Version classiqueVersion mobile

Le livre d'architecture, XVe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

Les bibliothèques d'architecture

Enquête à travers les catalogues de vente de bibliothèques d’architectes du XVIIIe siècle

La bibliothèque de Jacques-Germain Soufflot

Annie Charon-Parent

Texte intégral

1L’étude des bibliothèques rassemblées par les architectes permet de connaître leurs méthodes de travail, leur bagage intellectuel, leurs goûts et leurs curiosités. Les sources autorisant une telle approche sont les exemplaires aujourd’hui conservés qui peuvent porter ex-libris et annotations, les inventaires après décès et les catalogues de vente des livres. Comment retrouver, critiquer et utiliser ces listes de livres établies en vue d’une dispersion commerciale et dans quelle mesure sont-elles le reflet fidèle des lectures dont elles gardent mémoire ?

  • 1 Les catalogues de vente conservés à la Bibliothèque nationale de France sont repérables grâce au c (...)
  • 2 Françoise Bléchet, Les Ventes publiques de livres en France, 1630-1750 : répertoire des catalogues (...)
  • 3 Ce répertoire en cours est réalisé par Nicole Masson, professeur à l’Université de Poitiers. Un re (...)
  • 4 Les Ventes de livres et leurs catalogues. Etudes réunies par Annie Charon et Elisabeth Parinet. Pa (...)

2Les ventes aux enchères de livres apparues à la fin du XVIe siècle aux Pays-Bas, se développent à Paris, dans les premières années du XVIIIe siècle, en même temps que s’organise un commerce de l’antiquariat et qu’apparaît un goût de la collection de livres rares. Les catalogues de vente ont une finalité essentiellement commerciale ; il s’agit de retenir l’attention de l’amateur ou du marchand parfois bien éloigné de l’endroit où a lieu la dispersion des livres et de l’amener à participer aux enchères. Ces documents peuvent être repérés dans le catalogue collectif de France et dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France mais les notices sont succinctes et souvent incomplètes, sur deux points notamment, la qualité du possesseur et les particularités de l’exemplaire : mentions de prix, noms d’acquéreurs, listes manuscrites jointe1. Des recensements plus approfondis permettant de connaître les particularités d’exemplaires ont été réalisés sur les fonds de la Bibliothèque nationale de France, des origines à 1750 par Françoise Bléchet2 ; l’inventaire est en cours pour la période suivante allant jusqu’en 17703. En dehors de la Bibliothèque nationale, beaucoup de fonds sont insuffisamment connus ou restent inexplorés4.

  • 5 Jean Viardot, « La bibliothèque de Crébillon. Deux approches. I. Approche bibliophilique », dans L (...)
  • 6 Antoine Coron, « La censure des ventes publiques au XVIIIe siècle : à propos de l’Enfer de “M. Fil (...)
  • 7 Sur Soufflot, voir Michel Gallet, Les Architectes parisiens du XVIIIe siècle. Dictionnaire biograp (...)

3Difficiles à repérer, ces catalogues sont aussi à utiliser avec prudence. D’où viennent les livres décrits ? Sont-ils réellement ceux choisis par l’amateur dont la bibliothèque est dispersée ? Quelle est la proportion des livres hérités des générations précédentes ? En prenant en compte les dates de publication des éditions présentes dans la bibliothèque inventoriée et en distinguant les éditions originales de celles qui sont postérieures, on peut établir la part d’initiative personnelle du possesseur étudié. Il est important aussi de tenter d’estimer la proportion des livres reçus à titre professionnel ou honorifique. Jean Viardot n’a-t-il pas montré que certains livres de la bibliothèque de Crébillon fils lui ont été donnés dans le cadre de l’exercice de ses fonctions de censeur5 ? Il convient aussi de ne pas oublier le contexte commercial dans lequel ces catalogues sont publiés. Les libraires font des lots ; ils retranchent, ils ajoutent au gré des impératifs marchands ; ils passent sous silence tels ou tels titres jugés dangereux ou suspects, quitte à les vendre discrètement après la vente officielle6. Nombreuses sont donc les précautions à prendre pour exploiter ces documents ; ceux-ci ne s’en révèlent pas moins prometteurs, car ils sont rédigés par des libraires compétents qui décrivent de façon précise, cohérente et rigoureuse les livres à vendre. C’est à la lecture des catalogues dressés à la suite du décès de Jacques-Germain Soufflot que seront appréhendés les choix de lecture faits par l’architecte7.

  • 8 Soufflot et son temps. 1780-1980, [Exposition, Paris, Caisse nationale des monuments historiques e (...)

4Les organisateurs de l’exposition Soufflot et son temps en 1981 avaient signalé le catalogue de la vente aux enchères du cabinet de l’architecte, composé d’objets d’art et de « volumes d’architecture »8. L’examen des « volumes » décrits avaient laissé perplexes ces historiens de l’art ; n’écrivaient-ils pas : « La vente se termina par la mise à prix de la bibliothèque ou, du moins, des livres d’architecture car on ne relève ici aucun des titres littéraires classiques ou modernes, aucun recueil de vers, caractéristiques des bibliothèques de l’époque. Il s’agit d’un instrument de travail, encore que l’on note des absences importantes : Laugier, Briseux, Neufforge, Cordemoy ou Patte. » L’absence des recueils de Piranèse avait particulièrement intrigué ces spécialistes de l’architecte.

5Or nous trouvons presque tous ces titres dans la « Notice des livres [dont la vente] se fera après celle des tableaux lundi 13 novembre 1780 ». Nous découvrons grâce à cette notice que Soufflot a rassemblé un ensemble de livres d’architecture beaucoup plus complet que ne le laissaient croire les recueils de planches vendus avec les tableaux et qu’il s’intéresse à toutes sortes de sujets : littérature, science, histoire, économie...

  • 9 Arch. nat, Min. centr., ét. LXXXIII, 601, 7 septembre 1780. Madame Françoise Mosser, conservateur (...)
  • 10 Les prix d’adjudication manuscrits ajoutés dans les deux exemplaires de la BnF permettent de calcu (...)
  • 11 Catalogue de tableaux, pastels, gouaches, aquarelles ; Dessins d’Architecture & autres, sous verre (...)
  • 12 L’inventaire après décès mentionne 44 volumes d’architecture ; le catalogue de la vente en décrit (...)

6Reconstituons le fil des événements ; après la mort de Soufflot, le 29 août 1780, l’inventaire de ses biens est établi en date du 7 septembre 17809. Quarante-neuf volumes, correspondant à quarante et une entrées, sont sommairement décrits par le peintre Jean-Baptiste-Pierre Le Brun, dans une rubrique appelée « livres d’architecture » ; ils sont estimés cinq cent-sept livres tournois10. L’ordre de ce premier inventaire est modifié pour mettre en vente ces mêmes documents dans le Catalogue des tableaux, pastels, gouaches, aquarelles, dessins montés, estampes encadrées et en feuilles, volumes d’architecture, terres cuites, marbres, bronzes, petits modèles en talc publié entre le 13 octobre 1780, date de l’approbation et de la permission d’imprimer et le 20 octobre 1780, date de la vente11. Le catalogue est précédé d’un avertissement qui dresse un élogieux portrait du défunt ; à la fin de cette biographie, on relève une intéressante mention caractérisant le public auquel est destinée cette vente : « Le cabinet que nous décrivons dans ce catalogue, doit également intéresser l’Amateur & l’Artiste. L’un & l'autre y trouveront des tableaux précieux et des ouvrages de goût. » Ceux-ci sont des livres d’architecture de grande dimension comportant de nombreuses planches gravées ; Le Brun les distingue des estampes en feuilles ou encadrées12. Dans deux cas, ces volumes sont décrits comme brochés ; ceux-ci correspondent à des éditions dont un exemplaire relié se trouve dans la bibliothèque vendue quelques semaines plus tard : ce sont Les Ruines de Paestum de Dumont et Les Ruines des plus beaux Monumens de la Grèce de Le Roy. Soufflot se sert du volume broché pour dessiner et consulte ou lit l’exemplaire relié du même ouvrage. Ceci laisse supposer que les autres volumes sont reliés, à l’instar de ce numéro ainsi décrit : « Les œuvres de M. Le Prince, gravés à l’eau-forte & dans la manière du lavis, composées de cent-cinquante estampes reliées en veau à filets d’or. » La description de ces volumes d’architecture a été faite, non par un libraire mais par un artiste qui ne s’est soucié ni du format, ni du lieu ni de la date d’édition, ce qui rend délicate la comparaison des deux listes, comme le montre cet exemple : la Description du nouveau pont de pierre construit sur la rivière d’Allier de Regemorts est mentionné à la fois chez Le Brun et dans la notice de la bibliothèque ; le livre n’aurait-il pas été vendu avec les objets d’art et l’a-t-on remis en vente ? S’agit-il d’un double ou d’une autre édition ?

  • 13 Louis-Alexandre Jombert, Paris 1772-1791 [ ?], libraire du Roi pour l’artillerie et le génie [1775 (...)

7Lors de l’inventaire après décès, on distingue, à côté des livres d’architecture, un ensemble décrit comme une « bibliothèque » dont la prisée est confiée à un libraire, Louis-Alexandre-André Jombert13 ; celui-ci constitue vingt et un ensembles non numérotés pour lesquels il donne le nombre global de volumes et la description d’un seul et unique titre. Six cent soixante-quinze volumes sont ainsi sommairement inventoriés et estimés deux mille cent quatre vingt-deux livres tournois. Lors de la rédaction du catalogue de vente, on conserve le même ordre et les mêmes entités qui, désormais sont appelées « lots » numérotés de I à XXI. Une exception est à relever : en quinzième position, dans l’inventaire après décès, on trouve des tablettes avec des brochures alors que, dans la vente, le lot XV est remarquable ; qu’on en juge par sa composition :

Histoires les plus remarquables de l’Ancien & du Nouveau Testament, gravées par le célèbre Jean Luyken, Amsterdam, 1732, 1 vol. in-fol.
Les Bâtimens & les Dessins de André Palladio, recueillis dr illustrés par Octave Bertotti Scamozzi, à Vicence, 1776, 2 vol. in-fol., fig. en feuilles.
Œuvres d’Architecture de Marie-Joseph Peyre, Paris, 1765, 1 vol. in-fol.
Plan de la ville de Paris & de ses Fauxbourgs, par Jaillot, collé sur toile & sur un rouleau.
Plan de la ville de Lyon.
Plan de la ville de Londres
Plan de la ville de Bordeaux.

  • 14 L.-A. Jombert procède à l’inventaire de la bibliothèque au domicile du défunt. Rien n’indique qu’i (...)
  • 15 Jean Viardot, La Bibliothèque de Crébillon [...], p. 138.
  • 16 Jean de La Fontaine, sous la direction de Claire Lesage. [Exposition. Paris, Bibliothèque national (...)

8Ces titres qui ne sont mentionnés à aucun endroit dans l’inventaire après décès auraient-ils été ajoutés par le libraire, organisateur de la vente14 ? Le catalogue de vente dénombre cinq cent soixante-quatorze volumes, un chiffre inférieur à celui de l’inventaire après décès où on en compte six cent soixante quinze. Des volumes trouvés au domicile de Soufflot ont-ils été retirés ou cet écart s’explique-t-il par les incertitudes de la description sommaire de l’inventaire ? Il est impossible de l’établir avec certitude ; du moins ces constatations nous invitent-elles à interpréter avec prudence les lectures de l’architecte, telles qu’elles nous apparaissent à travers ces listes. Lors de la vente qui a lieu le 13 novembre 1780, on ne propose pas un cabinet ni même un ensemble qui prendrait le nom de « bibliothèque » dans le catalogue imprimé mais des livres présentés dans une « notice ». Jean Viardot, en étudiant la bibliothèque de Crébillon fils, a démontré qu’il s’agissait là d’un terme dévalorisant, correspondant à une bibliothèque moyenne15. On peut noter aussi, toujours en suivant J. Viardot, que les titres n’ont pas été redistribués selon le classement des libraires de Paris ; ceci suggère que la bibliothèque n’en valait pas la peine. Les livres de Soufflot n’en sont pas moins décrits avec précision et complétude, auteur, titre, heu de publication, format, nom de l’illustrateur parfois, nombre de volumes, mention de la condition. Le rédacteur du catalogue suit globalement l’ordre de l'inventaire qui reflète sans doute celui des rayonnages. Les livres sont répartis par format et par genre, comme le montre, par exemple, l’examen des trois premiers lots : le lot I compte dix volumes d’ouvrages techniques, le lot II, dix volumes d’architecture et de géométrie, le lot III, avec les quatre volumes du La Fontaine d’Oudry16, dix volumes de traités d’architecture.

  • 17 Nous n’avons pas retrouvé d’exemplaire de la Notice des livres comportant des prix manuscrits perm (...)
  • 18 Citons, à titre de comparaison, des statistiques concernant des architectes contemporains. Le cata (...)
  • 19 Dominique Varry, « Grandes collections et bibliothèques des élites », Histoire des bibliothèques f (...)
  • 20 Vincenzo Cartari, Le Vere et nove Imagini de gli dei delli antichi, Lyon, 1581.
  • 21 Christian Michel, Charles-Nicolas Cochin et le livre illustré au XVIIIe siècle, Genève, Droz, 1987 (...)
  • 22 Je remercie M. Christopher Armstrong qui, à l’occasion du colloque, m’a signalé ce don. Cf. Henri (...)
  • 23 Madeleine Pinault, L’Encydopédie. Paris, PUF, 1993, p. 65-87, p. 109-113.
  • 24 « Recueil de plusieurs Traités de Mathématiques de l’Académie Royale des Sciences, Paris, Imprimer (...)

9De quoi se compose cette vente ? Vingt et un lots regroupent deux cent trente-sept numéros ou titres correspondant à cinq cent soixante-quatorze volumes17. Pour donner une estimation globale des livres possédés par Soufflot, il convient d’ajouter les quarante et un numéros correspondant à quarante-neuf volumes vendus avec les tableaux, soit un total de deux cent soixante-dix-huit titres et de six cent vingt-trois volumes. Cette bibliothèque modeste peut être comparée à celles que possèdent les militaires ; elle n’a en rien l’ampleur des ensembles réunis par les fermiers généraux qui détiennent en moyenne huit cent onze titres correspondant à deux mille cinq cent quatre vingt-quatre volumes. C’est une bibliothèque de professionnel, limitée à quelques centaines de volumes18 ; elle n’a rien de commun avec celles des riches amateurs contemporains où les titres se comptent par milliers19. Sur les 232 entrées pour lesquelles le format est clairement indiqué, cinquante-huit sont des in-folio ou de grands in-folio, cinquante-huit des in-quarto, soixante et un des in-octavo et cinquante-cinq des in-douze. La grande majorité des titres est en français et date de la seconde moitié du XVIIIe siècle ; pour deux cent six titres en français, on en relève trente-huit en italien, cinq en latin et un en espagnol. Cent trente-trois des deux cent trente-sept numéros correspondent à des éditions publiées après 1750 ; quatre vingt-un l’ont été entre 1700 et 1750. Vingt-deux ouvrages datent du XVIIe siècle et quatre du XVIe siècle : « I quatro libri dell’Architettura di Andrea Palladio, in Venetia, 1570, in-fol., fig. » ; « Tutte l’opere d’Architettura di Sebastiano Serlio Bolognese, in Venetia, 1584, 1 vol in-4, fig. » ; « Discours du songe de Poliphyle, Paris, 1554, 1 vol. in-fol » ; « Le Imagini dei I. dei [sic] de gli Antichi, in Lione, 1581, 1 vol, 8, fig. »20. Soufflot ne recherche nullement les éditions anciennes, son souci étant de disposer d’une information récente ; n’a-t-il pas acheté l’édition de 1753 de l'Architecture hydraulique de Bélidor, pour mettre à jour celle plus ancienne de 1737 qu’il possédait déjà ? L’architecte se tient au courant et achète les nouveautés : l’année même de sa mort, il se porte acquéreur des quatre premiers volumes de la Collection complète des œuvres de Jean-Jacques Rousseau ; cette édition dont les planches sont gravées d’après des dessins de Cochin, est publiée, sous la direction de Choffard, en souscription, par la Société typographique de Genève, à partir 178021. Bien informé, l’architecte a, du monde livresque, une approche concrète et pratique dont témoigne la présence, en grand nombre, de dictionnaires de toutes sortes. Ce genre est fort à la mode et les libraires en proposent de nombreux titres. Il n’en reste pas moins que ce type de livre est particulièrement bien représenté dans cette bibliothèque ; on y trouve des dictionnaires de langues, français, italien, latin, des dictionnaires d’usage : dictionnaire grammatical, dictionnaire des homonymes ou des rimes. On y rencontre aussi des dictionnaires encyclopédiques et historiques : les trente-neuf volumes d’une édition in-quarto de l’Encyclopédie, les quatre in-folio du Dictionnaire de Bayle et les dix in-folio du Dictionnaire historique de Moreri. Gageons cependant, qu’en voyage, sur les chantiers, Soufflot emporte plus volontiers quelques-uns de ces dictionnaires portatifs traitant des sujets les plus variés : les artistes, la mythologie, la fable, la géographie, le théâtre, l’histoire religieuse ou les antiquités romaines. L’Encyclopédie présente dans la bibliothèque de Soufflot, à sa mort, constitue à elle seule le lot n° VIII. L’architecte fut un des graveurs des planches de l’édition in-folio publiée de 1751-1772 mais on ne trouve, dans le catalogue, aucun exemplaire de celle-ci car l’architecte en a fait, en effet, don à l’Académie royale d’architecture, l’année précédant son décès22. Les trente-neuf volumes dont trois de planches portant la date de 1778 qui sont cités dans la notice, correspondent à l’édition in-quarto dite de Genève ; celle-ci présente de multiples avantages ; elle est, par son format, aisément maniable ; elle est bon marché et de bonne qualité puisqu’elle évite les doubles emplois entre les articles parus dans l’édition de Paris et ceux du Supplément et qu'elle inclut les ajouts publiés dans le Supplément23. Soucieux de la pertinence du texte et de la commodité du format, Soufflot n’est guère intéressé par la beauté et le luxe des reliures ; quatre numéros, correspondant à sept volumes, quatre in-folio, un in-quarto, deux in-octavo, sont décrits comme étant reliés en maroquin24. On peut donc supposer qu’en dehors de quatorze volumes brochés et de sept volumes reliés en maroquin, les quelque cinq cents volumes restants sont couverts d’une reliure en veau ou d’une demi-reliure de maroquin, de modeste facture.

  • 25 Rappelons que les estampes, en feuilles ou placées dans des volumes reliés, sont recensées et vend (...)

10La bibliothèque de Soufflot, telle que nous la montre la notice, se compose surtout de volumes isolés, ce qui n’exclut pas la présence de quelques grands ensembles : les trente-neuf volumes de l’Encyclopédie déjà cités, les vingt-sept volumes de l’Histoire naturelle de Buffon, les quarante et un volumes consacrés à l’histoire ancienne d’une Histoire universelle depuis le commencement du monde jusqu’à présent dont la publication a commencé en 1779, c’est-à-dire un an avant la mort de Soufflot. Les livres imprimés dominent, à l’exception de quelques plans, de vingt et une cartes et d’un manuscrit sur vélin25. Cartes et manuscrit sur vélin sont mentionnés dans un lot où l’on trouve aussi une curiosité, un livre imprimé sur soie en caractères chinois ; ce lot qui porte le numéro IX correspondrait-il à une sorte de « réserve » précieuse ?

  • 26 Christian Michel, Charles-Nicolas Cochin [...], n° 145.
  • 27 Christian Michel, Charles-Nicolas Cochin [...], n° 104.

11Dans cette bibliothèque d’imprimés, les livres illustrés sont très largement majoritaires. L’image est partout, l’image architecturale et technique, l’image historique et archéologique, l’image documentaire et emblématique. Les livres sont, en effet, pour Soufflot autant d’invitation à esquisser un croquis, à relever un plan, une coupe. N’est-il pas significatif, que, même dans le domaine littéraire, l’architecte soit enclin à choisir les auteurs dont les œuvres sont abondamment illustrées ? Les comédies de Térence, dans la traduction de l’abbé Monnier, lui donnent l’occasion d’admirer les gravures de Cochin26 et les fables de La Fontaine sont un prétexte à goûter l’art d’Oudry ou à mesurer l’habileté de Fessard. Soufflot possède aussi, Il Decamerone de Boccace publié à Londres en 1757, le chef-d'œuvre de Gravelot qui, pour ce livre, a dessiné cinq titres, cent dix planches et quatre-vingt-dix-sept culs-de-lampe27.

  • 28 C.-A. Jombert, 1712-1784 ; fils et successeur de Claude Jombert ; reçu libraire en 1736 et imprime (...)
  • 29 Christian Michel, Charles-Nicolas Cochin [...], p. 14 et n° 207. Soufflot possède, outre un certai (...)

12Avant de nous pencher sur le choix des titres retenus pour cette vente, il convient de se demander si les titres présents ont tous été choisis par Soufflot. Qui a pu le conseiller dans ses achats et l’influencer ? Un libraire parisien, Charles-Antoine Jombert, a certainement joué un rôle important dans la constitution de cette bibliothèque, car beaucoup de titres sortent de son officine28. Tout rapproche, en effet, les deux hommes : l’un est né en 1712, l’autre en 1713 ; ils ont un ami commun, Charles-Nicolas Cochin29 et ils partagent la même passion pour les sciences et les arts. Jombert est en effet l’auteur de plusieurs ouvrages d’architecture et de dessin, le rédacteur de catalogues d’artistes et l’éditeur de nombreux ouvrages de science, d’art militaire, d’art et d’architecture.

  • 30 Une répartition thématique d’ensemble aboutit aux décomptes suivants : Arts et techniques : 102 en (...)
  • 31 Soufflot possède la troisième édition abondamment illustrée de l’Abrégé publié pour la première fo (...)
  • 32 Jean Sgard dir., Dictionnaire des journaux, 1600-1789, Paris, Universitas, 1991, I, n° 268.

13Regardons maintenant de plus près le contenu de ces lots30. Deux domaines sont, si l’on en croit la notice proposée par le libraire, fort peu représentés : la théologie et le droit. Tout au plus peut-on mentionner deux volumes in-quarto de la Bible de Le Maître de Sacy et quatre volumes de la compilation de Denisart qui a pour titre Collection de Décisions nouvelles & de notions relatives à la Jurisprudence. L’histoire, la littérature et les sciences constituent cinquante-six pour cent de cette bibliothèque dont le noyau central est constitué par des volumes d’art et d’architecture, les plus prisés, les plus utiles et les plus encombrants. Dans le domaine historique, Soufflot privilégie les synthèses générales, Histoire de France [...], œuvre enrichie de plusieurs et belles antiquités, que de Mezeray publia entre 1643 et 1651, les quarante et volumes de l’Histoire universelle, une compilation traduite de l’anglais ou, si le temps lui manque, l’Abrégé chronologique de l’Histoire de France du président Hénault31. Dans les Tablettes, anecdotes et historiques des rois de France depuis Pharamon jusqu’à Louis XV, trois volumes in-douze de 1766, il retient les maximes et les bons mots ; dans les Annales de la monarchie de France publiées par de Limiers en 1724, il a recours aux généalogies et aux reproductions de médailles qui ont été frappées sous les différents règnes. Pour le reste, Soufflot s’intéresse à l’histoire de son temps ; il est attentif aux débats politiques et économiques dont se font écho la Théorie de l’impôt, les Mémoires sur la libération des finances, les Principes de la liberté du commerce des grains, autant de brochures de petit format, in-douze. Deux fois par semaine de 1776 à 1779, il reçoit le Courrier de l’Europe, une gazette franco-anglaise, qui lui permet de se tenir informé des institutions, des mœurs et du système politique anglais ; c’est dans ces mêmes colonnes que l’architecte peut suivre le déroulement de la guerre d’indépendance américaine32. L’architecte de Sainte-Geneviève a, pour l'histoire de Paris, une passion particulière ; c’est pourquoi il lit et consulte l’Histoire et Recherches des Antiquités de Paris de Sauvai, les quatre volumes in-octavo du Dictionnaire historique de la ville de Paris et de ses environs dans lequel on trouve la description de tous les monuments et curiosités de cette capitale publié en 1779, les cinq volumes des Recherches critiques, historiques et topographiques sur la ville de Paris de Jalliot ainsi que Le Citoyen désintéressé ou Diverses idées patriotiques concernant quelques établissemens et embellissemens utiles à la ville de Paris, un essai paru en 1767-1768 et où Maille Dussausoy appuie sa démonstration sur de multiples tableaux, plans et planches.

14Les choix littéraires de Soufflot confirment son intérêt pour le monde dans lequel il vit ; les Essais et le Journal de voyage de Montaigne, les Œuvres de Pierre et Thomas Corneille, Racine ou Molière ont été acquis dans des éditions du XVIIIe siècle ; ces livres sont rangés aux côtés d’œuvres d’écrivains contemporains : les trois volumes des Œuvres complètes de Montesquieu publiées à Amsterdam en 1758, les Lettres philosophiques de Voltaire publiées en 1734, les quatre premiers volumes de l’édition de 1780 des Œuvres de Rousseau déjà mentionnés. On peut déceler un goût particulier pour les fables et les contes ; ainsi remarque-t-on, outre les fables illustrées par Oudry, la présence dans cette bibliothèque du volume des Fabliaux ou Contes du XIIe & du XIIIe siècle que Soufflot s’est procuré, l’année précédant sa mort, chez l’éditeur, Legrand d’Aussy, et qu’il n’a pas eu le temps de faire relier. Curieusement, la littérature antique laisse indifférent cet homme passionné par les vestiges archéologiques grecs et romains ; tout au plus peut-on relever 1’Iliade d’Homère, l''Histoire naturelle de Pline, en latin et français, les Poésies d’Horace et les Métamorphoses d’Ovide en rondeaux.

  • 33 Cf. supra. L’édition présente dans la bibliothèque proprement dite est celle de 1758. On peut pens (...)

15Deux domaines sont liés à la biographie et au parcours artistique de l’architecte : les livres de voyage et ceux de science. Il semble judicieux de les réunir si nous nous référons à un titre possédé par Soufflot : le Journal des voyages de M. de Monconys où les sçavants trouveront un nombre infimi de nouveautez, en machines de mathématiques, experiences physiques, raisonnemens de la belle philosophie, curiositez de chimie et conversations des illustres de ce siècle, quatre volumes publiés en 1695. Ces « nouveautés », l’architecte les recherche en feuilletant les Relations de voyage de Thévenot datées de 1696, les Voyages autour du monde de Georges Anson de 1749, les douze volumes de l'Histoire des découvertes faites par les Européens, un texte anglais de John Barrow, traduite et publiée en 1766. L’Italie, où Soufflot fit deux séjours, occupe bien évidemment une place privilégiée dans cette bibliothèque : traités historiques, publications de monuments et de vestiges archéologiques côtoient des ouvrages aux finalités plus pratiques, des guides en italien et ces Observations sur l’Italie et les Italiens par deux gentilshommes suédois publiées à Londres en 1770. Quant à la Grèce, elle reste une terre que Soufflot se contente de découvrir en feuilletant les livres, comme le Voyage en Sicile & dans la grande Grece, un volume de poche paru à Lausanne en 1773 ou le monumental ouvrage de Julien-David Le Roy, Les Ruines des plus beaux Monumens de la Grèce ; de ce livre, tout à la fois récit de voyage, traité esthétique et publication archéologique, Soufflot possède deux exemplaires, l’un broché, l’autre relié33.

16La grande majorité des titres scientifiques ont un lien plus ou moins direct avec l’architecture : ce sont des traités de chimie, peu nombreux et surtout des ouvrages de mathématiques, de géométrie, de physique. Deux domaines d’application de ces sciences sont bien représenté : l’art des fortifications et l’hydraulique. Soufflot s’inscrit dans la tradition de l’enseignement donné à l’Académie royale d’architecture, où les deux leçons hebdomadaires étaient consacrées, l’une à l’architecture, l’autre à l’acquisition des connaissances scientifiques et techniques nécessaires aux architectes. Soufflot témoigne d’un intérêt particulier pour les prouesses technologiques de son temps en faisant l’acquisition des livres abondamment illustrés qui relatent, sous la plume de Germain Boffrand, en 1743, la fonte en bronze d’un seul jet de la statue de Louis XIV, sous celle de Marin Carburi de Ceffalonie, le transport à Pétersbourg du rocher destiné à servir de base à la statue de Pierre le Grand par Falconet. L’architecte de l’hôpital de Lyon possède un petit ensemble de livres de médecine, tels que les réflexions de Duhamel de Monceau sur la manière de purifier l’air des salles des hôpitaux, une annexe de son traité de 1759, intitulé les Moyens de conserver la santé aux Équipages des Vaisseaux, le Recueil de pièces relatives à la question des naissances tardives d’Antoine Petit, l'Essai sur les probabilités de la durée de la vie humaine d’André Deparcieux ou les Consultations choisies de plusieurs médecins célèbres de l’Université de Montpellier sur les maladies aigues et chronique ; ces titres intéressent le constructeur mais aussi l’homme affaibli par la maladie à la fin de sa vie. L’agronomie est également un secteur qui retient l’attention de Soufflot ; on trouve sur les rayonnages l’Économie rurale de 1771 dont la table des poids, mesures et monnaies est fort utile, divers traités de Du Hamel de Monceau sur la culture des terres et sur la conservation des grains ainsi que les Agrémens de la campagne, un traité de jardinage, traduit du hollandais et publié en trois volumes in-douze en 1752.

  • 34 Les catalogues de collections de livres d’architecture se révèlent particulièrement utiles pour id (...)
  • 35 Madeleine Barbin, « Les collectionneurs de Piranèse en France au XVIIIe siècle d’après les catalog (...)

17Si divers que soient les intérêts de Soufflot, l’art et l’architecture sont ses préoccupations principales. On peut repérer trois grands ensembles dans la bibliothèque artistique : les relevés de monuments de construction ancienne ou récente ; les traités d’architecture des siècles passés ou contemporains, les ouvrages traitant de l’histoire de l’art, de l’esthétique et de diverses techniques artistiques34. Dans le domaine de la réflexion sur l’art et ses finalités, on peut citer l'Essai sur le beau du Père Yves-Marie André, dont Soufflot possède l’édition de 1763 augmentée de six discours sur le modus, décorum, les grâces, l’amour du beau. En lisant J. F. Félibien, l’architecte s’informe de la vie et des œuvres des peintres et des architectes ; il peut aussi consulter la Bibliothèque des artistes et des amateurs de l’abbé de Petity ou l’Histoire universelle traitée relativement aux arts de Michel-François Dandré-Bardon dont le Traité de peinture fournit d’utiles données techniques à l’instar de La Manière de graver à l’eau forte et au burin de Bosse. Muni de ce solide bagage historique, technique et théorique, l’architecte consulte un grand nombre de reproductions d’œuvres. À côté des Ruines de Paestum de Dumont et des Ruines des plus beaux monuments de la Grèce de Le Roy, déjà mentionnés, se trouvent les grands recueils anglais dus à Robert Wood et James Dawkins, les Ruines de Palmyre de 1753 et les Ruines de Balbec de 1757 ainsi que la description des découvertes faites à Herculanum par Venuti. Parmi les multiples recueils consacrés aux monuments de Rome, de Pise, de Vérone, de Florence, de Naples, on remarque, en bonne place, les Opere varie di Architettura de Piranèse, dont l’absence avait tant intrigué les organisateurs de l’exposition de 198035. Passionné d’archéologie, d’architecture italienne et grecque, Soufflot conserve aussi dans sa bibliothèque, des livres présentant des monuments contemporains ; citons par exemple le Recueil des plans, coupes et élévations du nouvel hôtel de ville de Rouen de Mathieu Le Carpentier, un Recueil de Plans, Profils & Elévations de plusieurs Palais, Châteaux, Églises, Sépultures, Grottes & Hôtels bâtis dans Paris de Jean Marot. Le livre a l’avantage de garder le souvenir des constructions éphémères, celles réalisées à l’occasion des fêtes, par exemple. Soufflot a ainsi dans sa bibliothèque deux majestueux livres de fêtes, dessinés et gravés par Blondel, celui des Fêtes données par la ville de Paris, à l’occasion du mariage de Madame Louise-Elisabeth de France et de Dom Philippe d’Espagne en 1740, celui des Fêtes données à l’occasion du mariage de Monseigneur le dauphin en 1745. Autre avantage de l’imprimé : permettre à l’architecte de faire connaître au public les projets qu’il n’a pu faire aboutir ; ainsi trouve-t-on dans cette bibliothèque un exemplaire du livre décrivant la place Louis XV de Reims que Soufflot ne put réaliser ou encore les quatre-vingt-dix feuillets de cet Anfiteatro Flavio de Carlo Fontana, un projet d’église construite à l’intérieur du Colisée, en l’honneur des martyrs chrétiens.

18Dernier grand ensemble dans cette bibliothèque d’architecture, les écrits d’architectes : pour le XVIe siècle, Serlio avec les œuvres complètes de 1584, Palladio et les quatre livres d’architecture de 1570, des titres auxquels on peut ajouter, trouvés dans la vente des tableaux, Les Plus excellens Bâtiments de France de Jacques Androuet Du Cerceau ; pour le XVIIe siècle, les architectes italiens Mitelli, Rusconi, Zanini et Guarino Guarini, Félibien déjà mentionné, Perrault, éditeur des dix livres d’architecture de Vitruve et auteur de l’Ordonnance des cinq espèces de colonnes, Philibert de l’Orme et son Architecture-, François Blondel et son Cours d’architecture, Jean-Louis Cordemoy et son Nouveau traité de toute l’architecture ou l’art de bastir utile aux entrepreneurs et aux ouvriers,, traité publié en 1714 et qui eut une grande influence sur Soufflot. Citons encore, pour ce siècle, Roland Réart dont le Parallèle de l'architecture antique et de la moderne annonce le développement du néoclassicisme ; Soufflot ne possède pas la première édition de 1650 mais celle de 1750, ce qui témoigne bien de l’intérêt que porte la nouvelle génération à cet architecte ancien. Les architectes du XVIIIe siècle occupent une place importante dans cette bibliothèque : ce sont Jean-François Blondel avec l’Architecture française et le traité De la distribution des maisons de plaisance, Germain Boffrand, dont le Livre d’architecture contenant les principes généraux de cet art est publié à la fois en latin et en français en 1745, Charles Dupuis avec un Nouveau traité d’architecture de 1762, Marie-Joseph Peyre avec les Œuvres d’architecture de 1765 et Nicolas-Marie Potain avec le Traité des ordres d’architecture de 1767, ces deux derniers ouvrages étant dédiés à Marigny, le protecteur de Soufflot. Parmi les architectes étrangers ayant écrit au XVIIIe siècle, on peut citer Scamozzi dont Soufflot possède les Œuvres d’architecture publiées à Leyde en 1713 ainsi que des relevés de dessins et de bâtiments de Palladio parus à Vicence en 1776 et Chambers qui figure dans la vente des tableaux, pour un recueil de dessins chinois et dans celle des livres, pour la Dissertation sur le jardinage de l’Orient. Soufflot dispose donc d’un large éventail de publications dans le domaine de l’architecture : traités sur la construction et les techniques, réflexions sur les principes et le goût, traités des anciens et des modernes, recueils d’architecture domestique ou publique, civile ou religieuse, modèles anciens ou contemporains.

19Le portrait de Soufflot, tel qu’il apparaît à l’examen de la notice de ses livres, s’est singulièrement enrichi par rapport à l’image réductrice que peut en donner le seul examen des ouvrages d’architecture vendus avec ses collections d’art ou l’étude de l’inventaire après décès où les livres ne sont décrits que partiellement. Cet exemple montre que les catalogues de vente de bibliothèques d’architectes constituent, pour notre connaissance des livres d’architecture et de l’œuvre des architectes, une source précieuse dont l’exploitation est à poursuivre.

Notes

1 Les catalogues de vente conservés à la Bibliothèque nationale de France sont repérables grâce au catalogue BN-opale plus ; ils sont catalogués sous la vedette : Collection. Livres. Architecte ou Collection. Livre, « nom de l’architecte » ou Vente. Livres. Architecte. Les mêmes vedettes peuvent être utilisées pour l’interrogation du Catalogue collectif de France, CCFR.

2 Françoise Bléchet, Les Ventes publiques de livres en France, 1630-1750 : répertoire des catalogues conservés à la Bibliothèque nationale. Préf. d’Emmanuel Le Roy Ladurie. Oxford, Voltaire Foundation ; Paris, Universitas, 1996.

3 Ce répertoire en cours est réalisé par Nicole Masson, professeur à l’Université de Poitiers. Un recensement des catalogues de vente conservés à Paris, en dehors de la BnF, est en cours à l’École des chartes et sera prochainement accessible sur le site de cet établissement. Un inventaire est élaboré parallèlement à l’École nationale supérieure de l’Information et des Bibliothèques ; il concerne les bibliothèques municipales de Lyon et Grenoble et il est en cours d’extension à d’autres bibliothèques. Cf. http://ihl.ennsib.fr

4 Les Ventes de livres et leurs catalogues. Etudes réunies par Annie Charon et Elisabeth Parinet. Paris, 2000 [Collection « Études et rencontres », n° 5].

5 Jean Viardot, « La bibliothèque de Crébillon. Deux approches. I. Approche bibliophilique », dans Les Ventes de livres [...], op. cit., p. 135-145.

6 Antoine Coron, « La censure des ventes publiques au XVIIIe siècle : à propos de l’Enfer de “M. Filheul” », Revue de la Bibliothèque nationale de France, 7, 2001, p. 34-38.

7 Sur Soufflot, voir Michel Gallet, Les Architectes parisiens du XVIIIe siècle. Dictionnaire biographique et critique, Paris, Mengès, 1995, p. 449-461.

8 Soufflot et son temps. 1780-1980, [Exposition, Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites, 9 octobre 1980-25 janvier 1981], Paris, CNMHS, 1980, p. 58-59.

9 Arch. nat, Min. centr., ét. LXXXIII, 601, 7 septembre 1780. Madame Françoise Mosser, conservateur général au Minutier central, m’a signalé et communiqué ce document ; qu'elle en soit vivement remerciée.

10 Les prix d’adjudication manuscrits ajoutés dans les deux exemplaires de la BnF permettent de calculer le montant total de la vente qui s’élève à mille cinq cent-soixante-quatre livres tournois.

11 Catalogue de tableaux, pastels, gouaches, aquarelles ; Dessins d’Architecture & autres, sous verre & en feuilles ; estampes sous verre & en feuilles ; Volumes d’Architecture, & autres ; Terres cuites, Marbres, Bronzes, petits Modeles de Monumens, & Objets de curiosité qui composent le Cabinet de feu M. Soufflot, Architecte ordinaire du Roi & Chevalier de l’Ordre de Saint Michel, & Intendant général des Bâtimens de sa Majesté [ajout ms 20 obre 1780] Par J.B.P. Le Brun. Les Papiers publics & les Affiches particulières annonceront le lieu choisi pour l’exposition, & les jours assignés pour la Vente. Se distribue à Paris, chez Le Brun, Peintre, rue de Cléry, Hôtel de Lubert, 1780. Le catalogue de l’exposition Soufflot, Soufflot et son temps [...], date à tort cette vente des tableaux du 20 novembre 1780.

12 L’inventaire après décès mentionne 44 volumes d’architecture ; le catalogue de la vente en décrit 49 volumes. Or on retrouve dans le catalogue de vente tous les titres repérés par Le Brun. La divergence s’explique par l’incertitude du décompte des volumes.

13 Louis-Alexandre Jombert, Paris 1772-1791 [ ?], libraire du Roi pour l’artillerie et le génie [1775 ?], second fils et successeur en partie de Charles-Antoine Jombert. Cf. Jean-Dominique Mellot, Élisabeth Queval, Répertoire d’imprimeurs/libraires XVIe-XVIIIe siècle. Etat en 1995. Paris, Bibliothèque nationale de France, 1997, n° 179.

14 L.-A. Jombert procède à l’inventaire de la bibliothèque au domicile du défunt. Rien n’indique qu’il soit aussi le rédacteur du catalogue et l’organisateur de la vente. La « Notice des livres » est distribuée par Bailly, libraire, rue Saint-Honoré. Il s’agit de Guillaume-Luc Bailly, Paris, 1768-1803. Cf. J.-D. Mellot, É. Queval, Répertoire, n° 154.

15 Jean Viardot, La Bibliothèque de Crébillon [...], p. 138.

16 Jean de La Fontaine, sous la direction de Claire Lesage. [Exposition. Paris, Bibliothèque nationale de France, 4 octobre 1995-13 janvier 1996], Paris, BnF–Seuil, 1995, p. 160-166.

17 Nous n’avons pas retrouvé d’exemplaire de la Notice des livres comportant des prix manuscrits permettant de connaître le montant de l’adjudication.

18 Citons, à titre de comparaison, des statistiques concernant des architectes contemporains. Le catalogue de la bibliothèque de Pierre Contant d’Ivry vendue en 1777 compte 177 entrées ; celui du cabinet de Firmin Perlin, 79 articles, des livres et dix recueils d’estampes. Quant à Pierre Vigné de Vigny, sa bibliothèque est décrite en 101 numéros dans un catalogue de vente de 1773 ; ceci correspond à au moins 841 volumes, une estimation qu’il faut majorer car certains numéros ne sont pas décrits et, pour les autres, un seul titre est donné pour l’ensemble du lot. Par comparaison, on mesure là tout l’intérêt des documents concernant Soufflot, remarquables par leur complétude.

19 Dominique Varry, « Grandes collections et bibliothèques des élites », Histoire des bibliothèques françaises. Les bibliothèques sous l'Ancien Régime, 1530-1789, Paris, 1988, p. 235-267. D. Varry souligne la grande disparité des bibliothèques dans toutes les catégories sociales. Les bibliothèques des militaires compte en moyenne 647 volumes ; à la veille de la Révolution, le duc de Richelieu détenait 8 045 volumes, le duc de Croÿ 8 000, Louis XVI à Versailles 11 392.

20 Vincenzo Cartari, Le Vere et nove Imagini de gli dei delli antichi, Lyon, 1581.

21 Christian Michel, Charles-Nicolas Cochin et le livre illustré au XVIIIe siècle, Genève, Droz, 1987, [École pratique des hautes études, IVe section, Sciences historiques et philologiques, VI. Histoire et civilisation du livre 18], n° 173.

22 Je remercie M. Christopher Armstrong qui, à l’occasion du colloque, m’a signalé ce don. Cf. Henri Lemonnier, Procès-verbaux de l’Académie royale d’architecture, vol. VIII (1768-1779), Paris, 1924, p. 387 : « Ce lundy 30 aoust 1779. L’Académie étant assemblée, M. Soufflot, après avoir été, à cause de l’altération de sa santé, longtemps sans pouvoir venir à l’Académie, y a repris séance aujourd’huy : il a dit que, s’étant occupé des moyens d’être utile à l’Académie et connaissant que, dans le nombre des livres de sa bibliothèque, l’Encyclopédie ne se trouve point, il prie l’Académie d’accepter cet ouvrage. » Dans les remerciements qui suivent, il est précisé qu’il s’agit de trente-trois volumes ce qui correspond au nombre de volumes de l’édition originale de 1751-1772.

23 Madeleine Pinault, L’Encydopédie. Paris, PUF, 1993, p. 65-87, p. 109-113.

24 « Recueil de plusieurs Traités de Mathématiques de l’Académie Royale des Sciences, Paris, Imprimerie Royale, 1677, 1 vol in-fol., maroq. » ; « Histoire de France, depuis Pharamond jusqu’à maintenant, par F.E. Mezeray, Paris, Guillemot, 1643, 3 vol in-fol., maroquin rouge » ; « Di Tito Lucrezio Caro della Natura delle Cose libri sei, tradotti dal Latino in italiano da Alessandro Marchetti, Amst 1754, 2 vol, in-8, fig, mar. ». « Etrennes Françoises dédiées à la Ville de Paris pour l’année Jubilaire du règne de Louis le Bien-Aimé, par l’Abbé Petity, Paris, 1766, 1 vol. in-4°, fig. mar. ».

25 Rappelons que les estampes, en feuilles ou placées dans des volumes reliés, sont recensées et vendues avec les tableaux, dessins, pastels et objets.

26 Christian Michel, Charles-Nicolas Cochin [...], n° 145.

27 Christian Michel, Charles-Nicolas Cochin [...], n° 104.

28 C.-A. Jombert, 1712-1784 ; fils et successeur de Claude Jombert ; reçu libraire en 1736 et imprimeur en 1754 ; il se démet de son imprimerie en 1760 et ne semble pas avoir publié après 1775 ; décédé en 1784. Cf. J.-D. Mellot, E. Queval, Répertoire, n° 2175. Catherine Bousquet-Bressolier, « Charles-Antoine Jombert (1712-1784). Un libraire entre sciences et arts », dans Bulletin du bibliophile, 2, 1997, p. 299-333.

29 Christian Michel, Charles-Nicolas Cochin [...], p. 14 et n° 207. Soufflot possède, outre un certain nombre de livres illustrés par Cochin, un livre que ce dernier a écrit le Projet d’une Salle de Spectacle, pour un théâtre de Comédie, Paris, 1765, 1 vol. in-12, « un opuscule de 39 p. présentant différents coupes et plans du théâtre ovale avec triple scène que Cochin, inspiré par Palladio, aurait voulu voir implanter en France ».

30 Une répartition thématique d’ensemble aboutit aux décomptes suivants : Arts et techniques : 102 entrées. Histoire : 49. Littérature : 48. Sciences : 28. Voyages : 8. Divers : 2.

31 Soufflot possède la troisième édition abondamment illustrée de l’Abrégé publié pour la première fois en 1744 dans le format in-octavo. Nouvel abrégé chronologique de l’histoire de France, contenant les événements de notre Histoire depuis Clovis jusqu’à la mort de Louis XIV ; les guerres, les sièges, les batailles. Troisième édition revüe, corrigée, augmentée & ornée de vignettes & fleurons en taille-douce. Paris, Prault fils, Desaint et Saillant, 1749, in-4°. Christian Michel, Charles-Nicolas Cochin [...], n° 84. Soufflot ne s’est pas procuré l’édition la plus récente, celle de 1768. Christian Michel, Charles-Nicolas Cochin [...], n° 138.

32 Jean Sgard dir., Dictionnaire des journaux, 1600-1789, Paris, Universitas, 1991, I, n° 268.

33 Cf. supra. L’édition présente dans la bibliothèque proprement dite est celle de 1758. On peut penser que l’exemplaire broché décrit avec les tableaux est un exemplaire de l’édition de 1770 qui comporte de notables aménagements et additions.

34 Les catalogues de collections de livres d’architecture se révèlent particulièrement utiles pour identifier ces ouvrages. Citons, par ordre chronologique : Leopoldo Cigognara, Catalogo ragionato dei libri d’arte e d’antichità posseduti dal conte Cicognara. Pise, 1821, reprod. Bologna, 1987. – Laurence Hall Fowler & Elisabeth Baer, The Fowler Architectural Collection ofthe Johns Hopkins University, Baltimore, Maryland, The Evergreen Foundation, 1961. – The Mark J. Millard Architectural Collection. vol. I. French books. Sixteenth through nineteenth centuries. Introd. and catalogue, Dora Wiebenson. Bibliographic description, Claire Baines. Washington; New York, 1993. Early printed books 1478-1478-1840: a catalogue of the British architectural library. Early Imprints Collection. Ed. British Architectural library, Royal Institute of British Architects: compiled by Nicholas Savage, Londres, Melbourne, Saur, 1994, 3 vol. 

35 Madeleine Barbin, « Les collectionneurs de Piranèse en France au XVIIIe siècle d’après les catalogues de vente et les inventaires », dans Piranèse et les Français. Colloque tenu à la villa Médicis, 12-14 mai 1976. Etudes réunies par Georges Brunei. Rome, Académie de France, 1978, p. 43-66. Parmi les catalogues étudiés par l’auteur, ne Figurait pas celui de Soufflot.

Auteur

École nationale des chartes

© Publications de l’École nationale des chartes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search