Version classiqueVersion mobile

Le livre d'architecture, XVe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

Introduction

Jean-Michel Leniaud

Texte intégral

  • 1 Jean Guillaume éd., Les Traités d’architecture de la Renaissance. Actes du colloque tenu à Tours d (...)

1Le livre tuera l’architecture, a prétendu un jour Victor Hugo : « Ceci tuera cela. » À ceux qui auraient pu croire à l’hypothétique conflit, que suggère l’auteur de Notre-Dame de Paris, entre l’image – qu’elle soit ou non de pierre – et l’imprimé, le livre d’architecture vient apporter un démenti supplémentaire : l’architecture, quelques décennies à peine après l’invention de Gutenberg (vers 1440), transpose déjà sur le papier ses rêves de pierre. Riche d’un passé aussi long, le livre d’architecture s’inscrit pourtant sur la liste des parents pauvres de l’histoire du livre et de l’histoire de l’architecture : au point que, hormis les historiens du seizième siècle1, personne en France ne s’est avisé de dresser le répertoire bibliographique de cette production imprimée.

2On dispose pourtant d’un modèle fourni par les savants britanniques : en 1990, Eileen Harris, assistée de Nicholas Savage, a publié aux presses universitaires de Cambridge un ouvrage de référence intitulé British architectural Books and Writers, 1556-1785. Ce répertoire rassemble les titres de tous les ouvrages parus en Grande-Bretagne au cours de ces deux siècles, dans la suite d’une thèse de l’université de Bonn que l’auteur, Christian Ferdinand Worlsdorff, avait soutenue en 1982 sous le titre Untersuchungen zu englischen Veröffentichung des siebzentens und achzenhtens Jahrhunderts. Die Problemen der Architektur und des Bauensbehandeln (176 p.). Les auteurs britanniques ont adopté un point de vue exhaustif, qui excepte seulement l’art des fortifications et l’architecture militaire et produit la classification suivante : ouvrages sur les ordres, livres de modèles et échantillons, manuels de charpenterie, recueils de métrés et de prix, traités sur les ponts, ouvrages d’archéologie, listes des imprimeurs et des libraires, gravure d’architecture. Ils fournissent une liste de notices biographiques et celles des titres par éditeur et, en index, la liste des titres. On apprend que le premier ouvrage d’architecture publié sur les îles britanniques l’a été chez John Days, en 1556 : A Boke named Tectonicum, de Leonard Digges.

3Rien de tel en France. C’est ce constat de carence qui a conduit, dans la suite de la journée internationale d’étude tenue en 2000 sur les périodiques d’architecture, à dresser une tentative de bilan sur les recherches conduites ces dernières années en matière de bibliographie architecturale – dans l’espoir qu’un jour prochain, on entreprenne l’élaboration d’un répertoire semblable à celui qui vient d’être cité et ce, en dépit de l'importance bien plus considérable de la production française. Ce bilan peut s'orienter autour de trois thèmes : l’éditeur d’architecture, la représentation de l'architecture dans le livre, les bibliothèques d’architecture.

  • 2 Béatrice Bouvier, L’Édition d’architecture au XIXe siècle à Paris : la presse architecturale et le (...)

4Le premier thème a d’ores et déjà été exploré par Béatrice Bouvier dans sa thèse de doctorat (EPHE, 1999) sur l'Encyclopédie d’architecture et la Gazette des architectes2 elle y prouve le rôle déterminant pour la diffusion de la pensée architecturale française des familles Bance et Morel, puis des actionnaires de la Société anonyme des imprimeries réunies ; elle montre aussi les liens qui unissent à ces éditeurs les tenants du progressisme en architecture – que d’aucuns désignent du terme de « rationalisme » – c’est-à-dire Viollet-le-Duc, Anatole de Baudot et leurs disciples, les Diocésains. La même a entrepris des recherches en vue de la fabrication d’un dictionnaire des éditeurs parisiens d’architecture au XIXe siècle : les premiers résultats montrent l’ampleur de la tâche et l’intérêt de poursuivre l’enquête à son terme. Dans le même ordre d’idée, la thèse de Marie Gloc sur l’architecte Édouard Corroyer (EPHE, 2002) montre l’étonnante relation triangulaire qui unit l’architecte, l’éditeur et la banque : Corroyer construit le siège du Comptoir d’Escompte et publie deux ouvrages chez l’imprimeur-éditeur Quantin, qui est soutenu par le même Comptoir d’Escompte. De telles observations, quelles que soient les limites du champ – notamment au point de vue chronologique : le seul XIXe siècle – sur lequel elles ont été faites, justifient que les conclusions de ces journées d’études aient été confiées à Jean-Yves Mollier, spécialiste de l'histoire de l’édition : on en attend à la fois une méthodologie en terme de problématique et des observations sur la spécificité plus ou moins relative de l’édition d’architecture dans le panorama de l’édition française.

  • 3 Roland Recht, Le Dessin d’architecture, Paris, Adam Biro, 1995, 155 p., p. 119.

5La question de la représentation de l’architecture dans le livre n’est certes pas inédite. Voici un thème qui a déjà été abordé en 1984, avec Images et imaginaires d’architecture. Dessin, peinture, photographie, arts graphiques, théâtre, cinéma en Europe aux XIXe et XXe siècles, publié par le centre Georges Pompidou en 1984 (434 p.) ; en 1985, avec L’Architecture en représentation, édité par l’Inventaire général (287 p.). Roland Recht, pour sa part, a attiré l’attention sur les premières éditions illustrées du De Architectura de Vitruve3 Si les premiers livres illustrés apparaissent dans les pays de langue allemande entre 1457 et 1461 et en Italie vers 1467, les trois éditions produites de cet ouvrage au XVe siècle restent dépourvues d’images. Il faut attendre 1511 avec l’édition de Fra Giocondo parue à Venise, 1513 et celle de De Giunta à Florence et enfin 1521, date à laquelle paraît à Milan la publication de Cesare Cesariano sur les presses de Gottardo da Ponte, pour que des gravures accompagnent le texte imprimé de l’auteur latin.

Ill. 1 : Félix Narjoux, « Le pont couvert », Histoire d’un pont, Paris, 1884, p. 144. Cl. P. Chapuis.

  • 4 Histoire d’une ferme, Paris, librairie Ch. Delagrave, 1882, 306 p.
  • 5 Histoire d’un pont, Paris, librairie Hachette, bibliothèque des Merveilles, 1ère éd. 1865, 1884, 2 (...)
  • 6 André Lefèvre, Les Merveilles de l’architecture, Paris, 4e éd., 1874, 352 p.
  • 7 On se reportera néanmoins à Sylvie Aubenas et Marc H. Smith, « La naissance de l’illustration phot (...)

6À la question sur l’antériorité – quel est le plus ancien livre illustré d’architecture ? – s’ajoutent de nombreux champs d’enquête plus généralement propres à l’histoire du livre. Sur les techniques de reproduction de l’image et la quantité de tirages quelles permettent. Sur les formats, depuis les plus importants que permet la progressive industrialisation de la fabrication du papier jusqu’au plus petit. Sur les prix, depuis l’ouvrage le plus coûteux jusqu’à celui qui se vend à bas prix à des fins d’éducation populaire : l’éditeur Hetzel republie dans une collection à prix réduit, la « Bibliothèque des professions industrielles, commerciales et agricoles », plusieurs Histoires de Viollet-le-Duc, dont l’Histoire d’un dessinateur, qui titre désormais Comment on devient dessinateur ; quant à Félix Narjoux, qui reprend a son compte la thématique des Histoires, il explore toute la gamme des coûts, depuis le livre à tranche dorée à la librairie Ch. Delagrave4 jusqu’au volume à bon marché5 (ill. 1 et ill. 2). Comment vendre à 2 francs vingt-cinq un ouvrage abondamment et correctement illustré, c’est ce à quoi s’emploie Édouard Charton, directeur de la bibliothèque des merveilles, dans les collections de laquelle on rencontre même un titre, Les Merveilles de l’architecture, qui, pour le prix susdit, offre toute l’histoire de l’architecture, des alignements de Carnac à l’Opéra de Charles Garnier6 (ill. 3 et 4). Une autre question reste pendante, celle des relations entre l’image et le texte : on attendait dans ce colloque une communication qui aurait permis de comprendre comment les techniques photographiques ont rendu possible le passage de la photographie hors-texte à l’in-texte, il n’a pas été possible de l’obtenir7.

Ill. 2 : Félix Narjoux, « Les gâcheurs de ciment », Histoire d'une ferme, Paris, 1882, p. 227, fig. 103. Cl. P. Chapuis.

  • 8 Voir plus haut.
  • 9 Roland Recht, op. cit., p. 103.

7L’historien de l’architecture est bien sûr, lui aussi, concerné par cette question de l’illustration de l’architecture dans le livre. A-t-il été suffisamment été mis en alerte sur le contenu des premiers livres imprimés ? Rien n’est moins évident. Mario Carpo8 paraît avoir été le premier à se demander quels architectes ont conçu l’idée pionnière de confier à l’imprimerie la diffusion de leurs théories. Hélas, se limitant aux productions de la Renaissance italienne et sur la base d’une chronologie incomplète, il déduit de ses observations que ce sont celles-ci qui ont été les premières à être portées sur les presses. Or il n’en est rien : un seul auteur, Angelo Politien, affirme que Leo Battista Alberti (1406-1472) réfléchissait avant sa mort à la publication de son De Re aedificatoria, et encore, sans illustrations tandis que, pratiquement à la même date (1487/88), Matthaus Roritzer (décédé vers 1492-1495) publie à Ratisbonne son Geometria Deutsch. En outre n’en est-il pas à son coup d’essai, puisqu’en 1486, il a déjà produit son Livret de la rectitude des pinacles, Büchlein von der Fialen Gerechtigkeit. Or, ces ouvrages initiateurs ne sont nullement le fait d’un architecte du Quattrocento, mais de l’un des derniers maîtres du gothique, et germanique de surcroît — l’un de ces vrais tedesci que les tenants de la Renaissance tiennent pour arriérés : le maître de l’œuvre de la cathédrale de Ratisbonne était non seulement architecte, mais éditeur et imprimeur9. Ce n’est pas un partisan de l’innovation par le retour à l’Antique qui a le premier expérimenté la nouvelle technique, mais l’un des derniers dépositaires de la tradition des Baumeister, peut-être soucieux de transmettre ce qui, bientôt, ne serait plus écouté dans les Bauhütten. En d’autres termes, on comprend combien il est périlleux de substituer à une chronologie précise des premiers livres imprimés et illustrés d’architecture quelques a priori idéologiques. Plus généralement, il serait important de mettre en évidence, de la fin du XVe siècle à nos jours, les auteurs et les théories qui ont été les premiers à se servir des innovations en matière d’impression de texte et d’image.

Ill. 4 : André Lefèvre, murailles de Carcassonne, dans Les Merveilles de l'architecture, Paris, 1re éd. 1865, p. 323. Cl. P. Chapuis.

Ill. 3 : André Lefèvre, la cathédrale de Bourges, ibid., p. 292. Cl. P. Chapuis.

Ill. 5 : Architettura di Andrea Palladio [...], 1741, page de titre. Cl. P. Chapuis.

  • 10 Ibid.
  • 11 Stephan Füssel, Helmut Rohlfing, Elmar Mittler éd., Gutenberg und seine Wirkung, Katalog zur Ausst (...)

8Ceci étant, il ne suffirait pas de dresser une liste bibliographique ; il faut encore analyser avec soin l’organisation matérielle des ouvrages. Pour en revenir à l’ouvrage de Matthäus Roritzer, dont quatre exemplaires seulement ont été conservés, on sait que l’exemplaire de la bibliothèque de Würzburg rassemble le Büchlein, le Geometria Deutsch (quatre feuillets) ainsi que deux feuillets sur la construction du globe10. Exposé à Göttingen à l’occasion de l’exposition Gutenberg und seine Wirkung11 l’ouvrage présentait au public de vastes planches dépliantes gravées sur bois venant s’insérer dans le texte. Une étude plus précise devrait permettre de déterminer si ce montage est d’origine ou non et si les trois autres exemplaires sont constitués de la même façon. Mais une telle étude de bibliographie matérielle ne vaut pas seulement pour l’ouvrage de Matthäus Roritzer : elle devrait également être entreprise pour les principales éditions d’architecture. Dans les pages qui suivent (v. notamment p. 102, n. 28 et 29), Georg German propose à cette fin une analyse des contraintes techniques auxquelles il faut faire face dans l’illustration des livres d’architecture du XVe au XVIIIe siècle.

  • 12 Architettura di Andrea Palladio Vicentino nella quale sono ridotte in compendio le Misure, e le Pr (...)

9L’étude des modalités selon lesquelles les images sont introduites dans l’ouvrage d’architecture permet, en outre, de comprendre quel rôle pédagogique lui est réservé. La planche gravée permet des vues comparatives : par exemple, de la proportion des ordres selon les différents auteurs. En vis-à-vis, un tableau dépliant peut donner les mensurations des différentes parties de la colonne selon qu'elle est dessinée par Vitruve, Vignole, Serlio, Scamozzo et Palladio. Ainsi le maximum d’informations est-il rassemblé dans le minimum de place, de façon que le lecteur n’ait pas à perdre du temps en s’égarant dans l’ouvrage12. Quand on saura que l’ouvrage en question, paru à Venise en 1741 (ill. 5), offre en vis-à-vis le texte italien et la traduction française, on comprendra à quel degré de commodité sont parvenus l’auteur et l’éditeur de ce texte bilingue.

Ill. 6 : Jean-Nicolas-Louis Durand, « Maisons de ville, palais de justice », dans Recueil et parallèle des édifices anciens et modernes, remarquables par leur beauté, leur grandeur, etc., Paris, 1800, 86 pl. Cl. P. Chapuis.

  • 13 Voir Anthony Vidler, L’Espace des Lumières. Architecture et philosophie de Ledoux à Fourier, Paris (...)
  • 14 Paris, 1811-1823.

10Vingt ans plus tard (1764), Julien-David Le Roy explore plus avant les possibilités panoptiques qu’offre la grande planche gravée dans son Histoire de la disposition et des formes différentes que les chrétiens ont données à leurs temples13. Puis, Jean-Nicolas-Louis Durand va plus loin encore dans le cours d’architecture qu’il publie entre 1799 et 1801 en classant par type sur une même feuille des monuments d’architecture qu’il présente à une échelle identique de façon à faciliter les comparaisons (ill. 6). Séroux d’Agnincourt, enfin, retiendra la leçon dans son Histoire de l’art par les monuments depuis sa décadence au IV siècle jusqu’à son renouvellement au XVIe siècle14.

  • 15 Voir la traduction française de Claude Massu, Le Style international, Marseille, Parenthèses, 2001 (...)

11Le même Séroux d’Agincourt apporte une innovation personne, qu’on apprécie tout particulièrement dans la planche qu’il consacre aux « Principaux monuments de l’architecture dite gothique, élevés dans les diverses contrées de l’Europe aux XIVe et XVe siècles, époque la plus brillante de ce système » : il juxtapose des dessins en deux dimensions, plan, coupe, élévation à des représentations en perspective axonométrique. Viollet-le-Duc va plus beaucoup loin dans le Dictionnaire raisonné d’architecture pour faire mieux comprendre au lecteur les caractéristiques de l’organisation spatiale. Il innove encore en produisant des vues en écorché destinées à faire comprendre l’agencement de la construction. Auguste Choisy, lointain successeur de Durand à la chaire d’architecture de l’École polytechnique, retiendra la leçon dans son Histoire de l’architecture (1899). Cette longue histoire du rapport image/texte se poursuit au XXe siècle, avec des avancées, mais aussi avec ce qui pourrait passer pour des régressions. Claude Massu fait ainsi remarquer que, loin d’être mise en rapport avec le texte, l’illustration de The International Style de H.-R. Hitchcock et P. Johnson (1932) est rejetée en fin de volume. Le côté rudimentaire du procédé frappe d’autant plus que rien n’a été laissé au hasard dans l’angle de vue et le cadrage des photographies15.

Ill. 7 : abbé Bulteau, « Cathédrale de Chartres », dans Description de la cathédrale de Chartres [...], Chartres-Paris, 1850, 320 p., pl. hors texte. Cl. P. Chapuis.

Ill. 8 : Callet père, « Porte d’entrée du château d’Écouen », dans Notice historique sur la vie artistique et les ouvrages de quelques architectes français du seizième siècle, Paris, 1842, 127 p., p. 2. Cl. P. Chapuis.

  • 16 Paris, éditions Balland, 1993, 225 p.

12Ce n’est pas seulement par le contenu ni par la présentation de l’image que l’historien de l’architecture est intéressé, mais par les différents types de livres que l’édition produit. Depuis le traité théorique de la Renaissance jusqu’aux mémoires d’architecte, tel le Niemeyer par lui même. L’architecte de Brasilia parle à Édouard Bailby16, leur diversité est considérable : Ariane Boltanski analyse les architectures éphémères ponctuant l'entrée de Henri III à Mantoue ; Volker Hoffmann s’attache à dresser la liste des ouvrages monographiques parus pendant les années 1540-1740 ; Béatrice Bouvier entreprend de recenser les différents types de publication que le XIXe siècle a produits, depuis la notice archéologique (ill. 7) et l’ouvrage thématique (ill. 8) jusqu’à la monographie d’édifice (ill. 9) ; Matthias Noell présente le livre d’architecture paru dans les années 1920 en langue allemande. À ce vaste ensemble, on pourrait ajouter les porte-folios, ouvrages d’architecture sans texte, dont le format va de l’in-octavo à l’in-folio, rassemblant tantôt des représentations d’architecture sur des thèmes donnés (maisons rurales, villas balnéaires, immeubles urbains, etc.), tantôt une iconographie sur un patrimoine architectural (châteaux, églises), tantôt une documentation sur les arts décoratifs des styles historiques dont la vocation est d’être utilisée dans le cadre d’un projet.

Ill. 9 : Théodore Ballu, façade absidiale de la Trinité, dans Monographie de l'église de la Sainte Trinité construite par la Ville de Paris, 1868, 20 pl., p. 7. Cl. P. Chapuis.

  • 17 Sur le musée d’architecture, voir Werner Szambien, Le Musée d’architecture, Paris, Picard, 1988, 1 (...)

13De cette énorme quantité d’images et de texte que l’édition a produite depuis le temps de l’imprimerie, qu’est-il résulté, hormis un approfondissement de la formation des professionnels ? C’est un pan tout entier de l’histoire de la culture occidentale qui se révèle par ce biais. Caroline Jeanjean-Becker montre à partir d’une analyse des livres de voyages pittoresques produits dans trois pays d’Europe pendant les années 1770-1850 combien le goût évolue, le champ du rêve se déplace, le jugement architectural s’affine. François Dupuigrenet-Desroussilles et Vanessa Selbach commentent les représentations du temple de Jérusalem, édifice d'autant plus fascinant pour les imaginations médiévales et modernes que ses dimensions en ont été prescrites, selon la Bible, par Yahvé lui-même et que sa destruction symbolise alors le passage de l’ancienne à la nouvelle Loi. Le Temple, version sacrée du « Beau » idéal, pendant judaïque de l’architecture grecque, connaît, à l’époque tridentine du Revival vétéro-testamentaire, des restitutions nombreuses et variées où le romanesque se substitue au peu de connaissances archéologiques dont on dispose. Ainsi, le livre d'architecture contribue à alimenter le catalogue du musée imaginaire de l’artiste comme de l’amateur17 : encombrante et fragile, la maquette cède le pas à l’estampe, puis à la photographie. Les remarques de Walter Benjamin sur le statut de « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproduction mécanisée » (1936) permettent d’éclairer la question : la reproduction, dit-il, ne permet pas seulement la duplication de l’œuvre, elle en facilite aussi la connaissance et peut-être même la délectation par le processus de miniaturisation qu'elle suscite. Le coup d'œil n’est pas le même selon qu’on se trouve devant le monument qui en impose à l’échelle humaine, ou selon que cette construction réduite au format d’une page tient dans la main ou sur la table du spectateur transformé en lecteur. Désormais, ce lecteur peut prendre connaissance sans le moindre effort physique du plus infime détail dès lors qu’il se trouve reproduit, sans guère d'effort intellectuel non plus si le dessinateur en a facilité l’interprétation par le truchement de son crayon. En sortant l’édifice de son contexte environnemental, le livre d'architecture en facilite l’accès, mais aussi le trahit par excès d’abstraction.

  • 18 Voir mon livre : Jean-Baptiste Lassus (1807-1857) ou le temps retrouvé des cathédrales, Paris-Genè (...)

14Face à la puissance dont le livre témoigne dans l’évocation de l’architecture, on comprend que les architectes eux-mêmes se soient pour certains attaché à en composer. Tantôt, par intérêt pour les techniques de reproduction : Jean-Baptiste Lassus18, par exemple, est chargé de coordonner une édition de l’Imitation de Jésus-Christ destinée à figurer au nom de l’Imprimerie impériale à l’Exposition universelle de 1855. Entouré d’une équipe d’artistes parmi lesquels figurent Dauzats, Steinheil, Toudouze et Gaucherel, l’architecte utilise toutes les nouveautés techniques de l’époque, galvano-plastie pour la fabrication des caractères, impression en or et en couleur. Cet ouvrage expérimental vise à mettre au point des procédés mécaniques de reproduction de manuscrits et d’enluminures du Moyen Âge et des collections orientales de la Bibliothèque.

  • 19 Daniel Le Couédic, Les Architectes et l’idée bretonne, 1904-1945, Société d’histoire et d’archéolo (...)

15Plus fréquemment, c’est en tant qu’il peut véhiculer ses propres idées que l’architecte entreprend de concevoir un livre. Dans ce cas, le texte, l’image, la mise en page, le dessin et la typographique, tout concourt, comme dans une « œuvre d’art » en modèle réduit, à produire un discours : l’auteur se fait à la fois illustrateur, typographe et maquettiste, sinon relieur et éditeur. Dans un genre bibliographique dont on pourrait mesurer l’importance quantitative, distinguons les Murs et toits pour Les pays de chez-nous de Charles Letrosne (1868-1939), architecte des bâtiments civils et palais nationaux (ill. 10). En trois volumes, l’ouvrage est édité entre 1923 et 1926 chez Daniel Niestlé, à Paris, 5, rue de Vienne. Tout a été étudié dans le moindre détail : le format à l’italienne qui permet à l’image de se produire en parallèle au texte ; le cartonnage pleine toile, formant portefeuille, marbré d’or et de noir et fermé par des cordons tressés ; la reliure des feuillets, réunis par une couture à extrémités d’or ; la qualité du vélin d’Arches filigrané ; les caractères typographiques (ill. 11), tous en capitales, probablement fondus pour la circonstance ; le choix de l’encre, tantôt noire, tantôt couleur tuile ; le dessin des lettrines, vignettes (ill. 12) et culs-de-lampe (ill. 17). Et surtout l'organisation de l’illustration : des photogravures rapportées par collage en pleine page et encadrées par un filet d’encre reproduisent des vues aquarellées de bâtiments en perspective aérienne (ill. 13) ; des dessins en géométral (plans de situation et des différents niveaux, élévations) sont légendés à l’encre couleur tuile et commentés à l’encre noire (ill. 14 et 15). Cet extraordinaire travail résulte, bien sur, d’un travail en équipe : Letrosne cite deux noms seulement, Rigateaux et Mayor, sans indiquer la part qui revient à chacun. Il suscita lors de sa parution un émerveillement enthousiaste, reléguant, écrit Daniel Le Couédic19, les habituels albums in-folio « au rang médiocre des brochures de propagande ».

Ill. 10 : Charles Letrosne, page de titre, Murs et toits pour les pays de chez nous, t. I, Paris, 1923, 243 p. Cl. P. Chapuis.

Ill. 11 : Charles Letrosne, avertissement au lecteur, ibid. Cl. P. Chapuis.

Ill. 12 : Charles Letrosne, en-tête du premier chapitre, ibid. Cl. P. Chapuis.

Ill. 13 : Charles Letrosne, « Petite mairie en Artois », ibid., p. 33. Cl. P. Chapuis.

  • 20 192 p.

16Plus austères, les ouvrages de Le Corbusier, qu’étudie Catherine De Smet, ne sont pas moins prodigieux d’inventivité. Dans une œuvre considérable, on choisira Les Plans Le Corbusier de Paris. 1956-1922, paru aux éditions de Minuit en 195620. L’architecte, à cette date, a depuis longtemps expérimenté l’intérêt du format à l’italienne et les séductions de la reproduction de l’écriture manuscrite : en terme de livre, c’est ailleurs que réside la nouveauté du propos. Tout d’abord, dans le choix d’une chronologie régressive : Le Corbusier prétend expliquer la conception qu’il se fait de 1 aménagement de Paris au moment où le livre paraît par l’exposé « à rebours » de sa réflexion ; du moins, telle est l’ambition qu’il exprime par le choix de ces deux dates, 1956-1922. Il se montre, en réalité, rarement fidèle à cette initiale rigueur téléologique destinée à accentuer la vigueur du propos mais, pour garantir le caractère de manifeste qu’il entend lui donner, il met en œuvre une deuxième nouveauté, de l’ordre de l’impression cette fois. Le passage à l’encre verte de certaines phrases donne un fil conducteur, comme pour souligner à l’usage du lecteur les étapes importantes du discours de l’auteur : la « piste verte », comme il l’appelle, contribue à affirmer les permanences et les cohérences de la réflexion de le Corbusier sur l'aménagement de la capitale. Le choix de la couleur n’est évidemment pas indifférent : il renvoie au discours sur la « ville verte », à son projet hygiéniste, à sa conception des relations entre nature et architecture. L’ouvrage s’achève quasiment (p. 190) par une photographie représentant l’architecte en train d’écrire ; une légende ; « Le Corbusier comme auteur » ; un texte en caractères manuscrits : « Que de lignes écrites ! À chaque jour sa peine, à chaque an sa récolte. » suivi lui-même de sept lignes de points de suspension. Une grosse tache verte recouvre ce texte et aussi les points de suspension, comme une sorte de post-scriptum à la « fin de la piste verte » annoncée p. 186.

Ill. 14 : Charles Letrosne, plans d’une « petite mairie en Artois », ibid., p. 29. Cl. P. Chapuis.

Ill. 15 : Charles Letrosne, élévations d’une « petite mairie en Artois », ibid., p. 31. Cl. P. Chapuis.

Ill. 16 : Gustave Umbdenstock, École polytechnique. Cours d’architecture, Paris, 1930, 2 vol. , page de couverture. Cl. P. Chapuis.

  • 21 Oscar Niemeyer, Les Courbes du temps [prem. éd. sous le titre Memorias, 1997], trad. française, Pa (...)

17Par leur inventivité dans la mise en page et, plus généralement dans le domaine des arts du livre, les livres d’architectes, de Letrosne, Le Corbusier ou d’autres (ill. 17), ne doivent pas être perçus simplement comme de beaux livres ainsi que les prix du marché pourraient le confirmer, mais compris au premier chef comme l’expression d’une pensée, d’une pensée qui ne s’exprime pas seulement sur le registre de l’écriture, mais du dessin, de l’image, de la mise en page, de la typographie. À ce stade, rien n’est gratuit, et surtout pas les arabesques des femmes nues sur la plage qui, à l’instar de la piste verte de son modèle et rival, scandent les pages des mémoires d’Oscar Niemeyer, Les Courbes du temps21.

  • 22 Voir mon Jean-Baptiste Lassus, op. cit., p. 29-34.
  • 23 Laurent Baridon, L’Imaginaire scientifique de Viollet-le-Duc, Paris, L’Harmattan, 1996, 293 p., p. (...)
  • 24 Sur la photographie d’architectes sur fond de bibliothèque au XIXe siècle, voir Les dossiers du mu (...)

18Les bibliothèques d’architecture forment le troisième thème de ces journées d’études. En premier lieu, celles des architectes eux-mêmes : elles ont été rarement étudiées jusqu’à présent. On peut en connaître le contenu par les catalogues dressés à l’occasion des ventes aux enchères, mais aussi par les inventaires après décès qui auraient pu être établis à l’occasion des successions. Ces derniers sont, toutefois, beaucoup moins précis que ceux-là. C’est ce qu’Annie Charon a pu observer en comparant le catalogue de la vente de la bibliothèque de Soufflot avec l’inventaire dressé après sa mort. Quelques-uns de ces catalogues possèdent une réputation solide : c’est le cas de celui de la bibliothèque de Jean-Baptiste Lassus. Il comportait 771 numéros, rassemblait de rares ouvrages d’architecture et d’archéologie et s’honorait d’une préface de Viollet-le-Duc qui en vantait l’importance22. Pour sa part, le catalogue de la propre bibliothèque de Viollet-le-Duc comptait 2 242 numéros, dont 780 sur les beaux-arts et les arts décoratifs, 479 ouvrages d’histoire, 437 de littérature, 180 touchant les sciences et 165, les religions23. Il conviendra de s’interroger, lorsqu’on disposera d’un corpus suffisant de catalogues, sur la signification d'une bibliothèque d’architecte, comme acte culturel, comme comportement sociologique24, comme outil de connaissance enfin.

  • 25 Frédéric Seitz, L’École spéciale d’architecture. 1865-1930, Paris, Picard, 1995, 200 p.
  • 26 Op. cit.

19Les bibliothèques d’institutions constituent un deuxième champ d’observations. Fabienne Doulat et Christine Auzanneau ont entrepris de rendre compte de la constitution et de l’organisation du fonds d’architecture de la bibliothèque de l’École des beaux-arts, puis d’apprécier en quoi les élèves architectes se distinguaient de leurs condisciples dans l’usage qu’ils en faisaient. Noémie Lesquins tend à corriger ce point de vue en soulignant l’importance des bibliothèques d’atelier, dont l’enrichissement et la gestion restaient distincts de la bibliothèque de l’École. Encore faut-il pour cela connaître le contenu de ces bibliothèques d’atelier, le plus souvent ruinées et dispersées après 1968. Elle propose, à titre d’exemple, la restitution comme par anastylose du catalogue de celle de l’atelier Pontrémoli et s’attache à en comprendre l’usage à partir de l’état matériel dans lequel se présentent aujourd’hui les épaves qui en subsistent. De son côté, Nadine Gastaldi s’interroge sur le fond d’architecture de la bibliothèque de l’administration des cultes, laquelle gérait à l’époque concordataire les cathédrales et autres édifices diocésains et s’entourait d’inspecteurs généraux aussi prestigieux que Viollet-le-Duc, Labrouste, Léonce Reynaud, Abadie et Vaudremer. Cette bibliothèque a été, en principe, transportée aux Archives nationales après la Séparation des Églises et de l’État : l’architecture paraît y avoir été le parent pauvre. Jean-Daniel Pariset, enfin, analyse le contenu de la bibliothèque de la commission des Monuments historiques ; dans quelle mesure reflète-t-elle la politique de classement et la pratique de restauration qui ont été mises en œuvre depuis Guizot jusqu’à la première guerre mondiale ? Ce panorama des bibliothèques devrait pouvoir être complété par l’analyse de la bibliothèque de l’école spéciale d’architecture. Elle n’a pas été étudiée par l’historiographe de l’École25 mais on peut se rapporter à la thèse de Béatrice Bouvier : on y trouve des indications sur le noyau fondateur qui résulte d’un legs des éditeurs Auguste-Jean Morel, Noblet et Baudry ainsi que sur son premier bibliothécaire, l’architecte Pierre Chabat26.

  • 27 Béatrice Bouvier, op. cit.

20Reste enfin à apprécier la percée du livre français d’architecture à l’étranger. Sur ce vaste sujet, et pour le XIXe siècle, Anne Liskenne-Georgeon donne un premier aperçu à propos des bibliothèques publiques et privés en Allemagne et en Autriche-Hongrie. On savait déjà que Morel27 faisait montre sous le Second Empire d’une active politique à l’exportation, notamment en direction des pays de langue germanique. Sous l’angle qui est le sien, Anne Liskenne-Georgeon confirme le propos : ce n’est pas seulement par la réussite de l’enseignement à l’École des beaux-arts que l’architecture française est alors connue à l’étranger, ni par les mérites des constructions, c’est aussi par la qualité de ses publications imprimées et par le dynamisme des éditeurs.

21Il reste beaucoup à dire sur le livre d’architecture. Encore plus, à faire : constituer un corpus bibliographique, élargir les chronologies, affiner les problématiques. Déjà présent en 2000 au colloque sur les périodiques dont ces deux journées internationales d’études constituent la suite et le pendant, Jean-Yves Mollier a accepté de dresser patiemment la liste de ce qu’il faudrait entreprendre et de faire part de ses suggestions d’historien du livre et de l’édition. Qu’il en soit remercié : il nous aide à désenclaver l’histoire de l’architecture et à la sortir des ornières dans lesquelles l’ont embourbée de vains débats sur la forme.

Ill. 17 : Charles Letrosne, cul-de-lampe après la préface de Léandre Vaillat, ibid. Cl. P. Chapuis.

Notes

1 Jean Guillaume éd., Les Traités d’architecture de la Renaissance. Actes du colloque tenu à Tours du 1er au 11 juillet 1981, Paris, Picard, 1988. Il faudrait pouvoir ajouter à cette publication les communications d’un colloque tenu à Lyon sur les éditions de Serlio dont on attend toujours les actes. Côté italien, citons les travaux de Mario Carpo et particulièrement L'Architettura dell’età della Stampa. Oralità, scrittura, libro stampato e riproduzione meccanica dell'immagine nelle storia delle teorie architectonique, Milan, Jaca Book, 1998 ; traduit en américain sous le titre : Architecture in the Age of Printing, MIT, 2000, 246 p.

2 Béatrice Bouvier, L’Édition d’architecture au XIXe siècle à Paris : la presse architecturale et les maisons Bance et Morel, Genève, Droz, 2002, 608 p.-58 pl.

3 Roland Recht, Le Dessin d’architecture, Paris, Adam Biro, 1995, 155 p., p. 119.

4 Histoire d’une ferme, Paris, librairie Ch. Delagrave, 1882, 306 p.

5 Histoire d’un pont, Paris, librairie Hachette, bibliothèque des Merveilles, 1ère éd. 1865, 1884, 282 p.

6 André Lefèvre, Les Merveilles de l’architecture, Paris, 4e éd., 1874, 352 p.

7 On se reportera néanmoins à Sylvie Aubenas et Marc H. Smith, « La naissance de l’illustration photographique dans le livre d’art : Jules Labarte et l'Histoire des arts industriels (1847-1875) », Bibliothèque de l’école des chartes, Textes imprimés et Images (XVe-XXe siècles), t. 158, 2000, p. 169-196.

8 Voir plus haut.

9 Roland Recht, op. cit., p. 103.

10 Ibid.

11 Stephan Füssel, Helmut Rohlfing, Elmar Mittler éd., Gutenberg und seine Wirkung, Katalog zur Ausstellung der Niedersäschische Staats-und Universitätsbibliothek Göttingen, Francfort sur le Main et Leipzig, Insel Verlag, 1999, 272 p.

12 Architettura di Andrea Palladio Vicentino nella quale sono ridotte in compendio le Misure, e le Proporzioni delli Cinque Ordini di Archittura dal medesimo insegnate, ed anche da molti altri Autori, e traite da Fabbriche Antiche, raccolte, e date in luce dall’architetto N. N. di Vicenza e con la traduzione francese, Venise, Angiolo Pasinelli, 1741, 173 p.

13 Voir Anthony Vidler, L’Espace des Lumières. Architecture et philosophie de Ledoux à Fourier, Paris, Picard, 1995, 325 p., p. 100-124.

14 Paris, 1811-1823.

15 Voir la traduction française de Claude Massu, Le Style international, Marseille, Parenthèses, 2001, 173 p. Voir aussi Paolo Scrivano, Storia di un’idea di architettura moderna. Henry-Russel Hitchcock e l’International Style, Milan, éd. Franco Angeli, 2001, 218 p.

16 Paris, éditions Balland, 1993, 225 p.

17 Sur le musée d’architecture, voir Werner Szambien, Le Musée d’architecture, Paris, Picard, 1988, 188 p.

18 Voir mon livre : Jean-Baptiste Lassus (1807-1857) ou le temps retrouvé des cathédrales, Paris-Genève, Flammarion. Droz, 1980, 296 p. et 97 pl., p. 182-183.

19 Daniel Le Couédic, Les Architectes et l’idée bretonne, 1904-1945, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, Archives modernes d’architecture de Bretagne, 1995, 912 p., p. 332-338.

20 192 p.

21 Oscar Niemeyer, Les Courbes du temps [prem. éd. sous le titre Memorias, 1997], trad. française, Paris, éd. Gallimard, 1999, 215 p.

22 Voir mon Jean-Baptiste Lassus, op. cit., p. 29-34.

23 Laurent Baridon, L’Imaginaire scientifique de Viollet-le-Duc, Paris, L’Harmattan, 1996, 293 p., p. 67-77.

24 Sur la photographie d’architectes sur fond de bibliothèque au XIXe siècle, voir Les dossiers du musée d’Orsay, n° 3, La Carrière de l’architecte, Paris, RMN, 1986, 72 p.

25 Frédéric Seitz, L’École spéciale d’architecture. 1865-1930, Paris, Picard, 1995, 200 p.

26 Op. cit.

27 Béatrice Bouvier, op. cit.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : Félix Narjoux, « Le pont couvert », Histoire d’un pont, Paris, 1884, p. 144. Cl. P. Chapuis.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1117/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Ill. 2 : Félix Narjoux, « Les gâcheurs de ciment », Histoire d'une ferme, Paris, 1882, p. 227, fig. 103. Cl. P. Chapuis.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1117/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Ill. 4 : André Lefèvre, murailles de Carcassonne, dans Les Merveilles de l'architecture, Paris, 1re éd. 1865, p. 323. Cl. P. Chapuis.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1117/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Ill. 3 : André Lefèvre, la cathédrale de Bourges, ibid., p. 292. Cl. P. Chapuis.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1117/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Ill. 5 : Architettura di Andrea Palladio [...], 1741, page de titre. Cl. P. Chapuis.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1117/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Ill. 6 : Jean-Nicolas-Louis Durand, « Maisons de ville, palais de justice », dans Recueil et parallèle des édifices anciens et modernes, remarquables par leur beauté, leur grandeur, etc., Paris, 1800, 86 pl. Cl. P. Chapuis.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1117/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Ill. 7 : abbé Bulteau, « Cathédrale de Chartres », dans Description de la cathédrale de Chartres [...], Chartres-Paris, 1850, 320 p., pl. hors texte. Cl. P. Chapuis.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1117/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Ill. 8 : Callet père, « Porte d’entrée du château d’Écouen », dans Notice historique sur la vie artistique et les ouvrages de quelques architectes français du seizième siècle, Paris, 1842, 127 p., p. 2. Cl. P. Chapuis.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1117/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Ill. 9 : Théodore Ballu, façade absidiale de la Trinité, dans Monographie de l'église de la Sainte Trinité construite par la Ville de Paris, 1868, 20 pl., p. 7. Cl. P. Chapuis.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1117/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Ill. 10 : Charles Letrosne, page de titre, Murs et toits pour les pays de chez nous, t. I, Paris, 1923, 243 p. Cl. P. Chapuis.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1117/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Ill. 11 : Charles Letrosne, avertissement au lecteur, ibid. Cl. P. Chapuis.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1117/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Ill. 12 : Charles Letrosne, en-tête du premier chapitre, ibid. Cl. P. Chapuis.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1117/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Ill. 13 : Charles Letrosne, « Petite mairie en Artois », ibid., p. 33. Cl. P. Chapuis.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1117/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Ill. 14 : Charles Letrosne, plans d’une « petite mairie en Artois », ibid., p. 29. Cl. P. Chapuis.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1117/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Ill. 15 : Charles Letrosne, élévations d’une « petite mairie en Artois », ibid., p. 31. Cl. P. Chapuis.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1117/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Ill. 16 : Gustave Umbdenstock, École polytechnique. Cours d’architecture, Paris, 1930, 2 vol. , page de couverture. Cl. P. Chapuis.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1117/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Ill. 17 : Charles Letrosne, cul-de-lampe après la préface de Léandre Vaillat, ibid. Cl. P. Chapuis.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1117/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search