Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir des livres à la Renaissance

 | 
Dominique de Courcelles

Enjeux de pouvoir dans la République des lettres

Préfaces et dédicaces d’Érasme pour ses éditions et traductions d’œuvres classiques et patristiques

Isabelle Diu

Texte intégral

  • 1 Cynthia J. Brown, Poets, Patrons and Printers. Crisis of Authority in Late Medieval France, Ithaca (...)
  • 2 Jean Balsamo, « Les traducteurs français d’ouvrages italiens et leurs mécènes (1574-1589) », dans (...)
  • 3 Il n’est pas question de leur dénier ce caractère, mais de souligner qu’ils mériteraient, à ce tit (...)

1L’espace paratextuel commence à susciter l’intérêt des chercheurs, comme en témoignent par exemple les travaux de Cynthia J. Brown sur la poésie médiévale française aux premiers temps de l’imprimé1 ou les recherches de Jean Balsamo pour la fin du XVIe siècle2 : les éléments qui composent les pages de titre, préfaces, avertissements et autres postfaces, loin d’être indifférents, sont présents pour donner à lire, dans une rhétorique qui n’est pas seulement celle du discours, des intentions assumées, pour nouer des rapports voulus. Ces éléments, parfois épars, souvent négligés aussitôt que qualifiés de topoi3, sont pourtant chargés d’une œuvre de clarification, proclamation ou construction active et assumée.

  • 4 Cf. L. E. Halkin, Erasmus ex Erasmo : Érasme éditeur de sa correspondance, Aubel, 1983.

2Dans le cas d’Érasme, le redoublement de la publication de ses dédicaces — d’abord imprimées comme préfaces à l’orée d’une œuvre quelles recommandent au dédicataire et, au-delà, à tout lecteur, puis à nouveau publiées en tant qu’épîtres dans les diverses et nombreuses éditions de sa correspondance qu’il supervise de son vivant4 — n’est pas innocent. Cette redondance insiste sur le caractère délibéré du geste fort que constitue l’envoi (au sens littéraire du terme) d’une dédicace.

3Dans cet espace majeur, s’inscrit un enjeu d’importance : la tentative d’imposer un pouvoir nouveau de l’intellectuel, de l’homme de lettres face aux pouvoirs du temporel ou de l’Église, au sein d’une République des lettres en plein essor, considérée comme un véritable État à part entière.

I. — LA DÉDICACE COMME GESTE

  • 5 En l’absence d’un travail de synthèse sur les préfaces humanistes, on se référera à la thèse de Sa (...)

4 Typologie des lettres-dédicaces. — Qu’est-ce qu’une préface5 ? C’est d’abord une captatio benevolentiae, un jeu littéraire visant à convaincre le lecteur, gravitant autour du texte, autour de l’objet du discours. Cette dimension est présente dans toutes les préfaces érasmiennes, qui proposent une analyse littéraire — et parfois philologique — des textes imprimés sous son nom.

  • 6 Cf. Opus epistolarum Desiderii Erasmi Roterodami, denuo recognitum et auctum per P. S. Allen, H. M (...)
  • 7 Allen, t. II, ep. 396.
  • 8 Cf. Allen, t. II, ep. 326 qui reproduit des fragments de l’une d’elles.
  • 9 Allen, t. VI, ep. 1800.
  • 10 Allen, t. VI, ep. 1801.
  • 11 Allen, t. VIII, ep. 2091.
  • 12 Allen, t. VIII, ep. 2092 et 2132.

5Mais il y a plus : la préface n’est pas seulement une adresse au lecteur, elle est aussi une dédicace à un personnage particulier. Nous ne trouvons que très peu de préfaces « au lecteur » sous la plume d’Erasme : au nombre de trente-neuf seulement6, elles figurent rarement seules dans un volume, mais viennent le plus souvent en complément d’une dédicace. Ainsi la première édition de Jérôme chez Froben en 1 516 est dédiée à William Warham, l’archevêque de Canterbury7, alors que dans le second volume figurent trois préfaces « au lecteur »8. Les Chrysostomi Lucubrationes publiées chez Froben en 1527 sont précédées d’une épître dédicatoire à Jean III du Portugal9, mais une préface « au lecteur » est l’occasion de formuler un doute sur l’authenticité de trois homélies sur les Actes10. De même, en 1529, l’édition des œuvres de Sénèque est dédiée à Piotr Tomicki, évêque de Cracovie11, et augmentée de deux préfaces « au lecteur »12.

6On peut donc avancer que la dédicace s’inscrit dans un système de don-contre-don où des liens de pouvoir se nouent. Elle représente un lieu privilégié où s’exercent des stratégies au sein de la République des lettres, dont elle nous révèle le mode de fonctionnement.

  • 13 Allen, t. XII, index III.

7Cette étude est centrée sur un type de préfaces, celles qui président aux éditions et traductions faites par Érasme. Ce corpus, volontairement un peu restreint — soixante préfaces retenues sur un total de cent quarante-trois13 — paraît cependant très représentatif car les épîtres considérées visent beaucoup moins à convaincre de la validité d’un projet propre à Erasme, à le légitimer comme auteur ou à le faire reconnaître comme fidèle à l’Eglise romaine. La construction d’une société lettrée consciente d’elle-même, la République des lettres, y semble plus aisément perceptible.

8A l’intérieur de ce corpus, examinons maintenant l’acte de la dédicace.

9 Le geste de la dédicace : « consulto factum esse fateor ». — La dédicace, loin d’être une simple formalité, est bien voulue comme un véritable geste, commenté comme tel par Érasme.

  • 14 Sabine Vogel me signale que, dans le corpus sur lequel ont porté ses recherches, la rédaction d’un (...)

10Il refuse le plus souvent de se plier à l’exercice de la « préface de commande », réclamée par un éditeur pour recommander au public l’ouvrage d’un autre14. Il ne s’y résout que très rarement, en faveur de ses amis les plus proches (pour l’Utopie de More parue chez Froben en 1518, pour les Oraisons de Grégoire de Nazianze traduites par Pirckheimer et publiées par Froben en 1531). Il s’en explique dans la préface adressée à Jacques Sadolet, évêque de Carpentras, pour les Opera de Basile en grec, publiées en 1532 à Bâle par Froben, édition dont Érasme récuse la paternité :

  • 15 Allen, t. IX, ep. 2611.

« J’avais parfaitement arrêté mon intention, cher Sadolet [...], et j’avais décidé de dénier absolument à l’avenir mon concours pour préfacer les travaux d’autrui (praefandi in alienaslucubrationes), si importunes que seraient les sollicitations des imprimeurs. Mais cette décision solide comme l’acier, du moins à ce que je croyais, le divin Basile m’a entraîné à la transgresser »15.

  • 16 La pratique inverse — l’adresse des différents volumes d’un même ouvrage à des dédicataires distin (...)

11Le choix du dédicataire participe de ce geste et s’effectue scrupuleusement : Erasme a pour habitude de dédier à la même personne les diverses éditions d’un même auteur16. C’est le cas pour la correspondance de saint Jérôme, dont les divers volumes sont adressés à William Warham, archevêque de Canterbury et chancelier de la couronne d’Angleterre. S’il rompt avec cette habitude, c’est pour un motif majeur et il s’en explique aussitôt ; ainsi, dans la préface à Piotr Tomicki, évêque de Cracovie et vice-chancelier de Pologne, de la seconde édition de Sénèque parue chez Froben en mars 1529 :

  • 17 Thomas Ruthall, évêque de Durham, dédicataire de l’édition de 1515.
  • 18 Allen, t. VIII, ep. 2091.

« Dès le seuil de cet ouvrage, grand évêque, on se demandera pourquoi, contre mon habitude (praeter morem meum), je publie aujourd’hui un Sénèque qui ne porte pas en tête le nom de celui à qui il fut d’abord dédié17. Car, si certains auteurs dédient parfois le même livre à plusieurs personnes (pluribus dedicent eumdem librum), si quelques-uns inscrivent un nom chaque fois différent sur chaque livre d’un même ouvrage (singulos eiusdem operis libros singulis nuncupent), si d’autres ajoutent des appendices placés sous un autre patronage que l’oeuvre elle-même, moi jusqu’à maintenant j’ai toujours fait preuve en la matière de la plus grande constance (nos tamen hac in re summam praestitimus constantiam hactenus) [...]. On s’étonnera donc d’autant plus de voir un ouvrage dédié à Thomas, évêque de Durham, porter maintenant le nom d’un autre. Grand évêque, ce n’est pas là accident ou désinvolture mais, je l’avoue, propos délibéré (hoc nec casu nec temere sed consulto factum esse fateor). Car en agissant ainsi j’ai voulu attester aux yeux de tous que l’édition précédente n’était pas de moi »18.

12Ce geste délibéré est doublement légitimé, par le retour au modèle antique et par le recours au principe religieux : dans la préface aux Opera omnia d’Ambroise, publiées chez Froben en 1527 et offertes à l’archevêque polonais Jean Lasky, Erasme établit la double filiation de la dédicace, dans un exorde au ton religieux affirmé :

  • 19 Allen, t. VII, ep. 1855.

« Autrefois les mortels [...] dédiaient (dedicabant) à quelque divinité (numini cuipiam) ce qu’ils voulaient voir vénéré de tous pour l’éternité (quod aeternum cunctisque venerandum esse volebant) : le scrupule religieux devait retenir les impudents d’y porter la main (ut vel religio petulantiam hominum deterreret ab iniuria). Cette coutume originale (exemplum) est passée peu à peu des bois sacrés et des temples aux études (a lucis ac templis paulatim demigravit ad studio) : pour faire paraître un nouvel ouvrage, on le dédiait (consecraretur) à quelque personnage célèbre et apprécié de tous (celebri cuipiam gratiosoque nomini) »19.

13Outre la tonalité générale du passage, déjà soulignée, les effets de chiasme (consecrare, à connotation plus fortement religieuse, formé sur sacrum, est employé pour la dédicace d’un livre imprimé, alors que dedicare, déjà attesté dans la langue classique pour la dédicace d’un livre, désigne ici en revanche la consécration religieuse d’un lieu), les échos du discours (le parallélisme des expressions et le subtil glissement de vocabulaire, s’apparentant à un jeu de mots, entre NUMINI cuipiam et celebri cuipiam gratiosoque NOMINI) renforcent encore l’intention délibérée de fonder l’usage de la dédicace sur le terreau du divin — même s’il faut sans doute faire la part du jeu littéraire avec les lieux communs, dans cet exorde au ton évidemment excessif.

14Mais, si le geste est affirmé comme aussi fort, quels en sont les enjeux ?

IL — LES DÉDICATAIRES : DES HOMMES DE POUVOIR

15Le premier enjeu perceptible est bien de reconnaître et de flatter le pouvoir du prince.

  • 20 La proportion de proches n’est, au reste, pas plus importante pour l’ensemble des dédicaces d’Eras (...)

16Parmi les dédicataires, dont on a vu que le choix était déterminant dans l’acte même de dédicace, une écrasante majorité est constituée de représentants du pouvoir temporel ou ecclésiastique : sur la soixantaine de dédicaces considérées dans notre corpus, une trentaine de lettres sont adressées à de hauts personnages (vingt-quatre à des dignitaires de l’Église et quatre à des princes), tandis qu’une quinzaine seulement sont envoyées à des amis ou collaborateurs érudits20. L’acte de dédicace semble donc trangresser les limites de la Respublica literaria.

17La plupart de ces personnages occupent de hautes fonctions politiques ou ecclésiastiques. Relevons par exemple les ducs Guillaume de Clèves, Ernest de Bavière, Frédéric et Georges de Saxe ; mais aussi l’archevêque Jan Lasky, primat de Pologne, Alfonso Fonseca, archevêque de Tolède et primat d’Espagne, l’archevêque de Canterbury William Warham, le cardinal Lorenzo Pucci, le cardinal Jean de Lorraine et même le pape Adrien VI, à qui Erasme adresse en 1522, en guise de cadeau de félicitations pour son élection au siège pontifical, son édition d’Arnobe.

18Ce type de dédicaces à des hommes de pouvoir se caractérise au premier chef par l’emploi de lieux communs dans un discours relevant du genre encomiastique ; elles visent à rechercher le patronage et asseoir la protection de la puissance ecclésiastique ou temporelle en faveur des belles-lettres, que, toujours selon ce discours, il convient de restaurer.

  • 21 Cf. C. Brown, Poets, Patrons and Printers..., passim ; J. Balsamo, « Les traducteurs français... » (...)

19Ces énoncés stéréotypés révèlent à première lecture une vision très figée et hiérarchisée des rapports de pouvoir, marqués par l’image médiévale du patron — prince ou prélat mécène — protecteur de l’homme de lettres : l’homme de lettres se place sous la protection d’un mécène, dont il célèbre en retour la gloire et les vertus, en lui dédiant ses œuvres21.

20En second lieu, le caractère personnel du lien entre le mécène et l’homme de lettres est mis en avant ; dans un système à l’antique du don-contre-don, on attend une récompense en retour de l’envoi d’une dédicace.

  • 22 Allen, t. II, ep. 586. Le thème de l’ignorance nuisible aux grands est un lieu commun très répandu (...)

21Cette tendance se manifeste très tôt, dès 1518 : la préface de l’édition de Suétone, publiée par Froben à Bâle dans les Historiae Augustae scriptores, adressée aux ducs Frédéric et Georges de Saxe, princes appelés à jouer un grand rôle dans les querelles entraînées par la Réforme, l’un dans le camp catholique, l’autre dans le parti protestant (Frédéric, soutien de Luther, l’accueillera dans son château de Wartburg où il travaillera en toute sécurité), réunit les deux cousins dans un intérêt commun pour les livres : « Je m’écarte résolument de l’avis de ceux qui détournent les rois, comme d’une chose nuisible, de tout rapport avec les livres, comme s’il était vraiment royal de ne rien savoir »22.

22En témoigne aussi la préface de l’édition de Quinte-Curce, publiée à Strasbourg par Mathias Schürer en 1518 et adressée au duc Ernest de Bavière, prince humaniste, qui avait fait le voyage d’Italie, et était devenu recteur de l’université d’Ingolstadt où il avait proposé une chaire à Érasme en 1516 — offre aussitôt déclinée :

  • 23 Allen, t. III, ep. 704. Le lieu commun de l’ascendance prestigieuse est répertorié comme une entré (...)

« Quel que puisse être le profit ou l’intérêt de l’ouvrage, j’ai voulu te l’offrir, afin de prouver quel souvenir je garde d’un prince auquel personnellement je dois beaucoup (cui tum ipse privatim plurimum debeam), puisqu’il m’a invité récemment aux conditions les plus généreuses, et auquel doivent tant les initiés aux belles-lettres (tum publice debeant omnes bonarum literarum mystae). Tu les rehausses, ces belles-lettres, de la prestigieuse ascendance de tes ancêtres, tu les honores par l’intégrité de tes mœurs, tu les protèges par ta générosité, au point que bientôt leur bonheur serait sans égal si les autres princes, renonçant à la rage guerrière, imitaient ton exemple »23.

23On remarque le parallélisme des expressions (tum ipse privatim debeam/tum publice debeant omnes) qui insiste autant sur le profit personnel que sur l’intérêt public que représente le mécénat du prince.

  • 24 Allen, t. VI, ep. 1800.

24De même, l’affaire de la dédicace des Lucubrationes de Jean Chrysostome, qu’Érasme avait projeté d’adresser à Jean III, roi du Portugal, est représentative de cette stratégie d’inscription dans la sphère du pouvoir politique : cette dédicace est une « pièce de circonstance », écrite à l’instigation de certains de ses amis, au premier rang desquels figure son banquier Erasme Schets, qui escomptait une forte récompense de la part d’un monarque réputé consacrer des sommes considérables au soutien des sciences. Après un échange nourri de correspondance (près d’une dizaine de lettres sont consacrées à l’évocation de ce projet), l’affaire aura une issue décevante : la dédicace, finalement, n’atteindra jamais son destinataire, retenue par la censure de la cour, qui avait repéré une allusion malheureuse au problème du monopole des importations exotiques, que se réservait le Portugal. Erasme y campait pourtant le roi en protecteur des lettres, « dont la faveur et la générosité protègent, nourissent et honorent l’étude des belles-lettres » (favore simul ac Liberalitate foventur, aluntur et ornantur honestissimarum studia literarum)24.

  • 25 Allen, t. IX, ep. 2611.
  • 26 Allen, t. IX, ep. 2359.
  • 27 Allen, t. IV, ep. 1000
  • 28 Allen, t. V, ep. 1334.
  • 29 Allen, t. VI, ep. 1544.
  • 30 Allen, t. VI, ep. 1738.
  • 31 Allen, t. II, ep. 325.
  • 32 Allen, t. VIII, ep. 2091.
  • 33 Allen, t. IX, ep. 2611.

25Les stéréotypes sont sensibles dans l’armature du discours où fréquemment l’auteur édité — Père de l’Église par exemple — est mis en parallèle avec le dédicataire (dans la dédicace des œuvres de Basile en grec, parues en 1532, adressées à Jacques Sadolet, évêque de Carpentras, où Sadolet se voit gratifié du qualificatif de « Basile latin » en raison de son éloquence25). Même chose pour la dédicace des Opera de Chrysostome, dont la traduction paraît en 1530, toujours chez Froben ; les qualités du dédicataire, Christophe de Stadion, évêque d’Augsbourg, sont rapprochées de celles de l’évêque que fut Chrysostome26. Mais les lieux communs affleurent aussi dans l’emploi du vocabulaire, comme dans les dédicaces nombreuses qui servent à promouvoir l’œuvre éditée en la présentant au public sous les auspices du dédicataire : laborem hunc tuo nomini dicatum esse voluimus (Cyprien, 1519, au cardinal Lorenzo Pucci)27 ; tuo dicatum nomini (Hilaire, 1523, à Jean Carondelet, archevêque de Palerme28) ; hoc operae tuo nomini dedicare visum est (Pline, 1525, à Stanislas Turzo, évêque d’Olmütz)29 ; tuis auspiciis in lucem producimus [...] Irenaeum (Irénée, 1526, à Bernard de Cles, évêque de Trente)30 ; hic autor [...] tui nominis auspiciis exibit in lucem (Sénèque, 1515, à Thomas Ruthall, évêque de Durham)31 ; Ut Seneca [...] prodiret in publicum tui potissimum nominis felicibus auspiciis (Sénèque, 1529, à Piotr Tomicki)32 ; tui nominis auspicio (Basile, 1532, à Jacques Sadolet, évêque de Carpentras)33.

26Je ne citerai que ces quelques exemples où, malgré la subtile variatio du discours, le recours, année après année, aux mêmes topoi se fait clairement sentir. Pourtant, par-delà l’image figée que reflète cette parole stéréotypée, une autre vision affleure, produite par un discours plus souterrain, qui semble renverser la hiérarchie des pouvoirs.

III. — LA PRISE DE POUVOIR PAR L’ORATOR ET LE TRIOMPHE DE LA RÉPUBLIQUE DES LETTRES

27Dans les mêmes préfaces, on passe insensiblement de la simple recherche d’un patronage pour les belles-lettres à l’affirmation de l’existence autonome d’une République des lettres — Respublica literaria ou Respublica christiana, les deux vocables se recouvrant presque exactement sous la plume d’Érasme —, où l’homme de lettres, sous la figure de l’orator, que dénote son eloquentia, occupe une place centrale et dicte les règles du bien public — utilitas publica — auxquelles sont subordonnés les impératifs de la politique des princes temporels et des princes de l’Eglise.

  • 34 Je me contente de renvoyer aux articles de Marc Fumaroli qui ont jeté les bases théoriques de cett (...)

28Je passerai rapidement sur la naissance de ce modèle idéal, de cette « fiction normative », pour reprendre les termes de Marc Fumaroli, que constitue pour les lettrés de la Renaissance la notion de Respublica literaria, qui se confond, à l’horizon du monde chrétien, avec celle de Respublica christiana34 En lisant les préfaces d’Érasme, c’est précisément à la mise en œuvre pratique de cette fiction que l’on assiste, par le canal privilégié de ce nouveau medium qu’est l’imprimerie. C’est le lent processus de l’avènement de cette République des lettres et de sa structuration qu’il nous est donné de voir.

  • 35 Allen, t. IV, ep. 1000.

29Tout d’abord, les princes sont présentés comme les champions de la Respublica christiana. Relisons par exemple la préface des œuvres de Cyprien, imprimées à Bâle sur les presses de Froben en 1519, et adressées au cardinal Lorenzo Pucci, éminent membre de la Curie, qui interviendra à plusieurs reprises auprès du pape en faveur d’Érasme, notamment pour son édition du Nouveau Testament, dédiée à Léon X ; voici comment Érasme justifie la dédicace de Cyprien à Pucci : « J’ai voulu ton nom en dédicace de cet ouvrage, sachant combien tu œuvres pour la restauration de la religion chrétienne (instaurandae religioni christianae) »35. Mais, dans la formule finale de salutation, l’expression, banale et attendue pour célébrer l’œuvre d’un cardinal de l’Église romaine, est modifiée ; un glissement de vocabulaire s’opère : « Je prie pour que le Christ, très grand et très bon, conserve longtemps saine et sauve Ta Grandeur pour la dignité du Saint-Siège et le salut de l’État chrétien (Reipublicae christianae iuvandae). » Sans insister sur le parallélisme, y compris grammatical, entre les deux passages, on peut souligner que, de défenseur de la religion, le cardinal devient soutien de la Respublica christiana.

  • 36 Jérôme, Opera omnia, Bâle, Froben, 1524-1526.
  • 37 Allen, t. V, ep. 1453.

30Surtout, le travail accompli par l’auteur et éditeur de textes antiques sous les auspices de ces princes, qui leur était présenté d’abord comme un contredon rendu à leur bienveillance et à leur générosité, se voit maintenant confisqué au profit du bien public, seule mesure des actes au sein de la Respublica literaria. Ainsi, dans la préface au troisième tome de la correspondance de saint Jérôme36, adressée à William Warham, Érasme introduit la notion d’utilitas publica : « C’est au compte de ta générosité que (le lecteur) doit porter l’œuvre entière, si j’ai contribué quelque peu aux études d’intérêt public (si quam utilitatem publicis studiis attulimus) »37. Les trois éléments — l’auteur, le mécène et le bien public — sont présents, même si la générosité de l’un est mise sur le même plan que le travail accompli par l’autre, en faveur du bien commun.

31Une nouvelle étape est franchie avec la préface aux Lucubrationes d’Athanase, publiées avec les Chrysostomi Lucubrationes chez Froben en 1527. Cette fois, c’est directement le bien public qui est mis en avant. Voici les termes employés par Érasme pour s’adresser à son dédicataire, l’évêque de Lincoln, John Longlond :

  • 38 Allen, t. VI, ep. 1790.

« Je crois avoir atteint le comble de la félicité lorsque dernièrement m’est tombé du ciel un manuscrit contenant de nombreuses œuvres d’Athanase. Je crois en effet qu’il est de la plus haute importance pour l’intérêt général de la puissance de la chrétienté qu’il ne nous manque aucun de (ses) nombreux écrits (eo quod ad publicam christianae ditionis utilitatem arbitror plurimum referre) »38.

32Quant à l’échange de correspondance entre le jeune duc Guillaume de Clèves et Érasme, à propos de la dédicace faite au duc du De pueris instituendis comprenant aussi le De interpellatione Iob et David d’Ambroise, parus chez Froben en 1529, il paraît très éclairant. Érasme place d’emblée son épître sous le signe du bien public et, en filigrane, de la République des lettres, en ouvrant sa préface par un éloge de Conrad Heresbach, helléniste, qui, après avoir enseigné le grec à l’université de Fribourg, édité Strabon et traduit la grammaire de Théodore Gaza, était devenu, par l’entremise d’Érasme, le précepteur du jeune prince ; il est ici présenté comme le médiateur entre la puissance du politique et le pouvoir de la République des lettres :

  • 39 Allen, t. VIII, ep. 2189.

« Conrad Heresbach, cet homme parfait, qui est devenu pour le plus grand bien de le République (magno Reipublicae bono) l’éducateur de ta jeunesse (pueritiae tuae formator), très illustre prince, m’a souvent dépeint dans ses lettres tes dons innés pour l’érudition comme pour la piété (indolem tuam eruditioni pariter ac pietati natam) »39.

33L’intention d’Érasme, qui joue habilement sur l’ambiguïté du terme de respublica employé ici sans autre précision, mais dans un contexte clair de promotion de l’éducation et de l’étude (formator ; eruditio), sans que soient jamais mentionnées les responsabilités politiques futures de son interlocuteur (qui succédera à son père en 1539), est soulignée en creux par la réponse de Guillaume de Clèves. Le jeune duc y reprend les termes de l’épître érasmienne, mais en infléchissant le sens à son avantage :

  • 40 Allen, t. VIII, ep. 2234.

« On ne saurait dire, très savant Érasme, quel plaisir nous a fait ta dernière production, que tu nous a dédiée ; non seulement parce qu'elle nous laissera une gloire immortelle auprès de la postérité, mais aussi parce que cet ouvrage semble particulièrement convenir au service de l’État (quod ad rem publicam iuvandam haec res vel imprimis pertinere videtur), que nous sommes destinés à administrer un jour, malgré notre insuffisance »40.

34On voit désormais que, en dépit des résistances auxquelles il se heurte, Érasme impose dans ses dédicaces, pour cet État à part que représente la Respublica literaria, une image inversée du monde hiérarchisé que nous décrivions tout à l’heure : le mécène est désormais intégré à la Respublica christiana, où lui est assignée une fonction qui n’est plus première. Soumis aux lois du bien public, il est mis en demeure de céder la place et la parole à l’orator chrétien.

35Mieux encore, le mécène est parfois lui-même dépeint sous les traits de l’orator ; c’est ce qu’illustre la très belle préface des Opera omnia d’Augustin, parues à Bâle en 1529, dédiées à Alfonso Fonseca, archevêque de Tolède et primat d’Espagne. Après les lieux communs d’usage, la dédicace est justifiée, plus que par la puissance temporelle ou la vertu chrétienne du dédicataire, par son œuvre de lettré et de promoteur des belles-lettres au sein des universités de Salamanque et de Compostelle, placées sous sa tutelle : la fin de la lettre est entièrement centrée sur la proclamation du rôle majeur de la rhétorique dans l’avènement de la nouvelle République chrétienne.

  • 41 Allen, t. VIII, ep. 2157. La mention de l’existence de trois universités est une erreur de la part (...)

« Tu ne négliges rien de ce que tu juges propre à accroître ou à orner l’Église de Dieu ; tu contribues par ta bienveillance et ton zèle aux développement de trois universités : Compostelle, Salamanque et Tolède, veillant à ce qu’y soient enseignées par des hommes non moins intègres qu’érudits, les langues, les disciplines libérales, mais surtout la théologie (linguae liberalesque disciplinae, sed praecipue theologia) »41.

36Tissant enfin un réseau par-delà les frontières pour cette République des lettres, Érasme compare l’œuvre de Fonseca à celle de John Fisher, fondateur de deux collèges à Cambridge, Christ College et Saint John’s, placés sous le signe des disciplines nouvelles et où triomphe l’enseignement de l’éloquence pour prêcher la Parole vraie :

  • 42 Allen, t. VIII, ep. 2157.

« Il y a quelque temps déjà, un homme éminent, John, évêque de Rochester en Angleterre, chancelier de l’université de Cambridge, a entrepris la même tâche ; il y a fondé à grands frais des collèges où l’on n’enseigne pas ce qui prépare les jeunes aux joutes sophistiques [...] mais d’où ils sortent formés par des disciplines vraies, entraînés par des discussions sobres, pour proclamer la parole de Dieu avec gravité et dans l’esprit de l’Évangile (qui graviter Evangelicoque spiritu praedicent verbum Dei) et pour la faire valoir auprès des lettrés (eruditi) avec une éloquence efficace (efficaci quadam eloquentia) »42.

37La tentative d’Érasme pour forger une identité forte à l’homme de lettres, en proclamant l’avènement d’une République des lettres chrétienne à travers l’imprimé, se lit dans les préfaces de ces œuvres d’utilité publique que sont ses éditions et traductions. En façonnant la conscience lettrée des intellectuels de l’Europe entière, en imposant la fiction de la Respublica christiana aux hommes de pouvoir eux-mêmes, il inaugure le règne de l’éloquence vraie, où la figure centrale de la nouvelle République, l’orator, se met au service du bien public, dont Dieu est l’ultime mesure.

Notes

1 Cynthia J. Brown, Poets, Patrons and Printers. Crisis of Authority in Late Medieval France, Ithaca, 1995.

2 Jean Balsamo, « Les traducteurs français d’ouvrages italiens et leurs mécènes (1574-1589) », dans Le livre dans l’Europe de la Renaissance. Actes du XXVIIIe Colloque international d’études humanistes de Tours, Paris, 1988, p. 122-142.

3 Il n’est pas question de leur dénier ce caractère, mais de souligner qu’ils mériteraient, à ce titre, une étude spécifique. Dans le cas d’Érasme, une confrontation serait nécessaire, par exemple, avec les préceptes du De conscribendis epistolis (dans Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami recognita et adnotatione critica instructa notisque illustrata, Amsterdam, 1969-... [= ASD], t. I/2, p. 205-579). Ici, ces éléments ne sont considérés que dans le cadre de rapports intertextuels tissés à l’intérieur d’une même épître ou d’une missive à une autre.

4 Cf. L. E. Halkin, Erasmus ex Erasmo : Érasme éditeur de sa correspondance, Aubel, 1983.

5 En l’absence d’un travail de synthèse sur les préfaces humanistes, on se référera à la thèse de Sabine Vogel, Amy lecteur. Vom ernsthaften zum vergnügten Leser, Berlin, Freie Universität, 1996, à paraître. C’est à Sabine Vogel que je dois les multiples et précieuses indications et références qui m’ont permis d’enrichir le texte de cette communication. Qu'elle en soit ici sincèrement remerciée.

6 Cf. Opus epistolarum Desiderii Erasmi Roterodami, denuo recognitum et auctum per P. S. Allen, H. M. Allen et H. W. Garrod, Oxford, 1906-1958, t. XII, index I et III. Cette édition sera désignée par le seul nom d’Allen.

7 Allen, t. II, ep. 396.

8 Cf. Allen, t. II, ep. 326 qui reproduit des fragments de l’une d’elles.

9 Allen, t. VI, ep. 1800.

10 Allen, t. VI, ep. 1801.

11 Allen, t. VIII, ep. 2091.

12 Allen, t. VIII, ep. 2092 et 2132.

13 Allen, t. XII, index III.

14 Sabine Vogel me signale que, dans le corpus sur lequel ont porté ses recherches, la rédaction d’une préface pour recommander l’ouvrage d’un autre membre de la Respublica literaria est rarement attestée, sauf si l’auteur de ladite préface a lui-même participé, à un titre ou un autre, à l’édition.

15 Allen, t. IX, ep. 2611.

16 La pratique inverse — l’adresse des différents volumes d’un même ouvrage à des dédicataires distincts —, que semble stigmatiser Erasme, est pourtant fort peu répandue : Sabine Vogel m’indique, comme seul contre-exemple trouvé par elle d’une volonté affirmée de l’auteur de s’adresser à plusieurs dédicataires, l’édition de Cicéron, Orationes, Lyon, Sébastien Gryphe, 1539, qui comporte une dédicace différente pour chacun des trois volumes qui la composent.

17 Thomas Ruthall, évêque de Durham, dédicataire de l’édition de 1515.

18 Allen, t. VIII, ep. 2091.

19 Allen, t. VII, ep. 1855.

20 La proportion de proches n’est, au reste, pas plus importante pour l’ensemble des dédicaces d’Erasme : sur les cent quinze dédicataires répertoriés par Allen (voir note 4), une dizaine seulement sont des familiers de l’humaniste.

21 Cf. C. Brown, Poets, Patrons and Printers..., passim ; J. Balsamo, « Les traducteurs français... », p. 123.

22 Allen, t. II, ep. 586. Le thème de l’ignorance nuisible aux grands est un lieu commun très répandu. J. Balsamo montre bien comment se résout le débat des « armes et des lettres » au sein de la noblesse française de la fin du siècle au profit de l’invention d’un mécénat efficace (« Les traducteurs français... », p. 124-125).

23 Allen, t. III, ep. 704. Le lieu commun de l’ascendance prestigieuse est répertorié comme une entrée en matière élégante dans De conscribendis epistolis, au chap. Quomodo proponenda materia. Cf. ASD, t. I/2, p. 253.

24 Allen, t. VI, ep. 1800.

25 Allen, t. IX, ep. 2611.

26 Allen, t. IX, ep. 2359.

27 Allen, t. IV, ep. 1000

28 Allen, t. V, ep. 1334.

29 Allen, t. VI, ep. 1544.

30 Allen, t. VI, ep. 1738.

31 Allen, t. II, ep. 325.

32 Allen, t. VIII, ep. 2091.

33 Allen, t. IX, ep. 2611.

34 Je me contente de renvoyer aux articles de Marc Fumaroli qui ont jeté les bases théoriques de cette notion majeure et en ont étudié les premières manifestations dans l’Italie du XVe siècle (Diogène, 143, juil.-sept. 1988, p. 135-146 ; Annuaire du Collège de France, 1987-1988, p. 417-432). Cf. aussi Françoise Waquet et Hans Bots, La République des lettres, Paris, 1997.

35 Allen, t. IV, ep. 1000.

36 Jérôme, Opera omnia, Bâle, Froben, 1524-1526.

37 Allen, t. V, ep. 1453.

38 Allen, t. VI, ep. 1790.

39 Allen, t. VIII, ep. 2189.

40 Allen, t. VIII, ep. 2234.

41 Allen, t. VIII, ep. 2157. La mention de l’existence de trois universités est une erreur de la part d’Érasme, comme le signale Allen en note : en réalité, il n’y avait pas d’université à Tolède, qui dépendait de Compostelle.

42 Allen, t. VIII, ep. 2157.

© Publications de l’École nationale des chartes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.