Version classiqueVersion mobile

Traduire et adapter à la Renaissance

 | 
Dominique de Courcelles

La « Silva de varia lección » de Pedro Mexía

Séville, 1540 ; Paris, 1552. Traduction et adaptation en Espagne et en France a la Renaissance

Dominique de Courcelles

A Jacques Monfrin.

Texte intégral

  • 1 Francisco Pacheco, Libro de descripción de verdaderos retratos de ilustres y memorables varones, 1 (...)
  • 2 Sur la dédicace de la Silva et son rapport aux différentes instances politiques et culturelles, Do (...)

1Lorsque Pedro Mexía (1497-1551) publie en juillet 1540 à Séville chez Dominico de Robertis la Silva de varia lección, il est cosmographe de la Casa de contratación de Indias de Séville depuis 1537, alcalde de la Santa Hermandad depuis 1538, « caballero veinticuatro » de l’administration municipale sévillane. Ses contemporains retiennent de lui « el uso de las matemáticas i astrología, en que era conocidamente el más aventajado, pues por eccelencia fue llamado el Astrólogo, como Aristóteles el Filósofo »1. Pedro Mexía est très pieux, attaché à la doctrine catholique, fier de sa castillanité. Il dédie la Silva de varia lección à Charles Quint dans la perspective de s’attirer les faveurs de l’empereur, car il aspire à devenir historiographe impérial2.

2Dès décembre 1540, une deuxième édition de la Silva est donnée, toujours à Séville, chez Juan Cromberger. L’ouvrage connaît un très grand succès en Espagne ; il a 29 éditions en castillan aux XVIe et XVIIe siècles :

  • 8 à Séville : Dominico de Robertis juillet 1540, Juan Cromberger décembre 1540 et 1542, Jácome Cromberger 1543, Sebastián Trugillo 1563, Hernando Díaz 1570, 1587 et 1596 ;
  • 10 à Anvers : Martín Nuccio 1544, 1546, 1550 et 1555, Viuda de Martin Nuccio 1564, Martin Nuccio 1593 et 1603, Viuda y herederos de Juan Bellero 1603 (2 éd.), Guslenio Jansens 1603 ;
  • à Madrid : Luis Sánchez 1602, Imprenta Real (à côté de Francisco García de Olmeda) 1643, Joseph Fernández de Buendía 1662, Imprenta Real 1669, Mateo de Espinosa y Arteaga 1673 (2 éd.) ;
  • une à Saragosse : Bartolomé de Nágera 1547 ;
  • une à Valladolid : Juan de Villaquirán 1 550-1551 ;
  • une à Venise : Gabriel Giolito de Ferrariis 1553 ;
  • une à Lyon : héritiers de Jacobo de Junta 1556 ;
  • une à Lérida : Pedro de Robles et Joan de Villanueva 1572.

3Pedro Mexía donne trois versions successives de la Silva. La première, en juillet 1540, comprend trois parties en cent dix-sept chapitres. En décembre 1540, le livre est réimprimé avec dix nouveaux chapitres chez Juan Cromberger. Pedro Mexía tient à ajouter une quatrième partie en vingt-deux chapitres, la plus courte, qui est publiée après les trois premières parties dans la neuvième édition de Juan de Villaquirán à Valladolid en janvier 1551, quelques mois après sa mort.

4La Silva est un recueil de miscellanea. La première partie en quarante-six chapitres est consacrée aux grands événements de l’histoire du monde, aux âges de l’homme et à l’éducation, à l’histoire des langues, à l’art de la parole et de la communication. La deuxième partie en quarante-cinq chapitres est consacrée aux lignages, aux puissances de la nature et des hommes, aux combats entre les êtres ; de nombreuses histoires portent sur le mariage, les rapports entre hommes et femmes. La troisième partie en trente-six chapitres, qui, selon Mexia, doit être particulièrement utile aux princes et chefs de guerre, reprend les grands thèmes humanistes de la mémoire, de l’imagination, des facultés et des grandes réalisations humaines. La quatrième et dernière partie en vingt-deux chapitres s’intéresse au principe et à l’origine des choses et des êtres et à la puissance ou à l’autorité qui en découlent, qu’il s’agisse de l’usage des anneaux, de la noblesse, de la traduction de la Septante, de la vie humaine, de la sagesse, du temps favorable aux entreprises, de Jérusalem, etc. Pedro Mexía traite tous ces thèmes à partir des livres des auteurs grecs et latins qu’il a lui-même lus dans leur langue d’origine, si elle est latine, ou dans une traduction latine effectuée par des auteurs récents qui sont en général des Italiens.

5La Silva en langue castillane est donc fondée sur des ouvrages en langue latine et participe du grand mouvement de traduction et diffusion des textes classiques de la fin du Moyen Age et du xvie siècle. La traduction de la Silva en langue française est effectuée à partir de la double lecture par le traducteur parisien Claude Gruget d’une traduction italienne du texte espagnol et du texte espagnol lui-même ; ce sont deux langues vernaculaires qui passent dans une autre langue vernaculaire. Le succès de la Silva castillane fait qu’elle est rapidement traduite dans de nombreuses langues vernaculaires et d’abord en italien.

6L’histoire de la Silva de varia lección permet donc d’examiner le rapport entre les langues grecque et latine et les langues vernaculaires, de considérer les enjeux du passage de la langue vernaculaire à l’imprimé et les modifications du statut d’un texte selon qu’il y a traduction ou adaptation de telle langue vers telle autre langue.

I. — 1540. DES LIVRES LATINS DE « GRANDE AUCTORIDAD » A LA « SILVA DE VARIA LECCIÓN » : UNE VARIANCE EN LANGUE CASTILLANE

  • 3 Voir Théodore S. Beardsley, « La traduction des auteurs classiques en Espagne de 1488 à 1586, dans (...)
  • 4 En 1576, la Silva de varia lección est connue au Mexique, comme le montre l’article de A. I. Léona (...)
  • 5 Francisco Pacheco, Libro de descripción…, p. 309.

7Dans la première moitié du XVIe siècle, Séville, riche et splendide, constitue le centre de publications le plus important d’Espagne, en particulier pour les ouvrages littéraires de l’Antiquité. Son activité se manifeste plutôt par des réimpressions que par des premières éditions3, ce qui prouve qu’elle est en concurrence intellectuelle avec les villes de Castille. Il semble qu’une partie non négligeable de la production sévillane de livres est alors destinée à l’exportation provinciale, nationale et même internationale, c’est-à-dire à l’Amérique4. Pedro Mexía, qui a été formé à Séville aux lettres et aux armes comme tout enfant de famille noble, se distingue, selon ses biographes, par son adresse dans le maniement de l’épée et sa bonne connaissance du latin ; il est probable qu’il possède également des rudiments de grec, mais il cite toujours les auteurs grecs à travers des traductions latines. Tout en mettant à profit la tradition éditoriale de la ville, il est sans aucun doute redevable de sa science et de sa réputation de grand lecteur de livres à deux Sévillans qui sont ses amis, le savant évêque d’Escalas, Baltasar del Rio, « que despertó en Sevilla las buenas letras, el cual le comunicó algunos libros estraordinarios », et le très érudit Fernando Colón, fils du découvreur de l’Amérique, amoureux des livres et possesseur d’une bibliothèque de plus de vingt mille volumes : « Le fue utilissimo el trato familiar con don Fernando Colón »5.

  • 6 William Melczer remarque à propos de Juan de Mal Lara et de l’école humaniste de Séville entre 154 (...)

8C’est à Séville6 que la Silva de varia lección est écrite par Pedro Mexía. Dans son prologue adressé à Charles Quint, il explique qu’il a entièrement composé la Silva de varia lección à partir de « grandes y aprobados auctores, como el que corta planta de muy buenos árboles para su huerta o jardín… Escogí, assí, esta manera de escrevir a ymitación de grandes auctores antiguos que escrivieron libros desta manera ». Dans l’avant-propos par lequel il interpelle un « christiano y amigo lector », il précise qu’elle est écrite « por discursos y capítulos de diversos propósitos, sin perseverar ni guardar orden en ellos » : « Y por esto le puse por nombre Silva [ce qui est un nom latin] porque en las selvas y bosques están las plantas y árboles sin orden ni regla. »

9Cette Silva, à l’origine littéraire classique ainsi marquée par la latinité de son nom Silva et par la référence aux auteurs antiques, est de varia lección, parce qu’elle est écrite en langue castillane et parce qu’elle est une appropriation heureuse et fière de l’écriture des « materias grandes » par la langue maternelle. Mexia affirme qu’il est le premier à écrire ainsi en langue castillane « a ymitación de grandes auctores antiguos que escrivieron libros desta manera » et, de fait, la Silva est le premier recueil de miscellanea humaniste écrit en langue castillane :

« Y aunque esta manera de escrevir sea nueva en nuestra lengua castellana y creo que soy yo el primero que en ella aya tomado esta invención, en la griega y latina muy grandes auctores escrivieron assí, como fueron Ateneo, Víndice Cecilio, Aulo Gelio, Macrobio, y aun en nuestros tiempos, Petro Crinito, Ludovico Celio, Nicolao Leónico y otros algunos. »

10Les auteurs antiques cités ici sont des Grecs et des Latins, philosophes, rhéteurs, grammairiens, philologues ; parmi eux, Aulu-Gelle et Macrobe sont les plus célèbres et les plus fréquemment évoqués par Pedro Mexía. Les trois contemporains sont des Italiens, auteurs de recueils de miscellanea inspirés des Grecs et des Latins : le Florentin Pietro Riccio (Crinito) est disciple de Politien, éditeur de ses œuvres, titulaire d’une chaire d’éloquence latine ; Luigi Ricchieri (Celio) étudie la philosophie à Ferrare et le droit à Padoue et enseigne en différentes villes d’Italie, il est protégé par François Ier ; Nicolao Leonico Torneo étudie à Venise et à Padoue, enseigne la médecine et la philosophie, passe pour être le fondateur du courant averroïste à Padoue.

  • 7 Louis Kelly, The True Interpreter, Oxford, Blaxwell, 1979, p. 71.

11Le Moyen Age a connu deux types de traduction : la traduction littérale, dite verbum de verbo ou ad verbum, chère à Alfonso de Carthagena, évêque de Burgos, et la traduction interprétative, dite sensus de sensu ou ad sententiam, valorisant la rhétorique et l’histoire, chère au Florentin Leonardo Bruni dit l’Arétin. Selon Louis Kelly, ce sont les vues de Boèce traduisant le philosophe néo-platonicien Porphyre (234-305) qui ont prévalu au Moyen Age : afin que la traduction ne soit pas une corruption de la vérité, il exige le mot à mot. De fait, c’est en citant Boèce que Alfonso de Carthagena affirme que la mesure d’une bonne traduction n’est pas l’élégance mais le degré dans lequel elle maintient « la simplicité du contenu et les propriétés exactes des mots », contre Leonardo Bruni qui conteste dans son De recta interpretatione (1420) la manière médiévale de traduire7. Jacques Monfrin a bien montré que, dès la fin du XIIIe siècle, le même écrivain peut avoir le souci de la rigueur de la traduction et celui de l’art d’écrire. Dans la péninsule Ibérique, le grand mouvement de traduction à la fin du XIVe siècle est étroitement lié à la pénétration dans la péninsule Ibérique par la Catalogne et l’Aragon de la culture italienne. Lope de Vega, dans son éloge un peu ironique de la langue italienne, déclare :

« Esta lengua es muy dulce y copiosa y digna de toda estimación, y a muchos españoles ha sido muy importante, porque no sabiendo latin bastantamente copian y transladan de la lengua italiana lo que se les antoja, y luego dicen : traducido de latin en castellano. »

  • 8 Jacques Monfrin compare l’histoire des traductions au Moyen Age en France, en Italie et en Espagne (...)

12Il convient de rappeler ici que, dès le début du XVe siècle, avec le poète marquis de Santillane (1398-1458), la production humaniste en castillan va de pair avec celle des œuvres humanistes en latin. Avant 1540, les traductions de textes de l’Antiquité classique correspondent à 40 % des nouvelles traductions effectuées en Espagne. Les auteurs italiens modernes sont considérés comme classiques en Espagne et font l’objet du même intérêt8.

13Ma Pilar Cuartera Sancho a recensé dans la Silva le recours à 252 auteurs sur un total de 1 980 citations :

  • 162 auteurs de l’Antiquité (64,29 %) pour 1 672 citations (84,44 %) ;
  • 38 auteurs du Moyen Age (15,08 %) pour 130 citations (6,57 %), dont un est juif et six sont arabes (leurs œuvres ont été traduites en latin) ;
  • 52 auteurs modernes des XVe et XVIe siècles (20,63 %), plus ou moins contemporains de Mexia, pour 178 citations (8,99 %).

14Mais sur ces 252 auteurs, seulement 46 (18,25 %) totalisent 1 477 citations (74,60 %) dont :

  • 36 auteurs de l’Antiquité pour 1 343 citations,
  • auteurs du Moyen Age pour 62 citations,
  • auteurs des XVe et XVIe siècles pour 72 citations9.
  • 10 C’est ce qu’affirme avec enthousiasme Alonso Morgado dans son Historia de Sevilla, parue chez Andr (...)

15Mexia affirme sa familiarité avec tous ces « auctores antiguos y de nuestros tiempos », évoque les différents passages de leurs livres avec précision et opportunité, dans une langue castillane toujours claire et concise. Il veut rendre compte de la pluralité et de la variété du savoir et accumule par juxtaposition sur chaque thème traité le plus grand nombre possible d’opinions éminentes ; selon lui, il n’y a pas de travail plus digne d’attention que l’enregistrement de cette merveilleuse variété. Cette somme du savoir qui est étroitement liée à l’intérêt éveillé par les traductions en multiplie l’efficacité : à Séville, affirment les historiens de la ville, « todos saben » l’œuvre de Pedro Mexía10.

16La Silva de varia lección est présentée par son auteur comme une vaste entreprise d’« imitation » et d’« invention » des auteurs de l’Antiquité classique et des auteurs italiens récents. Imitación et invención : tels sont les deux principes de l’entreprise de Pedro Mexía, grand lecteur de livres en langue latine, convaincu d’être un véritable éclaireur de l’humanisme, conscient de la nécessité de « hablar de materias que no fuessen muy comunes ni anduviessen por el vulgo o que ellas, de sí, fuessen grandes y provechosas, a lo menos a mi juyzio ». « Mi juyzio » : c’est le droit au jugement de l’humaniste Mexia qui fait de son écriture, comme appropriation d’un savoir décontextualisé et recontextualisé dans la Silva « sans ordre ni règle », peut-être un facteur de progrès. L’imitación n’est pas vol, elle est une appropriation, un acte d’érudition profonde, en vue du bien commun. L’invención est la dynamique même de la traduction, sa capacité d’éloquence, ce que le traducteur d’Ovide, Felipe Mey, à la fin du XVIe siècle, résume en ces termes : « La mayor parte de la gente no tiene cuenta si está fielmente traduzido, sino en si le da gusto ». Gusto, c’est le goût, la saveur du texte et de la langue, la saveur de « la belle infidèle », pour reprendre l’expression chère aux historiens de la traduction. La saveur de la Silva est dans le geste d’appropriation agréable et utile des auteurs qui la transcendent et la traversent. C’est ainsi que se croisent la violence et le goût.

17Pedro Mexía précise qu’il a choisi cette manière d’écrire « porque la variedad y brevedad suele siempre ser agradable ». Prodesse et delectare, c’est ce que recommandait Horace aux auteurs. C’est aussi le thème d’une brillante introduction à la célèbre traduction anonyme des fables d’Ésope qui apparaît pour la première fois sans doute en 1460 en Aragon et commence à circuler dans toute l’Espagne à partir de sa première impression en 1488. Le remplacement de la culture scolastique par une culture oratoire, éloquente, à la fois utile et agréable, marque bien depuis la fin du XVe siècle l’émergence de la langue vernaculaire dans la littérature humaniste. A partir du moment où la diffusion des livres ne cesse de grandir grâce à l’imprimerie, le lien exclusif du latin et de l’écriture se desserre pour s’ouvrir décisivement à la langue vernaculaire. L’écriture rend alors audible la langue, décontextualisant le castillan et l’influençant en retour, le faisant vivre durablement. Tel est bien l’un des effets les plus importants de la Silva de varia lección de Pedro Mexía. L’oralité de la langue castillane passe dans l’imprimé, se fixe dans l’imprimé, sous l’autorité des auteurs classiques. L’impression institutionnalise alors la langue vernaculaire, la voue à la communication nationale. L’autorité acquiert une figure neuve.

  • 11 E. A. de Nebrija, Diccionario latino-español, Salamanque, 1492. Édition et introd. par Germá Colón (...)
  • 12 Brigitte Lépinette, « Le Lexicon (1492) de E. A. de Nebrija (1441-1522) et les Catholicon Abbrevia (...)

18En 1492, l’humaniste Elio Antonio de Nebrija (1441 ou 1444-1522), enseignant à Salamanque la grammaire, l’éloquence et la poésie, a fait paraître à Salamanque le Diccionario latino-español ou Lexicon, redevable à la lexicographie médiévale latin-latin mais d’une indéniable originalité11. Cet ouvrage donne en effet l’information nécessaire et suffisante pour le processus de compréhension-traduction, il n’y a rien en trop12, ce en quoi il contraste pour longtemps avec les autres dictionnaires bilingues qui mettent en évidence des contenus non directement fonctionnels du strict point de vue de la compréhension du latin. Mais Nebrija est un grammairien et sa Gramática castellana est pensée pour une langue déjà fixée, déjà morte.

19La question de la capacité de la langue espagnole à exprimer la substance des œuvres classiques s’est affirmée positivement vers 1513, lorsque Diego López de Cortegana traduisant l’Ane d’or d’Apulée se plaint de voir Apulée écrire « tan adornadamente diziendo una misma cosa por tan diversos vocablos que no se halla romance para ellos ». En 1525, onze ans avant le fameux discours de Charles Quint en espagnol devant le pape, Hernán Pérez de Oliva, traducteur de Plaute, compare les langues classiques et l’espagnol : « Hete pues escrito el nascimiento de Hércules, que primero escrivieron Griegos, y después Plauto en latín ; y yo he lo hecho no solamente a imitación de su invención y sus lenguas, porque tengo yo en nuestra castellana confiança que no se dexará vencer ». La force du mot vencer, « vaincre », rend bien compte de la confiante conviction du traducteur.

20Castiglione dans son Cortegiano, dont la traduction espagnole par Boscán paraît en 1534 et qui est une source très importante de la Silva, expose la théorie selon laquelle « l’écrit n’est pas autre chose qu’une forme de parler qui reste, après qu’on s’est exprimé, presque une image vraiment vive des paroles ». Garcilaso de la Vega, exilé à Naples, écrivant en 1533 le prologue à la traduction de Boscán, commente la difficulté de la traduction en général et fait l’éloge du bon goût de Boscán : « Avec grande netteté de style, il employa des termes très courtois et autorisés par les oreilles délicates, ni nouveaux ni apparamment tombés en désuétude ». La théorie de Castiglione est sans doute la source la plus importante de l’attitude de Juan de Valdés (avant 1504-1541) qui ne manque pas de dire son admiration pour la traduction de Boscán et le prologue de Garcilaso. La théorie linguistique de Castiglione n’est pas statique : il se rend compte du changement perpétuel du langage, dans lequel il distingue une espèce de dialectique continue qui ne dépend pas de règles fixes mais de l’usage et d’un bon goût intuitif.

  • 13 Diálogo de la lengua, éd. Antonio Quilis Morales, Barcelone, Plaza i Janes, 1984.
  • 14 Voir Elias L. Rivers, « L’humanisme linguistique et poétique dans les lettres espagnoles du XVIe s (...)

21Dans son Diálogo de la lengua13, écrit probablement en 1535 ou 1539 à Naples dans une belle et vive langue castillane, l’exilé Juan de Valdés exprime des idées sur la traduction qui le situent à côté de Leonardo Bruni et d’autres humanistes : ainsi, dans la perspective de l’Art poétique d’Horace, il prend l’exemple de deux vers de Térence qu’il traduit mot à mot et il montre l’absurdité d’un tel système de traduction littérale ; il indique nettement au contraire qu’il importe de rendre le sens du texte et qu’il faut adapter les mots aux choses. Valdés, théologien de la parole, veut affirmer l’importance de l’espagnol comme voix du peuple, voix de Dieu, voix de la nature. Il attaque le pédantisme andalou de Nebrija. Il reconnaît que le latin s’assimile grâce aux livres, mais il convient d’inventer en espagnol une nouvelle écriture, de s’approprier dans la langue vernaculaire, maternelle, la culture et l’écriture latines, ce que réalise subtilement la poésie de Garcilaso14. L’essentiel est le rapprochement du langage écrit et du langage parlé, mais l’écrit est considéré comme plus dense que la parole et on doit parler comme on écrit. La différence entre parole et écriture tend à s’estomper, par l’influence de l’écrit sur la parole.

22Mexía explique clairement dans l’avant-propos son choix de la langue castillane :

« Y pues la lengua castellana no tiene, si bien se considera, por qué reconozca ventaja a otra ninguna, no sé por qué no osaremos en ella tomar las invenciones que en las otras y tractar materias grandes, como los ytalianos y otras naciones lo hazen en las suyas, pues no faltan en España agudos y altos ingenios. »

  • 15 Selon Antonio Castro, éditeur de la Silva de varia lección (Madrid, Catedra, 1989), les emprunts l (...)

23Imitateur et inventeur, Mexía permet à son lecteur de se placer dans le temps de la traduction ; il simule le moment de la parole traduisante, de son énergie de variance due à l’appropriation euphorique de toutes les « materias grandes », de la substance des œuvres. Faisant découvrir au lecteur les lieux classiques de la Silva, il lui fait découvrir sa propre langue castillane comme langue de la communication du savoir, il lui fait prendre conscience que sa propre langue maternelle est désormais en sa libre et légitime pratique de lecture, d’écriture et d’échange. Certains de ses contemporains lui reprochent l’emploi de latinismes ou d’italianismes. Mexía a des préoccupations étymologiques15, son écriture du castillan est une activité grammairienne complexe, l’évolution phonétique de la langue se stabilise dans le temps même où cette langue acquiert une forme imprimée. La castillane Silva ne craint pas d’exhiber ce qui, variablement, diversement, la détermine et la constitue comme essentiellement traversée, ouverte, dynamique, en quête de la définitive légitimité de sa langue.

  • 16 Ce poème est intitulé « Franciscus Leardus ad latinum lectorem », sans que l’on sache qui est ce F (...)

24Mexía tient à souligner que, s’il renonce au latin, ce n’est pas par incapacité d’écrire cette langue ; il aurait pu écrire en latin tout ce qu’il a lu en latin et « planté » en langue castillane dans la Silva, comme l’indique le poème latin, preuve de son savoir faire de latiniste, placé en exergue du texte de la Silva après le prologue et la préface. On retrouve dans ce poème l’idéal horacien, prodesse et delectare : « Hos reor atque alios nunquam legisse pigebit, Utrique invenient plurima digna legi »16. N’est-ce pas grâce aux traducteurs, demande au début du XVIe siècle le Français Claude de Seyssel, que « ceux qui n’ont aucune notice de la langue latine peuvent entendre plusieurs choses bonnes et hautes, soit en la sainte escriture, en philosophie morale, en médecine ou en histoire, dont n’auraient aucune connaissance ? »

25La compétence de Pedro Mexía, écrivain en langue castillane de ce qu’il a lu en latin, doit en effet être jugée à partir de sa maîtrise de la langue du texte latin et non à partir de sa familiarité avec la langue de son pays et de ses parents. C’est par sa maîtrise du latin que Pedro Mexía peut donner une Silva de varia lección à ceux qui entendent la langue castillane, la langue royale de l’Espagne qui n’est pas la langue du Saint-Empire romain germanique.

26Car le choix de Pedro Mexía n’est pas seulement culturel, il est aussi politique. En 1540, dans la splendide Séville, une conscience jalouse de la langue historique et nationale de l’Espagne, jalouse de la pure hispanité de son roi, est apparue. Pedro Mexía a, d’une part, le souci de communiquer la latinité passée au roi d’Espagne et empereur du Saint-Empire romain germanique et, d’autre part, celui de faire passer sa langue latine d’homme éduqué noblement par des précepteurs dans celle de ses compatriotes — « mis naturales y vezinos » — de Séville, en majorité non-latinistes. La gloire de Rome rejaillit ainsi sur l’empereur, mais en langue espagnole et non dans une autre langue, car Charles Quint doit être Espagnol avant tout, réclament alors les Espagnols. La gloire de Rome rejaillit aussi sur l’ensemble de l’Espagne dont Séville est la ville emblématique, le point de convergence des fruits de l’expansion espagnole :

« Por lo qual yo, preciándome tanto de la lengua que aprendí de mis padres como de la que me mostraron preceptores, quise dar vigilias a los que no entienden los libros latinos, y ellos principalmente quiero que me agradezcan este trabajo, pues son los más y los que más necessidad y desseo suelen tener de saber estas cosas. »

27C’est au contact de la culture grecque et latine, matrice de références, d’identifications et d’illusions, que Pedro Mexía a pris conscience de sa différence, de sa modernité et de sa solidarité nationale, et a voulu écrire la Silva de varia lección. Il souhaite avoir la reconnaissance de ceux qui n’entendent que la langue castillane, cette langue qui fonde les solidarités et par où s’énoncent au plus profond les désirs. Car il considère qu’il a pris une grande peine pour conserver la substance des textes classiques dans la forme linguistique que lui ont transmise ses parents et donc pour contribuer de façon décisive à l’illustration et à la constitution de la langue castillane comme langue des « buenas letras », comme langue d’une expérience esthétique et politique, particulière et nouvelle. Juge de ce qui est pour lui à la fois la spécificité des textes classiques et leur vérité qui n’est ni l’authenticité ni l’unicité, il affirme la possibilité de dire et écrire semblable vérité en langue castillane. Écriture et parole s’équivalent dans la perspective chère à Juan de Valdés :

« En lo que toca a la verdad de la hystoria y de las cosas que se tractan, es cierto que ninguna cosa digo ni escrivo que no la aya leydo en libro de grande auctoridad, como las más vezes alegaré. »

28Ainsi l’appropriation par la langue maternelle de la vérité propre à l’écrit latin répand le privilège de l’écriture et de la lecture.

  • 17 Cf. Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante, histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, 1 (...)

29Une double étrangeté demeure présente dans la Silva de varia lección : d’abord le référent textuel premier qui est le contenu du livre de grande autorité et ensuite la langue des maîtres qui établit l’autorité du contenu. La Silva capte à la fois le contenu ancien et la langue même de son exploitation, le latin, langue des précepteurs, langue de l’École. Mais cette étrangeté, qui prouve qu’une main autre fut première, importe moins que l’écriture même de la Silva, incessante jusqu’à la mort de son auteur et après. La Silva appartient nécessairement à celui, traducteur, adaptateur ou continuateur, qui, de nouveau, la dispose et lui donne forme. Elle est en elle-même un véritable atelier d’écriture où se poursuit le patient travail de deuil, amorcé au Moyen Age, de tous les textes fixés, clos, parfaits, qui est, en fin de compte, un travail de variance en langue castillane de toutes les opinions et sentences les plus éminentes, constitutives du savoir universel. En ce début des temps de l’imprimerie et de la diffusion des textes classiques, la Silva de varia lección s’inscrit encore dans une perspective de variance essentielle des œuvres qui caractérisait l’époque médiévale de la copie manuscrite en langue romane17. Mais il ne s’agit plus de la variance formelle mais de la variance du savoir. Tout en contribuant à faire advenir la langue vernaculaire à l’existence de langue littéraire et plus ou moins stabilisée parce qu’elle est imprimée, la Silva de varia lección « sans ordre ni règle » donne à lire la variance du savoir et fait de la langue vernaculaire, castillane, une langue du savoir.

II. — 1552. DE LA « SILVA DE VARIA LECCIÓN » AUX « DIVERSES LEÇONS » DE PIERRE MESSIE : LA PREMIÈRE TRADUCTION EN FRANÇAIS PAR CLAUDE GRUGET

  • 18 « Stances à chanter sur la lyre. Pour l’avant-venue de la royne d’Espagne à Bayonne », dans Claude (...)
  • 19 Voir les actes du XXe colloque du C. M. R. 17 (Bordeaux, 25-28 janvier 1990), L’âge d’or de l’infl (...)

30Avant le XVIIe siècle, il n’y a pas de tentatives sérieuses ou systématiques pour introduire l’étude de l’espagnol en France. Ceux qui veulent apprendre le castillan sont des voyageurs, des marchands, des militaires, quelques bourgeois cultivés, et ils utilisent des grammaires et vocabulaires publiés dans les Flandres, car, dès le milieu du XVIe siècle, ce pays est confronté à la présence de nombreux étrangers sur son sol, parmi lesquels les Espagnols. La puissance espagnole inspire à la France une crainte durable après la défaite de Pavie et la captivité des enfants royaux en Espagne, même si un éphémère rapprochement s’effectue en 1567 qui permet à Ronsard de célébrer le « nouveau Siècle d’or » : « Où l’Espagnol, d’une amitié fidèle I Aime la France et les deux ne sont qu’un »18. Les Espagnols sont installés à Paris au temps de la Ligue, massés sur les frontières au Nord et au Sud du royaume. L’impérialisme politique, militaire, culturel de l’Espagne est lié à la dégradation de son image dans la Leyenda negra. Ce n’est qu’à partir de 1614 que le mariage de Louis XIII avec Anne d’Autriche établit une conjoncture favorable aux relations intellectuelles entre l’Espagne et la France19.

  • 20 Roger Zuber, Les « belles infidèles » et Information du goût classique, postface d’Emmanuel Bury, (...)
  • 21 Cf. Michel Ballard, De Cicéron à Benjamin : traducteurs, traductions, réflexions, Presses univ. de (...)

31En 1540, l’année même de la parution de la Silva à Séville, est publié en France un ouvrage du libraire et humaniste Étienne Dolet intitulé Manière de bien traduire d’une langue en aultre. « Épris de vérité autant que d’éloquence, écrit Roger Zuber, les meilleurs esprits, qu’avait devancés Claude de Seyssel, veulent que soit mis un terme à l’anarchie des publications »20. L’ouvrage remporte un vif succès. Dolet estime qu’il existe des règles pour traduire et que la traduction est un art. Il y a cinq principes à respecter : 1° il faut que le traducteur entende parfaitement « le sens et la matière de l’auteur qu’il traduit » ; 2° il faut qu’il connaisse parfaitement les deux langues sur lesquelles il travaille, car « chacune langue a ses propriétés, translations en diction, locutions, subtilités et véhémences à elle particulières » ; 3° il ne doit pas s’asservir au point de rendre mot pour mot, mais respecter la propriété de chaque langue : « Si l’ordre des mots perverti tu exprimes l’intention de celui que tu traduis, aucun ne t’en peut reprendre » ; 4° il doit éviter les néologismes et emprunts et se conformer à « l’usage commun » ; 5° il doit pratiquer « l’observation des nombres oratoires : c’est assavoir une liaison et assemblement des dictions avec telle douceur que non seulement l’âme s’en contente, mais aussi les oreilles en sont toutes ravies ». Les principes d’Étienne Dolet habituent les écrivains à réfléchir sur la nature même des langues21.

  • 22 Voir A. M. Gallina, Contributi alla storia della lessicografia italo-spagnola nei secoli XVI-XVII,(...)

32En 1555, paraît à Louvain, « ex officina Bartholomaei Gravii », la première grammaire destinée à enseigner la « langue espagnole » aux étrangers : Util y breve institution para aprender los principios y fundamentos de la lengua hespañola. Les vocabulaires plurilingues sont alors nombreux. Dès 1520, un Vocabulere para aprender franches, espanno y flaminc, dû à Gérard de Vivre, est paru à Anvers chez W. Wostermann. L’ouvrage le plus diffusé est, à partir de 1567, le Nomenclator octo linguis omnium rerum propria nomina continens, Hadriano Junio Medico authore, paru à Anvers chez Christophe Plantin ; il consiste en une liste de mots groupés par thèmes ; la signification de chaque mot latin est donnée en huit langues différentes : grec, allemand, flamand, français, italien, espagnol, anglais. La première édition comportant le français et l’espagnol d’un dictionnaire appelé « calepin », dérivé de celui que le frère augustinien Ambrogio de Caleppio a publié en Italie en 1502, paraît en 1564 à Lyon22. Ces ouvrages sont à la base des connaissances grammaticales et lexicales que les Français ont du castillan.

33Il faut attendre la fin du XVIe siècle pour que soit publiée en France sans doute la première grammaire espagnole véritablement conçue à l’intention du public français : la Parfaite méthode pour entendre, escrire et parler la langue espagnole, de N. Charpentier. Le livre paraît à Paris en 1596 sans le nom de l’auteur. Pierre de l’Estoile, dans son journal, nous apprend que Charpentier fut soupçonné d’avoir participé à un complot en faveur de l’Espagne, visant à déstabiliser le nouveau gouvernement d’Henri IV ; il fut roué vif à Paris en 1597. Sa grammaire tombe alors dans l’oubli ; elle devait beaucoup à Antonio de Nebrija et, surtout, au grammairien italien Giovanni Miranda, auteur des Osservazioni della lingua castellana (Venise, 1566). Pendant tout le XVIe siècle, l’espagnol demeure en effet lié à la connaissance approfondie que les linguistes français ont de l’italien. La traduction d’ouvrages espagnols s’effectue généralement à partir de traductions italiennes.

34La première traduction de la Silva est faite en italien par Mambrino Roseo da Fabriano à Venise chez Michele Tramezzino en 1544 et connaît une trentaine de réimpressions sous le titre de Selva di varia lettione. La première édition ne comprend que trois livres, mais la deuxième édition italienne comporte, outre la traduction du quatrième et dernier livre de Mexía, un cinquième livre de quatorze chapitres entièrement dus au traducteur. Des imitateurs s’emparent bientôt de la Silva en Italie.

35La traduction en français de la Silva est effectuée par Claude Gruget « Parisien » et paraît à Paris chez Étienne Groulleau en 1552 sous le titre Les diverses leçons de Pierre Messie. De 1552 à 1654, trente-sept éditions successives attestent le succès de cette version française dont plusieurs auteurs français, parmi lesquels Montaigne, s’inspirent.

  • 23 Les Bibliothèques françaises de La Croix du Maine et de du Verdier réunies, éd. J. Rigoley de Juvi (...)

36Claude Gruget est connu par une courte notice dans les Bibliothèques de La Croix du Maine et de du Verdier et par une mise au point bibliographique du P. Niceron23. Son premier ouvrage date de 1550 et il meurt peu après 1560, « dans la fleur de l’âge », selon du Verdier ; peut-être est-il né vers 1525-1530. En 1557, il est secrétaire du prince Louis de Bourbon, comme nous l’apprend l’épître dédicatoire de sa traduction des Dialogues d’honneur de messire Jean-Baptiste Possevin Mantouan. Peut-être a-t-il été avocat, comme le suggère une anecdote personnelle insérée dans le texte de la Silva :

« Moy-mesme, traducteur de ce livre, porte tesmoignage que telle alteration que celle de Demosthene, non que je me compare à lui, m’est advenue en presence de gens de judicature, et ce pour la grande afection que j’avais à la justice, de mon oraison qui m’altera en sorte qu’il ne me fut possible continuer le peu de mon commencement. » (III, 8.)

  • 24 Cette ode dédiée d’abord à Charles de Pisseleu le fut ensuite (1560) à Jacques Grévin. Mais Ronsar (...)

37Les ouvrages de Claude Gruget sont les suivants, selon le P. Niceron : les Epistres de Phalaris, Tyran Agrigentin, mises en vulgaire françois par Claude Gruget Parisien, 1550 ; les Dialogues de messire Speron Sperone Italien, traduits en françois, 1551 ; les Diverses leçons de Pierre Messie gentilhomme de Sevile, contenans la lecture de variables histoires et autres choses memorables, mises en françois par Claude Gruget Parisien, 1552 ; les Dialogues d’honneur de messire Jean-Baptiste Possevin Mantouan, mis en françois, 1557 ; Le plaisant jeu des eschecs, traduit de l’italien, 1560 ; L’Heptameron, ou Histoire des amans fortunés des Nouvelles de Marguerite de Valois, royne de Navarre, remis en son vray ordre, confus auparavant en sa première impression, par Claude Gruget Parisien, 1560. Peut-être avocat et homme de la parole efficace, Claude Gruget est essentiellement un traducteur d’ouvrages italiens en français, même s’il a aussi effectué un travail de philologue dans son dernier ouvrage « remis en son vrai ordre ». On sait par ailleurs qu’il a écrit de la poésie, au point d’être admis dans l’intimité de Ronsard qui lui dédie une ode24 et le compte parmi ses compagnons dans les « Isles fortunées ».

38La dédicace des Diverses leçons de Pierre Messie à « Monseigneur François de Raconis, conseiller du roy et trésorier extraordinaire de son artillerie » expose la conception du traducteur français de la Silva :

« A peine respiroy-je pour prendre alene et me rafraîchir du labeur des Dialogues de Speron Sperone, quand il vous plut, monseigneur, me communiquer la Forest ou, pour mieux dire, le recueil ou amas des diverses leçons de Pierre Messie, de Sevile, en Espagne, en la lecture desquelles vous preniez si grand plaisir et m’en fistes tant bon récit, voire jusques à me dire que voudriez pour le bien public quelles fussent mises et traduites en nostre langue vulgaire, que deslors desir me print de les voir, et y trouvant à la vérité si grande afluance de choses memorables, plenes de bonne doctrine et erudicion, joint le bon vouloir qui me tenait de longtemps de faire chose qui vous fust agréable, je ne voulu soufrir passer devant mes yeux une si propre ocasion, sans l’espongner aux creins… »

39On retrouve ici la doctrine du prodesse et delectare chère à Horace, chère à Pedro Mexía voulant joindre dans sa Silva l’utile à l’agréable. Mais le terme latin de « Silva » a disparu du titre français donné par Claude Gruget qui préfère, « pour mieux dire, le recueil ou amas des diverses leçons de Pierre Messie ». La métaphore de la forêt ne demeure présente que dans un poème qui est placé après la dédicace à François de Raconis et qui consiste en une adresse donnée par une demoiselle, « Parisienne » comme Claude Gruget, aux lecteurs ; la demoiselle, par sa parole poétique, porte le désir des lecteurs sur une forêt dont Claude Gruget est le guide :

Une damoyselle, Parisienne, aux lecteurs.
Dans les forests aucuns jeunes chasseurs
[Si foy nous fait l’histoire fabuleuse]
Furent changez en bestes ou en fleurs
…………………………………………………………………………………………
Cete forest de tels dangers est vuyde
Et pour monstrer qu’elle est bien asseurée
Claude Gruget vous servira de guyde
O quell’envie j’ay ! »

40Également, il ne s’agit plus de « varia lección » et on est bien loin de la subtile réflexion suggérée par l’humaniste sévillan sur la variance essentielle de ce qu’on lit : lectio, c’est-à-dire des œuvres. Tandis que Mexía fondait son livre sur la multiplicité des livres et du savoir, le traducteur Claude Gruget fonde sa traduction sur une œuvre unique. C’est donc, à l’intérieur d’une œuvre unique, la variété des leçons en nombre, en étendue et en nature qui est soulignée ici, et non leur activité de variance du savoir. Claude Gruget est un philologue qui n’aime pas les variantes :

« Me sentant quelque peu de loisir j’en entrepris la charge avec telle afexion que l’impression mauvaise de l’une et l’autre langue espagnole et italienne, ny la depravacion du texte en plusieurs endroits, imperfet et corrompu, ne m’ont peu destourner du désir que j’avoy de vous complaire en cela… c’est bien raison que vous en ayez le premier fruit, duquel je vous fais présent, afin que ceux qui après vous le pourront goûter reconnoissent que vous leur avez valu ce bien, pour m’avoir induit à tant honorable exercice. Je dis ce bien pour ce que, venant à conférer ma traduxion sur son exemplaire en quelqu’une des deux langues que ce soit, on trouvera que j’ay esclarcy des choses obscures et corrigé plusieurs textes aleguez, faux, et, s’il est permis de le confesser, j’y ay donné quelque peu du mien en des passages qui, selon mon jugement, le requéraient. »

41Ainsi Claude Gruget, rebuté par la dépravation, l’imperfection et la corruption du texte de la Silva, mais désireux de plaire, a éclairci, corrigé, donné du sien, c’est-à-dire récrit pour retrouver le bien perdu. Il veut donner un fruit dense et savoureux. Il n’a pas traduit mot à mot ; le français, langue du bien retrouvé, ne saurait être le double de l’italien et de l’espagnol qui, l’un comme l’autre, ont désagrégé la version authentique, première et originelle. La dichotomie sémantique est le principe du double rapport du français à l’italien et à l’espagnol, dans la mesure où il est la langue qui éclaircit et corrige la fausseté d’un texte dépravé aussi bien en langue italienne qu’en langue espagnole. « Donnant quelque peu du sien », Gruget s’est fait aider en cela, comme il l’explique, par un cousin du même nom que lui et par un ami savant en mathématiques et astrologie, se faisant ainsi « auctor » au lieu même du mathématicien et astrologue sévillan Pedro Mexía, désirant réduire au même primordial la troublante image de son autre, devenu Pierre Messie. C’est ainsi que Gruget sauve et promeut le bien retrouvé, c’est-à-dire le bien classique en langues grecque ou latine passé dans la seule langue française.

42La translatio qui, selon Aulu-Gelle, est aussi traductio, consiste à introduire, à mener vers ou dans un autre langage. Elle est un effort d’identification, de densification. Claude Gruget accomplit un geste éloquent, puisqu’il donne un bien, un fruit, et son propos est de contribuer à la formation d’une conscience de la parole en langue française qui est, peut-être déjà en 1552, l’éveil du sujet littéraire français à l’essai de soi et de sa parole. Ce qu’accomplira Montaigne à la fin du siècle. Joachim du Bellay, dans son célèbre traité intitulé en 1549 Défense et illustration de la langue française, dans lequel il ne manque pas de plagier le Dialogue des langues de Sperone Speroni — paru à Venise en 1542, où l’auteur défend son « vulgaire » contre le latin, et traduit de façon significative par Claude Gruget en 1551 —, a mis en perspective l’activité de traduction dans le cadre d’une politique linguistique et culturelle ; la langue française, si elle n’est « pas si riche que la grecque et la latine », peut traiter de tout et a capacité à traduire, mais sa perfection ne peut provenir que de la création, « cette divinité d’invention ». La langue française se doit de vaincre l’autre langue vernaculaire ou plutôt les autres, à la fois italienne et espagnole, pour le plaisir et le profit du traducteur et de ses lecteurs. Ce faisant, elle rejoint la « divinité d’invention » des langues grecque et latine et devient leur égale.

43En ce qui concerne les noms propres, Gruget reconnaît qu’il a délibérément accordé plus d’importance à la « douce prononciation » qu’à la traduction littérale, et l’on retrouve ainsi cette notion de douceur à laquelle Étienne Dolet attache une grande importance :

« Au demeurant, si on trouve que je n’aye totalement mis et traduit en nostre langue plusieurs noms propres, soient latins ou grecs, veu que j’en ay mis quelquesuns et que je n’en devais faire à deux fois, j’ay à répondre que quelques noms sont doux à traduire et les autres non : comme seraient Jupiter, Vénus, Bacchus ou un Pomponius Mela, lequel si je voulais traduire (j’entens en grosserie) je dirais Pompon Sucrin. Il y a assez d’autres noms propres, aussi revesches que cetuy là, qu’il est besoin pour la douce prononciation laisser en leur première forme… »

44Ainsi le traducteur Gruget n’a pas pu réduire complètement l’excès de texte, de langue et de sens donné par les leçons. Mais il se déclare cependant prêt à se soumettre si les « curieux de nouvelleté », imposant des traductions rigoureuses, deviennent la majorité. C’est dans ce contexte que le nom de l’auteur Pedro Mexía est devenu Pierre Messie. Et l’on sait que le Messie est le Verbe primordial, originel.

  • 25 Cf. Florent Pues, « Claude Gruget et ses Diverses leçons de Pierre Messie », dans Les Lettres roma (...)

45Examinons de plus près la traduction française de Claude Gruget. Tout en affirmant « l’impression mauvaise de l’une et l’autre langue espagnole et italienne », Gruget a plutôt suivi la version italienne, mais il est certain qu’il a disposé également du texte espagnol25. Les nombreuses coupures qu’il a effectuées portent sur le début et la fin des chapitres et sont souvent les mêmes que celles qui ont été faites par Mambrino Da Fabriano. Les deux traducteurs choisissent généralement de ne rapporter qu’un seul fait d’une série de faits exposés par Mexía, de se débarrasser de toute une série de sentences. Les chapitres, devenus beaucoup plus petits que dans la Silva, sont alors regroupés. Par exemple, pour la Silva, I, 27, particulièrement surchargée de successives sentences, Fabriano et Gruget écrivent : « Infinite sono le sententiose e saggie risposte di questo Filosofo, che per esser in gran parte divolgate si tacciono (Selva, I, 25) » ; « Les sentences et sages responses de ce philosophe sont infinies, lesquelles nous tairons pour estre assez vulgaires. » (Diverses leçons, I, 25.)

46Claude Gruget garde envers le texte qu’il traduit une distance très critique. La Silva, selon lui dépravée, manipulée, exige la comparaison patiente et mesurée. Le traducteur n’hésite pas à compléter ou corriger Pedro Mexía : « Domiciano emperador hizo consul de Roma tres vezes a Silio Itálico, poeta diligentíssimo, natural de España » (Silva, III, 9) ; « L’empereur Domitian fit trois fois consul de Rome Silius Italicus, diligent poète, natif d’Espagne, comme tesmoigne Marcial en un épigramme qui commence : Augusto piat hura » (Diverses leçons, III, 9). A propos des affirmations de Pedro Mexía sur la papesse Jeanne, le traducteur prévient son lecteur français que « c’est une fable, car il n’y eut oncques Pape qui fut femme » (I, 9). Il n’est pas d’accord avec Mexía qui prétend qu’aucun pape n’a jamais porté le nom de Pierre avant son élection :

« Je ne sai en quel lieu l’auteur a prins ceste derniere opinion, car il s’en trouvera sept, pour le moins, qui auparavant estoyent nommez Pierre. Qui sont : Innocent cinquiesme, Jean vingt deuxieme, Gregoire onzieme, Boniface neufieme et Alexandre cinquiesme, sans comprendre un antipape. » (I, 19).

47Le lecteur français n’échappe guère à un certain scepticisme.

48Les opinions propres à Pedro Mexía, qui lui donnent son opacité d’écrivain et de penseur, encore qu’elles soient assez rares, n’intéressent pas ses traducteurs italien et français. Par exemple, les réserves qu’il émet sur le bien fondé de la condamnation des Templiers par le pape ou sur l’utilisation des signes de croix disparaissent. Également, les détails jugés pertinents pour les seuls Espagnols ne sont repris ni par le traducteur italien ni par le traducteur français :

« Y Seneca en el libro de consolación a Paulina pone algunas sentencias singulares para lo mismo y, entre las cartas que ay en buen vulgar castellano de Hernando del Pulgar, ay una también no mala, consolando a un amigo suyo desterrado. » (Silva, II, 21.)

« E Seneca nel libro della consolatione a Paulina scrive alcune notabili sentenze sopra di questo. » (Selva, II, 20.)

« Seneque aussi au livre de la consolation, adressé à Pauline, escrit une notable sentence sur cela. » (Diverses leçons, II, 20.)

49Seuls les « auteurs », c’est-à dire ceux qui ont écrit des livres de grande autorité, méritent d’être retenus dans les Diverses leçons de Pierre Messie destinées aux lecteurs français. Ces auteurs, grands par définition, se distinguent absolument par l’opacité de leurs œuvres de la diversité de Pedro Mexía que Claude Gruget ne veut considérer ici que comme un scribe sans dessein propre qui pluralise son œuvre.

50En une époque d’intense hostilité avec l’Espagne des Habsbourg et d’exaspération des nationalismes, Claude Gruget n’oublie jamais qu’il s’adresse à des Français. Il reproche à l’Espagnol Mexía de faire d’Ausone un poète lombard, alors que cette qualification est un ajout du traducteur italien, ce qui prouve que Gruget n’a pas lu conjointement avec autant d’attention qu’il le prétend les deux textes en langue espagnole et en langue italienne : « Messie se trompe, car le poete Ausone estoit Bourdelois » (V, 8) ; « Bourdelois, s’il ne desplait à Messie » (V, 10). Il ne manque pas de souligner tel ou tel fait glorieux de l’histoire française : « Apoderóse de Galipoli y de otras fuerças » (Silva, I, 14) ; « Il se fit seigneur de la ville de Galipoli, que je nommeroye plus proprement ville gauloise, pour avoir esté bastie par les Gaulois, et d’autres forteresses. » (Diverses leçons, I, 13.) Il aime citer des proverbes bien connus en langue française. Ainsi, lorsque Mexia écrit :

« Dava a entender el sabio y excelente capitán, que era mayor peligro la ociosidad que la guerra ni los enemigos cercanos, y que el temor assegura más que el descuydo » (I, 32),

51il allonge la phrase par un proverbe :

« Par là cest excellent homme vouloit inferer oisiveté estre cause de plus grand peril que la guerre ni les voisins ennemis, et que la peur asseure d’avantage que d’estre sans pensement ; auquel propos de Scipion, nous avons le commun proverbe : il vaut mieux perdre que chommer. » (I, 29.)

52La présentation d’une herbe ou d’un animal devient : « La yerva chelidonia, que es buena para la vista… » (Silva, II, 39) ; « L’herbe celidoine, nommee Esclere en françois, qui est bonne pour la veue… » (Diverses leçons, II, 38) ; « El escaravo, animal suez y chico… » (Silva, II, 40) ; « Le scarabee qu’en françois nous nommons fouille-merdes, petit et vil animal… » (Diverses leçons, II, 39.)

53Claude Gruget efface toujours les critiques exercées de façon plus ou moins explicites par Pedro Mexía à l’égard des Français. Par exemple :

« Venidos a las manos uvieron una muy sangriente batalla en la qual fueron los Christianos vencidos, según se escrive, por culpa de los Franceses. » (Silva, I, 14.)

« Venus à la journee ils eurent une sanguinolente bataille, en laquelle les Chretiens furent veincus, et y en mourut une grande partie. » (Diverses leçons, I, 13.)

« Vemos que los Franceses y otras naciones tienen algunos días por aziagos y infelices, y que en ellos no osarían dar batalla. » (Silva, I, 40.)

« Nous voyons que plusieurs nations tiennent quelques jours pour infortunez, et que pour rien au monde ils ne s’y mettroyent au combat. » (Diverses leçons, I, 37.)

54Le traducteur français ne manque pas d’exprimer son intérêt à l’égard de Florence et des Médicis dont une des filles est reine de France. Tandis que le Sévillan indique brièvement « Y también hizieron en su parte los Médices en Florencia » (Silva, III, 9), Gruget écrit :

« Comme aussi ont fait en Florence ceux de la maison des Médicis : la fleur de laquelle, portant pour le jourd’hui la couronne de la France sur son chef, en porte encore bon tesmoignage en ce royaume, ayant retenu l’exemple de ses predecesseurs, et par special du bon roy François, du temps duquel la France s’est tant enrichie de doctes hommes qu’elle se peut nommer autre Crece. » (Diverses leçons, III, 9.)

55De façon tout à fait remarquable, le Français Claude Gruget rejoint l’Espagnol Pedro Mexía dans son interprétation du sac de Rome par les troupes impériales de Charles Quint en 1527. Le souvenir de cet événement qui bouleversa toute l’Europe reste encore très vif lorsque Mexía achève son livre en 1540 et lorsque Gruget en donne la traduction en 1552, avant le début des Guerres de religion en France. Mexia est soucieux de démontrer que le sac de Rome est dû aux intrigues de Clément VII et plus généralement à la corruption et aux péchés de la ville, et a été réalisé « contra la volundad y instrución del emperador », et il explique que l’instrument de la colère divine contre Rome a été « el capitán general nuestro muerto en el combate… » (I, 31), dont les troupes, alors dépourvues de chef, se sont aussitôt jetées sur Rome pour la piller. Claude Gruget garde les arguments du texte de Mexía et leur donne quelques ajouts significatif, il nomme le connétable de Bourbon (1489-1527) et précise qu’il s’agit d’un prince français, il rappelle qu’il était passé au service de Charles Quint, il ne manque pas de souligner sa valeur, sans dire, ce que tous les Français savent, que le connétable a trahi François Ier et le royaume de France : « Au premier assaut, feu Charles, duc de Bourbon, prince François et l’un des plus braves hommes de son temps, qui pour lors estoit capitaine général de l’empereur, y fut tué… » (I, 28). N’oublions pas que Claude Gruget se présente comme secrétaire du prince Louis de Bourbon dans une épître dédicatoire de 1557. Les interprétations des humanistes Mexía et Gruget sur le sac de Rome rejoignent donc ici celles des érasmiens de la chancellerie espagnole des années 1527, tel Alfonso de Valdés. Même si ni l’un ni l’autre ne le disent, l’instrument de la colère divine, à l’image de Judas, est en fin de compte un ennemi et un traître, condamnable des deux côtés des Pyrénées ; mais le silence de Claude Gruget est un silence prudent et courtisan, tandis que celui de Pedro Mexía prouve qu’il en a dit assez pour détourner de l’empereur toute possibilité d’accusation. Ainsi, à la veille des guerres de Religion en France et malgré les hostilités incessantes entre l’Espagne et la France, les écrivains des deux pays, pour des raisons politiques et personnelles fort différentes, peuvent donner de l’événement dramatique et immense du sac de Rome un récit commun mais au demeurant parfaitement ambigü.

56La religiosité de Pedro Mexía n’est pas celle de Claude Gruget. Les remarques dévotes et, somme toute, assez convenues du Sévillan sont souvent éliminées et Claude Gruget exprime son goût pour les développements piquants qu’il n’hésite pas à introduire dans le texte. Par exemple, dans le chapitre portant sur les méfaits du vin, tandis que Mexia souligne que le vin est cause de grands péchés et grandes offenses contre Dieu, le traducteur italien supprime la référence pieuse et Gruget ajoute des détails « français » :

« Y lo que peor es, provienen y cáusanse del vino muchos pecados y grandes offensas de Dios. Y, con ser esto verdad, no solamente no lo huyen algunos hombres pero buscan y procuran cosas, que les provoque sed y gana de bever. » (Silva, III, 17.)

« E quantunche il danno del berlo si veda espressamente awenire a gl’huomini, non solamente assi non lo fuggono : ma cercano cose che li provochi la sete e voglia di bere. »(Selva, III, 17.)

« Et combien que le dommage que le vin fait aux hommes se conoisse evidemment, si est-ce que tant s’en faut que les hommes le fuyent, que mesme ils cerchent les ocasions et apetits de boire et en bon François les uns apellent tels apetits esguillon de vin, les autres le compulsoire à vin, et tels se trouvent qui d’un osselet de jambon feront une droite relique, en sorte qu’il se passera peu d’heures au jour qu’ils ne le baisent, avec bonne devotion d’en boire cinq ou six bons coups d’avantage. » (Diverses leçons, III, 17.)

57Très fréquemment, lorsque Mexía cite un auteur sacré, tel saint Augustin, le traducteur italien et le traducteur français effacent la référence et donnent alors une anecdote burlesque qui ne figure pas dans la Silva en langue castillane :

« Y de otros hombres dize san Agustín que contrahazían los cantos y sones de las aves con tanta perfeción, que se engañavan las mismas aves. » (Silva, I, 28.)

« Raconte davantage qu’il y avoit des hommes qui contrefaisoyent le chant des oiseaux avec telle perfection que les mesmes oiseaux estoyent trompez. Aussi recitoit-il encore estrange dextérité, assez sale toutefois, d’un homme qui avec le vent inférieur et sortant des parties basses de l’homme, faisoit tel son qu’il vouloit et avec telle mesure, qu’il sembloit qu’il chantast. » (Diverses leçons, I, 26.)

58Cet exemple qui creuse l’écart de ton et de sens entre l’écriture du Sévillan et l’écriture italienne ou française ne serait pas déplacé dans tel ou tel livre de Rabelais.

59Parfois Gruget garde une fantaisiste traduction de Fabriano qui résonne de façon burlesque en italien comme en français :

« Escrive Theophraste de un llamado Philino, que en toda su vida no comió ni bevió otro manjar sino solamente leche. » (Silva, I, 28.)

« Scrive Teofrasto d’un chiamato Penino, che in tutto il tempo che visse, non mangio nè bevo altre che l’acqua. » (Selva, I, 26.)

« Theophraste escrit d’un nommé Penin, que tout le temps de sa vie ne mangea, ni ne beut autre chose que de l’eau. » (Diverses leçons, I, 26.)

60Le traducteur et adaptateur se laisse également aller au plaisir de la composition. Tandis que Pedro Mexía cite Pline de façon concise, parce qu’il a accumulé avant lui toute une série de sentences semblables dues à différentes autorités :

« Plinio, en el lugar arriba dicho, cuenta de otro león en la provincia de Siria, que llegó assí, con una espina en la mano, a un hombre natural de Siracusa de Sicilia ; y el hombre lo curó y sacó la espina. Y Plinio dize que vio en la misma ciudad de Siracusa esta historia pintada como avía passado. » (Silva, II, 2.)

61Claude Gruget, qui se contente de ne mentionner que quelques sentences, raconte de façon pittoresque et vivante la rencontre de l’homme et du lion affligé d’un « escot de bois » dans sa patte :

« Pline au lieu preallegué raconte d’un Siracusain nommé Mutor, lequel estant en Syrie, rencontra un Lion qui se presenta devant lui, et se couchant par terre, faisoit plusieurs signes de suplication dont le Siracusain estonné de peur se mit en fuite ; mais le Lion tousjours le suyvoit et devançoit, le flatant et leschant ; enfin le Siracusain avisa que le Lion estoit blessé au pied, et le print, et lui en osta un escot de bois qui estoit dedans, et ainsi le Lion fut guéri. Ceste histoire depeinte par le mesme Mutor en un tableau qui est en Siracuse en fait le tesmoignage. » (Diverses leçons, II, 2.)

62Ainsi, en langue française, l’imitation ne saurait se passer de l’invention du traducteur Claude Gruget qui se fonde sur une idée de la dépravation et de la décadence des langues italienne et espagnole et qui a la conviction de conférer à sa traduction l’énergie, la capacité éloquente de faire apparaître son sujet. Philologue, Claude Gruget obéit à une exigence transhistorique de reconstruction des Diverses leçons. Mais il veut surtout une parole efficace en langue française. Parce qu’il suspecte les variantes et la variance essentielle de la Silva du Sévillan, la traduction mot à mot de la Silva serait pour lui une catastrophe qui déplacerait les œuvres originales. Magnifiant un auteur transcendant, il en arrive à se magnifier lui-même ; il franchit le seuil qui sépare le traducteur de l’auteur. Découvrant les leçons de Pierre Messie, le lecteur français découvre en même temps la clarté et la vérité, le « miel » total de la parole traduisante en langue française, supérieure en clarté et vérité à l’italienne et à l’espagnole, parce qu’elle seule s’égale aux langues de l’origine ; les conditions sont réunies pour qu’il puisse goûter effectivement le texte et ses divers lieux, pour qu’il puisse s’essayer à son tour à la parole et à l’écriture.

63Précédant immédiatement le texte des Diverses leçons, un poème résume bien la prétention de l’auteur, Pierre Messie ou Claude Gruget ; donner au lecteur le vrai de l’écriture, la beauté de Pandore et la céleste bonté du miel :

Comme la mouche à miel pille sa nourriture
Au plus suave thym des coutaux Hybléens
Et sans l’endommager en tire les moyens
De s’en entretenir et y prendre pasture :
Ainsi de ce discours l’autheur en la lecture
De plusieurs écrivains et bons historiens
A pris ce qu’il a dit sans toutefois en riens
Leur nuire ny changer le vray de l’escriture.
Mais jaçoit que l’abeille en cire convertisse
Partie de son past, d’autre part le miel isse,
Liqueur qui est au goust de celeste bonté :
Ce n’est icy que miel : il n’y a autre chose,
De sorte que, lisant dedans, je me propose
Voir comme une Pandore excelente en beauté.

64Pedro Mexía, à la suite d’Aristophane, Sénèque et Pétrarque, à l’occasion de sa traduction de la Parenesis ou exhortation à la vertu d’Isocrate, avait utilisé la métaphore de l’abeille, mais en lui donnant une portée morale, sans évoquer nommément le « miel » :

« Débeste aprovechar también de la lección de los poetas y de sus buenos avisos y sentencias y de qualquiera dicho provechoso que hombres sabios y doctos hayan dicho ; porque de la manera que vemos la abeja, tocando en todas las flores, de cada una dellas tomar y apartar lo mejor, así conviene a los que quieren disciplinar y encaminar su vida a virtud, aprender todas las cosas y escoger lo que fuere para este efecto provechoso. »

65Intelligible et sensible se joignent chez Claude Gruget qui affirme que la langue française, retrouvant le bien perdu, a le don de le transformer en miel.

66Ainsi, au milieu du XVIe siècle, à Séville comme à Paris, les traducteurs ont bien conscience de la différence des langues et de la nécessité d’une heureuse appropriation en langue vernaculaire des « grandes materies » qui se traitent en langues grecque et latine. Le large intérêt éveillé par les traductions des textes classiques dès la fin du XIVe siècle suscite leur désir de faire de leur langue maternelle, nationale, une langue de vérité, de beauté et de bonté à l’« imitation » de celle des anciens. La traduction, bien éloignée du mot à mot, ne saurait se passer de l’« invention » des traducteurs, de cette énergie efficace de la parole traduisante qui marque l’essai d’elle-même et s’offre avec violence et saveur à l’appréciation gustative des lecteurs et auditeurs. Cette hostilité au mot à mot est due au souci d’éloquence et d’efficacité autant qu’à la difficulté de la traduction.

67Tandis que la Silva de varia lección, fondée sur la multiplicité des livres et du savoir en langue latine, recueille et juxtapose le plus grand nombre de sentences des auteurs antiques afin de présenter une somme du savoir en langue castillane et d’en constituer elle-même l’essentielle variance, les Diverses leçons de Pierre Messie, fondées sur un livre unique, prétendent retrouver l’authentique bien perdu des livres en grec et en latin et se donnent au lecteur français comme fruit et miel savoureux. Tandis que l’utilisation de la langue castillane dans le livre imprimé réduit l’écart entre l’oral et l’écrit et prouve que la langue castillane peut être une langue du savoir universel, la langue française, contre les autres langues vernaculaires, s’affirme comme celle de la vérité et de la saveur nationales.

ÉPILOGUE

68Variance essentielle du savoir dans la Silva de varia lección, dense saveur des Diverses leçons de Pierre Messie, la traduction se rapproche de l’herméneutique dans la mesure où elle oblige à interpréter et clarifier l’origine à l’aide d’une langue autre. Ce faisant elle ouvre la voie à la codification d’un « bon goût » dont les règles sont étroites. Vers 1555, les nouveaux maîtres à penser en France, les hommes de la Pléiade, méprisent la traduction. En 1552, date de parution des Diverses leçons de Pierre Messie, dans son Epître à Jean de Morel, du Bellay affirme déjà que « les traductions ne sont suffisantes pour donner perfection à la langue française ». De plus, l’« élocution » est essentiellement intraduisible : « ceste energie, et sçay quel esprit qui est en leurs escrits (ceux des anciens), que les latins appeloient genius ». En 1594, le célèbre Étienne Pasquier traite la traduction de « labeur misérable, ingrat et esclave ». Il n’y aura donc pas d’autres traductions de la Silva de varia lección de Pedro Mexía, mais des « suites » de la traduction et adaptation de Claude Gruget : les Diverses leçons d’Antoine du Verdier, sieur de Vauprivaz, Suyvans celles de Pierre Messie, publiées en 1577 (puis 1580, 1584, 1592), et les Diverses leçons de Louis Guyon Suyvans celles de Pierre Messie et du sieur de Vauprivaz en trois tomes de 1604, 1613 et 1617. Il ne s’agit plus alors véritablement de la Silva de varia lección de l’humaniste sévillan.

Notes

1 Francisco Pacheco, Libro de descripción de verdaderos retratos de ilustres y memorables varones, 1599. Édition récente par Pedro M. Piñero Ramírez et Rogelio Reyes Cano, Séville, Diputación Provincial, 1985, p. 309. La notice concernant Pedro Mexía se trouve p. 307-313.

2 Sur la dédicace de la Silva et son rapport aux différentes instances politiques et culturelles, Dominique de Courcelles, « Le livre médiateur des instances politiques et culturelles : étude des deux textes préliminaires de la Silva de varia lección de Pedro Mexía, sévillan (1540) », à paraître dans la Nouvelle revue du seizième siècle.

3 Voir Théodore S. Beardsley, « La traduction des auteurs classiques en Espagne de 1488 à 1586, dans le domaine des belles-lettres », dans L’humanisme dans les lettres espagnoles, études réunies et présentées par Augustin Redondo, XIXe colloque international d’études humanistes, Tours, 5-17juillet 1976, Vrin, 1979, p. 51-64. Et Pedro Russell, Traducciones y traductores en la península ibérica (1400-1550), Univ. autónoma de Barcelona, 1985.

4 En 1576, la Silva de varia lección est connue au Mexique, comme le montre l’article de A. I. Léonard, « Una venta de libros en México, 1576 », dans Nueva revista de filología hispánica, t. 2, 1948, p. 174-185.

5 Francisco Pacheco, Libro de descripción…, p. 309.

6 William Melczer remarque à propos de Juan de Mal Lara et de l’école humaniste de Séville entre 1548 et 1571 — rappelons que Pedro Mexía meurt en 1551 — que les manifestations culturelles, littéraires et intellectuelles de la ville sont nombreuses, malgré l’absence d’une université : « Juan de Mal Lara et l’école humaniste de Séville », dans L’humanisme dans les lettres espagnoles…, p. 89-104.

7 Louis Kelly, The True Interpreter, Oxford, Blaxwell, 1979, p. 71.

8 Jacques Monfrin compare l’histoire des traductions au Moyen Age en France, en Italie et en Espagne dans l’article « Humanisme et traductions au Moyen Age », dans L’humanisme médiéval dans les littératures romanes du XIIe au XIVe siècle, 1964, p. 217-262. Pour la péninsule Ibérique, on peut se reporter aux ouvrages suivants : Marcelino Menéndez y Pelayo, Biblioteca hispano-latina classica, Madrid, 1951-1953, 10 vol. ; Mario Schiff, « La bibliothèque du marquis de Santillane », Bibliothèque de l’Ecole des Hautes Etudes, Sciences historiques et philologiques, t. 153, 1905, p. 449-459 ; pour la Catalogne ; les travaux d’Antoni Rubio i Lluch et l’étude de M. Jordi Rubio i Balaguer dans Historia general de las literaturas hispanicos de G. Diaz Plaja, Barcelone, 1949, t. 1, p. 734-739 et 1953, t. 3, p. 746-755, 793-794, 832-834.

9 Ma Pilar Cuartero Sancho, Fuentes clásicas de la literatura paremiológica española del siglo XVI, Zaragoza, Institución « Fernando el Católico », 1981, chap. I : « Fuentes de la Silva de varia lección de Pedro Mexía », p. 19-74, version révisée et résumée de la thèse doctorale soutenue en 1978.

10 C’est ce qu’affirme avec enthousiasme Alonso Morgado dans son Historia de Sevilla, parue chez Andrea Pescioni y Juan de León en 1587 (fol. 6v) : « Escrivió las obras que todos saben, en las quales mostró bien su mucha erudición y la gravedad de su doctrina, su muchachristiandad y mucha fidelidad y verdad », Séville, Éd. Moderne, Sociedad del Archivo Hispalense, s. d.

11 E. A. de Nebrija, Diccionario latino-español, Salamanque, 1492. Édition et introd. par Germá Colón et Amadeu Soberanas, Barcelone, 1979.

12 Brigitte Lépinette, « Le Lexicon (1492) de E. A. de Nebrija (1441-1522) et les Catholicon Abbreviatum latin-français de la fin du XVe siècle », dans Antonio de Nebrija : Edad Media y Renacimiento, Salamanque, Univ. de Salamanca, 1994 (Acta Salmanticensia, Estudios filológicos, 257). Dans le Lexicon, Nebrija tente de conjuguer l’ordre alphabétique avec le regroupement des dérivés d’une même base, privilégiant le deuxième facteur d’organisation. Nebrija, en tant que grammairien, est sensible au côté grammatical des unités de la langue latine, à leur forme et à leurs possibilités de combinaison. Il ne garde généralement que le latin attesté dans les textes.

13 Diálogo de la lengua, éd. Antonio Quilis Morales, Barcelone, Plaza i Janes, 1984.

14 Voir Elias L. Rivers, « L’humanisme linguistique et poétique dans les lettres espagnoles du XVIe siècle », dans L’humanisme dans les lettres espagnoles…, p. 169-176.

15 Selon Antonio Castro, éditeur de la Silva de varia lección (Madrid, Catedra, 1989), les emprunts linguistiques et littéraires de Mexía sont très semblables à ceux des autres écrivains en langue castillane de la même époque (p. 88 et suiv.). Par exemple, dans la Silva, I, 44, Mexía écrit : « La primera parte [de la vida del hombre] es infancia, que quiere dezir niñez de niño que no habla, y podríamosla llamar innocencia, porque nuestro castellano no tiene vocablo particular que signifique infancia. » Le mot latin infantia signifie « incapacité de parler » par dérivation du mot fari, « parler ». Mexía est soucieux de combler certains manques du vocabulaire de la langue vernaculaire.

16 Ce poème est intitulé « Franciscus Leardus ad latinum lectorem », sans que l’on sache qui est ce Franciscus Leardus : « Desine mirari materna hoc edere lingua, I Petrum Mexíam, candide lector, opus. I Ille quidem poterat Latiis componere verbis, I Ut qui inter doctos est numerandus eques. I Sed voluit librum multis prodesse, vel illis, I Qui innumeri capiunt verba latina minus. I Hos reor atque alios nunquam legisse pigebit, I Utrique invenient plurima digna legi. »

17 Cf. Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante, histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, 1989.

18 « Stances à chanter sur la lyre. Pour l’avant-venue de la royne d’Espagne à Bayonne », dans Claude-Gilbert Dubois, Celtes et Gaulois au XVIe siècle : le développement littéraire d’un mythe nationaliste…, Paris, Vrin, 1972, p. 170-171, n. 109.

19 Voir les actes du XXe colloque du C. M. R. 17 (Bordeaux, 25-28 janvier 1990), L’âge d’or de l’influence espagnole : la France et l’Espagne à l’époque d’Anne d’Autriche, 1615-1666, Mont-de-Marsan, Éd. Interuniversitaires, 1991.

20 Roger Zuber, Les « belles infidèles » et Information du goût classique, postface d’Emmanuel Bury, Paris, Albin Michel, 1995 (1re éd. : 1968), chap. 1 : « La renaissance du genre (avant 1625) ».

21 Cf. Michel Ballard, De Cicéron à Benjamin : traducteurs, traductions, réflexions, Presses univ. de Lille, 1992, p. 110-112. L’essai de Dolet concrétise une prise de conscience plus synthétique des problèmes de la traduction que les simples préfaces qui l’ont précédé : « Ce qui nous semble plus évident, pour notre part, c’est le rapport avec Cicéron ; comme lui, il parle de la traduction en liaison avec l’art de l’oraison et l’étude de la langue maternelle. »

22 Voir A. M. Gallina, Contributi alla storia della lessicografia italo-spagnola nei secoli XVI-XVII, Florence, L. S. Olschki, 1959.

23 Les Bibliothèques françaises de La Croix du Maine et de du Verdier réunies, éd. J. Rigoley de Juvigny (nouvelle éd.), Paris, 1772-1773, t. I, p. 141 ; J.-P. Niceron, Mémoires pour servir à l’histoire des hommes illustres…, Paris, 1727-1745, t. XLI, p. 151-155.

24 Cette ode dédiée d’abord à Charles de Pisseleu le fut ensuite (1560) à Jacques Grévin. Mais Ronsard se brouilla avec Grévin et remplaça son nom par celui de Claude Gruget dans l’éd. de 1567-1573, ce qui ne prouve pas que Claude Gruget vivait encore à ce moment-là.

25 Cf. Florent Pues, « Claude Gruget et ses Diverses leçons de Pierre Messie », dans Les Lettres romanes, t. 13,1959, p. 371-383.

© Publications de l’École nationale des chartes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search