Version classiqueVersion mobile

Traduire et adapter à la Renaissance

 | 
Dominique de Courcelles

Langue et traduction de la poésie chez Politien

« Doctaque me triplici recinet facundia lingua »

Fosca Mariani Zini

A Simone Guillot, à ses collections de sables.

Texte intégral

  • 1 Qui étaient devenus seigneurs de Florence en 1434.
  • 2 Sa première intervention en poésie fut la traduction latine (partielle) des chants de l’Iliade ; c (...)
  • 3 On trouvera cette épître, sous le nom de Laurent, dans C. Varese (éd.), Prosatori volgari del Quat (...)
  • 4 Sur le rapport entre Laurent et Politien, cf. M. Martelli, « I Medici e le lettere » dans Idee, is (...)
  • 5 Cf. M. Martelli, « Il libro dell’Epistole di A. Poliziano », dans Interpres, t. 1, 1978.

1Avec la paix de Lodi (1454), les États principaux de la péninsule, Milan, Venise, Florence, Naples et la papauté, connurent une situation d’équilibre. Florence en profita pour rétablir sa cohésion interne et en particulier le pouvoir des Médicis1. Après la conjuration des Pazzi (1478), Laurent exerça une forte influence sur la vie politique et culturelle de la ville, ou pour mieux le dire fit de la vie culturelle une arme politique. En ce sens, les humanistes qui l’entourèrent se prêtèrent aussi bien à ses intérêts littéraires qu’à ses desseins politiques, les deux étant souvent entremêlés. Angelo Ambrogini, dit le Politien (1454-1494), fut l’un de ces humanistes, qui entra très jeune à sa cour et qui en connut les péripéties. Ainsi, il devint le secrétaire de Laurent et le précepteur de son fils Piero. Il fut, dans un premier temps, un poète très actif dans la vie de cour2. En outre, l’historiographie reconnaît aujourd’hui la main de Politien dans l’Épître aragonaise que Laurent fit préparer en 1476-1477 : cette lettre introduisait un recueil de poésies toscanes préparé pour le fils du roi de Naples3 et elle visait à défendre l’idée d’une suprématie culturelle de Florence. Cependant, après une rupture avec la famille des Médicis (1479-1480) et un séjour dans l’Italie du Nord, Politien rentra à Florence, et tout en jouissant de la protection de Laurent, il fut un peu plus libre de travailler pour lui-même, délaissant quelque peu la vie active ; il se consacra surtout à l’étude des œuvres anciennes et devint professeur d’art oratoire et de poétique au Studio florentin en 14804. Il survécut deux ans à la mort de Laurent, tâchant par son recueil de lettres de défendre la politique de Piero contre l’offensive d’une autre branche des Médicis, celle de Lorenzo di Pierfrancesco5.

  • 6 Comme l’a montré encore récemment E. Bigi, « Impegno civile e allegorie neoplatoniche nelle Stanze(...)
  • 7 La « querelle de la langue » sera plus étroitement liée à la vie politique dans le siècle suivant. (...)

2Politien participa par ces nombreux aspects à la vie politique de Florence mais sa recherche demeure essentiellement une activité personnelle6. En ce sens, la pratique de trois langues, le grec, le latin, le toscan, appartient à sa réflexion sur la culture et à l’exercice de celle-ci comme auteur, en nom d’auteur7

I. — LES TROIS LANGUES DE LA POÉSIE

3Il le dit lui-même :

  • 8 Ange Politien, Rusticus, 566-569. Les cours de Politien sur la poésie au Studio commençaient souve (...)

Sed tu (si qua fides) tu nostrum forsitan olim,
O mea blanda altrix, non aspernabere carmen,
Quamuis magnorum genitrix, Florentia, uatum;
Doctaque me triplici recinet facundia lingua8.

4Politien tient donc à acquérir la fama auprès de la posterité en tant que poète écrivant en trois langues. Ce vœu ne va nullement de soi pour au moins deux raisons ; ces langues n’ont pas le même statut et la poésie n’est pas, chez Politien, la seule pratique de la langue.

  • 9 Dans l’épigramme en grec xxviii, Politien s’incite à poursuivre dans l’étude du grec qui lui coûte (...)
  • 10 Cf. G. Bernardini, Tra latino e volgare. Per Carlo Dionisotti, Padoue, Antenore, 1974, 2 vol. ; M. (...)
  • 11 Cf. l’Épître aragonaise, supra.

5D’abord, il y a beaucoup de langues, et peut-être pas assez : le grec est la langue matricielle du savoir, mais elle n’est plus9 ; le latin demeure encore la langue de culture, mais n’est pas la langue maternelle10 ; le toscan possède une tradition poétique, mais il n’est pas encore une langue savante : il a besoin d’être défendu11.

  • 12 En vernaculaire, cf. outre les Stanze, l’Orfeo qui remonte à l’année 1479 ou 1480 ; et les Rime, d (...)
  • 13 L’approche grammaticale de Politien comporte plusieurs aspects, parmi lesquels l’historiographie a (...)
  • 14 Cet aspect demeure encore aujourd’hui le moins étudié. Cf. C. Vasoli, « Poliziano, maestro di dial (...)

6En outre, si Politien écrit en trois langues, il ne leur consacre ni la même assiduité ni le même traitement12, de sorte que l’historiographie a longtemps présupposé un itinéraire selon lequel le poète se serait consacré d’abord au vernaculaire et tourné par la suite davantage vers la poésie latine. De plus, chez Politien, la grammaire accompagne l’activité poétique, mais cette alliance n’est pas dépourvue de tensions13. Enfin, l’étude de la dialectique et, en particulier, de la logique d’Aristote, devient, dans les dernières années, l’une de ses occupations majeures14.

  • 15 Sur ces itinéraires et ses corrections, cf. E. Garin, « L’ambiente del Poliziano », dans Poliziano (...)
  • 16 A savoir la publication systématique de ses notes de cours, sous l’impulsion d’A. Perosa ; cf. A. (...)
  • 17 L’expression est de V. Branca, Poliziano e lumanesimo… Cf. en particulier le premier chapitre.
  • 18 Cf. A. Scaglione, « The humanist as scholar and Politian’s conception of the grammaticus », dans S (...)

7Ces deux itinéraires15, de la poésie vernaculaire à la poésie latine, et de la poésie à la grammaire, ont été remis en question par un imposant travail philologique16 qui a suggéré de voir le possible élément fédérateur des pratiques de Politien dans ce que l’on a désormais coutume d’appeler l’« humanisme de la parole »17. Cette expression souligne, pour les œuvres de Politien, le rôle central que la parole joue dans la constitution de l’humanitas et le rapport étroit qui lie le langage à la tradition. Cependant, certaines difficultés demeurent qui, n’ébranlant peut-être pas le cadre de cette hypothèse, peuvent en nuancer la lecture globale. Ce qui reste difficile à comprendre est la diversité des accents de cet « humanisme de la parole » ; si le parcours intellectuel de Politien n’est pas marqué par des coupures radicales, la seule continuité ou le désir de complétude n’en restituent pas non plus le mouvement. Au contraire, des temps d’arrêt scandent l’œuvre de Politien ; ceux-ci ne présentent ni les traits d’une argumentation conséquente ni une pratique explicite d’auto-réflexion, mais ils se manifestent plutôt comme des moments de suspension du jugement et d’inquiétude qui laissent apercevoir des difficultés et de nouvelles exigences. Les traces de ces perplexités sont nombreuses dans sa poésie : la pratique du grec reste cantonnée à la traduction partielle de l’Iliade et à des épigrammes ; son œuvre latine se situe d’abord dans un registre élégiaque et devient, par la suite, dans les Syluae, un instrument pédagogique et critique ; enfin, des œuvres comme les Stanze et l’Orfeo représentent deux tentatives différentes pour donner forme à un genre composite et nouveau dans le vernaculaire dont la tradition savante reste à faire, tentatives qui demeureront sans suite. Son art grammatical est pareillement marqué par des scansions18 qui ne sont pas complètement intelligibles à partir du désir d’approfondir la nature organique de la langue ; l’étude de la tradition dialectique est poursuivie par Politien grammairien et témoigne de son exigence de se confronter aux instances formelles et argumentatives du discours, au-delà de l’intérêt porté à la fonction fondatrice d’humanitas et aux liens entre la tradition et la parole.

  • 19 Je ne peux ici que suggérer cet aspect que je développe ailleurs, en étudiant en particulier la pr (...)
  • 20 L’analyse qui suit est avant tout une reconstruction : elle ne s’appuie pas sur une argumentation (...)

8Je me consacre ici qu’à la pratique de la poésie en trois langues de Politien, essayant d’en mettre en évidence les difficultés internes qui peuvent peut-être éclaircir certains temps d’arrêt de son œuvre. Ces difficultés tiennent, à mon avis, à une certaine idée de la langue qui se constitue dans sa pratique de la poésie et qui se heurte, en même temps, à son usage des trois langues. Celles-ci, en effet, ne sont pas un simple facteur de multiplicité ; ce n’est pas leur nombre mais leur statut qui présente des résistances. Ainsi, je procéderai de la manière suivante : après avoir mis en avant les dispositifs qui caractérisent la poésie de Politien, je chercherai à dégager l’idée de langue qu’ils mettent en œuvre. Ensuite, j’essaierai de déceler les résistances que l’usage de trois langues offre à cette même pratique de la langue afin d’éclaircir quelque peu le sens des différentes directions empruntées19 par Politien dans son œuvre20.

II. — LES DISPOSITIFS DU MONTAGE POÉTIQUE TRADUCTION ET ADAPTATION

  • 21 Cf. G. Ghinassi, Il volgare letterario nel Quattrocento e le Stanze del Poliziano, Florence, Le Mo (...)

9Le lien entre l’humanisme et la parole se situe, d’abord, sur le plan d’une langue de culture, au sens où la pratique de la parole se rapporte toujours, pour Politien, à l’horizon de la tradition : il n’y a pas de parole qui n’appartienne à une certaine tradition et il ne peut y avoir de langue qui ne soit savante. Ainsi, la poésie de Politien est caractérisée essentiellement, dans le détail, par des procédures de montage qui font de la référence à la tradition le moment central de la composition : traduction, centon, variation sur un thème et accommodation sont les dispositifs majeurs de sa poésie en trois langues. C’est une pratique qui ne s’exerce pas seulement entre les deux langues de culture, le grec et le latin, mais qui structure aussi la poésie en vernaculaire où elle assume une fonction constitutive ; ici, le montage ne sert pas seulement à l’imitation et à l’innovation, mais il est la procédure qui peut faire du vernaculaire21 une langue de culture à part entière. C’est en empruntant à la tradition qu’une langue vernaculaire savante se constitue, de même que le latin s’est formé, en partie, par la reprise et la reformulation des éléments grecs.

  • 22 Le titre exact, dans l’édition princeps des Cose vulgari, Platone de Benedetti, 1494, est le suiva (...)
  • 23 Au niveau syntaxique, certaines constructions sont éclairées par G. Ghinassi, Il volgare letterari (...)

10Ce travail d’emprunt est particulièrement évident dans les Stanze22 : cette œuvre de jeunesse en vernaculaire présente les traces du travail poétique de Politien sur les trois langues. Les emprunts aux traditions sont de genre différent : syntaxiques23 en partie, mais surtout lexicaux. La poésie de Politien révèle un intérêt prédominant pour les expressions singulières qui comportent une force expressive : les emprunts concernent en fait surtout des adjectifs, des noms, ou des formules ayant trait aux qualités de la description des phénomènes. En ce sens, toute expression comporte un noyau originaire de signification, qui par son caractère qualitatif et allusif peut être employé différemment selon la circonstance poétique.

  • 24 Cette expression, reprise maintes fois par l’historiographie, appartient à Politien lui-même. Cf. (...)
  • 25 Sur ce passage, cf. P. Galand-Hallyn, « Les portes de Vénus : tout un programme, dans les Stanze d (...)

11L’emprunt et le montage des expressions singulières concernent des simples termes, des tesselles24 lexicales, des formules et, également, des éléments mythiques qui peuvent être réinvestis dans différentes fabulae. Nous pouvons évoquer quelques exemples afin de mettre en avant les dispositifs propres à la poésie de Politien. Dans le passage concernant le royaume de Vénus25, où le poète s’attarde sur la description des bas-reliefs des portes, l’une des histoires sculptées représente le rapt d’Europe, on lit :

Vera la schiuma e vero il mar diresti,

Verum taurum, freta vera putares

e vero il nicchio e ver soffiar di venti ;

(Ov., Mit., VI, 104.)

la dea negli occhi folgorar vedresti,

e’l ciel riderli a torno e gli elementi ;

l’Ore premer l’arena in bianche vesti,

l’aura incresparle e crini distesi e lenti ;

non una, non diversa esser lor faccia,

facies non omnibus una, | non diuersa

come par ch’a sorelle ben confaccia.

tamen, qualem decet esse sororum

(Stanze, I, 100, 1-8.)

(Ov., Mét., II, 13-14.)

  • 26 Cf. par exemple, Rerum vulgarium fragmenta, ccxxi, 10, et cclviii, 10.
  • 27 Dans la poésie latine de jeunesse, en ce qui concerne les yeux des figures féminines ; cf. In puel (...)

12Ce passage témoigne aussi bien d’un travail patent de traduction que de celui, plus caché, d’adaptation et de montage : le début est en effet un écho d’Ovide tandis que la fin en est une traduction presque littérale. De plus, l’emprunt ne comporte pas seulement une variation dans le choix des termes mais aussi une autre figure : le chiasme ovidien est transformé en anaphore et l’effet est redoublé. La traduction, fidèle, recherche aussi un effet de rime dans la structure de l’octave (faccia… confaccia). En outre, le terme nicchio (100, 2), coquille, renvoie aussi à la fin de la stanza précédente (99, 8 : gir sovra un nicchio, et par che’l cel ne goda), donnant lieu à une des techniques les plus prisées par Politien, celle de coblas capfinidas, qui est ici, à vrai dire, déplacée d’un vers, mais c’est aussi un emprunt, plus dissimulé que pour Ovide, à Tibulle, Carm., III, 3, 34. Et encore : folgorar (100, 3) est une qualité des yeux très présente chez Pétrarque26 et que l’on retrouve dans d’autres moments de la poésie de Politien27.

13Quelquefois, la formule de Politien est le résultat de plusieurs souvenirs ; par exemple, à propos de la description d’une beauté féminine :

Rideli a torno tutta la foresta,

e quanto può suo cure disacerba;

con diletto l’affanno disacerba

nell’atto regalmente è mansueta,

(Pétrarque, RVF, cxc, 8.)

e pur col ciglio le tempeste acqueta.

vultu quo caelum tempestatesque serenat.

(Stanze, I, 43, 5-8.)

(Virg., Aen., I, 255.)

  • 28 Cf. Stanze, I, 55, et II, 23 ; Rime, cviii.

14Mais, au-delà du souvenir virgilien, la dernière image est aussi la composition des souvenirs ovidiens et pétrarquesques ; de plus, Politien l’utilise dans d’autres lieux de sa poésie, en opérant des variations28. Ainsi le montage de citations procède-t-il par découpage, stratification, recomposition : un même vers peut en effet supporter un emprunt textuel, la trace d’un souvenir, la superposition de plusieurs expressions.

  • 29 Parmi les sources directes en grec, nous retrouvons de véritables emprunts à Hésiode ; cf. par exe (...)

15Dans le vernaculaire des Stanze le grec est également présent, aussi bien comme source directe29 que sous la forme des fragments de traduction que Politien a rendus d’abord en latin et adaptés par la suite au vernaculaire. Qu’on lise, par exemple, le passage suivant :

Eron già tutti alla risposta intenti

e pargoletti intorno all’aureo letto,

quando Cupido con occhi ridenti,

tutto protervo nel lascivo aspetto,

si strinse a Marte, e colli strali ardenti

faciesque proterva (Moschos, Idyll., I, 12).

della faretra gli ripunse il petto,

e colle labra tinte di veleno

multa venena labris (Moschos, Idyll., I, 29).

baciollo, e’l fuoco suo gli misse in seno.

Conticuere omnes intentique ora tenebant.

(Stanze, II, 1, 1-8.)

(Virg., Aen., II, 1.)

III. — LE SYSTÈME INTERNE DES RENVOIS : L’AUTO-TRADUCTION

  • 30 L’expression revient à D. Delcorno Branca, « Il laboratorio del Poliziano. Per una lettura delle R (...)
  • 31 Cf. Stanze, I, 60, 3-4, et Rusticus, 226 ; Stanze, I, 78 et In uiolas ; Ballata XVIII et In Anum ;(...)
  • 32 Cf. par exemple : Stanze, I, 30, 1-2 ; trad. Iliade, II, 7 ; Epigr. lat., CIX, 1.

16Ce passage témoigne d’un autre aspect de la poésie de Politien, l’auto-traduction et l’adaptation des mêmes expressions dans les trois langues. Ainsi, sa poésie met en forme un système interne de renvois ; les tesselles lexicales ne sont pas seulement transposées d’un contexte à l’autre, mais sont aussi accommodées d’une langue à l’autre. Son aisance dans les trois langues fait de sa poésie un véritable « laboratoire »30 : les dispositifs de montage ont lieu à l’intérieur de la même langue, mais aussi entre le latin et le vernaculaire31 et, parfois, entre les trois langues32.

  • 33 Dans Rusticus les qualités phénoménales du paysage sont essentiellement des qualités tirées de la (...)
  • 34 Ovide dans les Amours, III, l, met en scène sa rencontre avec une femme charmante, quoique boiteus (...)
  • 35 La maladie est mise en scène dans l’élégie In Albieram et dans la Syluia in scabiem publiée d’abor (...)
  • 36 Cf., par exemple, la description des femmes chez G. Cavalcanti (Rimes, trad. C. Bec, Paris, Impr. (...)

17Tout comme dans les procédures d’adaptation et de traduction, l’auto-traduction et l’exercice d’accommodation dans les trois langues portent, en premier lieu, sur des expressions singulières ayant trait à la description des qualités, humaines, animales ou végétales ; la poésie de Politien tend à constituer un répertoire des qualités phénoménales qui se prêtent à être aisément transposées d’une langue à l’autre. Or, on pourrait remarquer que les qualités secondaires sont, par leur caractère subjectif et sensible, les moins transmissibles et adaptables. Mais la poésie de Politien n’est aucunement une poésie de l’immédiateté : puisqu’elle est composée, dans le détail, par le tissu des emprunts à la tradition, elle opère par conséquent une forte littérarisation de l’expérience. Celle-ci est donc restituée sous la forme d’un palimpseste de citations, de fragments de traduction, d’accommodation. Ainsi l’emploi des montages de citations pour la description des qualités phénoménales, aussi bien de la nature33 que du corps humain, n’est-il pas tant un aspect patent de cette poésie que l’exhibition d’un programme : le corps décrit est avant tout un corps textuel34. L’intérêt de Politien pour les aspects les plus crus de l’existence, comme la maladie dans ses effets de décomposition corporelle ou la vieillesse dans ses aspects répugnants, se comprend aussi comme un exercice de littérarisation35 qui est certainement une forme de maîtrise de l’expérience. Le corps malade met en évidence la décomposition et la recomposition dont la poésie est capable ; dans cette perspective, la description détaillée de la beauté féminine ne relève pas moins des mêmes procédés de morcellement du corps36. La littérarisation de l’expérience a pour conséquence que la langue qui la restitue produit un effet de réalité. Celui-ci ne suppose évidemment pas une équation entre la littérature et la réalité, mais il renvoie au caractère sédimenté de la langue : dans la tradition, tous les éléments qui mettent en forme l’expérience, et qui peuvent être décrits, y sont comme déposés. Cet aspect est, à mon avis, explicité chez Politien par une des principales qualités de la langue poétique : son abondance, sa copia ; dans les Syluae, nombreuses sont les formules qui qualifient la langue par sa richesse, telles que : felix opulentia, ingens copia rerum, sermo potens.

  • 37 L’expression est de M. Martelli, « I Medici… ».
  • 38 Cf. M. Martelli « Il mito d’Orfeo nell’età laurenziana », dans Interpres, t. 8, 1988.
  • 39 Nutricia, 127-131.
  • 40 Nutricia, 283-308.
  • 41 Manto, 13-30.

18Au-delà des éléments lexicaux ou des simples formules, Politien travaille également sur des unités de signification ou des « unités sémantiques »37 qui sont constituées par le montage de certains aspects venant se greffer, au cours de la transmission de la tradition, sur un moment initial, celui-ci opérant comme un centre d’agrégation. Parmi ces unités se trouvent des mythes, ou des éléments mythiques, qui sont réinvestis dans des ensembles différents. C’est le cas d’Orphée38 qui devient, dans l’œuvre de Politien, une unité agrégée, dont les éléments décomposables sont différemment mis en avant. Il est vrai que, par la transmission de son mythe, l’Orphée que Politien connaît a déjà acquis plusieurs aspects : la difficulté d’interpréter d’une façon univoque l’Orphée de Politien tient aussi à ce caractère composite du mythe ; en ce sens, Orphée peut revêtir plusieurs rôles, et même en supporter plusieurs à la fois. Ainsi, dans Nutricia, Orphée représente avec Apollon la fonction civilisatrice de son chant39 et, un peu plus loin, il est présenté en harmonie avec la nature ; sa mort est aussi racontée, en insistant sur la naissance de l’astre Lyre : il est vaincu par la loi cruelle qui lui a repris Eurydice40. Orphée est ici son chant, sa poésie comprise par la nature, éducatrice des hommes ; toutefois, ces éléments qui appartiennent à la tradition mythique sont réinvestis dans des figures qui, tout en y faisant allusion, s’en éloignent sensiblement. En fait, la cosmologie et la théologie qui structurent le mythe d’Orphée constituent un vague arrière-fond : la nature d’Orphée a, chez Politien, les traits d’une nature bucolique découverte pendant une promenade à la campagne, et l’aspect enchanteur de sa voix n’a pas la force dramatique d’une initiation. Orphée représente la force de la poésie dans ses aspects de consolation et de persuasion, presque d’édification ; la lecture christianisante va dans cette direction. En outre, l’Orphée de Politien ne goûte pas à l’incompréhension des hommes ou à la solitude des réformateurs, mais seulement à la rage des femmes délaissées. Le festin des Argonautes où, dans Manto, Orphée se retrouve, n’est pas non plus une communauté mythique ; il chante et les console, exprimant d’ailleurs un certain penchant pour le jeune Achille, lequel essaie maladroitement d’imiter son chant. Dans cette scène, Orphée n’a pas le poids d’un mythe ; il sert plutôt, par l’allure qu’il en garde, à évoquer le paysage champêtre des Bucoliques, et à instaurer le parallèle, d’une part, entre le chant de Virgile et celui d’Orphée et, d’autre part, entre la maladresse de Politien, qui voudrait imiter le Mantouan, et celle du jeune enfant, gaucherie atténuée quand même par le caractère illustre du personnage41.

  • 42 Sur le rôle de Boccace dans l’idée de fabula chez Politien, cf. P. Orvieto, « Boccaccio mediatore (...)

19Orphée est, à chaque fois, l’écho de son mythe, mais il se comporte surtout comme la structure d’accueil d’autres éléments qui, tout en s’y rattachant, donnent lieu à différents parcours de signification. En fait, la cosmologie et la théologie du mythe d’Orphée n’en constituent plus la structure fondamentale, mais elles demeurent le noyau originaire qui permet d’agréger d’autres éléments. Orphée devient l’unité d’éléments composables et décomposables de plusieurs fabulae, et, en ce sens, il perd sa qualité mythique en acquérant un caractère fonctionnel42.

IV. — L’IDÉAL DE LA GREFFE

  • 43 D’où l’ambiguïté entre la nature et l’artifice qui caractérise l’idée de la langue chez Politien. (...)
  • 44 Je préfère parler de pouvoir expressif ou allusif plutôt que de métaphore, car, pour des raisons q (...)
  • 45 Si Narcisse est le mythe fondateur de la peinture pour Léon Battista Alberti, Écho peut être le sy (...)

20Or, ces dispositifs de montage étant mis en avant, il est possible d’éclaircir l’idée de langue poétique à laquelle ils donnent forme ; celle-ci me semble caractérisée par l’idée de greffe. Les emprunts lexicaux, les variations sur un thème et les unités sémantiques peuvent être considérés comme des formes diverses de greffe, laquelle est une jointure entre deux éléments, ayant des propriétés communes, et comporte une innovation43. Ce qui caractérise pourtant la poésie de Politien est, comme nous l’avons vu, une modalité spécifique de greffe. Celle-ci opère en effet sur des éléments singuliers et signifiants, qui renvoient à des qualités de la description et comportent une charge expressive. C’est la nature de ces éléments qui assure, à mon avis, la réussite de la greffe. Noms, adjectifs, verbes, formules descriptives sont comme des structures d’accueil qui peuvent donner lieu à des unités différentes, formant plusieurs combinaisons par des liens d’association ou de contiguïté, dans des séries qui sont en principe infinies car elles relèvent des opérations descriptives. Ces unités comportent surtout un pouvoir allusif, car elles ne cessent ni d’évoquer les noyaux originaires de signification, ni de s’agréger avec d’autres éléments qui peuvent résonner ensemble44. Plus que leur pouvoir métaphorique, c’est cette force de résonance qui caractérise, à mon avis, les greffes ; toute unité résonne, en effet, des qualités qu’elle a acquises au fil de la transmission culturelle45. Cependant, la greffe est davantage l’idéal de la langue savante que son dispositif. Cet idéal se situe en particulier sur deux niveaux, à l’intérieur de la poésie et sur le plan des rapports entre les langues : il définit la poésie par sa puissance générative et distingue les langues par leur généalogie.

21La greffe est, d’abord, ce qui permet à la langue de se reproduire, de créer un effet d’abondance qui accompagne et spécifie l’effet de réalité : la copia n’est pas tant la nature de la poésie que son but. En rappelant que l’origine commune de toutes les formes possibles de poésie se trouve dans Homère, Politien souligne cet effet prolifique : en ce sens, l’image traditionnelle du fleuve de l’éloquence remplit une fonction programmatique dans la généalogie des styles et des genres poétiques qu’il dessine dans Nutricia :

  • 46 Ambra, 476-482.

Utque parens rerum fontes et flumina magnae
Suggerit Oceanus terrae, sic omnis ab istis
Docta per ora uirum decurrit gratia chartis;
Hinc fusa innumeris felix opulentia saeclis
Ditauit mentes, tacitoque infloruit aeuo;
Omnia ab his et in his sunt omnia, siue beati
Te decor eloquii seu rerum pondera tangunt46.

  • 47 Trois en grec (xii, xv, xvi) et quatre en latin (xxi, lxxii, lxxiii, lxxiv).

22Par ailleurs, les langues qui ont des liens certains de parenté se relaient entre elles par des procédés de greffe qui en assurent la généalogie mais qui compliquent le rapport de filiation ou de succession chronologique : la greffe comporte une descendance qui, par les dispositifs de montage eux-mêmes, est loin d’être linéaire, et elle peut être surtout le lieu d’une possible amélioration. Ainsi, le respect pour la langue matricielle de la culture, le grec, ne va pas sans la mise en évidence de ses failles et, par là, des mérites du latin et du toscan. En grammairien, Politien recommande la connaissance du grec pour la compréhension de la langue et de la littérature latines ; toutefois, il n’est pas certain que cela corresponde à une suprématie de la langue grecque : au contraire, la connaissance de celle-ci est surtout intéressante lorsqu’elle accompagne la pratique du latin. Le projet d’un Epigrammaton Latinorum et Graecorum liber, témoigne de cette approche conjointe des deux langues, au moins pour ce genre poétique. Politien ne traite pas seulement des thèmes assez proches, mais il procède à une véritable œuvre d’adaptation et d’auto-traduction. Qui plus est, la rivalité et l’envie marquent également les rapports entre ces deux langues savantes, témoignant par là une forme de dépendance qui n’est pas dépourvue d’une certaine autonomie. Pour la mort de Théodore Gaza, par exemple, Politien écrivit une série d’épigrammes47 dans lesquelles il célébra sa double excellence, en grec et en latin. Toutefois, ce double mérite s’accompagne d’une certaine rivalité et même d’une subtile défense de la supériorité du latin ; une référence plus dissimulée à Dante semble en outre rompre une lance pour le vernaculaire ; lisons les deux épigrammes suivantes qui sont aussi l’expression du dispositif d’auto-traduction et d’auto-adaptation que j’ai rappelé ci-dessus :

’Eλλὰς µέv, Θεόδωρε, σὲ µᾶλλov ϰλαῦσε θαvόvτα
Tύρϰιov ἥ ὄτε µιv ἑξαλάπαξε γέvoς’
ϰαὶ γάρ ἑ τò σϰῆπτρόv πoθ’ὁ βάρβαρoς ἑιλε τὺραvvoς,
vῦv δέ ϰλέoς γλώττης ϰλέψατo µoιρ’ ὀλoή.
ἁλλά vυ ϰαὶ Ῥώµης ὑπò πρὶv πoλέµω δεδάµασται,
πρῶτov δ’αὖ γλώττης πτῶµα τόδ’ ὁι συέβη.
(Epigr. gr., xv.)

Diruta barbaricis defessaque Graecia telis
Sola fuit: Lethen nunc quoque lingua tenet
Scilicet haec culti uiguit sub pectore Gazae,
Et quo cum uiguit pectore fida cadit.
Multis tanta feri nocuit victoria Turci;
Pluribus infesta est mors, Theodore, tua.
(Epigr. lat., lxxiii, In eundem.)

  • 48 Cf. Dante, Purgatoire, 11, 97-98 : Così ha tolto l’uno all’altro Guido I la gloria della lingua. L (...)

23La Grèce pleure la mort de Gaza qui représente une catastrophe bien plus grave que l’invasion des Turcs, car ce qu’elle perd avec lui, c’est la gloire de la langue (kleos glottès). Ainsi, Politien souligne que la langue grecque n’est plus, suggérant, par le souvenir de l’invasion turque, qu’elle ne l’est plus depuis longtemps. De plus, dans la version grecque, donc dans la langue maternelle de Gaza, il rappelle que la Grèce fut vaincue une première fois par Rome aussi bien dans le domaine des armes que dans celui de la langue ; la supériorité de la langue latine est affirmée dans la langue grecque. Enfin, l’expression « la gloire de la langue » est un emprunt à Dante48. La généalogie des langues comporte donc des rapports de dépendance qui ne sont pas dépourvus de tensions ; la rivalité engendre la ruine d’une langue et la suprématie de l’autre. Et pour le dire, une expression en vernaculaire peut aider.

V. — LES RÉSISTANCES DES LANGUES : LE PROBLÈME DU GENRE LITTÉRAIRE

24L’usage de trois langues n’est pas seulement un facteur de multiplication, mais introduit des motifs de perplexité à l’intérieur de cette idée de la langue. Les difficultés se cristallisent, à mon avis, autour du dispositif de la greffe dans l’usage de trois langues.

  • 49 Il s’agit bien entendu des éléments qui ne sont pas signifiants par eux-mêmes mais qui acquièrent (...)
  • 50 Le genre a, en effet, une unité d’ordre différent de celui des expressions poétiques ; il n’est pa (...)

25J’ai suggéré que la réussite de la greffe dépend, dans la poésie de Politien, de la nature spécifique des éléments sur lesquels elle s’effectue. Mais toutes les greffes ne réussissent pas, car elles ne portent pas toutes sur des expressions singulières, qualitatives. Si les noms, les adjectifs, les unités mythiques se prêtent aux dispositifs de montage, la langue ne se réduit pourtant pas à ces éléments, à l’humanitas de ces paroles. Au contraire, les langues présentent des résistances aux procédures de greffe de la part d’éléments de nature qui, tout en présentant de nombreuses différences, ont pourtant en commun une structure formelle49. Parmi ces éléments, le genre littéraire est celui qui présente une résistance importante à l’idée et à la pratique de la langue poétique de Politien ; c’est à son niveau que l’idéal de la greffe se heurte à l’usage de trois langues qui, par leurs statuts différents, ne se prêtent pas à la même formalisation50.

26On peut repérer les traces de cette résistance et du relatif moment d’arrêt qu’il promeut, plus que dans une argumentation conséquente, dans deux moments du savoir-faire de Politien : dans l’attention constante qu’il accorde à l’histoire des genres et dans les tentatives qu’il a opérées pour donner forme à des genres composites dans la poésie en vernaculaire.

  • 51 Cf. Quintilien, Inst. or., X, 1, 46. Il faut quand même souligner que cette continuité ne concerne (...)

27Dans la généalogie des genres et des styles qu’il présente dans Nutricia, Politien semble privilégier l’axe de la continuité : un véritable cortège de savants et de poètes défile à partir d’Homère, source matricielle de tous, devant la postérité51. Toutefois, cette continuité connaît également des temps d’arrêt ; de même que la généalogie des langues ne suit pas simplement un parcours linéaire, de même la généalogie des genres et des styles ne se borne pas à une transmission sans heurts. La rivalité peut être le signe d’une possible amélioration dans la succession des auteurs qui s’éprouvent dans le même genre et dans des langues différentes. En ce sens, l’épigone peut dépasser le modèle ancien ; c’est le cas de Virgile par rapport à Homère lui-même :

  • 52 Nutricia, 346-349. La source de ce jugement est Quintilien, Inst. or., X, 1, 86. Mais sur Virgile, (...)

Proximus huic autem, uel (ni ueneranda senectus
Obstiterit) fortasse prior, canit arma uirumque
Vergilius; cui rure sacro cui gramine pastor
Ascraeus siculusque simul cessere uolentes52.

  • 53 Il écrivit en grec, en latin, en osque, et composa des tragédies, des satires et surtout les Annal (...)

28Mais cette généalogie ne comporte pas seulement des degrés d’excellence, par le biais de la compétition. La transposition des genres rencontre des entraves d’une langue à l’autre ; l’exemple d’Ennius est particulièrement significatif, car il écrivit en trois langues et essaya dans sa poésie de mêler les genres littéraires53 :

Jam senior triplici uates qui corde superbit,
Maeonides Italis (ni fallunt uisa) secundus,
Bella horrenda tonat Romanorumque triumphos,
Inque uicem nexos per carmina digerit annos;

  • 54 Nutricia, 454-460.

Arte rudis, sed mente potens, parcissimus oris,
Pauper opum, fidens animi, morumque probatus,
Contentusque suo, nec bello ignarus et armis54.

  • 55 Cf. la lettre à Paolo Cortese sur l’imitation, que l’on trouvera en traduction italienne dans E. G (...)

29Le jugement de Politien n’est donc pas dépourvu d’ambiguïté. Politien rappelle les qualités indéniables d’Ennius : une vie probe, une assurance personnelle et un esprit puissant, mais il souligne également son art rudimentaire et comme une insuffisance dans les moyens expressifs, qui se traduit par la parcimonie des mots. Il n’est pas aisé de comprendre à quel niveau se situe cette pauvreté, si celle-ci appartient à la langue, dans un certain moment de la transmission, ou au langage de l’auteur. Politien revendique le travail d’appropriation que tout auteur accomplit par rapport à la tradition et qui le soustrait à une imitation servile ; il parle lui-même en son nom, en nom d’auteur55. Cependant, il s’attarde parfois sur des caractères qui semblent relever de la langue elle-même, ou du moins, d’états de la langue à un moment donné. L’individuation dans la langue ou par la langue n’est pas chez Politien l’objet d’une réflexion, mais elle suscite une préoccupation qu’il ressent comme poète et grammairien. Un passage sur Lucrèce porte, à mon avis, les traces de cette inquiétude ; des difficultés semblent en fait présentes dans sa poésie :

  • 56 Nutricia, 489-498.

Nec qui philtra bibit nimioque insanus amore
Mox ferro incubuit, sic mentem amiserat omnem,
Vt non sublimi caneret Lucretius ore
Arcanas mundi causas elementaque rerum;
Doctus, et arpino tamen exploratus ab ungui.
Scilicet et ueteres naturam pandere Grai
Carmine tentarunt celebri: ceu maximus ille,
Aerisonas pedibus qui quondam inductus amyelas,
Insiluit siculi rapidum cratera camini;
Et cui de uocum tenebris cognomina flenti
Addita; quosque alios studio sapientia dulci
Implicuit, cecinitque diu memoranda uetustas56.

  • 57 Cf. Stace, Syluae, II, VII, 76.
  • 58 Cf. Lucrèce, De rerum naturae, I, 717.
  • 59 Ibid., I, 640.
  • 60 Lucrèce lui-même rappelle ses prédécesseurs grecs.

30Politien souligne le caractère sublime du chant de Lucrèce restituant les secrets du monde et les causes des processus naturels, mais il rappelle que son œuvre fut corrigée par Cicéron57. Politien ne précise pas davantage de quel genre de difficultés et de corrections il s’agit ; il est difficile de comprendre si les obstacles tiennent au sujet, à savoir les secrets de la nature, ou à l’insuffisance de la langue, et encore si celle-ci concerne la langue latine, corrigée grammaticalement par Cicéron, ou la langue personnelle du poète, dont la folie est rappelée au début, en soulignant qu’elle n’empêcha toutefois pas Lucrèce d’écrire. Cette tension me semble confirmée dans la remarque qui suit ; Politien rappelle que les Grecs tentèrent également de dévoiler la nature, mais il n’ajoute pas si ces efforts parvinrent à leur terme. La difficulté semble tenir avant tout au sujet, mais les noms d’Empédocle et d’Héraclite sont ici rappelés par des allusions qui rendent ambigu le jugement sur leur œuvre. Empédocle est rappelé par son plongeon dans le cratère de l’Etna58, alors qu’Héraclite est présenté comme le poète pleurant à la langue obscure59. Finalement, Politien coupe court, évoquant laconiquement « tous les autres » qui se consacrèrent à la douce étude de la nature, donnant lieu à une uetustas digne de renommée60. Ces tentatives grecques, qui semblent moins sublimes que celle de Lucrèce, provoquent la suspension du jugement ; il est difficile de dire si elles ont vraiment réussi dans la douce étude et quel genre de difficulté elles ont rencontré.

31Dans la continuité des genres, il y a donc des moments de suspension et même de discontinuité ; la rivalité, qui peut susciter une amélioration, connaît également des réussites partielles, voire des impossibilités. Car il est des genres qui ne conviennent pas à toutes les langues. Reprenant un ancien lieu commun, Politien déclare :

  • 61 Nutricia, 690-692.

Claudicat hic Lautium, uixque ipsam attingimus umbram
Cecropiae laudis; grauitas romana repugnat
Scilicet61.

  • 62 Cf. Misc., I, 1, où Politien soutient que la langue grecque est plus paresseuse que la langue lati (...)

32La poésie comique répugne donc à la grauitas romaine, et cette impossibilité renvoie à une qualité quasi-psychologique qui semble appartenir à la langue62.

VI. — LA COMPOSITION DES GENRES : LA CONSTRUCTION D’UNE LANGUE SAVANTE

33Tout comme la poésie comique ne réussit pas à la grauitas romaine, l’épos ne semble pas convenir au vernaculaire, les Stanze restant inachevées et n’ayant pas de suite. Les difficultés rencontrées dans l’étude de la généalogie des genres sont saisies sur le vif dans l’activité du poète et, en particulier, dans ses tentatives pour donner lieu à des genres composites en vernaculaire. Ce qui distingue en fait les langues de culture grecque et latine du vernaculaire est que celui-ci reste à faire, il n’est pas encore tout à fait une langue savante. Cette différence de statut fait toucher du doigt les limites de l’idée de langue de Politien, car les résistances que la transposition des genres connaît, sur le plan du toscan, renvoient aux compétences des langues qui excèdent leurs possibilités expressives. Le problème se pose alors de savoir comment construire une langue savante, et si les procédures de montage, s’appuyant sur l’idéal de la greffe, sont à cet égard légitimes. Cette interrogation dépasse le domaine de la poésie ; les entraves que le vernaculaire rencontre pour devenir une langue savante à part entière introduisent des sujets d’inquiétude quant aux stratégies de transmission de la culture et de la possibilité même de la transmission. Ainsi les tentatives de Politien pour donner forme à des nouveaux genres en vernaculaire me semblent-elles témoigner aussi bien de l’effort de construire une langue savante que des difficultés que ce projet rencontre lorsque les modalités de la transmission s’appuient sur les valeurs expressives de simples formules. Ces résistances ne sont pas réfléchies dans une argumentation cohérente, mais elles commandent un moment d’arrêt ; la recherche des genres composites en vernaculaire n’est plus poursuivie après l’Orphée, et la poésie latine devient prédominante, entraînant un changement de perspective : dans les Syluae, en fait, l’innovation se lie plus étroitement à la transmission et la poésie joue un rôle pédagogique et critique.

  • 63 Qui avait eu à Florence son représentant majeur en Luigi Pulci ; cf. M. Davie, « L. Pulci’s Stanze (...)
  • 64 Cf. P. Galand-Hallyn, « La leçon sur l’Odyssée de 1489 et autres praelectiones de Politien : Homèr (...)
  • 65 Que l’on pense au projet ovidien de mettre ensemble le carmen perpetuum, qui désigne chez Callimaq (...)
  • 66 La recherche d’un genre composite commande également les deux Centurie des Miscellanea, comme le s (...)

34En effet, les deux œuvres poétiques en vernaculaire posent le problème de leur genre. Au premier abord, les Stanze appartiennent au genre de la giostra63. Le mètre, l’octave, se rattache à la tradition chevaleresque, mais il s’agit avant tout d’un poème épidictique, structuré par tableaux, récits mythologiques, comportant donc une forte composante digressive. Mais son aspiration, telle qu’elle est affichée dans le proemium, est d’être une œuvre épique. Or, les Stanze restent inachevées de même que la traduction de l’Iliade ; Homère demeure, certes, la source de la poésie et de la science, mais il ne constitue pas le seul modèle64. Le projet d’un épos en vernaculaire est par la suite abandonné, si bien que Politien se tourne davantage vers une poésie qui emprunte à la latinité d’argent sa réflexion sur les genres65 et ses tentatives pour donner forme à des genres composites66.

  • 67 V. Branca, « Momarie veneziane e ‘fabula di Orfeo’ », dans Umanesimo e Rinascimento, studi offerti (...)
  • 68 Ce qui motiverait pour certains l’approfondissement de la pratique philologique ; cf. Tissoni Benv (...)
  • 69 Cf. P. Galand, « Introduction », dans Silves…
  • 70 Il faut rappeler que Stace avait déjà reçu une importante légitimité dans le Purgatoire de Dante.
  • 71 Laquelle s’accompagne d’un approfondissement de la pratique grammaticale. Cf. V. Branca, Poliziano (...)

35En ce sens, l’Orphée met en forme cette tentative d’un genre composite, si bien que l’historiographie se trouve encore aujourd’hui dans l’embarras devant cette œuvre67 : c’est sans doute une action scénique, mélangeant des modalités de la représentation sacrée avec le drame pastoral, et qui n’est pas dépourvue de moments satiriques. Malgré la diversité des lectures, on peut repérer dans l’Orphée comme un moment de réflexion ou de suspension du jugement ; l’échec d’Orphée dans sa tentative de sauver Eurydice, de même que son choix de s’adonner à l’homosexualité, provoquant ainsi la vengeance meurtrière des Bacchantes, semblent témoigner d’une certaine perplexité concernant la poésie de Politien, que cette perplexité soit interprétée comme un éloignement du projet culturel de Laurent, ou comme la faillite de l’élévation à la vie vertueuse, ou encore comme l’expression des difficultés de sa propre poésie68. En tout cas, l’expérience d’une œuvre composite en vernaculaire ne se répète plus après l’Orphée, et la poésie en toscan demeure confinée au « laboratoire » courtisan des Rime. Qui plus est, l’expérience change de signe ; la poésie latine des Syluae constitue également une œuvre composite, mais sa visée me semble témoigner d’une autre préoccupation. Il est vrai, d’abord, que leur genre est particulier ; en tant que praelectiones, elles présentent les schèmes de la laus de l’auteur étudié et la cohortatio aux étudiants, mais cette grille est réduite à une structure minimale. Par contre, les digressions, le comparaisons, l’usage des fabulae parsèment ces introductions qui veulent être, en même temps, des œuvres à part entière. Politien revendique l’hétérogénéité qu’il évoque en d’autres circonstances ; en se référant aux Syluae de Stace, il souligne le caractère mélangé, quasi improvisé de ses leçons. Cependant, la visée pédagogique est ici prédominante, dictée par la circonstance, mais aussi par l’exigence, peut-être, de souligner dans sa poésie plutôt l’aspect de transmission culturelle que celui de l’innovation. Certes, Politien intervient constamment dans les Syluae qui visent à présenter l’œuvre et l’auteur à étudier, mais aussi à mettre en évidence son propre talent poétique. On ne peut enseigner la poésie qu’en faisant de la poésie, en la mettant sous les yeux et, à ce propos, Politien utilise souvent un procédé mélangé ; il cite un passage de l’auteur en le variant, afin que le public reconnaisse aussi bien le calque originaire que son innovation, sa greffe69. Cependant, c’est une langue qui, tout en employant les dispositifs de montage, est entièrement une langue savante ; l’expérience est assurée en partie par un moyen d’expression choisi, le latin. De plus, l’adhérence aux modèles rend l’innovation plus proche de l’exercice de la variation que de la recherche expérimentale. Au-delà de la profusion, qui est un effet de la maîtrise de la langue, les Syluae présentent une cohérence que les œuvres en vernaculaire n’avaient guère et elles ne suscitent pas, non plus, le même embarras quant à leur sens ou à leur classement. Le genre des silves affiche un caractère foisonnant, confus, improvisé, mais ce caractère informe correspond au choix d’une poétique et à une maîtrise de la langue70 ; ce n’est ni le côté composite et inquiétant de l’Orphée, ni la poésie fuyante et suspendue des Stanze. La visée pédagogique des Syluae n’explique pas complètement cette attention pour l’histoire de la transmission ; elle va de pair avec une attitude critique71 qui vise à approfondir les modalités, la généalogie des genres et les valeurs de la poésie elle-même dans son histoire.

  • 72 L’épopée en langue vernaculaire sera en effet possible avec l’Arioste.

36Cependant, Politien rencontre les résistances des langues et, en particulier, du vernaculaire, à l’intérieur de sa propre conception de la langue72. Autrement dit, c’est parce qu’il pense que les possibilités des langues dépendent en premier lieu des qualités expressives des formules singulières qu’il rencontre des résistances. Il présuppose en fait que les langues sont déjà constituées par leur abondance et profusion ; en ce sens, une langue est telle quand elle est déposée. Or, si les greffes entre deux langues de culture, déjà sédimentées comme le grec et le latin, présentent des résistances qui sont dues à leur richesse respective, il n’en va pas de même lorsqu’une langue n’a pas encore ce caractère déposé. Par conséquent, la réussite de la transmission ne peut pas être portée par les seules expressions, lorsque la langue à faire est, par définition, encore pauvre en expérience. En d’autres termes, là où il n’y a pas de copia, il n’y a point de langue ; la langue n’est que sa copia, c’est-à-dire l’effet de réalité qu’elle met en œuvre. Par conséquent, le problème demeure de savoir si une telle abondance déjà constituée peut être transférée à une langue qui n’en est pas encore une. C’est sûrement là le travail de la greffe, mais cette opération, par sa nature qualitative et expressive, comporte, dans la transmission à une langue pauvre, une ambiguïté et un double risque. Si l’on pouvait, en quelque sorte, greffer la richesse d’une langue dans l’espace vide d’une langue à faire, l’effet de réalité coïnciderait avec un effet de vérité qui serait en contradiction aussi bien avec la poésie de Politien, qui comporte une littérarisation de l’expérience, qu’avec sa pratique de grammairien, qui est traversée par la conscience que la tradition est l’histoire de sa transmission, déposée mais non figée dans le temps.

  • 73 Ces risques ont été signalés également par V. Branca, Poliziano e l’Umanesimo… ; M. Martelli, « La (...)

37L’idée de la langue comme richesse entraîne alors deux risques : que la greffe dans une langue à faire comporte un appauvrissement, à savoir, que les expressions singulières soient comme épuisées par la répétition dans une langue qui n’a pas la même richesse que celle de la langue d’origine ; que cette abondance soit dispersée et fragmentée dans une langue qui n’a pas, par sa pauvreté, le même pouvoir d’agrégation. Ce qui conjure le risque d’épuisement et de dispersion73 est, en définitive, la langue elle-même une fois qu’elle s’est constituée comme horizon qualitatif et descriptif. C’est cette garantie qu’une langue à faire ne peut pas présenter car cet horizon, pour être tel, doit avoir été déjà clos.

  • 74 Ce qu’avait essayé L. B. Alberti, Grammatica della lingua italiana (1447), que l’on trouvera dans (...)

38Les résistances que la construction du vernaculaire opposent aux dispositifs du montage et, en particulier, à la transposition des genres, amènent Politien à abandonner le projet de donner forme à des genres composites en vernaculaire et à serrer les liens entre l’innovation et l’imitation de la transmission. Son étude tardive et appuyée de la dialectique répond en partie à l’exigence d’approfondir les stratégies du discours au-delà de la force expressive des paroles. Mais ces résistances ne l’invitent pas à creuser les différences spécifiques entre les trois langues, au-delà de leurs qualités descriptives ou psychologiques ; il n’écrivit ni une grammaire comparée, ni une grammaire du vernaculaire74. Son terrain reste la tradition telle qu’elle a été transmise, et l’exigence de formalisation qu’il éprouve comme grammairien se traduit par une attention accrue pour les dispositifs de falsification dans la transmission et dans la formation de mauvais arguments.

Notes

1 Qui étaient devenus seigneurs de Florence en 1434.

2 Sa première intervention en poésie fut la traduction latine (partielle) des chants de l’Iliade ; celle-ci plut à Laurent qui introduisit Politien dans son cercle en 1473. Dans les années 1471-1478 il écrivit nombre d’épigrammes latines et grecques. Les Stanze, en vernaculaire, sont de datation incertaine, mais elles se situent assurément entre 1475 et 1478.

3 On trouvera cette épître, sous le nom de Laurent, dans C. Varese (éd.), Prosatori volgari del Quattrocento, Milan-Naples, Ricciardi, 1955.

4 Sur le rapport entre Laurent et Politien, cf. M. Martelli, « I Medici e le lettere » dans Idee, istituzioni, scienze ed arti nella Firenze dei Medici, éd. C. Vasoli, Florence, GiuntiMartello, 1980.

5 Cf. M. Martelli, « Il libro dell’Epistole di A. Poliziano », dans Interpres, t. 1, 1978.

6 Comme l’a montré encore récemment E. Bigi, « Impegno civile e allegorie neoplatoniche nelle Stanze », dans Rassegna europea di letteratura italiana, t. 4, 1994.

7 La « querelle de la langue » sera plus étroitement liée à la vie politique dans le siècle suivant. A ce moment, la vie politique, l’engagement civil laissent la place à la vie contemplative, au moins pour Politien, Ficin et Pic.

8 Ange Politien, Rusticus, 566-569. Les cours de Politien sur la poésie au Studio commençaient souvent par une introduction en vers. Cf. : Manto (1482), qui précédait le cours sur les Bucoliques de Virgile ; Rusticus (1483) qui introduisait la lecture d’Hésiode et des Géorgiques de Virgile ; Ambra (1485) préludant à l’étude sur Homère et tout particulièrement sur l’Iliade ; Nutricia (1486) qui est considéré comme le manifeste de sa poétique. Manto, Rusticus furent publiés par Antonio Miscomini à Florence et Ambra par Niccolò di Lorenzo à Florence ; Nutricia fut édité six ans après sa lecture publique et par deux éditeurs en même temps : Miscomini à Florence et Platone de Benedetti à Bologne. Le premier cours sur les Institutiones de Quintilien et sur les Syluae de Stace (1480-1481) fut introduit par un texte en prose latine : Oratio super Fabio Quintiliano et Statii Syluis (1480), dans E. Garin (éd.), Prosatori latini del Quattrocento, Milan-Naples, Ricciardi, 1952 (avec traduction italienne). On trouvera les Syluae en traduction française dans A. Politien, Les Silves, éd. P. Galand, Paris, Les Belles-Lettres, 1987.

9 Dans l’épigramme en grec xxviii, Politien s’incite à poursuivre dans l’étude du grec qui lui coûte un grand effort, et souligne que la langue grecque lui échappe comme une anguille (ce qui est une belle expression du toscan). Cf. A. Poliziano, Prose volgari inedite e poesie latine, greche, edite e inedite, éd. I. Del Lungo, Florence, Barbera, 1967 ; on trouvera les épigrammes en grec publiées à part et traduites (en italien), dans A. Poliziano, Epigrammi greci, éd. A. Ardizzoni, Florence, La Nuova Italia, 1951.

10 Cf. G. Bernardini, Tra latino e volgare. Per Carlo Dionisotti, Padoue, Antenore, 1974, 2 vol. ; M. Tavoni, Latino, grammatica, volgare. Storia di una questione umanistica, Padoue, Antenore, 1984 ; S. Rizzo, « Il latino degli umanisti », dans Letteratura italiana, dir. A. Asor Rosa, t. V, Le questioni, Turin, 1986.

11 Cf. l’Épître aragonaise, supra.

12 En vernaculaire, cf. outre les Stanze, l’Orfeo qui remonte à l’année 1479 ou 1480 ; et les Rime, dont la date est encore plus incertaine ; quelques-unes appartiennent aux années 1480. La poésie latine des années 1480 est constituée des Syluae, sur lesquelles cf. supra, n. 8.

13 L’approche grammaticale de Politien comporte plusieurs aspects, parmi lesquels l’historiographie a mis en avant des stratégies de lecture quasi philologiques. Cf. A. Politien, Centuria prima des Miscellanea, Florence, Miscomini, 1489 ; Centuria secunda, inachevée, éd. V. Branca et M. Pastore Stocchi, Florence, Alinari, 1972, 4 vol. (editio maior) et Florence, Olschki, 1978 (editio minor). Sur les dispositifs et l’évolution de l’art grammatical chez Politien, outre l’introduction des éditeurs, cf. S. Rizzo, Il lessico filologico degli umanisti, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 1973 ; G. Cardenal, Il Poliziano e Svetonio. Contributo alla storia della filología umanistica, Florence, Olschki, 1975; A. Grafton, « On the scholarship of Politian and its context », dans Journal of the Warburg and CourtauldInstitutes, t. 40, 1977, rééd. dans id.,/. Scaliger. A study in the history of classical scholarship, Oxford-New York, The Clarendon Press, 1983; M. Martelli, « La semantica del Poliziano e la Centuria Secunda deiMiscellanea », dans Rinascimento, t. 23, 1973; F. Lo Monaco, « On the prehistory of Poliziano’s Miscellanea », dans Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, t. 52, 1989.

14 Cet aspect demeure encore aujourd’hui le moins étudié. Cf. C. Vasoli, « Poliziano, maestro di dialettica », dans La dialettica e la retorica dell’Umanesimo, Milan, Feltrinelli, 1968, t. III/3 ; Politian andscholastic logic, éd. J. Hunt, Florence, Olschki, 1995.

15 Sur ces itinéraires et ses corrections, cf. E. Garin, « L’ambiente del Poliziano », dans Poliziano e ilsuo tempo, éd. G. Secchi Tarugi, Florence, Sansoni, 1957, rééd. dans E. Garin, La cultura filosofica del Rinascimento, Florence, Sansoni, 1961 (réimpr., Milan, Bompiani, 1994) ; E. Bigi, La cultura del Poliziano e altri studi umanistici, Pise, Nistri Lischi, 1967 ; V. Branca, « Umanesimo della parola tra poesía, filología, filosofía e scoperta della Poetica aristotelica », dans id., Poliziano e l’umanesimo della parola, Turin, Einaudi, 1983 ; S. Benassi, « La filosofía e le lettere. La configurazione mito-poietica in Poliziano », dans Gli antichi e le origini del moderno, Bologne, Clueb, 1995. Ces livres sont essentiellement des recueils d’articles déjà publiés.

16 A savoir la publication systématique de ses notes de cours, sous l’impulsion d’A. Perosa ; cf. A. Poliziano, Commento inedito all’epistola ovidiana di Saffo a Faone, éd. E. Lazzeri, Florence, Sansoni, 1971 ; id., La commedia antica e l’Andria di Terenzio, éd. R. Lattanzi Roselli, Florence, Sansoni, 1973 ; id., Commento inedito alle Syluae di Stazio, éd. L. Cesarini Martinelli, Florence, Sansoni, 1978 ; id., Un’ignota Expositio Suetoni del Poliziano, Messine, Centro di Studi Umanistici, 1983 ; id., Commento inedito alle Satire di Persio, éd. L. Cesarini Martinelli et R. Ricciardi, Florence, Olschki, 1985 ; id., Commento inedito alle Georgiche di Virgilio, éd. L. Castano Musicò, Florence, Olschki, 1990 ; id., Commento inedito ai Fasti d’Ovidio, éd. F. Lo Monaco, Florence, Olschki, 1991.

17 L’expression est de V. Branca, Poliziano e lumanesimo… Cf. en particulier le premier chapitre.

18 Cf. A. Scaglione, « The humanist as scholar and Politian’s conception of the grammaticus », dans Studies in the Renaissance, t. 8, 1961 ; L. Cesarini Martinelli, « Sesto Empirico e una dispersa enciclopedia delle arti e delle scienze di Angelo Poliziano », dans Rinascimento, t. 20, 1980.

19 Je ne peux ici que suggérer cet aspect que je développe ailleurs, en étudiant en particulier la pratique grammaticale de Politien et ses écrits tardifs sur la dialectique.

20 L’analyse qui suit est avant tout une reconstruction : elle ne s’appuie pas sur une argumentation préexistante, qui n’est pas explicite dans l’œuvre de Politien, mais élabore des hypothèses de lecture à partir des temps d’arrêt ou des difficultés repérables.

21 Cf. G. Ghinassi, Il volgare letterario nel Quattrocento e le Stanze del Poliziano, Florence, Le Monnier, 1957 ; B. Maier, « A. Poliziano », dans I maggiori, Milan, Marzorati, 1956, t. I ; D. De Robertis, « L’esperienza poetica del Quattrocento », dans Storia della letteratura italiana, t. III : Il Quattrocento e l’Ariosto, Milan, Garzanti, 1965 ; F. Tateo, « A. Poliziano », dans Letteratura italiana, t. III, Bari, Laterza, 1972 ; M. Tavoni, Storia della lingua italiana, Bologne, Il Mulino, 1992.

22 Le titre exact, dans l’édition princeps des Cose vulgari, Platone de Benedetti, 1494, est le suivant : Stanze de messer Angelo Poliziano cominciateper la giostra del magnifico Giuliano di Piero de’Medici ; l’édition critique revient à V. Pernicone, Turin, Loescher-Chiantore, 1954. Nombreuses sont les éditions commentées ; cf. M. Martelli, Alpignano, A. Tallone, 1979 ; D. Puccini, Milan, Garzanti, 1992 (qui comprend aussi l’Orfeo et les Rime). Pour une lecture des Stanze, outre les études qui ont été déjà mentionnées, cf. R. Bessi, « Per un nuovo commento alle Stanze del Poliziano », dans Lettere italiane, t. 31, 1979.

23 Au niveau syntaxique, certaines constructions sont éclairées par G. Ghinassi, Il volgare letterario…, p. 60, en recourant au latin. Cf. par exemple, Stanze, I, 106, 4-6 : par chiami [i. e. Europe] invan le dolci sue compagne ; I le qual, rimase fia fioretti e fioglie, I dolenti Europa ciascheduna piagne. Le verbe piagne (3e pers. du sing.) n’est pas accordé avec le sujet le qual (3e pers. du pl.), mais avec l’apposition ciascheduna (3e pers. du sing.) ; G. Ghinassi remarque qu’il ne s’agit pas tant d’une anacoluthe populaire que d’une constructon supportée par le latin, où quisque en position attributive préfère l’accord du verbe avec l’attribution au singulier plutôt qu’avec le sujet pluriel.

24 Cette expression, reprise maintes fois par l’historiographie, appartient à Politien lui-même. Cf. la préface des Miscellanea, I. Politien définit son œuvre comme une mosaïque, tessellis pluricoloribus uariegata.

25 Sur ce passage, cf. P. Galand-Hallyn, « Les portes de Vénus : tout un programme, dans les Stanze d’A. Politien », dans J.-P. Guillerm et F. Lestringant (éd.), Récits/Tableaux, Lille, Presses universitaires de Lille, 1994, rééd. sous le titre : « L’ekphrasis programmatique des portes de Vénus (Stanze) », dans ead., Les yeux de l’éloquence, Orléans, Paradigme, 1995.

26 Cf. par exemple, Rerum vulgarium fragmenta, ccxxi, 10, et cclviii, 10.

27 Dans la poésie latine de jeunesse, en ce qui concerne les yeux des figures féminines ; cf. In puellam suam, In Lalagen, et encore dans les Stanze, I, 44, et II, 23.

28 Cf. Stanze, I, 55, et II, 23 ; Rime, cviii.

29 Parmi les sources directes en grec, nous retrouvons de véritables emprunts à Hésiode ; cf. par exemple la description de la naissance de Vénus dans Stanze, I, 101, qui renvoie à la Théogonie, de même que la stanza 102 comporte les souvenirs des Travaux et les jours et d’A Aphrodite, du Pseudo-Homère.

30 L’expression revient à D. Delcorno Branca, « Il laboratorio del Poliziano. Per una lettura delle Rime », dans Lettere italiane, t. 2, 1987, qui l’applique surtout à la poésie en vernaculaire des Rimes dont elle a donné l’édition critique, Florence, Accademia della Crusca, 1986, et dans une édition commentée, Venise, Marsilio, 1990.

31 Cf. Stanze, I, 60, 3-4, et Rusticus, 226 ; Stanze, I, 78 et In uiolas ; Ballata XVIII et In Anum ; Stanze, I, 43, et Elegie, VII, 29 et 63 ; Stanze, 49 et Elegie, X. V. Branca, Poliziano e l’umanesimo…, D. Delcorno Branca, « Il laboratorio… », et R. Bessi, « Per un nuovo commento… » en citent beaucoup d’autres. Cf. aussi A. Politien, I latini, un recueil d’exercices de traduction (vernaculaire-latin) pour le fils de Laurent, que l’on trouve dans l’édition citée d’I. Del Lungo.

32 Cf. par exemple : Stanze, I, 30, 1-2 ; trad. Iliade, II, 7 ; Epigr. lat., CIX, 1.

33 Dans Rusticus les qualités phénoménales du paysage sont essentiellement des qualités tirées de la tradition littéraire ; il n’y a pas d’immédiateté dans la description de la nature : cf. P. Galand-Hallyn, « Le paysage dans les Silves de Politien : la rhétorique de l’âge d’or », dans Le paysage à la Renaissance, éd. Y. Giraud, Fribourg (Suisse), Éd. universitaires, 1988 ; ead., « A. Politien : le sourire de la terre. Rusticus ou la quête d’une poésie de l’universel », dans Le reflet des fleurs, Genève, Droz, 1994 ; A. Bettinzoli, A proposito delle Syluae di A. Poliziano : questioni di poetica, Venise, 1990 ; id., « Ruris opes saturi… Lettura della sylua Rusticus del Poliziano », dans Rinascimento, t. 31, 1992 ; F. Mariani Zini, « Natura e artificio nella poetica del Poliziano », dans Arte e natura nell’estetica occidentale e orientale, éd. R. Troncon, Milan, Luni, 1996.

34 Ovide dans les Amours, III, l, met en scène sa rencontre avec une femme charmante, quoique boiteuse ; cette femme est l’Élégie en personne. Ici la description de la femme, de son charme étrange, est également la présentation d’un genre et de sa poétique.

35 La maladie est mise en scène dans l’élégie In Albieram et dans la Syluia in scabiem publiée d’abord par A. Perosa, en 1954 à Rome, Edizioni di Storia e Letteratura ; aujourd’hui cf. aussi l’édition de P. Orvieto, Rome, Salerno, 1989, lequel insiste sur le caractère littéraire de la représentation dans « Ipotesi interpretativa della Syluia in Scabiem », dans Interpres, t. 7, 1988. La description de la vieille femme répugnante est un thème que Politien utilise dans l’ode latine IX, In anum, et dans la ballata CXIV, Una vecchia mi vagheggia, dans la tradition du uituperium uetulae. Cf. A. Bettinzoli, « Di alcuni carmi latini del giovane Poliziano. Dolus et Error », dans Lettere italiane, t. 38, 1986 ; D. Delcorno Branca, « Il laboratorio… »

36 Cf., par exemple, la description des femmes chez G. Cavalcanti (Rimes, trad. C. Bec, Paris, Impr. nationale, 1993), auteur que Politien tenait en haute estime et qu’il rappelle dans Nutricia, 725 :… et obscuri qui semina monstrat amoris.

37 L’expression est de M. Martelli, « I Medici… ».

38 Cf. M. Martelli « Il mito d’Orfeo nell’età laurenziana », dans Interpres, t. 8, 1988.

39 Nutricia, 127-131.

40 Nutricia, 283-308.

41 Manto, 13-30.

42 Sur le rôle de Boccace dans l’idée de fabula chez Politien, cf. P. Orvieto, « Boccaccio mediatore di generi o dell’allegoria dell’amore », dans Interpres, t. 2, 1979 ; L. Cesarini Martinelli, « De poesi et poetis : uno schedario sconosciuto di Poliziano », dans Tradizione classica e letteratura umanistica. Per A. Perosa, éd. R. Cardini, Rome, Bulzoni, 1985.

43 D’où l’ambiguïté entre la nature et l’artifice qui caractérise l’idée de la langue chez Politien. Cf. F. Mariani Zini, « Natura e artificio… ».

44 Je préfère parler de pouvoir expressif ou allusif plutôt que de métaphore, car, pour des raisons qu’il serait long d’exposer ici, la métaphore met en forme un tout autre ordre d’unité.

45 Si Narcisse est le mythe fondateur de la peinture pour Léon Battista Alberti, Écho peut être le symbole de la poésie de Politien. Cf. A. Poliziano, Rime, XXXVI, qu’il rappelle aussi dans la première centurie de ses Miscellanea (I, 22). Cf. S. Benassi, « La filosofa e le lettere. La configurazione mito-poietica in Poliziano », dans Gli antichi e le origini del moderno…

46 Ambra, 476-482.

47 Trois en grec (xii, xv, xvi) et quatre en latin (xxi, lxxii, lxxiii, lxxiv).

48 Cf. Dante, Purgatoire, 11, 97-98 : Così ha tolto l’uno all’altro Guido I la gloria della lingua. L’indication est donnée par A. Ardizzoni dans son édition des épigrammes grecques citée.

49 Il s’agit bien entendu des éléments qui ne sont pas signifiants par eux-mêmes mais qui acquièrent une valeur à travers un système de rapports. Ils ne renvoient pas à des qualités de la description phénoménale, mais à des fonctions.

50 Le genre a, en effet, une unité d’ordre différent de celui des expressions poétiques ; il n’est pas en soi signifiant comme un nom, ou un élément mythique, et ne présente pas seulement des qualités descriptives. Au contraire, des règles structurelles concourent à sa définition et à son application ; de plus, dans la transmission des genres littéraires d’une langue à l’autre, ce n’est pas tant la valeur expressive des unités que leurs relations réciproques qui doivent être prises en considération.

51 Cf. Quintilien, Inst. or., X, 1, 46. Il faut quand même souligner que cette continuité ne concerne pas seulement les styles. Politien souligne la valeur éducatrice et la sagesse propres à la poésie : « Te nostrae diuina poetica menti I Aurigam dominanque dedit » (Nutricia, 69-70). Cf. aussi Nutricia, 114-115. La poésie est ce qui peut donner en outre : « Sic species terris : uita sua forma suusque. Dis honor : ipsa sibi raedem sic reddita mens est. »

52 Nutricia, 346-349. La source de ce jugement est Quintilien, Inst. or., X, 1, 86. Mais sur Virgile, cf. surtout les jugements de Macrobe, Saturnales, V, 1, 1 ; V, 1, 4 et V, 1, 19. A propos de la supériorité de Virgile sur Homère, cf. encore Politien, Manto, 199-201. Sur le rapport entre Virgile et Politien, cf. P. Galand-Hallyn, « Virgile maître et victime de la “docte variété”. L’exégèse virgilienne à la fin du Quattrocento », Europe, n° 765-766, 1993, rééd sous le titre : « Politien lecteur de Virgile », dans ead., Les yeux… Et Hésiode lui-même semble supérieur à Homère ; Politien dit qu’Hésiode remporta un concours de poésie en Chalcide et que, si la vérité nous est parvenue, il l’emporta aussi sur Homère : « … et (si uera minores I Audimus) cantu magnum quoque uicit Homerum » (ibid., 389-390).

53 Il écrivit en grec, en latin, en osque, et composa des tragédies, des satires et surtout les Annales, concernant les guerres puniques (sauf la première qui avait été déjà mise en vers par Nevius). Pour le jugement sur Ennius, Politien se réfère, en particulier, à Ovide, Tristes, II, 424 ; Aulu-Gelle, Nuits attiques, XII, 4.

54 Nutricia, 454-460.

55 Cf. la lettre à Paolo Cortese sur l’imitation, que l’on trouvera en traduction italienne dans E. Garin (éd.), Prosatori latini…

56 Nutricia, 489-498.

57 Cf. Stace, Syluae, II, VII, 76.

58 Cf. Lucrèce, De rerum naturae, I, 717.

59 Ibid., I, 640.

60 Lucrèce lui-même rappelle ses prédécesseurs grecs.

61 Nutricia, 690-692.

62 Cf. Misc., I, 1, où Politien soutient que la langue grecque est plus paresseuse que la langue latine, car elle a moins de termes spécifiques.

63 Qui avait eu à Florence son représentant majeur en Luigi Pulci ; cf. M. Davie, « L. Pulci’s Stanze per la giostra. Verse and prose accounts of a Florentine joust of 1469 », dans Italian Studies, t. 44, 1989.

64 Cf. P. Galand-Hallyn, « La leçon sur l’Odyssée de 1489 et autres praelectiones de Politien : Homère symbole ou poète ? », dans Archipel égéen, Paris, De Boccard, 1989, rééd. sous le titre « Politien lecteur d’Homère », dans ead., Les yeux…

65 Que l’on pense au projet ovidien de mettre ensemble le carmen perpetuum, qui désigne chez Callimaque l’épopée traditionnelle, et le cantum deductum, qui renvoie chez Virgile à la poésie d’origine hellénistique et en particulier à l’élégie. Mais aussi, il faut souligner l’importance des Silves de Stace, qui ont été composées après l’épopée de la Thébaïde et pendant l’Achilléide. Les Silves, à première vue, mettent en forme un genre mineur, un lusus, mais elles renvoient à une poétique précise, où la connaissance de la doctrine s’accompagne de la maîtrise de la gratia celeritatis, du subitus calor. Et encore, l’on songe à Macrobe, qui, dans les Saturnales, célèbre la poésie de Virgile ayant donné forme au temperamentum, à un dosage composite des différents styles. Sur l’intérêt de Politien pour la latinité d’argent, cf. I. Maier, Ange Politien. La formation d’un poète humaniste, Genève, Droz, 1966, p. 99 et suiv. ; T. M. Greene, The light in Troy. Imitation and discovery in Renaissance poetry, New Haven-Londres, Yale University Press, 1982, chap. 8 ; P. Galand-Hallyn, Les yeux… ; ead., Le reflet…

66 La recherche d’un genre composite commande également les deux Centurie des Miscellanea, comme le souligne Politien lui-même dans l’introduction de la première. De même, le recueil des lettres qu’il prépara en 12 volumes, Il libro dell’Epistole, revendique une certaine hétérogénéité dans la lettre d’introduction.

67 V. Branca, « Momarie veneziane e ‘fabula di Orfeo’ », dans Umanesimo e Rinascimento, studi offerti a P O. Kristeller, Florence, Olschki, 1980, rééd. dans id., L’Umanesimo…, pense que l’Orfeo remonte à l’année 1480 et qu’il fut influencé par les « momarie » venitiennes, c’est-à-dire des représentations profanes ou mythologiques qui avaient lieu pendant les fêtes patriciennes. Par contre, A. Tissoni Benvenuti, qui en a fourni l’édition critique : L’Orfeo del Poliziano con il testo critico dell’originale e delle successive forme teatrali, Padoue, Antenore, 1986, soutient que la fabula remonte à la fin des années 1470 et qu’elle est plutôt un drame satirique, renvoyant à un style mixte, entre la tragédie et la comédie, suivant un modèle d’origine grecque. Au contraire, M. Martelli, « Il mito di Orfeo… », partage davantage la lecture de A. Tissoni Benvenuti, mais il rattache l’Orfeo à l’élaboration de ce personnage mythique dans le cercle de Laurent et, en particulier, à une forme de représentation sacrée dans le sillage de Feo Beleari.

68 Ce qui motiverait pour certains l’approfondissement de la pratique philologique ; cf. Tissoni Benvenuti, L’Orfeo delPoliziano…, V. Branca, Poliziano e l’Umanesimo…

69 Cf. P. Galand, « Introduction », dans Silves…

70 Il faut rappeler que Stace avait déjà reçu une importante légitimité dans le Purgatoire de Dante.

71 Laquelle s’accompagne d’un approfondissement de la pratique grammaticale. Cf. V. Branca, Poliziano e l’Umanesimo… ; S. Benassi, « La filosofía e le lettere. La configurazione mito-poietica in Poliziano », dans Gli antichi e le origini del moderno… ; F. Mariani Zini, « Poliziano, allievo degli Antichi, maestro dei Moderni », dans Poliziano nel suo tempo, ead. L. Secchi Tarugi, Florence, Cesana, 1996.

72 L’épopée en langue vernaculaire sera en effet possible avec l’Arioste.

73 Ces risques ont été signalés également par V. Branca, Poliziano e l’Umanesimo… ; M. Martelli, « La semantica… » ; P. Galand-Hallyn, Les yeux…

74 Ce qu’avait essayé L. B. Alberti, Grammatica della lingua italiana (1447), que l’on trouvera dans le t. III des Opere volgari. C’est une preuve du caractère non politique de sa réflexion sur la langue.

© Publications de l’École nationale des chartes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search