Version classiqueVersion mobile

Philologie et subjectivité

 | 
Dominique de Courcelles

Autonomie de la pensée et stratégie du moi philologique

Autour du De conscribendis d’Érasme et de la Declamation des louenges de mariage procurée par Louis de Berquin

Viviane Mellinghoff-Bourgerie

Texte intégral

  • 1 Cf. M. Fumaroli, L’âge de l’éloquence. Rhétorique et « res literaria » de la Renaissance au seuil (...)
  • 2 Cf. Cl.-G. Dubois, « L’individu comme moteur historiographique : formes de la biographie dans la p (...)
  • 3 Ibid., p. 101.

1S’il est vrai que la subjectivité travaille de l’intérieur la philologie de la Renaissance européenne, de quelle forme de subjectivité s’agit-il en l’occurrence ? Des phénomènes complexes, voire divergents, se cachent sous l’ampleur du concept. Emergence de la philologie, en tant que discipline s’affirmant dans sa différence ? Ou bien émergence du sujet philologue, se faisant auteur — un terme encore mal établi, au sens moderne, et peu prisé jusqu’en plein XVIIe siècle, si l’on en croit Marc Fumaroli.1 Affirmation par le philologue d’idées dites subjectives parce que ce dernier se libère des opinions reçues, cependant que sa philologie se définit, au contraire, par la rigueur de ses critères objectifs ? Ou bien subjectivité du philologue qui, faisant fi de tout principe objectif, tend à imposer comme absolues des prises de position individuelles. Paradoxalement, il peut arriver que ces divers phénomènes se combinent et s’interpénètrent dans la concomitance. Claude-Gilbert Dubois l’a souligné pour la période 1560-1600 : l’individualisation peut aller de pair avec l’insertion dans de nouvelles structures symboliques et sociales.2 Et si son bilan a été établi en fonction d’un genre er d’une période déterminés, il aboutit à des conclusions de portée générale dont la validité dépasse le cadre générique et chronologique avisé : « Cultiver sa différence n’est pas forcément nier son intégration à un modèle collectif. C’est l’investir dans l’humanité ».3 Cette phrase, formulée dans un contexte qui s’applique aux Essais de Montaigne, ne vaut-elle pas aussi pour plus d’un texte sorti de la plume d’Érasme ?

2En présentant ici l’Encomium matrimonii qui fut inséré par Érasme dans son De conscribendis epistolis de 1522 comme modèle de suasoire épistolaire, face à la traduction qu’en proposa Louis de Berquin, trois ans plus tard, sous le titre de Declamation des louenges de mariage, nous ne ferons qu’entamer le débat, en laissant au lecteur le soin de juger dans quelle mesure le cas-limite d’un texte dupliqué, remontant aux années 1519-1525, peut avoir une valeur exemplaire pour le thème de cette Journée. Ce faisant, on remettra d’abord en mémoire quelques faits historiques et littéraires dont la connaissance est nécessaire pour comprendre l’enjeu d’un texte dont la stratégie rhétorique ouvre la voie à l’autonomie des deux instances du moi philologique, considéré en ses fonctions de destinateur et de destinataire.

  • 4 Pour la datation, se reporter à l’introduction de La Farce des théologastres, Genève (TLF 366), 19 (...)

3Dans la Farce des théologastres, qui fut sans doute écrite en 1527, entre le second et le troisième procès qu’intenta le Parlement de Paris à Louis de Berquin sur initiative de la Sorbonne,4 on trouve le dialogue suivant, entre Fratres, les suppôts des Théologastres, et Foy, qui est malade de la colique :

  • 5 La Farce des théologastres, éd. cit., p. 58-59, w. 47-53.

Quel mal avez vous ? — Sorbonique.
De Sorbonne ? — Voyre. — Comment ?
Par une forme d’argument,
De cas mis sus, d’opinïons,
De gloses, de conclusïons.
Il m’y fault trouver medecine.
Où prinse ? — Où Raison domine.5

  • 6 Ibid., p. 70, vv. 130-133.
  • 7 Ibid., p. 22.

4Raison est le quatrième personnage de la pièce. Il arrive bientôt accompagné de Texte, dont Foy espère qu’il lui apportera la guérison. Mais Texte est lui-même fort mal en point : « Je suis lapidé à oultrance,/ J’ay esté tant esgratigné, /Tourné, retourné, graphiné,/ Jamais ne veis telle saison ».6 Comme l’indique Claude Longeon, c’est la première fois qu’une allégorie du texte apparaît dans une pièce de théâtre française.7 C’est aussi la première fois que, par une sorte de mise en abyme perverse, le personnage allégorique — dont l’état est pitoyable — met en cause le statut même qui lui assure son identité scénique :

  • 8 Ibid., p. 101, vv. 397-401.

Certes ilz m’ont faict si tres fade,
Anagogie, tropologie,
Puis apres allegorie,
Que suis d’eulx tellement parti
Que ne sçay plus en quel parti
Me fauldra maintenant tenir.8

  • 9 Ibid., p. 106, vv. 472-475.
  • 10 Ibid., p. 105, w. 461-463.
  • 11 Sur le « polymorphisme » de Mercure à la Renaissance, évoqué dans ce contexte par Cl. Longeon, ibi (...)

5Les théologastres sont désignés comme les fauteurs de ces misères textuelles dans la mesure où ils ignorent autant Raison qu’ils méprisent Texte : « Ilz n’ont que faire de Raison./ Ilz ont grant tas de gergon :/Thomas dicit, Occam dicit ;/Mais de dire : le Texte dit,/Il n’en est point mention. ».9 C’est un dens ex machina qui devra rendre la santé à Foy et remettre en bon état le Texte « embrouillé,/Gratiné, noircy, enrumé ».10 Mercure, bien sûr, l’Hermès de l’herméneutique ; mais ce Mercure n’est plus, comme on aurait pu s’y attendre, un dieu mythique.11 Évoqué auparavant comme Mercure d’Allemaigne, il porte un nom bien précis, propre à provoquer l’effroi des théologastres :

  • 12 La Farce des théologastres, éd. cit., p. 107-108, vv. 487-495.

Qui estes vous ? Qu’on le nous die.
Je suis Berquin. — Luthérien !
Nenni non, je suis chrestien [...]
J’ay tousjours avec moy raison
Et ne use point de desrayson
A personne. — Erasme et toy,
Fabri, Luther en bonne foy
N’estes que garçons heretiques.12

6L’accusation d’hérésie n’est pas inattendue. Elle planait dès la troisième scène, dans laquelle Raison avait prévenu le spectateur des manigances des « méchants » :

  • 13 Ibid., p. 76-77, v. 179-186.

Le seigneur de Berquin
Il leur esposoit le latin De Erasme qu’ilz n’entendent point.
Mais ilz le mirent par ung point
En prison et par voye oblicque
Le cuiderent dire heretique
Sans montrer erreur ne raison
Pourquoy, qui est grant desraison.13

  • 14 Pour la carrière mouvementée de Louis de Berquin, se reporter à l’article de Gordon Griffiths, in  (...)
  • 15 Ces textes — les seuls qui ont échappé au feu, à côté de la Farce des théologastres (qu’on soupçon (...)

7Lors de la perquisition effectuée au domicile du chevalier de Berquin en son absence, au cours du printemps de 1525,14 on avait en effet saisi des manuscrits intitulés Declamation des louanges de mariage, Brefve admonition de la maniere de prier, Symbole des Apostres, La Complainte de la Paix — des titres qui trahissaient tous un substrat érasmien.15

  • 16 Excerpsit quaedam e meis et admiscuit suas additiones, quae nihil ad me pertinent (cit. d’ap. l’éd (...)
  • 17 F.M. Higman, Censorship and the Sorbonne. A bibliographical study of books in French censured by t (...)

8Dans la moitié des cas, pourtant, ces titres étaient volontairement confus : ils ne correspondaient pas aux ouvrages d’Érasme semblablement intitulés mais ils couvraient plutôt une compilation subtile, renvoyant à la fois à des textes de Farel et de Luther et à des écrits d’Érasme dénommés différemment en latin. Margaret Mann a pu démontrer que c’est à juste titre qu’Érasme remarquait dans sa lettre du 13 mars 1626, adressée à Noël Béda, que Berquin avait mêlé à ses extraits des ouvrages érasmiens des additions personnelles étrangères à ceux-ci,16 cependant que Francis Higman a reproduit la liste des ouvrages d’inspiration luthérienne (sous forme d’imprimés originaux ou de traductions manuscrites) qu’on devait saisir successivement chez l’humaniste français.17

  • 18 Rappelons que c’est à Bérauld — qui avait hébergé en 1506, à Orléans, Érasme alors en route vers l (...)
  • 19 Sur la protection apportée par la princesse à Louis de Berquin, se reporter aux lettres adressées (...)
  • 20 Pour les activités de cet éditeur, se reporter à A. Tricard, « La propagande évangélique en France (...)

9Bien que Louis de Berquin eût d’incontestables talents littéraires et que sa formation humaniste, dans le sillon de Nicolas Bérauld et de Josse Bade,18 eussent fait de lui un traducteur en vue à la Cour de François Ier et de Marguerite d’Angoulême, de telles compositions n’en présentaient pas moins des risques.19 Et, même si Berquin avait une réputation suffisamment établie, en tant que dédicataire des éditions béraldiennes du Muscae Encomium de Lucien et des Convivia de Philelphe et co-dédicataire des œuvres de Politien, dues à Josse Bade (qui avait dédié son premier volume audit Bérauld), les risques ne firent qu’augmenter lorsque, transgressant l’interdiction d’imprimer qui avait suivi la censure des écrits en question par la Faculté de Théologie, Berquin fit néanmoins imprimer les traductions incriminées chez Simon Du Bois.20

  • 21 La page de titre est reproduite en fac-similé dans l’édition Telle, TF 113.
  • 22 Dans sa lettre à Jean Vergara du 2 septembre 1527, Érasme désigne d’ailleurs Berquin comme eruditu (...)
  • 23 Se reporter, pour l’ensemble de la question, aux introductions de Jean-Claude Margolin placées à l (...)

10C’est sur l’un de ces petits livres en caractères gothiques, la Declamation des louanges de mariage : par Erasme de Roterdam docteur en theologie reduict de latin en français, paru au cours de l’automne 1525 sans autres références,21 que notre attention se portera exclusivement. Il s’agit là d’une traduction qui, tout autant que celle de La Complainte de la Paix, est fidèle et correcte. Elle ne contient ni contresens, ni interpolations arbitraires.22 Les quelques libertés prises par le traducteur face à l’hypotexte sont aussi bénignes que plausibles. En revanche, Berquin ayant pris pour base de travail l’édition princeps de la Declamatio in genere suasorio de laude matrimonii éditée à Louvain par Martens en mars 1518, le choix de l’hypotexte donne à réfléchir — nous aurons à y revenir. En latin, le titre du texte érasmien restait protéiforme : le même éditeur propose celui de Declamatio exhortatoria ad matrimonium dans sa réédition du mois d’août ; mais l’édition de Bâle, imprimée par Froben au début de l’automne, adopte celui d’Encomium matrimonii, titre qui sera lui-même échangé contre celui d’Exemplum epistolae suasoriae lorsque le texte sera inséré sans grands changements dans la version autorisée du De conscribendis epistolis, en 1922.23

  • 24 ASD I-2, 400.
  • 25 Voir l’introduction de Percy S. Allen à la lettre-dédicatoire adressée à Robert Fisher (Ep. 71, t. (...)
  • 26 Se reporter à l’épître dédicatoire : Desiderius Erasmus Roterodamus Nicolao Beraldo s.d. (ASD I-2, (...)
  • 27 Propugnaculum, l. II, ch. 31-34 ; à compléter par l’introduction d’E.V. Telle à son édition de la (...)
  • 28 Cf. M. Mann, « Louis de Berquin traducteur d’Érasme », in : Revue du Seizième Siècle 18 (1931), 30 (...)
  • 29 E.V. Telle, op. cit., retrace « l’affaire Berquin » aux p. 315-345 de sa thèse. Sur la partialité (...)

11Avec le De conscribendis epistolis, nous avons désormais affaire à un traité sur l’art épistolaire dans lequel Érasme présente sa Louange du mariage comme un modèle fictif de lettre de persuasion.24 Pas plus que les précédentes, cette édition-là n’a pu échapper à Berquin puisque, seule autorisée — à la différence de l’édition de Cambridge parue l’année d’avant, à l’insu de l’auteur25 —, elle était justement dédiée à Nicolas Bérauld, l’ami du Chevalier.26 Pourtant celui-ci ne jugea pas nécessaire de la prendre pour base, ce qui réclame évidemment une explication. En revanche, ce n’est pas ici le lieu d’exposer en détail les raisons pour lesquelles Érasme et Berquin, restés tous deux célibataires, ont encouru les foudres ecclésiastiques pour avoir plaidé la cause du mariage. Rappelons seulement que, dans son Propugnaculum Ecclesiae publié à Cologne en 1526, Josse Clichtove devait reprocher à Érasme sa conception de la Chute qui s’éloigne de la théologie augustinienne en ignorant la distinction entre appétit sexuel selon la nature et selon la concupiscence (le premier étant endommagé par les stimuli libidinum depuis le péché originel) et qu’il revint sur la question dans son Compendium veritatum de 1529, dédié au roi de France.27 À la suite de Margaret Mann,28 Jean-Claude Margolin, Guy Bedouelle et Erika Rummel ont étudié la question en profondeur et ils ont corrigé, ce faisant, les positions souvent hargneuses qui défigurent les travaux d’Émile Telle dont la thèse, publiée à Genève en 1954 sous le titre Erasme de Rotterdam et le septième sacrement.Étude d’évangélisme matrimonial an XVIe siècle et contribution à la biographie intellectuelle d’Érasme, a pour objectif exclusif de discréditer ce que l’érudit de Washington dénonce comme « l’antimonachisme » et la « philogamie » d’Érasme.29 Pour notre part, nous nous contenterons de réfléchir sur les spécificités philologiques et les particularités herméneutiques qui caractérisent ce texte dédoublé.

***

  • 30 C’est au cours de l’été de 1504 qu’Érasme devait découvrir au monastère des Prémontrés du Pars, pr (...)

12De tenue hautement rhétorique, le texte latin confirme le changement de paradigme instauré par Érasme depuis son édition du Nouveau Testament. Stimulé par la découverte des manuscrits de Lorenzo Valla, Érasme s’était fait le champion de ses idées et, comme chacun sait, leur éditeur.30 Mais, en ouvrant à la philologie et à l’exégèse des voies nouvelles, les Elegantiae et les Annotationes bousculaient les mentalités. C’est pourquoi Érasme, qui voyait poindre à l’horizon l’indignation, jugea nécessaire de prendre les devants lui-même dans sa préface à Christopher Fisher qui l’avait invité à publier sa découverte :

  • 31 Ausus est Laurentius in authoribus aliquot voculam taxare. Indignum facinus ! Quasi vero non omnia (...)

Laurent a osé lancé quelque pointe contre les Auteurs. Crime indigne, comme si Aristote n’avait pas rejeté presque tout ce qu’avaient dit ses prédécesseurs ; et comme si Brutus n’avait pas condamné le style de Cicéron en son entier [...], Jérôme celui d’Augustin et de Rufin, et, en dernier, Philelphe celui de Quintilien [...]. Si celui qui critique a raison, j’apprends quelque chose ; s’il a tort, je pointe l’oreille, je me redresse, je suis stimulé, je lis avec plus d’attention et de prudence, je suis engagé à une défense plus rigoureuse de la vérité.31

  • 32 E. Garin, « Réflexions sur la rhétorique », in : Id., Moyen Age et Renaissance, Paris 1989 (1952 (...)
  • 33 Sur la ténacité de l’anathème jeté sur ce texte — qui figurera bientôt dans tous les index —, se r (...)

13C’est ainsi qu’inspirée par Valla, la philologie érasmienne avait mûri, sous le signe aussi de la rhétorique. Mais en quoi cette dernière touche-t-elle notre propos ? Peut-on parler de subjectivité à propos de la rhétorique, qui tend justement à établir des structures taxinomiques fixes ? Il y aurait là un paradoxe, si Eugenio Garin n’avait rappelé, il y a bien longtemps déjà, que la rhétorique sape par son contenu même les structures qu’elle a pourtant posées d’avance : dans la rhétorique, souligne-t-il, « l’ordre est toujours en puissance », « la règle change sans cesse », « le comportement s’adapte au fur et à mesure à une situation variable ».32 Et c’est sous cet angle que l’on doit relire la suasoire érasmienne dont le thème général aurait pu être considéré comme un simple divertissement s’il n’avait conduit, avec des textes encore plus mal sentants, son traducteur au bûcher.33

  • 34 Se reporter, pour la question, à l’introduction de J.-C. Margolin, ASD I-2, 157-162 ; voir aussi L (...)
  • 35 Pour le texte latin, se reporter à l’édition cléricienne des Des. Erasmi Roterodami Opera Omnia, 1 (...)

14Dans le De conscribendis epistolis, deux lettres fictives sont soudées en un tout rhétorique : la première a pour objectif d’exhorter au mariage, la seconde d’en détourner. Comme le traité épistolaire lui-même, il s’agit là de la reprise d’écrits de jeunesse, rédigés quelque vingt ans plus tôt par Érasme, à l’époque où il n’était encore qu’un précepteur besogneux.34 Mais ces deux modèles d’épîtres ne sont pas de longueur égale : l’une est longue et savamment rédigée, l’autre n’est qu’une esquisse. Comme la lettre de dissuasion n’existe pas dans l’édition pseudo-princeps de Cambridge, il faut considérer qu’Érasme l’a l’insérée après coup, pour des raisons d’optique. En effet, il avait fait l’annonce de cette insertion dans une lettre ouverte destinée à défendre son texte contre les attaques des théologiens de Louvain, et qui fut publiée en 1519 sous le titre d’Apologia pro declamatione matrimonii.35

  • 36 ASD I-2, 429-432 (De genere dissuasorio).

15À la suite de la lettre fictive en faveur du mariage, Érasme présente donc un second exemple, allant dans le sens contraire.36 Il s’agit là d’un thème usé dont la littérature médiévale avait exploité tous les Filons et que — pour cette raison, pourrait-on croire — Berquin s’est bien gardé de traduire. Comme il n’était plus besoin de s’étendre sur un sujet aussi banal et aussi cher à la littérature ecclésiastique, le philologue hollandais se contenta donc de remémorer les lieux communs de la littérature misogyne, en partant d’une nouvelle situation fictive.

  • 37 ASD I-2, 429, 1. 24-430, 1. 4 (= CWE 25, 146).
  • 38 ASD I-2, 430, 11. 8-22 (= CWE 25, 146).
  • 39 ASD I-2, 430, ll. 23-432, 11. 3 (= CWE 25, 146-147).
  • 40 ASD I-2, 432, 11. 3-12 (= CWE 25, 148).

16Ici, l’épistolier est un condisciple de Pierre, un benjamin frais émoulu du collège, que sa mère pousse au mariage.37 L’epistola dissuasoria devra donc conforter Pierre dans sa résistance aux exigences maternelles, en montrant que rien n’est plus misérable que la vie conjugale. Pour ce faire, Érasme met en avant trois aspects. En premier lieu : le mariage est une servitude en soi — topos excellent, puisqu’il permet de fourrer à l’intérieur de la lettre tout ce qui a jamais été écrit sur l’esclavage sous toutes ses formes.38 En second lieu : l’homme n’est jamais à l’abri d’une mégère. En dernier lieu : même chez un couple bien assorti, le mariage a des conséquences fâcheuses — des embarras financiers à la mortalité infantile, en passant par le manque de loisir pour les études : non posse quemquam simul et vxori et musis vacare,39 Quant à l’argument de la survie du genre humain (un thème plus délicat, parce qu’Érasme venait justement de s’en servir en sens inverse, dans les pages en faveur du mariage), les statistiques démographiques permettront de le réfuter. Et l’épistolographe de souligner, pour finir, l’importance de la paternité spirituelle qui vaut bien la paternité charnelle, aux yeux de tout bon pédagogue.40

  • 41 Cf. E.V. Telle, Érasme de Rotterdam et le septième sacrement, op. cit., p. 315-345.
  • 42 ASD 1-2, 431, ll. 9-17 (= CWE 25, 147).

17De cette façon, Érasme payait son tribut, bien suffisant à ses yeux, à la tradition ecclésiastique misogame. C’est du moins ce qu’il devait avancer face à tous ses censeurs (et ils furent nombreux : Briard, Lee, Standish, Béda, Clichtove, auxquels on pourrait ajouter Émile Telle lui-même).41 L’humaniste leur suggérait aimablement de ne pas lire le texte autrement que ne le feraient des lecteurs naïfs (au sens technique du terme). Mais les ruses du texte impliquent un autre degré de lecture. Trop d’indices assurent en effet le destinataire second que l’épistolographe n’adhère nullement aux thèmes qu’il invite à développer. C’est ainsi que le lieu commun des vices féminins (de vitiis foemenei sexus) est dénoncé par le philologue lui-même comme un locus odiosus. Or, pour ce « lieu détestable » — et pour celui-là seulement —, Érasme fait appel aux Autorités (auctoritates). Les plaçant dans le voisinage peu fréquentable de Juvénal, il renvoie le destinataire à Tertullien et à saint Jérôme, passés maîtres eux aussi dans l’art de caricaturer les vxorem rixosam, procacem, impudicam dont les perennes querelae (amplifiées par celles de la belle-mère : garrulam socrus linguam), poussent l’homme marié droit au tombeau.42

  • 43 LB IX, col. 814C: Tametsi declamator ille rhetorum jure detorquet argumenta quaedam ad suae causae (...)
  • 44 Sur la tradition déclamatoire et sa place dans l’œuvre d’Érasme, se reporter à J. Chomarat, Gramma (...)

18Quant aux théologiens malavisés et prêts à avancer qu’Érasme ne fait appel ici qu’à des arguments naturels et intra-mondains au lieu de reprendre l’argumentation théologique en faveur de la virginité attestée par la meilleure tradition catholique, l’humaniste peut leur rétorquer — comme il le fit dans 1'Appendix de scriptis Jodoci Clichtouei et dans la Dilutio eorum quae Jodocus Clichtoueus scripsit aduersus declamationem Erasmi Roterodami suasoriam matrimonii — qu’il n’avait pas écrit ce texte en tant que théologien, mais en tant que philologue épris de rhétorique — en tant que declamator,43 dont c’est l’office de réjouir (delectare) par la parole.44

***

  • 45 Cf. G. Billanovich, « Auctorista, humanista, orator », in : E. Paratore (dir.), Studi in onore di (...)
  • 46 Declamator, qui aut in scholis, aut secum fictam causam agit, vt possit veram rectius agere ; suit (...)

19En effet, l’ambivalence générique inhérente au texte sert ici l’objectif d’Érasme. À une époque où la lettre est présentée comme une oratio scripta, son caractère de discours écrit ne gêne pas les lecteurs. Ce terme d’orator revient souvent sous la plume des humanistes italiens pour désigner justement les auteurs épistolaires.45 Et c’est pourquoi aussi bien la Laus que la Vituperatio matrimonii sont présentées tantôt comme des déclamations et tantôt comme des épîtres. Orateur d’un type particulier, le déclamateur est « celui qui à l’école ou seul plaide une cause fictive, afin de pouvoir plaider mieux une cause véritable », écrit Erasme dans ses Paraphrasis in Elegantias Laur. Vallae.46

  • 47 Ibid., II, p. 932-933.
  • 48 Ibid., p. 931.
  • 49 Cf. E. Rummel, The Humanist-Scholastie Debate, op. cit., p. 52.

20Un thème fictif en vue d’une cause véritable : cela explique pourquoi les déclamations tiennent une place si importante dans l’œuvre d’Érasme. Jacques Chomarat en a dénombré quatorze,47 mais c’est sûrement la Louange et Vitupération de mariage qui en présente le modèle le plus achevé. Sous la plume de l’humaniste, le genre de la déclamation s’émancipe de la tradition antique — où elle n’était qu’un simple discours d’apparat — pour ouvrir la voie à une nouvelle façon d’argumenter et de démontrer. Le jeu qui consiste à proposer deux déclamations opposées — tantôt pour, tantôt contre le mariage — met finalement le lecteur en demeure de faire un choix autonome, face à un texte foncièrement ouvert. Et, comme l’a ajouté Chomarat, les ruses du texte mettent le lecteur au défi de cerner la sincérité du philologue.48 C’est là ce qu’Erika Rummel a dénommé le latitudinarisme propre au genre épidictique humaniste.49

  • 50 ASD I-5, 385, 1. 5= TF, f. a ii.
  • 51 Apología pro declamatione matrimonii, col. 108 A-E (= CWE 71, 92) et col. 110D (= CWE 71, 95).
  • 52 Sur la date erronée de 1526 avancée par E.V. Telle dans son édition de la Dilutio, op. cit., p. 15 (...)
  • 53 Trad. P. Mesnard, La Réfutation de Clichtove, op. cit., p. 387 (= CWE 83, 131-132 ; Dilutio, éd. T (...)

21Pour en faire la vérification, nous passerons maintenant à la suasoire en faveur du mariage. Cette fois-ci, le destinataire fictif est un jeune homme apparenté à l’épistolier (un cousin, dans la traduction de Berquin).50 Comme la structure épistolaire exige que le destinateur parle à la 1re personne, Érasme aura beau jeu de rappeler, face aux censures, que ce moi fictif n’a rien à voir avec l’épistolographe dont il assume le rôle dans son manuel. L’argument était déjà présent in nuce dans la lettre apologétique de mai 1519,51 il reviendra en leitmotiv dans la Dilutio, rédigée en 153152 et publiée par Froben l’année suivante : « Toutes les fois donc que Josse répète “Érasme pense, Érasme enseigne, Érasme essaie”, il est en dehors de la vérité. En effet, celui qui déclame n’a point d’avis ; en cette déclamation, je ne parle point pour mon compte, et tout ce qui se dit là n’est point l’expression de mon cœur. Le déclamateur présente le sujet sous ce jour : si tous conservaient la virginité, la race humaine viendrait à périr. »53

  • 54 ASD I-5, 386, l. 17-18= TF, f. a. ii.

22La lettre-modèle repose donc à nouveau sur une situation fictive. Le décès de la mère du destinataire a endeuillé la famille et jeté la sœur unique du correspondant au couvent (chez les Clarisses, selon Berquin).54

23Voilà donc ce cousin seul désormais à assurer la survie de sa lignée, acculé à prendre femme pour en avoir des enfants, la famille lui ayant déjà trouvé une excellente fiancée. Le corps de la lettre amasse tous les arguments plus ou moins susceptibles de convaincre le destinataire qu’il ne doit pas reculer devant un tel mariage.

  • 55 Cf. E.V. Telle, Érasme de Rotterdam et le septième sacrement, op. cit., p. 160-176 ; le lecteur en (...)

24Pour une meilleure approche de la structure rhétorique de l’Encomium matrimonii — dont le plan proposé par Émile V. Telle ne donne qu’une vue approximative, à la fois lacunaire et augmentée d’interpolations subjectives55 —, on trouvera ci-dessous un schéma détaillé des articulations du texte, établi à partir de l’édition latine procurée par Jean-Claude Margolin en 1975 (ASD I-5) et de la traduction française de Berquin, réimprimée en fac-similé en 1976 (TF) :

25EXORDE (perspective épistolaire)
0.1. Liens de parenté (ASD I-5, 385, 1. 3 = TF, a. ii, 1. 1)
0.2. Contexte de la parénèse (ASD I-5, 385, 1. 9 = TF, a. ii, 1. 16)
0.3. Exposition du sujet (ASD I-5, 386, 1. 24 = TF, a. iii, 1. 1)

26THÈSE : VALEUR CERTAINE DU MARIAGE
(argumentation théologique et sociologique, resp. sous A et B)

27(A) 1.1. Argumentation exégétique :

  • Honnêteté de nature (ASD I-5, 386, 1. 30 = TF, a. iii, 1.14)
  • Fondement biblique (ASD I-5, 386, 1. 41 = TF, a. iii v°, 1. 17)
  • Fondement néo-testamentaire (ASD I-5, 387, 1. 1 = TF, a. 4, 1. 24)

281.2. Argumentation théologique :

  • Exception du Christ, né d’une Vierge (ASD I-5, 388, 1. 68 = TF, a. 5, 1.16)
  • Symbole paulinien des Épousailles de Christ et Ecclesia (ASD I-5, 390, 1. 78 = TF, a. 5 v°, 1. 22)

29(B) 2.1. Lois et civilisations :

  • Mariage et fécondité, dans l’ancien Israël et dans l’Antiquité (ASD I-5, 390, 1. 85 = TF, a. 6, 1. 15)
  • Punition de l’adultère dans ces mêmes sociétés (ASD 1-5, 392, 1. 102 = TF, a. 7, 1. 8)

302.2. Règne universel :

  • Lois de la nature (ASD I-5, 392, 1. 114 = TF, a. 7 v°, 1. 21)
  • Fables significatives (ASD I-5, 394, 1. 135 = TF, a. 8, 1. 13)
  • Attestation de l'Histoire universelle (ASD I-5, 397, 1. 154 = TF, b. i., 1. 18)
  • Règne animal (ASD I-5, 397, I. 159= TF, b. i v°, 1. 11)

31HYPOTHÈSE : EXCELLENCE DU MARIAGE, FACE À LA VIRGINITÉ ADMIRÉE PAR LE DESTINATAIRE
(arguments liés à la confirmatio et à la refutatio, sous A et B)

32(A) 3.1. Excellence du mariage, garantie par la Tradition et la Nature :

  • Pratique des Patriarches et des Sages hébreux et antiques (ASD I-5, 1. 398, 1. 174 = TF, b. ii, 1. 14)
  • Excellence de la Nature (ASD I-5, 399, 1. 187 = TF, b. iii, 1. 3)

333.2. Réfutation, au niveau de l'ascèse :

  • Harmonie entre nature et vertu (ASD I-5, 399, 1.198 =TF, b. iii v°, 1. 2)
  • Interprétation correcte du Nouveau Testament (ASD I, 5, 400, 1. 200 = TF, b. iii v°, 1. 9)
  • Situation particulière des Chrétiens du temps présent (ASD I-5, 400, 1. 211 = TF, b. iiii, 1. 17)

343.3. Aspects ecclésiologiques du mariage :

  • Valeur égale du mariage et de la virginité, dans l’Église (ASD I-5, 402, 1. 223 = TF, b. iiii v°, 1. 24)
  • Consolidation de la lignée chez les Hébreux et expansion du christianisme, aujourd’hui (ASD I-5, 404, 234 = TF, b. 5 v°, 1. 9)

35(B) 4.1. Amitié vécue dans l’union conjugale :

  • Joies du mariage (ASD 1-5, 406, 1. 253 = TF, b. 6, 1. 20)
  • Mariage comme forme la plus haute de l’amitié (ASD I-5, 406, 1. 263 = TF, b. 7, 1. 21)

364.2. Solitude vs Famille :

  • Méfaits de la solitude contre-nature (ASD 1-5, 408, 1. 282 = TF, b. 8, 1. 5)
  • Exaltation des enfants, en tant que postérité (ASD I-5, 408, 1. 298 = TF, c. i., 1. 23)

374.3. Pour ou contre l’union conjugale supériorité de l’appréciation positive :

  • Influence bénéfique d’un conjoint sur l’autre (ASD I-5, 410, 1. 320 = TF, ii, I. 15)
  • Exemples illustres de femmes exemplaires (ASD I-5, 410, 1. 333 = TF, c. iii, 1. 7)
  • Supériorité du mariage face au désir de liberté ou au décès des enfants (ASD I-5, 412, 1. 343 = TF, c. 7, 1. 20)

38PÉRORAISON (confirmant que le devoir de se marier incombe au destinataire)

395.1. Devoir social de se marier :

  • Contre la disparition du genre humain (ASD I-5, 412, 1. 358 = TF, c. 8, 1. 14)
  • L’homme étant responsable de la survie de l’humanité (ASD I-5, 414, 1. 379 = TF, d. i, v°, 1. 4)

405.2. Reprise des arguments antérieurs :

  • La virginité n’est que pour le petit nombre (ASD I-5, 414, 1. 388 = TF, d. ii, 1. 4)
  • Elle n’est pas adaptée au cas du destinataire (ASD I-5, 414, 1. 398 = TF, d. ii v°, 1. 9)

41 Épilogue :

  • Toutes les qualités sont ici requises pour un bon mariage (ASD I-5, 416, 1. 419 = TF, d. iii v°, 1. 19)
  • Intérêts de la famille à respecter (ASD I-5, 416, 1. 425 = TF, d. iiii, 1. 6)
  • Congé : souhaits pour le destinateur et le destinataire (ASD I-5, 416, 1. 433 = TF, d. iiii v°, 1. 4)
  • 56 ASD I-5, 386, 1. 28= TF, f. a. iii.
  • 57 Le plan en cinq parties proposé par Quintilien peut être évidemment réduit au système quadripartit (...)

42Nous nous trouvons confrontés ici à une rhétorique en apparence des plus traditionnelles. Le bon choix sera tum honestius, tum vtilius, tum iucundius (« trop plus honeste, plus utile et agreable », dit Berquin),56 ce qui renvoie à des catégories cicéroniennes. Si nous avions affaire à un discours, au sens fort du terme, le plan rhétorique serait fixé d’avance : exorde sous forme de captation de bienveillance ; puis narration, ou exposé des faits (avec proposition et division, c’est-à-dire les énoncés de la thèse et du plan) ; confirmation et réfutation ensuite, pour rassembler respectivement les arguments favorables et contraires ; péroraison enfin, dont le ton véhément aura la vertu d’emporter les doutes qui pourraient encore embrumer l’âme du destinataire.57

  • 58 Cf. De conscribendis epistolis, ASD I-2, 209-210. Sur l’innovation que représente la formule res t (...)
  • 59 Pour ces distinctions entre vérité d’ordre général (thesis) et confrontation de celle-ci à un cas (...)
  • 60 Se reporter aux subdivisions A et B de la thèse et de l’hypothèse, supra, p. 10-11. Les arguments (...)

43Mais, cette declamatio est aussi, ne l’oublions pas, une lettre. Or, Érasme n’avait pas manqué de signaler dans son traité que c’est justement la particularité insigne du discours épistolaire de présenter un canevas plus souple, répondant à la libertas et à la varietas de l’échange familier.58 Cela ouvre la porte à quelques modifications rhétoriques, innocentes en vérité, si tant est que l’écriture érasmienne soit jamais innocente. C’est ainsi que la confirmatio et la refutatio ne sont plus des blocs séparés, comme on l’attendrait, mais que, remplacées par les parties tentaculaires de la thèse et de l’hypothèse,59 elles se trouvent ici inextricablement liées. Si bien que, glissées à l’intérieur de chacun des groupes d’arguments favorables, les objections se trouvent réfutées aussitôt après avoir été émises. Cela réduit considérablement leur portée. Il en ressort que la supériorité du mariage est étayée par des arguments religieux, historiques et physiologiques dont l’accumulation devient écrasante face aux arguments en faveur du célibat, disséminés qu’ils sont à l’intérieur d’une partie positive finalement dédoublée.60 Or, c’étaient ces arguments-là qui correspondaient aux positions ecclésiastiques traditionnelles en faveur de la virginité et du célibat ecclésiastique.

  • 61 Cf. J. Chomarat, op. cit., II, p. 954.

44On peut aller plus loin. En ajoutant une Vituperatio à sa Laus matrimonii, Érasme ne faisait que renforcer l’effet qu’avait fait sur le lecteur l’argumentation de la première. Et cela à travers un système de déconstruction assez simple. En montrant que « chacun des deux genres de vie a ses vertus et qu’il impose des sacrifices », comme dit Chomarat, le locuteur induit le lecteur à considérer que, loin de s’imposer comme un bien ou un mal, la valeur des choses change selon le biais par lequel on les prend, puisque la validité des arguments dépend à chaque fois d’une situation subjective. Toute la question est donc de discerner la vocation personnelle de celui que l’on veut persuader. Or, il s’agit là d’une évaluation psychologique qui échappe aux normes dogmatiques. Ceci fait, on choisira les topoi s’appliquant le mieux au cas en présence. Cela signifie que les lieux déclamatoires ne sont ni vrais ni faux en soi : le réservoir rhétorique les offre indifféremment au locuteur qui les sélectionnera en fonction des cas particuliers.61

***

  • 62 J.-C. Margolin, « L’idée de nature dans la pensée d’Érasme », art. cit. p. 9, n. 1. L’auteur rappe (...)
  • 63 Voir, entre autres, P. Mesnard, Érasme. La Philosophie chrétienne, op. cit., p. 14-18 ; C. Augusti (...)
  • 64 Se reporter, pour l’ensemble de la question, à J.K. Farge, Orthodoxy and Reform in Early Reformati (...)

45Tant qu’elle affecte la seule création littéraire, cette position rhétorique semble banale. Mais, à partir du moment où la déclamation adopte pour sujet des thèmes anthropologiques à répercussion théologique, les conséquences de ce changement de paradigme sont considérables. Or, les exercices rhétoriques que présente Érasme sous forme de déclamations touchent toujours l’anthropologie. Jean-Claude Margolin l’a justement souligné : « la médecine, le mariage, la mort, la nature, la grâce ne constituent pas des sujets bouffons ou artificiels ! »62 Il en résulte que, sans qu’il fût nécessaire de toucher en quoi que ce soit à la tradition, il se constituait, à l’intérieur même des belles lettres (bonae litterae), une nouvelle appréhension de l’éthique — et, avec elle, du comportement religieux puisque, pour Érasme, la philosophia Christi est la perfection et le couronnement de l’éthique.63 Ce n’est pas sans raison que le syndic de la Sorbonne jugeait avoir beaucoup à craindre de ceux qu’il appelait des humanistae theologizantes.64

46Le texte de la Declamation des louenges de mariage venait à peine de tomber aux mains de la Sorbonne qu’Érasme recevait de Paris une lettre mielleuse et rampante, rédigée le 21 mai 1525 par le très illustre Noël Béda. Le « frère en Jésus-Christ » se montrait de plus en plus inquiet du salut de l’humaniste, et sa lettre se terminait ainsi :

  • 65 Allen, Ep. 1579, 11. 175-192: Iam pro epistolae conclusione, quod heri de nonnullis tuorum opuscul (...)

En guise de conclusion à ma lettre, je te rapporte maintenant la résolution touchant quelques-uns de tes opuscules, que nous avons faite hier, au cours d’une séance très solennelle. Je ne sais qui de tes admirateurs a traduit en français ta production, c’est-à-dire l’Encomium Matrimonii, l’Oratio dominica et le Symbolum : s’ils sont plusieurs, je ne m’en souviens plus. Comme c’est l'habitude à Paris, les traductions avaient été soumises à notre Faculté, pour savoir s’il convenait de les imprimer ou non. Les responsables de cet office lurent en public, selon la coutume de la Faculté, ce qu’ils avaient découvert de malsain dans ces mêmes versions. À cette audition, tous furent saisis de stupéfaction, et nul doute que la réprobation ne vise tes propres thèses. Je pense que le traducteur, derrière lequel certains soupçonnent Louis de Berquin, ne t’a pas rendu, mon très cher frère, un bon service, avec son zèle ; il est à craindre que toi et Lefèvre, vous subissiez à l’avenir le même sort de la part de nos Maîtres — dont la plupart ne cachent pas leur réprobation. En prenant congé de toi, je réitère mes supplications : écoute, je te prie, autant que tu pourras le faire sans inconvénient, les conseils de ton Béda, et tu t’en trouveras bien.
De Montaigu, Paris, le 12 des calendes de juin 1525 [= 21 mai].
De la part de ton Beda, bien disposé à répondre à tes souhaits.65

  • 66 Ibid., ll. 14-19.
  • 67 Ibid., ll. 20-24.
  • 68 Ibid., l. 42-43 (nouos sine intermissione libros scribendo, Ecclesiae non necessarios).
  • 69 Ibid., ll. 59-66 (et ante Domini oculos humiliaueris animam tuam, de tuo diffisus sensu) et 11. 16 (...)

47La menace est d’autant plus claire que, dans les pages qui précèdent, le « pauvre » Beda (pauper Beda) fait le tour d’horizon de tout ce qu’il a à reprocher par ailleurs à son « très cher frère » : Gratianus, Lombardas, et nostri quos scolasticos vocamus, voilà qu’Érasme les répudie au profit d’Origène ;66 et tout autant ce qui avait la faveur des Ambrosii, Hieronymi, Augustini, Gregorii et subsequendum sanctorum doctorum ; sans compter les Guillelmus Altisiodorensis, Halensis, Thomas, Bonaventura et caeteri probati scholae huius magistri,67 qui ont écrit sous l’inspiration du Saint-Esprit. Saisi d’effroi à la pensée de ce qui attend Érasme au Jugement Dernier, le charitable Béda abjure donc le philologus et grammaticus de laisser là ces nouvelles publications « dont l’Église n’a que faire »,68 afin de s’humilier, en s’imprégnant uniquement de Gerson qu’il l’aidera à « se défier de son propre jugement » et à surmonter son orgueil de philologue.69

  • 70 Allen, Ep. 1581, ll. 805-807 : Loca quae tua charitas indicauit relegenda, nondum relegi, mox tame (...)
  • 71 Les connaissances acquises par Érasme en français étaient largement suffisantes pour en juger, ain (...)
  • 72 A compléter par M. Mann, « Louis de Berquin et 1’Enchiridion d’Érasme », in : Revue du Seizième Si (...)
  • 73 Allen, Ep. 1581, ll. 750-762 (= CWE 11, p. 160, ll. 835-848).
  • 74 Se reporter, pour la question, à l’introduction et à la traduction annotée du Libre arbitre, procu (...)

48Sans se montrer autrement ému par cette lettre, Érasme remercia Béda de sa « charité », en lui promettant de relire un jour ou l’autre Gerson.70 Quant à l’indignation soulevée par son Encomium Matrimonii, il avouait ne pas la comprendre. Il n’en ajoutait pas moins qu’il déplorait que Berquin n’eût pas traduit l’épître dissuasive après la première. Tout en remarquant que ce dernier avait ajouté ici et là certaines choses de son crû,71 il le couvrait néanmoins en assurant n’avoir rien trouvé de répréhensible dans les traductions de la Precatio et du Symbolum. Il évoquait aussi une mystérieuse traduction de l'Enchiridion,72 tout en regrettant que le chevalier n’eût pas jugé nécessaire de traduire son manuel sur la prière — le De modo orandi Deum —, ni sa diatribe Sur le libre Arbitre,73 le fameux De libero arbitrio qui avait consommé la rupture avec Luther.74

  • 75 A compléter par L.E. Halkin, « Érasme et le célibat sacerdotal », in : Revue d’Histoire et de Phil (...)

49Érasme touchait là les problèmes de fond. Du fait que la traduction de l’ Encomium matrimonii s’appuyait sur la version de 1518, elle se trouvait dépourvue du volet dissuasif ; et, de ce fait, tout en étant correcte, elle n’en ruinait pas moins le dispositif rhétorique de la démarche érasmienne. De la part de Berquin, c’était là un choix voulu : à quoi bon traduire les deux volets déclamatoires au moment précis où, convolant en justes noces, Luther montrait l’unique voie à suivre. Le mariage devenait désormais un signe distinctif des Réformateurs. Mais la généralisation de cet impératif matrimonial ne pouvait que gêner Érasme qui entrevoyait là une nouvelle forme de dogmatisme.75

  • 76 TF, resp. p. b. ii, b. 5 (v°), a. iii, a. 7 (v°), a. 4 (v°).
  • 77 Il faut souligner que ce procédé des manchettes fut aussi utilisé à des fins opposées dans les tra (...)

50Or c’est justement ce dogmatisme que propage Berquin grâce à la mise en page de son volume. Les intitulés marginaux qui augmentent sa traduction ne sont pas seulement infidèles aux éditions de Martens et de Froben, ils donnent, par voie latérale, une nouvelle accentuation à l’hypotexte. L’ajout d’indications marginales telles que La chasteté conjugale d’Abraam est à preferer à la virginité de beaucoup de gens. Et le mariage de sainct Pierre à la virginité de saincte Agathe. Tel feut le mariage de Abraham et Sarra : lequel est à preferer à la virginité de beaucoup d’aultres, ou bien : Mariage sainct. Mariage est ordonné par nature. Relinquet homo patrem et matrem et adherebit uxori sue, etc.76 — intitulés qui n’ont pas d’équivalent dans les éditions latines — étaient autant de façons d’introduire des affirmations univoques et péremptoires qui ferment définitivement un texte qu’Érasme aurait souhaité laisser ouvert.77

  • 78 Cf. Appendix de scriptis Iodoci Clichtovei, LB IX 812 F (= CW 83, 112) ; Dilutio, éd. Telle, p. 74 (...)
  • 79 Se reporter, pour la question, à J. Chomarat, Grammaire et rhétorique, op. cit., II, p. 937 ; à co (...)

51Pour conclure, on ajoutera que, vis-à-vis de Josse Clichtove, Érasme avait tiré argument de son recours au pour et au contre pour souligner que son approche n’était finalement pas si éloignée de l’herméneutique aristotélico-thomiste.78 On pourra discuter, évidemment, le bien-fondé de cette thèse.79 Mais, ce qui est sûr, c’est que cette perspective n’est jamais celle de Berquin. Dans la Farce des théologastres, Texte se dit « esgratigné » par tous « leurs proz et leurs contras », ennemis de Mercure-Berquin qui s’apprête à leur tenir tête :

  • 80 La farce des théologastres, éd. cit., p. 119, vv. 619-625.

Je ne crainctz point voz pouldres fines
Ne voz contras ne voz ergoltz.
Sachiés qu’il est, mes grans bigotz :
Sy le texte vous n’entendés,
Je me loueray se vous voulés
A vous pour estre truchement.80

52Berquin eut le tort d’ignorer les réticences d’Érasme et l’illusion de croire que, dans cette entreprise, le Rotterdamois était prêt à se laisser enrôler dans le camp qu’il représentait. C’est ce qui, au dénouement de la Farce, rend le triomphe final de Texte problématique :

  • 81 Ibid., vv. 630-634.

Et moy je prie le Roy de Gloire
De mettre en son sainct sanctuaire
Erasme le grant textuaire
Et le grant esperit Fabri
Et voz Mercure mon amy.81

  • 82 Cf. P. Bayle, Art. « Berquin (Louïs de) », in : Id., Dictionnaire historique et critique, 5e éd. r (...)

53Érasme, Lefèvre d’Étaples et Berquin (le « Luther de la France », selon Théodore de Bèze)82 étaient ainsi présentés comme des compagnons indissolubles, réunis à jamais pour une même cause dans l’Olympe chrétien de la farce.

  • 83 Allen, Ep. 1581, 11. 777-780.

54Mais un tel embrigadement correspondait moins aux sentiments d’Érasme lui-même qu’à l’amalgame que faisaient justement les sectaires de l’autre camp. C’est ce que l’humaniste hollandais se fit fort de rappeler à Noël Béda et à ses semblables : « Vous saisissez bien, j’imagine, l’immense différence qu’il y a entre Lefèvre et moi. Lui, il affirme catégoriquement et avec audace, tandis que moi, je me limite à la discussion en laissant partout aux autres la faculté de juger par eux-mêmes » (Videtis, opinor, inter Fabrum et me plurimum esse discriminis. Ille fortiter asseuerat, ego nihil aliud quam disputo, judicium aliis ubique deferens).83 Face à la Declamation des louenges de mariage proposée par Louis de Berquin comme le manifeste d’un nouvel esprit collectif appelant au rassemblement des forces évangéliques, l’Encomium matrimonii d’Érasme renvoie à un genre textuel plus complexe — en apparence plus timoré, mais en réalité plus moderne —, où le moi du philologue insinue subtilement sa pensée, plus qu’il ne l’assène. Tenant compte de la subjectivité du lecteur, le texte érasmien témoigne ainsi d’une nouvelle philologie, travaillée par le principe d’individualité.

Notes

1 Cf. M. Fumaroli, L’âge de l’éloquence. Rhétorique et « res literaria » de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Paris, 1980 (21994), p. 25, lequel souligne qu’à l’époque classique encore il y a toujours quelque outrecuidance à se parer de l’auctoritas qui revient aux textes fondateurs païens ou judéo-chrétiens.

2 Cf. Cl.-G. Dubois, « L’individu comme moteur historiographique : formes de la biographie dans la période 1560-1600 », in : Nouvelle Revue du Seizième Siècle 19-1 (2001), 83-105, p. 83.

3 Ibid., p. 101.

4 Pour la datation, se reporter à l’introduction de La Farce des théologastres, Genève (TLF 366), 1989, éd. par Cl. Longeon, 9-49, p. 12-14.

5 La Farce des théologastres, éd. cit., p. 58-59, w. 47-53.

6 Ibid., p. 70, vv. 130-133.

7 Ibid., p. 22.

8 Ibid., p. 101, vv. 397-401.

9 Ibid., p. 106, vv. 472-475.

10 Ibid., p. 105, w. 461-463.

11 Sur le « polymorphisme » de Mercure à la Renaissance, évoqué dans ce contexte par Cl. Longeon, ibid., p. 23-25, se reporter également aux études rassemblées par M.-M. de la Garanderie (Éd.), Mercure à la Renaissance. Actes des Journées d’Étude de la Société française des Seiziémistes (Lille, 4-5 oct. 1984), Poitiers, 1988.

12 La Farce des théologastres, éd. cit., p. 107-108, vv. 487-495.

13 Ibid., p. 76-77, v. 179-186.

14 Pour la carrière mouvementée de Louis de Berquin, se reporter à l’article de Gordon Griffiths, in : P.G. Bientenholz et al. (Éd.), Contemporaries of Erasmus, t. I, Toronto, 1985, col. 135b-140a (bibliographie, ibid., col. 139b-140a).

15 Ces textes — les seuls qui ont échappé au feu, à côté de la Farce des théologastres (qu’on soupçonne de la plume de Berquin) — ont été publiés par E.V. Telle entre 1975 et 1979 : Declamation des louenges de mariage [1525], Genève (TLF 225), 1976 (désormais désigné par le sigle TF) ; La Complainte de la Paix [1525], Genève (TLF 248), 1978 ; Brefve admonition de la maniere de prier. Le symbole des apostres de Jesuchrist [1525], Genève (TLF 271), 1979.

16 Excerpsit quaedam e meis et admiscuit suas additiones, quae nihil ad me pertinent (cit. d’ap. l’éd. de P.S. Allen, Opus Epistolarum Desiderii Erasmi Roterodami, 12 vol. , Oxford, 1906-1958, t. I, Ep. 1679, 1. 25-26) ; à compléter par M. Mann, « Louis de Berquin traducteur d’Érasme et de Luther (1525-1529) », in : Id., Erasme et les débuts de la Réforme française (1517-1536), repr. Genève, 1978 (11934), 113-149, p. 119-140.

17 F.M. Higman, Censorship and the Sorbonne. A bibliographical study of books in French censured by the Faculty of Theology of the University of Paris : 1520-1551, Genève (THR 172), 1979, p. 74-77 ; à compléter par J.K. Farge (Éd.), Registre des procès-verbaux de la Faculté de Théologie de Paris de janvier 1524 à novembre 1553, Paris (Textes et Doc. sur l’Hist. des Universités), 1990, §§. 94a, 95a, 142c, 143a, 144a.

18 Rappelons que c’est à Bérauld — qui avait hébergé en 1506, à Orléans, Érasme alors en route vers l'Italie — que revint l'initiative de recommander Berquin à l’humaniste hollandais (cf. Allen, Ep. 1519, 1. 13-14 : Ludovico Deberquino, viro doctissimo ac tuis nominis studiosissimo). Neuf lettres nous sont restées de la correspondance entre Érasme et Bérauld (Allen, Ep. 1002, 1024, 1058, 1185, 1284, resp. Ep. 925, 989, 994, 3083), dont le renom était grand en France — comme le souligne M.-M. de la Garanderie, Christianisme et Lettres profanes, Paris, 31995, éd. revue et augmentée (11976), p. 49-53.

19 Sur la protection apportée par la princesse à Louis de Berquin, se reporter aux lettres adressées par celle-ci à François Ier (éd. par F. Génin sous le titre Lettres de Marguerite d’Angoulême, pour le t. I, et Nouvelles lettres de la reine de Navarre pour le t. II, Paris, 1841-1842, hic : Ep. 35 = II, p. 77, Ep. 54 = I, p. 219, Ep. 51 = II, p. 96, Ep. 52 = II, p. 98) ; voir aussi Romain Rolland, « Le dernier procès de Louis de Berquin : 1527-1529 », in : Mélanges d’Archéologie et d’Histoire École Française de Rome 12 (1892), 314-325.

20 Pour les activités de cet éditeur, se reporter à A. Tricard, « La propagande évangélique en France. L’imprimeur Simon Du Bois (1525-1534) », in : H. Meylan (préf.), Aspects de la propagande religieuse, Genève, 1957, p. 1-37.

21 La page de titre est reproduite en fac-similé dans l’édition Telle, TF 113.

22 Dans sa lettre à Jean Vergara du 2 septembre 1527, Érasme désigne d’ailleurs Berquin comme eruditus ac probus (Allen, Ep. 1875, 1. 94). Cela explique pourquoi il s’engagea clairement en faveur de ce dernier dans sa lettre à François Ier du 16 juin 1526 (Allen, Ep. 1722, ll. 61-63 et 78-81).

23 Se reporter, pour l’ensemble de la question, aux introductions de Jean-Claude Margolin placées à l’avant de ses éditions du De conscribendis epistolis de 1971 et de l’Encomium Matrimonii de 1975, incorporées aux Opera Omnia Desiderii Erasmi Roterodami publiées à Amsterdam (sigle ASD), ASD 1-2, 153-579, p. 153-203, et ASD I-5, 333-417, p. 333-382.

24 ASD I-2, 400.

25 Voir l’introduction de Percy S. Allen à la lettre-dédicatoire adressée à Robert Fisher (Ep. 71, t. I, p. 198) ; à compléter par J.-C. Margolin, ASD I-2, 165-171.

26 Se reporter à l’épître dédicatoire : Desiderius Erasmus Roterodamus Nicolao Beraldo s.d. (ASD I-2, 205-208).

27 Propugnaculum, l. II, ch. 31-34 ; à compléter par l’introduction d’E.V. Telle à son édition de la Dilutio eorum quae Jodocus Clichtoveus scripsit adversus declamationem Erasmi Roterodami suasoriam matrimonii, Paris (De Pétrarque à Descartes XV), 1968, 15-68, p. 41.

28 Cf. M. Mann, « Louis de Berquin traducteur d’Érasme », in : Revue du Seizième Siècle 18 (1931), 309-323 ; Id., Érasme et les débuts de la Réforme française, op. cit., 113-149.

29 E.V. Telle, op. cit., retrace « l’affaire Berquin » aux p. 315-345 de sa thèse. Sur la partialité de celle-ci, se reporter à P. Mesnard, « Une reprise érudite et passionnée des thèses anti-érasmiennes », in : Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance XVII (1955), 314-319, ainsi qu'à J.-C. Margolin, « L’idée de nature dans la pensée d’Érasme », in : Id., Recherches Erasmiennes, Genève (THR 105), 1969, 9-44, p. 31-33 ; à compléter par G. Bedouelle, « Controversies concerning the doctrine of Christian marriage », in : Collected Works of Erasmus (sigle CWE), Controversies, CWE 83, p. xxxiii-liv, et E. Rummel, The Humanist-Scholastic Debate in the Renaissance and Reformation, Cambridge (Mass.) / London, 1995.

30 C’est au cours de l’été de 1504 qu’Érasme devait découvrir au monastère des Prémontrés du Pars, près de Louvain, un manuscrit du In novum Testamentum [...] annotationes de Valla, qu’il publia l’année suivante à Paris chez Josse Bade, l’ami de Berquin. À compléter par M.-P. Gilmore, « Les limites de la tolérance dans l’oeuvre polémique d’Érasme », in : J.-C. Margolin (Préf.), Colloquia Erasmiana Turonensia (XIIe Stage d’Études Humanistes, Tours 1969), 2 vol. , Paris (De Pétrarque à Descartes 24), 1972, II, 713-736, p. 713.

31 Ausus est Laurentius in authoribus aliquot voculam taxare. Indignum facinus ! Quasi vero non omnia paene in omnibus repraehenderit Aristoteles, quasi non totam Ciceronis dictionem contempserit Brutus [...], Augustini Rufinique Hieronymus, postremo Quintiliani Philelphus. [...] Etenim si vere repraehendit, discedo doctior; sin falso, tamen acuor, extimulor, expergefio, redor attentior cautiorque, animor ad defensionem veri. (Allen, Ep. 182, 11. 45-48, 49-50, 58-60).

32 E. Garin, « Réflexions sur la rhétorique », in : Id., Moyen Age et Renaissance, Paris 1989 (1952), 101-119, p. 102.

33 Sur la ténacité de l’anathème jeté sur ce texte — qui figurera bientôt dans tous les index —, se reporter au catalogue de Roland Crahay, Éditions anciennes d’Érasme, préf. par L.-H. Halkin, Mons (Exposition organisée à l’occasion du Ve centenaire de la naissance d’Érasme), 1967, p. 23-26, où il apparaît que, dans toutes les éditions du De conscribendis epistolis conservées à Mons, les pages concernant le mariage ont été rendues illisibles par collage, ratures, arrachage de pages ou substitution de textes ; sur ce « vandalisme dévot », voir aussi R. Crahay et M.-Th. Isaac, « Livres d’Érasme dans les bibliothèques anciennes du Hainaut », in : Colloquium Erasmianum. Actes du colloque intern. de Mons (26-29 oct. 1967) à l’occasion du Ve centenaire de la naissance d’Erasme, Mons, 1968, 203-244.

34 Se reporter, pour la question, à l’introduction de J.-C. Margolin, ASD I-2, 157-162 ; voir aussi L.E. Halkin, Érasme —parmi nous, Paris, 1987, p. 39-52.

35 Pour le texte latin, se reporter à l’édition cléricienne des Des. Erasmi Roterodami Opera Omnia, 11 vol. , Leyde, 1703-1706 (sigle LB), repr. London/ Hildesheim, 1962, LB IX, col. 106F-111A (= CWE 71, 85-95 — trad. Ch. Fantazzi).

36 ASD I-2, 429-432 (De genere dissuasorio).

37 ASD I-2, 429, 1. 24-430, 1. 4 (= CWE 25, 146).

38 ASD I-2, 430, 11. 8-22 (= CWE 25, 146).

39 ASD I-2, 430, ll. 23-432, 11. 3 (= CWE 25, 146-147).

40 ASD I-2, 432, 11. 3-12 (= CWE 25, 148).

41 Cf. E.V. Telle, Érasme de Rotterdam et le septième sacrement, op. cit., p. 315-345.

42 ASD 1-2, 431, ll. 9-17 (= CWE 25, 147).

43 LB IX, col. 814C: Tametsi declamator ille rhetorum jure detorquet argumenta quaedam ad suae causae commodum; Dilutio, éd. Telle, p. 70-74, 80 & passim, et, pour la traduction française de la Réfutation de Clichtove, P. Mesnard (Éd.), Érasme. La Philosophie chrétienne, Paris (De Pétrarque à Descartes XXII), 1970, 377-399, hic p. 378-380, 384 & passim.

44 Sur la tradition déclamatoire et sa place dans l’œuvre d’Érasme, se reporter à J. Chomarat, Grammaire et rhétorique chez Erasme, 2 vol. , Paris, 1980-1981, II, 931-1001.

45 Cf. G. Billanovich, « Auctorista, humanista, orator », in : E. Paratore (dir.), Studi in onore di Alfredo Schlaffini, Roma (Rivista di Cultura Classica e Mediœvale, vol. VII), 1965, 143-163, p. 161-162.

46 Declamator, qui aut in scholis, aut secum fictam causam agit, vt possit veram rectius agere ; suit la précision suivante : Declamare est exercere se in orando ficte. Inde declamationes Quintiliani (ASD I-4, 313, ll. 923-926 — in Elegantias IV, 81) ; à compléter par J. Chomarat, Grammaire et rhétorique, op. cit., II, p. 934-935.

47 Ibid., II, p. 932-933.

48 Ibid., p. 931.

49 Cf. E. Rummel, The Humanist-Scholastie Debate, op. cit., p. 52.

50 ASD I-5, 385, 1. 5= TF, f. a ii.

51 Apología pro declamatione matrimonii, col. 108 A-E (= CWE 71, 92) et col. 110D (= CWE 71, 95).

52 Sur la date erronée de 1526 avancée par E.V. Telle dans son édition de la Dilutio, op. cit., p. 15-19, se reporter à l’introduction de Ch. Fantazzi sur la Refutation of Clichtove, CWE 83, 111, n. 6, et à celle de C. Augustijn, relative aux In epistulam de delectu ciborum scholia, ASD IX-1 [1982], 51-63, p. 59-62 et n. 53.

53 Trad. P. Mesnard, La Réfutation de Clichtove, op. cit., p. 387 (= CWE 83, 131-132 ; Dilutio, éd. Telle, p. 84-85 : Quoties igitur Iodocus hic repetit, censet Erasmus, et docet Erasmus, et conatur Erasmus, toties aberrat a uero. Nec enim censet qui declamat, nec illic loquor, nec quae dicuntur omnia ex animi sententia deprompta sunt. Declamator sic torquet argumentum, si omnes amplecterentur uirginitatem, periret uniuersum hominum genus).

54 ASD I-5, 386, l. 17-18= TF, f. a. ii.

55 Cf. E.V. Telle, Érasme de Rotterdam et le septième sacrement, op. cit., p. 160-176 ; le lecteur en est d’ailleurs prévenu par une note initiale (« Les divisions et subdivisions sont miennes. Je laisserai parler Érasme en ses propres termes. Le lecteur comprendra aisément quand j’interromps l’analyse pour parler en mon propre nom » ; ibid., n. 12, p. 160).

56 ASD I-5, 386, 1. 28= TF, f. a. iii.

57 Le plan en cinq parties proposé par Quintilien peut être évidemment réduit au système quadripartite d'origine aristotélicienne si l’on fait de la probatio (arguments favorables) et de la confutatio (arguments contraires) deux sous-parties de 1’argumentatio. C’est à ce système que se réfère J. Chomarat, Grammaire et rhétorique, op. cit., II, p. 949, tout en soulignant qu’Érasme s’éloigne du schéma attendu (ibid., p. 950).

58 Cf. De conscribendis epistolis, ASD I-2, 209-210. Sur l’innovation que représente la formule res tamen multiplex propeque ad infinitum varia, appliquée par Erasme au genre de la lettre (ibid., 1. 7), voir M. Fumaroli, « Genèse de l’épistolographie classique : rhétorique humaniste de la lettre, de Pétrarque à Juste Lipse », in : Revue d'Histoire Littéraire de la France 78 (1978), 886-905, p. 889 notamment ; à compléter par J. Altmann, « Pour une histoire culturelle de la lettre : l’épistolier et l’État sous l’Ancien Régime », in : M. Bossis (Éd.), L’Épistolarité à travers les siècles geste de communication et/ou d’écriture. Colloque de Cerisy-la-Salle, Stuttgart, 1990, p. 107-108.

59 Pour ces distinctions entre vérité d’ordre général (thesis) et confrontation de celle-ci à un cas particulier (hypothesis), se reporter à l’article, toujours commode, de R. Barthes, « L’ancienne rhétorique. Aide-mémoire », in : Communications 16 (1970), 172-229, p. 210.

60 Se reporter aux subdivisions A et B de la thèse et de l’hypothèse, supra, p. 10-11. Les arguments « positifs » ne trouvèrent pas grâce non plus devant les censeurs : c’est ainsi que la remarque d’Érasme, Postremo nos imaginatione foedum reddimus, quod suapte natura pulchum ac sanctum est (ASD I-5, 399, 1. 194-195), jugée « contraire à l’Écriture Sainte et aux Docteurs Catholiques », représente la 10e proposition condamnée, d'après le manuscrit saisi chez Berquin (cf. J.-C. Margolin, ASD I-5, n. ad 1. 190-191 ; voir aussi J. Clichtove, Propugnaculum, II, 32, f° 124). Dans ses notes et commentaires à la Declamation, E.V. Telle a indiqué les dix-huit propositions condamnées, ad loc. (TF, p. 176, 177, 182, 184, 185-186, 187, 188, 191, 193, 196, 198, 201, 202, 211).

61 Cf. J. Chomarat, op. cit., II, p. 954.

62 J.-C. Margolin, « L’idée de nature dans la pensée d’Érasme », art. cit. p. 9, n. 1. L’auteur rappelle en effet qu’à côté des Encomia Moriae, matrimonii et artis medicae, de la Laus vitae monasticae (= De contemptu mundi) et des Declamationes de morte et de pueris statim ac liberaliter instituendis, Erasme avait envisagé des Encomia Naturae et Gratiae qui restèrent à l’état manuscrit (ibid.., p. 9-10 et nn. 1-8 ; cf. Allen, Ep. 1523, ll. 13-15 ; Conceperamus id temporis animo tres simul declamationes, Encomium Moriae, Naturae et Gratiae, sed quorundam morositas fecit ut verterem consilium).

63 Voir, entre autres, P. Mesnard, Érasme. La Philosophie chrétienne, op. cit., p. 14-18 ; C. Augustijn, « Erasmus, Desiderius (1466/69-1536) », in Theologische Realenzyklopädie 10 [Berlin/New York, 1982], 1-18, p. 3-6.

64 Se reporter, pour l’ensemble de la question, à J.K. Farge, Orthodoxy and Reform in Early Reformation France. The Faculty of Theology of Paris, 1500-1543, Leiden (Studies in Medieval and Reformation Thought XXXII), 1985, p. 160-200.

65 Allen, Ep. 1579, 11. 175-192: Iam pro epistolae conclusione, quod heri de nonnullis tuorum opusculorum in concessu grauissimo propositum extitit, refero. Tui nescio quis amans in Gallicum traduxit eloquium, videlicet Encomium Matrimonii, Orationem Dominicam et Symbolum: si plures sunt, iam non memini. Versiones autem ipse ad nostram Facultatem fuerunt, vt iam Lutetiae fit, praesentatae, quod sciretur expediret eas imprimi necne. Ad id muneris commissi, quae in ipsis versionibus non sana compererant, palam pro more Facultatis recitauerunt. Quibus auditis obstupuere omnes, tua certe non probantes dogmata. Puto interpretem, quem nonnulli suspicantur Ludouicum de Berquin fuisse, tibi, charissime frater, non multum contulisse studio, et formidandum ne futura tibi et Fabro sit communis sors cum Magistris nostris, quos a multis certum est male saepius audire. Vale dicens perseuero in supplicationibus, tui Bedae consiliis, quantum commode poteris, audi, precor, et bene tibi erit. Ex acuto monte Paris, xii Kalend. Iunias. M. D. XXV. Tui, qui ad vota paratus est, Bedae.

66 Ibid., ll. 14-19.

67 Ibid., ll. 20-24.

68 Ibid., l. 42-43 (nouos sine intermissione libros scribendo, Ecclesiae non necessarios).

69 Ibid., ll. 59-66 (et ante Domini oculos humiliaueris animam tuam, de tuo diffisus sensu) et 11. 167-171 (Illius... humilis Doctoris lectio prae cunctis tibi est necessaria, vt tu tibi vilescas, eo solo medio Deo placiturus).

70 Allen, Ep. 1581, ll. 805-807 : Loca quae tua charitas indicauit relegenda, nondum relegi, mox tamen id faciam. Et si dabitur spacium, huic epistolae subnectam quid ex his profecerim.

71 Les connaissances acquises par Érasme en français étaient largement suffisantes pour en juger, ainsi que le rappelle R. Giese, « Erasmus’ knowledge and estímate of the vernacular languages », in : The Romanic Review 28 (1937), 3-18, p. 6-7 et 12.

72 A compléter par M. Mann, « Louis de Berquin et 1’Enchiridion d’Érasme », in : Revue du Seizième Siècle 18 (1931), 89-103.

73 Allen, Ep. 1581, ll. 750-762 (= CWE 11, p. 160, ll. 835-848).

74 Se reporter, pour la question, à l’introduction et à la traduction annotée du Libre arbitre, procurée par André Godin, in : Cl. Blum et al. (Éd.), Érasme, Paris (coll. Bouquins), 1992, p. 683-772.

75 A compléter par L.E. Halkin, « Érasme et le célibat sacerdotal », in : Revue d’Histoire et de Philosophie Religieuses 57 (1977), 497-511, dont le bilan — auquel on pourra joindre l’article d’A.W. Reese, « Learning virginity : Erasmus’ ideal of Christian marriage », in : Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance 57 (1995), 551-567 — rend caduque l’interprétation d’E.V. Telle (à l’exception de l’édition de la Dilutio, dont l’introduction tend à plus d’impartialité). Sur la façon dont Érasme commenta le mariage de Luther, se reporter notamment à la lettre à N. Everard, envoyée de Bâle le 24 déc. 1525 (Allen, Ep. 1653, ll. 15-23), citée également par Telle, ibid., p. 54.

76 TF, resp. p. b. ii, b. 5 (v°), a. iii, a. 7 (v°), a. 4 (v°).

77 Il faut souligner que ce procédé des manchettes fut aussi utilisé à des fins opposées dans les traductions espagnoles, ainsi que l’indique M. Bataillon, Erasme et l’Espagne. Recherches sur l’histoire spirituelle du XVIe siècle, préf. de J.-Cl. Margolin, Genève (Titre Courant 10), 1998 (11937), p. 337-339.

78 Cf. Appendix de scriptis Iodoci Clichtovei, LB IX 812 F (= CW 83, 112) ; Dilutio, éd. Telle, p. 74 (= trad. Mesnard, op. cit., p. 380).

79 Se reporter, pour la question, à J. Chomarat, Grammaire et rhétorique, op. cit., II, p. 937 ; à compléter par l’étude déjà citée de J.-Cl. Margolin, « Érasme et la vérité », in : Recherches Érasmiennes, 45-69, p. 50-51 notamment.

80 La farce des théologastres, éd. cit., p. 119, vv. 619-625.

81 Ibid., vv. 630-634.

82 Cf. P. Bayle, Art. « Berquin (Louïs de) », in : Id., Dictionnaire historique et critique, 5e éd. revue, corrigée et augmentée, Bâle, 1738 (11696), t. I, 539-541, p. 540 : « Theodore de Beze croioit que Berquin eût été en France ce que Luther fut en Allemagne, si François I avoit fait pour lui ce que fit le Duc de Saxe pour Luther (m[Beza, in Iconibus]). »

83 Allen, Ep. 1581, 11. 777-780.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search