Version classiqueVersion mobile

La varietas à la Renaissance

 | 
Dominique de Courcelles

La varietas des philologues au XVIe siècle : entre varia lectio et variæ lectiones

Raphaële Mouren

Texte intégral

1La uarietas, pour les humanistes, philologues, historiens ou épigraphistes du XVIe siècle spécialisés dans l’étude de l’antiquité gréco-latine, a deux aspects complémentaires. C’est avant tout la variante : la leçon divergente trouvée dans un autre manuscrit, meilleur, plus ancien, inconnu. Mais la uaria Lectio, une fois recueillie avec d’autres, n’est pas nécessairement utilisée pour la nouvelle édition du texte dont elle fait partie : elle peut aussi appartenir à un volume de uariæ lectiones, où les érudits regroupent des remarques et commentaires de divers types sur les auteurs qu’ils ont lus et étudiés. Ces variantes, recherchées méthodiquement par les philologues et exposées ensuite en volume, donnent lieu à de nombreuses discussions, à des disputes parfois violentes au milieu du XVIe siècle et constituent un des intérêts principaux des érudits spécialisés dans les langues anciennes.

I. — LA VARIANTE

  • 1 Coluccio Salutati, De Fato, 2, 6, éd. Silvia Rizzo, Il lessico filologico degli umanisti, Rome, ed (...)
  • 2 C. Salutati, Epistolario, éd. F. Novati, Rome, 1891-1911, vol. III, p. 246 : «si uarios inuenerimu (...)
  • 3 Laurentii Vallae Antidoti in Pogium libri quattuor (dans Opera, Basileae 1540, réimp. Turin 1962) (...)
  • 4 Hieronymi Avancii Veronensis (…) in Val. Catullum et in Priapeias emendationes (…), Venetiis 1495 (...)

2Varietas est le nom de la variante chez les premiers grands humanistes : Coluccio Salutati (1331-1406) l’emploie dans ce sens et parle de la uarietas trouvée et notée par les érudits dans les manuscrits qu’ils vont lire dans les bibliothèques1 Chez Salutati, chez Ambrogio Traversari (mort en 1439), les uarii textus, les uarii codices sont les textes et les manuscrits qui proposent des leçons divergentes2 Lorenzo Valla appelle uaria scriptura une leçon trouvée dans un manuscrit, quand il proteste contre une accusation de conjecture inutile lancée par Poggio : il n’a pas corrigé le texte autrement qu’en choisissant parmi les variantes proposées par les manuscrits : « Ego tantum ex uaria scriptura quid mihi satius uideatur pronuncio »3 Girolamo Avanzi, lui, emploie uarius pour les deux types de variantes, les leçons des manuscrits ou les conjectures nouvelles : il parle de uaria lectio pour une conjecture, mais emploie aussi uarii codices à propos de manuscrits au texte différent4

  • 5 Hermolai Barbari Castigationes Plinianae et in Pomponium Melam, éd. Giovanni Pozzi, Padoue, Anteno (...)

3Ermolao Barbaro ne s’intéresse pas à l’idée de uarietas : dans ses Castigationes plinianae, les divergences de texte se partagent entre vraie leçon et erreur : « legere malim », dit-il, ou encore, « sunt qui legant (…), magno errore », ou le plus souvent : « legendum », « scribendum », suivi de la leçon qu’il propose5 La uetus lectio est à remplacer, sans hésitation possible, lorsqu’elle est fausse, mais à conserver autant que possible si elle peut être bonne.

  • 6 Sur Piero Vettori (1499-1585) voir Angelo Maria Bandini, Memorie per servire alla vita del Senator (...)
  • 7 Petri Victorii variarum lectionum libri XXXVIII, ad Alexandrum Famesium S.R.E. Cardinalem Libri XX (...)
  • 8 Petri Victorii commentarii in tres libros Aristotelis de arte dicendi. Positis ante singulas decla (...)

4Les humanistes continuent tout au long du XVIe siècle, comme l’ont fait leurs prédécesseurs depuis le début du siècle précédent, à rechercher des manuscrits dans les bibliothèques publiques ou privées, religieuses ou laïques, à les collationner avec les versions dont ils disposent déjà, manuscrites ou imprimées, à noter dans les marges d’un exemplaire de référence — lorsqu’ils en possèdent un — les variantes. Chacun demande à ses amis de relever les variantes dans les manuscrits dont ils disposent. Dans ses Variarum lectionum libri, le philologue florentin Piero Vettori6 remercie Fulvio Orsini, qui a collationé pour lui le texte de l’Hécube d’Euripide à Rome et, « quaecumque illic repperit a peruulgata lectione uariata ad me amanter misit » : tout ce qui divergeait du texte reçu a été noté, « ut est humanissimus & optimorum auctorum omni ratione expoliendorum studiosissimus »7 La uarietas reste la variante qui s’oppose à la lectio recepta, le texte reçu, par exemple lorsque l’éditeur choisit de conserver des mots trouvés dans les éditions précédentes mais manquant dans les manuscrits8

  • 9 Antonio Agustín à Latino Latini, Ilerda, 21 juillet [1567] : « Cum ad manus meas uenissent libri a (...)
  • 10 Latino Latini à Antonio Agustín, Rome, 29 juillet 1567: «Heri accepi cum litteris tuis egregium er (...)

5Trouver la uarietas est un plaisir : en 1567 le numismate et épigraphiste espagnol Antonio Agustín, qui s’est procuré en Italie des manuscrits anciens, trouve dans Salluste des variantes. Il s’en délecte, et en fait part aussitôt à son ami Latino Latini9 Celui-ci, qui, quatorze ans auparavant, a déjà fait une collation du texte, les étudie d’abord seul puis avec d’autres amis10

  • 11 Contrairement à la description de Bernard Cerquiglini, Eloge de la variante : histoire critique de (...)
  • 12 Francisci Marii Grapaldi poete laureati de partibus Aedium. Addita modo uerborum explicatione, quo (...)
  • 13 Parisiis, ex officina Roberti Stephani typographi Regii, 1544, 8°.

6La recherche de la variante, décrite dans les correspondances ou dans les listes qui suivent très souvent une édition, montre que l’imprimé peut choisir de ne pas fixer le texte. Le livre imprimé peut proposer deux leçons ou plus ; il appelle le lecteur à réfléchir, à étudier le texte qui lui est proposé et à choisir lui-même entre les variantes possibles11. La présence de ces variantes est même un élément important, parfois digne d’être annoncé dans le titre, comme le fait l’éditeur de Francesco Maria Grapaldi12 dont les variantes sont données dans les marges. Robert Estienne lui aussi, qui donne à la fin de son édition d’Horace, en 1544, une liste de cent quatre-vingt douze « uariae ex uetustis codicibus Horatii lectiones », les annonce dans son titre : Q. Horatii Flacci Poemata, Ratio mensuum quibus Odae ejusdem poetae tenentur, Centimetrum Marii Servii, Variae lectiones ex vetustiss. codicibus13. Dans plusieurs de ses livres, il annonce ainsi la présence de variantes dès la page de titre. Piero Vettori explique au lecteur, dans son édition de l’Éthique à Nicomaque d’Aristote, pourquoi il a choisi de lui proposer, à côté du texte, les variantes qui peuvent exister :

  • 14 «Cum magnopere dissidentia inter se quibusdam in locis uetera horum librorum exemplaria inuenerim: (...)

Comme j’avais trouvé que les exemplaires anciens étaient en grand désaccord entre eux pour quelques passages, et que je n’avais pu facilement décider quelle était de préférence la vraie leçon, j’ai estimé préférable, une fois restitués ceux que je pensais pouvoir corriger sans crainte, de noter ceux pour lesquels l’embarras est le plus grand (quoique il y ait aussi dans ces passages certaines variantes qui ne semblent modifier le sens que peu ou pas du tout), afin que chacun, ayant pris connaissance de chaque élément, puisse choisir ce qui lui semble le mieux. Dans ce travail attentif, je n’ai pas seulement étudié la fidélité des manuscrits, mais j’ai aussi regardé quel texte ont suivi ceux qui autrefois ont traduit ce texte en latin, si on peut appeler de ce nom cette vieille traduction, grossière et sans culture, dont j’ai examiné avec soin le texte, parce qu’avec une simplicité étonnante elle exprime tout mot à mot. Et le jugement d’Argyropoulos, Grec, et un des meilleurs savants en philosophie, avait auprès de moi une très grande autorité. Mais je n’ai pas cité la traduction de Bruni, car j’ai compris à de très nombreuses conjectures qu’il n’avait pas eu un manuscrit assez correct14.

  • 15 Aristote, Rhétorique, 1355a 32-33. Vettori édite : τoῖς λόγoις αύτoῖς μὴ δoϰαίως, comme le Cantabr (...)

7L’intérêt de cette recherche reste avant tout de permettre une meilleure compréhension du texte : la variante entraîne-t-elle une variation du sens ? C’est ce qu’examine Piero Vettori, qui présente les variantes de texte dans son commentaire de la Rhétorique d’Aristote. À propos d’un passage (1355a 32-33) où l’ordre des mots diverge dans les manuscrits, il s’interroge15 :

  • 16 «Immutatus est ordo uerborum in antiquiss. exemplari, quem sequitur etiam uetus tralatio; ita enim (...)

L’ordre des mots est bouleversé dans l’exemplaire le plus ancien, que suit aussi la traduction ancienne ; il a en effet : « μή δoχαίως τoῖς λόγoις αὐτoῖς ». Mais il faut regarder si cette petite variante a un tant soit peu la force de modifier le sens (…)16.

8L’établissement des textes, dont la forme la plus visible est cet effort pour trouver et faire trouver au loin des manuscrits dont le texte diffère de celui dont on dispose, doit tenir compte de tout ce qui peut expliquer la divergence des leçons. Vettori, qui cherche toujours à conserver le texte du plus vieux manuscrit (son antiquissimus exemplar de la Rhétorique est le Parisinas gnecus 1741, du milieu du Xe siècle), sait quels types d’erreurs peut faire un copiste : dans l’extrait cité, il s’agit d’un saut en arrière dans la copie, entraînant la répétition d’un passage précédent.

  • 17 De arte sive ratione corrigendi antiquorum libros disputatio, Patauii, apud Innocentium Olmum, 155 (...)
  • 18 Dans ’εϰ τῶν Πoλυβίoυ τoῦ Mεγαλoπoλίτoυ έϰλoγαὶ Περὶ Πρεσβίεv. Ex libris Polybii Megalopolitani se (...)
  • 19 Prima Scaligerana, nusquam antehac edita, cum praefatione T. Fabri: quibus adiuncta & altera Scali (...)

9La variante n’est pas toujours ce que cherche le philologue : ce dernier, pour éditer, doit chercher et proposer un texte, et choisir lui-même entre les possibilités offertes aussi bien par les manuscrits que par les éditeurs précédents. Vettori répète à plusieurs reprises qu’on ne doit prendre en considération la variante que si elle modifie le sens, immutare sententiam. À aucun moment son ami Francesco Robortello (éditeur de textes antiques, professeur à Lucques, puis Pise et Padoue), dans son De arte siue ratione corrigendi antiquorum libros disputatio (publié en 1557), ne parle de variante : il s’attache plutôt à aider l’éditeur scientifique en s’arrêtant à divers types de difficultés, codicologiques, paléographiques et autres ; il donne une liste des types d’erreurs par lesquelles les copistes peuvent dénaturer un texte17 Barbaro avant lui, on l’a vu, choisissait entre deux leçons. Fulvio Orsini, lui, donne, non pas des variantes, mais les emendationes qu’il souhaite proposer à l’édition de Polybe publiée par un autre : « Fuluii Vrsini emendationes in Polybium, impressum Basileae per Ioannem Heruagium »18 Mais ajouter des variantes est la spécialité d’Henri Estienne, qui modifie les textes qui lui sont confiés, renvoyant la version originale en note. Ceux qui ont travaillé avec lui s’en sont plaint, et Joseph-Juste Scaliger, dans ses Prima scaligerana, accuse Daléchamps, Estienne, et tous ceux qui se mêlent de corriger abusivement les auteurs dans leurs éditions, de corrompre les textes en proposant trop de variantes, « uarietates locorum »19

II. — LES PREMIERS VOLUMES IMPRIMÉS DE VARIÆ LECTIONES ET L’ÉVOLUTION DU GENRE AU XVIe SIÈCLE

10Dans les volumes de commentaires ou de notes diverses concernant les textes antiques, proposer des variantes ou des corrections, c’est choisir de présenter des types d’ouvrages fort différents.

  • 20 [Angeli Politiani Miscellaneorum centuria prima], Florentiae, impressit ex archetypo Antonius Misc (...)
  • 21 Op. cit. note précédente. Edition récente : Miscellaneorum Centuria Prima, éd. H. Katayama, Tokyo, (...)
  • 22 Filippo Beroaldo the Eider, Annotationes centum, Lucia A. Ciapponi éd. et comm., Binghamton NY, [C (...)
  • 23 L. A. Ciapponi, op. cit., p. 11-12.
  • 24 Anthony Grafton, «The Scholarship of Politian and its Context», Journal of the Warburg and Courtau (...)

11Les uariæ lectiones sont l’héritage de l’Antiquité : Ange Politien le premier, dans l’épître dédicatoire de ses Miscellanea, se réclame de l’exemple de l’Histoire variée (πoιϰίλη ἱστoρία) d’Élien, des Nuits attiques d’Aulu Gelle, des Stromates de Clément d’Alexandrie et d’autres encore, dont il imite la uarietas20 Les volumes de ce type, portant d’autres noms, sont remis à l’honneur par les humanistes du XVe siècle. La tradition de ce genre d’ouvrages remonte, en ce qui concerne le livre imprimé, à 1475, année où Domizio Calderini édite ses Observationes quaedam. Filippo Beroaldo publie ses Annotationes centum en 1488, suivi un an plus tard par les Miscellaneorum centuria prima de Politien21 Les Annotationes centum, portant sur les auteurs latins, suivent en général le même plan. Beroaldo cite un passage, puis en propose une interprétation, en donnant des citations à l’appui de celle-ci. Il peut rappeler des interprétations antérieures, les variantes proposées par d’autres, et finir en appelant le lecteur à faire son choix parmi les « diuersas explanationes » qu’il lui propose22 Ses corrections ne sont pas faites à partir de collations, à de rares exceptions près23. Il ne semble pas s’être interrogé sur la valeur qui peut être attribuée à un manuscrit, à la différence de Politien24.

  • 25 Ange Politien à Tristano Calco, 15-16 janvier 1490: «Quod Miscellaneis nostris ita faues ut Attici (...)

12La variété des auteurs étudiés est une des nouveautés des Annotationes et des Miscellanea. Politien revendique cette uarietas, qui constituait déjà pour lui la qualité des Nuits attiques d’Aulu Gelle : un de ses correspondants, Tristano Calco, avait comparé les Miscellanea à cet ouvrage antique, et cette comparaison était encore vive à la fin du XVIe siècle25.

  • 26 Paolo Orvieto, «Angelo Poliziano», dans Enrico Malato dir., Storia della letteratura italiana, vol (...)

13La première centurie, publiée en 1489, concerne essentiellement le Politien grammaticus. Il présente les choix qu’il a faits entre des leçons différentes d’un même texte trouvées dans les manuscrits ; il explique les mots rares, mais aussi les références variées à la civilisation, la vie politique, la religion, les sciences. Il s’intéresse à la graphie des mots et des noms, publie même des textes26.

  • 27 Voir Angelo Poliziano, Miscellaneorum centuria secunda, op. cit., vol. 1, Introduzione, p. 51-52.

14Déjà, dans la Centuria secunda, qu’il ne put mener à terme, Politien a élargi ses intérêts : s’éloignant de l’érudition pure, qui, depuis Calderini jusqu’à lui-même, commençait à montrer ses limites, il propose, dans ses nouveaux miscellanea, des commentaires philosophiques et même scientifiques27.

  • 28 Voir Pietro Crinito, De honesta disciplina, éd. Carlo Angeleri, Rome, fr. Bocca ed., 1955 (edizion (...)

15L’exemple de Politien est suivi par son élève Pietro Crinito, dans son De honesta disciplina. Dans de courts chapitres (de trois ou quatre paragraphes en général), il traite de sujets variés, aussi bien concernant la langue, l’orthographe, que la civilisation, la religion et la culture romaine ou grecque, mais aussi égyptienne ou étrusque28. Son volume est beaucoup moins centré que ceux de Politien sur les questions de philologie et de critique textuelle.

16Dès le XVe siècle, ces volumes sont de différents types : les auteurs peuvent, à l’image d’Aulu Gelle, utiliser ces ouvrages pour commenter l’histoire et la culture antique. Mais certains d’entre eux, reflétant les intérêts et la spécialisation de leur auteur, présentent de nombreuses discussions sur le texte même des ouvrages anciens.

  • 29 Voir Ida Maïer, Ange Politien : la formation d’un poète humaniste (1469-1480), Genève, Droz, 1966, (...)

17Alors qu’on peut considérer qu’il y a, à la fin du XVe siècle, un essoufflement de ce type d’ouvrages, de nombreux livres, portant des noms différents, sont publiés au cours du XVIe siècle. Ils contiennent tous des chapitres, en général très courts, consacrés à divers sujets touchant à la culture antique ou moderne. Comme leurs prédécesseurs, leurs auteurs commentent et expliquent les textes en apportant au lecteur les connaissances nécessaires à leur compréhension, dans tous les domaines : culture, histoire, philosophie, critique littéraire ou autre29.

  • 30 Angeli Politiani Miscellaneorum centuria prima, op. cit., f. alv (texte n. 20).

18Le choix du titre n’est pas anodin. Les uariœ lectiones sont consacrées pour la plupart aux textes antiques, et, suivant la personnalité de leur auteur, elles traitent principalement de questions de philologie ou de détails concernant la culture et la mythologie antiques. Politien appelle son livre Miscellanea : mais il n’aurait pas rougi de les présenter comme des uariæ lectiones. Comme le lui a conseillé Laurent de Médicis, à qui le volume est dédicacé, il publie la « uarietate non illepida lectionis » qui avait tant plu au dédicataire30.

  • 31 Francisri Robortelli Vtinensis nariorum locorum Annotationes tam in Graecis, quam Latinis authorib (...)
  • 32 Petri Victorii uariarum lectionum libri XXV, Florentiæ, excudebat Laurentius Torrentinus, 1553, 2° (...)
  • 33 Marc-Antoine Muret né en 1526, est mort en 1585. M. Antonii Mureti Variarum lectionum libri VIII, (...)
  • 34 Né en 1500 et mort en 1557. Petri Nanni Alcmariani συμμίϰτων, siue, Miscellaneorum decas una, Lugd (...)
  • 35 Iunius publie en 1556 des Animaduersorum libri sex omnigenæ lectionis thesaurus, in quibus infinit (...)
  • 36 Auteur de Coniectanea et Lectiones sur Varron (1565), Ausone (1574), etc. Voir Michel Magnien, « S (...)
  • 37 Les Iusti Lipsi Variarum lectionum libri III publiés en 1569 par Plantin à Anvers sont dédicacés a (...)
  • 38 Gulielmi Canteri Vltraiectini Nouarum lectionum libri octo, editio tertia, recens aucta, eiusdem d (...)
  • 39 Henr. Stephani Schediasmatum uariorum, id est, Obseruationum, emendatioum, Expositionum, disquisit (...)
  • 40 Il s’en explique dans son épître au lecteur, f. ii : « Schediasmata inscripsi hos Obseruationum, e (...)
  • 41 Henrici Stephani Noctes Parisina, Atticis A. Gellii Noctibus inuigilatæ, et uiginti, septem, 16 p. (...)
  • 42 Né en 1589 et mort en 1625.
  • 43 Iani Rutgersii Variarum lectionum libri sex ad Gustauum II Suecorum &c. regem, Lugduni Batauorum, (...)

19Francesco Robortello publie en 1543 son premier ouvrage : des Variorum locorum Annotationes31. Piero Vettori, qui s’efforçe de faire revivre les méthodes de lecture et de correction des auteurs antiques pratiquées par Politien, écrit en 1553 des uariarum lectionum libri, puis les complète en 1569 par un second volume32. En 1559 sortent les Variarum lectionum libri de Marc-Antoine Muret33. Au même moment, les humanistes du nord de l’Europe publient des ouvrages de ce type : Pieter Nanninck (Nannius)34, Adriaen De Jonghe (Iunius)35, Joseph-Juste Scaliger36, Juste Lipse37, Guillaume Canter38 ; ce dernier mélange dans ses Nonarum lectionum libri des commentaires historiques, géographiques, culturels, à des propositions de corrections. Henri Estienne, toujours helléniste avant tout, donne le titre de Schediasmata à ses pages « d’observations, de corrections, d’explications, de recherches »39 ; il préfère ce nom à celui de lectiones varia, et à celui de σύμμιxτα choisi par Nanninck40. Il n’y donne que peu de variantes, se contentant souvent d’en confirmer certaines déjà proposées dans des éditions précédentes, mais commente des passages de divers auteurs. Il publie aussi, se réclamant des Nuits attiques d’Aulu Celle, des Noctes Parisinae, adressées à Jacques-Auguste de Thou41. Un peu plus tard et encore plus au nord, Jean Rutgers (Ianus Rutgersius)42 publie en 1618 des Variarum lectionum libri, adressés au roi de Suède43.

  • 44 Adriani Turnebi philosophia, et Groecarum literarum regii professoris, aduersariorum libri trigint (...)
  • 45 Comme on le voit dans la liste de divers recueils d’Aduersaria donnée par Jean-Marc Chatelain, « L (...)
  • 46 Dans l’épître dédicatoire à Michel de L’Hôpital, cit. J. M. Chatelain, ibid. p. 172-173.
  • 47 Voir plus loin p. 30-31 ce qu’en disent Guillaume Canter et Antonio Agustín.

20Adrien Turnèbe écrit des Obseruationes, se raccrochant ainsi, lui aussi, aux auteurs du XVe siècle : non pas Politien mais son prédécesseur, Calderini. Mais il semble que son imprimeur, Gabriel Buon, ait décidé, sans lui demander son avis, de transformer son ouvrage en Aduersaria44 : titre pour lui plus conforme au contenu de l’ouvrage ou à ce que cherche un acquéreur. Turnèbe se situe donc lui-même dans la tradition de ces uariae lectiones, loin de l’ensemble très différent formé par les recueils d’aduersaría publiés à partir des années 1570 et dans les siècles suivants45. Il note ce qui lui « vient à l’esprit », comme il le dit46, c’est-à-dire les réflexions d’ordre philologique ou culturel que lui inspirent le texte qu’il lit, et non pas simplement ce qu’il souhaite retenir et transmettre de l’auteur qu’il étudie47.

III. — LA VARIETAS-VARIANTE DANS LES VARIÆ LECTIONES

  • 48 Carlo Dionisotti, «Calderini, Poliziano e altri», Italia medioevale e umanistica, 11, 1968, p. 166 (...)

21Les raisons pour lesquelles sont écrits ces volumes changent entre la fin du XVe siècle et les volumes édités à partir des années 1550. Carlo Dionisotti considérait que le Politien des Miscellanea affirmait sa volonté de s’affranchir de son enseignement pour travailler sur les textes en cherchant à résoudre de difficiles problèmes de texte48. Quand Piero Vettori dit avoir « lu » un texte, il peut s’agir de ses cours ou des travaux menés chez lui :

  • 49 Piero Vettori à Fulvio Orsini, 15 mars 1566 : «(…) Ho havuto piacere d’intendere che la S. V. habb (...)

(…) J ai appris avec plaisir que Votre Seigneurie a trouvé ce manuscrit ancien d’Euripide, et en particulier ces deux tragédies si abîmées dans les livres imprimés. J ai lu autrefois soigneusement Les Troyennes, et j’y ai corrigé de nombreux passages, avec l’aide même d’un manuscrit, mais peut-être pas aussi bon que le vôtre, et j’ai fait douze nouveaux livres de Varie Lettioni, ou j’ai noté certaines de ces corrections. C’est pour cette raison, que si je pouvais avoir ces variantes, elles me seraient très chères (…)49.

22Les uariœ lectiones, qu’elles soient des corrections ou bien des explications de texte, peuvent naître à l’occasion d’un cours ; c’est ce que raconte Ludovico Castelvetro, toujours à propos de Vettori :

  • 50 « Mariano Savello nobile Romano avendo apparato insino della sua fanciullezza tutto Euripide, e fe (...)

Mariano Savello, noble Romain, ayant appris depuis son enfance tout Euripide, et l’ayant conservé en mémoire, se trouvant à Florence, et s’interrogeant sur certains passages, demanda son avis à Pietro Vittorio, qui est réputé comme le meilleur connaisseur de ce type de lettres parmi les Italiens, et il lui demanda en particulier comment se comprenait ce passage d’Hélène :
« Ô trop heureuse vierge, ô toi Callisto d’Arcadie qui, métamorphosée en quadrupède, entras dans la couche de Zeus, ah ! ton sort fut plus doux que le sort de ma mère ; car sous l’aspect d’un fauve au corps velu, d’une lionne à l’oeil farouche, tu échappas au fardeau de la peine. Et tu fus bienheureuse aussi, ô Titanide, ô fille de Mérops, toi qu’Artémis, pour punir ta beauté, chassa de son cortège, et qui reçus la forme d’une biche aux cornes d’or (…) ».
Celui-ci lui répondit que les Grecs avaient beaucoup de fables, ou d’histoires fabuleuses, dont la connaissance n’était pas passée aux Latins ; et que ces vers en contenaient deux de ce type (…). Et Piero Vettori aima tellement cette réponse, que non seulement il répondit comme je l’ai dit à ce jeune noble, mais il en emplit aussi un chapitre du livre qu’il publia et appela Variarum lectionum50.

23Ces exemples et d’autres mettent en valeur l’aspect pédagogique que présentent parfois ces volumes : on y explique des passages difficiles d’auteurs antiques, on y propose des corrections en cherchant à expliquer d’où peut venir l’erreur transmise par les manuscrits.

  • 51 «Declaratum M. Varronis locum, nihil sane uitii continentem, posse tamen aliter legi ex uestigiis (...)

24La uarietas-variante est un élément essentiel des uariae lectiones. Vettori continue jusqu’à sa mort à relever des passages d’auteurs, qu’il peut utiliser en les corrigeant ou en les rapprochant pour les comparer ; il cherche toujours à se procurer des varietà qui lui permettent de compléter ses chapitres. Ses uariae lectiones proposent aussi bien ses propres conjectures que des variantes de manuscrits nouveaux. Il lui arrive de corriger un texte, ou bien, très prudemment, de proposer une variante sans pour autant rejeter le texte reçu51.

  • 52 «Præterea cum, quam uis satis magnum uolumen effecerim, et quod non nullis fortasse prolixum ac ni (...)

25Vettori, Robortello, comme avant eux Politien, notent les remarques qu’ils font sur les textes antiques en les étudiant, pour eux-mêmes ou pour leurs cours universitaires : Politien, avant même d’avoir fini de publier sa Centuria prima, prépare déjà son second volume ; Vettori, qui a publié deux volumes de uariae lectiones, en laisse encore un grand nombre d’inédites, disséminées dans ses papiers. Il note sans relâche les passages qui l’intéressent, pour ensuite les reprendre en rédigeant de courts chapitres. Il lui a fallu choisir dans l’abondance de ses remarques, comme le montrent les recueils de ses papiers : les notes utilisées pour la rédaction d’un chapitre sont barrées, et une vérification permet de s’apercevoir bien vite qu’il n’a pas édité ni utilisé toutes ses notes. Dès 1553, il annonce qu’il reste de nombreux textes qui lui semblaient devoir être expliqués, qu’il a dû en laisser de côté (alors même que ses premières uariae lectiones sont un volume in folio déjà imposant) et espère pouvoir en publier de nouveau52.

  • 53 Petri Victorii uariarum lectionum libri XXXVIII (…), op  cit., livre 30 chap. 22 : «Correctus locu (...)

26L’intérêt pour la variante, au XVIe comme déjà au XVe siècle, varie selon les auteurs. Canter ou Rutgers, suivant l’exemple de Barbaro, présentent dans leurs volumes, non pas des variantes, mais des corrections, des loci restituti. De Jonghe cite des leçons plus vieilles, plus pures, ou fausses mais pas variées. La variante, on l’a vu, n’est pas toujours présentée : elle n’est donnée au lecteur que si le choix est possible. Lorsqu’un texte est corrompu et que Vettori pense l’avoir restitué, il ne propose pas une variante mais bien une correction abandonnant une prudence excessive53.

IV. — UN ÉCHANTILLONNAGE D’AUTEURS VARIÉS

  • 54 Sur l’édition de fragments dans les Miscellanea voir Anna Carla Dionisotti, « On Fragments in Clas (...)
  • 55 «Qualche luogo degno di consideratione nell’orationi [de Cicéron], egli si riserbò a notarlo nella (...)

27Les Variarum lectionum libri sont aussi l’endroit où faire connaître et commenter ce qui ne peut faire l’objet d’une édition, des fragments par exemple. Vettori en trouve dans les scholies de Térence, dont il possède un manuscrit : il les édite de cette manière54. Ou bien encore, il travaille à nouveau sur un texte qu’il a déjà édité : il décide alors de suivre l’exemple d’Aulu Gelle et de Politien et de faire publier des uariæ lectiones où il peut regrouper ses commentaires nouveaux55. Piero Vettori, on l’a vu, utilise aussi les chapitres de ses uariae lectiones pour faire connaître les corrections qu’il a proposées pendant ses cours à l’université.

  • 56 La comparaison des tables des ouvrages de Muret, Vettori et Canter permet de voir à quel point le (...)
  • 57 Johannes Sambucus à Crato von Kraftheim, fin 1575: «Ad obseruationes meas haud uulgares in Dioscor (...)
  • 58 Op. cit., n. 15, p. 34.
  • 59 Op. cit., p. a2v-a3: «Fuere mihi in manibus uarinoe annotationes in diuersos autores. Quod opus qu (...)

28La variété de ces leçons consiste aussi, pour certains auteurs, en la variété des auteurs cités. Dans certains Variarum lectionum libri édités au XVIe siècle, l’intérêt tient autant dans la proposition d’une variante que dans le nombre d’auteurs cités dans l’ouvrage. Vettori attribue en partie l’absence d’ordre dans ses chapitres au fait qu’il ait étudié divers auteurs. La table de ces auteurs, donnée en général en fin de volume, en témoigne56. Mais Janos Zsamboky (Sambucus) considère aussi comme uariæ lectiones son étude du seul texte de Dioscoride : aussitôt réuni le matériel nécessaire, il était prêt à faire éditer ces « deux livres de Varioe Lectiones, qu’on appelle aduersaria et miscellanea »57. Si certains, dans leurs uariae lectiones, citent parfois plusieurs dizaines d’auteurs, d’autres volumes sont manifestement le résultat du travail d’un érudit sur un petit nombre de textes. Nanninck consacre la plus grande partie de ses συμμίϰτα βιβλία à Térence, le reste à Horace58. Il considère pourtant qu’une des caractéristiques de son livre est la uarietas : il y a réuni des « notes variées sur des auteurs divers »59. S’il est vrai que ses annotations sont variées (il y donne toutes sortes d’explications et de commentaires sur des passages ou des mots isolés, et, sur Horace, des variantes tirées d’un manuscrit découvert par lui), on ne trouve guère cités que Térence et Horace. Quelqu’un d’autre a donné à ce livre le nom de miscellanea, lui hésitait entre coniectanea et diuinationes.

  • 60 Prima Scaligerana (…), op. cit., ad vocem : « Les Italiens, comme Victorius ou Muret, font un Chap (...)
  • 61 Voir plus haut n. 19, p. 12. Son jugement le plus violent est contre Robortello : « un asne, besti (...)
  • 62 Ainsi Carlo Sigonio dans une lettre à Guillaume Canter, Bologne, 15 janvier 1567 : « Nam quod me u (...)

29Vettori et Muret ne diversifient pas assez leurs chapitres aux yeux de Scaliger : il leur faut un chapitre entier pour développer une variante, quand Turnèbe, dont ils se moquent, propose « plus [de conjectures] dans un chapitre, qu’eux en tout un livre »60. Dans les uariæ lectiones comme ailleurs, philologues italiens et philologues français ont décidément des méthodes inconciliables. Scaliger trouve que les Italiens sont « de grands corrupteurs de livres », mais il pense la même chose de Daléchamps, Henri Estienne et Joachim Perion61. La variété des sujets traités est pour tous une qualité62.

  • 63 « (…) et ut quemque librum prehenderam, quicquid ex tempore subitoque in mentem ueniebat, tumultua (...)
  • 64 «(…) labores illi mei, in uolume, redegi: eundem ordinem, quem olim in notando secutus fueram, con (...)

30Une autre caractéristique de ces ouvrages est l’absence d’ordre revendiquée par certains auteurs. Turnèbe écrit sans ordre tout ce qui lui vient à l’esprit63 et Vettori conserve, au moment de faire imprimer ses leçons, l’ordre dans lequel il écrit ces notes variées, « si on peut appeler cela un ordre »64.

V. — L’UNITÉ DERRIÈRE LA VARIETAS : RAPPROCHER AUTEURS LATINS ET GRECS

  • 65 Anna Carla Dionisotti, « Hellenismus », dans Vocabulary of Teaching and Research between Middle Ag (...)
  • 66 Commentarii linguæ Gracæ, Gulielmo Budeao, consiliario regio, supplicumque libellorum in regia mag (...)

31Le rôle premier des uariæ lectiones est souvent de rapprocher auteurs latins et grecs, les seconds étant en général utilisés pour justifier, expliquer les premiers. L imitation des Grecs par Cicéron en particulier revenait déjà à plusieurs reprises dans les Commentarii lingua Graecæ de Guillaume Budé (publiés en 1529)65 ; il est donc naturel d’utiliser les textes grecs pour expliquer les latins. Budé en effet, sans dire explicitement que la lecture des Grecs est nécessaire à la compréhension des auteurs latins, met en parallèle par exemple un passage grec et une phrase de Cicéron considérée comme corrompue, pour démontrer que le texte est juste66. Juste Lipse, dans ses uariarum lectionum libri, utilise lui aussi les auteurs grecs pour expliquer les latins ; c’est aussi la première chose que dit Vettori dans le petit texte qu’il ajouta à son premier volume de Variarum lectionum libri, pour faire connaître à ses lecteurs les raisons qui l’avaient lancé dans l’entreprise :

  • 67 «Cum diligenter olim legissem principes quosque Latinæ linguæ auctores, & in legendo plura notasse (...)

Comme autrefois j’avais lu attentivement l’ensemble des auteurs principaux de la langue latine, et que, en les lisant, j’avais noté beaucoup de choses, soit qui paraissaient traduites des auteurs grecs, soit à qui la culture de ceux-ci pouvait être utile, et éclairer extrêmement, si je ne me trompe, — car j’ai toujours pensé que les anciens auteurs grecs inventaient avec plus de subtilité et expliquaient avec plus de soin chaque chose — de même aussi d’autres choses qui n’avaient pas été exprimées assez savamment par les traducteurs, et de la même manière un grand nombre contaminées par la négligence des copistes, ou altérées par de mauvais correcteurs, qui voulaient les corriger, j’en ai ensuite réuni une grande partie, à l’instigation de mes amis, et pour éviter qu’un jour ne périssent mes travaux, pas tout à fait inutiles à ce qu’ils disaient, et les ai réduits en volume, conservant l’ordre même que j’avais suivi autrefois en les notant67. (…)

  • 68 «Studui autem ea potissimum e reconditis Graecorum literis tanquam e fonte omnium scientiarum, hau (...)

J’ai voulu puiser le plus possible des textes profonds des Grecs, comme de la source de toutes les sciences, ce qui embellissait une idée d’un auteur latin. Car si j’avais voulu choisir dans tout ce que j’y ai trouvé d’abscons et inconnu, avec peu de travail j’aurais réuni un grand amas de livres. Mais un tel travail m’a toujours semblé inutile : tout ce qui n’est pas uni à la culture latine et n’a pas de lien avec l’un de nos poètes ou orateurs disparaît vite, sauf que comme la langue grecque est de nos jours connue et répandue, tous ceux qui le peuvent préfèrent lire les auteurs eux-mêmes, à tel point qu’il n’en reste pas beaucoup à qui cette étude soit un peu utile68.

  • 69 Voir le commentaire de Carlo Dionisotti sur les choix de Politien n. 48, p. 17.
  • 70 Petri Victorii uariarum lectionum libri XXXVIII (…), op. cit., livre 28 chap. 1.

32Les auteurs grecs sont donc essentiels à la compréhension des latins ; plus encore, la lecture des textes grecs inconnus n’est pas nécessaire si ceux-ci n’apportent rien à la lecture des auteurs romains, et Vettori considère que cette érudition sans but est vaine. La connaissance accrue du grec, dont lui-même fut un acteur pendant ses quarante-cinq ans d’enseignement de cette langue, modifie le devoir du philologue (il emploie un peu plus loin le terme « officium meum ») : il doit permettre au plus grand nombre la compréhension que même l’usage du grec n’offre pas sans des connaissances que seuls les érudits peuvent apporter69. Connaître les auteurs et reconnaître les rappels de textes grecs chez les Romains permet, en les comparant, de les comprendre mieux. Vettori peut ainsi corriger une erreur d’interprétation de Politien qui, à propos d’un passage du chant 2 de l’Énéide, n’a pas vu que Virgile s’inspirait des Troyennes d’Euripide70.

  • 71 Francisci Robortelli Vtinensis uariorum locorum Annotationes (…), op. cit., f. 17v, à propos des E (...)

33Francesco Robortello, pour choisir entre deux variantes dans un vers de Tibulle, cherche quel mot grec a voulu traduire le poète ; cette démarche lui permet d’identifier la bonne variante71.

  • 72 Voir plus loin n. 86, p. 27.

34Cette méthode est ce qu’attendent les lecteurs de ces ouvrages, car Scaliger reconnaît aux uariæ lectiones de Canter cette qualité : leur auteur « a leu tous les Auteurs Grecs pour recueillir cela »72.

VI. — CHAMP DE BATAILLE OU LIEU DE DISCUSSIONS ?

  • 73 Voir Charles Dejob, Marc-Antoine Muret : un professeur français en Italie dans la seconde moitié d (...)
  • 74 «Turpissimum et impudentissimum illud, ut ipse uocat, Senatus consultum (…) quod nemo, nisi obesae (...)
  • 75 « Sed cum sæpe contingat in hoc genere scriptorum, si prodesse studiosis uelis, quæ prima est, uer (...)

35Les uariæ lectiones sont l’occasion pour chacun de faire connaître ses préférences et ses amitiés parmi ses contemporains, de s’attaquer à ses ennemis ou à ceux dont on n’apprécie pas les travaux : en 1559 MarcAntoine Muret, qui après avoir fui la France en 1554, cherche à s’installer en Italie73, relève les erreurs de Pietro Crinito dans son De honesta disciplina74, mais, surtout, il s’en prend à de nombreuses reprises dans ses cent soixante trois courts chapitres aux éditions de Piero Vettori. L’attaque, répétée page après page, ne pouvait passer inaperçue. Vettori est aussitôt prévenu mais choisit de ne pas répondre, malgré les conseils de certains de ses amis : il a eu quelques années auparavant une féroce passe d’armes avec Paul Manuce au sujet de la correspondance de Cicéron. Il ne souhaite sans doute pas se lancer à nouveau dans une controverse sans fin. À son tour pourtant, dans ses propres leçons, il fait la même chose, beaucoup moins violemment, louant ses amis ou critiquant Adrien Turnèbe. Il s’en défend pourtant dans la lettre au lecteur qui clôt le volume : il ne veut pas tirer louange des erreurs d’autrui, ni s’attirer la colère des autres érudits. Souvent c’est le but de ce genre d’ouvrages, mais lui a critiqué le moins possible leurs erreurs, toujours en préservant leur dignité75.

  • 76 «Neminem arbitror meliori side, & religione ac diligentia maiore in antiquorum scriptorum emendati (...)
  • 77 Op. cit. p. 163. En grec, βλιτóνoυς signifie idiot ; σϰυνδαΨóς est un instrument à corde mais peut (...)
  • 78 Gulielmi Canten Vltraiectini Nouarum lectionum libri octo (…), op. cit.
  • 79 Voir plus loin p. 28-29.
  • 80 R. Titi, Locorum controuersorum libri decem, Florence, apud B. Sermartellium, 1583.
  • 81 Yvo Villiomarus, In locos controuersos Roberti Titii Animaduersorum liber, Paris, 1586, p. 2: «Rus (...)

36Turnèbe, dans ses propres Aduersaria, cite peu ses contemporains : il loue Vettori pour son savoir et pour la modestie qui le conduit à proposer à ses lecteurs les variantes trouvées dans des manuscrits, et pas seulement celle qui lui semble bonne ; il prend ainsi parti pour une démarche philologique prudente — à moins qu’il ne s’en moque76 : il considère un peu plus loin que deux variantes relevées par Vettori « nugatorioe sunt & nihil uoces, sine ulla ut scindapsus & blityri significatione, neque unquam fando auditæ »77. Ces volumes peuvent aussi servir à louer les éditeurs : Guillaume Canter, lorsqu’il se trouve d’accord avec Turnèbe, s’en réjouit78. D’autres en revanche sont écrits uniquement dans un but polémique : c’est le cas des Emendationes libri duo de Carlo Sigonio79, ou encore des Locorum controuersum libri dans lesquels, en 1583, Roberto Titi s’en prend à Scaliger, à Muret, mais aussi à Vettori et Politien80. Scaliger y voit — peut-être à juste titre — une attaque portée essentiellement contre les philologues français, et répond, sous pseudonyme, en moquant à son tour les auteurs italiens de Varia Lectiones, dont les chapitres sont beaucoup moins denses et riches que ceux des Français et en particulier de Turnèbe, qui refuse d’être un « nugator »81. Scaliger défend Turnèbe et Muret, et même Vettori et Politien, contre les attaques de Titi.

  • 82 Iani Rutgersii Variarum lectionum libri sex (…), op. cit.
  • 83 «Vir eruditus, qui Donati commentarios auctiores e manuscriptis edidit, eos uersus hoc modo scribe (...)
  • 84 Op. cit., livre 1, chap. 5, p. 16.

37Cette tradition se maintient. En 1618, Rutgers, dès le premier chapitre de ses Variarum lectionum libri sex, corrige une erreur d’identification faite par Fulvio Orsini dans ses Illustrium imaginer82. Il lui arrive aussi de critiquer un philologue sans même citer son nom : il était sans doute aisément reconnaissable83. Il cite aussi ses prédécesseurs, auteurs de uariæ lectiones ou éditeurs de texte, non pas pour les critiquer ou les louer, mais pour rappeler la leçon que contient leur édition : sur la correspondance de Cicéron, il rappelle les éditions de Paul Manuce, Adrien Turnèbe, Denys Lambin ; mais lui renvoie dos à dos les éditeurs et propose un texte différent84.

  • 85 Prima Scaligerana, (…), op. cit., p. 250-251 (le passage est extrait des altera Scaligerana).
  • 86 « J’ay donné à Canter mes corrections sur fragmenta Poetarum. Il y a de bonnes choses dans ses Var (...)
  • 87 Denys Lambin à Marc-Antoine Muret, Lucques, 1er août 1559 : « Miror te, cum scires me commentarios (...)

38Les uariæ lectiones sont aussi la vitrine des compétences de leur auteur. Scaliger juge Vettori à ses uariæ lectiones : il les louait dans sa jeunesse mais à tort ; il a changé d’avis, surtout depuis que Vettori l’a accusé d’avoir utilisé son édition de Varron pour préparer la sienne : « Estant jeune je faisois estat des variae lectiones de Victorius, mais ce n’est pas grand cas : il escrit de miserables lettres, cum magnis ambiguibus. (…). P. Victorius dolebat me melius Varrone usi potuisse quam ipse, ideo mihi invidebat : in suis variis lectionibus, non habet nisi verba & paucas conjecturas bonas multum fecit in libris conferendis, sed non habebat genium librorum, magni fiebat quia Itali solent suos magnifacere. P. Victorius bonus & diligens, sed parvi judicii »85. Scaliger admire les uariæ lectiones de Guillaume Canter, résultat de beaucoup de travail, mais ne s’interdit pas une pique sur l’ouvrage, « beau labeur quamuis non doctus »86. Marc-Antoine Muret, en 1559 toujours, s’attire la colère de Denys Lambin et se fâche avec lui, en publiant ses uariae lectiones. Il y propose des commentaires sur Horace alors que Lambin s’apprête à publier un volume sur le même auteur. Pourquoi donc, lui demande son ami, puisqu’il écrit des livres de Variarum lectionum, où il peut parler de tant d’auteurs anciens, n’a-t-il pas laissé de côté Horace87 ?

  • 88 Voir plus haut p. 18.

39Les uariæ lectiones sont lues et commentées. Le chapitre écrit par Vettori à la suite d’une question de Mario Savello, comme le raconte Ludovico Castelvetro88, provoque, par une réaction en chaîne, une nouvelle dispute violente entre les érudits qui guettent chaque nouveau livre de leurs adversaires pour y trouver des attaques contre eux-mêmes, ou des erreurs à attaquer :

  • 89 Voir plus loin n. 94, p. 29.
  • 90 Opere varie critiche di Lodovico Castelvetro (…), op. cit., p. 101: «Ma Mariano Savello non restò (...)

Mais Mariano Savello ne fut pas complètement satisfait de cette réponse, et il fit donc savoir à Lodovico Castelvetro qu’il aimerait bien connaître son opinion sur ce passage. Celui-ci la lui donna, et ce fut celle-ci : qu’en modifiant trois lettres seulement, on retrouvait le sens, et qu’il ne fallait pas recourir à cette solution, (…), qu’il y a des histoires, ou des légendes, dont la connaissance n’est pas passée des Grecs aux Latins. Il fallait donc changer (…). Cette opinion de Castelvetro ne déplut pas, et comme il l’avait donnée à Francesco Robortello, Robortello décida de la publier en l’écrivant dans un de ses livres. Mais Carlo Sigonio de Modène, qui se chargea de critiquer ce qu’avait écrit Francesco Robortello dans un de ses livres, intitulé Caroli Sigonii emendationes89, critiqua aussi en partie cette opinion (…)90.

  • 91 Sur cette dispute voir William McCuaig, Carlo Sigonio, the Changing World of late Renaissance, Pri (...)

40Castelvetro trouve qu’expliquer un passage difficile en disant qu’il s’agit de légendes grecques qui ne nous ont pas été transmises par les Romains est une solution trop facile. Mais cette critique directe de Vettori ne trouve pas une réponse chez celui-ci, et Castelvetro se trouve entraîné dans la longue dispute qui oppose Robortello et Sigonio91.

  • 92 Dionysii Halicarnassei scripta quæ exstant omnia (…), opera et studio Friderici Sylburgii Veterens (...)

41Le succès de ces volumes apparaît aussi à travers l’utilisation que peuvent en faire par la suite les éditeurs des textes cités. Friedrich Sylburg, dans l’épître au lecteur de sa monumentale édition des œuvres complètes de Denys d’Halicarnasse, signale que pour préparer son ouvrage, il a reçu l’aide de nombreux érudits, dont il cite le nom ; mais il a aussi réuni les annotations portées par des hommes savants « in Emendationum, Miscellaneorum, Variarum Lectionum, & aliis eiusdem argumenti libris »92.

CONCLUSION

42Certains érudits de l’époque estiment que l’exercice des uariæ lectiones, s’il est à la mode, reste bien inférieur à l’effort que demande l’étude de l’histoire antique, entreprise dans laquelle s’est lancé par exemple Carlo Sigonio. Celui-ci écrit à Fulvio Orsini :

  • 93 «(…) il quale [mio studio] per hora e tutto in esplicar Tantico governo delle provincie romane la (...)

Mon travail pour le moment consiste dans l’explication du gouvernement antique des provinces romaines, matière qui est aussi belle que stérile, et si ce n’était pour la grande diligence que j’y mets, accompagnée d’une certaine intelligence naturelle, je craindrais de ne pas répondre aux attentes. Mais je sais bien que les honneurs n’égaleront pas les fatigues. Je vois tout le monde écrire des varie lettioni, ce qui n’est rien d’autre que dire quidquid in boccam, mais rester dans une matière sans être guidé par aucun auteur antique, et la traiter entièrement et méthodiquement, c’est plutôt un travail d’Hercule ou de Charlemagne, et pas de Carlo Sigonio93.

  • 94 Caroli Sigonii emendationum libri duo. Quorum argumentum proxima pagellæ indicabunt, Venedis, Aldu (...)

43Sigonio a bien écrit, en 1557, des Emendationes libri duo : mais il s’agit uniquement d’une réponse, très détaillée, aux attaques qu’il a reçues, ou pensait avoir reçues, de Francesco Robortello la même année94.

44Si les éditions proposent parfois des listes de variantes, les chapitres des uariarum lectionum libri contiennent en général des leçons présentées comme le bon choix de texte, et ne laissent pas le lecteur opter pour la variante qui lui convient.

  • 95 Voir plus haut, n. 60, p. 21.

45Les uariæ lectiones, et les volumes du même type portant d’autres noms, sont presque exclusivement l’oeuvre de professeurs, en général éditeurs scientifiques d’auteurs anciens : c’est le cas de Francesco Robortello, professeur à Pise et Padoue, éditeur d’Aristote, Eschyle, etc. ; de Piero Vettori, professeur de philosophie morale et de grec à Florence pendant presque cinquante ans, éditeur lui aussi d’Aristote et Eschyle, ainsi que de Cicéron, Clément d’Alexandrie, Démétrios de Phalère et bien d’autres ; de MarcAntoine Muret, qui après avoir enseigné à Paris et à Venise, passe la plus grande partie de sa carrière d’enseignant à la Sapienza de Rome, ce qui explique qu’il soit assimilé par Joseph-Juste Scaliger aux philologues italiens95. Scaliger, professeur à Leyde, édite de très nombreux auteurs classiques, comme le fait Guillaume Canter. Pieter Nanninck est professeur au Collège des Trois-Langues de Louvain. Henri Estienne n’enseigne pas, mais reste toute sa vie, plus qu’un simple imprimeur, un éditeur scientifique. Les uariae lectiones sont en général un des moyens utilisés par les philologues pour faire connaître, dans leurs travaux, ce qui ne conduit pas à l’édition d’un auteur ou d’un texte particulier.

  • 96 Gulielmi Canten Vltraiectini Nouarum lectionum libri octo (…), op. cit., épître au lecteur, p. 11- (...)
  • 97 Johannes Sambucus à Crato von Kraftheim, fin 1575 : « (…) Variarum lectionum libri, quas Aduersari (...)

46Guillaume Canter, dans la préface de ses propres lectiones, en 1571, fait une liste des auteurs qui ont travaillé à restituer le texte des auteurs anciens et, « quae uariis in auctoribus annotarant atque emendarant, in unum omnia locum collecta, iucundissimaque uarietate distincta sic in publicum emiserunt, ut auidissime fuerint ab omnibus arrepta ». Il considère comme un ensemble plusieurs ouvrages qui, au-delà des variations de titre, sont pour lui des recueils de varia lectiones. Les auteurs sont Piero Vettori et Francesco Robortello en Italie, Marc-Antoine Muret et Adrien Turnèbe en France, Petrus Nannius et Adrianus Iunius aux Pays-Bas »96. Ces six auteurs, pour lui, se situent dans une tradition qui, des Miscellanea aux Adversaria, est celle de l’édition de uariæ lectiones97 : les recueils d’annotations (« quœ annotarant ») et de variantes ou corrections (« atque emenemendarant »), qui offrent à leur lecteur une iucundissima uarietas.

Annexes

ANNEXE : TABLEAU COMPARATIF DES AUTEURS CITÉS DANS TROIS VOLUMES DE VARIÆ LECTIONES

1 : Marc-Antoine Muret, M. Antonii Mureti Variarum lectionum libri VIII, ad Hippolytum Estensem, Cardinalem, ac Principem illustrissimum, Venetiis, ex officina Iordani Zilleti, 1559.

2 : Piero Vettori, Petri Victorii variarum lectionum libri XXXVIII, ad Alexandrum Famesium S.R.E. Cardinalem Libri XXV, ad Ferdinandum Medicem S.R.E. Cardinalem libri XIII (…), Florentiae, apud Junctas, 1582.

3 : Guillaume Canter, Gulielmi Canteri Vltraiectini nouarum lectionum libri quatuor. In quibus, prater uariorum autorum, tam Gracorum quam Latinorum, explicationes & emendationes : Athenai, Gellii, & aliorum fragmenta quadam nunc primum in lucem proferuntur. Accessit rerum & uerborum in his memorabilium, item Scriptorum, quorum loci explicantur, emendantur, uel augentur, geminus index, Basileae, per Ioannem Oporinum, [1564].

Notes

1 Coluccio Salutati, De Fato, 2, 6, éd. Silvia Rizzo, Il lessico filologico degli umanisti, Rome, ed. di storia e letteratura, 1984 (Sussidi eruditi, 26), p. 343 I. 21: «preponantur (…) uiri peritissimi bibliothecis, qui libros diligentissima collatione reuideant et omnem uarietatum discordiam recte diffinitionis indicio nouerint remouere». Voir aussi ibid., p. 213.

2 C. Salutati, Epistolario, éd. F. Novati, Rome, 1891-1911, vol. III, p. 246 : «si uarios inuenerimus esse textus»; A. Traversari, Ambrosii Traversari (…) Latinae epistolae a domno Petro Cannetto (…) in libros XXV tributae (…), adierit eiusdem Ambrosii uita (…), éd. L. Mehus, Florence, 1759 (repr. Bologne 1968), vol. 2, epist. 244 col. 320: «Exemplaria Decadum hic nisi mendosa non reperiuntur et uaria»: cit. S. Rizzo, op. cit., p. 213-214.

3 Laurentii Vallae Antidoti in Pogium libri quattuor (dans Opera, Basileae 1540, réimp. Turin 1962) p. 263, cit. S. Rizzo, op. cit., p. 213.

4 Hieronymi Avancii Veronensis (…) in Val. Catullum et in Priapeias emendationes (…), Venetiis 1495 (H 2185), f. a5v: «non meam, sed uariam lectionem accipies illius uersus in primo carmine Catulli»; f. a3v: «ibidem codices uarii sunt in lectione unius uersus)»: cit. S. Rizzo, op. cit., p. 213-214.

5 Hermolai Barbari Castigationes Plinianae et in Pomponium Melam, éd. Giovanni Pozzi, Padoue, Antenore, 1973 (Thesaurus Mundi, Bibliotheca scriptorum Latinorum mediae et recentioris aetatis, 11). Les Castigationes sont composées en 1490. Sur Ermolao Barbaro voir Jean Céard, « Barbaro (Ermolao) (1453 ou 54-1493) », dans Centuria Latinæ : cent une figures humanistes de la Renaissance aux Lumières offertes à Jacques Chomarat, éd. Colette Nativel, Genève, Droz, 1997 (Travaux d’Humanisme et Renaissance, 314), p. 79-84.

6 Sur Piero Vettori (1499-1585) voir Angelo Maria Bandini, Memorie per servire alla vita del Senator Pier Vettori (…), in Livorno, per Anton. Santini e compagni, 1756; Wilhelm Rüdiger, Petrus Victorius aus FLorenz: Studien zu einem Lebensbilde, Halle s. A., M. Niemeyer, 1896 (Studien zu humanistischen Litteratur Italiens, 1).

7 Petri Victorii variarum lectionum libri XXXVIII, ad Alexandrum Famesium S.R.E. Cardinalem Libri XXV, ad Ferdinandum Medicem S.R.E. Cardinalem libri XIII (…), Florentiae, apud Junctas, 1582, livre 36, chap. 22 : cit. P. de Nolhac, La bibliothèque de Fulvio Orsini : contributions à l’histoire des collections d’Italie et à l’étude de la Renaissance, Paris, F. & E. Vieweg, E. Bouillon, 1887 (Bibliothèque de l’École des hautes études, 74), p. 70-71.

8 Petri Victorii commentarii in tres libros Aristotelis de arte dicendi. Positis ante singulas declarationes Graecis uerbis auctoris, Florentiae, In officina Bernardi Iunctae, 1548, p. 11 (1354b6) : « Cum autem receptam lectionem retinuerim, quid uarietatis hoc in loco inuenerim indicare nunc uolo : uerba namque illa oὔτє πєρί τῶν παρóvττov, a cunctis scriptis libris absunt : nec ullum praeterea eorum uestigium est in uetere tralatione. uidebunt igitur accurate studiosi uiri, ex ingenio ne a recentiore aliquo illa restituta putent, an negligentia olim a librariis omissa : quamuis enim planior recepta lectio sit, antiquæ tamen quoque, siquis eam tueri uelit, locus esse potest (…) ». Le texte est donné dans les éditions précédentes d’Alde Manuce (Venise, 1508), de Trincavelli (Venise, 1536), et de Sébastien Gryphe (Lyon, 1548).

9 Antonio Agustín à Latino Latini, Ilerda, 21 juillet [1567] : « Cum ad manus meas uenissent libri aliquot ueteres, quos ex Italia attuleram, in quibus erant Crispi Sallustii Iugurthinum bellum, et pars Catilinae coniurationis, conferre coepi con satis diligenti Aldina editione, ac delectatus uarietate, non inutile esse putaui te huius rei facere certiorem, ut cum omnia amicorum ueteri prouerbio communia esse oporteat, ne hac quidem parte siue delectationis, siue utilitatis priuerisi » (biblioteca apostolica Vaticana = BAV, Vat. lat. 6201, f. 5). La correspondance d’Agustín, déjà en partie publiée, est en cours d’édition par J. Carbonell, de l’Universitat Autònoma de Barcelona.

10 Latino Latini à Antonio Agustín, Rome, 29 juillet 1567: «Heri accepi cum litteris tuis egregium erga me beneuolentiae tuae monumentum, id est, ueterum codicum uarias lectiones, in partem Sallustianæ historiæ diligentissime a te obseruatas, atque alicubi etiam explicatas, et illustratas, quae mihi cum mea uinius priuatim, cum amicorum plurimorum causa fuerunt gratissimae. Collegeram ego ante annos XIIII aliqua ex unico codice meo scripto, atque in eiusdem Aldi, annique editionem, cum aliis quae mihi Faërnus commodarat, marginibus libri ascripseram (…)» (ibid.).

11 Contrairement à la description de Bernard Cerquiglini, Eloge de la variante : histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, 1989 (Des Travaux), qui étudie un problème complexe, celui de l’édition, depuis le XIXe siècle, des grands textes médiévaux conservés dans des versions très différentes : « La notion de texte sûr, ou dont on peut s’assurer en l’établissant, est solidaire d’un état de l’imprimerie qui donne enfin satisfaction : ce qui sort de la presse est conforme au désir, quel qu’il soit, de l’auteur, fixé définitivement dans les limites bidimensionnelles de la page, infiniment reproductible dans son intégrité. Valeur suprême d’un texte qui, accessible à tous dans l’état où le voulut l’ultime main écrivante qui le confia à la presse, fait désormais référence et autorité. C’est, à n’en pas douter, un progrès immense, et la réalisation d’un rêve ancien, formulé sans doute dès la naissance de l’écriture : celui de la copie fidèle » (p. 18).

12 Francisci Marii Grapaldi poete laureati de partibus Aedium. Addita modo uerborum explicatione, quo in eodem libro continentur: Opus sane elegans & eruditum tam propter multiiungam [sic] uariarum lectionum cum propter M. Vitruuii & Cornelii Celsi emaculatas dictiones: Que apud ipsos uel mendose uel obscure uidebantur nouissime recognitum: cunctisque erroribus expurgatum, Impressum Venetiis per Alexandrum de Bindonis, 1517.

13 Parisiis, ex officina Roberti Stephani typographi Regii, 1544, 8°.

14 «Cum magnopere dissidentia inter se quibusdam in locis uetera horum librorum exemplaria inuenerim: nec facile mecum statuere potuerim, quæ potissimum lectio uera sit, satius esse duxi, restitutis iam illis, quos me tuto corrigere posse putaui, hos quoque in quibus maior scrupulus inest, adnotare, (quamquam in iis etiam sunt uarietates quædam, quæ parum aut nihil uidentur sententiam immutare) ut omni re cognita possit unusquisque, quod ipsi melius uidetur, sumere. Non codicum autem tantum in hac diligentia mea fidem spectaui, uerum etiam quam scripturam secuti sint, qui olim in Latinum sermonem hoc opus conuerterunt, animaduerti. Si hoc nomine uetus illa, rudis & inculta, tralatio appellanda est, cuius accurate lectionem perspexi, quia mira simplicitate uerbum ex uerbo omnia exprimit. Argyropyli quoque iudicium, hominis Greci, philosophiæque in primis periti, non parui ponderis apud me fuit. Arretini uero interpretationem non citaui, quia plurimis coniecturis intellexi illum non satis fidele exemplar habuisse»: ’Aριστoτέλoυς ’Hθιϰῶv Nιϰoμαχείωv βιβλία δέϰα, Aristotelis De moribus ad Nicomacóhum filium libri decem, Florentiae, apud Junctas, 1547, p. ****.

15 Aristote, Rhétorique, 1355a 32-33. Vettori édite : τoῖς λόγoις αύτoῖς μὴ δoϰαίως, comme le Cantabrigiensis 1298, et les Parisini græci 1869, 1818, 2038. La leçon citée, μὴ δoϰαίως τoῖς λóγoις αὐτoῖς A, est celle du Parisinus græcus 1741, manuscrit principal de la Rhétorique, et du texte utilisé par Guillaume de Moerbeke, reconstitué à partir de sa traduction.

16 «Immutatus est ordo uerborum in antiquiss. exemplari, quem sequitur etiam uetus tralatio; ita enim habet: μή δoϰαίως τoῖς λóγoις αὐτoῖς. Animaduertendum autem, an exigua hac uarietas, uim etiam sententia aliquantulum uariandoe habeat, atque intelligi debeat: si non iuste, probeque aliquis eo utatur: persuadeatque, quæ deteriora sunt, nos easdem illas rationes, argumentationesque sequentes, dissoluere possimus, quod ab illis praue confirmatum sit. intelligo (inquam) ut uerba hæc τoῖς λóγoις αὐτoῖς, inferioribus hæreant, & a superiore sententia interpunctione seiungi debeant» (Petri Victorii commentarii in tres libros Aristotelis de arte dicendi, op. cit., p. 10).

17 De arte sive ratione corrigendi antiquorum libros disputatio, Patauii, apud Innocentium Olmum, 1557.

18 Dans ’εϰ τῶν Πoλυβίoυ τoῦ Mεγαλoπoλίτoυ έϰλoγαὶ Περὶ Πρεσβίεv. Ex libris Polybii Megalopolitani selecta de Legationibus, et alia quae sequenti pagina indicantur: nunc primum in lucem edita, Ex bibliotheca Fului Vrsini, Antverpiae, ex officina Christophori Plantini, 1582, 4°, p. 149-182. Il s’agit de corrections à l’édition bâloise de 1579.

19 Prima Scaligerana, nusquam antehac edita, cum praefatione T. Fabri: quibus adiuncta & altera Scaligerana quam antea emendatiora, cum notis cuiusdam V. D. anonymi, Groningae, Apud Petrum Smithaeum, 1669, 8°, ad vocem: «Dalechampius uir alioqui bene doctus, Plinium emendandum & excudendum suscepit: sed quia est audacia, omnia inuertet et corrumpet: quia, quod multi solent, si hoc illudue uocabulum non arridet, statim immutat ac saepe in deterius. Ego uero nunquam in audendum putauerim, nisi sit error manifestissimus, satiusque iudico, ubi aliquid displicet aut ignoro, priorem lectionem retinere (mea tamen sententia annotata, meoque indicio interposito) & doctioribus eius loci correctionem relinquere, qui forte ad id mea admonitione excitabuntur, quam temere uel syllabulam ullam mutare. Et si id tam religiose obseruassent importuni isti correctores, cuiusmodi habemus Henricum Stephanum, qui omnes quotquot edidit editue libros, etiam meos, suo arbitrio iam corrupit & deinceps corrumpet, & alios multos, non haberemus hodie auctores ueteres adeo deprauatos: nam hac se ingerente licentia intempestiue & inconsulto corrigendi quod displicet, totidem uarietates locorum prodeunt & prodierunt, quod editiones: & nullos magis corruptos reperias libros, quam qui saepius excusi sunt a pluribus». Scaliger s’en prend aussi à la correction de Sénèque par des moines, à Périon qui a abîmé Aristote et Cicéron.

20 [Angeli Politiani Miscellaneorum centuria prima], Florentiae, impressit ex archetypo Antonius Miscominus, 1489, 2°. [2]f., a8-b8, c6-o6, p3 (HC*13221), f. alv : «Tantum abest uti doleamus ut etiam titulum non sane alium quam Miscellaneorum exquisiuerimus, in qui groecum tamen Hoelianum, latinum sequimur Gellium, quorum utriusque libri uarietate sunt quam ordine blandiores. Quanque ne Clementis quidem Romani pontificis apostolicique uiri commentaria: quoe stromata quasi stragula picta dixeris, inscribebantur, alium profector nobis titulum nisi uarietatis istius insibuabant. Et enim de Aristoxeni taceo commentariis: quos pari ferme titulo citat, eo uolumine Porphyrius quod in harmonica Ptolemxi composuit. Denique si uarietas ipsa fastidii expultrix & lectionis irritatrix in Miscellaneis culpabitur: una opera, repræhendi rerum quoque natura poterit: cuius me quidem profiteor tali disparilitate discipulum».

21 Op. cit. note précédente. Edition récente : Miscellaneorum Centuria Prima, éd. H. Katayama, Tokyo, Annales de l’Université de Tokyo, 1982. Le second volume, que Politien laissa inédit, a été publié en 1972 : Angelo Poliziano, Miscellaneorum centuria secunda, éd. V. Branca et M. Pastore Stocchi, Florence, fr. Alinari, 1972 (rééd. Olschki, 1978).

22 Filippo Beroaldo the Eider, Annotationes centum, Lucia A. Ciapponi éd. et comm., Binghamton NY, [Center of Medieval and Early Renaissance Studies, State University of New York at Bighamton], 1995 (Medieval & Renaissance texts & studies, 131), p. 8. Sur la méthode philologique de Filippo Beroaldo, Pierre Maréchaux, « Béroalde l’ancien (Philippe) (Beroaldo Filippo senior) (1453-1505) », dans Centuria Latinæ…, op. cit., p. 109-121 (p. 116-119).

23 L. A. Ciapponi, op. cit., p. 11-12.

24 Anthony Grafton, «The Scholarship of Politian and its Context», Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 40, 1977, p. 150-188, rééd. dans A. Grafton, Defenders of the Text: the Traditions of Scholarship in an Age of Science, 1450-1800, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1991, p. 55.

25 Ange Politien à Tristano Calco, 15-16 janvier 1490: «Quod Miscellaneis nostris ita faues ut Atticis quoque Noctibus compares»: Epistolae IV, 12 f° 74 r. Cit. Jean-Claude Margolin, «Ange Politien, modèle et source d’inspiration d’Erasme de Rotterdam», dans Studi politici in onore di Luigi Firpo, vol. 1, ricerche sui secoli XIV-XVI, éd. Silvia Rota Ghibaudi et Franco Barcia, Milan, F. Angeli, 1990, p. 202. Voir n. 20 p. 13 l’extrait de la préface des Centuria prima.

26 Paolo Orvieto, «Angelo Poliziano», dans Enrico Malato dir., Storia della letteratura italiana, vol. 3, Il Quattrocento, Rome, Salerno ed., 1996, p. 508.

27 Voir Angelo Poliziano, Miscellaneorum centuria secunda, op. cit., vol. 1, Introduzione, p. 51-52.

28 Voir Pietro Crinito, De honesta disciplina, éd. Carlo Angeleri, Rome, fr. Bocca ed., 1955 (edizione nazionale dei classici del pensiero italiano, s.2, 2).

29 Voir Ida Maïer, Ange Politien : la formation d’un poète humaniste (1469-1480), Genève, Droz, 1966, p. 45.

30 Angeli Politiani Miscellaneorum centuria prima, op. cit., f. alv (texte n. 20).

31 Francisri Robortelli Vtinensis nariorum locorum Annotationes tam in Graecis, quam Latinis authoribus, Venetiis, apud Io. Baptistam a Burgo Francho Papiensem, 1543, 8°, 52 f.

32 Petri Victorii uariarum lectionum libri XXV, Florentiæ, excudebat Laurentius Torrentinus, 1553, 2°, [28], 410, [14] p. Petri Victorii uariarum lectionum xxx noui libri, cum quatuor indicibus rerum magis insignium, eorum quæ singulis capitibus continentur, auctorum qui citantur, & quorum errata corriguntur, & indice Groecarum dictionum locupletissimo, nuperrime in lucem editi, Florentiae, in officina Iuntarum Bernardi filiorum, 1569, 4°, [24], 254, [21] p. Il réunit les deux volumes pour les rééditer en 1582 : voir n. 7, p. 9.

33 Marc-Antoine Muret né en 1526, est mort en 1585. M. Antonii Mureti Variarum lectionum libri VIII, ad Hippolytum Estensem, Cardinalem, ac Principem illustrissimum, Venetiis, ex officina Iordani Zilleti, 1559, 4°, [4], 99, [20] f.

34 Né en 1500 et mort en 1557. Petri Nanni Alcmariani συμμίϰτων, siue, Miscellaneorum decas una, Lugduni, apud Godefredum & Marcellum Beringos, fratres, 1548, 8°, 264 p.

35 Iunius publie en 1556 des Animaduersorum libri sex omnigenæ lectionis thesaurus, in quibus infiniti pene autorum loci corriguntur et declarantur, nunc primum et nati, et in lucem aediti (…), Bâle, 1556. Edition consultée : Lampas, siue fax artium liberalium, hoc est, thesaurus criticus (…), t. 4, a I. Grutero [éd.], Francofurti, e Collegio Paltheniano, sumtibus Ionae Rhodii Bibliopola, 1604, p. 318-482. Sur Iunius voir Chris L. Heesakkers, « Junius (Hadrianus) (1511-1575) », dans Centuria Latina (…), op. cit., p. 449-455.

36 Auteur de Coniectanea et Lectiones sur Varron (1565), Ausone (1574), etc. Voir Michel Magnien, « Scaliger (Joseph-Juste) (1540-1609) », dans Centuriæ Latinæ..., op. cit., p. 739-747, avec la liste de ses éditions.

37 Les Iusti Lipsi Variarum lectionum libri III publiés en 1569 par Plantin à Anvers sont dédicacés au cardinal de Granvelle. Édition consultée : I. Lipsi opera omnia quae ad criticam spectanda cum indice, Lugduni Batauorum, ex officina Plantiniana, apud Franciscum Raphelengium, 1596, 8°.

38 Gulielmi Canteri Vltraiectini Nouarum lectionum libri octo, editio tertia, recens aucta, eiusdem de ratione emendandi Graecos auctores syntagma, recens item auctum, Antwerpiae, ex officina Christophori Plantini, Regis prototypographi, 1571.

39 Henr. Stephani Schediasmatum uariorum, id est, Obseruationum, emendatioum, Expositionum, disquisitionum libri tres, qui sunt Pensa succisiuarum horarum Ianuarii, Februarii, Martii. Liber lectori. Tres tantum natus menses nequeone placere. Annum ubi natus ero, posse placere puto, excudebat Henricus Stephanus, 1578, 8°.

40 Il s’en explique dans son épître au lecteur, f. ii : « Schediasmata inscripsi hos Obseruationum, emendationum, expositionum, Disquisitionum libros, non studio nouitatis, non, ut Plato loquitur, ϰαιvoτoμίας ὀvoματωv ἕνεϰα (quis enim minus est φιλόϰαινoς ?) uerum ut hac scripta legens, si non expectationi tua, at certe titulo suo respondere cogitares. Alioqui enim aliud illis nomen imposuissem, neque tamen lectiones uarias uocassem (non enim uideo quomodo hac inscriptione tam diuersa comprehendi argumenta potuissent) sed symmictwn n appellatione, uel alia quapiam, quζ et ipsa nihil fastus habere dici posset, usus fuissem ».

41 Henrici Stephani Noctes Parisina, Atticis A. Gellii Noctibus inuigilatæ, et uiginti, septem, 16 p., 8°, contient: Henr. Stephani Nox II, et III, Atticis Auli Gellii uigiliis inuiciliate, siue, Apología A. Gelli (id est, pro A. Gellio) aduersus Lud. Viuem; Henr. Stephani nox VI, VII et VIII, Atticis Auli Gellii uigiliis inuigilatæ, siue, specimen seu δεῖγμα emendationum, partim e ueteribus libris sumptarum, partim aliarum quas e suis coniecturis deprompsit.

42 Né en 1589 et mort en 1625.

43 Iani Rutgersii Variarum lectionum libri sex ad Gustauum II Suecorum &c. regem, Lugduni Batauorum, ex officine Elzeviriana, 1618, 4°.

44 Adriani Turnebi philosophia, et Groecarum literarum regii professoris, aduersariorum libri triginta, in tres tomos diuisi. Ascripti sunt in margine auctorum loci qui in his sine certa nota appellantur studio & labore Io. Furdini conquisiti. Additi indices tres copiosissimi, ab eodem Furdino accuratissima diligentia collecti (…), ad C. V. Michaelem Hospitalem Franciæ Cancellarium, Parisiis, apud Martinum Iuuenem, 1580, 2°. Jean Letrouit, « Turnèbe (Adrien) », dans Centuriæ Latinæ, op. cit., p. 763.

45 Comme on le voit dans la liste de divers recueils d’Aduersaria donnée par Jean-Marc Chatelain, « Les recueils d’Aduersaria aux XVIeet XVIIe siècles : des pratiques de la lecture savante au style de l’érudition », dans Le livre et l’historien : Études offertes en l’honneur du Professeur Henri-Jean Martin, Genève, Droz, 1997 (École pratique des hautes études, IVe section, VI, Histoire et civilisation du livre, 24) p. 170.

46 Dans l’épître dédicatoire à Michel de L’Hôpital, cit. J. M. Chatelain, ibid. p. 172-173.

47 Voir plus loin p. 30-31 ce qu’en disent Guillaume Canter et Antonio Agustín.

48 Carlo Dionisotti, «Calderini, Poliziano e altri», Italia medioevale e umanistica, 11, 1968, p. 166: «In che la novità [della Miscellanea] consistesse, èpresto detto. L’interprete, che nella scuola doveva sobbarcarsi al commento sistematico dei testi e che già nell’età del Calderini si era ribellato alla servitù della tradizione scolastica, prendendo a commentare testi difficili e rari, rivendicava ora in pubblico, davanti a un pubblico piutosto di eguali che di allievi, la sua indipendenza dalle necessità e condizioni del mestiere: non più chiacchiere su cose nuove per gli ignari ma ovvie per qualunque esperto; soli i nodi insoluti, ovunque occorressero, scelti e giustapposti col solo criterio della difficoltà, per una prova di forza dell’interprete e quasi per sfida. Per rio occoreva una tecnica nuova, ma naturalmente anche un animo nuovo. Il fatto stesso che nell’agone il Poliziano non entrasse né primo né solo, se anche vi restassepoi irresistibilmente superiore a ogni altro, dimostra che Impresa non si era offerta improvvisa alla genialitá e all’audacia dell’uomo. (…) [Il Poliziano] conseguentemente e rigorosamente si astenne dal pubblicare alcuno dei suoi corsi universitari».

49 Piero Vettori à Fulvio Orsini, 15 mars 1566 : «(…) Ho havuto piacere d’intendere che la S. V. habbia trovato quello esemplare antico di Euripide, et particularmente quelle due tragedie tanto guaste ne libri stampati. Le Troadi lessi io gia diligentemente, et mi parve emendarvi molti luoghi, coll’aiuto pure d’un testo in penna, ma forse non si buono corne il vostro, onde havendo io fatto XII altri libri di Var. Lettioni, vi haveva notato alcune di quelle correttioni. Tal che per questa cagione, se potessi havere coteste varieta, mi sarebbono moho care (…)»: BAV, Vat. lat. 4105, f. 265-267v., éd. Pierre de Nolhac, «Piero Vettori et Carlo Sigonio: correspondance avec Fulvio Orsini», Rome, impr. du Vatican, 1889 (extr. de Studi e documenti di storia e diritto, 1889), p. 14.

50 « Mariano Savello nobile Romano avendo apparato insino della sua fanciullezza tutto Euripide, e fermatoselo nella memoria, trovandosi in Firenze, e dubitando d’alcuni luoghi, ne dimando il parer suo a Pietro Vittorio, che è riputato il più intendente uomo de gl’Italiani di simile maniera di lettere, e spezialmentegli domando, come s’intendesse quello d’Elena : [v. 375-382], il quale gli rispose, che appresso i Greci erano moite Favole, o Istorie favolose, la notizia delle quali non era trapassata a’Latini ; e che ne’predetti versi si contengono due di cosὶ fatte, cio’e l’una : che Callisto fosse stata trasformata in Leonessa ; e l’altra : che una figluola di Merope nominata Titanida fosse stata trasformata in Cervo, che avesse le corna d’oro. E Pietro Vittorio si compiacque tanto di questa sua risposta, che non solamente rispose cosὶ, come dicemmo, a quel nobile giovane, ma n’empie ancora un capo in quel suo libro, che pubblicó, e intitolo Variarum lectionum » : Opere varie critiche di Lodovico Castelvetro gentiluomo modenese non più stampate, colla vita dell’autore scritta dal sig. proposto Lodovico Antonio Muratori bibliotecario del Ser.mo sig. Duca di Modena, Lione, nella stamperia di Pietro Foppens, 1727, 4°, p. 100. Euripide, Hélène, éd. et trad. Henri Grégoire, Paris, Les Belles Lettres, 1985. Vettori disposait à Florence d’un excellent manuscrit du texte d’Euripide, le Laurentianus 32, 2.

51 «Declaratum M. Varronis locum, nihil sane uitii continentem, posse tamen aliter legi ex uestigiis ueteris lectionis»: «Non reprehendo, quæ nunc uidetur probari omnibus, lectionem; & quam ipse etiam olim recepi: & nunc quoque non damno, sed tamen quid in antiquissimo libro offenderim, quod tunc reticui, & quo coniectura ferar, indicare nunc uolo (…)»; Petri Victorii uariarum lectionum libri XXXVIII (…), op. cit., livre 32, chap. 8.

52 «Præterea cum, quam uis satis magnum uolumen effecerim, et quod non nullis fortasse prolixum ac nimis longum uideatur, loci tamen adhuc non pauci mihi restent, qui non insulse animaduersi (ut opinor) sunt: uideamque etiam me plures alios inuenturum, si per ualitudinem licebit, quæ ut firma olim uegetaque fuit, ita nunc aliqua sui parte laborare coepit: siue hoc atas iam ingrauescens facit: siue potius assiduus labor ac uigiliæ, quæ quoduis corporis robur frangere debilitareque possunt, polliceor me rursus huiscemodi aliquod uolumen confecturum: præsertim si eruditi uiri, ac studiosi bonarum artium, æquí bonique labores meos fecerint: nec inanes eos esse, frustraque susceptos, existimauerint»: Petri Victorii variarum lectionum libri XXV, op. cit., p. 408 (Petri Victorii variarum lectionum libri XXXVIII (…), op. cit., p. 312).

53 Petri Victorii uariarum lectionum libri XXXVIII (…), op  cit., livre 30 chap. 22 : «Correctus locus in commentariis de Bello ciuili, partim ope antiqui libri, partim coniectura».

54 Sur l’édition de fragments dans les Miscellanea voir Anna Carla Dionisotti, « On Fragments in Classical Scholarship », dans Collecting fragments - Fragmente Sammeln, éd. Glenn W. Most, Göttingen, Vandenhoeck, 1997 (Aporemata, 1), p. 1-33 (26-28).

55 «Qualche luogo degno di consideratione nell’orationi [de Cicéron], egli si riserbò a notarlo nella varie lettioni, alla quali eg’haveva già volto l’animo, considerando che molti luoghi, che nel leggere gli scrittori gli parevano considerabili, o per qualche bella correttione, che vi havessi trovata, o per nuova dichiaratione che vi potessi dare, o utile confrontamento di luogo che havessi fatto, sono degni d’esser notati, e per che il mettersi per una sola o poche cose, a fare stampare uno scrittore, non è ne lodevole, ne conveniente, ne possibile, delibero, con l’esemplo d’A. Gell. tra gl’antichi, et del Politiano tra i moderni, di fare un raccolto, come hà poi fatto in due volte, la prima XXV lib. et la seconda XIII, et haveva animo di condursi insino a L et haveva preparati nella mente bellissimi luoghi, ma impiegato in studi più gravi, non gl’è venuto fatto di metterlo a effetto»: Francesco Vettori, vie de Piero Vettori, Florence, Biblioteca nazionale centrale, Magl. IX 64, p. 21.

56 La comparaison des tables des ouvrages de Muret, Vettori et Canter permet de voir à quel point le choix des auteurs était différent, en fonction des préférences et des spécialités de chacun (voir annexe).

57 Johannes Sambucus à Crato von Kraftheim, fin 1575: «Ad obseruationes meas haud uulgares in Dioscoridem coegi undique aliquot raras plantas externas, quas his diebus Magistris eius cognitionis et Arbitris, qui se familiam ducere existimant Crateuae et Dioscoridis, ostendam ac in omnem euentum iudiciaque emittam; illico Variarum lectionum duo libri (l. duos libros), quas aduersaria et miscellanea uocant, prelis mandabo» (éd. Hans Gerstinger, Die Briefe des Johannes Sambucus (Zsamboky) 1554-1584, Vienne, H. Böhlaus Nachp. et Groz-Vienne-Cologne, Kommissionsverlag, Der Osterreichischen Akademie der Widdenschaften, 1968 (Osterreichische Akademie der Wissenschaften, Philosophisch-Historische Klasse, Sitzungsberichte, 255), p. 168.

58 Op. cit., n. 15, p. 34.

59 Op. cit., p. a2v-a3: «Fuere mihi in manibus uarinoe annotationes in diuersos autores. Quod opus quia multiplicem habebat supellectilem, ipse suo iure, suaque autoritate, quæ omnia apud me potest [Richardus Brandisbxus] appellauit Miscellanea, honestiore uocabulo, quam ego constitueram. Destinaram enim nomen Coniectaneorum siue Diuinationum illis iniungere. Ibi ille, cui (inquit) numini hanc prolem consecrabis? i opus est alicuius dei efficacissimo amuleto».

60 Prima Scaligerana (…), op. cit., ad vocem : « Les Italiens, comme Victorius ou Muret, font un Chapitre tout entier, en leurs diverses leçons, d’une petite conjecture, et se moquent de Turnèbe, qui a plus dans un chapitre, qu’eux en tout un livre. Les Italiens ne s’adonnent qu’à une chose. Nous autres François voulons tout sçavoir, & apres tout non se savons rien. (…) les Italiens sont de grands corrupteurs de livres ». Il dit aussi : « Turnebus plura habet uno libro, quam Victorius libri 37 » : ibid., ad vocem « Turnebus ». Voir aussi n. 81, p. 26.

61 Voir plus haut n. 19, p. 12. Son jugement le plus violent est contre Robortello : « un asne, bestia, grand ratisseur » ibid., ad vocem « Robertellus ».

62 Ainsi Carlo Sigonio dans une lettre à Guillaume Canter, Bologne, 15 janvier 1567 : « Nam quod me uigiliarum tuarum defensorem constituis, quanquam singularem agnosco humanitatem in eo tuam, tamen hoc tibi etiam atque etiam affirmabo, etsi tua scripta sunt, ut propter rerum uarietatem, doctrinæ subtilitatem, orationis elegantiam, nihil iucundius, reconditius, ornatius esse posse omnes uel parumper in his studiis uersati existiment, me tamen in omnibus meis siue ex superiore, siue ex æquo loco sermonibus eorum propugnatorem acerrimum, ac defensorem constantissimum fore » : éd. dans Gulielmi Canteri Nouarum lectionum libri octo, editio tertia, recens aucta, eiusdem de ratione emendandi Graecos auctores syntagma, recens item auctum, Antverpiae, ex officina Christophori Plantini, Regis Prototypographi, 1571, 8°, p. 8.

63 « (…) et ut quemque librum prehenderam, quicquid ex tempore subitoque in mentem ueniebat, tumultuaria scriptura comprehendebam : interdum repetita memoria, quæ in diuersis auctoribus legeram, unum in caput congerebam » : op. cit., épître dédicatoire à Michel de l’Hospital, f. a2r.

64 «(…) labores illi mei, in uolume, redegi: eundem ordinem, quem olim in notando secutus fueram, conseruans. si ordo hic uocari potest, cum quicquid animaduersione dignum offendis apud diuersos auctores: uariaque etiam in materia, seligis, & in commentariis confuse scribis»: Petri Victorii variarum lectionum libri XXXVIII (…), op. cit., p. 312.

65 Anna Carla Dionisotti, « Hellenismus », dans Vocabulary of Teaching and Research between Middle Ages and Renaissance, Proceedings of the Colloquium London, Warburg Institute, 11-12 march 1994, éd. Olga Weijers, Turnhout, Brepols, 1995 (Civicima : Etudes sur le vocabulaire intellectuel du Moyen Age, 8), p. 45-58 (p. 56).

66 Commentarii linguæ Gracæ, Gulielmo Budeao, consiliario regio, supplicumque libellorum in regia magistro, auctore, Venundatur Iodoco Badio Ascensio, 1529, 2°, [60], 967, [3] p., p. 20 : «Non igitur hac mendosa sunt, sed Græcorum imitatione dicta».

67 «Cum diligenter olim legissem principes quosque Latinæ linguæ auctores, & in legendo plura notassem, quæ aut expressa de Gracis scriptoribus uidebantur, aut eorum doctrina poterant adiuuari, & non mediocriter (nisi fallor) illustrari: semper enim putaui singulas res ueteres Gracos auctores, & inuenisse subtilius, & explicasse accuratius: ut alia etiam quæ non satis erudite ab interpretibus fuerant declarata: non pauca itidem negligentia librariorum contaminata: siue a peruersis quibusdam correctoribus, dum emendare noluerint, deprauata, hortatu postea amicorum, bonam magnamque partem horum collegi, & ne aliquando perirent non omnino inutiles (ut ipsi aiebant) labores illi mei, in uolume, redegi: eundem ordinem, quem olim in notando secutus fueram, conseruans»: Petri Victorii variarum lectionum libri XXXVIII (…), op. cit., p. 311.

68 «Studui autem ea potissimum e reconditis Graecorum literis tanquam e fonte omnium scientiarum, haurire, quae sententiam aliquam Latini scriptoris ornarent, nam si uoluissem quacunque illic abstrusa, & inaudita fere auribus Latinorum hominum, inuenissem excerpere, paruo negotio magnum acernum librorum construxissem. Sed mihi semper labor hic magna ex parte irritus uisus est: excidunt enim cito illa omnia, quæ cum Latina doctrina coniuncta non sunt: nec nostro alicui, aut poetæ, aut oratori hœrent. præterquam quod cum Groecus sermo hodie tantopere notus ac diuulgatus sit, cuncti qui possunt apud auctores ipsos ea legere malunt, ut non multi ita restent quorum utilitatibus leuiter consulitur»: ibid.

69 Voir le commentaire de Carlo Dionisotti sur les choix de Politien n. 48, p. 17.

70 Petri Victorii uariarum lectionum libri XXXVIII (…), op. cit., livre 28 chap. 1.

71 Francisci Robortelli Vtinensis uariorum locorum Annotationes (…), op. cit., f. 17v, à propos des Elégies, 1, 2, v. 3 : entre percussum et perfusum, il choisit le premier, qui traduit selon lui oἰνoπληζ.

72 Voir plus loin n. 86, p. 27.

73 Voir Charles Dejob, Marc-Antoine Muret : un professeur français en Italie dans la seconde moitié du XVIe siècle, Paris, E. Thorin, 1881.

74 «Turpissimum et impudentissimum illud, ut ipse uocat, Senatus consultum (…) quod nemo, nisi obesae naris, non statim animaduerterit nihil prorsus redolere antiquitatis, sed aut ab ipso Crinito confictum esse, aut, quod credibilius est, a nebulone aliquo, qui ipsi Crinito illudere uoluerit»: Muret, Variarum lectionum libri XV, Antverpiae, 1586, p. 345 sqq. Cit. C. Angeleri, intr. à Pietro Crinito, De honesta disciplina, op. cit., p. 32-33.

75 « Sed cum sæpe contingat in hoc genere scriptorum, si prodesse studiosis uelis, quæ prima est, ueraque causa scribendi, ut sententiis aliquorum aduerseris: doctorum uirorum, ac bene de literis meritorum: quod tamen modice feci, & quanta maxime potui dignitatis illorum habita ratione, nolim mihi irasci, siqui forte ad huc uiuunt eorum, contra quorum opiniones disputaui: nec uoluntati meæ, nulla suffusæ maleuolentia, succensere: neque enim mihi propositum unquam fuit ex aliorum erratis laudem mihi comparare: quod scripta etiam mea me tacente, declarant; meque hac culpa, siquis æquus iudex esse uelit, facile liberant»: Petri Victorii variarum lectionum libri XXXVIII (…), op. cit., p. 312.

76 «Neminem arbitror meliori side, & religione ac diligentia maiore in antiquorum scriptorum emendatione uersatum esse, quam Victorium, nam quandocumque uspiam hæret, ne antiquitati præscribat, ueterem seripturam uelut subscripta testatione repræsentat, & rem iudicio hominum relinquit: in quo ea pudoris ingenuitate est, ut de existimatione malit amittere quam per fucum hominibus os sublinere, & dum famæ consulit, uerum opprimere. Ego igitur e uestigiis illis antiquæ scripturæ quædam rimatus mihi uideor, quæ non indigna censui hac charta male conciliata (…)»: Adriani Turnebi philosophiæ, et Græcarum literarum regii professoris, aduersariorum libri triginta (…), op. cit., livre 19, ch. 28.

77 Op. cit. p. 163. En grec, βλιτóνoυς signifie idiot ; σϰυνδαΨóς est un instrument à corde mais peut vouloir dire « chose », « truc ».

78 Gulielmi Canten Vltraiectini Nouarum lectionum libri octo (…), op. cit.

79 Voir plus loin p. 28-29.

80 R. Titi, Locorum controuersorum libri decem, Florence, apud B. Sermartellium, 1583.

81 Yvo Villiomarus, In locos controuersos Roberti Titii Animaduersorum liber, Paris, 1586, p. 2: «Rustici etiam sumus, [nos Transalpini], ϰαι αμαθεισ, quod non ex una uocula aut syllaba unum integrum caput Variarum lectionum conficimus (…). Hoc est, quod Turnebus a uobis pulsatur, quod ingeniose nugator esse noulerit, cum in unicum caput Aduersariorum ea congessent, quæ uos uno libro uix explicaueritis». Voir A. Grafton, Joseph Scaliger: a Study in the History of Classical Scholarship, II: Historical knowledge, Oxford, Clarendon Press, 1993 (Oxford-Warburg Studies), p. 368-372.

82 Iani Rutgersii Variarum lectionum libri sex (…), op. cit.

83 «Vir eruditus, qui Donati commentarios auctiores e manuscriptis edidit, eos uersus hoc modo scribendos dicat (…). non uiderat, neque tunc constare rationem uersuum, neque Valgium id, quod uolebat Donatus dicere»: op. cit., livre 1 chap. 7, p. 19.

84 Op. cit., livre 1, chap. 5, p. 16.

85 Prima Scaligerana, (…), op. cit., p. 250-251 (le passage est extrait des altera Scaligerana).

86 « J’ay donné à Canter mes corrections sur fragmenta Poetarum. Il y a de bonnes choses dans ses Varia lectiones. J’y profite beaucoup. C’est un beau labeur quamuis non doctus. Il a leu tous les Auteurs Grecs pour recueillir cela » : op. cit., ad vocem « Center ».

87 Denys Lambin à Marc-Antoine Muret, Lucques, 1er août 1559 : « Miror te, cum scires me commentarios in Horatium iampridem scripsisse, et propediem in lucem proferre, atque edere cogitare, cumque adeo pleraque in eis partim meo rogatu, partim tua sponte legisses, amicitiam nostram, age, mitto amicitiam, humanitatem, œquitatem, omnium consuetudinem usque adeo neglexisse, ac parui fecisse : ut mihi meas uindemiolas præripere, mearumque uigiliarum fructum præcerpere conareris. Noncum queror de iis, quæ a me scripta, & tractata, & occupata tu tibi in tuis libris πλεoνετιϰῶς uendicasti. Est ne hominis politi, & communem hominum societatem sanctam, & inuiolatam tueri cupientis, parteis alienas sibi ultro arrogare, & uendicare ? Libros Variarum lectionum scribere cogitabas. Quam multi sunt alii ueteres scriptores, e quorum interpretatione & explicatione libros tuos ita concinnare poteras, ut eum scriptorem, quem ego mihi totum explicandum susceperam, non tangeres ? At habebas res quasdam singulares, quas si tum non ederes, uerebare ne tibi nullum fructum ferrent, posteaquam commentarii mei exiissent. At erat tuum, qui te amicum meum profiterabis, amici tui gloria consulere magis, quam tuæ » : éd. Epistolae clarorum uirorum quibus ueterum autorum loci complures explicantur, tribus libris a Ioanne Michaele Bruto comprehensæ : atque nunc primum in lucem editæ, Lugduni, apud haered. Seb. Gryphii, 1561, p. 413-414 (cit. Pierre de Nolhac, « Lettres inédites de Muret », dans Mélanges Graux : recueil de travaux d’érudition classique dédié à la mémoire de Charles Graux, Paris, E. Thorin, 1884, p. 381-403 (383 n° 1).

88 Voir plus haut p. 18.

89 Voir plus loin n. 94, p. 29.

90 Opere varie critiche di Lodovico Castelvetro (…), op. cit., p. 101: «Ma Mariano Savello non restò molto appagato di questa risposta: perchè fece intendere a Lodovico Castelvetro, che volentieri saprebbe l’opinione sua intomo a questo luogo. Il quale gliele disse, e fu questa: che col mutamento di tre lettere sole in tre vori si racconciava il sentimento, ne ci conveniva reicorrere questa soluzione, che si può domandare rifugio de’miseri, che ci sieno Istorie, o Favole, la cui notizia non sia peruenuta da’Greci a Latini. Era dunque da cambiare (…). Et il sentimento era tale: O Callisto gia beata Vergine Arcadiana, che salisti sul letto di Giove con quattro piedi, quando avesti migliore ventura di mia Madre, la quale con forma di fiera, con pilose membra, con occhio bieco avendo cambiari i dolorosi affanni mitighi la trasformazione, la quale Diana cacciò del Coro, e gli uomini la reputarono essere la figliuola de’Titani dalle coma d’oro, cioé essa Diana per cagion di bellezza. Ancora diceva, che si potea leggere λεαίvη da λεαίγoμαι Questa opinione del Castelvetro non dispiacque, & essendo comunicata da lui con Francesco Robortello, parve ad esso Robortello di pubblicarla, scrivendola in certo suo libro. Ma Cario Sigone da Modena, che si prese per impresa di biasimare ció, che aveva scritto Francesco Robortello in un suo Libro, intitolato Caroli Sigonii emendationes, in parte ancora biasimò questa opinione, dicendo, che λύπης per di Leonessa si doveva ritenere, e che e posta Leonessa in luogo d’Orsa, siccome i Poeti pongono Pollux pro Castore, Teucer pro Dardano, Scylla Nisi pro Scylla Phorci, Hectorea pro Aeneia, Pheneum pro Pallanteo, Sidonia Dido pro Tyria; e che dov’e scritto λύπης è da scrivere λείπης. A cui non è da dire altro, se non che è cosa molto differente quella, che adducce, e non conviene punto alla proposta materia, dove si parla d’occhio bieco, che per se ha il suo effetto, siccome hanno le qualità sopraposte Forma di fiera, Pilose membra senza giunta di animale (…)».

91 Sur cette dispute voir William McCuaig, Carlo Sigonio, the Changing World of late Renaissance, Princeton, Princeton University Press, 1989.

92 Dionysii Halicarnassei scripta quæ exstant omnia (…), opera et studio Friderici Sylburgii Veterensis, Francofurdi, apud haeredes Andreae Wecheli, 1586, f. *5r.

93 «(…) il quale [mio studio] per hora e tutto in esplicar Tantico governo delle provincie romane la quale materia si come e bella, cosὶ e sterile, et se non fosse la molta diligentia mia accompagnata da un certo giudicio naturale, temerá di non rispondere all’espettatione. ma so bene che Thonore non sara eguale alla’ fatica. Veggio tutto’l mondo scrivere Varie Lettioni, che non e altro che dire, quidquid in buccam, ma continuar una materia senza guida d’alcun antico, et trattarla plenamente, et methodicamente, questa reputi opera di Hercole, o da Carlo Magno, et non da Carlo Sigonio»: BAV, Vat. Lat. 4105, f. 239. Carlo Sigonio à Fulvio Orsini, Bologne, 9 janvier 1567.

94 Caroli Sigonii emendationum libri duo. Quorum argumentum proxima pagellæ indicabunt, Venedis, Aldus, 1557, 4°, [12], 159 f.

95 Voir plus haut, n. 60, p. 21.

96 Gulielmi Canten Vltraiectini Nouarum lectionum libri octo (…), op. cit., épître au lecteur, p. 11-13 : « Ea fere fuit, studiose Lector, quo tempore simul cum exorta typographia renata sunt littera, quorundam hominum in describendis & excudendis libris, qui sæculis multis misere in tenebris delituerant, partim inscientia, partim arrogantia, ut et ea quæ non poterant oculis caligantibus assequi, quouis modo proderent : & quæ propter antiquitatis ignorationem non intellexerant, audacissime & ineptissime deformarent : ac reiectis antiquæ scripturæ uestigiis, somnia nobis uanissima proponerent, quod ubi semel ii coeperant, ita pertinaciter idem urgebant institutum, qua si non alia re præclarius de humano genere, deque litteris omnibus mereri possent. Quo factum est, ut multis inquinati mendis auctores optimi primum in lucem prodierint, etiam sæpe mutili atque manci, nec raro aliena atque afficta pro suis et genuinis lectori obtrudentes, quod erat eo grauius malum, quo pluribus exemplis auctæ maculæ, et per orbem totum dispersa, nec non in alias editiones quasi per manus deinceps traditæ, omnium fere oculos atque ora suis inficiebant contagiis. Veruntamen, ut est ueritas temporis filia, nimis diu res hac latere non potuit, quin aliqui tandem elegantioris ingenii uiri fucum tam perniciosum sentirent, et e communi rerum præclarissimarum ignoratione uelut emergerent. Quare quod proximum uidebatur in tanta perturbatione auxilium, id arripuerunt auide, nec fecere negligenter, ut scriptos libros, qui tam fere omnium erant manibus excussi, tanquam oracula consulerent : & ex eorum comparatione, quæ alios latuerant, re diligentius perpensa eruerent : ac partim, & quidem ferme semper, antiquam scripturam, quæ aliorum fugerat oculos, & corruptela occasionem dederat, fideliter restituerent : partim etiam, cum nihil erat in antiquis codicibus prasidii (nam & illi nonnumquam fuerant non satis diligenter scripti) si quid ex ingenio, longaque obseruatione, ac diligenti bonorum librorum lectione conferre poterant, id non omitterent, quæ res quantum lucis ad intelligenda clarorum uriorum scripta contulerit, uix est ut quisquam se putet dicendo posse exprimere, presertim cum hoc illorum studio maxima cum utilitate quotidie cuncti fruamur. Atque hanc operam illorum alii singulos in libros contulerunt, quos a se totos emendari, perpoliri, & antiquæ restitui integritati posse credebant : alii, quæ uariis in auctoribus annotarant atque emendarant, in unum omnia locum collecta, iucundissimaque uarietate distincta sic in publicum emiserunt, ut auidissime fuerint ab omnibus arrepta. In his fuere nostra memoria, ne cunctis recensendis fiam longior, apud Italos P. Victorius & F. Robortellus : apud Gallos M. A. Muretus & A. Turnebus : apud Belgas nostros P. Nannius & A. Iunius. Neque uero mirum sit, hoc scribendi genus permultos exercuisse, quod præter usum singularem non iniucundam tam scriptionem quam lectionem habeat. Etenim que rebus in omnibus est iucunda uarietas, ea scriptionis hoc genus multo ceteris suauius apud omnes efficit, cum de uariis quasi floribus lepidissimum texitur sertum, uereque durabilis corona ».

97 Johannes Sambucus à Crato von Kraftheim, fin 1575 : « (…) Variarum lectionum libri, quas Aduersaria et Miscellanea uocant » : op. cit., n. 57, p. 21. Antonio Agustín loue les Adversaria de Turnèbe, « un libro muy bleno de emendaciones, y interpretaciones de muchos autores (…) » : A. Augustin à Geronimo Zurita, Lérida, 25 décembre [après 1565], éd. Diego Iosef Dormer, Progressos de la historia en el reyno de Aragon (…), En Zaragoza, per los Herederos de Diego Dormer, 1680, p. 384.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1074/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1074/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 174k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search