Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir des livres à la Renaissance

 | 
Dominique de Courcelles

La ville, le prince et la bibliothèque

Espaces, savoirs et pouvoirs dans l’Europe de la Renaissance

Frédéric Barbier

Texte intégral

1L’histoire des bibliothèques trouve à juste titre sa place dans un travail collectif consacré au pouvoir des livres à la Renaissance. En effet, le renouveau du paysage urbain sensible aux XVe et XVIe siècles, renvoie à la réorganisation en profondeur des catégories de la théorie et de l'action politiques : le modèle qui tend à s’imposer est celui du royaume ou de la grande principauté territoriale, une administration de plus en plus complexe est peu à peu mise en place, tandis que l’objectif premier devient celui de la richesse et de la puissance de l’Etat.

  • 1 Handbuch der Bibliothekswissenschaft, t. III, Geschichte der Bibliotheken, 3e éd., Wiesbaden, 1961 (...)
  • 2 André Masson, Le décor des bibliothèques, du Moyen Age à la Révolution, Genève, 1972 ; id., The Pi (...)

2A tous ces niveaux, la place du livre, de l’écrit et de la bibliothèque est importante. La bibliothèque du prince manifeste la richesse et l’exceptionnalité de ce dernier, elle est bien cet objet à la fois fonctionnel et symbolique, qui permet de se rattacher à une tradition privilégiant le modèle de la vie « courtoise » — d’où la vogue des romans, la diffusion des textes en langue vulgaire, la multiplication des manuscrits musicaux, etc.1. Dans le même temps, à la cour ou dans les nouvelles universités où l’on forme notamment les administrateurs, civils et ecclésiastiques, des différents États, les collections de livres fonctionnent comme centres de formation et d’information. Enfin, un troisième axe renvoie à un modèle politico-culturel inspiré de l’Antiquité : dans les grandes cités italiennes notamment (Florence, Venise), les bibliothèques renvoient à la volonté de se rattacher directement à un modèle antique, modèle caractérisé par la culture des lettres, les progrès de la connaissance et le dévouement supposé au bien commun2.

3Au total, la bibliothèque est bien au cœur de l’idéologie de la Renaissance, qu’il s’agisse de son inscription dans le paysage urbain (par l’architecture), dans l’ordre des savoirs (par le contenu des livres, leur classement, etc.) ou dans les pratiques intellectuelles et politiques plus larges. Le modèle de ce double rapport est parfaitement illustré lorsque le pape Nicolas V projette, en 1451, de reconstruire le palais du Vatican, et qu’il prévoit à cette occasion, par son décret du 30 avril, la construction d’une grande bibliothèque « pro comuni doctorum virorum commodo ». La communauté de référence, par rapport à laquelle fonctionne la bibliothèque, est une communauté abstraite, celle que l’on désignera plus tard comme la République des lettres.

  • 3 Nous laissons de côté le problème du contenu intellectuel de la bibliothèque, moins directement pe (...)

4Il s’agira donc ici de proposer, à travers l’histoire et les modes d’insertion de la bibliothèque dans la ville, la ligne d’une évolution idéaltypique conduisant d’une logique médiévale (caractérisée par la prédominance des bibliothèques monastiques) à une logique moderne : l’inscription de la bibliothèque dans le paysage urbain, son espace intérieur, son organisation matérielle et son mobilier, son histoire et les pratiques dont elle est le support3, traduisent bien la rupture des usages et des représentations de l’écrit, puis de l’imprimé. Le choix que nous faisons est, dans cette première phase, celui de l’approche monographique, qui devrait permettre, en décrivant des configurations historiques très précises, de reconstituer les lignes de force d’un mode de compréhension historique. Si nous privilégions un modèle fonctionnaliste, la construction que nous suivrons s’appuie sur trois axes principaux :

  1. D’abord, la fonction de distinction (ou d’exceptionnalité) domine dans le cas de la bibliothèque princière, ou royale (en l’occurrence, celle du roi de France), qu’il s’agisse d’exceptionnalité de la vie courtoise (d’où, par exemple, la splendeur de certains exemplaires) ou de distinction conférée par le mécénat intellectuel. Parallèlement, il est important de voir comment le modèle se déplace, et comment l’on tend à passer de la collection privée appartenant à un personnage ou à une dynastie princière, à la collection publique, propriété et symbole d’une certaine communauté.
  2. La fonction de construction et de reproduction de la connaissance est la plus évidente dans le cas des nouvelles bibliothèques universitaires, comme le montre l’exemple de la bibliothèque de l’électeur Palatin à Heidelberg.
  3. Intervient enfin la fonction de référence à l’Antiquité, sur laquelle s’appuie la constitution de bibliothèques d’un type nouveau (les bibliothèques humanistes), et qui est bien évidemment privilégiée à travers un certain nombre de villes italiennes. Au total, il s’agit de proposer, à travers l’histoire et les modes d’insertion de la bibliothèque dans la ville, la ligne d’une évolution conduisant de la bibliothèque et du pouvoir médiévaux à la bibliothèque et au pouvoir de l’absolutisme princier moderne.
  • 4 Histoire des bibliothèques françaises... On notera de même que la bibliothèque en quelque sorte in (...)
  • 5 Les recherches ont par exemple porté sur les problèmes des bibliothèques universitaires (la Sorbon (...)
  • 6 Histoire de la France urbaine, dir. Georges Duby, t. II, La ville médiévale, dir. Jacques Le Goff (...)
  • 7 C’est ainsi que Claudine Billot, Chartres à la fin du Moyen Age..., Paris, 1987, aborde la seule q (...)

5Ajoutons que les bibliothèques sont, à deux niveaux, absentes de la problématique historique actuelle, notamment pour les périodes des XVe et XVIe siècles. Du côté de l’historiographie spécialisée, l’histoire des bibliothèques n’a été que que trop rarement conçue comme élément d’une histoire plus générale de la pensée, de la théorie et de la pratique politiques, voire de l’enseignement et notamment de l’enseignement universitaire : nous en sommes, le plus souvent, restés au stade des études monographiques, même lorsque celles-ci se trouvaient regroupées par espaces géographiques4 ou par thèmes5. Du côté de l’histoire plus générale, le mot même de « bibliothèque » est, pareillement, absent de l’index de l’Histoire de la France urbaine6, tandis que les bibliothèques, privées ou semi-publiques, ne sont que très occasionnellement évoquées, et généralement par allusion, dans un grand nombre de monographies urbaines par ailleurs souvent excellentes et qui traitent de la ville aux XIVe et XVe siècles7. On conclura en soulignant que la bibliothèque et les livres sont pareillement absents des études classiques sur cette société de cour qui tend à s’organiser à partir du XIVe siècle, alors précisément qu’ils constituent l’un des facteurs principaux sur lesquels s’établit la nouvelle « distinction » princière.

L’EXEMPLE FRANÇAIS : LA BIBLIOTHÈQUE, LA DYNASTIE ET L’ÉTAT

  • 8 Simone Balayé, La Bibliothèque nationale, des origines à 1800, Genève, 1988.
  • 9 La librairie de Charles V (expos., Bibliothèque nationale), Paris, 1968.

6Les origines de la Bibliothèque royale sont directement liées à la constitution des grandes collections princières de livres qui appararaissent dans la France du Nord à partir de la seconde moitié du XIIe siècle8. La cour princière s’organise et se développe, elle accueille historiographes et écrivains, lesquels cherchent à s’assurer des moyens d’existence par l’écriture et par la pratique double de la dédicace et du don de livre aux grands. Pour autant, les livres restent partie du patrimoine personnel du prince ou du roi et, comme tels, ils sont dispersés après sa mort. On connaît la librairie de Charles V, transportée dans la tour de la Fauconnerie au Louvre en 1368, et qui constitue un premier fonds documentaire d’où les visées politiques ne sont pas absentes : de là, les traductions des Ethica, Politica et Economica d’Aristote commandées à Nicolas Oresme, ou encore l’appui donné par le pouvoir royal à la préparation du Songe du verger (1376), dans lequel est abordé le problème des rapports avec le pouvoir ecclésiastique. Dans les années 1380, la librairie de Charles V compte neuf cent dix-sept volumes9. La conception de la bibliothèque comme chose du roi explique sa dispersion, par suite de l’achat des livres par le duc de Bedford (1424), puis de leur transport en Angleterre (1429) et d’une nouvelle dispersion à la mort de Bedford (1435).

  • 10 Tammaro De Marinis, La biblioteca napoletana dei re d’Aragona, 2e éd., Vérone, 1965.

7La reconstruction du pouvoir royal à partir de Charles VII (1401/1422-1461) s’accompagne de la reconstitution de collections royales de livres systématiquement augmentées, et dans lesquelles l’apport italien tend à prendre une importance plus grande. Si Louis XI ne « réunit » pas les livres du Téméraire ni ceux de Jacques d’Armagnac, sa politique italienne amène Charles VIII à s’assurer des services de Jean Lascaris à Florence, et à s’emparer, à Naples, de la bibliothèque des Aragonais, pour la faire transporter à Amboise (1495)10.

  • 11 Ursula Baurmeister et Marie-Pierre Laffitte, Des livres et des rois : la bibliothèque royale de Bl (...)
  • 12 Pascale Thibault, La bibliothèque de Charles d’Orléans et de Louis XII au château de Blois, Blois, (...)
  • 13 Élisabeth Pellegrin, Les manuscrits de Pétrarque dans Les bibliothèques de France, Padoue, 1966.
  • 14 Joseph Van Praet, Recherches sur Louis de Bruges, seigneur de la Gruthuyse..., Paris, 1831.
  • 15 P. Arnauldet, « Inventaire de la librairie du château de Blois en 1518 », dans Le Bibliographe mod (...)

8Une seconde source considérable d’accroissement rejoint également la logique dynastique : Louis, duc d’Orléans, fils de Charles V, s’était attaché le bibliothécaire Gilles Malet après la mort du roi. Après l’assassinat de son père (1407), Charles d’Orléans fait transporter la bibliothèque ducale à Blois (1409)11, et un inventaire en est établi (1417)12. Il y ajoute quelques livres venant de sa mère, Valentine Visconti, et surtout les manuscrits qu’il acquiert ou fait réaliser lui-même jusqu’à son décès, en 1465. La montée de Louis XII sur le trône permet de réunir les deux collections, royale et ducale, le nouveau roi ayant épousé la veuve du roi défunt : les livres de Charles VIII sont transportés d’Amboise à Blois, tandis que le roi s’empare de la bibliothèque des ducs de Milan (1499), dont l’essentiel des livres de Pétrarque13. Au début du XVIe siècle, la collection de Louis de Bruges14 vient grossir cet ensemble, devenu un des plus riches d’Occident : lorsque le dominicain Guillaume Petit prépare, en 1518, un catalogue de la bibliothèque de Blois15, celle-ci ne compte pas moins de mille six cent vingt-six volumes.

  • 16 Parmi lesquels Jacques Toussaint, élève de Budé, lecteur du Roi pour le grec (1529), mais aussi Fr (...)
  • 17 Dès 1508, Symphorien Champier compare le roi à Ptolémée Philadelphe, diadoque d’Egypte à l’époque (...)

9Pourtant, François Ier, s’il conserve la bibliothèque de Blois, accorde toute son attention à la collection nouvelle qu’il constitue à Fontainebleau. L’accent y est mis avant tout sur les manuscrits grecs, auxquels on joint notamment les livres saisis à Moulins sur le connétable de Bourbon. Une pléiade d’humanistes de haute volée, parmi lesquels Jean Lascaris, travaillent à Fontainebleau sous l’autorité de Guillaume Budé (1468-1540), le premier maître de la Librairie royale (1522), puis de Jacques Colin et de Pierre du Chastel (1536). La création de la Bibliothèque du Roi, tout comme celle des lecteurs du Roi16, préfiguration du Collège de France (1529), ou encore celle des imprimeurs du Roi (Robert Estienne), plus tard encore l’édit de Montpellier instituant le dépôt légal (1537), montrent combien la construction politique s’appuie désormais très directement sur une construction culturelle : le livre, la bibliothèque, l’enseignement y occupent les places centrales17. La mutation de la monarchie, qui tend à l’emporter sur les grands féodaux, passe par un changement dans le statut de la bibliothèque royale, qui cesse d’être d’abord une bibliothèque dynastique pour tendre, avant la lettre, vers une forme de bibliothèque nationale.

10Autour de ces années 1500, la bibliothèque princière ou royale tend donc pour partie à sortir de la seule logique dynastique, pour entrer progressivement dans un système politique différent, celui de l’absolutisme princier. Ce déplacement dans les fonctions s’accompagne d’un déplacement spatial. Lorsque, en 1544, le roi fait transporter ses livres de Blois à Fontainebleau, il fonde dans le long terme la Bibliothèque royale, tout en confirmant le basculement de l’axe du royaume de la vallée de la Loire vers la vallée de la Seine, où se concentre désormais la vie intellectuelle et artistique.

L’ALLEMAGNE ET L’ITALIE

  • 18 C’est le cas, notamment, dans la principauté de Brunswick-Wolfenbüttel. Voir Staatsklugheit und Fr (...)

11Le processus d’évolution outre-Rhin est dans une certaine mesure comparable au modèle français. Aux anciennes et richissimes villes libres et impériales, s’opposent de plus en plus un ensemble de principautés organisées de manière nouvelle, et qui tendent à concurrencer l’empereur. Le prince devient un prince territorial, qui ne se définit plus par son seul rang dans une hiérarchie féodale : l’assise du pouvoir est constituée par la domination sur une certaine géographie, tandis qu’une attention plus grande est donnée aux questions d’administration (économique, financière, etc.). Or, sur les deux plans, de la redéfinition de la figure du prince et de la réorganisation de l’administration de la principauté, le rôle de l’écrit est fondamental : universités et bibliothèques permettent de former une classe d’administrateurs compétents, tant laïcs qu’ecclésiastiques, en même temps qu’elles manifestent la puissance, la richesse et l’exceptionnalité de la figure princière. Parallèlement, la Residenzstadt, ville de résidence princière, tend à l’emporter de plus en plus nettement sur l’ancienne Reichstadt (ville impériale)18.

  • 19 Le même modèle se développera également au XVIe siècle dans le cas d’un prince comme Julius von Br (...)
  • 20 Les douze titulaires des prébendes sont des professeur de l’université. La bibliographie est donné (...)
  • 21 Théologie, droit, arts, médecine.
  • 22 A l’image de Saint-Sauveur, sur le flanc sud du château de Blois, pour les sépultures des comtes d (...)
  • 23 Par exemple en 1456, avec l’achat des livres de Ludwig von Ast, chancelier de l’électeur Louis III

12Deux espaces semblent privilégiés, dans cette invention de la modernité politique allemande, avec d’une part la Saxe, de l’autre le Palatinat électoral19, ce dernier surtout sous le règne de Frédéric Ier le Victorieux (1425-1476). La Residenzstadt de Heidelberg, au-dessus de la vallée du Neckar, est le centre politique et intellectuel du pays : en 1386, c’est la fondation de l’université, que suit en 1400 l’élévation du prince électeur Ruprecht III au rang de roi des Allemands. Le développement de la construction politique s’accompagne de la création d’une bibliothèque remarquable, que les électeurs Louis III (règne 1410-1436) et Frédéric Ier (1449-1476) organisent et enrichissent considérablement. C’est Louis III qui, en 1421, promulgue le diplôme destiné à fonder une bibliothèque auprès de la collégiale du Saint-Esprit20, pour le service de l’université : les livres des différentes facultés21 seront placés dans la Liberei, où ils seront mis à la disposition des membres du couvent, ainsi que des maîtres et étudiants du Studium. Un local est aménagé à cet effet, et, en 1438, l’université possède plus de cent cinquante volumes, tandis que l’église du Saint-Esprit fait office de nécropole princière, avec les sépultures des princes électeurs22. En 1439, l’université entreprend de reconstruire le bâtiment de sa bibliothèque, et les travaux s’étendent sur quatre ans. Deux salles sont élevées, donnant sur le jardin : le rez-de-chaussée est consacré par la faculté des arts à ses livres, l’étage étant réservé aux livres des trois autres facultés. Les dons de bibliothèques et de collections professorales se multiplient, complétés par les achats de livres faits après le décès de certains grands administrateurs23.

  • 24 Un autre catalogue, en 1505, ne témoigne que de modifications relativement mineures.

13En 1452, l’électeur Frédéric Ier réforme l’université, en liant les charges du Saint-Esprit aux chaires universitaires, et non plus comme jusqu’alors aux personnalités titulaires de ces chaires. Le catalogue de 1466 dénombre quelque mille six cents titres en huit cent quarante et un volumes, dont un certain nombre d’imprimés. L’espace est alors très clairement organisé. Dans la camera superior, quatre cent vingt-deux volumes sur vingt pupitres, représentant la bibliothèque des trois facultés supérieures. Dans la camera inferior, on trouve les deux cent quatre-vingt-six volumes de la faculté des arts, sur dix-sept pupitres de chacun deux rayonnages. Enfin, la bibliothèque du couvent comprend cent trente-sept volumes, correspondant pour l’essentiel aux manuscrits légués en 1436 par le prince électeur Louis III24. A cette bibliothèque de travail répond, à la limite de la ville, la bibliothèque princière elle-même (Bibliotheca palatina), qui est conservée au château, et est beaucoup plus riche en textes en langue vulgaire, romans courtois, livres d’heures, etc.

  • 25 « So setzen und wollen wir, daß auf das wenigste alle und jede Frankfurter Mess[e] nach unsrem Tod (...)
  • 26 Ottheinrich : « [es ist] ein recht fürstlich Werk, ein staatliche ansehnliche Bibliothek [...] zu (...)

14Les deux collections tendent à se rapprocher au cours du XVIe siècle. L’électeur Ottheinrich (règne 1556-1559), bibliophile très actif, est l’introducteur de la Réforme à Heidelberg : la collégiale du Saint-Esprit est supprimée, la Bibliotheca palatina est réunie à la bibliothèque de l’université, et le testament de l’électeur prévoit une rente annuelle de cinquante florins consacrée à l’achat de livres « utiles » pour la bibliothèque à la foire de Francfort25. La confessionnalisation achève alors de faire du prince un prince absolu, par la grâce de Dieu (« durch Gottes Gnaden »), en lui donnant tous les pouvoirs sur une Église territoriale dont il est désormais le chef (« Summepiscopus ») : l’entretien et l’enrichissement d’une bibliothèque qu’il léguera à ses successeurs deviennent un outil politico-administratif et la marque d’une distinction dans laquelle la référence au modèle antique tient une place centrale26.

  • 27 Sur la suggestion du pape Eugène IV, et dans l’objectif d’asseoir le pouvoir de la famille de Médi (...)

15Cette référence à l’Antiquité est, bien évidemment, la plus sensible dans la construction d’un certain nombre de bibliothèques italiennes de la Renaissance. A Florence en 1437, Niccolò Niccoli lègue sa bibliothèque (huit cents volumes environ) à Côme de Médicis, avec l’idée de la mettre à la disposition des lettrés. Côme de Médicis, qui avait entrepris la construction du couvent de San Marco27, y fait prévoir une salle spécialement aménagée pour accueillir les livres, en même temps qu’il accroît la collection par ses commandes de manuscrits au scriptorium dirigé par Vespasiano da Bisticci. Le futur Nicolas V, Tommaso da Sarzana, collabore à l’entreprise.

  • 28 La Biblioteca Malatestiana in Cesena.... Rome, 1992. Voir aussi Bibliothecae selectae, Florence, 1 (...)

16En 1445, la bibliothèque de San Marco est achevée, qui constitue, par sa disposition spatiale, le modèle de la bibliothèque moderne : une grande salle rectangulaire, divisée en trois vaisseaux par deux rangées de colonnes antiquisantes. Les pupitres portant les livres sont disposés de part et d’autre de l’allée centrale. Le type en est repris par la Bibliotheca Malatestiana élevée dans les années 1450-1452 à Césène au premier étage du couvent des Franciscains28, plus tard aussi à Rome, à Venise ou encore à Pise. La bibliothèque nouvelle, qui tend à devenir autonome, marque le heu privilégié de construction d’un discours politique justifiant le pouvoir en place en en exaltant la dignité. Elle devient un espace chargé de mémoire qui, à son tour, produit de la mémoire.

  • 29 « Bene institutae civitates maxime illustrare ac celebrare solent bibliothecae delectis voluminibu (...)

17Le fait est particulièrement apparent lorsque le Sénat de Venise décide, le 5 mai 1515, la construction d’une bibliothèque publique destinée notamment à abriter les livres légués par le cardinal Bessarion en 1468. Le texte combine le modèle du « bon gouvernement » avec la reprise d’une tradition antique, et avec l’idéologie humaniste du progrès des connaissances29. Pour autant, ce ne sera qu’en 1537 que commenceront d’être édifiés les bâtiments destinés aux procurateurs de Saint-Marc, au premier étage desquels une salle est réservée à la Bibliotheca Marciana. Les livres y seront transportés en 1557.

LES ESPACES DU LIVRE : LA BIBLIOTHÈQUE, LE CHÂTEAU ET LA VILLE

  • 30 Sammler, Fürst, Gelehrter : Herzog August zu Braunschweig und Lüneburg, 1579-1666 (expos., Herzog (...)
  • 31 A Salamanque, dont l’université date de 1230, la bibliothèque est abritée au premier étage de la n (...)
  • 32 On notera le fait que le bâtiment dont il s’agit est souvent l’un de ceux qui contribuent le plus (...)
  • 33 On en voit la façade dans un des dessins d’Androuet du Cerceau, en 1579 (British Museum).
  • 34 Les bibliothèques de San Marco et de Césène ne semblent pas avoir été peintes.

18A Blois comme à Fontainebleau, à Heidelberg et à Florence, comme plus tard à Venise ou encore à Wolfenbüttel30, etc., la bibliothèque ne s’inscrit pas comme telle dans le paysage urbain. Elle est abritée dans un bâtiment et dans une institution qui l’englobent — une fondation religieuse, éventuellement liée à une institution d’enseignement supérieur31, et surtout, de plus en plus souvent, le château princier, plus rarement, comme à Venise, un ensemble de bureaux et de services administratifs32. Dans le château de Blois, la bibliothèque s’élève à l’emplacement de Factuelle aile de Gaston d’Orléans, au-dessus des fossés, et aurait pour l’essentiel été aménagée par Louis XII entre 1501 et 1505, à l’image de ce que le roi avait pu voir en Italie33. L’espace intérieur de la bibliothèque, pour autant que nous puissions le connaître, est également très signifiant. L’organisation matérielle, les cadres de classement, les modes de gestion et d’accroissement, le mobilier constituent autant d’éléments qui témoignent du déplacement des besoins et des pratiques de lecture. La bibliothèque est devenue sédentaire, et, du coup, certains choix architecturaux et la décoration picturale tendent à dessiner un véritable programme iconographique renvoyant à un modèle idéologique où la place du politique est désormais plus importante. Ces programmes ne sont que très exceptionnellement conservés et connus34. Deux modèles semblent cependant s’imposer. C’est, d’une part, un programme que l’on pourrait dire « universaliste », qui se développe suivant la disposition matérielle des volumes et renvoie à l’idéal encyclopédique de la bibliothèque elle-même. La bibliothèque de l’université de Salamanque illustre ce choix, en faisant appel à une représentation cosmogonique (le ciel, les constellations...) :

  • 35 Lucius Marineus Siculus, De Hispaniae laudibus, Burgos, 1497.

« Supra vero hunc locum bibliotheca est pulcherrima, in cujus tecto coelum stelliferum ac sydera cunctaque signa coelestia summa cum voluptate spectantium cernuntur [...]. Lucem tamen fenestrae specularibus clausae lapidibus praebent... »35.

19En France, la bibliothèque de la cathédrale du Puy est décorée par une fresque symbolisant les arts libéraux.

  • 36 A Urbino, la figure historique remplace la figure allégorique.
  • 37 Et qui, contrairement au studiolo ducal, constitue un espace au moins semi-public.
  • 38 Urbino, Gallería Nazionale delle Marche. Voir : Il palazzo di Federico da Montefeltro : restauri e (...)

20Le modèle iconographique plus moderne est inspiré par l’humanisme, et met l’accent sur les figures héroïques, qu’il s’agisse des grands personnages de l’Antiquité classique, de la mythologie (notamment les Muses), ou encore des grandes figures susceptibles d’illustrer chaque domaine de la connaissance — sans oublier, pour finir, les bienfaiteurs et les princes eux-mêmes. Le modèle classique, d’après Alberti, est donné par Tibère, qui aurait fait représenter dans sa bibliothèque les portraits des poètes anciens. La réalisation contemporaine la plus achevée est peut-être celle du studiolo aménagé par Federico da Montefeltro à Urbino dans les années 1476 : il est décoré par Just de Gand des portraits des « uomini illustri » depuis l’Antiquité jusqu’au XVe siècle36, et se prolonge par la grande bibliothèque, installée au rez-de-chaussée du palais, près de l’entrée37. C’est là que, d’après Joachim Poeschke, aurait été présenté le grand portrait du prince lisant et accompagné de son fils Guidubaldo38.

  • 39 G. Guerini, « Libro e scrittura nella Roma di Sisto IV : una bibliografía », dans Alfabetismi e cu (...)
  • 40 Eugène Müntz, La Bibliothèque du Vatican au XVIe siècle, Paris, 1886 ; Jeanne Bignami-Odier, Histo (...)

21L’identification au prince est encore plus nette à Rome. Sixte IV reprend, en 1475, le plan de Nicolas V pour installer dans le palais du Vatican une nouvelle bibliothèque39. La bulle Ad decorem militantis Ecclesiae (15 juin 1475) réunit les collections jusqu’alors disjointes dans trois, puis quatre salles proches du Cortile del Papagallo. Chaque salle est consacrée à un certain type d’ouvrages (bibliotheca latina, graeca, secreta, au total deux mille cinq cent vingt-sept manuscrits, enfin les archives). Dans la bibliotheca latina, la décoration picturale des frères Ghirlandaio reprend la thématique des « uomini illustri », en faisant se succéder les Pères de l’Église, les grands philosophes de l’Antiquité, etc., mais la pièce principale est constituée par le grand tableau de Melozzo da Forlí représentant Sixte IV avec son bibliothécaire, Bartolomeo Platina (1421-1481). Le socle porte une inscription qui explicite l’iconographie, en rappelant l’action du pape comme rénovateur de la ville de Rome et protecteur des arts : dans la tradition de l’évergétisme antique, la bibliothèque se présente d’abord comme un monument à la gloire de son fondateur. C’est également le temps fort de l’accroissement des collections pontificales, qui, de quelque huit cents manuscrits latins et trois cent cinquante-trois manuscrits grecs à la mort de Nicolas V (1455), sont passées à près de trois mille cinq cents volumes à la mort de Sixte IV40.

  • 41 Bibliothèques tournantes fonctionnant autour d’un axe vertical.
  • 42 Contrairement aux précédentes, la roue, aujourd’hui conservée, fonctionnait autour d’un axe horizo (...)

22L’abandon de l’itinérance et l’ampleur croissante des collections supposent un aménagement spécifique des salles qui les abritent : on ne peut plus se contenter des anciens coffres, il faut des meubles adaptés, qui seront des rayonnages (tablettes de bois sur les murs), des pupitres et des armoires. En principe, les livres sont disposés dans un ordre systématique, en tenant compte des formats, les plus précieux ou encore les plus usuellement utilisés pouvant cependant être rangés à part. Et, dès la seconde moitié du XVe siècle, la bibliothèque s’enrichit d’objets précieux ou simplement curieux : l’inventaire réalisé à Blois en 1517 signale ainsi des instruments de musique, astrolabes, sphères armillaires, tableaux, et jusqu’à une « tête de crocodile ». On rencontre le cas échéant des meubles plus particuliers, à l’image des deux « roues à livres » signalées à la librairie du Louvre41, ou, plus tard, de celle du duc de Brunswick-Wolfenbüttel42. La description de la bibliothèque de Blois par le chapelain du cardinal Louis d’Aragon en 1517 donne une idée précise de ces aménagements :

  • 43 [Antonio De Beatis], Die Reise des Kardinals Luigi d’Aragona..., éd. Ludwig von Pastor, Fribourg-e (...)

« Dans led. château ou palais, nous vîmes une grande bibliothèque, garnie non seulement de pupitres d’un bout à l’autre, mais encore de tablettes autour de la salle, du plancher au plafond, et toute pleine de livres ; il y en a aussi dans un cabinet, placés dans un coffre. Lesdits livres sont tous en parchemin, écrits à la main en très belles lettres et couverts de soie de diverses couleurs, avec de luxueux fermoirs d’argent doré... »43.

23L’accroissement du nombre des volumes entraîne en outre l’adoption progressive du rangement vertical de ceux-ci, qui se substitue au rangement à plat.

  • 44 Sauf dans le cas de Venise, la sphère privée n’est toujours pas radicalement distincte de la sphèr (...)

24En conclusion, il faut d’abord insister sur l’importance d’une histoire des bibliothèques « revisitée », et conduite pour elle-même et non plus en tant qu’appendice à une histoire générale des idées, des littératures ou à une histoire de l’art. Le statut et le rôle de la bibliothèque prennent une dimension politique de plus en plus sensible : nous passons progressivement de la « librairie » d’une maison et d’une dynastie à une librairie conçue d’abord par rapport à l’extérieur, qui remplit certaines fonctions bien définies, et qui est représentative à la fois de la « gloire » du prince et de la rationalité de son gouvernement44.

  • 45 Cette rupture de 1540 se retrouve également dans l’ordre général des connaissances : l’idéal human (...)

25La chronologie fait pourtant problème. Une première rupture intervient dans les années 1540, avec le triomphe du nouveau modèle de la bibliothèque humaniste45. Puis, celle-ci tend très progressivement à quitter le château pour la ville. Si le rapport de la bibliothèque au domaine politique est devenu évident, le processus de construction de grandes bibliothèques indépendantes date seulement des XVIIe et XVIIIe siècles. Enfin, le déplacement de l’espace et du statut de la bibliothèque répond à un déplacement parallèle des fonctions urbaines. D’une part, les fonctions intellectuelles tendent à s’imposer comme des éléments distinctifs dans la hiérarchie des villes — et ce sera le modèle, en Allemagne comme en Angleterre, de la ville universitaire ou, en France, celui de la capitale politico-culturelle. D’autre part, la genèse et l’affirmation de l’Etat moderne se manifestent par le regroupement des administrations centrales et des systèmes de documentation dans une ville importante — bientôt, dans ou à proximité de la ville la plus importante : Blois, avec son enceinte de neuf cents mètres (est-ouest) sur quatre cents, ne saurait déjà plus concurrencer Paris et ses satellites. A la ville de résidence succède la capitale — dont la bibliothèque demeure, et jusqu’à aujourd’hui, un des monuments les plus chargés de signification.

Notes

1 Handbuch der Bibliothekswissenschaft, t. III, Geschichte der Bibliotheken, 3e éd., Wiesbaden, 1961 ; Histoire des bibliothèques françaises, Paris, 1988-1992, 4 vol. Une des meilleures introductions en français reste Henri-Jean Martin, Histoire et pouvoirs de l’écrit, 2e éd., Paris, 1996, notamment p. 184 et suiv.

2 André Masson, Le décor des bibliothèques, du Moyen Age à la Révolution, Genève, 1972 ; id., The Pictorial Catalogue : Mural Decoration in Libraries, Oxford, 1981.

3 Nous laissons de côté le problème du contenu intellectuel de la bibliothèque, moins directement pertinent dans l’optique d’une histoire de la ville en tant qu’espace social et culturel.

4 Histoire des bibliothèques françaises... On notera de même que la bibliothèque en quelque sorte institutionnelle est pour l’essentiel absente des actes du colloque sur Le livre dans l’Europe de la Renaissance, Paris, 1988. La bibliographie allemande et italienne est très riche. Voir notamment : Ikonographie der Bibliotheken, éd. Carsten-Peter Warncke, Wiesbaden, 1992 ; Joachim Poeschke, « Bücher und Bauten : Bibliotheken der Frührenaissance und ihre künstlerische Ausgestaltung », dans Das Buch im Mittelalter und Renaissance, Düsseldorf, 1994, p. 111-128.

5 Les recherches ont par exemple porté sur les problèmes des bibliothèques universitaires (la Sorbonne), ou encore sur la lecture publique à l’époque contemporaine. Bien évidemment, on dispose également des séries de monographies sur les différentes bibliothèques nationales, et les principales bibliothèques princières.

6 Histoire de la France urbaine, dir. Georges Duby, t. II, La ville médiévale, dir. Jacques Le Goff Paris, 1980. On ne trouve sur la place du livre dans la ville du Moyen Age et de la Renaissance que quelques remarques très générales, notamment p. 556, alors qu’une des spécificités anciennes de la ville réside précisément dans un rapport privilégié à l’écrit et au livre.

7 C’est ainsi que Claudine Billot, Chartres à la fin du Moyen Age..., Paris, 1987, aborde la seule question des livres manuscrits.

8 Simone Balayé, La Bibliothèque nationale, des origines à 1800, Genève, 1988.

9 La librairie de Charles V (expos., Bibliothèque nationale), Paris, 1968.

10 Tammaro De Marinis, La biblioteca napoletana dei re d’Aragona, 2e éd., Vérone, 1965.

11 Ursula Baurmeister et Marie-Pierre Laffitte, Des livres et des rois : la bibliothèque royale de Blois (expos., Bibliothèque nationale), Paris, 1992.

12 Pascale Thibault, La bibliothèque de Charles d’Orléans et de Louis XII au château de Blois, Blois, 1989.

13 Élisabeth Pellegrin, Les manuscrits de Pétrarque dans Les bibliothèques de France, Padoue, 1966.

14 Joseph Van Praet, Recherches sur Louis de Bruges, seigneur de la Gruthuyse..., Paris, 1831.

15 P. Arnauldet, « Inventaire de la librairie du château de Blois en 1518 », dans Le Bibliographe moderne, t. 6-18, 1902-1917.

16 Parmi lesquels Jacques Toussaint, élève de Budé, lecteur du Roi pour le grec (1529), mais aussi François Vatable, Agathias Guidacerius (hébreu), Oronce Fine (mathématiques, 1531), etc.

17 Dès 1508, Symphorien Champier compare le roi à Ptolémée Philadelphe, diadoque d’Egypte à l’époque de la bibliothèque d’Alexandrie.

18 C’est le cas, notamment, dans la principauté de Brunswick-Wolfenbüttel. Voir Staatsklugheit und Frömmigkeit : Herzog Julius zu Braunschweig und Lüneburg (expos., Herzog August Bibliothek), Weinheim, 1989.

19 Le même modèle se développera également au XVIe siècle dans le cas d’un prince comme Julius von Braunschweig-Lüneburg à Wolfenbüttel (ibid).

20 Les douze titulaires des prébendes sont des professeur de l’université. La bibliographie est donnée dans Handbuch der historischen Buchbestände in Deutschland, t. VII, Hildesheim-Zurich-New York, 1994, p. 205 et suiv.

21 Théologie, droit, arts, médecine.

22 A l’image de Saint-Sauveur, sur le flanc sud du château de Blois, pour les sépultures des comtes de Blois, puis de la dynastie des Orléans.

23 Par exemple en 1456, avec l’achat des livres de Ludwig von Ast, chancelier de l’électeur Louis III.

24 Un autre catalogue, en 1505, ne témoigne que de modifications relativement mineures.

25 « So setzen und wollen wir, daß auf das wenigste alle und jede Frankfurter Mess[e] nach unsrem Todt fünfzig Gulden zu gemelter Bibliothek gewendet und dieselbe nützliche Bücher nach Rath deren, welcher die Verwaltung befohlen, erkauft und in Ordnung gebracht werden... »

26 Ottheinrich : « [es ist] ein recht fürstlich Werk, ein staatliche ansehnliche Bibliothek [...] zu haben und auf die Nachkommen zu erhalten, wie dann viel löbliche verständige Könige und Fürsten nach Ausweißung der Historien sich dessen vor dieser Zeit befließen, auch etliche noch befließen... »

27 Sur la suggestion du pape Eugène IV, et dans l’objectif d’asseoir le pouvoir de la famille de Médicis : Côme, exilé à Padoue et Venise, vient de rentrer à Florence (1434) grâce à l’intervention du pape, alors à Santa Maria Novella. Les luttes d’influence autour du problème des listes électorales marquent, à partir de 1444, le glissement de l’ancienne cité indépendante à la capitale d’une principauté territoriale. Donatella Nebbiai Dalla Guarda, I documenti per la storia delle biblioteche medievali (secc. IX-XV), Rome, 1992.

28 La Biblioteca Malatestiana in Cesena.... Rome, 1992. Voir aussi Bibliothecae selectae, Florence, 1993. Les Malatesta règnent à Rimini depuis 1239, et au XIVe siècle les Franciscains ont ouvert en ville une école très active.

29 « Bene institutae civitates maxime illustrare ac celebrare solent bibliothecae delectis voluminibus refertae ; quemadmodum habere consueverant Romae, Athenae aliaeque antiquae et florentissimae civitates. Nam praeter ornatum, animos quoque ad doctrinam et eruditionem accendunt, ex quibus boni mores aliaeque virtutes provenire solent... »

30 Sammler, Fürst, Gelehrter : Herzog August zu Braunschweig und Lüneburg, 1579-1666 (expos., Herzog August Bibliothek), Wolfenbüttel, 1979.

31 A Salamanque, dont l’université date de 1230, la bibliothèque est abritée au premier étage de la nouvelle chapelle, édifiée en 1476-1479 (« domus pro libris »), à côté du trésor et du local où se réunissent les principaux responsables de l’institution. La décoration peinte date de 1493. Il semble probable que le modèle en soit pris dans la Rome de Sixte IV. Du fait de l’importance croissante des collections, une nouvelle bibliothèque devra être élevée dès les années 1509.

32 On notera le fait que le bâtiment dont il s’agit est souvent l’un de ceux qui contribuent le plus à la silhouette de la ville (château princier, église importante, bureaux des procurateurs, etc.).

33 On en voit la façade dans un des dessins d’Androuet du Cerceau, en 1579 (British Museum).

34 Les bibliothèques de San Marco et de Césène ne semblent pas avoir été peintes.

35 Lucius Marineus Siculus, De Hispaniae laudibus, Burgos, 1497.

36 A Urbino, la figure historique remplace la figure allégorique.

37 Et qui, contrairement au studiolo ducal, constitue un espace au moins semi-public.

38 Urbino, Gallería Nazionale delle Marche. Voir : Il palazzo di Federico da Montefeltro : restauri e ricerche, éd. M. L. Polichetti, Urbino, 1985 ; G. Marchini, Il Palazzo Ducale di Urbino, Florence, 1954-1955 ; Federico di Montefeltro : lo stato, le arti, la cultura (colloque, Urbino-Gubbio, 1982), éd. G. Cerboni-Baiardi, G. Chittolini et P. Floriani, Rome, 1986.

39 G. Guerini, « Libro e scrittura nella Roma di Sisto IV : una bibliografía », dans Alfabetismi e cultura scritta, t. 3, 1990, p. 5-25.

40 Eugène Müntz, La Bibliothèque du Vatican au XVIe siècle, Paris, 1886 ; Jeanne Bignami-Odier, Histoire de la Bibliothèque vaticane..., Cité du Vatican, 1973. Des dispositions analogues sont prévues par le contrat signé en 1502 avec Pinturicchio pour le programme pictural de la Libreria Piccolomini à Sienne (bibliothèque élevée par le cardinal Francesco Piccolomini, neveu de Pie II, et lui-même pape sous le nom de Pie III, pour accueillir la bibliothèque de son oncle) : il s’agit d’exalter la vie et les bienfaits de Pie II. C’est Sixte Quint qui, en 1587, fera construire le bâtiment de la bibliothèque pontificale, coupant la cour de Bramante.

41 Bibliothèques tournantes fonctionnant autour d’un axe vertical.

42 Contrairement aux précédentes, la roue, aujourd’hui conservée, fonctionnait autour d’un axe horizontal. Elle servait à la préparation et à la consultation du catalogue alphabétique de la bibliothèque.

43 [Antonio De Beatis], Die Reise des Kardinals Luigi d’Aragona..., éd. Ludwig von Pastor, Fribourg-en-Brisgau, 1905, réimpr. en appendice à André Chastel, Luigi d’Aragona, un cardinale del Rinascimento in viaggio per l’Europe, trad. ital., Rome-Bari, 1987, p. 189-279, citation p. 243 ; les bois gravés de La mer des histoires donnent une bonne illustration des meubles alors utilisés : voir U. Baurmeister et M.-P. Laffitte, Des livres..., p. 26-29, 96-99, et, pour un autre exemple, p. 187.

44 Sauf dans le cas de Venise, la sphère privée n’est toujours pas radicalement distincte de la sphère publique : même si la bibliothèque est théoriquement ouverte aux savants, elle reste insérée dans un espace princier qui tend à la déterminer plus ou moins étroitement.

45 Cette rupture de 1540 se retrouve également dans l’ordre général des connaissances : l’idéal humaniste débouche sur l’encyclopédisme et la systématisation, et se traduit par exemple dans les inventaires conduits par le Zurichois Conrad Gesner (voir Jean Céard, Encyclopédie et encyclopédisme à la Renaissance, Paris, 1991).

Auteur

Ecole pratique des hautes études (IVe section).

© Publications de l’École nationale des chartes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540