Version classiqueVersion mobile

La varietas à la Renaissance

 | 
Dominique de Courcelles

Variété et prudence dans le traité moral : les Œuvres morales, et diversifiées en histoires (1575), de Jean Des Caurres

Ullrich Langer

Texte intégral

1C’est par le biais de la prudence que je me suis mis à réfléchir sur le concept même de la variété : celle-ci, dans son acception de « contingence », de ce qui ne se prête pas à la science exacte, est l’objet même de la prudence, et par extension, de toute enquête sur le comportement humain dans le temps. Je me suis mis aussi à interroger un ouvrage spécifique qui m’a paru au premier abord l’exemple d’une variété véritablement étonnante, les Œuvres morales, et diversifiées en histoires, pleines de beaux exemples, enrichies d’enseignemens vertueux, & embellies de plusieurs sentences & discours, de Jean Des Caurres, principal du collège d’Amiens et ami de Jean Dorat, que j’ai consulté dans l’édition chez G. de la Noue, Paris, 1584 (première édition 1575). En dépit de l’hétérogénéité presque choquante du recueil de Des Caurres, il me semble que son apport se comprend par rapport à certains paramètres génériques de la variété que je m’efforcerai de résumer. Car la variété dans le domaine moral est après tout un peu à la mode dans la deuxième moitié du XVIe siècle et au début du siècle suivant. Elle est source de plaisir. Elle n’est jamais n'importe quoi — sa cohérence tient à un lien thématique entre les domaines du comportement humain aussi bien qu’à l’ensemble des textes antiques et humanistes dans lesquels on puise exemples, faits et anecdotes. Elle a une fonction sociale précise. Elle trouve deux modes d’expression lorsqu’il est question de l’enseignement moral, modes qui correspondent chacun à une conception de la vie morale, mais surtout du rôle de la prudence dans cette même vie. Je reviens sur chacun de ces points.

  • 1 Voir « La Silva de varia lección de l’humaniste sévillan Pedro Mexía ou l’échec du principe de var (...)

2D’abord la variété se trouve un peu partout dans les titres d’ouvrages publiés dans ce domaine flou que constitue l’étude des mœurs à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècles. Pour n’en donner que quelques exemples, parmi les plus connus : De la vicissitude ou varieté des choses en l’univers, et concurrence des armes et des lettres par les premieres et plus illustres nations du monde, depuis le temps où a commencé la civilité, & memoire humaine jusques à present de Louis Le Roy (la variété désignant la diversité synchronique, la vicissitude le changement diachronique) ; The Varietie of Memorable and worthy matters (1605) de Walter Oswold, où l’on passe allègrement des quatre parties du monde aux douze apôtres pour finir avec les treize cantons de Suisse ; les Varietà di pensieri… divisa in IX parti, nelle quali per via di Quisiti con nuovi fondamenti, e ragioni si trattano le più curiose materie Naturali, Morali, Civili, Poetiche, Istoriche, e d’altre facoltà, che soglian venire in discorso fra cavalieri, e professori di lettere (1612) d’Alessandro Tassoni, où l’on traite de questions aussi diverses que la raison pour laquelle le pain paraît plus blanc lorsqu’il est froid que lorsqu’il est chaud (question déjà soulevée dans les Problemata du pseudo-Aristote) et Pétiologie de la timidité ; pour ne pas parler des Diverses leçons d’Antoine Du Verdier Sieur de Vaupriaz, &c. suivans celles de Pierre Messie… que Dominique de Courcelles a déjà analysées avec beaucoup de finesse1.

3Un autre constat me semble à propos : c’est le rapport intime, aux yeux de la Renaissance, entre la variété et le plaisir. La variété de la nature fournit à la rhétorique le modèle de la variété du discours : la dissimilitudo que perçoivent les sens dans les objets de nature, dans les sons et dans les images, provoque presque d’innombrables agréments (paene innumerabiles voluptates), et c’est le modèle de la diversité naturelle qui régit la diversité des styles et la diversité, par extension, à l’intérieur d’un même discours (Cicéron, De oratore, 3.7.25 sq.). Le plaisir de cette diversité provient ou bien de la dissimilitude elle-même ou bien du choix du lecteur qui pourra trouver dans la richesse qui s’étale devant lui ce qui lui plaît en particulier. C’est ce dernier sens que nous trouvons chez Ronsard, par exemple, dans le « Discours à Loys Des Masures » (1560, regroupé en 1567 avec les Discours des Miseres de ce temps) :

  • 2 Œuvres complètes, vol. 2, éds. J. Céard, D. Ménager, M. Simonin (Paris : Gallimard « Pléiade », 19 (...)

Comme celuy qui voit du haut d’une fenestre
Alentour de ses yeux une plaine champestre,
Differente de lieu de forme et de façon :
Ici une riviere un rocher un buisson
Se presente à ses yeux : et là s’y represente
Un tertre une prairie un taillis une sente,
Un verger une vigne un jardin bien dressé,
Un hallier une espine un chardon herissé :
Et la part que son œil vagabond se transporte,
Il descouvre un pais de differente sorte,
De bon et de mauvais : Des Masures ainsi
Celuy qui lit les vers que j’ay portraits ici,
Regarde d’un trait d’œil mainte diverse chose,
Qui bonne qui mauvaise en mon papier enclose2.

  • 3 Des mets et des mots : banquets et propos de table à la Renaissance (Paris : José Corti, 1987).

4S’ensuit la célèbre comparaison du livre à la table « friande » chargée de différents mets, comparaison qui a fait le sujet du livre admirable de Michel Jeanneret3. Le plaisir du choix est aussi le plaisir du regard « vagabond » qui se laisse aller dans ce mouvement peu dirigé, à fleur des objets perçus, jouissant de contours et de surfaces différents. Le regard du lecteur imite ainsi le procédé même de l’invention poétique, le plaisir de l’abondance de la matière et de son choix, et le plaisir aussi de la découverte. La diversité aura donc un rapport intime avec l’exercice du jugement esthétique et éthique du lecteur, et cet appel même au jugement libre produit un agrément. Le même Ronsard souligne d’ailleurs la nourriture ravissante offerte par la diversité dans son sonnet préliminaire adressé à Jean Des Caurres :

Ainsi qu’au mois d’Avril on voit de fleur en fleur,
De jardin en jardin, l’ingenieuse abeille
Voleter, & piller une moisson vermeille
En ses pieds peinturez de diverse couleur.
De science en science, & d’autheur en autheur,
De labeur en labeur, de merveille en merveille,
Tu voles, repaissant diversement l’oreille
Du François, tout ravy d’estre ton auditeur, [c ir] (voir aussi Œuvres complètes, vol. 2, p. 1137)

  • 4 Nuncque Deum, superosque docens, nunc crimina carpens.
    Nunc mores suadens, nunc inhonesta vetans,
    Te (...)
  • 5 Voir F. Cornilliat, U. Langer, « Histoire de la poétique au XVIe siècle », in éds. J. Bessière, E. (...)

5La fameuse abeille d’Horace, figure de l’invention poétique, procure au lecteur ou à l’auditeur de la volupté par la diversité des couleurs de ses « pieds » chargés du pollen des fleurs. Ce plaisir de la diversité, des fleurs et des couleurs de l’abeille, se retrouve plus étroitement lié au but moral envisagé par Des Caurres, dans le poème préliminaire que lui adresse Jean Dorat, dans les mêmes pages : la diversité consiste tantôt à persuader le lecteur d’une conduite morale, tantôt à le détourner d’une conduite malhonnête4. La variété fait l’objet de réflexions proprement théoriques dans les poétiques surtout italiennes, et les difficultés qu’éprouve le Tasse, dans son discours sur le poème héroïque, à intégrer le plaisir du divers à la structure de l’épopée, me semble un des symptômes de la crise du poème épique à la Renaissance5.

  • 6 S. Prandi, Il « Cortegiano » ferrarese : I « Discorsi » di Annibale Romei e la cultura nobiliare n (...)

6Le plaisir de la variété se manifeste aussi dans la proximité des mots diversité et divertissement (dont le sens moderne d’amusement est attesté dès 1580), tous les deux dérivés du latin divertere (se détourner, être différent de) ; or, le divertissement que constitue la diversité des matières devient la finalité de l’art de la conversation. Ce principe gouverne évidemment toute mise en scène de la conversation, que ce soit le piment des différences d’opinion des courtisans chez Castiglione ou le rythme alterné des nouvelles de l’Heptaméron. Mais il concerne aussi de manière précise l’intention des traités moraux de cette période : nous l’avons déjà constaté dans le titre de l’ouvrage de Tassoni : Varietà di pensieri… che soglian venire in discorso fra cavalieri, e professori di lettere. La variété des matières est l’étoffe des discorsi, des propos, entre chevaliers et professeurs de lettres. Le genre des Discorsi sert de base à une culture nobiliaire italienne de la fin du XVIe siècle, noblesse dont la survie dépend de ses capacités dialectiques et rhétoriques. L’exemple le plus célèbre de ce genre sont les Discorsi du chevalier Annibale Romei, étudiés naguère par Stefano Prandi6, dans lesquels les sujets proprement moraux côtoient par exemple des dissertations sur la valeur relative des armes et des lettres.

7La variété dans les ouvrages moraux, dans cette catégorie très large de l’Ethica, n’est jamais du n’importe quoi, malgré les apparences de disparité totale des matières. D’abord parce que le domaine moral, c’est-à-dire l’étude, ou plus proprement l’éloge, des vertus, est perçu en rapport étroit avec la gestion d’une maison, d’un ménage, donc avec le domaine économique, et le domaine moral débouche aussi naturellement sur la gestion de l’état. Par rapport aux domaines de la dialectique, de la rhétorique, de la métaphysique, et des sciences mathémathiques, Ethica, OEconomica, et Politica constituent un ensemble naturel aux yeux des lecteurs de la Renaissance : c’est ainsi que sont regroupés et édités les traités respectifs d’Aristote, et la variété dans les ouvrages moraux se situera grosso modo dans ces champs thématiques. Des Caurres combinera avec une certaine désinvolture de petits chapitres consacrés aux questions politiques (« De l’office du Prince », « comparaison du prince et du tyran », etc.), aux questions morales, tel l’éloge du mariage et de l’amitié, et aux questions « économiques » (la conservation du vin, la « dignité » du sel, etc.). Si la juxtaposition parfois brutale de sujets déconcerte et rappelle cet effet de vertige de l’énumération de coutumes bizarres chez Montaigne — de la tonte des cheveux lors des obsèques on passe par exemple à la question de « scavoir si le fruict grenant de pin est pomme ou noix », suivi d’un réquisitoire contre les procès juridiques — il ne reste pas moins vrai qu’on ne sort que rarement du champ de la gestion de soi, de la maison, et de l’état, vu que la gestion prudente suppose une connaissance de coutumes et de faits les plus divers ayant trait au comportement humain. Et c’est vraiment celui-ci qui prime la spéculation théorique : si de nombreux chapitres sont consacrés aux questions religieuses, il s’agira toujours de religion, c’est-à-dire de pratiques religieuses et non pas de théologie. Des Caurres s’intéresse beaucoup plus aux différents rites, sacrifices, temples et croyances païennes qu’aux débats, mettons, sur la transsubstantiation. D’ailleurs il est différent en cela de son contemporain Pierre de la Primaudaye ; j’aurai l’occasion de revenir sur cette différence.

8Un autre principe de cohésion dans la variété des ouvrages moraux est la présence au XVIe siècle de tout un ensemble de recueils provenant de l’Antiquité ou du XVe siècle italien, recueils de curiosités, de choses étonnantes, mais aussi de savoirs pratiques. Je ne veux qu’en donner quelques aperçus, ce domaine riche ayant été étudié avant moi par Jean Céard, Michel Jeanneret et Jean Jehasse. Pour se rendre compte de ce qu’un amateur de la « variété » au XVIe siècle aurait pu connaître, citons quelques vers de la pièce dédicatoire aux Diverses leçons d’Antoine Du Verdier (essentiellement celles de Pierre Messie) par Jean de Chevigny. Celui-ci loue Du Verdier en termes proprement culinaires ou plutôt « déipnosophistes » :

  • 7 Mais peut-être aussi Antigonus Carystius, de Chironia, nom poétique donné à Karystos, auteur d’his (...)
  • 8 J’ai consulté Les diverses leçons d’Antoine Du Verdier Sieur de Vaupriaz, &c. suivans celles de Pi (...)

Tu seras desormais entre ces banqueteurs
L’un des mieux renommez, je dy ces bons auteurs
Alexandre, Macrobe, Aule Celle, Athenee,
Messie, Rhodigin, celuy de Cheronee [sans doute Plutarque]7,
Autres, qui ont dressé mets si delicieux,
Qu’ils peuvent surmonter les banquets somptueux
(Tant s’en faut que je die esgaler & combatre)
D’un Geta, d’un Esope, & d’une Cleopatre,
D’un Heliogabal’…8

9Cette liste d’auteurs dessine les contours de la variété « merveilleuse » : contes d’événements étranges et de coutumes étonnantes, commentaires épars sur la paralittérature antique, recettes culinaires et réflexions sur le vin, sur sa cultivation et sur ses propriétés. Des Caurres épicera ses leçons ou commentaires politiques et moraux de ces sujets, à volonté. Mais non pas en sortant de ces champs définis par ses prédecesseurs anciens et modernes. La variété se tient donc dans des limites largement indiquées par la tripartition aristotélicienne du champ de la gestion morale et par le corpus de textes dont disposait le « déipnosophiste » du XVIe siècle.

  • 9 Academie francoise, En laquelle il est traitté de l’institution des Mœurs, & de ce qui concerne le (...)

10Une dernière remarque préliminaire, mais qui m’amènera à la valeur spécifiquement morale de la variété chez Des Caurres : le terme diversifier a un sens précis, au fond rhétorique, qui touche à la disposition de l’ouvrage « moral » et au plaisir que celui-ci doit procurer. Des Caurres le dira lui-même dans son épître à Geoffroy de la Martonie, évêque d’Amiens : « j’ay diversifié ces Œuvres Morales, de belles histoires & de notables & graves sentences, accompagnées d’un plaisir singulier qui procede principalement de la diversité & de la nouvelleté, desquelles nostre nature se plaist & se resjouit » (a iiiir). Il s’agit donc d’entremêler les histoires et les sentences : mais non pas pour construire une preuve faite d’exemples et de thèses, mais pour faire passer le « grave » en offrant en même temps le plaisir du « beau » ou du « nouveau ». La disposition des chapitres n’est donc pas en forme d’une preuve, et « diversifier » a le seul sens de « varier », « entremêler », plutôt que de persuader en fournissant de belles illustrations d’un argument. Ce procédé, que Des Caurres veut explicitement moral, contraste avec celui d’un contemporain de Des Caurres, Pierre de La Primaudaye dont l’Academie francoise constitue une tentative d’embrasser dans un dialogue toutes les connaissances morales nécessaires « pour former [notre] vie & mœurs, au moule & patron de la vraye & sainte vertu, & par le moyen d’icelle, la grace divine operant en [nous], passer le cours de [nos] jours en joye, heur, repos & tranquillité d’esprit, voire és plus dures adversitez, que l’incertitude & changement continuel des choses humaines [nous] puisse apporter »9. La Primaudaye s’inspire par cette référence aux adversités du De remediis utriusque fortunae de Pétrarque, mais son entreprise est considérablement plus vaste que celle du Toscan. D’abord elle revendique, comme celle de Des Caurres, la diversité comme principe de disposition du texte : « la suitte meslee des divers traictez & discours de ceste dicte Academie, donnera suffisante instruction de tout ce que dessus » (viiiv). Le mélange et la diversité ne se lient pourtant à aucun sentiment de plaisir, contrairement à ce que nous avons vu chez Des Caurres, mais indiquent l’abondance des instructions, et par cette abondance, leur « suffisance » à instruire. La delectatio passe au deuxième plan : la diversité n’est pas conçue comme la différence, comme la dissimilitudo qui surprend et plaît, mais plutôt comme la complétude. La Primaudaye continue en rendant très explicite la démarche suivie :

Encores auras tu que louer en l’ordre de ces discours, & en la forme d’enseigner qui y est tenue. Car apres avoir esté traicté de la cognoissance premiere necessaire à l’homme, suyvent toutes les vertus qu’il doit embrasser, & les vices qu’il doit fuyr. Puis il est instruict de ce qui touche l’oeconomie : apres de ce qui regarde l’Estat & la police : & finalement comme ayant bien vescu, il doit bien mourir. Et quant à la forme d’enseigner diligemment observee par ces Academiques, tu verras qu’ils louent premierement la chose vertueuse, ou blament la vicieuse, de laquelle ils se proposent de discourir, pour disposer les esprits à autant hayr l’une, que desirer l’autre : Puis ils definissem ce dont est leur propos, à fin que mieux on cognoisse la fin du subject qui se presente : Apres ils baillent les Preceptes, pour trouver les moyens de parvenir au bien, & d’eviter le mal. Finalement ils adjoustent les exemples, qui sont raisons vivantes, & de grand poix, pour esmouvoir avec delectation les hommes, à embrasser la vertu, & fuir le vice. (viiiv-a ir)

  • 10 « Nous y apprendrons comme nous nous devrons sagement & selon le devoir gouverner en toutes action (...)

11La Primaudaye suit en gros ce mouvement expansif que constitue la gestion de soi, de la maison, et de l’État que nous connaissons déjà, pour la division des matières. Chaque matière est traitée en suivant le même ordre de présentation : d’abord éloge ou blâme de la vertu ou du vice, ensuite définition du « propos », ou du sujet loué ou blâmé, suivie des « préceptes », des maximes permettant l’appréhension des « moyens », c’est-à-dire la réalisation des définitions dans l’effort pratique, et finalement les exemples qui ont le pouvoir de jouer sur le registre du movere qui vient s’ajouter au docere des définitions et des préceptes. Cette progression rappelle évidemment l’oraison rhétorique : dans l’exorde il s’agit de préparer les esprits des auditeurs à la réception favorable de la proposition (cela se fait ici par l’éloge, « pour disposer les esprits ») ; par la définition on véhicule ensuite la propositio, la fin de la preuve (« à fin que mieux on cognoisse la fin du subject qui se presente ») ; les préceptes s’ajoutent à la propositio pour compléter le docere : ils sont une sorte de partitio, d’énumérations de points à prouver ; finalement on passe à la preuve elle-même, c’est-à-dire à l’argumentatio, aux rationes, en l’occurrence aux exemples (« raisons vivantes ») qui joueront sur l’ethos (« avec delectation ») et sur le pathos (« esmouvoir ») pour faire passer la propositio. Le programme rigide de La Primaudaye suppose donc une inculcation de la vertu par le modèle rhétorique scolaire : le lecteur est le public à convaincre d’une thèse, et la lecture elle-même ressemble à l’audition d’un discours, sans, évidemment, la présence de l’orateur (d’ailleurs indispensable lorsque son caractère sera un facteur dans la crédibilité de la proposition — mais il s’agit de vertus et de vices, donc d’une matière peu sujette à la contestation). Ainsi l’Academie francoise ne se conçoit pas comme ce banquet aux plats variés, dont on peut choisir ceux qui plaisent et rejeter ceux ne correspondant pas au goût du lecteur. La « formation » morale du lecteur consiste essentiellement en la transmission progressive de connaissances, portant sur l’individu humain, sur « l’oeconomie » de la famille et de la maison, et sur le gouvernement de l’État, ne laissant aucune marge de manœuvre, aucun jeu de la prudence. La diversité se trouve reléguée au deuxième plan, fournissant des exemples nécessairement distincts les uns des autres, en vue de la preuve de la propositio. L’Academie francoise inculquera les différents devoirs des sujets d’un État (d’ailleurs le verbe et le substantif devoir sont employés librement tout au long de la préface au lecteur10) ; elle est donc instrument, fondamentalement, d’une institution.

12Des Caurres insiste, quant à lui, sur la primauté, dans l’enseignement moral, de la prudence, de cette capacité de l’homme de choisir le bien et d’éviter le mal : la diversité doit se comprendre donc d’abord comme le champ d’exercice du jugement. Par rapport au Protestant La Primaudaye il s’agit à mon sens d’une différence fondamentale dans la conception de l’exemple, véhicule du plaisir de la variété et du dissimilaire. Illustration d’une preuve chez La Primaudaye, défi et exercice de la prudence chez Des Caurres. Il s’agit en plus d’une différence fondamentale dans la conception de la vie morale. Suivre son devoir, chez La Primaudaye ; constituer un bien-vivre, chez Des Caurres. Mais reprenons pour le moment cette épître adressée à Geoffroy de la Martonie, où Des Caurres nous expose les raisons de sa démarche :

Tout ainsi que la prudence est le principe de toutes nos bonnes operations, de mesme peut on dire que l’histoire est un commencement duquel la prudence derive, & que sa cognoissance nous est tresnecessaire pour former en nous une parfaicte prudence. Et à ceste occasion ceux qui ont jugement aux Escrits & Discours disent, que les escrivains ne se doivent pas seulement contenter d’une simple narration des choses, ains parmy elles entremesler quelques belles sentences, à fin que ceux qui lisent leurs oeuvres puissent facilement apprendre quelques bons enseignemens, qui sont le vray fruict de l’histoire : d’autant que s’ils font autrement, leurs escrits serviraient plustost de passetemps qu’ils n'apporteraient de proufit, & que la pluspart des hommes repaissans seulement leurs oreilles de parolles fardées, ou leurs esprits des choses vaines sans aucun fruict, n’en tirent aucun precepte qui puisse servir à eux ny au public (a iiiv — a iiiir).

13Des Caurres présente d’abord la justification humaniste traditionnelle de la lecture et de l’étude de l’Histoire, école de prudence. Par les exemples que nous livre l’Histoire, nous formons notre prudence, en imitant les comportements louables et en évitant ceux qui le sont moins, et en apprenant les moyens pratiques nécessaires pour réaliser la finalité de nos actions. Ou, si l’on suit la définition cicéronienne de la prudence, les exemples tirés de l’Histoire nous permettent un certain stockage de comportements et de situations, constituant notre memoria pratique, et ils nous aideront en plus dans la providentia, la prévoyance de l’avenir, le passé ayant tendance à se répéter, tout en assumant des formes différentes. La diversité qu’applique Des Caurres est celle qui fait passer de la narratio à la sententia et vice-versa, et qui constitue la différence de son texte par rapport à un simple passetemps. Pour reprendre une terminologie plus spécifiquement morale, les « belles sentences » constituent une sorte de ratio recta, de droite raison, qui doit informer les choix qu’opère la prudence. Nous restons ainsi, malgré la tournure évidemment didactique, dans le domaine du choix prudent ; le lecteur ne se voit pas relégué dans la position du public passif à persuader.

14Lorsque nous passons de l’épître dédicatoire à la substance même de l’ouvrage, la description que donne Des Caurres de sa démarche semble peu exacte. Car la véritable variété de ses Œuvres morales ne se manifeste pas dans ce mélange entre sententia et narratio qu’il avait annoncé dans l’épître, mais tient à la richesse bigarrée de sa thématique. Certains chapitres sont selon toute évidence didactiques, mais la juxtaposition d’autres chapitres, faits d’observations sans aucune valeur morale, c’est-à-dire ne présentant aucun comportement à éviter ou à suivre, semble plutôt dérouter. Ainsi nous avons au troisième livre la séquence suivante (je paraphrase pour la plupart) : « l’œil envieux jeté sur les enfants encore tendrelets les fait assécher ; des vertus de Caton ; lisant les gestes des méchants on est révoqué de mal faire ; de beauté ; explication de passages de St Paul ; du remords de conscience ; Socrate s’est moqué de la philosophie naturelle ; signification des proverbes “anneau de Gygès, salade de Pluton” ; des loyers et des peines proposées en l’autre vie ; d’étranges façons de vivre ; de la salamandre, et qu’elle ne vit dans le feu ; de Glaucus ; des Héros ; St Christophle ; du cèdre ; des fêtes ; que le corps et l’âme ne meurent ensemble ; de l’immortalité de l’âme ; de la barbe ; de la rigueur du prince ; que les forces corporelles ont besoin d’être guidées par la science et la prudence ; histoire admirable d’une jeune fille, du côté de laquelle on tira un couteau », etc. Au septième livre, juste après avoir expliqué que l’huile est signe de pardon et de miséricorde, Des Caurres parlera de choses qui ne brûlent point et fera suivre ces observations d’un chapitre intitulé « le vin enyvrer d’autre forme & maniere, que la Biere, Godale [la Godaille, une sorte de mauvaise bière], & Cervoise ». Cette démarche qui se fait d’ailleurs de plus en plus déipnosophiste au cours des sept livres, a toutes les apparences du hasard, et de la recherche du curieux pour lui-même, pour sa valeur de choc, pour le frisson que procure l’étrange. Mais elle n’est pas pour cela dénuée de toute valeur morale, si l’on s’entend bien sur la nature du moral. Car la secousse provoquée par la juxtaposition de thèmes les plus variés est le plus grand défi porté à la prudence ; la démarche de Des Caurres mime par son hétérogénéité la bigarrure même du réel, et l’absence de registres d’expérience étanches et ainsi prévisibles. Le « trop-plein » thématique est aussi une sorte d’épreuve du feu : si on réussit à s’en tirer, le reste sera plus facile. C’est précisément l’école de prudence la plus efficace.

15Mais la valeur morale de la variété conçue en ces termes suppose, à son tour, que la prudence est toujours le lien de toutes les vertus, que c’est elle qui assure l’harmonie de la connaissance et de l’action, et ainsi du bien vivre. Dans une conception dominée, a contrario, par la notion du devoir, de l’humilité chrétienne, et au fond par l’état de dépendance de la volonté humaine, la prudence se voit limitée au seul rôle de lien entre la connaissance de la loi ou du devoir et les actions qui s’y conforment. C’est ainsi que le banquet du savoir que constitue la variété s’enracine dans une tradition morale antique qui, encore en plein épanouissement au XVIe siècle, est sans doute en voie de disparition, et ne survivra pas vraiment au règne de Louis XIII. Une tradition, donc, qui insiste sur l’harmonie du bien vivre plutôt que sur l’application d’une idée ou d’une règle en dehors de toute contingence, et ainsi de toute variété.

  • 11 Montaigne, Essais, III.8, « De l’art de conférer » (éd. A. Tournon, Paris, Imprimerie nationale, 1 (...)

16Toutefois la poussée à l’extrême que connaît la variété chez Des Caurres et a fortiori chez Montaigne, cette recherche un peu fébrile, presque esthétisante, pourraient aussi traduire une incertitude devant un réel s’échappant de plus en plus à la prudence. Chez Montaigne les énumérations de coutumes privées de tout ancrage dans un ordre géographique, historique, ou même thématique (alors que Des Caurres n’oublie jamais de les localiser dans l’espace et le temps) produisent un vertige dans lequel la prudence risque de ne plus pouvoir se retrouver, dans lequel elle change peut-être aussi de nature. Si la prudence classique traduit la confiance du pilote guidant le navire à travers la mer trouble, celle qui est plus propre au « siècle » se révèle plus négative, moins une manifestation de la confiance que de l’incertitude vigilante. La variété, cette fois-ci au sens étroit de la dissimilitude, peut provoquer le plaisir, tel le plaisir de « conférer » avec un « roide jouteur », alors que « l’unisson est qualité du tout ennuyeuse en la conférence »11. Lorsqu’elle se comprend comme un principe éthique, elle l’est dans la mesure où elle permet la correction ou l’appréhension des fautes par l’exemple à fuir. Dans la gamme qui va de la joyeuse joute de la « conférence » à « l’avertissement » que procure la sottise ou la cruauté, la prudence s’exerce par la différence, par le sentiment aigu de l’altérité de l’autre :

Ce qui point touche et éveille mieux que ce qui plaît [c’est-à-dire ce qui agrée]. Ce temps n’est propre à nous amender qu’à reculons : par disconvenance plus que par accord, par différence, que par similitude. Étant peu appris par les bons exemples, je me sers des mauvais, desquels la leçon est ordinaire, (p. 216)

17« Ce temps n’est propre à nous amender qu’à reculons » : de l’image du voyage maritime, de la conduite sûre du navire dans la tempête, nous passons, dans le choix de l’action éthique, à une sorte de pouvoir négatif, de retour sur soi, et de retour, de recul tout simple. Ce recul représente une attitude plutôt qu’un savoir ou un précepte, attitude formée par la diversité. La prudence, heurtée par la dissimilitude, se méfie, et ce n’est pas toujours une bonne chose, vu que l’imprudence se donne tous les airs de la confiance :

C’est malheur, que la prudence vous défend de vous satisfaire et fier de vous, et vous en envoie toujours mal content et craintif, là où l’opiniâtreté et la témérité remplissent leurs hôtes d’éjouissance et d’assurance, (p. 240)

18Si donc la diversité, ce banquet de savoir hétérogène, que représente l’œuvre déipnosophiste de Des Caurres, est symptôme des dernières manifestations du bien vivre dont la prudence, le jugement libre du lecteur est le guide, elle ne peut cacher un autre phénomène, celui de l’incertitude, par son foisonnement même. C’est chez Montaigne que s’articule le plus ouvertement ce « recul » de la prudence, sous le choc salutaire de la dissimilitude, et c’est Montaigne qui prendra en quelque sorte la relève de l’œuvre de Des Caurres.

Notes

1 Voir « La Silva de varia lección de l’humaniste sévillan Pedro Mexía ou l’échec du principe de varietas », in D. de Courcelles, éd., Fonder les savoirs, fonder les pouvoirs (XVe-XVIIIe siècle) (Paris : École des chartes, 2000), p. 83-95. Je n’étudierai même pas les manifestations extrêmes du goût de la varietas, la mode de la « bigarrure » : voir à ce propos F. Goyet, « Bigarrure et bigarrures (à propos des Bigarrures de Tabourot) », in Mélanges Verdun-L. Saulnier (Genève : Droz, 1984), p. 567-579.

2 Œuvres complètes, vol. 2, éds. J. Céard, D. Ménager, M. Simonin (Paris : Gallimard « Pléiade », 1994), p. 1017. Voir D. Duport, Les Jardins qui sentent le sauvage : Ronsard et la poétique du paysage (Genève : Droz, 2000), qui commente ce passage p. 69-70 et qui fait remarquer que le paysage et la poésie partagent les mêmes procédés de composition. Par ailleurs elle distingue variété (différences) et abondance (amplification), p. 22 et ss. — j’ai tendance à les voir le plus souvent confondues.

3 Des mets et des mots : banquets et propos de table à la Renaissance (Paris : José Corti, 1987).

4 Nuncque Deum, superosque docens, nunc crimina carpens.
Nunc mores suadens, nunc inhonesta vetans,
Texit apis ritu vario de flore corollas
Picturae veluti versicoloris opus,
Non sine permagno veterum per prata labore,
Quod sibi florilega texuit ipse manu.
Has nisi delicias positas tibi lector, amabis,
Haec nisi qui posuit fercula lector, ames… [b iv]

5 Voir F. Cornilliat, U. Langer, « Histoire de la poétique au XVIe siècle », in éds. J. Bessière, E. Kushner, R. Mortier, J. Weisgerber, Histoire des poétiques (Paris : Presses universitaires de France, 1997), p. 119-162, et surtout p. 160-161.

6 S. Prandi, Il « Cortegiano » ferrarese : I « Discorsi » di Annibale Romei e la cultura nobiliare nel cinquecento (Florence : L. S. Olschki, 1990).

7 Mais peut-être aussi Antigonus Carystius, de Chironia, nom poétique donné à Karystos, auteur d’histoires naturelles et paradoxales. Voir Jeanneret, Des mets et des mots, qui évoque l’écriture abondante et l’érudition foisonnante d’Athénée, de Plutarque (Les propos de table), et de Macrobe (Saturnalia), ces « gourmands grammairiens » (p. 151-160).

8 J’ai consulté Les diverses leçons d’Antoine Du Verdier Sieur de Vaupriaz, &c. suivans celles de Pierre Messie… (2e éd. Lyon, Barthelemy Honorat, 1580).

9 Academie francoise, En laquelle il est traitté de l’institution des Mœurs, & de ce qui concerne le bien : & heureusement vivre en tous Estais & conditions : Par les Preceptes de la doctrine, & les exemples de la vie des anciens sages, & hommes illustres (3e éd. Paris : Guillaume Chaudiere, 1580), préface au lecteur, viiir.

10 « Nous y apprendrons comme nous nous devrons sagement & selon le devoir gouverner en toutes actions & deportemens humains & en quelsconques charges & occupations publiques ou particulieres que nous soyons appeliez. (…) Nous y serons enseignez du gouvernement de la maison & famille, de la nourriture & instruction des enfans, du devoir mutuel des conjoincts par mariage, des freres, des maistres & serviteurs, & comme il faut commander & obeïr. Nous y verrons l’ordre & l’establissement des polices & superioritez, quel est le devoir des chefs d’icelles, princes & gouverneurs des peuples, & quel aussi le devoir de leurs subjects » (viiir ; je souligne).

11 Montaigne, Essais, III.8, « De l’art de conférer » (éd. A. Tournon, Paris, Imprimerie nationale, 1998), p. 217.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search