Version classiqueVersion mobile

Le livre d'architecture, XVe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

Les bibliothèques d'architecture

Les livres d’architecture dans la bibliothèque de l’administration des cultes

Nadine Gastaldi

Texte intégral

1La présence de livres d’architecture dans la bibliothèque de l’administration des Cultes durant la période concordataire (1802-1905) s’explique par les compétences de cette administration en matière d’édifices.

L’ADMINISTRATION DES CULTES ET SES COMPÉTENCES EN MATIÈRE D’ARCHITECTURE

  • 1 Art. 1. Il y aura auprès du Gouvernement un conseiller d’État chargé de toutes les affaires concern (...)

2L’administration des Cultes. L’administration des Cultes est née au lendemain de la convention du 26 messidor an IX (15 juillet 1801) passée entre le gouvernement français et le pape Pie VII, afin de résoudre la crise religieuse initiée par la Révolution française. Elle est issue de la mission confiée au conseiller d’État Jean-Étienne Portalis le 16 vendémiaire an IX (8 oct. 1801) pour préparer la mise en œuvre du Concordat et pour instituer une réglementation parallèle pour le culte protestant, en vertu du décret1 du 14 vendémiaire an IX (6 oct. 1801).

  • 2 Les ministres israélites ne seront rémunérés par l’État qu’à partir de 1831 (loi du 8 février). Ava (...)

3En 1804, le conseiller chargé des Cultes devient ministre. En 1808, le pluriel utilisé pour le mot « Cultes » devient encore plus approprié puisque le culte israélite est alors lui aussi reconnu et organisé, sans pourtant être financé par l’État2. En 1814, le ministère des Cultes disparaît. La gestion des Cultes est alors confiée au ministère de l’Intérieur, sauf la nomination aux titres ecclésiastiques et aux bourses, qui revient au Grand aumônier, séparation confirmée en 1816 après l’intermède des Cents jours, le Grand aumônier se voyant remis en sus les questions touchant aux autorisations et aux subventions pour les congrégations. De 1824 à 1830, existe seul ou réuni à un autre département ministériel un ministère des Affaires ecclésiastiques qui gère toutes les questions touchant au culte catholique, tandis que les cultes non catholiques restent au ministère de l’Intérieur. En 1830, l’administration des Cultes est enfin et, quasi définitivement, réunie dans son ensemble. Elle passe alors d’un ministère à l’autre (Intérieur, Instruction publique, Justice) sans jamais perdre en leur sein son autonomie, marquée par une gestion particulière de son personnel, de son budget et de sa comptabilité. En 1839, cette autonomie est entérinée par la création de la direction des Cultes, qui devient direction générale pour la première fois en 1847. En 1862, la direction des Cultes s’installe au 66 rue de Bellechasse matérialisant ainsi son indépendance par une adresse spécifique. La séparation des Églises et de l’État (loi du 9 décembre 1905) entraîne la disparition lente (elle ne sera effective qu’en 1911) de la direction des Cultes dont les attributions sont réparties entre le ministère de l’Intérieur et celui de l’Instruction publique et des Beaux-Arts (qui recueille en 1906 le service des édifices diocésains et paroissiaux, intégré dès 1907 au service des Monuments historiques).

Politique cultuelle et édifices du culte

4Dès l’an X, les édifices cultuels occupent une large place dans les affaires traitées par l'administration des Cultes. Les questions de propriété et d’usage apparaissent primordiales en ce domaine, en raison de leurs implications politiques mais l’entretien fait partie de ses missions et revêt aussi un caractère politique. En effet, doter les ministres des cultes de logements décents et les paroisses ou consistoires de temples embellis, c’est leur permettre de jouer leur rôle de régulateur social dans une France encore largement rurale. De ce point de vue, les édifices cultuels sont à envisager comme des équipements comparables aux autres bâtiments civils que sont mairies, écoles, postes, gendarmeries etc.

  • 3 MF : milliers de francs.
  • 4 Date de première apparition spécifique.
  • 5 Id.

5De fait, dans le budget des Cultes, la part consacrée aux édifices cultuels (entretien, grosses réparations, acquisitions, constructions) ne fait que croître, jusqu’à l’avènement de la République radicale dans les années 1880. Ainsi le budget affecté aux édifices diocésains passe-t-il de 2 MF3 en 18264 à environ 3 MF entre 1874 et 1885 et celui affecté aux édifices paroissiaux, de 0,4 MF en 18175 à 3,4 MF en 1872, se stabilisant à environ 2 MF à partir de 1893.

Les édifices cultuels, objets d’intervention de l’administration des Cultes6

  • 6 Jean-Michel Leniaud, L’Administration des Cultes pendant la période concordataire, Paris, Nouvelles (...)

6L’administration des Cultes exerce des responsabilités sur les édifices cultuels appartenant aux trois cultes reconnus : catholicisme, protestantisme luthérien et réformé, et judaïsme.

7Pour le catholicisme, c’est dès l’an X, en vertu du Concordat, que diocèses et paroisses sont dotés de bâtiments, choisis en priorité parmi les anciens biens ecclésiastiques nationalisés sous la Révolution.

  • 7 Avec éventuellement participation de la fabrique pour les cathédrales.

8Les évêques reçoivent de l’État une cathédrale et un palais épiscopal auquel est adjoint en 1804 un grand séminaire. Ces bâtiments diocésains sont propriété de l’État, auquel revient la charge de leur entretien7. Jusqu’en 1824, l'administration des Cultes n’intervient pour ces édifices qu’en donnant un avis sur leur choix et sur les travaux qu’on y effectue. Après 1824 et jusqu’en 1905, elle obtient la gestion directe de ces bâtiments, qui est alors retirée au ministère de l’Intérieur. En 1826, une ligne spécifique est prévue dans le budget des Cultes pour les travaux aux édifices diocésains. Jusqu’en 1848, les travaux à ces édifices sont préparés localement, sur demande ou avec accord de l’évêque, par un architecte désigné par le préfet.

9Dans les paroisses, une église et un presbytère sont attribués par cure et par succursale. Ces édifices, quand ils sont d’anciens biens nationalisés (cas majoritaire), sont la propriété des communes (avis du Conseil d’État du 6 pluviôse an XIII, 26 janvier 1805). La charge de leur entretien revient en priorité aux fabriques mais les communes sont tenues de se substituer à ces dernières si elles ne disposent pas des moyens nécessaires. L’une et l’autre de ces instances peuvent, par ailleurs, recourir à l’administration des Cultes ou au ministère de l’Intérieur pour obtenir un secours (décret du 30 déc. 1809). Jusqu’en 1848, ce n’est que par le biais de ce secours que l’administration des Cultes intervient dans les travaux faits aux bâtiments paroissiaux. Pour ces bâtiments, en effet, la maîtrise d’ouvrage revient à celle des deux institutions responsables, fabrique ou commune, qui paie les travaux : elle définit son projet et choisit librement architecte ou entrepreneurs, avec obligation de ne référer des travaux projetés au préfet ou au ministère de l'Intérieur qu’à partir d’une certaine somme (à l’Intérieur, c’est alors le conseil des Bâtiments civils qui rend un avis).

  • 8 Loi du 18 germinal an X (8 avril 1802) pour les cultes luthérien et réformé et décret du 17 mars 18 (...)
  • 9 Décret du 5 mai 1806.
  • 10 Loi sur l'administration municipale du 18 juillet 1837.
  • 11 L’extension de cette mesure est d’autant plus importante pour ces cultes qu’en dehors de l’Alsace-L (...)

10Dès leur reconnaissance8, respectivement en l’an X et en 1808, les cultes luthérien, réformé et israélite peuvent aussi se voir attribuer des bâtiments par l’État, mais cette possibilité reste peu utilisée. Ils peuvent aussi, et surtout, recevoir des secours de l’administration des Cultes pour l’entretien de leurs édifices (temples, synagogues, presbytères). Par ailleurs, dès 18069 pour les cultes protestants et à partir de 183710 pour le culte israélite, le principe d’obligation de substitution des communes aux fabriques joue au profit des consistoires protestants et israélites11. Les travaux aux bâtiments cultuels de ces cultes suivent alors les procédures en vigueur pour les édifices paroissiaux, la fabrique étant ici remplacée par le consistoire ou par le conseil presbytéral.

11On notera, par ailleurs, pour ces cultes non catholiques, que les facultés de théologie protestante (Strasbourg, Montauban puis Paris) et l’école rabbinique (Metz puis Paris) seront assimilées aux séminaires diocésains pour les modalités de financement et de réalisation des travaux les concernant.

Intervention de l’administration des Cultes sur le plan architectural

12Jusqu’en 1834, l’administration des Cultes se borne à donner sur les travaux aux édifices cultuels un accord financier, rappelant régulièrement l’obligation de se conformer strictement pour leur exécution au projet approuvé par elle, invoquant pour cela un motif de saine gestion budgétaire. L’avis technique et esthétique est laissé au Conseil des bâtiments civils, seul juge jusqu’en 1824 pour les édifices diocésains, et second juge pour les édifices paroissiaux ou consistoriaux lorsqu’un budget communal est en cause ou qu’intervient une demande de subvention par une commune.

13À partir de 1834, l’administration des Cultes commence à s’inquiéter de la qualité des travaux exécutés aux édifices cultuels au regard de la préservation des « monuments précieux à l’art » (circulaire du 20 mai 1834). De 1834 à 1838, toute une série de circulaires dues à l’administration des Cultes aux préfets égrènent de multiples recommandations afin que les travaux soient réalisés dans le respect des bâtiments et demandent que soit soumise à son approbation toute intervention sur les monuments remarquables sur le plan de l’art, recommandant aussi que les études archéologiques sur ces bâtiments soient encouragées.

  • 12 Les Églises gothiques à Paris, Paris, 1837 et Nouveau manuel complet de l'architecture des monument (...)

14Cette action est due sans doute en partie à Jean-Philippe Schmit, chef de la division des Cultes catholiques entre 1832 et 1840 et auteur lui-même d’ouvrages sur l’art gothique12. Elle s’inscrit dans la montée contemporaine de l’inquiétude patrimoniale institutionnalisée par la création en 1837 du service des Monuments historiques. Elle correspond aussi à une affirmation renouvelée des responsabilités de l’État en matière d’architecture publique, marquée par la naissance en 1839 du ministère des Travaux publics qui réunit à ses directions techniques (mines, ponts, routes etc.) la direction des Bâtiments civils.

  • 13 Des missions informelles confiées à J.-Ph. Schmit existent depuis 1834.
  • 14 Cette commission publie dès le 23 juillet 1848 une « Instruction pour la rédaction des projets, l’e (...)
  • 15 Le 26 février 1849, la section architecture publie à son tour une très importante « Instruction pou (...)

15Face à cette concurrence, l’administration des Cultes cherche à se donner les moyens de mieux remplir son rôle. À partir de 1840 elle lance officiellement13, des missions d’inspections des bâtiments diocésains, confiées d’abord à Jean-Philippe Schmit, puis à Ferdinand de Lasteyrie, à Eugène Viollet-le-Duc ou à des architectes du Conseil des Bâtiments civils. Puis, le 7 mars 1848, est créée la Commission dite « des Édifices diocésains », chargée d’examiner tout projet de travaux pour ces édifices ou leur mobilier ainsi que pour les édifices paroissiaux aspirant à une subvention14. Réorganisée le 16 décembre suivant sous le nom de « Commission des Arts et édifices diocésains », elle est alors divisée en quatre sections (architecture15 et sculpture, vitraux et ornements, orgues, musique religieuse) où se côtoient administrateurs, architectes et savants, représentants du clergé et du monde politique.

  • 16 En fait, après 1853, la Commission n’est plus réunie et le Comité des Inspecteurs généraux prend en (...)

16Le 7 mars 1853, la commission des Arts et édifices religieux est encore réorganisée : les deux sections des orgues et de la musique religieuse sont unifiées16. En outre, le même décret établit un « Comité des inspecteurs généraux des travaux diocésains » : ces inspecteurs, qui sont des architectes, sont chargés de rendre des avis sur les travaux projetés dans les édifices diocésains ou paroissiaux et d’aller inspecter les travaux effectués aux édifices diocésains. Ils sont assistés d’adjoints, rapporteurs au Comité.

  • 17 Cette tâche revient alors au Conseil départemental des Bâtiments civils.

17Le 16 décembre 1848, avaient aussi été institués les architectes diocésains. Nommés par le ministre des Cultes, sur avis du préfet et de l’évêque, ils exercent leur mission dans une « conservation » qui correspond au ressort d’un diocèse. Ils y ont le monopole des travaux aux édifices diocésains et, jusqu’en 188217, y jugent, en premier examen, des travaux aux édifices paroissiaux. Lorsqu’ils ne résident pas dans leur conservation, ils y sont suppléés par un « inspecteur des travaux », nommé sur leur proposition par le ministre des Cultes, après avis du préfet et de l’évêque.

  • 18 Jeannine Charon-Bordas, Les Sources de l'histoire religieuse aux Archives nationales, de la Révolut (...)
  • 19 « Les projets qui auront reçu l’approbation du Comité seront mis à part ; je me propose d’en former (...)
  • 20 N° 170 du catalogue de 1914.
  • 21 N° 190 du catalogue de 1914. Voir Jean-Michel, Leniaud et alii, Ces Églises [...], p. 81-117.

18Le service des édifices diocésains ainsi organisé18, l’administration des Cultes réclame dès 1853 aux architectes diocésains la production de plans types pour les églises et presbytères ainsi que pour les écoles communales (circulaire du 15 novembre). Il s’agit de faire pendant aux ouvrages similaires existant pour les autres édifices publics19, tel le Choix d’édifices publics projetés et construits en France depuis le commencement du XIXe siècle, publié par Charles Gourlier, J.-E. Biet, Edmond Grillon et Eugène Tardieu de 1825 à 1844, dont la bibliothèque des Cultes conserve un exemplaire20. Ce projet ne vit pas le jour mais il fut en quelque sorte repris dans l’ouvrage qu’Anatole de Baudot, architecte diocésain puis rapporteur au Comité, publia en 1867 sous le titre Églises de bourgs et de villages21.

LA BIBLIOTHÈQUE DES CULTES

19L’organisation solide du service des édifices diocésains assura à l’administration des Cultes une réelle emprise sur les travaux aux édifices cultuels jusqu’en 1905. Face à l'utilisation politique qu’elle faisait des bâtiments, à ses compétences administratives, à son engagement esthétique, quelle bibliothèque d’architecture cette administration s’était-elle constituée ?

Constitution et gestion de la bibliothèque

  • 22 Acquisition pour le bureau du Dictionnaire de droit canonique publié en 1761 par Pierre-Toussaint D (...)
  • 23 Les budgets prévisionnels généraux existent mais mêlent d’autres dépenses à celles d’achat de livre (...)
  • 24 Arch. nat., F19 7075.
  • 25 Le reste se décompte ainsi : 857 frcs et 844 frcs de journaux, 206 frcs et 219 frcs, d’abonnement a (...)
  • 26 Dessins : 2 300 frcs en 1902, 3 800 frcs en 1904, 2 500 frcs en 1905 ; photographies : 330 frcs en (...)

20Comme toute administration, celle des Cultes se procura des livres, de sa création jusqu’à sa disparition, comme en témoignent les cachets apposés sur certains livres de sa bibliothèque telle qu'elle nous est connue (ill. 1 à 3). Elle s’enrichit aussi par le biais du dépôt légal (ill. 4). Mais faire précisément l’histoire de cette bibliothèque n’est guère aisé. Jusqu’en 1815, aucune mention de livres n’existe dans le budget de fonctionnement des Cultes, qui relève pourtant bien d’autres dépenses (éclairage, impression, reliure, bois, papeterie etc.). Sur un document de 1815 apparaît le premier et le seul achat de livre22. Le budget détaillé23 des Cultes étant par ailleurs très lacunaire, la somme24 attribuée à la bibliothèque n’est connue que pour les années 1895 à 1900 : 1 665 frcs en 1895, 1 545 frcs en 1896, 1 643 frcs en 1897, 1 842 frcs en 1897, 1 519 frcs en 1898, 1 842 frcs en 1899 et 1 406 frcs en 1900. Sur cette somme, le montant des achats de livres, revues et ouvrages est précisé pour 1899 et 190025 : 459 frcs, et 276 frcs. Les archives relatives au service des Édifices diocésains et, notamment, au comité des Inspecteurs généraux, n’apportent elles aussi que des informations très parcellaires : l’achat de livres n’apparaît jamais alors qu’on voit un budget26 important consacré aux dessins ou aux photographies.

Ill. 1 : Exemple d’ouvrage portant le cachet du ministre des Cultes. Cl. L. Franck.

Ill. 2 : Exemple d’ouvrage portant le cachet du ministère de la Justice. Cl. L. Franck.

Ill. 3 : Exemple d’ouvrage portant le cachet de l’administration des Cultes. Cl. L. Franck.

Ill. 4 : Exemple d’ouvrage portant le cachet du dépôt légal. Cl. L. Franck.

  • 27 On dispose des dossiers de carrière de ces archivistes-bibliothécaires pour les années 1840-1906 : (...)
  • 28 En raison de l’existence de dossiers personnels nombreux et de longue durée et, aussi, d’une gestio (...)

21La gestion de la bibliothèque revenait en général à l’archiviste27 qui, au sein de l’administration des Cultes, avait rang de rédacteur et devint même chef de bureau. L’archiviste confiait parfois la charge de la bibliothèque à un collaborateur. Dans une administration où le recours aux archives était fréquent et important28, cette répartition des rôles était logique. Elle n’a pas forcément nui à la tenue de la bibliothèque mais suggère que celle-ci était d’importance secondaire pour les administrateurs des Cultes, impression que confirme l’étude plus rapprochée des livres d’architecture en faisant partie.

Contenu de la bibliothèque

  • 29 D’autres catalogues ont dû exister mais ils ne nous sont pas parvenus. Par exemple, la note du 4 ma (...)

22Malgré une constitution mal appréhendée, le contenu de la bibliothèque des Cultes peut être partiellement décrit. On dispose pour ce faire de cinq catalogues29 : les quatre premiers sont conservés au Centre historique des Archives nationales (CHAN) sous la cote F19 1859 ; le cinquième se trouve à la bibliothèque du Centre historique et répertorie le versement fait aux Archives nationales en juillet 1914 des « volumes provenant de l’ancienne direction des Cultes ».

  • 30 « Catalogue de la bibliothèque particulière de S. E. le Ministre des Cultes » (Arch. nat., F19 1859 (...)

23Le premier catalogue30 comporte trois-cent-quatre-vingt-un ouvrages, dont les plus récents datent de 1805 et le plus ancien de 1551 (Boerius decisiones, Lugdunum). Pour l’architecture, on ne relève que trois titres dont aucun n’appartient à la bibliothèque de 1914. Il s’agit des numéros : 4. Saint-Genois, Monuments anciens du Brabant, Paris, 1789 ; 150.Morisot, Tableau du prix des bâtiments, Paris, 1804 ; 333. Code de la voirie, s.l.n.d.

  • 31 « État sommaire des ouvrages appartenant à la bibliothèque du ministère de la Justice et déposés, d (...)
  • 32 Le troisième, non daté, comprend 970 titres, la plupart latins, de théologie. Il n’est pas assuré q (...)

24Le second catalogue31 comprend cent-quarante-sept ouvrages dont un seul, qui porte curieusement le n° 1396, concerne l’architecture : il s’agit du magnifique Explication des divers monumens singuliers qui ont rapport à la religion des plus anciens peuples, publié à Paris en 1739, recensé de manière anonyme mais attribué à Dom Jacques Martin par l’inventaire de 1914 où il apparaît sous le n° 127 (ill. 5). Les troisième et quatrième catalogues32, qui ne sont pas datés et ne sont que partiels, ne récolent aucun ouvrage d’architecture.

Ill. 5 : Page de titre de l’ouvrage de dom Jacques Martin, Explication de divers monumens singuliers, qui ont rapport à la religion des plus anciens peuples. Paris, Lambert, Durand. Cl. L. Franck.

  • 33 En témoigne la lettre du directeur des Archives au ministre de l’Intérieur du 23 déc. 1912 : « Je c (...)

25Le cinquième et dernier catalogue est le plus complet. Il s’intitule « 1914, juillet, volumes provenant de la bibliothèque de l’ancienne direction générale des Cultes ». Il correspond au versement fait alors par le ministère de l’Intérieur aux Archives nationales. Aucun texte n’explique les conditions qui y ont présidé, ni dans les archives des Archives (sous-série AB VD), ni dans celles de la bibliothèque des Archives (sous-série AC) ni, enfin, dans celles de la Section du XIXe siècle. On sait seulement que les relations entre la bibliothèque du ministère de l’Intérieur et les Archives nationales étaient à l’époque habituelles33.

  • 34 L’administration des Cultes est en l’an X, rue de Lille, chez Portalis ; en 1803, 278, rue de l’Uni (...)
  • 35 « On doit ici souligner énergiquement l’affreux état dans lequel les bureaux partant – ceux des Cul (...)

26Avant de décrire le contenu de ce catalogue pour l’architecture, il faut préciser qu’il est loin d’être le reflet de la bibliothèque des Cultes dans son intégralité. Celle-ci, en effet, a subi de nombreux dommages dont, en premier, sept déménagements34 entre l’an X et 1914. Il faudrait aussi s’assurer qu’aucun livre des Cultes n’est resté dans les bibliothèques des ministères de la Justice, de l’Instruction publique ou de l’intérieur. Par ailleurs, entre 1911 (date de suppression de la direction des Cultes) et 1914, certains « beaux ouvrages », auxquels les livres d’architecture peuvent être assimilés, semblent avoir été dérobés par des personnes ayant eu accès à la bibliothèque après que l’hôtel de Bellechasse a été investi par les administrations de la Guerre et du Commerce et de l’Industrie. Le sort de la bibliothèque abandonnée, en effet, ne devait pas être meilleur que celui des archives que Georges Bourgin relate dans son introduction à l’inventaire du « fonds nouveau » des Cultes35.

27Dans ces conditions, il n’est guère possible de conclure sur le contenu architectural de la bibliothèque des Cultes à partir du catalogue de 1914. On ne peut que se contenter de le présenter (annexe 1). Ce catalogue recense mille six cent soixante-trois titres, dont soixante-dix-neuf seulement concernent l’architecture ou les questions de mobilier qui lui sont liées. On y note :

28Deux recueils de textes réglementaires (Instructions relatives aux édifices diocésains et Instructions du Comité des arts et monuments historiques).

29Sept ouvrages « utiles », du type Prix de base [...] des travaux de bâtiment publié par Morel en 1841.

  • 36 Mais il s’agir d’un envoi de Nizet.

30Quatorze ouvrages que je qualifierai de « référence » : livres anciens comme le dom Jacques Martin, déjà cité, ou la réédition de Philibert De l’Orme par C. Nizet36 ; livres récents d’auteurs « maison », tels que A. de Baudot, A. Mallay, V. Ruprich-Robert ou E. Viollet-le-Duc.

31Cinq revues techniques ou archéologiques qu’il n’est, évidemment, pas étonnant d’y trouver.

32Huit ouvrages relatifs aux expositions internationales ou universelles.

33Quarante-deux ouvrages ou opuscules à caractère archéologique intéressant principalement l’architecture médiévale, dont 18 portent sur le mobilier.

  • 37 Dont vingt-deux pour le seul Xavier Barbier de Montault.

34Trente-quatre de ces ouvrages sont l’œuvre d’ecclésiastiques37, ce qui illustre la place alors tenue par le clergé dans la recherche érudite. La plupart des livres datent des années 1840-1880, le plus ancien étant de 1567/1626 (Philibert De l’Orme en réédition, n° 354), ou de 1739 (Jacques Martin en original, n° 127) et le plus récent de 1905 (Edmond Baichère, n° 931).

35Trente-sept portent un cachet (un, celui du ministre des Cultes. ; un, celui du Grand Juge ; deux, celui de l’administration des Cultes au ministère de la Justice ; trente-et-un, celui de l’administration des Cultes seule ; deux, celui du dépôt légal).

36Onze résultent d’un envoi, généralement de l’auteur.

37Cinquante-neuf sont brochés et dix-neuf reliés.

38À partir de ces éléments, et face à un corpus si mince et si disparate, où manquent sans doute des œuvres essentielles, il est délicat d’émettre une opinion. On peut se risquer à penser, cependant, que la bibliothèque des Cultes n’a jamais dû être très riche en ouvrages d’architecture. Car, sans sous-estimer les mutilations qu'elle a subies, il faut aussi voir que les administrateurs des Cultes et, aussi et surtout, les architectes actifs au Comité des Inspecteurs avaient accès à bien d’autres bibliothèques pour satisfaire leurs besoins de documentation, sans parler des bibliothèques personnelles qu’ils avaient en général les moyens de se constituer : bibliothèque de l’École des beaux-arts ; bibliothèque du service des Monuments historiques ; bibliothèques des ministères de l’Intérieur et de l’Instruction publique, auxquels a été rattaché le service des Bâtiments civils, etc. Ce recours à d’autres bibliothèques pourraient éclairer le nombre élevé d’ouvrages restés non coupés (32) dans la bibliothèque des Cultes qui nous reste. C’est, du moins, la justification la plus positive que l’on puisse donner de cet inquiétant constat.

39Cette hypothèse permet de souligner l’importance de regrouper les informations sur les diverses bibliothèques institutionnelles dont disposaient maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre parisiens pour se documenter.

Bibliographie

ANNEXE I

Relevé, selon un classement thématique, des livres relatifs à l’architecture contenus dans le catalogue de la bibliothèque des Cultes intitulé « 1914, juillet, volumes provenant de la bibliothèque de l’ancienne direction générale des Cultes »

À noter :

Les notices sont transcrites telles que dans le catalogue, à l’exception d’une cote fictive selon le classement de la bibliothèque des Archives qui n’a pas de réalité concrète. Ont été ajoutés, en outre, les prénoms manquants et les mentions relatives à la reliure, aux cachets et aux envois.

Le chiffre précédent le titre correspond à la numérotation des volumes dans le catalogue et leur sert toujours de cote actuellement.

br. = broché ; c. = cachet ; dl = dépôt légal ; nc = non coupé ; rel. = relié.

mjac = cachet « ministère de la Justice, administration des Cultes ».

acb = cachet « administration des Cultes, bibliothèque ».

A. TEXTES RÉGLEMENTAIRES

709. Instruction pour la conservation des édifices diocésains. Instructions [...] concernant la comptabilité des édifices diocésains, Paris, 1880, 2 vol. reliés ensemble, in-4°, br., acb.

815. Instructions du Comité historique des Arts et Monuments, Paris, [1839], in-4°, br., acb.

B. OUVRAGES « UTILES »

170. Gourlier Charles, Biet J.-E., Grillon Edmond et Tardieu Eugène, Choix d’édifices publics projetés et construits en France depuis le commencement du XIXe siècle, Paris, 1825-1844, in-fol., rel., acb.

254. Rousset Alphonse, Dictionnaire de la voirie des villes, bourgs et villages, Paris, 2e éd., 1862, in-8° (manque).

622. Piales Jean-Jacques, avocat au parlement, Traité des réparations et reconstructions des églises et autres bastimens dépendans des bénéfices, Paris, 1762, t. I, II et IV, in-12, rel., c. « ministre des Cultes ».

816. Morel, Prix de base [...] des travaux de bâtiment, Paris, 1841, in-4°, rel., acb. 906. Perrault-Dabot Anatole, Catalogue de la bibliothèque de la Commission des Monuments historique, Paris, 1895, in-8°, br., nc.

1211. Frémy-Ligneville, Traité de la législation des bâtiments et constructions, Paris, 1848, 2 vol. in-8°, rel., acb.

1390. Guillaume Eugène, Traité pratique de la voirie vicinale, Paris, 1875, 2e éd., in-12, br., acb.

C. OUVRAGES DE « RÉFÉRENCE » OU D’AUTEURS « MAISON »

96. Viollet-le-Duc Eugène, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, Paris, 1854-1868, gr. in-8°, rel., acb.

127. Martin dom Jacques, Explication de divers monuments singuliers qui ont rapport à la religion des plus anciens peuples, Paris, 1739, in-4°, rel., c. « bibliothèque du Grand Juge ».

190. Baudot Anatole de, Églises de bourgs et de villages, Paris, 1867, in-4°, rel., acb.

353. Archives de la commission des Monuments historiques, publiées [...] par les soins de MM. A. de Baudot et A. Perrault-Dabot, Paris, s.d., in-fol., t. 1 à 5, rel.

352. Baudot Anatole de et Perrault-Dabot Anatole, Les Cathédrales de France, Paris, s.d., in-fol., rel.

354. De l’Orme Philibert, Architecture de Philibert de l’Orme, (reproduction en facsimile de l’édition de 1567 et d’une partie de celle de 1626, publiée par C. Nizet, intitulée : L’Œuvre de Philibert de l’Orme), Paris, 1894, in-fol., rel., « offert à la direction des Cultes ».

836. Viollet-le-Duc Eugène, Dictionnaire raisonné de l’architecture française, Paris, 1854-1868, 10 vol. in-8°, rel., acb.

837. Ruprich-Robert Victor, De l’Influence de l’opinion publique sur la conservation des anciens monuments. Discours [...], Paris et Caen, 1882, in-8°, br., « à Monsieur Ch. Dumay, chef de division au ministère des Cultes, humble hommage de l’auteur, Ruprich-Robert ».

955. Mallay Armand, Cours élémentaire d’archéologie, Paris, 1844, in-8°, br., acb, « souvenir affectueux de l’auteur, A. Mallay », ne.

1127. Viollet-le-Duc Eugène, Dictionnaire raisonné du mobilier français [...], première partie : meubles, Paris, 1858, in-8°, rel., acb.

1129. Corroyer Édouard, Études sur l’archéologie à propos du salon d’architecture de 1890, Paris, [1890], in-8°, br., « À Monsieur Ch. Dumay, hommage très respectueux et souvenir reconnaissant, juillet 1890, Ed. Corroyer ».

1220. Barbier de Montault Mgr Xavier, traité de la pratique de la construction, de l’ameublement et de la décoration des églises, Paris, 1877, 2 vol. in-8°, br., acb, nc.

1272. Vinet Ernest, L’Art et l’archéologie, Paris, 1874, in-8°, br., nc.

1452. Barbier de Montault Mgr Xavier, Œuvres complètes, t. I à VIII (manque le III), Rome et Paris, 1889-1893, 7 vol. in-8°, br., nc.

D. REVUES

189. Gazette des architectes et du bâtiment, revue bi-mensuelle [...] sous la direction de MM. Viollet-le-Duc et E. Corroyer, t. I-IV (années 1863-1866), Paris, Morel, 1863-1866, in-4°, rel., acb.

355. Calliat Victor et Lance Adolphe, Encyclopédie d’architecture, journal mensuel, t. I à VII (1850 à 1857) et t. XII (1862), Paris, Bance, 1850-1862, in-fol., rel.

1355. Annales archéologiques [...], par Adolphe-Napoléon Didron, t. I, III, XIX-XXIII, Paris, 1844-1869, 9 vol. in-4°, rel., acb.

1484. Revue archéologique, t. I à XV, 1844-1859, 30 vol. in-8°, rel., acb.

1485. Bulletin monumental, t. I à XXXIV, et Table de la 1ère série, 1834-1865, 35 vol. in-8°, rel., acb.

E. OUVRAGES SUR LES EXPOSITIONS

1045. Exposition universelle de 1900, Catalogue général officiel [...], Paris et Lille, 1900, in-12, br.

1128. Exposition universelle de 1889 à Paris. Exposition rétrospective de l’art français au Trocadéro, Lille, 1889, in-8°, br., nc.

1570. Catalogue des expositions des monuments historiques et des édifices diocésains,

Paris, 1900, in-8°, br.

1593. Exposition rétrospective de l’art français au Trocadéro, Lille, 1885, in-8°, br., nc.

1602. Exposition universelle de Vienne. France : œuvres d’art, Paris, 1875, in-8°, br.

1603. Réunion des Sociétés des Beaux-Arts des départements, Paris, 1890, in-8°, br., nc.

1608. Exposition des Académies et Écoles des Beaux-Arts, Paris, 1869, in-8°, br., nc.

1638bis. Exposition universelle de 1889 à Paris. Rétrospective de l’Art français au Trocadéro, Lille, 1889, br., acb.

F. OUVRAGES ARCHÉOLOGIQUES POUR L’ARCHITECTURE

48. Bourassé abbé Jean-Jacques, Esquisse archéologique des principales églises du diocèse de Nevers, Nevers, 1844, in-8°, br., mjac.

363. Salin Patrice, L’Église Saint-Sulpice de Favières, Paris, 1865, in-4°, br.

447. Bourassé abbé Jean-Jacques, Esquisse archéologique des principales églises du diocèse de Nevers, Nevers, 1844, in-8°, br., mjac.

569. Le Fêvre Antoine-Martial, Description des curiosités des églises de Paris et des environs, Paris, 1759, in-12, rel., acb.

661. Autun archéologique, par les secrétaires de la société éduenne et de la commission des antiquités d’Autun, Autun, 1848, in-8°, br., acb.

736. Crozes Hippolyte, Monographie de la cathédrale d’Albi, Toulouse, Albi et Paris, 1861, in-12, br., nc.

767. Girardot Auguste de et Durand Hippolyte, La Cathédrale de Bourges, description [...], Moulins, 1849, in-12, 3 ex., br., 1 c. acb.

814. Église de Notre-Dame du Bon Secours près Rouen, Paris et Rouen, 1847, in-4°, br., « ouvrage offert à l’administration des Cultes par M. Godefroy, desservant de l’église Notre Dame du Bon-Secours près Rouen le 19 juin 1850 ».

823. Cardevacque Adolphe de et Terninck Auguste, L’Abbaye de Saint-Vaast, monographie historique, archéologique et littéraire, Arras, 1865-1869, 3 vol. in-4°, br.

838. Beauséjour chanoine Paul Beauvain de, Le Monastère de Luxeuil, l’église abbatiale [...], Besançon, 1891, in-8°, br., « hommage empressé et respectueux, 29 Xbre 1901 », nc.

839. Barbier de Montault Mgr Xavier, Les Églises de Rome étudiées au point de vue archéologique, Arras, 1877, in-8°, br., acb, nc.

932. Ouin-Lacroix abbé Charles, Histoire de l’église Sainte-Geneviève [...], Paris, 1852, in-8°, br., acb, « hommage de l’auteur ».

1130. Barbier de Montault Mgr Xavier, Observations archéologiques sur les églises de Rome, Arras, 1878, in-8°, br., nc.

1255. Barbier de Montault Mgr Xavier, Notes archéologiques sur Moutiers et la Tarentaise, Moutiers, 1877, in-8°, br., nc.

1259. Barbier de Montault Mgr Xavier, Inventaire de quelques églises rurales de l’Anjou, Arras, 1879, in-8°, br., acb, nc.

1273. Bulteau abbé Marcel-Joseph, Description de la cathédrale de Chartres, Chartres et Paris, 1850, in-8°, br., acb.

1315. Arbellot abbé François, La Cathédrale de Limoges, histoire et description, Paris et Limoges, 1852, in-8°, br., 2 ex., 1 c. acb, nc.

1472. Attaix abbé Bonnet, Les Églises du canton d’Ennezat, Clermont-Ferrand, 1898, in-8°, br., « à Monsieur Dumay, directeur des Cultes, très humble hommage, B. Attaix », nc.

1473. Auber abbé Charles-Auguste, Histoire de la cathédrale de Poitiers, Paris, 1849, t. 2, in-8°, br., nc.

1581. Cousseau abbé Antoine, Mémoire historique sur l’église Notre-Dame de Lusignan, Poitiers, 1885, in-8°, br., acb, nc.

G. OUVRAGES ARCHÉOLOGIQUES POUR LE MOBILIER

745. Thomas abbé Jules, Les Vitraux de Notre-Dame de Dijon, Dijon, 1898, in-12, br.

840. Bloch Isaac, Inscriptions tumulaires des anciens cimetières israélites d’Alger, Paris, 1888, in-8°, br., « à Monsieur Dumay, directeur des Cultes, hommage respectueux », nc.

882. Barbier de Montault Mgr Xavier, Le Trésor de l’abbaye Sainte-Croix de Poitiers, Poitiers, 1883, in-8°, br., acb, nc.

936. Bernard abbé Eugène, Découverte d’une statue de Bacchus dans la rue des Fossés-Saint-Jacques, Paris, 1883, in-8°, br., « à Monsieur Dumay, hommage de son compatriote ».

959. Barbier de Montault Mgr Xavier, L’Autel mérovingien de Verneuil-sous-Biard, Poitiers, 1880, in-8°, br., nc.

1132. Barbier de Montault Mgr Xavier, La Croix à double croisillon, Montauban, 1892, in-8°, br., ne.

1133. Barbier de Montault Mgr Xavier, Inventaire archéologique de l’abbaye des Chatelliers, Saint-Maixent, 1892, in-8°, br., ne.

1134. Ply abbé H.-J., La Facture moderne de l’orgue étudiée à l’orgue de Saint-Eustache, Lyon, 1880, in 8°, br., acb, nc.

1254. Barbier de Montault Mgr Xavier, Le Maître-autel de la collégiale de St-Lénard, Tours, s.d., in-8°, br., acb.

1256. Barbier de Montault Mgr Xavier, Le Trésor du dôme d’Aix-la-Chapelle, Tours, 1877, in-8°, br., nc.

1257. Barbier de Montault Mgr Xavier, Inscriptions de dédicaces d’églises à Rome, Arras, 1881, in-8° br., acb, nc.

1258. Barbier de Montaut Mgr Xavier, Inventaire du pape Paul IV en 1559, Montauban, 1879, in-8°, br., du Tarn-et-Garonne.

1260. Barbier de Montault Mgr Xavier, Un Ciboire saintongeais du XIVe siècle, s.l.n.d., in-8°, br., acb.

1274. Berlotti, Inventaire de la chapelle papale sous Paul III en 1574, annoté par Mgr X. Barbier de Montault, Tours, 1878, in-8°, rel., nc.

1280. Sauveterre abbé Jean, Essai sur le symbolisme de la cloche [...], Paris, 1883, in-8°, br., dl Meuse.

1319. Barbier de Montault Mgr Xavier, Deux inscriptions lavalloises à Rome, Tours, 1878, in-8°, br.

1322. Barbier de Montault Mgr Xavier, Le Trésor de la cathédrale de Moutiers (Savoie), Tours, 1879, in-8°, br., nc.

1323. Barbier de Montault Mgr Xavier, Les Ostensoirs du XIVe siècle en Limousin, Tours, 1879, in-8°, br., nc.

H. AUTRES OUVRAGES

931. Sur l’Utilité de l’enseignement des sciences archéologiques dans les grands séminaires, Carcassonne, 1905, in-8°, br., « à M. Dumay, directeur des Cultes. Hommage respectueux, Ed. B. » (Edmond Baichère, du diocèse de Bordeaux).

1131. Barbier de Montault Mgr Xavier, Sainte Marie-Madeleine d’après les monuments de Rome, Arras et Paris, 1880, in-8°, br.

1251. Monument de saint Bernard érigé à Dijon en 1847, Dijon, 1847, in-8°, br., acb.

1316. Barbier de Montault Mgr Xavier, Tableau raisonné des pierres et marbres antiques employés à la construction et la décoration des monuments antiques, Caen, 1869, in-8°, br., nc.

1317. Barbier de Montault Mgr Xavier, Catalogue des pierres et marbres employés depuis le XVIe siècle à Rome, Caen, 1872, in-8°, br., nc.

Notes

1 Art. 1. Il y aura auprès du Gouvernement un conseiller d’État chargé de toutes les affaires concernant les cultes. Art. Ce conseiller d’État travaillera directement avec les Consuls. Art. 3. Ses attributions seront : 1°) de présenter les projets de lois, règlements, arrêtés et décisions touchant la matière des cultes ; 2°) de proposer à la nomination du Premier Consul les sujets propres à remplir les places de ministres des différents cultes ; 3°) d’examiner avant leur publication en France, tous les rescrits, bulles et brefs de la cour de Rome ; 4°) d’entretenir toute correspondance intérieure relative à ces objets.

2 Les ministres israélites ne seront rémunérés par l’État qu’à partir de 1831 (loi du 8 février). Avant, ils ne reçoivent que des secours.

3 MF : milliers de francs.

4 Date de première apparition spécifique.

5 Id.

6 Jean-Michel Leniaud, L’Administration des Cultes pendant la période concordataire, Paris, Nouvelles éditions latines, 1988,428 p. ; Jean-Michel Leniaud et alii, Ces Églises du dix-neuvième siècle, Amiens, Encrage, 1993, 270 p.

7 Avec éventuellement participation de la fabrique pour les cathédrales.

8 Loi du 18 germinal an X (8 avril 1802) pour les cultes luthérien et réformé et décret du 17 mars 1808 pour le culte israélite.

9 Décret du 5 mai 1806.

10 Loi sur l'administration municipale du 18 juillet 1837.

11 L’extension de cette mesure est d’autant plus importante pour ces cultes qu’en dehors de l’Alsace-Lorraine, ils ne possédaient pas de bâtiments cultuels dignes de ce nom avant la Révolution et que le rattrapage à effectuer pour mettre en place ces bâtiments était financièrement très lourd pour des communautés restreintes en fidèles. En Alsace-Lorraine, les bâtiments de ces cultes n’avaient pas fait l’objet de confiscation.

12 Les Églises gothiques à Paris, Paris, 1837 et Nouveau manuel complet de l'architecture des monuments religieux, Paris, 1839, tous deux absents de Factuelle bibliothèque des Cultes.

13 Des missions informelles confiées à J.-Ph. Schmit existent depuis 1834.

14 Cette commission publie dès le 23 juillet 1848 une « Instruction pour la rédaction des projets, l’exécution des travaux et la rédaction des mémoires concernant les édifices religieux ».

15 Le 26 février 1849, la section architecture publie à son tour une très importante « Instruction pour la conservation, l’entretien et la restauration des édifices diocésains et particulièrement des cathédrales ».

16 En fait, après 1853, la Commission n’est plus réunie et le Comité des Inspecteurs généraux prend entièrement son relais.

17 Cette tâche revient alors au Conseil départemental des Bâtiments civils.

18 Jeannine Charon-Bordas, Les Sources de l'histoire religieuse aux Archives nationales, de la Révolution à la Séparation, 1789-1905, Paris, Archives nationales, 1994, 196 p.

19 « Les projets qui auront reçu l’approbation du Comité seront mis à part ; je me propose d’en former un corps d’ouvrage qui sera publié aux frais de mon ministère et envoyé aux autorités administratives des départements pour servir de modèles aux constructions à venir ».

20 N° 170 du catalogue de 1914.

21 N° 190 du catalogue de 1914. Voir Jean-Michel, Leniaud et alii, Ces Églises [...], p. 81-117.

22 Acquisition pour le bureau du Dictionnaire de droit canonique publié en 1761 par Pierre-Toussaint Durand de Maillane (Centre historique des Archives nationales, F19 7075).

23 Les budgets prévisionnels généraux existent mais mêlent d’autres dépenses à celles d’achat de livres. Par exemple, en 1860 « abonnement au Moniteur et à quelques journaux religieux ; achat d’ouvrages nécessaires au service ; almanachs administratifs ; reliures ; eau, balayage, menu frais et dépenses diverse » pour 4 800 fr. (Arch. nat., F19 7102).

24 Arch. nat., F19 7075.

25 Le reste se décompte ainsi : 857 frcs et 844 frcs de journaux, 206 frcs et 219 frcs, d’abonnement au JO. 319 frcs et 66 frcs de reliures (Arch. nat., F19 7075).

26 Dessins : 2 300 frcs en 1902, 3 800 frcs en 1904, 2 500 frcs en 1905 ; photographies : 330 frcs en 1903, 350 frcs en 1904, 300 frcs en 1905 (F19 7024). On note aussi l’achat d’une armoire pour les clichés photographiques en 1898 (Arch. nat., F19 7226).

27 On dispose des dossiers de carrière de ces archivistes-bibliothécaires pour les années 1840-1906 : R. Palomba de Cesa (1840-1848) ; J.-Chr. Berteuil qui assura le déménagement de la place Vendôme à la rue de Bellechasse (1848-1879) ; P. Daclin-Sibour (1879-1881) ; E. Chédieu de Robethon (1881-1887, date de suppression de son poste), assisté pour la bibliothèque du P. Quilly (1882- ?) et pour les archives de B. Druy qui reprendra l’ensemble de ses tâches en 1887 au sein du service « comptabilité, matériel et archives » (1882-1906) (Arch. nat., F19 1863, F19 1864 et F19 1866).

28 En raison de l’existence de dossiers personnels nombreux et de longue durée et, aussi, d’une gestion jurisprudentielle des affaires.

29 D’autres catalogues ont dû exister mais ils ne nous sont pas parvenus. Par exemple, la note du 4 mai 1899 du directeur des Cultes : « En vue de faciliter le récolement de l’inventaire de la bibliothèque, MM. les chefs de bureaux sont priés de vouloir bien faire dresser le plus tôt possible la liste des ouvrages que chaque service possède » (Arch. nat., F19 1859).

30 « Catalogue de la bibliothèque particulière de S. E. le Ministre des Cultes » (Arch. nat., F19 1859, pièce 189).

31 « État sommaire des ouvrages appartenant à la bibliothèque du ministère de la Justice et déposés, d’après les ordres de M. le Garde des Sceaux, à la bibliothèque de l’administration des Cultes en 1841 » (Arch. nat., F19 1859, pièce 190).

32 Le troisième, non daté, comprend 970 titres, la plupart latins, de théologie. Il n’est pas assuré que ce soit un catalogue de la bibliothèque des Cultes. Ce pourrait être un essai de bibliographie. Le quatrième remonte au Second Empire et semble relever les livres en dépôt dans les bureaux (49 titres). (Arch. nat., F19 1859, pièces 191 et 192).

33 En témoigne la lettre du directeur des Archives au ministre de l’Intérieur du 23 déc. 1912 : « Je crois avoir compris que la bibliothèque du ministère de l’Intérieur, voyant s’accroître tous les jours le nombre des publications d’ordre administratif qu'elle est tenue de conserver, aurait avantage à pouvoir s’alléger d’un fonds assez considérable d’ouvrages historiques, manuscrits et surtout imprimés, la plupart anciens, qu'elle possède et dont l’enlèvement de ses locaux ne porterait pas préjudice au bon fonctionnement d’aucun des services de votre département. S’il en était ainsi, il vous paraîtrait sans doute naturel, Monsieur le Ministre, que les Archives nationales qui reçoivent déjà les versements réguliers de vos bureaux fussent désignées pour donner l’hospitalité à ceux des ouvrages de votre bibliothèque qui pourraient sans inconvénient émigrer de la place Beauvau à l’Hôtel de Soubise. Cette hospitalité, nous serions d’autant plus heureux de l’offrir que certains de ces ouvrages offriraient un réel intérêt pour les fonctionnaires de mon administration et seraient de nature à les aider dans leurs travaux professionnels. » (AC 5).

34 L’administration des Cultes est en l’an X, rue de Lille, chez Portalis ; en 1803, 278, rue de l’Université ; en 1808, rue de Varennes ; en 1814-1816, 95, rue du Bac ; en 1816-1824, 101, rue de Grenelle ; en 1824-1839, rue des Saints-Pères ; en 1839-1862, place Vendôme ; en 1862-1914, 66, rue de Bellechasse.

35 « On doit ici souligner énergiquement l’affreux état dans lequel les bureaux partant – ceux des Cultes et des administrations précitées – et les nouveaux occupants avaient mis plusieurs des salles consacrées à la conservation des archives des Cultes. L’auteur de cette étude chargé de surveiller le transfert de celles-ci au palais Soubise ne fut pas peu étonné de trouver quelques-unes de ces salles véritablement jonchées, et certaines sur plusieurs centimètres d’épaisseur, de papiers jetés pêle-mêle à terre, sur lesquels traînaient lourdement des soldats indifférents. » (Arch. nat., inventaire manuscrit de 1921 de F19* 136 à 1699 et F19 1850 à 8011).

36 Mais il s’agir d’un envoi de Nizet.

37 Dont vingt-deux pour le seul Xavier Barbier de Montault.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : Exemple d’ouvrage portant le cachet du ministre des Cultes. Cl. L. Franck.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1150/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Ill. 2 : Exemple d’ouvrage portant le cachet du ministère de la Justice. Cl. L. Franck.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1150/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Ill. 3 : Exemple d’ouvrage portant le cachet de l’administration des Cultes. Cl. L. Franck.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1150/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Ill. 4 : Exemple d’ouvrage portant le cachet du dépôt légal. Cl. L. Franck.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1150/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Ill. 5 : Page de titre de l’ouvrage de dom Jacques Martin, Explication de divers monumens singuliers, qui ont rapport à la religion des plus anciens peuples. Paris, Lambert, Durand. Cl. L. Franck.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1150/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

Auteur

Conservateur du patrimoine Centre historique des Archives nationales

© Publications de l’École nationale des chartes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search