Version classiqueVersion mobile

Géographies du handicap

 | 
Noémie Rapegno
, 
Cristina Popescu

Partie 1. Inégalités spatiales et mise en œuvre des droits des personnes en situation de handicap

Introduction

Inégalités spatiales et mise en œuvre des droits des personnes en situation de handicap

Amélie Etchegaray, Céline Lefebvre et Noémie Rapegno

Texte intégral

1Penser le handicap à partir de l’environnement des personnes et de l’accès à celui-ci permet d’avoir une compréhension plus globale de la construction des situations de handicap. Cette première partie regroupe trois chapitres qui questionnent la mise en œuvre des droits des personnes handicapées à différentes échelles : de la répartition de la population à une échelle départementale à l’appropriation des individus de leur lieu de vie.

  • 1 Barral, 2007 ; Ravaud, 1999.

2L’approche par les droits de l’homme est basée sur la réduction des inégalités dans les droits et l’accès à une citoyenneté effective, à travers la reformulation des règles politiques, économiques et sociales1. Les auteurs interrogent ici l’application de la loi du 11 février 2005 qui affirme les droits des personnes handicapées ou encore, la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées ratifiée par la France, qui insiste sur des grands principes comme le droit au respect de la dignité, à l’égalité des chances et à la non-discrimination, à l’inclusion ou encore à l’accessibilité. En France, la question de la concrétisation des droits des personnes handicapées est fortement liée au secteur médico-social, avec l’attribution de prestations sociales et l’orientation vers des établissements et services d’accueil. À partir d’une approche spatiale, les trois chapitres qui suivent permettent de cerner les défis contemporains de l’accompagnement de la population handicapée, que ce soit au niveau des droits individuels ou de la gouvernance des politiques sociales. L’enjeu principal en est la réponse aux besoins et la répartition équitable des financements à l’échelle nationale.

3En suivant une approche statistique et spatiale, le premier chapitre se centre sur les inégalités sociales et territoriales. Amélie Etchegaray expose la difficulté à recenser la population handicapée en France. Les multiples interprétations de la notion de handicap, telles que formulées par les administrations, rendent difficile un recensement statistique uniforme, utile ensuite dans la mise en place des politiques publiques sur l’ensemble du territoire. En essayant d’estimer la répartition des personnes handicapées à partir de données produites par les acteurs de terrain, ce chapitre expose les différences de traitement du handicap qui connaissent de grandes variations d’un territoire à l’autre. Il pose indirectement les questions de justice spatiale et d’équité territoriale. Toutes les personnes ayant des incapacités ont-elles le même accès aux droits en fonction du département où elles vivent ? Quelles sont les différences territoriales dans les modes et décisions d’attribution des prestations ? Les interprétations réglementaires, les divergences dans les pratiques des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) contribuent-elles à créer des disparités dans l’attribution des prestations liées au handicap ? Enfin, au-delà de la difficulté à déterminer et dénombrer la population handicapée, ce chapitre souligne le pouvoir des chiffres et met en garde contre une lecture trop rapide de ces derniers.

  • 2 Article 19, Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées.

4Par une approche socio-spatiale du handicap, au niveau de la ville, du quartier et du logement individuel ou collectif, les chapitres 2 (Noémie Rapegno) et 3 (Céline Lefebvre) interrogent la place du secteur médico-social dans le processus d’autonomisation de l’individu et dans la matérialisation du droit à l’autonomie de vie et à l’inclusion dans la société2. Ces chapitres étudient plus précisément l’expérience de personnes ayant des incapacités motrices et intellectuelles, ainsi que leur investissement de l’espace et leur relation à l’environnement. Leur vie quotidienne est questionnée en partant de leur lieu de vie et en analysant l’appropriation que ces personnes ont des espaces qu’elles fréquentent (en termes de mobilités, d’horaires, de régularités). Les deux chapitres partent d’une lecture interactionnelle du handicap, en soulignant les échanges et les ajustements qui se mettent en place entre les personnes ayant des incapacités, les professionnels qui les accompagnent, et leur espace de vie. Ceux-ci contribuent à produire des espaces qui conditionnent la vie des personnes en situation de handicap et contribuent à divers degrés, à renforcer leur autonomie.

5Cette première partie de l’ouvrage porte finalement sur les conditions de possibilité d’un environnement (non) capacitant. Selon ses composantes et leurs configurations spécifiques, cet environnement facilite ou au contraire empêche la concrétisation des droits des personnes en situation de handicap.

Bibliographie

Barral Catherine, 2007, « La Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé : un nouveau regard pour les praticiens », Contraste, no 27, p. 231-246. DOI : https://doi.org/10.3917/cont.027.0231

Ravaud Jean-François, 1999, « Modèle individuel, modèle médical, modèle social : la question du sujet », Handicap-Revue de sciences humaines et sociales, no 81, p. 64-76.

Notes

1 Barral, 2007 ; Ravaud, 1999.

2 Article 19, Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées.

Auteurs

Doctorante, Laboratoire Population, Environnement, Développement (LPED), UMR 151, Aix-Marseille Université, Institut de recherche pour le développement ; 3 place Victor-Hugo, CS80249, 13331 Marseille Cedex 03 ; amelie.etche@gmail.com

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search