Version classiqueVersion mobile

Des femmes et des livres

 | 
Dominique de Courcelles
, 
Carmen Val Julián

II. Un espace féminin des livres et de la lecture ?

Querelle des Femmes, querelles du livre

Margarete Zimmermann

Texte intégral

I

  • 1 Colette, Œuvres complètes, éd. Claude Pichois, Paris, 1991, p. 478.
  • 2 Voir à cet égard Colette Sarrey-Strack, « Postmoderne Spannungen im Feld der Literatur », à paraît (...)

1A la fin de son roman La seconde (1925), Colette dénoue le conflit de deux femmes qui aiment le même homme de manière surprenante : au lieu de se déchirer, les rivales finissent par se rapprocher, au détriment de l’amant en question. Celui-ci, en rentrant inopinément chez lui, commente le spectacle du colloque féminin de manière suivante : « Qu’est-ce qu’il y a ? [...] Des querelles de femmes ? »1. Et lorsque récemment l’écrivaine Marie NDiaye a accusé sa jeune collègue Marie Darrieussecq de l’avoir plagiée dans son dernier roman Naissance des fantômes (1998), la critique a tout de suite parlé d’une « querelle des femmes »2. Voilà quelques traces fugitives de ce qui fut un phénomène central de l’histoire des idées et de celle des sexes. A partir du XVe siècle, la « querelle des Femmes » a marqué de manière singulière les notions d’« homme » et de « femme ». Mais écoutons encore une autre voix, également du XXe siècle :

  • 3 Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe, Paris, 1971 (1re éd. 1949), t. I, p. 11.

« J’ai longtemps hésité à écrire un livre sur la femme. Le sujet est irritant, surtout pour les femmes ; et il n’est pas neuf. La querelle du féminisme a fait couler assez d’encre, à présent elle est à peu près close : n’en parlons plus. On en parle encore cependant. Et il ne semble pas que les volumineuses sottises débitées pendant ce dernier siècle aient beaucoup éclairé le problème. D’ailleurs y a-t-il un problème ? Et quel est-il ? »3.

2Ainsi commence l’essai Le deuxième sexe (1949) de Simone de Beauvoir, et ce n’est sûrement pas par hasard qu’elle utilise à cet endroit les termes « querelle du féminisme », citant ainsi une longue tradition de textes et d’images que l’on est convenu d’appeller, depuis le début du XXe siècle, la « querelle des Femmes » ou, d’un terme plus adéquat, la « querelle des Sexes ». Avec son essai sur la condition féminine, essai où s’enchevêtrent la synchronie et la diachronie, Beauvoir se situe elle-même dans la phase tardive de cette querelle, une phase qui débute avec le XIXe siècle et qu’elle résume sous le terme de « querelle du féminisme ». Malheureusement, elle n’en donne ni une définition ni une périodisation exacte.

  • 4 Cité d’après Ulrich Raulff, Ein Historiker im 20. Jahrhundert: Marc Bloch, Francfort, 1995, p. 118

3Cela nous paraît symptomatique, car on parle souvent en effet de la querelle des Femmes sans bien cerner les contours du phénomène. Le terme est pourtant déjà ambigu du point de vue linguistique : s’agit-il d’une querelle au sujet des femmes — mais dont les femmes sont les objets ? Ou plutôt d’une querelle menée par les femmes elles-mêmes ? Quels en sont les enjeux ? Et quelle est, à travers les siècles, la sémantique de « querelle » ? Pour répondre à ces questions, le recours aux sources d’information habituelles s’avère inopérant : interrogés à ce sujet, les dictionnaires de langue ainsi que les dictionnaires spécialisés des diverses disciplines s’obstinent dans un mutisme irritant. Force nous est donc d’apporter nous-mêmes un peu de lumière dans cette affaire embrouillée et de commencer par l’historique du terme : en accord avec Marc Bloch, disons que « la meilleure façon de ne pas être dupe d’un mot consiste à regarder son histoire »4. Dans une perspective plus large encore, il s’agit de préciser notre discours sur la querelle des Femmes, et en même temps de montrer ses liens étroits avec les différentes variations historiques du féminisme, car ces ceux notions s’enchevêtrent sans cesse et souvent ne font qu’une. Afin de mieux situer ces problèmes terminologiques, je propose tout d’abord un petit parcours historique ; j’indiquerai dans un deuxième temps quelques pistes de recherche concernant la problématique des rapports entre les femmes et les livres à l’aube des temps modernes. Finalement quelques textes du corpus de la querelle des Femmes du XVe siècle seront interrogés.

II

4Commençons par une définition très provisoire : la querelle des Femmes est un débat autour des concepts différents de gender, donc des constructions socio-culturelles de « masculin » et de « féminin », un combat de plume ou de pinceau, de textes et/ou d’images. Ce débat est un phénomène européen et s’étend du début du XVe jusqu’au XVIIIe siècle. Une de ses caractéristiques majeures : souvent, les textes « dialoguent » entre eux, un texte « répondant » à l’autre. Ainsi, Christine de Pizan et Martin Le Franc, dans son Champion des dames, répondent à Jean de Meun et au deuxième Roman de la Rose, de même que la Vénitienne Lucrezia Marinella réplique dans son traité Della nobiltà et l’eccellenza delle donne, publié en 1600, au discours misogyne de Giuseppe Passi, I donneschi diffetti (1595).

  • 5 Pour Castiglione, voir Stephen Kolsky, « Women through Men’s Eyes: The Third Book of Il Cortegiano(...)
  • 6 Linda Timmermans, L’accès des femmes à la culture (1589-1715). Un débat d’idées, de saint François (...)
  • 7 C’est ce que pratique Jean Larnac dans son Histoire de la littérature féminine en France, Paris, 1 (...)

5Dans la littérature, la querelle des Femmes se manifeste de manière diverse : soit elle occupe une place de premier plan dans un ouvrage, soit elle en constitue l’arrière-fond. Nous avons affaire à un texte de la Querelle au sens le plus étroit du mot lorsque le titre déjà : Les dames illustres, Le mérite des femmes, Controverses des sexes masculin et femenin, La guerre des masles contre les femelles, Le champion des dames, se réfère à la sémantique particulière de la Querelle, ainsi que le réseau d’intertextualité (renvois fréquents à certains auteurs et à des textes précédents où se trouve exprimée une position opposée, etc.) et le choix des genres littéraires comme par exemple le traité, le dialogue, la lettre ou le pamphlet. Un domaine beaucoup moins connu encore est celui des textes qui n’appartiennent pas au premier chef au corpus de la Querelle, mais qui en portent pourtant l’empreinte. Quelques exemples : d’abord le Cortegiano (1528) de Castiglione ou L’Orlando furioso (1532) de l’Arioste, dont on a récemment montré les multiples liens avec la Querelle italienne5 ; ensuite, Les femmes savantes (1672), une pièce qui, lue à la lumière des recherches de Linda Timmermans6, renvoie directement aux querelles féministes de l’âge classique. Au fond, une grande partie de l’histoire littéraire du début des temps modernes demande à être récrite en tenant compte des recherches actuelles sur la querelle des Femmes et de son impact sur la littérature de cette époque7.

III

  • 8 Helen Solterer, The Master and Minerva. Disputing Women in French Medieval Culture, Berkeley-Los A (...)
  • 9 Ibid., p. 16.

6Quant à l’histoire du terme, on constate immédiatement un fait curieux : le phénomène de la Querelle est né longtemps avant d’avoir être baptisé. Communément, du moins parmi les médiévistes, on le fait commencer avec Christine de Pizan, et avec trois de ses textes principalement : l’Epistre au dieu d’Amours (1399), ses lettres contre le Roman de la Rose de Jean de Meun, diffusées au cours des années 1400-1402, et son Livre de la cité des dames (1404/1403). Pourtant, Helen Solterer qui, dans The Master and Minerva, analyse « the dialectic between masterful writing and women’s response »8, nous incite à modifier cette vision des choses. Elle montre que la voix littéraire d’une « woman disputant » (qui n’est pas forcément une femme réelle) apparaît beaucoup plus tôt et que Christine ne donne qu’une nouvelle tournure au débat en le portant dans le domaine public9.

  • 10 Le livre des fais du bon messire Jehan le Maingre, dit Bouciquaut, éd. Denis Lalande, Paris, 1985, (...)

7Déjà Boucicaut, dans son Livre des fais du bon messire Jehan le Maingre, dit Bouciquaut (1 409), parle des « justes causes et querelles » des femmes qui se déclarent « oppressees et traveillees d’aucuns poissans hommes qui par leur force et puissance les vouloient desheriter de leurs terres, de leurs avoirs et de leurs honneurs, et avoient les aucunes desheritees de fait »10. Le champ sémantique de « querelle » est ensuite élargi dans Le champion des dames de Martin Le Lranc, écrit aux alentours de 1440. Il y est question à plusieurs reprises d’une « querelle des dames » qui signifie ici aussi bien « la cause des femmes » — prise en main, à la demande du dieu d’Amour, par leur défenseur masculin, le chevalier et « champion des dames » Franc Vouloir — que « plainte » au sens juridique. Les femmes ne sont présentes dans ce texte qu’en tant qu’objets de discours masculins. En cela, Martin Le Lranc recule par rapport à Christine de Pizan, qui avait établi dans le Livre de la cité des dames un moi textuel féminin défendant sa propre cause.

  • 11 Quelques informations concernant l’histoire de ce mot se trouvent chez D. Zeváco, « Querelle », da (...)
  • 12 Voir Émile Telle, L’œuvre de Marguerite d’Angoulême, reine de Navarre, et la querelle des Femmes, (...)
  • 13 Boccace, d’ailleurs, est mentionné dans le catalogue des livres misogynes et misogames que donne G (...)
  • 14 G. du Pont, Les controverses..., f. V.

8Attardons-nous un instant sur l’histoire du mot « querelle »11, dont l’étymon latin querela désigne aussi bien une complainte, expression de douleur, qu’une expression de mécontentement. A partir du XIIe siècle, « querelle » est employé en ancien français et exprime une « contradiction », « plainte juridique », « cause » ; l’emploi au sens de « complainte » devient déjà rare à cette époque. A partir du premier tiers du XVIe siècle — l’époque où la querelle des Femmes atteint un nouvel apogée après celui de la querelle du Roman de la Rose —, il est de plus en plus employé au sens de « dispute », « controverse », « différend » ou même, dans notre contexte, remplacé par ces termes. C’est ce que l’on observe dans le volumineux traité du juriste toulousain Gratien du Pont, intitulé Les controverses des sexes masculin et femenin, publié en 1536 et réimprimé chaque année jusqu’en 1541, ce qui indique que ce texte connut un certain succès12. L’auteur nous livre une apologie du sexe masculin qui n’est pas sans présenter quelques parallèles avec l’écrit le plus violemment misogyne de Boccace, Il Corbaccio (vers 1365), qui eut un vaste succès européen13. Le Florentin raconte, sous forme de vision, la rencontre d’un moi narrateur, en même temps l’amant malheureux d’une veuve perfide, et du mari défont de celle-ci. Un transfert d’expériences a lieu entre les deux hommes : le défont se lance dans une diatribe contre les femmes en général et contre les veuves en particulier. Comme chez Boccace, le narrateur rêve chez Gratien qu’il rencontre un « beau vieillard », cependant en piteux état : c’est une allégorie du sexe masculin qui se plaint auprès du narrateur d’être constamment maltraité par « le sexe femenin » — et qui implore son secours14.

9Sur les fondements de cette fiction et de ce pacte imaginaire entre deux mâles s’érige l’immense édifice textuel des Controverses du sexe masculin et femenin. Nous sommes là en pleine querelle des Femmes, en pleine « guerre des sexes » ; mais il s’agit surtout ici de l’unique texte (du moins à ma connaissance) où un auteur masculin n’intervient ni pour louer ni pour diffamer le sexe féminin, mais où ces rôles textuels sont renversés, car la voix masculine occupe des positions « féminines ».

IV

  • 15 Celle-ci se manifeste surtout dans l’épilogue « Aux dames ».

10Si le XVIe siècle marque une des grandes époques de la querelle des Femmes, et cela aussi bien en France qu’en Italie, c’est parce que nous sommes à nouveau en présence d’une intervention féminine dont les voix se font entendre surtout à la fin du siècle. Presque deux cents ans après Christine de Pizan, des intellectuelles, des écrivaines telles que Hélisenne de Crenne, Marie de Romieu, Catherine des Roches, Nicole Estienne et Marie de Gournay interviennent à nouveau dans cette controverse, la rendant ainsi plurivocale. On pourrait même dire qu’une « véritable » querelle des Femmes a lieu seulement lorsque des auteurs des deux sexes y participent. La participation féminine est probablement encore plus intense que ne l’indiquent ces quelques noms : comme à toute époque, nous devons tenir compte de l’anonymat d’un grand nombre de textes féminins, du choix d’un pseudonyme masculin et également du fait que, souvent, des écrits féminins sont faussement attribués à des écrivains, comme par exemple Le triomphe des dames, une publication anonyme de 1599, communément attribuée à Pierre de Brinon. Nous avons pourtant affaire ici à une voix très nettement marquée au féminin15 qui rend invraisemblable une attribution masculine.

  • 16 Le poème se trouve dans Madeleine des Roches et Catherine des Roches, Les œuvres, éd. Anne R. Lars (...)
  • 17 Elisabeth Makowski et Katharina Wilson ont consacré une étude pertinente à la misogamie médiévale, (...)

11Le mariage, impliquant les soins du ménage, et l’accès féminin à la culture, ou, pour reprendre une opposition fréquente de l’époque, la possibilité de choisir librement entre la plume et la quenouille, sujet traité par Catherine des Roches dans son sonnet « A ma quenoille »16, sont les thèmes brûlants de la Querelle au XVIe siècle. La discussion de cette opposition n’est pas nouvelle — elle est déjà présente, bien qu’exprimée en d’autres termes, chez Christine de Pizan —, elle n’a jamais pourtant occupé une place aussi centrale. Il s’ensuit l’articulation d’une misogamie féminine17, qui semble annoncer la philosophe Gabrielle Suchon et son traité Du célibat volontaire ou la vie sans engagement (1700), où elle développe sa vision du mariage comme un obstacle interdisant aux femmes l’accès à la culture.

  • 18 René Pomeau signale qu’un tel rapport existe, sans pourtant le préciser (Littérature française. L’ (...)

12Mais revenons à notre point de départ, à l’histoire du terme de querelle des Femmes, et constatons qu’il devient dans notre contexte de plus en plus rare au XVIe siècle, qui lui préfère les expressions « apologie », « défense » ou, comme dans le célèbre texte de Marie de Gournay, « grief » des femmes (« grief » signifie ici « complainte » et se substitue à « querelle »). Au XVIIe siècle, le problème change de direction et de signe sous l’influence de la culture des salons et de la préciosité ainsi que sous celle des régentes Marie de Médicis et Anne d’Autriche. Des titres tels que La femme héroïque (1645) de Jacques du Bosc, Les dames illustres (1645) de Jacqueline Guillaume, La galerie des femmes fortes (1647) de Pierre Le Moyne ou Le cercle des femmes sçavantes (1663) de Jean de La Forge témoignent de ces nouvelles orientations. Ce qui ne me paraît pas encore suffisamment éclairé pour cette époque, ce sont les rapports entre la « haute culture » et la culture populaire en ce qui concerne notre sujet, et cela aussi bien dans le domaine des images que dans celui des textes. Une autre perspective que je ne peux qu’indiquer ici est le rapport entre cette querelle des Sexes et la célèbre querelle des Anciens et des Modernes18.

V

  • 19 Voir Christine Bard, Les filles de Marianne. Histoire des féminismes, 1914-1940, Paris, 1995.
  • 20 Je renvoie ici à Otto Gerhard Oexle, Geschichtswissenschaft im Zeichen des Historismus. Studien zu (...)
  • 21 Voir Margarete Zimmermann, « Feminismus und Feminismen. Plädoyer für die Historisierung eines umst (...)
  • 22 La querelle et ses ramifications dans les pays hispanophones sont analysées par : Tobias Brandenbe (...)

13Un premier bilan : le terme « querelle des Femmes » est plutôt rare chez les auteurs de cette controverse, qui lui préfèrent d’autres lexèmes tels que « controverse », « dispute », « combat », « grief ». Au début du XXe siècle, on observe pourtant une réapparition de ce terme, qui à partir de ce moment fera une carrière étonnante. Cet intérêt nouveau pour le phénomène et pour son histoire a son point de départ dans les travaux des historiens de la littérature, des seiziémistes Abel Lefranc et Émile Telle. Le premier l’utilise dans le titre de son article « Le Tiers Livre de Pantagruel et la querelle des Femmes » ; le second le place dans le titre de son étude sur L’œuvre de Marguerite d’Angoulême, reine de Navarre, et la querelle des Femmes (1937). Une telle reprise d’un terme ancien est pourtant loin d’être le produit du hasard. Elle est à situer en effet à l’intérieur d’une conjoncture bien précise, celle du premier féminisme en France19. Aussi bien la publication d’Abel Lefranc que celle d’Émile Telle portent les traces de la tentative — si fréquente dans les premières décennies du XXe siècle — d’expliquer et peut-être aussi de « domestiquer » le féminisme par un recours au passé. En même temps, cette attitude traduit l’empreinte de l’historicisme 190020, d’une position critique vis-à-vis de chaque phénomène actuel, visant à insérer celui-ci dans une lignée historique, essayant de lui trouver des « ancêtres » et des « précurseurs ». Le féminisme n’échappe pas à cette tentative21. Si ce sont des chercheurs français qui relancent le débat autour de la querelle des Femmes, cela a pour conséquence — néfaste pour les autres pays européens — une forte concentration sur le domaine français : la Querelle, bien qu’étant un phénomène d’envergure européenne, avec même quelques « ramifications » en Amérique latine22, apparaît, dans cette première phase de sa réactualisation à la lumiére du féminisme 1900, comme un phénomène (presque) uniquement français. En Italie seulement, paraissent encore quelques études sur ce sujet et ses variantes italiennes. Il s’ensuit qu’aujourd’hui, les recherches sur les querelles autres que françaises marquent un certain retard.

  • 23 Maïté Albistur et Daniel Armogathe, Histoire du féminisme français, du Moyen Age à nos jours, Pari (...)
  • 24 Ian Maclean, Woman Triumphant. Feminism in French Literature, 1610-1652, Oxford, 1977.
  • 25 Marc Angenot, Les champions des femmes. Examen du discours sur la supériorité des femmes, 1400-180 (...)
  • 26 Publié dans Signs 8, n° 1, 1982, p. 4-28.
  • 27 Voir déjà É. Telle, L’œuvre..., et Blanche Hinman Dow, The Varying Attitude toward Women in French (...)
  • 28 H. Solterer, The Master and Minerva..., p. 18.
  • 29 Gisèle Mathieu-Castellani, La quenouille et la lyre, Paris, 1998, p. 9.
  • 30 Ibid., p. 10.
  • 31 Voir à cet égard ibid., p. 26.

14Cette situation change peu lorsque, à la suite du féminisme des années soixante, on se penche de nouveau sur la Querelle, moins dans une perspective d’actualité directe que par intérêt pour le phénomène sui generis, auquel on consacre désormais des études approfondies. Dans cette optique sont publiés, avec une curieuse concentration sur l’année 1977, les livres d’Albistur et Armogathe23, d’Ian Maclean24, de Marc Angenot25 et enfin, quelques années plus tard, l’article de Joan Kelly, « Early Feminist Thought and the Querelle des Femmes, 1400-1789 »26, devenu entre-temps un classique dans ce domaine. Cet intérêt renouvelé de la recherche a également pour conséquence toute une série de rééditions de textes de la Querelle, qui ainsi sortent enfin de leur sommeil d’archives et de bibliothèques et deviennent à nouveau accessibles. Ces activités dans le domaine éditorial sont d’autant plus importantes qu’elles donnent lieu à leur tour, par une sorte d’effet « boule de neige », à de nouvelles recherches. Une autre conjoncture — mais peut-être est-il encore trop tôt pour en juger — semble se dessiner à partir des années 1990 : je renvoie aux études déjà citées de Finda Timmermans, L’accès des femmes à la culture, centrée sur le problème de la formation intellectuelle des femmes au XVIIe siècle et de leur difficile statut d’écrivaine, et de Helen Solterer, The Master and Minerva, qui marque un nouvel intérêt pour l’origine médiévale de la Querelle27 et les fondements juridiques de celle-ci, pour la naissance de la « disputional figure of a woman » et la « dialectic between masterful writing and women’s response »28. J’attire également l’attention sur la fondation, en 1995, d’un « yearbook », interdisciplinaire et international, baptisé précisément Querelles, dont le second volume est consacré à la querelle des Femmes européenne du XVe au XVIIIe siècle, et qui témoigne indéniablement de l’actualité de ce sujet. Je renvoie finalement au livre La quenouille et la lyre de Gisèle Mathieu-Castellani (1998), qui marque un intérêt tout récent pour ce « discours [qui] prend pour objet des discours »29 et ce « débat qui marque les débuts de l’anthropologie moderne »30. Tout cela montre également qu’un certain savoir historique sur la querelle des Femmes a résisté à la force destructrice de l’oubli, que des chercheurs et chercheuses reviennent toujours à ce concept et qu’ils ne cessent d’établir un lien entre la Querelle historique et des problèmes d’actualité31.

VI

  • 32 Pour les problèmes de définition et de périodisation voir Gisela Bock et Margarete Zimmermann, « D (...)

15Plus on réfléchit sur la Querelle et plus on se rend compte combien il serait erroné de la réduire à une dispute sur la femme ou le féminin, et qu’il s’agit là d’un phénomène bien plus complexe, d’une querelle de grande envergure à laquelle participent les deux sexes, une querelle dans les media texte et image — et en même temps une querelle dont l’enjeu sont la parole et l’image. Autrement dit : le combat est engagé autour d’un imaginaire, d’un réseau de concepts et d’images, d’un espace conceptuel se rapportant aux notions de « féminin »/« masculin » et à leur construction par les « créateurs » d’images et de textes. D’autres enjeux sont les rapports de pouvoir entre les sexes, une anthropologie spécifique au sexe féminin/masculin et les questions qui dominent les débats actuels de chaque époque : l’accès des femmes à la culture, leur rapport face au pouvoir politique, etc.32.

  • 33 G. Mathieu-Castellani, La quenouille..., p. 31.
  • 34 Dina De Rentiis, Die Zeit der Nachfolge. Zur Interdependenz von « imitatio Christi » und « imitati (...)
  • 35 I. Maclean, Woman Triumphant..., p. 25 et suiv.

16Au cours des siècles se forment ainsi d’immenses arsenaux d’arguments et d’exempla dans lesquels ne cessent de puiser les auteurs de la Querelle, à [’intérieur desquels ont pourtant lieu des innovations et des mutations révélatrices. Nous sommes en présence d’une « intertextualité spécifique, celle des discours pour ou contre les femmes »33. C’est pour cette raison que parler du caractère « statique » de la Querelle, de son « immobilisme », comme le font souvent des auteurs du XXe siècle, c’est d’abord commettre un anachronisme en analysant ces textes d’après les critères d’une esthétique moderne. Car nous sommes ici encore dans l’ère pré-moderne, celle de l’imitatio34. En même temps, cette vision des choses fait oublier qu’il existe des manières bien différentes de fonctionnaliser un exemplum. Ensuite, il faut établir des différences qualitatives entre des textes qui sont plutôt épigonaux et répétitifs et ceux qu’Ian Maclean appelle seminal Works35, des textes qui font avancer le débat en y introduisant de nouvelles perspectives et qui, à leur tour, seront imités, comme par exemple La cité des dames et le De praecellentia et nobilitate foeminei sexus d’Agrippa von Nettesheim (1509/1529).

VII

17Il me reste à retracer dans ce corpus de textes datant du XVe au XVIIe siècle quelques éléments d’une réflexion sur les multiples rapports entre la querelle des Femmes et les livres, entre les femmes et les livres. Soulignons tout d’abord l’importance de la « mise en escrit » et du livre en tant qu’archive d’un certain savoir sur les femmes : nous en trouvons maintes traces dans les textes de la première phase de la Querelle, par exemple chez Christine de Pizan, Martin Le Franc et Symphorien Champier. Ainsi, Christine ne se lasse pas de démontrer l’influence néfaste de cet énorme stock de sentences misogynes et misogames passé de la tradition orale à la tradition écrite et condensé dans le Roman de la Rose. Martin Le Franc met l’accent sur un autre aspect lorsqu’il évoque la mise en écrit d’un certain savoir misogyne par les clercs :

  • 36 Martin Le Franc, Le champion des dames, Lyon, s.d. [vers 1485], f. c vi.

L’on me dist que Envie jadis
Fonda ce colliege notable
Ou sont les maistres des faulx dis
Escrips et en livres et en table.
........................
Malebouche cest hostel tient
Et plusieurs telz par my le monde
Soubz luy en commande et maintient.
....................
Il a les meilleurs clercs du monde,
Escripvans livres et procés.
Tousjours lit il ou il escript
Et met grant peine a livres faire36.

  • 37 Ibid., f. t ii.

18Il déplore également l’absence d’une mémoire écrite concernant celles qu’il appelle « clergesses » ou les « grandes dames de France »37. Symphorien Champier considère l’accès insuffisant des femmes à l’écriture comme la raison de leur position menacée dans la querelle des Femmes lorsqu’il écrit dans sa Nef des dames vertueuses (1503) : « Mais pource que les femmes sont comme les brebiz devant le loup et communement ne visitent pas les escriptures a eulx sçavoir deffendre et pour ce ne sonnent mot, l’on dit ces maulx estre venus d’elles. »

19Cette idée du pouvoir du livre et de l’accès insuffisant des femmes à ce pouvoir est déjà formulée de manière lancinante dans l’œuvre de Christine de Pizan, surtout dans son Epistre au dieu d’Amours et sa Cité des dames. Je songe ici aux vers bien connus :

  • 38 Christine de Pizan, « L’épistre au dieu d’Amours », dans ead., Œuvres poétiques, éd. Maurice Roy, (...)

Je leur respons que les livres ne firent
Pas les femmes, ne les choses n’i mirent
Que l’en y list contre elles et leurs meurs ;
Si devisent a l’aise de leurs cuers
Ceulz qui plaident leur cause sanz partie,
Sanz rabatre content, et grant partie
Prenent pour eulx, car de legier offendent
Les batailleux ceulz qui ne se deffendent.
Mais se femmes eussent les livres fait,
Je sçay de vray qu’autrement fust du fait,
Car bien scevent qu’a tort sont encoulpées38...

  • 39 Jacqueline Cerquiglini-Toulet, « Fondements et fondations de l’écriture chez Christine de Pizan. S (...)
  • 40 Ibid., p. 84 et suiv.
  • 41 Publié pour la première fois à Venise en 1600 ; d’autres éditions, corrigées et augmentées, se suc (...)

20Et ce n’est pas un hasard si, dans la scène initiale de La cité des dames, la fréquence du terme « livre » est particulièrement élevée. Jacqueline Cerquiglini a montré que, chez Christine, l’avènement à l’écriture renvoie au modèle de « la vierge lectrice, à l’instant de l’annonciation »39 et que fauteur, qui se qualifie elle-même d’« antygraphe », pratique une écriture qui part d’un autre livre, « une écriture en regard d’une parole ou d’une autre écriture »40. A travers ce procédé d’« antygraphie », appliqué au Livre de Matheolus et au Roman de la Rose, elle élabore des formes de relecture et de critique qui sont aussi des formes de révision du canon. C’est un procédé que l’écrivaine vénitienne Lucrezia Marinella, dans son traité Della nobiltà et l’eccellenza delle donne41, appliquera plus tard aux œuvres de Boccace, du Tasse et de Sperone Speroni.

  • 42 Le ménagier de Paris, éd. Jérôme Pichon, Paris, 1843, 2 vol. (réimpr. Genève, 1892), t. I, p. 72.
  • 43 Ibid., p. 16.

21Les auteurs de la Querelle discutent également la question de l’accès des femmes aux livres, une question qui a acquis une grande actualité depuis la multiplication des publications en langue vernaculaire et après les directives du concile de Trente. Chez les auteurs masculins, l’image du livre protecteur de vertu féminine, du livre bouclier, domine mais n’est plus seulement le livre d’heures comme dans les traités didactiques du Moyen Age destinés aux femmes. Ainsi l’auteur anonyme du Ménagier de Paris (fin du XIVe siècle) évoque l’exemple de « Lucresse qui [...] tenoit son livre dévotement et à basse chière disoit ses heures moult humblement... »42 et conseille également à sa propre femme d’éviter les regards à l’église : « Aiez aussi continuellement vostre regart sur vostre livre ou au visaige de l’imaige sans regarder homme ne femme, peinture ne autre chose... »43.

  • 44 Jean Bouchet, Le jugement poëtic de l’honneur femenin et sejour des illustres et claires dames, Po (...)
  • 45 Ibid.
  • 46 Ibid., f. bb ii v.
  • 47 Artus Thomas, Qu’il est bien seant que les filles soyent sçavantes, Paris, 1600, f. A iij.

22Malheureusement, les auteurs qui au XVIe siècle discutent des rapports entre les femmes et les livres ne mentionnent que rarement des titres ; les écrivains gynophiles plaident toutefois pour un accès féminin à la culture livresque. Ainsi Jean Bouchet, dans son Jugement poëtic de l’honneur femenin (1536), loue « les anciens qui faisoyent instruire leurs filles es arts liberaulx »44, et continue ainsi : « Et quant a mon petit jugement, je m’en esbahis plus fort, et dont on leur veult tollir et ouster la liberté de lire les livres en françois : j’entends bons et approuvez »45, pour conclure : « ... car mieulx vault telle occupation au secret de la maison que les vaines parolles et ocieuses que dient ou peuent dire hommes et femmes assemblez »46. On rencontre une argumentation analogue dans le discours d’Artus Thomas, Qu’il est bien seant que les filles soyent sçavantes, publié en 1600. La dédicace à Elisabeth de Ligny est déjà révélatrice à cet égard. Nous y lisons : « ... vous estes l’exemple visible de ma proposition, pouvant par un mesme esprit regler l’economie d’un mesnage et comprendre ce qui est le plus eslevé... »47. La lecture des « bons livres » fonctionne pour Thomas comme une sorte d’arme contre les vicissitudes de la vie féminine. En effet, la lecture n’est pas soumise aux exigences de l’existence de la mulier domestica mais représente un élargissement nécessaire de l’horizon de celle-ci :

  • 48 Ibid., f. 18.

« Qu’on ne me vienne donc point discourir du mesnage, c’est bien une de leurs occupations, mais c’est trop peu pour un esprit bien tendu, pour une intelligence plus eslevee, desmeurer toujours dans cette fange, c’est estre né sous une constellation trop brutale. Il faut regarder le ciel, et aprés le soing du corps, se souvenir aussi quelquesfois de l’esprit. Joinct qu’une femme aura bien plus d’ordre, se fera bien mieux respecter aprés la communication de quelque bon livre... »48.

VIII

  • 49 Voir J. Pieper, Zwiscben Bildungslust und Konvention...

23Pour terminer, jetons de nouveau un regard du côté des femmes et tournons-nous cette fois-ci vers Catherine des Roches, une écrivaine de la fin du XVIe siècle dont les œuvres nous permettent de saisir plusieurs facettes importantes du rapport femme(s)-livre(s)49. A travers son œuvre, le livre prend la forme d’un objet ardemment désiré et dont l’absence plonge les femmes dans un état de maladie mortelle. C’est ce qu’imagine Catherine des Roches dans son long poème L’Agnodice, où elle confronte des femmes désireuses de culture livresque avec :

  • 50 M. des Roches et C. des Roches, Les œuvres..., p. 335.

Des maris, qui seront les tyrans de leurs femmes,
Et qui leur deffendant le livre et le sçavoir,
Leur osteront aussi de vivre le pouvoir50.

  • 51 Publié dans Les secondes œuvres de mesdames des Roches de Poitiers, mère et fille, Poitiers, 1583, (...)
  • 52 Ibid, f. 35.

24Mais c’est surtout avec son dialogue en forme de diptyque, Dialogue de Placide et Severe/d’Iris et Pasithee51, que Catherine des Roches participe aux débats sur l’accès des femmes à la culture et leur donne un tournant particulier. Dans le premier volet de ce dialogue, elle met en scène une conversation de deux pères aux noms bien transparents, Placide et Sévère. Cette partie de l’œuvre renvoie directement à une certaine tradition de la Querelle où les femmes — et leur désir de lecture — sont encore les objets du discours des « pères ». Dans le deuxième volet, la conversation entre Iris et Pasithée, les filles de Placide et Sévère, les femmes acquièrent le statut de sujets du discours. En analogie avec cette gradation, l’écrivaine formule dans le premier dialogue, celui des pères, une position plus modérée que dans le second : aux lamentations de Sévère, qui se présente comme un malmarié souffrant d’une « femme rioteuse, facheuse, dédaigneuse »52, son voisin Placide répond que les bonnes lectures pourraient changer un dragon domestique en un parangon de vertus matrimoniales :

  • 53 Ibid., f. 42.

« Mémes les plus farouches sont moderez par la douceur, la douceur devient grande par la raison, la raison par la science, la science par les livres. Et pour ce je maintiens qu’ilz doivent estre permis aux femmes, comme la plus fidelle compagnie qu’elles puissent avoir »53.

25Il étend ensuite ce programme d’éducation par les livres à toutes les femmes et loue sans réserve les bienfaits de la lecture :

  • 54 Ibid., f. 36v.

« Soit que les femmes vous semblent sottes ou sages, pourtant je serais d’advis qu’on leur permist toujours de lire, afin que les unes se pussent diminuer la sottise, les autres acroistre la sagesse, par le moien des livres, qui leurs sont tres necessaires, quand ce ne serait que pour les retenir solitaires en la maison, sans estre oysives »54.

  • 55 Voir ibid., f. 36-37.
  • 56 Ibid., f. 37 : « PLA. Ce mal vous est iustement deu, puis que la guerison estant en vostre puissan (...)

26Placide dissipe également la peur de la « femme sçavante »55 et propose de remédier aux maladresses de l’épouse de Sévère par la lecture du célèbre traité économique de Xénophon56. En outre, il se prononce en faveur de lectures non sélectionnées selon le sexe des lecteurs, en faveur d’un libre accès à tous les textes aussi bien pour les hommes que pour les femmes :

  • 57 Ibid, f. 38.

« SEV. Vous dites merveilles, de sorte que je permetz a ma femme et a mes filles de lire l’Escriture sainte, pourveu quelles ne passent point outre.
PLA. Je vous dy que toutes letres leurs sont necessaires, aussi bien qu’a nous.
SEV. Elles n’estudiront pas aux loix.
PLA. Elles n’en doivent pas estre du tout ignorantes »57.

  • 58 Voir J. Pieper, Zwischen Bildungslust und Konvention..., p. 63 et suiv.

27Le dialogue des filles, dont la vivacité est due au contraste entre la « vierge folle » (Iris) et la « vierge sage » (Pasithée), dépasse cette vision du livre remède pour les femmes farouches en ménage et contient des positions plus audacieuses’’58. Pasithée joue le rôle de l’éducatrice d’iris, une jeune femme coquette, volage et un peu sotte. Les divergences entre ces deux images du féminin éclatent dans leur rapport avec le livre, rapport qui ne s’étend qu’à la surface de l’objet livre chez Iris, rapport sérieux d’intellectuelle et de lectrice fervente chez Pasithée :

  • 59 Les secondes œuvres de mesdames des Roches..., f. 47-v.

« IRI. J’ai leu d’autre fois en un livre qui disoit la bonne avanture, que mon père avoit aporté.
PASI. En sçavez vous le nom ?
IRI. Il n’étoit point nommé.
PASI. Qui l’a composé ?
IRI. Il m’est advis que c’ét Almanac. J’y prenois tous les plaisirs du monde, mais la teste m’en feit mal, et pour ce je cessay.
PASI. Ha, je pense bien aussi que l’inconvenient n’étoit pas petit. Or ces livres dont je veus parler, ne causent point le mal de teste, mais plustost ilz en ôtent le martel.
IRI. Parlez vous point de ce beau livre doré, qu’Eole regardoit l’autre jour ?
PASI. Vraiment je ne sçay. Comment l’appellez-vous ?
IRI. Il ne m’en souvient point.
PASI. De quoy est-ce qu’il parle ?
IRI. Je n’en ay point memoire.
PASI. Est-il en vers ou en prose ?
IRI. Je n’y regarday pas.
PASI. De quand est-il imprimé ?
IRI. Je ne sçay ; mais il est fort beau.
PASI. Vous l’avez dont veu surement, Iris, sans avoir rien pris de luy.
IRI. Il est vray »59.

  • 60 Voir J. Pieper, Zwischen Bildungslust und Konvention..., p. 67 : « Catherine des Roches deutet hie (...)
  • 61 Les secondes œuvres de mesdames des Roches..., f. 49.

28Pourtant, Iris hésite encore entre le modèle de sagesse féminine que lui propose Pasithée, un modèle « moderne » en ce qu’il fait référence à l’humanisme italien et « féminisé », représenté par des figures de savantes telle que Cassandra Fedele. L’autre pôle est marqué par 1’« ancien modèle » d’une coquetterie tournant à vide et manquant son but essentiel, l’homme. A un certain moment du dialogue, Iris entrevoit la possibilité de combiner les deux modèles de la vie féminine : se servir du livre comme d’une arme dans la conquête d’un homme. Catherine des Roches développe ici un idéal d’amour qui renvoie au néoplatonisme60, où éros et intellectualité se trouvent réunis. Dans ce face-à-face féminin, un « plaisir de lecture » se dessine qui constitue également une forme de liberté féminine, et nous assistons, dans les réparties de Pasithée, à la construction d’une figure de « clergesse » humaniste. Pasithée propose à Iris comme programme éducatif l’acquisition des quatre capacités suivantes : « Lire, bien écrire, toucher la lyre, sçavoir proprement dire »61. Le dialogue se termine sur l’image d’une Iris tentée par ce nouveau modèle de féminité mais non encore tout à fait convertie.

  • 62 Tilde Sankovitch, French Women Writers and the Book. Myths of Access and Desire, Syracuse-New York (...)
  • 63 Les secondes œuvres de mesdames des Roches..., f. 38v.

29Avec Catherine des Roches, la réflexion sur les femmes et les livres acquiert dans le contexte de la Querelle une nouvelle qualité, et illustre parfaitement ce que Tilde Sankovitch a appelé les « mythes d’accès au livre et de désir du livre »62. Dans le dialogue des pères, Sévère cite une diatribe sous forme de chanson où est développée l’image d’« une femme pompeuse assise en un throne, tenant une plume en la main, un livre soubz ses piedz »63, image d’intellectuelle, d’écrivaine, qui se veut rebutante et qui culmine dans les vers suivants :

  • 64 Ibid., f. 39.

Fuiez donc la femme sçavante,
Recherchez plustost l’ignorante :
L’une pourrait vous mespriser,
L’autre se laisse maistriser64.

  • 65 Ibid., f. 39-v.
  • 66 Ibid., f. 39v.

30Placide répond à ce qu’il appelle « les enfumees authoritez des devants de cheminees »65 par une autre chanson qu’il tient de sa fille Pasithée. Elle célèbre l’art de la conversation, l’éloquence comme la « lumiere de l’entendement »66 et propose ce modèle de vie parfaite :

  • 67 Ibid., f. 40.

Les dames qui veulent bien vivre,
Desireuses d’aprendre et voir,
Hantent les vertus et le livre,
Mariant les meurs au sçavoir67.

  • 68 Pour l’iconographie de ce personnage extrêmement répandu dans plusieurs cycles d’illustrations, je (...)

31Catherine des Roches montre que la réalisation de cet idéal a été possible à la fin du XVIe siècle en France ; qu’il n’a pas été acquis définitivement, qu’il demeure un état précaire, toujours menacé : ceci est la leçon que le XVIIe siècle nous donne, quand, vers 1660, intervient un Lustucru, forgeron et « opérateur céphalique », contre les audaces des amazones salonnières de l’après-Fronde68.

Notes

1 Colette, Œuvres complètes, éd. Claude Pichois, Paris, 1991, p. 478.

2 Voir à cet égard Colette Sarrey-Strack, « Postmoderne Spannungen im Feld der Literatur », à paraître dans Gender Studies in den romanischen Literaturen, éd. Renate Kroll et Margarete Zimmermann, Francfort, 1999 (sous presse).

3 Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe, Paris, 1971 (1re éd. 1949), t. I, p. 11.

4 Cité d’après Ulrich Raulff, Ein Historiker im 20. Jahrhundert: Marc Bloch, Francfort, 1995, p. 118.

5 Pour Castiglione, voir Stephen Kolsky, « Women through Men’s Eyes: The Third Book of Il Cortegiano », dans The Shared Horizon. Melbourne Essays in Italian Language and Literature in Memory of Colin McCornick, éd. Tom O’Neill, Dublin, 1990, p. 41-91; pour l’Arioste, Pamela Joseph Benson, The Invention of the Renaissance Woman. The Challenge of Female Independence in the Literature and Thought of Italy and England, University Park, 1992.

6 Linda Timmermans, L’accès des femmes à la culture (1589-1715). Un débat d’idées, de saint François de Sales à la marquise de Lambert, Paris, 1993.

7 C’est ce que pratique Jean Larnac dans son Histoire de la littérature féminine en France, Paris, 1929.

8 Helen Solterer, The Master and Minerva. Disputing Women in French Medieval Culture, Berkeley-Los Angeles-Londres, 1995, p. 17.

9 Ibid., p. 16.

10 Le livre des fais du bon messire Jehan le Maingre, dit Bouciquaut, éd. Denis Lalande, Paris, 1985, p. 160 et suiv.

11 Quelques informations concernant l’histoire de ce mot se trouvent chez D. Zeváco, « Querelle », dans Revue de philologie française, n° 30, 1917-1918, p. 36-40.

12 Voir Émile Telle, L’œuvre de Marguerite d’Angoulême, reine de Navarre, et la querelle des Femmes, Toulouse, 1937 (réimpr. Genève, 1969), p. 55.

13 Boccace, d’ailleurs, est mentionné dans le catalogue des livres misogynes et misogames que donne G. du Pont, Les controverses..., p. 212 et suiv.

14 G. du Pont, Les controverses..., f. V.

15 Celle-ci se manifeste surtout dans l’épilogue « Aux dames ».

16 Le poème se trouve dans Madeleine des Roches et Catherine des Roches, Les œuvres, éd. Anne R. Larsen, Genève, 1993, p. 292-293. Sur l’œuvre et le « féminisme » des dames des Roches, voir Julia Pieper, Zwischen Bildungslust und Konvention. Gelehrsamkeit, Tugend und weibliche Autorschaft im Werk der Dames des Roches, Pfaffenweiler, 1998.

17 Elisabeth Makowski et Katharina Wilson ont consacré une étude pertinente à la misogamie médiévale, à cette époque encore un phénomène purement masculin : Wykked Wyves and the Woes of Marnage. Misogamous Literature from Juvenal to Chaucer, Albany, 1990. Je renvoie dans ce contexte également à Rüdiger Schnell, Ehediskurse, Frauendiskurse, Männerdiskurse, Tübingen, 1998.

18 René Pomeau signale qu’un tel rapport existe, sans pourtant le préciser (Littérature française. L’âge classique, t. III, 1680-1720, Paris, 1971, p. 75).

19 Voir Christine Bard, Les filles de Marianne. Histoire des féminismes, 1914-1940, Paris, 1995.

20 Je renvoie ici à Otto Gerhard Oexle, Geschichtswissenschaft im Zeichen des Historismus. Studien zu Problemgeschichten der Moderne, Göttingen, 1996.

21 Voir Margarete Zimmermann, « Feminismus und Feminismen. Plädoyer für die Historisierung eines umstrittenen Begriffs », dans Feministische Literaturwissenschaft in der Romanistik, éd. Renate Kroll et Margarete Zimmermann, Stuttgart-Weimar 1995, p. 52-63.

22 La querelle et ses ramifications dans les pays hispanophones sont analysées par : Tobias Brandenberger, « Malas hembras und virtuosas mujeres : Querelles in der spätmittelalterlichen und frühneuzeitlichen Romania », dans Die europäische Querelle des Femmes. Geschlechterdebatten seit dem 15. Jahrhundert, éd. Gisela Bock et Margarete Zimmermann, Stuttgart-Weimar, 1997, p. 183-202; Friederike Hassauer: « Die Seele ist nicht Mann, nicht Weib. Stationen der Querelle des Femmes in Spanien und Lateinamerika vom 16. zum 18. Jahrhundert », ibid., p. 203-238.

23 Maïté Albistur et Daniel Armogathe, Histoire du féminisme français, du Moyen Age à nos jours, Paris, 1977.

24 Ian Maclean, Woman Triumphant. Feminism in French Literature, 1610-1652, Oxford, 1977.

25 Marc Angenot, Les champions des femmes. Examen du discours sur la supériorité des femmes, 1400-1800, Montréal, 1977.

26 Publié dans Signs 8, n° 1, 1982, p. 4-28.

27 Voir déjà É. Telle, L’œuvre..., et Blanche Hinman Dow, The Varying Attitude toward Women in French Literature of the Fifteenth Century: The Opening Years, New York, 1936.

28 H. Solterer, The Master and Minerva..., p. 18.

29 Gisèle Mathieu-Castellani, La quenouille et la lyre, Paris, 1998, p. 9.

30 Ibid., p. 10.

31 Voir à cet égard ibid., p. 26.

32 Pour les problèmes de définition et de périodisation voir Gisela Bock et Margarete Zimmermann, « Die Querelle des Femmes in Europa. Eine begriffs-und forschungsgeschichtliche Einführung », dans Die europäische Querelle des Femmes..., p. 9-38.

33 G. Mathieu-Castellani, La quenouille..., p. 31.

34 Dina De Rentiis, Die Zeit der Nachfolge. Zur Interdependenz von « imitatio Christi » und « imitatio auctorum » im 12.-16. Jahrhundert, Tübingen, 1996.

35 I. Maclean, Woman Triumphant..., p. 25 et suiv.

36 Martin Le Franc, Le champion des dames, Lyon, s.d. [vers 1485], f. c vi.

37 Ibid., f. t ii.

38 Christine de Pizan, « L’épistre au dieu d’Amours », dans ead., Œuvres poétiques, éd. Maurice Roy, Paris, 1886-1896, 3 vol. , t. II, p. 1-27, à la p. 14.

39 Jacqueline Cerquiglini-Toulet, « Fondements et fondations de l’écriture chez Christine de Pizan. Scènes de lecture et scènes d’incarnation », dans The City of Scholars. New Approaches to Christine de Pizan, éd. Margarete Zimmermann et Dina De Rentiis, Berlin / New York, 1994, p. 79-96, à la p. 95.

40 Ibid., p. 84 et suiv.

41 Publié pour la première fois à Venise en 1600 ; d’autres éditions, corrigées et augmentées, se succèdent jusqu’en 1621.

42 Le ménagier de Paris, éd. Jérôme Pichon, Paris, 1843, 2 vol. (réimpr. Genève, 1892), t. I, p. 72.

43 Ibid., p. 16.

44 Jean Bouchet, Le jugement poëtic de l’honneur femenin et sejour des illustres et claires dames, Poitiers, 1536, f. bb ii.

45 Ibid.

46 Ibid., f. bb ii v.

47 Artus Thomas, Qu’il est bien seant que les filles soyent sçavantes, Paris, 1600, f. A iij.

48 Ibid., f. 18.

49 Voir J. Pieper, Zwiscben Bildungslust und Konvention...

50 M. des Roches et C. des Roches, Les œuvres..., p. 335.

51 Publié dans Les secondes œuvres de mesdames des Roches de Poitiers, mère et fille, Poitiers, 1583, f. 35-53.

52 Ibid, f. 35.

53 Ibid., f. 42.

54 Ibid., f. 36v.

55 Voir ibid., f. 36-37.

56 Ibid., f. 37 : « PLA. Ce mal vous est iustement deu, puis que la guerison estant en vostre puissance, vous ne voulez pas la recevoir. La femme d’Ischomache aprendroit a la vostre a faire son devoir, si vou luy commandiez de lire la Menagerie de Xenophon. »

57 Ibid, f. 38.

58 Voir J. Pieper, Zwischen Bildungslust und Konvention..., p. 63 et suiv.

59 Les secondes œuvres de mesdames des Roches..., f. 47-v.

60 Voir J. Pieper, Zwischen Bildungslust und Konvention..., p. 67 : « Catherine des Roches deutet hier ein von neuplatonischen Ideen beeinflusstes Liebesideal an [...]. Die wesentlichen Elemente dieser Liebeskonzeption sind der ‘Esprit’ und die ‘discretion’, die beide Liebenden besitzen müssen und die sie einander in einer ‘ressemblance’ erkennen lassen. »

61 Les secondes œuvres de mesdames des Roches..., f. 49.

62 Tilde Sankovitch, French Women Writers and the Book. Myths of Access and Desire, Syracuse-New York, 1988.

63 Les secondes œuvres de mesdames des Roches..., f. 38v.

64 Ibid., f. 39.

65 Ibid., f. 39-v.

66 Ibid., f. 39v.

67 Ibid., f. 40.

68 Pour l’iconographie de ce personnage extrêmement répandu dans plusieurs cycles d’illustrations, je renvoie à Laure Beaumont-Maillet, La guerre des Sexes. XVe-XIXe siècle, Paris, 1984 ; pour l’interprétation de la conjoncture de ces séries d’illustrations, voir Joan DeJean, « Frauen und Gewalt. Reprásentationen von mächtigen und machtlosen Frauen im frühneuzeitlichen Frankreich », dans Gender Studies... (sous presse).

© Publications de l’École nationale des chartes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search