Version classiqueVersion mobile

Le livre d'architecture, XVe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

Les bibliothèques d'architecture

Le fonds de livres d’architecture à la bibliothèque de l’École des beaux-arts au XIXe siècle. Deuxième partie : La constitution du fonds

Christine Vendredi-Auzanneau

Texte intégral

  • 1 Ernest Vinet, Catalogue méthodique de la bibliothèque de l’École nationale des Beaux-Arts, Paris, É (...)

1Trop vaste, le fonds de la bibliothèque de l’École des beaux-arts ne sera que partiellement abordé. Ni la question des archives, qui ont pourtant partie liée avec la Bibliothèque à la fin du XIXe siècle, ni la question des dessins, conservés au titre de leur valeur d’exemple depuis 18621, ne seront traités. Seule nous intéresse ici la question des livres d’architecture et la place qu’ils occupèrent au XIXe siècle au sein de l’École des beaux-arts.

L’ESPACE DE LA BIBLIOTHÈQUE

  • 2 Arch. nat., AJ52 444.
  • 3 Charles Dulaure, Histoire de Paris, éd. de 1839, t. IV, p. 326 : « Au centre de la galerie [de face (...)
  • 4 Arch. nat., AJ52 809, lettre du directeur de l’École au ministre des Travaux publics, 19 novembre 1 (...)
  • 5 Id., lettre du directeur de l’École au ministre des Travaux publics, juin 1842.
  • 6 Id... lettre du ministre d’État au président de l’École, 1er avril 1854.

2En préambule, on rappellera qu’il n’existe matériellement de bibliothèque qu’après le 25 janvier 1864, quand la galerie de la Médiathèque actuelle2 fut ouverte au public. Arrivé à maturité en même temps que la réforme des études prônée par Viollet-le-Duc, pour un renforcement de la théorie dans la formation des élèves, le projet ne saurait en être une conséquence directe. La question avait maintes fois été envisagée. Des croquis de François Debret (1777-1850) ou de son successeur à ce chantier, Félix Duban (1797-1870) (ill. 1), posent déjà cette question dans le premier tiers du XIXe siècle, fixant la localisation de la Bibliothèque en arrière de la façade principale du Palais des études3, presque là où on peut la voir aujourd’hui. C’est à cet emplacement qu’allaient s’inscrire les projets avortés de 1842 et de 1853, respectivement formulés par l’assemblée des professeurs et par Adolphe Jay (1789-1871), professeur de construction, révolté que « l’École laisse des ouvrages dans l’entresol du cloître »4. Ces demandes, pourtant limitées à de simples armoires à livres5, ne trouvaient pas à se réaliser faute de budget6.

Ill. 1 : Plan de 1833 avec Indication de la Bibliothèque (P), Arch. nat, AJ52 443. Cl. C. Vendredi-Auzanneau. « La salle P aurait dû être construite au-dessus de la galerie 0 mais n’a pas été réalisée ».

  • 7 Id., rapport du 4 avril 1861 adressé au ministre d’État.
  • 8 Arch. nat., AJ52 444, Rapport du bibliothécaire de l’École impériale et spéciale des beaux-arts lu (...)

3Ce n’est qu’en 1861 que le lieu proposé par Debret et Duban, où étaient entreposées jusque-là les collections de modèles, fut transformé selon les termes d’Ernest Vinet (1804-1878), son premier responsable, « en une magnifique bibliothèque », d’une dimension jugée alors « plus que suffisante »7. Long de vingt mètres et large de sept, cet espace accueillerait désormais, dans un environnement pensé en fonction d’eux, les livres auparavant stockés en désordre dans de simples armoires ici même, c’est le cas des ouvrages du legs Vellet (1855), ou ailleurs ; notamment, la pièce voisine du cabinet du secrétaire perpétuel de l’Académie des beaux-arts8.

  • 9 Sur les relations Labrouste et Delancy à la bibliothèque Sainte-Geneviève, voir Christine Vendredi- (...)
  • 10 Arch. nat., AJ52 809, lettre du président de l’École à l’architecte Félix Duban, 14 mars 1863.
  • 11 Eugène Mouton, La Bibliothèque de l’École nationale des Beaux-Arts, Paris, Joseph Baer, 1875, 44 p. (...)
  • 12 Arch. nat., AJ52 444, Rapport du bibliothécaire de l’École impériale et spéciale [...], op. cit.
  • 13 Eugène Mouton, La Bibliothèque de l’École nationale des Beaux-Arts, op. cit., p. 2.
  • 14 Id., p. 4.
  • 15 Arch. nat., AJ52 444. Rapport du bibliothécaire [...], op. cit.
  • 16 Revue générale de l’architecture et des travaux publics, 1864, t. XII, col. 73.

4La Bibliothèque, prise entre deux vestibules formant entrée (ill. 2), reprenait la disposition commune du type galerie sans magasins ; des rayonnages y occupaient un seul des longs côtés, l’autre étant percé de dix fenêtres hautes. Comme cela s’était produit un peu plus tôt à Sainte-Geneviève9, l’espace dévolu à la Bibliothèque fut aménagé par l’architecte de l’établissement, Duban10, mais presque sous la dictée du bibliothécaire d’alors, Vinet11. Les demandes de ce dernier témoignent autant de la prise en compte de la spécificité des collections dans la forme à donner à la Bibliothèque, que d’une connaissance avérée des précédents dans le domaine particulier des livres d’art. L’Institut12, qui avait longtemps conservé les ouvrages des grands prix de Rome, fournit le modèle des meubles disposés dans l’axe central de la salle13, au dessus formant pupitre, et dont le bas servait à placer, soit verticalement dans des cases, soit horizontalement sur des tiroirs, « les plus grands ouvrages d’iconographie »14. Dans l’espace laissé libre entre les casiers, des tables, avec des chaises pour douze à quinze personnes chacune, complétaient le dispositif. Inspirées du cabinet des Estampes, les tables avaient reçu de distance en distance de larges pupitres15, laissant à chacun presque un mètre pour déployer les documents ; un espace de travail aux dimensions remarquables que soulignait encore, presque trente ans après, Julien Guadet dans Eléments et théorie16.

Ill. 2 : Entrée de la Bibliothèque. Cl. C. Vendredi-Auzanneau.

Ill.3 : Aménagement de la salle Dubois de l’Estang, 1903, Arch. nat., AJ52 443. Cl. C. Vendredi-Auzanneau.

  • 17 Arch. nat., AJ52 809, lettre de Müntz au directeur de l’École, 27 juillet 1881.
  • 18 Nous nous bornerons à rappeler l’installation des salles Lesoufaché, Dubois de l’Estang au XIXe siè (...)

5Accroissement exponentiel du lectorat et des dons, absence de magasins, et vision à trop court terme, allaient, moins de vingt ans après, motiver certaines modifications de l’espace. Dès 1880, l’aménagement de 1864 laissait déjà de côté « plus de quatre cents volumes in-folio ne pouvant être présentés au public »17. Réponse simple au problème, on transforma successivement les salles contiguës de la bibliothèque initiale en salles de consultation puis en annexes18 (ill. 3), jusqu’à ne plus pouvoir rien accepter de l’extérieur.

LE FONDS

  • 19 Arch. nat., AJ52 825, Inventaire des livres et estampes de l’École royale des beaux-Arts, 1er mai 1 (...)
  • 20 Sur 265 titres inscrits à l’Inventaire général (Arch. nat., AJ52 524 bis) 215 titres (460 volumes) (...)
  • 21 Eugène Müntz, La Bibliothèque de l’École des beaux-arts avant la Révolution, Paris, 1897, extrait d (...)
  • 22 Arch. nat., AJ52 825, Catalogue des livres donnés par le Roy à l’Académie royale de peinture et de (...)
  • 23 Henri Testelin, Mémoires pour servir à l’histoire de l’Académie royale de peinture et de sculpture (...)
  • 24 Procès-verbal de Sedaine, 25 février 1788, cité par Eugène Müntz, La Bibliothèque [...], op. cit., (...)

6Avant l’installation de la Bibliothèque, l’École possédait lors de son arrivée au couvent des Petits-Augustins (1829) une collection de 300 titres19 environ. Ces 550 volumes20 provenaient de l’ancienne Académie de peinture et de sculpture21, qui les avait reçus du Roi22. Aucun ne fut transmis par l’Académie d’architecture, dont la bibliothèque23 était restée au Louvre lors du déménagement de 1793, où elle pourrissait dans des armoires humides depuis 178824.

Composition du fonds provenant de l’Académie de peinture et de sculpture

Composition du fonds provenant de l’Académie de peinture et de sculpture

Ill. 4 : Provenance des volumes composant le fonds en 1864 d’après L’Inventaire des livres et estampes de l’École royale des beaux-arts daté du 1er mai 1826 (Arch. nat., AJ52 825), le Relevé des livres de la Bibliothèque effectué par Duvivier en 1833 (Arch. nat., AJ52 825), la correspondance sur les entrées d’ouvrages (AJ52 525) et le Rapport sur la Bibliothèque de l’École impériale des beaux-arts, rédigé par Ernest Vinet en 1863 (AJ52 444).

  • 25 Chiffre correspondant au nombre d’entrée de l’Inventaire des livres de la bibliothèque de l’École d (...)
  • 26 Arch. nat., AJ52 444, Correspondance 1825-1852 : attribution d’ouvrages.
  • 27 Arch. nat., AJ52 825. L’ouvrage, encore inscrit sous le numéro 276 du relevé de 1826, n’a pas été p (...)
  • 28 Cette mention apparaît pour la première fois dans l’inventaire mentionné ci-dessus (AJ52 524 bis).
  • 29 Autres dons importants intervenus après cette date : ouvrages des XVe et XVIe siècles offerts par J (...)

7Au regard d’un fonds qui, en 1864, s’élève à 1 191 titres (2 511 volumes25), le noyau provenant de l’Académie était alors loin d’être négligeable pour la Bibliothèque, dont il représentait près du quart (ill. 4). Depuis l’arrivée du tout premier en 182526 – quand le Roi offre La Description de l’Égypte27 –, les dons furent le principal vecteur de l’accroissement des collections28. Se multipliant au cours du siècle29 (ill. 5), leur courbe de progression semble comme épouser celle de l’influence de l’École dans les milieux artistiques.

  • 30 Eugène Mouton, La Bibliothèque de l’École nationale des Beaux-Arts, op. cit., p. 6.
  • 31 Arch. nat., AJ52 450, dossier Paccard.
  • 32 Arch. nat., AJ52 450, dossier Travers.

8Moins de la moitié des 333 dons et legs faits durant le XIXe siècle est constitué de livres. Moins nombreux encore sont ceux qui relèvent de la catégorie du livre d’architecture. L’hypothèse d’Eugène Mouton (1823-1902), le préfacier du catalogue de 1875, pour qui « les architectes sont les artistes qui ont le plus besoin d’ouvrages »30, laisse à penser qu’ils auraient été les premiers à faire don des leurs. Il n’en fut rien. Le don d’œuvre graphique ou de modèle reste durablement dominant. En attestent les dons Mahot, qui lègue en 186831 des dessins ayant appartenu à son oncle, Paccard, ou encore les modèles de construction en fer de l’observatoire de Paris qu’adresse son auteur, Travers, en 186732.

Dons et legs faits au profit de l’École des beaux-arts de Paris

Dons et legs faits au profit de l’École des beaux-arts de Paris

Ill. 5 : Histogramme des dons parvenus à l’École durant le XIXe siècle, établi à partir des documents conservés aux Archives nationales, pour les dons faits entre 1826 et l’ouverture de l’École ; AJ52 821, pour ceux effectués après 1850, AJ52 447, AJ52 448, AJ52 449, AJ52 450.

  • 33 Arch. nat., AJ52 450, dossier Vellet.
  • 34 Arch. nat., AJ52 450, dossier Vellet, testament daté de mai 1855.
  • 35 Arch. nat., AJ52 449, dossier Lesoufaché, lettre du 1er juillet 1889 adressée par Mme Lesoufaché à (...)
  • 36 Arch. nat., AJ52 448, dossier Garnier.

9En 1855, l’École n’a encore jamais reçu de livres d’architecture quand l’architecte Pierre Vellet lègue la totalité de sa bibliothèque (ill. 6). Un geste doublement particulier : l’École en est bénéficiaire et non pas la Bibliothèque ; Vellet souhaite la dispersion des cent vingt in-folio d’un « excellent choix33 aux élèves médaillés dans les concours »34. Une attitude isolée en regard des autres légataires de livres, comme Lesoufaché (188835), qui souhaite, lui, le maintien de l’intégrité de sa collection. Trente ans séparent ces deux legs. Les livres, auxquels l’État lui-même accorde une attention croissante – il a racheté en 1860 la collection de Chennevières –, deviennent à leur tour dignes de faire l’objet d’un don. Le legs Garnier, opéré en 1898 et qui ne comporte alors que des œuvres graphiques (dessins et médailles), laisse entrevoir combien cette évolution fut lente : il fallut en effet attendre celui de 1919 pour que les quelques livres du maître parviennent à l’École36.

Ill. 6 : Liste des ouvrages donnés par Vellet, 1855, Arch. nat., AJ52. 450. Cl. C. Vendredi-Auzanneau.

10Dons et legs mis à part, les livres d’architecture proviennent soit de leurs auteurs/éditeurs, soit de souscriptions ministérielles, soit d’achats (ill. 7).

  • 37 Arch. nat., AJ52 450, dossier Wagner.

11Les dons de livres d’architecture, comme des autres livres d’ailleurs, témoignent soit de la reconnaissance d’anciens élèves, – c’est le cas de Victor Baltard qui montre « son attachement aux études que l’on fait à l’École qui ne ferment la voie à aucune des formes que l’art peut revêtir » –, soit de l’influence de l’École hors ses murs, comme en témoigne celui d’Otto Wagner qui, en 1890, s’associe à l’hommage mondial, admettant que « depuis deux siècles, les Français ont été nos guides pour tout ce qui regarde l’art »37.

Accroissement de la collection en nombre de volumes

Accroissement de la collection en nombre de volumes

Ill. 7 : Accroissement du fonds de 1820 à 1864 (les sources sont les mêmes que celles de l’illustration 4).

  • 38 Arch. nat., AJ52 809, lettre du ministre d’État au président de l’École.
  • 39 Arch. nat., AJ52 443.
  • 40 Arch. nat., AJ52 444, demande spéciale de Vinet au président de l’École afin de compléter des lacun (...)
  • 41 Arch. nat., AJ52 444, Rapport sur la bibliothèque de l’École impériale des beaux-arts, 1er février (...)
  • 42 Arch. nat., AJ52 443, une lettre du 3 février annonce l’impossibilité de la transaction.

12Les achats, les souscriptions et les échanges servent sûrement mieux le développement concerté de la Bibliothèque. Une ligne budgétaire pour les acquisitions, attestée dès 185438, soit antérieurement à la réforme des statuts de l’École (1863), donne enfin son autonomie à la Bibliothèque dont les achats s’effectuaient avant cette date et ce, dès 1840, sur les crédits normaux de l’établissement39. S’élevant tout exceptionnellement à 10 000 francs en 186340, le budget permet un rattrapage de la collection avant sa prochaine ouverture au public, lui donnant la dignité de « la plus grande collection de l’Empire »41. À peine suffisant dès l’ouverture pour subvenir au fonctionnement normal (entretien/conservation/enrichissement), le budget s’avère fort léger pour acheter la bibliothèque de Viollet-le-Duc (1814-1879), mise en vente à la mort du maître. Le fonds, dont le second bibliothécaire de l’institution, Eugène Müntz, soulignait en 1880 l’intérêt « pour l’archéologie du Moyen Âge d’une foule de publications que nous ne possédons pas », devait pour cette raison échapper à l’École42.

  • 43 Arch. nat., AJ52 444, dotation de l’École en livres, lettre de Müntz au directeur de l’École, 18 fé (...)

13Frappant au début à toutes les portes, le bibliothécaire qui dispose désormais d’un budget propre, entreprend une action maîtrisée qui s’attache à toutes les disciplines enseignées à l’École. Bénéficiaire du dépôt légal, via le ministère de l’Instruction publique, la Bibliothèque se fait attribuer des ouvrages que les professeurs conseillent43. La correspondance retrouvée aux Archives nationales, à défaut des listes d’ouvrages accompagnant les lettres de motivation qui n’ont pas été conservées, ne permet malheureusement pas d’identifier quels livres relèvent de ce processus.

Ill. 8 : Exemple d’échange de livres intervenu en 1880. Arch. nat., AJ52 444, correspondance de l’École des beaux-arts.

  • 44 Id.

14Conséquence de l’arrivage peu maîtrisé des ouvrages, les doubles sont nombreux. Loin d’être inutiles, ils offrent une monnaie d’échange bienvenue pour se procurer de nouveaux ouvrages. Inégaux en volumes, des échanges se produisent chaque année depuis 1864, où 89 volumes furent remplacés par 20 autres « intéressant autant l’archéologue que l’historien d’art »44. Un moyen peu coûteux de maintenir le fonds à jour, un élément qui ne fut pas étranger, nous dit Müntz, à son succès auprès de ses usagers (ill. 8).

L’ORIENTATION ARCHITECTURALE DU FONDS

  • 45 Eugène Müntz, La Collection Lesoufaché, Paris, Imprimerie Dumoulin, 1892, 8 p., détaille la variété (...)

15L’École, à qui la collection de l’Académie d’architecture n’avait pas été transmise, avait sans nul doute été pénalisée. Aussi, rien ne laissait présager de l’orientation architecturale du fonds. Si quelques ouvrages d’architecture figuraient bien dans la bibliothèque de l’Académie de peinture et de sculpture (ill. 9), l’École ne disposait pas lors de son installation au XIXe siècle d’ouvrages aussi importants que ceux de Serbo, de Vitruve même45. Fondamentaux dans l’enseignement qu’elle dispense, ils figurent dans la liste des premiers achetés en 1840, bientôt rejoints, grâce au legs Vellet (ill. 6), par des titres qui n’auraient pu faire défaut au fonds de l’Académie d’Architecture – Félibien, La vie des architectes, Paris, 1687 –, tandis que Lesoufaché y ajoutait de nombreuses éditions architecturales des XVe et XVIe siècles.

  • 46 Eugène Mouton, La Bibliothèque de l’École nationale des Beaux-Arts, op. cit., p. 9.

16L’idée selon laquelle l’architecture représente « la plus belle part de [...] l’École, à laquelle le XIXe siècle devra ses plus illustres architectes et ses plus beaux monuments »46 aura sûrement motivé cette orientation. À la hauteur de la place qu’elle occupe au sein de l’enseignement, l’architecture domine, dès avant la fin du XIXe siècle, incontestablement le fonds. Il n’est qu’à feuilleter le catalogue de la Bibliothèque établi en 1875 pour constater cette orientation (ill. 10, 11). Sur 320 intitulés de cette nomenclature 110 concernent l’architecture qui remplit 72 pages, là où la peinture tient dans 52. En suivant le rédacteur du catalogue, Eugène Mouton, on ne peut manquer d’en souligner certains « parmi les dictionnaires, réunis côte à côte, celui de Quatremère et celui de Viollet-le-Duc, le premier niant l’art gothique, le second l’exaltant, et chacun ayant fait un ouvrage excellent ». L’École, en effet, ne possède pas moins de dix titres du premier, qui est l’un des premiers auteurs qu’elle a acheté. Elle dispose également de tous les ouvrages importants du second dès l’ouverture au public, soit qu’ils aient été acquis sur le budget (Dictionnaire de l’architecture), soit qu’ils aient été attribués par le ministère de l’Instruction publique (Dictionnaire raisonné du mobilier, Entretiens sur l’architecture). Impossible, non plus, de ne pas souligner avec le même « la présence déjà importante des périodiques, au premier rang desquels on remarque la Revue de César Daly et l’Encyclopédie de Calliat et Lance ».

Provenance des livres dans le fonds de la Bibliothèque en 1864

Provenance des livres dans le fonds de la Bibliothèque en 1864

Ill. 9 : Composition du fonds transmis par la bibliothèque de l’Académie de peinture et de sculpture d’après Le Catalogue des livres donnés par le Roy à l’Académie royale de peinture et de sculpture, renfermés dans quatre corps d’armoires placés dans la salle d’assemblée, délibération du 6 mars 1747 (Arch. nat., AJ52 825).

Répartition des volumes composant le fonds de la Bibliothèque en 1864

Répartition des volumes composant le fonds de la Bibliothèque en 1864

Ill. 10 : Composition de la Bibliothèque de l’École en 1864 d’après l’Inventaire général de la Bibliothèque de l’École des beaux-arts (1878, Arch. nat., AJ52 524 bis)

Composition du fonds de la Bibliothèque en 1875

Composition du fonds de la Bibliothèque en 1875

Ill. 11 : Composition de la Bibliothèque de l’École en 1875 d’après l’Inventaire général de la Bibliothèque de l’École des beaux-arts (1878, Arch. nat., AJ52 524 bis)

  • 47 Arch. nat., AJ52 444, Ernest Vinet, Rapport du bibliothécaire de l’École impériale et spéciale des (...)

17Dans ces 72 pages, toujours, on retrouve tous les noms qui figurent aujourd’hui au panthéon des historiens de l’architecture : « les plus anciens » mais aussi, selon un rapport de Vinet en 1864, « les plus excellents, ou ceux qui jouissent encore de beaucoup de célébrité, depuis Vitruve jusqu’à Vignole, depuis Palladio jusqu’à Scamozzi, depuis Desgodets jusqu’à Clérisseau ». Au titre des ouvrages qui « caractérisent l’importance de la collection que possède l’École », Vinet, toujours, pointe « d’autres travaux d’un caractère général : Stuart et Revett Antiquités d’Athènes [...], quelques monographies : Blouet, Thermes de Caracalla ». Avant de conclure sur « Les Monuments anciens et modernes, par Jules Gailhabaud, un livre très commode à consulter » de fait, 1 un des plus consultés du fonds selon les décomptes du même commentateur47.

  • 48 Eugène Mouton, La Bibliothèque de l’École nationale des Beaux-Arts, op. cit., p. 44.
  • 49 Julien Hénard, L’Architecture de l’école nationale des beaux-arts, cité dans Les Beaux-Arts de l’Ac (...)

18Sciemment « réglée et dominée par les doctrines de l’École des beaux-arts, par ce respect des traditions, par ce culte de l’antique, qui survivent à toutes les théories » qui permet à l’art français de ne jamais être dépassé, l’œuvre de Vinet48 sera ouverte par Müntz, bibliothécaire entre 1878 et 1902, à d’autres périodes. Sur des rayonnages presque œcuméniques à la fin du XIXe siècle, toutes les interprétations de l’histoire de l’architecture se côtoient, depuis celles qui véhiculent un discours de type évolutionniste, en proposant les bons modèles à imiter, jusqu’à celles qui n’ont d’autre propos que de « décortiquer » la structure et de fournir des informations sur la production contemporaine en passant par les ouvrages « des architectes diocésains, qu’il n’est pas interdit », selon Julien Hénard, « d’ouvrir »49.

Notes

1 Ernest Vinet, Catalogue méthodique de la bibliothèque de l’École nationale des Beaux-Arts, Paris, École des Beaux-Arts, 1873, 256 p., p. VIII.

2 Arch. nat., AJ52 444.

3 Charles Dulaure, Histoire de Paris, éd. de 1839, t. IV, p. 326 : « Au centre de la galerie [de face] est pratiqué un escalier à double rampe, conduisant à une galerie supérieure pratiquée dans la hauteur de l’attique, et qui doit recevoir une bibliothèque spéciale des beaux-arts. »

4 Arch. nat., AJ52 809, lettre du directeur de l’École au ministre des Travaux publics, 19 novembre 1833.

5 Id., lettre du directeur de l’École au ministre des Travaux publics, juin 1842.

6 Id... lettre du ministre d’État au président de l’École, 1er avril 1854.

7 Id., rapport du 4 avril 1861 adressé au ministre d’État.

8 Arch. nat., AJ52 444, Rapport du bibliothécaire de l’École impériale et spéciale des beaux-arts lu au conseil d’administration de l’École, 23 janvier 1863.

9 Sur les relations Labrouste et Delancy à la bibliothèque Sainte-Geneviève, voir Christine Vendredi-Auzanneau, Visions de Sainte-Geneviève, Paris, bibliothèque Sainte-Geneviève, Maisonneuve et Larose, 2002.

10 Arch. nat., AJ52 809, lettre du président de l’École à l’architecte Félix Duban, 14 mars 1863.

11 Eugène Mouton, La Bibliothèque de l’École nationale des Beaux-Arts, Paris, Joseph Baer, 1875, 44 p., p. 2.

12 Arch. nat., AJ52 444, Rapport du bibliothécaire de l’École impériale et spéciale [...], op. cit.

13 Eugène Mouton, La Bibliothèque de l’École nationale des Beaux-Arts, op. cit., p. 2.

14 Id., p. 4.

15 Arch. nat., AJ52 444. Rapport du bibliothécaire [...], op. cit.

16 Revue générale de l’architecture et des travaux publics, 1864, t. XII, col. 73.

17 Arch. nat., AJ52 809, lettre de Müntz au directeur de l’École, 27 juillet 1881.

18 Nous nous bornerons à rappeler l’installation des salles Lesoufaché, Dubois de l’Estang au XIXe siècle et le ré-aménagement de cette dernière au début du XXe siècle. Arch. nat., AJ52 443.

19 Arch. nat., AJ52 825, Inventaire des livres et estampes de l’École royale des beaux-Arts, 1er mai 1826. Ce document comporte 300 numéros d’entrée, 73 concernant l’architecture. Le Relevé fait par Duvivier en mentionne 265.

20 Sur 265 titres inscrits à l’Inventaire général (Arch. nat., AJ52 524 bis) 215 titres (460 volumes) sont mentionnés comme provenant de l’ancienne bibliothèque.

21 Eugène Müntz, La Bibliothèque de l’École des beaux-arts avant la Révolution, Paris, 1897, extrait des Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. XXIV (1897), 22 p., p. 5.

22 Arch. nat., AJ52 825, Catalogue des livres donnés par le Roy à l’Académie royale de peinture et de sculpture, renfermés dans quatre corps d’armoires placés dans la salle d’assemblée, délibération du 6 mars 1747.

23 Henri Testelin, Mémoires pour servir à l’histoire de l’Académie royale de peinture et de sculpture depuis 1648 jusqu’en 1664, Paris, P. Jannet, 1853, vol. 2, p. 78.

24 Procès-verbal de Sedaine, 25 février 1788, cité par Eugène Müntz, La Bibliothèque [...], op. cit., p. 22.

25 Chiffre correspondant au nombre d’entrée de l’Inventaire des livres de la bibliothèque de l’École des beaux-arts depuis 1820 (Arch. nat., AJ52 524 bis) ; Vinet le « gonfle » quelque peu quand, dans son rapport de 1863, il fait état de 3 000 volumes.

26 Arch. nat., AJ52 444, Correspondance 1825-1852 : attribution d’ouvrages.

27 Arch. nat., AJ52 825. L’ouvrage, encore inscrit sous le numéro 276 du relevé de 1826, n’a pas été porté au catalogue général (Arch. nat, AJ52 524 bis, inventaire des livres de la bibliothèque de l’École des beaux-arts depuis 1820).

28 Cette mention apparaît pour la première fois dans l’inventaire mentionné ci-dessus (AJ52 524 bis).

29 Autres dons importants intervenus après cette date : ouvrages des XVe et XVIe siècles offerts par Jean Masson en 1924, manuscrits des cours d’architecture donnés par le petit-fils de Léon Vaudoyer en 1941, par exemple.

30 Eugène Mouton, La Bibliothèque de l’École nationale des Beaux-Arts, op. cit., p. 6.

31 Arch. nat., AJ52 450, dossier Paccard.

32 Arch. nat., AJ52 450, dossier Travers.

33 Arch. nat., AJ52 450, dossier Vellet.

34 Arch. nat., AJ52 450, dossier Vellet, testament daté de mai 1855.

35 Arch. nat., AJ52 449, dossier Lesoufaché, lettre du 1er juillet 1889 adressée par Mme Lesoufaché à l’École.

36 Arch. nat., AJ52 448, dossier Garnier.

37 Arch. nat., AJ52 450, dossier Wagner.

38 Arch. nat., AJ52 809, lettre du ministre d’État au président de l’École.

39 Arch. nat., AJ52 443.

40 Arch. nat., AJ52 444, demande spéciale de Vinet au président de l’École afin de compléter des lacunes criantes de l’École : sur 22 ouvrages demandés seuls 2 relèvent de l’architecture.

41 Arch. nat., AJ52 444, Rapport sur la bibliothèque de l’École impériale des beaux-arts, 1er février 1866, 78 p., p. 2.

42 Arch. nat., AJ52 443, une lettre du 3 février annonce l’impossibilité de la transaction.

43 Arch. nat., AJ52 444, dotation de l’École en livres, lettre de Müntz au directeur de l’École, 18 février 1878.

44 Id.

45 Eugène Müntz, La Collection Lesoufaché, Paris, Imprimerie Dumoulin, 1892, 8 p., détaille la variété des éditions contenues dans cette collection.

46 Eugène Mouton, La Bibliothèque de l’École nationale des Beaux-Arts, op. cit., p. 9.

47 Arch. nat., AJ52 444, Ernest Vinet, Rapport du bibliothécaire de l’École impériale et spéciale des beaux-arts lu au conseil d’administration de l’École, op. cit., section I.

48 Eugène Mouton, La Bibliothèque de l’École nationale des Beaux-Arts, op. cit., p. 44.

49 Julien Hénard, L’Architecture de l’école nationale des beaux-arts, cité dans Les Beaux-Arts de l’Académie aux Quat’zarts, Paris, ENSBA, 2001, 595 p., p. 442.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : Plan de 1833 avec Indication de la Bibliothèque (P), Arch. nat, AJ52 443. Cl. C. Vendredi-Auzanneau. « La salle P aurait dû être construite au-dessus de la galerie 0 mais n’a pas été réalisée ».
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1148/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Ill. 2 : Entrée de la Bibliothèque. Cl. C. Vendredi-Auzanneau.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1148/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Ill.3 : Aménagement de la salle Dubois de l’Estang, 1903, Arch. nat., AJ52 443. Cl. C. Vendredi-Auzanneau.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1148/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Composition du fonds provenant de l’Académie de peinture et de sculpture
Légende Ill. 4 : Provenance des volumes composant le fonds en 1864 d’après L’Inventaire des livres et estampes de l’École royale des beaux-arts daté du 1er mai 1826 (Arch. nat., AJ52 825), le Relevé des livres de la Bibliothèque effectué par Duvivier en 1833 (Arch. nat., AJ52 825), la correspondance sur les entrées d’ouvrages (AJ52 525) et le Rapport sur la Bibliothèque de l’École impériale des beaux-arts, rédigé par Ernest Vinet en 1863 (AJ52 444).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1148/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Dons et legs faits au profit de l’École des beaux-arts de Paris
Légende Ill. 5 : Histogramme des dons parvenus à l’École durant le XIXe siècle, établi à partir des documents conservés aux Archives nationales, pour les dons faits entre 1826 et l’ouverture de l’École ; AJ52 821, pour ceux effectués après 1850, AJ52 447, AJ52 448, AJ52 449, AJ52 450.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1148/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Ill. 6 : Liste des ouvrages donnés par Vellet, 1855, Arch. nat., AJ52. 450. Cl. C. Vendredi-Auzanneau.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1148/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Accroissement de la collection en nombre de volumes
Légende Ill. 7 : Accroissement du fonds de 1820 à 1864 (les sources sont les mêmes que celles de l’illustration 4).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1148/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Ill. 8 : Exemple d’échange de livres intervenu en 1880. Arch. nat., AJ52 444, correspondance de l’École des beaux-arts.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1148/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Provenance des livres dans le fonds de la Bibliothèque en 1864
Légende Ill. 9 : Composition du fonds transmis par la bibliothèque de l’Académie de peinture et de sculpture d’après Le Catalogue des livres donnés par le Roy à l’Académie royale de peinture et de sculpture, renfermés dans quatre corps d’armoires placés dans la salle d’assemblée, délibération du 6 mars 1747 (Arch. nat., AJ52 825).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1148/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Répartition des volumes composant le fonds de la Bibliothèque en 1864
Légende Ill. 10 : Composition de la Bibliothèque de l’École en 1864 d’après l’Inventaire général de la Bibliothèque de l’École des beaux-arts (1878, Arch. nat., AJ52 524 bis)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1148/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Composition du fonds de la Bibliothèque en 1875
Légende Ill. 11 : Composition de la Bibliothèque de l’École en 1875 d’après l’Inventaire général de la Bibliothèque de l’École des beaux-arts (1878, Arch. nat., AJ52 524 bis)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1148/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

Auteur

Docteur de l’EPHE et de l’université de Prague

© Publications de l’École nationale des chartes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search