Version classiqueVersion mobile

Le livre d'architecture, XVe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

L'éditeur d'architecture

L’imprimeur-éditeur Quantin et l’architecte Édouard Corroyer (1835-1904)

Marie Gloc-Dechezleprêtre

Texte intégral

1Le lien que l’éditeur Albert Quantin a entretenu avec l’architecture a pu être établi grâce à l’architecte Édouard Corroyer qui publie deux ouvrages dans cette maison d’édition : Histoire de l’architecture romane (1888) et Histoire de l’architecture gothique (1891). Les rapports directs entre les deux hommes, l’éditeur et l’architecte, sont ténus. En revanche, un ensemble d’éléments permet d’affirmer que Corroyer et Quantin, sans être de proches connaissances, fréquentaient les mêmes cercles et partageaient sans doute des opinions communes sur certains points. Il n’y a pas de hasard au fait que Corroyer ait été choisi par Quantin et ses collaborateurs, pour participer à une œuvre – la bibliothèque de l’enseignement des beaux-arts, dans laquelle sont publiés les deux livres de Corroyer – destinée à améliorer la connaissance de l’histoire de l’art, de l’architecture et de l’archéologie par le biais du livre.

2Dans une première partie, j’étudierai le personnage et la carrière d’éditeur de Quantin, en insistant sur sa relation avec l’architecte Édouard Corroyer.

3Dans une seconde partie, à partir de l’étude des catalogues et de celle des ouvrages, je montrerai quelle est la place tenue par l’architecture chez l’éditeur Quantin et quelles hypothèses on peut construire à partir de cette analyse.

4Enfin, je m’arrêterai tout particulièrement sur la bibliothèque de l’enseignement des beaux-arts, tant du point de vue de son histoire que de ses aspects matériels. Je m’attacherai à préciser la place de l’architecture dans cet ensemble.

L’ÉDITEUR ALBERT QUANTIN

  • 1 Voir particulièrement la somme publiée sous la direction d’Henri-Jean Martin et Roger Chartier, Hi (...)

5Les travaux récents sur l’histoire du livre1 ont montré combien ce secteur de l’économie connaît de bouleversements majeurs au cours du XIXe siècle qui font du livre un objet de consommation courante sans que cette croissance de la diffusion empêche la production d’ouvrages de bibliophilie. Le livre demeure donc présent à deux niveaux : celui de l’objet banal et celui de l’objet de collection, voire de l’objet d’art. Plusieurs facteurs se combinent pour expliquer ce phénomène : mécanisation de la production, facilité de reproduction de l’image qui entraînent une réduction des coûts sans perte de qualité et, à l’autre bout de la chaîne de la lecture, une augmentation des lecteurs, du fait d’une scolarisation en passe de devenir obligatoire, gratuite et laïque. Ce dernier élément n’est sans doute pas sans avoir de répercussion sur les opinions politiques qui prévalent dans certains milieux de l’édition. Bien que ceux-ci soient impliqués de facto dans l’entreprise capitaliste débutante, au sens où, on va le voir, les éditeurs sont conscients que l’arrivée de capitaux même étrangers au livre, peut favoriser leur entreprise, ils conservent, pour certains, un état d’esprit très altruiste. L’objectif d’une amélioration de l’état de la société par le livre peut constituer l’une des caractéristiques de cette profession au XIXe siècle. Quantin semble en être un bon exemple de ce curieux mélange entre le souci commercial d’être rentable, de produire et vendre toujours plus et au meilleur coût, et des intérêts esthétiques et moraux qui le conduisent à éditer des livres d’art de grande qualité tout en tentant de mettre à la portée de tous, au moyen des « bibliothèques », collections au prix abordable, les connaissances jusqu’alors réservée à une élite.

  • 2 Voir Jean-Yves Mollier, L’Argent et les lettres, op. cit., qui donne l’analyse la plus complète de (...)
  • 3 Jean-Yves Mollier, Louis Hachette (1806-1864) : le fondateur d’un empire, Paris, Fayard, 1999, 554 (...)
  • 4 Marius Vachon, Rapport à M. Edmond Turquet, sous-secrértaire d’Etat, sur les musées et les écoles (...)

6Albert-Marie-Jérôme Quantin, né à Tours en 1850 et dont on ne retrouve pas de trace après 1914, est l’un des acteurs importants et mal connus de l’édition parisienne au début de la IIIe République2. Originaire de Touraine, il fait ses études de droit à Paris. Sa première expérience dans le monde du livre a lieu à Tours, où il entre chez Mâme en 1868. Sa présence chez le célèbre éditeur tourangeaux le conduit, à partir de 1873, à diriger l’imprimerie parisienne de Jules Claye (1806-1886), propriétaire des établissements Marne depuis 1846. Cet imprimeur était alors réputé sur la place parisienne, notamment pour ses qualités de typographie et d’impression. Nombre d’éditeurs, dont Hachette3, lui confient la réalisation des plus beaux ouvrages de leur fonds. On ne s’étonne pas ensuite de voir Quantin poursuivre dans cette voie qui privilégie la qualité formelle. En dépit de sa réputation, Claye n’a pas les reins solides financièrement, et ne parvient par à surmonter la crise qui le touche dans les premières années de la IIIe République. En 1876, alors qu’il est chez Claye depuis trois ans, Quantin rachète l’imprimerie de la rue Saint-Benoît à son patron et, tout en modernisant l’établissement, décide de compléter ses activités en devenant lui-même éditeur. Il s’oriente alors très vite vers les ouvrages d’art et sa maison devient rapidement une référence supérieure en la matière (ill. 1). Par ailleurs, héritant d’un apanage qui était déjà celui de Jules Claye, il bénéficie de la bienveillance de l’État, devient l’imprimeur exclusif de la chambre des députés et publie nombre d’autres documents officiels, émanant souvent du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-arts. Ainsi, c’est à lui que l’on doit l’impression des rapports de Marius Vachon4 et de certains rapports et catalogues d’exposition universelle.

Ill. 1 : Monogramme de l’imprimeur-éditeur Albert Quantin. Cl. M. Gloc.

  • 5 En 1912, Quantin écrivait à Jacques Rouché, directeur du théâtre des arts, après lui avoir soumis (...)
  • 6 Il demeure également président de l’entreprise. En 1886, il écrit à Edmond de Goncourt, dont il s’ (...)

7Quantin n’est pas seulement imprimeur et éditeur. Il est également écrivain. Son premier ouvrage, après un opuscule de circonstance, Le Devoir de l’Assemblée constituante. La paix avec la République, paru à Bordeaux en 1871 (16 p.), confirme sa vocation : L’Origine de l’imprimerie et son introduction en Angleterre, parait en 1877. Par la suite, il se lance dans le roman, et publie en 1885, Histoire de Germaine, suivi en 1910 de Histoire prochaine, roman socialiste puis, en 1913, à la veille du premier conflit mondial, En plein vol, vision d’avenir, roman utopique dans lequel il fait décrire à ses deux héros, un homme et une femme, un monde idéal, construit par le socialisme, qu’il situe en 2001. Les descriptions architecturales sont présentent dans ce roman, Paris tout particulièrement, et un chapitre entier est consacré aux arts. Sa pensée d’obédience socialiste5 n’est pas perceptible au début de sa carrière, où il fait plutôt preuve d’une bonne intelligence de la situation économique et profite des nouvelles réglementations sur les sociétés pour faire entrer d’autres capitaux que les siens propres dans sa maison d’édition. En 1886, soit dix années après la reprise de l’imprimerie Claye et l'année même de la mort de ce dernier, Quantin transforme sa maison en société anonyme, au nom de « Compagnie générale d’impression et d’édition S. A », et s’associe au négociant Henry May. Quantin demeure actionnaire majoritaire6. Le capital est constitué de 4 000 actions de 500 francs partagés entre May et d’autres actionnaires, parmi lesquels Charles Guasco, administrateur du Comptoir d’escompte.

  • 7 Marielle Mouranche, « L’édition du livre pour la jeunesse. 1860-1914 », Revue française d’histoire (...)
  • 8 Béatrice Bouvier, « Pour une histoire de l’architecture des librairies », Livraison d’histoire de (...)

8Le Comptoir d’escompte, établissement de crédit fondé à la suite de la Deuxième République, est l’une des premières banques à participer au capital d’une maison d’édition. Il est intéressant de signaler que le frère d’Henry May, Ernest, en est un membre éminent. Dès 1882, le Comptoir d’escompte participe au capital des Imprimeries réunies (Motteroz, Martinet et de Mourgues), qui s’adjoignent la maison de la veuve Morel, célèbre pour ses publications d’architecture. En 1890, a lieu la fusion avec Quantin et les Imprimeries réunies. C’est la naissance de la S.A. des Librairies-imprimeries réunies. Henry May demeure directeur commercial, Quantin et les anciens éditeurs siègent au conseil d’administration, aux côtés des représentants du Comptoir d’escompte. En 1897, au sein de ce groupe, l’ancienne maison Quantin devient la « Société française d’édition d’art »7, nouvelle entreprise de la SA des Librairies-imprimeries réunies, qui englobe le fond Morel. En 1906, cette entreprise cesse son activité de librairie pour ne se consacrer qu’à l'imprimerie8.

  • 9 Corroyer est membre du conseil d’administration de l’Union centrale des arts décoratifs depuis 188 (...)

9Est-ce une coïncidence si, en 1888, puis en 1891, l’architecte Édouard Corroyer, qui avait déjà publié chez d’autres éditeurs (Dumoulin, Firmin-Didot, Ducher) se voit commander deux ouvrages par Quantin, pour sa collection de vulgarisation ? Or Corroyer avait reconstruit le siège parisien du Comptoir d’escompte, rue Bergère de 1878 à 1882, et de ce fait, en avait côtoyé les plus hautes instances. On aimerait supposer que ce choix ne relève pas entièrement du hasard et que l’architecte, par ailleurs archéologue réputé, a été « poussé » chez Quantin par un membre du Comptoir d’escompte, Guasco, May ou un autre. D’autant plus que d’autres indices font se recouper les activités de l’éditeur, de l’architecte et de la banque. Un exemple : Corroyer est un fervent défenseur de la rénovation des arts appliqués en France et, à ce titre, membre de la Société pour la propagation du livre d’art, de la Société d’encouragement à l’art et à l’industrie et de l’Union centrale des arts décoratifs9. Cette dernière possède d’ailleurs un fond de placement au Comptoir d’escompte. Quantin, quant à lui, semble être convaincu également de la nécessité d’aider à la rénovation des arts en France. C’est ainsi qu’il publie les rapports de Marius Vachon. Membre de l’Union centrale, il en est aussi l’éditeur depuis 1881 ; il publie notamment la Revue des arts décoratifs ainsi que les rapports d’exposition. L’institution bancaire, proche de l’Union centrale des arts décoratifs, par son lien initial avec le monde de la petite industrie et de l’entreprise, commanditaire d’un édifice à l’architecte Corroyer, actionnaire principal d’une Société anonyme d’édition à laquelle Quantin participe, semble donc bien être au cœur d'un réseau dont on a cependant du mal à relier les mailles.

L’ARCHITECTURE ET LES ÉDITIONS QUANTIN

  • 10 Les frères Goncourt furent d’un très grand secours à l’éditeur, en lui apportant notamment nombre (...)

10L’architecture chez Quantin est, en fait, réduite à la portion congrue. Par ailleurs éditeur exclusif avec Hetzel des œuvres complètes ne varietur de Victor Hugo, Quantin se consacre davantage à l’édition d’ouvrages d’art généralistes agrémentés d’excellentes illustrations réalisées à partir d’originaux10.

  • 11 En dépit des différentes fusions et de la transformation en SA, la maison d’édition est dénommée d (...)
  • 12 Léon Palustre (1838-1894), archéologue originaire des Deux-Sèvres, directeur de la Société françai (...)
  • 13 Marius Vachon, L’Ancien Hôtel de ville de Paris, ouvrage publié avec le concours du Conseil munici (...)
  • 14 Paul Monceaux et Victor Laloux, Restauration d’Olympie, Paris, Quantin, 1889, 226 p.
  • 15 Louis Gonse, L’Art gothique, Paris, ancienne maison Quantin, 1892, 476 p.

11D’après les catalogues de la maison Quantin consultés, de 1885 à 190311, le livre d’architecture demeure une exception chez l’éditeur. Encore ne s’agit-il que d’histoire de l’architecture et non pas d’architecture contemporaine. Cette exception n’en est pas moins significative. Si l’on excepte la Bibliothèque de l’enseignement des beaux-arts sur laquelle nous nous attarderons plus longuement ensuite, quatre ouvrages seulement sont consacrés à l’architecture. Il s’agit de La Renaissance en France, de Léon Palustre12 publié en 3 volumes de 1879 à 1885, de L’Ancien hôtel de ville de Paris, de Marius Vachon13, publié en 1885, du très bel ouvrage de Paul Monceaux et Victor Laloux sur Olympie14 et de L’Art gothique de Louis Gonse15, paru en 1892, dans lequel, en dépit du titre généraliste, l’architecture constitue une place essentielle. Les illustrations sont particulièrement soignées et occupent des pleines pages à l’eau-forte et en héliogravure (ill. 2). Hormis les reproductions des relevés de Victor Laloux concernant Olympie, il s’agit surtout de vues en perspective plus proches de l’esthétique du pittoresque. Seul Louis Gonse, lorsqu’il explique le principe de la construction de la voûte d’ogives, emploie quelques croquis techniques révélateurs de l’importance attribuée à l’architecture gothique en France conçue avant tout comme le summum de la rationalité en architecture, telle que Viollet-le-Duc s’est employé à la définir et à l’ériger en modèle, non pas formel, mais constructif (ill. 3). Un seul ouvrage, à visée pédagogique, traite d’architecture : il s’agit du tome II de l’Encyclopédie pédagogique de l’enseignement du dessin, « Cours général de dessin d’ornement et d’architecture », rédigé par l’architecte Charles Chipiez (1855-1901) paru en 1886. Enfin, l’architecture est présente à travers des vues pittoresques dans la série : Le Monde pittoresque et monumental, collection inaugurée en 1885 ainsi que son équivalent pour la France, sous la direction de Louis Barron, qui paraît la même année. Les titres qui concernent l’architecture et son histoire sont donc rares et sont publiés avant la fusion de 1890.

Ill. 2 : Louis Gonse, L’Art gothique, Paris, Quantin, 1892. Croisée du transept de Notre-Dame de Paris. Héliogravure de Dujardin. Cl. M. Gloc.

Ill. 3 : Louis Gonse, L’Art gothique, Paris, Quantin, 1892. La voûte sur croisée d’ogives. Cl. M. Gloc.

12La disparition des titres consacrés à l’architecture après 1890 peut être expliquée par une spécialisation des anciennes maisons d’édition dans leur domaine de compétence. À Morel l’architecture, à Quantin l’édition de beaux ouvrages d’art, à l’exception des volumes de la Bibliothèque de l’enseignement des beaux-arts. C’est peut être pour cette raison que l’ouvrage de Louis Gonse, publié après la fusion, et consacré, pour l’essentiel, à l’architecture, s’intitule L’Art gothique et non « l’architecture gothique ».

  • 16 Bibi. nat. de France, 8° Q10, catalogue de la maison Quantin pour 1888, p. 28.

13Il apparaît à la lecture que les quelques volumes consacrés à l’histoire de l’architecture chez Quantin défendent chacun à leur manière l’idée d’une architecture nationale, et de son caractère fondateur en matière de construction rationnelle, ce que symbolise, on vient de le voir, l’emploi par Louis Gonse, dans un ouvrage généraliste, d’un dessin technique et de la nécessité d’expliquer un procédé. Si, en ce qui concerne l’architecture gothique, l’idée d’une architecture d’essence nationale était, à la fin du siècle, partagée par tous, l’architecture de la Renaissance faisait, quant à elle, l’objet d’un débat. Léon Palustre, auteur de plusieurs ouvrages sur l’architecture de la Renaissance chez Quantin, était bien sûr partisan comme Anthyme Saint-Paul ou Corroyer, d’une Renaissance toute française, et qui ne devait rien à l’Italie. Voici la manière dont le catalogue de Quantin en 1888, présente l’ouvrage de Palustre. Il s’agit d’un inventaire des monuments de la Renaissance qui « tombent en ruine [et] restent ignorés, perdus dans les campagnes ou étouffés par des constructions nouvelles. [Dans cet ouvrage], rien n’est écrit à l’aventure, et, à défaut de pièces d’archives qu’il n’est pas toujours facile de se procurer, on voit surgir des rapprochements heureux qui établissent tout aussi sûrement la filiation que l’on cherche. C’est donc une restauration d’autant plus précieuse que notre art national doit en ressortir vengé des accusations qu’on a portées contre lui de n’avoir fait alors qu’imiter l’Italie »16. De même, Marius Vachon, dans son Ancien Hôtel de ville de Paris, comme il s’attachera à le démontrer ensuite dans d’autres ouvrages, soutient la thèse d’un édifice construit par un architecte français, et non par le Boccador, comme on le pensait jusqu’alors. De là à en conclure que l’histoire de l’architecture chez Quantin était sous-tendue par le souci de redonner à l’architecture française une place autonome et fondatrice, le pas est vite franchi. D’autant plus que l’étude un peu approfondie des objectifs de la bibliothèque de l’enseignement des beaux-arts, créée chez Quantin en 1881 tend à confirmer cette hypothèse.

LA BIBLIOTHÈQUE DE L’ENSEIGNEMENT DES BEAUX-ARTS17

De la vulgarisation des connaissances à la régénération de la création nationale : le rôle de l'architecture

  • 18 Sur ce sujet, voir Isabelle Olivero, L’Invention de la collection, Paris, IMEC, 1999, 334 p.
  • 19 Nous rappelons que c’est par le décret du 26 mars 1878 qu’a été créée la chaire d’esthétique et d’ (...)
  • 20 Victor Champier, « La bibliothèque de l’enseignement des beaux-arts à l’Institut », Revue des arts (...)
  • 21 Louis Gonse, « La bibliothèque de l'enseignement des beaux-arts », Gazette des beaux-arts, février (...)
  • 22 Voir par exemple le cas de l’École des beaux-arts de Valenciennes, étudié par Catherine Dollé, et (...)
  • 23 Jules Comte (1846-1912), docteur ès-lettres, entre en 1866 dans l’administration. En 1878, il est (...)

14Selon Isabelle Olivero18, l’histoire des collections ou « bibliothèques », est liée au régime politique qui la voit naître, ainsi qu’à la conjoncture économique et culturelle. Cette assertion fonctionne parfaitement en ce qui concerne Quantin et la bibliothèque de l’EBA. Celle-ci voit le jour sous l’éphémère ministère des Arts créé pour Antonin Proust en 1881, à un moment où la rénovation de l’enseignement du dessin est l’une des priorités des institutions et où l’histoire de l’art commence à faire l’objet d'un enseignement spécifique19 en dehors des écoles des beaux-arts. Cette collection de manuels consacrée à la diffusion de l’histoire de l’art et de ses techniques est l’une des premières du genre en France. Victor Champier (1851-1929) note d’ailleurs dans la Revue des arts décoratifs, que grâce à l’existence de ces petits volumes, « les hommes du monde comme les hommes de métier [...] ne seront plus exposés, faute de livres précis et réellement instructifs, à se trouver en infériorité pour la solidité des connaissances relatives à l’histoire de l’art, avec des étrangers20 Les sources imprimées qui font état de la naissance de cette collection vont dans le même sens. Louis Gonse, dans la Gazette des beaux-arts note : « Maintenant qu’on commence à reconnaître que l’enseignement des arts joue un rôle capital dans la vie d’un peuple, on s’étonnera que notre éducation générale ait pu se passer si longtemps de petits manuels spéciaux destinés à répandre dans les masses les notions élémentaires de l’art. Nous nous trouvions en retard sur les autres nations21. » D’un avis presque unanime, l’apprentissage du dessin et la connaissance de l’histoire sont les éléments indispensables au regain de l’art français face à la concurrence étrangère. D’où l’importance des écoles d’art dans lesquelles l’intervention de l’État est de plus en plus importante à la fin du siècle22. Or, c’est à un ancien inspecteur de la commission pour l’organisation de l’enseignement du dessin, devenu inspecteur général des écoles d’art décoratifs, Jules Comte (1846-1912)23, dont la carrière se déroule entièrement à la direction des Beaux-arts, que l’on doit la création et la direction de cette bibliothèque en 1881.

  • 24 Henri Lemonnier, Notice sur la vie et les oeuvres de M. Jules Comte, Paris, 1914, 12 p., p. 9.
  • 25 Bibl. nat. 8° Q10, catalogues de la maison d’édition Quantin, catalogue de 1885, n.p.
  • 26 Arch. mun. Amiens, 1R 236, Ecole des beaux-arts, dons et envois. Bibl. mun. de Nancy, livre d’inve (...)

15La notion de collection suppose une organisation préalable qui donne une cohérence à l’ensemble. Alors que la collection « Les Maîtres de l’art », également fondée et dirigée par Jules Comte en 1904, se compose essentiellement de monographies d’artistes célèbres, dans la tradition de l’histoire de l'art occidental, la bibliothèque de l’EBA est différemment conçue. Cette « publication se proposait de combler une grande lacune en offrant à la jeunesse studieuse un livre pratique, un ouvrage élémentaire où chacun pût facilement apprendre la théorie de l’art dans une série de volumes peu coûteux ; elle promettait de mettre sous nos yeux le tableau des procédés qu’emploient les diverses formes de l’art, en nous faisant connaître les phases successives de leur développement à toutes les époques, de l’Antiquité et des temps modernes [...]. La valeur en apparaît encore mieux si l’on songe qu’au moment où se fondait la bibliothèque de l’enseignement des beaux-arts, il n’existait pour ainsi dire pas d’ouvrage de vulgarisation digne de ce nom24. » Elle est sans doute l’une des rares qui fait appel, au moment de sa création, à une réflexion autour de la notion d’histoire de l’art et de l’architecture dont elle envisage l’apprentissage de manière rationnelle, par paliers successifs, allant du général au particulier et en tentant de respecter la chronologie. Le plan général de l’entreprise encyclopédique est annoncé dès le départ : « Elle comporte d’abord des volumes traitant des principes de l’art dans ses formules générales, de ses grandes règles qui s’adaptent à toutes les écoles, dans tous les pays et dans tous les temps. Son cadre s’élargit en se spécialisant et comprend toutes les divisions de l’art et ses applications. Les arts industriels y seront largement représentés. Un même esprit de méthode et de clarté a permis d’atteindre partout le même but : instruire en intéressant25 ». Le succès de cette collection semble durer jusqu’à la guerre de 1914. Au gré des fusions, il semble, si l’on se fie à l’étude des couvertures et des pages de garde, que cette collection sorte des Librairies-imprimeries réunies en 1903, pour passer chez Alcide Picard et Kaan, et soit, à une date inconnue mais probablement après 1918, reprise par les éditions Gründ. Le directeur de collection n’est plus alors Jules Comte, mais Émile Bayard. La diffusion de cette collection confirme, s’il en était besoin, son caractère didactique et officiel. Utilisée par les établissements scolaires comme livre de prix, elle est également présente dans les catalogues des bibliothèques des établissements d’enseignement artistique (École des beaux-arts de Paris, École des arts décoratifs), et des bibliothèques municipales de province que nous avons consultés (Toulouse, Brest, Amiens, Nancy). Il est intéressant de noter que, concernant ces dernières, du moins pour Amiens et Nancy, les acquisitions sont le résultat d’envois du ministère de l’Instruction publique et des beaux-arts26.

  • 27 Arch. nat., AJ53 8, enregistrement des lettres à l’arrivée, lettre de Quantin à Louvrier de Lajola (...)

16Chaque volume est richement illustré de gravures à l’eau-forte ou au trait. Comme il se doit chez Quantin, toutes les illustrations sont censées être inédites et exécutées, dans un souci d’exactitude, d’après les originaux. Le petit format, inquarto anglais, est caractéristique des « bibliothèques », et permet une grande maniabilité. Les volumes sont diffusés sous trois formes : une édition brochée à 3, 50 F., une édition cartonnée dont les plats de reliure et le dos présentent un décor qui identifie aussitôt l’appartenance de l’ouvrage et qui est vendu 4, 50 F. et une édition de luxe, relativement rare, dont nous ne connaissons pas le prix. La couverture de l’édition cartonnée fait l’objet d’un concours pour les étudiants de l’École des arts décoratifs, à la suite de tractations entre Quantin et Louvrier de Lajolais27.

17La place de l’architecture dans la bibliothèque de l’EBA est à l’image de celle que tient l’architecture de manière générale chez Quantin : ténue. Presque inexistante si l’on se réfère à l’emploi du seul terme « architecture » dans le titre. À ce compte, seuls quatre ouvrages, sur un total de 58 recensés jusqu’en 1905, s’intitulent de la sorte. Il s’agit de L’Architecture grecque de l’architecte Victor Laloux (1888), de l'Histoire de l’architecture romane (1888) et de l'Histoire de l’architecture gothique (1891) d’Édouard Corroyer, également architecte, mais également archéologue et de L’Architecture de la Renaissance (1892) de Léon Palustre, archéologue. En revanche, l’architecture est présente dans d’autres ouvrages, particulièrement ceux consacrés à l’archéologie. Ainsi, le Manuel d’archéologie orientale d’Ernest Babelon, publié en 1888, le Manuel d’archéologie grecque de Maxime Collignon (1881), le Manuel d’archéologie étrusque et romaine, de Jules Martha (1884), L’Archéologie égyptienne, de Gaston Maspéro (1887), et L’Archéologie chrétienne, d’André Pératé (1892). Au regard des autres collections qui naissent peu après, et qui s’intéressent surtout à la peinture et à la sculpture, cet ensemble de volumes consacrés tout ou partie à l’histoire de l’architecture est cependant non négligeable. Mais c’est surtout la cohérence de la période couverte qui est remarquable, de l’Antiquité à la Renaissance, qualité redevable au directeur de la collection mais aussi à l’éditeur et sous-tendue par une volonté pédagogique très nette. L’histoire de l’architecture chez Quantin et successeurs est envisagée dans la perspective d’un développement continu et progressif des formes et de la construction. Il faut également souligner le fait que Quantin est le premier éditeur en France à publier une histoire de l’architecture romane en tant que telle grâce à la plume convaincue de Corroyer. Chaque volume s’attache autant à expliquer des procédés qu’à décrire et classer des édifices. C’est ainsi que toute l’histoire de l’architecture occidentale est passée en revue jusqu’à la fin de la Renaissance, avec ses illustres fondateurs moyen-orientaux, l’Égypte et la Grèce. Si la France, dans les volumes qui concernent l’Europe, est principalement analysée, Corroyer comme Palustre font également référence à d’autres pays ayant développé une architecture digne d’intérêt. Il est intéressant par ailleurs de noter que, parmi les auteurs, deux sont architectes et non des moindres. Il était prévu qu’un troisième vînt rejoindre ses confrères : un catalogue de la maison Quantin annonce en 1885, la publication d’un volume consacré à l’architecture et confié à Charles Chipiez (1855-1901) qui, sans que l’on en connaisse la raison, ne paraîtra jamais. S’agissait-il d’un volume de synthèse, de principes généraux de l’architecture ? Sans doute, si l’on en croit la philosophie de la collection.

18Les illustrations, nombreuses (entre 100 et 200 selon les volumes) et le plus souvent en cohésion avec le texte, témoignent d’un réel effort pour envisager l’architecture sous son aspect technique. Même lorsque les ouvrages sont confiés à des archéologues de formation universitaire, ces derniers insèrent, en plus des vues en perspective, des plans, des élévations, voire des coupes. Ainsi, Léon Palustre choisit-il de placer côte à côte une coupe et l’élévation correspondante afin de fournir le maximum d’information à son lecteur. À partir du moment où les ouvrages sont confiés à des architectes, les coupes, plans et élévations dominent, destinées davantage à faire comprendre le mode de construction d’un édifice qu’à en montrer les formes. Les illustrateurs sont différents selon qu’il s’agit de vues pittoresques (on a affaire alors à l’équipe de dessinateurs et graveurs de Quantin : E. Wallet, Petit, L. Libonis, Mme Foucher-Gudin, Ch. Goutzwiller) et de dessins techniques. Pour ces derniers, les auteurs, lorsqu’ils sont architectes, les fournissent eux-mêmes (ill. 4) ou les empruntent à des confrères. En ce qui concernent les archéologues, ils font appel à des architectes. Ainsi, Léon Palustre emprunte ou fait réaliser une partie de son illustration par Louis Sauvageot (1842-1908) (ill. 5).

Ill. 4 : Édouard Corroyer, Histoire de l’architecture romane, Paris, Quantin, 1888. Église abbatiale du Mont-Saint-Michel, coupe transversale et coupe longitudinale. Cl. M. Gloc.

19L’étude des ouvrages consacrés à l’histoire de l’architecture chez Quantin permet de conforter l’hypothèse émise précédemment selon laquelle une pensée très soucieuse de redonner du prestige à la France pourrait sous-tendre cette entreprise éditoriale et passerait, entre autre, par l’histoire de l’architecture. Et d'ailleurs, excepté le volume consacré à la Grèce, les seuls ouvrages qui se présentent comme une histoire de l’architecture concernent d’abord la France. Il s'agit du volume consacré par Léon Palustre à l’architecture de la Renaissance et des deux volumes dédiés par Édouard Corroyer au Moyen Âge. Ces deux auteurs s’accordent pour penser que, en dépit des phénomènes d’influence et d’emprunt, la France a été le terreau d'inventions architecturales propres et sans précédent, qui font d’elle, à l’instar de la Grèce antique, une référence en matière d’architecture. Pour le Moyen Âge, l’invention de la voûte sur croisée d’ogives, issue selon Corroyer, d’une évolution des pendentifs de la coupole appareillée, commandée par les besoins du moment, est symptomatique. Et plus que l’ogive, élément formel, c’est son mode de construction qui apparaît déterminant. Léon Palustre, de son côté, caractérise de façon autonome l’architecture française de la Renaissance qu’il présente dans la continuité de l’architecture médiévale, et avance l’hypothèse qu'elle naît de présence de personnalités fortes (Philibert Delorme, Lescot, Bullant, Chambiges, du Cerceau, Métezeau) conjuguées à des terreaux régionaux favorables à l’éclosion d’un mode de construction nouveau.

Ill. 5 : Léon Palustre, L’Architecture de la Renaissance, Paris, Quantin, 1892. Château de Saint-Germain-en-Laye. Coupe et élévation, par Louis Sauvageot. Cl. M. Gloc.

20L’architecture chez l’éditeur Quantin est limitée en quantité et très tournée vers l’histoire de l’architecture en France. En ce qui concerne sa place dans la production de cet éditeur, il me semble que l’on peut reprendre en conclusion l’hypothèse émise précédemment selon laquelle le développement du livre d’architecture chez Quantin aurait été oblitéré par la stratégie éditoriale des Librairies-imprimeries réunies qui aurait privilégié, sur ce sujet, le fonds Morel.

21Cependant, même si l’architecture tient une place infime au sein des publications de la maison Quantin, cette place se distingue par son caractère méthodique et pédagogique. Grâce à la bibliothèque de l’enseignement des beaux-arts, à ses nombreuses illustrations tant techniques que pittoresques, c’est une véritable histoire de l’architecture, de l’Antiquité à la Renaissance qui se dessine au gré des publications dont chaque période est confiée à un auteur spécialiste du sujet. La mixité des auteurs, deux architectes et cinq archéologues, est révélatrice d’une époque où l’histoire de l’architecture confrontée à la montée en puissance d’une archéologie scientifique, cherche sa légitimité et ses méthodes, partagée entre le monde professionnel et le monde universitaire en pleine expansion. Le livre d’architecture chez Quantin est un bon témoin de cette évolution.

Notes

1 Voir particulièrement la somme publiée sous la direction d’Henri-Jean Martin et Roger Chartier, Histoire de l’édition française, Paris, Promodis, 1985, 4 vol., en particulier, pour la période qui nous intéresse, le tome III : Le Temps des éditeurs, 539 p. ; Frédéric Barbier, 300 ans de librairie et d’imprimerie, Genève, Droz, 1977, 529 p., L’Empire du livre : le livre imprimé et la construction de l’Allemagne contemporaine (1815-1914), Paris, Le Cerf, 1995, 612 p., Histoire du livre, Paris, Armand Colin, 2000, 304 p. ; Jean-Yves Mollier, L’Argent et les lettres. Histoire du capitalisme d’édition, Paris, Flammarion, 1988, 549 p. ; Le Commerce de la librairie en France, de la Révolution à nos jours, Paris, Cercle de la librairie, 1997, 450 p.

2 Voir Jean-Yves Mollier, L’Argent et les lettres, op. cit., qui donne l’analyse la plus complète des activités de l’éditeur. Grâce au dépouillement de certaines revues qui appartiennent à Quantin (Le Livre, La revue des arts décoratifs), nous avons pu retrouver certaines informations. L’interrogation du catalogue de la bibliothèque nationale, comme le dépouillement des index des nouvelles acquisitions françaises du département des manuscrits fournissent d’autres renseignements. Enfin, le dictionnaire biographique de Vapereau a complété nos informations. Béatrice Bouvier, qui a retrouvé les actes passés par les éditeurs devant notaires au moment des cessions, au minutier central des archives nationales, signale que les archives de la Librairie-imprimerie réunies, qui a absorbé Quantin, n’ont pas été conservées par ses repreneurs en 1985. Il semble donc peu probable de retrouver un jour les archives de la maison d’édition Quantin.

3 Jean-Yves Mollier, Louis Hachette (1806-1864) : le fondateur d’un empire, Paris, Fayard, 1999, 554 p.

4 Marius Vachon, Rapport à M. Edmond Turquet, sous-secrértaire d’Etat, sur les musées et les écoles d’art industriel et sur la situation des industries atistiques en Allemagne, Autriche-Hongrie, Italie et Russie, Paris, Quantin, 1885, 139 p. ; id. pour la Suisse et la Prusse rhénane, Paris, Quantin, 1886, 128 p. ; id. pour le Danemark, la Suède et la Norvège, Paris, Quantin, 1888, 87 p. ; id. pour la Belgique et la Hollande, Paris, Quantin, 1888, 151 p.

5 En 1912, Quantin écrivait à Jacques Rouché, directeur du théâtre des arts, après lui avoir soumis une pièce A bientôt qui avait essuyé un refus : « Mais qui donc donnera jamais une pièce socialiste si ce n’est votre théâtre ! ». Bibl. nat. de France, mss, naf. 17592, lettre de Quantin à Jacques Rouché, 2 juillet 1912.

6 Il demeure également président de l’entreprise. En 1886, il écrit à Edmond de Goncourt, dont il s’assurait le concours et publiait les œuvres : « Comme vous l’avez sans doute appris, j’ai cédé ma maison à une société dont je reste d’ailleurs président. Naturellement, elle poursuivra tous ses engagements. » Bibl. nat. de France, mss, naf. 22473, fol. 316.

7 Marielle Mouranche, « L’édition du livre pour la jeunesse. 1860-1914 », Revue française d’histoire du livre, 1994, n° 84-85, p. 259-268, p. 264 ; l’auteur mentionne notamment le dossier de faillite, Archives de Paris, 25/41/1 1087.

8 Béatrice Bouvier, « Pour une histoire de l’architecture des librairies », Livraison d’histoire de l’architecture, octobre 2001, n° 2, p. 9-25, p. 21.

9 Corroyer est membre du conseil d’administration de l’Union centrale des arts décoratifs depuis 1882.

10 Les frères Goncourt furent d’un très grand secours à l’éditeur, en lui apportant notamment nombre d’originaux pour des ouvrages sur Boucher, pour L’Art et les artistes au XVIIIe siècle, par exemple.

11 En dépit des différentes fusions et de la transformation en SA, la maison d’édition est dénommée de la façon suivante : ancienne maison Quantin, Société des Librairies-imprimeries réunies.

12 Léon Palustre (1838-1894), archéologue originaire des Deux-Sèvres, directeur de la Société française d’archéologie, membre de la Société archéologique de Touraine. Après un voyage en Italie où il étudie les monuments de l’Antiquité et de la Renaissance, il produit plusieurs ouvrages sur la Renaissance en France, publiés par Quantin et donne nombre d’ouvrages et d’opuscules consacrés à la Touraine, dont le catalogue du musée archéologique de Tours (1871), une étude sur l’église Saint-Symphorien de Tours (1873), prononce un discours à l’occasion de l’inauguration du monument à Arcisse de Caumont à Tours en 1876. Il n’est pas exclu que l’origine tourangelle de Quantin et Palustre soit à l’origine des publications de l’un chez l’autre.

13 Marius Vachon, L’Ancien Hôtel de ville de Paris, ouvrage publié avec le concours du Conseil municipal de Paris, Paris, Quantin, 1882, 224 p.

14 Paul Monceaux et Victor Laloux, Restauration d’Olympie, Paris, Quantin, 1889, 226 p.

15 Louis Gonse, L’Art gothique, Paris, ancienne maison Quantin, 1892, 476 p.

16 Bibi. nat. de France, 8° Q10, catalogue de la maison Quantin pour 1888, p. 28.

17 Afin d'alléger le texte, nous prenons la liberté d’abréger désormais la Bibliothèque de l’enseignement des beaux-arts en bibliothèque de l’EBA.

18 Sur ce sujet, voir Isabelle Olivero, L’Invention de la collection, Paris, IMEC, 1999, 334 p.

19 Nous rappelons que c’est par le décret du 26 mars 1878 qu’a été créée la chaire d’esthétique et d’histoire de l’art au Collège de France et qu’en 1 882 à la suite d’un rapport d’Antonin Proust, est fondé l’enseignement de l’École du Louvre. Voir à ce sujet, Lyne Therrien, L’Histoire de l’art en France. Genèse d’une discipline universitaire, Paris, CTHS, 1998, 623 p.

20 Victor Champier, « La bibliothèque de l’enseignement des beaux-arts à l’Institut », Revue des arts décoratifs, 1883-1884, p. 213-215, p. 213.

21 Louis Gonse, « La bibliothèque de l'enseignement des beaux-arts », Gazette des beaux-arts, février 1883, p. 176-182, p. 176.

22 Voir par exemple le cas de l’École des beaux-arts de Valenciennes, étudié par Catherine Dollé, et particulièrement son article : « L’enseignement du dessin sous la Troisième République : introduction du dessin industriel à Valenciennes », Livraisons d’histoire de l’architecture, n° 2, 2001, p. 117-130.

23 Jules Comte (1846-1912), docteur ès-lettres, entre en 1866 dans l’administration. En 1878, il est chef de bureau de l’enseignement des arts à la direction générale des beaux-arts (ministère de l'Instruction publique et des Beaux-arts) puis, le 1er octobre 1881, est nommé chef de la division des musées et de l’enseignement des arts et du dessin. Il prend une part active à la réforme de l’enseignement du dessin entreprise par Eugène Guilhaume (1822-1905). La même année, il devient inspecteur général des écoles d’art décoratifs, au sein de l’éphémère ministère des Arts créé pour Antonin Proust le 14 novembre 1881. Au sein de cette direction, il s’attache à la réorganisation des nombreuses écoles de dessins existantes, afin de redonner à l’art français des assises solides. En 1886, il devient directeur des bâtiments civils et palais nationaux. Il est membre de droit du Conseil supérieur des beaux-arts créé en 1887. En 1909, il est élu à l’Académie des beaux-arts comme membre libre. Car Jules Comte est également écrivain et critique d’art. On lui doit plusieurs articles dans la presse parisienne, publie un volume sur La Tapisserie de Bayeux 24 et de traduit de l’anglais, en 1887, l’ouvrage de Joseph Commyns Carr, L’Art en France, qu’il complète par une série de renseignements statistiques. On lui doit enfin la direction de la Revue de l’art ancien et moderne, et, outre la Bibliothèque de l’EBA, une seconde collection éditée chez l’ancienne maison Quantin à partir de 1904, Les Maîtres de l’art.

24 Henri Lemonnier, Notice sur la vie et les oeuvres de M. Jules Comte, Paris, 1914, 12 p., p. 9.

25 Bibl. nat. 8° Q10, catalogues de la maison d’édition Quantin, catalogue de 1885, n.p.

26 Arch. mun. Amiens, 1R 236, Ecole des beaux-arts, dons et envois. Bibl. mun. de Nancy, livre d’inventaire pour les années 1882 à 1892. Nous remercions pour leur bienveillance le personnel de la B.M. de Nancy qui a bien voulu nous communiquer ces renseignements.

27 Arch. nat., AJ53 8, enregistrement des lettres à l’arrivée, lettre de Quantin à Louvrier de Lajolais, le 16 juillet 1881, lui enjoignant d’organiser un concours pour une plaque de cartonnage destiné à la bibliothèque de l’EBA, en prévoyant une impression en deux couleurs. On ne connaît malheureusement pas le résultat de ce concours.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : Monogramme de l’imprimeur-éditeur Albert Quantin. Cl. M. Gloc.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1124/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Ill. 2 : Louis Gonse, L’Art gothique, Paris, Quantin, 1892. Croisée du transept de Notre-Dame de Paris. Héliogravure de Dujardin. Cl. M. Gloc.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1124/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende Ill. 3 : Louis Gonse, L’Art gothique, Paris, Quantin, 1892. La voûte sur croisée d’ogives. Cl. M. Gloc.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1124/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Ill. 4 : Édouard Corroyer, Histoire de l’architecture romane, Paris, Quantin, 1888. Église abbatiale du Mont-Saint-Michel, coupe transversale et coupe longitudinale. Cl. M. Gloc.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1124/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende Ill. 5 : Léon Palustre, L’Architecture de la Renaissance, Paris, Quantin, 1892. Château de Saint-Germain-en-Laye. Coupe et élévation, par Louis Sauvageot. Cl. M. Gloc.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1124/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 332k

Auteur

Conservateur du patrimoine, doctorante à l’EPHE

© Publications de l’École nationale des chartes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search