’en traduction, ce qui ne surprend guère tant la présence du français dans les empires centraux avant 1914 était forte.

*

8Avec ses trois parties bien distinctes, trois angles d’attaque de problèmes multiples, ce volume ne prétendait pas mettre un terme définitif aux débats ou controverses qui concernent le livre d’architecture. La connaissance du milieu professionnel demeure, à notre sens, trop imparfaite, lacunaire, partielle pour le moment, et c’est peut-être là que les efforts devront porter en priorité à l’avenir. Avant d’examiner les livres des architectes qui parlent sans aucun doute de leurs représentations, de leurs visions du monde, de leurs espoirs et de leurs rêves, comme de leurs traditions, il conviendrait de les mieux cerner historiquement et régionalement. Bien des travaux existent d’ailleurs qui, regroupés, permettraient de proposer un portrait de groupe plus affiné. L’appartenance sociale des architectes, leur implication dans les réseaux multiples – loges, cercles puis partis politiques et associations les plus diverses –, ont également à voir avec leurs publications, le contenu de leurs bibliothèques, et c’est dans cette direction qu’il conviendra de concentrer les recherches futures. Bourgeois ou révolutionnaire au XIXe siècle, l’architecte, quand il se fait homme de l’art, représente-t-il le monde en fonction de ses engagements personnels ou de l’état du marché, des commandes de ses clients ou de la direction qu’il entend imprimer à ses œuvres ? Telle est l’une des questions qu’il conviendrait aussi de commencer à résoudre pour mieux apprécier sa marque sur l’histoire de son temps.

  • 3 Lucien Febvre « Comment reconstituer la vie affective d’autrefois ? La sensibilité et l’histoire » (...)

9De même, les bibliothèques d’architectes gagneraient à être comparées à celles des ingénieurs, des travaux publics notamment, des avocats, des médecins et de toutes ces notabilités qui ont acquis leur autonomie professionnelle au cours du XIXe siècle. La distance éventuelle relevée entre leurs goûts, les présences et absences d’ouvrages politiques, philosophiques, sociaux, religieux, littéraires permettraient également d’améliorer la connaissance du milieu. Sans doute conviendrait-il aussi, en utilisant davantage les archives publiques et privées – calepins du cadastre, sommiers fonciers, Minutier des notaires, etc. – de préciser la localisation de ces bibliothèques dans les appartements et d’étendre la comparaison à cette dimension spatiale. La connaissance du décor de ces pièces, quand elle peut être ajoutée, apporte également quelques indices supplémentaires pour reconstituer la vie affective des hommes d’autrefois3. Cela signifie qu’il importe de porter l’attention sur la vie privée, et pas seulement professionnelle, de ces hommes, de pénétrer dans leurs logis, leurs résidences de campagne, de savoir quelles couleurs ils préféraient, quels étaient les tableaux et gravures, estampes et lithographies qui ornaient les murs de leurs appartements.

  • 4 La Belle Époque des revues. 1880-1914, dir. J. Pluet-Despatin, M. Leymarie et J.-Y. Mollier, Paris (...)

10De cette appréhension des architectes d’autrefois à l’examen des publications professionnelles qu'ils ont réalisées, le lien n’est pas si éloigné qu’il pourrait paraître mais, au contraire, très ténu. Dans son métier, l’homme se projette, dit ses rêves comme ses habitus et c’est la tâche de l’historien que d’essayer de remplir ce programme. Le livre apporte évidemment déjà beaucoup de renseignements, d’éléments biographiques portant sur le compagnonnage de Pierre-Jules Hetzel avec Viollet-le-Duc qui bâtit sa maison de Meudon (Sèvres aujourd’hui) ou la fréquentation accrue des banquiers par les architectes après 1880. Le commerce entretenu avec les décideurs politiques, locaux ou nationaux, les urbanistes et les hygiénistes qui se multiplient sous la IIIe République et publient eux aussi de plus en plus d’articles ayant rapport à l’architecture4, mériterait une information plus complète. D’autres domaines pourraient être investis, susceptibles à leur tour de venir enrichir la connaissance du livre d’architecture dont on voit mieux aujourd’hui qu’il n’intéresse pas le seul bâtisseur ou l’ingénieur mais quiconque a envie de savoir pourquoi, des pyramides d’Égypte à la Cité radieuse de Le Corbusier ou aux tours de la Bibliothèque nationale de France, le croquis ou la planche, l’épure ou le plan ont exprimé une conception globale de l’univers.

Notes

1 Jean-Yves Mollier, « Introduction à la 7e partie », Les Guides imprimés du XVIe au XXe siècle, dir. G. Chabaud et alii, Paris, Belin, 2000, p. 573-576.

2 J.-Y. Mollier, L’Argent et les lettres. Histoire du capitalisme d’édition. 1880-1920, Paris, Fayard, 1988, ch. VI : « Une concentration réussie. La SA des imprimeries-librairies réunies et la maison Quantin ».

3 Lucien Febvre « Comment reconstituer la vie affective d’autrefois ? La sensibilité et l’histoire » (Annales d’histoire sociale, 1941), Combats pour l’Histoire, Paris, A. Colin, coll. « Agora », 1992, p. 221-239.

4 La Belle Époque des revues. 1880-1914, dir. J. Pluet-Despatin, M. Leymarie et J.-Y. Mollier, Paris, Éd. de l’IMEC, 2002.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540