Version classiqueVersion mobile

Traduire et adapter à la Renaissance

 | 
Dominique de Courcelles

Points de vue et images du monde

Anamorphoses de textes géographiques de Strabon a Giovanni Botero

Marc H. Smith

Texte intégral

1Notre journée d’étude a mis en lumière divers facteurs qui pouvaient, à la Renaissance, influer sur les traductions et les adaptations de livres : à la fois sur le choix des textes et sur les modes de leur élaboration. Je vais pour ma part m’éloigner quelque peu de la question de la traduction proprement dite, et des ouvrages littéraires ou philosophiques dont il a surtout été question jusqu’ici, pour aborder le domaine des traités de géographie, qui permet d’illustrer quelques autres modes de l’adaptation incessante du savoir à travers une série de textes.

2La connaissance du monde aux XVe et XVIe siècles ne s’est pas étendue seulement grâce à Christophe Colomb, aux découvreurs de nouveaux mondes et aux cartographes. La circulation des textes, sous des formes très ductiles, malléables, a joué aussi un rôle primordial. A la base de la géographie de la Renaissance, se trouve en effet, on le sait, la réappropriation des géographes antiques, au premier chef Ptolémée et Strabon. La géographie moderne naît de la traduction de leurs textes d’abord, dans la première partie du XVe siècle, puis de l’adaptation progressive de ceux-ci, non sans déchirements, aux données issues de l’expérience contemporaine. Ce n’est que dans le dernier quart du XVIe siècle, environ, qu’on peut considérer que cette mue s’achève, et que l’accumulation des données nouvelles, constituée en un corps homogène et autonome, remplace, pour l’essentiel, la tradition gréco-romaine.

  • 1 Pour le débat concernant l’apport de l’imprimerie aux progrès de la géographie (capitalisation du (...)

3Ces données nouvelles, cependant, et c’est sur quoi il faut ici insister, subissent elles aussi des avatars textuels tout à fait comparables aux traitements subis par les ouvrages des Anciens. Ici encore, le savoir circule grâce à l’adaptation textuelle sous ses diverses formes : traduction, citation ou plagiat, correction et adultération, broderie de l’imagination, censure, distillation, contraction, amputation. La reconstitution de ces filières de la tradition permet d’apercevoir la manière dont se constitue un savoir nouveau, par accumulation, certes, mais aussi par sélection, par déformation, par confrontation des données disponibles : quête tâtonnante qui n’est pas toujours ce progrès rectiligne qui a trop longtemps été l’idée fixe des historiens des sciences. On verra, par exemple, comment peuvent être réinjectés dans le courant des connaissances, par l’initiative malheureuse d’un éditeur, des textes totalement périmés malgré une mise à jour hâtive et grossière1.

4Mon intention est d’illustrer en outre dans un champ donné, celui de la géographie, cette vérité, bien banale sans doute, que toute image du monde se constitue à partir d’un point de vue déterminé. Les déformations de cette image méritent le nom d’anamorphoses en ce qu’elles désignent inévitablement le centre, le foyer où la perspective les recompose de manière intelligible : un savoir commun, du moins en partie, circule d’un texte à l’autre, mais l’accent est mis, selon les intentions, les intérêts particuliers, l’origine nationale de chaque auteur, sur des aspects différents.

  • 2 Pour ne pas entrer dans une bibliographie pléthorique, renvoyons à l’excellente synthèse de Numa B (...)

5Rappelons aussi brièvement que possible la place bien connue des Anciens dans cette histoire, et surtout le rôle de Ptolémée et Strabon2. La géographie de Ptolémée, après une partie de principes généraux, est un gigantesque catalogue de toponymes assortis de leurs coordonnées dans une grille mathématique ; cette énumération prend son sens spatial grâce aux cartes qui accompagnent le texte. Sa fortune commence avec la traduction latine qui en est faite en 1409 à Florence. Une première version médiocre, et où manquent encore les cartes ; ces vingt-sept cartes, remontant sans doute au IIIe siècle, sont bientôt ajoutées au texte latin. Aux cartes antiques s’ajoutent progressivement, à partir de 1427 au moins, des cartes modernes, élaborées en grande partie grâce aux cartes-portulans des marins pour les côtes, et aux itinéraires de voyageurs pour l’intérieur. Les cartes antiques elles-mêmes sont revues, les projections améliorées, notamment par les mathématiciens allemands. La tâche la plus difficile, pour les géographes humanistes, sera de réussir à établir des correspondances minutieuses entre les toponymes antiques et modernes. Opération parfois douloureuse et qui dans bien des cas revient à corriger le vénérable Ptolémée : mais il restera toujours des incohérences criantes entre les deux séries parallèles de cartes, anciennes et modernes.

6Ptolémée n’est donc pas un texte à proprement parler, on ne peut pas le lire, c’est un objet d’étude ; et beaucoup de ses « lecteurs », probablement, ne devaient fréquenter que les cartes. Strabon, lui, est plus accessible : il offre une description de la géographie physique et humaine, économique, politique, historique, voire mythologique, du monde connu au Ier siècle. Mais, si le texte grec fut disponible dès la première moitié du XVe siècle, il ne fut traduit en latin qu’en 1453, et son succès reste faible jusqu’à la fin de ce siècle : c’est un apport moins révolutionnaire que celui de Ptolémée. Au XVIe siècle, il sera cependant bien plus utilisé, et il servira de modèle, au milieu du siècle, à la grande entreprise de la Cosmographie de Sébastien Münster, dont il sera question plus loin. De Strabon, il n’y a pas de mise à jour progressive comme pour Ptolémée (il est clairement lié à un moment historique), mais il sert de source pour nourrir les descriptions modernes, notamment dans la Cosmographie de Pie II (publiée en 1477). Ptolémée et Strabon sont les modèles, l’un de la cosmographie more mathematicorum, l’autre de la géographie descriptive et narrative more historicorum.

7Le cas de Ptolémée montre bien avec quelle prudence il faut manier les notions de traduction et d’adaptation. C’est un des meilleurs exemples de ce que peuvent être à la Renaissance les avatars d’un texte. Le texte antique et ses cartes sont complétés par des cartes nouvelles. Mais il s’agit aussi de faire de l’ouvrage de Ptolémée une description du monde qui soit lisible : on procède à la fin du XVe siècle à l’adjonction, en appendice, de compilations descriptives, d’un esprit encore « médiéval » pour les premières. En 1480 surtout, de manière plus audacieuse, un Florentin, Francesco Berlinghieri, tourne Ptolémée en vers toscans — tour de force poétique —, sur le modèle antique de la géographie didactique en vers de Denys le Périégète.

  • 3 [Francesco Bellinato], Discorso di cosmografía in dialogo…, dédicace (je cite d’après l’éd. de Ven (...)

8Dans la seconde moitié du XVIe siècle, au terme du travail de mise à jour des humanistes, Ptolémée est remis à sa place historique, l’ancien et le moderne s’écartent à nouveau. Son nom reste cependant synonyme de maîtrise de l’espace, notamment par la carte, et on le retrouve employé pour baptiser des ouvrages qui n’ont plus rien à voir avec son œuvre. Ainsi un petit manuel de géographie de 1573, sous la forme pédagogique de questions et réponses, et où il ne subsiste plus rien d’antique, se présente encore comme un « bref résumé des cartes de Ptolémée »3. Il faut comprendre ici : des cartes modernes des éditions de Ptolémée. C’est une pseudo-adaptation, et le contraire d’un plagiat : on invoque un auteur à qui l’on n’a rien pris, pour se parer du prestige de son nom.

9Laissons ici Ptolémée et Strabon. Ces quelques rappels n’avaient que deux objectifs : d’une part, les textes « modernes » des humanistes dont il va être question maintenant ne se comprennent que sur l’arrière-plan antique. Mais surtout, par le travail effectué sur la géographie antique, et avant tout sur Ptolémée, la géographie de la Renaissance, loin d’être une science tout empirique, se place d’emblée sous le signe de la traduction et de l’adaptation progressive des textes.

10J’envisagerai successivement deux cas pour illustrer la circulation des notions géographiques, à travers des tableaux du royaume de France. Tout d’abord un texte italien qui manifeste la peine qu’ont les hommes du premier XVIe siècle à faire se correspondre les données textuelles, cartographiques et d’expérience. Cette difficulté est un ingrédient essentiel des déformations qui apparaissent dans tout essai d’adaptation d’un ouvrage géographique. Ensuite, je montrerai les avatars de l’image du royaume à travers une série déterminée d’adaptations progressives, une sorte de « téléphone arabe » qui part d’une image extrêmement riche et complexe pour aboutir à un condensé parfois méconnaissable.

11Il s’agit ici de filiation de textes, mais non pas au sens d’une recherche de sources habituelle, où il faut démêler dans un ouvrage l’enchevêtrement de fils plus ou moins étroitement tissés ensemble. En effet, le travail du géographe, quand il prétend couvrir toutes les terres connues, s’apparente souvent moins à ce tissage qu’au patchwork : la matière même s’y prête, le découpage géographique correspond dans beaucoup de cas à un découpage par auteurs. Sur des aires géographiques précises, il devient possible de se servir d’un ou de deux textes faisant autorité : soit un voyageur en a rapporté une description détaillée (notamment pour les contrées les plus lointaines et les moins fréquentées), soit un habitant d’un pays donné s’est efforcé de composer une géographie de sa patrie, réutilisable au prix de quelques aménagements. L’opération, dans ce dernier cas, s’apparente à la traduction en ceci qu’elle rend disponible des connaissances qui souvent n’étaient pas destinées, à l’origine, à sortir d’un pays donné. J’envisage donc ici l’adaptation des textes dans un sens élargi, pour prendre en compte le cas des textes non pas transposés isolément, mais intégrés dans un autre texte plus vaste, en perdant dans cette confluence leur titre et leur auteur.

12Envisageons d’abord un ouvrage paru en 1557 à Bâle, chez Henricus Petri, les Geographiae commentarii libri XI donnés sous le nom d’un Vénitien, Domenico Mario Negri. C’est une étrange compilation où le plus gros semble provenir des sources classiques : non seulement Ptolémée et Strabon, Pomponius Mela et Pline l’Ancien ou Diodore de Sicile, mais la foule des historiens, notamment César, et des poètes. Le tout visiblement confronté, par un souci louable, avec des cartes anciennes et modernes, même si l’ouvrage lui-même n’en contient pas. Travail d’humaniste, donc, mais étonnamment mal maîtrisé. L’« éditeur scientifique » du texte, un Suisse, Wolfgang Weissenburger, note lui-même dans la préface qu’il a relevé un bon nombre de bévues pour les pays allemands, dont il a une certaine connaissance personnelle, et qu’il s’est efforcé de les rectifier. Cette remarque pointe du doigt l’écart qu’il y a souvent entre la géographie « de cabinet » et les données d’expérience.

13Negri cherche à localiser les toponymes par des correspondances entre noms anciens et modernes, en se fiant uniquement, semble-t-il, à un sens de l’étymologie qui lui fait largement défaut et à deux cartes ptoléméennes (« ancienne » et « moderne ») d’une famille bien représentée dans les manuscrits du XVe siècle, et qui se retrouve dans l’édition de 1482 de la Geografía de Berlinghieri. Les noms modernes qu’il indique, souvent méconnaissables, se retrouvent facilement sur ces cartes.

  • 4 Domenico Mario Negri, Geographiae commentariorum libri XI, Bâle, 1557, p. 47-48.

14La bévue la plus intéressante peut-être concerne la Loire. Selon Negri, le nom « barbare » (i. e. français) du Liger est Lecher. On pourrait, à la limite, imaginer une erreur de transcription. Mais voici venir, de l’est, et par la droite, un affluent, dit Era, qui descend des monts d’Auvergne, et qui, bizarrement, « enlève » (aufert) son nom au Liger (c’est-à-dire lui donne le sien propre) seulement bien plus loin en aval, à l’embouchure4. Quand on sait en outre qu’Era désigne en fait, depuis des siècles, en italien, la Loire (Lera> l’Era), on peut être perplexe. Sauf si on se reporte aux cartes. Sur celles-ci, en effet, en remontant la Loire depuis l’embouchure, on trouve d’abord la légende lera, et un peu plus haut ligeri. Puis vient un confluent, en amont duquel on lit à gauche lera, à droite lecher. Celui-ci, évidemment, n’est autre que le Cher. Negri a interverti le fleuve et l’affluent, en grande partie parce que ces deux notions, évidentes pour nous, ne possèdent alors pas de terminologie claire.

  • 5 Ibid., p. 52.

15Le reste de cette compilation hâtive est du même tonneau, les erreurs faisant « boule de neige ». Avaricum, naturellement, est sur la Loire, de même que Bourges (qui, soit dit en passant, est donnée pour capitale de l’Auvergne), et Negri, de surcroît, les considère à tort comme deux lieux distincts. Il énumère correctement sur la Loire Tours, Blois et Orléans, sous leurs formes italiennes habituelles (Tors, Bles, Orlians)5, mais situe tout à fait ailleurs le peuple gaulois des Turones, ainsi que la ville de Cenabum (en réalité Orléans, comme on le sait) qu’il identifie avec l’ancienne Autricum (en réalité Chartres), ville des Carnutes (il est ici dans le vrai), devenue aujourd’hui, dit-il, Arnontae (sic). La rivière Matrona (Marne), est pour lui devenue l’Esne (Aisne), et ainsi de suite.

  • 6 Ibid., p. 51.

16On pourrait continuer longtemps cette plaisante énumération. Essayons plutôt de mesurer les déformations de l’espace, dans leurs grandes lignes. D’une part, plus on s’éloigne de l’Italie, moins Negri est exact. Ou plutôt, il n’est relativement précis que pour le Midi méditerranéen et la vallée du Rhône. Le reste de la France est dans le plus épais brouillard ; notamment, au plus loin, la Normandie et la Picardie. Dans cette obscurité résistent quelques faibles lueurs. Si Tours, Blois et Orléans lui sont sans doute assez familiers, c’est que ces villes sont illustrées par les séjours des rois dans le Val de Loire et, surtout, qu’elles se trouvent sur deux des principales routes au sud de Paris, sillonnées par nombre d’Italiens. Les notions qui ont un faux air de familiarité s’imposent en effet plus facilement que les autres. Negri appelle Angers Angires, mais précise qu’on l’appelle aussi Anzò6 ; or il s’agit moins ici d’une confusion entre la capitale et sa province (Angers et Anjou), que du désir de placer dans l’espace le nom d’Anjou, familier à tout Italien à cause de la dynastie des Angevins de Naples.

  • 7 Ibid., p. 55-56.
  • 8 Ibid., p. 55: « Et si ad veteres historias nihil proficiant, ad posteriores tamen non inutiles put (...)
  • 9 Ibid., p. 68.
  • 10 Ibid., p. 56.

17Pour le reste, Negri a une très pâle idée de la hiérarchie des villes. En Picardie et Artois, par exemple, où il s’évertue en vain à situer au jugé Amiens et Arras, inextricablement confondus, et quelques autres lieux anciens7, il énumère quatre noms modernes seulement : Monseler (Montreuil), Dorlans (Doullens), Blangi (Blangy-sur-Bresle) et Sampol (Saint-Pol-sur-Ternoise), sans en donner d’équivalent latin, parce que, dit-il, ce sont des lieux d’importance, « et s’ils ne sont d’aucun secours pour l’histoire ancienne, je pense qu’ils ne seront pas inutiles pour celle à venir »8. La capitale même du Dauphiné, Grenoble, estropiée (par une abréviation non résolue) en Gnopoli, est qualifiée de simple oppidum, et identifiée à l’ancienne Vasion, urbs opulentissime9. Les cartes n’indiquant pas non plus les limites précises des provinces, leur importance respective est tout aussi vague. La Champagne est chez Negri une regiuncula10 (sur la carte de Berlinghieri, elle se perd partiellement dans le pli de la reliure). Inversement, il étend la Provenza, nom familier, à toute l’ancienne Narbonnaise. Autre détail intéressant : entre les principaux affluents du Rhône que sont l’Isère et la Durance, Negri en indique un troisième, la petite Sorgue. Si Negri la retient, c’est comme une des rivières françaises les plus célèbres en Italie, moins par sa présence fugitive chez Strabon (IV, I, 11) que grâce au séjour de Pétrarque auprès de sa source, la fontaine de Vaucluse.

18La nature du texte, ses sources et quelques détails (comme l’emploi récurrent du mot « barbare » pour désigner tout ce qui n’est pas italien), trahissent en réalité une date de composition qu’il faut ramener vers le début du XVIe siècle. Il est d’autant plus étonnant qu’on ait repris cette vieillerie humaniste un demi-siècle plus tard, à un moment où les progrès de la cartographie auraient dû la discréditer sans appel, au premier regard. Weissenburger semble tout ignorer de l’auteur de l’ouvrage qu’il édite : c’est seulement, dit-il, un manuscrit qu’il a trouvé et décidé de publier.

  • 11 Roberto Almagià, « Miscellanea geografica, I : Un singolare plagio geografico », dans La bibliofil (...)

19L’ouvrage de ce Negri, personnage toujours non identifié, contient en réalité le même texte, à peu de chose près, qu’un traité manuscrit datant de 1309, conservé au Vatican, sous une autre signature, non moins inconnue, celle d’un humaniste du nom de Sebastiano Compagni, qui dédia ensuite son manuscrit à Léon X. Roberto Almagià s’est aperçu le premier de cette parenté inavouée, et a désigné Negri comme le plagiaire11. A la comparaison, on voit qu’il existe quelques différences entre les deux textes, mais elles restent dérisoires par rapport à l’évidence de la copie. Ces différences ne permettent cependant pas d’être certain, en dépit des dates apparentes des textes, que celui de Negri ne reflète pas en réalité un modèle antérieur à Compagni. Qui est le plagiaire ? Sur plusieurs points, les renseignements de Compagni sont un peu meilleurs que ceux de Negri (il ne commet pas l’extraordinaire bévue sur le Cher), et on pourrait être tenté de penser qu’il a amélioré le texte qu’il reprenait à son compte. Un autre indice peut laisser soupçonner l’antériorité d’un manuscrit vénitien : quelques toponymes sont donnés dans les deux textes sous des formes typiquement vénitiennes, comme Anzò (Anjou) ou Zampagna (Champagne). Mais le premier auteur peut avoir, par exemple, repris ces noms sur une carte vénitienne…

20Le texte de Compagni-Negri, par les distorsions qu’il impose à l’espace, montre bien, quelle qu’en soit précisément, en définitive, la ville d’origine, combien l’image du monde, même celle de l’Europe, se déforme au fur et à mesure qu’on s’éloigne du point de vue de l’observateur : il n’y a aucune commune mesure entre la précision des connaissances sur la Provence et le flou qui règne en Picardie. Cette disproportion reflète la somme des données textuelles et d’expérience, le midi de la France étant à la fois la région la mieux traitée par les géographes anciens et une des plus fréquentées par les contemporains. Strabon est sans doute responsable de la plus grande abondance de matière qui se trouve à la disposition de l’auteur moderne au sujet de la Provence ; mais une connaissance moins livresque permet seule de mettre en œuvre dans l’espace cette matière en limitant les erreurs. Le rapprochement même des noms antiques et modernes, qui sur place était souvent relativement bien connu (on savait à Orléans qu’on se trouvait à l’emplacement de l’ancienne Cenabum), nécessite, à distance, des efforts autrement plus hasardeux, et la confrontation des cartes de Ptolémée, comme je l’ai dit, n’y suffit pas, puisqu’elles sont elles-mêmes inexactes.

21Compagni et Negri illustrent, jusque dans les menues corrections qui les distinguent, l’effort difficile des humanistes pour adapter la matière classique aux données modernes, afin que celles-ci et celle-là s’éclairent réciproquement. Ils prouvent plus encore combien ces humanistes, surtout quand ils ne sont pas de très haute volée, éprouvent de peine à s’extirper d’une conception essentiellement textuelle et discursive du savoir, même pour représenter l’espace, parce que l’image (en l’occurrence la cartographie) et l’expérience n’ont pas acquis encore pour eux la dignité et l’autorité de la parole transmise. Les textes se fabriquent à partir des textes. On le verra à nouveau tout de suite.

  • 12 N. Broc, op. cit., chap. VI.

22L’édition de Negri en 1557 est le chant du cygne, ou le dernier croassement, de la géographie humaniste classique. Il est déjà démodé depuis 1544 par la parution d’un tout autre ouvrage, la Cosmographie composée par Sébastien Münster, le « Strabon de l’Allemagne », en qui on a vu le père de la géographie moderne. Cet ouvrage représente en son temps, comme on l’a dit, l’« apogée du genre descriptif »12. Il accueille dans un grand désordre les renseignements les plus divers : histoire, généalogie, faune et flore, économie, etc. Il juxtapose de brefs paragraphes sur des sujets précis et les entrecoupe d’illustrations, de vignettes représentant des villes (de manière symbolique ou plus réaliste), d’animaux, de plantes, voire de petites scènes n’ayant aucun rapport avec le texte ; à quoi s’ajoutent de nombreuses cartes de tous formats et de qualité inégale. Le sens de la synthèse, ou du moins de l’abréviation, mêlé à un goût inépuisable de la variété, avec même un penchant pour le merveilleux, les prodiges naturels, en font une œuvre extrêmement lisible.

23Le texte est publié à de nombreuses reprises en allemand à partir de 1544 puis en latin à partir de 1550. Il est traduit en français (1552 = 1553 n.s.), en anglais (1553) en bohémien (1554), en italien en 1558. On a compté quarante-six éditions jusqu’en 1650. La répartition des éditions, où les pays allemands l’emportent de loin, reflète le germanocentrisme de Münster. Sur la base de la géographie antique, il a développé surtout, au moyen d’une vaste enquête, la partie consacrée aux pays allemands et en général à l’Europe centrale et septentrionale. Il apporte aussi du neuf sur la Scandinavie ; pour l’Italie, il est surtout disert sur le Trentin et l’Adige. Plus les pays sont lointains, plus ses renseignements, à nouveau, sont banals. Cette marque du point de vue allemand se reflète, donc, dans le succès qu’il rencontre surtout en Allemagne, aussi bien que dans la traduction effectuée en Bohême.

  • 13 Index des livres interdits, dir. J. M. De Bujanda, t. III, Index de Venise, 1549, Venise et Milan, (...)
  • 14 Antonio Possevino, Bibliotheca selecta qua agitur de ratione studiorum in historia, in disciplinis (...)

24La traduction italienne, elle, reste unique. Il ne devait convenir aux doctes italiens ni par sa forme disparate, ni par le traitement trop superficiel de la Péninsule, qui souffrait de la comparaison avec la Descrittione di tutta Italia de Leandro Alberti parue en 1550. Mais ce qui devait surtout lui nuire, c’est qu’il était protestant, et même théologien ; ce n’est pas un hasard, si l’unique édition italienne fut imprimée à Bâle. Münster fut inclus avec tous ses ouvrages dans l’Index de Venise et Milan en 1554, puis dans ceux de Rome en 1557, 1559 et 156413. Le jésuite Possevino, dans la bibliographie géographique de sa Bibliotheca selecta, en 1593, où se côtoient les auteurs les plus disparates, passe Münster sous silence14. Pourtant, nous allons voir par quelles voies détournées on le retrouve lu et utilisé, justement, par un autre illustre jésuite italien.

  • 15 Michel Simonin, « Les élites chorographes, ou de la Description de la France dans la Cosmographie (...)
  • 16 Sur la question des cartes, voir Numa Broc, « Les cartes de France au XVIe siècle », dans Voyager (...)

25En France, il y eut plusieurs éditions rapprochées (1353 n.s., 1555, 1565, 1568), avant la version augmentée de François de Belleforest en 157515. Sur le royaume, Münster n’avait pourtant pas obtenu des Français les renseignements qu’il avait sollicités. Il reprenait la carte d’Oronce Fine, qui remontait à 152516, puis donnait plusieurs pages d’histoire, et trois sur Paris, texte et plan, le tout de seconde main. Puis une douzaine de pages sur diverses villes de France, illustrées de petites vues de fantaisie ; une liste de concordances entre noms anciens et modernes ; une sèche énumération des régions de la France ; un rapide tableau de la fertilité du pays, repris de Strabon ; une description des mœurs des Gaulois et un développement sur le Parlement de Paris, lesquels proviennent tous deux tels quels du Omnium gentium mores de Joannes Boemus (Augsbourg, 1520), qui lui-même recopiait l’un derrière l’autre, sur les Gaulois, César (B. G., VI, XI-XX) et Strabon (IV, IV). Enfin des informations sur les institutions et la succession royale, d’après les Italiens Paul Émile (De rebus gestis Francorum) et Raffaele Maffei Volterrano (Commentariorum urbanorum… libri), suivies d’une généalogie complète de la dynastie. La plupart de ses sources textuelles, quand elles ne sont pas antiques ou médiévales, datent donc au plus tard des années 1520. On note cependant que les excursus historiques sont adaptés selon les éditions, au coup par coup, par des mises à jour : dans l’édition italienne de 1558, on trouve un passage sur les hostilités entre Henri II et Charles Quint autour de la campagne du Rhin de 1552 (date de la mort de Münster).

  • 17 François de Belleforest, La cosmographie universelle de tout le monde…, auteur en partie Muenster, (...)

26Malgré le succès de Münster en France, son traitement du royaume ne suffisait pas. François de Belleforest publia en 1575, en trois volumes, sa traduction corrigée et augmentée, La cosmographie universelle de tout le monde17 Il y traduit le texte de Munster en l’assortissant de ses commentaires, de ses critiques et de divers compléments, rigoureusement signalés par la typographie. Le texte de Münster n’est donc pas considéré ici comme une matière brute appartenant à celui qui voudra en faire son profit, et la part de chacun est bien marquée. La renomméé de Münster (attestée entre autres par Montaigne) est peut-être un des motifs de cette rigueur : un plagiaire n’aurait dupé personne. Par ailleurs, c’est aussi se mettre en valeur que de souligner tout ce que l’on a su ajouter à un livre déjà flatteusement connu.

  • 18 Voir la belle étude, citée ci-dessus, de M. Simonin.
  • 19 Hugues Neveux, « Les paysages campagnards français dans la Cosmographie de François de Belleforest (...)
  • 20 André Thevet, Cosmographie universelle, Paris, 1575, 4 t. en 2 vol. La France se trouve au t. III, (...)

27La France, surtout, occupe désormais une place sans commune mesure avec celle que lui réservait le texte original. Cette description entièrement nouvelle a été réalisée (comme celle de l’Allemagne par Münster) grâce à une vaste enquête par correspondance auprès des lettrés et des autorités de toutes les provinces du royaume18. Sur des centaines de pages, s’égrènent les provinces, les villes, leur histoire (très abondamment représentée), mais aussi leurs curiosités naturelles, leurs particularités institutionnelles, les qualités du terroir, les mœurs des hommes. Le royaume, simplement décrit depuis quinze siècles comme uniformément beau et riche, sans beaucoup plus de nuances, comme un vaste champ ou s’éparpillait une foule de villes que seule leur histoire distinguait, déploie désormais une diversité naturelle et humaine inépuisable. Les paysages des campagnes avaient beau n’occuper que cinq pour cent du texte et être présentés, sans unité, comme une mosaïque centrée sur les villes19, ils n’en donnaient pas moins à l’espace un sens nouveau, d’autant plus visible si on compare l’œuvre de Belleforest à celle, contemporaine, homonyme, rivale et moins heureuse, d’André Thevet : l’histoire et les monuments urbains y dominent encore presque exclusivement, et les provinces y forment un cadre abstrait, ptoléméen, comme une carte purement verbale, assignées qu’elles sont dans l’espace par l’énumération de leurs limites, mais dépourvues d’individualité physique20.

28L’inconvénient, pour l’exportation de Belleforest, réside dans le fait qu’il avait écrit en français, et ne fut jamais même traduit en latin. C’était véritablement un Münster à l’usage des Français. Cela suffisait pour limiter considérablement sa faveur à l’étranger. Pourtant les nouveautés qu’il apportait sur la géographie moderne de la France ne passèrent pas inaperçues de tous les étrangers, à une époque où le royaume, en raison de l’actualité politique et religieuse, attirait beaucoup de regards.

  • 21 Giovanni Botero, Le relationi universali (je citerai d’après l’éd. de Venise, 1599).

29Le dernier tiers du siècle voit se développer en Italie un genre nouveau, une géographie politique et exclusivement contemporaine ; dans une Italie qui, grâce à une ère nouvelle de paix, et à la faveur des troubles qui agitent désormais le reste de l’Europe, devient comme un observatoire du destin des États, et s’engoue de science politique. Le sommet de cette nouvelle géographie, qui présente des rapports évidents avec le genre officiel, bien connu, des relations des ambassadeurs vénitiens, est l’ouvrage que publie en 1391 Giovanni Botero, Le relationi universali (titre lui-même révélateur de l’influence vénitienne), et qu’on peut qualifier de véritable traité de géopolitique tridentine. Le volume est partagé en trois parties, dont la première est proprement géographique, la seconde analysant les « forces » des différents Etats, et la troisième leur situation religieuse21.

  • 22 Federico Chabod, « Giovanni Botero », dans id., Scritti sul Rinascimento, 3e éd., Turin, 1981, p.  (...)

30La partie géographique concernant la France, divisée par provinces, est la première description du royaume qui ne s’intéresse qu’à son état présent, à ses villes, ses campagnes, ses hommes. Botero, jésuite, avait séjourné en France de 1565 à 1569, il avait enseigné dans plusieurs collèges, notamment à Billom, puis enfin à Paris. Comme agent du duc de Savoie CharlesEmmanuel Ier, chargé de quelque affaire qu’on ignore, il y était retourné pour plusieurs mois en 1585. Cette expérience, dit-on, aurait eu une part déterminante dans l’intérêt qu’il manifesta pour les questions politiques dans ses œuvres postérieures, qui sont les plus célèbres, alors que sa réputation jusque-là était celle d’un rhéteur et d’un poète22.

  • 23 Ibid., p. 377-430.

31Federico Chabod a montré, d’après les passages portant sur quelques pays, l’usage que Botero avait fait de ses prédécesseurs. Il a utilisé par exemple pour les Pays-Bas un ouvrage célèbre de Ludovico Guicciardini (Description des Pays-Bas, 1567), et, sur la Moscovie et sur les zones extra-européennes, un certain nombre de descriptions de voyageurs, reprises en bloc. Botero se limite pour l’essentiel à compiler, c’est-à-dire moins à résumer véritablement qu’à couper et coller, en ne choisissant même pas toujours avec une sagacité particulière ce qu’il reproduit. Il se laisse souvent séduire par l’anecdote, et impose rarement une vision d’ensemble personnelle et cohérente à son matériau, même sur des questions, comme le déterminisme du milieu, au sujet desquelles il a développé ailleurs un discours théorique ambitieux23.

32Pour l’Europe occidentale, plus familière, dont la connaissance passe par des canaux sans comparaison plus nombreux et plus complexes, faut-il penser à une synthèse plus originale ? Pour la France, en particulier, on pouvait supposer a priori que Botero aurait puisé dans ses souvenirs, dans une documentation recueillie sur les lieux. Or il n’en est rien, du moins dans la première partie (les analyses politiques et religieuses qui suivent semblent être, jusqu’à preuve du contraire, un reflet plus direct de l’expérience ou, du moins, d’une documentation variée). Tout le livre qui traite de la géographie de la France n’est qu’un abrégé, en une vingtaine de pages, de Belleforest. Pour son tableau méthodique et détaillé des villes et provinces Botero a utilisé comme source unique la Cosmographie universelle, dont il a extrait une description « moderne » en excluant d’abord toute la matière d’intérêt strictement historique, ce qui représentait déjà un dégraissage considérable. Dans la sélection ultérieure, parmi tout ce qui restait de ce premier tri, on constate à nouveau que l’anecdote n’est pas sans prendre parfois le pas sur les données plus concrètes (deux rivières normandes qui disparaissent sous terre, le laconisme des habitants de Châteaudun, etc.).

33A défaut de pouvoir présenter ici une comparaison suivie (que je réserve pour une prochaine étude), retenons du moins quelques exemples suffisamment éloquents. Voici, pour commencer, quelques lignes de Belleforest sur la ville de Provins :

  • 24 F. de Belleforest, op. cit., p. 355 (graphie modernisée).

« Ce qui donne nom par toute la France à la ville de Provins sont les roses rouges, lesquelles on renomme à Paris, et la grande quantité de conserve d’icelles qu’on fait en la susdite ville, desquelles on fait plus de compte que de toutes autres, à cause de la naïveté de cette drogue et la suavité des roses qui viennent en cette contrée »24.

  • 25 G. Botero, op. cit., Ire partie, p. 32.

34Botero, reprenant le passage, mentionne de la même manière que Provins fournit les plus belles roses vermeilles du royaume, « et se ne fanno conserve per ogni parte »25.

35Voici encore, d’après Belleforest, la description de Beauvais :

  • 26 F. de Belleforest, op. cit., p. 373.

« Or cette ville de Beauvais est posée en très belle assiette, ayant les monts non trop hauts et les collines fertiles d’un côté, les prairies et pâturages de l’autre et les terres labourables qui ne lui manquent non plus que le vignoble, afin qu’elle soit garnie de tout ce qui est requis a la vie de l’homme, ayant pour sa défense les murailles bien flanquées et remparées, les fossés très profonds et larges […] ; comme aussi le temps passé cette ville a été une des plus belliqueuses de la Gaule, et laquelle place est une des plus fortes et mieux dressées qu’on puisse voir en ce royaume »26.

36Il poursuit en vantant les toiles de lin et les serges que l’on y produit. Botero, comme précédemment, abrège :

  • 27 G. Botero, op. cit., Ire partie, p. 31.

« Siede in un sito bellissimo, ha da un canto monti et colline piacevoli e dall’altro pascoli e prati di rara amenità. E delle più forti piazze del regno et è piena d’huomini guerrieri e bravi. Vi si fanno rascie et tele eccellenti »27.

37Notons ici une approximation éloquente, dans le transfert de la vaillance des Bellovaques à leurs descendants contemporains de Botero : elle est révélatrice des conceptions ethnographiques anciennes en général et de Botero en particulier, qui postulent une continuité du caractère des peuples, justifiée par la théorie du déterminisme climatique.

38Botero avait le mérite de transmettre à ses lecteurs ce sens de la diversité française que Belleforest, à la différence de tous ses prédécesseurs, avait bien mis en lumière : le cadre spatial n’était plus une énumération de villes (sur le modèle antique), mais une répartition par provinces : l’économie en effet, et les conditions naturelles l’emportaient sur l’histoire. La présentation même, en paragraphes bien distincts, par provinces, donnait au texte, donc à l’espace, une clarté d’articulation nouvelle.

39Botero a cependant bouleversé l’ordre de présentation géographique : c’est une répartition symboliquement hiérarchisée chez Belleforest, en anneaux concentriques autour de Paris (la capitale, y compris Saint-Denis et le développement sur l’histoire et les institutions de la monarchie, occupe quelque cent vingt-cinq pages de la Cosmographie universelle). Botero, lui, recense les régions à partir du sud-ouest, en remontant puis en redescendant vers le sud-est, suivant en cela les géographes antiques, qui faisaient commencer la description de l’Europe par l’Espagne pour parcourir méthodiquement le continent d’ouest en est.

40Là où c’était nécessaire, Botero a aussi apporté des renseignements plus récents, comme (hors des frontières politiques de la France) sur Nancy récemment fortifié ou sur la Savoie, dont le poids politique va croissant à la fin du siècle. L’adaptation de la matière à ses fins est bien maîtrisée. On peut, certes, critiquer ses choix dans le détail : Lyon n’a droit qu’a trois lignes stéréotypées ; mais il a réussi à distiller des centaines de pages d’accumulation encyclopédique pour en tirer une synthèse courte et claire, en vue de fournir à ses lecteurs une connaissance pratique du royaume.

  • 28 F. Chabod, art. cit., p. 426.
  • 29 Gioseffo Rosaccio, Geografia di Claudio Tolomeo, tradotta di greco nell’idioma volgare italiano, e (...)

41Si Botero avait beaucoup copié, il fut à son tour aussitôt pillé de tous côtés28. Examinons, en 1599, la Geografía universale de Gioseffo (ou Giuseppe) Rosaccio. Elle est publiée en appendice d’une traduction italienne de Ptolémée par Girolamo Ruscelli, traduction remontant à 156129. L’œuvre de Rosaccio n’est en réalité qu’un abrégé de Botero. La comparaison montre cependant comment, à partir de Belleforest, le double travail de résumé, associé à des approximations excessives et à la tentation pour chaque auteur de singulariser ce qu’il écrit, de forcer ici et là le trait, peut aboutir à de véritables contresens.

42Retenons, parmi bien d’autres possibles, l’exemple de la Beauce, et suivons ses avatars. Chez Münster, qui traite de la France globalement, elle n’avait bien sûr reçu aucun traitement spécifique. Chez Belleforest, elle est précisément caractérisée comme :

« des plus fertiles de l’Europe en froments, de sorte que la Sicile ni l’Angleterre ne sont je ne dis pour la surmonter, voire ni pour égaler en telle fertilité. Aussi est ce pays beauceron un des principaux greniers et nourriciers de ce grand monde de Paris, tout ainsi que l’Égypte et la Sicile le furent de Rome. […] Ce pays est tout uni et posé en une perpétuelle montagne, sans que vous y voyiez un lieu plus haut que l’autre, et y est le plan et terroir si égal qu’il n’y a un seul fleuve qui y puisse courir pour avoir son cours en bas. Ainsi, toute la Beauce étant épuisée d’eaux, faut que les habitants tirent leur eau des lacs ou mares et des puits, lesquels dessèchent en plein été, ainsi qu’il advient en plusieurs endroits de la Gascogne… »

  • 30 F. de Belleforest, op. cit., p. 308.
  • 31 G. Botero, op. cit., Ire partie, p. 29 (« una perpetua schiena di montagna tutta uguale »).

43L’auteur ajoute encore qu’on trouve dans la Beauce « plusieurs villes et villages, mais qui ne sont de grand nom… »30. La condensation par Botero est ici, somme toute, modérée et fidèle : l’assiette du pays est définie comme « un dos perpétuel de montagne toute égale »31. Il retient encore l’absence de rivière, et la tendance des puits à s’assécher en été, ainsi que le faible nombre des villes, sinon de maigre importance. La fertilité du pays est résumée en une formule voisine de l’original : la Beauce produit autant de grain que la Pouille et la Sicile.

  • 32 G. Rosaccio, op. cit., IIe partie, p. 41 : « Beauce è un paese di sito tutto montuoso, posto sopra (...)

44Chez Rosaccio, à force de simplification, la région est soudain devenue méconnaissable : « La Beauce est un pays à l’assiette toute montagneuse, placé sur le dos de montagnes, privé de cours d’eau, et en été les puits même y sèchent tout à fait »32. Rosaccio précise encore que les villes (terre) de la Beauce sont petites mais fertiles en grains ; il omet cependant la comparaison flatteuse encore conservée par son modèle. En ce qui concerne le relief, il a clairement été victime de la formulation inventée par Belleforest, fort précise (une montagne aplatie), mais résumée d’une manière déjà moins explicite par Botero, pour désigner ce que nous appelons un « plateau ».

45Enfin la manchette (de l’auteur ou de l’éditeur ?) imprimée à proximité extrait la quintessence de cette description : « Beossa paese asprissimo senza fiumi. » Et le lecteur en vient à imaginer comme un archipel d’oasis au milieu de montagnes désertes et arides. De la description bien informée, voire de première main, on en est arrivé, en bout de chaîne, à l’évocation caricaturale de conditions géographiques extrêmes, semblant faire écho à la soif de merveilleux qui continue de se manifester plus ouvertement dans la description de régions plus exotiques.

46Federico Chabod a déjà défini avec équité la position de Botero dans les Relations universelles, d’après les sources qu’il avait identifiées. Pour ma part, je dirai peut-être ainsi : on ne saurait proprement appeler Botero un plagiaire (malgré sa discrétion, peut-être un peu honteuse, sur ses sources) ; parce que les textes qu’il a repris sont perçus moins comme un produit de l’esprit, comme l’œuvre d’auteurs, que comme le rassemblement commode de données qui, s’agissant de la réalité contemporaine, appartiennent à tout le monde. Du moins quand l’auteur est lointain et inconnu — les rapports haineux de Belleforest et Thevet montrent suffisamment que les rivalités immédiates, au contraire, sont plus sensibles. La compilation de Botero a un but pratique, celui de mettre à la disposition de chacun un savoir éparpillé. Sous une forme plus homogénéisée, son entreprise n’est pas sans parenté avec les grandes collections de textes de voyageurs que l’on publie à la même époque.

47Belleforest constitue le chaînon, l’« interface » unique, entre l’ouvrage d’un théologien protestant allemand et celui d’un jésuite italien. On pourrait décrire les avatars du texte de Münster comme des coups d’accordéon ethnocentriques : une partie disproportionnée sur l’Allemagne dans le texte allemand, puis le gonflement de la partie française, par le Français, et une contraction répétée en Italie, par Botero puis par Rosaccio.

  • 33 Parmi les études relatives (en tout ou en partie) au développement des représentations de villes, (...)
  • 34 Raccolta de le piú illustri et famose città di tutto il mondo, Venise, 1590, recueil gravé par Fra (...)

48On pourrait faire des remarques semblables sur d’autres types de documents, comme les recueils de vues de villes gravées. Chaque pays a gravé les siennes vers le milieu du siècle, parfois avant ; des recueils divers se sont formés. Braun et Hogenberg, entre 1572 et 1618, ont rassemblé pratiquement tout l’existant dans leurs Civitates orbis terrarum33. Et bientôt, ont commencé à circuler les abrégés de ce monument en six volumes in-folio ; notamment en Italie, en 1590 et après, de petites plaquettes où les magnifiques gravures sont réduites au format de cartes à jouer34 ; et l’ethnocentrisme italien se manifeste bien encore ici, puisque les villes d’Italie sont à la fois les plus nombreuses à être gravées, et placées en tête des recueils. Les atlas appelleraient des remarques semblables.

49Les mouvements de rassemblement exhaustif de données sont suivis de phases d’abréviation et de vulgarisation, adaptées à un public spécifique. Cette progression par contractions et dilatations successives, à la manière des chenilles, est une forme spécifique de circulation des textes, plus discrète que d’autres : ce n’est pas de la traduction proprement dite, parce que les textes perdent leur auteur, leur titre, leur autonomie et leurs proportions ; c’est plus que de la simple citation éparpillée, parce que ce sont des blocs cohérents de savoir qui sont soumis à un même processus mécanique ; c’est un mode pragmatique, et efficace, de diffusion et de digestion sociale des connaissances.

50Ce qui se marque dans ce processus, c’est aussi que la fragmentation du savoir par aires linguistiques n’a pu que s’accentuer avec l’essor de l’édition en langue vernaculaire et la définition de marchés éditoriaux nationaux. Si l’édition géographique en offre des exemples particulièrement caractéristiques, c’est qu’on y trouve la langue nationale associée à un objet dont la définition même, par la manière dont l’auteur et ses lecteurs se situent, dans un espace centré, porte une marque d’origine.

51L’isolement linguistique, qui aujourd’hui encore peut être constaté dans la diffusion problématique de travaux scientifiques rédigés dans des langues « rares », est aussi un phénomène de la Renaissance, en contrepartie de la constitution d’une « République des lettres », et, quoique dans une mesure variable, pour toutes les langues nationales. D’où le va-et-vient éditorial entre un marché national croissant en langue vernaculaire et un marché international en latin, avec des traductions dans les deux sens. A un mouvement ancien, « descendant », des langues les moins connues vers les plus connues (du grec voire de l’hébreu au latin, puis du latin au vernaculaire) ou « transversal » (d’une langue nationale à l’autre), s’en ajoute un autre — dont le cas de Münster offre aussi un exemple —, des langues nationales vers le latin, rendu nécessaire par l’élaboration nouvelle de savoirs en langue vernaculaire.

Notes

1 Pour le débat concernant l’apport de l’imprimerie aux progrès de la géographie (capitalisation du savoir ou pollution par la multiplication de documents périmés ?), voir notamment la discussion équilibrée d’Elizabeth L. Eisenstein, The Printing Press as an Agent of Change : Communication and Cultural Transformation in Early Modem Europe, nouv. éd., Cambridge, 1991, p. 508-519.

2 Pour ne pas entrer dans une bibliographie pléthorique, renvoyons à l’excellente synthèse de Numa Broc, La géographie de la Renaissance (1420-1620), 2e éd., Paris, 1986 (éd. orig., 1980).

3 [Francesco Bellinato], Discorso di cosmografía in dialogo…, dédicace (je cite d’après l’éd. de Venise, 1595) : « breve compendio delle tavole di Tolomeo ».

4 Domenico Mario Negri, Geographiae commentariorum libri XI, Bâle, 1557, p. 47-48.

5 Ibid., p. 52.

6 Ibid., p. 51.

7 Ibid., p. 55-56.

8 Ibid., p. 55: « Et si ad veteres historias nihil proficiant, ad posteriores tamen non inutiles puto futuras. »

9 Ibid., p. 68.

10 Ibid., p. 56.

11 Roberto Almagià, « Miscellanea geografica, I : Un singolare plagio geografico », dans La bibliofilia, t. 53, 1951, p. 62-65, rééd. dans id., Scritti geografici (1905-1957), Rome, 1961, p. 550-552.

12 N. Broc, op. cit., chap. VI.

13 Index des livres interdits, dir. J. M. De Bujanda, t. III, Index de Venise, 1549, Venise et Milan, 1554 (n° 431), et t. VIII, Index de Rome. 1557, 1559, 1564 : les premiers index romains et l’index du concile de Trente (n° 741), éd. J. M. De Bujanda, Sherbrooke (Canada)/Genève, 1987 et 1990.

14 Antonio Possevino, Bibliotheca selecta qua agitur de ratione studiorum in historia, in disciplinis, in salute omnium procuranda, Rome, 1593, t. II, p. 218 (XV, xx).

15 Michel Simonin, « Les élites chorographes, ou de la Description de la France dans la Cosmographie universelle de Belleforest », dans Voyager à la Renaissance (colloque, Tours, 1983), éd. Jean Céard et Jean-Claude Margolin, Paris, 1987, p. 433-451, à la p. 443 n. (N. Broc, op. cit., p. 83, donne en revanche 1552, 1560, 1572).

16 Sur la question des cartes, voir Numa Broc, « Les cartes de France au XVIe siècle », dans Voyager à la Renaissance…, p. 221-241.

17 François de Belleforest, La cosmographie universelle de tout le monde…, auteur en partie Muenster, mais beaucoup plus augmentée, ornée et enrichie… Paris, 1575, 3 vol. 

18 Voir la belle étude, citée ci-dessus, de M. Simonin.

19 Hugues Neveux, « Les paysages campagnards français dans la Cosmographie de François de Belleforest », dans Le paysage à la Renaissance, éd. Yves Giraud, Fribourg, Éd. universitaires, 1988, p. 35-41.

20 André Thevet, Cosmographie universelle, Paris, 1575, 4 t. en 2 vol. La France se trouve au t. III, livres XIV-XV (vol. II, fol. 506v-644). Sur le faible succès commercial de l’ouvrage, voir la thèse de Frank Lestringant, André Thevet, cosmographe des derniers Valois, Genève, Droz, 1991, p. 230 et suiv. La seule trace d’intérêt en Italie mentionnée par Lestringant (p. 232) est une lettre de Giovan Vincenzo Pinelli, s’informant auprès de Claude Dupuy pour savoir s’il vaut mieux se procurer Belleforest ou Thevet.

21 Giovanni Botero, Le relationi universali (je citerai d’après l’éd. de Venise, 1599).

22 Federico Chabod, « Giovanni Botero », dans id., Scritti sul Rinascimento, 3e éd., Turin, 1981, p. 269-458 ; sur les séjours en France, p. 274-275, 296-299.

23 Ibid., p. 377-430.

24 F. de Belleforest, op. cit., p. 355 (graphie modernisée).

25 G. Botero, op. cit., Ire partie, p. 32.

26 F. de Belleforest, op. cit., p. 373.

27 G. Botero, op. cit., Ire partie, p. 31.

28 F. Chabod, art. cit., p. 426.

29 Gioseffo Rosaccio, Geografia di Claudio Tolomeo, tradotta di greco nell’idioma volgare italiano, et hora nuovamente ampliata da Gioseffo Rosaccio… et una Geografia universale del medesimo, separata da quella di Tolomeo…, Venise, 1599.

30 F. de Belleforest, op. cit., p. 308.

31 G. Botero, op. cit., Ire partie, p. 29 (« una perpetua schiena di montagna tutta uguale »).

32 G. Rosaccio, op. cit., IIe partie, p. 41 : « Beauce è un paese di sito tutto montuoso, posto sopra la schiena di montagne, privo di fiumi, et nel tempo dell’estate vi seccano anche i pozzi affatto ».

33 Parmi les études relatives (en tout ou en partie) au développement des représentations de villes, retenons Friedrich Bachmann, Die alten Städtebilder : ein Verzeichnis der graphischen Ortsansichten von Schedel bis Merian, Leipzig, 1939 ; N. Broc, La géographie…, p. 184-185 ; Teresa Colletta, « Atlanti di città » del Cinquecento, Naples, 1984 (synthèse utile quoique à utiliser avec précaution) ; Mireille Pastoureau, Bibliothèque nationale : les atlas français. XVIe-XVIIe siècles, répertoire bibliographique et étude, Paris, 1984 ; Daniel Defert, « Les collections iconographiques du XVIe siècle », dans Voyager à la Renaissance…, p. 531-543 (aux p. 537-540) ; Jürgen Schulz, La cartografía tra scienza e arte : carte e cartografi nel Rinascimento italiano, trad. ital., Modène, 1990.

34 Raccolta de le piú illustri et famose città di tutto il mondo, Venise, 1590, recueil gravé par Francesco Valegio, devenu ensuite Le città del mondo (1599) ; mais il existe nombre d’exemplaires au contenu variable, et souvent dépourvus de page de titre. Il s’agit cartainement de vues d’abord vendues en feuilles (F. Bachmann, op. cit., p. 12).

Auteur

École nationale des chartes.

© Publications de l’École nationale des chartes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search