Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduire et adapter à la Renaissance

 | 
Dominique de Courcelles

Traduire au nouveau monde

Pratiques de la traduction en Nouvelle-Espagne au XVIe siècle

Carmen Val Julián

Texte intégral

« Por espacio de veinte años, poco más o menos [después de su llegada en 1529] uvo grandissimo fervor en la conversión destos infieles ; con gran fervor los religiosos deprendían esta lengua mexicana y hazían artes y vocabularios della, con fervor predicavan y administravan los sacramentos, enseñavan a leer y escrevir y cantar y apuntar a los muchachos — que estavan recogidos en gran canditad en nuestras casas y comían y dormían en ellas — con gran fervor entendían en derrocar los templos de los ydo los y en edificar yglesias y hospitales. »
Sahagún, Prólogo al Coloquio de los Doce.

1Se poser la question de la traduction au Nouveau Monde revient à se placer, dans un contexte de domination coloniale, au carrefour de plusieurs histoires : histoire des langues, histoire du livre, histoire des religions. Autant dire trois aspects centraux de la Renaissance, saisis dans les modalités américaines de leurs relations.

  • 1 Premier voyage, 2 novembre 1492, dans Christophe Colomb, Œuvres complètes, éd. A. Cioranescu, Pari (...)
  • 2 Ibid., aux dates des 11 et 14 octobre, p. 45 et 46-48.
  • 3 Sur les modalités des premiers échanges, voir Emma Martinell Cifre, Aspectos lingüísticos del desc (...)

2L’histoire de la traduction au Nouveau Monde commence peut-être en 1492, lorsque Christophe Colomb prit soin d’embarquer pour son premier voyage vers les Indes par l’Ouest, un certain Luis de Torres, juif converti qui savait l’hébreu, le chaldéen et un peu d’arabe1… Torres, cependant, ne fera pas l’affaire et le premier motif de capture d’aborigènes dans les îles à peine découvertes sera bien vite le souci constant de l’Amiral, de pouvoir aver fabla avec les habitants et de se doter d’interprètes locaux2. Comment une entreprise conquérante saurait-elle en effet ignorer la langue de l’adversaire et faire l’économie des moyens de communiquer avec lui ? La prise de possession est aussi linguistique. Dès la première rencontre, les débuts de l’histoire coloniale de l’Amérique comptent différentes stratégies et pratiques de traduction mises en œuvre, de part et d’autre3.

  • 4 Bernard Vincent, 1492. L’année admirable, Paris, Aubier, 1991.
  • 5 Les références à l’Arte de Antonio, c’est-à-dire aux grammaires latine et castillane de Nebrija, c (...)

31492 est aussi, comme on l’a souligné maintes fois4, l’année qui voit la parution de la première grammaire européenne en langue vernaculaire, la Gramática de la lengua castellana d’Antonio de Nebrija, et du premier dictionnaire bilingue (latin-espagnol, complété l’année suivante par la partie espagnol-latin), du même auteur. La Découverte coïncide dans le temps avec l’avènement de ces instruments, qui auront leur influence dans l’empire espagnol, où ils seront connus, importés, voire utilisés comme modèles, pour des finalités nouvelles5.

  • 6 Voir Clive Griffin, Los Cromberger. La historia de una imprenta del siglo XVI en Sevilla y Méjico,(...)

41539, second repère chronologique, est la date admise pour l’arrivée de la première imprimerie en Amérique. Alors même que le mot traduire est inventé en France, l’imprimeur lombard Juan Pablos s’installe pour le compte de la puissante maison sévillane des Cromberger à Mexico, au cœur de cette Nouvelle-Espagne conquise par Hernán Cortés depuis 1521. C’est d’ailleurs chez Cromberger qu’avaient paru à Séville les seconde et troisième Lettres de relations de Cortés, sur la conquête du Mexique. Juan Pablos va ensuite détenir pendant près de vingt ans le monopole d’importation et d’impression de livres, avant qu’Antonio de Espinosa, puis Pedro Ocharte et Pedro Balli ne produisent à leur tour des ouvrages6.

  • 7 Outre les livres de J. García Icazbalceta et José Toribio Medina cités en annexe, voir : E. F. Ara (...)

5Le terrain de la bibliographie mexicaine de ce premier siècle de l’imprimerie est bien établi, et l’on dispose d’inventaires précis des livres imprimés, conservés ou disparus que des publications récentes viennent éventuellement compléter7. Mais il ne s’agit aucunement des seuls écrits disponibles sur place : s’y ajoutent les livres importés d’Europe à partir de Séville et dont les registres des navires consignent sommairement les titres, ainsi que nombre de manuscrits en circulation. Que peut-on dire, selon l’ensemble des sources, de la place que la traduction occupe parmi les livres produits au Nouveau Monde ?

I. — ORIGINES

  • 8 Voir annexe. La proportion réelle doit être encore plus significative si l’on tient compte du fait (...)
  • 9 J. Torre Revello, El libro…, p. xxxv.
  • 10 Vraisemblablement des rééditions, voir annexe.
  • 11 L’effort de traduction qu’ont supposé les textes en langue maya ou quiche, dont le Chilám-Balam, e (...)

6L’ensemble des ouvrages ayant trait à la traduction et des traductions elles-mêmes représentent environ les deux cinquièmes des titres publiés en Nouvelle-Espagne au xvie siècle8. Quand nous parlons de cette production considérable liée à la traduction, celle-ci n’a rien à voir avec les Virgilios et Ovidios en romance, c’est-à-dire en espagnol, qui traversent l’Atlantique à destination des Indes9, ni avec les très rares traductions du latin publiées sur place10. Il s’agit d’une production originale, directement issue des conditions locales et caractérisée par un double mouvement : tout en offrant la traduction de textes en différentes langues indigènes, elle fournit parallèlement les premiers outils techniques d’étude de ces langues que sont les dictionnaires (ou répertoires) et grammaires. La traduction va de pair avec la codification même de diverses langues, ou, plus précisément, elle la précède. Le premier livre paru en Nouvelle-Espagne serait en effet, de l’avis de la majorité des spécialistes, un ouvrage bilingue náhuatl-castillan : la Breve y más compendiosa doctrina cristiana en lengua mexicana y castellana, parue dès 1539. Alors qu’il faut en revanche attendre 1547 pour que fray Andrés de Olmos compose sa première grammaire manuscrite du náhuatl et 1555 pour que fray Alonso de Molina voie la sienne éditée. Le catéchisme traduit en langue indigène voit donc le jour avant les grammaires, et bien avant le dictionnaire autonome. Le náhuatl occupe une place prépondérante, mais il n’est pas du tout la seule langue objet d’étude et de traduction pour notre période ; l’on n’en recense pas moins de vingt autres, toujours parmi les livres publiés à Mexico11.

  • 12 Voir G. Baudot, Utopie et histoire au Mexique. Les premiers chroniqueurs de la civilisation mexica (...)

7Dans la mesure où il concerne des langues aussi nombreuses, inconnues et complexes au regard des locuteurs européens, ce double effort intellectuel — né dans « el grandísimo fervor » initial dont parle fray Bernardino de Sahagún — porte la marque d’un zèle hors du commun et d’une situation d’urgence. La rapidité, l’intensité et la créativité qui distinguent la production des traducteurs de Nouvelle-Espagne est toujours sous-tendue par leur élan religieux. Les ordres mendiants, et tout particulièrement celui des Frères mineurs, fournissent dans un premier temps (avant l’arrivée des Jésuites) la totalité des traducteurs, qui sont, avant toute chose, des évangélisateurs12. La maîtrise des langues vernaculaires est le préalable essentiel pour mener à bien la conversion des Indiens. L’épigraphe empruntée à Sahagún montre assez que la même flamme — ou la même stratégie — pousse à détruire temples et idoles, à ériger des églises et à apprendre les langues des vaincus.

  • 13 La production importée complète les cartillas produites localement comme celle d’Ocharte, 1569. Cf (...)
  • 14 E. F. Araujo, Primeros impresores…, p. 44.
  • 15 C. Griffin, Los Cromberger…, p. 119.

8C’est à la mission d’évangélisation que l’on doit aussi l’importation même de l’imprimerie que le franciscain fray Juan de Zumárraga, premier évêque de Mexico, avait appelée de ses vœux. De quels livres disposait-on avant 1539 ? Des tirages péninsulaires de catéchismes devaient être commandés pour l’Amérique et ils continuèrent d’être importés par la suite et utilisés parallèlement à la production locale13. Quant au premier catéchisme en langue náhuatl, la Doctrina cristiana du Flamand fray Pedro de Gante, il dut être édité à Anvers en 152814. La trace est également conservée de commandes d’impression de livres en langue indigène en 1537 et 1538 à Séville chez Juan Cromberger, même si la suite donnée reste incertaine15. On imagine aisément que l’absence de correcteurs d’épreuves qualifiés à Séville et les conditions et délais des communications condamnaient à terme une production européenne de ces livres en langue indigène, pour lesquels il existait une demande réelle et différenciée, et tout un corps de spécialistes outre-mer. Les Cromberger avaient divers intérêts commerciaux et miniers en Amérique, et ils entretenaient aussi de bonnes relations avec Zumárraga. La fonction créant l’outil, les nécessités de l’évangélisation en matière d’imprimerie leur permirent d’établir leur succursale mexicaine.

  • 16 Réimpr. en facsimilé par Luis Resines, Salamanque, Ed. de la Universidad, 1990.

9L’Église va dès lors jouer sur place un rôle dynamique comme promoteur d’impressions (et destinataire des dédicaces) et comme auteur, bien souvent traducteur. L’imprimerie n’est pas seulement un instrument de reproduction massive, elle permet de fixer et d’uniformiser les normes, tant sur le plan de la langue que sur celui de la doctrine. Les transcriptions en alphabet latin des langues indigènes se figent à cette époque pour l’avenir, tandis que le contrôle des autorités civiles et ecclésiastiques juge de la conformité des textes à la loi et au dogme. La Doctrina cristiana muy útil y necesaria, bilingue de 1578, attribuée à fray Francisco de Pareja, O. F. M., se clôt ainsi sur un colophon en náhuatl ordonnant son utilisation exclusive par décision du concile (uniformisant les doctrinas), sous peine de punition16. Eu égard à l’importante production privée de manuscrits, on s’aperçoit que l’imprimerie opère aussi à sa manière une sélection : un grand nombre d’écrits déterminants relatifs aux Indiens et/ou comportant des textes en langue indienne vont rester à l’état de manuscrit, privés de la lumière publique et de la diffusion imprimée. Les traductions, premiers fruits de la pédagogie religieuse et de l’imprimerie, ne connaissent pas une faveur continue ni indifférenciée à mesure que l’on avance dans le siècle. Du moins pas toutes les traductions.

II. — L’IMAGINATION AU POUVOIR

  • 17 Vocabulario en lengua castellana y mexicana y mexicana y castellana, facsimilé, Mexico, Porrúa, 19 (...)
  • 18 Le Códice franciscano, inédit du xvie siècle, se fait l’écho des difficultés de Molina à imprimer (...)
  • 19 La traduction de la Relación de Michoacán comporte elle aussi certaines adaptations de la langue e (...)

10Le paratexte du Vocabulario de Molina de 157117 résume les ambitions et les enjeux de la traduction en Nouvelle-Espagne à son époque. Dans son épître au vice-roi Martín Enríquez, l’auteur insiste d’abord sur la singularité du lenguaje de los naturales, très différent du latin, du grec et du castillan, et sur le besoin impératif pour les ministres du culte de bien le connaître pour pouvoir sauver les âmes des Indiens. Il avoue également s’être senti découragé dans sa tâche, sur le point de renoncer par manque d’appui, et il remercie le vice-roi d’avoir donné l’ordre d’impression à ses frais18. Dans son prologue au lecteur, Molina considère l’ignorance des langues locales comme un obstacle sur un plan temporel comme spirituel. Il justifie son entreprise de deux façons. Tout d’abord, par sa défiance à l’égard des interprètes locaux (nahuatlato), dont le rôle est pourtant déterminant dans les litiges de toutes sortes : « Porque muchas veces, aunque el agua sea limpia y clara, los arcaduces por donde pasa la hace (sic) turbia. » Autrement dit, le nahuatlato indien n’est pas le meilleur garant d’une traduction limpide et fidèle. Et ensuite, par une référence à l’Épître aux Romains de saint Paul pour affirmer que la parole de Dieu doit être prêchée dans une langue que l’auditoire comprenne. Après ces arguments, tirés à la fois de son expérience et de l’autorité biblique, il insiste sur les méfaits d’une connaissance superficielle de la langue, qui ne peut que retentir sur l’administration des sacrements, en particulier celui du mariage. L’image du juge et du médecin — qui tous deux se doivent, selon Molina, de bien comprendre la langue de leur interlocuteur s’ils veulent le juger et le soigner — éclaire le rôle que s’attribue le clergé et la portée pratique de la traduction (destinée à juger/soigner les idolâtres au mieux en les comprenant). Sur le plan linguistique, Molina termine par une série d’avertissements où il explique, par exemple, qu’il a choisi d’inclure des mots n’existant pas en castillan mais qu’il a formés par dérivation afin de rendre compte de certains vocables indigènes, ainsi le néologisme abajador, littéralement « abaisseur, celui qui baisse »19. Ou comment l’empire étendit aussi les frontières de la langue castillane.

11Le dictionnaire de Molina est une facette de l’activité traductrice, certainement la plus proche d’un modèle européen tel que le dictionnaire bilingue latin-castillan de Nebrija. Il représente un aboutissement et il fit autorité jusqu’au siècle dernier. Mais avant de parvenir à cet instrument élaboré, la traduction emprunta aussi des voies plus originales, dont nous donnerons quelques exemples.

  • 20 Voir Ignacio Osorio Romero, La enseñanza del latin a los Indios, Mexico, UNAM, 1990.
  • 21 Voir Códice franciscano, p. 47. La création du collège de Santa Cruz de Tlatelolco, destiné à la f (...)

12Dans une toute première étape, on trouve référence à des tentatives d’évangélisation en latin, qui semblent s’être limitées à l’enseignement de prières par cœur. Les Indiens durent avoir recours à d’ingénieux procédés de mémorisation, à l’aide de pierres ou de grains de maïs pour compter les versets et d’associations phonétiques approximatives pour retenir la prononciation. L’exemple le plus parlant, cité par Torquemada, est celui du Pater Noster devenant à des fins mnémotechniques Pantli Nochtli, soit, respectivement, « drapeau représentant le nombre vingt » et « figuier de barbarie », lesquels pouvaient être dessinés pour être retenus20. Les résultats ainsi obtenus ne devaient guère faire illusion et toute une logistique fut déployée pour l’apprentissage des langues locales. Les Indiens eux-mêmes furent les meilleurs professeurs, en particulier les enfants des anciennes élites, auxiliaires indispensables des missionnaires, qui devinrent tout à la fois interprètes auprès des Audiences, informateurs, copistes, typographes, correcteurs d’épreuves21, et qu’on ne saurait oublier dans l’ombre des grandes œuvres de traduction.

  • 22 Illustration reproduite par Christian Duverger, dans La conversion de los Indios de Nueva España, (...)
  • 23 Illustration dans Carmen José Alejos-Grau, Diego Valadés educador en la Nueva España. Ideas pedagó (...)

13Mais les missionnaires ne se contentent pas de traduire de façon classique d’une langue dans l’autre. Une pédagogie inventive, tenant compte de la tradition visuelle locale des pictogrammes — tradition qui avait donné spontanément le Pantli Nochtli cité — est à la source des catéchismes dits testerianos, du nom du Français Jacob de Testera. Ces catéchismes manuscrits vont associer texte et dessin, afin de mettre en images leur contenu religieux, le pain de chaque jour prenant au besoin la forme ronde de la tortilla de maïs22. Ces procédés ont une inspiration commune, me semble-t-il, avec le recours à l’imagerie dans les cartillas d’alphabétisation, comme celle de Diego Valadés dont les lettres sont associées à des objets de la vie quotidienne indienne de forme comparable23. Dans les deux cas, une certaine éthique de la traduction transparaît : le traducteur effectue une médiation et une adaptation en fonction du destinataire et de ses référents. La connaissance de la culture de celui-ci infléchit le contenu du message autant que l’expression, le fond autant que la forme. Cela est déjà patent dans les textes en espagnol comme la Doctrina cristiana de fray Pedro de Córdoba (Mexico, 1544) : le récit de la Création insiste sur le fait qu’Adam et Eve avaient chacun un seul conjoint et que seul le décès du conjoint permet de se remarier. Manière comme une autre de prôner la monogamie. Quand la création du Soleil est évoquée, il est rappelé que ce n’est pas une divinité et qu’aucun sacrifice ne doit lui être rendu… En creux, se lisent ces croyances et pratiques idolâtres, et la vigilance que leur pérennité impose.

  • 24 Jaime González Rodríguez, « La estructura cultural en Nueva España hasta 1556 », dans Congreso de (...)

14L’idée d’adaptation au public indien ne va pas sans ambiguïté, par exemple dans les Avertissements où Zumárraga recommande « un estilo llano » pour « cuadrar a su capacidad », « sin otras cosas que no tienen necesidad de saber », ce qui revient à limiter les objectifs culturels du message et la valorisation des capacités du destinataire indigène24. Le Códice franciscano juge, lui aussi, nécessaire de « [cercenar] muchas cosas que no son aptas para el talento de los Indios » dans le Flos sanctorum. Les catéchismes en images seraient-ils un compromis entre une avancée de la pédagogie et une forme inférieure de traduction, à la mesure du public visé ?

  • 25 Témoignages de l’ancienne parole, traduit du náhuatl par J. de Durand-Forest et présenté par M. Le (...)

15Un autre aspect de l’adaptation aux formes locales est constitué par les huehuehtlatolli, « paroles des anciens », repris à des fins religieuses. L’inspiration ne vient plus, en ce cas, des représentations visuelles indigènes, mais de ces discours traditionnels, riches de parallélismes et de métaphores, qui rythmaient les grandes étapes de la vie des anciens Mexicains. Ils ont été non seulement recueillis et traduits, mais aussi imités dans leur style caractéristique pour faire connaître, entre autres, la passion du Christ ou le baptême25. Comme si pour convaincre, il fallait dominer la langue mais aussi les langages, connaître le passé mais aussi sa rhétorique. L’entreprise pose bien sûr d’épineux problèmes qui se retrouvent dans les autres traductions : quand peut-on ou non reprendre des vocables indigènes pour désigner des vérités chrétiennes ? Si Mictlan, « l’inframonde, le séjour des morts » chez les Aztèques, peut convenir pour parler de l’enfer, il n’en va pas de même pour la version náhuatl de « croix » qui a des connotations négatives de menace et de rupture. Pour « diable », plusieurs solutions sont acceptées, dont le náhuatl Tlacatecolotl, l’« homme hibou » et sorcier redouté, en alternance avec diablo… Ces questions et ces choix confirment la volonté de prise en compte — d’aucuns diraient de récupération — de la culture et du langage des Indiens, qui doivent être connus, pour ce faire, en profondeur.

  • 26 Alain Milhou, « Les politiques de la langue à l’époque moderne, de l’Europe à l’Amérique », dans L (...)
  • 27 Remarque d’André Saint-Lu, que je remercie.
  • 28 Le concile de Latran IV (1215), insiste sur l’importance de l’instruction et de la prédication en (...)

16Pourquoi ce parti pris en faveur des langues autochtones, à contrecourant des directives de la couronne, favorable à la castillanisation de ses sujets indiens26 ? Il est vrai que les missionnaires préféraient tenir les Indiens à distance du mauvais exemple de colons espagnols, décrits comme ignorants et brutaux, et que leur attitude est donc cohérente avec le refus d’une hispanisation, linguistique et culturelle, jugée pernicieuse. Sans doute les religieux estimaient-ils aussi être plus à même de fournir l’effort culturel d’apprendre une langue que leurs ouailles, d’où leur choix d’apprendre plutôt que d’enseigner27. Mais cette tendance découle avant tout, de manière plus pragmatique, d’un grand déséquilibre démographique puisque quelques dizaines de religieux se trouvèrent face à plusieurs millions d’infidèles à convertir. Ils furent, en outre, confortés dans leur choix par la tradition de l’Église de prêcher en langue vernaculaire, déjà évoquée dans le prologue au Vocabulario de Molina28.

III. — VERS LE DÉCLIN

  • 29 Historia eclesiástica indiana, III, 29, IV, 15, dans P. Gonzalbo, El humanism…p. 103.

17La proportion des traductions et des œuvres en rapport qui franchissent le stade de l’impression est réduite au regard de la production manuscrite globale. Le Códice franciscano fait état des difficultés à faire imprimer les œuvres traduites, difficultés déjà regrettées par Sahagún et par Molina. Une discrimination de fait s’exerce entre ce qui mérite et ce qui ne mérite pas la reproduction multiple et la diffusion d’une technique chère, et sous contrôle, comme l’imprimerie. Des facteurs externes et internes se conjuguent pour nuire à l’essor premier de la traduction : « el calor y el favor nuestro, y así todo se ha ido decayendo… » déplore fray Jerónimo de Mendieta29. El calor est la ferveur des premiers temps et el favor la protection, l’encouragement officiel d’un Zumárraga qui apparaît comme commanditaire de la plupart des œuvres de traduction de sa période.

  • 30 Sur le procès d’Ocharte, voir F. Fernández del Castillo, Libros y libreros…, p. 85-141.
  • 31 En 1601, on retrouve encore des livres et manuscrits interdits dans l’inventaire qui accompagne le (...)

18D’un point de vue externe et général, la menace du protestantisme et la surveillance accrue de l’orthodoxie qui en découle imposent dans la Péninsule comme aux Indes des mesures de contrôle sur l’imprimerie et des restrictions à la vie intellectuelle. L’imprimeur Ocharte, originaire de Rouen et gendre du premier imprimeur Juan Pablos, et son graveur, soupçonnés de luthéranisme, sont inquiétés par l’Inquisition et torturés entre 1572 et 157430. Dès 1559 l’Inquisition a interdit toute traduction en langue vulgaire, même partielle, de la Bible, que ce soit en castillan ou dans les autres langues vernaculaires. Furent donc frappées les langues américaines. Au plan local, la possession des textes des saintes Ecritures par les Indiens est déjà interdite depuis 1555. Des inspections et des confiscations ont lieu, des mesures visant à uniformiser les doctrinas sont prises. Même si l’impact réel sur les ouvrages en circulation reste difficile à mesurer31, ces mesures sont un frein à l’élaboration et à la publication de nouveaux textes.

  • 32 La formation d’indiens latinistes, si décriée par ses détracteurs, dont les Dominicains, s’inscriv (...)
  • 33 Les Diálogos de doctrina cristiana exclusivement composés en tarasque par le grand spécialiste fra (...)
  • 34 A. Milhou, « La péninsule Ibérique, l’Afrique et l’Amérique », dans Histoire du christianisme des (...)

19Du point de vue purement interne, le projet culturel des Franciscains se trouva vidé de sa substance lorsque toute perspective d’accès au sacerdoce fut condamnée pour les Indiens au premier concile mexicain en 155532. En outre, traduire, aux Indes, comme en Europe, où, à la même époque, on brûle livres et traducteurs, sent désormais le fagot. Mais l’interdiction des traductions en langue autochtone repose surtout sur la difficulté de contrôler la teneur des textes. La traduction des Écritures court le risque de proposer des interprétations déviantes. Or les seuls experts compétents pour en juger sont bien souvent les traducteurs eux-mêmes33. Le savoir sans partage des missionnaires leur confère un dangereux pouvoir de pénétration et d’influence auprès des communautés indiennes. La répression qui s’abat sur l’œuvre d’un traducteur comme Gilberti sonne le glas du grandísimo fervor. L’augmentation du clergé séculier, la place grandissante des intérêts temporels, l’intervention bureaucratique plus forte du pouvoir royal et l’effondrement démographique marquent progressivement la fin « des utopies lascasienne et franciscaine » (A. Milhou34).

  • 35 J. Torre Revello, El Libro…, p. V-VI.

20Utopies fécondes, elles sont à la source de traductions, mais aussi de chroniques dites ethnographiques, dont tout ou partie de l’information est souvent bilingue, comme le Codex de Florence, fruit de plusieurs décennies de travail de Sahagún. Les manuscrits de ces chroniques, à leur tour victimes de la vigilance royale, sont confisqués par cédule du 22 avril 1577. Certes écrites dans le but de connaître l’idolâtrie pour mieux l’extirper, il faut croire qu’elles font la part trop belle aux rites et aux hommes quelles sont censées décrire. Elles avaient de toute façon peu de chances de voir le jour si l’on pense que, dès 1531, la législation prohibe, théoriquement, l’importation d’histoires profanes et fabuleuses, comme les livres de chevalerie, de peur que les Indiens ne démêlent plus les Écritures saintes des autres et que les premières en viennent à perdre leur autorité35. Le risque est donc grand de semer le trouble en perpétuant le souvenir des rituels et croyances anciennes par l’imprimé.

21Les confiscations ne signifient pas pour autant que l’État se désintéresse de ces antiquités mexicaines, au contraire. Mais c’est à l’histoire officielle qu’il revient désormais de centraliser, trier et traiter l’information : la charge de cosmographe officiel des Indes est créée, les enquêtes des Relations dites géographiques sont lancées, les Ordenanzas Ovandinas de pacification de 1573 prévoient des questions sur les mœurs et la religion des peuples rencontrés. La castillanisation, jusque-là épisodiquement recommandée mais sans effet, est officiellement instituée, avec l’ambition d’apporter aux Indiens non seulement une langue mais aussi les bonnes mœurs et la buena policía. C’est désormais aux Indiens qu’il appartient d’apprendre une autre langue, vecteur d’une nouvelle vie, plus intégrée à la société dominante. Trouver les moyens matériels d’imposer cette politique est une autre histoire.

CONCLUSION

  • 36 Arte para ligeramente saver la lengua araviga, Grenade, 1505, de fray Pedro de Alcalá, comprenant (...)

22En s’inspirant du constat de Nebrija, « siempre la lengua fue compañera del imperio » — constat d’ailleurs applicable avant la Découverte à l’expansion aztèque qui fit du náhuatl la lingua franca méso-américaine —, on pourrait dire que la traduction a toujours accompagné la violence de l’histoire, comme suite et complément de l’entreprise conquérante. Nos grammaires et catéchismes américains ont eu en 1505 un précédent en arabe dans la Grenade reconquise36. Cependant l’activité des traducteurs conjugua une connaissance et une certaine reconnaissance, variable selon les ordres et les individus, des indigènes : « aprender su lengua y conocer sus ingenios » ne font qu’un sous la plume du dominicain fray Julián Garcés plaidant pour la rationalité des Indiens auprès du pape Paul III. Les traducteurs, qui admirent l’élégance de la langue, ont des chances de valoriser les aptitudes de l’homme, même si cela les conduit à des projets divergents à son sujet. Dans leur esprit, savoir la langue peut même devenir une condition sine qua non pour formuler à bon droit des jugements et propositions sur les Indiens, comme dans cette virulente lettre à Charles Quint de 1555 où Motolinía accuse, en passant, Las Casas de ne pas pratiquer les langues indigènes. Lequel des deux est le porte-parole le plus légitime des Indiens ?

23Si le XVIe siècle est celui des traductions en Europe, leur essor contemporain en Nouvelle-Espagne ne semble pas se poursuivre avec la même force par la suite. C’est qu’il est lié à l’ambition culturelle de ceux qui défendent alors la rationalité des Indiens, rêvent encore de leur accession au sacerdoce et entreprennent de former parmi eux une élite de latinistes. L’imprimerie n’offre qu’un reflet partiel de ce projet, dans son volet immédiat et utilitaire : elle nous livre des ouvrages techniques et didactiques où la langue est un véhicule et un auxiliaire. Les textes fondamentaux approfondissant d’autres aspects du passé, estimés subversifs, demeurent encore inédits à l’époque. L’État et l’Eglise institutionnelle affichent leur préférence pour l’hispanisation (l’hispanisation des mœurs passant par l’astreinte au versement de la dîme pour les Indiens) et la castillanisation. Si le déséquilibre démographique initial en faveur des Indiens avait engendré, pour une large part, le développement de la traduction, la chute démographique dut être, en retour, un facteur déterminant dans le mouvement inverse de castillanisation.

  • 37 Un séminaire permanent du Centro de Estudios Históricos du Colegio de Michoacán, à Zamora (Mexique (...)
  • 38 Le thème de la traduction et de ses usages et évolutions demanderait à être affiné par une étude c (...)

24Le programme des missionnaires a néanmoins joué un rôle essentiel dans la transmission de l’héritage des langues et cultures indiennes. Que saurait-on des Tarasques sans Gilberti37, des Aztèques sans Sahagún, Olmos, Motolinía (et leurs informateurs) ? Cependant, après à peine un siècle d’exploitation et d’épidémies, les quelques vingt millions d’autochtones de la Nouvelle-Espagne ne sont plus qu’un million. Aussi, dans sa splendeur et son foisonnement, l’héritage précieux que nous lèguent les premiers traducteurs sur une population qui n’est plus que l’ombre d’elle-même ne peut-il manquer de prendre les teintes amères d’un inventaire avant liquidation38.

Annexes

ANNEXE

Publications relatives aux langues indigènes ou écrites en langues indigènes, Mexico, 1539-1600

Les listes qui suivent sont dressées essentiellement à l’aide de José Toribio Medina, La imprenta en México (1539-1821), Santiago du Chili, en casa del autor, 1912, réimpr. Mexico, UNAM, 1989, t. I, 1539-1600. Voir son Introduction (cccxxv pages). J’ai d’abord travaillé sur ce catalogue qui recense 232 titres (dont des rééditions). Cet inventaire est complété par l’édition d’Agustín Millares Carlo de la Bibliografía mexicana del siglo XVI, de Joaquín García Icazbalcetza [JGI] (Mexico, FCE, 1954). Les titres issus de JGI et ajoutés dans la liste A y sont précédés d’un astérisque et de leur référence dans ce second catalogue.

Liste A : Sont extraites, sous un titre abrégé, les fiches concernant les langues indigènes, classées selon qu’il s’agit d’ouvrages monolingues, bilingues, trilingues, de grammaires ou de dictionnaires (répertoires), en suivant la numérotation de Medina. L’ordre religieux auquel appartient l’auteur est indiqué s’il est connu. La seule mention d’un ordre peut apparaître pour des œuvres réalisées en son sein sans nom d’auteur.

Liste B : Appendice de Medina sur les ouvrages sans date ou d’existence douteuse.

Les appendices de JGI permettent de dresser deux listes complémentaires :

Liste C : Premier appendice JGI sur les livres attestés mais dont on ne possède pas d’exemplaire (cote JGI précédée de **).

Liste D : Second appendice de JGI sur les livres d’existence douteuse (cote JGI précédée de ***).

LISTE A (48 titres)

A I. Œuvres monolingues, en langue indigène : 17 titres

11. Doctrina christiana breve traduzida en lengua mexicana, de fray Alonso de Molina, O. F. M., 1546.

14. Doctrina en lengua huasteca, de fray Juan de Guevara, S. A., 1548.

19. Doctrina en lengua mixteca, de fray Benito Fernández, O. P., 1550. [Livre connu par référence seulement.] 20. Doctrina en lengua mexicana, de fray Pedro de Gante, O. F. M., 1553.

28. Doctrina en lengua guatemalteca… commandée par Francisco Marroquín, premier évêque de Guatemala, 1556. [Titre douteux selon JGI, p. 130.]

35. Thesoro spiritual en lengua de Mechuacan, de fray Maturino Gilberti, O. F. M., 1558.

36. Diálogo de doctrina christiana en la lengua de Mechuacan, O. F. M., 1559.

39. Cartilla para los niños en lengua tarasca, de fray Maturino Gilberti, O. F. M., 1559.

53. Doctrina mixteca, de fray Benito Fernández, O. R, 1567.

57. Doctrina christiana en lengua misteca, de fray Benito Fernández, O. R, 1568.

72. Thesoro spritual de pobres en lengua de Mechuacan, de fray Maturino Gilberti, O. F. M., 1575.

73. Doctrinalis fidei in Michuacanensium Indorum linguam, de fray Juan de Medina Plaza, S. A., 1575. [Voir aussi n° 78, Sermonario en lengua mexicana, de fray Juan de la Anunciación, S. A., 1577, édité conjointement à un catéchisme bilingue.]

85. Doctrina christiana en Lengua mexicana, de fray Alonso de Molina, O. F. M., 1578.

94. Colloquios de la paz y tranquilidad christiana en lengua mexicana, de fray Juan de Gaona, O. F. M., 1582.

98. Psalmodia christiana y sermonario, de fray Bernardino de Sahagún, O. F. M., 1583.

151. Diálogos en lengua mexicana, de fray Elias de San Juan Bautista, 1598. [Existence controversée.]

*JGI 66 (59), Doctrina breve en lengua mexicana, de fray Alonso de Molina, O. F. M., 1571 (cf. p. 243).

[Voir aussi n° 78 des œuvres bilingues.]

A II. Œuvres bilingues : 17 titres

a) Castillan-náhuatl

1. Breve y más compendiosa doctrina christiana en lengua mexicana y castellana, 1539.

13. Doctrina christiana en lengua española y mexicana, O. P, 1548.

17. Doctrina christiana en lengua española y mexicana, agora nuevamente corregida y enmendada, O. R, 1550.

18. Doctrina christiana en lengua española y mexicana, agora nuevamente corregida y enmendada, O. R, 1550.

47. Doctrina christiana breve, de fray Domingo de la Anunciación, O. R, 1565.

48. Confesionario breve en lengua castellana y mexicana de fray Alonso de Molina, O. F. M., 1565. [Réédité en 1569 ; cf. JGI (62), p. 220-221.]

49. Confesionario mayor en lengua mexicana y castellana, de fray Alonso de Molina, O. E M., 1565. [En réalité de 1569 ; cf. JGI, p. 221.]

69. Doctrina christiana… en lengua castellana y mexicana, de fray Juan de la Anunciación, S. A., 1575.

70. Sermones compuestos y tmduzidos en lengua mexicana y castellana, de fray Juan de la Anunciación, S. A., 1575.

78. (Sermonario en lengua mexicana…) con un catecismo en lengua mexicana y española, de fray Juan de la Anunciación, S. A., 1577.

79. Confesionario breve en lengua mexicana y castellana, de fray Alonso de Molina, O. F. M., 1577.

85. Confesionario mayor en lengua mexicana y castellana, de fray Alonso de Molina, O. F. M., 1578.

152. Confesionario en lengua mexicana y castellana, de fray Juan Bautista, O. F. M., 1599.

+ Doctrina cristiana muy útil y necesaria en lengua mexicana y castellana, O. F. M. (attribuée à Francisco de Pareja), 1578 [éd. Luis Resines, Universidad de Salamanque, 1990].

b) Autres langues

52. Doctrina christiana en lengua castellana y çapoteca, de fray Pedro de Feria, O. P., 1557 [1567 selon JGI].

63. Doctrina christiana en lengua guasteca con la lengua castellana, de fray Juan de la Cruz, S. A., 1571.

93. Cartilla y doctrina christiana… traduzida, compuesta, ordenada y romanzada en la lengua chuchona del pueblo de Tepexic de la Seda, de fray Bartolomé Roldan, O. P., 1580.

A III. Œuvre trilingue : 1 titre

76. Doctrina christiana en castellano, mexicano y otomí, de fray Melchior de Vargas, S. A., 1576.

A IV. Grammaires : 7 titres

34. Arte de la lengua de Michuacan, de fray Maturino Gilberti, O. F. M., 1558. [Gilberti est aussi l’auteur du n° 38, Grammatica matutini, 1559, grammaire latine destinée semble-t-il aux élèves indiens de Tlatelolco.]

41. Artes de los idiomas chip aneco, zoque, tzendal y chinanteco, de fray Francisco de Zepeda, O. R, 1560.

64. Arte de la lengua mexicana y castellana, de fray Alonso de Molina, O. F. M., 1571.

74. Arte de la lengua mexicana y castellana, de fray Alonso de Molina, O. F. M., 1576.

81. Arte en lengua zapoteca, de fray Juan de Cordova, O. R, 1578.

122. Arte de la lengua mixteca, de fray Antonio de los Reyes, O. R, 1593.

135. Arte mexicana, du padre Antonio del Rincón, SI, 1595 [contient un Vocabulario breve].

A V. Dictionnaires : 5 titres

N. B. : Il s’agit de dictionnaires et répertoires autonomes et non de lexiques, plus ou moins étendus, complétant les grammaires.

24. Vocabulario en lengua castellana y mexicana, d’Alonso de Molina, O. F. M., 1555.

37. Vocabulario en lengua de Mechuacan, de fray Maturino Gilberti, O. F. M., 1559.

65. Vocabulario en lengua castellana y mexicana, de fray Alonso de Molina, O. F. M., 1571.

81. Vocabulario en lengua çapoteca, de fray Juan de Cordova, O. P., 1578.

116. Vocabulario en lengua misteca, recompilé par fray Francisco de Alvarado, O. P., 1593.

A VI. Dictionnaire + grammaire : 1 titre

68. Arte y dictionario con otras obras, de fray Juan Bautista de Lagunas, O. F. M., 1574.

LISTE B Appendice Toribio Medina (24 titres, sur 58 sans date ou d’existence douteuse)

B I. Monolingues : 18 titres

176. Tratado del Santísimo Sacramento del Altar en lengua mexicana, de fray Juan de Ayora, O. F. M., 157…

178. Algunas obritaspequeñas en lengua mexicana, de fray Juan Bautista, O. F. M., 159…

179. Cartilla de oraciones en lengua de Guatemala, de fray Pedro de Betanzos, 155…

185. Cartilla de doctrina cristiana en lengua de los Indios de Hueypuchtlan, 1568.
[Différent de la Doctrina misteca de fray Benito Fernández de 1568 ?]

190. Confesionario breve en lengua zapoteca, por fray Juan de Córdoba, 157… [Douteux.]

193. Doctrina christiana en mexicano, 154…

194. Doctrina christiana en lengua de Guatemala, O. F. M., vers 1550.

195. Doctrina christiana en lengua de los Indios de Pánuco, 1550.

196. Doctrina christiana en lengua de Indios de Tepuzculula, 156…

198. Doctrina christiana en lengua mexicana, de fray Pedro de Gante, O. F. M., s. d. 200. Cartilla para los niños en lengua tarasca, de fray Maturino Gilberti, 156…

200d. Doctrina cristiana traducida en la lengua de los Indios de Yucatán, de fray Diego de Lancia. [Lieu d’impression incertain.]

200g. Doctrina cristiana breve en lengua mexicana, de fray Alonso de Molina, O. F. M., 1571. [Réédition ?]

200m. Evangelios de todo el año en lengua mexicana, de fray Alonso de Molina, O. F. M.

200n. Horas de Nuestra Señora en lengua mexicana, de fray Alonso de Molina, O. F. M.

200y. Arte y doctrina en lengua otomí, de fray Alonso Rengel. [Douteuse.]

200aa. Catecismo mexicano, de fray Juan de Ribas. [Date douteuse.]

200cc. Doctrina cristiana y Epistolas y Evangelios en lengua mixteca, de fray Domingo de Santa María.

B II. Bilingues : 2 titres

184. Cartilla mexicana y otomi, 156…

200i. Vida de San Francisco, en lengua castellana y mexicana, de fray Alonso de Molina, O. F. M., 157…

B III. Trilingue et plus : 2 titres

183. Cartilla para la enseñanza de la doctrina cristiana en lengua zotzil, latina y castellana.

200hh. Doctrina cristiana hecha por fray Juan de Zumárraga y traducida de lengua mexicana en otomí y mazagua, 156… [Impr. incertaine.]

B IV. Grammaire : 1 titre

187. Arte de aprender las lenguas mexicanas y matlazinga, de fray Andrés de Castro, Mexico, 157… [Seulement connu par référence.]

B V. Dictionnaire : 1 titre

200h. Vocabulario en lengua mexicana y castellana, de fray Alonso de Molina, 157…

LISTE C Appendice 1 de JGI : livres attestés mais dont on ne possède pas d’exemplaire (31 titres)

CI. Œuvres monolingues : 20 titres

**7. Doctrina christiana en lengua chontla, de Diego de Carranza.

**13. Confesionario breve en lengua zapoteca, 157…

**14. Sermones en lengua mexicana, de Felipe Díaz.

**16. Doctrina cristiana en lengua mexicana.

**17. Doctrina cristiana en lengua de Michoacán, O. F. M., 1552.

**21. Confesionario en lengua zapoteca, de Pedro de Feria, O. P.

**22. Doctrina cristiana en lengua misteca, de Benigno Fernández, 1550.

**26. Sin título.

**27. Cartilla para los niños en lengua tarasca, 1559.

**28. Confesionario en lengua tarasca, de fray Maturino Gilberti, O. F. M.

**29. Sermones de doctrina en lengua tarasca, de fray Maturino Gilberti, O. F. M.

**30. Doctrina cristiana en tarasco, de fray Maturino Gilberti, O. F. M.

**31. Doctrina cristiana en lengua huasteca, de Juan de Guevara, 1548.

**38. Doctrina cristiana en lengua maya, de fray Diego de Landa.

**44. Doctrina cristiana breve en lengua mexicana, de fray Alonso de Molina, O. F. M.

**47. Evangelios de todo el año en lengua mexicana, de fray Alonso de Molina, O. F. M.

**63. Catecismo mexicano, de Juan de Ribas, O. F. M.

**64. Respuestas de la vida cristiana en mexicano, de Juan de Ribas, O. F. M.

**69. Diálogos en lengua mexicana, de fray Elias de San Juan Bautista, 1598.

**70. Sumario de las indulgencias de Nuestra Señora del Rosario en mexicano.

C II. Œuvres bilingues : 2 titres.

**50. Doctrina cristiana en lengua mexicana y castellana, de fray Toribio Benavente Motolinía, O. F. M.

**77. Diálogos y catecismo en lengua española, traducidos del mexicano, de Juan de Tovar, S.I., 1573 ?

C III. Trilingues : 0 titre

C IV. Grammaires : 5 titres

**11. Arte de los idiomas chiapaneco, zoque, etc., de Francisco de Cepeda.

**52. Arte de la lengua mexicana, de fray Andrés de Olmos, O. F. M.

**55. Gramática de la lengua otomí, de Pedro de Oroz.

**60. Arte en lengua otomi, de Pedro de Palacios.

**66. Arte mexicana, de Antonio Rincón.

C V. Dictionnaires : 3 titres

**25. Vocabulario de la lengua de Michoacán, de fray Maturino Gilberti, O. F. M., 1557.

**45. Vocabulario en lengua castellana y mexicana, de fray Alonso de Molina, O. F. M., 157…

**65. Vocabulario en otomí, de Sebastián Ribero.

C VI. Autre : 1 titre

**76. Arte, vocabulario y doctrina cristiana en popolaca.

N. B. Les listes B et C présentent 6 titres communs : 190 = **13 ; 200 = **26 ; 200g- = **44 ; 200h = **45 ; 200m = **47 ; 200aa = **63.

LISTE D Appendice 2 de JGI : livres d’existence douteuse (8 titres)

D I. Œuvres monolingues : 5 titres

***9. Doctrina cristiana en lengua mexicana, 154…

***28. Doctrina cristiana en lemua mexicana, de fray Pedro de Gante, O. F. M., 1539 ?

***29. Doctrina cristiana en mexicano, de fray Pedro de Gante, O. F. M.

***32. Huehuetlatolli, 1599 [ou 1600 ?].

***4l. Doctrina cristiana breve, de Alonso de Molina, O. F. M., 1546 ?

D II. Œuvres bilingues : 2 titres

***10. Doctrina cristiana en lengua mexicana y castellana, 155…

***42. Confesionario breve en lengua castellana y mexicana, de fray Alonso de Molina, O. F. M.

D III. Œuvre trilingue ; 1 titre

*** 5. Cartilla para la enseñanza de la doctrina cristiana en lengua zotzil, latina y castellana.

D IV. Grammaire : 0 titre

D V. Dictionnaire : 0 titre

N. B. Les listes B et D présentent 3 titres communs : 183 =***5 ; 193 = ***29 ; 198 = ***28.

Total des quatre listes, compte tenu des titres communs : 102 titres, dont au moins 79 sont attestés (listes A et C).

Ils sont constitués approximativement à 60 % de textes monolingues, plus de 20 % de textes bilingues, 12 % de grammaires et 9 % de dictionnaires.

Au moins 47 titres sont dus aux Frères mineurs, 13 aux Dominicains, 8 aux Augustins, 2 aux Jésuites.

La production générale imprimée pour la période peut être estimée à environ 250 titres. Les diverses œuvres en relation avec les langues indigènes représentent les deux cinquièmes des titres édités pour la période.

Vingt et une langues font l’objet de publications : chuchona, chinanteca, chipaneca, chontla, huasteca, matlazinca, maya, mazagua, mixteca, náhuatl, otomi, popoluca, quiché, tarasca, tzendal, tzotzil, zapoteca, zoque, langue de Hueypuchtlan, langue de Pánuco, langue de Tepuzculula.

Pour mémoire

Traductions du latin

6. Tripartito del christianissimo y consolatorio doctor Juan Gerson de doctrina christiana… Traduzido de latín en Lengua castellana, 1544.

16. Mistica theologia sacado en romance de san Buenaventura, 1549 [rééd. n° 71, 1575].

Ouvrage bilingue castillan-espagnol

134. Regla de los frailes menores… en latín y en romance, 1595.

Œuvres écrites en latin

21 [Cervantes de Salazar, 1554] ; 22, 23, 31, 33, 40 [Alonso de la Veracruz, 1554, etc.] ; 99 [de fray Miguel de Zarate sur l’administration du baptême aux Indiens].

Œuvres religieuses en castillan

4 (Doctrina breve de Zumárraga, 1543) ; 5 (Doctrina para instrucción e información de los Indios de fray Pedro de Córdoba, 1544) ; 7 (Compendio breve sobre las procesiones, Dionisio Rickel, 1544) ; 8 (Doctrina breve de Zumárraga, 1544) ; 9 (Cancionero espiritual, Las Casas, 1546) ; 10 (Doctrina cristiana, attribuée à Zumárraga, 1546) ; 12 (Regla christiana, 1547) ; 15 (Reglas para rezar el oficio divino, 1557) ; 66 (Tratado de fray Pedro de Agurto, 1573) ; 75, etc.

ILL. 1. — Fray Alonso de Molina, Vocabulario en lengua castellana y mexicana/Vocabulario en lengua mexicana y castellana…, Mexico, Antonio de Espinosa, 1571 (première page de titre).

ILL. 2. — Pater noster en images (copie du XVIIIe siècle, British Museum).

ILL. 3. — Codex de Florence de fray Bernardino de Sahagún, livre XII, De la Conquista mexicana.

Notes

1 Premier voyage, 2 novembre 1492, dans Christophe Colomb, Œuvres complètes, éd. A. Cioranescu, Paris, Gallimard, 1961, p. 69. Torres ne revint pas de ce premier voyage aux Indes et mourut avec ses compagnons laissés par Colomb au fort de la Nativité.

2 Ibid., aux dates des 11 et 14 octobre, p. 45 et 46-48.

3 Sur les modalités des premiers échanges, voir Emma Martinell Cifre, Aspectos lingüísticos del descubrimiento y de las conquista, Madrid, CSIC, 1988 et Margo Glantz, « La Malinche : la lengua en la mano », dans Mitos mexicanos, dir. E. Florescano, Mexico, Aguilar, 1996, p. 119-137.

4 Bernard Vincent, 1492. L’année admirable, Paris, Aubier, 1991.

5 Les références à l’Arte de Antonio, c’est-à-dire aux grammaires latine et castillane de Nebrija, comme modèles ne sont pas rares (par exemple dans José Toribio Medina cité en annexe, t. I, p. 194).

6 Voir Clive Griffin, Los Cromberger. La historia de una imprenta del siglo XVI en Sevilla y Méjico, Madrid, Ed. de Cultura Hispánica, 1991.

7 Outre les livres de J. García Icazbalceta et José Toribio Medina cités en annexe, voir : E. F. Araujo, Primeros impresores e impresos en Nueva España, Mexico, M. A. Porrúa, 1979 ; F. Fernández del Castillo (comp.), Libros y libreros en el siglo XVI, Mexico, FCE, 1982 (réimpr. de l’éd. de l’AGN, 1914) ; José Torre Revello, El libro, la imprenta y el periodismo en America durante la dominación española, Mexico, UNAM, 1991 (réimpr. de l’éd. de Buenos Aires, 1940). Je remercie Jean-Pierre Berthe, Carlos Herrejón et Oscar Mazín pour leurs informations.

8 Voir annexe. La proportion réelle doit être encore plus significative si l’on tient compte du fait que les titres recensés ne correspondent pas tous à de vrais livres, mais parfois à de brèves publications de circonstance.

9 J. Torre Revello, El libro…, p. xxxv.

10 Vraisemblablement des rééditions, voir annexe.

11 L’effort de traduction qu’ont supposé les textes en langue maya ou quiche, dont le Chilám-Balam, et ceux en langues andines, entre autres, demanderait une approche comparative à l’échelle du continent.

12 Voir G. Baudot, Utopie et histoire au Mexique. Les premiers chroniqueurs de la civilisation mexicaine, 1520-1569, Toulouse, Privat, 1976. Les douze premiers, franciscains, sont arrivés en 1524, suivis par des dominicains en 1526, des augustins en 1533, puis des jésuites en 1572.

13 La production importée complète les cartillas produites localement comme celle d’Ocharte, 1569. Cf. la question du Confesionario bilingue de Juan Bautista, O. F. M., 1599, dirigée aux marchands indigènes de produits castillans : « ¿ Y tú que vendes sartas o cuentas, cartillas, papel, tixeras, cuchillos, peines y todas las otras cosas de Castilla, en la venta desto engañaste o burlaste a alguno ? » (cité par Toribio Medina, t. I, p. 329).

14 E. F. Araujo, Primeros impresores…, p. 44.

15 C. Griffin, Los Cromberger…, p. 119.

16 Réimpr. en facsimilé par Luis Resines, Salamanque, Ed. de la Universidad, 1990.

17 Vocabulario en lengua castellana y mexicana y mexicana y castellana, facsimilé, Mexico, Porrúa, 1977 (Biblioteca Porrúa, n° 44). La partie espagnol-náhuatl avait vu le jour en premier, avant l’édition complète, revue et augmentée, en deux parties.

18 Le Códice franciscano, inédit du xvie siècle, se fait l’écho des difficultés de Molina à imprimer ses travaux (texte dans Pilar Gonzalbo, El humanismo y la educación en Nueva España, Mexico, SEP, 1985, p. 44).

19 La traduction de la Relación de Michoacán comporte elle aussi certaines adaptations de la langue espagnole dans le but de rendre compte des réalités du monde tarasque.

20 Voir Ignacio Osorio Romero, La enseñanza del latin a los Indios, Mexico, UNAM, 1990.

21 Voir Códice franciscano, p. 47. La création du collège de Santa Cruz de Tlatelolco, destiné à la formation des enfants de la noblesse indigène, en 1536 précède de peu l’implantation de l’imprimerie. Pour connaître les titres de la bibliothèque, voir Miguel Mathes, Santa Cruz de Tlatelolco. La primera biblioteca académica de las Américas, Mexico, Secretaría de Relaciones Exteriores, 1982.

22 Illustration reproduite par Christian Duverger, dans La conversion de los Indios de Nueva España, Mexico, FCE, 1993 (également : Paris, Seuil, 1987). Le catéchisme en pictogrammes attribué à Sahagún est reproduit dans Luis Resines, Catecismos americanos del siglo XVI, Junta de Castilla y León, 1992, 2 vol. 

23 Illustration dans Carmen José Alejos-Grau, Diego Valadés educador en la Nueva España. Ideas pedagógicas de la rhetorica christiana (Pérouse, 1572), Pampelune, Eunate, 1994.

24 Jaime González Rodríguez, « La estructura cultural en Nueva España hasta 1556 », dans Congreso de historia del Descubrimiento, Madrid, Real Academia de la Historia, 1992, t. IV, p. 130-195, est très éclairant.

25 Témoignages de l’ancienne parole, traduit du náhuatl par J. de Durand-Forest et présenté par M. León-Portilla, Paris, La Différence, 1991. Publication des huehuethlatolli compilés par fray Andrés de Olmos, O. F. M., et augmentés par fray Juan Bautista, O. F. M. Le volume de référence, dépourvu de page de titre et de colophon, est postérieur à 1599, d’après les textes préliminaires. Qu’il ait été publié n’est pas étonnant outre mesure, étant donné sa visée assimilatrice.

26 Alain Milhou, « Les politiques de la langue à l’époque moderne, de l’Europe à l’Amérique », dans Langues et cultures en Amérique espagnole coloniale. Hommage du CIAEC au professeur André Saint-Lu, éd. M.-C. Bénassy, J.-P. Clément, et A. Milhou, Paris, Presses de la Sorbonne-Nouvelle, 1993.

27 Remarque d’André Saint-Lu, que je remercie.

28 Le concile de Latran IV (1215), insiste sur l’importance de l’instruction et de la prédication en langue vulgaire. Je remercie A. Milhou de m’avoir remis copie des extraits des canons des conciles de Latran IV (1215) et de Trente sur la prédication en langue vulgaire, la pédagogie de la foi lors de la messe et de la célébration des sacrements (Trente) et l’enseignement du catéchisme aux enfants (Trente), dans Les conciles œcuméniques, t. II, Les décrets, dir. G. Alberigo, Paris, Le Cerf, 1994, p. 513-516, 1495-1496, 1551-1552.

29 Historia eclesiástica indiana, III, 29, IV, 15, dans P. Gonzalbo, El humanism…p. 103.

30 Sur le procès d’Ocharte, voir F. Fernández del Castillo, Libros y libreros…, p. 85-141.

31 En 1601, on retrouve encore des livres et manuscrits interdits dans l’inventaire qui accompagne le testament d’un alguazil de doctrina indien. Nadine Béligand, « Lecture indienne et chrétienté. La bibliothèque d’un alguacil de doctrina en Nouvelle-Espagne au XVIe siècle » dans Mélanges de la Casa de Vélazquez, 1996.

32 La formation d’indiens latinistes, si décriée par ses détracteurs, dont les Dominicains, s’inscrivait dans cette perspective de formation d’un clergé d’origine locale.

33 Les Diálogos de doctrina cristiana exclusivement composés en tarasque par le grand spécialiste fray Maturino Gilberti furent confisqués en 1559 sous le prétexte de « mauvaise traduction ». Voir J. Benedict Warren, « Los estudios lingüísticos en Michoacán en el siglo XVI : una expresión del humanismo cristiano », dans Humanismo y ciencia en la formación de México, éd. C. Herrejón Peredo, Zamora, El Colegio de Michoacán, 1984, p. 113-125. Son procès dans F. Fernández del Castillo, Libros y libreros…, p. 4-37.

34 A. Milhou, « La péninsule Ibérique, l’Afrique et l’Amérique », dans Histoire du christianisme des origines à nos jours, dir. M. Venard, Paris, Desclée, 1992, t. VIII, p. 595-784.

35 J. Torre Revello, El Libro…, p. V-VI.

36 Arte para ligeramente saver la lengua araviga, Grenade, 1505, de fray Pedro de Alcalá, comprenant une grammaire et un catéchisme.

37 Un séminaire permanent du Centro de Estudios Históricos du Colegio de Michoacán, à Zamora (Mexique) travaille à la publication de œuvres complètes de Gilberti.

38 Le thème de la traduction et de ses usages et évolutions demanderait à être affiné par une étude comparative étendue aux siècles suivants. Je pense en particulier à l’Arte de la lengua mexicana du père jésuite Horacio Carochi (Mexico, 1645) et au Tratado de las supersticiones de Hernando Ruiz de Alarcón (Mexico, 1629).

Table des illustrations

Légende ILL. 1. — Fray Alonso de Molina, Vocabulario en lengua castellana y mexicana/Vocabulario en lengua mexicana y castellana…, Mexico, Antonio de Espinosa, 1571 (première page de titre).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1058/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Légende ILL. 2. — Pater noster en images (copie du XVIIIe siècle, British Museum).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1058/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Légende ILL. 3. — Codex de Florence de fray Bernardino de Sahagún, livre XII, De la Conquista mexicana.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1058/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 500k

© Publications de l’École nationale des chartes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540