Version classiqueVersion mobile

Des femmes et des livres

 | 
Dominique de Courcelles
, 
Carmen Val Julián

III. Condition et comportements féminins dans les métiers du livre

A propos des femmes et des métiers du livre dans le Paris de la Renaissance

Annie Parent-Charon

Texte intégral

  • 1 Voir Roméo Arbour, Les femmes et les métiers du livre (1600-1650), Chicago, Garamond Press/Paris, (...)

1L’ouvrage de Roméo Arbour, Les femmes et les métiers du livre (1600-1650), souligne que « l’action des femmes de l’Ancien Régime dans la production et la diffusion des livres est un lieu de recherche pour ainsi dire inexploré »1. Notre propos est d’apporter quelques éléments permettant de mieux connaître la condition des femmes dans les métiers du livre à Paris au XVIe siècle.

2Dans le cadre du colloque international d’études humanistes de Tours de 1985, Sylvie Postel avait présenté, sur ce thème, les résultats de l’équipe travaillant, au sein de la Bibliothèque nationale de France, à la publication des papiers laissés par l’érudit Philippe Renouard, spécialiste de l’histoire de l’imprimerie parisienne de la période ; elle fit le point sur la situation juridique de la femme et présenta quelques aspects de la vie des femmes dans ce monde du livre : la fille de libraire à marier, la femme mariée, la veuve. Rappelons les grandes lignes de ses conclusions :

  • 2 Sylvie Postel, « Femmes et presses à Paris au XVIe siècle », dans Le livre dans l’Europe de la Ren (...)

« Qui est la femme de libraire, d’imprimeur, de graveur de caractères ou de relieur parisien ? Tout d’abord, au sein familial, comme toutes les femmes, elle est l’obscure mère nourricière et ménagère : lui reviennent les grossesses, la tenue de la maison, l’éducation et la tutelle des enfants mineurs. Professionnellement elle est une aide quotidienne pour son mari, dans la marche de la boutique ou de l’atelier et, le cas échéant, elle sait tenir son rôle de chef d’entreprise... »2.

3S. Postel avait aussi relevé quelques détails permettant d’appréhender ce que ces femmes pouvaient elles-même penser de leur condition : le choix de la devise de Jeanne Le Roy, veuve de Nicolas Roffet, Ut rosa inter spinas, ou l’initiative de la veuve Birckman qui flanque le poirier et la poule grasse de la marque de son défunt mari d’un faune et d’une faunesse ?

4Rappelons, à la suite de S. Postel, le cadre juridique dans lequel vivent ces femmes et veuves des métiers du livre à Paris. Le statut juridique de la femme repose sur l’ancienne coutume de Paris, rédigée une première fois en 1510, retouchée par Charles du Moulin et Christophe de Thou, ce qui aboutit à la réformation de 1580. Fille, la femme est soumise à la puissance paternelle. Elle n’acquiert sa pleine capacité qu’à vingt-cinq ans et à la condition qu’elle soit mariée. Une fois mariée, la femme est, du fait de son mariage, à la fois émancipée et frappée d’incapacité ; elle ne peut disposer de ses propres, elle ne peut ni s’engager par des contrats, ni ester en justice. La seule chose qu’elle puisse faire librement est son testament. Les coutumes exceptent le cas de la « femme séparée », « autorisée en justice », ou « marchande publique ». Pour jouir d’une certaine liberté, la femme doit attendre d’être veuve. A ce moment, elle devient libre de disposer de ses propres biens et de ceux que, en tant qu’héritière ou usufruitière, elle tient de son mari. Ce rappel juridique est indispensable pour juger de la place des femmes dans le monde du livre.

  • 3 Evelyne Berriot-Salvadore, Les femmes dans la société française de la Renaissance, Genève, Droz, 1 (...)

5Depuis la publication de l’article de S. Postel, l’ouvrage d’Evelyne Berriot-Salvadore, Les femmes dans la société française de la Renaissance, est venu apporter une multitude de documents, de témoignages littéraires et historiques sur les femmes dans la société française de la Renaissance. Citons, par exemple, cette anecdote : un Romain, Francesco Gregorii di Terni, qui voyage en France en 1596, remarque l’animation de Paris ; à toute heure du jour se rencontrent hommes et femmes qui viennent faire leurs emplettes dans les deux cent quatre-vingts petites boutiques que compte la place ; il note aussi qu’en ville, où le commerce est vivant et diversifié, les « femmes plus que les hommes traitent les affaires »3. Pour le reste, É. Berriot situe, dans la catégorie des épouses mécaniques, nos femmes des métiers du livre ; mais celles-ci ne sont-elles pas aussi, pour reprendre les distinctions faites par cet auteur, « épouse compagne », « femme de marchand », voire, dans certains cas, « épouse miroir : femme de l’homme docte » ?

  • 4 Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris, étude VIII 81, 21 août 1555 ; voir An (...)
  • 5 Philippe Renouard, Répertoire des imprimeurs parisiens, libraires, fondeurs de caractères et corre (...)

6Pour éclairer la place des femmes dans les milieux du livre, rendons-nous, tout d’abord, au Palais, dans l’île de la Cité, en août 1555 ; là se rencontrent les membres des cours souveraines et les juristes ; soucieux de se procurer les livres de droit dont ils ont besoin au quotidien, ils sont aussi amateurs de nouveautés littéraires. Les libraires partagent avec les merciers les mutiples étalages installés dans la galerie des prisonniers, celle des merciers, celle par où l’on va à la chancellerie, et dans la grand-salle contre les piliers. Sur soixante marchands, merciers et libraires possédant quatre-vingts « bancs et places », on compte six libraires dont une femme, une veuve : Jacqueline Gault, veuve du marchand libraire Jacques Nyverd4. Six autres femmes tiennent boutique dans l’enceinte du Palais ; quatre sont veuves, mais l’activité de leur défunt époux n’est pas précisée, et deux sont marchandes publiques. Jacqueline Gault a pris, en 1548, la succession de son mari et exerce jusqu’en 1557, date qui correspond sans doute à son décès5. Cette femme dispose d’une place près de la grande porte du Palais en la cour, qui est estimée à soixante livres tournois. On peut situer l’importance de l’étal en comparant cette estimation à celle des emplacements de ses collègues masculins. Gilles Corrozet dispose d’un banc estimé cinquante-cinq livres tournois, Charles L’Angelier, d’un banc à cent livres tournois et d’un autre qu’il partage avec son frère, Arnoul, estimé soixante livres tournois, tandis que le marchand libraire Galliot du Pré a deux bancs à deux cents livres tournois.

  • 6 Cette statistique a été établie d’après P. Renouard, Répertoire...

7L’observation de ce milieu clos mais très animé que constitue le Palais est un indice intéressant de la place des femmes dans l’activité marchande. Celle-ci est infime ; dans le monde du livre, cependant, elle se révèle non négligeable : une femme pour six hommes, près de 17 %6. L’unique dame libraire du Palais est une veuve, car, comme nous l’avons rappellé, seule cette situation permet à la femme une telle indépendance. La reprise et la continuation de l’activité du mari est possible juridiquement ; elle suppose aussi que la femme ait été tant soit peu associée à la vie de l’atelier ou de la boutique du vivant de son époux.

  • 7 Arch. nat., Min. centr., et. LXXIII 13, 7 avril 1549.
  • 8 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 14, 9 mai 1549.
  • 9 P. Renouard, Répertoire..., p. 348.

8Mais est-ce toujours le cas ? Ne faut-il pas corriger la vision de la femme attachée aux tâches domestiques, se consacrant à ses enfants et aidant son mari à la correction des épreuves et à la vente des livres ? Il le faut certainement pour les plus modestes des artisans du livre, compagnons imprimeurs, imprimeurs ou même libraires. Les commandes sont incertaines, l’embauche aléatoire ; l’activité professionnelle de la femme est bienvenue, voire indispensable pour survivre. L’étude des contrats d’apprentissage montre que des femmes mariées à des imprimeurs continuent à exercer une activité professionnelle indépendante. Le 7 avril 1549, Marguerite Lecourt, fille d’un carrier demeurant à Notre-Dame-des-Champs, passe un contrat d’apprentissage avec Jean Pluvion, libraire, et Jeanne de Beauchesne sa femme. Ce contrat ne concerne en rien la librairie, mais la présence de Pluvion s’explique par l’incapacité juridique de sa femme à conclure un contrat ; l’apprentie ainsi embauchée apprendra le métier de couturière qu’exerce régulièrement la femme de ce libraire7. Un autre contrat, passé un mois plus tard pour embaucher la fille d’un chandelier de suif, précise la spécialité de cette Jeanne de Beauchesne : elle est couturière en draps8. Remarquons que le rythme d’embauche, deux apprenties en deux mois, montre bien que l’activité de cette femme de libraire est loin d’etre négligeable. Il est intéréssant de constater que cette même Jeanne de Beauchesne, qui a un métier, ne reste pas veuve au décès de Jean Pluvion et qu’elle se remarie avec un libraire, Jean Borel9.

  • 10 Arch. nat., Min. centr., ét. XI 19, 24 février 1560. Nicolas Bunet, compagnon imprimeur, met en ap (...)
  • 11 Arch. nat., Min. centr., ét. XI 25, 8 février 1546 : Étienne Guydot, imprimeur, met en apprentissa (...)
  • 12 Guillaume Brideroy, imprimeur, en 1543, est marié à Jeanne Jaquinet, linière (P. Renouard, Réperto (...)
  • 13 Il s’agit de Marguerite Marchand, femme de Jean Hulpeau, libraire, 1543-1589 [ ?] (ibid., p. 212).

9Dans ces mêmes circonstances, l’embauche d’apprenti, nous apprenons que telle femme d’imprimeur est marchande aux halles et quelle transmettra le métier de marchande publique10, que telle autre est couturière de bonnets11, linière12, ou lingère, tapissière et couturière13.

  • 14 Ibid., p. 94.
  • 15 Ibid., p. 57, 111.
  • 16 Ibid., p. 234.

10Les compagnons imprimeurs, qui ont une situation modeste, ne peuvent se passer de ce complément de revenus apporté par l’activité indépendante de leur épouse. Claude Cordier, compagnon imprimeur, a lié son destin à une femme qui est à la fois lingère et marchande publique14. Claude Josse, mariée à un compagnon imprimeur, Jacques Biton, exerce le métier de chaperonnière qu’elle s’engage à transmettre à la fille d’un compagnon imprimeur, Nicolas des Bledz15 ; quant à Pasquier II Lambert, compagnon imprimeur, il a épousé Gillette de Paris, marchande publique de poissons16.

  • 17 Ibid., p. 142.
  • 18 Ibid., p. 392.

11Les cas de femmes de libraire ayant leur propre travail sont plus rares ; citons cependant Perrette Aubertin, marchande de fruits, rue Saint-Jacques, qui est la femme du libraire Noël Lateron17, et Marguerite Bazin, femme du libraire-imprimeur Adam Saulnier, qui est marchande de poisson de mer18.

12La portée sociale du travail féminin n’est donc pas négligeable. L’imprimeur comme le libraire doivent engager des capitaux, prendre des risques ; le salaire de leur épouse est, dans ce contexte, une garantie.

  • 19 Arch. nat., Min. centr., ét. VIII 442, 13 août 1554.

13Que ces femmes aient leur propre activité ou quelles secondent leur mari, elles sont aussi des mères attentives. Ne voit-on pas Loyse Guérin, veuve de Pierre Bichon, libraire, confier Pierre Bichon le jeune, âgé de douze ans, à un confrère de son défunt époux, le marchand libraire Guillaume Mazé, et lui faire maintes recommandations à l’occasion de cette mise en apprentissage ; cette mère, qui, selon la coutume, fournira à son fils, « vestemens, chaussures et autres necessitez » souhaite que le marchand libraire traite son fils « doulcement et aymablement et l’introduise en bonnes meurs »19.

  • 20 Arch. nat., Min. centr., ét. VIII 236, 19 mai 1558.

14La mère inquiète est aussi une tendre épouse ; lorsque Geneviève Landry, seconde épouse de Charles L’Angelier, rédige son testament en mai 1558, elle ne manque pas de marquer son attachement à son époux, « son cher et bien aymé » ; elle craint que son décès ne puisse perturber la cohésion de la boutique et prend toutes précautions utiles. Les dons qu’elle fait aux trois serviteurs de la maison sont soumis à une condition : qu’ils restent au service de L’Angelier, l’un pendant deux ans, l’autre pendant trois ans. Quant aux deux apprentis, ils reçoivent chacun dix livres tournois, à la charge de servir leur maître pendant deux ans à l’issue de leur apprentissage. La bonne marche de la boutique va de pair avec la bonne organisation de la maison : la chambrière se voit attribuer six livres tournois et promet de servir trois ans encore L’Angelier ; en outre G. Landry fait préciser que la cession de ses biens propres à Jehan Chuppin, marchand libraire ne remet pas en cause le don mutuel fait entre elle et son époux20.

  • 21 P. Renouard, Répertoire..., p. 314-315 (Guillaume Morel) ; p. 428-429 (Pierre Vidoue) ; p. 216-217 (...)

15La rédaction du testament est une des rares circonstances où la femme puisse exprimer ainsi ses volontés En dehors de cet événement, les seules femmes du monde du livre dont la personnalité puisse être tant soit peu cernée sont les veuves. Certaines succèdent à leur mari, juste le temps de se remarier. Citons trois exemples : Barbe de Mascon, femme de Guillaume Morel, imprimeur du roi pour le grec, lui succède à sa mort en 1564 et se remarie dès 1565 avec l’imprimeur Jean Bienné qui prend la direction de la maison ; Jeanne Garreau, seconde femme du libraire-imprimeur Pierre Vidoue, prend sa suite en 1544 et épouse l’année suivante le libraire Étienne des Hayes ; la femme de Denis Janot, Jeanne de Marnef, poursuit l’activité de l’imprimerie et transmet l’affaire à Étienne Groulleau qu’elle épouse avant le 14 août 154621.

  • 22 Ibid, p. 328-329 (G. Nyverd) ; p. 218-219 (Jean Janot, Jehannot).

16D’autres veuves exercent en association avec un membre de leur famille, frère, fils, gendre, et ne se remarient pas. Le contrat conclu avec un fils semble le plus aisé à mettre en œuvre. Ainsi voyons-nous Jacqueline Gault, veuve de Jacques Nyverd, que nous avons rencontrée au Palais, tenir boutique, pendant dix ans, en collaboration avec son fils ; celui-ci exerce sous le nom de sa mère, mais garde une certaine indépendance puisque les marques utilisées dans les livres publiés par cette officine, portent ses initiales, G. N. ; en 1557, peut-être à la suite du décès de sa mère, il signe seul. Citons aussi la veuve de Jean Janot, Macée, fille de Jean Ier Trepperel, qui lui succède de 1522 à 1531, avec son fils Denis Janot, avant que celui-ci ne prenne son indépendance22.

  • 23 Ibid., p. 196.
  • 24 Ibid, p. 298.

17La veuve peut choisir de partager la direction de la boutique avec son gendre. C’est le parti retenu par Jeanne Bruneau, veuve de Vincent Sertenas, qui s’associe, le 22 avril 1563, avec Vincent Normant, le mari de sa fille Rose ; cette association dure presque une dizaine d’années ; en 1 572, on voit le nom de Jeanne Bruneau disparaitre23. L’association peut se conclure avec un autre membre de la famille, tel que le frère. C’est ainsi que Denise, fille de Geoffroy Ier de Marnef, veuve du libraire Pierre Viart, s’associe, avant octobre 1547, avec Jérôme de Marnef, son frère, à la suite de la mort de son second mari, le libraire Ambroise Girault ; elle exerce avec son frère, sous son nom de fille, jusqu’en 1555, soit pendant huit ans24.

  • 25 Arch. nat., Min. centr., ét. CXXII 128, 6 et 10 novembre 1539.
  • 26 Arch. nat., Min. centr., ét. CXXII 128, 17 novembre 1539.

18Ces associations ne sont pas faciles à mettre en pratique, comme le montrent les différends de la famille Granjon25. Le 6 novembre 1539, Perrette Périer, veuve du marchand libraire, Jean Granjon, est sur le point d’entrer en procès avec son fils, Robert, âgé de vingt-cinq ans et demeurant avec sa mère, en l’hôtel des Grans Jons, au clos Bruneau. Pour éviter une telle extrémité, les deux protagonistes concluent, le 6 novembre 1539, pour une durée indéterminée, une association : toute la vieille marchandise de librairie sera commune ; ils partageront par moitié les profits provenant de la vente de cette marchandise comme de la marchandise neuve qu’ils pourront acquérir. Les frais de nourriture et les salaires des serviteurs seront partagés de même que les frais de location des maisons. Quatre jours plus tard, le 10 novembre, le contrat est rompu. Une semaine plus tard, Robert Granjon, qui a reçu de sa mère cent livres tournois et la valeur de trente livres tournois en marchandise, s’associe avec le libraire Nicolas de Guingant26.

  • 27 Arch. nat., Min. centr., ét. XXXIII 41, 26 août 1556.
  • 28 Arch. nat., Min. centr., ét. XLIX 36, 12 septembre 1547.

19La veuve peut aussi trouver un appui en dehors du strict cercle familial et s’entendre avec le serviteur de la maison. C’est ainsi que Jeanne Diguet, veuve de Arnoul Carrot, en son vivant imprimeur, fait donation à Louis Grandin, libraire, de tous ses biens. Elle en garde l’usufruit, et ce « pour les bons et agréables services que led. Grandin a faits et fera, pour qu’il ayt mieux de quoi vivre en son estat »27. C’est aussi la solution choisie par Agnès Sucevin, après deux veuvages ; d’abord mariée à Jean de Brie, libraire et doreur de livres, depuis 1509, elle lui succède après son décès, qui se situe entre le 6 juillet 1522 et le 17 janvier 1523 ; puis transmet la librairie, en janvier 1524, à son second mari, Louis Royer, qui meurt le 20 janvier 1528 ; à une date inconnue, elle confie la direction de la maison à Martin Roux et lui abandonne, le 12 septembre 1547, le quart de tous ses biens à son décès, dont « marchandise de livres, ustancilles d’imprimerie [...], pour le recompenser des bons, agreables services [...] qu’il luy a faits depuis longtemps qu’il est demeurant avec elle en sond. hostel et encore qu’elle espere qu’il lui fera, durant et pendant sa vie [...], à la charge que led. Martin Roux demeurera en l’hostel de lad. A. Sucevin sa vie durant » ; Martin Roux s’engage à « luy obeir en tous ses commandemens licites et honnestes, faire son proffit [...] sans que lad. veuve soit tenu de lui bailler sallaires tant du passé que du futur » ; elle doit seulement « le nourrir et livrer ses vivres de boire, menger, feu, lict, hostel, lumiere, sa vesture, chaussure et linge, langes, chausses, soulliers et autres habillemens »28.

  • 29 D’après P. Renouard, Répertoire..., passim, on peut relever les veuves qui exercent ainsi de façon (...)

20Dernier cas de figure : la veuve exerce seule jusqu’à son décès ou jusqu’à ce que nous perdions sa trace dans la documentation. Ceci correspond à des périodes plus ou moins longues, de deux à dix ans29.

  • 30 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 2, 26 août 1542.
  • 31 P. Renouard, Répertoire..., p. 30, 363. Signalons que la veuve de François Regnault fit imprimer, (...)
  • 32 P. Renouard, Répertoire..., p. 30.

21Quelques veuves d’exception commencent une nouvelle vie et mènent une longue carrière indépendante ou en association. Madeleine Boursette, veuve de François Regnault, lui succède en 1541, dirigeant la maison de l’Éléphant, de 1541 à 1556. Dès le 26 août 1542, un an à peine après le décès de son mari, elle s’associe avec son fils, Jacques, « ensemble du fait leur marchandise de librairie à moitié de profit »30. En 1557, c’est Barbe Regnault, la fille de Madeleine, qui, veuve du libraire André Berthelin, prend la succession de sa mère, jusqu’en 156331. La maison de l’Éléphant a donc été sous la direction de deux femmes de 1541 à 1563, le fils du fondateur ayant épaulé sa mère dans le cadre d’une association. Madeleine Boursette, comme l’avait déjà montré S. Postel, fait effacer de la marque de l’Éléphant les initiales de son époux pour les remplacer par les siennes, M. B ; quant à sa fille, elle signe ses publications de son nom de fille32.

  • 33 Voir R. Arbour, Les femmes..., p. 4, notes 5 et 6. L’auteur cite les quelques articles consacrés à (...)
  • 34 Annie Parent-Charon, « Associations dans la librairie parisienne du XVIe siècle », dans L’Europe e (...)
  • 35 P. Renouard, Répertoire..., p. 223-225.
  • 36 A. Parent-Charon, « Associations... », passim.

22Autre destin singulier du monde du livre : celui de Charlotte Guillard, qui exerce seule ce métier pendant vingt et un ans33. Mariée vers 1502 à Berthold Rembolt, elle lui succède en 1519, rue Saint-Jacques, au Soleil d’or. Cette période ne correspond qu’à la « recherche d’un nouveau mari » ; en 1520, elle se remarie avec un autre libraire, Claude Chevallon ; veuve de nouveau en 1537, elle succède à son second époux jusqu’en 1557, tantôt sous son nom de veuve, tantôt sous son propre nom ; notons cependant qu’elle est souvent associée à Guillaume des Boys, le mari de sa soeur Michelle Guillard34. La femme qui, dans ce métier, connut le plus long exercice, faisant preuve d’une incomparable indépendance, est Yolande Bonhomme, fille du libraire Pasquier Bonhomme et veuve du marchand libraire Thielman Kerver, à qui elle succède en 1522, pour rester aux commandes de l’officine jusqu’à sa mort en 1557, soit pendant trente-cinq ans35. Sa réussite est bien marquée par l’évolution des qualifications qui la désignent : appelée en 1539 « veuve Kerver », elle est en 1 549 « marchande libraire », et en 1554 bourgeoise de Paris36.

  • 37 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 1, 6 octobre 1539.
  • 38 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 13, 30 mars 1549.
  • 39 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 20, 7 septembre 1554.

23Les veuves ont toute capacité — du moins juridique — pour exercer pleinement le métier. Elles peuvent le transmettre et engager des apprenties. Yolande Bonhomme, par exemple, multiplie les contrats : en 1539, elle prend pour serviteur et apprenti pendant quatre ans Jacques Cocharot, âgé de treize ans et demi37 ; en 1549, elle engage pour la même durée Alain Alcial, fils d’un laboureur de Sceaux38. Dans l’un et l’autre cas, elle s’engage personnellement à montrer et enseigner le métier de libraire et la marchandise. Il n’en est pas de même, cinq ans plus tard, lorsqu’elle prend pour apprenti Michel Gode ; à cette date, elle est sans doute trop âgée et n’est plus dans la boutique en personne ; en engageant le fils de cet imprimeur pour quatre ans, elle promet de « faire montrer et enseigner la marchandise de librairie »39.

  • 40 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 48, 17 avril 1554.
  • 41 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 19, 21 septembre 1553.
  • 42 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 21, 11 août 1555.
  • 43 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 46, 28 avril 1554.

24L’autre maîtresse-femme du monde du livre, Charlotte Guillard, veuve de Claude Chevallon, prend en 1554 la responsabilité de « montrer led. estat et marchandise de librayrie » à Jean Baudeau, fils d’un marchand chandelier40 La veuve d’imprimeur peut elle aussi engager un apprenti ; mais dans ce cas il ne semble pas qu’elle transmette elle-même le métier. En 1553, Valerienne Mallet, veuve depuis deux ans de Nicolas Buffet, maître imprimeur rue d’Écosse, engage pour cinq ans un fils de laboureur âgé de dix-sept ou dix-huit ans ; la présence du fils de son premier mariage, Olivier de Harsy, qui travaillait avec son beau-père et continue à faire fonctionner l’atelier, montre bien que c’est ce dernier qui formera l’apprenti41. Ce même de Harsy s’installe de façon indépendante, au clos Bruneau, à la Corne de cerf, en 1555, année où Valerienne Mallet s’établit rue d’Ecosse, à la Corne de daim, pour exercer jusqu’en 1562. Après deux ans, l’apprenti maîtrise assez bien le métier pour que le fils, quatre ans donc après la mort de son beau-père, laisse sa mère faire fonctionner seule l’atelier pendant sept ans. En tout cas, l’atelier tourne, puisque, le 11 août 1555, Valerienne Mallet prend pour apprenti Florent de Somaville, frère d’Antoine de Somaville, imprimeur, pour trois ans42. S’il n’est donc pas certain que la veuve transmette l’art d’imprimerie, elle n’hésite pas à enseigner la reliure en même temps que la librairie ; c’est ainsi que Catherine Granger, veuve de Pierre Gromors, depuis neuf ans, s’engage à apprendre le métier de libraire et relieur de livres, pendant quatre ans, à un fils de vigneron43.

  • 44 Arch. nat., Min. centr., ét. XLIX 45, 22 mai 1551.
  • 45 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 14, 13 décembre 1549.
  • 46 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 15, 26 mars 1550.
  • 47 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 2, 20 septembre 1541 ; LXXIII 5, 20 février 1545 ; LXXIII 9, 2 (...)
  • 48 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 11, 8 décembre 1547.
  • 49 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 14, 8 novembre 1549.
  • 50 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 1,18 septembre 1539.
  • 51 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 46, 12 mai 1552.

25La veuve transmet les pratiques ; elle prend aussi l’initiative de choisir les textes et de faire imprimer. Madeleine Boursette, veuve de François Regnault, commande à l’imprimeur parisien Baptiste Postel, en 1551, huit cent cinquante missels44. Femme d’affaires, la veuve de libraire défend âprement ses intérêts ; ainsi voyons-nous Yolande Bonhomme, en 1549, mettre fin à un différend qui l’opposait à un libraire du Mans avec qui elle avait fait imprimer de petits bréviaires du diocèse, le libraire « disant qu’il a payé à lad. veuve 77 l. t. ; lad. veuve soutenant que cette somme concerne une autre affaire »45. Femme de décision, la veuve de libraire a une marge d’initiative appréciable dans les commandes qui lui sont passées. Nous retrouvons là encore la veuve Kerver ; lorsqu’en 1550, elle se met d’accord avec un libraire de Besançon pour l’impression en rouge et noir de six cents missels, grand volume, à l’usage de Besançon, le modèle qui lui est fourni est en noir ; il lui faut donc décider de la distribution des parties imprimées en rouge et de celles laissées en noir ; de plus elle a l’initiative de l’illustration, puisqu’elle « sera tenue hystorier au mieulx que lui sera possible »46. Yolande Bonhomme, fière de son métier, n’a garde d’oublier, dans les quatre testaments qu’elle rédige entre 1541 et 154747, ses deux serviteurs, à qui elle donne de la marchandise de livres, et la confrérie des libraires Saint-Jean l’Évangéliste. Très pieuse, elle multiplie les aumônes, les demandes de services. Consciente d’être une notabilité du quartier, elle demande que les chanoines, chapelains et curés de Saint-Benoît-le-Bien-Tourné assistent à ses obsèques, et elle donne soixante livres tournois à la communauté des chanoines de Saint-Benoît afin qu’ils prient pour elle. Soucieuse d’assurer le repos de son âme et de montrer la réussite de sa famille, elle commande un certain nombre d’œuvres d’art destinées à orner les églises du quartier, une tapisserie48, une pièce de cuivre, comprenant une crosse et quatre piliers garnis d’anges49, un sépulcre de terre dont les « images auront six pieds de hault », à installer en l’église Saint-Benoît-le-Bien-Tourné ; pour cette dernière commande, elle donne des instructions très précises, pour « la plate forme du fond [de l’arche de la chapelle] qui sera faict en manière de rocher de brunes couleurs obscures à huille, et la voute de lad. arche de brun azur » et recommande que soient représentés « Notre Seigneur nud, couché de son long, de carnation en couleur de mort et son linge de dessous blanc, [...] la Vierge Marie, saint Jehan, Joseph Nychodesme, avec les trois Maryes estoffeez de blanc poliz en façon d’albatre », le tout dans des encadrements dorés avec « plusieurs enrichissemens de moresque ou antique »50. Ne reconnaît-on pas dans cette iconographie religieuse, si détaillée, la libraire spécialisée dans les livres de liturgie et de prières, qu’illustrent de nombreux bois ? Ces commandes d’œuvres sont enfin l’occasion de manifester la réussite de la famille : lorsqu’en 1552, elle commande une verrière pour l’église des Filles-Dieu, elle demande que soient représentées sainte Geneviève et sainte Marguerite, un Ecce Homo, mais aussi « les marques de la maison de lad. Bonhomme »51.

26Les femmes de ces métiers du livre apparaissent dans toute leur diversité. Qu’y a-t-il de commun entre la lingère qui contribue, par son propre travail, à la survie de l’atelier de son mari imprimeur et la veuve reconnue, entourée d’une nombreuse maisonnée, sollicitée par des clients, des apprentis, des associés ? Il apparaît, à travers cette brève enquête centrée sur les aspects sociaux, que ces femmes cherchent avant tout à préserver la cohésion et le patrimoine de la famille. Cette volonté n’est pas sans incidence sur la transmission des pratiques : usages d’atelier, choix des textes, de la typographie, des illustrations. Que signifie l’émergence de personnalités exceptionnelles ? Est-elle propre aux métiers du livre ? Est-elle le signe d’affaires florissantes, d’un niveau d’éducation peu commun ? Beaucoup de questions restent posées. Un point au moins semble bien établi : l’importance du travail féminin, qu’il soit directement lié à l’activité d’imprimerie, librairie ou reliure, ou qu’il soit un complément de ressources dont la portée, difficile à évaluer, n’en est pas moins réelle.

Notes

1 Voir Roméo Arbour, Les femmes et les métiers du livre (1600-1650), Chicago, Garamond Press/Paris, Didier érudition, 1997 (« Studies on Montaigne and the Renaissance », 1) ; l’auteur fait le point sur la bibliographie du sujet et recense les rares études publiées sur les femmes dans les métiers du livre pour les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. En croisant le catalogue des ouvrages publiés, les documents d’archives et les renseignements puisés dans les études antérieures, il fait, pour sa part, le bilan de l’apport des femmes à la vie du livre de 1600 à 1650.

2 Sylvie Postel, « Femmes et presses à Paris au XVIe siècle », dans Le livre dans l’Europe de la Renaissance, Paris, Promodis, Éd. du Cercle de la Librairie, 1985, p. 253-263.

3 Evelyne Berriot-Salvadore, Les femmes dans la société française de la Renaissance, Genève, Droz, 1990, p. 192 (il faut corriger selon la forme ci-dessus le nom « Gregorio d’Ierni » communément mais à tort donné à ce voyageur ; renseignement fourni par Marc Smith).

4 Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris, étude VIII 81, 21 août 1555 ; voir Annie Parent-Charon, Les métiers du livre à Paris au XVIe siècle (1535-1560), Genève, Droz, 1974, p. 172 (Centre de recherches d’histoire et de philologie de la IVe section de l’École pratique des hautes études, VI : Histoire et civilisation du livre, 6)

5 Philippe Renouard, Répertoire des imprimeurs parisiens, libraires, fondeurs de caractères et correcteurs d’imprimerie, depuis l’introduction de l’imprimerie à Paris jusqu’à la fin du seizième siècle... Avertissement. Table des enseignes et adresses. Liste chronologique, par Jeanne Veyrin-Forrer et Brigitte Moreau, Paris, 1965, p. 328-329.

6 Cette statistique a été établie d’après P. Renouard, Répertoire...

7 Arch. nat., Min. centr., et. LXXIII 13, 7 avril 1549.

8 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 14, 9 mai 1549.

9 P. Renouard, Répertoire..., p. 348.

10 Arch. nat., Min. centr., ét. XI 19, 24 février 1560. Nicolas Bunet, compagnon imprimeur, met en apprentissage sa fille, pour six ans, chez Jacques Morel, imprimeur, et Agnès Fouquet, sa femme, marchande aux halles, pour lui apprendre le métier de marchande publique.

11 Arch. nat., Min. centr., ét. XI 25, 8 février 1546 : Étienne Guydot, imprimeur, met en apprentissage sa fille, pour deux ans, chez Guillaume Lemors, compagnon imprimeur, et Marion d’Amour, sa femme, couturière de bonnets, pour lui apprendre ce dernier métier ; Julien Beauchesne, imprimeur, en 1545, est marié à Benoiste Moreau, couturière de bonnets (P. Renouard, Répertoire..., p. 56).

12 Guillaume Brideroy, imprimeur, en 1543, est marié à Jeanne Jaquinet, linière (P. Renouard, Répertoire..., p. 56).

13 Il s’agit de Marguerite Marchand, femme de Jean Hulpeau, libraire, 1543-1589 [ ?] (ibid., p. 212).

14 Ibid., p. 94.

15 Ibid., p. 57, 111.

16 Ibid., p. 234.

17 Ibid., p. 142.

18 Ibid., p. 392.

19 Arch. nat., Min. centr., ét. VIII 442, 13 août 1554.

20 Arch. nat., Min. centr., ét. VIII 236, 19 mai 1558.

21 P. Renouard, Répertoire..., p. 314-315 (Guillaume Morel) ; p. 428-429 (Pierre Vidoue) ; p. 216-217 (Denis Janot).

22 Ibid, p. 328-329 (G. Nyverd) ; p. 218-219 (Jean Janot, Jehannot).

23 Ibid., p. 196.

24 Ibid, p. 298.

25 Arch. nat., Min. centr., ét. CXXII 128, 6 et 10 novembre 1539.

26 Arch. nat., Min. centr., ét. CXXII 128, 17 novembre 1539.

27 Arch. nat., Min. centr., ét. XXXIII 41, 26 août 1556.

28 Arch. nat., Min. centr., ét. XLIX 36, 12 septembre 1547.

29 D’après P. Renouard, Répertoire..., passim, on peut relever les veuves qui exercent ainsi de façon indépendante au XVIe siècle, pendant un laps de temps variable : la veuve de Pierre Attaignant exerce pendant 10 ans (1553-1567) ; la veuve de Jean Bonfons exerce pendant 4 ans (1568-1572) ; Girarde Roffet, veuve d’Arnoul L’Angelier, se remarie avec Lucas Breyer et lui succède pendant 5 ans (1581-1586) ; Claire Dimanche, veuve de Jean du Pré, lui succède pendant 3 ans (1504-1507) ; Catherine Barbé, veuve de Jacques Gazeau, imprimeur, lui succède pendant 3 ans (1548-1551) ; Michelle Guillard, épouse de Guillaume Desboys, devient veuve en 1566, prend la succession et exerce pendant 2 ans ; Catherine de Paris, veuve de Germain Hardouyn, libraire juré, imprimeur, lui succède pendant 2 ans (1541-1543) ; Marie Hubert, femme de Guillaume de La Noue, libraire, lui succède de 1572 à 1613, soit pendant 12 ans ; Catherine Lhéritier, veuve de Maurice de La Porte, lui succède de 1548 à 1557, soit pendant 9 ans ; la veuve de Guillaume Le Bret, libraire juré, relieur, lui succède pendant 4 ans, à partir de 1550 ; Marion de Malaunoy dite La Carrone, femme de Pierre Le Caron, lui succède vers 1500 ; Edmée Toussain, veuve de Conrad Néobar, lui succède pendant un an ; la veuve de François Plumion, mort en 1588, lui succède pendant 2 ans ; Marie Laurens, veuve de Pierre II Ricouart, lui succède de 1562 à 1572, soit pendant 10 ans ; la veuve de Jean Saint-Denys, libraire, mort en 1531, lui suucède pendant 2 ans. Sur 805 femmes de libraires, imprimeurs, relieurs, graveurs de caractères, on peut dénombrer 248 filles de gens des métiers du livre, soit plus de 30 %. Sur ces 805 femmes, 96, une fois veuves, se remarient avec des gens des métiers du livre, soit 12 %. Sur celles-ci, 51 succèdent à leur premier mari ou transmettent l’affaire à leur deuxième époux, soit 53 %.

30 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 2, 26 août 1542.

31 P. Renouard, Répertoire..., p. 30, 363. Signalons que la veuve de François Regnault fit imprimer, avec ses initiales MB, en 1554, Les marguerites de la marguerite des princesses (Marguerite de Navarre) [Bibl. Sainte-Geneviève, Y 8° 1124 inv. 2548 Rés.].

32 P. Renouard, Répertoire..., p. 30.

33 Voir R. Arbour, Les femmes..., p. 4, notes 5 et 6. L’auteur cite les quelques articles consacrés à C. Guillard.

34 Annie Parent-Charon, « Associations dans la librairie parisienne du XVIe siècle », dans L’Europe et le livre. Réseaux et pratiques du négoce de librairie, XVIe-XIXe siècles, dir. F. Barbier, S. Juratic, D. Varry, Paris, 1996, p. 25.

35 P. Renouard, Répertoire..., p. 223-225.

36 A. Parent-Charon, « Associations... », passim.

37 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 1, 6 octobre 1539.

38 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 13, 30 mars 1549.

39 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 20, 7 septembre 1554.

40 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 48, 17 avril 1554.

41 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 19, 21 septembre 1553.

42 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 21, 11 août 1555.

43 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 46, 28 avril 1554.

44 Arch. nat., Min. centr., ét. XLIX 45, 22 mai 1551.

45 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 14, 13 décembre 1549.

46 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 15, 26 mars 1550.

47 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 2, 20 septembre 1541 ; LXXIII 5, 20 février 1545 ; LXXIII 9, 20 janvier 1547 ; LXXIII 11, 8 décembre 1547.

48 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 11, 8 décembre 1547.

49 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 14, 8 novembre 1549.

50 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 1,18 septembre 1539.

51 Arch. nat., Min. centr., ét. LXXIII 46, 12 mai 1552.

Auteur

École nationale des chartes.

© Publications de l’École nationale des chartes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search