Version classiqueVersion mobile

Traduire et adapter à la Renaissance

 | 
Dominique de Courcelles

Traduire de l’italien

Ambitions sociales et contraintes éditoriales a la fin du XVIe siècle

Jean Balsamo

Texte intégral

1Les chefs-d’œuvre reconnus comme tels au XVIe siècle, qui illustraient les lettres françaises, étaient des traductions : le Thucydide de Claude de Seyssel, Amadis de Gaule de Herberay, le Plutarque d’Amyot, les Psaumes traduits par Marot ou Desportes scandèrent le siècle d’un rythme trentenaire. Et Biaise de Vigenère, admirable traducteur lui-même, pour décrire l’effervescence intellectuelle qui régnait dans les cercles cultivés du temps des derniers Valois, pouvait noter cet intérêt unanime porté à la traduction :

  • 1 B. de Vigenère, La décadence de l’empire grec, par Nicolas Chalcondyle Athénien, Paris, Chesneau, (...)

« Tant un chacun se monstre aspre & bouillant à mettre la main à la plume ; pour le regard principalement des traductions où il n’y a personne qui vueille demeurer arriere, & qui par maniere de dire ne s’efforce d’y teindre & ensanglanter son glaive »1.

  • 2 Nous renvoyons, pour une étude détaillée des formes de la traduction et des textes choisis, à nos (...)
  • 3 R. E. Stoyl rappelle que peu de Français lisaient couramment l’italien (« How to account for Belle (...)

2Mode principal des lettres françaises, la traduction fut aussi le moyen par excellence du rapport quelles entretenaient avec l’Italie2. La langue italienne, en effet, n’était pratiquée en France que par un cercle restreint de quelques spécialistes, secrétaires ou écrivains, et le lecteur cultivé ne pouvait en lire les œuvres que dans sa propre langue3. Mais, à la différence de notre époque, la traduction n’était pas le simple moyen du truchement, elle avait une ambition plus impérieuse : l’Italie, à vrai dire, ne pouvait être que « traduite ». c’est-à-dire assimilée et utilisée, et chaque version nouvelle d’un poème ou d’un traité d’hippiatrie devait contribuer à l’édification du monument royal de la langue française.

3La traduction ne se dévouait pas à l’œuvre étrangère, elle n’en assurait pas la gloire. Elle était conçue comme sa conquête. comme un substitut plus éloquent, elle semblait remplacer le triomphe militaire sur l’Italie, dans l’esprit de Français toujours belliqueux ; cette volonté de puissance érudite et littéraire s’amplifia après l’échec politique de 1559, et elle devint un des « lieux » du discours apologétique de la langue française. Le pillage systématique de ce que Du Tronchet appelait de « plus opulentes cassines » était l’expression hyperbolique d’une esthétique de l’imitation. La traduction servait à enrichir la langue, à mettre des thèmes puis des styles nouveaux à l’épreuve et au service de la parole nationale. Elle se justifiait par l’œuvre française qu’elle proposait et qui devenait, à son tour, modèle pour de nouvelles imitations.

  • 4 Nous ne suivrons pas l’analyse de Pierre de Nolhac, qui voyait dans l’abondance des traductions la (...)

4Jamais on ne traduisit plus de textes italiens que durant les dernières décennies du XVIe siècle. Entre 1570 et 1600, les libraires français en publièrent plus de quatre cents titres, dont la moitié étaient entièrement nouveaux4. Durant le même temps, ils publièrent à peine une vingtaine de textes en langue originale, aux tirages confidentiels, à l’usage des milieux italiens de la cour. Les traductions recouvraient tout le champ des bonae litterae, sans se limiter aux seules formes de la littérature d’imagination. Elles avaient d’autre part leur géographie, dans laquelle Lyon, principal centre italianisant sous Henri II, perdait de son rayonnement, et Paris jouait un rôle essentiel : plus de la moitié des traductions nouvelles furent publiées dans la capitale, et en particulier tout ce qui comptait en fait de textes religieux et savants. Elles avaient surtout leurs acteurs. Ces derniers, victimes du dédain qui s’attache au genre de la traduction et qui constituait déjà un autre « lieu », paradoxal, de l’apologie du français, ont rarement été étudiés, sinon à la suite de l’auteur dont ils auraient assuré la « fortune » française, dans l’oubli du rôle décisif que jouait la traduction dans les lettres françaises du temps, dans leur propre formation littéraire et dans les politiques éditoriales. Nous connaissons le nom d’une soixantaine de ces traducteurs italianisants. Leur rang, le rapport de métier ou d’occasion qui les liait à la littérature, n’étaient pas sans conséquences sur le choix des œuvres et sur leur usage.

5Plus de quarante de ces traducteurs publièrent leur premier ouvrage durant ces années, 1570-1600, et cet ouvrage était précisément une traduction de l’italien. Celle-ci était une des formes de l’apprentissage littéraire, sa publication en marquait la fin, comme chef-d’œuvre. Malherbe se fit connaître en 1587 par sa version, plus « baroque » que l’original, des Lagrime di san Pietro de Tansillo. La traduction d’un texte italien était une œuvre de débutant, une œuvre propédeutique, qui complétait les exercices du collège faits sur des textes latins ou grecs, une œuvre parfois liée à la préparation ou à l’expérience du voyage d’Italie. C’était aussi une œuvre isolée, qui n’était pas suivie d’autres traductions ni d’un intérêt plus constant pour les choses d’Italie : la moitié des auteurs ne publièrent qu’une seule traduction, liminaire, alors même qu’ils continuèrent d’écrire d’autres œuvres françaises. Dans la plupart des cas, la traduction était bien conçue comme une étape, comme un travail nécessaire, modeste dans son propos et dans ses ambitions, appelé à être rapidement dépassé par des œuvres « personnelles ».

  • 5 La Célestine, Paris, Robinot, 1578, épître f. 2.

6Les préfaces des traductions insistent, de façon topique, sur les éléments sociaux et mondains, qui l’emportent toujours sur les considérations littéraires. C’était dans un temps de l’oisiveté, conquis sur les charges et les occupations, que les traducteurs occasionnels, qui ne revendiquaient jamais leur statut d’hommes de lettres, prétendaient avoir écrit. Ils donnaient ainsi une dignité littéraire — parce qu’elle était mondaine — à cette occupation, qui obéissait, selon eux, à des raisons personnelles d’agrément et de divertissement, ou à des raisons psychologiques ou affectives. Jacques de Lavardin, paraphrasant la préface de l’auteur espagnol qu’il traduisait, rappelait comment, en 1578, à la fin des troubles, il avait regagné son manoir du Plessis-Bourot ; et là, dans l’intimité de sa bibliothèque, il eut le loisir de relire des livres rapportés jadis d’Italie par son père. Il retrouva une vieille édition vénitienne de la Celestina, il la traduisit pour se divertir, et il offrit sa version à son frère5. Un semblable récit était fréquent, et on ne manquera pas de le rapprocher de ce que Montaigne lui-même écrivit des circonstances de sa propre traduction de la Théologie de Sebond, un livre « basty d’un espaignol barragoiné en terminaisons latines ».

7Cette activité se donnait comme « libérale ». Détachée en apparence des contingences matérielles, reflétant un pur souci érudit ou littéraire, trouvant son temps dans l’otium, elle avait ses choix propres. Les pièces liminaires insistaient sur la qualité singulière du texte d’origine, ainsi que sur les raisons ou les circonstances très personnelles qui avaient présidé à la traduction, présentée comme une heureuse rencontre. Elles rappelaient, de façon volontairement explicite, le lien de sympathie et de connivence symbolique qui unissait le traducteur à l’œuvre choisie. Parmi les textes dus à ces « amateurs », la poésie, préparation aux travaux de poésie française, l’emportait, mais aussi la prose de fiction, qui pouvait servir à l’expression d’une galanterie personnelle et à l’analyse du sentiment amoureux. il s’agissait dans la plupart des cas de textes courts, parfois même de fragments, telles ces innombrables imitations de l’Arioste, jadis étudiées par Cioranescu.

8Les ouvrages de spiritualité, auxquels finit par se réduire au XVIIe siècle l’essentiel de ce qui s’importait d’Italie, représentaient un riche domaine à exploiter. Ces traductions entraient dans le même cadre d’une écriture « libérale ». Pierre Frizon, par exemple, un chanoine de la cathédrale de Reims, était aussi un italianisant : il vint à Rome en 1582, il y acheta des ouvrages italiens qu’il lut et qu’il annota. Il traduisit en outre des textes de Charles Borromée, de Loarte, de Pietro da Lucca. Il appartenait à un cénacle protégé par la famille de Guise, et qui joua un rôle de propagande de l’action politique et de l’engagement religieux de l’illustre maison. Mais il se servait de tous les lieux communs qui rappelaient une activité désintéressée pour caractériser son travail :

  • 6 G. Loarte, La consolation des affligez, Paris, Brumen, 1584 ; épître à Louis, cardinal de Guise, f (...)

« Je me suis essayé de fuir l’oysiveté source de tous vices, employant ma vie à quelques honnestes exercices, selon le peu de capacité que je recognois en moi : et aussi tost j’ay pris résolution de sonder mes petites forces en la traduction de ce livre qui traicte de la consolation des affligez »6.

9Ces raisons définissaient l’œuvre comme un exercice vertueux et comme un passe-temps. On les retrouve exprimées avec des nuances diverses par les principaux traducteurs d’ouvrages religieux ou de piété, Philibert du Sault, Nicolas Dany, Louis de Bar, qui connaissaient les plus fines nuances de la spiritualité italienne de leur temps. Ces chanoines italianisants étaient des traducteurs occasionnels. Mais ils appartenaient à un ordre et à une Église qui venait, après le concile de Trente, de réaffirmer son dogme et les moyens de sa diffusion. Ils contribuaient à transmettre la saine doctrine. Leur rôle personnel consistait à découvrir les « bons livres » et à les traduire, mais eux-mêmes s’effaçaient derrière l’œuvre et son message, celui de l’orthodoxie d’une foi et d’une pratique pieuse, au profit enfin de l’institution qui directement ou indirectement la suggérait, dans un effort réel de prosélytisme.

10Ces textes religieux confirment eux aussi le rôle de la traduction dans une écriture fondée sur l’imitation. Elle offrait les ressources de l’invention et de la copia verborum de la prédication en langue vernaculaire. Les traductions n’introduisaient pas en France, telle quelle, la spiritualité tridentine, reçue avec réticence, mais elles donnaient des modèles d’éloquence sacrée adaptée en termes nationaux. En 1574 Jacques Berson ajouta au recueil des sermons qu’il avait prononcés à Saint-Jacques-de-la-Boucherie lors du temps de Carême, sa traduction des Sermons de Cornelio Musso qui l’avaient inspiré, et dont il avait suivi l’invention dans ses propres prédications en français.

  • 7 F. Secret, en particulier, a attiré l’attention sur le rôle littéraire des secrétaires du duc d’Al (...)

11Le rôle du secrétaire dans le développement des lettres françaises en général reste encore mal étudié7. Quelques exemples pourtant confirment son importance dans la définition du « champ littéraire » de l’époque et dans l’usage de la traduction, qui constituait le prolongement littéraire du travail administratif de ce « spécialiste » des langues étrangères, de ce véritable « professionnel » des lettres.

12Le « secrétaire et interprète aux langues pérégrines » Guy Le Fèvre de La Boderie traduisit pour Marguerite de Valois le Discours de l’honneste amour de Marsile Ficin. Son frère Antoine, futur ambassadeur en Angleterre, était au service de Pierre de Gondi, qu’il accompagna à Rome en 1592, et il traduisit Nenna et le Tasse. Etienne du Tronchet, qui fut au service de Rougier de Ferrais, ambassadeur à Rome en 1571, puis de Catherine de Médicis, écrivit dans le cadre d’une même fonction ses Lettres missives et familières adaptées de l’italien et son recueil des Lettres amoureuses, paraphrase de Pétrarque. Nicolas Colin était l’agent du cardinal de Lorraine, et il traduisit à sa demande de nombreux textes sacrés. Vigenère enfin, qui passa la plus grande partie de sa carrière au service de Louis de Gonzague, duc de Nevers, avait été « secrétaire pour le roy » auprès de l’ambassadeur Just de Tournon, à Rome entre 1566 et 1568, et il avait écrit une « œuvre du secrétaire », adaptée de Castiglione, dont le Traicté des chiffres seul subsiste, avant de traduire, en 1595, la Jérusalem du Tasse.

13Cette fonction de secrétaire, sous ses différents avatars, traducteur-interprète, précepteur, lecteur, constituait le cadre social des lettrés français les plus actifs et les plus connus. Ils étaient au service d’un patron, qui les rétribuait pour un service. Leur activité stipendiée avait deux aspects, dont le premier n’apparaissait que rarement sous forme de publication : elle consistait à rédiger les dépêches et à traduire les lettres reçues de l’étranger. Dans la quatrième leçon du Dessein des professions nobles, consacrée à l’emploi du secrétaire, Antoine de Laval évoquait très précisément ce travail de chancellerie et la formation italianisante qu’il demandait à celui qui en était chargé :

  • 8 Dessein des professions nobles et publiques, Paris, veuve L’Angelier, 1613, f. 211, lettre à Puget (...)

« à quoy luy apporte grande lumière la parfaite cognoissance qu’il a de la langue et des mœurs de l’Italie, d’où il reçoit ordinairement des nouvelles »8.

  • 9 Œuvres, éd. Paris, 1609, p. 1017.

14Ce travail utilitaire constituait la partie la moins visible de l’activité des traducteurs, de Du Tronchet, de Colin ou de Vigenère. Dans sa modestie même, « respondre aux pacquets d’Itale et du Levant », que Ronsard pourtant célébra chez Jean du Tiers, secrétaire d’État et traducteur de la Pazzia9, elle marquait de ses intérêts spécifiques le rapport à l’Italie, et en tirait des modèles rhétoriques, Bembo, Castiglione ou même l’Arétin, dont les Lettere furent encore publiées à Paris en 1609. Il est probable aussi que c’est à ces secrétaires interprètes qu’il convient de rendre les nombreuses traductions anonymes publiées à l’époque, et en particulier tous les occasionnels et les recueils d’avvisi, dont ils avaient la primeur par leur fonction.

15L’homme de lettres gagé répondait de surcroît à une demande littéraire ou savante, dans une seconde activité qui pouvait se parer du double prestige de la commande et du mécénat, et s’exprimer dans les formes topiques d’une activité « libérale ». La traduction était œuvre de délectation ou d’édification à l’usage des grands, elle contribuait à leur divertissement et à leur gloire. L’activité de traducteur de Desportes et des autres poètes de cour, Belliard ou Jean de La Jessée, peut se comprendre ainsi : ni plagiat ni même œuvre propédeutique, mais moyen fort commode de fournir rapidement, en puisant dans le riche répertoire des anthologies néo-pétrarquistes, des œuvres de commande pour une utilisation mondaine.

  • 10 Voir notre étude consacrée à « Abel L’Angelier, libraire italianisant (1572-1609) », dans Bulletin (...)
  • 11 Voir M. Simonin, Vivre de sa plume au XVIe siècle, ou la carrière de François de Belleforest, Genè (...)
  • 12 Il manque une bonne étude consacrée au plus important des traducteurs de l’italien ; le travail de (...)

16Le plus grand nombre de traductions, et toujours les plus fameuses, échappaient pourtant à ces déterminations. Elles étaient élaborées à l’instigation des libraires, dans un cadre commercial10. Elles étaient dues à de véritables professionnels des lettres, pour qui la traduction était l’activité principale : Gruget, Larivey, Belleforest, dont la carrière est maintenant bien connue11, et plus encore Gabriel Chappuys12. Celui-ci publia, de 1576 à 1611, une quarantaine de traductions de l’italien, auxquelles s’ajoutent un nombre presque égal de traductions de l’espagnol et quelques textes d’auteurs latins modernes. Cette véritable production n’avait plus rien de commun avec les publications occasionnelles et choisies des autres italianisants : sa cohérence et le nombre même des traductions étaient hors de comparaison, impliquant un rapport totalement différent à la version et à ses usages. Il ne s’agissait plus d’exercices préparatoires à une écriture personnelle ni d’un loisir érudit, mais d’ouvrages directement liés aux réalités éditoriales les plus concrètes et les plus attentives aux demandes des lecteurs les plus nombreux.

  • 13 Baudrier, Bibliographie lyonnaise, Lyon-Paris, 1895-1921, X, p. 332 et 334.

17Dans la carrière de Chappuys, le séjour lyonnais et l’installation parisienne correspondirent à des types d’activité qui s’exprimaient en des productions particulières. A Lyon, entre 1574 et 1583, Chappuys occupa les fonctions de « prélecteur » et de correcteur d’imprimerie, chez Cloquemin et chez Honorat13. Cette fonction dans les ateliers avait un prolongement plus créatif : Chappuys, qui maîtrisait parfaitement l’italien, devint le principal traducteur des libraires lyonnais, travaillant pour eux selon les exigences de leurs collections. Sa version du Roland furieux illustre le point de rencontre du correcteur et du traducteur : en 1576, Honorat confia à Chappuys la tâche de mettre à jour la vieille traduction éditée par Jean Des Gouttes. L’ouvrage s’étant vendu, il fit paraître en 1582 une nouvelle édition, augmentée de la traduction des Cinq chants nouveaux et de la Suite du Furieux de Pescatore, faite dans l’intervalle. Pour Honorat, Chappuys traduisit également les Mondes de Doni et les Commentaires hiéroglyphiques de Jean Piérius Valérian.

18Dans ces publications, Chappuys n’avait qu’un rôle d’exécution ; son nom ne figurait pas toujours sous les titres des ouvrages qu’il traduisait. Il s’agissait pour lui d’un travail en série et de commande, dont la version des suites italiennes d’Amadis sont une autre illustration. Le succès de la traduction de Herberay, un déplacement des spécialités éditoriales et des effets de concurrence justifièrent ce choix des libraires lyonnais. En 1577, Benoît Rigaud, qui s’était fait une spécialité des romans édités en petit format et à bon marché, chargea Chappuys de traduire les XVe et XVIe livres d’Amadis de Mambrino delle Rose, ainsi que le deuxième livre de Primaléon. L’entreprise fut poursuivie, en collaboration avec d’autres libraires, Didier ou Béraud, jusqu’au XXIe livre, publié en 1581 chez Cloquemin. Cette œuvre romanesque, à laquelle le traducteur pouvait librement ajouter du sien, n’empêchait pas Chappuys de traduire dans le même temps d’autres ouvrages pour d’autres collections, des textes à l’usage du monde, des manuels de civilité et des facéties, le Courtisan de Castiglione, la Civile conversation de Guazzo, ou les Plaisans dialogues de Franco, traduits la même année. Les dédicaces, adressées aux notables de Lyon, révèlent aussi un souci constant de Chappuys, qui cherchait à compléter, par l’effet d’heureuses protections, les ressources financières assurément modestes que lui offrait un métier très subalterne.

19En 1583, recommandé par Du Verdier et par la version du Manuel du catéchisme catholique d’Edere, moins anodine que la traduction de romans, Chappuys quitta Lyon pour la capitale, laissant inachevés des ouvrages commandés par les libraires Stratius et Tardif. Toutes les versions de Giraldi, de Boccace ou d’Equicola, les six traductions de l’italien qu’il fit paraître en quelques mois, la même année 1584, répondaient à des commandes. Chappuys passait de L’Angelier à Houzé, de Chaudière à Orry, et il offrait à chaque libraire ce qui appartenait à sa spécialité. Et ces traductions avaient aussi pour but de faire connaître leur auteur à des patrons qui pouvaient ensuite lui offrir d’autres travaux plus importants.

20Elles constituaient comme un échantillonnage des talents du traducteur, qui s’offrait explicitement à fournir d’autres œuvres, plus ambitieuses que de simples traductions, si on acceptait de le stipendier à cet effet. La traduction servait de « produit d’appel ».

21Pendant les deux premières années de son séjour parisien, Chappuys traduisit surtout des nouvelles, des textes facétieux ou de la littérature mondaine, parce que tous ces textes se prêtaient à une traduction aisée, facile, et que, peu connus des lecteurs français, ils permettaient aussi de donner l’illusion d’une œuvre nouvelle : c’était le cas des Facétieuses journées, tirées d’un recueil de Sansovino qui n’était pas nommé, et que le traducteur devenu plagiaire offrit au financier Zamet, rappelant avec reconnaissance « la gracieuseté » dont l’Italien avait déjà fait preuve à son égard, et lui demandant un nouveau secours. Chappuys pensait obtenir ainsi le patronage et l’appui du monde de l’argent, par Zamet, de la haute noblesse, par la comtesse de Retz, des Lettres elles-mêmes, par la médiation de Desportes à qui il dédia la Nature d’amour d’Equicola.

22Dès 1585 Chappuys succéda à Belleforest dans la charge d’historiographe du roi et il devint en 1587 « translateur » officiel et secrétaire interprète pour la langue espagnole. Il accédait enfin à cette dignité d’homme de lettres, au service d’un protecteur et d’un projet savant et non plus des seules politiques éditoriales. Dès ce moment, les traductions littéraires d’œuvres de fiction cessèrent. Chappuys continua à traduire, mais il le faisait dans le cadre de ses nouvelles fonctions et selon les intérêts de ses nouveaux patrons.

  • 14 Le Secrettaire, Paris, L’Angelier, 1588, f. 3. Chappuys était lié avec la famille Habert : il dédi (...)

23Interprète du roi, il composa en 1585 l’Estat, description et gouvernement des royaumes du monde, une adaptation de Sansovino, dont la préface était un manifeste monarchique ; secrétaire, il traduisit en 1588 un manuel dû au même écrivain vénitien, Le Secrettaire, une œuvre de commande, réclamée par Isaac Habert, son supérieur dans les bureaux royaux14, et en 1600, il traduisit la Harangue de Cavriana adressée à Marie de Médicis pour se faire confirmer son emploi à la cour.

24Chappuys traduisit surtout des ouvrages religieux, et de façon systématique, pour d’autres libraires et une clientèle à qui ne pouvaient suffire les initiatives isolées des traducteurs occasionnels. Ces traductions n’étaient pas dues à une conversion personnelle de leur auteur, qui aurait ainsi été conduit à abandonner les facéties pour l’éloquence sacrée d’un Panigarola. Chappuys avait traduit des ouvrages religieux à Lyon dès 1580. Ses choix étaient guidés par les « protecteurs » pour lesquels il travaillait.

  • 15 Plusieurs traductions de Chappuys figuraient dans la bibliothèque du Roi ou, reliées à ses armes, (...)

25Chappuys venait au bon moment, il succéda à Belleforest dans l’entreprise des Chroniques du royaume ; il succéda aussi au Commingeois dans un autre projet, pour lequel il avait peut-être même été expressément appelé à Paris, compte tenu de la rareté des traducteurs compétents. Chappuys reprit en effet la traduction des Sermons de Cornelio Musso interrompue par la mort de Belleforest. Cette traduction qui se prolongea par étapes en 1584, en 1586 et enfin en 1598, s’accomplit sous le patronage hautement significatif de Louis Séguier, de Jean de Saint-André, de Charles Faye, tous trois chanoines de Paris et conseillers du roi, et plus tard du contrôleur des finances Saldaigne d’Incarville et du duc de Luxembourg. Un volume fut dédié au jésuite Émond Auger, et à sa demande, en 1587, Chappuys traduisit la Harangue de l’institution des saintes stations de Panigarola, un texte délicat de la polémique religieuse. Il n’est pas douteux que ces travaux spirituels, si nombreux après 1584, si cohérents dans leur choix et dans la présentation que leur donnait le libraire Guillaume Chaudière, aient obéi à une double incitation : celle d’Auger qui poussa le traducteur dans les voies de la polémique religieuse, en lui faisant traduire Panigarola et les jésuites espagnols ; celle, surtout, des cercles catholiques de la cour, du roi lui-même, de la congrégation Notre-Dame, qui l’orientaient vers des textes de pure spiritualité. Les deux incitations en fait se conjuguaient. Dans sa dédicace des Sermons sur la Passion de Panigarola, adressée à la congrégation royale, Chappuys rappelait le lien qui rattachait ce nouveau texte à la version, militante et engagée, qu’il avait faite quelques années plus tôt, des Leçons catholiques du même auteur italien15.

26Homme à tout faire des lettres, Chappuys avait su se plier au service qu’on lui demandait. Ses goûts personnels étaient de peu d’importance, et les hâtives traductions profanes des années 1583 et 1584 dépendaient plus que toutes les autres de conditions particulières, la recherche de protecteurs et la commande des libraires. Aucune traduction de Chappuys n’eut le succès et la diffusion des Histoires tragiques par Belleforest d’après Bandello. Alors qu’on les prend peut-être superficiellement pour la part la plus remarquable de son œuvre et la plus caractéristique d’un point de vue littéraire, les facéties et le romanesque, à quoi l’on réduit trop souvent l’italianisme, répondaient aux basses besognes de la littérature commerciale, que précisément il cherchait à fuir.

Notes

1 B. de Vigenère, La décadence de l’empire grec, par Nicolas Chalcondyle Athénien, Paris, Chesneau, 1577, f. F2v.

2 Nous renvoyons, pour une étude détaillée des formes de la traduction et des textes choisis, à nos Rencontres des Muses : italianisme et anti-italianisme en France à la fin du XVIe siècle, Genève, 1992, chap. Il et III.

3 R. E. Stoyl rappelle que peu de Français lisaient couramment l’italien (« How to account for Belleforest’s command of Italian ? », dans Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. 49, 1987, p. 383-388).

4 Nous ne suivrons pas l’analyse de Pierre de Nolhac, qui voyait dans l’abondance des traductions la preuve la plus convaincante d’une influence étrangère (« Le roi Henri III et l’influence italienne en France », dans Giornale storico della letteratura italiana, t. 17, 1891, p. 446-449).

5 La Célestine, Paris, Robinot, 1578, épître f. 2.

6 G. Loarte, La consolation des affligez, Paris, Brumen, 1584 ; épître à Louis, cardinal de Guise, f. â2.

7 F. Secret, en particulier, a attiré l’attention sur le rôle littéraire des secrétaires du duc d’Alençon, Le Fèvre, Hesteau de Nuysement, La Jessée, Bodin, « tout un monde qui malheureusement nous échappe » (L’ésotérisme de Guy Le Fèvre de La Boderie, Genève, 1969, p. 73).

8 Dessein des professions nobles et publiques, Paris, veuve L’Angelier, 1613, f. 211, lettre à Puget de Pomeuse, trésorier de l’Épargne, datée de 1598.

9 Œuvres, éd. Paris, 1609, p. 1017.

10 Voir notre étude consacrée à « Abel L’Angelier, libraire italianisant (1572-1609) », dans Bulletin du bibliophile, 1991, p. 85-103.

11 Voir M. Simonin, Vivre de sa plume au XVIe siècle, ou la carrière de François de Belleforest, Genève, 1992.

12 Il manque une bonne étude consacrée au plus important des traducteurs de l’italien ; le travail de L. Berthê de Besaucèle, J. B. Giraldi (1504-1573) : étude sur l’évolution des théories littéraires en Italie au XVIe siècle, suivie d’une notice sur Gabriel Chappuys, traducteur français de Giraldi, Aix-en-Provence, 1920, p. 265-296, est vieilli et souvent inexact. On trouvera quelques précieuses indications chez M. Bideaux, « Les choix d’un traducteur : Gabriel Chappuys et la composition des Facétieuses journées », dans La nouvelle française à la Renaissance, éd. L. Sozzi, Paris-Genève, 1981, p. 543-556.

13 Baudrier, Bibliographie lyonnaise, Lyon-Paris, 1895-1921, X, p. 332 et 334.

14 Le Secrettaire, Paris, L’Angelier, 1588, f. 3. Chappuys était lié avec la famille Habert : il dédia en 1586 le Théâtre de divers cerveaux de Garzoni, et en 1588 les Œuvres spirituelles de Jean d’Avila à Pierre Habert ; en 1576 il avait participé à L’excellent tournoy du vaillant chevalier de la Racine, éloge collectif de Gilbert Habert, alors au service du duc de Savoie.

15 Plusieurs traductions de Chappuys figuraient dans la bibliothèque du Roi ou, reliées à ses armes, étaient distribuées dans son entourage : P. Coster, Cinquante méditations, Anvers, 1587 (J. Boucher, Société et mentalité autour de Henri III, Lille, 1981, p. 871, n° 100) ; D. de Estella, Les Méditations, (F. Yates, The French Academies of the XVIth century, Londres, 1947, planche 16a) ; Cornelio Musso, Sermons, Paris 1584-1586, 4 vol. (catalogue Belin, 1914) ; Panigarola, Leçons catholiques, Lyon, 1585 (J. Boucher, n° 127).

© Publications de l’École nationale des chartes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search