Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre d'architecture, XVe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

L'architecture dans le livre

La somptueuse et magnifique entrée du Tres-chrestien Roy Henri III [...] en la cité de Mantoue par Blaise de Vigenère (1576), une publication au service des Gonzague-Nevers

Arianne Boltanski

Texte intégral

  • 1 Blaise de Vigenère, La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-chrestien Roy Henri III de ce nom Ro (...)

1La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-chrestien Roy Henri III [...] en la cité de Mantoue [...] n’est pas, à proprement parler, un livre d’architecture. Écrit par Blaise de Vigenère et publié en 1576, cet opuscule dépeint, comme l’indique son titre, l’entrée et le séjour d’Henri III à Mantoue en août 1574. Ce récit accorde, cependant, une large place à la description architecturale et ce, de manière tout à fait originale pour ce type d’écrit à cette période. Vigenère, comme il l’indique dans l’avis au lecteur, placé en tête de l’opuscule, entend, en effet, « représenter les arcs triomphaux, portes, statues, et autres belles fantaisies et inventions » qui ont été bâtis en 1574 pour célébrer le passage du roi de France à Mantoue1. Plus généralement, toute la cité, avec les principaux édifices princiers qui la parent, devient, au gré de sa description, le théâtre décoratif de l’entrée royale.

2L’insistance sur la description architecturale, menée de manière technique et précise, souligne l’attrait de Blaise de Vigenère pour ce domaine, qui participe de son attention plus générale aux arts ; mais elle s’ordonne ici également en vue d’une fin politique, étroitement associée au contexte de l’année 1576 en France. Elle sert, à travers l’évocation des allégories décoratives et de la magnificence des édifices mantouans, à opérer une glorification conjointe de deux majestés, d’une part, celle du roi Valois et, d’autre part, celle des Gonzague, qui règnent à Mantoue, en la personne du duc Guglielmo et, à travers eux, de Louis de Gonzague, duc de Nevers, frère du duc de Mantoue, dont Vigenère est le client, le serviteur de plume. Pour l’écrivain, qui, par le passé, avait déjà donné d’amples preuves de son dévouement à la couronne de France, il s’agissait ainsi d’associer la maison de son patron à la célébration du pouvoir royal et de servir les intérêts du duc de Nevers en confortant ses bonnes relations avec la monarchie par la mise en scène de son dévouement au souverain. La description est détournée ainsi en vue d’une fin autre, largement cachée, mais qu’il est possible de décrypter à travers la construction de l’ouvrage. Pour aboutir à ce résultat, Vigenère joue, en effet, sur l’architecture interne de l’opuscule et, plus précisément ici, sur l’association du texte aux gravures.

3Nous allons brièvement examiner certains éléments de la biographie de Blaise de Vigenère, en particulier quant à ses liens aux Gonzague-Nevers, avant de nous intéresser à la manière dont l’ouvrage a été établi, à son contenu, enfin à son architecture interne et à sa signification politique.

UN SERVITEUR DE LA MAISON DE NEVERS

  • 2 Blaise de Vigenère (trad. et comment.), Les Images ou tableaux de platte peinture du Jeune Philostr (...)
  • 3 Cf., notamment, Blaise de Vigenère, Les Chroniques et annales de Poloigne, par Blaise de Vigenère, (...)
  • 4 Cf. ainsi Blaise de Vigenère, Traicté des chiffres ou secrètes manières d’escrire, Paris, Abel L’An (...)
  • 5 Blaise de Vigenère, Le Psaultier de David, torné en prose mesurée ou vers libres, Paris, Abel L’Ang (...)
  • 6 Blaise de Vigenère (trad.), La Hierusalem du Sr. Torquato Tasso, rendue Françoise par B.D.V., Paris (...)
  • 7 Cf, sur ce point, Claude Buridant, « Les paramètres de la traduction chez Blaise de Vigenère », dan (...)
  • 8 Vigenère, comme son maître Le Fèvre de La Boderie, auteur de la Galliade (1578), montre ainsi son i (...)

4Humaniste du XVIe siècle, ce disciple de Guy Le Fèvre de La Boderie se caractérise d’abord par la diversité de son œuvre. Celle-ci s’étend à tous les domaines de la connaissance, depuis la composition de traités sur la peinture, avec la traduction des Images ou tableaux de platte peinture de Philostrate en 1578 et, en 1597, la Suitte de Philostrate2, d’œuvres et de traductions historiques3, de traités d’alchimie et de travaux sur la Kabbale4, d’ouvrages de spiritualité catholique5, de traductions d’œuvres littéraires, italiennes notamment, ainsi avec la première traduction française de la Jérusale ?n délivrée du Tasse en 15956. Derrière cette multiplicité, se cache une tentative d’appréhension encyclopédique du monde, destinée, dans une aspiration d’essence platonicienne, mais fortement colorée de mysticisme chrétien et de dévotion catholique, à lui rendre son unité, religieuse, politique et philosophique. Pour ce faire, la traduction qui, chez Vigenère, trouve de multiples homologies avec l’art, la peinture et l’architecture en particulier7, est un moyen privilégié pour recouvrer les éléments disparates d’une langue originelle et renouveler simultanément la langue et la culture françaises. À cet égard, l’italianisme de Vigenère, son intérêt pour la culture italienne sous diverses formes, notamment picturales et architecturales, visent à une transposition qui doit permettre de parfaire cette culture française. Au sein de l’ordonnancement intellectuel extrêmement complexe qui domine les travaux de Vigenère, l’exaltation de la monarchie française, de la langue et de la culture « galliques », participe, en effet, également d’un rêve utopique de rénovation du monde à travers la restauration d’une monarchie universelle, peut-être sous l’égide du roi Très Chrétien8.

  • 9 Sur la fonction de secrétaire du duc de Nevers occupée par Vigenère, cf. notamment Arch. nat., M.C. (...)
  • 10 Sur cette nomination et sur les fonctions remplies par Vigenère à Rome, cf. en particulier Denyse M (...)
  • 11 Ibid., p. 28-29, sur la date du décès de Vigenère.
  • 12 Nous n’avons pu trouver trace, dans les archives des Nevers, d’une mention quelconque concernant l’ (...)
  • 13 En 1593, Blaise de Vigenère, comme en témoigne sa correspondance avec Louis de Gonzague, joue un vé (...)

5Pour partie de son œuvre, initiée en 1574, Vigenère servait aussi, dans ses buts mêmes d’écriture et de manière évidemment plus prosaïque, ses patrons, les ducs de Nevers. Aucun de ses ouvrages ne peut être ramené, cependant, de manière exclusive à de simples éloges destinés à conforter le prestige et la position de ses puissants protecteurs dans le royaume. Vigenère était entré, en 1547, au service de François de Clèves, alors duc de Nevers et avait occupé diverses fonctions à ses côtés, notamment, celle de secrétaire, de maître de sa garde-robe, de gentilhomme ordinaire de sa chambre9. Ce cumul d’offices attestait de l’importance du rôle qu’il tenait auprès de ce puissant en tant qu’homme de confiance. Lorsque la lignée des Clèves s’éteignait en ligne masculine en 1564, Vigenère se dévouait à l’héritière de la maison, Henriette de Clèves et à son époux et nouveau duc de Nevers, Louis de Gonzague. Pendant quelques années, de 1566 à 1569, il allait aussi servir un autre maître, le roi de France, comme secrétaire attaché, à Rome, à l’ambassadeur du monarque, mais ce, sans rompre sa fidélité à ses premiers patrons10. L’érudit devait mourir, en 159611, au service des Nevers. Après 1569, Vigenère n’a pas été pourvu officiellement d’un état particulier dans la maison ducale, jusqu’à ce que le duc et la duchesse lui confient la direction de l’éducation de leur fils aîné et héritier de la maison, Charles de Gonzague, à la fin du XVIe siècle12. Mais, même alors, il n’est pas certain que la fonction considérable qui lui était dévolue ainsi ait été associée à un titre particulier13. Cette absence de statut formel peut, en réalité, être créditée de la même valeur que le cumul de fonction dont il bénéficiait sous les Clèves et signale le caractère essentiel et exceptionnel de son intervention auprès des Nevers. C’est d’abord par ses compétences érudites et ses talents d’écriture que Vigenère continuait à servir ces Grands qui faisaient appel à lui pour cette habilité bien circonscrite d’homme de plume et de savant.

  • 14 Blaise de Vigenère (trad.), L’Histoire de la décadence de l’empire grec et estalissement de celuy d (...)
  • 15 Blaise de Vigenère, La Fondation faicte par mes seigneur et dame les duc et duchesse de Nivernois : (...)
  • 16 Bibl. nat. Fr., Mss. fr. 3632, P 69, mémoire sur les traductions de Vigenère ; également Jean Dupèb (...)

6De cette relation particulière témoignent les dédicaces de l’humaniste à Louis de Gonzague, ainsi, en 1577, celle de la traduction de Chalcondyle, L’Histoire de la décadence de l’empire grec et estalissement de celuy des Turcs [...]14, comme les œuvres de commande qu’il réalise à la demande de ses patrons, tel que La fondation faicte par mes seigneur et dame les duc et duchesse de Nivernois [...]. Pour marier doresnavant [...] jusques au nombre de soixante pauvres filles […]15 publié en 1579 ou L’Histoire de Geoffroy de Villehardouin [...], en 1584. Si le service de plume, accompli par Vigenère pour les Nevers pouvait prendre la forme de commandes, l’humaniste disposait, cependant, grâce à cette fonction d’écrivain, d’une certaine marge d’autonomie vis à vis de ses patrons, tout en restant étroitement lié par ce rapport de clientèle. Il ne rendait pas, ainsi, de bons offices seulement au coup par coup, mais épousait leurs intérêts de manière plus globale. La parution de certains ouvrages de Vigenère, tel que La Somptueuse et magnifique entrée [...], s’inscrivait dans des contextes précis au sein desquels ils apparaissaient à point nommé pour soutenir les stratégies des Nevers et leurs efforts d’accommodement avec le gouvernement royal. Le duc s’assurait de la fidélité de son client et pouvait exercer à ce titre une sorte de magistère sur son travail d’écrivain ; en témoigne ainsi un mémoire sur les écrits de Vigenère qui lui est adressé en 1589, évoquant de façon détaillée les diverses recherches, les activités d’écriture, entreprises alors par l’humaniste et les manuscrits sur lesquels il travaillait16. Vigenère, conjointement s’efforça, à diverses reprises, d’éclairer ce prince et exerça sans doute, à cet égard, une réelle influence sur ses conceptions politiques et religieuses.

LA SOMPTUEUSE ET MAGNIFIQUE ENTRÉE : OUVRAGE DE COMMANDE ET PLAIDOYER ARCHITECTURAL

  • 17 Cf. Émile Picot, Les Italiens en France au XVIe siècle, extrait du Bulletin Italien, Bordeaux, impr (...)

7La Somptueuse et magnifique entrée [...], est un récit des festivités organisées, du 3 au 6 août 1574, par le duc Guglielmo en l’honneur du roi de France et de Pologne, qui venait de succéder à Charles IX, à l’occasion de son passage en Italie et ici à Mantoue, sur le chemin de son retour vers la France. Vigenère dépeignait ainsi une très classique entrée royale et, à première vue, dans cette célébration du monarque, il n’y avait rien d’original : dans toute la haute Italie, à Venise, à Padoue ou à Ferrare, Henri III avait été salué, de même, à son passage en 1574, par des fêtes, des triomphes, des éloges, également littéraires, dont une partie fut publiée17.

  • 18 La description donnée par Vigenère permet aisément de reconstituer cet itinéraire. Le premier porti (...)
  • 19 Ibid., en particulier p. 7, 9, 21.
  • 20 Cf. également, sur cette francisation de termes d’architecture par Vigenère, Richard Crescenzo (éd. (...)
  • 21 Vigenère s’était rendu à Rome en 1549 et y était demeuré deux ans ; lors de son second séjour, tout (...)
  • 22 Cinq de ces neufs planches sont reproduites dans le présent article : voir illustrations, ill. n° 1 (...)

8Le caractère insolite du texte provenait d’abord de sa coloration volontairement architecturale, puisque Vigenère s’y adonnait largement à la description des monuments décoratifs bâtis pour l’occasion et des palais de la ville. En suivant le parcours du roi dans la cité, au départ du palais du Te, à l’extérieur des murailles, puis par la voie principale qui la traverse d’ouest en est, jusqu’au palais ducal, il établissait ainsi une topographie de ses principaux édifices et intégrait, dans son tableau, les cinq arcs de triomphe construits spécialement aux points cruciaux de l’itinéraire royal, tout en décryptant les significations symboliques des décors réalisés18. L’alternance de l’évocation de ces édifices princiers et des arcs ou portiques permettait de faire de la ville dans son ensemble le décor de l’entrée, en rendant, pour ainsi dire, les impressions de perspective et de volume. C’était l’occasion pour Vigenère d’évoquer, ainsi à travers la description des salles du palais du Te et, en particulier, de la salle des Géants, ou des tableaux du « Triomphe de César » au palais de Saint-Sébastien, les grands noms de la Renaissance architecturale et picturale associés à la prestigieuse Mantoue, ville que Vigenère connaissait, les artistes qui avaient servi les Gonzague, tel que, ici, Mantegna d’abord, puis Gulio Romano et le Primatice19. La technicité de la description des arcs, pour lesquels il précisait par exemple à chaque fois quels avaient été les ordres utilisés (ionique, dorique ou corinthien) et la précision des termes employés, tels que « imposte », « frise », « corniche », « frontispice », « balustre », « pilastre », dont certains provenaient de l’italien et avaient été francisés par Fauteur20, visaient à retracer les images matérielles, non pas à la lecture, mais au regard du lecteur. À ce titre, La Somptueuse et magnifique entrée [..], manifeste, pour Vigenère, le caractère essentiel de la découverte de l’Italie, réalisée à travers deux séjours, de 1549 à 1551 et de 1566 à 1569 et apparaissait comme un prélude, dans le domaine de l’architecture, à ce qu’allait être quelques années plus tard la traduction des Images de Philostrate pour la peinture21. La construction du livre servait encore ce plaidoyer didactique en faveur de la description matérielle par la place exceptionnelle qu’y tenait l’iconographie. Neuf gravures étaient introduites dans cet in-quarto de quarante-huit pages : la première, au dos de la page de titre, figurait les armoiries des Gonzague-Nevers et les huits suivantes illustraient l’évocation des arcs et des statues qui y étaient associés et se trouvaient insérées, à chaque fois, après leur description22 Certains arcs étaient dépeints à travers plusieurs gravures, ce qui permettait de changer le point de vue ou de voir les ornementations de tel portique, décoré sur ses deux faces.

  • 23 Cf. également, sur ce point, Denyse Métrai, op. cit., p. 50.
  • 24 Blaise de Vigenère, La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-chrestien Roy Henri III [...] en la (...)
  • 25 Sur ces sources, voir aussi Pierre de Nolhac et Angelo Solerti, Il Viaggio in Italia di Enrico III, (...)
  • 26 Blaise de Vigenère (trad.), L’Histoire de la décadence de l’empire grec et estalissement de celuy d (...)

9Si les armoiries des Nevers apparaissaient en tête de l’ouvrage, il ne s’agissait pas là d’une simple coquetterie à l’égard du protecteur. Selon toutes probabilités, l’opuscule répondait, en réalité, à une commande de Louis de Gonzague23. D’abord, le duc de Nevers avait participé à cet événement ; il était aux côtés d’Henri III, lors de son séjour à Mantoue, sa ville natale, où ses intérêts patrimoniaux et politiques étaient nombreux. Vigenère mentionnait d’ailleurs brièvement la présence de Louis de Gonzague et rappelait sa proche parenté avec le duc de Mantoue, organisateur de la fête24. L’auteur avait aussi très probablement bénéficié de ses relations privilégiées avec les Nevers pour regrouper les témoignages écrits qui lui avaient permis de composer La Somptueuse et magnifique entrée [...]. Parmi ces sources, il faut compter d’abord sans doute avec la mémoire visuelle de Vigenère. Cependant, si l’auteur avait séjourné à Mantoue, il n’y était pas présent, en août 1574, dans la suite du duc ou ailleurs et n’était donc pas un témoin oculaire de l’entrée royale. Sa narration fut réalisée après coup, à partir des divers opuscules imprimés à Venise en 1574 et également d’un récit manuscrit de l’entrée conservé aux archives ducales de Mantoue et accompagné de dessins. On ignore s’il put effectivement lire cette description manuscrite ; en revanche, les dessins lui furent communiqués et servirent sans doute à l’établissement du texte, plus certainement à celui des gravures25. On peut supposer que l’accès de Vigenère à la très belle bibliothèque parisienne des Nevers et les liens qui l’associaient, plus généralement, à ce Grand, lui furent précieux pour obtenir ces planches et prendre connaissance de ces sources italiennes. L’hypothèse selon laquelle cet ouvrage serait une commande de Louis de Gonzague est également etayée par le fait que cette planche des armoiries des Nevers, spécialement décorée, nous le verrons, apparaissaissait ici pour la première fois dans les œuvres de Vigenère, mais devait être reprise, d’abord en 1577, dans la traduction de Chalcondyle, dédiée au duc, puis en 1579, dans le livret établi par Vigenère à la demande des Nevers, La Fondation faicte par mes seigneur et dame les duc et duchesse de Nivernois [...]. Pour marier doresnavant [...] jusques au nombre de soixante pauvres filles […]26. Dans ce livret – comme d’ailleurs dans la traduction de Chalcondyle – le dessin des armoiries était identique à celui présenté en tête de La Somptueuse et magnifique entrée [...] ; seul changeait ici le choix du psaume placé en dessous de cette planche. La planche et l’ornementation des armoiries avaient été ainsi préparées pour La Somptueuse et magnifique entrée [...] et son emploi réitéré par la suite, de toute évidence parce qu’elles avaient été appréciées par les Nevers et surtout parce que la disposition effectuée des signes identitaires de la lignée servaient leurs intérêts politiques.

  • 27 Cf. Jean-François Maillard, « De la maquette autographe à l’imprimé : La Somptueuse et magnifique e (...)
  • 28 Ibid.., p. 76-77 ; Denyse Métral, op. cit., p. 250.
  • 29 Sur les libraires qui publient les ouvrages de Vigenère et Chesneau en particulier, cf. le catalogu (...)
  • 30 Une lettre de Blaise de Vigenère à Louis de Gonzague, datée 20 février 1577, deux environ avant la (...)

10La préparation de l’ouvrage, comme le montre l’étude qu’en a faite Jean-François Maillard, semble avoir été entièrement supervisée par Vigenère, depuis l’écriture du texte, retravaillé à plusieurs reprises, l’établissement de la maquette pour l’imprimeur, l’examen des épreuves qui ont subi des transformations, indiquant probablement que l’auteur était présent dans l’atelier d’impression27. Jean Rabel, graveur et peintre de cour, avait imprimé les planches, mais ce n’est probablement pas lui qui en assura la taille ; il se trouvait aussi associé au libraire parisien, Nicolas Chesneau, pour la diffusion de l’ouvrage28. C’était là le premier livre de Vigenère édité par Chesneau, mais ce dernier devait rester par la suite, jusqu’à sa mort en 1584, le libraire atitré de l’érudit, du moins pour la plupart de ses écrits. Chesneau, comme Abel Langelier qui allait, après 1584, éditer les œuvres de Vigenère, ou encore Jean Richer, appartenaient à un réseau de libraires, s’attachant tout particulièrement à la diffusion des œuvres humanistes et bien souvent d’ouvrages traduits de l’italien ou de la langue latine29. On ne dispose pas, pour La Somptueuse et magnifique entrée [...], d’informations quant à un éventuel intérêt ou une intervention du duc de Nevers dans le travail d’édition et la publication elle-même ; mais, dans un autre cas, pour le livret de la fondation pieuse publié en 1579, il apparaît que Louis de Gonzague, comme commanditaire, intervenait sur les questions éditoriales, en donnant à son serviteur de plume des recommandations très précises, tant sur le nombre d’exemplaire désirés (dans ce cas, un tirage limité de quatre cent cinquante exemplaires), sur le travail à effectuer pour la taille des gravures ou encore sur la nature du papier à employer et les reliures30. Ces indications tendent à montrer que certains protecteurs, comme ici le duc de Nevers, n’étaient peut-être pas aussi étrangers à l’écriture et à l’activité de publication des œuvres de leurs protégés que certains historiens ont pu le supposer.

L’ARCHITECTURE SYMBOLIQUE DU TEXTE : LA CÉLÉBRATION DU PRINCE

11L’empreinte de la relation de clientèle qui unissait Vigenère au duc de Nevers joue ici un rôle plus éminent encore, puisqu’elle conduit largement, selon nous, l’architecture symbolique de l’ouvrage à travers l’association des gravures au texte. La Somptueuse et magnifique entrée […] avait pour fin première de magnifier le nouveau souverain et de célébrer sa gloire. Pourtant, l’ouvrage n’avait pas été publié, en 1574, à l’heure de l’accession sur le trône d’Henri III, comme les autres écrits similaires sur ses entrées dans des villes italiennes, mais deux ans plus tard, en 1576. Or, ce retard s expliquait sans doute largement par les visées politiques des Nevers. Dans l’opuscule, les mentions explicites du duc, peu nombreuses, étaient essentiellement factuelles, mais Vigenère avait eu soin d’y faire figurer des signes et des références à ses patrons, au premier titre desquels la gravure de leurs armoiries qui constituait, telle une « image dans le tapis », la clef d’une sorte d’énigme. Destinés à évoquer la grandeur des Gonzague-Nevers, ces signes dessinaient un texte symbolique, recouvrant le récit proprement dit, mais trouvant sa signification dans l’interaction avec la description.

  • 31 Cette légende familiale du cygne est évoquée, notamment, par Guy Coquille : Guy Coquille, Histoire (...)
  • 32 « Les armoiries des Gonzague-Nevers ».

12Entre l’ornementation des armoiries et d’autres éléments figurant dans certaines des huit gravures, il existait un jeu de rappel, dont la légende était établie, de manière tout à fait implicite, dans le texte. La représentation des armes des Gonzague-Nevers se distinguait ici par une décoration particulière : au centre, apparaissait leur écusson, mais, de part et d’autres, figuraient deux oiseaux, fréquemment employés dans l’héraldique, à gauche un aigle, représentant très certainement Louis de Gonzague, puisque les ducs de Mantoue comptaient quatre aigles dans leurs armes, à droite un cygne disposant au col d’une couronne, tenant la place d’Henriette de Clèves, conformément à la légende qui voulait que les Clèves descendissent du chevalier au cygne31. L’écusson lui-même était divisé en quatre quartiers, dont deux concernaient les lignées maternelle et paternelle de Louis de Gonzague et s’entrecroisaient avec les deux autres quartiers, se rapportant à la reconstruction de la parenté d’Henriette de Clèves. Au-dessus de l’écusson, se trouvait une couronne, ornée de fleurs de lys et, à l’intérieur de celle-ci, le dessein d’une montagne, appelée « Olympos » (en alphabet grec), surmontée d’un autel et du mot « Fides » (la foi)32 (ill. 1).

Ill. 1 : « Les armoiries des Gonzague-Nevers », Blaise de Vigenère, La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-cherstien Roy Henri III de ce nom Roy de France et de Pologne, grand duc de Lithuanie, etc., en la cité de Mantoue, avec les portraits des choses les plus esquises, par B. D. Vigre, Paris, Nicolas Chesneau, 1576, in-4°, au dos de la page de titre, gravure sur cuivre. Cl. Bib. nat. de France, Réserve.

  • 33 La planche I permet d’observer ce portique d’un premier point de vue, alors que la planche II montr (...)
  • 34 Ibid., p. 16.

13La couronne, sans nul doute, représentait la monarchie française et la relation de fidélité et de soumission qui unissait les Gonzague-Nevers au souverain. Le récit de l’entrée donnait la légende pour le dernier élément, la figuration du mont Olympe : dans le texte, Vigenère décrivait le premier portique que le roi avait rencontré à la porte de la Pisterle, à l’entrée de la cité intra-muros33 (ill. 2 et 3). Parmi les reliefs qui l’ornaient se trouvait au centre une figuration du mont Olympe, toujours surplombé d’un autel et du mot « Fides », parce que le mont Olympe, expliquait Vigenère, était « l’ancienne devise de la maison de Mantoue »34. La référence à l’Olympe doit être probablement mise en rapport avec les origines grecques de la maison, via les marquis de Montferrat, héritiers des Paléologue, derniers empereurs de Byzance. La mère de Louis de Gonzague et de Guglielmo, duc de Mantoue n’était autre, en effet, que Marguerite Paléologue, marquise de Montferrat. Dans le texte proprement dit, le motif devenait le prétexte, pour Vigenère, à un développement sur la foi catholique par le biais d’une référence à une représentation théologique classique de la « montagne du seigneur », dont l’ancien mont sacré de la mythologie devenait, par transposition, le symbole ; Vigenère concluait à la prégnance de la foi dans la maison de Mantoue :

« Plus bas encore dans le renfondrement d’un grand quarré, estoit taillé de relief le mont Olympe, ancienne devise de la maison de Mantoue, couvert jusques à la moitié d’herbages et arbres verdoyans : mais delà en sus ne se monstroit que la roche bise, toute crue et descharnée ; dont le sommet passoit les nues qui sont en la moienne region de l’air, où se forgent, les fouldres et tonnerres, pluies, gresles, et toutes autres impressions et changemens d’icelluy. Et là estoit marqué en lettres capitales Romaines, ce mot icy. FIDES. Et au pied de cette montagne.

  • 35 « Elle est ici toujours protégée ».

HIC SEMPER TUTA35

  • 36 « Nulle part la foi n’est protégée » : ibid., p. 16-17.

Denotant que tout ainsi que la cime de ce hault mont n’est aucunement subiecte aux vents, tempestes, et orages, car la cendre espandue sur l’autel qui y est, y demeure ferme-arrestee. Aussi la foy doibt estre entierement delivre, et exempte de tous troubles, agitations, et esbranlemens, qui pourraient tirer l’esprit de l’homme à quelque doubte et irresolution : Comme specialement s’est tousiours veu en ceux de cette Catholique et religeuse maison. Pour arguer aussi et convaincre menterie, ceux qui ont voulu dire, Nusquam tuta fides36. »

Ill. 2 : Planche I : Blaise de Vigenère, La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-cherstien Roy Henri III de ce nom Roy de France et de Pologne, grand duc de Lithuanie, etc., en la cité de Mantoue, avec les portraits des choses les plus esquises, par B. D. Vigre, Paris, Nicolas Chesneau, 1576, in-4°, au dos de la page de titre, gravure sur cuivre. Cl. Bib. nat. de France, Réserve.

Ill. 3 : Planche II : Blaise de Vigenère, La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-cherstien Roy Henri III de ce nom Roy de France et de Pologne, grand duc de Lithuanie, etc., en la cité de Mantoue, avec les portraits des choses les plus esquises, par B. D. Vigre, Paris, Nicolas Chesneau, 1576, in-4°, au dos de la page de titre, gravure sur cuivre. Cl. Bib. nat. de France, Réserve.

  • 37 Cf. ill. n° 1, « Les armoiries des Gonzague-Nevers ».

14En parallèle, sous la planche des armoiries des Gonzague-Nevers, une citation latine, tirée d’un psaume37, évoquait le même contenu qui serait explicité ensuite à l’intérieur du texte, par cette seconde légende évoquée plus haut :

  • 38 Psaume 24, v. 3-4 :
    « Qui gravira la montagne du Seigneur ?
    Qui se tiendra dans son saint lieu ?
    L’hom (...)

« Quis ascendet in montem domini,
aut stabit in loco sancto eius
 ?
Innocens manibus et mundo corde
38 ».

15La glorification du duc de Mantoue et de sa maison permettait ainsi, sans que rien ne fût dit explicitement, d’évoquer les Gonzague-Nevers comme des piliers de la foi catholique dans le royaume de France et, simultanément, comme de bons féaux, servant le roi et la monarchie Très Chrétienne.

Ill. 4 : Planche V : Blaise de Vigenère, La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-chrestien Roy Henri III de ce nom Roy de France et de Pologne, grand duc de Lithuanie, etc., en la cité de Mantoue, avec les portraits des choses les plus esquises, par B. D. Vigre, Paris, Nicolas Chesneau, 1576, in-4°, au dos de la page de titre, gravure sur cuivre. Cl. Bib. nat. de France, Réserve.

  • 39 Cf. ill. n° 4, « Planche V (haut du portique) ». Faute de place, les devises ne figuraient pas sur (...)
  • 40 Blaise de Vigenère, La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-chrestien Roy Henri III [...] en la (...)
  • 41 Ibid., p. 77-79 : l’auteur explique comment cette modification visait à glorifier le souverain, en (...)
  • 42 Blaise de Vigenère, La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-chrestien Roy Henri III [...] en la (...)

16Plus bas encore, Vigenère avait inscrit une autre référence à la maison de Nevers. Décrivant, cette fois, le passage d’Henri III sous un troisième arc, venant décorer la porte de La Garde39 (ill. 4), il dépeignait les statues et les reliefs qui en ornaient la partie supérieure, avec les devises qui y avaient été placées pour saluer le roi. Cinq des six reliefs en haut de l’arc illustraient les travaux d’Hercule. De manière assez fréquente dans de tels cérémonials à la Renaissance, ce héros était employé de la sorte pour personnifier le roi et il était d’ailleurs ici couronné. Mais le sixième relief représentait, d’après Vigenère, « sa maiesté montee à cheval en habit de pacificateur ; une province prosternée à ses pieds les mains ioincttes, et tendues comme demandant grace », une référence directe à la soumission des protestants de La Rochelle, après le siège de la cité en 157340. Comparant le manuscrit de La Somptueuse et magnifique entrée [...] et l’imprimé, ainsi que la description de Vigenère et celle donnée par d’autres sources italiennes dont il s’était inspirée, Jean-François Maillard note que l’humaniste avait volontairement introduit une variante, par rapport à ces documents : il avait fait modifier, pour cette gravure, la figure présentée originellement en 1574 dans le sixième relief et la devise l’accompagnant et les avait remplacées par la représentation et la phrase latine qui se trouvent dans l’ouvrage de 1576, à savoir : « PARCERE SUBIECTIS, ET DEBELLARE SUPERBOS »41. Empruntée à Virgile qui était mantouan, comme nous le rappelle Vigenère, cette phrase, « Ménager ses sujets et soumettre les orgueilleux », spécialement choisie par l’auteur, servait aussi de devise au duc de Nevers42. Ainsi, en modifiant, à l’avantage d’Henri III, le sens politique du décorum construit pour lui à Mantoue, Vigenère, une nouvelle fois, associait l’éloge du roi et la fidélité de la maison ducale.

  • 43 Ibid., Blaise de Vigenère, p. 13-14.
  • 44 Ibid., p. 21.

17Tout en exaltant le nouveau monarque, dont Vigenère évoquait les vertus, le récit devait montrer la grandeur de la maison de Mantoue. Pour ce faire, il honorait le duc Guglielmo, mais détournait en partie cet éloge au profit de la célébration de sa lignée. La description de Vigenère servait ainsi également les intérêts de Louis de Gonzague et soutenait l’alliance des Nevers à la monarchie. Le récit s’arrêtait abondamment, on le sait, sur l’évocation des chefs d’œuvre artistiques de Mantoue. Il évoquait encore les qualités intrinsèques qui se transmettaient, selon Vigenère, parmi les membres de cette famille, ainsi, outre celle de défenseur de la foi, leurs capacités d’hommes de guerre et de grands capitaines43. L’auteur s’efforçait aussi, tout particulièrement, de montrer la dévotion de cette maison à la couronne de France, illustrant, ce faisant, indirectement la loyauté de son propre patron à la monarchie. À cette fin, il insistait, non seulement sur l’hommage rendu par le duc de Mantoue à Henri III, mais plus encore sur celui des Mantouans et revenait régulièrement sur leurs manifestations d’enthousiasme : Vigenère décrivait ainsi la cité en liesse, « le peuple innumerable [...], criant à haulte voix. VIVE LE ROY. tout ainsi que si c’eust esté dans Paris »44.

  • 45 Ibid., p. 35-38 ; cf. également Jean-François Maillard, « De la maquette autographe à l’imprimé : L (...)
  • 46 Cf. ill. n° 5, « Planche VI », dans La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-chrestien Roy Henri (...)
  • 47 Ibid., p. 35-38.
  • 48 Louis de Gonzague, duc de Nevers, Advis que M. de Nevers donna au roy pendant les premiers Estats d (...)

18Le témoignage de loyauté que Vigenère rendait au monarque par cette célébration de son entrée en majesté dans Mantoue n’intervenait pas au hasard. Par l’intermédiaire de l’homme de plume, c’était très probablement la puissance politique de son patron et, conjointement, le dévouement du duc de Nevers au roi qui étaient ainsi rappelés. La date de la parution du récit, deux ans après l’entrée, n’était certainement pas non plus fortuite et on peut émettre l’hypothèse que ce retard était, au moins en partie, tactique : en 1576, en effet, la description de Vigenère pouvait contribuer encore à rapprocher politiquement Henri III et Louis de Gonzague, alors que ce Grand multipliait, lors de la réunion des premiers États de Blois, les efforts pour se hisser au rang des plus proches conseillers du roi. Le récit tendait à occulter les déboires politiques que le duc de Nevers avait connus dans ses relations avec Henri III, précisément, en 1574, lors de son passage en Italie, puis aux tous premiers temps de son règne ; à cette période, en effet, le souverain avait, pour le moins, mis Nevers à l’écart et ce, de manière visible, notamment à l’occasion de l’entrée dans Mantoue. L’ouvrage de Vigenère rappelait, également, les grandeurs des terres italiennes, alors que le roi, depuis 1574, voulait laisser de côté les prétentions françaises en Italie du nord, ce qui ne servait pas les ambitions de Louis de Gonzague. Le duc, en effet, réclamait au titre de l’héritage de sa mère, Marguerite Paléologue, le marquisat de Montferrat et le conflit d’héritage qui l’opposait à son frère, le duc de Mantoue, depuis 1563, était loin d’être réglé. Nevers ainsi pouvait encore espérer que le roi de France soutienne ses prétentions patrimoniales. Vigenère avait d’ailleurs inséré dans le texte de l’entrée, une généalogie commentée des marquis de Montferrat. Présentée par l’auteur lui-même comme une longue digression, elle permettait de rappeler la parenté illustre, du côté maternel, de Louis de Gonzague ; elle servait ses ambitions territoriales et, plus concrètement, ses revendications sur l’héritage de sa mère45. Une fois de plus, la généalogie dressée par Vigenère fonctionnait d’ailleurs comme une double légende. Elle visait explicitement à commenter les ornements d’un quatrième portique, bâti à l’entrée du palais ducal46 (ill. 5) : au sommet de cet arc, se trouvaient, en effet, trois écussons ; au centre, l’un aux armoiries de la France, portant la couronne aux fleurs de lys et soutenu par deux nymphes ; de part et d’autre, apparaissaient l’écusson des ducs de Mantoue, à gauche et celui des marquis de Montferrat, à droite. Mais, la généalogie se référait également à l’écusson des Gonzague-Nevers, placé en tête de l’ouvrage, dont deux quartiers, rappelons-le, étaient dédiés aux armes de Louis de Gonzague, l’un pour Mantoue (le premier) et l’autre pour le Montferrat (le dernier). Or, c’est cet écusson, particulièrement complexe, des marquis de Montferrat que Vigenère entreprenait dans son texte d’expliquer, en rappelant les récits et les mythes qui s’y rattachaient, notamment ceux qui associaient cette lignée aux croisades, aux royaumes latins de Jérusalem, de Thessalonique et de Macédoine, aux Paléologue et à l’Empire d’Orient, à Constantinople47. En particulier, Vigenère évoquait la gloire que les marquis de Montferrat avaient tirée, selon lui, de leur participation en Terre sainte à la troisième croisade. L’érudit, une fois de plus, servait ici les stratégies politiques de son patron ; aux États de Blois, en effet, afin de pousser Henri III à reprendre la guerre contre les protestants, Nevers invitait le roi à suivre l’exemple de son illustre prédécesseur saint Louis et à déclarer une croisade destinée à l’éradication de l’hérésie. Il soulignait que, dans cette tâche le roi, serait appuyé par ses nobles et par lui au premier titre48. La Somptueuse et magnifique entrée [...], par le biais de cette généalogie, permettait ainsi, de manière détournée, de rappeler le passé de croisés des Gonzague et les autres références à l’intensité de leur engagement religieux trouvaient également ici leur clef. Plus spécifiquement, le texte concourait à établir, pour le duc de Nevers, l’image d’un grand prince catholique, dévoué à la défense de l’Église et de la foi, profondément engagé dans la lutte contre l’hérésie et soutenant fidélement le roi Très Chrétien.

Ill. 5 : Planche VI : Blaise de Vigenère, La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-chrestien Roy Henri III de ce nom Roy de France et de Pologne, grand duc de Lithuanie, etc., en la cité de Mantoue, avec les portraits des choses les plus esquises, par B. D. Vigre, Paris, Nicolas Chesneau, 1576, in-4°, au dos de la page de titre, gravure sur cuivre. Cl. Bib. nat. de France, Réserve.

19L’examen de La Somptueuse et magnifique entrée [...] révèle un texte qui, sous l’aspect extrêmement classique de la description d’une entrée royale, répond en réalité à des visées multiples et complexes. D’abord, l’opuscule de Blaise de Vigenère peut être considéré comme l’esquisse informelle d’un traité d’architecture. L’auteur tente de favoriser ainsi le déploiement d’un modèle culturel français qui, tout en s’inspirant des modèles italiens, les transposerait, en donnant une place de choix à l’architecture, aux arts visuels plus généralement. Mais La sompteuse et magnifique entrée [...] nous rappelle également que l’écrivain ne disposait pas au XVIe siècle d’une existence autonome. L’architecture même du livre de Vigenère, le montage original du texte et des gravures, tout en célébrant le monarque, servaient les actions et les stratégies de son protecteur, Louis de Gonzague et illustraient son loyalisme à la couronne. Il existait ainsi un rapport étroit entre l’écriture et la publication de ce livre et le contexe politique immédiat dans lequel il s’inscrivait. La Somptueuse et magnifique entrée [...], tout en abordant l’architecture de manière novatrice, parlait également des questions qui animaient les contemporains de Vigenère, en particulier quant à la crise religieuse. Cet ouvrage témoignait enfin de la nécessité, pour l’écrivain, de concilier deux maîtres, son protecteur et le souverain.

Notes

1 Blaise de Vigenère, La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-chrestien Roy Henri III de ce nom Roy de France et de Pologne, grand duc de Lithuanie, etc., en la cité de Mantoue, avec les portraicts des choses les plus esquises, par B. D. Vigre, Paris, Nicolas Chesneau, 1576, in-4°, « avis au lecteur », p. A ij.

2 Blaise de Vigenère (trad. et comment.), Les Images ou tableaux de platte peinture du Jeune Philostrate, avec des arguments et annotations sur chacun d’iceux, Paris, Nicolas Chesneau, 1578, 2 vol. , in-4° ; id., La Suitte de Philostrate, Paris, 1597.

3 Cf., notamment, Blaise de Vigenère, Les Chroniques et annales de Poloigne, par Blaise de Vigenère, secrétaire de feu Monseigneur le Duc de Nyvernois, Paris, Jean Richer, 1573, in-4° ; id., La Description du royaume de Poloigne et pays adjacens, avec les statuts, constitutions, mœurs et façons de faire d’iceux, par Blaise de Vigenère, secrétaire de feu Monseigneur le Duc de Nivernois, Paris, Jean Richer, 1573, in-4° ; Blaise de Vigenère (éd.), L’Histoire de Geoffroy de Villehardouin, marechal de Champagne et de Romanie, de la conqueste de Constantinople par les Barons françois associez aux Venitiens, l’an 1204, Paris, Abel L’Angelier, 1584, in-4°.

4 Cf. ainsi Blaise de Vigenère, Traicté des chiffres ou secrètes manières d’escrire, Paris, Abel L’Angelier, 1586, in-4° ; id., Traicté du feu et du sel, excellent et rare opuscule du Sr. Blaise de Vigenère, trouvé parmi ses papiers après son décès, Parie, Veuve Abel L’Angelier, 1618, in-4°.

5 Blaise de Vigenère, Le Psaultier de David, torné en prose mesurée ou vers libres, Paris, Abel L’Angelier, 1588, édition par Pascale Blum-Cuny, Paris, Le Miroir Volant, 1991, t. 1 ; id, Des Prières et Oraisons qui se doibvent conformer toutes à l’Escriture saincte, Paris, 1595, édition par Pascale Blum-Cuny, dans Le Psaultier de David, torné en prose mesurée ou vers libres, Paris, Le Miroir Volant, 1996, t. 2, p. 365-496.

6 Blaise de Vigenère (trad.), La Hierusalem du Sr. Torquato Tasso, rendue Françoise par B.D.V., Paris, Abel L’Angelier, 1595, in-4°.

7 Cf, sur ce point, Claude Buridant, « Les paramètres de la traduction chez Blaise de Vigenère », dans Blaise de Vigenère, poète et mythographe au temps de Henri III, Cahiers V L. Saulnier, XI, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1994, p. 39-65, ici p. 41-44.

8 Vigenère, comme son maître Le Fèvre de La Boderie, auteur de la Galliade (1578), montre ainsi son intérêt pour les origines galliques de la culture et de la monarchie françaises à travers sa traduction de la guerre des Gaules qu’il dédie non fortuitement au roi : cf. Les Commentaires de Caesar des guerres de la Gaule mis en françois par Blaise de Vigenère avec quelques annotations dessus, Paris, Nicolas Chesneau, 1576. À propos de cette « alchimie » intellectuelle qui domine les œuvres de Vigenère, voir également Rosanna Gorris, « Blaise de Vigenère et Le Fèvre de La Boderie, traducteurs de l’italien », dans Blaise de Vigenère, poète et mythographe au temps de Henri III [...], op. cit., p. 77-100 ; Claude Buridant, « Les paramètres de la traduction chez Blaise de Vigenère », op. cit., p. 39-40. Sur l’effort mené plus généralement par certains italianistes de la fin du XVIe siècle pour transposer et dépasser des modèles italiens afin d’illustrer la langue et la monarchie françaises, cf. Jean Balsamo, « Les traducteurs français d’ouvrages italiens et leurs mécènes (1574-1589) », dans Pierre Aquilon et Henri-Jean Martin (éd.), Le livre dans l’Europe de la Renaissance, actes du XXVIIIe colloque international d’Études humanistes de Tours, Paris, Promodis, 1988, p. 122-132, ici p. 126-127 ; également, Alexandre Y. Haran, le lys et le Globe. Messianisme dynastique et rêve impérial en France aux XVIe et XVIIe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2000, p. 122-124.

9 Sur la fonction de secrétaire du duc de Nevers occupée par Vigenère, cf. notamment Arch. nat., M.C., ét. III, 216, 6 mai 1550, une promesse à Marguerite de Bourbon, duchesse de Nevers et, en son absence, à Blaise de Vigenère, secrétaire du duc ; sur les charges qu’il assume ensuite, Michel de Marolles, L’Inventaire des titres de Nevers, Georges de Soultrait (éd.), Nevers, impr. de P. Fay, 1873, p. 15 et 599 ; Arch. nat., M.C., ét. VIII, 90, 23 janvier 1563, acte par lequel le duc de Nevers confie la garde de son hôtel à Blaise de Vigenère, maître de sa garde-robe ; Jean Dupèbe et JeanFrançois Maillard, « Vigenère et son temps : documents nouveaux », dans Blaise de Vigenère, poète et mythographe au temps de Henri III [...], op. cit., p. 169-207, ici p. 172-173.

10 Sur cette nomination et sur les fonctions remplies par Vigenère à Rome, cf. en particulier Denyse Métrai, Blaise de Vigenère, archéologue et critique d’art (1523-1596), Paris, Droz, 1939, p. 21-22 et 24.

11 Ibid., p. 28-29, sur la date du décès de Vigenère.

12 Nous n’avons pu trouver trace, dans les archives des Nevers, d’une mention quelconque concernant l’attribution, après 1566, d’une charge précise, dans la maison ducale, à Blaise de Vigenère. En outre, dans les actes notariés qu’il conclut à un titre ou à un autre, après cette date, l’humaniste n’est pas présenté officiellement comme un serviteur d’Henriette de Clèves et de Louis de Gonzague. Denyse Métrai indique, sans doute, qu’il était le « secrétaire du duc Ludovic de Nevers », mais sans preuve à l’appui : Denyse Métrai, op. cit., p. 26.

13 En 1593, Blaise de Vigenère, comme en témoigne sa correspondance avec Louis de Gonzague, joue un véritable rôle tutélaire dans l’éducation du jeune duc de Rethélois ; pour autant, ce n’est pas lui qui porte officiellement le titre de « précepteur » de Charles de Gonzague. Il est possible qu’il occupait, en revanche, la fonction de « gouverneur » du fils aîné des Nevers, mais on ne peut pas l’affirmer : Bibl. nat. Fr., Mss. fr. 3198, P 158-161, 1593, formulaire d’une leçon faite au fils du duc de Nevers par B. de Vigenère, P 162, lettre de Vigenère au duc de Nevers et P 164, leçon de Vigenère sur le premier chapitre de Frontin. La seule mention d’un « état » officiel tenu par l’humaniste auprès des Nevers est donnée par le titre de l’édition de 1584 de L’Histoire de Geoffroy de Villehardouin [...] op. cit., Vigenère y étant nommé en tant que « gentilhomme de la maison de Monseigneur le duc de Nivernois et de Rethelois, pair de France ».

14 Blaise de Vigenère (trad.), L’Histoire de la décadence de l’empire grec et estalissement de celuy des Turcs, comprise en dix livres, par Nicolas Chalcondyle, Athénien, de la traduction de Blaise de Vigenère, Paris, Nicolas Chesneau, 1577, in-4°.

15 Blaise de Vigenère, La Fondation faicte par mes seigneur et dame les duc et duchesse de Nivernois : Princes de Manthoüe : Contes de Rethellois et d’Auxerre, etc. Pairs de France. Pour marier doresnavant par chacun an à perpétuité, en leurs terres et seigneuries, jusques au nombre de soixante pauvres filles, destituees de toutes facultez et moyens, s. 1, 1579, in-4°.

16 Bibl. nat. Fr., Mss. fr. 3632, P 69, mémoire sur les traductions de Vigenère ; également Jean Dupèbe et Jean-François Maillard, « Vigenère et son temps : documents nouveaux », dans Blaise de Vigenère, poète et mythographe au temps de Henri III [...], op. cit., p. 175.

17 Cf. Émile Picot, Les Italiens en France au XVIe siècle, extrait du Bulletin Italien, Bordeaux, imprimerie Gounouilhou, 1901-1918, p. 187-191 : Picot mentionne notamment la harangue de Luigi Groto et celle de Charles Pascal, faites à Venise, le discours à Padoue d’Andrea Delfino, les ovations pour Henri III prononcées à Turin, à Brescia et encore un recueil de poésies latines et italiennes, composées en l’honneur du nouveau roi, paru à Venise en 1574 ; diverses relations des entrées du roi dans des villes italiennes furent également publiées, tel que Il Gran trionfo fatto della nobil cita di Treviso nella venuta del christianissimo re di Francia et di Polonia, Henrici Terzo, Venise, 1574, in-4° ; voir aussi Pierre de Nolhac et Angelo Solerti, Il Viaggio in Italia di Enrico III, re di Francia, e le feste a Venezia, Ferrara, Mantova o Torino, Turin, L. Roux, 1890.

18 La description donnée par Vigenère permet aisément de reconstituer cet itinéraire. Le premier portique rencontré par le roi se situait à l’entrée de la ville intra-muros, à la porte de la Pisterle, au delà d’un pont permettant de traverser le fossé qui bordait la muraille ; le second avait été placé au cœur de la cité, le long de la principale artère suivie par le roi, la rue Saint-Silvestre, au passage du pont, reliant les deux rives du Mincio, qui traverse Mantoue. Un troisième arc marquait l’entrée sur la grande place de la ville ; deux autres enfin avaient été dressés à l’entrée du Palais ducal, de sa cour intérieure, puis du château proprement dit : cf. Blaise de Vigenère, La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-chrestien Roy Henri III [...] en la cité de Mantoue [...], op. cit., notamment p. 12, 16, 21, 29, 34-35.

19 Ibid., en particulier p. 7, 9, 21.

20 Cf. également, sur cette francisation de termes d’architecture par Vigenère, Richard Crescenzo (éd.), Blaise de Vigenère. La renaissance du regard, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, 1999, p. 36-37.

21 Vigenère s’était rendu à Rome en 1549 et y était demeuré deux ans ; lors de son second séjour, tout en assumant ses fonctions de secrétaire d’ambassade pour le roi de France, il eut l’occasion de voyager, de se rendre dans diverses villes, tel que Venise, Florence, Turin et c’est probablement lors de ces périples qu’il passa par Mantoue : cf. Denyse Métrai, op. cit., p. 14, 22 et 24 ; Jean-François Maillard, « De la maquette autographe à l’imprimé : La Somptueuse et magnifique entrée du roi Henri III à Mantoue par Blaise de Vigenère (1576) », dans Pierre Aquilon et Henri-Jean Martin (éd.), Le livre dans l’Europe de la Renaissance, op. cit., p. 71-90, ici p. 72. Sur l’impact de ces séjours italiens sur les conceptions et les travaux de Vigenère dans le domaine de l’art, voir aussi, Gabriella Rèpaci-Courtois, « Blaise de Vigenère et l’expérience des arts visuels », dans Blaise de Vigenère, poète et mythographe au temps de Henri III [...J, op. cit., p. 101-110.

22 Cinq de ces neufs planches sont reproduites dans le présent article : voir illustrations, ill. n° 1 à 5.

23 Cf. également, sur ce point, Denyse Métrai, op. cit., p. 50.

24 Blaise de Vigenère, La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-chrestien Roy Henri III [...] en la cité de Mantoue [...], op. cit., notamment p. 6 et 9.

25 Sur ces sources, voir aussi Pierre de Nolhac et Angelo Solerti, Il Viaggio in Italia di Enrico III, op. cit., p. 333-337 ; Denyse Métrai, op. cit., p. 49-50 ; Jean-François Maillard, « De la maquette autographe à l’imprimé [...] », op. cit., p. 72-73.

26 Blaise de Vigenère (trad.), L’Histoire de la décadence de l’empire grec et estalissement de celuy des Turcs, comprise en dix livres, par Nicolas Chalcondyle [...], op. cit. ; Blaise de Vigenère, La Fondation faicte par mes seigneur et dame les duc et duchesse de Nivernois [...] Pour marier doresnavant par chacun an à perpétuité, en leurs terres et seigneuries, jusques au nombre de soixante pauvres filles [...], op. cit.

27 Cf. Jean-François Maillard, « De la maquette autographe à l’imprimé : La Somptueuse et magnifique entrée du roi Henri III à Mantoue par Blaise de Vigenère (1576) », op. cit., en particulier p. 73-74.

28 Ibid.., p. 76-77 ; Denyse Métral, op. cit., p. 250.

29 Sur les libraires qui publient les ouvrages de Vigenère et Chesneau en particulier, cf. le catalogue raisonné des œuvres de cet auteur établi par Denyse Métrai : Denyse Métrai, op. cit., p. 249 et suiv. ; également, Jean-François Maillard, « De la maquette autographe à l’imprimé : La Somptueuse et magnifique entrée du roi Henri III à Mantoue par Blaise de Vigenère (1576) », op. cit., p. 77 et 79 ; Jean Balsamo, « Les traducteurs français d’ouvrages italiens et leurs mécènes (1574-1589) », op. cit., p. 125-126 ; Denis Pallier, Recherches sur l’imprimerie à Paris pendant la Ligue, 1585-1594, Genève, Droz, 1975, p. 10.

30 Une lettre de Blaise de Vigenère à Louis de Gonzague, datée 20 février 1577, deux environ avant la parution de ce livret, témoigne de l’autorité dont faisait preuve, dans ce cas, ce patron sur son serviteur. Pressé d’agir « en dilligence » par le duc, Vigenère narrait les étapes de la confection de cet opuscule, préparé en coopération avec le conseil ducal et son chef, Jean Chandon ; il évoquait les difficultés qu’il rencontrait quant à l’établissement du livret, à l’impression et à la réalisation des planches qui y figurent, pour répondre aux requêtes très précises du duc. Cette lettre, conservée au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale (Bibl. nat. Fr., Mss. fr. 4538, P 175-178), a été publiée par Henri Bouchot : Henri Bouchot, « La préparation et la publication d’un livre illustré au XVIe siècle, 1573, 1588 », Bibliothèque de l’École des chartes, LIII, 1892, p. 612-623.

31 Cette légende familiale du cygne est évoquée, notamment, par Guy Coquille : Guy Coquille, Histoire du pays et duché de Nivernais, Paris, Veuve Abel L’Angelier, 1612, p. 283. Les ducs de Nevers l’avaient déjà utilisée, à plusieurs reprises, dans la première moitié du XVIe siècle, parfois avec cette même figuration d’un cygne blanc et couronné : cf. Robert Descimon, « Les ducs de Nevers au temps de Blaise de Vigenère ou la puissance de faire des hommes puissants », dans Blaise de Vigenère, poète et mythographe au temps de Henri III [...], op. cit., p. 13-37, ici p. 24-25.

32 « Les armoiries des Gonzague-Nevers ».

33 La planche I permet d’observer ce portique d’un premier point de vue, alors que la planche II montre le détail de l’arc. En avant du portique, se trouvent deux statues, représentant Mars à droite et, selon Vigenère, Manto à gauche ; fille de Tiresias, sybille chantée par Virgile, elle est, dans le mythe, la mère du fondateur de Mantoue. Le texte de Vigenère précise que le portique était placé entre les deux statues et avant le pont. La gravure présente, à cet égard, une discordance puisque le portique y est placé après le pont, peut être pour donner à voir la perspective : cf. Blaise de Vigenère, La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-chrestien Roy Henri III [...] en la cité de Mantoue [...], op. cit., p. 12-14, 16-18, pour la description de Vigenère et p. 15 et 19 pour les planches I et II

34 Ibid., p. 16.

35 « Elle est ici toujours protégée ».

36 « Nulle part la foi n’est protégée » : ibid., p. 16-17.

37 Cf. ill. n° 1, « Les armoiries des Gonzague-Nevers ».

38 Psaume 24, v. 3-4 :
« Qui gravira la montagne du Seigneur ?
Qui se tiendra dans son saint lieu ?
L’homme aux mains innocentes et au cœur pur [...] ».

39 Cf. ill. n° 4, « Planche V (haut du portique) ». Faute de place, les devises ne figuraient pas sur les gravures dans l’opuscule imprimé ; des lettres de l’alphabet indiquaient juste leur emplacement.

40 Blaise de Vigenère, La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-chrestien Roy Henri III [...] en la cité de Mantoue [...], op. cit., p. 31 et planche V, p. 33. D’après Jean-François Maillard, les deux personnages agenouillés, dans le sixième relief, dont l’un présente des clefs au duc d’Anjou (futur Henri III), figuraient la Saintonge et l’Aunis, offrant à ce prince, après la défaite protestante et la levée du siège, les gages de la soumission de La Rochelle : Jean-François Maillard, « De la maquette autographe à l’imprimé : La Somptueuse et magnifique entrée du roi Henri III à Mantoue par Blaise de Vigenère (1376) », op. cit., en particulier p. 77-78.

41 Ibid., p. 77-79 : l’auteur explique comment cette modification visait à glorifier le souverain, en le faisant apparaître, non seulement comme un roi de paix, mais encore en insistant sur son inébranlable fermeté à l’égard des protestants, lorsqu’ils se montraient rebelles à son autorité.

42 Blaise de Vigenère, La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-chrestien Roy Henri III [...] en la cité de Mantoue [...], op. cit., p. 31 ; ibid., p. 84, note 50. La citation latine est tirée de Virgile, Énéide, VI, v. 853.

43 Ibid., Blaise de Vigenère, p. 13-14.

44 Ibid., p. 21.

45 Ibid., p. 35-38 ; cf. également Jean-François Maillard, « De la maquette autographe à l’imprimé : La Somptueuse et magnifique entrée du roi Henri III à Mantoue par Blaise de Vigenère (1576) », op. cit., p. 73.

46 Cf. ill. n° 5, « Planche VI », dans La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-chrestien Roy Henri III [...] en la cité de Mantoue [...], op. rit., p. 39.

47 Ibid., p. 35-38.

48 Louis de Gonzague, duc de Nevers, Advis que M. de Nevers donna au roy pendant les premiers Estats de Blois, le 2 janvier 1577, sur l’entretenement d’une seule religion en son royaume, dans Mémoires de M. le duc de Nevers, prince de Mantoue, pair de France, gouverneur et lieutenant général pour les rois Charles IX, Henri III et Henri IV, en diverses provinces de ce royaume, enrichis de plusieurs pièces du temps, Gomberville (éd.), Paris, T. Jolly, 1665, 2 vol. , t. 1, p. 181 et suiv., en particulier ici p. 192 et 195 ; Extrait du journal fait par M. le duc de Nevers, pendant les Estats tenus à Blois es années 1576 et 1577, ibid., Mémoires de M. le duc de Nevers [...], t. 1, p. 166-178, ici p. 171, 174-175.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : « Les armoiries des Gonzague-Nevers », Blaise de Vigenère, La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-cherstien Roy Henri III de ce nom Roy de France et de Pologne, grand duc de Lithuanie, etc., en la cité de Mantoue, avec les portraits des choses les plus esquises, par B. D. Vigre, Paris, Nicolas Chesneau, 1576, in-4°, au dos de la page de titre, gravure sur cuivre. Cl. Bib. nat. de France, Réserve.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1129/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Ill. 2 : Planche I : Blaise de Vigenère, La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-cherstien Roy Henri III de ce nom Roy de France et de Pologne, grand duc de Lithuanie, etc., en la cité de Mantoue, avec les portraits des choses les plus esquises, par B. D. Vigre, Paris, Nicolas Chesneau, 1576, in-4°, au dos de la page de titre, gravure sur cuivre. Cl. Bib. nat. de France, Réserve.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1129/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Ill. 3 : Planche II : Blaise de Vigenère, La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-cherstien Roy Henri III de ce nom Roy de France et de Pologne, grand duc de Lithuanie, etc., en la cité de Mantoue, avec les portraits des choses les plus esquises, par B. D. Vigre, Paris, Nicolas Chesneau, 1576, in-4°, au dos de la page de titre, gravure sur cuivre. Cl. Bib. nat. de France, Réserve.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1129/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Ill. 4 : Planche V : Blaise de Vigenère, La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-chrestien Roy Henri III de ce nom Roy de France et de Pologne, grand duc de Lithuanie, etc., en la cité de Mantoue, avec les portraits des choses les plus esquises, par B. D. Vigre, Paris, Nicolas Chesneau, 1576, in-4°, au dos de la page de titre, gravure sur cuivre. Cl. Bib. nat. de France, Réserve.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1129/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Ill. 5 : Planche VI : Blaise de Vigenère, La Somptueuse et magnifique entrée du Tres-chrestien Roy Henri III de ce nom Roy de France et de Pologne, grand duc de Lithuanie, etc., en la cité de Mantoue, avec les portraits des choses les plus esquises, par B. D. Vigre, Paris, Nicolas Chesneau, 1576, in-4°, au dos de la page de titre, gravure sur cuivre. Cl. Bib. nat. de France, Réserve.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1129/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 426k

Auteur

Docteur de l’Université de Paris I, pensionnaire de la Fondation Thiers.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540