Version classiqueVersion mobile

Traduire et adapter à la Renaissance

 | 
Dominique de Courcelles

Avant-propos

Dominique de Courcelles

Texte intégral

1La Renaissance coïncide avec l’accroissement de la masse des textes traduits. Ce phénomène est lié à la chute de l’Empire romain d’Orient, à l’humanisme et à la redécouverte de l’Antiquité classique, à l’invention de l’imprimerie, aux controverses liées à la Réforme. Le livre tel qu’on le connaît sous sa forme moderne naît à cette époque. La traduction sélectionne, corrige, déforme, confronte les textes. Elle participe aux grands débats scientifiques, philosophiques, théologiques et politiques. Non exempte de violence, elle est une adaptation incessante du savoir au service des différents pouvoirs. Elle contribue à l’élaboration du goût. Par la traduction et l’adaptation des textes l’histoire littéraire croise l’histoire sociale, la violence idéologique et la constitution du goût apparaissent durablement liées. La réflexion sur la parole efficace acquiert dans ce contexte de nouveaux développements.

2Ce livre est né d’une journée d’étude organisée à l’École nationale des chartes le 12 avril 1996, sous le titre « Traduction et adaptation des livres à la Renaissance ». Les communications ont porté sur la France, l’Italie, l’Espagne et le Nouveau Monde. Nous nous sommes surtout intéressés ici à la manière dont la traduction à la Renaissance remet en question l’autorité de la lettre et en particulier de la lettre grecque ou latine, sert les pouvoirs et parfois les individus, marque la montée des nationalismes et des langues nationales. Ce volume regroupe les textes présentés et discutés lors du colloque, ainsi qu’une contribution complémentaire qui nous a semblé élargir le champ de cette réflexion.

3Fosca Mariani Zini montre comment, à la fin du XVe siècle à Florence, l’humaniste Ange Politien pratique l’écriture de la poésie en trois langues en raison de son intérêt pour les poètes grecs, latins et italiens. Elle décrit les procédures qui lui sont propres de traduction, d’adaptation et d’emprunts. Mais la langue vernaculaire n’est pas encore tout à fait une langue savante. C’est une langue qui manque d’expérience et dont l’unification reste toujours à faire, et le projet de sa construction est aussi difficile à réaliser que la construction politique de l’Italie.

4Luce Giard n’a pas pu nous donner sa communication dont nous nous contenterons d’évoquer les grandes lignes. La réappropriation de l’héritage antique mathématique a lieu à Venise et Padoue grâce aux collections d’ouvrages réunies, entre autres, par l’exilé grec Bessarion. En 1559, le patricien vénitien Francesco Barozzi, qui enseigne à Padoue, établit par sa traduction du commentaire de Proclus sur Euclide que les concepts mathématiques, formes séparées de la matérialité, permettent à l’esprit humain d’accéder au monde des intelligibles. Dans ce débat philosophique, le dogme chrétien de l’Incarnation n’apparaît-il pas menacé ?

5François Géal, à partir des versions castillanes effectuées entre 1526 et 1532 des Colloques d’Érasme, examine les altérations du texte érasmien et montre que la traduction fait émerger les contradictions d’une société prise entre les exigences christocentriques de ses clercs et ses réflexes idolâtriques et qu’elle joue un rôle dans le débat théologique entre protestantisme et catholicisme. Les traducteurs espagnols sont persuadés comme Érasme de la supériorité de l’esprit sur la lettre, mais leur prudence prouve qu’ils ne sont pas certains que le message évangélique puisse être confié à tous.

6En ce qui concerne le Nouveau Monde, Carmen Val Julian remarque que l’activité de la traduction, due aux missionnaires et aux fils des élites indigènes formés par eux, accompagne étroitement les débuts de la conquête du Mexique. Les catéchismes en langues américaines doivent favoriser l’obéissance des Indiens aux lois de l’Église et du roi d’Espagne. Mais dès 1559, les traductions sont interdites. Ce qui compte désormais, c’est l’uniformisation par le castillan impérial. Il est remarquable que, sous le même prétexte de « mauvaise traduction », l’Inquisition confisque aussi bien les Colloquios d’Érasme que les Diálogos de doctrina cristiana traduits en langues américaines.

7Jean Balsamo décrit les ambitions sociales et les contraintes éditoriales des traducteurs français d’ouvrages italiens. Traduire c’est « édifier le monument royal de la langue française », c’est aussi plaire aux hommes de pouvoir : roi de France, libraires, nobles et ecclésiastiques influents. La carrière de Gabriel Chappuys est en ce sens exemplaire.

8Étudiant la composition et l’histoire de la Silva de varia lección écrite en 1539-1540 à Séville par Pedro Mexía et traduite en italien dès 1544, puis en français en 1552 par Claude Gruget, je m’attache à différencier les enjeux propres à la Renaissance du passage des langues grecque et latine à la langue vernaculaire et du passage d’une langue vernaculaire à une autre langue vernaculaire. Idéologie et politique entrent dans l’élaboration du goût littéraire.

9Observant que la réappropriation des géographes antiques, tels que Ptolémée et Strabon, s’avère difficilement conciliable avec les données issues de l’expérience du XVIe siècle, Marc Smith montre comment les traductions des textes géographiques exposent un savoir nouveau, en lien avec l’origine nationale ou les intérêts particuliers de leur auteur. Tel est le cas, en 1544, de la Cosmographie du théologien protestant allemand Sébastien Münster qui, plus tard, subit le même sort dans les traductions et adaptations françaises et italiennes. Peut-on encore parler de traduction, voire même d’adaptation ? Il est remarquable qu’en 1550 l’allemande Cosmographie est traduite du vernaculaire en latin, amorçant ainsi un nouveau mouvement de traduction qui se développera au XVIIe siècle.

10Je remercie pour leur aide Yves-Marie Bercé, directeur de l’École nationale des chartes, et l’ensemble des intervenants, PURA 1242 du C.N.R.S. dirigée par Augustin Redondo, Marc Smith, secrétaire général de l’École, qui a assuré la publication de ces actes, Isabelle Diu, directeur de la bibliothèque de l’École, ainsi que les étudiants de l’École qui ont pris part à l’organisation et à la tenue de la journée d’étude.

© Publications de l’École nationale des chartes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search