Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre d'architecture, XVe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

Les bibliothèques d'architecture

Le livre français d’architecture dans les bibliothèques publiques et privées en Allemagne et en Autriche-Hongrie au XIXe siècle

Anne Liskenne-Georgeon

Texte intégral

1Que lisaient les bâtisseurs-théoriciens allemands, autrichiens ou hongrois du XIXe siècle comme Carl Friedrich Schinkel, Imre Henszlmann, Gottfried Semper ou Otto Wagner ? S’intéressaient-ils aux publications françaises contemporaines ? Difficile de le savoir puisque leurs bibliothèques n’ont souvent pas survécu à leur disparition.

2Étudier la diffusion du livre français en Allemagne et en Autriche-Hongrie au XIXe siècle permet de résoudre en partie cette question, en partant du Précis des leçons d’architecture de Jean-Nicolas-Louis Durand et en finissant aux écrits d’Anatole de Baudot.

3Cette intervention se divisera en trois parties. La première sur « les bibliothèques dans leur contexte » présentera la typologie des collections étudiées et des livres acquis par les institutions germaniques. La deuxième sur les moyens de la réception du livre français s’attachera à décrire les libraires à l’origine des échanges bibliographiques franco-allemands, et les moyens de la diffusion (publicité, expositions, traductions). Enfin la dernière partie abordera le point de vue critique en pays allemands sur le livre français d’architecture (appréciation formelle et compte rendu critique).

LES BIBLIOTHÈQUES DANS LEUR CONTEXTE

4Pour expliquer la répartition du livre français d’architecture dans les pays allemands, il est nécessaire de faire un bref retour sur l’histoire mouvementée de ces pays. Le traité de Westphalie de 1648 divisa l’Allemagne en 350 États, plus tard regroupés en 39 États lors du Congrès de Vienne. La guerre de 1870-1871 recréa un Empire unifié par la Prusse ; du moins Bismarck tenta-t-il de créer une véritable unité politique. Mais l’éclatement des centres intellectuels et des grandes universités resta la règle jusqu’à nos jours. Lors du recensement de 1885, 25 villes comptaient plus de 100 000 habitants.

5L’Empire austro-hongrois connut un destin aussi éclaté puisqu’à l’issue de la bataille de Sadowa, le compromis de 1867 régla les liens entre les différents peuples de la monarchie danubienne et l’empereur François-Joseph, qui leur donna une certaine autonomie politique.

6À la mosaïque de ces pays correspond la multiplicité des bibliothèques auxquelles je me suis intéressée, d’une part dans le cadre particulier de cet exposé, et d’autre part dans le cadre plus général de ma thèse de l’École pratique des hautes études sur les relations architecturales entre la France et les pays de langue allemande au XIXe siècle.

7On peut distinguer trois grands types de bibliothèques :

  • les bibliothèques nationales de Berlin, Francfort, Vienne, Budapest et Prague,
  • les bibliothèques d’écoles et d’universités techniques réparties de façon homogène sur l’ensemble du territoire,
  • les bibliothèques d’individus, de constructeurs germanophones.

8À ces trois types de lieux correspondent des instruments de recherche encore plus variés. La difficulté essentielle de l’étude réside dans le repérage des catalogues, et particulièrement dans celui des catalogues anciens, du XIXe siècle, source aléatoire qui ne peut être systématique. Pourtant, cette source est particulièrement satisfaisante car elle permet de connaître les publications étrangères et surtout françaises acquises durant la période.

  • 1 Catalogue publié en 1876.
  • 2 Catalogue publié en 1900.
  • 3 Catalogue publié en 1902 et 1911.
  • 4 Catalogue publié en 1883.
  • 5 Catalogue publié en 1896.
    La plupart de ces catalogues sont reproduits en annexe.
  • 6 Aladar György, Magyarország köz-és magánkönyvtáv [Les Bibliothèques publiques et privées de la Hon (...)

9Mon corpus de catalogues anciens de bibliothèques est ainsi constitué : celui de l’Université de Göttingen, de l’Académie des beaux-arts de Vienne1, de l’association des ingénieurs et architectes autrichiens2, de la bibliothèque impériale et royale de l’école supérieure technique de Vienne3, du musée autrichien d’art et d’industrie4, de l’association des architectes et ingénieurs hongrois5, enfin, exemple unique de bibliothèque privée, tant les catalogues qui en sont tirés sont rares et mal identifiés, de celle de l’architecte hongrois Antal Weber (1823-1889) auteur d’œuvres officielles de style néo-renaissance6.

10Il s’agit donc surtout des catalogues de bibliothèques de l’Empire austro-hongrois. Ceux des bibliothèques de Leipzig, qui manquent à cette étude, auraient un intérêt particulièrement important en raison du rôle considérable de la ville dans le monde de la librairie allemande.

11Ma recherche a été complétée par la consultation systématique du catalogue collectif en ligne Karlsruher Virtueller Katalog qui rassemble quatorze catalogues et catalogues collectifs de bibliothèques germanophones (allemandes et autrichiennes). J’ai établi une liste d’une centaine d’auteurs et de titres que j’ai recherchés dans ce catalogue. On peut supposer que les écrits d’architectes français du XIXe siècle ont peu de chance d’avoir été acquis par les bibliothèques concernées dans le courant du XXe siècle, et qu’ils l’ont été à l’époque même, mais c’est assez difficile à vérifier. Il faudrait consulter les registres d’entrées des bibliothèques précisant les dates d’acquisition des ouvrages, comme il en existe à la bibliothèque nationale de Vienne.

12Une dernière méthode, plus vivante que les sondages quantitatifs dans les catalogues, consiste à retrouver des comptes rendus bibliographiques de livres d’architectes français. Ils feront l’objet de la dernière partie.

13La liste des auteurs français et des titres établie au cours de cette recherche s’articule autour de quatre types d’ouvrages :

  1. les dictionnaires,
  2. les monographies,
  3. les livres pratiques,
  4. les livres de théoriciens français connus à travers l’Europe et dont les écrits furent annoncés et commentés dans la presse spécialisée.
  • 7 On trouve par exemple dans le catalogue de la bibliothèque de l’association des ingénieurs et arch (...)
  • 8 Ernest Bosc, Dictionnaire raisonné d’architecture et des sciences et arts qui s’y rattachent, Pari (...)
  • 9 L’auteur de l’article reproche au Dictionnaire d’être parfois trop concis, de s’adresser à un publ (...)
  • 10 Louis Bruyère, Études relatives à l’art des constructions, Paris, Bance aîné, 1823-1828, 2 vol. 
  • 11 Edmond Coignet, Napoléon de Tédesco, Du Calcul des ouvrages en ciment avec ossature métallique, Pa (...)
  • 12 L’incendie de l’opéra comique en juin 1887, que Léon Bloy décrit dans ha Femme pauvre, paru en 189 (...)
  • 13 D. V. Piccoli, La Question du feu dans les théâtres, Paris, impr. De E. Capiomont et V. Renault, 1 (...)
  • 14 Mauret de Pourville, Des Incendies et des moyens de les prévenir et de les combattre dans les théâ (...)

14Nombreux sont les ouvrages pratiques et les dictionnaires dans les bibliothèques allemandes et autrichiennes. Cette fréquence s’explique sans doute par le niveau linguistique de ce type d’ouvrage, nettement plus accessible et concret qu’un traité. En revanche, les recueils d’architecture sont rares7. Le XIXe siècle préfère les revues richement illustrées comme la Revue générale de l’architecture et des travaux publics ou l’Encyclopédie d’architecture. Les dictionnaires acquis par les bibliothèques ne sont pas seulement ceux de Viollet-le-Duc, mais aussi par exemple celui de Ernest Bosc, Dictionnaire raisonné d’architecture et des sciences qui s’y rattachent8, présent dans la bibliothèque d’Antal Weber, ainsi qu’à l’École supérieure technique de Vienne. La méthode du dictionnaire est considérée comme typique de l’esprit français, rationnel mais superficiel, car les articles d’un dictionnaire comme celui de Viollet-le-Duc n’offrent pas le champ d’une analyse approfondie9. L’intérêt porté aux monographies de bâtiments est également constant. On retrouve de façon homogène l’Hôtel de ville de Paris de Victor Calliat ou le Nouvel opéra de Charles Garnier. Les ouvrages techniques comme ceux de Louis Bruyère10, de Coignet et Tédesco11, par exemple, sont acquis de façon homogène. La grave question des incendies dans les lieux publics a entraîné l’achat de titres bien spécialisés12 : La Question du feu dans les théâtres de Piccoli13, Des Incendies et des moyens de les prévenir et de les combattre dans les théâtres de Pourville14 sont achetés par la bibliothèque de l’association des architectes et ingénieurs autrichiens.

15Enfin, la moitié des titres publiés au XIXe siècle et acquis en Allemagne ont pour auteurs, d’une part les architectes diocésains Anatole de Baudot, Édouard Corroyer, Jean-Baptiste Lassus, Félix Narjoux, Daniel Ramée, Léonce Reynaud, Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc et l’ingénieur Auguste Choisy ; et dans l’autre camp (pour simplifier), des auteurs comme César Daly, Gabriel Davioud, Quatremère de Quincy.

16Ces constantes dans les catalogues laissent supposer qu’il existait bien une politique d’acquisition de livres français dans les bibliothèques allemandes, axée selon les quatre types d’ouvrages présentés, et que ces institutions avaient une profonde connaissance de la production française, quoique surtout parisienne. Comprendre comment le livre a été connu et diffusé sera l’objet de ma deuxième partie.

LA RÉCEPTION MATÉRIELLE DU LIVRE FRANÇAIS D’ARCHITECTURE

  • 15 Le règne de Frédéric-Guillaume III de Prusse s’étend de 1797 à 1840.
  • 16 Le dépouillement des minutes notariales concernant Morel qu’elle en a fait a révélé qu’entre 1870 (...)
  • 17 Voir au sujet des clients de Morel à l’étranger la thèse en cours de publication de Béatrice Bouvi (...)

17Peu d’architectes envoient leurs écrits directement à leurs lecteurs. Le cas de Pierre François Léonard Fontaine est exceptionnel : en 1833, il adressa au roi Frédéric-Guillaume III de Prusse, qui en avait alors l’utilité, ses Résidences de souverains15, magnifique recueil de planches dessinées. La plupart des auteurs dépendent en réalité de l’activité de leur éditeur-libraire. Le plus actif est sans doute Auguste-Jean Morel, mieux connu depuis l’étude qu’en a faite Béatrice Bouvier16. Il a réussi en quelques années à étendre son réseau de clients à toute l’Europe, et particulièrement à l’ensemble des pays allemands, à Berlin, Leipzig, Hanovre, Dresde, Heidelberg, Munich, Stuttgart et Plauen, et à l’Empire austro-hongrois (Vienne, Pest, Lemberg et Brunn, ainsi que Prague)17. La majorité des auteurs évoqués plus haut sont édités par A.-J. Morel : Choisy, Davioud, Lassus, Viollet-le-Duc, et même L’Architecture privée au XIXe siècle de César Daly qui avait pourtant sa propre librairie, est édité par Morel.

  • 18 « Literaturbericht », Mittheilungen des Architekten-und Ingenieurvereins Böhmen, 1882, p. 162.

18César Daly, dont l’ouvrage de Marc Saboya sur la Revue générale de l’architecture et des travaux publics a montré à quel point il était européen, s’associa à Édouard Ducher avec qui il fonda une nouvelle librairie architecturale, la Librairie générale d’architecture et des travaux publics, qui diffusait en Allemagne l’autre grande partie des ouvrages français, comme le Nouvel Opéra de Paris de Garnier. Il s’associa brièvement à la librairie allemande par l’intermédiaire du libraire viennois Gerold en 1882, qui « distribuait » les publications de quelques éditeurs comme Classen ou Morel18, mais il ne disposa jamais d’un réseau aussi important que celui d’Auguste-Jean Morel.

19Il existe également deux moyens purement bibliographiques de connaissance de la production française : les comptes rendus et les mentions dans les revues, et les bibliographies spécialisées comme Die Literatur der letzten sieben Jahre 1870-1876 aus dem Gesammt-Gebiete des Bau-und-Ingenieurwesens, publiée par Gerold lui-même.

  • 19 « Einladung zur Subskription... », Wochenblatt des Architekten Vereins zu Berlin, 1867, p. 490 (il (...)

20Enfin, d’autres moyens de diffusion ponctuels existent : la publicité, les expositions, et les traductions. La publicité pour les auteurs est loin d’être systématique. Je n’en montrerai d’ailleurs qu’un exemple. Auguste-Jean Morel fait en effet paraître en 1867, dans le premier numéro de la Deutsche Bauzeitung, une page invitant tous les lecteurs de la revue à acheter divers ouvrages du catalogue par souscription19. Le choix des œuvres est très éclectique allant des Édifices de la Rome moderne de Letarouilly aux Halles centrales de Paris de Baltard, avec aussi deux œuvres de César Daly et quatre de Viollet-le-Duc.

  • 20 Gabriel Davioud, César Daly, Architecture contemporaine. Les théâtres de la place du Châtelet : th (...)

21La même année 1867, une exposition est organisée à Berlin où Morel présente ses publications. Si le principe de la souscription et de la publicité est assez rare pour faire connaître la bibliographie architecturale française, celui des expositions est plus souvent repris, notamment au moment des expositions universelles (ill. 1). Ainsi lors de l’Exposition de Vienne en 1873, sont présentés les Théâtres de la place du Châtelet, magnifique recueil de planches publié en 1865 par l’associé de César Daly20.

22Si les ouvrages d’Anatole de Baudot sont aussi fréquemment acquis dans les bibliothèques allemandes, c’est sans doute dû en partie à la réputation de la commission des monuments historiques, dont il publia les Archives à la fin du siècle, et qui recueillit les éloges des architectes germanophones lors de chaque exposition universelle.

23De même, Auguste Choisy, chargé d’organiser la section française des Travaux publics à Paris lors des expositions de 1878, 1889, 1900 et de Vienne en 1873, figure-t-il dans la plupart des catalogues viennois. On en reparlera dans la dernière partie, mais j’aimerais simplement souligner que de nombreuses bibliothèques viennoises ont acquis son Art de bâtir chez les Romains publié justement en 1873 chez Morel, notamment la bibliothèque impériale et royale de l’école supérieure technique de Vienne et la bibliothèque impériale et royale du musée autrichien d’art et d’industrie. En revanche, son Art de bâtir chez les Byzantins publié en 1883 par un éditeur parisien peu connu, la « Librairie de la Société anonyme de publications périodiques » n’a pas fait recette, puisqu’il n’apparaît dans aucune bibliothèque de la période.

Ill. 1 : Publicité pour l’éditeur Auguste-Jean Morel et sa Librairie centrale d’architecture, parue dans la Wochenschrift des Architekten-Vereines Berlin [future Deutsche Bauzeitung], 1867, p. 490. Cl. A. Georgeon-Liskenne.

Ill. 2 : Page de titre de la traduction de l’Histoire d’une maison d’Eugène Viollet-le-Duc, publié en 1873 chez Hetzel (Munich, 1909). Cl. Kadoc.

  • 21 Abriβder Vorlesungen über Baukunst, gehalten an der Königl. Polytechniscben Schule zu Paris, Carls (...)
  • 22 C’est un élève allemand de J. N. L. Durand (1760-1834), qui, par la suite, deviendra un ami, qui t (...)
  • 23 Belehrungen über die Mittel, die Feuchtigkeit in den Gebäuden zu verhindern und zu vertilgen, Qued (...)

24Pour terminer ce chapitre sur la diffusion des livres français, j’aborderai rapidement l’épiphénomène des traductions en allemand. La traduction du Précis des leçons d’architecture de Jean-Nicolas-Louis Durand21 est significative de la renommée du professeur outre-Rhin, renommée d’ailleurs bien manifeste dans les catalogues de bibliothèques. Le livre est tardivement traduit puisque la première édition date de 1802-1805 et que la traduction date de 1 83122. Dans ce cas, c’est plus l’auteur qui a été choisi que le sujet de l’ouvrage, au contraire d’un livre plus pratique et technique comme 1’Instruction sur les moyens de prévenir ou de faire cesser les effets de l’humidité dans les bâtiments de Léon Vaudoyer dont les 47 pages sont traduites un an seulement après la publication en 184523.

  • 24 Dans les catalogues de Nordrhein-Westfalen, de Cottbus, de Halle, de Hanovre et de Dessau.
  • 25 « Wie ein Haus entsteht [Muthesius semble avoir retranscrit le titre de mémoire] lautet der Titel (...)

25La difficulté qu’eut Mecklenburg, architecte munichois, à trouver un éditeur pour son projet de traduction en allemand des Entretiens de Viollet-le-Duc est connue : Mecklenburg échoua. En revanche, l’Histoire d’une maison fut traduite trente-six ans après la première édition en 1909 par Walter Kornick sous le titre de Wie man ein Haus baut ? (ill. 2). Notons que la traduction anglaise date de 1874, ce qui laisse envisager des perspectives encourageantes pour une étude sur le livre français d’architecture en Grande-Bretagne. L’Histoire d’une maison n’était pas inconnue avant sa traduction. Elle figure dans les catalogues anciens des bibliothèques impériale et royale de l’école supérieure technique de Vienne et du musée autrichien d’art et d’industrie. Elle figure aussi dans le catalogue informatisé de cinq bibliothèques24. Wie man ein Haus haut ? est paradoxalement un peu moins représenté. Dans son avant-propos de Landhäuser publié en 1912, Hermann Muthesius vient confirmer l’idée que Wie man ein Haus haut ? fut bien diffusé en Allemagne. Il écrit : c’est « un titre de Viollet-le-Duc aujourd’hui très lu et qui n’a pas encore totalement vieilli »25.

L’UTILISATION CRITIQUE DU LIVRE FRANÇAIS D’ARCHITECTURE

26Le livre français diffusé dans les bibliothèques, quelle en est la réception critique ? Observons-la sous deux thèmes : l’appréciation formelle du livre français et le compte rendu critique.

  • 26 « Vergleiche zwischen den Leistungen des deutschen und des französischen Architektur-Verlags », De (...)

27Il est difficile de savoir comment les qualités du livre français étaient appréciées. On en a pourtant un écho dans un article sur la maison Morel, paru sans doute à l’occasion de l’exposition qui se tint à Berlin cette année-là, et qui révèle quelques aspects de l’appréciation des constructeurs allemands sur la production française26. L’auteur la considère comme un modèle pour les éditions allemandes, malgré le luxe et le coût de ses publications. Les maisons allemandes, peut-on lire, n’obtiennent pas ce ton brun-bistre pour les gravures qui donne un aspect très doux au dessin. La gravure sur bois est aussi bien loin devant l’allemande, mais l’impression en couleur est meilleure en Allemagne.

  • 27 Paul V. Turner, La Formation de Le Corbusier. Idéalisme et mouvement moderne, Paris, Macula, 1987, (...)
  • 28 Hugo Hartung, Motive des mittelalterlichen Baukunst in Deutschland: in photographischen Originalau (...)
  • 29 Hugo Hartung, « Choisy s Geschichte der Architektur », Deutsche Bauzeitung, 1906, p. 235-236, 238.

28Pour illustrer le point de vue critique et théorique sur le livre français, un article sur l’Histoire de l’architecture d’Auguste Choisy m’a paru être un exemple remarquable d’utilisation théorique du livre français en Allemagne. Comme Viollet-le-Duc, cet ingénieur défendait une conception essentiellement rationnelle de la construction, et ses ouvrages successifs sur L’Art de bâtir chez les Romains [...] furent acquis par de nombreuses bibliothèques, mentionnées plus haut. Mais l’onde de choc de son Histoire de l’architecture a été bien plus sensible. Rappelons que Édouard Jeannerey, dit Le Corbusier, en acheta un exemplaire à Paris à l’époque de Noël 1913, qu’il annota. Mais il ne coupa que les pages correspondant aux parties qui l’intéressaient, notamment celle sur les lois formelles de l’architecture27. Aussi sélective, la lecture qu’en fit l’architecte de Dresde Hugo Hartung, un spécialiste de la période médiévale28, dans l’article que j’ai choisi de commenter, entre bien dans les supposés de ces journées d’études qui confrontent l’écriture de l’architecture mésopotamienne et la représentation de l’architecture dans la production imprimée. Hugo Hartung s’intéresse en effet, dans sa critique de l’ouvrage, essentiellement aux périodes reculées, aux débuts d’une architecture civile, civilisée, c’est-à-dire en réalité aux premiers chapitres de l’Histoire de l’architecture sur l’Égypte. L’auteur explique en introduction qu’il répare un oubli vieux de six ans. Publiée en 1899, l’Histoire de Choisy n’a pas fait l’objet d’un article avant cette date de 1906. Pour réparer cet oubli, l’auteur résume le chapitre sur l’Égypte et en traduit de longs passages concernant l’art des proportions chez les Égyptiens. Mais il en profite aussi pour lancer une polémique sur la formation des architectes allemands qui ne leur permettrait pas de concevoir une telle somme, alors qu’un ingénieur a su élaborer une vaste théorie et combler la lacune qui, selon Hugo Hartung, existait auparavant en histoire de l’architecture29.

  • 30 Destinées du livre d’architecture, 17 septembre-15 décembre 1994, Bibliothèque municipale Saint-Ch (...)
  • 31 Mohamed Scharabi, Einfluss der Pariser Ecole des Beaux-Arts auf die Berliner Architektur in der 2. (...)

29Voici donc quelles furent en pays allemands les « destinées du livre d’architecture », pour reprendre le titre d’une exposition qui eut lieu en 1994 à la bibliothèque municipale de Marseille30. Malgré les événements politiques qui divisèrent l’Allemagne et la France en 1870, le livre français s’est diffusé de manière homogène dans l’ensemble des pays germanophones, et malgré la complexité du réseau des libraires, en raison peut-être de l’attraction commerciale que représentait le marché germanique, mais plus profondément grâce à la tradition d’échanges intellectuels franco-allemands. L’omniprésence de Viollet-le-Duc et de ses disciples, Félix Narjoux, Anatole de Baudot, Auguste Choisy, montre que la politique de diffusion en pays allemands a été bien menée. En revanche, les écrits d’architectes issus de l’École des beaux-arts, dont l’influence sur l’Allemagne a été étudiée par Mohamed Scharabi31, sont nettement moins représentés dans les catalogues de bibliothèques publiques et privées. Peut-être manquaient-ils d’un libraire-éditeur efficace comme Auguste-Jean Morel ou César Daly ?

Bibliographie

ANNEXE CATALOGUES DE BIBLIOTHÈQUES AUTRICHIENNES (XIXe SIÈCLE)

Catalogue de la bibliothèque de l’Académie des beaux-arts à Vienne32

L’Architecture en France, monuments historiques du XIe siècle à nos jours, Paris, A. Guérinet, 1895 seulement (collection partielle).

L’Architecture et la décoration françaises aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, Ch. Eggimann, 1909-1921.

Archives de la commission des Monuments historiques, publ. par Achille Fould, Paris, 1856-1873.

Archives de la commission des Monuments historiques, publ. par A. de Baudot, A. Perrault-Dabot, Paris, Renouard, 1898-1903, 5 vol.

Ballu (Th.), Monographie de l’église de la SainteTrinité construite par la Ville de Paris, Paris, 1868.

Ballu (Th.), Monographie de l’église Saint-Ambroise érigée par la Ville de Paris, Paris, 1874.

Baltard (V.), Callet (F.), Monographie des halles centrales de Paris, Paris, Morel, 1863. Baudot (A. de), Églises de bourgs et villages, Paris, Morel, 1867, 2 vol.

Bourgoin (J.), Théorie de l’ornement, Paris, 1873.

Calliat (V.), Parallèle des maisons de Paris construites depuis 1850 jusqu’à nos jours, Paris, Morel & Cie, 1864.

Calliat (V.), Hôtel de Ville de Paris, mesuré, dessiné, gravé et publié, Paris, 1844. Chevalier (M.), Histoire et description des voies de communication aux États-Unis et des travaux d’art qui en dépendent, Paris, 1844.

Constant (C.), Parallèle des principaux théâtres modernes de l’Europe et des machines théâtrales, Paris, 1860.

Daly (C.), L’Architecture privée au XIXe siècle sous Napoléon III, Paris, Morel & Cie, 1864-1877.

Daly (C.), Décorations intérieures, Paris, 1873.

Daly (C.), Décorations intérieures peintes, Paris, 1874, 2 vol.

Daly (C.), Davioud (G.), Architecture contemporaine. Les théâtres de la place du Châtelet, Paris, Morel, 1865.

Daly (C.), Davioud (G.), L’Architecture privée au XIXe siècle sous Napoléon III, Paris, Morel & Cie, 1864, 1872, 6 vol.

Dardel. (R), Monographie du palais de commerce élevé à Lyon, Paris, Morel, 1868.

Decloux, Doury, Histoire archéologique, descriptive et graphique de la Sainte Chapelle du palais, Paris, Morel, 1865.

Dion (H. de), Lasvignes (L.), Cathédrale de Bayeux, Paris, Morel & Cie, 1861.

Duban (E), Lassus (J.-B.), La Sainte Chapelle de Paris, Paris, B. Bance, 1857.

Durand (J.N.L.), Partie graphique des cours d’architecture faits à l’École royale polytechnique depuis sa réorganisation, Paris, 1821.

Durand (J.N.L.), Précis de leçon d’architecture données à l’École polytechnique, Paris, 1802-1805, 2 vol.

Durand (J.N.L.), Recueil et parallèle des édifices de tout genre, anciens et modernes, Paris, an IX (1801).

Garnier (C), Le Théâtre, Paris, 1871.

Laborde (A. de), Les Monuments de France classés chronologiquement et considérés sous le rapport des faits historiques et de l’étude des arts, Paris, P. Didot, 1816-1836, 2 vol.

Lassus (J.-B.), Album de Villard de Honnecourt architecte du XIIIe siècle, Paris, 1858.

Lassus (J.-B.), Viollet-le-Duc (E.-E.), Monographie de Notre-Dame de Paris et de la nouvelle sacristie, Paris, Morel, s.d.

Lenoir (A.), Architecture monastique, Paris, 1852-1856, 2 vol.

Magne (A.-J.), Monographie du nouveau théâtre du Vaudeville érigé par la Ville de Paris, Paris, 1873.

Maisons modernes de rapport et de commerce. Monographies complètes (ensembles et détails), publ, par É. Rivoalen, Paris, G. Fanchon, 1905.

Monographie de bâtiments modernes, publ. mensuelles de A. Raguenet, Paris, Ducher, 1888-1910.

Motifs d’architecture moderne, Paris, Schmid, 1902.

Nuitter (charles), Le nouvel Opéra, Paris, 1875.

Percier (C.), Fontaine (P-.F.-L.), Recueil de décorations intérieures, Paris, 1812.

Perronet, Die Beschreibung der Entwürfe, Paris, 1820, 2 vol.

Petites habitations françaises, maisons, villas, pavillons, Paris, Morel & Cie, 1884.

Quatremère de Quincy (A.C.), De l’Architecture égyptienne, Paris, an XI (1803).

Reynaud (L.), Traité d’architecture, Paris, 1867-1870, 1ère partie.

Roux (l’aîné), Recueil de constructions rurales et communales, Paris, Bance, 1844.

Sauvageot (C.), Palais, châteaux, hôtels et maisons en France, Paris, Morel, 1857, 4 vol.

Viollet-le-duc (E.-E.), Entretiens sur l’architecture, Paris, 1863-1872, 2 vol.

Viollet-le-duc (E.-E.), Habitations modernes, Paris, Morel, 1875.

Vitet (L.), Ramée (D.), Monographie de l’église Notre-Dame de Noyon, Paris, 1845, 2 vol.

Catalogue de la bibliothèque de l’association des ingénieurs et des architectes autrichiens (österreichisches Ingenieur-und Architekten Verein)33

Baltard (V), Callet (F.), Monographie des halles centrales de Paris, Paris, 1863, 36 P-, 35 pl.

Barqual (F.), L’Architecture moderne en France, maisons les plus remarquables des principales villes des départements, Paris, 1864, 6 p., 120 pl.

Berty (A.), La Renaissance monumentale en France, spécimens de composition et d’ornementation architectoniques, Paris, 1864, 2 vol.

Boulard, Dartein (F. de), Documents sur les fermes métalliques à grande ouverture, Paris, 1891.

Bruyère (L.), Études relatives à l’art des constructions, Paris, 1823, 2 vol.

Calliat (V.), Hôtel de Ville de Paris, Paris, 1844, 68 p.

Chardon (E.), Projet d’un hôtel de ville à Vienne, atlas avec 11 photographies, Paris, 1869.

Choisy (A.), Histoire de l’architecture, Paris, 1899, 2 vol.

Coignet, Tedesco, Du Calcul des ouvrages en ciment avec ossature métallique, Paris, 1894, 86 p.

Daly (C.), Motifs historiques d’architecture et de sculpture d’ornement, Paris, 1880, 4 vol.

Dardel (R.), Monographie du Palais du commerce élevé à Lyon, Paris, 1868, 29 p., 48 pl.

Felix (J.), Étude sur les hôpitaux et les maternités, Bruxelles, 1876, 64 p.

Fouque (O.), Histoire du théâtre Ventadour, 1829-1879, Paris, 1881, 162 p.

Garnier (C.), Le Nouvel Opéra de Paris, paris, 1878, 2 vol.

Habets (A.), Mines et métallurgie à l’exposition universelle de Vienne de 1873, Liège,

1874, 101 p.

Lacroux (J.), Constructions en briques, la brique ordinaire au point de vue décoratif, Paris, Ducher, 1878, 2 vol.

Mauret DE Pourville, Des Incendies et des moyens de les prévenir et de les combattre dans les théâtres, Paris, 1869, 370 p.

Narjoux (F.), Paris, monuments élevés pour la ville, 1850-1880, Paris, s.d., 4 vol.

Piccoli (D.V.), La Question du feu dans les théâtres, Paris, 1883, 24 p.

Rapport sur l’exposition universelle de 1878, Paris, 1878, 511 p.

Catalogue de la bibliothèque impériale et royale de l’École supérieure et technique de Vienne34

Alphand (A.), Les Promenades de Paris. Histoire, description des embellissements, dépenses de création et d’entretien des bois de Boulogne et de Vincennes, Champs-Élysées, parcs, squares, boulevards, places plantées, Paris, 1867-1873.

L’Architecture ancienne et moderne en Allemagne, en Belgique, en Hollande et en Suisse, Paris, 1895.

L’Architecture ancienne et moderne en France, Paris, 1895, vol. 1.

L’Architecture française : monuments historiques depuis le XIe siècle jusqu’à nos jours, pl. phototypiques, Paris, 1895.

Architecture d’après les principes des meilleurs auteurs par une société d’architectes, Paris, 1842.

Archives de la commission des monuments historiques de France, publ. par Viollet-le-Duc, Pfnor, Questel, etc., Paris, 1856-1876, livres 1-31.

Baltard (V.), Callet (F.), Monographie des halles centrales de Paris, construites sous le règne de Napoléon III, Paris, 1863.

Barberot (E.), Histoire des styles d’architecture, Paris, 1891, 2 vol.

Barberot (E.), Traité de constructions civiles, Paris, 1895.

Barthélemy Saint-Hilaire (J.), Bâtiments de le Bibliothèque nationale (à Paris), Paris, 1879.

Bauchal (Ch.), Nouveau dictionnaire biographique et critique des architectes français, Paris, 1887.

Boileau (L. A.), Les Préludes d’architecture du XXe siècle, Paris, 1893.

Bois (A. Du), Les Architectes par leurs œuvres, ouvrage rédigé sur Les manuscrits de l’auteur par É. Brault (avec portraits), Paris, 1892-1893, 3 vol.

Bonnami (H.), Fabrication et controle des chaux hydrauliques et des ciments, Paris, 1891.

Borne (L.), Études et documents sur la construction des hôpitaux, Paris, 1898.

Bosc (E.), Dictionnaire raisonné d’architecture et des sciences et arts qui s’y rattachent, Paris, 1877-1880, 4 vol.

Bourgoin (J.), Études architectoniques et graphiques : mathématiques, arts d’industrie, architecture, arts d’ornements, Beaux-Arts, Paris, 1899-1901, 2 vol.

Boussard (J.), L’Art de bâtir sa maison, Paris, 1887.

Boutereau (C.), Construction des escaliers en bois, Paris, 1844, collection de manuels Roret, tomes 273-274.

Braun (A.), Note sur la gelivite des pierres de construction, Paris, 1884.

Bresse (J. A. Ch.), Cours de mécanique appliquée, Paris, 2 vol.

(résistance des matériaux et stabilité des constructions).

Bruyère (L.), Études relatives à l’art des constructions, Paris, 1823-1828.

Cacheux (E.), Müller (E.), Les Habitations ouvrières en tous pays, Paris, 1889.

Calliat (V.), Hôtel de Ville de Paris avec une histoire de ce monument par Leroux de Lincy, Paris, 1844-1856, 2 vol.

Calliat (V.), Parallèle des maisons de Paris construites depuis 1830, Paris, 1857-1864.

Calliat (V.), La Sainte Chapelle de Paris après les restaurations, texte historique par de Guilhermy, Paris, 1857.

Candlot (E.), Ciments et chaux hydrauliques, Paris, 1898.

Chabat (P.), Le Bois pittoresque, Paris, 1892.

Chabat (P.), La Brique et la terre cuite, étude historique, Paris, 1881-1886, 2 vol.

Chabat (P.), Dictionnaire des termes employés dans la construction, Paris, 1875-1878,3 vol.

Chardon (E.), Lambert (M.), Projet d’un hôtel de ville à Vienne-Autriche, Paris, 1869.

Chenevier (P.), La Question du feu dans les théâtres, Paris, 1882.

Choisy (A.), Histoire de l’architecture, Paris, 1899, 2 vol.

Choisy (A.), L’art de bâtir chez les Romains, Paris, 1873.

Claudel (J.), Laroque (L.), Pratique de l’art de construire, Paris, 1850.

Cloquet (L.), Traité d’architecture, Paris, 1898.

Commission des méthodes d’essai des matériaux de construction, Paris, 1894.

Communications présentées devant le congrès international des méthodes d’essai de matériaux de construction tenu à Paris en 1900, Paris, 1901, 2 vol.

Comptes rendus des séances et visites du congrès international des procédés de construction (à l’exposition universelle internationale de Paris, 1889), publ. par A. Moreau et G. Petit, Paris, 1889.

Concours de l’École des beaux-arts dessinés par J. Boussard, Paris, 1874-1875.

Les Concours publics d’architecture, publ. par Wulliam et Farge, Paris, 1895-1896.

Constant (C.), Parallèle des principaux théâtres modernes de l’Europe et des machines théâtrales, Paris, 1842, 2 vol.

Daly (C.), Architecture funéraire contemporaine, Paris, 1871.

Daly (C.), L’Architecture privée au XIXe siècle sous Napoléon III, Paris, 1864-1877, 8 vol.

Daly (C.), Motifs historiques d’architecture et de sculpture d’ornement empruntés à des monuments français de la Renaissance, Paris, 1870-1880, 2 vol.

Dardel (R.), Monographie du Palais du commerce élevé à Lyon, Paris, 1858.

Davioud et Bourdais, Le Palais du Trocadéro, Paris, 1896.

Delesse (A.), Matériaux de construction de l’Exposition universelle de 1855, Paris, 1856.

Les Diplômes d’architecte en France. Projets d’architecture des élevés de l’École nationale des beaux-arts, Paris, 1898-1899.

Duquesnay, Mortier et ciment-encyclopédie chimique, publ. par E. Fremy, 1883, vol. 38.

Durand (J.-N.-L.), Précis des leçons d’architecture, Paris, 1817-1821, 3 vol.

Durand (J.-N.-L.), Raccolta e parallello delle fabricce classiche, con l’aggiunta della storia generale dell’architettura di J. G. [Jacques-Guillaume] Legrand, Venise, 1857, 6 vol.

Durand (J.-N.L), Recueil et parallèle des édifices de tout genre, anciens et modernes, Paris, 1800.

Eiffel (A.-G.), La Tour de trois cents mètres (à Paris), Paris, 1900.

Eiffel (A.-G.), Tour en fer de 300 mètres de hauteur destinée à l’exposition de 1889, Paris, 1885.

Eiffel (A.-G.), Travaux scientifiques exécutés à la tour de 300 mètres de 1889 à 1900, Paris, 1900.

Espouy (H. d’) dir., Fragments d’architecture du Moyen Âge et de la Renaissance d’après les relevés et restaurations des anciens pensionnaires de l’académie de France à Rome, Paris, 1897. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, gravure, lithographie et architecture des artistes vivants [...] exposés (à l’exposition universelle de 1855) au palais des Beaux-Arts, Paris, 1855.

Farge (L.), Les Constructions françaises et étrangères à l’exposition universelle de 1889 à Paris, Paris, 1890.

Ferrand (J.), Le Charpentier-serrurier au XIXe siècle, Paris, 1881.

Garnier (C.), Constructions élevées au Champ de Mars (à l’exposition universelle de Paris 1889) pour servir à l’histoire de l’habitation humaine, 23 pl., texte explicatif et descriptif par F. Jourdain, Paris, 1891.

Garnier (C.), Le Nouvel opéra de Paris, Paris, 1878-1881.

Garnier (C.), Le Théâtre, Paris, 1871.

Gélis-didot (R), Hôtels et maisons (de la construction privée à la fin du XIXe siècle) de Paris, Paris, 1893.

Gosset (A.), Traité de la construction des théâtres, Paris, 1886.

Guimard (H.), Le Castel Béranger (à Paris), Paris, 1899.

Havard (H.), Histoire et philosophie des styles, Paris, 1899-1900, 2 vol.

Hénard (E.), Le Palais des machines (à l’exposition universelle de Paris en 1889), Paris, 1891.

Hittorff (J.-J.), Restitution du temple d’Empédocle à Selinonte, Paris, 1851.

Husson (A.), Traité de la législation des travaux publics et de la voirie en France, Paris, 1841, 2 vol.

Isabelle (C.-E.), Les Édifices circulaires et les domes, classés par ordre chronologique, Paris, 1855.

Lanck (L.), Traité pratique de la construction moderne, Paris, 1877, 2 vol.

Legrand (J.-G.), Essai sur l’histoire générale de l’architecture, Paris, 1809.

Mangini (F.), Les Petits logements dans les grandes villes et plus particulièrement dans la ville de Lyon, Lyon, 1892.

Meunier (E. M.), Traité des causes des incendies dans les villes, les villages, les maisons, etc., Paris, 1880-1881.

Monographie des palais et constructions diverses exécutées par l’administration de l’exposition (à Paris) de 1878, Paris, 1880, 2 vol.

Morin (E.), Études sur l’architecture : dessin, forme, composition, Paris, 1883.

Narjoux (F.), Paris ; monuments élevés par la ville : 1850-1880, Paris, 1883, 4 vol.

Nenot, La Nouvelle Sorbonne (à Paris), Paris, 1895.

Normand (A.), L’Architecture des nations étrangères à l’exposition de Paris de 1867, Paris, 1870.

Percier (C.), Fontaine (P.-F.-L.), Choix des plus célèbres maisons de plaisance de Rome, Paris, 1824.

Percier (C.), Fontaine (P.-F.-L.), Palais, maisons et autres édifices modernes dessinés à Rome en 1798, Paris, 1830.

Quatremère de Quincy (A. Ch.), Geschichte der berühmtesten architekten und ihrer werke vom 11. bis zum Ende des 18. Jahrhunderts, trad. de V. F. Feldmann, Leipzig, 1831, 2 vol.

Raguenet (A.), Matériaux et documents d’architecture et de sculpture, Paris, 1872.

Raguenet (A.), Petits édifices historiques avec notices descriptives, Paris, 1891.

Raguenet (A.), Les Principaux palais de l’exposition universelle de Paris 1900, Berlin, 1900-1901.

Ramée (D.), Histoire générale de l’architecture, Paris, 1850-1862, 2 vol.

Ramée (D.), Manuel de l’histoire générale de l’architecture, Paris, 1843, 2 vol.

Reynaud (L.), Traité d’architecture, Paris, 1860-1863, 2 vol.

Sauvageot (L.), Considérations sur la construction des théâtres à propos de la reconstruction du théâtre à Rouen, Paris, 1877.

Schmit (J.-P.), Nouveau manuel de l’architecte des monuments religieux, Paris, 1845, coll. de manuels Roret, vol. 281-282.

Servetti (S.), Prontuario di termini o vocaboli nell’arte di edificare in lingue italiana e francese, Carmagnola, 1853.

Sommerard (A. du), Les Monuments historiques de France à l’Exposition universelle de Vienne en 1873, Paris, 1876.

Suisse (C.), Restauration du château de Dijon, Paris, 1876.

Thumeloup (N.-A.), Leçons élémentaires d’architecture, Paris, 1842.

Tollet (C.), Les Édifices hospitaliers depuis leur origine jusqu’à nos jours ; description de l’hôpital de Montpellier, Paris, 1892.

Tollet (C.), Les Hôpitaux modernes au XIXe siecle, Paris, 1894.

Viollet-le-Duc (E.-E.), Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siecle, Paris, 1860-1868, 10 vol.

Viollet-le-Duc (E.-E.), Entretiens sur l’architecture, Paris, 1863-1872, 2 vol.

Viollet-le-Duc (E.-E.), Habitations modernes, Paris, 1877.

Viollet-le-Duc (E.-E.), Histoire de l’habitation humaine depuis les temps préhistoriques jusqu’à nos jours, Paris, 1875.

Viollet-le-Duc (E.-E.), Monographie de l’ancienne église abbatiale de Vézelay, Archives de la commission des Monuments historiques, Paris, 1873.

Viollet-le-Duc (E.-E.), Peinture murales des chapelles de Notre-Dame de Paris, Paris, 1870.

Catalogue de la bibliothèque impériale et royale du musée autrichien d’art et d’industrie35

Alphand (A.), Les Promenades de Paris, Paris, 1868, 2 vol.

Archives de la commission des Monuments historiques, publ. par Achille Fould, Paris, 1856-1862.

Baldus (E.), Les Monuments principaux de la fiance, paris, morel & cie, 1875.

Calliat (V.), Hotel de Ville de Paris, Paris, 1844.

Calliat (V.), La Sainte Chapelle de Paris, Paris, B. Bance, 1857.

Chabat (P.), La Brique et la terre cuite, étude historique, Paris, Morel & Cie, 1878.

Chabat (P.), Fragments d’architecture, Paris, Morel, 1868.

Choisy (A.), L’Art de bâtir chez les Romains, Paris, Morel & Cie, 1873.

Daly (C.), Motifs historiques d’architecture et de sculpture d’ornement, Paris, Morel, 1869-1880, 2 vol.

Daly (C.), Davioud (G.), Architecture contemporaine. Les théâtres de la place du Châtelet, Paris, Morel, 1865.

Fragments d’architecture antique [...] d’après les dessins originaux des architectes pensionnaires de l’académie de France à Rome.

Garnier (C.), Le Nouvel Opéra de Paris, Paris, Ducher & Cie, 1876.

Labrouste, Temples de Paestum. Restaurations des monuments antiques par les architectes pensionnaires de l’académie de France à Rome, Paris, Firmin-Didot, 1877.

Magne (A.), Monographie du théâtre du Vaudeville érigé par la Ville de Paris, Paris, Ducher & Cie, 1873.

Monographie de la cathédrale de Chartres, Paris, 1843.

Nuitter (C.), Le Nouvel Opéra, Paris, 1875.

Petit (V.), Architecture nouvelle, Paris.

Ramée (D.), L’Architecture et la construction plastiques mises à la portée [...] de tous ceux qui veulent faire bâtir, Paris, Didot, 1868.

Sauvageot (C.), Viollet-le-Duc et son œuvre dessiné, Paris, Morel & Cie, 1880.

Vapereau (G.), Dictionnaire universel des contemporains [...], Paris, 1870-1873.

Viollet-le-Duc (E.-E.), Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XL au XVIe siècle, Paris, 1854-1868, 10 vol.

Viollet-le-Duc (E.-E.), Entretiens sur l’architecture, Paris, 1863-1872, 2 vol.

Viollet-le-Duc (E.-E.), Narjoux (Félix), Habitations modernes, Paris, Morel & Cie, 1874-1877, 2 vol.

Viollet-le-Duc (E.-E.), Histoire d’une maison, Paris, Hetzel & Cie, 1873.

Notes

1 Catalogue publié en 1876.

2 Catalogue publié en 1900.

3 Catalogue publié en 1902 et 1911.

4 Catalogue publié en 1883.

5 Catalogue publié en 1896.
La plupart de ces catalogues sont reproduits en annexe.

6 Aladar György, Magyarország köz-és magánkönyvtáv [Les Bibliothèques publiques et privées de la Hongrie], Budapest, 1886, p. 459-460. Je dois cette référence au Professeur József Sisa.

7 On trouve par exemple dans le catalogue de la bibliothèque de l’association des ingénieurs et architectes hongrois paru en 1896 l’ouvrage de Daniel Ramée, Recueil de deux cents motifs d’Architecture depuis la Renaissance jusqu’à nos jours. Paris, Firmin-Didot, 1886, IV p. et XXV pl. avec texte.

8 Ernest Bosc, Dictionnaire raisonné d’architecture et des sciences et arts qui s’y rattachent, Paris, Firmin-Didot, 1877-1889, 4 vol. 

9 L’auteur de l’article reproche au Dictionnaire d’être parfois trop concis, de s’adresser à un public d’érudits et de s’abstenir d’expliquer des détails qui permettraient de comprendre l’ensemble d’un chapitre (« Herr Viollet-le-Duc will nicht, daß es seinen Lesern unbekannt sei [...], und er glaubt nicht, dass man ohne die Kenntnis dieses Details nicht die Befestigungskunst verstehen könne » (p. 182). Onze ans après la parution du premier volume du Dictionnaire et sept ans après cet article paraît un nouveau résumé qui reprend surtout les théories de son auteur sur le Moyen Âge, et souligne l’importance d’en conserver les monuments après une période de vandalisme et de les étudier. L’article est aussi prétexte à une petite histoire de l’architecture jusqu’à la Renaissance, moment où « le développement de l’architecture s’arrêta » : « Literaturblatt-Dictionnaire raisonné de l’architecture française [...] », Allgemeine Bauzeitung, 1865, p. 309-345.

10 Louis Bruyère, Études relatives à l’art des constructions, Paris, Bance aîné, 1823-1828, 2 vol. 

11 Edmond Coignet, Napoléon de Tédesco, Du Calcul des ouvrages en ciment avec ossature métallique, Paris, 1894, 86 p.

12 L’incendie de l’opéra comique en juin 1887, que Léon Bloy décrit dans ha Femme pauvre, paru en 1897, et qu’il regrettait de n’avoir pas vu de ses propres yeux, a beaucoup impressionné les architectes germaniques pour qui les règles de sécurité étaient bien plus sévères qu’en France (Léon Bloy, La Femme pauvre, épisode contemporain [...], Paris, Société du « Mercure de France », 1897, 396 p.).

13 D. V. Piccoli, La Question du feu dans les théâtres, Paris, impr. De E. Capiomont et V. Renault, 1883, 24 p.

14 Mauret de Pourville, Des Incendies et des moyens de les prévenir et de les combattre dans les théâtres, les édifices publics, les établissements privés et sur les personnes, Paris, P. Dupont, 1869, 370 p.

15 Le règne de Frédéric-Guillaume III de Prusse s’étend de 1797 à 1840.

16 Le dépouillement des minutes notariales concernant Morel qu’elle en a fait a révélé qu’entre 1870 et 1877 l’éditeur avait une clientèle allemande très étendue, à Berlin, Dresde, Hanovre, Heidelberg, Munich, Stuttgart, Brunn, Lemberg, Pest, Prague et Vienne.

17 Voir au sujet des clients de Morel à l’étranger la thèse en cours de publication de Béatrice Bouvier : L’Édition d’architecture à Paris au XIXe siècle : la presse d’architecture et les maisons Bance et Morel, Genève, Droz, courant 2002, 600 p.
À Dresde, la revue compte sept clients privés et deux publics, l’Académie des beaux-arts et la direction des travaux publics. À Leipzig, seuls trois architectes sont recensés.

18 « Literaturbericht », Mittheilungen des Architekten-und Ingenieurvereins Böhmen, 1882, p. 162.

19 « Einladung zur Subskription... », Wochenblatt des Architekten Vereins zu Berlin, 1867, p. 490 (ill. 1).

20 Gabriel Davioud, César Daly, Architecture contemporaine. Les théâtres de la place du Châtelet : théâtre du Châtelet ; théâtre Lyrique [...] publiés sous le patronage et avec le concours de la ville de Paris, Paris, Ducher, 44 p., in-fol.

21 Abriβder Vorlesungen über Baukunst, gehalten an der Königl. Polytechniscben Schule zu Paris, Carlsruhe, Freiburg, Herder, 1831, cité dans Hans Fromm, Bibliographie deutscher Übersetzungen aus dem Französischen 1700-1948, Baden-Baden, Verlag für Kunst und Wissenschaft, 1950, 6 vol. , t. 2, p. 390.

22 C’est un élève allemand de J. N. L. Durand (1760-1834), qui, par la suite, deviendra un ami, qui traduisit le Précis : Clemens Wenzeslaus Coudray (1775-1845) fut envoyé à Paris acheter le Grand Durand, et demeura auprès du maître quatre années, devenant ainsi son assistant et le co-auteur du Petit Durand (Werner Szambien, Jean-Nicolas-Louis Durand, 1760-1834 : de l’imitation à la norme, Paris, Picard, 1984, 335 p. ; du même auteur, « Coudray, Durand und Boullée », Architektur im Spannungsfeld zwischen Klassizismus und Romantik, Wissenschaftliche Zeitschrift der Bauhaus-Universität, Weimar, Bauhaus-Universität Weimar, 1996, 154 p., p. 45-58).

23 Belehrungen über die Mittel, die Feuchtigkeit in den Gebäuden zu verhindern und zu vertilgen, Quedlinburg, 1845.

24 Dans les catalogues de Nordrhein-Westfalen, de Cottbus, de Halle, de Hanovre et de Dessau.

25 « Wie ein Haus entsteht [Muthesius semble avoir retranscrit le titre de mémoire] lautet der Titel eines für Zeit viel gelesenen und auch heute noch nicht ganz veralteten Buches von Viollet-le-Duc », Landhäuser, 1912, « Vorwort des Verlags ».

26 « Vergleiche zwischen den Leistungen des deutschen und des französischen Architektur-Verlags », Deutsche Bauzeitung, 1867, p. 97-98.

27 Paul V. Turner, La Formation de Le Corbusier. Idéalisme et mouvement moderne, Paris, Macula, 1987, 261 p„ p. 131.

28 Hugo Hartung, Motive des mittelalterlichen Baukunst in Deutschland: in photographischen Originalaufnahmen, Berlin, Wasmuth, 1896, 4 vol. 

29 Hugo Hartung, « Choisy s Geschichte der Architektur », Deutsche Bauzeitung, 1906, p. 235-236, 238.

30 Destinées du livre d’architecture, 17 septembre-15 décembre 1994, Bibliothèque municipale Saint-Charles, Marseille, 1994, 87 p.

31 Mohamed Scharabi, Einfluss der Pariser Ecole des Beaux-Arts auf die Berliner Architektur in der 2. Hälfte des 19. Jahrhunderts, Berlin, 1968, 100 p.

32 Katalog der Bibliothek der K.K. Akademie der bildenden Künste, Vienne, 1876, p. 10-289.

33 Katalog der Bibliothek des österreichischen Ingenieur-und Architekten Vereines in Wien, Vienne, 1900, 418 p. (5 volumes dont 4 de mises à jour entre 1900 et 1932).
Cette liste des acquisitions d’ouvrages français est tirée de la 6e partie : « arts plastiques, architecture et techniques de construction », p. 53-106.

34 Systematischer Katalog der Bibliothek der K K. technischen Hochschule in Wien, 1901-1907, 14 vol. Sont ici relevées les références bibliographiques de la section Architecture (Bauwesen, Hochbaukunde, Architektur) du tome IX (1902) et de son supplément (1911).

35 Katalog der Bibliothek des K. und K. österreichischen Museums für Kunst und Industrie, Vienne, 1883, p. 10-159.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : Publicité pour l’éditeur Auguste-Jean Morel et sa Librairie centrale d’architecture, parue dans la Wochenschrift des Architekten-Vereines Berlin [future Deutsche Bauzeitung], 1867, p. 490. Cl. A. Georgeon-Liskenne.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1154/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Ill. 2 : Page de titre de la traduction de l’Histoire d’une maison d’Eugène Viollet-le-Duc, publié en 1873 chez Hetzel (Munich, 1909). Cl. Kadoc.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1154/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

Auteur

Conservateur stagiaire du patrimoine, doctorante à l’École pratique des hautes études.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540