Version classiqueVersion mobile

Philologie et subjectivité

 | 
Dominique de Courcelles

Sante Pagnini, traducteur ad litteram et exégète secundum allegoriam de l’écriture (1520-1536)

Max Engammare

Texte intégral

  • 1 Sur Pagnini, cf. Timoteo A. Centi, « L'attività letteraria di Santi Pagnini (1470-1536) nel campo (...)
  • 2 Édition de 1680, Paris [= Amsterdam, Daniel Elzevier], p. 350-354.

1Sante Pagnini (parfois appelé à tort Pagnino en France) est un homme négligé aujourd’hui1. On peut d’ailleurs dater l’oubli de son travail philologique de la seconde moitié du XVIIe siècle, puisque Pierre Bayle omet son nom dans son Dictionnaire critique et dans ses suppléments alors que, vingt ans auparavant, Richard Simon avait éreinté la traduction biblique de Pagnini dans son Histoire critique du vieux testament2. Pendant tout un siècle pourtant, de 1520 à 1620, son œuvre avait connu la faveur des presses européennes, lyonnaises avant tout, mais également parisiennes, genevoises, colonaises, anversoises, romaines et même avignonaises.

  • 3 Cf. Biblia. Habes in hoc libro, prudens lector, utriusque Testamenti novam tranlationem aeditam a (...)
  • 4 Cf. « Qu’il me baise des baisiers de sa bouche ». Le Cantique des cantiques à la Renaissance. Étud (...)
  • 5 Chez Sebastien Gryphe, Lyon, 1529. In-folio. Rééditions à Lyon, Barthelemy Vincent, 1577 ; à Genèv (...)
  • 6 Cf. note 4.
  • 7 Sur la date de naissance d’Érasme, le 28 octobre 1467, cf. Emmanuel Poulie, « Discours du Présiden (...)
  • 8 Le nom de Pagnini n’apparaît pas dans la correspondance établie par Allen, d’où son absence des Co (...)

2Pagnini est l’un des premiers philologues hébraïsants chrétiens, traducteur de la Bible3, le premier a en avoir numéroté tous les versets, dix ans avant Konrad Pelikan, plus de vingt ans avant Robert Estienne4, auteur d’un formidable Thesaurus lingua sancta (1529)5 qui révèle une maîtrise remarquable de la langue et de la littérature rabbiniques, mais encore d’une grammaire et d’un dictionnaire grec6, d'Institutiones hebraicæ et d’une double introduction à la lecture de l’Écriture : Isagogæ ad sacras literas liber unicus et Isagogæ ad mysticos sacræ scripturæ sensus libri octodecim. Une lacune pourtant dans la biographie de Pagnini : alors qu’il est l’exact contemporain d’Érasme (1467-1536)7, on ne découvre aucun contact épistolaire entre les deux hommes8.

  • 9 Dans la préface de sa Biblia hebraica, Bâle, 1534-1535, cité par Anna Morisi Guerra, « Santi Pagni (...)
  • 10 Cf., p. e., en Gn 30, 8, au sujet de Naphtali (Nephtali), Luther traduit « permutationibus », de p (...)
  • 11 Dans son propre commentaire de la Genèse Musculus fait de même, ainsi avec les mandragores de Gn 3 (...)
  • 12 Cf. Isabelle de Conihout, « Du nouveau sur la bibliothèque de Philippe Desportes et sur sa dispers (...)
  • 13 Cf. Biblia sacra ex Santis Pagnini tralatione, sed ad hebraicæ linguæ amussim novissime ita recogn (...)
  • 14 Cf. mon « Introduire une édition humaniste de la Bible. Les prologues des bibles de Robert Estienn (...)
  • 15 Cf. mon « Introduire une édition humaniste de la Bible... » [note 14], p. 398.
  • 16 « In exteriori autem parte interpretationem Sanctis Pagnini (quam potissimum, ut maxime fidam, omn (...)

3Les hébraïsants chrétiens ont consulté son Thesaurus linguœ sanctœ, les traducteurs et commentateurs de la Bible ont régulièrement discuté sa traduction de 1528, que cela soit Münster9, Luther10, Musculus11 et bien d’autres jusqu’à Richard Simon. Des poètes ont lu les psaumes dans son édition, tel Philippe Desportes12. Michel Servet a réédité et annoté la traduction de 1528 en 1542 à Lyon13 ; Robert Estienne l’a préférée à celle de Leo Jud amendée par François Vatable en 1556-1557 ; Benito Arias Montano l’a corrigée avant de l’intégrer dans la Polyglotte d’Anvers ; etc. Ainsi que le déclare Robert Estienne dans sa préface à la grande édition genevoise de 1556-1557 : « interpretationem Sanctis Pagnini... omnes uno oro laudant »14. Précisons toutefois que pour la Nonpareille de 1545, Estienne avait opté pour la traduction zurichoise de Leo Jud (1543) annotée par Vatable, écartant la traduction de Sante Pagnini, exacte, mais jugée trop littérale (« verbum verbo reddere »)15. Pour l’Ancien Testament de 1557, c’est pourtant Pagnini qui a les faveurs de l’éditeur humaniste, avec les notes de Vatable et d’autres prises au cours de ce dernier par Bertin [le Comte], le successeur de Vatable comme lecteur royal16. Cela me permet de faire une première remarque en rapport avec le thème de notre journée : Tout choix philologique est sujet à des jugements forcément subjectifs. Il n’existe pas de philologie objective à la Renaissance, pas plus qu’au moyen âge que de nos jours d’ailleurs.

  • 17 À l’exception de l’article de Timoteo M. Centi, art. cit. [note 1], p. 37-42, qui en reste cependa (...)

4Si Pagnini a été négligé, une dimension de son travail exégétique a été occultée. Il s’agit de son Isagoge ad mysticos sacrœ scripturæ sensus, publié à Lyon en 1536, l’année de sa mort.17 Il peut en effet sembler étrange, à nos yeux de modernes à tout le moins, qu’un philologue averti, attentif à traduire le texte hébreu de l’Ancien Testament de la manière la plus littérale possible, s’adonne ensuite à une ancestrale méthode allégorique pour interpréter l’Écriture. Cette recherche permet ainsi d’explorer les rapports, surprenants peut-être, entre philologie et allégorie.

  • 18 Cf. Antoine Compagnon, Chat en poche, Paris, 1993, p. 9. Le propos vaut pour tout l’ouvrage.
  • 19 Cf. Natalio Fernandez Marcos et Emilia Fernandez Tejero, Biblia y humanismo. Textos, talantes y co (...)
  • 20 Dans le huitième volume de la Polyglotte, Exemplar, sive de sacris fabricis liber (cf. Vœt, op. ci (...)

5On a en effet trop tendance à opposer philologie et allégorie, et l’on a pu lire récemment des affirmations comme celle-ci : « Au contraire de l’allégorie, la philologie entend ramener le texte à son sens : le sens de l’auteur, le sens de la langue, le sens de l’histoire18 » La question du sens n’est pas toujours abordée de cette manière au XVIe siècle. Allégorie et philologie ne s’opposent pas toujours, ou l’opposition que l’on souligne se réfère davantage à la distinction entre le sensus historicus et le sensus mysticus qu’entre le travail d’établissement du texte et celui de son interprétation, la lecture du sensus historicus appartenant déjà au domaine de l’interprétation. Certains critiques remarquent parfois les deux temps du travail biblique chez un même exégète, mais en passant comme « chat sur braise » avec « chat en poche » sur leur articulation. Ainsi Benito Arias Montano19 grand philologue, maître d’œuvre de la Polyglotte d’Anvers (1569-1572) donne des indications pour graver une arche de Noé à la mesure exacte du corps du Christ20.

Isagoge ad sacræ scriptura sensus

6La double Isagoge, malgré les titres séparés sur la page de titre, ne constitue qu’un volume, les dix-huit livres de l’introduction aux sens mystiques de l’Écriture sainte faisant suite au livre unique traitant des lettres sacrées au beau milieu de la page 51, sans même une nouvelle page de titre, au contraire du Nouveau Testament succédant à l’Ancien. C’est dire que la réflexion entre le premier livre traitant de l’établissement du texte biblique et de son sens historique et les dix-huit suivants traitant de sa lecture allégorique ont été voulus indivisibles.

7La préface-dédicace au cardinal Jean Du Bellay confirme ce dessein, puisque elle rappelle les deux manières fondamentales de lire l’Écriture sainte :

  • 21 « Intus (inquam) per allegoriam, foris, per historiam; intus, per spiritalem intellectum, foris pe (...)

Intérieure (dis-je) par l’allégorie, extérieure, par l’histoire ; intérieure par l’intelligence spirituelle, extérieure par le sens simple de la lettre21.

  • 22 « Cortex est historia, mysticus vero sensus, nucleus suavissimus » (ibid.).

8Que l’histoire soit l’écorce, et le sens mystique, le noyau le plus exquis n’est pas pour nous surprendre22, ce registre botanique n’étant pas à proprement parler une émanation de la Renaissance. En quelques phrases serrées, Pagnini présente ensuite les deux parties de son introduction, passages qui méritent d’être traduits :

  • 23 « Verum enimvero, quoniam sacris in literis multa sunt ænigmata, multi tropi, multae figuratæ locu (...)

Mais à la vérité, puisque il y a de nombreuses énigmes dans les lettres sacrées, de nombreux tropes, de nombreuses expressions figurées, afin qu’ils ne soient pas occasion de se tromper, dans le premier livre de ce volume, nous avons choisi des règles nombreuses pour expliquer les lettres sacrées, règles que les Pères anciens et orthodoxes ont transmises, où au sujet des sens mystiques beaucoup de choses non seulement dignes de connaissance, mais encore nécessaires ont été traitées, afin que dans ces choses nous ne paraissions et ne soyons pas ridicules.
Mais dans les autres dix-huit livres, nous enseignons les significations mystiques des mots suivant l’enchaînement des lettres, afin que toutes choses soient faciles à découvrir. Et afin que nous n’empiétons pas sur le travail des autres et que nous ne nous les accaparions pas (comme il arrive à de nombreux auteurs), nous citons les auteurs par leur nom. Si nous avons suivi leurs traces, nous ne serons pas ridicules, et nous ne tomberons pas facilement de Charibde en Scylla23.

9Dans son travail interprétatif, que ce soit des figures de rhétorique ou du sens mystique de l’Écriture, Pagnini précise qu’il a consulté des autorités et que, contrairement à une pratique répandue à la Renaissance, parfois même légitimée selon des critères qui seraient ceux de l’époque, il a cité ses sources. La consultation de l’ouvrage confirme la déclaration de principe d’un homme qui ne veut pas passer pour ridicule.

  • 24 « Linguam hebræam fuisse primitus in hominum usu, et Hebraeam ab Heber fuisse nuncupatam, quod mul (...)
  • 25 « Septuaginta interpretum æditionem non esse puram, sed corruptam, violatamque, et in illa multa d (...)
  • 26 « In secundo sane libro de autore libri, quem plures vocant Sapientiam Salomonis, quod etiam ipsum (...)
  • 27 Cf. Kenneth Hagen, Hebrews Commenting from Erasmus to B'eze 1516-1598 (Beitrage zur Geschichte der (...)
  • 28 Cf. ch. XVIII, « Quatuor esse modos exponendi legen », p. 13s.
  • 29 « Multos esse locos sacris in literis, qui inter sese pugnare videntur, quum tamen, si recte intel (...)

10Le premier livre « ad literas sacras » comporte cinquante-neuf petits chapitres. Dans le premier, Pagnini, avec l’aide d’Augustin, indique que la langue adamique était l’hébreu, sans méconnaître les nombreuses opinions divergentes24. Ce sont ensuite les lettres hébraïques (ch. 2), la nécessité de posséder le grec et l’hébreu pour comprendre les Écritures (ch. 3), la traduction de la Septante et de son autorité (ch. 4-12), etc. Pagnini juge, à cette occasion, la traduction des Septante impure et corrompue25. Il discute ensuite du canon, affirmant prudemment que la Sagesse de Salomon et le Siracide pourraient ne pas être de Salomon26, puis laisse à Paul l’Épître aux Hébreux27. Le dominicain paraît en l’occurrence bien timoré, en-deça des allégations d’Érasme. Il n’accorde en revanche aucune autorité aux livres apocryphes (ch. 17). Plus loin, ce sont les quatre modes d’explication de la Loi sous la tutelle à nouveau d’Augustin, du chapitre 2 du commentaire du « De Genesi ad literam » et du livre XV du De civitate Dei (ch. 27)28. Augustin toujours, maintenant avec le De doctrina christiana ou le De trinitate, aide Pagnini à débrouiller la question des figures difficiles et des tropes. Pas étonnant dès lors que Pagnini égrène les sept règles de Tyconius (ch. 30-33), avant de rappeler avec Augustin qu’il faut bien connaître l’histoire pour comprendre la Bible (ch. 36, reprise du De doctrina christiana II, 28). Le De doctrina christiana omniprésent, Pagnini défend logiquement l’éloquence biblique (ch. 41-43). Le traité continue avec les vertus anthropomorphiques attribuées à Dieu (ch. 50-55) et s’achève sur la question des passages bibliques qui semblent se contredire (ch. 59)29. Là encore, aucune innovation : il suffit de comprendre ces passages convenablement, et Pagnini donne l’exemple de Genèse 1 : Dieu est éternel, mais le temps est créé. Vraiment rien de bien original dans ce traité d’interprétation de l’Écriture : Pagnini s’efface totalement devant le savoir patristique ou, dit autrement, il rend compte de son interprétation spirituelle à travers les paroles des Pères de l’Église.

  • 30 Cf. Habes candide lector duos tomos isagogæ ad linguam græcam capessendam septem continentes libro (...)

11Un élément étonne toutefois. Alors que Pagnini avait été le premier à numéroter l’ensemble des versets de la Bible, ce sont à nouveau des lettres qui suivent le numéro des chapitres, non des chiffres. Or, ce n’est pas seulement dans sa traduction publiée en 1528 que les versets étaient numérotés, mais également dans le Thesaurus lingua sancta de 1529, tous deux publiés à Lyon comme cette Isagoge de 1536. On ne peut donc arguer d’un éloignement géographique entre les différents typographes pour expliquer l’abandon numérique de 1536, auquel d’ailleurs aucune raison n’est fournie. Une lecture attentive de l'Isagoge ad linguam gracam de 1525 nous montre cependant que le découpage en versets de la Bible peut avoir été influencé par la numérotation des vers d’Homère30.

12Pour chaque mot de son dictionnaire grec, Pagnini donnait, en effet, sa traduction et ajoutait presque toujours une référence biblique ou antique. Les renvois à la Septante, nous sommes deux ans avant la bible latine achevée d’imprimer en janvier 1528, se faisaient selon le seul numéro du chapitre. Pour Aristote et les autres auteurs antiques, c’étaient également le livre et le chapitre. Pour Homère, Pagnini donnait le numéro du livre de l’Iliade ou de X Odyssée, suivi du numéro du vers. Il en était de même pour d’autres œuvres en vers (« άρμονία ας Compositio, pactum, concordia... in Hymno Apollinis, vers. 195 », P XXXr°). L’abandon de la numérotation des versets pourrait ainsi être lié au dessein interprétatif et non plus philologique de Pagnini en 1536.

  • 31 Lyon, Hugue de La Porte, in-folio de [36]-818 pages. Après un copieux index, le volume s’ouvre sur (...)
  • 32 « Cap. I. Quid abyssus mystice significet », Ibid., p. 51.
  • 33 « Mundi enim gloriam sitiens, dum multas pro ea tribulationes reperit, amarum est quod bibit », ib (...)
  • 34 Ibid., p. 52s.
  • 35 Ibid., p. 55.
  • 36 Ibid., p. 56.
  • 37 Ibid., p. 57.
  • 38 Ibid., p. 60.
  • 39 Ibid., p. 61.
  • 40 Ibid., p. 66.

13Dans son Isagoge ad mysticos sacra scriptura sensus31, deuxième partie de l’introduction à laquelle je reviens, Sante Pagnini donne, par ordre alphabétique, le sens mystique de différents noms communs que l’on trouve dans la Bible. La liste est inaugurée par l’abîme (abyssus) qui « cor hominis significat32 ». Suivent l’absynthe33, la substance abortive, le diamant et le vinaigre (« adamas » et « acetum34 »). Le sens mystique se donne simplement par les verbes « essere », « significare » ou « dicere », sans aucun détour sémantique ou linguistique particulier. Les allégories sont multiples, sous-entendues pourtant, données comme réalités : « Agnus dicitur Dominus et salvator noster35 » ; « Agna est vitae activae, sive boni operis innocentia36 », « Amygdali flores sanctae Ecclesiae sunt primordia, juxta illud, florebit amygdalus37 » ; « Aquilonis nomine, diabolus signatur38 » ; etc. Les références bibliques et les interprétations patristiques se succèdent pour fonder ou illustrer ces identifications, très traditionnelles (« Arca Noë typus est Ecclesiae39 » ; « Argentum est doctrina scripturarum40 »), Grégoire, mais également Augustin, Jérôme ou Origène confirmant le propos moderne. Les Pères sont convoqués dans cette systématisation de la lecture allégorique digne des abus de la fin du moyen âge et des sylvae allegoriarum.

  • 41 « Edidit præterea ad imitationem Ticonii et Augustini librum unum, cui titulus est Isagoge ad Sacr (...)

14En 1566, Sixte de Sienne dans sa Bibliotheca sancta s’arrêtera rapidement à Pagnini pour indiquer que ce dernier a écrit, à l’imitation de Tyconius et d’Augustin une Isagoge ad sacras literas, en utilisant les Pères anciens pour expliquer des phrases obscures, figurées et mystiques de l’Écriture41. L’inspiration patristique est avérée, mais le travail philologique est tu.

  • 42 Cf. infra, note 47.

15Tout le savoir du Thesaurus et de la traduction latine nouvelle de la Bible semble oublié dans l'Isagoge de 1536. On connaît la traduction controversée d’un passage du Psaume 21/22, verset 17, qui donne dans la version latine commune : « foderunt manus meas et pedes meos », « ils ont percé mes mains et mes pieds ». L’hébreu porte kâ’arî, « sicut leo ». On sait que Bucer interprète christologiquement le Ps 22, en particulier ce passage, rejetant l’hébreu pour le latin chrétien42. Pagnini, dans son Thesaurus lingua sancta traduisait kâ’arî :

  • 43 Thesaurus, col. 134, sous la racine ‘rh (הבא), « Leo » ‘arî (אך י)

c’est « comme un lion mes mains ». Nous lisons avec la Septante kârû, c’est-à-dire « ils ont percé43 ».

16Aucun commentaire ni remarque ne venait compléter le caractère laconique de cette mention. Le Christ n’est pas mentionné.

  • 44 Liber IX, cap. XIX-XXI, op. cit., p. 459-463.
  • 45 Plusieurs occurrences, ibid., p. 459s.
  • 46 Ainsi dans la préface à Federico Fregosio, archevêque de Salerno, de ses Hebraicæ Institutiones de (...)
  • 47 Cf. 2e décret de la IV session du concile de Trente, le 8 avril 1546 : « ... statuit et declarat, (...)

17Ouvrant maintenant l'Isagoge ad mysticos sacra scriptura sensus à l’entrée « leo » : « Quid leo mystice significet », lion auquel sont dévolus trois chapitres44, le lion du Psaume 21/22 n’est pas évoqué, ou plutôt si, le « lion ravissant et rugissant » du verset 14, non celui du verset 17. Que le lion soit une figure du Christ n’est évidemment pas pour nous étonner45, mais elle ne se fonde pas sur l’hébreu expliqué dans son dictionnaire de 1529. Comme si Pagnini avait oublié ses principes philologiques d’établissement du texte biblique, fondé sur une connaissance grammaticale aboutie de l’hébreu, comme s’il avait abandonné ses critiques de la traduction imparfaite de Jérôme, simple homme qui pouvait errer en traduisant46. En 1536, Pagnini use du texte biblique de Jérôme comme de la traduction que le Concile de Trente décrétera dix ans plus tard authentique47.

Pour conclure

18Au début de ma recherche, j’avais posé l’hypothèse que Pagnini avait traduit le texte biblique le plus littéralement possible pour pouvoir, dans un second temps, mieux l’interpréter allégoriquement. Dans son Isagoge de 1536, en effet, le dominicain déploie d’abord les quatre sens traditionnels de la Bible, avant de s’adonner à l’allégorisation systématique des mots de l’Écriture. Pourtant cette allégorisation ne se fonde absolument pas sur sa traduction latine littérale de la Bible — littéralisme qu’on lui reprochera, de Robert Estienne à Richard Simon —, ni sur les options nouvelles déployées dans son Thesaurus. Le rapport entre philologie et allégorie chez Pagnini n’est pas aussi simple que celui que j’avais supposé. L’établissement du texte n’épuise pas la question du sens, il n’en est même pas le fondement. Quand Pagnini interprète spirituellement l’Écriture, il néglige totalement son savoir philologique et même les acquis linguistiques. La vieille traduction erronée de Jérôme lui suffit pour dire le sens spirituel de l’Écriture. La Révélation de Dieu, la doctrine édictée par les hommes se passent du savoir philologique.

19Bucer exprime ce constat clairement l’année même ou paraît le Thesaurus lingua sanctœ de Pagnini :

  • 48 Martin Bucer, Familierre declaration du livre des Pseaumes, [Genève], Philbert Hamelin, 1553, P [a (...)

... quand on exprime mot pour mot trop scrupuleusement, il y a plusieurs passages où nul sens n’est rendu. Et pourtant on propose non point une occasion, ains necessité, tant à ceux qui lisent qu’à ceux qui exposent, que chacun apporte ce qu’il aura forgé. Ainsi l’Escriture est deschirée en autant de sens qu’il y en a qui l’ont leuë ou qui ont entrepris de la interpreter, au lieu qu’un translateur qui voudra user de quelque liberté en sa version ou translation, combien que pour le sens de l’Escriture il mesle quelque chose en aucuns passages d’icelle, toutesfois n’admettra point cela facilement, sinon és lieux où la saincte doctrine ne peut tomber en danger48.

20La lettre parfaite ne suffit pas, elle peut être interprétée de mille manières différentes. Alors que l’on était en droit de penser que l’établissement de la lettre permettrait une interprétation spirituelle plus rigoureuse, Bucer comme Pagnini nous en dissuadent. On se souvient d’ailleurs de l’affirmation de Bucer commentant le Ps 21/22, s’éloignant de la leçon de l’hébreu sciemment, parce qu’il écrit à des chrétiens :

  • 49 « Ecquidem quia Christianis scribo, apud quos pridem publico consensu, “foderunt” legitur, et debe (...)

Puisque j’écris à des chrétiens, chez qui autrefois l’accord était unanime, on lit « ils ont percé ». Nous devons tenir davantage compte de la vérité achevée en Christ, que du type esquissé (adumbrati) en David ? J’ai donc mis « ils ont percé » en considérant davantage ce que reçoivent les chrétiens que ce qui peut être approuvé des juifs processifs (contentiosis)49 ?

21C’est la doctrine qui efface les acquis de la critique textuelle. La liberté interprétative n’est possible que là où la doctrine n’est pas mise en danger. Sebastian Munster, en commentant le Cantique des cantiques, livre biblique qui ne fonde aucune doctrine pour un philologue protestant comme lui, prend en considération une liberté interprétative pour la totalité du livre :

  • 50 « Mihi certe illi videntur proprius scopum attingere, qui כנסת, illam larhijanam, non ad Judaicum (...)

Certainement ceux qui rapportent l’assemblée, cette Iarhijana, non au peuple juif, mais soit à l'Église catholique, soit à l’âme fidèle, me semblent atteindre d’avantage le scopus [du texte biblique]. Mais en la matière, chacun reste libre d’adopter l’explication de son choix50.

  • 51 Cf. « Les “allegories fermes”... », art. cit. [note 48], et Guy Bedouelle, « Érasme et l'allégorie (...)
  • 52 En commentant la Genèse au soir de sa vie, mais déjà Esaïe (en 1527-1529), il arrive régulièrement (...)

22Je n’ai pas résolu toutes les questions, j’ai juste voulu signaler que si l’on peut distinguer philologie et allégorie dans l’interprétation de la Bible au XVIe siècle, le philologue et l’allégoriste peuvent cœxister chez la même personne, Bucer confirmant les rapports ambigus entre philologie et subjectivité chez Pagnini. Quant au retour et au recours à l’allégorie de Pagnini à la fin de sa vie, on pourrait tirer un parallèle avec de tels retours chez Érasme51 ou Luther52 au soir de leur vie. Toujours le souvenir des primes amours dans la vieillesse.

Notes

1 Sur Pagnini, cf. Timoteo A. Centi, « L'attività letteraria di Santi Pagnini (1470-1536) nel campo delle scienze bibliche », Archivum Fratrum Proedicatorum 15, 1945, p. 5-51 ; Anna Morisi Guerra, « Santi Pagnini traducteur de la Bible », in Théorie et pratique de L’exégèse, Actes du troisième colloque international sur l’histoire de l’exégèse biblique au XVIe siècle (31 août - 2 septembre 1988), textes réunis par Irena Backus et Francis Higman (Études de philologie et d’histoire 43), Genève, 1990, p. 191-198.

2 Édition de 1680, Paris [= Amsterdam, Daniel Elzevier], p. 350-354.

3 Cf. Biblia. Habes in hoc libro, prudens lector, utriusque Testamenti novam tranlationem aeditam a reverendo sacrae theologiae doctore Sancte Pagnino Lucensi concionatore apostolico Prædicatorii ordinis... Antoine Du Ry, Lyon, 1528 [colophon daté du 29 janvier 1527, ancien style].

4 Cf. « Qu’il me baise des baisiers de sa bouche ». Le Cantique des cantiques à la Renaissance. Étude et bibliographie (Travaux d’Humanisme et Renaisance 277), Genève, 1993, p. 121-125.

5 Chez Sebastien Gryphe, Lyon, 1529. In-folio. Rééditions à Lyon, Barthelemy Vincent, 1577 ; à Genève, P. de La Roviere, 1614. Un Enchiridion expositionis vocabulorum Haruch, Tharghum, Midrascim, Berescith, Scemoth, Vaicra, Midbar Rabba, et multorum aliorum librorum, avait déjà paru à Rome en 1523. De nombreux abrégés de ce Thesaurus parurent sous le nom d'Epitome thesauri linguæ sanctæ, à Anvers, dans l'officine de Plantin, puis de ses successeurs, en 1570, 1572, 1578, 1609, 1616, mais déjà dans la Polyglotte d’Anvers en 1569 ; cf. Leon Voet, The Plantin Press (1555-1589). A Bibliography of the Works printed and published by Christopher Plantin at Antwerp and Leiden, in collaboration with Jenny Voet-Grisolle, 6 t., Amsterdam, 1980-1983, t. 1, n° 644, p. 280-315, en part. VI.5.a, p. 292s.

6 Cf. note 4.

7 Sur la date de naissance d’Érasme, le 28 octobre 1467, cf. Emmanuel Poulie, « Discours du Président de la Société de l’histoire de France en 1998 », in Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France, Paris, 1999, p. 3-14, ici p. 13s. Sur la date de mort de Pagnini, 1536 et non 1541 comme on le trouve dans le catalogue de la BnF, cf. Centi, art. cit. [note 1], p. 42 et n. 133, p. 42s.

8 Le nom de Pagnini n’apparaît pas dans la correspondance établie par Allen, d’où son absence des Contemporaries of Erasmus. A Biographical register of the Renaissance and Reformation, éd. par Peter G. Bietenholz et Thomas B. Deutscher, 3 volume, Toronto, 1987. Le fait que Pagnini fut un dominicain hébraïsant pourrait expliquer cela, mais l’hébraïsant fut d’abord un helléniste.

9 Dans la préface de sa Biblia hebraica, Bâle, 1534-1535, cité par Anna Morisi Guerra, « Santi Pagnini traducteur de la Bible », art. rit. [note 1], p. 194.

10 Cf., p. e., en Gn 30, 8, au sujet de Naphtali (Nephtali), Luther traduit « permutationibus », de pahal « permutare », alors que Pagnini et Münster ont « luctationibus » (cf. Martin Luther, In primum librum Mose enarrationes, in W.A. 43, p. 660).

11 Dans son propre commentaire de la Genèse Musculus fait de même, ainsi avec les mandragores de Gn 30 : « Idcirco dormiat tecum » (In Mosis Genesim plenissimi commentarii, Bâle, Johann Herwagen, 1554, p. 658).

12 Cf. Isabelle de Conihout, « Du nouveau sur la bibliothèque de Philippe Desportes et sur sa dispersion », in Philippe Desportes (1546-1606). Un poète presque parfait entre Renaissance et Classicisme, études réunies et publiées par jean Balsamo, Paris, 2000, n° 51, p. 141.

13 Cf. Biblia sacra ex Santis Pagnini tralatione, sed ad hebraicæ linguæ amussim novissime ita recognita et scholiis illustrata, ut plane nova editio videri possit [« Michaël Villanovanus lectori S. »], Lyon, Hugues de La Porte, 1542.

14 Cf. mon « Introduire une édition humaniste de la Bible. Les prologues des bibles de Robert Estienne (1528-1560) », in Entrer en matière, les prologues, recueil dirigé par Bernard Roussel et Jean-Daniel Dubois, Paris, Le Cerf, 1998, p. 393-425 (bible n° 10, P ζ i r°) ; Dominique Barthélemy, « Origine et rayonnement de la “Bible de Vatable” », in : Théorie et pratique de l’exégèse, actes du troisième colloque international sur l’histoire de l’exégèse biblique, Genève, 1988, réunis par Irena Backus et Francis Higman (Études de Philologie et d’Histoire 43), Genève, 1990, p. 385-401, ici p. 393 et 395.

15 Cf. mon « Introduire une édition humaniste de la Bible... » [note 14], p. 398.

16 « In exteriori autem parte interpretationem Sanctis Pagnini (quam potissimum, ut maxime fidam, omnes uno ore laudant) crassioribus literis excusam damus : sed hanc quidem certe multis partibus ea quam in aliis editionibus habes, meliorem. Nacti enim sumus duo ex prima illius editione exemplaria, in quibus non solum typographica errata non pauca, nec levia, manu propria ipse author correxerat, sed multos etiam locos diligentius et accuratius quam antea examinatos, recognoverat. Venerunt etiam in manus nostras eiusdem Sanctis in Vetus testamentum annotationes, ex quibus itidem omnia quae ad huius interpretationis recognitionem pertinebant, sedulo excerpsimus. Eius præterea linguæ Hebraicæ Thesaurum non sine magno fructu in consilium fere semper adhibuimus, Sed nihilne, dicet aliquis, præter Sanctis laborem et industriam hæc editio nobis affert? Imo vero duorum doctissimorum virorum in hanc ipsam interpretationem collatas operas accipis [François Vatable et Bertin Le Comte]. » Cf. Biblia Utriusque Testamenti. De quorum nova interpretatione et copiosissimis in eam annotationibus lege quam in limine operis habes epistolam, Genève, Robert Estienne, 1556-1557, P ζ i r°. Pour cette édition, Estienne a bénéficié d’un manuscrit, l'æditio princeps de la version de Pagnini avec les notes de Bertin Le Comte prises aux cours de Vatable, exemplaire toujours conservé à la B.P.U. de Genève (cf. D. Barthélemy, art. cit. [note 14]).

17 À l’exception de l’article de Timoteo M. Centi, art. cit. [note 1], p. 37-42, qui en reste cependant à la dédicace au cardinal Jean Du Bellay que je vais également exploiter.

18 Cf. Antoine Compagnon, Chat en poche, Paris, 1993, p. 9. Le propos vaut pour tout l’ouvrage.

19 Cf. Natalio Fernandez Marcos et Emilia Fernandez Tejero, Biblia y humanismo. Textos, talantes y controversias des siglo XVI español, Madrid, 1997. Comme Cipriano de la Huerga et Luis de León, Arias Montano s’intéresse de manière concomitante aux sens mystiques de l’Écriture et à l’établissement de son sens littéral.

20 Dans le huitième volume de la Polyglotte, Exemplar, sive de sacris fabricis liber (cf. Vœt, op. cit., [note 5], n° 644, VIII, 7. A et B, p. 302s et 31 ls). Cf mes « Représentations de l’Écriture dans les Bibles illustrées du XVIe siècle. Pour une herméneutique de l’image imprimée dans le texte biblique », Revue française d’histoire du livre, 1995, n° 86-87, p. 118-189, ici p. 180-183. Cf surtout Sylvaine Hänsel, Der spanische Humanist Benito Arias Montano (1527-1598) und die Kunst (Spanische Forschungen der Gorresgesellschat, 2. Reihe, 25. Bd.), Münster, 1991, en part. p. 35-53.

21 « Intus (inquam) per allegoriam, foris, per historiam; intus, per spiritalem intellectum, foris per sensum literæ simplicem » (cf. Isagoge, P c r°).

22 « Cortex est historia, mysticus vero sensus, nucleus suavissimus » (ibid.).

23 « Verum enimvero, quoniam sacris in literis multa sunt ænigmata, multi tropi, multae figuratæ locutiones, ne ansam præbeant errandi, in primo huius voluminis libro, multas ad sacras literas exponendas delegimus regulas, quas antiqui et orthodoxi tradidere patres, ubi et de mysticis sensibus multa pertractantur non modo scitu digna, sed et necessaria, ne in illis et ridiculi habeamur et simus. In aliis autem decem et octo libris mysticas dictionum significationes tradimus juxta literarum seriem, ut inventu cuncta sint facilia. Et ne (ut multis contingit autoribus) in aliorum labores intraremus, nobisque usurparemus, proprios citamus autores, quorum vestigia, si secuti fuerimus, non erimus ridiculi, neque in Scyllam, aut Charibdim facile prolabemur » (ibid.).

24 « Linguam hebræam fuisse primitus in hominum usu, et Hebraeam ab Heber fuisse nuncupatam, quod multi negant, Augustinus fatetur, hoc pacto scribens li. De civitate Dei 16, cap. 11 », p. 1. Sur la question de la langue originelle, débat véritablement lancé à la Renaissance, cf. en particulier Arno Borst, Der Turmbau von Babel. Geschichte der Meinungen über Ursprung und Vielfalt der Sprachen und Völker., IV parties en 6 volumes, Stuttgart, 1957-1963, et Maurice Olender, Les langues du paradis, Aryens et Sémites, un couple providentiel, Paris, 1989.

25 « Septuaginta interpretum æditionem non esse puram, sed corruptam, violatamque, et in illa multa deesse » (titre du chapitre XII, p. 8).

26 « In secundo sane libro de autore libri, quem plures vocant Sapientiam Salomonis, quod etiam ipsum sicut ecclesiasticum Jesus filius Sirach scripserit, non ita constare, sicut a me dictum est, postea didici, et omnino probabilius comperi non esse hunc eius libri autorem » (p. 11).

27 Cf. Kenneth Hagen, Hebrews Commenting from Erasmus to B'eze 1516-1598 (Beitrage zur Geschichte der biblischen Exegese 23), Tübingen, 1981 ; sur Érasme qui, le premier, remit en cause l’attribution paulinienne de l’Épître aux Hébreux, p. 4-8.

28 Cf. ch. XVIII, « Quatuor esse modos exponendi legen », p. 13s.

29 « Multos esse locos sacris in literis, qui inter sese pugnare videntur, quum tamen, si recte intelligantur, nullam habeant controversiam » (p. 50s).

30 Cf. Habes candide lector duos tomos isagogæ ad linguam græcam capessendam septem continentes libros ; quibus et lexicon annexum est ordine alphabetico secundum declinationes, et conjugationes... Avignon, Jehan de Channey, 1525.

31 Lyon, Hugue de La Porte, in-folio de [36]-818 pages. Après un copieux index, le volume s’ouvre sur l'Isagoge ad sacras literas de cinquante pages.

32 « Cap. I. Quid abyssus mystice significet », Ibid., p. 51.

33 « Mundi enim gloriam sitiens, dum multas pro ea tribulationes reperit, amarum est quod bibit », ibid., p. 52.

34 Ibid., p. 52s.

35 Ibid., p. 55.

36 Ibid., p. 56.

37 Ibid., p. 57.

38 Ibid., p. 60.

39 Ibid., p. 61.

40 Ibid., p. 66.

41 « Edidit præterea ad imitationem Ticonii et Augustini librum unum, cui titulus est Isagoge ad Sacras Literas, in quo ex antiquis patribus multas regulas collegit, ad exponendas obscuras phrases, figuratas locutiones, et mysticos divinarum scripturarum sensus summopere necessarium, cuius initium est Linguam Hebræam fuisse. Composuit quoque consimilis argumenti libros decem et octo admiranda omnium cælestium rerum copia, varietateque refertos, quos Isagogas ad mysticos sacræ scripturæ sensus intelligendos inscripsit, quia in eis de mysticis et spiritualibus sacrarum dictionum sensibus juxta literarum seriem pertractat, universam pene divinam scripturam sub huius occasionis prætextu mystice exponens. Incitatus est autem adhunc laborem, ut ipsemet indicat, exemplo D. Eucherii, Episcopi Lugdunensis, qui librum non dissimilis argumenti, De divinis formulis prænotatum, ex multis veterum monumentis collegit. Operis initium est, Dæmonia septem. » (Cf. Bibliotheca sancta, Cologne, Petrus Cholinus, 1626, p. 375.)

42 Cf. infra, note 47.

43 Thesaurus, col. 134, sous la racine ‘rh (הבא), « Leo » ‘arî (אך י)

44 Liber IX, cap. XIX-XXI, op. cit., p. 459-463.

45 Plusieurs occurrences, ibid., p. 459s.

46 Ainsi dans la préface à Federico Fregosio, archevêque de Salerno, de ses Hebraicæ Institutiones de 1526 (Lyon, Antoine Du Ry, aux dépens de François de Clermont, évêque d’Avignon « Episcopi Cardinalis Auxita », 1526), Pagnini déclarait : « non est Hieronymi incorrupta translatio... Praeterea Hieronymum fuisse hominem, et potuisse errare sua in translatione » (f° A2v°-A3r°).

47 Cf. 2e décret de la IV session du concile de Trente, le 8 avril 1546 : « ... statuit et declarat, ut hæc ipsa vetus et vulgata editio, quæ longo tot sæculorum usu in ipsa ecclesia probata est... pro authentica habeatur, et quod nemo illam rejicere quovis prætextu audeat aut præsumat » in Les Conciles oecuméniques, tome 11-2, Les Décrets, Trente à Vatican II, texte original établi par G. Alberigo, J. A. Dossetti, P.-P. Joannou, C. Leonardi et P. Prodi avec la collaboration de H. Jedin. Édition française sous la direction de A. Duval, B. Lauret, H. Legrand, J. Moingt et B. Sesboüé, Paris, 1994, p. 664. Si la bulle de Clément VIII « Cum sacrorum bibliorum vulgatae editionis textus summis laboribus » de novembre 1592 ne mentionnait pas Jérôme, la préface « Ad lectorem » la précédant dans les éditions magnifiait le travail de Jérôme : « Quare non immerito Catholica Ecclesia sanctum Hieronymum doctorem maximum, atque ad Scripturas sacras interpretandas divinitus excitatum, ita celebrat », alors que les préfaces de Jérôme, surtout le « Prologus galeatus », suivaient souvent la Bulle papale. La critique protestante a ainsi rapproché l’authenticité du texte de son infaillibilité, forgeant le néologisme « inerrance » (cf. Victor Baroni, La Contre-Réforme devant la Bible. La question biblique, Lausanne, 1943, p. 108-117).

48 Martin Bucer, Familierre declaration du livre des Pseaumes, [Genève], Philbert Hamelin, 1553, P [a6]r°-[a7]r°. C’est moi qui ai souligné. Dans l’édition de 1529, S. Psalmorum libri quinque ad ebraicam veritatem versi et familiari explanatione elucidati, per Aretium Felinum theologum [Martin Bucer], Strasbourg, Georg Ulricher, on lit : « Dum enim verbum e verbo exprimitur, plurimis in locis prorsus nullus sensus redditur, et ideo non occasio, sed necessitas objicitur, tam legentibus quam enarrantibus, ut quisque inferat suum, sic discerpitur scriptura in tot sensus, quot eam legerint, cum interpres liberior, etiam si aliquot in locis, suum pro scripturae sensu, admiscebit, id tamen non facile admittet, quam in locis, ubi nullum est sanae doctrinar periculum » (P° 5v°-6r°).

49 « Ecquidem quia Christianis scribo, apud quos pridem publico consensu, “foderunt” legitur, et debet nobis major veritatis in Christo completar, quam typi in Davide adumbrati, ratio haberi, et ipse, foderunt posui, magis spectans, quid recipiant Christiani, quam quid possit approbari contentiosis Judaeis », ibid., f° 124r°. J’ai cité et développé ce passage dans « Les “allegories fermes” des hébraïsants chrétiens de la Renaissance : triomphe ou avatar de la pensée médiévale ? », Contribution au colloque sur l’allégorie de Montpellier, janvier 2001, sous presse.

50 « Mihi certe illi videntur proprius scopum attingere, qui כנסת, illam larhijanam, non ad Judaicum populum, sed vel ad catholicam ecclesiam vel ad fidelem referunt animam. Verum in his explicandis, cuivis liberum esto judicium. » Münster-1525, P [b7]r°, passage cité dans Qu’il me baise des baisiers de sa bouche. Le Cantique des cantiques à la Renaissance. Étude et bibliographie (Travaux d’Humanisme et Renaissance 277), Genève, 1993, p. 233.

51 Cf. « Les “allegories fermes”... », art. cit. [note 48], et Guy Bedouelle, « Érasme et l'allégorie », in Le Temps des Réformes et la Bible, sous la direction de Guy Bedouelle et Bernard Roussel (Bible de tous les temps 5), Paris, 1989, p. 107-111.

52 En commentant la Genèse au soir de sa vie, mais déjà Esaïe (en 1527-1529), il arrive régulièrement que Luther allégorise. En Esaïe 54, 12, Luther identifie ainsi les pierres précieuses : « sunt autem preciosi lapides, quos iam dicet a Deo doctos » (cf. Martin Luther, In Esaiam prophetam scholia ex D. M. Lutheri praelectionibus collecta, in W. A. 25 : p. 342).

© Publications de l’École nationale des chartes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search