Version classiqueVersion mobile

Le livre d'architecture, XVe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

L'architecture dans le livre

Autour de The International Style de H.-R. Hitchcock et P. Johnson (1932) : remarques sur le livre d’architecture aux États-Unis

Claude Massu

Texte intégral

1L’édition et l’utilisation d’ouvrages qui ont contribué à définir et populariser différents styles et manières de construire jalonnent l’histoire de l’architecture aux États-Unis. Le corpus de ces documents est important et englobe des publications de niveaux différents : manuels de charpentiers, écrits d’architectes, traités, catalogues d’entreprises du bâtiment ou de vente par correspondance, etc. Dans cette production abondante, quelques titres émergent par leur audience, leur portée historique, leur caractère représentatif. L’intention pédagogique et le rapport texte/images s’y expriment avec des moyens variés et reposent sur des formes de représentation de l’architecture historiquement situés. Le livre The International Style qu’Henry-Russell Hitchcock et Philip Johnson font paraître en 1932 est l’un de ces repères historiques qui permet de s’interroger de façon plus générale sur les fonctions de l’illustration dans le livre d’architecture aux États-Unis. Cette espèce de manifeste du modernisme architectural peut être comparée à d’autres ouvrages antérieurs de nature semblable. Il peut aussi être mis en relation avec des livres postérieurs qui en ont critiqué le contenu et les thèses. Entre le modernisme et le post-modernisme architectural se donnent à voir des processus différents d’instrumentalisation des images. Dans tous les cas, le livre d’architecture est un moyen privilégié d’entrer dans une pensée de l’architecture à des moments historiques déterminés.

  • 1 Henry-Russell Hitchcock, The International Style, New York, W. W. Norton, 1966 (éd. d’origine The (...)

2L’ouvrage publié à New York en 1932 sous le titre The International Style est devenu un des classiques de la littérature architecturale du XXe siècle. Rédigé par l’historien Henry-Russell Hitchcock (1903-1987) et le futur architecte Philip Johnson (né en 1908) et préfacé par le conservateur Alfred H. Barr Jr., il fut publié en relation avec l’exposition qui s’est tenue au Museum of Modem Art de New York en 19321.

  • 2 Dans sa célèbre chronique « The Sky Line » du New Yorker, Lewis Mumford fait un compte rendu à la (...)

3L’exposition présentée du 10 février au 23 mars s’intitulait Modem Architecture : International Exhibition ; il n’était donc pas question de style dans son propos. Elle a ensuite été montrée dans diverses grandes villes américaines pendant trois ans. Le livre est paru en 1932 quelque temps après l’événement new-yorkais et son contenu différait très sensiblement des œuvres présentées à l’exposition. L’exposition en effet comprenait un plus grand nombre d’architectes que le livre. Le cas de Frank Lloyd Wright fut l’un des plus marquants : présent dans l’exposition avec son projet de « Maison sur la mesa au Colorado » [House on the Mesa in Colorado], il ne figure pas dans le livre au motif qu’il représentait une démarche trop individualiste. Le propos de l’ouvrage n’était pas non plus le même. L’exposition incluait une section consacrée au logement « housing » organisée par Lewis Mumford alors que dans l’ouvrage, les auteurs n’accordent que très peu d’intérêt à cette question qui préoccupait pourtant beaucoup les avant-gardes architecturales de l’époque en Europe2. La dimension sociale de l’architecture passe ici au second plan. Ces différences ont leur importance, car elles éclairent l’objet de l’ouvrage et la stratégie éditoriale de ses rédacteurs.

LE STYLE INTERNATIONAL : DÉFINITION ET APPLICATIONS

4Le livre a amplifié l’audience de l’exposition en proposant une sorte de catalogue de recettes pour construire à la manière de ce que les auteurs ont appelé le Style international. H. R. Hitchcock et P. Johnson ont retenu trois caractéristiques du nouveau style. Le premier concerne l’effet de volume des bâtiments modernes qui remplace l’effet de masse des édifices traditionnels avec murs porteurs en maçonnerie. Les techniques de construction à ossature en acier ou en béton armé ont permis et favorisé cette nouvelle esthétique. Le second trait a pour objet la régularité. La symétrie est rejetée au profit d’un agencement dissymétrique, mais dont la cohérence est assurée en quelque manière par la trame sous-jacente des éléments porteurs. La dernière caractéristique porte sur la proscription de la décoration surajoutée. L’ornement ne peut résulter que des éléments tectoniques eux-mêmes, de leur apparence et de la manière dont ils sont associés.

  • 3 Sur les questions historiographiques, on consultera avec profit Panayotis Tournikiotis, The Histor (...)

5Les auteurs de l’ouvrage ont mis l’accent sur la notion de style qui fait d’ailleurs l’objet d’un chapitre introductif « The Idea of Style ». Cette notion est ici utilisée dans une perspective historique d’ensemble particulière. À leurs yeux, le Style international est le premier style en tant que tel inventé depuis le style gothique. De la fin du gothique aux années 1920 s’est déployée l’architecture des temps modernes, mais non un nouveau style. Les auteurs partent en effet de l’affirmation selon laquelle l’architecture est à la fois art et construction. La Renaissance de ce point de vue n’a pas apporté de solutions radicalement neuves : elle n’a été qu’un changement de style superficiel. Le baroque et encore plus le romantisme en mettant l’accent sur les questions de forme et d’art dans l’architecture aux dépens des réalités tectoniques ont provoqué une désintégration de l’art de bâtir. Autour des années 1875, en particulier avec l’œuvre d’un Henry Hobson Richardson, les architectes de la nouvelle tradition ont commencé un travail de dépassement de cette dissociation et de retour à l’architecture comme pratique de synthèse. Ce n’est que dans les années 1922-1925 que la génération dite des nouveaux pionniers combine de nouveau expérimentation esthétique et développement technique. Ce sont précisément les œuvres de ces nouveaux pionniers qui font l’objet de l’ouvrage de 1932. Ce schéma historique repose donc sur une conception de l’histoire de l’architecture comme succession de styles. Il s’appuie pour l’essentiel sur les thèses avancées par Henry-Russell Hitchcock dans son livre paru peu de temps auparavant en 1929 Modem Architecture : Romanticism and Reintegration3. Le modèle interprétatif qui sous-tend l’argumentation de The International Style : Architecture since 1922 se démarque donc d’une lecture fondée sur le concept de Zeitgeist et de nécessité historique que l’on trouve par exemple chez Nikolaus Pevsner dans son Pioneers of the Modem Movement de 1936.

  • 4 Voir par exemple, Henry C. Churchill, « Book Review of “The International Style: Architecture Sinc (...)

6Le caractère réducteur d’une approche aussi formaliste des œuvres maîtresses des avant-gardes européennes a souvent été souligné. Dès sa parution, l’ouvrage a souvent été perçu comme un pur et simple livre de propagande reposant sur une vision superficielle et trompeuse de la réalité. On souligne certaines incohérences et l’on reproche aux auteurs d’avoir voulu faire entrer dans un moule unique des édifices très différents4. Des expérimentations diverses, voire parfois contradictoires, des avant-gardes architecturales surtout européennes, ont ainsi été figées dans des catégories stylistiques simplificatrices. Quels points communs par exemple entre le pavillon de l’Allemagne à l’exposition internationale de Barcelone de Mies van der Rohe (1929) et la villa Savoye à Poissy de Le Corbusier et Pierre Jeanneret (1930) ? Les deux auteurs eux-mêmes ont reconnu les limites de leur ouvrage dans plusieurs postfaces ajoutées à l’édition originale. Malgré tout, le livre est devenu une référence et son intérêt historique demeure.

7La portée du livre est d’abord pédagogique. Il se donne comme une sorte de vade-mecum, de guide de construction. Dans cette perspective, la mise en page a fait l’objet de choix significatifs. Les images ont été sélectionnées et commentées dans un souci quasi didactique. La plupart des photographies et des plans ont été fournies par les agences des architectes, mais quelques-unes (dix-sept au total) ont été prises par les auteurs eux-mêmes lors de leurs voyages en Europe qui leur ont permis de visiter et photographier les édifices modernes dont ils ont eu une connaissance de première main. Les illustrations (photographies, plans et légendes) sont regroupées dans un cahier à part placé en fin de volume après le texte proprement dit. La mise en page de ce point de vue est assez conventionnelle et ne peut être comparée aux audaces des livres de Le Corbusier de cette époque, aux publications du Bauhaus, voire aux études historiques d’un Siegfried Giedion (Construire en France. Construire en fer, construire en béton, édition originale en allemand de 1928). C’est un livre de recettes sages. En l’occurrence, l’originalité réside plus dans le fond que dans la forme.

8En tout ont été rassemblées quatre-vingt trois photographies dont soixante-neuf sont des vues d’extérieurs et quatorze seulement des images d’intérieurs. Les légendes et surtout les commentaires qui accompagnent ces illustrations sont un des principaux intérêts du livre.

  • 5 Entre interprétation univoque et relativisme radical du sens, Nelson Goodman plaide pour la voie m (...)

9Les remarques portent essentiellement sur des aspects esthétiques. L’angle de vue, le cadrage des photos jouent un rôle et ne sont évidemment pas laissés au hasard. L’image est insérée ici dans une perspective pédagogique qui redouble le contenu normatif du texte. Pourtant, il ressort de ces remarques la difficulté à emprisonner les œuvres d’architecture dans des normes contraignantes et simplificatrices. Tout se passe comme si la signification des édifices débordait et excédait toujours en quelque manière le discours de la prescription. L’incertitude sémantique demeure la règle5.

10Une première série d’observations portent sur la question du fonctionnalisme. Dans le texte (chapitre III : « Functionalism »), H. R. Hitchcock et P. Johnson prennent bien soin de démarquer le Style international d’une conception étroitement fonctionnaliste de l’architecture. Ils plaident pour l’affirmation de la dimension esthétique en architecture. Pour autant, certains jugements portés montrent un raisonnement de type fonctionnaliste. Ils reposent sur des critères d’adaptation à la fonction et soulignent le rapport logique ou non entre forme et fonction. Cette fonction peut être structurale ou constructive : c’est le cas par exemple des poteaux trapus de la salle d’imprimerie du journal finlandais Turun Sanomat à Abo d’Alvar Aalto (1930) dont le profil et les proportions se justifient par des raisons tectoniques. Même considération pour le cinéma Flamman à Stockholm d’Uno Ahren (1929) dont les configurations du volume intérieur sont déterminées par des raisons acoustiques. Quant au recours à des formes incurvées, elles apparaissent selon les cas fondées (Oud, Siedlung Kiefhoek à Rotterdam, 1928-1930) ou au contraire inutilement arbitraires (Lois Welzenbacher, immeuble d’habitation à Innsbruck, 1930). À l’opposé, le souci des proportions relevé dans certains projets présentés permet de critiquer l’approche exclusivement fonctionnaliste de l’architecture.

11L’effet de volume enveloppant prôné par les auteurs les conduit à une attention portée aux détails de la construction : matériaux rugueux ou au contraire lisses (Le Corbusier, villa De Mandrot au Pradet, 1930), corniche du toit parfois trop apparente (Sven Markelius et Uno Ahren, club d’étudiants à Stockholm, 1930), proportions ou disproportions des cadres de fenêtres ou menuiseries (Otto Eisler, maison double à Brno, 1926). De nombreuses remarques portent sur la couleur : il s’agit d’insister sur le fait que les édifices du Style international peuvent être considérés comme des agencements de plans colorés. Les commentaires sur la villa Stein de Le Corbusier à Carches (1928) sont une bonne illustration de ce raisonnement.

12Les problèmes de composition représentent un autre groupe de réflexions. Les réserves portent sur des réalisations empreintes de lourdeur : « heavy » est un adjectif souvent utilisé, de même que l’expression : « Cela alourdit l’ensemble du projet » [it weighs down the whole design]. On peut mentionner comme exemples Bohuslav Fuchs et son pavillon de la ville de Brno (1928), voire Walter Gropius et le bâtiment du Bauhaus (ill. 1). A contrario, J.J.P. Oud est admiré pour la légèreté avec laquelle il a traité l’angle arrondi des maisons ouvrières à Hoek van Holland (1924-1927) (ill. 2). Quelquefois, il est reproché une solution formelle trop compliquée (Josef Kranz, Café Era à Brno, 1929, ill. 3). Les défauts et les maladresses de conception ternissent et gâtent [mar] l’ensemble. Les deux exemples de gratte-ciel américains inclus dans la sélection résument à eux seuls les innovations et les gaucheries d’architectes enrôlés sous la bannière du Style international : Hood & Fouilhoux, immeuble McGraw-Hill à New York (1931) et Howe & Lescaze, siège de la Philadelphia Saving Fund Society à Philadelphie, 1931. À l’inverse, les auteurs insistent sur les solutions habiles [skilful] et judicieuses [sound], deux qualificatifs qui reviennent souvent sous leur plume. Quant à Le Corbusier, ses partis architecturaux sont souvent définis comme « brillants » (c’est le cas par exemple de ses maisons à la Weissenhofsiedlung de Stuttgart, ou de la villa Savoye de Poissy).

Ill. 1 : Henry-Russel Hitchcock, Philip Johnson, The Style International : Architecture since 1922, New York, Norton, 1932.Walter Gropius : école du Bauhaus, Dessau, Allemagne, 1926 ; plan de rez-de-chaussée et du premier étage.

Ill. 1 bis : ibid., tour d’habitation, aile de l’administration et bâtiment des salles de cours.

13Les inscriptions portées sur les édifices, dans la mesure où elles représentent les seules décorations appliquées tolérées, font l’objet d’appréciations positives ou négatives. L’échec selon les auteurs est patent sur la façade du magasin de chaussures Bata (ill. 4) à Prague de Ludvik Kysela (1929) tandis que les pavillons de l’exposition de Stockholm d’E.-G. Asplund (1930) montrent au contraire une intégration harmonieuse et réussie.

14Les formes contemporaines de la régularité qui se substituent à la symétrie et qui représentent le second trait du Style international font l’objet de nombreux commentaires. Généralement, les auteurs soulignent une utilisation heureuse de la régularité (par exemple, dans la Siedlung Rothenberg d’Otto Haesler à Kassel achevée en 1930).

Ill. 2 : Henry-Russel Hitchcock, Philip Johnson, The Style International: Architecture since 1922, New York, Norton, 1932. J. J. P. Oud : maisons ouvrières, Hoek van Holland, 1924-1927 ; boutique. Plan et élévation.

Ill. 3 : Henry-Russel Hitchcock, Philip Johnson, The Style International: Architecture since 1922, New York, Norton, 1932. Josef Kranz : café Era, Brno, Tchécoslovaquie, 1929.

15À l’exception de très brefs et rares commentaires (portant par exemple sur l’immeuble construit à la Weissenhofsiedlung par Mies van der Rohe, 1927), aucune analyse ne porte sur les plans et la distribution intérieure des édifices et cela, bien qu’à titre documentaire, presque tous les plans soient reproduits en regard des photographies. On ne saurait mieux montrer la priorité accordée aux effets visuels et esthétiques produits par l’architecture aux dépens de l’intérêt pour l’espace vécu et les innovations du plan.

16De tout cela, il ressort une généralité des critères d’appréciation. L’empirisme du propos est associé à des critiques formelles. Les auteurs n’hésitent pas à émettre des réserves à l’égard d’œuvres de grands maîtres. Cette liberté de ton dans les jugements de valeur qui sont portés donne un côté vivant au texte. Il y a là un regard incisif qui apporte une certaine saveur au propos. Néanmoins, les rappels à l’ordre des auteurs témoignent de leur embarras et de la difficulté à maîtriser le sens des images. L’architecture échappe à une codification rigide. Peut-être, en définitive, le seul bâtiment digne du Style international tel que défini par H.-R. Hitchcock et P. Johnson est-il le Museum of Modem Art lui-même construit de façon démonstrative par Philip Goodwin et Edward D. Stone en 1939.

Ill. 4 : Henry-Russel Hitchcock, Philip Johnson, The Style International: Architecture since 1922, New York, Norton, 1932. Ludvik Kysela : magasin de chaussures Bata, Prague, Tchécoslovaquie, 1929.

17L’ouvrage a connu après guerre plusieurs rééditions qui sont autant d’occasions pour les auteurs de revenir dans des postfaces sur la portée de l’ouvrage. La réédition de 1966 inclut une préface d’Henry-Russell Hitchcock et en appendice la reprise d’un article que ce même H.-R. Hitchcock fit paraître dans la revue Architectural Record en 1951. L’édition de 1996 reprend ces textes et y ajoute une préface rédigée en 1995 par Philip Johnson.

THE INTERNATIONAL STYLE ET LA SÉRIE DES « PATTERN BOOKS »

  • 6 Dans cet ensemble éditorial, il faut distinguer les diverses catégories de publications : manuels (...)

18Le livre The International Style s’inscrit dans une longue histoire éditoriale aux États-Unis. À chaque grande période stylistique dans l’histoire de l’architecture aux États-Unis, à chaque changement dans la commande et l’évolution technique, correspondent des ouvrages largement diffusés, de véritables succès de librairie6. The International Style appartient de ce point de vue à une série qu’il importe d’évoquer car elle n’était pas ignorée des deux auteurs historiens. Certains ouvrages comparables au livre d’Henry-Russell Hitchcock et Philip Johnson méritent d’être mentionnés à la fois pour leur contenu associant texte et image et pour leur portée historique.

19La tradition éditoriale remonte à l’époque coloniale lorsque les publications britanniques étaient conservées dans les bibliothèques des constructeurs américains du XVIIIe siècle : certaines planches de A Book of Architecture de James Gibbs (1728), ou de The Antiquities of Athens de James Stuart et Nicolas Revett (1762 et 1789) ont ainsi servi de modèles dans l’Amérique britannique du XVIIIe siècle. On sait le rôle joué par les traités d’architecture dans la diffusion du palladianisme outre-Atlantique. Dès les origines de la République américaine, des publications entendent mettre à la portée du colon et du pionnier le savoir architectural nécessaire. Ainsi, Asher Benjamin a contribué à diffuser le style georgien grâce à ses ouvrages The Country Builder’s Assistant (1797) et The American Builder’s Companion (1806).

20D’origine anglaise et venu aux États-Unis en 1816, John Haviland (1792-1852) dans The Builder’s Assistant publié à Philadelphie en 1818 est le premier auteur américain à illustrer les ordres grecs. Avec The Young Builder’s General Instructor paru en 1829, Minard Lafever (1798-1854) contribue lui aussi à populariser les formes du style néo-grec [the Greek Revival], caractéristique des premiers temps de l’indépendance américaine. Dans ce domaine, on doit aussi à Minnard Lafever un Modem Builder’s Guide et The Beauties of Modern Architecture (1835). Quant aux formes du néo-gothique, ce que l’on qualifie aux États-Unis de gothique du charpentier [Carpenter Gothic], il repose sur la diffusion d’ouvrages tels que Rural Architecture de Richard Upjohn (1852) ou Carpentry Made Easy de William Bell (1858).

  • 7 La mode du « Stick Style » dans l’architecture domestique repose beaucoup sur deux ouvrages de mod (...)

21Au milieu du XIXe siècle, des ouvrages ont joué un rôle essentiel dans l’apprentissage de l’éclectisme architectural. En 1842, paraît Cottage Residences (douze rééditions jusqu’en 1888) d’Andrew Jackson Downing avec des projets d’Alexander J. Davis. En 1850, Andrew Jackson Downing fait paraître The Architecture of Country Houses. L’ouvrage connut un grand succès commercial : jusqu’en 1865, il fit l’objet de neuf rééditions et quelque seize mille exemplaires avaient été vendus à cette date. En plus de formuler des considérations théoriques [On the real meaning of architecture] et pratiques [warming and ventilation], A. J. Downing rassemblait des modèles de cottages, fermes et villas dans des styles très variés : anglais, italien, suisse, gothique, rural. Aux vues gravées de l’ensemble de l’extérieur étaient toujours associés les plans avec des mesures précises. Les projets présentés ont pour beaucoup été dessinés par Alexander J. Davis (1803-1892) qui avait fait paraître en 1838 Rural Residences et qui collabora avec A.-J. Downing de 1839 à 1850 pour l’édition de The Architecture of Country Houses. Les illustrations montrent combien A.-J. Downing insiste sur une perception visuelle de l’architecture et sur le rapport au site et au paysage toujours figurés dans les vignettes gravées. L’ouvrage a contribué à populariser le pittoresque architectural au détriment du style néo-grec jugé par l’auteur trop sévère et trop rigide7.

22En 1868, Charles Locke Eastlake, architecte anglais surtout connu comme auteur de A History of the Gothic Revival in England (1872), publie un recueil de maisons dessinées dont l’édition américaine parue en 1872 à Boston connaît un succès considérable aux Etats-Unis : Hints on Household Taste (six rééditions jusqu’en 1883). Au point de faire naître un style d’habitat qualifié « Eastlake » qui fut désavoué par Charles Eastlake lui-même qui le trouvait « extravagant et bizarre ». De nombreuses maisons particulières de San Francisco relèvent de ce style orné.

  • 8 L’ouvrage publié en 1897 par l’écrivain Edith Wharton et Ogden Codman Jr., The Decoration of House (...)

23William R. Ware fait paraître en 1903 The American Vignola. A Guide to the Making of Classical Architecture. Né en 1832, William Robert Ware architecte fut associé à Henry Van Brunt de 1863 à 1883. Il se tourna ensuite vers une carrière universitaire, d’abord à l’école d’architecture du Massachusetts Institute of Technology (MIT) dont il organisa le contenu des enseignements et la structure pédagogique, puis à l’Université Columbia de New York. Il contribua ainsi à organiser un enseignement de l’architecture aux États-Unis selon le modèle de l’École des beaux-arts de Paris. Son ouvrage amplement illustré s’inscrit dans cette perspective8.

24En 1909, Gustav Stickley (1858-1942), créateur de mobilier, publie Craftsman Homes. Il s’agit d’un recueil de textes et planches parus antérieurement dans la revue dirigée par Gustav Stickley lui-même : The Craftsman. Cette revue qui a paru entre 1901 et 1916 a contribué à diffuser largement dans la classe moyenne américaine les idéaux du mouvement Arts and Crafts dans la lignée de John Ruskin et William Morris. L’ouvrage propose des modèles de bungalows de styles différents, et des exemples de mobiliers fabriqués et vendus par l’entreprise Stickley Brothers Company. Les architectes Charles S. Greene et Henry M. Greene de Pasadena en Californie ont exprimé de façon subtile cette esthétique, en particulier dans la maison David B. Gamble (1908). On trouve des emprunts à l’Arts and Crafts chez Frank Lloyd Wright lui-même dans son fameux recueil, Ausgeführte Bauten und Entwürfe von Frank Lloyd Wright, publié chez Ernst Wasmuth à Berlin en 1910.

25Ces exemples montrent dans quelle lignée formelle s’inscrit l’ouvrage d’Henry-Russell Hitchcock et Philip Johnson. Bien entendu, chaque publication précédemment évoquée doit être replacée dans son contexte historique et architectural. Il existe cependant certains points communs entre ces ouvrages, en particulier dans l’accent qui y est mis sur les questions de forme et de style. Nombre de ces publications sont des recueils de modèles et sous ce rapport The International Style prolonge une série ancienne.

LE STYLE INTERNATIONAL ET SA CONTESTATION

  • 9 Philip Johnson, Writings, New York, Oxford University Press, 1979, p. 122.

26Le concept de « Style international » a été critiqué par les auteurs eux-mêmes dès les années 1950. Henry-Russell Hitchcock l’a fait dans un article paru en 1951 dans Architectural Record et inclus dans les rééditions de l’ouvrage : « The International Style Twenty Years After ». Quant à Philip Johnson, c’est dans sa pratique d’architecte qu’il a pris ses distances à l’égard des principes esthétiques de 1932. Et dans une conférence prononcée en 1961 dont des extraits ont été publiés dans la revue Architectural Forum, il s’interroge sur le thème : « mort ou métamorphose du Style international ? ». Il y affirme qu’aujourd’hui nous ne pouvons pas ne pas connaître l’histoire : « We cannot today not know history »9. L’orientation de son œuvre vers des projets historicistes et éclectiques qui ne fera que s’accentuer avec le courant postmoderne s’affirme de façon implicite dès le début des années 1960.

  • 10 Robert Venturi, Complexity and Contradiction in Architecture, New York, The Museum of Modem Art, 1 (...)

27C’est aussi dans les années 1960 que paraît un autre livre d’architecture important que l’on peut considérer comme une réponse à l’ouvrage de 1932 : Complexity and Contradiction in Architecture de Robert Venturi paru en 196610. À quelque trente ans d’intervalle, les deux ouvrages publiés tous deux à l’ombre du Museum of Modem Art de New York font en quelque sorte système. D’ailleurs, Robert Venturi ouvre la série iconographique de son livre avec les photographies de deux maisons particulières de Philip Johnson considérées comme des sortes de repoussoirs : la maison Wiley et la célèbre maison de verre (1949), toutes deux à New Canaan (Connecticut). Il s’agit d’une référence délibérée à celui qui est considéré comme le doctrinaire de 1932.

28Comment s’organise la mise en page du livre de 1966 par rapport à celle de 1932 ? Les images sont placées en regard du texte et non regroupées dans un cahier séparé. Le texte s’appuie sur les illustrations à l’aide de renvois. La richesse iconographique est d’abord quantitative : deux cent cinquante-trois images sont publiées. Les documents concernent tous les types de représentations : photographies d’extérieurs et d’intérieurs, plans, coupes, élévations, images de détails. Les formats sont variés allant de la pleine page à la vignette. Le principe d’organisation a été celui de la juxtaposition de documents diversifiés dans leur contenu et la période historique à laquelle ils appartiennent. Par exemple, sur une même page, sont juxtaposées les images suivantes : le beffroi de Bruges, l’église de Christ Church à Spitalfields de Nicolas Hawksmoor (façade et détail), le plan de la Karlskirche de Fischer von Erlach à Vienne, l’immeuble PSFS de Howe & Lescaze à Philadelphie. Le discours iconographique est parallèle à la thèse écrite du livre qui prône l’entrechoquement des formes, des espaces et des échelles pour parvenir à cette architecture de la complexité et de la contradiction que revendique Robert Venturi. Même si de nombreux exemples sont empruntés aux architectures maniériste, baroque et rococo, il y a ici une conception ahistorique de l’architecture qui fait se rapprocher et comparer sur une même page des édifices pris dans des contextes très différents, voire opposés. L’abondance du matériau iconographique témoigne aussi de l’accent mis sur une appréhension visuelle de l’architecture. L’art de bâtir, insiste Robert Venturi, est d’abord une affaire de perception visuelle.

  • 11 Dans l’intention, The International Style et Complexity and Contradiction in Architecture sont com (...)

29Robert Venturi a complété son ouvrage par la présentation de quelques-uns de ses projets et constructions. Sous couvert d’une théorie de l’ambiguïté architecturale, Robert Venturi se livre à une défense et illustration de son œuvre en cours. Cette dimension était évidemment absente de The International Style11.

30The International Style et Complexity and Contradiction in architecture : deux livres d’architecture construits autour d’illustrations, deux usages de la représentation, deux pensées de l’architecture. Mais au-delà des différences de contextes et de conceptions, il y a une semblable priorité donnée à l’aspect formel de l’architecture, une attention portée aux codes, presque un aspect ludique dans la compréhension de l’architecture. Dans les deux cas, il s’agit d’une affaire de style. En métamorphosant les expérimentations avant-gardistes en un style, H.-R. Hitchcock et R Johnson en ont fait un code interchangeable. Ce qui devait être le style pour remplacer les styles est de fait conçu comme un style parmi d’autres. L’éclectisme est sous-jacent à la démarche des auteurs. Sous ce rapport, il existe une analogie avec Robert Venturi qui lui revendique l’éclectisme en tant que tel. On peut y voir une mise à distance d’un savoir architectural soumis à interprétations, voire à manipulations. Ce qui serait une autre manière de poser le problème de la façon dont les Américains adaptent à leur propre culture des connaissances venues de l’extérieur.

Notes

1 Henry-Russell Hitchcock, The International Style, New York, W. W. Norton, 1966 (éd. d’origine The International Style: Architecture since 1922, New York, Norton, 1932). Edition française (traduction et introduction de Claude Massu), Le Style international, Marseille, Parenthèses, 2001.

2 Dans sa célèbre chronique « The Sky Line » du New Yorker, Lewis Mumford fait un compte rendu à la fois bienveillant et quelque peu embarrassé de l’exposition au MOMA de New York à laquelle il avait collaboré partiellement. Néanmoins, il estime que cette manifestation marque le triomphe de Frank Lloyd Wright car elle montre la contribution décisive du maître à la naissance de l’architecture moderne. Voir « The Sky Line. Organic Architecture. 27 février 1932 », Robert Wojtowicz (éd.), Sidewalk Critic. Lewis Mumford’s Writings on New York, New York, Princeton Architectural Press, 1998, p. 71-73. Au contraire, dans leur livre, H.-R. Hitchcock et P. Johnson minimisent l’apport de Frank Lloyd Wright par rapport aux maîtres du Mouvement moderne en Europe. Les intentions sont donc différentes.

3 Sur les questions historiographiques, on consultera avec profit Panayotis Tournikiotis, The Historiography of Modern Architecture, Cambridge (Mass.), The MIT Press, 1999.

4 Voir par exemple, Henry C. Churchill, « Book Review of “The International Style: Architecture Since 1922” », Creative Art, juin 1932, p. 489-490.

5 Entre interprétation univoque et relativisme radical du sens, Nelson Goodman plaide pour la voie médiane d’un relativisme constructif. Cf « How Buildings Mean », dans Nelson Goodman et Catherine Z. Elgin, Reconceptions in Philosophy and Other Arts and Sciences, Indianapolis, Hackett Publishing Co., 1988, p. 31-48. Un exemple parmi d’autres de cette difficulté sémantique se trouve dans une remarque du critique d’architecture du New York Herald Tribune qui note à propos d’une église d’Oud à Rotterdam illustrée dans le livre, quelle a l’apparence d’un cinéma (Royal Cortissoz, « Architecture. The Turn It Is Taking Under Modernistic Hands », New York Herald Tribune, 14 février 1932).

6 Dans cet ensemble éditorial, il faut distinguer les diverses catégories de publications : manuels d’architecture, guides de construction, recueils de modèles [« pattern books » ou « design books »], comme par exemple The Builder’s Jewel de Batty Langley qui connut onze éditions de 1741 à 1787, ou The Model Architect de Samuel Sloan de 1852-1853), ouvrages écrits par les architectes eux-mêmes pour défendre leur œuvre, catalogues de vente par correspondance (par exemple, le Sears, Roebuck Home Builder’s Catalogue 1910), sans parler des revues spécialisées, professionnelles ou plus généralistes mais faisant une large place à l’architecture domestique comme Ladies’Home Journal pour laquelle Frank Lloyd Wright conçut en 1900 un projet de maison [A home in a Prairie town]. Sur cette question, voir Henry-Russell Hitchcock, American Architectural Books: A List of Books, Portfolios and Pamphlets on Architectural and Related Subjects, New York, Da Capo, 1976.

7 La mode du « Stick Style » dans l’architecture domestique repose beaucoup sur deux ouvrages de modèles [pattern books] fort influents à l’époque : Rural Homes de Gervase Wheeler (1851, et huit rééditions jusqu’en 1869), et Village and Farm Cottages de Henry W. Cleaveland (1856).

8 L’ouvrage publié en 1897 par l’écrivain Edith Wharton et Ogden Codman Jr., The Decoration of Houses, participe du même mouvement de défense et illustration de l’architecture aristocratique des XVIIe et XVIIIe siècles en Europe.

9 Philip Johnson, Writings, New York, Oxford University Press, 1979, p. 122.

10 Robert Venturi, Complexity and Contradiction in Architecture, New York, The Museum of Modem Art, 1966. Trad. française de Maurin Schlumberger et Jean-Louis Vénard, De l’ambiguïté en architecture, Paris, Dunod, 1976 (la traduction du texte est excellente, mais l’édition française ne respecte pas la mise en page du texte américain d’origine ; on aura donc intérêt à se reporter à l’édition américaine pour ce qui concerne précisément le rapport texte/image).

11 Dans l’intention, The International Style et Complexity and Contradiction in Architecture sont comparables et c’est pourquoi on a limité l’analyse à ces deux exemples. On peut cependant signaler que Learning from Las Vegas : the forgotten symbolism of architectural form (L’enseignement de Las Vegas ou le symbolisme oublié de la forme architecturale) est le titre du second livre manifeste de Robert Venturi écrit avec Denise Scott Brown et Steven Izenour (première édition en 1972). Conformément à la thèse de l’ouvrage qui propose en modèle la richesse sémantique du désordre de l’extension urbaine, la mise en page y est à la fois plus audacieuse et plus chaotique que dans Complexity and Contradiction in Architecture.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : Henry-Russel Hitchcock, Philip Johnson, The Style International : Architecture since 1922, New York, Norton, 1932.Walter Gropius : école du Bauhaus, Dessau, Allemagne, 1926 ; plan de rez-de-chaussée et du premier étage.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1139/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Ill. 1 bis : ibid., tour d’habitation, aile de l’administration et bâtiment des salles de cours.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1139/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Ill. 2 : Henry-Russel Hitchcock, Philip Johnson, The Style International: Architecture since 1922, New York, Norton, 1932. J. J. P. Oud : maisons ouvrières, Hoek van Holland, 1924-1927 ; boutique. Plan et élévation.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1139/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Ill. 3 : Henry-Russel Hitchcock, Philip Johnson, The Style International: Architecture since 1922, New York, Norton, 1932. Josef Kranz : café Era, Brno, Tchécoslovaquie, 1929.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1139/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende Ill. 4 : Henry-Russel Hitchcock, Philip Johnson, The Style International: Architecture since 1922, New York, Norton, 1932. Ludvik Kysela : magasin de chaussures Bata, Prague, Tchécoslovaquie, 1929.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1139/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 241k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search