Version classiqueVersion mobile

Le livre d'architecture, XVe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

Les bibliothèques d'architecture

Le fonds de livres d’architecture à la bibliothèque de l’École des beaux-arts au XIXe siècle. Première partie : La bibliothèque et son public

Fabienne Doulat

Texte intégral

  • 1 Alexis Lemaistre, L’École des Beaux-Arts, dessinée et racontée par un élève, Paris, Firmin-Didot, 1 (...)

1« Au milieu de la salle s’allonge une file de tables interrompues de temps en temps par de hauts casiers, formant pupitres ; c’est là que prennent place les travailleurs, presque tous jeunes ; c’est là que, sous les rayons blancs du soleil, ou sous la lumière jaune du gaz, peintres, architectes, sculpteurs ou amateurs, consultent, qui un dictionnaire, qui les dessins de Raphaël, qui le Livre d’Heures de la reine Anne. Le soir, une lueur vive éclaire les fronts pensifs courbés sur les livres, les grands albums qu’on feuillette, monté sur un escabeau, les gravures fixées à un axe central et qu’on tourne comme des volets. » La description de la bibliothèque de l’École des beaux-arts que nous offre un ancien élève, Alexis Lemaistre1, nous permet de sentir l’atmosphère de ce lieu et nous amène à présent à nous interroger sur les lecteurs qui le fréquentent. En effet l’utilisation d’une bibliothèque par ses lecteurs est sans doute aussi révélatrice de sa raison d’être et de ses rôles que la constitution du fonds. C’est pourquoi nous nous proposons d’examiner le fonctionnement matériel de la bibliothèque et les modalités de sa fréquentation par les lecteurs dans le dessein de mieux connaître la place du livre dans la formation des élèves de l’École et plus particulièrement des architectes.

LE FONCTIONNEMENT DE LA BIBLIOTHÈQUE

  • 2 Arch. nat., AJ52 33, p. 13.
  • 3 L’arrêté du 28 mars 1911 modifie ces horaires et établit les séances du matin de 13 à 17 heures pen (...)
  • 4 Les dates de fermeture sont fluctuantes au cours de la période.
  • 5 Le système est mis en place à partir du 4 février 1864.

2Dès son ouverture en janvier 1 864, la bibliothèque dispose d’un règlement en quinze articles conçu par le bibliothécaire Ernest Vinet (1804-1878)2. C’est ainsi que sont précisées les modalités d’ouverture : « La Bibliothèque est ouverte les lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi de chaque semaine, du 1er novembre au 1er mars de midi à quatre heures du soir et le reste de l’année de midi à cinq heures » (article 1er)3. Une période de quatre semaines de vacances (article 14) est prévue4. Les conditions d’accès sont établies : « Toute personne au-dessus de l’âge de quinze ans peut s’y faire admettre » (article 2), « une carte sera délivrée au secrétariat à chaque personne contre l’admission de laquelle il ne s’élèvera point d’objections sérieuses. Cette carte sera valable un an » (article 3), celle des élèves est d’une couleur spécifique (article 5). La communication des ouvrages s’effectue par l’intermédiaire d’un bulletin de demande (article 6)5 et elle est limitée dans certains cas : « La communication des manuscrits, des dossiers originaux et particulièrement des restaurations des architectes de l’École de Rome, ne pourra avoir lieu qu’en vertu d’une autorisation expresse. Toute demande à cet égard devra mentionner les motifs qui portent à la formuler » (article 7). De même des précautions sont prises pour la consultation des ouvrages : « Il est interdit de calquer, de mesurer avec le compas et de se servir d’encre. Les notes seront prises au crayon et l’on ne pourra dessiner qu’avec la mine de plomb » (article 8) ; « il est expressément défendu d’écrire ou de dessiner sur les marges des livres, de les maculer de quelque manière que ce soit » (article 9).

  • 6 Eugène Müntz, Guide de l’École des Beaux-Arts, Paris, 1889, p. 130.

3L’organisation de la bibliothèque connaît au cours des années plusieurs modifications. À partir de 1879, des séances du soir, réservées aux élèves par opposition à l’ouverture habituelle dite séances du matin6, sont instituées entre 19h30 et 22 heures, du 15 octobre au 1er mai. Le 16 avril 1907 un nouveau règlement instaure entre autre des dispositions concernant une limitation de la consultation et un contrôle plus strict de la communication des ouvrages.

  • 7 Arch. nat., AJ52 1401 1872-1888 ; AJ52 1402 1888-1907 ; AJ52 1403 1907-1923 et AJ52 1404 1959-1973, (...)
  • 8 Arch. nat., AJ52 835.

4Le prêt des livres qui « est formellement interdit, et sans exception » (article 11) par le règlement de 1864, s’instaure au cours des années 18707. Le règlement de 1907 précise qu’« il ne peut être prêté de livres au dehors qu’aux professeurs et fonctionnaires de l’École, aux membres de l’Institut et aux personnes spécialement autorisées par le sous-secrétaire d’état des beaux-arts ou par le directeur de l’École. Le prêt ne peut excéder un mois. Les livres prêtés au dehors ne peuvent être que des ouvrages courants, c’est-à-dire sans valeur artistique ou historique » (article XVII). Toutefois, des particuliers sont autorisés à emprunter après que leur demande a été étudiée par le bibliothécaire8.

FRÉQUENTATION DE LA BIBLIOTHÈQUE

  • 9 Personnes qui préparent le concours d’admission à l’École.
  • 10 Arch. nat., AJ52 1415 (cahiers de présence 1876-1935), AJ52 528-532 (registres nominatifs des lecte (...)

5La bibliothèque est accessible aux élèves et au personnel de l’École, aux aspirants9 ainsi qu’aux personnes extérieures à l’établissement qui en font la demande. Les archives de l’École10 permettent d’étudier la composition de ce public, son volume et sa pratique de la bibliothèque. Il faut cependant remarquer que les informations dont nous disposons ne sont pas homogènes et empêchent des analyses suivies. De plus, les renseignements sont uniquement d’ordre quantitatif et ne donnent aucune précision sur les ouvrages consultés : nous ne pouvons pas faire de distinction entre la consultation de livres et celle de dessins, ni à fortiori entre les livres d’architecture et les autres.

Nombre d’entrées

Nombre d’entrées

Graphique 1 : Fréquentation totale annuelle de la bibliothèque de l’École des beaux-arts.

Graphique 2 : répartition par décennies des différentes catégories de lecteurs de la bibliothèque de l’École des beaux-arts.

  • 11 À titre indicatif, signalons qu’Eugène Mouton dans La Bibliothèque de l’École nationale supérieure (...)
  • 12 Arch. nat., AJ52 33, compte rendu de l’activité de la bibliothèque du bibliothécaire au directeur d (...)

6L’analyse de l’évolution de la fréquentation de la bibliothèque entre 1864 et 1935 (voir graphique 1) montre une nette augmentation du nombre des lecteurs jusque dans les années 1900, passant ainsi de 21 412 visites pour la décennie 1860 à 124 803 pour la décennie 1900. La décennie 1910, en raison de la guerre, connaît une baisse brutale et ne compte que 55 690 lecteurs. Au cours de la décennie suivante, malgré une reprise de la fréquentation, le nombre des lecteurs reste très inférieur à celui des années 1880-1910. Il serait intéressant de comparer ces données avec l’évolution du nombre d’élèves afin de déterminer ce qui correspond à l’histoire de l’École et ce qui relève d’une pratique différente de la bibliothèque. Cependant, cette étude semble difficile à réaliser car les statistiques concernant les élèves n’existent pas de façon régulière et fiable à l’heure actuelle. Globalement, on peut dire que le nombre d’élèves augmente au cours des XIXe et XXe siècles et que les élèves architectes ont toujours été les plus nombreux11. Il faut signaler que les registres comptabilisent le nombre d’entrées à la bibliothèque, ce qui ne permet pas d’établir le nombre de lecteurs. Seul le rapport de Vinet de 186512 nous en donne une idée puisqu’il précise qu’entre le 25 janvier et le 31 décembre 1864, 3 625 entrées à la bibliothèque représentent 503 personnes inscrites sur le registre dont 450 élèves de l’École et 53 personnes étrangères à l’École, ce qui représente une moyenne de plus de sept visites par lecteurs.

  • 13 Cette étude concerne les décennies 1860 à 1900 car les données manquent pour la suite.

7La répartition des lecteurs en fonction des différentes catégories (architectes, peintres, sculpteurs, graveurs et amateurs) pour chaque décennie13 (voir graphique 2) montre que dans les années 1860, les architectes représentent 42 % des lecteurs tandis que 33 % sont des peintres. On observe ensuite une diminution régulière de la part des architectes dans le total des lecteurs qui constituent 31 % en 1900. En revanche, la part des peintres augmente de façon constante pour représenter 53 % en 1900. Le nombre d’élèves architectes n’ayant pas diminué à priori au cours de cette période, ces chiffres semblent témoigner d’une désaffection de la bibliothèque par les architectes. La fréquentation de la bibliothèque pour chaque catégorie de lecteurs (voir graphique 3) confirme cette analyse.

Nombre d’entrées annuelles

Nombre d’entrées annuelles

Graphique 3 : Fréquentation de la bibliothèque de l’École des beaux-arts par catégories de lecteurs.

8L’observation de la fréquentation mensuelle moyenne pour chaque décennie entre 1860 et 1930 (voir graphique 4) permet de mieux apprécier la pratique de la bibliothèque. Il apparaît que la fréquentation est stable au premier trimestre avec une moyenne de 1 000 lecteurs par mois sur l’ensemble de la période, puis elle baisse régulièrement au deuxième trimestre et en juillet, elle s’interrompt quasiment pendant la période estivale pour revenir, en novembre et décembre, au niveau du début de l’année. La courbe de fréquentation des séances du matin (voir graphique 5) corrobore ce constat, ce qui indique que l’existence des séances du soir pendant une partie seulement de l’année ne fausse pas l’analyse. Enfin la fréquentation mensuelle des architectes (voir graphique 6) révèle pour cette catégorie un comportement proche de l’évolution générale : le premier trimestre reçoit en moyenne 340 lecteurs par mois, puis une baisse de la fréquentation se produit au deuxième trimestre avec environ 235 lecteurs par mois et s’accélère en juillet avec 177 lecteurs ; après la quasi nullité des mois d’été, le nombre de lecteurs augmente avec 395 visites en novembre et 338 en décembre.

  • 14 Arch. nat., AJ52 33, lettre du bibliothécaire au comte de Nieuwerkerke.

9La bibliothèque est vouée, dès son ouverture, à l’accueil de personnes extérieures à l’École comme l’expose Vinet en 186314 : « L’assemblée des professeurs a décidé au mois de janvier de cette année que, bien que l’on ait voulu avant tout établir une bibliothèque à l’usage des élèves, l’accès devait en être rendu facile à toutes les personnes qui s’occupent à divers titres de la théorie, de la pratique et de l’histoire de l’art ; à toutes celles qui sont officiellement chargées de l’enseignement du dessin appliqué à l’industrie. » Les archives recensent ces lecteurs dans la catégorie amateurs dont la part dans la fréquentation générale (voir graphique 2) augmente au cours des décennies 1870 et 1880, atteignant un maximum de 16 % pour les années 1890.

10Les registres de présence nominatifs précisent, dans certains cas, la profession de ces amateurs, ce qui permet de relever ceux dont l’activité est en rapport avec l’architecture. De nombreux architectes sont ainsi mentionnés. Certains, à peine sortis de l’École, semblent continuer à fréquenter la bibliothèque, comme Ambroise Baudry, inscrit en tant qu’élève jusqu’en 1867 et en tant qu’amateur à partir de 1868. D’autres fréquentent assidûment la bibliothèque à l’instar de Boitte qui s’y rend cinquante-trois fois entre 1868 et 1879. Enfin certains ne viennent que ponctuellement, ainsi Julien Guadet consulte la bibliothèque quatorze fois en 1870. Il est particulièrement intéressant de noter la présence d’ingénieurs et d’élèves des ponts et chaussées ainsi que d’ingénieurs civils.

11Ces données montrent le rayonnement de la bibliothèque de l’École. Non seulement les anciens élèves continuent à fréquenter l’établissement, mais certains professionnels de la construction ainsi que des élèves d’autres établissements viennent le consulter.

Nombre d’entrées

Nombre d’entrées

Graphique 4 : Fréquentation mensuelle de la bibliothèque de l’École des beaux-arts pour chaque décennie.

Nombre d’entrées

Nombre d’entrées

Graphique 5 : Répartition de la fréquentation mensuelle entre les séances du matin et du soir à la bibliothèque de l’École des beaux-arts 1860 à 1930

Nombre d’entrées

Nombre d’entrées

Graphique 6 : Fréquentation mensuelle de la bibliothèque de l’École des beaux-arts par les architectes pour chaque décennie.

LA PLACE DU LIVRE DANS LA FORMATION DES ARCHITECTES

12À travers l’étude de la bibliothèque de l’École des beaux-arts, de son contenu et de sa fréquentation, la question principale est sans doute de savoir ce que lisent les élèves et donc de connaître le rôle du livre dans la formation de l’architecte. Cependant, l’insuffisance des archives que nous avons souligné ne permet pas d’apporter de réponses précises à ces questions, tout au plus peut-on émettre quelques remarques et hypothèses.

  • 15 Arch. nat., AJ52 33, p. 18.
  • 16 Arch. nat., AJ52 444.

13En ce qui concerne les sujets des ouvrages compulsés, la disparition des bulletins de demande de consultation empêche toute analyse. Les seules indications concernant cette question sont données par Vinet dans ses rapports du 1er février 186515 et du 1er février 186616 où il fournit une répartition des bulletins de demande en fonction des thèmes des ouvrages. Sur les 3 871 demandes faites au cours de l’année 1864, 973 concernent l’architecture dont 514 sont des généralités et des traités d’architecture, 73 relèvent de l’architecture pratique (coupe des pierres, charpente, chauffage et ventilation), 44 concernent l’architecture grecque, 68 l’architecture romaine, 49 l’architecture du Moyen Âge, 139 l’architecture moderne, 33 ont trait à l’ornementation et 77 demandes se rapportent à l’archéologie.

14Le bibliothécaire note que « l’attention des jeunes architectes s’est particulièrement dirigée sur certains recueils périodiques. La Revue d’Architecture publiée par M. César Daly a été demandée 97 fois et l’Encyclopédie d’architecture de MM. Victor Calliat et Adolphe Lance 89 fois. Le Dictionnaire raisonné de l’architecture du XIe au XVe siècle par M. Viollet-le-Duc, le Mobilier Français et les Entretiens sur l’architecture ont trouvé pour le moins une centaine de lecteurs, ce qu’explique la célébrité de l’auteur et les circonstances dans lesquelles il se trouvait placé. Les beaux dessins d’architecture des lauréats de l’École [...] l’ont emporté de beaucoup sur tous les livres dont se compose la bibliothèque. Près de six cents demandes marquent à quel point ce recueil est recherché par les élèves. »

15Il est regrettable que ce type de rapport n’existe pas pour les autre années ce qui aurait permis d’étudier l’évolution des demandes des lecteurs.

16On peut s’interroger sur le rapport entre l’enseignement dispensé à l’École et l’utilisation des livres et de la bibliothèque. S’il est avéré que les professeurs font des suggestions d’achats aux bibliothécaires, il est en revanche difficile de savoir si ces derniers donnent des orientations bibliographiques dans leurs cours. On peut à ce sujet remarquer que le professeur de théorie Edmond Guillaume fournit parfois des indications dans ses programmes de concours, mais cette pratique semble exceptionnelle. Certaines disciplines du concours d’admission ou des programmes de cours semblent à priori nécessiter un recours à la bibliothèque, comme l’histoire, mais il est difficile de vérifier leur impact sur la fréquentation de la bibliothèque. Enfin il serait intéressant de connaître le lien entre la fréquentation de la bibliothèque et le niveau d’étude ce qui nécessite une recherche approfondie sur le comportement des élèves de seconde et de première classe.

  • 17 Eugène Mouton, La Bibliothèque nationale de l’École des beaux-arts, 1875.

17Les variations mensuelles des courbes de fréquentation de la bibliothèque que nous avons précédemment examinées, nous amènent à réfléchir à une influence du rythme de la scolarité sur la fréquentation de la bibliothèque. Eugène Mouton17 affirme que « pendant les concours, le nombre des lecteurs diminue, et [...] aux approches des concours il augmente. Ainsi les élèves n’osent plus affronter le concours sans s’être d’abord fortifiés en travaillant à la bibliothèque. Voilà un fait palpable ». Cependant, il faut rappeler le nombre important de concours auxquels les élèves sont soumis au cours de l’année, ce qui rend difficile une comparaison avec la consultation de la bibliothèque.

  • 18 Alexis Lemaistre, L’École des Beaux-Arts, dessinée et racontée par un élève, op. cit., p. 59.

18Il est très délicat d’apprécier la place du livre dans la formation des architectes. Rappelons qu’en 1875, ils représentent 63 % des élèves mais ils ne constituent que 36 % des lecteurs. Si ces chiffres montrent une fréquentation relativement faible de la bibliothèque, cela ne signifie pas nécessairement que les élèves architectes ne consultent pas de livres. Il est reconnu que chaque atelier possède sa propre bibliothèque dont on peut se faire une idée grâce à la description de l’atelier Guadet que donne Lemaistre18 : « Sur le mur du fond, en face de la porte, s’allongent des casiers qu’on décore du nom pompeux de bibliothèque. Cette bibliothèque contient, entre autres choses, les photographies des projets médaillés, des Grands Prix et des envois de Rome, des traités d’architecture, Palladio, Vignole, le nouvel Opéra, Saint-Pierre de Rome, l’Encyclopédie d’architecture, les édifices de la Rome ancienne... ». La relation des élèves avec ces bibliothèques d’atelier est difficilement perceptible. Toutefois, on peut penser que l’utilisation de ces livres étaient moins réglementée qu’en bibliothèque et que les élèves pouvaient à loisir les utiliser comme source d’inspiration.

19À travers l’étude du fonds de livres d’architecture à la bibliothèque de l’École des beaux-arts au XIXe siècle, on pouvait espérer une meilleure connaissance de la question de la formation des artistes et des architectes en particulier, évaluer la place que le livre d’architecture y occupe et son usage, appréhender l’influence de certains auteurs. Les archives n’apportent que des réponses partielles à ces questions. Notre étude constitue une première approche qui nécessiterait d’être approfondie et complétée par des recherches sur le cursus à l’École des beaux-arts, par l’étude de la consultation des dessins, par des rapprochements avec les bibliothèques d’ateliers et celles d’autres établissements d’enseignement de l’architecture.

Notes

1 Alexis Lemaistre, L’École des Beaux-Arts, dessinée et racontée par un élève, Paris, Firmin-Didot, 1889, 407 p.

2 Arch. nat., AJ52 33, p. 13.

3 L’arrêté du 28 mars 1911 modifie ces horaires et établit les séances du matin de 13 à 17 heures pendant la période d’hiver et de 13 à 18 heures pendant la période d’été.

4 Les dates de fermeture sont fluctuantes au cours de la période.

5 Le système est mis en place à partir du 4 février 1864.

6 Eugène Müntz, Guide de l’École des Beaux-Arts, Paris, 1889, p. 130.

7 Arch. nat., AJ52 1401 1872-1888 ; AJ52 1402 1888-1907 ; AJ52 1403 1907-1923 et AJ52 1404 1959-1973, registres de prêts.

8 Arch. nat., AJ52 835.

9 Personnes qui préparent le concours d’admission à l’École.

10 Arch. nat., AJ52 1415 (cahiers de présence 1876-1935), AJ52 528-532 (registres nominatifs des lecteurs avec fréquentation mensuelle par catégorie de lecteur 1865-1888).

11 À titre indicatif, signalons qu’Eugène Mouton dans La Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts indique que sur les 1293 élèves que compte l’École, 820 sont des architectes, 320 des peintres, 120 des sculpteurs et 33 des graveurs. En 1892, parmi les 1698 élèves on dénombre 974 architectes, 470 peintres, 206 sculpteurs et 48 graveurs (Arch. nat., AJ52 909).

12 Arch. nat., AJ52 33, compte rendu de l’activité de la bibliothèque du bibliothécaire au directeur de l’École, p. 18.

13 Cette étude concerne les décennies 1860 à 1900 car les données manquent pour la suite.

14 Arch. nat., AJ52 33, lettre du bibliothécaire au comte de Nieuwerkerke.

15 Arch. nat., AJ52 33, p. 18.

16 Arch. nat., AJ52 444.

17 Eugène Mouton, La Bibliothèque nationale de l’École des beaux-arts, 1875.

18 Alexis Lemaistre, L’École des Beaux-Arts, dessinée et racontée par un élève, op. cit., p. 59.

Table des illustrations

Titre Nombre d’entrées
Légende Graphique 1 : Fréquentation totale annuelle de la bibliothèque de l’École des beaux-arts.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1146/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Graphique 2 : répartition par décennies des différentes catégories de lecteurs de la bibliothèque de l’École des beaux-arts.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1146/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Nombre d’entrées annuelles
Légende Graphique 3 : Fréquentation de la bibliothèque de l’École des beaux-arts par catégories de lecteurs.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1146/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Nombre d’entrées
Légende Graphique 4 : Fréquentation mensuelle de la bibliothèque de l’École des beaux-arts pour chaque décennie.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1146/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Nombre d’entrées
Légende Graphique 5 : Répartition de la fréquentation mensuelle entre les séances du matin et du soir à la bibliothèque de l’École des beaux-arts 1860 à 1930
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1146/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Nombre d’entrées
Légende Graphique 6 : Fréquentation mensuelle de la bibliothèque de l’École des beaux-arts par les architectes pour chaque décennie.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1146/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 150k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search