Version classiqueVersion mobile

Géographies du handicap

 | 
Noémie Rapegno
, 
Cristina Popescu

Conclusion

Conclusion

Les géographies du handicap comme géographies de la diversité

Cristina Popescu et Noémie Rapegno

Texte intégral

Le dialogue que nous avons initié entre chercheurs et entre disciplines montre la diversité des dynamiques des « géographies » du handicap.

L’espace se présente comme une ressource à la disposition de ses utilisateurs, différemment actualisable selon les divers besoins. Il n’existe pas un seul espace du handicap, mais plusieurs, selon les expériences des individus concernés.

  • 1 Elguezabal, 2015.
  • 2 Joseph, 1998.
  • 3 Sennett, 2002.

1Ces espaces (numériques ou physiques, réfléchis pour les personnes en situation de handicap ou non) sont le plus souvent fragmentés, parsemés de frontières invisibles qui séparent des mondes sociaux toujours en train de redéfinir leur place1. L’espace est compris comme lieu de l’action2, qui par ses limitations ouvre ou non l’accès aux diverses catégories de citoyens. Il se construit dans le continuum des relations intimes et des relations plus formelles. Et il apparaît parfois comme un réservoir de sensations3.

L’étude des géographies du handicap a pu être saisie au niveau de plusieurs axes : celui des diverses (re)configurations de l’espace à l’encontre des corps différents, celui des formes d’appropriation des espaces, et des déplacements, comme formes sensibles du changement.

  • 4 Ravaud & Fougeyrollas, 2005.
  • 5 Gibson, 1977.

2L’ouvrage a proposé un voyage au sein de divers espaces du handicap. Comme montré dès l’introduction générale, les théories du modèle social du handicap4 mettent l’accent sur l’importance de l’environnement dans la création des situations de handicap. Plusieurs contributions ont évoqué les revendications d’une ouverture de l’espace (aménagement des voiries, du bâti), traduite par l’emploi d’un terme qui est souvent employé par les acteurs du monde du handicap, celui d’accessibilité. L’accessibilisation d’un espace contribue à valoriser les affordances5 ou possibilités pour des personnes handicapées, et plus généralement, différentes du point de vue de leurs besoins et de leur rapport au monde. Encourager leur « fonctionnement », leur permettre de choisir entre de multiples potentialités d’actions, c’est une manière de reconnaître la différence de ces personnes et d’ouvrir l’espace à la diversité des pratiques et des identités.

  • 6 Tuan, 1974 ; Di Méo, 1998 ; Frémont, 1999.

3Une partie des contributions a repris ces questions, tout en faisant attention à distinguer les notions d’accès et d’accessibilité. L’accessibilité a été étudiée à la fois comme catégorie de l’action publique et comme catégorie interprétative. Plusieurs des auteurs se sont attachés à mieux saisir la place qu’elle peut occuper, dans l’espace physique comme dans l’espace numérique, au sein des « géographies du handicap ». Ainsi, les nouveaux dispositifs numériques, tout comme les technologies de l’information et de la communication, participent à la (re)configuration de l’espace vécu par les personnes handicapées. En outre, à travers les diverses expérimentations étudiées (un quartier inclusif pour les personnes ayant une déficience intellectuelle, un centre d’appel d’urgence expérimental pour les sourds et malentendants, etc.), l’espace est souvent mis à l’épreuve pour supporter les activités futures d’une diversité d’acteurs. Réciproquement, les participants à ces expérimentations témoignent à leur tour d’une forme d’ajustement spatial. Comprendre les géographies du handicap passe aussi par l’étude des activités permettant aux individus de négocier leur environnement, de se le réapproprier et de le transformer. Plusieurs des auteurs ont notamment analysé l’espace vécu des personnes en situation de handicap, en d’autres termes, l’ensemble des lieux qu’elles fréquentent, leur espace de vie mais aussi leur espace social et les valeurs psychologiques qu’elles projettent dans cet espace6. L’étude conjointe des espaces de la vie publique et de la vie intime a mis en évidence l’importance des repères qu’ils soient présents dans un espace clos ou ouvert. L’appropriation de ces espaces se fait à travers de multiples ajustements mis en lumière par la plupart des contributions de l’ouvrage.

4Au-delà des déplacements comme activités quotidiennes, la mobilité à différentes échelles est une composante à décortiquer pour une recherche en termes de géographies du handicap. Le mouvement a aussi pu être étudié dans sa dimension plutôt personnelle et sous un angle émotionnel. Le rapport du corps à l’espace, sa participation à la construction de son environnement se trouvent complètement transformés dans l’expérience quotidienne de la ville. La connaissance spatiale se construit différemment selon les outils et les sens employés, qu’ils soient visuels, sonores, tactiles ou kinésiques. Le rôle primordial de la vue ne doit pas être occulté, mais des alternatives existent dans la construction de diverses configurations spatiales. Parler alors de déplacement, mouvement, dynamique apporte des pistes supplémentaires pour mieux comprendre l’expérience du handicap et les changements qu’elle apporte dans l’organisation sociale.

  • 7 Garland-Thomson, 2015.
  • 8 Callon & Rabenharisoa, 1999.

5Au terme de notre démarche, nous pouvons saisir des prémices d’un « monde habitable7 » pour une diversité d’individus. Mais le handicap continue à interroger l’espace et révèle en cela les dimensions normatives d’une société in/capable d’accueillir de « différentes formes d’humanité8 ». Notre ouvrage a privilégié l’espace français, plusieurs types de situations et diverses catégories d’individus ont été pris en considération, mais il reste encore de bien nombreuses voies à explorer.

Bibliographie

Callon Michel & Vololana Rabenharisoa, 1999, « La leçon d’humanité de Gino », Réseaux, no 95, p. 197-233. DOI : https://doi.org/10.3406/reso.1999.2159

Di Méo Guy, 1998, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan.

Elguezabal Eleonora, 2015, Frontières urbaines. Les mondes sociaux des copropriétés fermées, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Frémont Armand, 1999, La Région, espace vécu, Paris, Champs-Flammarion.

Gibson James, 1977, « The theory of affordances », in Robert Shaw & John D. Bransford (dir.), Perceiving, Acting, and Knowing: toward an ecological psychology, Hillsdale (New Jersey), Erlbaum, p. 67-82.

Joseph Isaac, 1998, « Du bon usage de l’École de Chicago », La Ville sans qualités, La Tour d’Aigues, Éditions de L’aube, p. 71-87.

Ravaud Jean-François & Fougeyrollas Patrick, 2005, « Le concept de handicap et les classifications internationales. La convergence progressive des positions franco-québécoises », Santé, Solidarité et Société, no 1, p. 121-127. DOI : https://doi.org/10.3406/oss.2005.1032

Tuan Yi-Fu, 1974, « Space and place: humanistic perspective », in Christopher Board, Richard J. Chorley, Peter Haggett & David R. Stoddart (dir.), Progress in Geography, vol. 6, Londres, Arnold Publishers, p. 211-252.

Notes

1 Elguezabal, 2015.

2 Joseph, 1998.

3 Sennett, 2002.

4 Ravaud & Fougeyrollas, 2005.

5 Gibson, 1977.

6 Tuan, 1974 ; Di Méo, 1998 ; Frémont, 1999.

7 Garland-Thomson, 2015.

8 Callon & Rabenharisoa, 1999.

Auteurs

Postdoctorante, Faculté de sciences de l’éducation, Université de Bielefeld, membre associée au Centre d’Étude des Mouvements Sociaux (Cems), École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) ; Universitätsstraße 25, 33615 Bielefeld, Allemagne ; cristina.popescu@uni-bielefeld.de | 54 boulevard Raspail, 75006 Paris ; cristina.popescu@ehess.fr

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search