Version classiqueVersion mobile

Le livre d'architecture, XVe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

L'architecture dans le livre

Les contraintes techniques dans l’illustration des livres d’architecture du XVe au XVIIIe siècle

Georg Germann

Texte intégral

« [...] en accompagnant le tout de figures plus petites les vns que les autres, & quelques fois autant grandes que le feuillet du liure le peult porter, à fin que lon puisse mieux voir & cognoistre la vraye forme, mesure & ornements des colonnes. »
Philibert De l’Orme 1567, fol. 141 r

  • 1 Je remercie d’emblée mon collègue et ami Paul Bissegger, rédacteur des Monuments d'art et d'histoi (...)
  • 2 Les mérites des plus éminentes publications à ce sujet résident ailleurs ; voir notamment HannoWal (...)
  • 3 Par exemple Architekt und Ingenieur, Baumeister in Krieg und Frieden. Herzog August Bibliothek Wol (...)
  • 4 La bibliologie moderne a cependant développé les règles d’une description détaillée qui satisfait (...)

1Les rééditions de livres d’architecture, si utiles qu’elles soient, dissimulent les contraintes techniques de l’illustration auxquelles les éditions originales étaient soumises, et les commentaires modernes qui les accompagnent comportent rarement une description détaillée, qui puisse remédier à cet inconvénient. Les catalogues imprimés des bibliothèques spécialisées, comme celle de l’Institut royal des architectes britanniques à Londres1, les manuels du livre d’architecture, comme celui de Hanno-Walter Kruft2, et les catalogues d’exposition portant sur ce sujet3 s’intéressent peu aux techniques de l’illustration. Ils sont, en règle générale, rédigés par des savants qui ne sont ni spécialistes des imprimés anciens ni véritables connaisseurs4.

  • 5 Vivent les collectionneurs privés ! En sa qualité de bibliographe, il faut mentionner en premier l (...)

2Où réside l’intérêt des contraintes techniques de l’illustration dans les livres d’architecture ? J’entends l’intérêt scientifique, fréquemment stimulé, il est vrai, par les collectionneurs, les libraires-antiquaires et d’autres enthousiastes5 ? Je pense que la division du travail dans la production et l’édition d’un livre d'architecture amène, dans la création et la diffusion des images, à des solutions qui peuvent s’éloigner des intentions du rédacteur du texte ou, dans le sens inverse, inspirer à leur tour des légendes, voire des commentaires indépendants de l’origine de l’image. Ainsi, l’image n’est pas toujours l’illustration fidèle du texte, et l’auteur se voit trahi parfois jusque dans les contraintes banales de la mise en pages.

3Mon intervention présentera des observations que j’ai faites au cours de mes travaux sur la théorie de l’architecture ou que je dois à d’autres chercheurs dans ce domaine. Je me bornerai à deux thèmes. Je traiterai d’abord des relations entre la technique de l’illustration et la mise en pages, ensuite de la relation entre le format du livre et l’illustration qu’il comporte. Les perspectives économiques transparaîtront en filigrane.

LES TECHNIQUES DE LA GRAVURE ET LA MISE EN PAGES DU LIVRE ILLUSTRÉ

4Jusque vers 1800, la gravure sur bois et la gravure ou l’eau-forte sur cuivre sont les techniques dominantes dans l’illustration du livre imprimé. La simple distinction entre gravure sur bois et gravure sur cuivre suffit pour notre propos. L’essentiel n'est pas la matrice, mais le tirage. Le bois gravé demande l’impression en relief et s’allie ainsi à l’impression du texte, composé de types coulés en plomb. La presse, l’encre et le papier sont les mêmes, de sorte que la gravure sur bois s’intègre facilement au texte ; le tout est imprimé en un seul processus.

  • 6 Felix Brunner, A Handbook of graphic reproduction processes Handbuch der Druckgraphik Manuel d (...)

5En revanche, le cuivre exige l’impression en creux. Pour tirer tous les avantages des lignes nettes gravées au burin et des traits plus fins produits par la pointe sèche, on utilise une presse différente, une encre diluée et un papier de faible encollage ; encore faut-il le tremper afin de l’assouplir. Sous la pression, les biseaux de la plaque de cuivre entrent profondément dans la pâte ramollie du papier mouillé et se montrent sur les deux faces du feuillet imprimé, au recto et au verso6. On comprend que l’imprimeur privilégie les planches au verso blanc et que le relieur tend à les mettre à la fin de l’ouvrage. Les remarques que je viens de faire sont évidemment valables pour toute espèce de livre illustré. Mais revenons aux livres d’architecture et commençons avec les plus anciens que l’on connaisse. Ils sont rédigés en allemand.

  • 7 Achim Hubel, « La fabrique de Ratisbonne », Les Bâtisseurs des cathédrales gothiques, publié sous (...)
  • 8 Mathes Roriczer, dz puechle [in] d [er] fiale [n] gerechtikait, [Ratisbonne : chez l’auteur] 1486, (...)
  • 9 Lors de la discussion de ma communication, Volker Hoffmann a proposé d’exclure les apprentis et, p (...)
  • 10 Arnold Wolff, « 20. Dombaubericht, von September 1977 bis September 1978 », Kölner Domblatt. Jahrb (...)
  • 11 Ill. 1. Roritzer 1486, Pinacle équarri.

6Matthäus Roritzer (1430/40-1495) est originaire de Ratisbonne (Regensburg). Né d’une famille de tailleurs de pierre, il engagea sur la même voie. Après avoir travaillé à Nuremberg, Esslingen et Eichstätt, il revint dans sa ville natale et fut dès 1477 maître d’œuvre de la cathédrale7. Roritzer, architecte-ingénieur au service de plusieurs princes, se fit même imprimeur de la ville de Ratisbonne. Nous lui devons trois opuscules sur l’architecture gothique et sa base géométrique. On distingue facilement la plaquette sur la forme à donner aux pinacles qui date de 1486 et l’opuscule sur quelques éléments de la géométrie, réédité vers 1498, tandis que le statut du feuillet sur les gables est incertain. S’agit-il d’un troisième opuscule ou d’un supplément à l’un des deux autres ? La question est controversée8. Seul l’opuscule sur les pinacles de seize pages ne pose pas de problème. Cette plaquette n’a pas de page de titre. Le nom de l’auteur et son rang de maître d’œuvre de la cathédrale de Ratisbonne se trouvent au début, dans la dédicace à l’évêque d’Eichstätt, Wilhelm von Reichenau, alors que le titre de l’ouvrage (que l’on peut traduire par Le Petit livre de la rectitude des pinacles), la date de parution et la marque de l’imprimeur MR terminent l’opuscule. Il s’agit là d’une instruction tant pour l’apprenti que pour le curieux, pour le responsable d’une « fabrique » surtout9. Je suppose que la pratique du chantier a influé sur la didactique roritzerienne. Sur le chantier, un système de chiffres romains indique l’assise à laquelle est destinée la pierre taillée10 ; un système plus complexe, comprenant outre les chiffres des lettres minuscules, renvoie chez Roritzer de l’image reproduite par la gravure sur bois au texte qui est, à une exception près, imprimé sur la même page11 (ill. 1).

Ill. 1 : D’après le fac-similé de 1965.

Ill. 2 : D’après la photographie de l’Universitätsbibliothek Würzburg.

  • 12 Ill. 2. Roritzer vers 1487, Gable équarri.

7Cette exception se trouve dans les quatre pages consacrées aux gables, la correspondance étant réalisée sur la double page au milieu12 (ill. 2).

  • 13 Hanns Schmuttermayer, [Fialenbüchlein, Nuremberg, imprimé chez Georg Stuchs, vers 1486], 4 p + 2 p (...)

8Peu après 1486, Hanns Schmuttermayer (vers 1450-vers 1520) rédigea et fit imprimer un opuscule dans le même domaine, consacré aux pinacles et aux gables ainsi qu’à leur géométrie13. Cet auteur, orfèvre à Nuremberg, termina sa carrière comme maître monnayeur à Bamberg.

  • 14 Ill. 3 et 4. Schmuttermayer ca. 1487, Pinacle et gable équarris et achevés.

9Contrairement à Roritzer, Schmuttermayer choisit pour l’illustration le burin, outil qu’il maniait comme tous les orfèvres de son temps. L’orfèvrerie utilisant les mêmes types de pinacles et gables que les architectes, il ne faut pas s’étonner de voir qu’un orfèvre s’y intéresse14 (ill. 3-4). Toutefois, notre auteur exprime l’intention de contribuer utilement à « l’art de bâtir ». Son texte est imprimé sur deux feuillets formant un cahier de quatre pages, alors que les deux gravures sont tirées sur un seul feuillet de papier différent. Le verso blanc des gravures pouvait servir de couverture. Actuellement, les planches sont placées en tête de la plaquette. Pour les renvois, Schmuttermayer se sert de lettres majuscules et minuscules. Son opuscule ne dépassant pas six pages, la séparation du texte et des planches n’offre guère d’inconvénient. Pourtant, cette utilisation précoce de la gravure sur cuivre ne s’explique pas seulement par le métier de l’auteur, mais est explicitée également par la comparaison des deux illustrations. Si la première figure sert, pour ainsi dire, de mode d’emploi, la deuxième représente l’objet fini et met en valeur les effets d’ombre et de lumière sur les parties moulurées et sculptés, notamment sur les crochets. Il va sans dire que la gravure sur cuivre est plus apte que la gravure sur bois à rendre les finesses de l’œuvre achevée. Je signale encore que, pour certains chercheurs, Schmuttermayer aurait inspiré la Geometria deutsch de Roritzer. Ce dernier, toutefois, utilise à nouveau la gravure sur bois.

  • 15 [Francesco Colonna], Hypnerotomachia Poliphili, ubi humana omnia non nisi somnium esse docet [...](...)
  • 16 Voir à ce sujet Les Traités d’architecture de la Renaissance. Actes du colloque tenu à Tours du 1e (...)

10Tels sont, peu après l’invention de Gutenberg, les débuts du livre d’architecture illustré en Europe. Ces deux premières initiatives offrent chacune une autre technique de gravure et, par là, d’impression et de mise en pages. Ces échantillons relativement modestes à tous les points de vue sont, dans l’ordre chronologique, suivis d’un ouvrage italien de première qualité, le roman anonyme Hypnerotomachia Poliphili, publié à Venise en 149915. Seule la collaboration étroite entre l’auteur, le dessinateur, le graveur (ou plus probablement le dessinateur-graveur) et l’imprimeur ont pu arriver à une si belle mise en page. L’illustration est gravée sur bois ; elle se caractérise par un minimum de hachures. Il en sera de même pour l’édition française de 1546. L’une et l’autre peuvent être considérées comme des modèles, que les traités ultérieurs d’architecture ont essayé de suivre, du Vitruve de Fra Giocondo aux premiers Livres de Serlio, du Vitruve illustré par Palladio et ses propres Quattro Libri jusqu’à Philibert De l’Orme et Vincenzo Scamozzi16.

Ill. 3 : D’après les photographies du Germanisches Nationalmuseum à Nuremberg.

Ill. 4 : D’après les photographies du Germanisches Nationalmuseum à Nuremberg.

  • 17 Pour alléger les notes, je renvoie à mon article « Raffaels Denkmalpflegebrief », à paraître dans (...)

11Le succès de la gravure sur bois, dans ce genre d’ouvrages, outre ses avantages pour la mise en pages et l’impression, se fonde encore sur un aspect théorique. Vers 1519, Raphaël adresse une lettre au pape Léon X, que les uns tiennent pour un mémoire sur le patrimoine bâti, les autres pour la dédicace d’un traité d’architecture, que l’auteur aurait projeté peu avant sa mort prématurée. Raphaël, devenu maître d’œuvre de Saint-Pierre de Rome, y préconise le dessin d’architecture strictement orthogonal et au simple trait17. Si cet écrit n’est imprimé qu’au XVIIIe siècle et qu’il n’a donc exercé aucune influence sur la production du livre au XVIe, il semble pourtant exprimer une opinion répandue, en tout cas dans l’entourage de Raphaël.

  • 18 Cf. Mario Carpo, La Maschera e il modello. Teoría architettonica ed evangelismo nell’Extraordinari (...)
  • 19 Pour une vue plus différenciée voir Carpo, La Maschera [...], op. cit.
  • 20 Françoise Boudon, « Les livres d’architecture de Jacques Androuet Du Cerceau », Les Traités d’arch (...)

12La génération suivante était moins doctrinaire à ce sujet, et nous voyons ainsi réapparaître, dans la production des livres d’architecture de la seconde moitié du XVIe siècle, la gravure sur cuivre. Comme chez Schmuttermayer, c’est, je pense, la recherche de l’effet visuel qui l’emporte sur d’autres aspects de l’architecture. Voyons comment les contraintes techniques sont vaincues. En 1551, Sebastiano Serlio publia à Lyon son Extraordinario Libro, doublé d’une édition française18. Les modèles de portes sont le sujet principal du Livre extraordinaire. C’est essentiellement un recueil agrémenté de légendes, celles-ci étant imprimées séparément, d’une part en raison de la technique de l’illustration, d’autre part pour faciliter la production de deux versions différentes19. Jacques Androuet Du Cerceau s’en inspira et publia en 1559 son Livre d’architecture contenant les plans et desseins de cinquante bâtimens tous differens. Il en existe également deux versions dont la première est en latin, la seconde en français. Par économie, Du Cerceau maintint pour cette dernière les titres latins des planches, puisque, dit-il sur un ton optimiste, la nation française est « assez usitée et versée en langue latine »20.

  • 21 Henri Zerner, « Du mot à l’image, le rôle de la gravure sur cuivre », ibid., p. 281-294. Voir auss (...)
  • 22 Retenons en passant que Vignole avait préparé, parallèlement à la Regola, un traité de perspective (...)

13À première vue, on comprend difficilement pourquoi, de Giorgio Vasari à Henri Zerner, c’est à Vignole que les historiens de l’art ont attribué un rôle de pionnier de la gravure sur cuivre dans la production du livre d’architecture21. Le résumé des arguments convaincants de Zerner nous éloignerait de notre propos. Notons cependant que La Regola delli chique ordini fut publiée sans date, mais probablement en 1562, que cet ouvrage se compose de 32 gravures sur cuivre, dont le verso est resté blanc, et que tous les textes, c’est-à-dire l’introduction et les légendes, sont également gravés. C’est un procédé coûteux, bien sûr, mais qui résout tous les problèmes de mise en pages. Zerner souligne que cet auteur ne s’intéresse pas aux seules règles des ordres d’architecture ; « Vignole, écrit-il, s’y montre aussi constamment un architecte de l’effet »22. Tandis que le traité de Vignole, tant par le texte que par l’image, a sournoisement instauré une esthétique de l’effet, sa forme, à l’exception de quelques-unes des innombrables rééditions, devait rester sans lendemain.

LE FORMAT DU LIVRE ET LE FORMAT DE L’ILLUSTRATION

  • 23 M. Vitruvii viri suae professionis peritissimi, de Architectura Libri decem [...] nunc primum in G (...)
  • 24 Les propriétaires de mon exemplaire (mais dont la page de titre est à moitié coupée) qui ont laiss (...)

14Le format du livre se conforme aux habitudes des lecteurs auxquels il s’adresse. En revanche, celui de l’illustration est avant tout en rapport avec le contenu de l’image. Plus il y a de détails, plus le format tend à être grand. Prenons l’exemple des deux éditions que le médecin et mathématicien Walther Ryff a faites de Vitruve. Pour l’édition latine de 1543, Ryff et son imprimeur strasbourgeois choisirent un format petit in-quarto et l’illustrèrent principalement par des copies d’après les gravures sur bois de l’édition italienne de Cesare Cesariano, qui est un grand in-folio23. Les lecteurs intéressés par une édition latine étaient des clercs et des savants habitués aux moyens et petits formats24. Pour passer des dimensions considérables du modèle italien au format du livre strasbourgeois, les illustrateurs développent plusieurs stratégies ; suppression des images les plus grandes, morcellement de quelques-unes, pages « à l’italienne », réduction de l’échelle et, par économie, copie à l’envers. Contrairement au modèle italien, les légendes sont composées par un typographe, comme si l’éditeur avait songé à une co-édition allemande. Il n’en fut rien.

  • 25 Vitruvius Teutsch. Nemlichen des aller namhafftigisten unn Hocherfarnesten, Römischen Architecti, (...)
  • 26 Ill. 5. Vitruve, traduit par Ryff, 1548, fol. XXX ro, Coupe transversale du dôme de Milan. Voir à (...)

15Walther Ryff transféra en effet son activité littéraire à Nuremberg et y publia, en 1548, une version allemande de Vitruve. Celle-ci, accompagnée d’un commentaire, se présentait cette fois-ci en un format in-folio, qui, bien que plus petit que son précurseur, l’édition de Cesariano, permettait de dépasser la qualité des gravures italiennes25. L’intention de Ryff était apparemment de répondre à la demande d’artistes et artisans, en leur proposant des techniques romaines, des sources d’inspiration antiques et des modèles transalpins, d’ailleurs pas nécessairement dans le goût de la Renaissance. Le dôme de Milan que Cesariano avait introduit pour la démonstration des différentes représentations architecturales définies par Vitruve, à savoir le plan, la coupe, l’élévation et la perspective, devient chez Ryff un échantillon de l’architecture à l’allemande qui se pratique toujours et lui suggère la défense de l’arc brisé en raison de sa solidité26 (ill. 5). En un mot : l’auteur est séduit par l’illustration.

Ill. 5 : D’après le fac-similé de 1973.

  • 27 Albrecht Dürer, Etliche vnderricht/zu befestigung der Stett/Schloss/vndflecken, [colophon] Gedruck (...)
  • 28 Hans Blum, Quinque columnarum. Exacta descriptio atque delineatio, cum symmetrica earum distributi (...)
  • 29 Ill. 6. Blum 1550, les gravures sur bois représentant L'ordre dorique, Zentralbibliothek de Zurich (...)

16Pour la pratique architecturale et ornementale, le format de l’édition rivienne de Vitruve en allemand, le Vitruvius Teutsch, était trop restreint. Si l’on voulait éviter les formats encombrants, il fallait inventer le dépliant. Les ingénieurs militaires ont eu très tôt recours à cet expédient. On trouve ainsi des dépliants dans l’ouvrage d’Albrecht Dürer sur la fortification, publié à Nuremberg en 152727. Dans la production de traités d’architecture au sens propre du mot, il faut attendre l’ouvrage de Hans Blum sur les cinq ordres, Quinque columnarum exacta descriptio, publié à Zurich en 1550, pour voir apparaître le principe du dépliant28. Ceux de Blum se composent chacun de deux planches29 (ill. 6). Tout patent que ce principe paraisse au premier coup d’œil, la reliure de la plupart des exemplaires que conserve la Zentralbibliothek de Zurich ne le confirme pas. Au lieu de montrer en une seule image la totalité de l’ordre d’architecture, du piédestal à la corniche, les gravures sur bois font double page. Elles sont d’ailleurs dépourvues de légendes, manifestement afin d’être réutilisées dans une version allemande. Nous en connaissons en effet dix éditions allemandes publiées par la maison Froschauer de 1555 à 1672. Dans toutes les éditions, chaque planche est accompagnée d’un texte explicatif.

  • 30 Petra Gekeler, « Critique », Dictionnaire européen des Lumières. Publié sous la direction de Miche (...)
  • 31 Michel Frémin, Mémoires critiques d’architecture. Contenons : L’idée de la vraye & de la fausse Ar (...)
  • 32 Marc-Antoine Laugier, Essai sur l’architecture. Nouvelle édition, Revue, corrigée, & augmentée : a (...)

17Aussi longtemps que le format privilégié des livres d’architecture est l’in-folio, le dépliant reste lié à des fins très spécifiques. Cependant, un nouveau type de réflexion fait son apparition au Siècle des lumières : la critique30. À commencer par l’ouvrage de Michel Frémin, Mémoires critiques d’architecture, publié en 1701, cette nouvelle démarche se crée un genre spécifique de publication, l’in-octavo d'environ trois cents pages31. Si ces ouvrages, qui s’adressent aux gens de lettres, sont en règle générale dépourvus d’images, on en trouve pourtant qui sont illustrés. Qu’il suffise de rappeler le frontispice de la deuxième édition de l’Essai sur l’architecture du père Laugier, figurant son idée de la cabane primitive32.

Ill. 6 : D’après la photographie de la Zentralbibliothek Zürich.

  • 33 Charles-Nicolas Cochin, Projet d’une salle de spectacle pour un théâtre de comédie, A Londres ; et (...)

18L’amateur du livre d’architecture rencontre de temps à autre un in-octavo du XVIIIe siècle qui se termine par un ou plusieurs dépliants. Tel est le cas de l’opuscule que Charles-Nicolas Cochin fit paraître anonymement en 1765 alors qu’on discutait d’une nouvelle Comédie française33. Les planches proposent un projet de théâtre, dont l’auditoire est en forme d’ovale oblong.

  • 34 Julien-David Leroy, Histoire de la disposition et des formes différentes que les chrétiens ont don (...)
  • 35 Leroy eut l’occasion d’arpenter cette église juste avant la disparition de ses pendentifs.
  • 36 En deux volumes in-fol. vol. I, pl. I, « Les Temples des Egiptiens, des Hébreux et des Phöeniciens (...)

19Une célébrité bien plus durable revient cependant au dépliant d’un autre opuscule français de cette époque. Je veux parler de la planche typologique à la fin de l’in-octavo dans lequel Julien-David Leroy exalte les deux nouvelles églises de Paris, Sainte-Geneviève et Sainte-Madeleine34. L’invention de la typologie architecturale n’est pas mon propos. Il est à souligner cependant que la typologie architecturale aspire à un classement qui est relativement indépendant du rang et de la grandeur des édifices. Pour cette raison, Leroy peut se permettre de varier, très légèrement il est vrai, l’échelle des plans et des rares coupes transversales dont il compose son tableau. Tout semble trahir le futur enseignant en histoire de l’architecture : l’échelle dessinée au bas et la légende au haut de chaque plan, le choix du burin et de la pointe sèche pour rendre un maximum de détails en dépit de l’échelle, enfin le placement des coupes transversales dans l’axe vertical de la planche avec, en bonne place, Sant’Agostino à Rome où, selon Leroy, on aurait inventé, à la fin du XVe siècle, la coupole sur pendentifs35. Une version augmentée de la planche typologique paraîtra en 1770 dans la deuxième édition de l’ouvrage sur l’architecture de la Grèce antique, qui avait fondé l’autorité de Leroy36.

  • 37 I dieci libri dell’architettura di M. Vitrvuio tradutti et commentati da Monsignore Barbaro Eletto (...)

20Le dépliant utilisé par Hans Blum et Julien-David Leroy pour des effets assez différents a un concurrent que je n’ai pas encore mentionné : l’illustration en double page. Techniquement, il y a plusieurs solutions pour éviter que la partie médiane de l’image ne disparaisse dans l’onglet. L’expédient le plus simple est de couper en deux le bois ou le cuivre et de placer les moitiés sur deux pages opposées, ce qui se fait sans problème pour des images symétriques d’un plan ou d’une façade. Plus élégante, mais plus difficile à maîtriser tant par l’imprimeur que le relieur, est l’imposition de l’image au milieu d’un cahier. Les désavantages en sont évidents : dans un volume in-quarto, cette occasion ne s’offre que toutes les huit pages et dans un in-octavo seulement toutes les seize ; il est en outre inévitable qu’un fil couvre partiellement l’axe vertical de la gravure. L’échantillon que je vais commenter est tiré d’un ouvrage bien connu : du Vitruve italien de Daniele Barbaro, illustré par Andrea Palladio et publié pour la première fois en 1556 dans un magnifique in-folio de 28 x 33 cm37.

Ill. 7 : D’après la photographie de l’auteur.

  • 38 Ebhardt, Vitruvius [...], op. cit., p. 72-75.
  • 39 Vitruve, traduit par Barbaro, édition de 1584, Élévation et coupe longitudinale de la basilique de (...)
  • 40 J'utilise l’exemplaire de ma collection : I dieci Libri dell’Architettura di M. Vitruvio. Tradotti (...)

21Dès la deuxième édition, le format fut réduit à 18 x 25 cm38, avec des conséquences parfois désastreuses pour les gravures réutilisées39. Dans l’édition italienne de 1584, une gravure très large (27 cm), montrant une reconstitution graphique de la basilique de Fano, est ainsi imprimée en entier et placée au milieu d’un cahier, mais révèle par la pagination fautive (le chiffre 194 au lieu de 220) les difficultés du metteur en pages40. Quant à la relation entre texte et image, celle-ci vient trop tard, en guise de vignette en tête de page du chapitre suivant. Il faut se rappeler que la réduction du format et la réutilisation des gravures de l’édition in-folio répondaient à un besoin du marché avant de devenir un casse-tête pour le metteur vénitien.

22Il ne faut pas condamner le marché pour autant. L’invention anonyme de la gravure, tout comme l’invention de Gutenberg, répondaient à un besoin : mettre l’image et l’écriture à la portée de la multitude. La production du livre d’architecture orné de gravures explicatives ne fait pas exception. Quand on songe aux manuscrits de Filarète, de Francesco di Giorgio et de Léonard de Vinci, mais aussi aux nombreux manuels allemands d’architecture gothique auxquels seul un petit nombre d’intéressés avait accès, on apprécie presque sans réserves les avantages des nouvelles techniques de reproduction.

23Pour en révéler les contraintes, mais aussi les stratégies, les inventions et les expédients réussis, j’ai choisi le point de vue des artisans du livre. Je les ai montrés au travail dans la mesure où cela est possible sans démonstration pratique. J’ai dû négliger, bien entendu, le vaste champ de l’édition scientifique, pédagogique et critique dont l’édition architecturale fait partie. J’ai à peine effleuré l’évolution du livre illustré au XVIIe siècle et le glissement insensible de la gravure sur bois à la gravure sur cuivre qui la caractérise. J’ai enfin radicalement ignoré les Pays-Bas, l’Espagne et l’Angleterre, pour ne citer que quelques centres importants de la production du livre architectural de la Renaissance au néo-classicisme.

24Mes remarques sur quelques contraintes techniques de l’illustration des livres d’architecture, notamment dans les ouvrages de Roritzer, Schmuttermayer, Ryff, Blum, Barbaro, Serlio, Du Cerceau, Vignole et Leroy, sont restées extrêmement lacunaires. Une synthèse serait donc prématurée. Quand le moment en sera venu, elle se situera modestement dans l’histoire de la culture matérielle, qui est un complément indispensable de l’histoire des idées et des mentalités.

Notes

1 Je remercie d’emblée mon collègue et ami Paul Bissegger, rédacteur des Monuments d'art et d'histoire du canton de Vaud, des suggestions et des corrections qu’il a apportées à ce texte. Royal Institute of British Architects (R.I.B.A.). Le catalogue date de 1994.

2 Les mérites des plus éminentes publications à ce sujet résident ailleurs ; voir notamment HannoWalter Kruft, Geschichte der Architekturtheorie. Von der Antike bis zur Gegenwart, Munich, C.H. Beck, 1985, 734 p.

3 Par exemple Architekt und Ingenieur, Baumeister in Krieg und Frieden. Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel. Konzept der Ausstellung Ulrich Schütte (Ausstellungskataloge der Herzog August Bibliothek, 43), Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, 1984, 415 p.

4 La bibliologie moderne a cependant développé les règles d’une description détaillée qui satisfait notre intérêt spécifique pour l’illustration. Selon Cecilia Hurley « l’œuvre magistral reste encore le livre de Fredson Bowers, Principles of bibliographical description, Princeton, Princeton University Press, 1949 ; réédition, Winchester, St. Paul’s, 1997 ». Quant à l’illustration, Cecilia Hurley suggère de consulter l’article de G. Thomas Tanselle, « The description of non-letterpress material in books », Studies in bibliography, edited by Fredson Bowers. Papers of the Bibliographical Society of the University of Virginia, vol. 35, 1982, p. 1-42.

5 Vivent les collectionneurs privés ! En sa qualité de bibliographe, il faut mentionner en premier lieu l’architecte de la Hohkönigsburg ; cf. Bodo Ebhardt, Die Zehn Bücher der Architektur des Vitruv und ihre Herausgeber seit 1484. Mit einem Verzeichnis der vorhandenen Ausgaben und Erläuterungen nach der Sammlung solcher im Besitz des Verfassers, Berlin-Grunewald, Burgverlag, 1918 ; réédition en facsimilé Ossining et New York : William Salloch, 1962, 102 p. Julius von Schlosser, l’historien de la littérature artistique, se fonde souvent sur sa propre collection, qu’il a léguée à l’Institut d’histoire de l’art de Berne. Tout récemment, en l’an 2000, le professeur d’histoire de l’architecture de l’École polytechnique fédérale de Zurich, Werner Oechslin, a transformé sa collection de livres d’architecture en fondation publique ; voir Scholion, Bulletin 0/2001, s.l. [Einsiedeln], Stiftung Bibliothek Werner Oechslin, 112 p. La Bibliothèque Oechslin et la collection des livres d’architecture de l’EPFL ont été systématiquement répertoriées grâce à une recherche de longue haleine poursuivie dès 1989 ; le premier résultat en est l’étude exemplaire de Bettina Köhler, « Architektur ist die Kunst, gut zu bauen ». Charles Augustin D’Avilers Cours d’Architecture qui comprend les Ordres de Vignole (Studien und Texte zur Geschichte derArchitekturtheorie, éd. Werner Oechslin), Berlin, Gebr. Mann : Zurich, gta, 1997, 243 p. Et nous autres amateurs de la littérature architecturale, que serions-nous sans des antiquaires tels que Paul Breman, à la collaboration duquel on doit une formidable liste des livres anciens publiés dans notre domaine, John Bury & Paul Breman, Writings on architecture civil and military c. 1460 to 1640, a checklist of printed editions, ‘t Goy-Houten (Pays-Bas), Hes & De Graaf, 2000, 122 p.

6 Felix Brunner, A Handbook of graphic reproduction processes Handbuch der Druckgraphik Manuel de la gravure, Teufen (CH), Niggli, 4e éd., 1972 (1ère 1962), 379 p.

7 Achim Hubel, « La fabrique de Ratisbonne », Les Bâtisseurs des cathédrales gothiques, publié sous la direction de Roland Recht, Strasbourg, Éditions Les Musées de la Ville de Strasbourg, 1989, p. 165-177.

8 Mathes Roriczer, dz puechle [in] d [er] fiale [n] gerechtikait, [Ratisbonne : chez l’auteur] 1486, 16 p. La première réédition, dans Karl von Heideloff, Die Bauhütte des Mittelalters in Deutschland, Nuremberg, Johann Adam Stein, 1844, p. 101-116, comporte aussi les quatre pages concernant les gables. Il en est de même dans le fac-similé Des Dombaumeisters vnd Buchdruckers Matthäus Roritzer Büchlein von der Fialen Gerechtigkeit, Regensburg 1486, dem Urdruck nachgebildet, préfacé par Karl Schottenloher, Ratisbonne, Josef Habbel, 1923. On trouve tous les trois opuscules, les pages portant sur les gables étant considérées comme la fin de la plaquette sur la géométrie, dans une autre édition en fac-similé, Matthäus Roriczer, Das Büchlein der Fialen Gerechtigkeit. Faksimile der Originalausgabe, Regensburg 1486, und Matthäus Roriczer, Die Geometria Deutsch. Faksimile der Originalausgabe, Regensburg um 1487/88. Mit einem Nachwort und Textübertragung von Ferdinand Geldner, Wiesbaden, Guido Pressler, 1965, 80 p. Voir la réédition accompagnée d’un commentaire et d’une traduction dans Lon R. Shelby, Gothic design techniques. The fifteenth-century design booklets of Mathes Roriczer and Hanns Schmuttermayer, Carbondale, etc., Southern Illinois University Press, 1977, xiii + 207 p. On consultera aussi le commentaire de Renate Klinnert dans Hubertus Günther, Deutsche Architekturtheorie zwischen Gotik und Renaissance, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1988, p. 31-36. Seuls trois exemplaires de l’édition originale de l’opuscule sur les pinacles sont conservés (Ratisbonne, Nuremberg, Wurtzbourg [Regensburg, Nürnberg, Würzburg]), un seul de l’édition originale de la plaquette sur la géométrie (Wurtzbourg).

9 Lors de la discussion de ma communication, Volker Hoffmann a proposé d’exclure les apprentis et, plus généralement, les gens du métier. Voir aussi Werner Müller, Grundlagen gotischer Bautechnik, Stuttgart, Deutscher Kunstverlag, 1990, 318 p.

10 Arnold Wolff, « 20. Dombaubericht, von September 1977 bis September 1978 », Kölner Domblatt. Jahrbuch des Zentral-Dombau-Vereins, vol. 23, 1978, p. 67-108, en particulier p. 69-72.

11 Ill. 1. Roritzer 1486, Pinacle équarri.

12 Ill. 2. Roritzer vers 1487, Gable équarri.

13 Hanns Schmuttermayer, [Fialenbüchlein, Nuremberg, imprimé chez Georg Stuchs, vers 1486], 4 p + 2 pl. Il en existe un seul exemplaire au Germanisches Nationalmuseum de Nuremberg, dont le premier directeur l’a réédité pour la première fois, August Essenwein, « Hans Schmuttermayer's Fialenbüchlein », Anzeiger für Kunde der deutschen Vorzeit, n.s., 28, 1881, p. 65-78. Edition et traduction anglaise dans Shelby, Gothic design techniques [...], op. cit., p. 125-142. Pour le commentaire, voir aussi Sabine Böhler dans Günther, Deutsche Architekturtheorie [...], op. cit., p. 36-39.

14 Ill. 3 et 4. Schmuttermayer ca. 1487, Pinacle et gable équarris et achevés.

15 [Francesco Colonna], Hypnerotomachia Poliphili, ubi humana omnia non nisi somnium esse docet [...], Venise, Aldus Manutius, 1499, 459 p. Edition critique, Francesco Colonna, Hypnerotomachia Poliphili. Riproduzione dell’edizione aldina del 1499. Introduzione, traduzione e commento di Marco Ariani e Mino Gabriele, Milan, Adelphi, 1998, vol. I, 470 p., vol. II, 1210 p. Voir aussi Francesco Colonna, Le songe de Poliphile. Traduction de l’Hypnerotomachia Poliphili par Jean Martin (Paris, Kerver, 1546). Présentation, translittération, notes, glossaire et index par Gilles Polizzi, Paris, Imprimerie nationale Éditions, 1994. On consultera enfin le compte-rendu de ces deux éditions et d’un colloque organisé à Mulhouse et Einsiedeln, rédigé par Werner Oechslin, « Traum, Liebe, Kampf. Die « Hypnerotomachia Poliphili » — Von der Zerlegung des Textes und vom Sinn des Ganzen », Neue Zürcher Zeitung, n° 60, 11/12 mars 2000, p. 83-84.

16 Voir à ce sujet Les Traités d’architecture de la Renaissance. Actes du colloque tenu à Tours du 1er au 11 juillet 1981. Études réunies par Jean Guillaume, Paris, Picard, 1988, 507 p.

17 Pour alléger les notes, je renvoie à mon article « Raffaels Denkmalpflegebrief », à paraître dans Die « Denkmalpflege » vor der Denkmalpflege. Actes du congrès tenu à Berne du 30 juin au 3 juillet 1999. Publication dirigée par Volker Hoffmann, Berne, Peter Lang. Le même raisonnement revient au XIXe siècle, chez César Daly, voir Marc Saboya, « Remarques préliminaires à une étude du travail sur l’image dans la presse architecturale du XIXe siècle », Les Périodiques d’architecture, XVIIIe-XXe siècle. Recherche d’une méthode critique d’analyse, sous la direction de Jean-Michel Leniaud et Béatrice Bouvier, Paris, H. Champion ; Genève, Droz, 2001, (coll. « Études et rencontres de l’école des chartes »), p. 67-79, en particulier p. 76-77.

18 Cf. Mario Carpo, La Maschera e il modello. Teoría architettonica ed evangelismo nell’Extraordinario Libro di Sebastiano Serlio (1551), Milan, Jaca Book, 1993, 139 p. Du même, L’Architettura dell’età della stampa. Oralità, scrittura, libro stampato, riproduzione meccanica dell’immagine nella storia delle teorie architettoniche, Milan, Jaca Book, 1998, 239 p. et la traduction anglaise par Sarah Bensdon. Du même encore, Architecture in the age of printing. Orality, writing, typography, and printed images in the history of architectural theory, Cambridge, Mass., Londres, The MIT Press, 2001, viii + 246 p.

19 Pour une vue plus différenciée voir Carpo, La Maschera [...], op. cit.

20 Françoise Boudon, « Les livres d’architecture de Jacques Androuet Du Cerceau », Les Traités d’architecture [...], op. cit., p. 367-396.

21 Henri Zerner, « Du mot à l’image, le rôle de la gravure sur cuivre », ibid., p. 281-294. Voir aussi Christoph Thoenes, « La Regola delli cinque ordini del Vignola », ibid., p. 269-279 ; Köhler, « Architektur ist die Kunst, gut zu bauen » [...], op. cit., p. 22-27 ; Richard J. Tuttle, « On Vignola’s Rule of the five ordres of architecture », Paper palaces. The rise of the Renaissance architectural treatise. Edited by Vaughan Hart with Peter Hicks, New Haven et Londres, Yale University Press, 1998, p. 199-218.

22 Retenons en passant que Vignole avait préparé, parallèlement à la Regola, un traité de perspective, œuvre posthume de 1583 où bois et cuivre sont utilisés selon les besoins, les bois étant généralement petits et plus étroitement liés au texte que les cuivres. Il en existe une réédition où les cuivres se détachent par un ton écru, Giacomo Barozzi dit Vignole, Le Due regole della prospettiva pratica di M. Iacomo Barozzi da Vignola. Con i comentarii del R.P.M Egnatio Danti dell’ordine de predicatori, matematico dello studio di Bologna. In Roma, Per Francesco Zanetti, MDLXXXIII. Riproduzione a cura della Cassa di Risparmio di Vignola in occasione del suo primo centenario. Nota introduttiva di Maria Walcher Casotti, Vignola, Cassa di Risparmio di Vignola, 1974, 16-150 p.

23 M. Vitruvii viri suae professionis peritissimi, de Architectura Libri decem [...] nunc primum in Germania qua potuit diligentia excusi [...] Adiecimus etiam [..] Sexti Julii Frontini de Aquaeductibus urbis Romae libellum. Item ex libro Nicolai Cusani Card. de staticis experimentis Fragmentum. Cum Indice copiosissimo, & dispositione longe melior, quam antea [...], Argentorati [Strasbourg], Officina Knoblochiana per Georgium Machaeropioeum, 1543, 48-262 p. (pour l’édition de Vitruve). Les pages concernant Nicolas de Cues et celles comportant l’ouvrage de Frontin sur les aqueducs ne sont ni illustrées ni numérotées. Macheropioeus (ou Messerschmidt) apparaît parfois comme le directeur de l’édition, alors qu’on connaît des exemplaires où ce rôle est clairement attribué à Ryff. Voir Architekt und Ingenieur [...], op. cit., p. 62-63, n° 34, et Ebhardt, Die Zehn Bücher der Architektur des Vitruv...], op. cit., p. 69.

24 Les propriétaires de mon exemplaire (mais dont la page de titre est à moitié coupée) qui ont laissé leurs traces sont les suivants : « Johannes Hardenrath Agrippinas [recte Agrippinae ? Cologne] Ao 1553 in Ianuario Ingelstadii// Bibliothecae Conventus Augustani (Augsbourg) 1604// Ad usum F Ambrosii Randing Predicatorum Conventus Osnabrugensis (Osnabrück) comparatus 1672 »// Exlibris du peintre Ernst Linck (1874-1935), actif dans le canton de Berne et ailleurs en Suisse. — Habent sua fata libelli.

25 Vitruvius Teutsch. Nemlichen des aller namhafftigisten unn Hocherfarnesten, Römischen Architecti, und Kunstreichen Werck oder Bauwmeisters, Marci Vitruui Pollionis, Zehen Bücher von der Architectur und künstlichem Bauwen [...] Erstmals verteutscht unnd in Truck verordnet. Durch D. Gualtherum H. Rivium Medic & Math. [...] Zu Nürnberg (Nuremberg), Truckts Johan Petreius, Anno M.D.XLVIII [1548]. Mit Keyserlicherr und Königlicher Maiest. Privilegio in vj. Jaren nit nach zu Trucken. Voir aussi la réimpression en format réduit et munie d’une introduction d’Erik Forssman, Hildesheim et New York, Georg Olms, 1973, ainsi que le catalogue d’exposition Architekt und Ingenieur [...], op. cit., p. 67-68, no 39, Günther, Deutsche Architekturtheorie [...], op. cit., p. 80-83, et Erik Forssman, « Der Vitruvius Deutsch », dans son ouvrage Der dorische Stil in der deutschen Baukunst, Fribourg en Brisgau, Rombach, 2001, p. 35-75. Il est à noter que les éditions ultérieures, parues à Bâle en 1575, 1582 et 1614, utilisent toujours les bois de l’édition nurembergeoise.

26 Ill. 5. Vitruve, traduit par Ryff, 1548, fol. XXX ro, Coupe transversale du dôme de Milan. Voir à ce sujet mon article « Dal Gothic taste al Gothic revival », Arti e storia nel medioevo vol. IV, Turin, Einaudi, à paraître.

27 Albrecht Dürer, Etliche vnderricht/zu befestigung der Stett/Schloss/vndflecken, [colophon] Gedruckt zu Nürenberg [Nuremberg]..., Anno MCCCCCXXVII [1527]. Édition en fac-similé respectant les dépliants, Unterschneidheim, Walter Uhl, 1969. 48 p. + 4 p. sur 2 dépliants.

28 Hans Blum, Quinque columnarum. Exacta descriptio atque delineatio, cum symmetrica earum distributione, conscripta per Ioannem Bluom, & nunc primum publicata. Utilis est hic liber pictoribus, sculptoribus, fabris arariis atque lignariis, lapacidis, statuariis, et universis qui circino, gnomone libella, aut alioqui certa mensura opera sua examinant, Tuguri [Zurich], Apud Christophorum Froschoverum, anno MDL (1550). 1 p. (titre, au verso blanc) + 2 pages (dédication) + 8 dépliants (texte et illustration, au verso blanc). Édition en fac-similé Farnborough, Gregg Press, 1967; microfilm Fowler Collection 52, New Haven 1979. En attendant un commentaire moderne, voir en premier lieu Ernst von May, Hans Blum von Lohr am Main. Ein Bautheoretiker der deutschen Renaissance, thèse de doctorat présentée à l’Université de Zurich, Strasbourg, Heitz, 1910 (version illustrée de 20 planches dans la série Studien zur deutschen Kunstgeschichte, 124). Pour les dépliants, Zürcher Kunst nach der Reformation. Hans Asper und seine Zeit. Katalog der Ausstellung im Helmhaus, Zürich, 9. Mai bis 24. Juni 1981, Zurich, Schweizerisches Institut für Kunstwissenschaft, 1981, p. 166-167, cat. 181-182. Pour le succès, David Thomson dans Architectural theory and practice from Alberti to Ledoux. Edited by Dora Wiebenson, Chircago, Chicago University Press, 1982, cat. III-A-3. Pour les éditions pirates, Bury & Breman, Writings on architecture [...], op. cit., p. 23-24. Pour un commentaire succint, Barbara Schildt-Specker, « Hans Blum », dans Günther, Deutsche Architekturtheorie [...], op. cit., p. 140-145. Lors du débat sur ma communication, Jean-Michel Leniaud a proposé de considérer la planche roritzerienne figurant un gable comme un dépliant. La vérification semble cependant se heurter, pour tous les exemplaires, à la reliure postérieure. — Dans un entretien privé au lendemain de ma communication, Mario Carpo s’est souvenu d’un cas antérieur à Blum. Il s’agit du dépliant avec les cinq ordres dans le Vitruve français de Jean Martin et de Jean Goujon ; cf. Mario Carpo, « La traduction française du De Re Ædificatoria (1553). Alberti, Martin, Serlio et l’échec d’un classicisme vulgaire », Léon Battista Alberti. Actes du congrès international de Paris, 10-15 avril 1995, tenu sous la direction de Francesco Furlan, Pierre Laurens, Sylvain Matton. Édités par Francesco Furlan, avec la collaboration de A.P. Filotico, I. Giordano, P. Hicks, S. Matton, L. Vallance, Turin, Nino Argano ; Paris, J. Vrin, 2000, p. 923-965, en particulier p. 933 et l’importante note 73.

29 Ill. 6. Blum 1550, les gravures sur bois représentant L'ordre dorique, Zentralbibliothek de Zurich, KK 2226. Seuls les exemplaires des éditions tardives de 1627 et 1668 comportent des dépliants. Mes remerciements pour cette précision vont à M. Bruno Weber, historien de l’art et conservateur du département iconographique de cette bibliothèque.

30 Petra Gekeler, « Critique », Dictionnaire européen des Lumières. Publié sous la direction de Michel Delon, Paris, Presses Universitaires de France, 1997, p. 288-290, et Philippe Junod, « Critique d’art », ihid., p. 290-295.

31 Michel Frémin, Mémoires critiques d’architecture. Contenons : L’idée de la vraye & de la fausse Architecture. Une instruction sur toutes les tromperies d’Ouvriers infidels travaillant dans les Bâtimens. Une Dissertation sur la formation des Mineraux, leur nature & leur employ, & sur l’abus dans l’usage du Plâtre. Sur la qualité de la fumée, & des moyens d’y remédier, & sur d'autres matieres non encore éclaircies, Paris, Chez Charles Saugrain, MDCCII [1702]. Réédition en fac-similé Farnborough, Gregg Press, 1967, 16-367-5 p.

32 Marc-Antoine Laugier, Essai sur l’architecture. Nouvelle édition, Revue, corrigée, & augmentée : avec un Dictionnaire des termes, Et des Planches qui en facilite l’explication. Par le P. Laugier, de la Compagnie de Jesus, A Paris, Chez Duchesne, MDCCLV [1755, 1ère édition 1753]. Frontispice (au verso blanc) + xliv-4-320 p. + 8 pl. (sur 4 feuilles). J’utilise un reprint, Farnborough, Gregg Press, 1966.

33 Charles-Nicolas Cochin, Projet d’une salle de spectacle pour un théâtre de comédie, A Londres ; et se trouve à Paris, Chez Charles Jombert, 1765. 39 p. + 6 dépliants (au verso blanc). Voir les ouvrages de Christian Michel sur Cochin et mon article « Aus dem Französischen übersetzt und in Leipzig verlegt — Laugier, Leroy und Cochin über Kirchen-und Theaterbau », à paraître en 2002 dans les Mélanges pour Hartmut Mai à l’occasion de son 65e anniversaire. (Le titre allemand n’est pas encore fixé.)

34 Julien-David Leroy, Histoire de la disposition et des formes différentes que les chrétiens ont données à leurs temples, depuis le règne de Constantin le Grand, jusqu’à nous. Par M. Leroy, historiographe de l’Académie royale d'architecture, et membre de l’Institut de Bologne, à Paris, Chez Desaint & Saillant, 1764, 91 p. + 1 dépliant (au verso blanc). Voir mon article cité dans la note précédente.

35 Leroy eut l’occasion d’arpenter cette église juste avant la disparition de ses pendentifs.

36 En deux volumes in-fol. vol. I, pl. I, « Les Temples des Egiptiens, des Hébreux et des Phöeniciens. » « Les Temples des Grecs et des Romains. » « Les temples des Chrétiens. »

37 I dieci libri dell’architettura di M. Vitrvuio tradutti et commentati da Monsignore Barbaro Eletto Patriarca d’Aquileggia. Con due Tavole, l’una di tutto quello si contiene per i Capí nell’Opera, l’altra per dechiaratione di tutte le cose d’importanza, In Vinezia [Venise], per Francesco Marcolini, MDLVI [1556]. 274 p. Voir, outre les ouvrages de Lionello Puppi sur Palladio, la bibliographie vitruvienne établie par Ebhardt, Vitruvius [...], op. cit., p. 71.

38 Ebhardt, Vitruvius [...], op. cit., p. 72-75.

39 Vitruve, traduit par Barbaro, édition de 1584, Élévation et coupe longitudinale de la basilique de Fano, d’après un dessin de Palladio.

40 J'utilise l’exemplaire de ma collection : I dieci Libri dell’Architettura di M. Vitruvio. Tradotti et commentati da Monsig. Daniele Barbaro eletto Patriarca d’Aquileia, da lui riveduti et ampliati ; et hora in piu commoda forma ridotti. In Venetia [Venise], Appresso Francesco de’Franceschi Senese, MCLXXXIIII [1584], VIII-505 p. Voir Ebhardt, Vitruvius [...], op. cit., p. 73. Un autre exemple d’illustration en double page au milieu d’un cahier et de pagination fautive sur plusieurs pages se trouve aux pages 250-254.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : D’après le fac-similé de 1965.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1127/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Ill. 2 : D’après la photographie de l’Universitätsbibliothek Würzburg.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1127/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Ill. 3 : D’après les photographies du Germanisches Nationalmuseum à Nuremberg.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1127/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Légende Ill. 4 : D’après les photographies du Germanisches Nationalmuseum à Nuremberg.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1127/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Légende Ill. 5 : D’après le fac-similé de 1973.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1127/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Ill. 6 : D’après la photographie de la Zentralbibliothek Zürich.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1127/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Ill. 7 : D’après la photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1127/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 264k

Auteur

Université de Berne

© Publications de l’École nationale des chartes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search