Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 8. La prospective des régimes : exercice vain… ou aiguillon de la recherche ?

8.6. Transformation des « régimes de recherche » : implications pour les interventions publiques

Philippe Laredo

Texte intégral

Introduction

1Les notions de société ou d’économie de la connaissance mettent en exergue une vision de la croissance fondée sur des investissements intangibles. Elles donnent aux activités de production des connaissances un rôle central dans la transformation de nos systèmes économiques. Pour de nombreux auteurs, il ne s’agit là que d’un approfondissement de l’endogénéisation du progrès technique dans les analyses du développement économique. Cette vue suppose, et c’est l’hypothèse que nous contestons, que les conditions de production de nouvelles connaissances ne réclament pas de changements institutionnels profonds et qu’on peut donc ignorer les contenus spécifiques à chaque « révolution technique ».

  • 622 Bonaccorsi 2005.

2Pour nous, les modalités de production des connaissances, qu’Andrea Bonaccorsi622 qualifie de « régimes de recherche », ont une influence décisive sur l’organisation des marchés et des interventions publiques.

3Nous nous appuierons sur les théories évolutionnistes analysant l’émergence des nouveaux « paradigmes » technologiques ainsi que sur les travaux des gestionnaires sur les innovations de rupture.

Sur les « régimes de recherche »

  • 623 Bonaccorsi 2005.

4Andrea Bonaccorsi623 propose la notion de « régime de recherche » (search regime) pour rendre compte de la variété des conditions de production des connaissances. Un régime de recherche est selon lui caractérisé par trois dimensions : un rythme de croissance, un degré de convergence et un type de complémentarité.

  • 624 Observatoire des Sciences et techniques, www.obs-ost.fr.
  • 625 Voir les travaux du projet « nanodistricts » développé dans le cadre du réseau d’excellence PRIME (...)

5La première caractéristique des nouveaux domaines de recherche qui émergent (nous parlons pour simplifier des nouvelles sciences dominantes) se manifeste par une très forte croissance des publications pendant une période souvent longue : 8 % de croissance annuelle sur une décennie pour la génétique humaine selon l’OST624par exemple, et près de 14 % pour les nanotechnologies sur une période de 5 ans625 selon nos estimations, en regard d’une croissance globale des publications inférieure à 2 %. Comme les travaux en gestion l’ont montré, la croissance d’un marché facilite les nouveaux entrants ; elle est aussi un moyen fort de marginalisation des organisations établies qui ne peuvent pas suivre ce rythme.

6L’ouverture du marché comme la marginalisation d’acteurs installés tiennent, si on suit les travaux sur l’émergence des dominant designs (d’Abernathy à Metcalfe), au fait que cette croissance s’appuie sur les compétences existantes (competence enhancing) ou réclame un reformatage complet (competence destroying). Andrea Bonaccorsi propose d’analyser ce phénomène selon les deux dimensions de convergence et de complémentarité requises par ces « nouvelles sciences ».

  • 626 Voir la dernière version de l’ITRS, International Technology Roadmap for Semiconductors, fruit de (...)

7Le degré de convergence renvoie à la manière dont des travaux de recherche effectués dans des lieux différents s’emboîtent et s’articulent. Un cadre théorique commun (comme la théorie standard en physique) est un puissant instrument de convergence. La convergence peut être également forcée par la manière dont les travaux de recherche sont organisés. Ainsi, on peut prendre les grands programmes nucléaires comme un outil de sélection ex ante d’une trajectoire (cf. les travaux de Robin Cowan sur les changements mineurs (small events) et les irréversibilités). On peut aussi considérer les comités d’accès aux équipements rares comme un moyen d’alignement des travaux scientifiques (pensons par exemple aux débuts du séquençage du virus du SIDA et au rôle du laboratoire d’Erfurt). A contrario la convergence peut advenir au terme d’une confrontation entre approches et paradigmes différents (cf. les avatars de la TV numérique et ce que les acteurs européens ont fabriqué avec D2Mac pour contrecarrer le standard japonais Muse, ou à la bataille des standards vidéos). Cette confrontation est enfin souvent organisée à un stade intermédiaire comme un élément du passage de l’exploration à l’exploitation amenant les acteurs (laboratoires et firmes en compétition) à définir un standard partagé. Les exemples réussis de DAB (via l’initiative EUREKA) ou du GSM (via les programmes européens) soulignent l’importance de ce type d’intervention publique dans la construction des marchés. D’une certaine façon c’est ce que le monde de la microélectronique organise autour de la feuille de route internationale qui définit les standards des cinq prochaines générations, c’est-à-dire quasiment sur une décennie626.

8Notre hypothèse est donc qu’on serait passé de sciences dominantes fortement convergentes à des sciences qui fonctionnent sur des mécanismes de sélection ex post (Andrea Bonaccorsi parle alors de divergence). Dans les exemples cités, ces convergences sont largement le fruit de politiques volontaristes. À des alignements ex ante sur les produits visés (via les grands programmes), on a substitué des alignements « en cours de route » en utilisant les ressorts classiques de la fabrication des infrastructures de marché. Les normes de la téléphonie mobile, les règles dérogatoires de la concurrence pour l’énergie éolienne, les réseaux internet pour la « société de l’information », l’extension de la propriété intellectuelle aux applications génomiques, en sont des exemples. Il faut y ajouter les débats publics (à l’instar de ceux sur les OGM ou les cellules souches) qui, en encadrant les activités scientifiques dès le stade des explorations, participent à façonner les marchés de demain.

9Le degré de complémentarité renvoie à la nature des compétences qu’il faut rassembler. Ces complémentarités peuvent être institutionnelles (par exemple le rôle grandissant des cliniciens et des hospitalo-universitaires dans les biotechnologies humaines), techniques (le rôle des grands équipements et plus largement des plateformes d’instruments) ou cognitives (autour de l’inter ou multidisciplinarité). Deux phénomènes se révèlent décisifs dans les mouvements que nous analysons et particulièrement autour de la nanoélectronique. Le premier est l’ampleur des plateformes nécessaires et les formes locales que prend leur réalisation, à l’image du pôle grenoblois des nanotechnologies, MINATEC. Le second est le recours croissant à des compétences éloignées disciplinairement. Ainsi, il a fallu plus d’une année à des chercheurs se connaissant pour bâtir un programme de chimie pour la nanoélectronique. Ce programme, fort différent des programmes connus de nanochimie, conduit à passer d’une approche en réseau (chacun restant chez soi), à la construction d’espaces partagés autour d’objectifs généraux à moyen terme.

Une interprétation des transformations récentes

10Comment passer d’une analyse conceptuelle à une qualification des transformations en cours ? Le tableau ci-dessous rend compte de notre tentative de traduire différents travaux d’histoire et de sociologie des sciences qui font apparaître les phases d’émergence des nouvelles sciences dominantes décisives. Ces phases conduisent à l’établissement d’un paradigme, base de processus cumulatifs d’apprentissage, de consolidation de routines et d’innovations incrémentales, avec leurs deux dimensions centrales : l’optimisation – des fonctionnalités et des coûts – et la différentiation, la fameuse segmentation des marché.

11Dans ce tableau nous stylisons les caractéristiques principales de la dynamique des connaissances et des formes d’organisation qui les accompagnent. Il faut le lire à la fois comme une succession dans la mesure où les sciences progressent, et un empilement, car les successeurs ne font pas disparaître les prédécesseurs, compliquant d’autant le paysage. Quelles sont les implications d’un tel tableau en termes d’interventions publiques ? Nous en proposons ici une première lecture diachronique.

12Le point de départ est la Seconde Guerre mondiale et les immenses progrès générés par la physique. Le projet Manhattan est autant une histoire scientifique que d’ingénierie et de production industrielle d’un système complexe. Ce tableau montre que quatre conditions sont nécessaires à l’émergence d’une science dominante :

  • Une mise en cohérence rapide des recherches par le biais d’un design et d’une coordination centrale.

  • La construction de grands équipements qui permettent de comprendre les phénomènes et tester les prototypes.

  • Des marchés captifs (un petit nombre d’utilisateurs potentiels à l’échelle mondiale, et un utilisateur national forcé – l’État ou des compagnies nationales).

  • Enfin, un mode de coordination avec trois points d’appui : un pilotage public, un organisme national pour la construction des compétences, un champion industriel national.

13Un tel modèle de type « militaire » n’est pas spécifique à la France. Deux phénomènes doivent être soulignés : les programmes resteront rarement nationaux et les champions nationaux sont devenus des champions européens de taille mondiale, ramenant au rang d’organismes banals les structures publiques nationales initiales.

Source : Philippe Larédo et Vincent Mangematin (projet nanodistrict)

  • 627 Callon et al. 1995.

14La première transformation est tout aussi connue et sonne le glas dudit modèle militaire, au moins en France. Les analyses convergent pour expliquer l’échec du Plan calcul. On passe d’un marché captif à des marchés de masse, transition difficile, réussie en deux temps dans l’aéronautique civile, complètement ratée dans le cas des ordinateurs, mais aussi réussie contre toute attente dans la microélectronique. La fusion Thomson-SGS et l’alliance avec le LETI (promoteur d’une start-up au cœur du développement ultérieur de ST Microelectronics) se combinent avec une nouvelle forme d’action publique, le programme ESPRIT et ses coopérations entre concurrents sur la « recherche technologique de base627 ». Un triple mouvement s’est ainsi opéré :

  1. le développement des coopérations entre recherche publique et industrie, et entre industriels eux-mêmes. Ce dispositif produit des connaissances distribuées et une interdépendance dont rend compte, en microélectronique, la montée des clubs de brevets (patent pools) indispensables à la réalisation de toute puce ;

  2. la construction de nouveaux marchés par l’augmentation continue des capacités de traitement et la diminution des coûts (la loi de Moore) : ce mouvement conduit à remplacer la planification centralisée par une coordination bottom-up des anticipations (manifestée par la feuille de route de la microélectronique) ;

  3. un déplacement complet de l’intervention publique vers des dimensions régionales. Qu’il s’agisse de la Commission Européenne ou d’Euréka, l’Europe devient de fait l’acteur public central (parallèlement aux changements américains du National Cooperative Act ou à l’engagement massif japonais du MITI).

  • 628 Walsh & Le Roux 2004.
  • 629 Mouvement qui s’appuie aux États-Unis sur la croissance forte et continue pendant deux décennies (...)

15La deuxième transformation est également née de l’échec d’un autre grand programme, celui de la guerre contre le cancer lancé sous la présidence Nixon. Il faut lire le remarquable article de Vivien Walsh et Muriel Le Roux628 sur les anticancéreux Taxol et Taxotère pour en prendre l’entière mesure. Cette seconde transformation voit les moyens publics de soutien à la recherche médicale focalisés sur une approche bottom-up autour de la biologie moléculaire629. Un raccourci probablement simpliste souligne la convergence de trois phénomènes :

  1. l’explosion des découvertes, appuyée sur des espaces locaux redéfinis sans « barrières » financières ou techniques à l’entrée ;

  2. leur radicalité et les réticences des entreprises pharmaceutiques établies (ce n’est pas le cas pour les biotechnologies végétales, il suffit de penser à Monsanto et aux OGM) ;

  3. enfin les changements institutionnels : le Bayh-Dole Act et la prise de brevets par les universités, le changement des règles prudentielles américaines et l’explosion du capital risque.

16La place est ouverte pour un nouveau modèle s’appuyant sur les découvertes individuelles et les start-up créées par les chercheurs universitaires, sans oublier que les coûts de mise sur le marché des produits impliquent le plus souvent une coopération avec les grandes entreprises pharmaceutiques ou chimiques (avec ou sans rachat).

Les nanotechnologies et la convergence des NBIC comme nouvelles sciences dominantes

  • 630 NBIC pour Nanotechnologies, Biotechnologies, technologies de l’Information et de la communication (...)
  • 631 Zitt et al. 2006 ; Kahane et al. 2007.
  • 632 Robinson et al. 2007.
  • 633 Bonaccorsi 2007.
  • 634 Zucker et al. 2007.

17Les nanotechnologies s’inscrivent à la fois dans la continuité des transformations précédentes par leur aspect top-down en même temps qu’elles proposent une rupture de type bottom-up par le changement d’échelle et les convergences potentielles entre domaines, auparavant distincts, qu’elles favorisent (ce qu’on dénomme les NBIC ou le Little BANG630). Les implications de cette évolution jouent déjà un rôle important dans le formatage des interventions publiques. On voit à l’œuvre les trois types de complémentarités définis par Andrea Bonaccorsi : cognitives avec la composition interdisciplinaire très large du champ631, techniques avec l’importance des plateformes technologiques632 et institutionnelles avec l’hybridation très forte entre recherche publique et industrie dans la prise de brevets633. Ce phénomène s’accompagne d’une forte concentration des capacités scientifiques et techniques dans un nombre limité de pôles au plan mondial634.

18La notion de pôle reprend et élargit celle de partenariat public/privé. Elle renvoie à :

  • une forte concentration géographique des capacités à l’échelle mondiale ;

    • 635 Même aux États-Unis c’est une composante importante bien que rarement mentionnée. Les « laboratoi (...)

    un terreau d’acteurs riche et diversifié associant une présence universitaire significative, des laboratoires publics de recherche635, des laboratoires de R&D de grandes firmes mondiales et/ou de grands hôpitaux, et une pléiade de start-up issues des cycles précédents ;

  • une capacité élevée de polarisation de centres très spécialisés dans des compétences qui viennent approfondir celles déjà présentes au cœur du pôle.

  • 636 Ce qui conduit progressivement à une construction du programme en fonction des « départements dis (...)

19Les politiques publiques ont très rapidement réagi à ces transformations. C’est en soi un sujet de recherche pertinent que d’étudier comment à la fin des années 1990 se créée un lobby de la nanotechnologie. Celui-ci conduira l’exécutif américain à mettre en place la Nanotechnology National Initiative sur un modèle typiquement « OCDE des années 1960 » : une structure centrale de coordination auprès du Président, des moyens localisés dans des départements et agences préexistants636. Tout aussi remarquable est la célérité avec laquelle la Commission européenne va organiser des rencontres euro-américaines et faire du thème une priorité transversale dès le 5e PCRD, puis une véritable priorité du 6e PCRD. Le même mouvement s’observe au Japon, en Corée du Sud et en Chine.

  • 637 Delemarle & Larédo 2005.
  • 638 Il faut distinguer cette politique de celle, d’ailleurs complémentaire, des « districts industrie (...)
  • 639 Callon (2001) le qualifie de « politique procédurale » et Lascoumes (2005) de « gouvernement par (...)

20En France, les programmes incitatifs créés tout aussi rapidement garderont une taille modeste. Les seuls développements d’envergure seront dans un premier temps des initiatives bottom-up ancrées régionalement (dont MINATEC à Grenoble est la figure de proue). Nous avons montré637 l’importance de cet exemple dans le cheminement qui conduira au rapport de Christian Blanc, puis à la politique des pôles de compétitivité et à la sélection de 6 pôles d’envergure mondiale, eux-mêmes associés à une pépinière de 9 pôles à « vocation mondiale638 ». Cette compétition manifeste un renversement majeur dans la construction des politiques dans le domaine de la recherche : l’État ne se considère plus capable de fixer les nouveaux secteurs de pointe, il délègue aux acteurs le soin de les lui proposer. Son rôle est de sélectionner ceux qui ont une chance de se confronter avec succès à la compétition mondiale639.

Quelles interventions publiques pour ce nouveau régime de recherche ?

21Cette hypothèse de forte concentration géographique laisse ouverte trois questions centrales pour le formatage des politiques : l’initiation des explorations, l’accompagnement des phénomènes de cristallisation et les processus de sélection qui aboutiront à un ou plusieurs modèles d’organisation de la recherche.

  • 640 Van Lente 1993.
  • 641 Delemarle & Larédo 2006.
  • 642 Larédo 2004.

22L’exploration d’abord. La construction de pôles ne relève pas de la génération spontanée. Ils sont l’aboutissement d’une première vague d’explorations multiples qui mettent en exergue le potentiel de nouveautés et de transformations dont les sciences en question sont potentiellement porteuses640. Les lieux où ces découvertes se sont effectuées (cf. les biotechnologies en Californie) ont un avantage certain. Encore faut-il susciter ces laboratoires, où explorations variées et sciences de rupture vont se développer. Les démarches top-down ont montré leurs limites et ont laissé la place à des procédures incitatives bottom-up641. Deux modèles sont alors possibles. Un premier modèle dont l’histoire du Taxol et du Taxotère a montré la performance, tient dans la gestion de laboratoires spécialisés comme ceux du DOE américain, de la Max Planck Gesellschaft, de Riken ou du CNRS. Mais ces laboratoires spécialisés jouent aujourd’hui un rôle secondaire dans le formatage des compétences publiques, l’enjeu central étant l’incitation du potentiel de la recherche universitaire. L’autre modèle642 avancé pour expliquer le décalage croissant entre l’Europe et les États-Unis en matière de production de nouveaux paradigmes, souligne le caractère fondamental de l’environnement institutionnel, dont un indicateur fort tient dans l’attribution des prix Nobel. Notre hypothèse est qu’un tel enjeu institutionnel réclame une approche européenne, dont le Conseil européen de la recherche qui vient d’être créé pourrait devenir un acteur central.

23La cristallisation ensuite. Les nanotechnologies, en tant que nouvelles sciences dominantes, combinent la poursuite de mouvements antérieurs (mais à des échelles et dans des conditions différentes) avec l’émergence de nouvelles approches bottom-up et la convergence entre domaines auparavant distincts. La question qui se pose aujourd’hui tient à l’ampleur de ce dernier phénomène et à l’univers des secteurs touchés. Les matériaux occupent ainsi une place grandissante dans la définition des programmes. De même, alors que les mouvements antérieurs se concentraient principalement dans leur première phase sur des applications pour les entreprises (business to business), on observe parmi les grands investisseurs de R&D des firmes directement ancrées sur les marchés de consommation (à l’instar de L’Oréal). Observera-t-on dès lors une multiplication des directions d’exploration ? Ou, pour le dire autrement, des pôles public/privé liés à des focalisations complémentaires ? Quelle sera la place des start-up ou des firmes spécialisées ? Pour les politiques, la question du nombre de directions d’exploration que les consortiums d’acteurs souhaitent poursuivre est centrale. Même si chaque direction d’exploration conduit à une concentration de facto autour de quelques pôles (on parle de 3 pour la nanoélectronique en Europe), le fait que les consortiums d’acteurs proposent de s’engager dans 5, 10 ou 50 directions d’approfondissement est essentielle, car elle autorise une plus grande répartition dans l’espace et limite d’autant la violence des arbitrages. De ce point de vue, la politique française peut être considérée comme un précurseur de ce mouvement qui est plus facilement mis en œuvre dans les « pays régions » comme la Finlande que dans les grands pays de l’Union. Mais encore une fois la concentration des pays sur les mêmes options pose la question du niveau adéquat de cristallisation, donc celle d’une coordination possible au niveau européen.

  • 643 Aho 2006.

24La sélection enfin. La question pour les politiques n’est plus de choisir les bonnes options. Nous avons vu que cela relevait des « marchés » et/ou des « usagers ». Ce sont les « infrastructures » de ces marchés qu’il faut choisir, qu’il s’agisse des règles de la propriété intellectuelle, de la définition des normes techniques permettant l’interopérabilité, de la sécurité des travailleurs et des usagers. Cela est vrai encore de la fixation des modalités économiques de la concurrence (cf. la téléphonie mobile, les transports aériens ou l’énergie éolienne) ou de l’accès aux réseaux physiques génériques (cf. les infrastructures de transports, les lignes électriques à haute tension ou les réseaux de communication). Ces interventions publiques pour formater les marchés se fondent de plus en plus sur des travaux de R&D qui ne se réduisent plus à ceux conduits par les promoteurs des nouvelles options. Nous voudrions en souligner deux aspects. On a déjà mentionné le rôle central des programmes européens comme EUREKA dans la construction des normes GSM ou DAB. Il faut cependant revenir sur les conditions de la mise en œuvre de ces soutiens. Ce qui a été créé ne relevait pas de l’appel d’offre où le meilleur aurait été sélectionné, selon le modèle du winner takes all. Il s’agissait de construire un cadre collectif de recherche incluant les parties prenantes et confrontant les options offertes. Ces quasi-programmes délégués aux acteurs correspondent à une des ambitions de la Commission avec le concept de « projet intégré ». Mais l’évolution des modalités d’intervention a fortement réduit l’espace des options, et les industriels réclament l’adoption, en France comme en Europe, de grands projets cristallisateurs. On peut voir dans la nouvelle agence de l’innovation (AII) la volonté de développer une telle approche. Cela pose à nouveau la question de la pertinence de déploiements nationaux non-coordonnés, à moins d’y voir l’embryon des lead projects que le rapport Aho643 préconise pour l’Europe.

25Les questions de sécurité et de risque, qu’on pense aux crises successives alimentaires ou de santé, aux naufrages répétés de navires de commerce, ou plus encore à l’amiante et aux OGM, prennent une place grandissante dans la discussion publique. Ils constituent de facto un univers complémentaire de « cadrage » des marchés soumis au débat démocratique et à l’expression d’anticipations divergentes sur les mondes souhaitables de demain. Le fait qu’on débatte des conditions dans lesquelles les chercheurs peuvent conduire des recherches (cf. les essais en plein champ pour les OGM, l’utilisation des cellules souches ou le débat récent américain sur les nanotubes de carbone), le fait que des institutions de recherche comme la NSF promeuvent des centres nationaux de recherche sur « nanotechnologies et société », sont autant d’indicateurs de cette transformation.

26Exploration, cristallisation, sélection constituent trois moments incontournables de la construction progressive des nouvelles activités et des nouveaux marchés. Identifier des moments critiques ne revient cependant pas à prôner un nouveau modèle linéaire.

27Quelles que soient les formes concrètes que ce processus prendra et les itérations qu’il générera, cela conduit à remettre en cause nos approches sectorielles de l’intervention publique. Les politiques dites industrielles retrouvent une dimension oubliée des années 1950.

28Elles sont conduites à s’adapter aux « secteurs de pointe » qu’elles promeuvent. Cependant, la différence centrale par rapport à cette période est que la régulation nationale par le haut (la politique nationale) n’a aucune prise sur les transformations en cours. Elle est débordée par les acteurs locaux qui organisent les espaces concrets de production, et par les politiques globales, ici européennes, qui façonnent règles, standards et normes.

29Quel avenir dès lors pour une politique nationale dans un pays comme la France ? Notre hypothèse est que le double accompagnement des acteurs dans les phases en amont d’exploration et surtout de cristallisation, constitue un instrument puissant de formatage des activités de demain. La politique industrielle, au sens du développement de nouvelles activités économiques, se déplace vers les conditions de production des connaissances. Tel serait, au-delà des modes, le sens du vocable d’économie de la connaissance.

Bibliographie

Bibliographie

Abernathy William J. & Kim B. Clark, 1985, « Innovation: mapping the winds of creative destruction », Research Policy, 14/1, p. 3-22 [En ligne : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/0048733385900216].

Bonaccorsi Andrea, 2005, « Search regimes and the industrial dynamics of science », PRIME Annual Conference, Manchester, 6-9 janvier (En ligne : www.prime-noe.org).

Bonaccorsi Andrea & Grid Thoma, 2007, « Institutional complementarity and inventive performance in nanoscience and technology », Research Policy, 36/6, p. 813-831.

Callon Michel, Larédo Philippe & Philippe Mustar, 1995, La Gestion stratégique de la recherche et de la technologie, Paris, Economica.

Callon Michel, Barthe Yannick & Pierre Lascoumes, 2001, Agir dans un monde incertain : essais sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil.

Cowan Robin, 1990, « Nuclear power reactors, a study in technological lock-in », Journal of Economic History, 50/3, p. 541-567.

Delemarle Aurélie & Philippe Larédo, 2005, « Rationales underlying the adoption of a new policy instrument : the case of French “pôles de compétitivité” », EPOM conference on explaining policy mixes in science, technology and innovation, Seville, 15-17 décembre.

, 2006, « Presentation to the DIME », Conference on communities of practice, Durham, 27-28 octobre.

Kahane Bernard & Paul Nightingale, 2007, « The myths of technology », British Sociological Association Annual Conference.

Larédo Philippe, 2004, « Prospective de l’espace européen de la recherche », Revue Française d’Administration Publique, 112/4, p. 675-685.

Metcalfe Stan, 1995, « The economic foundations of technology policy: equilibrium and evolutionary perspectives », in Paul Stoneman (dir.), Handbook of the Economics of Innovation and Technological Change, Oxford, Blackwell Publishers, p. 409-512 (chap. 11).

Lascoumes Pierre & Patrick Le Galès (dir.), 2004, Gouverner par les instruments, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques.

Robinson Douglas K. R., Rip Arie &Vincent Mangematin, 2007, « Technological agglomeration and the emergence of clusters and networks in nanotechnology », Research Policy, 36/6, p. 871-879.

Van Lente Harro, 1993, Promising technology: the dynamics of expectations in technological developments, Enschede, Twente University.

Walsh Vivien & Muriel Le Roux, 2004, « Contingency in innovation and the role of national systems: Taxol and Taxotere in the USA and France », Research Policy, 33/9, p. 1307-1327.

Zitt Michel & Élise Bassecoulard, 2006, « Delineating complex scientific fields by an hybrid lexical-citation method: an application to nanosciences », Information Processing and Management: an international journal, 42/6, p. 1513-1521.

Zucker Lynne G., Darby Michael R., Furner Jonathan, Liu Robert C. & Hongyan Ma, 2007, « Minerva unbound: knowledge stocks, knowledge flows and new knowledge production », Research Policy, 36/6, p. 850-863.

Notes

622 Bonaccorsi 2005.

623 Bonaccorsi 2005.

624 Observatoire des Sciences et techniques, www.obs-ost.fr.

625 Voir les travaux du projet « nanodistricts » développé dans le cadre du réseau d’excellence PRIME (www.prime-noe.org et www.nanodistrict.org)

626 Voir la dernière version de l’ITRS, International Technology Roadmap for Semiconductors, fruit de la participation de plus de 800 experts.

627 Callon et al. 1995.

628 Walsh & Le Roux 2004.

629 Mouvement qui s’appuie aux États-Unis sur la croissance forte et continue pendant deux décennies des moyens des « National Health Institutes », ce qui n’a pas été le cas en Europe (à l’exception partielle du Royaume-Uni).

630 NBIC pour Nanotechnologies, Biotechnologies, technologies de l’Information et de la communication, et sciences Cognitives, et Little BANG pour Bit, Atome, Neurone and Gene.

631 Zitt et al. 2006 ; Kahane et al. 2007.

632 Robinson et al. 2007.

633 Bonaccorsi 2007.

634 Zucker et al. 2007.

635 Même aux États-Unis c’est une composante importante bien que rarement mentionnée. Les « laboratoires nationaux » représentent le tiers de la recherche fondamentale selon les critères de la NSF (National Science Foundation).

636 Ce qui conduit progressivement à une construction du programme en fonction des « départements disciplinaires en charge des différents budgets ».

637 Delemarle & Larédo 2005.

638 Il faut distinguer cette politique de celle, d’ailleurs complémentaire, des « districts industriels », illustrée par le deuxième type de pôles : les pôles dits nationaux qui couplent un territoire restreint et un domaine de spécialisation (60 labellisés sur probablement plus d’une centaine de districts potentiels). Dans les deux cas, on est loin du saupoudrage trop souvent stigmatisé puisque théoriquement, en multipliant les moyens par trois (on est passé de 500 à 1 500 millions d’euros), on peut envisager d’allouer 150 millions par pôle mondial, 20 millions par pôle à vocation mondiale et 5 millions par pôle national.

639 Callon (2001) le qualifie de « politique procédurale » et Lascoumes (2005) de « gouvernement par les instruments ».

640 Van Lente 1993.

641 Delemarle & Larédo 2006.

642 Larédo 2004.

643 Aho 2006.

Table des illustrations

Légende Source : Philippe Larédo et Vincent Mangematin (projet nanodistrict)
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/352/img-1.png
Fichier image/, 84k

Auteur

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter