Version classiqueVersion mobile

La varietas à la Renaissance

 | 
Dominique de Courcelles

La « docte variété » chez Ange Politien

Jean-Marc Mandosio

Texte intégral

  • 1 On trouvera les références bibliographiques complètes des textes cités dans : Jean-Marc Mandosio, (...)

1Le poète et philologue Ange Politien, qui a vécu dans la deuxième moitié du XVe siècle, accordait une grande importance à l’idée de varietas, à laquelle il attribuait une valeur extrêmement positive. Il a élaboré, en effet, une doctrine dite de la « docte varieté », expression qui résume parfaitement non seulement son idéal esthétique, mais aussi sa conception de la philologie et de la philosophie. Avant d’exposer en détail en quoi consiste cette « docte variété », je vais présenter rapidement sa vie et ses œuvres, puisque ce personnage est peu connu en France en dehors des spécialistes de la Renaissance italienne1.

I. — UNE ŒUVRE MULTIFORME, SOUS LE SIGNE DE LA VARIETAS

  • 2 Plus précisément à Montepulciano (Mons Politianus), d’où son surnom : Angelus Politianus.

2Ange Politien (de son vrai nom Agnolo Ambrogini), né en Toscane2 en 1454 et mort à l’âge de quarante ans, alors qu’il était en pleine activité, s’est signalé dès sa prime jeunesse par ses dons pour le grec et le latin et par son talent poétique. Il est l’auteur de diverses traductions du grec, dont la liste suffit à montrer le goût de Politien pour la variété : après avoir traduit une partie de l’Iliade d’Homère dans sa prime jeunesse, il a traduit — je les mentionne en vrac — une histoire de l’empire romain tardif écrite par Hérodien ; le Manuel du philosophe stoïcien Épictète ; les Problèmes d’Alexandre d’Aphrodise, portant sur des questions d’histoire naturelle ; les histoires d’amour de Plutarque ; un ouvrage sur les psaumes écrit par Athanase, évêque d’Alexandrie ; une traduction du Charmide de Platon dont il ne reste qu’un fragment ; et une traduction du commentaire de Galien sur les aphorismes d’Hippocrate, qui a été perdue. La liste est, comme on le voit, très éclectique. Je précise qu’il ne s’agissait pas de traductions alimentaires et qu’elles témoignent réellement de la diversité des centres d’intérêt de Politien.

3Il a écrit de nombreuses poésies en latin, en grec et en langue vulgaire, pratiquant tous les genres, notamment : les « Stances pour le tournoi » (Stanze per la giostra), en toscan, poème de cour gorgé de références mythologiques, d’où le peintre Botticelli a tiré des sujets de tableaux ; un poème dramatique également en toscan, la « Fable d’Orphée » (Fabula di Orfeo) ; des poèmes d’amour ; un poème en latin, effrayant et grotesque, consacré à la gale (la Sylva in scabiem) ; des poésies religieuses ; des poésies obscènes ; des épigrammes injurieuses d’une grossièreté et d’une violence rarement égalées ; enfin, quatre longs poèmes didactiques en latin intitulés « Silves » (Silva), qui sont des leçons inaugurales en vers aux cours qu’il a donnés, à partir de 1480, sur la poétique et l’art oratoire à l’université de Florence. Ces quatre silves constituent un éloge de la poésie, présentée comme le sommet du génie humain, un véritable don des dieux.

4C’est donc en 1480, à l’âge de vingt-six ans, que Politien entre comme professeur à l’université de Florence, où il enseignera pendant quatorze ans, jusqu’à sa mort, et les sujets de ses cours témoignent d’un élargissement progressif de ses centres d’intérêt en direction de la philosophie : il commente d’abord, conformément à l’intitulé de sa chaire (« poétique et art oratoire »), les poètes latins Stace, Ovide, Virgile, Horace, Perse et Juvénal, ainsi qu’une comédie de Térence, les Vies des douze Césars de Suétone, les Tusculanes de Cicéron et l’Histoire naturelle de Pline ; il commente aussi les poètes grecs Hésiode, Théocrite, Homère, et les Fables d’Ésope ; l’Institution oratoire de Quintilien et la Rhétorique à Herennius pseudo-cicéronienne ; mais à partir de 1490, il se met aussi à commenter des ouvrages qui, en théorie, ne sont pas de son ressort : l’Ethique à Nicomaque et les œuvres logiques d’Aristote et de ses commentateurs, Porphyre et Gilbert de la Porrée (ce philosophe du XIIe siècle étant le seul auteur « moderne » à avoir fait l’objet d’un cours de Politien). Il entendait développer ses travaux dans cette direction et commenter toutes les œuvres d’Aristote, mais la mort l’en a empêché.

5Parallèlement à son enseignement, Politien a effectué d’importants travaux philologiques (recherche et collation de manuscrits, établissement du texte) sur les ouvrages les plus variés, qui vont du livre de cuisine de l’auteur latin Apicius aux œuvres médicales de Galien, en passant par les Pandectes de l’empereur Justinien, compilation juridique où se trouve consigné le droit romain. On peut donc vraiment dire que son œuvre multiforme est tout entière placée sous le signe de la varietas.

II. LA « DOCTE VARIÉTÉ » : UNE THÉORIE DE L’INTERTEXTUALITÉ

6Politien est un écrivain et un érudit qui ne se laisse pas enfermer dans une catégorie précise. Il a lui-même érigé sa « docte variété » en principe directeur dans un ouvrage paru en 1489, la Miscellaneorum centuria prima, c’est-à-dire « la première centurie de miscellanées (ou mélanges) », une centurie étant un recueil de cent chapitres (comme dans les Centuries en vers de Nostradamus, au siècle suivant). Cette première centurie devait être suivie d’une deuxième, que sa mort a laissée inachevée et qui a été retrouvée il y a quelques décennies, alors qu’on la croyait perdue. Ces centuries sont des recueils de questions philologiques traitant des sujets les plus divers, abordés sous l’angle du vocabulaire, à travers l’exégèse de mots rares ou obscurs. Le genre de la miscellanée, discussion érudite à bâtons rompus, où les sujets sont présentés de façon plus ou moins désordonnée, a des antécédents antiques, comme les Dipnosophistes d’Athénée, les Nuits attiques d’Aulu-Gelle ou encore les Stromates (« Tapisseries ») de Clément d’Alexandrie. Son équivalent dans le domaine de la philosophie est le genre des Problemata, série de questions ponctuelles examinées en vrac, illustré notamment par Aristote et Alexandre d’Aphrodise.

7Dans la préface de la première centurie, Politien formule le principe de la « docte variété » (docta varietas) en expliquant que, pour un lecteur, le plaisir vient de « la nouveauté des sujets [traités] » (novitas rerum) et de « la variété non dépourvue de grâce » (varietas non illepida) ; la variété, en effet, est un excellent « chasse-ennui » (fastidii expultrix). Politien aurait souscrit à ce qu’a dit, en 1719, le poète français Houdar de Lamotte :

« C’est un grand agrément que la diversité : […] l’ennui naquit un jour de l’uniformité. »

8Cette esthétique de la variété est complétée par un autre principe, énoncé en 1491 dans une leçon inaugurale sur la dialectique : celui de la « claire brièveté » (perspicua brevitas). Le « verbiage excessif » (verbositas nimia), l’« obscurité du discours » (perplexitas orationis) et les « masses de questions » (quæstionum moles) sont des défauts qui « émoussent le tranchant de l’esprit » (mentis acies retundentur). Un exposé d’une « claire brièveté », en revanche, est censé être plus agréable et plus facile à suivre, et soutient l’attention de l’auditeur ou du lecteur en exerçant son ingéniosité, car il ne faut rien perdre de ce qui est dit.

9Docte variété et claire brièveté : tels sont donc les deux principes fondamentaux de l’esthétique de Politien. Cette esthétique se traduit par le rejet de l’imitation servile : dans sa correspondance, Politien se moque assez méchamment d’un de ses confrères, Paolo Cortesi, qui ne jurait que par Cicéron. Voici ce qu’il lui dit :

« L’aspect d’un taureau ou d’un lion me paraît, et de loin, plus honorable que celui d’un singe, bien que ce dernier ressemble davantage à l’homme. […]. Quant à moi, certes, je crois que tous ceux qui ne composent que par imitation sont pareils au perroquet ou à la pie, car ils énoncent des mots sans les comprendre. Ce qu’écrivent ces gens-là manque de force et de vie, manque de mouvement, manque de passion, manque de caractère ; leurs écrits languissent, ils dorment, ils ronflent. Il n’y a là rien de vrai, rien de solide, rien d’efficace. “Tu ne parles pas (me dit-on) comme Cicéron”. Et alors ? Je ne suis pas Cicéron, en effet, et je parle, à ce que je crois, comme moi-même. […] Sache enfin que c’est la marque d’une intelligence médiocre de ne rien tirer de son propre fonds et d’imiter toujours. »

10Voilà qui est clair. S’inspirer véritablement des anciens, pour Politien, n’est pas les imiter servilement : Horace, déjà, disait tout son mépris du « troupeau servile des imitateurs ». C’est seulement lorsqu’on se montre capable d’être « soi-même », de se forger un style personnel, que l’on peut légitimement se réclamer des anciens. Mais il ne faut pas se hâter de conclure que Politien rejette toute forme d’imitation : l’originalité absolue, pour lui, n’existe pas. Venant après les anciens, nous ne pouvons pas faire comme s’ils n’avaient pas existé ; être original, pour Politien, va donc consister à écrire en s’inspirant non pas d’un seul modèle, mais de plusieurs. C’est cette imitation non servile qui, seule, mérite le nom d’originalité.

11Le principe de la « docte variété » trouve ainsi sa traduction concrète dans l’emploi de sources hétérogènes. La composition des œuvres poétiques de Politien, comme de ses textes en prose, est essentiellement régie par ce que les sémioticiens d’aujourd’hui nomment l’intertextualité : c’est une composition en centon ou en mosaïque, où chaque vers, chaque phrase est constitué, non pas inconsciemment mais tout à fait délibérément, de petits fragments empruntés aux auteurs les plus divers. Contrairement à l’imitateur servile, qui plagie un auteur en mettant ses pas dans les siens et en faisant exactement comme lui, l’auteur original tel que le conçoit Politien suit la route qu’il a lui-même tracée, mais le dallage de cette route est presque entièrement composé à partir d’éléments préexistants. La citation ainsi conçue n’est plus un plagiat, mais un clin d’œil, une allusion ; dès lors qu’elle est extraite de son contexte d’origine, une citation cesse d’appartenir à son auteur pour prendre un nouveau sens. C’est un véritable détournement qui est opéré. S’instaure alors un subtil jeu de miroirs où, tout en s’inscrivant dans son nouveau contexte, la citation, évidemment non déclarée comme telle, continue de faire entendre, pour ainsi dire, l’écho du texte original. L’effet obtenu est parfois étonnant, car Politien est un auteur extrêmement retors.

12En voici un exemple. Dans une de ses leçons inaugurales, il déclare : « Les banalités et les chemins trop fréquentés me dégoûtent, et je n’ai pas appris à me contenter de marcher sur les traces d’autrui » (Sordent usitata ista et exculcata nimis, nec alienis demum vestigiis insistere didici). Or il se trouve que cette ferme proclamation d’originalité est une imitation de Quintilien. Dans l’Institution oratoire, ce dernier dit en effet qu’il n’entend pas « [se] borner à suivre les chemins battus, où [il] n’aurai[t] fait que fouler les traces des autres » (ne vulgarem viam ingressus alienis demum vestigiis insisterem). Mais le jeu ne s’arrête pas là ; car, en écrivant cette formule, Quintilien avait lui-même imité Cicéron, ce dont Politien était parfaitement conscient. Cicéron disait dans L’Orateur : « on me reprochera de suivre des pistes nouvelles et d’abandonner les sentiers battus » (reprehendent quod inusitatas vias indagemus, tritas relinquamus) ; et il ajoutait aussitôt : « Je me rends compte que j’ai souvent l’air de dire des choses nouvelles, alors que j’en dis de très vieilles, mais que la plupart ignorent […] » (Ego autem et me sape nova videri dicere intelligo, cum pervetera dicam sed inaudita plerisque). C’est exactement ce que Politien est en train de faire : sa proclamation qu’il va dire des choses nouvelles est une réminiscence de paroles très anciennes qui disaient exactement la même chose. Et, comble de l’ironie, Politien est en train de s’imiter lui-même, car il avait déjà utilisé la même expression dix ans plus tôt, en 1480, dans sa première leçon inaugurale, qui portait précisément sur Quintilien : « nous allons suivre des pistes nouvelles et quasiment vierges et abandonner les vieux sentiers battus » (novas […] quasique intactas vias ingrediamur, veteres tritasque relinquamus). Le piquant de l’histoire est que cette citation presque littérale de Cicéron apparaissait dans un discours sur Quintilien, présenté par Politien comme l’anti-Cicéron par excellence ! Il est clair que ce jeu des citations à tiroirs ne s’adresse qu’à ceux qui pourront le comprendre : c’est une littérature pour happy few, devenue aujourd’hui presque illisible à force de subtilité.

III. — LA « DOCTE VARIÉTÉ » DANS LA CLASSIFICATION DES SAVOIRS

13La leçon de 1490, publiée en 1492, où figure cette mise en abyme quintiliano-cicéronienne porte le titre de Panepistemon, mot grec très rare qui veut dire « omniscient ». C’est la leçon inaugurale du premier cours de Politien consacré à Aristote. Ce texte est une présentation des divisions de la philosophie, où Politien porte à son comble l’application des deux principes de la « docte variété » et de la « claire brièveté ». Il est impossible d’être plus « docte » et plus « varié », puisqu’il y est question de toutes les sciences et de tous les arts (d’où le titre de l’opuscule : Prælectio qui titulus Panepistemon, « Leçon inaugurale intitulée L’Omniscient ») ; on ne saurait non plus être plus « bref », car Politien y accomplit le tour de force de présenter toutes les sciences et tous les arts en vingt-cinq petites pages extrêmement denses. En revanche — et c’est à mes yeux la principale limite de la conception esthétique de Politien — la « clarté », du moins telle que nous la concevons, n’est pas vraiment au rendez-vous, car l’entrelacement des citations et des allusions à tiroirs est désormais tel que le Panepistemon devient presque totalement incompréhensible à première vue.

14Un an auparavant, dans la préface de la première centurie des miscellanées — celle-là même où figurait la définition de la « docte variété » —, Politien énonçait la nécessité, pour le « grammairien » (c’est-à-dire l’exégète des textes anciens, que nous appellerions aujourd’hui le philologue), de posséder les connaissances les plus variées :

« Qui assume la charge d’interpréter les poètes ne doit pas travailler seulement en s’éclairant avec la lampe d’Aristophane, comme on dit, mais aussi avec celle de Cléanthe [c’est-à-dire la philosophie]. Et nous ne devons pas nous limiter à observer les familles des philosophes, mais aussi celles des juristes, des médecins, des dialecticiens, et tous ceux qui composent ce cercle de sciences que nous appelons “encyclie” [le cercle des connaissances, c’est-à-dire l’encyclopédie], sans oublier toutes les familles des philologues. Nous ne devons pas seulement les observer, en restant (comme on dit) sur le seuil, en les saluant depuis l’entrée, mais bien plutôt les regarder de l’intérieur, en les explorant à fond pour en devenir intimement familiers, si nous voulons êtres utiles aux lettres latines et détruire l’ignorance qui se renforce chaque jour davantage ; du reste, le zèle des demi-savants, avec sa grande assurance, est plus nuisible qu’utile. Beaucoup de choses qui se trouvent dans les œuvres des philosophes sont en effet cachées dans les livres de nos poètes […]. »

15Le bon « grammairien » est un encyclopédiste, à qui aucune discipline ne doit rester étrangère. Or l’ensemble des connaissances ne fait qu’un avec la philosophie, selon une antique définition que Politien reprend à son compte. Le « grammairien » est donc nécessairement un philosophe, et même davantage qu’un philosophe : une sorte de méta-philosophe, car son métier de commentateur professionnel le rend capable d’interpréter les textes des philosophes comme les philosophes eux-mêmes sont incapables de le faire, notamment en reconstituant ce que les philosophes antiques ont vraiment dit, une lois débarrassés de la gangue des commentaires médiévaux, évidemment considérés par Politien comme « barbares ».

16L’opuscule intitulé L’Omniscient constitue précisément le plan de ce programme encyclopédique de la philologie ; il présente, comme dans un tableau, une classification détaillée des savoirs. Alors que dans les Miscellanea, Politien traitait de toutes sortes de sujets dans le plus grand désordre (du moins en apparence), cette fois la varietas des sciences, des arts et des métiers est exposée sous la forme d’un tableau extrêmement structuré ; l’auteur se compare lui-même à un « anatomiste » et à un « comptable ». Je ne vais pas exposer ici en détail tout le contenu du Panepistemon, car je dépasserais largement le temps qui m’est imparti ; je me contenterai donc d’en indiquer les grandes lignes. Politien commence par déclarer qu’il ne va pas se contenter, comme ses devanciers, de présenter les divisions traditionnelles de la philosophie : il va énumérer « non seulement les disciplines et les arts qu’on appelle libéraux ou mécaniques, mais aussi les arts vils et les métiers artisanaux », généralement négligés par les philosophes. Cette extension du champ de la philosophie au-delà de ses limites habituelles est considérée par Politien comme « une tâche ardue, qui n’a été jusqu’ici tentée par personne ». Pour autant que je sache, ce n’est pas faux. La classification proposée par Politien a d’ailleurs été utilisée par divers auteurs du XVIe siècle, qui s’en sont servi comme d’une matrice encyclopédique pour composer de nouveaux ouvrages fortement inspirés du Panepistemon : une « Introduction à la rhétorique » (In rhetoricen isagoge) publiée en 1315, à Paris, sous le nom de Raymond Lulle, et rééditée en 1610 en Italie sous celui de Giulio Camillo ; un traité en « sept livres » sur les arts libéraux (Libri septem) publié en 1537 par le médecin lyonnais Symphorien Champier ; une Encyclopédie écrite par l’aventurier hongrois Paul Skalich, publiée en 1559 et rééditée en 1571.

17Le principe de la « docte variété » est donc appliqué par Politien à la philosophie, qui se retrouve farcie, pour ainsi dire, d’une masse impressionnante de disciplines, d’arts et de métiers antiques, dont la liste s’étend sur des pages et des pages ; tout y est (ou presque), de la théologie aux différentes formes de divination, de l’arpentage à la musique, de l’architecture à la médecine, avec la liste complète des différents genres de tisserands, de cuisiniers, et même de saltimbanques et de gladiateurs, sans oublier les banquiers, les masseurs, les forgerons, etc., dans une énumération qui donne le vertige.

18En voici un extrait :

« Les gymnastes sont les stadiodromes, les dolichodromes, les diaulodromes, les pugilistes, les palestrites, les acrochiristes, les sciomaques, les xustiques, les pancratiastes, et ceux qui sont fameux par leurs sauts, leur lancer du disque, leur victoire au pentathlon et pour avoir lancé le javelot par-delà le bord de la piste.
Parmi les conducteurs de char, il y a les rouges, les blancs, les verts et les bleus, auxquels s’ajoutent les dorés, les pourpres et les jaunes. Viennent ensuite les voltigeurs et ceux qui pratiquent le jeu de Troie. Et parmi les auriges il y a les bigaires, les trigaires, les quadrigaires et les séjugaires.
Il reste à parler en bloc des autres arts, qui se contenteront d’une simple énumération. Une partie d’entre eux travaillent pour l’alimentation ; on trouve parmi eux les oiseleurs, les pêcheurs à la ligne et autres pêcheurs, les plongeurs, les porteurs d’eau, les mareyeurs, les bouchers, les confiseurs, les saleurs, les charcutiers, les farcisseurs, les pâtissiers, les épiciers, les marchands de vin, les pileurs, les meuniers, les boulangers, les intendants des greniers publics, les marchands de blé, les marchands de lupin, les cabaretiers, les logeurs, les hôteliers, les aubergistes, les taverniers et les tenanciers de buvettes, les marchands de boissons, les faiseurs de boudins et les fabricants de croustades. Mais il y a aussi tous les maîtres d’hôtel, crémiers, fruitiers, herbiers, parfumeurs, et enfin la multitude des marchands forains. A ce genre appartiennent les marchands de légumes et les marchands de figues.
Après ceux-là, viennent ceux qui pratiquent les soins du corps : les barbiers, les baigneurs, les joueurs de balle, les épileurs, les esclaves à tout faire, les marchands d’esclaves, les masseurs ou pédotribes, les coiffeurs, les marchands d’écrins, les détaillants, les marchands de parfum, les marchands de couronnes, les esclaves chargés de la toilette, les fossoyeurs, les entrepreneurs et les ordonnateurs de pompes funèbres, ainsi que les pleureuses. » Etc., etc., etc.

19Pour composer ce texte, Politien s’y est pris exactement de la même façon que pour écrire ses poésies : en fabriquant une mosaïque de citations empruntées aux auteurs les plus divers, grecs ou latins, antiques, médiévaux ou modernes, où l’auteur pousse parfois le vice jusqu’à juxtaposer, dans la même phrase, des termes directement translittérés d’un texte grec d’astronomie (l’Introduction aux phénomènes de Géminus de Rhodes) avec des termes empruntés à la traduction latine de ce même texte par Martianus Capella, de façon à montrer — toujours aux happy few capables de s’en apercevoir — qu’il connaît non seulement la version latine, mais son original grec…

20La transposition du principe de la « docte variété » aux divisions de la philosophie aboutit à une classification des sciences et des arts dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle est éclectique : à partir d’un noyau aristotélicien (ce qui est logique, puisque le texte commenté est l’Ethique à Nicomaque), Politien procède par ajouts successifs, complétant les parties « manquantes » de la division aristotélicienne par des emprunts, ici à la classification des sciences mathématiques de Géminus de Rhodes (qu’il est le premier auteur latin à exhumer), combinée avec celle, plus traditionnelle, des pythagoriciens (transmise par Boèce sous le nom de quadrivium) ; ailleurs à la classification des arts mécaniques d’Hugues de Saint-Victor, auteur du XIIe siècle, étoffée par des emprunts à Plaute, à Isidore de Séville, à Leon Battista Alberti, à Sénèque, à Frontin et à bien d’autres auteurs grecs ou latins, dont je ne vais pas vous infliger la liste (qui serait d’ailleurs incomplète, puisque toutes les sources du Panepistemon n’ont pas encore été identifiées).

21Cet éclectisme philosophique correspond parfaitement aux vues de Politien sur la « docte variété » en matière de sources : il ne suit pas un seul philosophe pour construire sa classification, mais il les suit tous. En agglutinant, autant que faire se peut, toutes les divisions du savoir existantes, il montre que, derrière la diversité apparente des doctrines, tous les philosophes ont dit, en réalité, plus ou moins la même chose. C’est une conciliation de toutes les doctrines, une véritable synthèse éclectique, où Politien réalise le vœu de son ami intime Pic de la Mirandole, formulé notamment dans le célèbre traité sur la dignité de l’homme : concilier non seulement Platon et Aristote, mais la théologie chrétienne et la philosophie, pour montrer qu’il est possible aux hommes d’élite d’atteindre véritablement à l’omniscience. Une telle omniscience n’est pas une utopie pour Pic et Politien, précisément parce qu’il leur paraît possible d’accéder à un point de vue tellement universel que toutes les activités et les pensées humaines, dans leur infinie diversité, apparaissent comme l’émanation d’une unité fondamentale, celle de la création divine, si bien qu’en célébrant la dignité de l’homme à travers la multiplicité des sciences et des croyances, des arts et des métiers, on chante finalement la gloire de Dieu.

22Là où Pic et Politien divergent cependant, c’est que pour Pic, cette omniscience, ce dépassement des points de vue particuliers et limités, nécessite un dépassement de la philosophie ordinaire par une approche de type mystique, kabbalistique et magique, alors que pour Politien, c’est le grammaticus (le philologue) qui, par la maîtrise du langage et la connaissance des mots, possède l’instrument universel permettant de comprendre et de commenter tout ce qu’ont pu faire, dire et écrire les hommes depuis les origines. Alors on accède à un point de vue méta-philosophique et méta-poétique, où l’on comprend que toute la philosophie se trouve chez les poètes et toute la poésie chez les philosophes ; mais pour atteindre un tel point de vue, à partir duquel on surplombe et l’on contemple toute la comédie humaine, il faut dépasser les frontières entre les disciplines instituées par les tâcherons, les spécialistes, les demi-habiles — il faut un véritable don de divination qui est, comme l’indique Politien lui-même, ce par quoi l’esprit humain se rattache à la divinité.

Notes

1 On trouvera les références bibliographiques complètes des textes cités dans : Jean-Marc Mandosio, La Classification des sciences et des arts à la Renaissance : Ange Politien, Panepistemon (L’Omniscient, 1492) — édition, traduction et commentaire, en cours de publication aux éditions Droz (Genève).

2 Plus précisément à Montepulciano (Mons Politianus), d’où son surnom : Angelus Politianus.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search