Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir des livres à la Renaissance

 | 
Dominique de Courcelles

Avant-propos

Dominique de Courcelles

Texte intégral

1Au carrefour de l’histoire littéraire et de l’histoire sociale, une nouvelle approche des pratiques culturelles du livre s’est développée depuis quelques années, attentive aux pouvoirs de l’écrit, à la sociologie des gens du livre, au travail de la pensée, à la mémoire et à la génération du savoir. Nous nous sommes proposé ici de privilégier une perspective à la fois anthropologique et théologique, et nous avons retenu comme thème global « le pouvoir des livres à la Renaissance ». Sans prétendre à l’exhaustivité, nous avons eu le souci de réunir des contributions dont les méthodes, les problématiques, les matériaux sont inédits et particulièrement suggestifs.

2Ont été évoqués aussi bien les livres qui entrent dans les stratégies des pouvoirs religieux et politiques que les livres qui contredisent ou subvertissent ces mêmes pouvoirs, en étant eux-mêmes livres de pouvoir, livres magiques, livres de mort ou de vie. Frédéric Barbier a rappelé l’importance d’une histoire des bibliothèques liée à l’histoire des dynasties, des villes, des universités. François Delpech a bien montré le lien entre bibliophilie et quête sapientiale, s’attachant dans ce qu’il a appelé une archéo-mythologie du livre magique à rendre compte du motif ibérique, et plus largement méditerranéen, de la bibliothèque magique souterraine. Bruno Pinchard a évoqué le « livre de vie » appelé à naître par Rabelais, la nouvelle dialectique entre la parole vive et les instruments du savoir, la leçon d’alchimie à laquelle conduit alors le livre.

3Les livres au XVIe siècle sont objets d’étude et de critique philologique, leur lecture et leur interprétation peuvent être revendiquées par tous, ils participent à l’élaboration d’un nouveau statut du livre, mais aussi de nouvelles identités individuelles et sociales. Selon Isabelle Diu, Érasme, dans les préfaces et dédicaces de ses éditions d’œuvres classiques et patristiques, proclame l’avènement d’une République des lettres chrétienne à travers le livre imprimé. Jean Balsamo a analysé la construction idéologique, entre 1574 et 1589, du mythe d’un livre funeste « écrit du doigt de Satan », Le Prince de Machiavel, ce qui allait permettre d’utiliser à des fins partisanes la pensée politique du Florentin. Le pouvoir des livres consiste-t-il à dire ce que l’on veut qu’ils disent ? « Détruire les livres et en imprimer vont de pair », a observé Carmen Val Julián à propos de la Nouvelle-Espagne, où la domination espagnole et catholique est difficile, imparfaite ; pour l’Inquisition, la surveillance des livres passe par l’uniformisation en langue castillane de la doctrine et par l’élimination des imprimeurs étrangers.

4Le pouvoir des livres à la Renaissance est-il lié à un nouveau rapport des hommes au monde, aux autres hommes, à Dieu, au développement d’un nouveau type de mystique ? Philippe Büttgen, en se fondant sur les préfaces rédigées par Luther, a montré que le Réformateur, tout en respectant les conventions humanistes, exprime une forte méfiance envers les livres, les siens ou ceux des autres, qui font écran entre le fidèle et la parole de Dieu. Mais cette méfiance est destinée à légitimer une chaîne, une tradition cachée d’auteurs qui sont au service de la vérité en attendant la fin du monde. Dominique de Courcelles a donné un exemple d’illustration du projet luthérien d’une histoire ecclésiastique alternative, distincte de celle de Rome, en analysant le destin d’un livre brûlé en 1560 à Séville avec les os et l’effigie de son auteur, mais conservé dans l’Histoire des martyrs du Genevois Jean Crespin.

5Ce volume est le troisième de la collection « Études et rencontres de l’École des chartes ». Je remercie M. Yves-Marie Bercé, directeur de l’École nationale des chartes, et M. Marc Smith, secrétaire général, qui ont permis sa publication.

© Publications de l’École nationale des chartes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.