Version classiqueVersion mobile

Géographies du handicap

 | 
Noémie Rapegno
, 
Cristina Popescu

Partie 3. Technologies d’accessibilité et ajustements socio-spatiaux

Introduction

Technologies d’accessibilité et ajustements socio-spatiaux

Mélanie Hénault-Tessier, Clément Marquet et Cristina Popescu

Texte intégral

  • 1 Larrouy, 2011 ; Ville, Fillion & Ravaud, 2014.
  • 2 Darras & Valente, 2013, p. 8.

1En France, la notion d’accessibilité a d’abord servi à problématiser l’accès à l’espace physique (l’habitat, l’espace public, les transports1) avant d’être mobilisée in extenso dans la reconnaissance des droits et d’égalité des chances. Elle s’étend désormais à plusieurs domaines de la vie sociale tels que l’éducation, la culture ou le travail et est sollicitée afin de mettre à l’épreuve des espaces matériels et immatériels de plus en plus variés dans leur capacité à accueillir la diversité des pratiques, des besoins et des individus. L’utilisation des technologies numériques qui se généralise depuis les années 2000 démultiplie encore davantage les lieux et les espaces sociaux. La mobilisation croissante de ces technologies au nom de l’accessibilité est évoquée de manière centrale dans les trois derniers chapitres qui, en interrogeant les manières dont elles participent de la création, de l’organisation et de la circulation de contenus informationnels, montrent qu’au-delà des barrières de l’espace physique, les situations de handicap se construisent « dans un environnement pauvre en moyens d’information et de communication adaptés2 ».

2Plus précisément, l’attention est portée sur l’interrelation entre le partage et la circulation de l’information et l’organisation de l’espace. Cette mise en accessibilité devrait permettre l’implémentation des droits des personnes en situation de handicap. Trois configurations sont envisagées : la production de données informatiques au sujet d’espaces de transports pour en accroître l’intelligibilité ; la réorganisation des différents espaces qui composent l’environnement de travail d’un centre téléphonique d’urgence comme adjuvant de la pratique de la langue des signes ; et l’introduction en milieu scolaire d’outils et logiciels visant à faciliter l’inclusion de jeunes en situation de handicap.

3Clément Marquet analyse la collaboration entre un opérateur de transport et des cartographes amateurs pour produire « l’infrastructure informationnelle » d’une possible accessibilité par le numérique ; celle-ci est traduite dans des calculs d’itinéraire personnalisés (Chapitre 6). La promesse de ces logiciels est de permettre à chaque voyageur d’éviter les obstacles dans son déplacement. La cartographie du réseau ferroviaire nécessite, en plus d’un travail de recensement fastidieux, une certaine éducation de la perception et l’apprentissage des méthodes d’analyse des équipements, ce qui peut décourager les participants. Ce faisant, au travers de la production de cette « infrastructure informationnelle », ce sont tant la « gare accessible », les modalités d’autonomie des voyageurs concernés et l’organisation du travail des agents en gare qui sont redéfinies. Les chapitres 7 et 8 confirment que les technologies numériques ouvrent la négociation des pratiques professionnelles et démontrent qu’elles peuvent constituer un obstacle local au processus d’inclusion s’il n’est pas soutenu et valorisé.

  • 3 Akrich, 1987.
  • 4 Akrich, 2006 [1989].

4En croisant des données d’une expérimentation collective et des données issues de l’ethnographie d’un centre téléphonique d’urgence ad hoc permettant aux sourds et malentendants de contacter les secours, Mélanie Hénault-Tessier montre qu’outre les pratiques des agents, l’organisation d’espaces interactionnels multiples, au sein même de ce centre d’appels, doit aussi être adaptée afin de préserver le rôle et le statut d’agents sourds signants (Chapitre 7). Les enjeux liés au partage de l’information, à l’aide des solutions numériques mobilisées dans le cours de démarches d’accessibilité, émergent donc des processus conjoints d’ajustement réciproque de l’outil et des pratiques3, et de l’outil et de son environnement4 matériel et humain. Afin d’être accessibles à leur tour, les environnements numériques doivent par ailleurs prendre en compte les spécificités individuelles qu’elles soient motrices, sensorielles, communicationnelles ou cognitives comme le précise Cristina Popescu à partir de l’étude d’une expérimentation en milieu scolaire de différents outils et logiciels facilitant l’accès aux contenus pédagogiques et à leur configuration (Chapitre 8). Elle démontre également que les technologies numériques en lien avec l’organisation spatiale de l’information demandent un apprentissage afin d’en comprendre les règles et la grammaire, ce qui permet ensuite de mieux parcourir cet espace et d’agir en son intérieur.

  • 5 Callon, 1986.
  • 6 Dalle-Nazébi & Madec, 2016.

5Ces trois chapitres mettent en lumière le travail invisible qu’induit l’accessibilité. Dans ce contexte, l’expérimentation apparaît comme un dispositif d’intéressement5 engageant des acteurs dans un processus souvent méconnu, leur demandant un investissement temporel, cognitif et parfois émotionnel. Elle est une modalité d’innovation de plus en plus employée par les industriels et les institutions puisqu’elle permet d’explorer et de stabiliser des référentiels et des manières de faire6. Les acteurs sont du reste surpris de constater que les technologies numériques ne suffisent pas en elles-mêmes à créer l’accessibilité et qu’il est nécessaire de réordonner le social autour de nouveaux assemblages sociotechniques. Les technologies numériques, les pratiques associées et l’environnement apparaissent étroitement interreliés. Du point de vue de la problématisation spatiale de l’accessibilité, ceci montre qu’au-delà de la multiplicité des espaces à travers lesquels elle se négocie, l’enjeu qu’elle soulève est aussi la prise en compte de cette interrelation. En termes pratiques, cela signifie qu’une nouvelle infrastructure informationnelle fera émerger une géographie plurielle, adaptée aux spécificités de chacun et, qu’inversement, l’organisation humaine et matérielle d’un lieu façonnera l’interface numérique des dispositifs ainsi que leurs utilisations.

6Alors même que la « personnalisation » des espaces constitue un point central et récurrent de l’accessibilité par le numérique, les chapitres mettent en évidence en quoi, pour être pleinement déployée, elle est censée être accompagnée d’une réorganisation globale des environnements et des pratiques.

Bibliographie

Akrich Madeleine, 2006 [1989], « La construction d’un système socio-technique. Esquisse pour une anthropologie des techniques », in Madeleine Akrich, Michel Callon & Bruno Latour (dir.), Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses des Mines, p. 109-134. DOI : https://doi.org/10.4000/books.pressesmines.1195

Akrich Madeleine, 2006 [1987], « La description des objets techniques », in Madeleine Akrich, Michel Callon & Bruno Latour (dir.), Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses des Mines, p. 159-178. DOI : https://doi.org/10.4000/books.pressesmines.1197

Callon Michel, 1986, « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins dans la baie de Saint-Brieuc », L’Année sociologique, no 36, p. 169-208. URL : https://www.jstor.org/stable/27889913 [consulté le 08/09/2020]

Darras Bernard & Dannyelle Valente, 2013, « La communication autrement. Handicap et communication », Médiation Et Information (MEI), no 36, p. 7-9. URL : https://mei-info.com/wp-content/uploads/2013/12/MEI36-9-11-Editorial.pdf [consulté le 08/09/2020]

Dalle-Nazébi Sophie & Anne Madec, 2016, « Rendre les appels d’urgence accessibles aux sourds », Innovatio. La revue pluridisciplinaire en innovation, no 4. URL : http://innovacs-innovatio.upmf-grenoble.fr/index.php?id=371 [consulté le 08/09/2020]

Larrouy Muriel, 2011, L’Invention de l’accessibilité, Fontaine, Presses universitaires de Grenoble.

Ville Isabelle, Fillon Emmanuelle & Jean-François Ravaud, 2014, Introduction à la sociologie du handicap : les sociétés à l’épreuve de l’altérité, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur.

Notes

1 Larrouy, 2011 ; Ville, Fillion & Ravaud, 2014.

2 Darras & Valente, 2013, p. 8.

3 Akrich, 1987.

4 Akrich, 2006 [1989].

5 Callon, 1986.

6 Dalle-Nazébi & Madec, 2016.

Auteurs

Chargée d’études au sein de la SCOP toulousaine Interpretis, chercheuse associée au laboratoire d’Études et Recherches Appliquées en Sciences Sociales (Lerass), Université Toulouse-Jean Jaurès ; 115D route de Narbonne BP 67 701 F-31077 Toulouse Cedex 4 ; melanie.henault-tessier@interpretis.fr

Postdoctorant, Institut Francilien Recherche Innovation Société (Ifris), laboratoire Costech, EA 2223, Université de Technologie de Compiègne (UTC) ; Centre Pierre Guillaumat, 60203 Compiègne ; clement.marquet@utc.fr

Postdoctorante, Faculté de sciences de l’éducation, Université de Bielefeld, membre associée au Centre d’Étude des Mouvements Sociaux (CEMS), École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) ; Universitätsstraße 25, 33615 Bielefeld, Allemagne ; cristina.popescu@uni-bielefeld.de | 54 boulevard Raspail, 75006 Paris ; cristina.popescu@ehess.fr

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search