Version classiqueVersion mobile

Géographies du handicap

 | 
Noémie Rapegno
, 
Cristina Popescu

Partie 2. Expériences sensibles de l’espace

Introduction

Expériences sensibles de l’espace

Nicolas Baltenneck et Estelle Demilly

Texte intégral

1Les contributions qui suivent abordent l’espace au sens large, en se focalisant tour à tour sur la ville et l’environnement urbain, mais également le cadre bâti intérieur avec l’exemple du milieu médico-social comme lieu de vie. Ces travaux de recherche présentent l’importance particulière du cadre de vie, qu’il soit appréhendé à l’échelle du bâti ou à celle plus large de la ville. Ce cadre de vie peut se présenter tantôt comme un facteur aggravant une situation de handicap, tantôt comme un facilitateur, voire comme un étayage thérapeutique dans certains cas. Ces recherches ont pour objectif d’accroître la connaissance sur le rapport particulier des personnes en situation de handicap à l’environnement urbain et architectural. Elles s’ancrent dans la lignée du paradigme du modèle systémique et situationnel du handicap, définissant ce dernier comme lié à des situations de vulnérabilité qui dépendent de l’interaction entre les facteurs environnementaux et les facteurs personnels. Ces deux recherches questionnent ce que peut offrir le cadre spatial, en tenant compte des déficiences et compétences des usagers.

2Le rôle que le cadre bâti et le cadre urbain peuvent jouer dans les situations de handicap est souvent abordé à travers le prisme de travaux orientés sur le handicap moteur. En abordant les troubles autistiques d’une part, et la déficience visuelle d’autre part, les deux contributions de ce chapitre offrent un regard nouveau et original, permettant de revisiter l’approche spatiale traditionnellement prise en compte dans les politiques d’aménagement et d’accessibilité. Plus précisément, la première contribution (Estelle Demilly) propose d’explorer les effets d’aménagements susceptibles d’influencer l’état clinique des personnes atteintes de trouble du spectre de l’autisme (TSA). Les deux recherches de cette partie soulèvent une fois de plus l’importance de la prise en compte de la dimension spatiale dans les situations de handicap. La seconde contribution (Nicolas Baltenneck) propose d’appréhender le rapport des piétons aveugles avec la structure urbaine, en termes de stress induit par le déplacement, mais aussi en termes de représentation spatiale et d’émotions liées au déplacement.

3Les travaux présentés dans cette partie ont une visée opérationnelle. Les connaissances scientifiques produites répondent aux problématiques propres à la conception architecturale et urbaine et peuvent contribuer à formuler des recommandations en matière d’aménagement, afin d’améliorer notre cadre de vie pour les populations concernées. Ainsi, les deux recherches appliquées qui sont présentées dans les pages suivantes s’appuient certes sur des méthodologies expérimentales, mais elles sont surtout ancrées dans les lieux de vie réels des participants à ces études. Il s’agit bien ici de laisser les personnes en situation de handicap s’exprimer sur leurs besoins et sur leurs difficultés par rapport à leur environnement quotidien. Les chapitres de cette partie proposent une « approche écologique » et constituent des démarches scientifiques respectueuses du milieu de vie effectif des populations étudiées. Même s’il s’avère plus compliqué de maîtriser l’ensemble des paramètres, comme cela est traditionnellement le cas dans les recherches expérimentales réalisées en milieu contrôlé (laboratoire), cette approche permet en revanche de bénéficier de données relatives à la vie courante et au cadre de vie quotidien. Les protocoles de recherche retenus dans ces travaux sont détaillés dans les pages suivantes. Ils s’inscrivent tous deux dans une approche phénoménologique, en ayant recours à l’observation en situation d’une part et en visant une opérationnalisation des résultats d’autre part. Ces protocoles sont enfin de nature participative, avec l’implication directe des usagers concernés et des professionnels qui les entourent.

4Les travaux présentés dans cette partie soulignent le caractère multi-sensoriel de l’expérience de l’environnement. Si l’importance de la vue ou de son absence est appréhendée, le rôle des autres facteurs d’ambiance sur les situations de handicap est également présenté dans toute sa complexité. Par exemple, les paramètres liés à l’ambiance acoustique peuvent parfois aider les personnes en situation de handicap (travaux de Nicolas Baltenneck) ou à l’inverse contraindre leurs activités (travaux d’Estelle Demilly).

Auteurs

Enseignant-chercheur, laboratoire Développement Individu Processus Handicap Éducation (Diphe), Université Lumière Lyon 2 ; 5 avenue Pierre Mendès-France, 69676 Bron Cedex ; nicolas.baltenneck@univ-lyon2.fr

Architecte, membre associée au laboratoire Lyon Architecture Urbanisme Recherche – Environnement Ville et Société (EVS-Laure), UMR 5600 Environnement Ville Société ; 1C avenue des Frères Lumière, CS 7824269372, Lyon Cedex 08 ; estelle.demilly@gmail.com

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search