Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Conclusion

L’histoire continue

Robert Boyer

Texte intégral

1Le présent ouvrage a tenté une mise en perspective et une analyse réflexive d’un programme de recherche à partir d’un ensemble documentaire limité mais éclairant : la succession des Lettres de la régulation de 1991 à 2006. Sans prétendre épuiser la réflexion mais au contraire la stimuler, voici quelques conclusions provisoires soumises à la discussion de la communauté des chercheurs qui se reconnaissent dans, ou se sentent proches de ce programme de recherche.

Les capitalismes ont changé, les approches de la régulation aussi

2Après avoir parcouru l’histoire économique américaine et française, à la lumière d’une conceptualisation marxiste enrichie d’une macroéconomie kaleckienne, les travaux fondateurs s’étaient cristallisés sous la forme de la mise en évidence du mode de développement fordiste, comme configuration institutionnelle issue de la Seconde Guerre mondiale. C’est ainsi que fut reconnue et se diffusa la Théorie de la Régulation. La crise du fordisme a mis en mouvement un processus complexe de transformation des paradigmes productifs, du rapport salarial, de l’organisation des firmes, des politiques publiques, plus encore les relations entre l’économie nationale et le système mondial. C’est ce mouvement que les régulationnistes ont cherché à caractériser et les textes rassemblés dans le présent ouvrage montrent le caractère tâtonnant et incertain du réajustement du cadre théorique initial afin de rendre compte de ces transformations.

3Faut-il en déduire que la Théorie de la Régulation a fait son temps ? La réponse est double. D’un côté, l’analyse qui a été produite du fordisme demeure l’une des contributions qui gardent toute leur pertinence, puisqu’en un sens elle livre une articulation entre analyses néo-schumpetérienne et keynésienne, dans le cadre d’une approche marxienne renouvelée par la prise en compte d’une pluralité de régimes d’accumulation. De l’autre, il aurait été sans doute plus prudent de conserver l’intitulé « approches de la régulation » pour exprimer l’idée que les notions et les méthodes proposées devaient être confrontées à d’autres formations sociales et historiques, potentiellement très différentes de celles qui avaient permis l’émergence puis la crise du fordisme.

4Or, au fur et à mesure que l’on s’éloigne de la période des Trente glorieuses, la formulation initiale s’avère de plus en plus inadéquate pour cerner les modes de développements émergents. Le concept de hiérarchie entre formes institutionnelles est ainsi introduit pour rendre compte de la progressive domination du régime monétaire puis financier au détriment du rapport salarial. La question des relations entre les divers niveaux d’analyse se pose avec une acuité sans précédent lorsque l’on entend analyser les processus de sorties d’une crise systémique, telle que celle qui s’ouvre avec la faillite de Lehman Brothers. Ainsi, la théorie du fordisme doit céder la place à une économie politique du changement institutionnel au sein des différentes formes de capitalisme. Empruntant le langage de la tectonique des plaques, il ressort que la carte que livraient les concepts utiles pour diagnostiquer le fordisme devient de plus en plus inexacte au fur et à mesure que dérivent les continents que sont ces différents capitalismes. L’approche ne livrait donc pas une théorie achevée mais simplement un point de départ pour tenter de cerner le changement structurel des capitalismes. C’est donc à tort que beaucoup de critiques ont avancé qu’elle était fausse puisque la carte de l’Amérique du Nord dans les années 1970 ne ressemblait pas à celle de l’Asie du Sud-Est dans les années 1990 ! Que la carte asiatique soit beaucoup moins fouillée et claire que la nord-américaine ne saurait surprendre, pour l’approche qui se propose de construire une macroéconomie institutionnelle et historique à partir d’une approche comparative.

Le formatage du monde académique a joué contre leur reconnaissance

5Les pères fondateurs, tout à la joie de mettre en évidence l’ampleur des changements structurels qu’annonçait la fin des Trente glorieuses, anticipèrent que les théories dominantes – qui ne les considéraient que comme quelques turbulences mineures au sein d’économies prospères et dotées d’un pouvoir d’autorégulation grâce aux mécanismes de marché – étaient condamnées à un déclin irréversible, tant elles étaient en contradiction leurs conclusions avec les observations. Cette perception n’était pas aussi radicale chez tous les économistes, mais le doute s’instilla dans le champ académique au point d’accorder une place significative à la « Théorie de la Régulation » et certains partis politiques ne furent pas insensibles aux arguments qui justifiaient des changements majeurs dans l’organisation des sociétés contemporaines. Ce fut l’âge d’or, non sans danger d’ailleurs puisque commença à s’insinuer la confusion entre la régulation comme processus dynamique d’équilibrage d’un régime économique potentiellement instable et la réglementation, c’est-à-dire l’intervention de l’État dans l’économie, soit en américain regulation. La confusion n’a fait que s’accroître depuis lors car le pronostic des régulationnistes sur le devenir des théories économiques s’est avéré radicalement faux.

6En effet, sous la bannière de la recherche de fondements microéconomiques à la macroéconomie, et d’une réunification de la théorie économique contre la pensée keynésienne, le monde académique américain puis international a vu la victoire d’une économie walrasienne dans laquelle l’absence d’entrave du libre fonctionnement des marchés, la rationalité des comportements et des anticipations des agents privés rendent intrinsèquement déstabilisatrice toute intervention de l’État, et inefficace quelconque arrangement institutionnel, éloignant l’économie d’un optimum de Pareto. Dans ce nouveau contexte intellectuel, l’approche de la régulation est une curiosité mobilisée pour montrer l’inanité de toute alternative au paradigme dominant : dépérissement de la rigueur propre à l’économie au bénéfice d’alliances douteuses avec d’autres disciplines, absence de théorie générale valable en tout temps et tous lieux, rejet d’une quantification tous azimuts au profit d’une analyse d’abord qualitative des rapports sociaux et des processus, enfin simple description faute de tests rigoureux.

7C’est cette divergence entre la doxa moderne et la poursuite du programme régulationniste qui fait ressortir ce dernier comme en crise profonde puisqu’il ne satisfait aucun des critères imposés par l’économie dominante. Qu’il ait parfois pu anticiper certaines transformations et crises majeures est attribué soit à la chance soit à quelques talents idiosyncratiques de tel ou tel chercheur, qui ne tiennent en rien à l’approche elle-même. Par contre il est clair que la théorie standard va de succès en succès au fur et à mesure que se succèdent des crises de plus en plus graves qui n’ont aucune place, si ce n’est comme accidents venus d’ailleurs perturber un système structurellement stable. Au mieux, c’est la faute à la raison politique et à l’irrationalité des acteurs, invités à suivre un cursus complet d’économie standard afin que ne se répètent plus les erreurs qui peuvent avoir conduit à la crise.

8On laisse le soin au lecteur de décider laquelle des deux crises est la plus sévère : celle de l’orthodoxie dans toutes ses déclinaisons (nouvelle macroéconomie classique, modélisation ad hoc, montée en sophistication de la théorie économétrique, mathématiques financières, etc.) ou celle des approches de la régulation ?

Détecter et caractériser la grande transformation contemporaine

9Tel est en effet le fil rouge qui relie la plupart des articles ici présentés : tout au long de la période, le propos des contributeurs est de mettre en évidence des évolutions qui remettent en cause la permanence et la viabilité du mode de développement antérieur. Dès l’origine, ce sont les écarts entre les conjectures dérivées du cadre théorique de départ et les observations qui sont le moteur et de l’origine de l’approche, et de ses transformations successives. Ainsi l’hypothèse d’une régulation administrée ou encore monopoliste associée au régime d’accumulation fordiste a été suscitée par l’observation de la coexistence d’une flambée du niveau général des prix et d’une chute de l’activité économique au début des années 1970. Autre exemple, la surprenante conclusion selon laquelle les capitalismes américain et français partageaient le même régime d’accumulation après la Seconde Guerre mondiale, laissa croire, un temps, qu’il était devenu la norme et qu’il était en vigueur dans la plupart des pays de vieille industrialisation.

10Telle est l’origine de la seconde époque des travaux régulationnistes : les comparaisons internationales ont montré que ni le Japon ou l’Allemagne, pas plus que les économies nordiques, ne se développaient selon la même logique. Dans une première phase, certains chercheurs ont minimisé ces différences, en inventant par exemple le concept de « fordisme périphérique », contradiction dans les termes puisque fondée sur l’exportation et non pas l’approfondissement de la société salariale. Dans un second temps, la réponse a été d’ériger en question théorique la persistante diversité des capitalismes. Souvent interprété comme une fuite en avant, ce programme de recherche a débouché sur la mise en évidence de quelques-uns des mécanismes qui assurent la cohésion de différentes architectures institutionnelles : complémentarité, hiérarchie, isomorphisme entre organisations et institutions, coévolution, etc. C’est aussi l’origine de travaux statistiques visant à révéler empiriquement la distribution des formes de capitalisme, avant de susciter des efforts de modélisation afin d’examiner si les associations observées entre institutions économiques étaient contingentes ou pouvaient apparaître comme résultat de modèles formels, procédant par abstraction par rapport aux données empiriques.

11Un parallèle avec les théories standard est révélateur. Ces dernières n’ont cessé de protéger leur paradigme central en étendant sans cesse la ceinture de protection permettant d’interpréter la multiplication des anomalies comme des phénomènes secondaires n’affectant pas son cœur. Cette stratégie culmine dans l’interprétation de la crise ouverte en 2008 comme phénomène rarissime n’intervenant qu’une fois par siècle, causé par des chocs exogènes sans rapport avec la dynamique propre des économies : brutale chute de la productivité ou perte de confiance des marchés financiers. Pour les approches de la régulation, les anomalies par rapport à la première version ont été autant d’aiguillons pour une révision plus ou moins radicale selon les auteurs.

Limites et incompréhension d’une théorisation toujours locale et historiquement située

12Les grandes théories s’affirment d’emblée comme universelles, totalisant les acquis d’une discipline. John Maynard Keynes pensait avoir généralisé la théorie classique, les mathématiciens proposèrent avec la théorie de l’équilibre général une version rigoureuse des idées de Léon Walras, et les macroéconomistes contemporains crurent avoir réalisé une réunification de la théorie classique et keynésienne grâce à l’introduction de rigidités de prix et de salaires dans des modèles stochastiques dynamiques d’équilibre général. À la veille de la crise ouverte en 2008, ce courant put affirmer qu’il ne restait plus que quelques détails à explorer pour que soit achevé le programme de recherche macroéconomique ouvert par la Théorie Générale.

13Les approches de la régulation furent certes stimulées par une critique radicale de l’économie standard, mais elles ne livrèrent qu’une analyse limitée à la succession des régimes d’accumulation et de leur crise, avec un accent tout particulier sur la caractérisation de la rupture intervenue au début des années 1970 à partir de l’économie américaine. Or, comme il vient d’être montré, ces résultats ne s’appliquaient pas universellement. Face à toute nouvelle étude de cas, il s’avérait nécessaire de recomposer les concepts fondateurs et souvent d’en créer de nouveaux. D’une part, cette construction se révélait non-pertinente dans nombre de sociétés dans lesquelles la logique capitaliste n’a pas mis en mouvement l’ensemble de la société, comme ce fut longtemps le cas des pays africains : « Ce n’est donc pas une théorie ! » s’exclamèrent les tenants de l’orthodoxie car ils se faisaient fort de tirer toutes les conséquences de leur théorie, quel que soit le lieu et même l’époque dans le cadre par exemple de la nouvelle histoire économique. D’autre part, la simple juxtaposition de ces analyses locales ne débouchait pas naturellement sur une métathéorie ordonnant et donnant sens à la variété des configurations institutionnelles des capitalismes.

14Cette opposition de vision et de pratiques débouche sur un dilemme qui traverse toutes les époques depuis l’émergence de l’économie politique. Faut-il rechercher les fondements logiques de la discipline économique et ne cesser de les approfondir dans l’espoir qu’un jour, plus ou moins lointain, le théoricien trouvera le modèle général qui rendra transparente la lecture de tous les phénomènes économiques, tel le génial cambrioleur qui finit par trouver la combinaison du coffre qui renferme la fortune ? Dans l’intervalle, l’économiste doit reconnaître qu’il n’a pas la théorie lui permettant de rendre compte de l’ensemble des observations que livre un appareil statistique en pleine expansion, pas plus qu’il ne peut donner une base scientifique à ses conseils de politique économique. À l’opposé, n’est-il pas de bonne méthode d’essayer de comprendre une gamme de phénomènes d’abord très limités et de construire progressivement un cadre théorique dont la pertinence s’affirme progressivement par la répétition des interactions entre conceptualisation et observations ? L’avantage est de permettre de prudentes prises de position sur divers mécanismes économiques précisément délimités, donc de donner une base autre que normative à des choix politiques, mais l’inconvénient majeur tient à la reconnaissance du fait que l’économiste n’a pas de théorie générale qui s’appliquerait, sans remise en chantier, à des configurations nouvelles. Selon la conception la plus courante, pourquoi ne pas proposer le même modèle macroéconomique et les mêmes politiques, quels que soient les pays, sérieux atout pour tout économiste qui entendrait travailler pour une organisation internationale telle que le FMI ou la Banque mondiale ?!

De multiples efforts de grande théorie mais pas de nouvelle synthèse

15Maints contributeurs à la Lettre de la Régulation ont critiqué ce courant pour avoir déserté la théorie au profit de la juxtaposition d’analyses locales. Il a déjà été répondu, partiellement au fil des pages et des diverses introductions, à cette critique. Elle est quelque peu sévère car elle néglige l’apport des divers chercheurs qui, à partir des approches de la régulation, ont posé les bases d’un approfondissement théorique. On ne mentionnera ici que quatre d’entre eux.

16On doit à Bruno Théret d’avoir immergé la régulation de la sphère économique dans l’ensemble des médiations qui assurent la viabilité d’une société, avec un accent tout particulier sur les questions du symbolique et du politique. Pour sa part, Bernard Billaudot a proposé d’étendre les formes institutionnelles en prenant en compte la question de l’identité et de la citoyenneté, dimensions en quelque sorte orthogonales par rapport aux relations économiques, exclusivement considérées dans la version de base de la Théorie de la Régulation. Michel Aglietta et André Orléan ont cherché un fondement théorique au retour des régimes monétaires et financiers comme forme institutionnelle dominante grâce à une conception de la monnaie comme fondatrice de l’ordre marchand, à l’inverse de la vulgate qui affirme que la monnaie est apparue pour faciliter les échanges à partir d’une économie de troc. Enfin, afin de dépasser la seule référence à Pierre Bourdieu comme point de départ d’une théorie de l’action congruente avec la visée de la régulation, Frédéric Lordon cherche avec persévérance ce fondement dans une lecture de l’œuvre de Baruch Spinoza et sa théorie du conatus, des affects. Pour autant, il ne déserte pas l’analyse du contemporain puisqu’il propose une boîte à outils nouvelle pour l’économiste, sans doute difficile à manier pour qui n’aurait suivi que la formation monodisciplinaire des filières d’enseignement de l’économie.

17Pourtant il faut écouter la critique de ceux qui pensent que la régulation n’est pas à la hauteur de ses ambitions initiales. En effet, les apports conceptuels qui viennent d’être mentionnés n’ont jusqu’à présent pu être intégrés dans une synthèse claire et suffisamment accessible pour que d’autres chercheurs s’en emparent afin de mener d’autres travaux empiriques que ceux inspirés par la déclinaison des cinq formes institutionnelles. Avant de revenir sur quelques-unes des conditions qui permettraient une telle reformulation, il semble important de soigner le complexe d’infériorité qui taraud, dans certains cas paralyse, le renouvellement de la Théorie de la Régulation.

La paille et la poutre : à propos des critiques, épistémologiques et méthodologiques, formulées par les tenants de l’économie standard

18De fait, il se pourrait fort que cet ouvrage voit son audience limitée aux cercles des régulationnistes et autres chercheurs développant des problématiques proches. L’observation, parfois participante à divers programmes d’économie hétérodoxe, fait ressortir que chacun d’entre eux est plus préoccupé de dialoguer avec l’économie standard dans l’espoir, soit de la voir s’écrouler sous la vigueur de ses critiques, soit de l’envahir et de la remplacer grâce à sa pertinence et son pouvoir de conviction. Les régulationnistes ont appris à leurs dépens que cet espoir est sans fondement.

19En effet, c’est admettre que la domination au sein de la profession des économistes tient à la rigueur de son épistémologie, l’inventivité de ses méthodologies et à la multiplicité de ses résultats d’où elle tirerait son influence dans le domaine politique. Bref, c’est le courant dominant qui définit les critères de scientificité. À l’occasion d’un colloque déjà ancien qui s’interrogeait pour savoir si l’économie était une science, philosophes, épistémologues et spécialistes de la méthodologie avaient été soigneusement éliminés de la liste des invités en vertu de l’affirmation : « Est scientifique ce que la communauté des économistes reconnait comme tel ».

20Les courants dominés du champ académique ne devraient pas prendre au sérieux cette affirmation qui est essentiellement l’expression de la domination d’une fraction de la profession, ce qui cependant ne les exonère en rien d’une réflexivité critique sur leur propre pratique. En quelque sorte il convient de ne pas prendre l’expression du pouvoir académique comme une preuve de scientificité. C’est en effet sa défense bec et ongles par les départements d’économie des grandes universités qui explique que l’on continue en 2013 à enseigner strictement le même cursus (micro, macro, économétrie, mathématiques financières, etc..) que celui qui s’est intellectuellement, mais pas institutionnellement, fracassé avec la faillite de Lehman Brothers.

21Lorsque que le pouvoir rend aveugles les plus intelligents et ambitieux d’une profession, les dissidents devraient s’emparer de cette occasion pour remettre en cause la domination institutionnelle de l’économie standard. Mais ce devrait être aussi une invitation à la recherche d’un noyau dur à partir duquel recomposer une discipline économique comme partie intégrante d’une science sociale réunifiée.

Un impératif : former une communauté scientifique, évidemment internationale

22Comment faire ? D’abord, il importe de créer des revues, des lieux et des rencontres permettant à des chercheurs, engagés dans des problématiques différentes mais partageant les mêmes objets d’analyse, de communiquer entre eux et d’élaborer progressivement des passerelles puis des ponts entre microcommunautés afin d’en former à terme une plus large. C’est aujourd’hui le rôle de la Revue de la Régulation, comme ce fut par le passé l’intérêt d’une grande conférence internationale, organisée en 1998 à Barcelone, puis de la réitération de Forums de la régulation, largement ouverts aux jeunes générations. Ensuite, il n’est pas d’avancée sans réflexivité critique sur la pratique d’une profession. C’est ce que font les chercheurs travaillant dans le cadre des sciences dites « dures », mais une telle démarche est finalement rare en sciences sociales, contraste quelque peu paradoxal. De plus, la discussion sur les critères d’évaluation est essentielle puisque une fois institués dans les organisations et institutions de recherche, ils contribuent à piloter de façon apparemment anonyme une division du travail qui peut devenir anomique et perverse par rapport à l’objectif affiché de scientificité.

23Finalement, il faut aborder la grande question : une approche à vocation scientifique devrait être cumulative, comme on l’observe dans la physique par exemple. Or jusqu’à présent, la seule cumulativité observée dans la discipline économique est celle des concepts, des méthodes et des outils, comme en témoigne la succession des prix Nobel. Que contiendrait un manuel d’économie qui ne comporterait que des théories et des modèles validés par l’histoire économique et les comparaisons internationales ? Peu de pages sans doute ! Or, a priori il n’est pas impossible d’écrire un ouvrage qui rassemblerait les résultats convergents de la série des recherches menées jusqu’à présent par les institutionnalistes en général, les régulationnistes en particulier. Non pas qu’il soit définitif mais simplement, il résumerait un état de la connaissance sur le fonctionnement des économies capitalistes. Citoyens et politiques pourraient y trouver quelque intérêt.

Auteur

Institut des Amériques

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter