Version classiqueVersion mobile

Des femmes et des livres

 | 
Dominique de Courcelles
, 
Carmen Val Julián

III. Condition et comportements féminins dans les métiers du livre

Trois femmes en librairie

Françoise de Louvain, marie L’Angelier, Françoise Patelé (1571-1645)

Michel Simonin

Texte intégral

  • 1 Voir dans le présent volume, la riche étude d’Annie Charon-Parent.
  • 2 Roméo Arbour, Les femmes et les métiers du livre (1600-1650), Chicago, Garamond Press / Paris, Didi (...)
  • 3 J. Dumoulin, « Charlotte Guillard, imprimeur au XVIe siècle », dans Bulletin du bibliophile, 1896, (...)

1On peut envisager le groupe social des femmes libraires au XVIe siècle1, pendant la première moitié du XVIIe siècle2, pour en proposer, à la fresque, une vue d’ensemble. Ou encore s’arrêter à l’une d’elles dans une monographie particulière3. Ni arrêt sur image, ni tableau de groupe, notre enquête s’attachera à l’évolution d’une famille. Plus peut-être que le destin, par nature personnel, d’une femme, la succession de trois générations, de la grand-mère à la petite-fille, courant des dernières années du règne de François Ier à la veille de celui de Louis XIV donne à mieux comprendre ce que furent conditions et comportements féminins dans le milieu des marchands du Palais et de la rue Saint-Jacques : cette dernière précision apportée afin de ne pas étendre trop vite à d’autres (et ailleurs) ce qui pourrait être avéré d’elles ici et maintenant.

  • 4 M. Simonin, « Peut-on parler de politique éditoriale au XVIe siècle ? Le cas de Vincent Sertenas », (...)
  • 5 Baron Jérôme Pichon et Gabriel Vicaire, Documents pour servir à l’histoire des libraires de Paris, (...)
  • 6 Pour les Breyer, voir G. Guilleminot, introduction au fascicule Breyer, dans Philippe Renouard, Imp (...)

2Il est bien sûr encore trop tôt pour proposer des lignes de force, tout au plus quelques discriminants pourront aider à ordonner cette riche matière, par exemple en distinguant entre celles qui sont alphabétisées et celles qui le ne sont pas. Le 30 juillet 1579, ni Catherine Sertenas, fille de Vincent4 et veuve de Laurent Chancelier, ni sa fille Claude, qu’elle place à ce moment chez un tailleur, ne savent lire ni signer5. Fait plus remarquable, la sœur aînée d’Abel L’Angelier, Catherine l’Ancienne, ne signe pas. Un examen attentif fait même apparaître la fragilité des conquêtes dans ce domaine. La fille orpheline de Lucas II Breyer (et par là petite-fille de Lucas I Breyer et de Girarde Roffet)6, est analphabète, Geneviève « Braier », comme l’indique sans doute possible son contrat de mise en apprentissage auprès d’une lingère du Palais, déclare « ne sçavoir escrire ni signer ». C’est ici l’indice fort de la décadence de cette branche de la famille. On en trouverait beaucoup d’autres dans les embarras financiers qui ont accompagné Lucas I Breyer pendant toute sa courte carrière.

  • 7 R. Arbour, Les femmes..., p. 162, note 137.
  • 8 Philippe Renouard, Répertoire des imprimeurs parisiens..., Paris, 1965, p. 371, assortit la date d’ (...)

3Aux signes de vulnérabilité sociale s’ajoutent ceux d’une grande fragilité morale, qui peut ressortir, elle, soit au statut de la femme, soit à des mœurs différentes. Mathieu Guillemot et Anne Sauvage ont deux enfants ensemble avant de se marier7. En juin 1599, la veuve de Jean Richer, Gillette Jillian, alors que son mari est mort en cette même année (semble-t-il8), est engrossée par un avocat. De dangereux don Juans, dissimulés sous leurs robes, rôdent donc dans les couloirs du Palais. Pour cette fois, le délinquant reconnaît l’enfant naturel et prend à sa charge les frais d’entretien. Que l’on ne s’attende pas à pareils écarts publics chez nos héroïnes : leurs trois destins, en trois époques et sous trois climats, tiendraient plutôt du récit édifiant.

I. — FRANÇOISE DE LOUVAIN (V. 1540-1621)

  • 9 Voir, pour tout ce qui concerne la famille de Louvain et les Montault, Barbara Diefendorf, Beneath (...)

4Tout commence avec Françoise, Françoise de Louvain, née vers 1540, dans une famille protestante, pratiquante et aisée, de marchands merciers-joailliers du Palais. Le père, Jean de Louvain, disparaît assez tôt, vers 15649. Elle peut s’appuyer sur sa mère, elle-même issue d’une famille bien établie, Geneviève de Montault. Françoise épouse en premières noces le 28 août 1565 l’un des fils de Galliot du Pré et de Geneviève Le Blanc, Pierre du Pré :

  • 10 Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris, étude CXXII 247, acte inédit communiqu (...)

« Honorable femme Genevieve de Montault, veuve de feu Jehan de Louvain, en son vivant marchant joillier et bourgeois de Paris, stipullant en ceste partie pour Françoise de Louvain, sa fille [âgée de vingt-deux ans] [...] et honorable homme Pierre du Pré, marchant libraire au Palais, bourgeois de Paris, en la presence des honorables hommes Nicolas de Louvain, oncle paternel, Olivier de Montault, oncle maternel, Nicolas de Louvain le jeune, frere de lad. Françoise, Valentin Morin, Pierre Bailly, Anthoine de Laultour, Pierre Payen, Felix Guibert, tous marchans bourgois de Paris, et de Antoine du Pré, frere dud. Pierre du Pré, tous parens et amys desdites parties [...], pour raison du mariage qui au plaisir de Dieu sera de brief faict et celebré en sa saincte Eglise... [Geneviève de Montault leur promet le jour du mariage 800 l. t. en argent comptant à cause des droits de succession de Françoise aux meubles laissés par son père, y compris sa partie d’un banc au Palais, des rentes, etc.] »10.

  • 11 Arch. nat., Min. centr., ét. CXXII 247. Acte communiqué par B. Diefendorf.

5Un original, ce Pierre du Pré, dans une génération qui semble en avoir compté plusieurs parmi les fils de Galiot. Comme Françoise, Pierre est un réformé déclaré. Vers 1562, au temps de la commune de Lyon, on le trouve dans cette ville, occupé par la marchandise de librairie. De retour à Paris, enfin majeur, le 7 août 1565, une semaine avant de convoler, il fait enregistrer par-devant notaire mais surtout devant sa mère, désormais veuve et d’une hostilité déclarée envers la nouvelle religion, son intention d’épouser la huguenote de son cœur11.

« Aujourd’huy, en la presence des notaires du Roy [...] soubzsignez, Pierre du Pré, marchant libraire du Palais à Paris, s’est transporté par devers et à la personne de honnorable femme Geneviefve le Blanc, sa mere, vefve de feu sire Gaillot du Pré, en son vivant aussi marchant libraire, bourgeois de Paris, en son hostel scis en ceste dicte ville de Paris, rue de la Vieille Drapperie, à laquelle ledict Du Pré a remonstré et faict entendre, comme il dict avoir cy devant dés et depuis ung an et par plusieurs foys verballement faict, qu’il s’estoit presenté parti pour estre pourveu et contraicter mariage, qu’il espere estre à son grand bien et advancement, et d’aultant que lad. Le Blanc sa mere ne luy en avoit et n’a encores donné aucune response ne resolu sur ce de son intention et voulloir, à ce que led. Du Pré ne soit cy aprés reprins de desobeissance envers sad. mere, mais pour l’obeissance filial qu’il luy doibt, luy a derechef humblement remonstré et faict entendre ce que dessus et l’a priee et requise de voulloir entendre aud. mariage et donner son consentement au traicté et accord qui en sera faict, offrant luy communicquer les articles qu’il a exhibez à ceste fin ; luy remonstrant au surplus que c’est par animosité de religion de son espouze future, de ses parens et amys ou de luy sondict filz, et que partant entendre [sic] son reffuz ; aussi qu’il a attaint l’aage de trente ung ans et plus ; il est deliberé se pourveoir ainsi qu’il verra estre à faire par raison. A quoy ladicte veufve a faict response quelle ne consent point audict mariage, ains au contraire qu’elle deffend aud. Du Pré son filz de ce faire sinon que ledict mariage soit celebré en l’Eglise catholique et romaine. Dont et desquelles remonstrances et declarations et choses susdites, lesd. parties ont requis lettres ausditz notaires, qui leur ont esté respectivement octroyees pour leur servir et valloir ce que de raison [...].

Goguyer. Leal. »

  • 12 J. Pichon et G. Vicaire, Documents..., p. 38-40.
  • 13 Françoise de Louvain renonce au bail de la maison de la rue Gervais-Laurent, dont elle est par aill (...)

6Le couple sera logé un temps par la généreuse bienveillance de Geneviève de Montault12, comme nous l’apprend un acte en date du mardi 3 février qui rapporte l’action entreprise par Edmond de Sathenat, écuyer, sieur de Pont en Berry, homme d’armes de la compagnie du seigneur de Savigny, contre Geneviève Le Blanc : il demande à être réintégré dans la maison que lui avaient allouée les fourriers et à recouvrer ses armes et meubles. Requête mal fondée, selon Geneviève Le Blanc, car la maison appartient à la veuve de Jean de Louvain, et « Pierre du Pré y demeurait seulement ». Le 19 juillet de la même année, sans doute au terme de cette procédure et afin de prévenir une nouvelle réclamation, Geneviève de Montault baille cette fois par contrat la maison de la rue Gervais-Laurent à Pierre du Pré et Françoise de Louvain, comme nous l’apprend une mention comprise dans un acte du 18 octobre 157313 :

7Les deux jeunes ont longuement patienté, comme on l’a vu, et conçoivent donc presque aussitôt un enfant, Pierre IL Mais Françoise a tôt fait de se trouver veuve à son tour, vers 1570-1571. Quoiqu’elle puisse compter avec l’aide de sa propre parentèle, il lui faut contrarier, y compris par décision de justice, les menées de Galliot II du Pré et tapie derrière lui, sans doute, celles de sa belle-mère qui ne songent à rien de moins qu’à la priver de son étal du Palais. Le 8 (ou 18 ?) janvier 1572, elle présente la requête suivante à la cour :

  • 14 Arch. nat., X1A 1634, fol. I63v, publié par Georges Lepreux dans Revue des bibliothèques, 1914, p.  (...)

« Veu par la court la requeste à elle presentée par Françoise de Louvain, vefve de feu Pierre du Pré, en son vivant libraire à Paris, tant en son nom à cause d’elle que encores au nom et comme tutrice et curatrice de Pierre du Pré, fils myneur d’ans dudit deffunct et d’elle, tendant à ce que, suivant l’esdict de paciffication, ladicte supplyante audict nom feust remise et reintegree en la possession et joyssance d’ung banc et boutique estant dressé contre le premier pillier de la grande salle du Pallais pres la chappelle, comme estoit auparavant les troubles, et que à ce faire et souffrir ung nommé Galliot du Pré, à present occupateur d’icelle, et tous autres qu’il appartiendroit, feussent contrainctz nonobstant oppositions ou appellations quelzconcques et sans prejudice d’icelles ; veues les conclusions presentement faictes du procureur general du roy, avec lequel les parties ont communicqué, aprés plusieurs injunctions à eulx faictes d’y venir ; et tout considéré ; ladicte court, en concequence de l’esdict de pacification, a ordonné et ordonne que ladicte supplyante audict nom sera remise en tel estat qu’elle estoit auparavant qu’elle laissa ladicte bouticque et banc, et ce faisant rentrera en la possession et joyssance d’iceulx, à quoy faire seront contrainctz tous ceulx qu’il appartiendra par toutes voyes deues et raisonnables, nonobstant oppositions ou appellations quelzconcques et sans prejudice d’icelles »14.

  • 15 B. Diefendorf, Beneath the Cross..., p. 128 et suiv.

8En dépit de circonstances peu favorables, alors que feu son époux a plus exercé le négoce que l’édition, elle trouve le moyen en quelques années de publier quelques titres nouveaux, précieux indices d’une forte volonté manifestée dans l’adversité. Est-il besoin de souligner que, pour les prospères familles de marchands engagées au su de tous dans la Réforme, les journées d’août 1572 ont été plus qu’à d’autres cruelles ? L’hostilité religieuse s’amalgame à l’envie suscitée par leur réussite matérielle. Françoise perd de la sorte en quelques jours, assassinés, un oncle paternel, un oncle maternel et divers parents, tandis que d’autres proches fuient la France15.

  • 16 Voir le catalogue établi par Jean Balsamo et Michel Simonin, Abel L’Angelier et Françoise de Louvai (...)

9Nous ignorons par quel truchement — ces « mains tierces » que Montaigne, au même moment, souhaite voir employées dans les mariages —, Abel L’Angelier, jeune homme de vingt ans au bel avenir, seul héritier mâle de son père Arnoul comme de son oncle Charles et cadet de Françoise16, a été présenté, au terme de son apprentissage, à la veuve de Louvain. Le Palais, malgré ses deux cent vingt-cinq boutiques, n’était pas si grand, et le monde du livre si secret, que l’on n’ait su que ces deux-là pourraient bien s’assembler, d’autant que du côté de la mère d’Abel, une fille Roffet, veuve d’Arnoul mort en 1557, remariée avec Lucas Breyer depuis plus dix ans alors, en proie à de récurrentes difficultés financières, s’ajoutent les soupçons que ne peut manquer d’alimenter auprès des catholiques intransigeants l’attitude religieuse suspecte du couple.

  • 17 Arch. nat., Min. centr., ét. LVII 20.

10Le contrat de mariage d’Abel et de Françoise, passé le 10 octobre 1573 devant Mes Fortin et Rozé notaires, est perdu car les minutes de Louis Rozé sont déficitaires jusqu’en 1582. Ce que nous en savons est cependant révélateur. L’une des clauses sera en effet invoquée dans l’accord entre la veuve d’Abel et sa fille Marie L’Angelier, en juillet 1610. Elle prévoit que, si ledit L’Angelier « alloit de vie à trespas avant lad. de Louvain, icelle jouirait du banc ou estail qui luy appartenoit, assis au premier pilier de la grand salle du Palais », sans que les héritiers d’Abel y pussent « auculne chose demander »17. Leur union durera de la fin de décembre 1573 à janvier 1610. Abel, qui s’attendait à suivre sa femme plus âgée que lui dans la tombe, comme il l’a confessé à Pierre de L’Estoile, l’y précédera de dix ans.

  • 18 R. Arbour, Les femmes..., p. 39-40.

11Laissons la période de l’exercice commun, puisque par définition la part des deux époux n’y est pas de discernement commode18, et courons tout de suite à la décennie au cours de laquelle Françoise, comme elle l’avait fait près de quarante ans plus tôt, tient seule les rênes de l’officine. Puis observons, à titre d’exemple significatif de ses qualités professionnelles la manière dont le 25 avril 1620 — elle se sait proche de sa fin —, elle obtient le prolongement du privilège de l’une des « locomotives » de son catalogue pour dix ans. Il est imprimé en tête de l’ouvrage :

« Nostre bien amez Françoise de Louvain, veufve de defunct Abel L’Angelier, marchand libraire de nostre bonne ville de Paris, nous a faict dire et remonstrer qu elle a recouvré cy devant et fait imprimer un livre intitulé Recueil d’aucuns notables arrests de maistre Georges Louet, conseiller en la cour de parlement de Paris, lequel livre a esté d’autant mieux receu qu’à chacune impression qui en a esté faicte l’exposante a donné ordre de le faire reveoir et remarquer où il y avoit quelques erreurs glissees es dattes de quelques ungz desdits arrests ou en autres choses, mesme d’y faire faire quelques annotations, par le moyen desquelles l’œuvre a esté rendu plus parfaict et mieux recherché. Et combien que le dernier privilege qu elle a obtenu de nous pour la derniere impression faicte jusques à present dudit livre ne doibve expirer que dans trois ans et demy, elle ne voudrait pas desnier au public (cependant) les amples et riches aditions faictes de nouveau sur lesdites annotations qu’elle a par devers elle non encore imprimees, fort elabourees, authorisees de plusieurs autres arrests conferez à ceux qui sont rapportez au corps du livre, avec belles et doctes citations, en sorte que l’on pourra dire que ce livre contiendra autant de traictez succincts que de chapitres et articles, et se trouvera l’œuvre fort accomplie. »

12Elle demande en conséquence que le roi protège, à son bénéfice « et à ceux qui auront droict d’elle », l’impression dont elle s’apprête à faire les frais, interdisant, outre bien évidemment les contrefaçons, qu’il en soit fait des « extraicts ou epitomes en aucune façon ». Elle veut que les contrevenants soient punis de trois mille livres d’amende, somme considérable, à la mesure de la rentabilité potentielle du titre en cause, un tiers pour le roi, un tiers pour elle et un tiers pour le dénonciateur, à charge pour elle de donner deux exemplaires à la Bibliothèque du roi et que mention des peines encourues soit imprimée dans ce volume. On ne peut être plus prudente.

13Quatre mois plus tard, le 9 août 1620, elle teste. On voudra bien prendre note de la place considérable qu’occupent les femmes dans les dispositions qu elle prend alors, indice précieux (autant que confirmation) de l’univers aux allures de gynécée dans lequel elle avait passé la fin de sa vie :

  • 19 Sur ce personnage, ici bailleur de la maison louée par le couple L’Angelier puis par Françoise et s (...)
  • 20 Arch. nat., Min. centr., ét. LVII 30.

« Fut presente en sa personne honnorable femme Françoise de Louvain, vefve de feu honnorable homme Abel Langellier, vivant marchant libraire, bourgeois de Paris, et auparavant de feu Pierre du Pré, de ladicte qualité, demeurante en l’encloz du Pallays en la maison de Mre Le Roy, chanoine de la Saincte Chapelle19, gisant en son lict mallade en une chambre ayant vue la cour de derriere de ladicte maison, saine de pensee, memoire et entendement comme par ses gestes et propos il est apparu aux notaires soubzsignés, laquelle considerant qu’il n’y a chose plus certaine que la mort et sy incertaine que l’heure d’icelle, craignant en estre prevenue sans tester, pour ces causes, elle aurait faict son testament et ordonné sa dernière vollonté au nom du Pere, du Filz et du benoist Saint Esprit comme s’ensuict.
Premierement, comme bonne et vraye catholique, a recommandé et recommande son ame a Dieu le Createur, le priant par le merite de la passion de notre sauveur et redempteur Jesus Christ et par les prieres et intercessions de la sacree et glorieuse Vierge Marie, messire sainct Michel ange, saint Jehan Baptiste, saint Pierre, sainct Paul, et de sainct François dont elle porte le nom, luy pardonner les faultes et la collocquer à la gloire éternelle.
Item veult et ordonne son corps estre inhumé en l’eglise de la basse Saincte Chapelle, au lieu où est ensepulturé ledict deffunct Langellier. Pour le surplus de ses convoy, service, luminaire et autres ceremonies funebres, s’en remect et rapporte à la discretion des executeurs de son testament cy aprés nommés. Et neanmoing desire qu’il soit dict et cellebré pour le repos de son ame et desdictz deffunctz ses mariz en lad. eglise de la basse Saincte Chapelle par chacun jour, ung an durant à compter du jour de son decedz, une basse messe de requiem.
Item veult et ordonne ses debtes, s’estoient aulcunes deues, estre payees, et tortz faictz, sy aucuns se trouvent, reparez des biens qui d’elle demeureront, pardonnant
de bon cœur à ung chacun qui la pourrait avoir offensee, requerant le semblable. Item icelle testatrice a donné et legué à Emanuel Richard, son serviteur domesticque, la somme de trente livres t. pour luy avoir un habit comme pour gaiges qu’elle veult luy estre payez.
Item a aussy donné et legué à Anthoine, serviteur demeurant en sa maison, vingt quatre livres t. aussy pour luy avoir ung habit.
Item a semblablement donné et legué à Louis, apprentiz demeurant avec elle, la somme de dix huict livres t. qui luy seront baillez lors qu’il aura faict son appren tissage.
Item donne et legue à Ysabel Brayel, fille de feu Lucas Brayel, une robbe d’estamine toute neufve à l’usage de ladicte testatrice et quelle dict n’avoir jamais mise, une cotte de serge de limestre noire presque neufve, le meilleur de ses chapperons, toutes lesquelles choses seront accomodees à l’usaige de ladite Brayel et qui luy seront delivrees lorsqu’elle se mariera.
Item donne et legue à Catherine de Rosanay sa cousine, vefve de feu Nicolas Chevallier, la somme de neuf livres t. pour une fois payee.
Item à Denise, servante depuis deux mois demeurant avec elle, ung escu d’or.
Item donne à Françoise Drouet, sa filliole, fille de Martin Drouet, demeurant aux Moulineaux, la somme de dix livres t. que ledict Drouet doict à ladicte testatrice et luy restera à payer de quarente livres.
Et pour executer le sien present testament, elle a esleu et nommé dame Marie Langelier sa fille, vefve feu noble homme Me André Patelé, vivant recepveur des tailles en l’eslection de Chaumont et Magny, et Catherine Ernault sa bru, vefve feu Pierre du Pré, vivant marchant bourgeois de Paris, ausquelles elle a donné pouvoir de ce faire. Et à cest effect s’est dessaisie en leurs mains de tous ses biens jusque à l’entier accomplissement du present testament et codicilles qu’elle pourrait avoir faictz auparavant cestuy, auquel elle s’arreste du tout, soubzmettant l’audition du compte d’icelle execution à la jurisdiction de la prevosté de Paris.
Ce fut faict, dicté et ordonné par lad. testatrice ausd. notaires puis à elle releu par l’ung d’iceux en la presence de l’autre, en lad. chambre où elle estoit mallade, le lundy sur les neuf heures aprés midy, tiers jour d’aoust mil six cens vint. Et a signe20.
De Louvain.
Belin. Janot.
 »

  • 21 J. Balsamo et M. Simonin, Abel L’Angelier...

14Qu’il est loin — un demi-siècle — le temps où le couple de Françoise et Pierre du Pré affrontait la veuve de Galliot I du Pré devant notaire, au nom de leurs farouches convictions religieuses ! Nous ne savons pas avec précision quand elle a renoncé, sinon à sa foi, du moins à son expression publique : autour de la Saint-Barthélemy ? après 1594 ? plus tard encore ? Son exercice propre ne nous apprend rien dans ce sens sinon que, comme l’avait fait Abel, elle entend bien être présente sur le marché fructueux des livres d’usage tridentins. Qu’il se trouve parmi eux, dans l’inventaire dressé après son décès, quelques exemplaires d’un singulier Thesaurus precum peu orthodoxe21 peut tout aussi bien signifier une étourderie qu’une volonté espiègle de ne pas renoncer tout à fait aux espérances passées.

  • 22 Pierre de L’Estoile, Mémoires journaux, éd. Brunet, Champollion, Tamizey de Larroque, Paris, 1875-1 (...)

15Celle qui achève ainsi sous nos yeux sa longue existence a poursuivi et parachevé l’œuvre de son mari, qui était déjà une œuvre commune. Abel pratiquait une politique de petits cadeaux à l’endroit de gens utiles, comme Pasquier, ou de gros clients. Nous voyons Françoise offrir à Pierre de L’Estoile (qui commet à cette occasion un instructif lapsus) le Discours funebre sur la mort du feu roy de Jean Bertaut qu’elle vient de publier : « Le samedi 21e [aoust 1610]. Langelier [sic pour la veuve L’Angelier] m’a donné, de son impression, un Discours funebre sur la mort du roy, fait par Bertaut, evesque de Sees, premier ausmonnier de la roine »22. Son souci dominant paraît bien être de parachever et d’accomplir les desseins du défunt. Ainsi, pour la seconde édition de la traduction de Vigenère, cette épître de dédicace adressée à Antoine Séguier de Villiers, à qui Abel et elle pouvaient être reconnaissants de leur avoir adressé le manuscrit posthume des Arrêts de Louet, de Paris, le 25 novembre 1610 :

« L’un des vœux et plus grands desirs, qu’eust en l’ame defunct L’Angelier mon mary, estoit de pouvoir par quelque ouvrage digne de l’immortalité de vostre nom, tesmoigner à la posterité de combien d’infinies obligations l’honneur de vostre bien-vueillance l’avoit rendu redevable à vostre mérite. Mais helas ! la mort luy a envié et ravy le contentement et l’heur de voir l’accomplissement de ce dessein, sans toutefois luy oster la volonté de s’en acquitter. Car entre les derniers offices et devoirs, qu’il a desiré de mon affection, et souvenance à sa memoire, il me l’a expressement recommandé, et laissé comme pour une charge de nostre communauté. Aussi ay-je recherché toutes les occasions et moyens de m’en liberer, y estant non seulement portée du respect, que je doy à ses cendres, et à l’execution de sa derniere ordonnance commise à ma foy ; mais encore par le surcroist des nouvelles obligations, que vous, monseignevr, avez acquises sur moy depuis son decez ; ayant par une magnanime bonté (qui vous est naturelle) pris la pauvre veufve et ses enfans en vostre plus singuliere protection. Mais attendant tousjours qu’il me passast par les mains quelque piece qui meritast estre consacrée au loz immortel de vostre vertu ; je me suis en fin apperceüe, qu’il me pourroit arriver comme à la simplicité du villageois, qui couché au bord d’un grand fleuve remet son passage, apres qu’il sera du tout escoulé. Pour ne differer donc et frustrer plus longuement la consolation qu’emporta de ce monde le pauvre defunct, se representant que la fin de sa vie ne borneroit les effects de sa volonté ; ceste nouvelle impression de la vie d’apollonivs escrite par Philostrate autheur grec et traduicte en nostre langue par le sieur de Vigenere, se donnant au public, j’ay pris la hardiesse de parer et enrichir son frontispice du nom et de l’esclat de vostre dignité. On y verra des annotations, qui convertissent à la pieté les resveries du paganisme contenues au corps du livre, rendans au fils de diev l’honneur qui luy est deub ; et que le presomptueux discours de cet idolatre Apollonius s’estoit efforcé de luy arracher. C’est, monseignevr, ce qui m’a particulierement incitée de vous en faire l’addresse ; et si mon present ne se trouve assez assorty ny proportionné à la grandeur de vostre merite et recognoissance deuë à vos bienfaicts, je me promets pourtant qu’il ne laissera de vous estre agreable, excusant comme creancier debonnaire et plein de benignité, l’affliction d’une pauvre veufve, à qui la perte de sa chere moitié retranche les moyens de mieux et plus dignement satisfaire à son desir. Ainsi puisse tousjours vostre vertu florissante comme la palme s’opposer et se roidir contre la malice et injustice de ce siecle ; ainsi le Ciel favorable à mes vœux veuille multiplier vos jours et les combler d’autant de benedictions que vous en souhaitez, monseignevr. Vostre tres-humble et tres-obligée servante, la veufve Abel l’Angelier, Françoise de Lovvain. »

16A la lecture de ce texte, comment se défendre d’un sentiment d’admiration, voire de surprise devant cet échantillon de langue classique, parfaitement maîtrisée. Françoise tient mieux sa plume que Marie de Gournay au devant des Essais de 1595, pour ne rien dire des écrivains entichés du « style Nervèze », alors au plus fort de ses ravages. Et elle ne s’interdit pas de la reprendre, témoin, pour la nouvelle édition de l’Histoire des Turcs de Chalcondyle, traduite par Biaise de Vigenère, publiée une première fois en 1584, désormais augmentée d’une Suite par Artus Thomas et de planches gravées, cette épître à un personnage autrement considérable que Séguier de Villiers, à savoir Charles de Gonzague-Clèves, duc de Nevers, datée du 1er novembre 1612 :

« Monseignevr. Cette version françoise de Chalcondyle Athenien sortant pour la deuxiesme fois en public, n’y a voulu paroistre soubs autre livrée que la vostre. Aussi vous estoit elle affectée et acquise par droict hereditaire, dès lors que son autheur, le feu sieur de Vigenere en feit present à defunt monseigneur de Nevers vostre pere. Outre que plus convenablement ne pouvoit elle estre dediée, qu’à l’honneur de vostre nom, puis que le subjet qui s’y traicte, est principalement de representer l’estat et affaires de l’Empire grec, soubs les princes Paleologues, qui se rapporte à l’une des branches de vostre descente et origine. Consideration, qui peut estre plus qu’aucune autre incita le sieur de Vigenere, comme serviteur qu’il estoit tres affectionné de vostre tres illustre maison, d’entreprendre et publier cette sienne traduction. Mais comme les ouvrages bien souvent n’arrivent à leur perfection du premier coup, c’estoit son intention, si la mort n’eust rompu le fil de son dessein, de la polir et enrichir d’infinies belles annotations et curieuses recherches, ainsi que son esprit excellent et rare y estoit heureusement porté. Et de fait s’en estant trouvé bon nombre parmy ses papiers consignez avec le reste de ses œuvres entre les mains de defunct l’angelier mon mary ; cela luy donna la volonté et le courage d’entreprendre l’impression de Chalcondile d’une forme elegante et somptueuse ; et (pour rendre l’œuvre accomply de tout poinct) de poursuivre et continuer jusques à nos jours l’histoire des Othomans, avec plusieurs discours concernans le miserable estat, où se trouve aujourd’huy soubs leur tyrannie la jadis si florissante Grece, et l’esperance qui reste de la voir cy-apres delivrée d’une si dure et barbaresque servitude. Mais qui en peut parler à meilleures enseignes, ny avec plus de certitude que vous, monseignevr, qui poussé d’un genereux et brave courage, avez voulu au peril de vostre vie recognoistre ce mortel ennemy du nom chrestien, luy faisant sentir pour coup d’essay, et cognoistre à tous les peuples baptisez, combien plus grands efforts de vos armes et de vostre valeur luy peuvent porter de nuisance et de dommage ? Or toutes les additions, discours, et figures exquises, dont le corps de ce livre a esté paré et enrichy, n’estans qu’accessoires et dependances du principal desja vostre ; j’ay creu qu’ils vous appartenoient aussi, et que les communiquant à la France soubs la recommandation et les favorables auspices de vostre nom, ils exciteroient infinis souhaits de le voir orné des palmes et trophées, que la valeur et le merite semblable au vostre pourrait esperer et acquerir à juste tiltre contre les infideles ennemis de la chrestienté. Ainsi soient mes vœuz, et j’ose encore dire les vostres, exaucez en cet endroit, où apres avoir tres-affectueusement prié nostre Seigneur de vous combler de ses plus singulieres benedictions ; je demeureray pour jamais, monseignevr, de Vostre tres-illustre Excellence, tres-humble servante, la veufve Abel L’Angelier. »

17Les qualités déjà observées n’ont pas disparu, même si l’on note une emphase que la qualité du dédicataire appelait sans doute. S’y ajoutent l’affirmation de connaissances géo-politiques. C’est toutefois la troisième intervention importante de Françoise qui ne laisse pas de stupéfier. Cette fois, il ne s’agit plus de présenter ou de conter la longue histoire de la première édition complète et illustrée de la traduction des deux Philostrate et de Callistrate par Biaise de Vigenère, augmentée d’inscriptions par Artus Thomas et corrigée par Fédéric Morel ; mais de s’employer, en s’adressant à Henri de Bourbon, prince de Condé, encouragée par l’obligeant Séguier déjà nommé, à découvrir les mérites particulier de l’ouvrage qu’elle met au jour :

« Philostrate, Grec de nation, a voüé à l’immortalité, l’excellence de ses inventions, ausquelles les traits hardis de cet esprit haut ont donné un relief si naïf, que son discours flatte les sens des natures les plus fortes, et leur persuade de voir en effect l’object, dont l’idée agist en leur imagination : En cest estat il a donné, par une longue suitte d’années, suject d’admiration ; jusqu’à ce que traduit en nostre langue, par un grand personnage, les angles et parergues de ses tableaux ont receu de luy tels enrichissemens, qu’ils ne sont maintenant qu’un corps, animé de l’un et de l’autre, et font preuve que si l’Antiquité et la Grece portent leurs merveilles avec elles, la France et nostre aage ne leur cederont que par modestie ce qu elles leur pourraient mettre en compromis par raison. Or pour contenter les curieux, j’ay pris le dessein d’attirer et reduire cette speculative et intellectuelle à une demonstration certaine, et où l’œil puisse arrester et fixer les ombres vagues de l’imaginative. Mais pour le donner au public avec ceste pareure, exposé à la diversité des humeurs, dont la plus part peccantes, pour deplaire à tout le monde, ne trouvent rien qui leur plaise : j’ay creu qu’il avoit besoin de la protection d’un grand prince, auquel Dieu a donné la naissance du sang de France, le plus illustre et ancien sans contredit qui soit venu du Ciel, et un genie si grand, qu’il y eust eu de l’injustice s’il n’eust rencontré vostre condition, pour suject de sa gloire : Qui, comme le fleuve Melas seul navigable dés sa source, dés vostre plus bas aage avez donné les marques parfaictes de vostre grand cœur, dans l’ocean des affaires publiques, faisant voir en effect, ce que les poëtes ont feint, que Jupiter avoit autour de luy ces deux deesses, la Justice, et la Prudence, vostre sage conseil aupres du roy et de la reyne affermissant les fondemens de l’Estat, qui fleurit en paix, redouté des ennemis ; comme la deesse Minerve est toujours armée, et seule accompagnée de valeur, et de trophées. Toutesfois j’ay craint que mon humble devotion fust blasmée de temerité, et mon dessein se fust aussitost estouffé que conceu : n’eust esté l’asseurance que m’a donné monsieur le president Seguier de Villiers, qui a tousjours veu deffunct L’Angelier mon mary de bon œil, et continué ceste bienvueillance à sa famille : Que vous, monseignevr, ne desdaigneriez de donner l’abry à cest Autheur, soubs la franchise de vostre nom tant illustre et reveré : au contraire que caressant les lettres, comme le degré qui a porté les Alexandres, et les Cesars, au plus haut poinct d’honneur, contre l’opinion de quelques uns, qui, d’une presomptueuse ignorance, ne leur donnent autre accez que le mespris et le desdain, inutiles à la guerre, infructueux à la paix, à leur prince, et à eux mesmes : Prenant relasche de vos exercices serieux, qui vous donnent un mouvement perpetuel, pour donner le repos aux autres, aurez à plaisir de vous entretenir quelque temps, des reliques venerables de l’Antiquité, desquelles l’Autheur a retiré la plus part de ses inventions. Tel donc, monseignevr, que ces anciens Romains, qui prenoient à honneur, de se declarer chefs et protecteurs de quelques arts et de ceux qui en faisoient profession, ne luy refusez s’il vous plaist l’accueil favorable, et la protection qu’il se promet de vous, ny à celle qui vous le presente en toute humilité, comme estant, monseignevr, pour toujours, vostre tres-humble, et tres-obeissante servante. »

18Un avertissement au lecteur précisera encore :

  • 23 Achevé d’imprimer du 2 janvier 1614 ; privilège renouvelé, en reconnaissance des services rendus au (...)

« C’est donc au feu sieur Abel L’Angelier libraire que la France aura doresnavant ceste obligation, comme à celuy qui s’est le premier advisé d’une chose si necessaire, et de si grand embellissement à cet ouvrage, et qui n’a point espargné sa peine, et sa vigilance, pour rechercher les plus habiles tant à sçavoir bien dresser un dessein, qu’à buriner en cuivre, envoyant jusques en Flandres pour avoir ses planches touchées de meilleure main : ce que le lecteur juge ayséement ne s’estre peu faire qu’avec une extreme despense, y ayant jusques à soixante et cinq grandes planches sur les tableaux de l’ancien Philostrate »23.

19Après ce sommet, ne se rencontre plus, en octobre 1617, qu’un fond de tiroir néanmoins promis à un bel avenir commercial, venu lui aussi de la succession Vigenère :

« Notre bien aimée Françoise de Louvain, veuve de feu Abel L’Angelier, [...] nous a fait remontrer qu’ayant avec beaucoup de fraiz et labeur recherché les œuvres du sieur de Vigenère, elle aurait recouvert un livre dudit sieur intitulé Traicté du feu et du sel, lequel elle ferait volontiers imprimer, si elle ne craignoit que quelque libraire et imprimeur voulust faire le semblable, la frustrant par ce moyen de son labeur et du recouvrement de ses frais. »

  • 24 Comme le croit Denise Métrai, Biaise de Vigenère, p. 258-259.

20L’extrait des registres du parlement est daté du 27 juillet 1617 ; il est signé Du Tillet. Ne voyons pas de contradiction24 entre cette demande de privilège et le fait que, depuis 1599, le manuscrit se soit trouvé chez les L’Angelier. Abel le nomme alors dans la liste des travaux de Vigenère dont il annonce la prochaine publication (Apollonius, fol. â2) ; ce que l’avis au lecteur de 1618 rappelle :

« Entre les œuvres du feu sieur de Vigenère, tant parachevées qu’autres, après son décés, mises és mains de défunct L’Angelier libraire, pour les donner au public, s’estant rencontré ce Traicté dv fev et dv sel, la recherche en a semblé si curieuse, le subject si beau et la doctrine si peu commune, qu’encores que l’Autheur n’y eust apporté la derniere main, ne donné l’entiere polisseure : néantmoins tel qu’il est on l’a estimé digne de vous estre presenté » (f. â2).

21Des tâches plus urgentes, y compris des titres plus alléchants de Vigenère, ont requis en priorité les forces du couple.

II. — MARIE L’ANGELIER (1574 ? - AV. 1631)

  • 25 Arch. nat., Min. centr., ét. LVII 17.
  • 26 26 juin 1601 : honorable André Patelé, marchand bourgeois de Paris, demeurant rue Garnier aux ladre (...)

22Marie L’Angelier est le seul enfant du couple formé par Abel L’Angelier et Françoise de Louvain. Née sans doute peu après le mariage, elle épouse, le 14 mai 1596, Me André Patelé, devant Mes Filissac et Cothereau, contrat mentionné dans un acte du 11 juin 160725. Le marié est alors veuf d’Anne Guibelet26. Comment comprendre ce choix ? La famille Patelé appartient, par ses origines immédiates, à la marchandise parisienne mais elle tend déjà à s’en éloigner par l’achat de charges. Avec André, huissier au moment de se remarier et jusque vers 1600 mais devenu bien vite receveur des aides, nous entrons dans le monde des petits offices qui, pour être modestes, n’en sont pas moins fort rémunérateurs. Il est vrai qu’il semble avoir cumulé la ferme des aides avec un juteux commerce en gros de vin et de poisson salé à destination de Paris. Au reste fort bien introduit dans l’édilité parisienne. Abel qui, comme Montaigne, n’eut pas de fils, fut-il, lui, satisfait de son gendre ? Nous l’ignorons pour la courte période où il eut à le côtoyer. Tout au plus pouvons-nous noter qu’encore huissier, Patelé accomplit un exploit pour son futur beau-père. Les lendemains de sa mort précoce mettront toutefois en évidence de fortes tensions entre les deux familles.

  • 27 Arch. nat., Min. centr., ét. LVII 17.
  • 28 Arch. nat., Min. centr., ét. LVII 20.

23Patelé n’a en effet jamais supplanté dans l’estime de Marie, celle fort vive que lui inspirait son père. Faute d’un diaire conservé où se seraient exprimés ses sentiments, il est raisonnablement permis de le supposer grâce à trois forts indices. Le premier est d’ordre graphologique. La signature de Marie ressemble à s’y méprendre à celle d’Abel, et nous avons plusieurs fois eu le sentiment d’être en présence d’un revenant lorsque nous dépouillions des actes postérieurs à janvier 1610 où la jeune veuve portait son paraphe. Avec habileté, elle parvient presque à confondre la manière de tracer l’initiale de son prénom avec celle de son père ; quant au patronyme, on croit à un calque. Le second est dans la détermination avec laquelle elle impose aux Patelé, où pullulent les André, que son unique fils se prénomme Abel, c’est-à-dire, très vraisemblablement, que son père soit le parrain du nouveau-né. Lorsque, en janvier 1607, elle se retrouve veuve, elle se réfugie presque aussitôt chez ses parents, chargée de ses deux enfants. Dès le 1er février, conseillée, on peut le présumer, par Abel et Françoise qui ont contracté au Palais le goût de la chicane, elle entame un combat juridique contre son beau-frère André Patelé le jeune et, peut-être, contre les Patelé dans leur ensemble quoique ce soit moins sûr27. Le troisième indice, le plus fort, apparaît à l’heure des différends avec sa mère, après la mort d’Abel L’Angelier. Elle ne manque pas, dans ces circonstances particulières où le deuil exaspère les sentiments, de s’élever avec la plus grande vigueur contre l’appréciation, à ses yeux humiliante, que Françoise tend à brosser de l’activité du défunt. Nous sommes le 25 juillet 1610, sept mois après la disparition du père. Accord général est enfin pris entre Françoise de Louvain et sa fille, seule héritière, Marie, veuve comme on l’a vu d’André Patelé, au terme d’une négociation entreprise dès février par un acte sous seing privé qui n’a pas suffi à satisfaire les parties28. Françoise commence par rappeler les conventions prévues pour le cas où elle viendrait à survivre à son mari. Comme on l’a lu plus haut, elle devait jouir « du banc ou estail qui luy appartenoit, assis au premier pilier de la grand salle du Palais » sans que personne d’autre y pût prétendre. Elle rappelle que, du cinquième étal, ne peut faire partie de la communauté que la portion acquise de feu Pierre II du Pré, son fils et celui de défunt Pierre du Pré, laquelle portion était fort petite puisqu’elle n’a coûté que cent quatre-vingt-quatre livres trois sols, acquisition au reste où elle était pour moitié. Elle s’offre à dédommager sa fille de la somme correspondante. Marie ne l’entend pas tout à fait de la même oreille. Elle fait observer que son père a dépensé beaucoup de deniers pour le droit au bail pris en 1605 et surtout, c’est le point essentiel et combien précieux pour nous, qu’il a amélioré l’image de marque de l’établissement au point d’en faire même — c’est le cœur de la fille aimante et reconnaissante qui s’exprime — « la meilleure [...] des boutiques du Pallais ».

24La formule demandait d’autant plus à être relevée que, loin de traduire une vérité personnelle et partisane, elle résume bien le sentiment général des contemporains. Les preuves abondent de la réussite des L’Angelier ; et il est bien vrai que l’adresse du « premier pilier », vers 1610, image de marque célébrée et recherchée par les meilleurs auteurs du dernier tiers du XVIe siècle, tout autant que label de qualité dans la présentation matérielle des ouvrages, n’offre plus rien de commun avec ce qu’elle était au début des années 1570, lorsque le couple entame son exercice. Cette tension entre les deux femmes ne doit cependant pas laisser indifférent. Elle trahit chez Françoise une forte volonté de reconnaissance. Attachée à son métier de « marchande libraire », persuadée de ses compétences, elle ne peut s’empêcher, à l’heure où le destin lui confie pour la seconde fois la barre, de se montrer un peu trop jalouse de ses prérogatives, soucieuse d’écarter en sa fille non point tant une rivale qu’une empêcheuse d’agir à sa guise. Car une aspiration domine la partie de l’accord relative aux affaires de librairie, celle de liberté : au vrai la seule chose qui avait pu lui manquer auprès de la forte personnalité d’Abel.

  • 29 Arch. nat., Min. centr., ét. LVII 20.

25La discussion porte ensuite sur la maison, cour, jardin et héritages des Moulineaux, paroisse de Meudon. La veuve la réclame ; sa fille la lui accorde à charge de lui en payer la moitié. Une discussion s’élève sur le cas d’une « fontaine » bâtie par Abel, qui aurait couté plus de 900 l. t. et dont Françoise pense que, comme elle est « plus de plaisir que de necessité », son surcoût ne doit pas entrer en compte. Elle fait encore ressortir une dette de 700 1. t. contractée le 28 octobre 1594 par Abel envers elle, Jeanne de Louvain, Jean de Louvain et Nicolas Remy. Et observe que depuis lors Abel « avoit faict plusieurs acquisitions tant de maisons, clos, jardins », dont une des Chartreux et de dame Anne Nicolas, veuve Gabiet. Marie cède à sa mère toute propriété sur l’étal et sur la maison des Moulineaux moyennant 1 800 l. t. Il est encore question d’une autre maison à Paris, rue Courtau-Villain, du quatrième étal et surtout de la demeure familiale de la rue d’Ablon dont Abel possédait de son propre un quart, une moitié par acquisition (de ses sœurs). Quant au dernier quart, il l’avait acheté en viager, moyennant 25 l. t. de pension annuelle pour sa sœur Michèle, religieuse au couvent de Haute-Bruyère, jusqu’à la mort de la bénéficiaire. La maison revient à Marie, qui devra s’acquiter de la rente. Mention est faite d’un compte du mois de février, sous seing privé. La marchandise de librairie, autant dire l’essentiel de l’actif, est seulement évoquée car toutes deux ont formé une société pour l’exploiter et s’engagent à y travailler ensemble. Servantes et serviteurs seront payés par la caisse commune29.

  • 30 Arch. nat., Min. centr., ét. LVII 22, 3 décembre 1612 : Marie L’Angelier place Abel Patelé, fils mi (...)
  • 31 Arch. nat., Min. centr., ét. LVII 26, 7 novembre 1616 : mise en apprentissage chez Françoise de Lou (...)

26Les années qui précèdent immédiatement comme celles qui suivent la mort de sa mère fort âgée montrent Marie sous un jour sinon nouveau du moins plus cru. Mère, elle ne semble pas avoir connu de souci du côté de sa fille Françoise, d’autant que la jeune fille, proche de sa grand-mère et marraine, ne refuse pas le monde de la librairie. Le cas d’Abel Patelé, au travers du peu que nous en savons, lui cause de tout autres tracas. Son prénom le laissait supposer, sa mise en apprentissage auprès de sa grand-mère en décembre 161230 le confirmait, c’est bien sur la tête de cet unique rejeton mâle que les deux femmes, fidèles en cela au vœu d’Abel L’Angelier, avaient placé l’avenir de l’officine. Or Abel n’est plus auprès de Françoise dès 1617, année où la vieille dame engage un nouvel apprenti31. Il faut supposer que ce jeune homme indécis — à moins qu’au contraire très déterminé il ait fini par faire triompher sa volonté contre la stratégie familiale — a alors entrepris des études, ce que laisse entendre le titre de « maître » dont il est décoré par la suite dans les actes. Quoi qu’il en soit, on ne le rencontrera jamais dans le commerce du livre. Fait plus significatif, lorsqu’en 1621, Marie Patelé lui donne une rente de 500 l. t., elle interdit par acte notarié qu’il puisse user du capital pour autre chose que l’achat d’un office. On ne procède pas autrement à l’endroit d’un fils de famille dévoyé. Mais il est possible que nous soyons ici victimes d’une illusion d’optique. Abel Patelé, en choisissant sa voie, ne remplit-il pas le destin que lui eût voulu feu son père et que lui souhaite sa mère contre le vœu de Françoise de Louvain ?

  • 32 Arch. nat., Min. centr., ét. LVII 30, jeudi 16 avril 1620 : quittance de Jouffre Peyrusson à Marie (...)

27Avisée et, au propre, conseillée, Marie déploie, chaque fois que se présente une situation susceptible de devenir juridiquement embarrassante, une particulière prudence. C’est le cas au printemps de 1620, le 16 avril. Sa mère est absente, sans doute déjà accablée par les maux qui vont l’emporter à la fin de l’été, peut-être déjà alitée. Survient à Paris un débiteur, marchand papetier de Saint-Léonard. Il réclame non son dû mais celui de feu son frère dont il se dit l’héritier. La somme en cause, 1 710 l. t. pour fourniture de papier, est considérable. Marie multiplie les précautions. Elle paie mais se saisit en même temps du testament qu’elle restituera trois semaines plus tard lorsque lui est remise la certification réclamée du juge royal de Saint-Léonard32 :

« Par devant les notaires gardenottes du roy nostre sire au Chastelet de Paris soubzsignez, fut present en sa personne Jouffre Peyrusson, filz de sieur Leonard Peyrusson, bourgeois marchant de la ville Saint Leonard en Limosin, heritier universel de defunct sieur Leonard Peyrusson son frere, vivant aussy marchant dudict Saint Leonard, ledict Jouffre Peyrusson estant de present en ceste ville de Paris ou nom et comme procureur speciallement fondé de procuration passee par devant Jacques Raby, notaire royal aud. Saint Leonard, en la presence de sire Pierre Beaure, marchant dudict Sainct Leonard, executeur testamentaire dudict deffunct Peyrusson, et des tesmoings desnommez en ladicte procuration, en datte du septiesme jour des presens mois et an, signee Raby notaire royal, dont il est apparu aux notaires soubzsignez et laquelle procuration est demouree es mains des cy aprés nommees ; lequel Jouffre Peyrusson, oudict nom et suivant ladicte procuration, a recongnu et confessé avoir eu et receu de honnorable femme Françoise de Louvain, veufve de feu honnorable homme Abbel Langellier, vivant marchant libraire, bourgeois de Paris, et de dame Marie Langellier, sa fille, veufve de noble homme Me André Patelle, lad. veufve Patelle presente et acceptante pour sadicte mere et elle, la somme de dix sept cens livres t., de laquelle lesdictes veufves se sont trouvees redevables par le compte qui a esté faict entre elles et ledict Jouffre Peyrusson oudict nom de tous ce qui reste à paier de la marchandise de papier que ledict deffunct Peyrusson a fournye ausd. veufves ou l’une d’elles ; de laquelle somme de dix sept cens six livres t., aud. Jouffre Peyrusson baillee et paiee par ladicte veufve Patellé en la presence des notaires soubsignez, en doubles escuz, pistolletz, pieces de seize et huict solz et autres monnoie, le tout bon et aiant de present cours, il s’est tenu et se tient pour contant, et en a quicté et quicte lesdictes veufves Patellé mere et fille et tous autres.
Et pour ample acquit ledict Jouffre Peyrusson et noble homme Me Jehan d’Alesme, receveur du taillon en Limoges, demeurant aud. lieu, estant de present en ceste ville de Paris, logé rue de l’Arbre Secq en la maison où est demeurante madame Saleys, pour ce present et comparant, ont promis et seront tenuz faire ratiffier et avoir pour agreable la presente quictance par ledict Leonard Peyrusson, pere dudict Jouffre, et en fournir de ratiffication vallable passee par devant led. Raby ou autre notaire royal dud. Saint Leonard qui sera attestee et certiffiee par devant le juge dudict lieu et signee de luy et du greffier, ausd. veufves en ceste ville de Paris dans ung mois prochain, à quoy faire ilz se sont obligez solidairement en leurs propres et privez noms ; laquelle promesse ainsy faicte par led. sieur d’Alesme pour le fournissement de ladicte ratiffication a esté à la priere et requeste dud. Jouffre Peyrusson et pour faciliter led. paiement, lequel sans cela ne luy eust esté faict, au moien de quoy led. Jouffre Peyrusson a promis et promect audict sieur d’Alesme de l’aquiter et garentir de lad. promesse ainsy faicte pour le fournissement de lad. ratiffication ; et neanmoings des à présent led. sieur d’Alesme a certiffié que le seing Raby et paraffe apposé en ladicte procuration presentement fournie par led. Jouffre Peyrusson à ladicte veufve Patellé est la vraye signature dudict Raby, ce qu’il a dict bien sçavoir pour l’avoir veu souventes fois signer et avoir veu plusieurs de ses signatures ; et à l’effect de lad. certiffication et recongnoissance, ladicte procuration a esté paraffee ne varietur par lesd. sieur d’Alesme et Jouffre Peyrusson, qui en oultre a baillé à lad. veufve Patellé une coppie du testament dud. deffunct Leonard Peyrusson, signee Bordeys, avec ung acte du neufiesme jour de mars dernier, faict par devant Me Jacques Deschamps, juge royal de lad. ville de Saint Leonard, signee Bourdeys, lesquelz testament et actes seront rendus en fournissant ladicte ratiffication ; et ont lesdictz Peyrusson et sieur d’Alesme comparans, à l’effect dud. fournissement, esleu leur domicilie en la maison où est demeurant Me Leonet Langlois, procureur en la chambre des comptes, rue Troussevache, où ilz veullent consentir et accorder, etc. Car ainsy etc., promettant etc., obligeant etc. se loger ainsy que dessus est dict, renonçant etc. mesmes aux benefices de division, ordre de droict et de discution. Faict et passé en l’hostel de Janot, l’ung des notaires soubzsignez, le jeudy aprés midy seiziesme jour d’apvril l’an mil six cens et vint. Et ont signé.
Peyrusson. Dalesme. M. Langelier.
Belin. Janot.

Ladicte dame Marie Langellier, tant pour elle que pour lad. dame Françoise de Louvain sa mere, confesse que led. sieur Me Jehan d’Alesme, pour ce present, luy a baillé et delivré et de luy a receu la ratiffication de la quittance cy devant escripte, passee le second jour des presens mois et an par led. Raby et de luy signee, au dessoubz de laquelle est la certiffication du juge roial de la ville de Saint Leonard dud. jour deuxiesme may, signee Deschamps juge royal et Bourdeys, de laquelle ratiffication et partant elle se tient pour contente et en quicte led. d’Alesme et tous aultres ; et en ce faisant a rendu aud. sieur d’Alesmes, conformement à la quictance cy dessus, led. testament et acte qui debvoit estre renduz en fournissant lad. ratiffication, dont il quicte et descharge aussy led. veufves Langellier et Patellé. »

28Plus que ce règlement compétent d’une affaire en cours, placée dans les mains de Marie par la seule indisponibilité de sa mère, ce qui peut sans doute le plus nous apprendre sur la réalité des préférences sociales de la fille d’Abel L’Angelier est dans le choix des témoins sollicités pour le mariage de sa fille, Françoise, célébré en 1621, au lendemain de la mort de Françoise de Louvain. Du côté du futur mari, nous rencontrons plusieurs libraires, un marchand bourgeois sans autre précision et Me Jean Tiraqueau. Ce dernier, conseiller du roy et son avocat général à la cour des aides, est cousin de l’époux parce que marié à l’une des deux Marie Nyvelle vivant à ce moment.

29Marie est désormais une femme, plus seule que jamais, maintenant que sa mère a disparu. Demeurée veuve en dépit de la mort précoce d’André Patelé, elle a choisi ce destin pour des raisons que nous ignorons. Les mentalités du temps s’arrêtent volontiers à pareil comportement pour en souligner le courage, voire l’héroïsme. Ainsi Brantôme, à propos de la conduite de sa belle-sœur chérie, Jacquette de Montbron :

  • 33 Brantôme, Recueil des dames, poésies et tombeaux, éd. Étienne Vaucheret, Paris, Gallimard, 1991 («  (...)

« Son mary la laissa veufve en l’aage de trente-six ans [...], recherchée de six ou sept grandz de la France auxquelz ne voulut jamais entendre, non pas seulement d’ouyr parler de ce seul mot de second maryage, tant elle porta de reverence aux cendres de son feu mary, et à ses petitz enfans mineurs, lesquelz luy doibvent une obligation immortelle, [...] car [...] si elle se fust remaryée, ilz n’auroient les biens qu’ils ont »33.

30Et nul doute que Marie ait été recherchée elle aussi, sinon par des « grandz », du moins par de fort beaux partis. Rien moins que liée avec la parentèle subsistante de feu son mari, elle a su néanmoins se donner un entourage solide, de haut parage même, où dominent les hommes de loi et de finances qui exercent leur activité dans ce Palais, théâtre de toute sa vie : un avocat et parlementaire célèbre, Innocent de La Grange ; un trésorier de France pour la généralité de Limoges ; un receveur et payeur des épices en la chambre des comptes, enfin — ce n’est pas le moindre de ses soutiens —, un auteur « maison » considérable, Charles Loyseau, par ailleurs nanti d’une très coquette fortune. Il serait aventuré de tenir tous ces témoins pour des familiers.

31Si Marie paraît avoir boudé le métier de ses parents, il n’apparaît pas que son mode de vie se soit éloigné de celui, assez austère et très largement voué au travail, qu elle leur avait connu. Quelles que soient la nature et la profondeur de ses liens avec ces hommes et leur monde, c’est bien eux qu’elle élit et non d’autres. Le contrat de mariage achèvera de la montrer sous le jour d’une femme d’affaires, soucieuse de préserver jusque dans le détail les intérêts de sa fille et de ses descendants. Ce qui n’est pas à dire que cette prudence dans la gestion de ses biens l’ait privée de toute commisération pour ceux que la vie avait moins favorisés, ni quelle ait oublié les siens demeurés dans la difficulté. Ainsi la voyons-nous, le 3 février 1620, mettre en apprentissage Geneviève Braier auprès de Mathurin Despommiers :

« Par devant les notaires gardenottes de roy nostre sire au Chastelet de Paris soubzsignez, fut presente en sa personne dame Marie Langellier, veufve de feu noble homme Me André Patellé, vivant receveur des tailles en l’eslection de Chaumont et Magny, demourant a Paris en l’encloz du Pallais, parroisse Saint Barthelemy, laquelle pour le proffict faire et dommaige eviter de Geneviefve Braier sa cousine, fille mineure de deffunct Lucas Braier, vivant marchant libraire a Paris, et de Marie Savary, jadis sa femme, a confessé l’avoir baillee et mise en service d’apprentissage du jourd’huy jusques a quatre ans prochains apres ensuivans finis et accompliz, à et avec Mathurine Despommieres, marchande thoiliere et lingere à Paris, demourante sous la tonnellerie, paroisse Saint Eustache, à ce presente, qui a pris et retenu pour led. temps lad. Geneviefve Braier pour son apprentisse ; à laquelle elle promect montrer et enseigner à son pouveoir le train, trafficq et industrie de marchandise de thoilerie, lingerie et tout ce dont elle se mesle et entremect à cause de ce, luy fournir, querir et livrer ses vivres de boire, manger, feu, lict, hostel et lumiere et la traicter humainement comme il appartient. Et sera ladite aprentisse entretenue par lad. dame Patelé pendant led. temps. Et au surplus est ce faict moyennant la somme de soixante et quinze livres t., sur laquelle lad. Mathurine Despommiers confesse avoir receu de lad. dame Patellé la somme de trente livres t., qui luy a esté baillee et paiee presens les notaires soubzsignés, en testons et autre monnoie, le tout bon et aiant de present cours ; et quant au surplus, montant quarante cinq livres t., lad. dame Patellé a promis et sera tenue les paier à lad. Despommiers ou au porteur d’huy en deux ans prochains. A ce faire vint et fut presente lad. aprentisse, aagee de quinze ans et demy ou environ, qui a eu ce que dessus pour agreable, promis aprendre led. mestier et marchandise, servir bien et fidellement sad. maitresse, obeir à ses commandemens honestes et licittes, faire son proffict, l’advertir de son dommaige sy elle en a congnoissance, sans soy deffuir ny aller ailleurs servir pendant led. temps, et en cas d’absence lad. dame Patelé promect la faire chercher et la ramener à sadite maistresse pour parachever le temps que pourrait lors rester dud. apprentissage. Et sy a lad. dame pleuvist et certiffié lad. aprentisse de toute loiaulté et fidellité. Et moyennant ces presentes, le brevet de service passé par devant Chapelain et Le Vasseur le XIe septembre mil VIe dix sept demoure nul comme non faict ny advenu. Car ainsy etc., promettans etc., obligeans chacun endroict soy etc. Faict et passé es estudes des notaires, le troisiesme jour de febvrier aprés midy mil VIe et vingt. Et ont lesd. dames Patelé et Despommiers signé, et quant à lad. apprentisse elle a declairé ne sçavoir escrire ni signer.
M. Langelier. Mathurine des Pommiers.
Belin. Janot.

  • 34 Arch. nat., Min. centr., ét. LVII 30.

[Suit un reçu du 10 février] »34.

32Au cours de l’ultime époque de la vie de Françoise de Louvain apparaît même un certain partage des rôles entre la mère et la fille. A Marie les actes touchant la gestion du patrimoine, les initiatives charitables et autres témoignages de solidarité familiale ; à Françoise, ceux qui ressortissent à la protection des intérêts de l’officine. Et l’on a peine alors d’expliquer la réserve de Marie par le seul souci de respecter, dans sa lettre stricte, le contrat qui l’unit à sa mère depuis 1610. A l’évidence, la « marchandise » ne la tente pas. Mais si ce n’est pas là son goût, du moins ne s’efforce-t-elle pas d’en écarter ses enfants. Son fils aîné en a tâté un temps avant de s’en dégoûter, comme nous l’avons vu. Quant à Françoise Patelé, c’est aujourd’hui bien à un libraire qu’elle est donnée, et avec elle le stock — qui est aussi le solde en la circonstance — de l’officine.

33Fille unique et modèle de prudence, Marie se montre décidée à défendre ses intérêts et ceux des siens à trois reprises, qui sont autant de moments décisifs pour le sort des L’Angelier : au moment de la mort du père, contre sa mère ; à la mort de sa mère, contre la descendance de son frère utérin ; et enfin à l’heure du mariage de sa fille Françoise, afin de prévenir toute difficulté. Morte avant le 15 mai 1636, une moins grande longévité que sa mère ne lui permit pas de veiller sur ses enfants aussi longtemps qu’elle le souhaitait.

III. — FRANÇOISE PATELÉ (1602 - 17 JUILLET 1684)

34Nous en savons, pour l’heure, un peu moins sur Françoise Patelé que sur Marie, elle-même plus opaque que sa mère. Née en 1602, elle connaît à peine son père disparu alors qu’elle n’a que cinq ans. Sa mère, nous l’avons vu, ne le remplace pas. Point d’oncle apparent, mais Patelé a laissé un frère cadet homonyme ; quant à Marie, nous la savons fille unique des L’Angelier, et son frère utérin Pierre II du Pré est mort trop tôt pour avoir joué un quelconque rôle auprès de Françoise Patelé. Sa jeunesse s’est passée dans la maison de l’enclos du Palais qui est celle de ses grands-parents et bien sûr au Palais lui-même — où elle aura, n’en doutons pas, appris sinon la « marchandise », du moins la vente auprès de sa grand-mère et marraine Françoise de Louvain —, entourée par deux serviteurs, une servante et un frère, de peu son aîné, qui a pu être son compagnon de jeux. L’équilibre est maintenu par la forte présence de l’aïeule. On lui apprend à lire et à signer, sans doute aussi à écrire, quoique sa signature n’ait ni la puissance virile de Françoise « De Louvain », ni l’élégance humanistique de sa mère « Mangelier ».

35Fruit des excellentes affaires familiales et d’une rigoureuse gestion, favorisé par le malthusianisme involontaire d’un couple qui n’a eu que le temps d’avoir deux enfants, c’est un riche parti, un parti un peu exceptionnel dans la librairie. Sa dot n’est-elle pas d’un montant égal (pour choisir une comparaison avec un mariage contemporain) à celle d’Eléonore de Montaigne ? Abel Patelé, convaincu de reprendre les études, s’est détourné définitivement du commerce du « premier pilier ». A-t-il trouvé à s’employer auprès de son oncle ? Comme nous le voyons très vite porter dans les actes le titre de « maître », c’est donc qu’il a choisi la pratique et son débouché naturel pour qui dispose de moyens, l’achat d’un office. Conséquence de cette orientation, la seule manière de perpétuer désormais l’entreprise dans d’honorables conditions, est de céder la fille et les livres à un libraire. Le motif est sans doute mêlé. Personne, ni Françoise de Louvain dans ses dernières années, ni même la fille d’Abel, n’a pu souhaiter que disparaisse à jamais l’enseigne « au sacrifice d’Abel » sous laquelle elles avaient toutes deux toujours vécu. Mais elles n’ignoraient pas non plus que le capital formé par le stock voyait sa valeur changer dans d’énormes proportions, selon qu’il était liquidé dans l’urgence aux fins de réalisation, ou bien qu’il était écoulé à un rythme lent, ordinaire pour la plupart des titres du fonds.

  • 35 Henri-Jean Martin, « Un grand éditeur parisien du XVIIe siècle, Sébastien Cramoisy », dans Gutenber (...)

36On ne chercha pas loin. A la mort d’Abel, un certain Sébastien Cramoisy lui avait succédé dans sa charge de libraire juré. Depuis, il avait été donné à ce brillant sujet, un Nivelle par sa mère, de montrer la mesure de son talent. C’est maintenant Claude, l’un de ses cadets, qui s’apprête à conjoindre les Cramoisy aux L’Angelier en épousant une jeune fille dotée, fait exceptionnel, de plus de 24 000 l. t. A titre de comparaison, encore, les trois filles de Sébastien Cramoisy recevront au cours des vingt années suivantes, la première 12 000 l. t. en 1635, la deuxième 20 000 en 1645, et la dernière 25 000 en 164635. Nous ignorons à quelle époque remontait précisément ce projet. Quoiqu’il ait pu être formé en concurrence ou en association avec Abel Patelé, ce ne peut être qu’après que ce dernier a renoncé sans équivoque à la reprise de l’officine, c’est-à-dire au plus tôt après la fin brusquée de son stage auprès de sa grand-mère, à la fin de 1616, que les « pactes » de mariage ont pu prendre la forme que nous leur voyons. Encore convenait-il que fussent réglées, par anticipation ou au lendemain de sa mort, les difficultés liées aux deux mariages de Françoise de Louvain.

37En 1621, tout est aplani. La dot sera apportée en marchandise de librairie — c’est le stock qu’il convient de ne pas laisser péricliter si l’on ne veut pas que la date de péremption des privilèges voue les plus fructueux parmi eux à être imprimés partout. Claude n’est pas pauvre, mais sa condition matérielle est sans mesure avec celle de sa promise. Avec cette union, nous observons aussi la fusion, dans une même famille, de descendants d’une lignée de farouches huguenots et de rejetons de ligueurs déterminés, plus ultramontains que gallicans, comme les Nivelle. Ainsi vont, dans la micro-histoire de ce coin du Palais, les effets de la Réforme catholique plus sensibles qu’ailleurs, dans une profession qui ne pourra, en un premier temps, que fort bien se trouver de l’essor de la dévotion et du renouvellement des livres d’usage.

38Et cependant Françoise abandonne rapidement l’emplacement du premier pilier au Palais où, depuis près d’un siècle, les L’Angelier avait tenu boutique. Une existence marquée par la personnalité difficilement saisissable, ou plutôt encore fort mal, voire pas du tout étudiée, de son époux, quand les historiens ne le confondent pas avec son frère Sébastien. Pourquoi le couple, si solidement et si diversement établi dans la capitale, un pied au Palais, l’autre sur la Montagne, rue Saint-Jacques, gagne-t-il Reims dès la fin des années 1620 ? Claude respire-t-il difficilement auprès de son trop brillant frère ? Mais Sébastien est lui-même à Pont-à-Mousson pendant une partie de ces années. Ce qui ressemble fort à un exil concerté attend encore d’être expliqué. Dans la réalité, il n’est pas certain que la hiérarchie des notoriétés, où sans hésitation celle de Sébastien écrase celles de Claude et de son autre frère Gabriel, corresponde à un ordre corollaire des moyens et des talents. Lorsque Sébastien frise la banqueroute, vers 1640-1650, c’est Claude qui lui vient en aide : l’argent amassé par Abel L’Angelier et Françoise de Louvain n’y est pas étranger.

39Trois destins successifs, liés et distincts. Il convient de rappeler ici que, d’un premier lit, Françoise avait eu un petit Pierre. Elle connaîtra la douleur de le perdre assez tôt, et surtout, après qu’il aura un bref moment embrassé la librairie, elle le verra se tourner vers d’autres activités. Aussi, lorsque les deux femmes se voient seules avec les deux enfants de Marie, n’hésite-t-elle pas à prendre comme apprenti, après passage devant le notaire, son propre petit-fils Abel. Il est clair, d’après l’accord de compte général, que si Françoise consent à une association économique, à un investissement commun ou plus justement au maintien d’une indivision profitable, elle attend de Marie qu’elle renonce à toute initiative en matière de librairie. L’examen des actes passés en commun pendant leurs dix années d’exercice, lorsqu’ils ont trait à la marchandise, montre toutefois que Marie ne se désintéresse pas de l’entreprise ; elle est le plus souvent présente. On pressent bien cependant que Françoise ne reconnaît pas à sa fille une compétence égale à la sienne. Est-ce la revanche mesquine d’une épouse rudement traitée en face d’une fille chérie ? Est-ce le moyen de préserver l’entreprise des initiatives dangereuses d’une jeune femme élevée dans de grandes espérances mais sans l’exigeante formation du négoce ? Sur ce point, il est permis de répondre avec des preuves suffisantes. Rien ne permet de penser que la marchandise de librairie et, encore moins, l’édition aient intéressé Marie. En revanche, elle n’ignore rien des règles de la gestion, et ses compétences vont bien au-delà de la ménagerie domestique. C’est en effet à elle que son beau-frère vient rendre les comptes de la recette des aides. On n’oubliera pas toutefois qu’une partie des décisions de Françoise de Louvain s’expliquent par le souci de ne pas léser les descendants issus de son premier lit et dont la fortune est loin d’être aussi établie que celle du ménage Patelé. Antoinette de Loupes, la mère de Montaigne, ne dira rien d’autre dans le célèbre testament qu’elle rédige après la mort de son fils, où elle s’en prend avec une vivacité remarquée à la richesse dévolue à Eléonore, la fille unique de son aîné.

40Comme les mousquetaires, nos trois femmes sont quatre. De l’union de Françoise Patelé avec Claude Cramoisy est née une petite Marie Cramoisy, aînée de six enfants, que l’on marie le 7 mai 1645 :

  • 36 Arch. nat., Min. centr., ét. XLIII 46. Contrat inédit, seulement mentionné par H.-J. Martin, « Un g (...)

« Furent presens en leurs personnes honnorable homme Claude Cramoisy, marchand librairie, bourgeois de Paris, conducteur de l’Imprimerie royalle du chasteau du Louvre, et dame Françoise Patelle sa femme, qu’il auctorize pour l’effect des presentes, [...] demeurant rue Sainct Jacques, paroisse Sainct Benoist le Bien Tourné, pour Marie Cramoisy leur fille, aussy à ce presente, et de son voulloir et consentement, d’une part, et honnorable homme Edme Martin le jeune, Mtre imprimeur et marchand libraire, bourgeois de Paris, fils d’honnorable homme Edme Martin l’aisné, aussy maistre imprimeur et marchand libraire, bourgeois de Paris, et de deffuncte honnorable femme Michelle Eschard jadis sa femme, ses pere et mere, demeurant en ladite rue Saint Jacques, susdite paroisse Sainct Benoist, assisté dudict Martin son pere et honnorable femme [...], à present sa femme et de luy auctorisee, belle mere dudict Martin, aussy pour luy et en son nom, d’aultre part ; lesquelles parties, en la presence, par l’advis et consentement de leurs parens et amis à ce aprés nommez, [...] [fixent une dot s’élevant à 3 000 l. t. seulement] qui seront payez à la veille des espouzailles, sçavoir quinze cens livres par lesdict pere et mere, cinq cens par ledict sieur Sebastien Cramoisy, qu’il donne gratuitement au benefice dudit mariage, et mil livres par ledict sieur Gabriel Cramoisy, sçavoir cinq cens livres qu’il luy donne gratuitement [et 500 à prendre sur la succession qui viendra à Marie de son père Claude ; elle conserve 1500 livres pour son propre]... »36.

41Mais qui est donc l’heureux élu ? L’Angelier et les siens peuvent dormir tranquilles. Edme Martin le jeune est imprimeur et marchand bourgeois de Paris, fils d’imprimeur. Marie n’est plus si richement dotée que l’avaient été sa grand-mère Marie L’Angelier et surtout sa propre mère Françoise Patelé. Quoique la somme ne soit pas négligeable, elle peut seulement compter sur 3 000 l. t., dont 1 500 donnés par ses parents, 500 par son oncle Sébastien, et 1 000 par son autre oncle, Gabriel, la moitié à titre gratuit, l’autre comme avance d’hoirie sur ce qui est à venir de son père Claude Cramoisy. La marchandise de librairie ne va plus aussi bien dans ces années 1640 qu’au temps doré où Abel régnait sur le Palais. Claude Cramoisy ne possède sans doute pas les qualités exceptionnelles de l’aïeul de son épouse. Surtout, au moment du mariage de Marie Cramoisy, la famille compte encore ses cinq cadets, dont trois garçons, Claude II, André et Sébastien III, sont déjà nés. Et il faut bien partager « en marchands », ce que redoutait par-dessus tout le second gendre de Montaigne.

42A examiner d’un peu près une documentation d’une richesse rare dans sa cohérence et dans sa continuité, force est de nuancer les leçons des grandes tendances économiques, de refuser les traits grossiers et généraux au profit d’une considération des individus dans leurs différences. L’émergence puis le rapide et durable succès d’Abel L’Angelier ne s’expliquent pas seulement par des héritages opportuns et une conjoncture économique favorable. Il a fallu les vertus conjuguées d’un couple où l’on imagine bien l’homme flamboyant et la femme rigoureuse, tous deux également robustes, industrieux et avisés. Autour d’eux, parmi les plus proches, la vicissitude des choses et de la fortune s’est fait sentir : il n’est que de songer aux familles des sœurs aînés d’Abel, aux Breyer et surtout aux Du Pré, quoique ces derniers aient démarré avec de solides atouts.

43Privées, pour une part volontairement, de tout appui masculin direct, Françoise de Louvain et sa fille Marie font mentir l’expression populaire. Quoique tombée en quenouille, l’officine ne périclite pas. Et il n’est pas tout à fait juste de n’en rapporter le mérite qu’à l’élan donné par Abel. Pendant la seule période, longue tout de même d’une dizaine d’années, où les deux femmes, à des titres divers comme on l’a vu, gèrent l’entreprise, des initiatives nouvelles sont prises et de lourds investissements sont confirmés, voire engagés ; et la « meilleure des boutiques du Palais » ne connaît aucune éclipse, à telle enseigne (si l’on peut dire) que plusieurs des productions mises au jour après 1610 sont données par les bibliographes pressés... à Abel. On ne prête qu’aux hommes.

Notes

1 Voir dans le présent volume, la riche étude d’Annie Charon-Parent.

2 Roméo Arbour, Les femmes et les métiers du livre (1600-1650), Chicago, Garamond Press / Paris, Didier érudition, 1998.

3 J. Dumoulin, « Charlotte Guillard, imprimeur au XVIe siècle », dans Bulletin du bibliophile, 1896, p. 579-584 ; Georges Lepreux, « Les corrections de Yolande Bonhomme en 1545 », dans Revue des bibliothèques, 1910, p. 11-13 ; Beatrice Becker, « Charlotte Guillard, Primer of the Renaissance », dans The Inland Printer, 1923, p. 438-440 ; Beatrice Beech, « Charlotte Guillard : A Sixteenth-Century Business Woman », dans Renaissance Quarterly, t. 36, 1983, p. 345-367 ; Sylvie Postel-Lecocq, « Femmes et presses à Paris au XVIe siècle », dans Le livre dans l’Europe de la Renaissance, Paris, Promodis, 1985, p. 253-263. Ces études concernent, sans exception, des « imprimeuses » — c’est ainsi que se nomme la veuve de Matthieu II Guillemot à l’adresse titre de C. Joly, Divers opuscules [...] de M. Antoine Loisel..., Paris, 1652.

4 M. Simonin, « Peut-on parler de politique éditoriale au XVIe siècle ? Le cas de Vincent Sertenas », dans Le livre dans l’Europe de la Renaissance..., p. 264-281.

5 Baron Jérôme Pichon et Gabriel Vicaire, Documents pour servir à l’histoire des libraires de Paris, Paris, Techener, 1895, p. 126 et suiv.

6 Pour les Breyer, voir G. Guilleminot, introduction au fascicule Breyer, dans Philippe Renouard, Imprimeurs et libraires parisiens du XVIe siècle, Paris, Bibl. nationale, 1982.

7 R. Arbour, Les femmes..., p. 162, note 137.

8 Philippe Renouard, Répertoire des imprimeurs parisiens..., Paris, 1965, p. 371, assortit la date d’un point d’interrogation.

9 Voir, pour tout ce qui concerne la famille de Louvain et les Montault, Barbara Diefendorf, Beneath the Cross. Catholics and Huguenots in Sixteenth-Century Paris, New York-Oxford, Oxford Univ. Press, 1991, p. 127 et suiv.

10 Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris, étude CXXII 247, acte inédit communiqué par B. Diefendorf.

11 Arch. nat., Min. centr., ét. CXXII 247. Acte communiqué par B. Diefendorf.

12 J. Pichon et G. Vicaire, Documents..., p. 38-40.

13 Françoise de Louvain renonce au bail de la maison de la rue Gervais-Laurent, dont elle est par ailleurs propriétaire pour un quart qu’elle occupait avec ses enfants, et le transmet, avec l’accord de sa mère et de ses frères et sœur, à Me Nicolas Remy (Arch. nat., Min. centr., ét. XXIX 58).

14 Arch. nat., X1A 1634, fol. I63v, publié par Georges Lepreux dans Revue des bibliothèques, 1914, p. 152-153.

15 B. Diefendorf, Beneath the Cross..., p. 128 et suiv.

16 Voir le catalogue établi par Jean Balsamo et Michel Simonin, Abel L’Angelier et Françoise de Louvain, libraires au Palais (1572-1620), Chicago, Garamond Press / Paris, Didier érudition, à paraître.

17 Arch. nat., Min. centr., ét. LVII 20.

18 R. Arbour, Les femmes..., p. 39-40.

19 Sur ce personnage, ici bailleur de la maison louée par le couple L’Angelier puis par Françoise et sa fille, et qui n’est autre que le chanteur aimé de Charles IX, voir Michel Simonin, « Desportes au Palais et aux champs (1583-1606) », dans les actes du colloque international Philippe Desportes (Reims, juin 1998), à paraître.

20 Arch. nat., Min. centr., ét. LVII 30.

21 J. Balsamo et M. Simonin, Abel L’Angelier...

22 Pierre de L’Estoile, Mémoires journaux, éd. Brunet, Champollion, Tamizey de Larroque, Paris, 1875-1896, 12 vol. , t. X, p. 375.

23 Achevé d’imprimer du 2 janvier 1614 ; privilège renouvelé, en reconnaissance des services rendus au roi, à Abel L’Angelier et Mathieu Guillemot pour les traductions de Philostrate et Chalcondyle, le premier privilège étant échu, daté de Fontainebleau, 14 octobre 1609, signé De Loménie ; le privilège indique que les planches ont coûté 4 000 écus ; extrait des registres du Parlement, daté du 24 novembre 1609, signé Voysin ; une édition des œuvres complètes de Philostrate, avec privilège, contenant les traductions de Vigenère, avait été publiée entre-temps à Tournon, en 1611, par Guillaume Linocier. Brunet mentionne une édition de 1609 comportant les premières épreuves des planches, mais, comme il donne l’adresse de Claude Cramoisy, il s’agit d’une erreur ou d’une confusion avec une réédition de 1629.

24 Comme le croit Denise Métrai, Biaise de Vigenère, p. 258-259.

25 Arch. nat., Min. centr., ét. LVII 17.

26 26 juin 1601 : honorable André Patelé, marchand bourgeois de Paris, demeurant rue Garnier aux ladres paroisse Saint-Nicolas-des-Champs, constitue 16 écus 1/3 de rente à son fils par acte passé devant Jean Chazerets, notaire à Paris. Il était alors veuf d’Anne Guibelet sa femme, et dit naguère huissier du roi (résumé dans Bibl. nat. de Fr., dép. des Mss., Pièces originales 2212 ; les minutes de ce notaire sont déficitaires pour cette période), ce qui prouve qu’il s’agit bien de notre homme.

27 Arch. nat., Min. centr., ét. LVII 17.

28 Arch. nat., Min. centr., ét. LVII 20.

29 Arch. nat., Min. centr., ét. LVII 20.

30 Arch. nat., Min. centr., ét. LVII 22, 3 décembre 1612 : Marie L’Angelier place Abel Patelé, fils mineur d’elle et de feu André Patelé, en apprentissage pour trois ans chez sa grand-mère Françoise de Louvain, veuve d’Abel L’Angelier, pour apprendre auprès d’elle le commerce de la librairie, pour 40 livres tournois.

31 Arch. nat., Min. centr., ét. LVII 26, 7 novembre 1616 : mise en apprentissage chez Françoise de Louvain, de Louis Guay, âgé de quatorze ans au moins, par son oncle Louis Le Guay, maître doreur, et son père, Jehan Guay, laboureur et vigneron au village de Mousseaux, paroisse de Boirouville, « estant de present en ceste ville de Paris logé rue Pelterye, paroisse Saint-Jacques-de-la-Boucherie ».

32 Arch. nat., Min. centr., ét. LVII 30, jeudi 16 avril 1620 : quittance de Jouffre Peyrusson à Marie Patelé et Françoise de Louvain pour règlement de 1 706 livres tournois de papier fourni par feu Léonard Peyrusson, marchand bourgeois de Saint-Léonard, frère de Jouffre Peyrusson.

33 Brantôme, Recueil des dames, poésies et tombeaux, éd. Étienne Vaucheret, Paris, Gallimard, 1991 (« Bibl. de la Pléiade »), p. 976.

34 Arch. nat., Min. centr., ét. LVII 30.

35 Henri-Jean Martin, « Un grand éditeur parisien du XVIIe siècle, Sébastien Cramoisy », dans Gutenberg Jahrbucb, 1957, p. 179-188, rééd. dans id., Le livre français sous l’Ancien Régime, Paris, Promodis, 1987, p. 55-64, à la p. 62.

36 Arch. nat., Min. centr., ét. XLIII 46. Contrat inédit, seulement mentionné par H.-J. Martin, « Un grand éditeur... », p. 63.

Auteur

Centre d’études supérieures de la Renaissance (Université de Tours).

© Publications de l’École nationale des chartes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search