Version classiqueVersion mobile

Le livre d'architecture, XVe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

Les bibliothèques d'architecture

La bibliothèque de la commission des Monuments historiques en 1875 : bibliothèque du patrimoine ou d’architecture ?

Jean-Daniel Pariset

Texte intégral

1Bibliothèque du patrimoine ou d’architecture ? Ce problème d’actualité en raison de la rénovation du palais de Chaillot et de la création, dans la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, d’une bibliothèque publique d’information et d’actualité, s’avère aussi un problème historique complexe, tant l’histoire des bibliothèques, c’est-à-dire des sources imprimées qui forment un savoir et une culture, reste, à ce jour, mal connue, comme le montre ce colloque.

2Comment se constitue un savoir ? D’où vient-il ? Résulte-t-il d’une volonté explicite d’en acquérir les sources ? de les conserver, c’est-à-dire de les transmettre ? Comment ? De quelles références un savant et surtout un praticien, l’architecte a-t-il besoin ? Car la bibliothèque des Monuments historiques a été conçue pour un public : les membres de la commission des Monuments historiques, dite alors « commission des monuments ».

3La bibliothèque des Monuments historiques est actuellement localisée dans le Marais, rue du Parc-Royal, en l’hôtel de Croisilles et fait partie de la médiathèque de l’Architecture et du patrimoine. Son catalogue est informatisé sous Doris-Loris pour les monographies. L’ensemble est accessible sur le site de la médiathèque et comporte à ce jour plus de 31 300 références provenant aussi bien du centre de recherches sur les Monuments historiques que de la bibliothèque du Patrimoine elle-même : livres ou monographies, revues, articles et dépouillement de revues dont la longue rétro-conversion est en cours. Interrompu quelque temps, le dépouillement a repris sur les revues essentielles du domaine : Monumental, Bulletin monumental, Congrès archéologique de la Société française d’archéologie, etc.

  • 1 Selon les indications de Françoise Bercé.

4Depuis sa création sous la Monarchie de Juillet, puis sous le Second Empire, cette bibliothèque était établie au Palais des Tuileries. En 1871, elle déménagea provisoirement sur la rive gauche de la Seine1, pour venir ensuite au Palais-Royal, où elle est en partie encore conservée rue de Valois dans le bureau qu’occupe actuellement le secrétaire d’État à la Culture, ancienne salle de la commission des Monuments historiques. Le rôle de la commission des monuments a été souvent étudié. Le fameux rapport de Ludovic Vitet au roi Louis-Philippe en 1830 en résume ses objectifs :

« Constater l’existence et faire la description critique de tous les édifices du royaume qui, soit par leur date, soit par le caractère de leur architecture, soit par les événements dont ils furent les témoins, méritent l’attention de l’archéologue, de l’artiste, de l’historien, tel est le premier but des fonctions qui me sont confiées ; en second lieu, [...] veiller à la conservation de ces édifices en indiquant au Gouvernement et aux autorités locales les moyens soit de prévenir, soit d’arrêter leur dégradation. »

5Cette commission des monuments dépend, à l’origine, du ministère de l’Intérieur. Ses travaux cohabitent au cours du premier XIXe siècle avec d’autres entreprises. La plus ancienne est issue de l’Académie des inscriptions et belles lettres, qui patronne l’enquête de 1810-1821 de Laborde-Montalivet pour collecter les données sur les monuments, mais n’intervient en rien dans la protection des monuments. Sa documentation (rapports, correspondance, mais aussi notices imprimées) est conservée par la bibliothèque de l’Institut.

6Le comité chargé de diriger les recherches et la publication des documents inédits relatifs à l’histoire de France, créé en 1834, est étroitement associé en décembre 1837 au comité des Travaux historiques qui compte cinq sections, comme l’Institut de France, et notamment le comité des Arts et des monuments, dont fait partie Victor Hugo, et qui, pour illustrer ses enquêtes systématiques sur le patrimoine en 1849, s’intéresse à de nouveaux procédés issus de la photographie comme ceux développés par Blanquart-Évrard. Le Comité publie les Instructions sur l’architecture gallo-romaine, militaire au Moyen Âge, sur la musique entre 1837 et 1849, ancêtres des manuels de méthodologie de notre Inventaire général. Il n’a pas eu pour vocation de constituer une documentation, mais seulement de susciter études et monographies.

7La commission des Arts et édifices religieux dépendant de la direction des Cultes (ministère de l’Intérieur) est créée par la Seconde République (7 mars 1848). Elle a en charge les églises et le patrimoine cultuel de la France dans le cadre du Concordat napoléonien.

8En 1874, paraît sous les auspices du ministère de l’Instruction publique, le premier volume de l’Inventaire général des richesses artistiques de la France. La commission des monuments n’y participant que l’année suivante en 1875.

9Cette multiplication de comités, de commissions relatifs au patrimoine illustre la concurrence que se font les deux ministères : l’Instruction publique intervient dans l’ordre du savoir et de la connaissance, quoiqu’à à ses débuts, ce ministère se soucie de la conservation matérielle des monuments, comme le montrent les interventions de Victor Hugo ; l’Intérieur veut, à l’origine, alerter les élus et les administrations sur leur patrimoine en diffusant des listes « d’objets remarquables », étaie ses sélections par des recherches historiques et devient le dispensateur des crédits destinés aux restaurations. Les membres de la commission des Monuments appartiennent souvent à ces diverses instances (Édifices diocésains, comité des Travaux historiques) mais la commission des monuments est la seule à posséder une bibliothèque importante et spécialisée.

10La commission des monuments connut des débuts incertains entre 1830 et 1837, dont les procès-verbaux édités par Françoise Bercé donnent la marque. À Ludovic Vitet, appelé à d’autres fonctions politiques ou ministérielles, succède comme inspecteur général, Prosper Mérimée. Il y joue le premier rôle à partir de 1837 jusqu’à sa nomination comme sénateur inamovible en 1858, des ennuis de santé l’en éloignent alors peu à peu. En 1858, Mérimée, chargé par l’Empereur d’un rapport sur le fonctionnement de la Bibliothèque impériale, préconise une refonte de la salle de lecture, dont est issue la salle Labrouste actuelle. Il préconise aussi une modernisation du système de catalogage qui se poursuit alors sur le mode de la bibliothèque royale du siècle des Lumières. En 1860, Mérimée, nommé président de la commission pour les échanges entre les bibliothèques, est en rapport amical avec Panizzi, un des directeurs de la British Library. C’est dire l’intérêt que Mérimée, principal acteur de la commission des monuments, porte aux bibliothèques.

11Pour entrer dans la compréhension de la façon dont les catalogues de la bibliothèque de la commission des monuments ont été élaborés, il faut encore savoir que l’idée de catalogue systématique à entrées multiples et hiérarchisées se fait jour, en France comme à l’étranger, au milieu du XIXe siècle comme le montre la chronologie suivante :

  • 1855 : catalogue de l’histoire de France ;
  • 1857 : catalogue des sciences médicales, poursuivi ensuite avec un supplément décennal ;
  • 1856 : catalogue de l’École des ponts et chaussées ;
  • 1861 : catalogue de l’École militaire de santé du Val-de-Grâce ;
  • 1874 : catalogue de l’École des beaux-arts.

12Or, les catalogues de la commission ne sont pas des catalogues systématiques ou méthodiques.

PREMIÈRE PARTIE. LES CATALOGUES DE LA BIBLIOTHÈQUE DE LA COMMISSION DES MONUMENTS

13Diffuser la connaissance sur le patrimoine est un des rôles de la Commission. Par ses listes d’édifices, de sites, ou d’objets remarquables, notamment celle de 1840, 1862 et de 1875, elle alerte les autorités préfectorales, les élus, sur l’intérêt d’un monument. Ces listes valent « classement au titre des monuments historiques » « sur liste ». Les publications de ces listes de la commission dépassent le cadre d’une simple (re)connaissance et ont une valeur juridique que la loi de 1913 leur donne définitivement.

les catalogues

14Sous la IIIe République, en 1875 et en 1 895, la commission, rattachée au ministère de l’Instruction publique, fait paraître des catalogues de ses ressources documentaires. En 1875, le ministère publie, d’une part, la liste des monuments que complète en annexe un inventaire imprimé purement signalétique des plans, photos, archives et, d’autre part, le catalogue de la bibliothèque de la commission édité sans nom d’auteur chez Crété à Corbeil. Cet opuscule administratif in-8° de 136 pages comporte les notices classées alphabétiquement au premier mot du titre (hors article le, la, les, de, du, des, etc.) p. 1-94 (notices 1 à 666) avec un supplément p. 95-110 (notices 667 à 755) sans compter les bis. Il comporte aussi les notices des monographies, mémoires, notices, etc., p. 111-120, soit 262 notices non numérotées qui ne figurent pas dans les tables d’auteurs ou de lieux : ce sont les tirés à part. Le catalogue comprend donc 755 notices numérotées et 262 monographies soit 1 017 titres (sans compter les bis). Il a été complété pendant quelques années par des ajouts manuscrits soit 47 notices. Le catalogue comprend dans son état actuel 1 074 notices (sic) au total.

15Deux tables alphabétiques facilitent la recherche : par noms de pays et de localités, p. 121-126 comprenant 314 entrées pour le catalogue imprimé et 31 pour le supplément manuscrit, soit 345 entrées au total ; par noms d’auteurs, p. 127-136 comprenant 810 entrées (imprimés) et 45 entrées manuscrites, soit au total 855 auteurs. Ces deux tables ne renvoient pas à la partie consacrée aux monographies.

16En 1895 paraît le Catalogue de la bibliothèque de la commission des monuments historiques dressé par A. Perrault-Dabot, archiviste de la commission, publié par l’Imprimerie nationale. Le règlement intérieur, en page II, prescrit l’« ouverture de midi à cinq heures excepté les jours fériés, communication sur place ». Ce catalogue, qui compte 287 pages et 2869 notices, comporte deux tables alphabétiques : par noms de pays et de localités renvoyant aux numéros d’ordre du catalogue p. 289-304, soit 866 entrées ; par noms d’auteurs p. 305-331, soit 1746 entrées. En 1900, un supplément à ce catalogue de la bibliothèque de la commission paraît dressé par A. Perrault-Dabot : 68 p., 549 notices sur 60 pages, index géographique (p. 61-63), soit 203 entrées et une table des auteurs (p. 65-68), soit 309 entrées.

17Deux publications complètent ces catalogues de la bibliothèque : le Catalogue des plans de la Commission de Perraut-Dabot, paru en 1899, et le Catalogue des clichés des monuments historiques ; les Archives photographiques de Jules Roussel, préfacé par Camille Enlart, qui paraît avant 1914, autre sujet passionnant et méconnu.

18Une différence essentielle existe entre le catalogue de 1875 et celui de 1895 : dans le premier, figure la plupart des albums de dessins, relevés d’édifices effectués à l’occasion des restaurations ou de leur « classement » ; d’autres se trouvent aussi dans l’inventaire des archives pour des raisons qui nous échappent. En principe, ils ne figurent plus en 1895 dans le catalogue de la bibliothèque, Perraut-Dabaut les inscrit dans le catalogue des plans de 1899.

L’origine de la bibliothèque : achat, dons ou échange ?

19On ne trouve, dans les archives de la commission, aucune série de pièces comptables sur les acquisitions des livres et imprimés. Seul le coût de ses propres publications est mentionné avec la distribution à titre gratuit des exemplaires à différents établissements. Il n’a pas été possible de retrouver dans les archives de la Maison de l’Empereur de documents significatifs sur la constitution de la bibliothèque.

20Elle reçoit à titre gratuit des envois de l’État et des dons. Comme aux autres organes administratifs, lui sont adressées les publications subventionnées par le ministère de l’Instruction publique. C’est dire que la bibliothèque est reconnue comme possédant une existence et un rôle significatif dans la diffusion du savoir.

Distribution de l’État

21Cette distribution des publications officielles comprend les livres appartenant, par exemple, à la Collection des documents inédits de l’histoire de France (58 références en 1895), aux catalogues des musées nationaux, mais aussi des musées de province et des bibliothèques. Toutefois, la collection des catalogues des bibliothèques de province est des plus lacunaires, et le catalogue général de la Bibliothèque nationale est absent comme ceux qui concernent l’histoire de France. Les Albums de la chalcographie du Louvre (15 références renvoyant à 23 volumes en 1895), les publications sur les Expéditions scientifiques (Algérie, Égypte, Mexique, Mésopotamie) ; les Salons des Beaux-Arts, les Expositions universelles, où la Commission est présente dès 1873, les Enquêtes statistiques dans les départements, les Dictionnaires topographiques du comité des Travaux historiques, L’Histoire générale de Paris (13 références en 1895), la Bibliothèque de l’enseignement des beaux-arts (48 références en 1895) créée par l’éphémère ministère des beaux-arts d’Antonin Proust, L’Histoire des peintres de toutes les écoles (1 référence, 11 volumes en 1895) et, naturellement, les publications de la commission qui, depuis 1855, édite des plans, relevés, élévations des monuments classés, repris des dessins de la commission, mais aussi commandés spécifiquement pour cette publication. C’est ici que se crée le type du dessin d’architecture du XIXe siècle : gravure sur acier, plusieurs figures par planche. Un catalogue des publications officielles ou plus exactement subventionnées, c’est-à-dire préachetées par l’État pour les bibliothèques publiques ou pour les offrir comme prix ou récompense, devrait aujourd’hui être réédité, à partir des listes de diffusion imprimées qu’on retrouve dans les cartons de F17 et de F21. En revanche, la bibliothèque ne reçoit aucune publication du ministère de l’Intérieur ni surtout des Travaux publics qui ont en charge les Ponts et chaussées, les règlements d’urbanisme, etc.

Dons

22Qu’en est-il des dons ? On pourrait penser que les membres de la commission feraient un don systématique de leurs œuvres ou des imprimés qu’ils ont préfacés. Malheureusement, il ne m’a pas été possible d’ouvrir chacun des imprimés pour retrouver la dédicace. Quant au sondage que j’ai effectué sur plus de deux cents volumes, il n’a pas été concluant. Les dédicaces sont rares.

23Les tirés à part constituent des dons volontaires, mais à qui ? À la commission ? Ou à l’un de ses membres ? Édités en fascicules, souvent repaginés, ces extraits de revues de sociétés savantes locales, dont les auteurs sont membres influents, sont nombreux : l’édition sous forme d’extrait permet de se faire connaître et remarquer. L’étude des tirés à part et de leur diffusion dépasse le cadre de cette communication. Dans le catalogue de 1875, le bibliothécaire de la commission a pris soin de les répertorier en suivant un ordre alphabétique des villes dans un chapitre spécial (monographies). Cette présentation qui transforme le titre l’a conduit à ne pas les faire figurer dans l’index géographique et les auteurs sont absents de la table des auteurs. Vingt ans plus tard, ces monographies ont souvent disparu du catalogue de 1895 ; on les trouve parfois dans les liasses d’archives, le plus souvent considérées comme de la « documentation », notion qui est alors en train de naître et se retrouvent dans la bibliothèque actuelle sous la cote « brochures ».

Les périodiques

24Qu’en est-il des périodiques ? Étaient-ils envoyés à titre gratuit par les sociétés provinciales ? En effet, on ne trouve pas de trace dans les archives des abonnements à ceux-ci. Étaient-ils envoyées systématiquement ? Achetés ? Une enquête locale sur la diffusion des revues et publications des sociétés savantes permettra seule de répondre sur la diffusion du savoir provincial vers la capitale. Dans le catalogue de 1875, figurent parfois des périodiques, sans qu’il y ait de règle. On les retrouve pour la plupart dans celui de 1895. Le supplément de 1900 indique leur accroissement, mais souvent au nom de la Société qui édite des mémoires, un bulletin, une revue : quatre-vingt-dix publications périodiques (sur 549 références), le tout rangé souvent sous le même numéro de référence. La bibliothèque est riche de publications périodiques de sociétés locales.

Échanges avec l’étranger

25Pour ce qui concerne les échanges avec l’étranger, les relations avec la Grande-Bretagne sont nombreuses, peut-être en raison des liens échangés entre Mérimée et Panizzi, mais aussi de l’intérêt réciproque pour cette notion naissante de « patrimoine ». Les douze titres anglais, qui figurent dans le supplément de 1875, ont-ils été achetés ou reçus lors de l’exposition de Londres de 1874 ? Un cas particulier est à envisager : la zone germanique, pour des raisons scientifiques (la science germanique joue un grand rôle à partir de 1860). Les revues figurent dans le supplément de 1900 avec notamment la Bavière, le Bade-Wurtemberg, le Luxembourg. Il s’agit manifestement d’échanges.

Achats par le service

26Restent les achats effectués par le service. L’achat pour l’usage interne des inspecteurs généraux est relaté sans autre précision dans les dépenses de fonctionnement de l’inspection générale : guides de voyage (les Joanne), cartes de France ou plans de villes.

Récupération de livres

27Certains livres enfin proviennent de récupérations. L’examen des ex-libris, qui ont malheureusement disparu la plupart du temps, ne permet pas de savoir comment ces livres imprimés avant 1840 ont pu aboutir dans cette bibliothèque.

Les titres

28Les titres pourraient faire l’objet d’une étude lexicographique en soi, comme, par exemple, l’utilisation des termes de notes, notices, lettres, dissertations, qui figurent en première place du titre. Surtout si on envisage une évolution des modes d’appropriation par l’auteur de son sujet par le titre qu’il donne à son œuvre sur une période longue (1830-1900), les modes d’intitulé changent et reflètent une conception de la dissertation historique ou monographique, mais ceci dépasse le cadre de cette communication.

29Quelques termes figurant en première place du titre dans le catalogue de 1875 méritent ici l’attention et montrent le domaine couvert par la bibliothèque sur un corpus de référence de 666 notices :

  • Histoire : 190 références ;
  • Église : 44 références ;
  • Monuments : 40 références ;
  • Voyages : 30 références ;
  • Restauration : 19 références, dont 9 pour les monuments antiques.

30Ce ne sont que quelques aperçus sur les études de terme et leur évolution que l’analyse de ces catalogues peut apporter.

D’UN CATALOGUE À L’AUTRE, LE FONDS DE LA BIBLIOTHÈQUE

31L’accroissement réel difficile à estimer : le mode de catalogage a évolué en vingt ans, sans qu’il y ait eu de règle systématique. Un numéro correspond à une collection, à un livre. Ainsi, les guides Joanne sont tantôt individualisés, tantôt considérés comme une collection. La quasi-totalité des 262 monographies ou tirés à part a disparu du catalogue de 1895. En 25 ans, la bibliothèque a triplé : 1074 numéros comprenant les notices, les suppléments monographiques et la partie manuscrite, en 1875 ; 2869 notices en 1895 ; et si l’on tient compte du supplément de 1900, 3418 entrées.

Auteurs

  • 2 Le total 1895-1900 n’a aucune signification.
  • 3 Ouvrages de Viollet-le-Duc figurant dans le supplément de 1900, sous les numéros 156, dessins inéd (...)

32Le nombre d’entrées « auteurs » s’élève en 1875, à 875 ; en 1895 : 1746 ; 1900, à 3092. Le nombre des auteurs présents passe donc du simple au double (875, 1746). Une étude complète sur l’origine de ceux-ci est à faire et je me contente de livrer quelques impressions : en 1875, ce sont des membres de sociétés savantes et quelques architectes. En 1895, universitaires et architectes forment le plus gros du bataillon des auteurs. Un cas particulier est attendu : Viollet-le-Duc. La plupart de ses œuvres figurent dans la bibliothèque ; il y manque pourtant ses écrits sur le dessin, la géographie et la cartographie, les rapports officiels sur le Trocadéro, le Théâtre lyrique, l’unification de l’heure à Paris, les abattoirs, l’Exposition universelle de 18793. On pourrait multiplier les exemples. La bibliothèque de la commission, sans être exhaustive, possède les œuvres de ses membres et de ceux qui comptent dans le domaine « architecture, patrimoine » de son temps.

Géographie des sujets traités

33Le nombre d’entrées géographiques s’élevait en 1875 à 345, y compris les ajouts manuscrits. En 1895, à 866. En 1900, à 203. Le nombre des entrées géographiques (345 et 866) est trois fois plus important alors même que les monographies et tirés à part ont disparu. En 1895, on constate 50 entrées environ sur des pays ou des villes étrangères renvoyant à 120 titres pour les mots d’entrée : Italie (15 titres) ; Angleterre (11), Allemagne (3) ; Égypte (13).

34L’Alsace-Lorraine, province perdue en 1871, fournit au débat intellectuel français l’occasion d’un enjeu et de nombreux livres et articles paraissent au sujet des provinces perdues : ces deux catalogues 1875-1895 en sont-ils le reflet ? On n’y trouve que 6 références à Strasbourg en 1895 : l’accroissement de la bibliothèque de la commission est indépendant du débat politique et idéologique de l’époque.

35La Russie apparaît en 1875 avec une Description de la grande cloche de Moscou par Montferrand, qui a disparu en 1895 ; cet opuscule était manifestement un don.

  • 4 Voir annexe I.

36L’étude précise et statistique de la géographie des sujets traités par ces livres s’avère des plus complexe : l’index géographique n’est pas très fiable. Paris, avec 184 références, domine ; Reims, qui suit, n’en offre que 354. Cette analyse statistique connaît des oublis patents et des limites qui tiennent à ce type d’index non systématique qui porte sur le même plan les livres d’histoire, les publications de sources, les catalogues de musée ou de collection, les monographies. Une étude « livre en main » est nécessaire pour donner des résultats fiables. Néanmoins, à la lecture, la prédominance de la France capétienne du Nord s’avère évidente.

Étude bibliothéconomique du catalogue général de 1875

37Le catalogage des monographies ou tirés à part est classique pour le XIXe siècle. Il connaît des limites importantes, qui interdisent une étude bibliothéconomique plus complète. Il mentionne le titre, ou son abrégé usuel, l’auteur — prénom, ou initiales seules et nom —, le lieu d’impression et parfois l’appartenance à une collection.

38Les indications de format, mais non de pagination, sont portées. Les livres avec illustrations, cartes, gravures, photographies constituent près de 80 % des différents échantillons. On note le souci de cataloguer les livres avec photographies : par exemple, Baldus figure comme auteur huit fois en 1895 et sept fois en 1875. Parfois, cependant, un recueil de gravures ou de planches ne figure pas avec la mention « fig. », ce qui rend délicate toute statistique.

39Les mentions d’éditeur et d’imprimeur sont généralement absentes, de même l’existence d’index, de bibliographies, etc. Une analyse du catalogue général de 1875 sur différents points permet d’affiner la consistance de cette bibliothèque : par lieu d’édition, par date de parution et par format (voir tableau 1).

Tableau 1 : par lieu d’impression. Corpus de 830 enregistrements.

Tableau 2 : par date d’impression. Le corpus est de 830 enregistrements.

40Le lieu d’impression est bien renseigné à 87 %, contre 13 % sans indication de lieu. 9 % concernent des lieux hors Paris mentionnés moins de cinq fois. 69 % des ouvrages s’impriment dans la capitale. La bibliothèque de la commission ne rend pas compte de la production locale qu’elle ne connaît pas. Il est en effet anormal de ne pas trouver Bordeaux, Marseille, Lille, etc. parmi les villes ayant produit cinq ouvrages au plus dans le domaine « architecture, histoire locale, patrimoine » avant 1874. (voir tableau 2)

4111 % des notices sont sans référence, 5 % marquées sans date : ce taux de non renseignement est analogue à celui du tableau précédent sur les lieux d’édition. Ce n’est pas une bibliothèque de références historiques : 6 % seulement datent d’avant 1800. C’est une bibliothèque d’actualité : les pourcentages augmentent avec le temps pour culminer vers 1860-1870 (17 %). (voir tableau 3)

42Remarques : 14 % des notices ont été mal catalogués. Ceci est à rapprocher des 13 % d’absence de notation des lieux de parution et des 11 % de dates de parution (en nuançant cependant car la même notice ne possède pas tous ces manques). Folio et 8° sont sensiblement identiques en nombre, les 4° sont relativement peu nombreux.

Tableau 3 : par format.

43La partie « monographie » du catalogue de 1875 est constituée généralement de tirés à part ou de monographies sur un édifice dont le titre est abrégé pour les besoins du catalogue. Le nom de l’auteur et la date figurent en général, mais non le format. Les 262 notices sont classées au nom de la ville ; le département figure entre parenthèses. Le titre est ainsi abrégé pour tenir compte de cette règle, ex. : « notice sur la cathédrale de [...] » devient ville (département) cathédrale. Dans ces conditions, il est difficile de les retrouver dans l’édition de 1895.

Géographie

44Une étude par département montre que 74 d’entre eux sont représentés par ces 262 notices (voir carte 4).

45L’étude par région administrative actuelle est plus significative : 54 notices pour le grand Sud-Ouest, 46 pour le noyau capétien. L’Aquitaine (30 notices) est la région la mieux représentée, suivie par la Picardie (26), Midi-Pyrénées (24), puis L’Île-de-France (20 notices).

46Avec 15 notices on trouve ensuite Rhône-Alpes et les Pays de la Loire, suivis du Centre (14), du Languedoc-Roussillon et du Poitou-Charentes (13) et de la Lorraine (12). La Basse-Normandie (9) devance la Haute-Normandie qui ne compte que huit notices comme l’Auvergne, la Champagne-Ardenne, la Franche-Comté. Le berceau des sociétés savantes d’Arcisse de Caumont est bien mal représenté et se situe au même niveau que les provinces périphériques capétiennes. Le Nord-Pas-de-Calais et la Provence-Côte d’Azur ne comportent que 7 notices suivis de la Bretagne de la Bourgogne (6) et du Limousin (4). Enfin l’Alsace, la Corse et l’Afrique française ne sont présentes que par une référence.

Carte de répartition des publications de la médiathèque de l'architecture et du patrimoine par nombre de publications par département

Carte de répartition des publications de la médiathèque de l'architecture et du patrimoine par nombre de publications par département

Carte n° 4 : carte des sujets des monographies par département.

47Cette répartition géographique est en contradiction avec les lieux de parution des livres (tableau n° 1) et aussi avec quelques idées reçues sur les centres d’intérêt de la Commission : contrairement à ce qu’on pourrait attendre, la France capétienne du Nord (Picardie, Île-de-France) est devancée par celle du Midi.

48L’index topographique des livres, qui figurent dans la partie principale du catalogue, ne suit pas cette répartition géographique. Le signalement de ces monographies, dûment effectué en 1875, n’est-il pas plutôt le fait d’un bibliothécaire soucieux de signaler les raretés de son fonds que de la réalité de celui-ci ? Une étude « livres et surtout revues en mains » est nécessaire pour clarifier la question et obtenir une géographie réelle du domaine couvert par la bibliothèque.

49Nota bene : les monographies « avec figures » sont au nombre de 115 sur 222.

Conclusion

50Ces catalogues doivent être complétés par des fichiers manuscrits de dépouillement topo-bibliographique qui sont particulièrement précieux pour les revues ; ils existent encore (intégralement, nul ne le sait). Le bibliothécaire de 1895 n’a pas suivi son prédécesseur et ne signale ni les monographies-tirés à part, ni les articles dans les revues dépouillées. Ceci rend difficile les comparaisons entre les deux catalogues et, surtout, une étude du champ couvert topographiquement et chronologiquement par la bibliothèque (voir tableau 5).

Tableau 5 : date de parution des monographies-tirés à part.

51La bibliothèque des monuments historiques est-elle historique ou patrimoniale ? Outre les grandes séries classiques d’histoire ou histoire de l’art, le fonds est riche en notes et mémoires historiques sur l’histoire d’une ville ou d’un monument, d’un objet d’une collection. Le caractère historique est, comme on peut s’y attendre, majoritaire. C’est la vision du patrimoine du XIXe siècle qui s’égrène au fur et à mesure des titres, patrimoine essentiellement français dans les limites des centres d’intérêt de la commission. Ainsi, la production imprimée locale ne figure que rarement. Son étude est indispensable pour mieux cerner ce « parisianisme » qui paraît s’observer à première vue.

DEUXIÈME PARTIE. UNE BIBLIOTHÈQUE D’ARCHITECTURE ?

52On ne trouve malheureusement nulle table méthodique ou index thématique dans les catalogues de la commission. Un seul répertoire méthodique existe dans ces années 1870-1880, celui de la bibliothèque des beaux-arts, la grande bibliothèque d’architecture de l’époque. Une comparaison sommaire avec le catalogue d’Ernest Vinet de la bibliothèque de l’École des beaux-arts s’impose pour répondre à la question : bibliothèque d’architecture ou du patrimoine ?

53La bibliothèque de l’école des beaux-arts, refondée en 1862, bénéficie des aménagements de Duban avec la création d’une salle de bibliothèque et des interventions de Vinet comme bibliothécaire. Dans la préface de son catalogue, Vinet relate ses travaux de « rangements » et commente sa politique d’accroissements : « Jules Simon décide, il y a six mois, que les catalogues des collections de l’école seraient imprimés [...] et [la publication d’] une bibliographie des beaux-arts » à paraître chez Firmin-Didot, « répertoire raisonné des ouvrages les plus utiles et les plus intéressants sur l’architecture, la sculpture, la peinture, la gravure, l’art industriel, l’histoire de l’art et les artistes, accompagné de quatre tables ». Sans attendre cette bibliographie des beaux-arts, ancêtre du Répertoire d’art et d’archéologie et prolongation du Manuel du libraire de Brunet, Ernest Vinet, bibliothécaire de l’École des beaux-arts, fait paraître en 1873 un catalogue méthodique de sa bibliothèque, imprimé chez Georges Chaumerot, rue des Saints-Pères, 19. On y trouve 256 pages avec une table méthodique des matières (p. 251-256), une table des auteurs et des ouvrages anonymes (collectivités) (p. 233-250) mais sans index géographique. Ce catalogue fut offert et dédicacé à la bibliothèque de la commission des Monuments historiques par l’auteur (MH A 64, 8" 4596). Ce catalogue méthodique est divisé en deux grandes parties :

54— Études générales sur 74 pages (1. Vues sur l’essence de l’art, 2. Du rôle de l’art dans le monde ; de ses rapports avec les religions, la société et la littérature, 3. Histoire générale de l’art, 4. Matériaux pour l’histoire générale de l’art).

55— Études spéciales (157 pages) qui comprend huit sous-parties : 1. Dessin (9 pages) ; 2. Les arts du dessin (1 page) ; 3. Architecture ; 4. Sculpture (13 pages) ; 5. Peinture (50 pages) ; 6. Gravure (8 pages) ; 7. Lithographie (une demi page) ; 8. Arts industriels (5 pages).

  • 5 Voir annexe II.

56La partie sur l’architecture (p. 84-158) soit 75 pages est de loin la plus importante. L’École des beaux-arts possède 500 titres, on en retrouve 100 dans le catalogue de 1895 de la commission. Ce dernier a été préféré à celui de 1875, des retards d’acquisition et de catalogage ont pu exister sans raison apparente5.

57Il faut nuancer cette comparaison purement statistique. L’École des beaux-arts possède un grand nombre d’ouvrages parus avant 1800-1830, reçus en don, environ 40 % des livres. En revanche, la commission n’a pas vocation à constituer une bibliothèque historique de références « patrimoniales », même si elle met en œuvre une politique d’acquisition des grands classiques de l’architecture. Elle n’exerce pas davantage de mission pédagogique, aussi ne possède-t-elle aucun manuel sur l’enseignement de l’architecture, ni sur les techniques de la construction (69 titres aux beaux-arts).

58Dans son domaine (restauration, entretien du patrimoine), elle possède les livres récents ou connus : ainsi le domaine de la décoration des édifices est représenté par 8 titres (22 aux beaux-arts). Elle a pour spécificité l’étude des édifices en vue de leur restauration. Pour reprendre la classification des beaux-arts par genre d’édifices, on trouve dans le domaine nommé par Vinet « architecture civile » :

  • Église : 6 titres à la commission, 11 à l’École des beaux-arts ;
  • Forum, hôtel de ville : 4 à la commission, 7 à l’École des beaux-arts.

59À la rubrique « architecture privée » :

  • Palais et châteaux en France : 10 d’un côté, 20 de l’autre ;
  • Maisons de ville : 3 et 4.
  • 6 Il est curieux de constater l’absence des Séries de prix par exemple, alors que les réviseurs admi (...)
  • 7 Les rapports aux Assemblées parlementaires, les discussions de lois manquent, même si la Commissio (...)
  • 8 4 titres sur les 10 à l’École des beaux-arts.

60Vinet annonce dans sa table une rubrique sur l’architecture de campagne mais celle-ci a disparu dans le corps du catalogue : la démarche systématique qu’il s’était imposée n’a pas ici été suivie d’effet ! Au total, ce n’est pas une bibliothèque sur les techniques de construction ou sur l’économie du bâtiment6, ni une bibliothèque d’actualité7 ; mais une bibliothèque d’histoire de l’architecture que celle de la commission, une bibliothèque qui, toutefois, possède des périodiques sur l’architecture contemporaine8.

61On rencontre des titres sur l’histoire de France et l’histoire locale, ainsi qu’une ouverture sur l’Orient en raison des envois du ministère (Égypte, Assyrie, Syrie, etc.), mais pour ainsi dire aucune grande étude historique.

CONCLUSION

62Les membres de la commission et les inspecteurs généraux possédaient certainement une bibliothèque personnelle de savants parisiens : malheureusement, nous n’en connaissons rien. Ils fréquentaient aussi d’autres bibliothèques.

63Les manques dans le domaine de l’histoire générale sont patents, mais ce n’est pas le champ que la commission cherchait à couvrir. La bibliothèque visait à répondre aux besoins du service : dictionnaires (60 références à ce mot en 1895), manuels généraux, peu de droit (2 références). Elle s’est spécialisée sur le patrimoine historique français dans le sens large où la commission l’entendait : du mégalithe à la ville, de l’édifice (château, manoir, église) à son décor, aux œuvres d’art et aux objets conservés dans les musée. Elle répondait aux questions de l’histoire de l’art et à l’utilisation qu’elle faisait des archives et des sciences auxiliaires de l’histoire. Suivait-elle l’actualité ? Les grands chantiers du second Empire étaient présents en raison des publications dont ils étaient l’objet. Mais l’architecture militaire ou industrielle, celle des voies de communication ou même de la ville en construction au cours du XIXe siècle, resta totalement absente.

64La bibliothèque de la commission couvrait une zone géographique limitée, sauf exception, à la France, essentiellement celle des Capétiens et des Valois ; les provinces-frontière sont peu présentes. Ceci est à l’image des archives, des photographies, des plans qui sont intimement liés à cette bibliothèque.

65Une bibliothèque d’architecture ? Le cinquième de celle des beaux-arts, ce n’est pas si mal, d’autant que l’École possède un très riche fonds historique antérieur à 1820 alors que la commission n’a pas ressenti le besoin de constituer une telle mémoire.

66Pour parachever cette étude, il aurait fallu comparer les titres. Faire des tableaux croisés (par exemple : format, date) ; classifier objectivement le contenu de la bibliothèque de la commission selon les critères et de l’époque et les critères actuels, lesquels ne sont pas les mêmes, identifier les auteurs de ces livres. L’étude d’une bibliothèque peut devenir une étude sociale sur les érudits, amateurs ou praticiens ; elle devrait apporter de nouveaux aperçus sur la notion de patrimoine et sa diffusion.

Annexes

ANNEXE I

Seules les villes comportant plus de trois références ont été prises en compte

ANNEXE II

Introduction

MH

EnsBa

1. Vues générales sur l’architecture

2

8

2. Enseignements de l’architecture

1.1. Cours et leçons

7

1.2. Traités manuels

8

3. Législation du bâtiment et série de prix

3

4. Dictionnaires et lexiques

3

9

5. Écrits périodiques

4

10

Partie technique

1. Ordonnances et proportions des édifices (ordres)

2

20

2. De l’exécution des édifices

2.1. Construction :

2.1.1 Généralités

1

21

2.1.2 Méthodes de construction en pierre, en brique, etc.

9

2.1.3 Coupe des pierres

9

2.1.4 Méthode de construction en bois et en fer

1

11

2.1.5 Charpente

9

2.1.6 Serrurerie

5

2.1.7 Menuiserie

2

2.1.8 Travaux qui complètent les constructions

6

2.2. Décoration des édifices

8

22

3. Divers genres d’édifices chez les anciens et les modernes

3.1. Architecture civile

3.1.1 Le temple

1

4

3.1.2 L’église

6

11

3.1.3 Le forum, le palais législatif, l’hôtel de ville, les tribunaux, le palais du commerce

4

7

3.1.4 L’Arc de triomphe, la colonne triomphale, les monuments commémoratifs

4

14

3.1.5 Le théâtre et l’amphithéâtre

2

12

3.1.6 Les constructions d’utilité publique

1

16

3.1.7 Les thermes

1

5

3.1.8 Prisons et lazarets

4

3.1.9 Architecture funéraire

3

15

3.2 Architecture privée

3.2.1 Palais, châteaux, résidences princières, maisons de plaisance

en Angleterre et en Allemagne

2

en France

10

20

en Italie

11

3.2.2 Maisons de ville

3

4

3.2.2 Maisons de campagne, cottages, habitations champêtres, jardins, etc.

ne figure que dans la table

3.2.4 Architecture rurale

1

5

4. Projets, prix académiques, restitution d’anciens édifices

Partie historique et descriptive

1. Architecture ancienne et moderne : histoire de l’architecture

2

14

2. Architecture ancienne (archéologie)

2.1. Généralités

15

2.2. Histoire de l’architecture en Orient :

4

6

2.2.1 Assyrie, Babylone, Perse, Syrie

3

8

2.3 Histoire de l’architecture en Occident :

2.3.1 Architecture chez les anciens

a – Grèce, Asie mineure ;

2

23

b – Italie ;

13

c – Architecture romaine hors d’Italie

4

4

2.3.2- Architecture chez les modernes :

2

5

2.3.2.1-Architecture de transition :

a – Catacombes ;

12

b – Basilique ;

1

7

c – Arabe, persane, indienne ;

1

3

d – Sicile (Normands)

2.3.2.2-Moyen Âge

25

49

2.3.2.3-De la Renaissance à nos jours

5

32

2.3.2.4-Œuvres variées d’architectes depuis la Renaissance

2.4-Biographies d’architectes

Notes

1 Selon les indications de Françoise Bercé.

2 Le total 1895-1900 n’a aucune signification.

3 Ouvrages de Viollet-le-Duc figurant dans le supplément de 1900, sous les numéros 156, dessins inédits par Baudot et 566, le cours du même Baudot. Œuvres figurant dans le catalogue de 1895 (n° du catalogue en tête) : 2802 et son œuvre ; 2732, préface au Travail et l’industrie de la construction ; 2647, table analytique du Dictionnaire raisonné ; 2311, rapport sur Carcassonne ; 2275, projet de restauration de Notre-Dame ; 2193, préface aux Peintures murales de Notre-Dame de Paris par Ouradou ; 2113, œuvres par Paul Gout ; 1715, Monographie de Notre-Dame de Paris ; 1638, Défense de Paris en 1870 ; 1446, Intervention de l’État dans l’enseignement des beaux-arts 1864 ; 1347, Histoire d’un hôtel de ville ; 1346, Histoire d’une forteresse ; 1299, Histoire de l’habitation humaine ; 1048, Exposition de l’œuvre 1880 ; 921, Entretiens sur l’architecture ; 801, Dictionnaire du mobilier ; 800, Dictionnaire de l’architecture ; 706, Description de Pierrefonds ; 705, Description d’Arques ; 699, Description de Coucy ; 649a, Décoration appliquée aux édifices, 3e édition ; 600, compositions et dessins 1884 ; 554, Cité de Carcassonne ; 512, préface à Pierrefonds photographié par Mieusement ; 251 L’Art russe ; 159, L’Architecture française, conférence ; 157, préface à L’Architecture et décoration turque de Léon Parvillée (1874).

4 Voir annexe I.

5 Voir annexe II.

6 Il est curieux de constater l’absence des Séries de prix par exemple, alors que les réviseurs administratifs de la Commission en faisait un usage courant, comme en témoignent les archives sur les Travaux.

7 Les rapports aux Assemblées parlementaires, les discussions de lois manquent, même si la Commission les possédait par ailleurs : ainsi les discussions de loi sur les monuments historiques sont conservées dans les archives de la Commission.

8 4 titres sur les 10 à l’École des beaux-arts.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 : par lieu d’impression. Corpus de 830 enregistrements.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1152/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Tableau 2 : par date d’impression. Le corpus est de 830 enregistrements.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1152/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Tableau 3 : par format.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1152/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Carte de répartition des publications de la médiathèque de l'architecture et du patrimoine par nombre de publications par département
Légende Carte n° 4 : carte des sujets des monographies par département.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1152/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Tableau 5 : date de parution des monographies-tirés à part.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1152/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1152/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 256k

Auteur

Conservateur général du patrimoine. Directeur de la médiathèque de l’Architecture et du patrimoine

© Publications de l’École nationale des chartes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search