Version classiqueVersion mobile

Des femmes et des livres

 | 
Dominique de Courcelles
, 
Carmen Val Julián

II. Un espace féminin des livres et de la lecture ?

Recherches sur les livres et les femmes en Catalogne aux XVe et XVIe siècles

Figures de lectrices

Dominique de Courcelles

Texte intégral

1Les historiens de la culture écrite ont montré qu’au milieu du XVe siècle est inventée une nouvelle manière de reproduire les textes et de fabriquer les livres, qui transforme les pratiques de lecture et la possible intelligibilité des textes, renouvelle les modes de conservation et de communication du savoir, amène à une définition de la fonction auteur, telle que l’a repérée Michel Foucault. Les femmes participent à ces mutations majeures, mais il ne faudrait pas se hâter pour autant d’identifier une lecture « féminine » ou une pratique « féminine » du livre. Objets et textes, modèles culturels peuvent être largement partagés. Ce qui importe, c’est d’observer les maniements différenciés, les dispositions spécifiques qui peuvent distinguer des communautés de lecteurs. De quelle réalité sociale la pratique du livre par les femmes à la Renaissance en Catalogne est-elle la représentation ? Quelles significations lui reconnaît-on ? Est-ce que la pratique du livre par les femmes est différemment perçue par les hommes et par les femmes ? Quels déplacements, quelles discontinuités sont repérables ? A partir d’études de cas et de réflexions croisant quelques textes littéraires et quelques documents d’archives, nous nous efforcerons d’éclairer certains aspects de cette problématique.

I. — LA FEMME EN QUESTION DANS LES LIVRES A LA FIN DU MOYEN AGE

  • 1 Joan Boccaccio, Decameró, versió catalana de 1429, introducció de Caries Riba, Barcelone, Ed. Barc (...)

2Au milieu du XIVe siècle, un débat sur la femme s’instaure en Catalogne. Boccace (1313-1375) fait figure d’autorité ; ses œuvres — le Corbaccio, souvent paraphrasé par les détracteurs du sexe féminin, la compilation latine De mulieribus claris, qui est dédiée en son temps à la comtesse d’Altavilla et constitue un modèle de référence pour les défenseurs des femmes, enfin le Decameron — sont bien attestées en Catalogne. Une traduction catalane du Decameron est achevée au monastère de Sant Cugat del Vallès près de Barcelone le 5 avril 14291.

  • 2 On peut se référer à David J. Viera et Jordi Piqué, La dona en Francesc Eiximenis, Barcelone, Curi (...)

3Le franciscain Francesc Eiximenis (1327-1409), dans le Libre de les dones dédié vers 1396 à la comtesse de Prades, Dona Sança Ximenis de Arenos, réfute la misogynie systématique du Corbaccio, tout en soupesant les différents arguments favorables ou contraires aux femmes2. Parce qu’il évoque la querelle des Femmes, le Libre de les dones a un immense succès, pas seulement auprès des femmes, et est traduit en plusieurs langues. La reine Isabel de Castille possède dans sa bibliothèque un Carro de las donas qui en est la traduction castillane. En 1495, la première édition catalane à Barcelone est réalisée, comme l’indique le colophon du livre, « à la demande du sage En Johan Bernat, notaire et scribe de la cour de l’official de révérend monseigneur l’évêque de Barcelone ». Le Tractat de contemplado ou Scala Dei dédié par Eiximenis à la reine Marie de Luna, première femme du roi Martin l’Humain, qui le lui a commandé peut-être pour son couronnement en 1396, reprend les thèmes de plusieurs chapitres édifiants du Libre de les dones. Le franciscain s’adresse en ces termes à la reine :

  • 3 Francesc Eiximenis, Scala Dei, devocionari de la reina Maria, note préliminaire et note finale par (...)

« Très noble dame, à plusieurs reprises Votre grande Seigneurie, pour l’édification de votre vie spirituelle, m’a incité à composer un petit ouvrage duquel elle pourrait avoir lumière et orientation pour mieux se garder de toute offense à Dieu et elle pourrait progresser dans toutes les vertus et plaire davantage à Dieu. C’est pourquoi, très noble dame, comme je voulais satisfaire à votre saint désir et augmenter votre dévotion, j’ai composé ce livre »3.

4Cette déclaration est évidemment caractéristique de la conception que l’Église se fait du rapport des femmes aux livres. Les livres des femmes doivent consister essentiellement en ouvrages de dévotion, destinés à détourner leur faiblesse naturelle de toute tentation. La Scala Dei est imprimée à Barcelone en 1494 « à la demande d’un dévot », puis en 1501 et 1523. Les livres écrits pour les femmes intéressent aussi les hommes. Plus original, le Libre dels angels, qu’Eiximenis affirme être un traité clair et populaire, renouvelle le culte des anges dans toute l’Espagne. Il oscille entre mythologie et mystique. Il figure dans la bibliothèque de Lucrèce Borgia au XVIe siècle.

5En 1388, le Barcelonais Bernat Metge adresse à la noble Isabel de Guimera la Historia de Valter et de la pacient Griselda, traduite de la version latine que Pétrarque fit de la dernière nouvelle du Decameron ; ce fait littéraire est révélateur à la fois de l’apparition d’un public féminin pour les nouvelles sentimentales et du développement de l’influence italienne dans la littérature catalane. L’auteur déclare :

  • 4 Historia de Valter e Griselda, dans Obres menors de Bernat Metge, Barcelone, Ed. Barcino, 1927 («  (...)

« Cherchant parmi les livres des philosophes et poètes quelque chose qui pût plaire aux dames vertueuses, j’ai trouvé récemment une histoire racontée par Pétrarque, poète couronné de lauriers, pour les œuvres duquel j’éprouve une grande affection.... »4.

6En 1398-1399, Metge, dans les troisième et quatrième livres du Somni, évoque longuement les arguments de la querelle des Femmes en donnant l’avantage à leurs détracteurs. Mais il ne manque pas de rappeler :

  • 5 Lo somni, texte, notes et glossaire de Josep Ma de Casacuberta, introduction de Lluís Nicolau d’Ol (...)

« Elles savent qu’il y a grand bonheur à savoir parler diverses langues, à se rappeler beaucoup de cançons e noves rimades, à connaître les contes des troubadours et les lettres d’Ovide, à réciter les histoires de Lancelot, de Tristan, du roi Arthur et de tous les amoureux... »5.

  • 6 Maria Aguiló i Fuster, Catálogo de obras impresas en lengua catalana desde 1474 hasta 1860 (1re éd (...)

7Lorsqu’en 1494, Francesc Alegre dédie sa traduction des Métamorphoses d’Ovide à Jeanne d’Aragon, fille des Rois Catholiques, son geste s’inscrit dans cette tradition, même s’il souhaite essentiellement capter la bienveillance royale. L’ouvrage est imprimé à Barcelone par Pere Miquel6.

  • 7 Ibid., n° 1096.

8Signalons encore, en 1487, une Devota contemplado e meditacions de la via sacra en vers dédiée par le prêtre Francesc Prats à sa filleule Sor Angelina Monroia, devenue moniale en l’ermitage du Puig de Pollensa, « en lieu élevé et solitude désertique », à Majorque7.

9Ainsi deux types de livres paraissent réservés aux femmes lorsque la nouvelle technique de l’imprimerie arrive en Catalogne, les ouvrages de dévotion, propres à les rendre pieuses et sages, et les édifiantes histoires d’amour qui sont tirées d’œuvres de philosophes et de poètes. Le miroir que tendent aux femmes les livres qui leur sont offerts par dédicace reflète bien la puissance des livres. Grâce aux livres, les femmes deviennent capables de triompher dans la querelle qui leur est faite.

II. — PREMIERS CERCLES LITTÉRAIRES FÉMININS

10Au XVe siècle, à Barcelone et à Valence, plusieurs femmes jouent un rôle littéraire important. Les premiers cercles littéraires se constituent en Catalogne autour des femmes. Elles réunissent des collections, commandent des livres imprimés, acceptent d’en recevoir.

  • 8 Édition de Max Cahner, Epistolari del Renaixement, Valence, Ed. Clàssics Albatros, t. I, p. 100.
  • 9 Ibid., t. I, p. 113.

11A Barcelone, Beatriu de Pinos i Ballester, dame des baronnies de Milany et Vallfogona, née en 1415 et morte après 1484, s’attache à réunir une collection de manuscrits lulliens et à diffuser la pensée et les œuvres de Raymond Lulle. Elle est l’épouse de Francesc Galceran de Pinos i de Fenollet, auteur d’une traduction aujourd’hui perdue des Métamorphoses d’Ovide, qui meurt en 1475. Jaume Navarro, prêtre majorquin, dans une lettre datée du 16 juin 1478 et adressée à Fra Mario de’Pazzi, ermite florentin qui se rendit à Majorque et convainquit Beatriu de Pinos de l’aider à fonder à Majorque un centre d’études lulliennes, rapporte qu’il a remis à Beatriu « les deux livres que Votre Révérence m’avait demandé de lui donner » et que cette dernière prie Fra Mario « de lui remettre le portrait de maître Raymond, qu’elle dit avoir cherché entre les pages des livres et ne pas avoir trouvé »8. Le 22 mars 1480, la Barcelonaise Joana Carbonell, mère de l’archiviste royal, historien et humaniste Pere Miquel Carbonell (1434-1517), fait référence à ses lectures dans une lettre adressée à Beatriu de Pinos : « Saint Bernard le dit bien... Il convient également de souligner ce qu’un religieux dit à l’un des saints Pères... La perfection de l’homme ou de la femme est l’humilité... Ainsi je me rappelle avoir lu dans le livre de les Vides dels sants Pares... »9. Beatriu réside alors à Majorque, où elle s’efforce de vivre selon les principes de Raymond Lulle.

  • 10 Voir Antoni Ferrando Francès, « Un precedent del bilinguisme literari valencia : la tertulia d’Isa (...)
  • 11 J. Massó Torrents, « Poetesses i dames intellectuals », dans Homenatge a Antoni Rubio i Lluch, Bar (...)

12A Valence, vers 1450, autour d’Isabel Suaris, dont on sait encore peu de chose, est constitué un cercle littéraire où l’on parle et écrit en catalan et en castillan10. A Isabel Suaris sont dédiés plusieurs poèmes. Ici, la femme qui accepte de recevoir l’opuscule ou le livre imprimé sanctionne véritablement l’auteur. Simon Pastor, dans son Altra obra feta per en Simon Pastor en labor de na Ysabel Suaris (Bibl. nat. de Fr., ms. esp. 225), loue sa beauté et ses vertus, la disant « pleine d’intelligence, de sagesse et de bon savoir ». Il déclare que, si Paris l’avait rencontrée, Ménélas n’aurait pas perdu Hélène, Achille ne serait pas mort par amour de Polyxène, etc. Salomon, s’il avait connu ses mérites, aurait voulu « rendre visite à la demoiselle Suaris »11. Un poète castillan demeuré anonyme écrit en son honneur une Obra fetxa por un gentilhombre del Adelantado de Murcia por na Suariç (New York, Hispanic Society of America, Cançoner Vindel), qui commence ainsi : « Oh, quelle vivante beauté ! » Isabel Suaris correspond aussi avec Mossèn Bernat Fenollar : Debat epistolar entre Bernat Fenollar i Ysabel Suaris (Valence, Biblioteca de la Universitat, ms. 210) et ce dernier la loue dans un quatrain.

13Entre 1455 et 1478, Jaume Roig, médecin établi à Valence, proche du roi Alphonse le Magnanime, a écrit le Spill de les dones dans lequel il exprime une très vive et souvent grossière misogynie ; une seule femme trouve grâce à ses yeux, sa propre épouse défunte, Isabel Pellicer. A la même époque, avant 1458, le poète catalan Pere Torroella écrit en castillan son célèbre et polémique Maldezir de mujeres.

  • 12 Les éditions de la Vita Christi sont nombreuses. Je citerai : 1° la première édition : Vita Christ (...)

14C’est peut-être en réponse à l’œuvre de Jaume Roig que Sor Isabel de Villena (1430-1490), abbesse des clarisses du couvent de la Trinité de Valence, renommée pour sa science et son talent d’écrivain et pour ses vertus, compose une Vita Christi, dans laquelle elle ne se lasse pas de représenter les hommes et surtout les femmes qui ont accompagné le Christ sur la terre et jouissent désormais de la gloire céleste. Elle souligne le rôle primordial joué par les femmes dans la rédemption du genre humain et dans la vie du Christ. L’abbesse écrit « en romanç, pour que les simples et les ignorants puissent savoir et contempler la vie et la mort de notre rédempteur et seigneur Jésus ». Le livre est un ouvrage non de dévotion ni de mystique, mais de solide doctrine, successivement exposée par les différents personnages du livre, hommes ou femmes, comme autant d’homélies12.

  • 13 Voir Albert Hauf i Valls, D’Eiximenis a Sor Isabel de Villena. Aportado a l’estudi de la nostra cu (...)

15Une note finale du livre rappelle de façon très significative que Sor Isabel de Villena est née en 1430, qu’elle devint Clarisse en 1445, fut élue abbesse en 1463 et mourut en 1490. Fille naturelle de l’écrivain castillan Enric de Villena, mort en 1434, elle appartient aux lignages des rois de Castille, des comtes de Barcelone et rois d’Aragon, et elle est élevée à la cour de la pieuse reine Marie de Castille, épouse d’Alphonse le Magnanime. En raison de sa noble origine et de ses exceptionnelles qualités morales et intellectuelles, Sor Isabel est admirée sans réserve aussi bien par les Valenciens humanistes et lettrés que par les autorités ecclésiastiques et civiles de la ville. Miquel Péreç, lui dédiant sa version catalane de l’Imitació de Jesucrist, imprimée pour la première fois à Barcelone en 1482, déclare qu’elle est « de lignage royal ». Bernat Fenollar, « chapelain et maître de chapelle » du roi Ferdinand d’Aragon, et le poète Pere Martines, dans Lo Passi en cobles qui est imprimé à Valence en 1493 et qu’ils dédient eux aussi à la célèbre abbesse, lui écrivent avec admiration et respect qu’elle descend « de cette si haute, | Si forte et grande souche | De l’arbre royal des rois d’Aragon ». L’évêque de Valence, le fameux augustin humaniste Jaume Péreç, admiré par Luther, lui dédie ses œuvres latines et ne manque pas de louer sa curiosité intellectuelle et sa brillante formation théologique, en rappelant qu’elle l’a souvent conseillé au cours de son travail ; dans le prologue de son commentaire latin du Magnificat, il déclare qu’il a écrit son ouvrage à la demande de l’abbesse et qu’il a également composé pour elle des commentaires des Psaumes, des hymnes des fêtes et de plusieurs textes de saint Ambroise et de saint Augustin, ce qui prouve qu’elle s’intéresse particulièrement à l’exégèse et au commentaire scripturaire. Le chanoine et vicaire général de Valence, Jaume Eixarch, qui a pour elle la plus vive admiration, lègue tous ses biens et son importante bibliothèque au couvent des clarisses13. Le roi Ferdinand d’Aragon lui confie une de ses filles naturelles, et elle exerce une grande influence sur les autorités tant ecclésiastiques que laïques de la ville.

16L’abbesse qui succède à Isabel de Villena, Sor Aldonça de Montsoriu, comprenant tout l’avantage offert par l’imprimerie pour la diffusion de la Vita Christi et soucieuse de plaire à la reine Isabelle de Castille, qui a exprimé au bailli général de Valence le désir de lire le livre, en commande immédiatement l’impression à l’imprimeur Lope de la Roca en 1497. Il est probable que le livre, qui comportait 299 feuillets, fut composé et imprimé en cinq mois, puisque la dédicace de Sor Aldonça de Montsoriu est datée du 29 mars 1497 et que le colophon de l’imprimeur indique l’achèvement de l’impression le 22 août de la même année. Le livre est réimprimé en 1313 à Valence et en 1527 à Barcelone. Avec la Vita Christi d’Isabel de Villena dédiée à la reine de Castille, la représentation de la dépendance de l’auteur, soumis à la personne royale qui accepte de recevoir son œuvre, cède la place — et sans doute pour la première fois dans l’histoire de la littérature catalane — à une affirmation vigoureuse de l’identité propre de l’écrivain, qui est dans ce cas une femme. L’abbesse Aldonça de Montsoriu contribue ainsi à l’affirmation, grâce au développement de l’imprimerie, d’une conscience d’auteur utilisant la langue vernaculaire catalane, affirmation paradoxale puisque l’auteur, Sor Isabel de Villena, est alors morte.

17Isabel de Villena réunit autour d’elle des femmes, religieuses ou laïques, qui appartiennent à la noblesse locale ou sont parentes de personnages célèbres. La noble Beatriu de Centelles obtient de Pie II en 1460 de pouvoir entrer dans la clôture du couvent de la Trinité et y passer la nuit dans la cellule occupée par sa fille, Sor Maria de Centelles, et les deux servantes de cette dernière. Sor Aldonceta Corella est la sœur du chevalier théologien et poète, Joan Roís de Corella. Sor Isabel de Monpalau est la sœur de Beatriu, la fameuse « Na Monpalaua d’Escrivà », mariée à Joan Ram Escrivà, à laquelle Miquel Péreç dédie la Vida de la sacratissima Verge Maria, et de Violant de Monpalau, femme de Lluís de Castellví, « très magnifique dame Na Monpalaua de Castelli », à qui Joan Rois de Corella dédie la Vida de la gloriosa santa Anna. Sor Violant Roig est la fille de Jaume Roig, l’auteur scandaleux du Spill de les dones. Le couvent des clarisses constitue donc un véritable cercle littéraire et un centre de lecture féminine. Mais les hommes sont bien présents. La Vita Christi d’Isabel de Villena, originellement destinée aux religieuses et aux femmes, a sans aucun doute été diffusée hors du couvent, bien avant d’être achevée et imprimée. Il est tout à fait probable que les œuvres les plus célèbres du temps ont été lues par les religieuses, non seulement les œuvres de caractère religieux, mais également le Spill de Jaume Roig ou même le Tirant lo Blanc de Joanot Martorell.

18Joan Ram Escrivà, chevalier, est maître des comptes du royaume de Valence et poète. Lorsque Miquel Péreç dédie son livre à « Na Monpalava d’Escrivà », il déclare qu’il veut s’acquitter « des grandes obligations qu’il a envers le maître des comptes », mais que, plutôt que de rechercher « les feuilles et les fleurs des verts champs de la poésie élégante », il est entré « dans le délicieux verger de la sainte Ecriture », termes qui sont autant d’allusions aux activités poétiques du mari de Na Monpalava d’Escrivà.

  • 14 Arxiu de Protocols de València, Pere Andreu, 835.

19Violant Monpalava de Castellví, dans un testament rédigé en 1495 alors qu’elle est très malade14, laisse la moitié de ses livres et un crucifix à sa sœur Damiata, moniale du monastère de « menoretes » de Valence, et l’autre moitié de ses livres ainsi qu’un « tableau où est peint notre Seigneur Dieu et rédempteur portant la croix sur ses épaules » et « la statue de sainte Anne » à sa sœur Isabel, moniale du monastère de la Trinité de Valence.

20A la même époque, on peut trouver d’autres preuves de l’intérêt que les femmes savent porter à la technique nouvelle de l’imprimerie. Enthousiasmée par La historia de Joseph fill del gran patriarcha Jacob de Joan Roís de Corella, imprimée à Valence à la fin du XVe siècle, une dame Valencienne, qui a tenu à garder l’anonymat, demande à Joan Carbonell, maître en théologie, de lui écrire une histoire de saint Joseph. L’œuvre est imprimée à Valence en 1502 et le prologue rappelle les circonstances de l’écriture :

  • 15 Cité par M. Aguiló i Fuster, Catálogo..., n° 1082.

« Noble et très vertueuse dame, Votre Seigneurie, émue par une histoire de Joseph, le fils très cher de la magnifique et belle Rachel et du grand patriarche Jacob, compilée et composée par révérend maître Johan Roís de Corella, chevalier, exemple de grande vertu et de mérite et véritable interprète des paroles divines, et se trouvant ainsi consolée autant par l’histoire que par la délicate manière de dire, élevée en dévotion, a pensé que le second Joseph, époux de Notre-Dame, n’était pas moins digne d’avoir sa sainte et honnête vie traduite du latin en romanç. Et comme Votre Seigneurie a entendu au jour de sa fête moi, son indigne serviteur, prêcher ses louanges, elle n’a plus cessé de me prier de la faire. Que la peine d’une œuvre si sainte lui plaise, si elle contribue à satisfaire pour l’augmentation de la dévotion le saint désir de personnes ignorantes... »15.

21La femme, commanditaire de l’œuvre, devient actrice de l’histoire sainte du développement de la dévotion à saint Joseph en langue catalane et en Catalogne. Le choix du saint est évidemment significatif, dans la mesure où il s’agit de redire par l’affirmation de ses vertus que la conception du Christ est d’origine divine, préservée de toute filiation masculine.

22Ainsi il y a en Catalogne des femmes qui lisent, commandent, lèguent des livres en langue catalane, même si elles ne sont pas nombreuses, suivant en cela les recommandations de Francesc Eiximenis qui était soucieux d’empêcher leur oisiveté, de développer leur piété et leurs connaissances.

  • 16 Éd. de R. Miquel i Planas, dans Cançoner satírich valencià, p. 89-184 : vers 789-809.

23Le chevalier Jaume Gaçull, qui est à peu près de l’âge de Bernat Fenollar, dans son célèbre Somni de Johan Johan16 écrit vers 1496, donne la représentation réaliste d’une conversation de femmes dans la Valence de la fin du XVe siècle. Une des femmes, peu instruite, demande à une autre qui sait lire : « Dites, dame, vous qui êtes grande parleuse et grande liseuse, qui citez aussi bien les Psaumes que le Tirant, [...] dites-nous quel est le nom du dieu d’Amour ? » Une autre renchérit : « Qu’elle nous le dise, elle qui de messire Mossèn Corella lit tous les jours toutes les poésies. » Et la femme peu instruite continue : « Donc il a nom Gido... » L’instruite la coupe : « Pas du tout, idiote, c’est Cupidon ! » Et l’ignorante déclare alors : « Hélas, par ma foi, savoir lire est un très grand bien, ne serait-ce que pour cela ; je me trouve si ignorante en toute chose, [...] mais je veux apprendre... » Dans cette réunion de femmes, donc, l’une lit l’Ancien Testament et apprécie le roman de Tirant lo Blanc et la poésie de Joan Roís de Corella ; celle qui ne sait pas lire a le plus vif désir d’apprendre. Ainsi les femmes, au seuil du XVIe siècle, s’affirment prêtes à participer au vaste mouvement de diffusion et de collection des livres imprimés et du savoir. Les exemples cités montrent bien que les femmes elles-mêmes investissent dans leur pratique de la lecture des attentes et des intérêts fort divers. Les textes sont lus différemment par les femmes, qui n’entretiennent pas toutes la même relation avec l’écrit.

III. — BIBLIOTHÈQUES DE FEMMES

24Les inventaires des biens dressés par les notaires permettent de savoir quelles femmes étaient détentrices de livres et quels livres étaient le plus en faveur dans leurs bibliothèques. Cependant il faut tenir compte du fait que les inventaires de bibliothèques féminines peuvent mentionner des livres ou des documents qui ne relèvent pas d’une volonté délibérée des femmes. La constitution des collections de livres met en jeu plusieurs gestes : l’acquisition de bibliothèques de membres de la famille, qui peut être l’héritage du mari ou des proches, les donations, les dépôts, les prêts. Ainsi il n’y a pas forcément une organisation systématique du savoir dans les plus importantes collections du temps et la lecture n’est jamais déjà inscrite dans le texte. Les lectrices ne sont pas l’effet de leurs livres ; elles se détachent des livres de leurs bibliothèques.

  • 17 Philippe Berger, « Las lecturas de las capas modestas en la Valencia renacentista », dans Bulletin (...)

25Philippe Berger, dans son examen sociographique des bibliothèques des milieux modestes valenciens entre 1474 et 155917, a mis en évidence qu’il y a des femmes lectrices dans ces milieux, bien que leur nombre soit très inférieur à celui des hommes. Sur 125 possesseurs de livres appartenant au milieu des artisans, 28 sont des femmes ; sur 88 appartenant au milieu du commerce, 12 ; sur 19 appartenant au milieu des domestiques et gens de maison, 3. Il y a également 23 lecteurs et 19 lectrices dont l’appartenance sociale n’a pu être déterminée. La noblesse présente un ensemble de 146 bibliothèques, parmi lesquelles 57 appartiennent à des femmes.

  • 18 Philippe Berger, Libro y lectura en la Valencia del Renacimiento, Valencia, Ed. Allons el Magnànim (...)

26Si la Bible complète, la Genèse et l’Apocalypse sont davantage des lectures d’hommes — mais la Genèse et l’Apocalypse disparaissent des inventaires après 1520 tandis que la Bible reste présente en 1559 —, le Nouveau Testament se trouve dans les bibliothèques de 6 femmes (4 nobles). Les 39 Vita Christi, de différents auteurs, appartiennent plutôt au milieu noble, à 7 femmes nobles et à une femme du milieu du commerce ; 8 exemplaires sont désignés comme étant la Vita Christi d’Isabel de Villena. En revanche la Vita Christi du chartreux Ludolphe de Saxe, qui fut un véritable succès de librairie, est bien attestée dans les bibliothèques des milieux populaires18. Philippe Berger remarque que les œuvres relatives à la vie de la Vierge appartiennent plutôt aux hommes qu’aux femmes, et que ces hommes sont en général issus de milieux populaires. Le Flos sanctorum est très populaire, tandis que la Vida de los santos Padres de l’Italien Domenico Cavalca paraît être une lecture typiquement aristocratique. Philippe Berger note encore que le titre de ce dernier ouvrage est mentionné en castillan, en italien ou en latin. Mais nous avons vu plus haut que la Barcelonaise Joana Carbonell, dans sa lettre à Beatriu de Pinos, le cite en langue catalane : Vides dels sants Pares. Joana Carbonell, née Dessoler ou de Soler, est la veuve depuis 1434 de l’apothicaire barcelonais Francesc Carbonell.

  • 19 Voir M. Rosario Ferrer Gimeno, « Mujeres y libros en Valencia (1416-1474) », dans Estudis castello (...)

27En général, les bibliothèques de femmes renferment essentiellement des livres de dévotion de petit format : des livres d’heures, des psautiers et, davantage réservés aux femmes nobles, des bréviaires et des missels, ce qui implique une pratique de lecture incarnée dans des gestes, des espaces, des habitudes bien définis par l’Église et par la société en général. Mais il y a des exceptions : Violant de Monpalau, citée plus haut, qui lègue tous ses livres à ses sœurs religieuses, possède 67 volumes, et Bartomeua Sanchez, 36, répartis en livres de logique et philosophie et deux bréviaires19. Comment ces livres se trouvent-ils dans ces bibliothèques ? Les femmes qui possèdent ces livres les ont-elles maniés, compris ? Appartiennent-elles ou sont elles-liées à une communauté de lecteurs ayant ses usages légitimes et ses procédures d’interprétation des livres de logique et de philosophie ? Est-ce que leurs adhésions religieuses, leurs solidarités intellectuelles, leurs traditions éducatives peuvent rendre compte de ce qui constitue un véritable écart culturel ? Ces questions demeurent sans réponse.

  • 20 Manuel Peña, Cataluña en el Renacimiento : libros y lenguas (Barcelona, 1473-1600), Lleida, Ed. Mi (...)
  • 21 Ibid, p. 142-143.
  • 22 Pour Valence, on se reportera à P. Berger, Libro y lectura...

28Selon la même conception sociographique que celle de Philippe Berger, à partir des archives notariales des Archives historiques de la ville de Barcelone et des Archives historiques des actes notariés de Barcelone, Manuel Peña a étudié l’histoire du livre à Barcelone de 1473 à 160020, et il a été amené à comparer les livres des hommes et des femmes. Celles qui possèdent le plus de livres appartiennent à la noblesse, au clergé ou au commerce. Ensuite viennent les femmes ou les veuves du groupe des professions libérales (médecins, avocats, notaires, etc.). Celles qui ont le moins de livres appartiennent aux milieux des artisans, de l’administration et des paysans. Les ouvrières et les domestiques ne possèdent aucun livre. Presque toutes les femmes du commerce ou de l’artisanat qui possèdent des livres sont des veuves21. Sur les 834 inventaires féminins à Barcelone pour 1473-1600, 13,66 % comportent des livres, tandis qu’à Valence, 16,14 % seulement. Le nombre moyen de livres possédés par les femmes est plus important à Barcelone (8,64) qu’à Valence (3,24)22, mais les bibliothèques féminines sont dans les deux villes beaucoup plus petites que celles des hommes.

  • 23 Arxiu Historie de Protocols de Barcelona, n° 354 : Andreu Miquel Mir (menor), 5, 1558.

29Les femmes peuvent avoir accès aux livres qui figurent dans les inventaires des biens de leur mari : ainsi, en 1558, la presque-totalité des livres du doncel (ou noble) Miquel Luques se trouve « en la cambra de les dones »23. Est-ce qu’au XVIe siècle une certaine manière de lire est liée aux femmes, à l’espace féminin qu’est la « chambre des dames » ? Est-ce que les hommes qui laissent en général leurs livres à leurs épouses établissent un lien entre les femmes et les livres, l’espace de la lecture et l’espace féminin ? Quelle est la différence dans le rapport aux livres entre hommes et femmes ? Dans le cas évoqué par l’inventaire du doncel Miquel Luques, les femmes ont les livres à portée de la main et du regard.

  • 24 Arxiu Historie de Protocols de Barcelona, n° 408 : Francesc Pedralbes, 2, 1586.
  • 25 Roger Chartier, Culture écrite et société. L’ordre des livres (XIVe-XVIIIe siècle), Paris, A. Mich (...)

30Lorsque Elisabet, veuve du jardinier Francesc Sabalos, meurt en 1586, l’inventaire de ses livres fait état de 53 livres en 66 volumes, ce qui est évidemment considérable et surprenant, parmi lesquels figurent 24 livres de grammaire, 10 de logique, 8 tomes des œuvres d’Aristote. Le notaire, lui-même, étonné, prend soin de noter que ces livres « étaient les biens de Francesc Sabalos, dans la maison de Mossèn Joan Bals, marchand, rue Montcada »24. La question se pose de savoir pourquoi et comment un jardinier a été mis en possession de ces livres qui ne lui étaient pas particulièrement destinés et tend à démolir le postulat — qui est celui de la démarche, indispensable dans un premier temps, de chercheurs comme Philippe Berger et Manuel Peña —, selon lequel les clivages culturels sont nécessairement organisés selon un découpage social préalable. Roger Chartier, dans ses derniers ouvrages, a bien montré qu’« il faut récuser cette dépendance qui rapporte les écarts dans les pratiques culturelles à des oppositions sociales construites a priori... Il faut partir des objets et des textes et non des classes et des groupes »25. Dans le cas du jardinier également, les adhésions religieuses, les solidarités diverses peuvent rendre compte d’un écart culturel et permettre de comprendre comment se dessinent des aires sociales où circulent les textes. Qui était ce « Joan Balls, marchand », amateur de ces livres ? Il serait évidemment précieux de connaître les raisons du lien noué entre lui et le jardinier Francesc Sabalos.

  • 26 Arxiu Historie de Protocols de Barcelona, n° 374 : Pau Mallol, 2, 1586.

31Le 1er février 1586, le notaire Pau Mallol inventorie les biens de l’avocat Pere Vila : il y a 128 livres dont hérite sa femme, Aldonça Vila. Lorsque cette dernière meurt quelques mois plus tard, il dresse un nouvel inventaire en juin 1586 et dénombre un total de 339 volumes, presque tous de droit, comme dans le premier inventaire26. C’est la plus importante bibliothèque de femme de la Barcelone du XVIe siècle. Si les mêmes textes peuvent, sur une plus ou moins grande échelle, être appropriés par des lecteurs différents, hommes ou femmes, de niveaux culturels contrastés, la bibliothèque d’Aldonça Vila exprime-t-elle des formes de sociabilité propres à sa ville, une certaine convivialité mondaine, une connivence lettrée ?

  • 27 Arxiu Històric de Protocols de Barcelona, n° 354 : Andreu Miquel Mir (menor), 3, 1555.

32Dans l’inventaire des biens de la veuve Beatriz de Ivorra, en 1555, figure « une Crónica mundi, laquelle détient aujourd’hui Mossèn Andreu Miquel Mir notaire, déjà commencée »27. L’accès au texte implique le rapport aux autres, l’inscription dans un espace social. Le prêt établit que l’œuvre joue avec des formes et des procédés aptes à soumettre l’écrit aux exigences de la performance ; le lecteur Andreu Miquel Mir, qui est aussi le notaire de la veuve Beatriz de Ivorra, a été l’auditeur de la parole d’une femme lectrice, Beatriz de Ivorra, qui a anticipé sa propre lecture.

  • 28 Voir Enric Mirambell i Belloc, « Llibres, llibreters i impresors gironins del segle XV », dans Est (...)

33Des tractations concernant les livres, les femmes ne sont pas absentes. Ainsi, le 30 mai 1483, Mancia, épouse de l’imprimeur Mateu Vendrell, approuve et ratifie le document de vente de 150 exemplaires du livre Memorial del pecador remut, qui n’a peut-être pas été imprimé à Gérone, de Felip de Malla28. Les veuves qui se remarient vendent parfois les livres de leur premier époux ; ainsi fait Francesca Tornera, remariée avec le doncel Pau Torner, qui vend la bibliothèque de son défunt mari au libraire Lluís Manescal le 9 février 1600 pour 304 livres un sou dix deniers :

  • 29 Arxiu Històric de Protocols de Barcelona, Montserrat Rialp, Manual 6°, 1599-1600.

« Sunt pro precio et valore de la librairie que la dite dame... avait et possédait du défunt Lelio Meline, marchand, son mari, qui les avait d’impression barcelonaise et d’impression Valencienne, lesquels livres furent estimés et adjugés pour ladite dame par Mossèn Bertran Andreu, libraire, habitant de Barcelone... »29.

IV. — QUELQUES ASPECTS D’UNE SOCIABILITÉ FÉMININE DE LA LECTURE AU XVIe SIÈCLE, AVANT LA DÉCADENCE DE LA LANGUE CATALANE

34Au XVIe siècle, les livres dédiés en langue catalane aux femmes ou commandés par les femmes sont toujours essentiellement des livres de dévotion. Mais les textes sont plus courts, simplifiés, parfois illustrés. Ainsi Una special devoció del sanctíssim nom de Jesus y del dulcíssim nom de Maria ensemps ab los set goigs celestials de nostra senyora y altres devocions est imprimée, sans doute en 1515 comme l’indique une mention manuscrite, à la demande de la « révérende Sœur Beatriu Isa de la Très-Sainte-Incarnation ». Et l’ouvrage se termine par la prière suivante : « On dira par charité un Ave Maria pour celui qui a fait imprimer la présente dévotion ». Imprimé pour le grand nombre, l’ouvrage joue sur un pré-savoir de la lectrice qui peut être aussi un lecteur : celui de l’Ave Maria, mais aussi des sept joies de la Vierge. La connaissance de ces textes traditionnels apparaît mobilisée au service d’une lecture nouvelle des noms du Christ et de la Vierge. Ici la lecture est plus reconnaissance que véritable découverte ; elle est aussi le prétexte à une nouvelle convivialité conventuelle, religieuse.

  • 30 M. Aguiló i Fuster, Catálogo..., n° 412.
  • 31 Ibid, n° 2138.

35En 1532 un anonyme Confessionari molt util per a les ànimes30 est dédié à Dona Maria de Cardona i Requesens, fille de Pere de Cardona i Enríquez, qui fut gouverneur général du Principat à partir de 1509 et eut une attitude très ambiguë lors de la révolte de 1 520 à Barcelone. Sa mère est Joana de Requesens. La dédicataire est qualifiée de « très noble et très dévote dame ». Le révérend Benet Hyspano publie en 1541 à Majorque une Devota contemplado en vers à l’intention de Dona Joana de Erill Burguesa, fille de Don Pedro de Erill et de Helena de Requesens, « pour la mort du très noble et très vertueux seigneur monseigneur Don Pedro baron de Herill, son père »31.

  • 32 Ibid, n° 1083.

36Les vies des saints sont fréquemment dédiées à des femmes. En 1510, Miquel Péreç dédie la vie de saint Vincent Ferrier à la Valencienne « Na Cirera Dalpont, femme de magnifique messire Pere Dalpont, régent de la chancellerie et du conseil du roi »32. Il s’agit surtout d’un éloge des vertus du saint, d’un recueil de ses miracles et prophéties, d’un récit de sa mort. L’auteur s’explique dans sa dédicace sur les circonstances de l’écriture :

« Très magnifique et vertueuse dame, Votre Grâce désirait avec un si dévot désir voir traduite de latin en romanç la vie du bienheureux saint Vincent Ferrier que, peu de jours avant de partir pour la cour du roi, elle me pria de bien vouloir prendre la peine de traduire du latin en langue Valencienne l’histoire de ce glorieux saint. Et moi, connaissant la faiblesse et la pauvreté de ma médiocre intelligence, j’ai voulu me dérober par la dérobade de quelque juste excuse, mais, désireux de servir et de satisfaire Votre Grâce et considérant sa sainte et dévote demande, je n’ai pas pu refuser. Et ainsi j’ai eu recours à la claire lumière du glorieux saint Vincent Ferrier qui, puisqu’il était un rayon du clair soleil de justice, a bien voulu m’illuminer... »

  • 33 Ibid., n° 1084.

37En 1542, c’est à Maria de Cardona, fille du duc de Cardona et comtesse d’Oliva, qu’est dédié le livre de la Vida, martyri y translació des glorieux martyrs Abdon et Senen et de la Vida du glorieux évêque et martyr saint Ponç par Joan Baptista Agnes, « prêtre et théologien de Valence », très lié aux classes dirigeantes de cette ville et en particulier à la maison des comtes d’Oliva33, où il exerce la fonction de précepteur. Agnes, dans sa dédicace, évoque avec admiration la figure de la mère de Maria de Cardona, la défunte Dona Francisca Manrique de Lara, en ces termes :

« Sachant par longue expérience combien votre noble et dévote âme est attachée aux choses de la dévotion, en tant que fille légitime et véritable disciple de la très illustre dame duchesse votre mère si religieuse et savante, maîtresse en vertus, selon qu’en rend un témoignage certain cette œuvre de contemplation ou livre de prières si dévot quelle a composé de son vivant et qui, parce qu’il est si catholique et si approuvé par tous les savants et religieux, a déjà été imprimé deux fois en Catalogne... »

38Le livre dAgnes est imprimé « aux frais de Mossèn Pere Blanch de Aguilar, prêtre de Valence, spécial dévot des glorieux martyrs ».

  • 34 Ibid., n° 2135.

39Joan Baptista Agnes dédie, sans doute entre 1535 et 1545, la Vida de sant Julià abat y martyr y de santa Basilissa verge d’aquell sposa abadessa... à deux femmes de lignage valencien, deux sœurs : Isabel Crulles, dame d’Alfara, héritière de son père Bartomeu III, mariée à Gaspar Felip de Forna son cousin, et Maria Magdalena Crulles, mariée à Francesc Lluís d’Aguilar34.

  • 35 Ibid., n° 1205.

40A Jeanne d’Aragon y Cordoba, duchesse de Cardona et Segorbe, épouse d’Alphonse d’Aragon et de Segorbe et sœur de Maria de Cardona citée plus haut, est très naturellement dédié en 1594 par Salvador Pons le Llibre de la vida y miracles dels gloriosos martyrs sant Celdoni y Armenter, cossos sants de Cardona35. La puissance de la maison ducale de Cardona, et donc de Jeanne qui a hérité de son père Ferran Ier duc de Cardona, est liée aux corps saints de l’église ducale de Cardona. Ici le livre confirme le pouvoir de la maison de Cardona, représentée par une femme.

  • 36 Ibid, n° 2777.

41A la puissante comtesse de Palamós, Hipòlita Roís de Liori i de Requesens († 1546), veuve de Lluís de Requesens i Joan de Soler, Raphael Ferrer Coll dédie en 1545 les Sentencias catholicas del divi poeta Dant florenti compilades per lo prudentíssim mossèn Jaume Ferrer de Blanes, son père, qui paraissent à Barcelone chez l’imprimeur Caries Amoros36. La Divine Comédie de Dante a été traduite en catalan à Barcelone par Andreu Febrer en 1429. Jaume Ferrer de Blanes fait ici office de lecteur comtal, composant à partir de sa propre lecture de l’immense œuvre de Dante, un abrégé que la comtesse pourra peut-être lire. Le lien est ainsi direct entre l’enrichissement de la bibliothèque d’Hipólita Roís de Liori et la lecture effective.

42Le geste de la dédicace révèle bien certains des enjeux majeurs noués autour des collections et des lectures des principaux lignages catalans. La pratique est centrale dans l’économie du mécénat qui, en échange du livre dédié, offert et accepté, oblige la dédicataire et son époux qui ont prestige et pouvoir dans le Principat — le cas de la duchesse de Cardona est exemplaire — à accorder rétribution ou emploi. Le système traditionnel de patronage s’accorde à la nouvelle logique de reproduction des textes. La transformation du livre en objet imprimé requiert la caution des pouvoirs. De cette transformation et d’une logique de marché la femme lectrice ne saurait être exclue. Entre l’auteur du livre et l’imprimeur de l’objet, la femme dédicataire contribue à la construction du sens, façonne les anticipations des lecteurs et des lectrices, appelle des publics nouveaux ou des usages insolites.

  • 37 Miquel Batllori, Obra completa, t. V, De l’Humanisme i del Renaixement, Valence, Ed. Tres i Quatre (...)

43Lorsque en 1521, à Valence, Joan Bonllavi publie Blanquerna de Raymond Lulle qu’il a traduit « en langue valencienne populaire », il recommande à son dédicataire, le chanoine et théologien de Majorque Genovart, d’envoyer des exemplaires « au magnifique seigneur Mossèn Bernat Sapila, de Barcelone, et à la magnifique dame Na Isabel Ferrera, sa femme », également au régent de la chancellerie d’Aragon, « messire Federic de Gualbes » et à « N’Estefania Sapila de Gualbes, sa femme ». Miquel Batllori a évoqué le lien entre le roman de Blanquerna, publié par Joan Bonllavi, et les Exercices du chevalier converti Ignace de Loyola, qui en rédige la plus grande partie au cours de sa retraite à Manresa dans les années 1522-1523, avant de faire à Barcelone des études de grammaire latine en 1524-152637. De fait, les nobles barcelonaises à qui Joan Bonllavi souhaite en 1521 faire parvenir sa traduction de Blanquerna feront partie du groupe d’hommes et de femmes qui se constituera autour d’Ignace de 1524 à 1526 et lui restera lié. Parmi les femmes se trouvent la puissante héritière catalane Estefania de Requesens, Isabel de Boixadors, Anna de Rocabertí, Isabel de Joan, Isabel Ferrera, Guiomar de Gralla, Isabel de Josa.

  • 38 Joan Creixell i Iglesias, San Ignacio en Barcelona, Barcelone, 1907, p. 113-117.

44Isabel d’Orrit ou Isabel de Josa, épouse de Guillem Ramon de Josa i de Cardona, est une savante humaniste qui connaît le latin et la philosophie scolastique, en particulier la pensée de Duns Scot. Elle a une extraordinaire réputation d’oratrice et d’érudite. Souhaitant se faire jésuite, elle se rend en 1543 à Rome avec Isabel Roser et d’autres femmes de Barcelone ; mais elles ne sont finalement pas admises dans la Compagnie38. Devant les cardinaux, elle présente la doctrine scotiste et il lui arrive aussi de prendre la parole dans la cathédrale de Barcelone. La conversion des juifs est sa grande préoccupation.

  • 39 Par exemple : lettre 11, dans Estefanía de Requesens, Cartes intimes d’una dama catalana del s. XV (...)
  • 40 Miquel Mai fut ambassadeur à Rome en 1528, vice-chancelier de la couronne catalano-aragonnaise de (...)
  • 41 Je me permets de renvoyer ici à mon article « Les lettres d’Estefania de Requesens, épouse de Juan (...)
  • 42 E. de Requesens, Cartes intimes..., lettre 15, p. 59.

45Estefanía de Requesens, appartenant à la maison des comtes de Barcelone, fille de la comtesse de Palamós Hipòlita Roís de Liori citée plus haut, a épousé en 1526 le Castillan Juan de Zúñiga, cher à Charles Quint, qui exerce les fonctions de précepteur du prince héritier Philippe. Elle est particulièrement attachée à Isabel de Josa39 et également au célèbre juriste et humaniste érasmien Miquel Mai († 1546)40 et à son épouse, Leonor, qu’elle évoque dans ses lettres à sa mère, la comtesse de Palamós, rédigées entre 1533 et 154041. De Madrid elle écrit par exemple : « La femme de messire Mai et moi sommes de vieilles amies et nous le serons toujours »42.

  • 43 Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona (Arxiu Notarial), n° 132 : 1547.
  • 44 Arxiu Històric de Protocols de Barcelona, n° 451 : Martí Joan Carmona, 1, 1597.

46L’histoire des livres de Leonor Mai est bien révélatrice de la relation qui se noue entre une femme, les livres et la lecture. Dans l’inventaire des biens de cette femme, morte en 1547 alors qu’elle était veuve de Miquel Mai, figurent quatorze livres, au nombre desquels diverses œuvres de Cicéron, d’Ovide, l’Orlando furioso, Valère Maxime, etc. Parmi les témoins se trouve un certain Velasco, noble et « familier de ladite noble dame »43. Dans l’inventaire des biens de Velasco, dressé cinquante ans plus tard, en 1597, se trouvent exactement les mêmes livres, sans un de plus ni de moins44. Velasco a-t-il souhaité ainsi honorer par la conservation de sa bibliothèque la mémoire de Leonor Mai qui fut elle-même érudite et humaniste ? Les livres de Leonor Mai, conservés comme un ensemble clos, sont possiblement investis de fonctions originales : remplacer la femme morte, rendre possible sa parole lectrice, indiquer les pratiques par lesquelles s’est construite autrefois son expérience intellectuelle, entretenir ainsi une connivence entre la femme morte et son ami.

  • 45 E. de Requesens, Cartes intimes..., lettre 4, p. 19.
  • 46 Arxiu Històric de Protocols de Barcelona, n° 354 : Andreu Miquel Mir (menor), 6, 1564.

47Dans une lettre du 15 janvier 1534, Estefanía de Requesens explique à sa mère que son mari et elle-même ont l’intention de rester dans leur maison de Molins de Rei jusqu’à la Semaine sainte et d’y lire ensemble chaque jour la Vita Christi du chartreux45. Il est probable qu’ils lisent le texte non en langue catalane, dans laquelle Estefanía, comme ses contemporaines catalanes, l’a découvert, mais dans la traduction castillane d’Ambrosio de Morales, parue en 1502-1503. Le même partage du livre et de la lecture de la Vita Christi apparaît dans un inventaire de bibliothèque daté de 1564. Parmi les 35 livres du chevalier barcelonais Raimon Marquet, l’un est Lo Cartoxà, c’est-à-dire la Vita Christi du chartreux en langue catalane, mais « la dame veuve dit qu’il est à elle »46, ce qui prouve l’intérêt personnel attaché par cette femme à ce livre, le sens pris par le texte pour celle qui l’a lu et le lit, sans doute la mémoire d’une intimité familiale et conjugale de la lecture. La lecture est bien mise en jeu du corps, inscription dans un espace, rapport à soi et aux autres ; elle est lecture à haute voix, quand elle est pratiquée « ensemble », avant d’être lecture en silence et par les yeux. Ainsi se retrouvent des gestes oubliés, des habitudes disparues.

  • 47 Jesús Huguet, « Una aristocràtica humanista de la Valencia XVI : donya Mencia de Mendoza », dans R (...)

48Estefanía de Requesens est très liée à Dona Mencía de Mendoza, cousine germaine de Juan de Zúñiga et fille du premier marquis de Cenete, Rodrigo Hurtado de Mendoza, dont la célèbre collection de livres sera acquise par Philippe II pour L’Escurial. Menda de Mendoza s’est remariée en 1541 avec Ferdinand d’Aragon, duc de Calabre et vice-roi de Valence, veuf de la reine Germaine de Foix. Elle est une humaniste reconnue47, aimant les humaniores litterae et les arts. C’est à elle qu’Estefania, au seuil de la mort en 1549, tient à confier son dernier enfant, sa seule fille, Hipólita de Zúñiga i Requesens, privilégiant ainsi un type d’éducation féminine humaniste et chrétienne, de maniement des livres, d’appréhension du savoir.

49En 1523, l’exilé valencien Juan Luis Vives a fait paraître son De institutione feminae christianae à Anvers. En 1528, le livre trouve un traducteur dans l’entourage de la reine Germaine de Foix à Valence, le Valencien Juan Justiniano, qui en donne une version castillane. Juan Justiniano a conscience de la nouveauté du traité de Vives. Mais il fait des ajouts ou omet certains chapitres. En 1529 son ouvrage est complété et corrigé, réédité à Alcala de Henares. Ce livre austère, exigeant pour les femmes, affirme leur égalité intellectuelle, morale et religieuse avec les hommes. L’éducation des jeunes filles est située dans une atmosphère de tendresse et de sévérité, de pureté. La lecture des romans est condamnée sans appel. Vives recommande aux jeunes filles et aux femmes les Évangiles, les Épîtres, les Actes des Apôtres, l’Ancien Testament, saint Cyprien, saint Jérôme, saint Ambroise, saint Hilaire, saint Grégoire, Boèce, Lactance, Tertullien, Platon, Sénèque, Cicéron, etc. :

  • 48 Édition d’Alcala, 1529, f. 13v. L’allusion à l’Enchiridion d’Érasme disparaîtra de l’édition de Va (...)

« Ceci s’entend des femmes qui savent le latin. Les autres chercheront des livres moraux ou de saints traduits de latin en notre langue, tels que les Épîtres de saint Jérôme et celles de sainte Catherine de Sienne, les Morales de saint Grégoire sur tous les Évangiles, le Chartreux, l’Enchiridion d’Érasme de Rotterdam, qui traite du soldat ou chevalier chrétien, livre bien petit, mais de très haute doctrine comme le sont toutes les autres œuvres de cet homme supérieur, la Consolation de Boèce, le De officiis de Cicéron, Pétrarque De la prospère et adverse fortune, Gerson et autres livres de la même qualité »48.

  • 49 Ibid., p. 540-541.

50Les idées d’Érasme sur les femmes et le savoir, qui correspondent à peu près à celles de Vives, sont bien connues grâce à leur traduction castillane. La femme écrivain, latiniste ou helléniste, apparaît comme une admirable exception, un sorte de merveille de la nature. A la fin de 1535, l’Inquisition remarque la déplorable influence exercée par la traduction castillane des Colloques en Catalogne. En janvier 1536, les inquisiteurs de Barcelone, Majorque et Valence sont priés de saisir tous les livres des Colloques en langue vulgaire49.

  • 50 M. Aguiló i Fuster, Catálogo..., nos 2145 et 2146.

51Cependant que par l’humanisme et les nouvelles aspirations religieuses les femmes trouvent de nouveaux réseaux de pratiques de lecture qui organisent leurs modes d’accès aux textes, la querelle des Femmes, héritée du Moyen Age se poursuit. Plusieurs auteurs, à la suite de Jaume Roig ou Pere Torroella, exercent leur humour ou leur dérision à l’encontre des femmes. Ainsi Andreu Martí Pineda compose un petit opuscule non daté de deux cent dix vers en quatre feuillets, intitulé Conseils y bons avisos dirigits a una noble senyora valenciana novament casada, et un opuscule du même type à l’intention du marié50. En 1535, Luis Milán adresse en ces termes son livre El Cortesano en langue castillane aux dames de la cour des vicerois conjoints du royaume de Valence, Germaine de Foix et Ferdinand d’Aragon, duc de Calabre :

« Alors que je parlais avec certaines dames de Valence qui tenaient entre leurs mains El Cortesano du comte Baltasar Castillón (Castiglione), elles me dirent ce quelles en pensaient et je leur dis :

J’aimerais mieux être le comte
Que Don Luis Milán,
Pour être en ces mains
Où j’aurais voulu être.

  • 51 Luis Milán, El libro intitulado El Cortesano (1re éd. 1561), Madrid, Ed. Sucesores de Ribadeneyra, (...)

Les dames répondirent : Eh ! bien, faites-en un autre, afin d’obtenir de vous voir entre ces mains... »51.

  • 52 Voir Josep Romeu i Figueras, « Les dames cantades per Pere Serafí en els seus poemes catalans », d (...)

52Le livre est donc destiné à être entre les mains des femmes de la cour de Valence. Pour Luis Milán, il ne s’agit pas comme pour Castiglione de « former en paroles un parfait courtisan », mais de le donner à voir et à entendre à travers des personnages ayant réellement existé à la cour de Valence et donc à travers des femmes, lors des fêtes de mai 1535. Les lectrices Valenciennes sont elles-mêmes entre les pages du livre pour le meilleur et surtout pour le pire. Un peu plus tard, à Barcelone, Pere Serafí célèbre dans ses poèmes les femmes barcelonaises du milieu du XVIe siècle, telles Aldonça et Maria de Cardona, Isabel Sentmenat, Isabel d’Aguilar, Maria de Boixadors, Agnès, Beatrís et Isabel Sinisterra, Isabel Camps, Angela Sorribes, Anna Ferrera, etc.52. Certaines de ces femmes appartiennent aux mêmes lignages que celles qui entouraient Ignace de Loyola dans les années 1524-1526. Les poèmes de Pere Serafi sont parmi les dernières œuvres littéraires en langue catalane publiées à cette époque. Désormais il n’y aura presque plus de livres écrits en langue catalane.

  • 53 Le rôle des femmes dans la pratique des goigs est important. Je me permets de renvoyer ici à mon é (...)

53Au XVIe siècle, les cercles érudits et humanistes, auxquels participent activement les femmes à Barcelone et à Valence, éprouvent nécessairement la transformation des formes et des dispositifs à travers lesquels sont désormais proposés les textes. La diffusion des livres en langue castillane accompagne celle des nouvelles idées et aspirations religieuses. Des appropriations inédites se développent. La lecture des livres en langue castillane se substitue peu à peu à celle des livres en langue catalane. Comment les femmes éprouvent-elles la « décadence » de la langue catalane qui demeure la langue maternelle et familiale ? La relation aux livres passe désormais en majorité par la langue castillane qui est la langue du pouvoir. Les principaux imprimés en langue catalane ne consistent plus pour quelques siècles qu’en feuillets volants de prières adressées aux saints des paroisses de Catalogne, les goigs53.

54A partir de l’étude des relations des femmes et des livres à la Renaissance fondée sur l’analyse des textes et des objets, il est possible de repérer à la fois des pratiques de lecture inscrites dans des gestes, des espaces, des habitudes, et des transformations des formes de sociabilité. La querelle des Femmes, malgré ses outrances, a sans doute l’avantage de contribuer à amener en Catalogne comme dans le reste de l’Europe les femmes à la lecture et aux livres. Contre leurs détracteurs, elles doivent prouver leur sagesse et leur piété par la lecture des bons livres — qui ne sont pas seulement les livres de dévotion — que leur adressent ou que leur commentent des hommes qui sont le plus souvent d’Église. A ces relations des femmes et des livres participent donc les hommes.

55A la fin du Moyen Age comme au XVIe siècle, l’écart est grand entre les femmes lettrées et les moins habiles. Toutes celles qui peuvent lire ne lisent pas de la même façon, elles n’ont pas les mêmes attentes ni les mêmes intérêts. Hipòlita Roís de Liori ne lit pas comme Leonor Mai ou Isabel de Josa. Certaines collectionnent les livres manuscrits ou imprimés. Mais la collection de Beatriu de Pinós ne peut être comparée à celle d’Aldonça Vila. Il y a des lectrices qui ne possèdent aucun livre et d’autres qui ne lisent pas les livres qu’elles possèdent. De même que les différents corpus de textes et les différents genres d’imprimés circulent dans les mêmes aires sociales, ce sont les mêmes textes que s’approprient les lectrices populaires et les autres. La lecture n’est jamais contrainte et toute lecture suppose une libre interprétation ; les femmes font donc l’apprentissage de la liberté de la pratique de la lecture et de l’interprétation. Il est frappant de constater que pour toutes les femmes, quelles qu’elles soient, le rapport aux livres constitue un facteur essentiel d’affirmation d’elles-mêmes dans une société dominée par les hommes. Il est certain que nombre d’entre elles n’appréhendent les textes que grâce à la médiation d’une voix qui les lit : voix masculine ou surtout voix féminine ?

56Tandis qu’au XVe siècle les cercles littéraires animés par les femmes en Catalogne sont encore à dominante courtoise, au XVIe siècle ils sont à dominante humaniste et spirituelle. Lorsque les auteurs et les imprimeurs de Barcelone ou de Valence règlent leurs stratégies d’écriture et d’édition, ils n’oublient pas les habiletés ni les intérêts des publics qu’ils visent, hommes ou femmes ; ils ne manquent pas d’inscrire le rapport des femmes aux livres dans l’ensemble de la convivialité mondaine. Au XVIe siècle, la connivence lettrée, l’intimité familiale de la lecture prennent une importance nouvelle. Un nouvel espace, féminin, des livres et de la lecture se découvre. Mais les livres ne sont plus écrits en langue catalane. La conquête des livres en langue catalane par les femmes de Catalogne s’interrompt nécessairement.

Notes

1 Joan Boccaccio, Decameró, versió catalana de 1429, introducció de Caries Riba, Barcelone, Ed. Barcino, 1926 (« Els Nostres Clàssics »).

2 On peut se référer à David J. Viera et Jordi Piqué, La dona en Francesc Eiximenis, Barcelone, Curial, Edicions Catalanes, 1987.

3 Francesc Eiximenis, Scala Dei, devocionari de la reina Maria, note préliminaire et note finale par Curt Wittlin, Publicacions de l’abadia de Montserrat, 1985, p. 8. Toutes les traductions des textes catalans cités dans cet article sont de moi.

4 Historia de Valter e Griselda, dans Obres menors de Bernat Metge, Barcelone, Ed. Barcino, 1927 (« Els Nostres Clàssics »), p. 17.

5 Lo somni, texte, notes et glossaire de Josep Ma de Casacuberta, introduction de Lluís Nicolau d’Olwer, Barcelone, Ed. Barcinó, 1925 (« Els Nostres Clàssics »), p. 122-123.

6 Maria Aguiló i Fuster, Catálogo de obras impresas en lengua catalana desde 1474 hasta 1860 (1re éd. Madrid, 1923), Barcelone, Curial, 1977, n° 2771.

7 Ibid., n° 1096.

8 Édition de Max Cahner, Epistolari del Renaixement, Valence, Ed. Clàssics Albatros, t. I, p. 100.

9 Ibid., t. I, p. 113.

10 Voir Antoni Ferrando Francès, « Un precedent del bilinguisme literari valencia : la tertulia d’Isabel Suaris a la Valencia quatrecentista », dans Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, t. 39, 1979-1982, p. 105-131. L’auteur remarque que les Valenciens résistent en général plus que les Catalans à l’introduction du castillan. Le cercle bilingue constitué autour d’Isabel Suaris fait exception.

11 J. Massó Torrents, « Poetesses i dames intellectuals », dans Homenatge a Antoni Rubio i Lluch, Barcelone, 1936, t. I, p. 415.

12 Les éditions de la Vita Christi sont nombreuses. Je citerai : 1° la première édition : Vita Christi de la reverent abbadesa de la Trinitat, Valencia, Lope de Roqua, 1497, qui a donné lieu à un excellent fac-similé (Valence, 1980) ; 2° l’édition moderne complète de Ramon Miquel i Planas, Llibre anomenat Vita Christi, Barcelone, 1916, 3 vol. (« Biblioteca catalana ») ; 3° l’édition récente, donnant une large sélection du texte, d’Albert Hauf i Valls, Barcelone, Ed. 62, 1995 (« Les millors obres de la literatura catalana »).

13 Voir Albert Hauf i Valls, D’Eiximenis a Sor Isabel de Villena. Aportado a l’estudi de la nostra cultura medieval, Institut de Filologia Valenciana, Publicacions de l’abadia de Montserrat, 1990, p. 309 et suiv.

14 Arxiu de Protocols de València, Pere Andreu, 835.

15 Cité par M. Aguiló i Fuster, Catálogo..., n° 1082.

16 Éd. de R. Miquel i Planas, dans Cançoner satírich valencià, p. 89-184 : vers 789-809.

17 Philippe Berger, « Las lecturas de las capas modestas en la Valencia renacentista », dans Bulletin hispanique, t. 99/1, 1997 (Les livres des Espagnols à l’époque moderne), p. 161-170.

18 Philippe Berger, Libro y lectura en la Valencia del Renacimiento, Valencia, Ed. Allons el Magnànim, 1987, p. 426-428.

19 Voir M. Rosario Ferrer Gimeno, « Mujeres y libros en Valencia (1416-1474) », dans Estudis castellonencs, t. 6, 1994-1995 (Miscel.lània d’estudis dedicats a la memoria de prof. Joseph Trenchs, 1 et 2), p. 515-523.

20 Manuel Peña, Cataluña en el Renacimiento : libros y lenguas (Barcelona, 1473-1600), Lleida, Ed. Milenio, 1996.

21 Ibid, p. 142-143.

22 Pour Valence, on se reportera à P. Berger, Libro y lectura...

23 Arxiu Historie de Protocols de Barcelona, n° 354 : Andreu Miquel Mir (menor), 5, 1558.

24 Arxiu Historie de Protocols de Barcelona, n° 408 : Francesc Pedralbes, 2, 1586.

25 Roger Chartier, Culture écrite et société. L’ordre des livres (XIVe-XVIIIe siècle), Paris, A. Michel, 1996, p. 137-138.

26 Arxiu Historie de Protocols de Barcelona, n° 374 : Pau Mallol, 2, 1586.

27 Arxiu Històric de Protocols de Barcelona, n° 354 : Andreu Miquel Mir (menor), 3, 1555.

28 Voir Enric Mirambell i Belloc, « Llibres, llibreters i impresors gironins del segle XV », dans Estudi general, t. I/1, 1981, p. 119-125.

29 Arxiu Històric de Protocols de Barcelona, Montserrat Rialp, Manual 6°, 1599-1600.

30 M. Aguiló i Fuster, Catálogo..., n° 412.

31 Ibid, n° 2138.

32 Ibid, n° 1083.

33 Ibid., n° 1084.

34 Ibid., n° 2135.

35 Ibid., n° 1205.

36 Ibid, n° 2777.

37 Miquel Batllori, Obra completa, t. V, De l’Humanisme i del Renaixement, Valence, Ed. Tres i Quatre, 1995, p. 179-183.

38 Joan Creixell i Iglesias, San Ignacio en Barcelona, Barcelone, 1907, p. 113-117.

39 Par exemple : lettre 11, dans Estefanía de Requesens, Cartes intimes d’una dama catalana del s. XVI. Epistolari a la seva mare la comtessa de Palamós, introd., transcription et notes par Maite Guisado, Barcelone, laSal, Ed. de les dones, 1988, p. 50.

40 Miquel Mai fut ambassadeur à Rome en 1528, vice-chancelier de la couronne catalano-aragonnaise de 1533 à sa mort en 1546. Sa femme était Leonor Setantí i Sapila, cousine de Bernat Sapila, destinataire du Blanquerna.

41 Je me permets de renvoyer ici à mon article « Les lettres d’Estefania de Requesens, épouse de Juan de Zúñiga, à sa mère la comtesse de Palamós », dans Relations entre hommes et femmes en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Publ. de la Sorbonne / Presses de la Sorbonne-Nouvelle, 1995 (« Travaux du Centre de recherche sur l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles »), p. 67-78.

42 E. de Requesens, Cartes intimes..., lettre 15, p. 59.

43 Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona (Arxiu Notarial), n° 132 : 1547.

44 Arxiu Històric de Protocols de Barcelona, n° 451 : Martí Joan Carmona, 1, 1597.

45 E. de Requesens, Cartes intimes..., lettre 4, p. 19.

46 Arxiu Històric de Protocols de Barcelona, n° 354 : Andreu Miquel Mir (menor), 6, 1564.

47 Jesús Huguet, « Una aristocràtica humanista de la Valencia XVI : donya Mencia de Mendoza », dans Revista de L’Alguer. Anuari acadèmic de cultura catalana, t. 4, 1993, p. 77-92.

48 Édition d’Alcala, 1529, f. 13v. L’allusion à l’Enchiridion d’Érasme disparaîtra de l’édition de Valladolid de 1584. Cité par Marcel Bataillon, Erasme et l’Espagne, nouv. éd., Genève, Droz, 1991, p. 675-676.

49 Ibid., p. 540-541.

50 M. Aguiló i Fuster, Catálogo..., nos 2145 et 2146.

51 Luis Milán, El libro intitulado El Cortesano (1re éd. 1561), Madrid, Ed. Sucesores de Ribadeneyra, 1874 (« Colección de libros raros y curiosos », 7), p. 4.

52 Voir Josep Romeu i Figueras, « Les dames cantades per Pere Serafí en els seus poemes catalans », dans Studia in honorem Prof. M. de Riquer, Barcelone, Ed. Quaderns Crema, 1988, t. I, p. 155-183.

53 Le rôle des femmes dans la pratique des goigs est important. Je me permets de renvoyer ici à mon étude L’écriture dans la pensée de la mort en Catalogne : Les joies (« goigs ») des saints, de la Vierge et du Christ, de la fin du Moyen Age au XVIIe siècle, Paris, École des chartes, 1992 (« Mémoires et documents de l’École des chartes »).

© Publications de l’École nationale des chartes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search