Version classiqueVersion mobile

Littérature et exotisme, XVIe-XVIIIe siècle

 | 
Dominique de Courcelles

Avant-propos

Dominique de Courcelles

Texte intégral

1Depuis octobre 1994, l’École nationale des chartes accueille un programme intitulé « Textes littéraires et sociétés XVe-XVIIIe siècle ». Ce programme souhaite contribuer à démontrer de façon rigoureuse comment l’histoire sociale et l’histoire littéraire s’éclairent l’une par l’autre. L’analyse et l’histoire des textes littéraires permettent en effet de déceler les positions politiques, éthiques, religieuses, qu’elles soient bien claires, plus généralement implicites ou occultées, des différents groupes sociaux dans un espace et dans un temps déterminés. L’histoire des pensées, des institutions et des hommes s’élabore et s'expose dans la création littéraire.

2L’École souhaite à cette occasion être un lieu de rencontres et d’échanges entre des chercheurs qui viennent de traditions scientifiques diverses. La nouvelle collection intitulée « Études et rencontres de l’École des chartes » réunira les différents actes de ce programme.

3Au cours de l’année universitaire 1994-1995, une série de conférences a eu lieu sur le thème « Exotisme et littérature ». Les textes publiés dans ce premier volume de la collection concernent la Renaissance, le XVIIe siècle et le XVIIIe siècle et montrent bien comment des méthodologies et des problématiques diverses peuvent approfondir un même thème. Les auteurs se sont interrogés sur les modes d’utilisation et de fonctionnement, dans la littérature, de l’autre et de l’exotique. Le mot « exotique » circule dès 1548 en langue française dans l’œuvre de Rabelais et est couramment attesté au début du XVIIe siècle en Espagne, suscitant ainsi les conditions d’émergence du concept d’exotisme au XVIIIe siècle. Dans une « esquisse » de l’histoire de l’exotisme en France de Rabelais à Léry, Frank Lestringant définit quelques caractéristiques et quelques enjeux de ce qu’il appelle l’« épreuve exotique », ce détour par autrui qui fait revenir à soi. La représentation littéraire du Maure ou du Turc est particulièrement significative, en tant que reflet travesti de la propre conscience que les individus et les sociétés d’Europe occidentale ont de leur identité, en tant que reflet de ce que les uns et les autres souhaitent voir présenté, d’eux, comme vérité d’eux donnée à croire à eux-mêmes ou aux autres, à un moment donné et dans un lieu donné de l’histoire. Les analyses de Laura Alcoba et Michèle Longino montrent bien, à partir de textes aussi célèbres et différents que l’anonyme Viaje de Turquía ou Le Cid de Corneille, que la Turquie et les événements d’Orient contribuent de façon décisive à l’élaboration d’une conscience critique capable de remettre en question à l’intérieur de l’Occident chrétien tel ou tel type de pouvoir, capable également de théoriser de façon plus ou moins détournée les relations entre tel pays chrétien et les musulmans. Barbara Vinken souligne le lien que Rousseau établit dans son œuvre entre l’espace exotique du sérail et la différence sexuelle ; la subversion du pouvoir masculin dans le sérail renvoie, selon Rousseau, à la subversion du pouvoir masculin en Occident par la corruption des femmes et à la corruption de tout le corps politique.

4Je remercie Yves-Marie Bercé, directeur de l’École nationale des chartes, qui a permis et encouragé la réalisation du programme et de cet ouvrage, et Marc Smith, secrétaire général de l’École, qui en a assuré la publication.

5Paris, septembre 1995.

© Publications de l’École nationale des chartes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search