Version classiqueVersion mobile

Philologie et subjectivité

 | 
Dominique de Courcelles

Croire à tout, croire à rien

La question du style dans les lettres-préfaces d’Érasme à son édition de saint Jérôme (Bâle, Jean Froben, 1516)

Alexandre Vanautgaerden

Texte intégral

1La Philologie et la Subjectivité trouvent un lieu parfait de conversation au XVIe siècle dans l’édition des œuvres de saint Jérôme. Dans celle-ci l’éditeur, jadis simple élément de transmission, opère désormais des choix et affirme son ou ses points de vue. Si Érasme collationne les textes de l’évêque de Stridon, c’est sous haute surveillance et dans l’obligation (théologique) de révéler ses enjeux et ses méthodes (philologiques). Distinguant le bon grain de l’ivraie, il extrait de l’image générale que l’on avait de 1'auctoritas, un dessin plus fin et plus humain, enrichi de crayonnages marquant les ombres et les faiblesses. Ce faisant, Érasme dégage du fond d’or un nouveau personnage : l’auteur. C’est dans ce paysage que s’engage en 1516 un dialogue entre deux subjectivités : au-delà des siècles, au-dedans des livres.

  • 1 C’est en préparant l’édition de la Vie de saint Jérôme pour la collection des Notuloe Erasmianoe q (...)

2C’est de cela que j’aimerais parler dans ce texte, de ce dialogue qui fait descendre de son piédestal une auctoritas et en fait un auteur. Surgit alors un second auteur, l’éditeur du texte (ici, Érasme) grâce à une discussion sur le style1.

  • 2 Afin de ne pas alourdir inutilement le pied des pages, je donnerai en annexe l’ensemble des référe (...)

3Le corpus érasmien examiné dans cet article outrepasse légèrement le cadre de notre titre2. Il s’agit des pièces suivantes :

  • la lettre dédicace à Guillaume Warham3
  • la Vita Hieronymi4
  • les sept adresses au lecteur5
  • les différentes censura qui commentent les épîtres de Jérôme
  • les titres
  • les petites notes au lecteur qui ne reçoivent pas de titre et qui sont distinctes des adresses pio lectori.

4Pour présenter une masse textuelle aussi importante, la façon la plus simple m’a paru de suivre l’ordre d’apparition de ces pièces dans l’ouvrage publié chez Jean Froben à Bâle en 1516. Le procédé a ceci d’avantageux qu’il permet de sentir comment Erasme compose le portrait de Jérôme, touche par touche, esquissant puis plaçant ses ombres avant de rejeter au revers du triptyque tout ce qui appartient à l’école de Jérôme et non au « maître ». C’est un travail d’attribution à l’italienne, comme on a pu le voir au XXe siècle chez l’historien d’art Roberto Longhi, qu’effectue Érasme dans les œuvres rassemblées sous le nom de Jérôme.

  • 6 Cf. Cornelis Reedijk, Tamen bona causa triumphat. Zur Geschichte des Gesamtwerkes des Erasmus von (...)
  • 7 Cf. Lisa Jardine, Erasmus, Man of Letters: The Construction of Charisma in Print, Princeton Univer (...)

5Pour comprendre l’enjeu dans son ensemble, il conviendrait d’analyser avec précision la façon dont Érasme classe les œuvres de Jérôme. À l’image de ses propres œuvres complètes, l’ordonnancement participe de l’éclairage qu’Érasme projette sur le visage de l’évêque6. Comme le proclament les portraits peints de l’humaniste (« Ses écrits donneront une meilleure image de lui-même »), le plan des œuvres est une donnée essentielle. Il constitue le squelette, la radiographie du portrait, du je de l’auteur7. J’ai finalement décidé de réserver ce travail pour une autre publication car sa nature trop technique aurait dénaturé et allongé exagérément le présent article.

  • 8 Concernant l’activité d’Érasme éditeur de Jérôme, on consultera : Fritz Husner, « Die Handschrift (...)

6L’édition des Lettres de Jérôme est le fruit de nombreuses années de travail solitaire pour Erasme (et collectif pour l’officine bâloise de Jean Froben) qui achève l’entreprise initiée par l’imprimeur Jean Amerbach8. En 1492, le beau-père de Jean Froben avait entamé son projet d’édition de l’œuvre des docteurs de l’Église par celle de saint Ambroise. En 1506, il donne Augustin avant de s’attaquer dès 1507 à Jérôme. À cette époque, Érasme est en Italie préoccupé par ses Adages et c’est Gregor Reisch, le prieur des Chartreux de Fribourg, qui assure la direction éditoriale de cette monumentale aventure patristique et philologique.

  • 9 Cf. la lettre 22, datée par Allen de 1489 dans laquelle il nous relate qu’il a lu toutes les lettr (...)
  • 10 L’ouvrage est publié bien des années plus tard pour la première fois à Bâle chez Jean Froben en ma (...)
  • 11 Cf. Allen, Epp. 138, 139, 149.
  • 12 Au Gonville et Caius College de Cambridge, cf. H. C. Porter, Erasmus and Cambridge, Toronto, 1963.
  • 13 Cf. Allen I 263.
  • 14 Concernant les rapports de l’humaniste avec la patristique, cf. Denys Gorce, « La patristique dans (...)

7Éditer Jérôme pour Érasme représente, à l’instar des Colloques ou des Adages, l’œuvre d’une vie, de sa vie : dans sa jeunesse, en 1484-1487, il étudie chez les Frères de la vie commune, surnommés « Hiéronymites », à Hertogenbosch. Puis, au couvent de Steyn près de Gouda, le moine Érasme recopie avec passion les Lettres9. Dans son premier grand traité, les Antibarbares10, rédigé dans ce monastère, les épîtres de Jérôme apparaissent comme un trésor, un arsenal rempli d’arguments contre les barbares, c’est-à-dire contre les contempteurs des belles lettres. Mais, vers les années 1500-150111, après son séjour en Angleterre, Érasme se propose d’éditer méthodiquement saint Jérôme parallèlement à un autre grand chantier : l’édition bilingue du Nouveau Testament encadré d'Annotations, qui paraîtra à Bâle la même année que le Jérôme. En 1511, Érasme enseigne en Angleterre les Lettres et l'Apologie contre Ruffin12. En 1512, Josse Bade, à Paris, essaye de négocier avec Érasme afin d’obtenir le droit de publier son Jérôme13 mais l’humaniste refuse car son ouvrage n’était pas encore achevé14.

  • 15 Cf. E. Hilgert, « Johann Froben and the Basel University Scholars », in The Library Quaterly, 41, (...)
  • 16 Dans l’édition des Chiliades qui paraît chez Jean Froben à Bâle. Il s’agit de l’adage 2001.
  • 17 L’ouvrage qui contient quatre lettres d’Érasme (dont trois annoncent l’édition du Jérôme) paraît e (...)
  • 18 Une première édition séparée de la Vita Hieronymi paraît dès 1519 chez Cervicornus à Cologne puis (...)

8Érasme arrive à Bâle en 1514 et devient immédiatement l’éditeur en chef de l’entreprise patristique initiée sept années auparavant. Pour mener à bien un tel projet, l’humaniste est entouré de personnalités érudites comme Bruno et Basile Amerbach, Conrad Pellican. Il bénéficie en outre des conseils avertis de Johann Reuchlin et du dominicain Jean Cuno15. Le Jérôme envahit la correspondance d’Érasme à partir de 1514. On retrouve des traces de ce chantier dans l’adage Les travaux d’Hercule, qui paraît dans une version entièrement remaniée en 151516, ainsi que dans la Damiani Elegia qui constitue le premier recueil épistolaire d’Érasme17. Les quatre volumes de lettres de Jérôme paraissent en juin 1516, le reste (supervisé par les deux frères Amerbach) pendant l’été. Le tout forme les premiers opera omnia imprimés18.

***

9Quand on ouvre l’édition de saint Jérôme, on est immédiatement surpris par l’aspect inhabituel de la page de titre qui ne répond pas aux canons esthétiques de l’officine frobénienne. Celle-ci utilise fréquemment des bordures historiées ou frappe les entrées en matière de la célèbre marque au caducée qui occupe généralement les deux tiers de la page.

10Ici, de façon inattendue, nous ne trouvons que du texte, rien que du texte, sans bordure ni marque d’imprimeur. Le texte y est centré sans se plier aux formules habituelles des compositions en triangle ou en sommaire. Le nom de l’imprimeur est absent et l’on ne trouve comme adresse que la mention : Apud inclytam Basileam ex acuratissima officina frobeniana. Le titre, sobrement, décrit le contenu du premier tome :

  • 19 Cf. Annexe, pièce 1.

« Tome premier des œuvres complètes de saint Eusèbe Jérôme de Stridon, comprenant ses écrits paranétiques — c’est-à-dire ceux dont le but est d’inciter à une vie droite — ainsi que les arguments et les scolies de Désiré Erasme de Rotterdam. C’est par ses soins, dans toute la mesure du possible, qu’ont été corrigés les passages qui auparavant étaient très corrompus et restaurés ceux qui avaient été mutilés. »19

  • 20 Cette page est reproduite dans les Collected Works of Erasmus, Patristic scholarship. The edition (...)

11Typographiquement, seul le TOMVS PRIMVS est souligné par un changement de casse20. Au verso du premier folio nous trouvons le privilège accordé par Léon X et par l’empereur Maximilien.

  • 21 Cf. Annexe, pièce 2.

« Privilèges. Léon X, pontife romain, voue aux furies comme ses lettres en informent, celui qui imprimerait cet ouvrage ou une partie de cet ouvrage dans les cinq prochaines années, comme il est précisé dans le document (in literis). De même, Maximilien César Auguste interdit à quiconque à l’intérieur du saint Empire romain, d’imprimer ces volumes de saint Jérôme, soit en partie soit entièrement, dans les cinq ans à compter d’aujourd’hui et d’importer une édition imprimée ailleurs sous peine de confiscation des livres et de dix marcs d’or pur ; dont il cédera la moitié au fisc impérial et le reste aux typographes, comme les contrats de concession de l’empereur l’expliquent plus abondamment. »21

12Au recto du second folio, contrastant avec la sobriété épigraphique de la page de titre, apparaît la dédicace de l’ouvrage à Guillaume Warham, archevêque de Cantorbéry, encadrée de quatre bandeaux où s’égaient des satyres et des angelots musiciens et gravés par Urs Graf. L’adresse à Warham, qui devait recevoir la dédicace du Nouveau Testament avant que l’humaniste ne change d’avis et l’offre au pape Léon X, fonctionne comme l’incipit d’un incunable et insiste sur les titres de l’archevêque :

« Érasme de Rotterdam, Docteur en théologie sacrée, au Révérendissime père et seigneur Guillaume Warham, archevêque de Cantorbéry, primat de toute l’Angleterre et grand chancelier du dit royaume. »

  • 22 Cf. Allen II 396.

13La dédicace elle-même22, telle une miniature, rassemble toutes les idées qui vont se déployer dans les pièces liminaires des quatre tomes de Lettres ainsi que dans la Vita. Rédigée après coup par Erasme et datée du 1er avril 1516, cette dédicace constitue un véritable compendium qui permet au lecteur de saisir d’emblée la totalité des enjeux :

  1. Réflexion sur la transmission des textes saints, la négligence des chrétiens et la dégénérescence des belles lettres.
  2. Érasme dépeint un nouveau tableau du saint, sur le vif, c’est-à-dire sans son lion et dégagé de l’apport de l’hagiographie.
  3. Difficulté du travail philologique.
  4. Description de son travail d’annotateur.
  5. Réorganisation de l’œuvre de Jérôme.

14L’humaniste termine sa dédicace en marquant significativement son droit de propriété sur l’œuvre de Jérôme :

  • 23 Allen II 396, 11.350-357. J’utilise ici la traduction de l’édition Gerlo II, p. 314, II. 432-445.

« (...) j’ai emprunté à Jérôme un peu de ce que je te [Warham] devais. (...) c’est Jérôme lui-même qui nous a tracé notre ligne de conduite. Dans sa préface au Livre des Rois, il dit à plusieurs reprises que cet ouvrage est sien : “En corrigeant tout”, dit-il, “en choisissant et transformant sans cesse, nous l’avons fait nôtre, et c’est à bon droit que nous le revendiquons”. En vertu de ce principe, pourquoi ne ferais-je pas moi-même aussi valoir mes droits sur les livres de Jérôme ? Tant de générations les avaient négligés, et je les ai recueillis, comme un héritage vacant, pour les mettre, au prix de labeurs incalculables, au service de la vraie théologie. »23

***

15L’epistola nuncupatoria se termine au verso du quatrième feuillet du premier cahier. Au recto du folio 5, une même mise en scène opulente introduit à la Vita Hieronymi : quatre nouveaux bandeaux signés Urs Graf encadrent le texte. Dans le bandeau inférieur, apparaît pour la première fois le nom de l’imprimeur accompagné d’une devise exemplaire, moitié en latin, moitié en grec :

  • 24 Cf. Annexe 1, pièce 4. Cette page est reproduite dans les Collected Works of Erasmus, op. cit., p. (...)

« Jean Froben l’a imprimé. On me critiquera plus rapidement que l’on ne m’imitera. »24

  • 25 Cf. Isabelle Diu, « Medium typographicum et respublica literaria : Le rôle de Josse Bade dans le m (...)

16Le nom de l’imprimeur ne se retrouvera pas avant le colophon du tome quatre : après la question du statut intellectuel du peintre, du sculpteur ou de l’éditeur, celle de l’imprimeur est un autre débat identitaire du XVIe siècle. Mais ce dernier mettra longtemps à être pris au sérieux par les auteurs qu’il éditait25.

  • 26 Cf Annexe 1, pièce 4. L’édition latine de la Vita de Wallace K. Fergusson in Opuscula Erasmi, La H (...)
  • 27 Cf. Fergusson, II. 136-988.
  • 28 Cf. Fergusson, II. 989-1276.
  • 29 Cf. Fergusson, II. 1277-1564.

17Érasme, au début de son récit, se débarrasse de l’hagiographie présente dans les versions médiévales26 : il entreprend de dresser le portrait du saint, d’après ses écrits27. Viennent ensuite deux réfutations aux critiques généralement admises : la première, Jérôme était-il réellement un saint ?28 La seconde, qui nous intéresse plus particulièrement, Jérôme était-il un grand écrivain ?29

  • 30 Cf P. Antin, « Autour du songe de saint Jérôme », in Recueil sur saint Jérôme, Bruxelles, Latomus, (...)
  • 31 Cf Pierre Jay, Jérôme lecteur de l'écriture, Paris, Éd. du Cerf, Supplément aux Cahiers Évangile, (...)

18Le point de départ de la confutatio érasmienne est le récit de Théodore Gaza sur la tentative d’érémitisme de Jérôme au désert de Chalcis. Dans sa lettre à sa jeune disciple Eustochie (Lettre 22, 30)30, l’ancien disciple du grammairien Donat, encore sous le charme de la littérature classique, se voit ravi en esprit devant un tribunal divin qui met en doute la sincérité de sa tentative ascétique : « Tu mens, c’est cicéronien que tu es, et non pas chrétien ; là où est ton trésor, là aussi est ton cœur. »31. Histoire que Gaza commente ironiquement en ajoutant que Jérôme eut à souffrir plus de coups que prévu car il n’était guère cicéronien.

  • 32 L’ouvrage fut publié dans un volume in-8° en mars 1528 à Bâle par le fils de Jean Froben, Jérôme, (...)

19Érasme a dû se sentir doublement atteint par le trait d’esprit de Gaza car il avait ressenti dans sa jeunesse, comme Jérôme, un léger dégoût pour la langue grossière que l’on trouve dans les Évangiles. D’autre part, le Ciceronianus es, non christianus devait résonner étrangement dans l’esprit de l’humaniste qui écrira douze années plus tard son Ciceronianus32. Erasme, dans sa défense de Jérôme, entame alors un débat sur la nature de la pureté romaine, sur la différence existant entre le cicéronianisme, l’éloquence et sur la possible harmonie entre l’éloquence et la piété chrétienne. Il doit néanmoins se résoudre à avouer :

  • 33 J’utilise ici la traduction de Jacques Chomarat dans son article cité à la note 1. Pour le texte l (...)

« Mais je dirai à contrecœur ce que j’ai pourtant constaté très réellement : il y a beaucoup de gens si adonnés aux lettres profanes qu’ils jugent dépourvu de savoir et d’éloquence, méprisable, tout ce qui contient des mots de la foi chrétienne. Les noms de Romulus, de Camille, de Fabricius, de Jules font leurs délices ; ceux du Christ, de Paul, de Pierre, de Barthélemy leur donnent la nausée. »33

  • 34 Cf Fergusson, II. 1385-1386.
  • 35 Pour l’analyse de l’aspect rhétorique de la Vita, on consultera l’article de Jacques Chomarat ains (...)

20Érasme passe alors en revue quelques auteurs du XVe siècle (Lorenzo Valla, Hermolao Barbaro, Ange Politien) qui, malgré leur qualité, ne peuvent soutenir la comparaison avec l’éloquence de Jérôme34. Et l’humaniste de se lancer dans un panégyrique de l’éloquence de Jérôme, comme l’a bien remarqué Jacques Chomarat35, sous la forme des « têtes de chapitre d’un véritable traité de rhétorique » utilisant une longue suite d’interrogations oratoires. Notons, car le problème va se répéter, qu’Érasme échoue à définir ici le style de Jérôme mais qu’il compose davantage le portrait de l’orateur idéal. Et, après la suite d’interrogations oratoires, il poursuit son éloge à l’aide d’autres figures rhétoriques, tel l’oxymoron, puis utilise de nombreuses antithèses. Pour conclure son éloge, Érasme, par un tour de passe-passe dont il a le secret, parvient à inverser la proposition initiale de Théodore Gaza : si être cicéronien c’est être éloquent, alors Jérôme surpasse Cicéron car il possède des qualités d’éloquence qui font défaut à Cicéron. Et, afin de ne pas entamer de polémiques inutiles, il avance que ses contemporains ne sont pas à même de juger la chose car malgré la renaissance des belles lettres, peu sont assez lettrés pour évaluer avec pertinence la véritable éloquence...

21Nous n’ignorons plus, dès l’entrée de son édition des Lettres, que Jérôme est éloquent, supérieur même en ce domaine à Cicéron. Bon chrétien, grand écrivain, il possède un style unique. Oui, mais... lequel ?

***

  • 36 Cf. Annexe, pièce 5 : « Afin qu’on se rende mieux compte de tout ce que la chrétienté doit à Jérôm (...)
  • 37 Cf. Annexe, pièce 5, adresse au scribe : « Je te conjure, toi, qui que tu sois qui aurais (re)copi (...)

22Après avoir dressé dans la Vita le portrait de Jérôme et du travail de son éditeur, défendu son rang dans l’histoire de la littérature et dans l’ordre de l’Église, l’humaniste s’attaque à la partie la plus importante, à l’œuvre même qui, aux yeux d’Érasme, est la véritable demeure du saint. Le troisième cahier (α6) de l’édition frobénienne est consacré à l’organisation de l’œuvre de Jérôme. L’humaniste la classe en cinq ordres, comme l’annonce une notule36 suivie d’un index donnant les titres (plus les incipit), avec la tomaison et la foliotation. À la fin de cet index, on trouve une liste des œuvres qui ont disparu. Les différents index sont suivis, au folio y 6 v°, d’une petite note typographiée en forme de coupe qui apparaît comme une supplique aux scribes37.

  • 38 Le quatrième et dernier cahier (δ8), avant le début de l’œuvre de Jérôme proprement dite, contient (...)
  • 39 Ce catalogue imprimé sur deux colonnes (latin-grec) n’est pas sans nous rappeler le travail parall (...)

23Après les quatre premiers cahiers38 commence l’édition des lettres de Jérôme. Ce premier ensemble de lettres d’œuvres certaines contient 117 folios avec au recto du f° 117, l’indication : primi tomi finis puis, un folio blanc non folioté. Au f° 119, « isolée » entre le premier et le deuxième tome, s’inaugure la lettre de Jérôme à Dexter, préfet du prétoire. C’est le fameux Catalogus scriptorum ecclesiasticorum, éclairé par les scolies érasmiennes. En prélude à ces scolies39, Érasme a inséré au milieu du folio 138, sans mise en scène typographique particulière, une première adresse au lecteur. Celle-ci est assez courte (1 878 caractères) et développe le premier thème de la dédicace à Guillaume Warham, la négligence des chrétiens vis-à-vis des belles lettres et en particulier du texte de Jérôme, ce qui témoigne de la décadence et de l’endormissement des évêques et des théologiens. La lettre possède un passage vigoureux où Érasme s’emporte contre :

« ... cette engeance sordide d’écrivains, faiseurs de sentences, de sommes, de cahiers, de miroirs, dont le seul rappel, ô dieu immortel, provoque la nausée aux esprits généreux et bien nés. »

  • 40 Communiquant la chose à René Hoven, celui-ci a eu l’amabilité de me signaler que ces termes seraie (...)

24Exemple supplémentaire de cette extraordinaire inventivité lexicographique d’Érasme dans l’emploi de fascicularius, specularius, sententiariorus, summulariorus. Ce dernier terme fut déjà employé dans la dédicace à Guillaume Warham40.

  • 41 Sur le thème de la sueur dans l’officine frobénienne, voir notre article et la bibliographie qui l (...)

25Au f° 141 v°, on trouve, dans le colophon typographié sous la forme d’une coupe, un hommage à l’ensemble des personnes qui ont produit le saint Jérôme qui, comme à l’habitude dans l’officine frobénienne, ont beaucoup transpiré41 :

  • 42 Cf. Annexe, pièce 7.

« Tome premier des œuvres de saint Jérôme, embrassant ce qui est le plus utile à l’instruction de la vie, avec pour couronner le tout un index des écrivains illustres. Ce tome, corrigé avec toute la diligence possible et illustré de scolies érasmiennes, a été terminé avec bonheur à Bâle la glorieuse, l’an de la rédemption 1516. Jouis-en mon lecteur et souviens-toi que cela s’est construit avec l’aide d’un grand nombre d’hommes érudits, au prix de sueurs qui peuvent difficilement être imaginées. »42

26L’Index du Catalogue des écrivains ecclésiastiques, typographié simplement sur cinq colonnes au recto du folio suivant, est suivi de trois pages blanches, comme un peu de calme au milieu de la houle. Ces pages vierges achèvent le premier tome.

***

  • 43 L’adresse bibliographique renseigne : Basileæ. M. D. XVI.

27Le tome deux possède une page de titre similaire à celle du premier43. Au verso, figure une seconde adresse au lecteur assez courte (823 caractères), typographiée sous la forme d’un triangle. Elle reprend copiosius le contenu du titre en insistant aussi sur la particularité du travail critique d’Érasme qui, malgré son expurgation, n’ampute pas le texte transmis par la tradition (les œuvres bâtardes sont rejetées dans des annexes). Dans l’adresse au lecteur, l’humaniste oppose non sans malice la beauté à la tradition.

  • 44 Cf. Annexe, pièce 10.

« Celui qui n’approuve pas notre jugement en ceci, ne s’inquiète pas car il possède tout ce qui avait été édité antérieurement, même avec quelques suppléments et il possède une version imprimée avec plus d’élégance, plus de correction que jamais auparavant. Je m’adresse à ceux qui recherchent une langue plus élégante et ne blessent pas ceux qui préfèrent se contenter de l’ancien style. »44

28Au folio 2 r°, débute une des pièces maîtresses de notre corpus, la troisième adresse au lecteur, une longue préface (35 432 caractères), s’étendant sur six pages en petits caractères romains, remplies d’abréviations, dans laquelle Érasme explique à son lecteur comment, grâce à l’analyse stylistique, il est parvenu à authentifier les œuvres du saint.

29Dans l’exorde, l’humaniste explique comment Jérôme composait ses écrits, mélangeant des ouvrages austères à des lettres familières :

  • 45 Cf. Annexe, pièce 11, extrait 1.

« ...il séduit par toutes sortes de petits moyens innocents — afin que les préceptes, pareils à des médicaments, en eux-mêmes un peu trop amers, puissent être absorbés plus volontiers lorsqu’ils sont enrobés de miel — tantôt il console pour instruire, tantôt il réprimande pour amender, tantôt il raconte une histoire, pour que l’image de la piété saute aux yeux, comme si elle était peinte sur un tableau, ou il met en scène des personnages, parfois même il badine entre amis, pour ce faisant inciter à la piété. »45

  • 46 Pour les préfaces au Nouveau Testament, cf. Érasme, Les préfaces au Novum Testamentum (1516) avec (...)

30L’image du tableau est courante dans la philosophia Christi d’Érasme, où la peinture est réservée aux illiterati à qui il désire s’adresser. On retrouvera les mêmes idées dans les préfaces d’Érasme au Nouveau Testament et dans sa très belle préface à la Paraphrase de Mathieu46. Pour l’humaniste, l’érudition contemporaine est farcie de balivernes au point que si « Jérôme lui-même ou Paul revenait de trépas, au milieu de tels sophistes, il ne comprendrait plus rien à la théologie. » Néanmoins, Érasme, bon prince, admet qu’on trouve à cela quelque beauté, mais il préfère lui des beautés plus exquises... Et même si la théologie enseignée recueille les faveurs du plus grand nombre, la quantité ne remplace pas la qualité. Érasme énumère les causes de la corruption qui nous détourne des écrits de Jérôme. Parmi ces causes, il stigmatise la paresse et la fraude, les pratiques des libraires et des étudiants qui composent des volumes regroupant des textes d’auteurs différents autour d’un même thème, les confusions régnant dans la façon d’intituler les œuvres et les agissements d’un imposteur (dont l’humaniste nous parlera abondamment dans le troisième tome). Et même l’imprimerie si profitable à Érasme peut jouer un rôle négatif par sa capacité à diffuser une seule erreur en deux mille exemplaires à travers la terre.

31La nécessité de remédier à toutes ces corruptions est vitale pour Érasme car elles défigurent un texte saint qu’il ne convient pas de laisser dépérir plus longtemps. Pour cela, il décide de recourir à l’étude du discours et du style de Jérôme car :

  • 47 Cf. Annexe, pièce 11, extrait 2.

« À chacun son visage, sa voix et son caractère. De même, à chacun son style. Comme l’image d’un corps se reflète de façon toujours identique dans un miroir, ainsi le fonctionnement de l’intellect apparaît dans le style. »47

32Il va donc analyser la salive, le goût des écrits de Jérôme (Videlicet stilus et saliva docere me poterunt). Érasme n’est pourtant pas sans savoir que le style d’un auteur varie. Il prend comme exemple Cicéron puis, ses propres écrits :

  • 48 Cf. Annexe, pièce 11, extrait 3.

« Et moi-même aujourd’hui, je ne discute pas de ces choses avec le même discours que celui que j’ai utilisé jadis pour louer le prince Philippe et il va de soi que j’ai écrit différemment mon éloge et mes scolies car je sais qu’écrire un éloge est une chose et des scolies une autre. »48

33Érasme évoque ici son Panégyrique à Philippe le Beau (1504), l’Éloge de la folie (1509-1511) et son Jérôme (1515). Si le style varie, cela est dû à plusieurs éléments : parfois nous voulons faire l’expérience de la variété ou nous essayons de rencontrer le désir d’autrui, parfois aussi selon nos humeurs. Pour l’humaniste c’est là une donnée qu’il faut prendre en compte dans la définition du style d’un auteur, car :

  • 49 Cf. Annexe, pièce 11, extrait 4.

« Le visage d’un homme en colère est différent de celui d’un homme serein ; celui d’un homme triste, de celui d’un homme joyeux. Et pourtant, cela ne t’empêche pas de reconnaître le visage d’un homme qui t’est connu. »49

34Mais, pour qu’il y ait style, il faut qu’il y ait un artiste, ce qui n’est pas toujours le cas et l’humaniste batave ne peut s’empêcher, de citer quelques auteurs scolastiques :

  • 50 Cf. Annexe, pièce 11, extrait 5.

« Tu ne pourrais pas facilement distinguer le style de Tartaret du discours de Bricot et, par Hercule, tu ne pourras pas distinguer celui de Dun Scot d’Occam ou d’Hugo Carrarius de celui de Nicolas de Lyre, ni des bons à rien d'autres bons à rien, ni des décombres d’autres décombres ? »50

35Aut scopas a scopis, aut rudera rudere : l’expression est brutale. Érasme illustre alors son propos d’exemples empruntés à l’art de la peinture et de la musique tirés de Pline. Un élément qui revient souvent dans son argumentaire est celui du praticien. Un musicien reconnaîtra un musicien, un sculpteur un autre sculpteur, un peintre, un peintre. Il met en garde le futur éditeur de texte de ne pas se laisser abuser par des tics de langage qu’il aurait repérés chez un écrivain car les faussaires sont habiles à truffer leurs « apocryphes » de tels miroirs aux alouettes. Énonçant cela, il tire une série d’arguments qu’il ne va pas chercher dans Jérôme mais chez Quintilien, Sénèque, Aulu Celle, Apulée ou Augustin.

36Petit à petit, on en vient à se demander de quoi est fait, en définitive, le style de Jérôme ? Mais chaque fois qu’Érasme s’apprête à le définir, curieusement il glisse vers un plan plus général ou vers un autre auteur, dressant un tableau général de l’orateur plus qu’un portrait particulier de Jérôme. Ainsi après avoir approché le style de plusieurs écrivains antiques, il énumère de façon rhétorique les différents aspects qui composent généralement le style d’un auteur : l’aspect du langage, le fil conducteur du discours, les figures de style, le raisonnement, le jugement, le type d’argumentation employé, l’imagination, la façon de traiter les choses, les sentiments (ce que les Grecs appellent ἦθος). Puis, revenant à Jérôme : ses « qualités sont si nombreuses et si remarquables que la comparaison avec n’importe laquelle de celles-ci (les œuvres qui lui sont faussement attribuées) suffit à faire la différence... » Et, pour conclure ce bel aveu d’impuissance à définir le style de Jérôme :

  • 51 Cf. Annexe, pièce 11, extrait 6.

« Pour résumer, il y a un penchant particulier de son cœur et de son esprit que l’on peut percevoir plutôt qu’expliquer. »51

37On ne pouvait être plus vague ! À cela font écho certaines des scolies de l’ouvrage, au folio 53 v°, par exemple, à propos du De his quœ deo in scripturis sanctis attribuentur, Érasme donne cette introduction laconique : Nihil est in hoc opusculo, nec sermonis, nec eruditionis, nec pectoris, quod Hieronymum resipiat.

***

  • 52 Cf. Annexe, pièce 12.

38La première partie du troisième ordre se termine au folio 100 v°. Sans aucune particularité typographique, la deuxième série de ce tome débute au folio suivant avec une nouvelle épître au lecteur qui se contente seulement de décrire le contenu de la série52. La série prend fin au folio 188 r°, l’imprimeur laissant le verso vierge pour entamer la troisième série avec un nouveau cahier au folio 189 r°.

39La troisième et dernière partie du second tome, consacrée aux travaux savants dont le titre atteste un autre auteur, s’inaugure par une nouvelle longue adresse au lecteur (33 691 caractères) qui va s’en prendre à l’imposteur qui a corrompu les ouvrages de Jérôme. C’est une très belle lettre, différente de l’adresse au lecteur précédente que l’on pourrait appeler La lettre sur le style, beaucoup plus emportée et animée du souffle que l’on retrouve dans les écrits polémiques d’Érasme. De façon caractéristique, alors qu’il avait subtilement énoncé dans la lettre précédente les différentes causes qui pouvaient engendrer le désordre actuel des œuvres de Jérôme, il ramasse toutes ces causes en un seul personnage, haï, qu’il rend responsable de la débauche actuelle. En lisant ces lignes, on pense souvent aux diatribes érasmiennes contre Edward Lee, Stunica ou Aléandre et l’on s’étonne même de ne pas voir apparaître leur nom au détour d’une phrase. Heureusement pour eux, l’imposteur avait agi tout au long du Moyen Age alors qu’ils n’étaient point encore nés...

40Dès l'introduction de son épître, Érasme revient sur les textes dont il a expurgé la première série du tome II :

  • 53 Récipient dans un bateau où s’accumulent les eaux usées et où règne une odeur pestilentielle.
  • 54 Cf. Annexe, pièce 13, extrait 1.

« Il ne m’échappe pas, cher lecteur, que dans la première série de ce tome, nous avons délaissé quelques ouvrages qui exhalaient le fumet de la bêtise et du balbutiement de cet imposteur, dont nous avons rejeté les inepties à l’extrême fin de ce volume, comme dans une semine53, seul lieu dont elles sont dignes. Si, comme je l’ai affirmé plus haut, je n’avais estimé qu’il était plus humain et plus modéré de se tromper dans cette partie-ci en tolérant d’y maintenir des passages qui méritaient d’être rejetés plutôt que d’exclure quelque chose qui vaut tant soit peu la peine d’être lu, imitant en cela les juges équitables qui généralement sont plus enclins à absoudre qu’à condamner... »54

  • 55 Adage 488.
  • 56 La première histoire met en scène à Cambrai, dans le château de l’évêque Henri de Berghes, un Sici (...)
  • 57 Guillaume Cop, le médecin du roi de France, dans un banquet de médecins prend une branche de persi (...)
  • 58 Une personne anonyme remet à un érudit, « parmi les plus fameux d’Italie », une page arrachée d’un (...)
  • 59 Cf. Allen II 326. Les trois fables se concluent par la morale suivante : « Tant est grande même ch (...)

41Ensuite Érasme insiste sur l’importance de connaître les classiques pour être à même de distinguer le vrai du faux. Si l’on ne connaît que les inepties des sophistes on ne peut lire, selon l’adage, qu’avec une règle blanche (Amusis alba)55, c’est-à-dire, sans discernement. L’humaniste, pour illustrer son propos, relate alors trois anecdotes qui témoignent de la force des préjugés, même chez les érudits (l’histoire de Faustus Andrelinus et de Pierre Santeramus56, de Guillaume Cop et du persil57 et, pour terminer, celle de l’anonyme et de Cicéron58). Je ne m’attarderai pas sur ces trois belles fables contemporaines car elles ont été publiées dans la correspondance établie par P. S. Allen qui en a donné le texte latin59.

42Tout le long passage suivant s’attaque à ce fameux imposteur qu’Érasme ne nommera jamais et fait écho à sa présentation dans la Vita :

  • 60 Nous empruntons la traduction d’André Godin (à paraître). Cf. note 1.

« ...lui qui avait chanté les louanges du Christ et des saints d’une voix pleine de miel et de sagesse, voici que par je ne sais quel destin il tomba sur un fort en gueule toujours égal à lui-même et à l’opposé de Jérôme, au point que l’on ne sait plus ce qu’il faut le plus retenir en lui : une langue prodigieusement infantile et bafouillante, une évidente ignorance de la littérature, une extraordinaire audace dans le mensonge. Un homme qui mériterait assurément, s’il était en vie, d’être lapidé publiquement des mains du genre humain tout entier, lui qui prenait la totalité des mortels pour des pierres et non pour des hommes. De fait, à lire ses enfantillages et à moins d’être complètement ramolli, comment ne pas déceler aussitôt l’histrion de comédie qui, rejouant pour nous les Vertumne ou les Protée, devient successivement Eusèbe de Crémone, Cyrille, Augustin, parfois Damase si çà lui chante et — oh ciel ! — à plusieurs reprises Jérôme en personne. Mais peu importe le plumage dont il se revêt pour paraître devant nous, toujours son ramage dénote un identique coucou : partout le même charme du dire, la même grâce du discours. Pour couper court, sa stupidité éclate vraiment à plein quand il montre Jérôme confiant peu avant de mourir ses Commentaires à Damase lequel, au témoignage répété de Jérôme lui-même, décéda avant ce dernier. »60

43Dans l’adresse au lecteur, l’humaniste nous apprend que ce corrupteur est, comme lui, graphomane et qu’il ne s’est pas contenté d’infecter Jérôme mais également Augustin, Ambroise, Cyrille ainsi qu’Eusèbe et beaucoup d’autres. Il lui découvre un tel goût pour la tromperie qu’il se demande si l’imposteur ne jouit pas secrètement de ses méfaits, pareil aux adolescents actuels diffusant urbi et orbi des virus informatiques :

  • 61 Cf. Annexe, pièce 13, extrait 2.

« Mais peut-on imaginer que sa maladie, parmi les innombrables folies de l’espèce humaine, consista à trouver le bonheur en trompant dans un monde où l’on célébrerait les inepties d’un nébulon, sous le masque de tant d’hommes illustres ? Il y a en effet certaines personnes qui sont nées pour tromper et y trouvent du plaisir, souvent même sans avantage mais à leur détriment. Tant est grande la passion de dominer. Peut-on imaginer même qu’il jouisse de l’erreur de ses lecteurs et qu’il considère qu’une telle volupté justifie son labeur ? »61

44L’humaniste, en conclusion, se félicite, pour le bonheur des études chrétiennes, que cet imposteur ait été dépourvu d’éloquence ce qui lui offre une dernière occasion de définir le style de Jérôme. Et là, Érasme commet un lapsus des plus remarquables qui signe la marque de son impuissance à définir ce fameux style inimitable de Jérôme. À nouveau, il repose la question fatidique :

« Quels dons devrait-on posséder pour être pris pour un Jérôme ? »

45à laquelle il répond en définissant... le style d’Augustin et d’Ambroise... :

  • 62 De doctrina christiana, 2, 6.
  • 63 Cf. Annexe, pièce 13, extrait 3.

« Augustin possède quelque chose de fleuri et de “pittoresque’’ et pour dire ainsi de Carthaginois, il possède une argumentation qui n’est pas désagréable, des tournures dont il avoue tirer son délice dans le livre qui s’intitule De la Doctrine Chrétienne62. Saint Ambroise est le témoin d’une espèce de sommet dans l’école de rhétorique et nous chatouille au moyen de nombreuses allusions implicites. »63

46Le tome 2 se referme, comme le tome 1, sur une page blanche, vierge de toute marque d’imprimeur, ce qui est inhabituel chez Jean Froben. La page de titre du tome 3 est à l’image des deux précédentes, sobre, résumant le contenu et ne mettant l’accent que sur la tomaison, sans se préoccuper particulièrement de l’auteur (Jérôme) ni de l’éditeur (Érasme). La seule différence consiste en l’absence d’adresse bibliographique. Au verso du titre, on peut lire un sixième avis au lecteur qui occupe tout le folio (3 963 caractères). Dans cette lettre qui présente les écrits apologétiques de Jérôme, l’humaniste semble s’auto portraiturer quand il justifie la virulence du saint par la qualité de son éloquence qui n’est jamais aussi belle que là où il invective les hérétiques, à la manière de Cicéron dont la douleur vivifie le style (Cf. Pièce 14). Le troisième volume se referme sur deux folio blancs.

***

47Le quatrième et dernier tome possède une page de titre sans surprise et, au verso, la dernière adresse au lecteur typographiée sous la forme d’une coupe (1 803 caractères). Cette épître n’est pas en rapport direct avec notre sujet et expose l’ordonnancement du volume (cf. Annexe, pièce 15). Le tome se termine par un colophon dans lequel est nommée l’officine de Jean Froben. Le registre des signatures qui suit englobe les quatre premiers tomes, distinguant ainsi en deux blocs cette édition des opera omnia de Jérôme supervisées par Érasme, puis par les fils Amerbach pour les cinq derniers tomes.

***

  • 64 Sur ce thème, cf. D. N. Losse, « From Auctor to Auteur. Authorization and Appropriation in the Ren (...)

48Cet ensemble de lettres-préfaces absentes de l’édition de P.S. Allen est extrêmement intéressant et s’apparente bien souvent à un discours sur le style, même si elles mettent en lumière une faiblesse surprenante chez l’humaniste incapable d’analyser ce qu’il chérit tant : le style de Jérôme. On peut y lire de très belles pages érasmiennes car à de nombreux moments on le sent tellement proche de son modèle que l’on ne sait plus exactement s’il nous parle du saint ou de lui-même. Mais, le plus passionnant, malgré toutes ses hésitations, réside dans sa tentative à définir ce qu’est un auteur. Dominique de Courcelles, dans le texte qu’elle offrait comme méditation aux participants de cette journée d’étude, soulignait fort à propos : « À la fin du Moyen Age et à la Renaissance, les institutions traditionnellement gardiennes des savoirs et des interprétations sont remises en question, cependant que le sujet interprétant advient à la conscience de soi comme auctoritas propre. Celui qui lit et interprète devient un sujet responsable, un auteur. »64 Ainsi, en 1516, voyons-nous Érasme réfléchir sur ce que pourrait être le droit d’auteur :

  • 65 Cf. Annexe, pièce 13, extrait 4. Il est intéressant de noter que le débat sur le style et l’origin (...)

« Les princes et des pontifes édictent tant de lois concernant des choses sans aucune importance, alors que pour le sujet le plus fondamental, celui qui concerne l’enseignement, la vie des hommes ou leur corruption, il n’existe aucune garantie, aucun recouvrement, aucune peine. Au contraire, tout ce qui peut plaire aux libraires, nous le permettons. »65

49Érasme participe de ce grand réveil qui oblige les éditeurs de textes à travailler sans somnolence ni paresse avec comme seule religion l’obligation de contrôler leurs sources car, comme Érasme nous en donne l’injonction : « Il ne croit à rien celui qui croit à tout »

  • 66 Cf. Annexe, pièce 13.

50Nihil credit qui quiduis credit66.

Annexes

ANNEXE

Nous avons consulté trois exemplaires de l’édition des Opera de saint Jérôme parue à Bâle en 1516 chez Jean Froben dans un format in-folio en neuf tomes. Deux sont conservés au Musée de la Maison d’Érasme à Bruxelles sous la cote MEH E0135 et MEH E1222 (le premier exemplaire ne comporte que les quatre premiers tomes de lettres, le second est complet des neuf tomes), le troisième à la Bibliothèque royale de Belgique sous la cote VI 17.020 C LP.

Les quatre volumes de Lettres sont composés comme suit : tome premier ([28]-l4l-[l] f., front. (sign. vg = Urs Graf),α6 βb8 γ6 δ8 a8 b-s6 t8 u-z6), tome second (238 f°, A-Z6 Aa-Gg6 Hh8 Ii6 Kk-Pp6 Qq8), tome troisième (169 + [2] f. AA-II6 KK-VV6 XX6 -YY8 -ZZ6 aaa6 -eee6) et tome quatrième (AAA-ZZZ6 &&&6 ϮϮϮ6).

TOMVS PRIMVS

PIÈCE 1 : Titre du premier tome

OMNIVM OPERVM // divi evsebii hieronymi / stridonensis // TOMVS PRI//MVS // harainetika videlicet ea // qvae ad vitam recte // institvendam per//tinent comple-//ctens vna cvm ar//gvmentis et scholiis // des. erasmi roterodami // cvivs opera potissi // mvm emendata svnt // qvae ante hac // erant depra//vatissima // et instavra//ta ea qvae privs // erant mvtila.

PIÈCE 2 : Privilège (T. I, f° α v°)

PRIVILE//GIA. // leo decimus, pontifex romanus, evm qui // hoc opus vspiam intra proximvm qvin//qvenium avt operis partem formis // impresserit diris devovet, vt // in literis continetvr. // et // maximilianus caesar avgustus // vetat // ne qvisquam in sacra romani // imperii editione, // hæc divi hieronymi volvmina // abhinc qvinqvenium // avt seorsim avt vniversim ty//pis excvdat // vel alibi excvsa importet // svb pœna // librorvm amissionis, // et // decem marcharum avri // pvri. //qvarum dimidivm fisco // cedet imperiali, // typographis reliqwm, // vt tabellae // caesareae concessionis fvsius // declarant.

PIÈCE 3 : Dédicace à Guillaume Warham (T. I, f° α2 r°-α4 v°)

Cette dédicace est reproduite in Allen II 396, pp. 210-221.

erasmvs roterodamvs sacrae theolo//ciae professor reverendissimo pa//tri ac domino domino (sic) gvglielmo // waramo archiepiscopo can//tvariensi totivs angliae//primati et eivsdem regni // cancellario svmmo//s. d.

PIÈCE 4 : Vie de saint Jérôme (T. I, f° α5 r°-[38 v°)

Le texte manuscrit de la Vita est conservé dans la bibliothèque de l’université de Bâle (Ms. A. IX. 56, 17 ff.). Le texte latin de la Vie de saint Jérôme a été publié au XXe siècle par Wallace K. Fergusson dans ses Opuscula Erasmi en 1933 à La Haye chez Martinus Nijhoff (ouvrage cité désormais Fergusson) aux pages 134 à 190667. Comme signalé dans la note 1 de l’article, le Musée Érasme publiera à l’automne 2002 une traduction française réalisée par André Godin.

Devise apparaissant dans un cartouche soutenu par deux angelots (f° α5 r°) :
io. frobe. // typis ex-//cvdebat. // mώmhσetai // tiσ θaσσon // h mimhese//tai.

PIÈCE 5 : Ordonnancement de l’œuvre de Jérôme (T. I, f° y1 r°-γ6 v°)

Notule sur le classement en cinq ordres (γ1 r°)

index omnivm opervm hieronymi cvm censuris // in qvinqve digestvs ordines per // erasmum roterodamvm.

Iam vero quo magis perspicuum fiat, quantum Christianus orbis debeat Hieronymo, visum est indicem omnium quæ scripsit attexere, quem in quinque digessimus ordines. Primus habebit γνησϊα, de quibus nulla dubitatio sit, quin ab Hieronymo sint ædita. Secundus habebit ἀμϕιβόλωι νόθα de quibus iure quis addubitet illius sint nec ne. Tertius, ψευδεπἷγραϕα, quæ falso titulo Hieronymum authorem mentiuntur, atque huius ordinis, tres erunt classes. Prior indicabit erudita nec indigna lectu. Secunda impudentissime tributa Hieronymo aut alijs aurhoribus. Tertia docta, sed suis titulis authorem testantia, quæ tamen Hieronymianis lucubrationibus fuerant admixta. Quartus ostendet ex Hieronymianis & alienis commixta, seu ut verius dicam confusa. Quintus indicabit ea quæ aut culpa temporum interciderunt, aut certe nondum prodierunt in lucem, vt hinc ad vestigandum incitentur studiosi.

Adresse au scribe (γ6 v°)

adivro te qvicvnque hos descripseris libros, per//dominvm nostrvm iesvm christvm, et glorio-//svm adventvm eivs, in qvo veniet ivdi-//care vivos et mortvos, vt confe-//ras quod scripseris, et emen-//des ad exemplaria, ea//de qvibvs scripseris diligen-//ter, et//hoc//adivra-//tionis genvs//transscribas, et trans-//feras in evm codicem//qvem descripseris.

PIÈCE 6 : Première adresse au lecteur (T. I, f° 138 r°)

Adresse : erasmvs roterodamvs lectori pio s.d.

Incipit : Eruditum opus et Hieronymo.

Sans date

... vt hoc sordidum scriptorum genus succederet. Sententiariorum, summulariorum, fasciculariorum, speculariorum, et o deum immortalem, quorum vel recordatio nauseam moueat generosis ac bene natis ingeniis.

PIÈCE 7 : Colophon (T. I, f° 141 v°)

Operum Diui Hieronymi Tomus primus, ea complectens, quæ ad vitæ potissimum institutionem faciunt, adiecta Coronide scriptorum illustrium, quanta potuit diligentia castigatus, & scholijs Erasmianis illustratus, feliciter absolutus est, apud inclytam Basileam. Anno ab orbe redempto Millesimo quingentessimo decimosexto. Fruere lector, & memineris hæc compluribus eruditis viris, vix æstimendis sudoribus constitisse.

TOMVS SECVNDVS

PIÈCE 9 : Titre (T. II, f° 1 r°)

TOMVS SECVN//DVS // in cvivs//prima parte reperies//ervdita qvaedam,//sed hactenvs//falso inscri//pta hiero//nymo. //in//secvnda aliena sed svis//qvaeqve titvlis av-//thorem testan//tia. //in//tertia, lectv prorsvs in-//digna et impvdenter//attribvta doctis//viris. //qvae tamen adivnximvs, ne//qvid ampvtasse vide//remvr aeditioni//iam recep-//tae.

PIÈCE 10 : Seconde adresse au lecteur (T. II, f° 1 v°)

Adresse :ad lectorem

Incipit : Habes in hoc tomo

Sans date.

Quod si quis non accedit nostro in hac re iudicio, nihil est quod obturbet, habet omnia quæcunque prodita fuerant in superioribus editionibus, nonnullis etiam adiectis, et habet eadem tum nitidius excusa, tum emendatius, quam unquam antehac fuerint. Fruatur suo quisque iudicio. Admoniti sunt, qui quærunt elegantiora, non læsi sunt qui uetere gustu malunt esse contenti.

PIÈCE 11 : Troisième adresse au lecteur (T. II, f° 2 r°-f° 4 v°)

Adresse : erasmus roterodamus divinarvm litterarvm stvdiosis omnibvs S.D.

Incipit : Superiore Tomo παραινετιϰἀ, quæque

Sans date.

Extrait 1

...in hoc laudatiunculis illectans, quo præcepta ceu pharmaca per se subamara, melle prælita libentius hauriantur ; sic consolans, vt instituat, sic obiurgans, vt reddat meliorem, sic narrans, vt pietatis imaginem velut expressam in tabula, subiiciat oculis, denique sic confabulans, nonnumquam et iocans cum amicis, vt interim adhortetur ad pietatem.

Extrait 2

Vt sua cuique facies, ut sua cuique vox, ut suus cuique mos et genius, ita suus cuique stilus. Nec perinde relucet in speculo corporis imago, quam in oratione mentis habitus apparet.

Extrait 3

Nec ipse nunc eodem orationis genere hæc disputo, quo olim Philippum principem laudauimus, quod sciam aliter encomium scribi, aliter scholia.

Extrait 4

Alius est vultus irati, quam propitii, alius tristis quam alacris, et tamen ea res non obstat, quo minus agnoscas hominis tibi noti faciem.

Extrait 5

Nec enim Tartareti dictionem facile secernas, ab oratione Bricot, non hercle magis quam ab Occam Scoti, aut ab Hugonis Carrarii, Lyræ, aut scopas à scopis, aut rudera rudere.

Extrait 6

In summa est peculiaris quidam pectoris et ingenii gustus, quem sentire licet magis quam explicare.

PIÈCE 12 : Quatrième adresse au lecteur (T. II, f° 101 r°)

Incipit : In hanc secundam huius

Sans date

erasmvsroterodamvs pio lectori. s. d.

In banc secundam huius Tomi seriem segregauimus, aliena quædam, sed tamen suis prænotata titulis. Idque fecimus, quod partim non viderentur quicquam ad ea quæ diuus Hieronymus scripsit pertinere, velut opus Augustini de origine animarum : partim quod verbosiora viderentur, quam vt his onerandum esse lectorem putaremus, velut illa quæ magnis voluminibus Ruffinus deblacterat in sanctum Hieronymum, prorsus indigna quæ seruarentur, nisi ex his paulo clarius intelligeretur æloquentissimi doctoris Apología. Bene vale68.

PIÈCE 13 : Cinquième adresse au lecteur (T. II, f° 189 r°-f° 191 v°)

Adresse : ERASMVS ROTERODAMVS DIVINARVM STVDIOSIS LITTERARVM S.D.

Incipit : Haud me fallit optime lector

Date : Basileæ. Anno. M.D.XV. Mense Augusto.

Extrait 1

Haud me fallit optime lector, in prima huius tomi serie, quædam a nobis esse relicta, quæ & stulticiam & balbutiem resipiant eiusdem impostoris, cuius nænias in hunc extremum huius voluminis locum, velut in sentinam reiecimus : nullo alioqui dignas loco, nisi quemadmodum ante sum testatus, humanius ac modestius esse duxissem, in hanc peccare partem : ut quædam residere pateremur, quæ merebantur abijci, quam vt quicquam loco moueremus, aliquo modo lectu dignum, videlicet æquos imitati iudices, qui propensiores esse solent ad absoluendum, quam ad damnandum...

Extrait 2

An ita putandum est inter tam innumera insaniæ genera, quibus humanum laborat genus, hunc illius fuisse morbum, vt felicem sese crederet, si consequi potuisset, vt orbe decepto, nebulonis ineptiæ, tantorum virorum titulis celebrarentur ?

Extrait 3

Quot dotes præstandæ sunt ei qui Hieronymus velit haberi ? Habet Augustinus, floridum quiddam & picturatum, atque vt ita loquar Punicum, habet argutiam non iniucundam, habet sua schemata, quibus se delectatum ipse fatetur in opere cui titulus, de doctrina Christiana. Diuus Ambrosius acumen quoddam e schola declamatoria refert, tacitis ac crebris titillat allusionibus.

Extrait 4

Tam multæ sunt principum & pontificum constitutiones, de rebus pene nihili. Super hoc negotio quo non aliud magis pertinet ad hominum uitam vel instituendam, vel corrumpendam, nulla cautio, nulla exactio, nulla pœna : sed quicquid librarijs libuerit...

TOMVS TERTIVS

PIÈCE 14 : Sixième adresse au lecteur (T. III, f° 1 v°)

Adresse : des. erasmvs roterodamvs lectori candido s.d.

Incipit : Tomus hic duo genera

Date : Basileæ. Nonis lanuarijs. An. M.D.XVI.

TOMVS QVARTVS

PIÈCE 15 : Septième adresse au lecteur (T. IV, f° 1 v°)

Adresse : erasmvs roterodamvs pio lectori s.d.

Incipit : Tanta erat Hieronymiani nominis

Date : Basileæ. Anno M.D.XVI. Kal. Martijs.

Notes

1 C’est en préparant l’édition de la Vie de saint Jérôme pour la collection des Notuloe Erasmianoe qui paraît à Bruxelles aux éditions de La Lettre volée à la Maison d’Érasme, qu’est né ce travail. Dans un premier temps, Jacques Chomarat devait se charger de la traduction de la Vita, malheureusement, la mort l’a empêché de mener à bien ce projet. L’on trouvera des extraits de sa traduction en chantier dans son article « La Hieronymi Stridonensis vita d’Érasme » paru dans Helmantica (Salamanque), 1999, 151-153 (numéro spécial « Chemins de la re-connaissance. En hommage à Alain Michel »), p. 109-138. André Godin, après le décès de Jacques Chomarat, a repris le projet et réalisé une traduction qui sera éditée à l'automne 2002. On y joindra une traduction des lettres-préfaces que j’ai éditées en compagnie d’Alain Van Dievoet.

2 Afin de ne pas alourdir inutilement le pied des pages, je donnerai en annexe l’ensemble des références de cette édition ainsi que le texte latin des pièces citées.

3 Cf. Annexe 1, pièce 3. Pour la correspondance d’Érasme, cf. P.S. Allen et alii, Opus epistolarum Erasmi, 12 vol. , Oxford, 1906-1965 (ouvrage cité désormais Allen). Pour la dédicace, cf. Allen II 396.

4 Cf. Annexe 1, pièce 4.

5 P. S. Allen a renoncé à publier les lettres-préfaces qui étaient trop longues. Il décida toutefois de publier deux extraits de la cinquième adresse au lecteur (T. II, f° 189 r°-f° 191 v°), qui correspond à notre pièce 5 dans l’annexe 1 et à Allen II 326. Pour une traduction française, cf. La Correspondance d’Érasme, Aloïs Gerlo (s.l.d.), 12 vol. , Bruxelles, Institut pour l’Étude de la Renaissance et de l’Humanisme, 1967-1984 (ouvrage cité désormais Gerlo).

6 Cf. Cornelis Reedijk, Tamen bona causa triumphat. Zur Geschichte des Gesamtwerkes des Erasmus von Rotterdam, Bâle et Stuttgart, Vorträge der Æneas-Silvius-Stiftung an der Universitât Basel, 16, 1980 et Pierre Lardet, « Introduction », in Hieronymus, Contra Ruffinum, Turnhout, Brepols, Corpus Christianorum. Series Latina, 1982, 79, p. 221, qui soulignait que la classification érasmienne des Lettres représente : « l’une des originalités majeures de l’édition ».

7 Cf. Lisa Jardine, Erasmus, Man of Letters: The Construction of Charisma in Print, Princeton University Press, 1993. Principalement le chapitre 2: « The In(de)scribable Aura of the Scholar-Saint in His Study: Erasmus’Life and Letters of Saint Jerome », p. 55-82.

8 Concernant l’activité d’Érasme éditeur de Jérôme, on consultera : Fritz Husner, « Die Handschrift der Scholien des Erasmus von Rotterdam zu den Hieronymusbriefen », in Festschrift Gustav Binz, Bâle, 1935 ; Pierre Petitmengin, « Comment étudier l’activité d’Érasme éditeur de textes antiques ? », in Colloquia Erasmiana Turonensia. Douxième stage international d’études humanistes, Tours, 1969, Jean-Claude Margolin (s.l.d), Paris, 1972, p. 218-222; John C. Olin, « Erasmus and Saint-Jerome », Thought, 1979, 54, p. 313-323; John C. Olin, « Erasmus and Jerome: The Close Bond and Its Significance », Erasmus of Rotterdam Yearbook, 1987, 7, p. 33-53; P. G. Bietenholz, « Erasmus von Rotterdam und der Kult der Heiligen Hieronymus », in Poesis et Pictura: Festschrift für Dieter Wuttke, Stephan Füssen et Joachim Knappe (s.l.d.), Baden-Baden, 1989, p. 191-221; James F. Brady et John C. Olin, Patristic scholarship. The edition of St Jerome, University of Toronto Press, Toronto / Buffalo / London, 1992, Collected works of Erasmus, vol. 61, p. 15-62 et M. Vessey, « Erasmus' Jerome: The Publishing of a Christian Author », Erasmus of Rotterdam Society Yearbook, 1994, 14, p. 62-99. Il existe également une thèse inédite, que je n’ai pas consultée, de Ueli Dill de Bâle qui prépare pour les Opera Omnia Desiderii Erasmi Roterodami d’Amsterdam (ASD) l’édition des scolies d’Érasme à Jérôme (sortie prévue en 2004, je remercie Hans Trapman pour ce renseignement). Ce travail achevé, je prends connaissance de l’ouvrage de Benedetto Clausi, Ridar voce all antico Padre. L’edizione erasmiana delle « Lettere » di Gerolamo (Soverai Mannelli (Catanzaro), Rubbettino, coll. Armarium. Biblioteca di storia e cultura religiosa, 2000) qui comble en grande partie un manque dans la bibliographie pourtant très fournie sur l’humaniste. La première partie de l'ouvrage retrace l’histoire du projet érasmien et la seconde analyse l’édition selon une trilogie dynamique : la Vita HIeronymi, le texte et le commentaire. Dans un long appendice, B. Clausi offre le texte latin des scolies à Aduersus Iouinianum. Il propose une très riche bibliographie qui complète celle donnée dans cet article. Cf. ma recension de cet ouvrage à paraître dans le numéro 150 de Moreana, juin 2002.

9 Cf. la lettre 22, datée par Allen de 1489 dans laquelle il nous relate qu’il a lu toutes les lettres de Jérôme. Concernant ces lettres, cf. l’édition de Jérôme Labourt : saint Jérôme, Lettres, Paris, Les Belles Lettres, 8 vol. , 1949-1963 (deuxième tirage revu et corrigé par Maurice Testard, 1989). Sur saint Jérôme, on consultera également Fernand Cavadera, Saint Jérôme. Sa vie et son œuvre, Louvain-Paris, 1922 ; John N. D. Kelly, Jerome : His Life, Writings and Controversies, Londres, 1975 ; C. Favez (éd.), Saint Jérôme peint par lui-même, Bruxelles, Latomus, 1958 et Eugene F. Rice, Jr., Saint Jerome in the Renaissance, Baltimore-Londres, The Johns Hopkins University Press, 1985 qui consacre un chapitre à l’édition d’Erasme : chapitre 5, « Hieronymus redivivus : Erasmus ans St Jerome », p. 116-136 (ouvrage cité désormais Rice). Pour les œuvres de Jérôme, cf. E. J. Kenney, Bibliotheca Hieronymiana manuscripta. La tradition manuscrite des œuvres de saint Jérôme, I-IV, Steenbrugis Hagae Comitis, 1969-1972 ; Patrologiæ cursas complectus. Series Latina, Paris, 1844-1865 et le Corpus Christianorum. Series Latina, Turnhout, Brepols, 1954. Les préfaces au Nouveau Testament de Jérôme qui ont tant marqué Erasme sont reproduites dans la Biblia sacra iuxta vulgatam versionem, adiuvantibus Bonifatio Fischer OSB, Lohanne Gribomont OSB, H. F. D. Sparks, W. Thiele. Recensuit et brevi apparatu instruxit Robertus Weber OSB, Stuttgart, 1969.

10 L’ouvrage est publié bien des années plus tard pour la première fois à Bâle chez Jean Froben en mai 1520 sous le titre Antibarbarorum liber umts.

11 Cf. Allen, Epp. 138, 139, 149.

12 Au Gonville et Caius College de Cambridge, cf. H. C. Porter, Erasmus and Cambridge, Toronto, 1963.

13 Cf. Allen I 263.

14 Concernant les rapports de l’humaniste avec la patristique, cf. Denys Gorce, « La patristique dans la réforme d’Érasme », in Festgabe Joseph Lortz, Baden-Baden, 1958, vol. 1, p. 252-276 ; Charles Béné, Erasme et saint Augustin ou l’influence de saint Augustin sur l’humanisme d'Érasme, Genève, Librairie Droz, Travaux d’Humanisme et Renaissance 103, 1969 ; Georges Chantraine, « Érasme et saint Basile », Irénikon, 1979, 52, p. 451-490 ; John C. Olin, « Erasmus and the Church Fathers », in Id., Six Essays on Erasmus and a Translation of Erasmus’Letter to Carondelet, 1523, New York, 1979, p. 33-47 ; Craig R. Thompson, « Jerome and the Testimony of Erasmus in Disputes over the Vernacular Bible », Proceedings of the Patristic, Medieval and Renaissance Conference (Villanova University), 1981, 6, p. 1-36 ; André Godin, Erasme, lecteur d’Origène, Genève, Librairie Droz, 1982 ; J. Den Boeft, « Illic Aureum Quoddam Ire Flumen : Erasmus’ Enthousiasm for the Patres », in Erasmus of Rotterdam : The Man and the Scholar, J. Sperna et W. T. M. Frijhoff, Leiden, 1988, p. 172-181 ; D. Cipriani, « Fonti patrische dell’antropologia di Erasmo da Rotterdam. Presenza di Origene e Agostino negli scritti antiluterani (1524-1527) », Antonianum, 1987, 62, p. 271-288 ; Jacques Chomarat, « Érasme et Origène », in Colloque érasmien de Liège. Commémoration du 450e anniversaire de la mort d’Erasme, J.-P. Massaut (s.l.d.), Paris, 1987, p. 89-113 ; M. G. Mara, « Il rinnovamento cristiano tra Erasmo e i Padri », in Umanesimo e Padri della Chiesa. Manoscritti e incunaboli di testi patristici da Francesco da Petrarca al primo Cinquecento, S. Gentile (s.l.d.), Roma-Rose, 1997, p. 101-108 et les actes du colloque I Padri sotto il torchio. Le edizioni dell'antichità christiana nei secoli XV e XVI. Atti del convegno di studi promosso dalla Società Internazionale per lo studio del Mediaevo e il Rinascimento dell’Università degli Studi di Firenze e il Dipartimento di Pavia (Firenze, Certosa del Galluzo, 25-26 giuno 1999), M. Cortesi (s.l.d.), à paraître.

15 Cf. E. Hilgert, « Johann Froben and the Basel University Scholars », in The Library Quaterly, 41, 1971, p. 141-169.

16 Dans l’édition des Chiliades qui paraît chez Jean Froben à Bâle. Il s’agit de l’adage 2001.

17 L’ouvrage qui contient quatre lettres d’Érasme (dont trois annoncent l’édition du Jérôme) paraît en août 1515 chez Froben. Cf. Cornelis Augustijn, « Erasmus-Promotion. Anno 1515. Die Erasmus-Stücke in Iani Damiani... Elegia », in Id., Erasmus, Der Humanist als Theologe und Kirchenreformer, Leiden-New-York-Cologne, 1996 (1986 pour l’article), p. 41-52.

18 Une première édition séparée de la Vita Hieronymi paraît dès 1519 chez Cervicornus à Cologne puis chez Froben. En 1520 paraît l’index d’Œcolampade chez Froben. En 1524-1526, surgit une nouvelle édition chez l’éditeur attitré d’Érasme. Les trois volumes de lettres paraissent à l’été 1524, les volumes IV à VIII en 1525. Le dernier volume, complété par l’index général de Pellican en février 1526. Cette édition est entièrement révisée par Érasme. Il n’en va pas de même pour l’édition parisienne de Chevallon en 1533-1534. En 1527, Chevallon, à la mort de Jean Froben, avait voulu attirer dans son officine la poule aux oeufs d’or que représentait Érasme pour un imprimeur de l’époque. Érasme ne donna pas suite à la proposition et Chevallon se contenta d'amender en 1531 l’édition de Jérôme de 1524-1526. En 1533-1534, Érasme révise toutefois les scolies pour cette nouvelle édition parisienne. En 1530, Gryphe à Lyon avait reproduit l’édition frobénienne de 1524-1526 et, après le décès de l'humaniste, Jérôme Froben donne une nouvelle édition du saint basée sur l’édition parisienne de 1533-1534. En 1553, l'officine frobénienne remet sur le marché une nouvelle édition complétée d’un nouvel index extrêmement bien fait et très fourni composé par Henri Pantaleon. Cette édition sera republiée en 1565. Il faudra attendre trente ans après le décès d’Érasme pour assister à une révision en profondeur des textes de Jérôme par Marianus Victorius qui publie son travail à Rome chez Paulo Manuzio. Sur l’histoire de l’édition de Jérôme à la Renaissance, cf. Rice, p. 121-122.

19 Cf. Annexe, pièce 1.

20 Cette page est reproduite dans les Collected Works of Erasmus, Patristic scholarship. The edition of St Jerome, edited, translated and annotated by James F. Brady and John C. Olin, University of Toronto Press, Toronto / Buffalo / London, 1992, vol. 61, p. xxv.

21 Cf. Annexe, pièce 2.

22 Cf. Allen II 396.

23 Allen II 396, 11.350-357. J’utilise ici la traduction de l’édition Gerlo II, p. 314, II. 432-445.

24 Cf. Annexe 1, pièce 4. Cette page est reproduite dans les Collected Works of Erasmus, op. cit., p. 21.

25 Cf. Isabelle Diu, « Medium typographicum et respublica literaria : Le rôle de Josse Bade dans le monde de l’édition humaniste », in Histoire et civilisation du livre. Le livre et l’historien. Études offertes en l’honneur du Professeur Henri-Jean Martin, Genève, Librairie Droz, 1997, p. 111-124.

26 Cf Annexe 1, pièce 4. L’édition latine de la Vita de Wallace K. Fergusson in Opuscula Erasmi, La Haye, Martinus Nijhoff, 1933, p. 125-190, ll. 1-135. (ouvrage cité désormais Fergusson) ; Joseph Coppens, « Le portrait de saint Jérôme d’après Erasme », in Colloquia Erasmiana Turonensis, op. rit., p. 821-829 ; John B. Maguire, « Erasmus’Biographical Masterpiece : Hieronymi Stridonensis Vita », Renaissance Quaterly, 1973, 26, p. 265-273 ; S. L. Greensdale, « Erasmus and Tertullian », Studia Patrística, Berlin, 1976, p. 37-40 ; John C. Olin, « Eloquentia, Eruditio, Fides : Erasmus’ Life of Jerome », in Acta conventus neo-latini Sanctandreani, I. D. Mc Farlane (s.l.d.), Binghamton, 1986, p. 269-274 ; André Godin, « Érasme biographe patristique : Hieronymi Stridonensis Vita », Bibliothèque d’Humanisme et de Renaissance, 1988, 50, p. 691-706 et l’article de J. Chomarat cité dans la note une. Pour un résumé du culte médiéval, cf Rice, p. 23-83. Pour comparer différentes Vie de Jérôme, cf. Karin Tilmans, « Erasmus and Aurelius and Their Lives of Jerome : A Study of Cooperation and Dependence », in Acta Conventus Neo-Latini Torontonensis, Proceedings of the Seventh International Congress of Neo-Latin Studies, Toronto, 8 August to 13 August 1988, Binghamton, New-York, Medieval & Renaissance texts & studies, 1991, p. 755-765 et Charles Béné, « Marulic et Erasme, biographes de saint Jérôme », in Etudes maruléennes, Le rayonnement européen de l’oeuvre de Marc Marule de Split, Zagreb & Split, Erasmus Editions & Cercle littéraire de Split-Marulianum,1998. Concernant Érasme biographe, cf. P. G. Bietenholz, History and Biography in the Work of Erasmus of Rotterdam, Genève, Librairie Droz, Travaux d’Humanisme et Renaissance, 1966, 87 ; J. Ijsewijn et C. Matheeussen, « Erasme et l’historiographie », in The Late Middle Ages and the Dawn of Humanism outside Italy, Mediaevalia Lovaniensia, Louvain, 1972, vol. 1, p. 31-43 ; M. Mann Philips, « Erasmus and Biography », in University of Toronto Quaterly, 1973, t. 43, p. 185-201 ; André Godin, Vies de Jean Vitrier et de John Colet, Angers, Editions Moreana, 1982 ; A. Godin, « Une biographie en quête d’auteur. Le Compendium vitæ Erasmi », in Colloque érasmien de Liège, J.-P. Massaut (s.l.d.), Paris, 1987, p. 197-222.

27 Cf. Fergusson, II. 136-988.

28 Cf. Fergusson, II. 989-1276.

29 Cf. Fergusson, II. 1277-1564.

30 Cf P. Antin, « Autour du songe de saint Jérôme », in Recueil sur saint Jérôme, Bruxelles, Latomus, 1968, p. 71-100.

31 Cf Pierre Jay, Jérôme lecteur de l'écriture, Paris, Éd. du Cerf, Supplément aux Cahiers Évangile, 1998, n° 104.

32 L’ouvrage fut publié dans un volume in-8° en mars 1528 à Bâle par le fils de Jean Froben, Jérôme, dans une édition partagée avec son beau-frère, Jean Herwagius : De recta latini græcique sermonis pronuntiatione dialogus avec le Dialogus cui titulus Ciceronianus, sive de optimo genere dicendi.

33 J’utilise ici la traduction de Jacques Chomarat dans son article cité à la note 1. Pour le texte latin, cf. Fergusson, ll. 1361-1366.

34 Cf Fergusson, II. 1385-1386.

35 Pour l’analyse de l’aspect rhétorique de la Vita, on consultera l’article de Jacques Chomarat ainsi que son opus magnum : Grammaire et rhétorique chez Érasme, Paris, Les Belles Lettres, 1981, p. 179-182.

36 Cf. Annexe, pièce 5 : « Afin qu’on se rende mieux compte de tout ce que la chrétienté doit à Jérôme il a semblé utile d’établir un index de tout ce qu’il a écrit. Cet index, nous l’avons distribué en cinq ordres. Le premier ordre comprendra les œuvres certaines (γνήσια), celles qui sans aucun doute ont été éditées par Jérôme. Le deuxième, les bâtards douteux (ἀμϕιβόλως νόθα), c’est-à-dire les œuvres dont on est en droit de se demander si elles sont de Jérôme ou non. Le troisième ordre, les pseudépigraphes (ψευδεπίγραϕα), c’est-à-dire, les œuvres qui dans leur titre mentionnent erronément Jérôme comme auteur. Cet ordre se subdivisera en trois classes. La première, relèvera les œuvres érudites qui méritent d’être lues ; la deuxième, celles qui avec beaucoup d’impudence ont été attribuées à Jérôme ou à d’autres auteurs ; la troisième, les ouvrages savants qui, bien que mentionnant dans leur titre le nom de leur auteur, ont pourtant été annexés aux travaux de Jérôme. Le quatrième ordre, relèvera les ouvrages qui sont un mélange de ceux de Jérôme et d’autres auteurs. Pour parler franc, une mixture. Quant au cinquième ordre, il relèvera les œuvres qui soit ont été décrites au cours du temps, soit ne sont pas encore réapparues à la lumière. Et cela dans le but d’inciter les gens d’études à les rechercher ».

37 Cf. Annexe, pièce 5, adresse au scribe : « Je te conjure, toi, qui que tu sois qui aurais (re)copié ces livres, par notre seigneur Jésus-Christ et son glorieux avènement, dans lequel il viendra juger les vivants et les morts, que tu compares ce que tu auras écrit et que tu corriges d’après ton modèle ce que tu auras recopié avec soin. Transcris cette adjuration et transfère-la sur ton codex ».

38 Le quatrième et dernier cahier (δ8), avant le début de l’œuvre de Jérôme proprement dite, contient l’index des neuf tomes. Il est composé de deux parties : d’abord le titre des textes accompagnés de leur incipit avec la foliotation selon l’ordre successif des tomes, puis un avis présentant le second index qui classe les textes selon un ordre alphabétique, donnant d’abord l’incipit puis le titre (avec leur tomaison et foliotation). Les quatre premiers cahiers possédaient une signature en lettres grecques ; à partir du cinquième qui contient le début des textes de Jérôme, on trouve une foliotation et des signatures en romain.

39 Ce catalogue imprimé sur deux colonnes (latin-grec) n’est pas sans nous rappeler le travail parallèle d’édition du Nouveau Testament.

40 Communiquant la chose à René Hoven, celui-ci a eu l’amabilité de me signaler que ces termes seraient présents dans la seconde édition en préparation de son Lexique de la prose latine de la Renaissance (à paraître chez Brill, la première édition est parue en 1994) car il a repéré les termes fascicularius, specularius, dans deux passages de Johannes Aventinus (1477-1534). Pour la dédicace, cf. Allen II 396, p. 213, 1. 81.

41 Sur le thème de la sueur dans l’officine frobénienne, voir notre article et la bibliographie qui l’accompagne « “L’œuvre latine” de Jean Froben, éditeur d’Érasme » qui paraîtra dans les Actes du colloque Le latin langue du savoir, langue des savoirs qui s’est tenu à l’École Normale Supérieure-Ulm en octobre 2000 sous la direction d’Emmanuel Bury ainsi que l’édition de la « Déploration sur la mort de Jean Froben », in Érasme, Vieillir, Alexandre Vanautgaerden (s.l.d.), Bruxelles, La Lettre volée, 2001, p. 107-136.

42 Cf. Annexe, pièce 7.

43 L’adresse bibliographique renseigne : Basileæ. M. D. XVI.

44 Cf. Annexe, pièce 10.

45 Cf. Annexe, pièce 11, extrait 1.

46 Pour les préfaces au Nouveau Testament, cf. Érasme, Les préfaces au Novum Testamentum (1516) avec des textes d’accompagnement, Y. Delègue et J.-P. Gillet (éd.), Genève, Labor et Fides, 1990. En collaboration avec Jean-François Cottier et Guy Bédouelle, nous préparons l’édition de la préface à la paraphrase érasmienne de l’Évangile de Matthieu qui paraîtra prochainement dans la collection Notulœ Erasmianœ.

47 Cf. Annexe, pièce 11, extrait 2.

48 Cf. Annexe, pièce 11, extrait 3.

49 Cf. Annexe, pièce 11, extrait 4.

50 Cf. Annexe, pièce 11, extrait 5.

51 Cf. Annexe, pièce 11, extrait 6.

52 Cf. Annexe, pièce 12.

53 Récipient dans un bateau où s’accumulent les eaux usées et où règne une odeur pestilentielle.

54 Cf. Annexe, pièce 13, extrait 1.

55 Adage 488.

56 La première histoire met en scène à Cambrai, dans le château de l’évêque Henri de Berghes, un Sicilien Pierre Santeramus qui pour tromper le poète Faustus Andrelini, épris de l’Antiquité, fait recopier par un scribe un distique de sa composition afin qu’il apparaisse comme antique. Il prétend l’avoir découvert au milieu de très anciennes reliques de l’Antiquité afin de tromper le professeur de poésie qui sinon aurait méprisé ce poème. Faustus est ému et admiratif jusqu’au moment où Santeramus se dévoile en éclatant de rire.

57 Guillaume Cop, le médecin du roi de France, dans un banquet de médecins prend une branche de persil et la montre à ses confrères comme si c’était une plante rare en leur demandant d’identifier cette plante puisque les médecins connaissent les formes et les vertus des herbes. Aucun de ceux-ci ne se risque à identifier le persil craignant le ridicule. Guillaume Cop éclate alors de rire et demande à la cuisinière d’identifier la plante ce qu’elle fit sur le champ.

58 Une personne anonyme remet à un érudit, « parmi les plus fameux d’Italie », une page arrachée d’un livre en la présentant comme la production d’un auteur récent. Cet érudit animé d’un grand amour de l’antiquité et dégoûté des choses modernes, se lance dans une suite de moqueries contre le fâcheux auteur de ces lignes qui trahissent sa barbarie. Il cesse de se moquer lorsqu’on lui révèle que le fragment est de la plume de Cicéron. En homme docte, l’érudit s’avoue grugé et se moque du délire de son imagination.

59 Cf. Allen II 326. Les trois fables se concluent par la morale suivante : « Tant est grande même chez les érudits la force du préjugé qui, lorsque l’on doit porter un jugement, nous aveugle et déroute notre regard. Aussi nous étonnerons-nous d’autant moins si une pareille chose avec le temps survient dans l’œuvre de Jérôme ».

60 Nous empruntons la traduction d’André Godin (à paraître). Cf. note 1.

61 Cf. Annexe, pièce 13, extrait 2.

62 De doctrina christiana, 2, 6.

63 Cf. Annexe, pièce 13, extrait 3.

64 Sur ce thème, cf. D. N. Losse, « From Auctor to Auteur. Authorization and Appropriation in the Renaissance », in Medievalia et Humanística, 1988, N.S. 16, p. 153-163.

65 Cf. Annexe, pièce 13, extrait 4. Il est intéressant de noter que le débat sur le style et l’originalité du travail de Jérôme (et par conséquent d’Érasme) entraîne une réflexion sur la propriété intellectuelle qu’Érasme attribue à l’auteur et non pas à l’imprimeur comme on a pu le constater dans le privilège, cf. Annexe, pièce 2.

66 Cf. Annexe, pièce 13.

67 On trouvera une traduction anglaise in Collected works of Erasmus, op. cit., vol. 61, p. 15-62 et italienne in Erasmo da Rotterdam.

68 « Érasme de Rotterdam à son dévoué lecteur, salut. Nous avons rapproché, dans la seconde série de ce tome, différents textes dont nous avons néanmoins conservé le titre. Agissant de cette façon parce que ceux-ci n’avaient non seulement aucun rapport avec l’œuvre de saint Jérôme, comme par exemple le livre d’Augustin A propos de l’origine des âmes ; mais aussi parce qu’elles semblaient trop verbeuses pour que nous en accablions notre lecteur : prenons ces immenses volumes dans lesquels Ruffin déblatère contre saint Jérôme, choses vraiment indignes à conserver si ce n’est pour comprendre avec éclat l’éloquence de l'Apologie de notre docteur. Porte-toi bien ».

© Publications de l’École nationale des chartes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search